Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Former, encadrer, moraliser

Le travail des enfants entre droit et pratiques sociales. Un observatoire médico-patronal en Andalousie minière (1902-1920)

Arón Cohen

Texte intégral

  • 1 Gérard Chastagnaret (2000) en a dressé le bilan d’ensemble le plus complet.

1L’originalité à bien des égards du monde de la mine a été maintes fois soulignée, aussi bien par de nombreux observateurs contemporains de la première industrialisation capitaliste que par les spécialistes de l’histoire minière. Sur le plan social, elle résulte, entre autres, des fortes et parfois très brusques concentrations locales de populations ouvrières entraînées par des exploitations minières, souvent loin des villes, dans des milieux ruraux violemment bouleversés, avec les problèmes de formation et d’adaptation de la main-d’œuvre qui vont de pair ; elle résulte aussi de la nature même du travail minier, et notamment de l’envergure et l’intensité des risques pour la vie et la santé des ouvriers qui, à des degrés variables, l’ont toujours accompagné. Dans le cas espagnol, cette originalité tient aussi à l’importance économique acquise par le secteur minier tout le long d’une bonne partie du XIXe siècle et des premières décennies du XXe1. Elle se renforce dans un Midi espagnol dont on connaît la Ouste) réputation agraire qui a le plus longuement retenu l’attention des historiens. Or, si l’Espagne fut au XIXe siècle le premier exportateur européen de minerais métalliques, l’Andalousie a, à elle seule, fourni, entre 1861 et 1910, un huitième de la production mondiale de plomb, un dixième de la production mondiale de cuivre (Nadal, 1981). Force est de constater que le profond renouvellement de ce secteur de l’historiographie à partir des années 1970, à la suite des travaux pionniers de Nadal, reste beaucoup plus incomplet sur le flanc de l’histoire sociale que sur celui de la connaissance des étapes de l’évolution des principales productions, de leurs déterminants commerciaux, financiers ou techniques, et de leurs retombées économiques.

  • 2 Nous en avons tenté une première ébauche en 1990, avec José Maria Borrás. Des éléments de ce table (...)

2Notre propos ici n’est pas d’aborder un tableau à la fois général et nuancé de l’emploi des plus jeunes dans le secteur minier espagnol des XIXe et XXe siècles2. Il ne s’agira pas non plus d’une approche exhaustive des discours et des attitudes à l’égard du travail des enfants d’une catégorie socioprofessionnelle particulière, à cheval entre les couches moyennes et les nouvelles élites qui se sont révélées durant cette période.

  • 3 Devenue « la plus moderne d’Europe au début du XXe siècle » (Chastagnaret, 2000).

3Nous traiterons d’un cas d’entreprise, celui de la Compagnie Minière et Métallurgique de Peñarroya. Et d’une contrée minière particulière : le bassin houiller de la vallée du Guadiato, au nord de la province andalouse de Cordoue. Sous l’égide de la multinationale française au nom andalou (Nadal, 1978), le vieux hameau devint, entre les dernières années du XIXe siècle et les deux premières décennies du XXe, un centre minier et industriel de première importance : fonderies de plomb3 et de zinc (depuis 1910), industrie chimique (production d’acide sulfurique et de superphosphate depuis 1911) et plusieurs établissements auxiliaires. Même si la modernité des installations limitait la création d’emplois, les effectifs ouvriers engagés par Peñarroya dans la contrée pendant cette période (mines et usines confondues) varient entre 6 000 au minimum et 10 000 en 1918 ; à peu d’exceptions près, ces effectifs se sont maintenus au-dessus des 7 000 pendant toute la première moitié du XXe siècle.

  • 4 C’est cette année-là que la pratique systématique de l’examen médical des ouvriers a été adoptée à (...)

4C’est sur ce demi-siècle que porte la recherche que nous consacrons, avec une petite équipe de l’université de Grenade, à cette main-d’œuvre. Une longue enquête, entamée voici bientôt dix ans, qui est absolument tributaire des archives médicales de la compagnie : les seules séries principales de bulletins d’examens médicaux des ouvriers, qui s’étalent entre 1902 et 1950 et fournissent l’essentiel des analyses, dépassent, malgré d’importantes pertes irrémédiables, la centaine de milliers de documents. Au-delà des risques du travail que nous cherchons à mesurer, nous avons trouvé de quoi pousser une réflexion sur les fonctions de cette médecine patronale, elle-même partie intégrante d’un ensemble de pratiques de gestion de la main-d’œuvre, dans un contexte précis (Cohen, 1993 ; Cohen et Fleta, 1995). Au moins depuis 19044, les médecins de Peñarroya avaient, entre autres, pour mission d’examiner les candidats au travail et d’émettre leur avis sur l’aptitude de ceux-ci à l’emploi proposé. Concernant les plus jeunes candidats, l’information rapportée est brève et assez monocorde. Néanmoins, la masse importante de cette documentation met en lumière une pratique à la fois professionnelle et patronale, et en révèle les critères.

5Avant de les aborder, un rappel de l’évolution de la réglementation légale espagnole du travail des enfants, notamment dans les mines, nous a paru nécessaire. Nous y ajouterons une référence sommaire à certains traits de l’évolution de ce type d’emploi dans le secteur minier de l’Espagne, qui se dégagent des statistiques officielles.

Des dispositions légales aux comptages statistiques

6Pour le travail des enfants comme pour d’autres volets de la législation sociale, il est difficile de soutenir, de façon générale, l’idée d’une véritable anticipation minière au sein du droit du travail espagnol. Quand on peut la repérer, elle est peu marquée, et reste somme toute relative du fait d’une application pour le moins fort inégale. Cela dit, la place qui revient au travail de la mine dans certains des textes juridiques les plus significatifs en ce domaine est loin d’être négligeable (Cohen et Ferrer, 1992).

  • 5 L’abattage et l’extraction du minéral, le service de machines d’extraction, d’ascenseurs, de plans (...)

7La loi du 24 juillet 1873 sur les conditions de travail dans les usines, ateliers, fonderies et mines interdit tout travail minier aux enfants de moins de dix ans et limita la durée de la journée de travail des plus jeunes ouvriers : à cinq heures pour les moins de treize ans (et les filles de moins de quatorze), à huit heures pour les moins de quinze ans (et filles ayant moins de dix-sept). Elle resta lettre morte. Annoncé par le décret de bases du 29 décembre 1868, le règlement dit de police minière dut attendre, en raison de l’opposition patronale, jusqu’au 15 juillet 1897 pour être promulgué : il interdit le travail souterrain aux femmes de tous âges et aux enfants de moins de douze ans. Ce seuil fut porté à seize ans par la loi sur le travail des femmes et des enfants du 13 mars 1900. Aux travaux de surface s’appliquait l’article 2 de la même loi, déclarant recevables les enfants à partir de dix ans, tout en limitant leur journée dans les établissements industriels, lorsqu’ils n’auraient pas atteint l’âge de quatorze ans, à un maximum de six heures. Était aussi interdit, de manière générale, le travail de nuit aux moins de quatorze ans (art. 4). L’interdiction du travail de fond aux moins de seize ans fut reprise par la loi du 27 décembre 1910 sur la durée de la journée de travail dans les mines, dont le règlement provisoire (du 29 février 1912) élargit l’interdiction à tous les moins de dix-huit ans dans les chantiers souterrains d’abattage, ainsi que pour les travaux comportant l’usage d’explosifs. Auparavant, un décret du 25 janvier 1908 avait compris, sous l’interdiction aux moins de seize ans « et femmes mineures », un éventail de travaux dans les mines et les carrières, outre ceux de fond5.

  • 6 L’Estadística Minera a introduit ce type de classement à partir de 1867. Jusqu’en 1901, elle a dis (...)
  • 7 Notamment les charbonnages : c’est sous la pression des patrons asturiens que le gouvernement a al (...)

8À propos du degré d’application des prescriptions légales, on verra les éléments de réflexion que procure l’analyse de la documentation médicale de Peñarroya. Plus généralement, les traces de pratiques illégales ne manquent pas dans des récits de visites, y compris des rapports officiels, telle l’enquête de 1909 de l’Instituto de Reformas Sociales, effectuée par les soins de l’ingénieur José Marvá. Les classements des ouvriers par âge et par sexe réalisés par les statistiques officielles se sont, bien entendu, adaptés aux prescriptions légales6. L’important, c’est que celles-ci confirment l’étendue et la persistance de l’emploi des très jeunes ouvriers dans le secteur minier : hormis les structures productives très contrastées, les différences relevées restent relativement modérées entre des branches comme la houille qui a vu s’affirmer très nettement la prépondérance des capitaux espagnols au début du XXe siècle, le fer à forte dominante de compagnies étrangères, et le plomb, vieil objet de la fièvre minière pré-capitaliste autochtone, mais où la position des investisseurs étrangers se renforce très considérablement après 1880, surtout avec l’expansion de Peñarroya. Les valeurs relatives les plus fréquentes jusqu’aux années 1920 varient entre 10 et 20-25 enfants et jeunes (de moins de dix-huit ans) pour 100 ouvriers adultes. Certes, les proportions sont basses pour les pyrites, à Huelva, placées sous l’hégémonie incontestable des géantes britanniques, et, à l’extrême opposé, elles sont très élevées pour les vieilles micro-exploitations de soufre du Sud-Est. En général, l’éventail est plus ouvert entre les districts – y compris pour une même branche minière (le fer, par exemple, entre Biscaye et Alméria) – qu’entre les différents minerais : on devine le rôle joué par les conditions locales, des usages au sein des ménages aux caractéristiques géologiques des gisements (Cohen, 1997). Mais on est loin de déceler une réponse universelle, de principe, des entreprises modernes. En outre, le suivi temporel montre aussi bien le caractère tardif de la diminution de l’emploi de cette main-d’œuvre que sa reprise sous le diktat des urgences conjoncturelles des branches qui ont pu en profiter7. Il aura fallu la crise de l’entre-deux-guerres pour que la chute s’accentue et se généralise, en même temps que la mécanisation et – si l’état des gisements le permettait – la productivité progressaient et que la marginalisation de la petite production s’intensifiait. Mais une explication devrait, bien sûr, s’interroger aussi sur l’offre de travail (BORRÁS, 1996).

9La mention « âge » des quelque 65 000 bulletins d’examen médical remplis à Peñarroya entre 1904 et 1950 (tous les emplois, miniers et industriels confondus ; accidents non compris) relève 12,5 % de moins de dix-huit ans, dont la moitié de moins de seize. Jusqu’aux années 1930, les proportions ont été comprises entre 6 % et 14 % des bulletins pour les moins de seize ans, entre 10 % et 23 % pour les moins de dix-huit. Cela dorme des proportions variant d’environ 7 à 17 jeunes ouvriers pour 100 adultes, pour les premiers, et de 11 à 30 pour 100 adultes, pour l’ensemble des moins de dix-huit ans. La tendance à la baisse n’est confirmée qu’à partir des années 1930, avec une nette accélération à la fin de cette décennie, et la quasi-disparition de tous les moins de dix-huit ans dans les dernières années 1940. Rappelons, en tout cas, qu’on parle là toujours des âges déclarés par les ouvriers et candidats à l’emploi chez Peñarroya.

Sélection des jeunes à l’emploi chez Peñarroya : âge réglementaire et âge légal, âge utile et âge apparent

  • 8 La méthodologie de l’exercice a été traitée dans un article récent (Cohen, 1999).
  • 9 On n’en est même pas à 20 % de l’exploitation totale du fichier, ce qui veut dire que le corpus fi (...)

10Notre enquête repose, en grande partie, sur la méthode micro-analytique fondatrice de la démographie historique. Le passage des observations transversales contenues dans les bulletins médicaux à la perspective longitudinale des dossiers médicaux personnels implique un parcours qui ne manque pas d’analogies avec la méthode Henry de reconstitution de familles. Ces dossiers se rapprochent d’autant plus des histoires de vie d’ouvriers que les renseignements des bulletins dépassent largement le simple diagnostic. Leur reconstitution représente, donc, une longue étape de la recherche. À ce jour, nous frôlons les 3 000 trajectoires ouvrières reconstruites, et, parmi celles-ci, un premier échantillon de générations a pu être isolé et assez exhaustivement analysé8 : il s’agit des promotions entrées en observation entre 1902 et 1910 à moins de seize ans (118 dossiers personnels). L’étude reste, en revanche, trop fragmentaire en ce qui concerne le groupe (plus nombreux) des générations entrées chez Peñarroya entre 1911 et 1920 sous le même seuil d’âge. Dans les deux cas, la date limite de suivi est le 31 décembre 19509.

  • 10 Elle sera inscrite dans le règlement intérieur de l’entreprise, de 1942.

11Depuis 1904, comme nous l’avons dit, tous les candidats à l’embauche étaient, en principe, envoyés par les différents services de Peñarroya (mines, fonderies, chemin de fer, etc.) à l’hôpital de la compagnie, où un examen préalable devait éventuellement informer sur leur admissibilité. En ce qui concerne les enfants demandeurs d’emploi, les lacunes relevées du système s’amenuisent clairement pour le groupe de promotions d’après 1910. Théoriquement, l’âge minimum de quatorze ans pour l’accès à l’emploi était une règle générale de la compagnie tout le long de la période de notre enquête10 : c’était le repère le plus explicite, la référence absolue des médecins de l’entreprise lorsqu’ils examinaient des enfants. La règle s’appliquait, donc, aussi aux emplois dans les travaux de surface, y compris, bien entendu, dans les usines et autre services annexes. Rien d’étrange, par conséquent, à ce qu’on obtienne un âge moyen d’entrée en activité chez Peñarroya d’environ quatorze ans pour notre échantillon de jeunes débutants des années 1902-1910 (et toujours de moins de quatorze ans et demi pour les cohortes de 1911-1920). Dans la masse des rapports d’examens généraux, on en repère seulement 44 (moins de 1 pour 1 000) portant explicitement un âge déclaré inférieur à quatorze ans.

12Quelle fiabilité peut-on accorder à ces déclarations d’âge ? Et, d’autre part, les prescriptions légales pour les travaux souterrains, notamment leur interdiction aux moins de seize ans depuis la loi de 1900, étaient-elles respectées ?

  • 11 Dans tous les cas, c’est nous qui traduisons les citations. Pour des expressions espagnoles dont i (...)

13Les bulletins d’examen constatent fréquemment les fausses déclarations, quelques fois suspectées par les médecins, d’autres pleinement avérées, voire avouées par les enfants. Souvent, le médecin se contente de rapporter son incrédulité au vu des apparences : « il ne fait pas l’âge » (no representa la edad)11, c’est un commentaire qu’on peut trouver à propos de jeunes déclarant quatorze, quinze, seize ans ou plus. S’ajoutent habituellement des allusions au manque de « force », de « développement physique », de « corps », de « constitution » ; à la « faiblesse » de l’enfant. Nous avons repéré ce genre d’observation sur les premiers jalons de près de 30 % des dossiers des jeunes candidats à l’embauche avant 1910, et la proportion s’élève davantage pour notre second groupe de promotions. Par ailleurs, des précisions significatives pouvaient être consignées : tel un manque de développement génital peu compatible avec la déclaration de l’enfant ou de son accompagnateur (parfois le père). Le constat d’une évaluation chiffrée de l’insuffisance des forces était très rare (« sa main ne fait que 8 kg de pression... ») mais témoigne d’une pratique qui vraisemblablement s’inscrivait dans le protocole habituel de l’examen médical.

14Les affirmations peuvent être absolument dénuées d’incertitude : « il n’a pas l’âge ». Avec ou sans aveu de l’enfant : « il reconnaît lui-même avoir treize ans » (1909) ; « je l’ai examiné ça fait deux ans et il avait déjà dit qu’il avait quatorze ans » (1906) ; « on l’a examiné en février [1916] et il s’entêtait à avoir quatorze ans, et maintenant [octobre] il dit qu’il les a eus en juillet ». Il arrive aussi que des situations de ce genre, qui n’ont pas fait l’objet de commentaires des médecins, soient dévoilées par la reconstruction des dossiers : on détecte ainsi des enfants inscrits à plusieurs reprises comme ayant quatorze ans dans un intervalle de vingt-trois, de vingt-huit mois, voire de cinq ans dans un cas extrême (entre 1912 et 1917). Dans notre échantillon des cohortes juvéniles des premières années 1900, nous avons trouvé un petit pourcentage de dossiers ouverts à un âge inférieur à onze ans, tous entre 1902 et 1905. Le plus précoce correspond à un enfant dont le dossier s’ouvre à l’âge estimé de sept ans par un avis d’accident, motivé par une « contusion intense » à une jambe subie par l’enfant en travaillant dans la fonderie de plomb, en 1903. Bien sûr, dans tous ces cas-là, il s’agit d’âges induits par nous, à partir de la convergence d’un nombre considérable d’âges portés sur les pièces successives des mêmes dossiers. Signalons, enfin, qu’il est assez fréquent qu’au moment de remplir un premier bulletin d’examen d’un jeune ouvrier, le médecin fasse allusion à une expérience de travail de l’enfant, « dans les champs », gardant le bétail, comme maçon, dans des ateliers « de son village » ou dans d’autres mines. Certaines fois, on lit « avec les entrepreneurs » (los contratistas), ou avec l’entrepreneur de tel ou tel nom qui, justement, réalisaient en sous-traitance des travaux pour Peñarroya. On peut s’en douter, il n’y avait pas d’innovation, ni en général ni à l’échelle de la région, dans l’emploi d’enfants aux travaux de Peñarroya, sauf, vraisemblablement, pour le seuil d’accès (du moins théorique) fixé à quatorze ans, et peut-être aussi pour l’usage fait de cette main-d’œuvre.

15La description précédente appelle deux remarques qui éclairent tout autant le sens de cette pratique médicale que la gestion patronale du travail qui l’encadre :

  • 12 C’était la raison pour laquelle les frais d’examen devaient être à la charge du patron : le décret (...)
  • 13 C’est le changement de cap que préconisera la loi de bases du 13 juillet 1936, sur les maladies pr (...)
  • 14 On trouve aussi « candidat à tuberculose pulmonaire » (1909, quinze ans), « sera cardiaque » (1914 (...)
  • 15 D’après un témoignage de 1909, à Hinojosa del Duque, ville de 10 000 habitants toute proche du bas (...)

161°) Même dans les cas de faux âge qui ne soulèvent pas le moindre doute chez les médecins, un avis d’inadmissibilité ne s’ensuit pas automatiquement. Il s’en faut de loin. D’emblée, les avis jugeant les candidats « inadmissible(s) » comptent, toutes causes de refus et tous âges confondus, pour 1 % des 65 000 rapports d’examen recensés, dont 7 % par manque d’âge et plus des quatre cinquièmes avant 1921. Les recommandations catégoriques sont, donc, très minoritaires : « inadmissible par manque de développement, qu’on l’envoie à l’école » (1904). Souci de protection de l’enfant ou d’utilité pour l’entreprise (ou expression des deux) ? La seconde logique est certainement inhérente à la nature même de ce système de contrôle médical. Un décret de 1916 (du 13 janvier) a laissé peu de doute là-dessus : l’examen était mené « dans l’intérêt du patron et en tant que garantie qui ne profite qu’à lui » (como garantia que a él sólo beneficia)12. La prévention de la santé au travail et la subordination à ce principe des examens médicaux réalisés sur les ouvriers ont mis du temps à s’affirmer dans le droit13. « Scrofuleux, fragile d’yeux, orgelets, plaques psoriasiques aux fesses, on doit le laisser se développer » (1913) ; « hernie inguinale incomplète. On ne doit pas l’admettre pour cela et pour son développement organique [trop petit] » (1910) : ce type de diagnostic n’exclut pas une composante préventive, mais extrêmement conditionnée. C’est le critère d’utilité qui domine, y compris par la détection hâtive de prédispositions pathogènes, qui met en garde la compagnie contre des problèmes qui pourraient éventuellement se présenter par la suite, et, en tout cas, vise à libérer l’employeur de responsabilités futures découlant de la législation sur les accidents du travail14. « Admissible par sa constitution, mais l’âge [les quatorze ans déclarés par l’enfant] il ne le fait pas » (1916) : là, la hiérarchie est clairement établie entre les deux critères exprimés ; les apparences d’âge ne suffisent pas à elles seules pour prôner la non-admission. D’ailleurs, souvent aux constats du manque vraisemblable d’âge des candidats s’ajoute le commentaire « sans (ou sans autre) empêchement physique », ou encore, tout simplement, « utile ». De même, le sens utilitaire de la pratique médico-patronale, notamment celle du contrôle à l’embauche, se manifeste par l’amorce d’un classement des ouvriers en fonction de leurs aptitudes physiques. C’est le cas (qui n’est pas rare) lorsque le médecin déconseille tel emploi (de force, souterrain) prévu pour un candidat par les responsables des travaux, et en propose un autre (a priori plus « léger »). « Admissible, mais pas en tant que manœuvre car son développement physique ne le permet pas, même s’il se faisait aider par son père qui est chauffeur dans ce même service [la centrale électrique] » (1917) : ce cas, d’un enfant qui déclarait avoir quinze ans, fournit en même temps un exemple de référence (beaucoup moins abondant sur les documents médicaux) à des équipes familiales de travail. Très probablement, le commentaire du médecin répondait à un argument de l’enfant ou de sa famille à l’appui de sa demande : un travail moins dur, c’était aussi un salaire plus bas. Sans doute, et en dépit de l’opposition militante – clairement manifestée en 1909 par le mouvement socialiste espagnol – à tout travail d’enfants et de femmes dans les mines, la pratique bénéficiait d’une vaste couverture sociale. Les conditions de vie dans le bassin de Peñarroya pouvaient difficilement en faire une exception15. C’était là un des domaines où un certain paternalisme a longtemps gardé une marge de manœuvre. La condition d’orphelin (certainement d’ouvrier) signalée par un enfant au médecin (1916) pourrait aller dans le même sens.

172°) Aussi bien pour l’admission ou la non-admission des candidats que pour les emplois auxquels ils sont destinés, l’efficacité des recommandations des médecins n’est pas une règle générale. L’analyse longitudinale des dossiers le montre bien. Si l’on repère des disparitions temporaires de notre champ d’observation après des avis médicaux défavorables à l’admission, qui laissent supposer que ceux-ci aient été suivis, on fait aussi le constat contraire : un bulletin d’accident, peu de mois ou de semaines après un refus médical, vient prouver que celui-ci a été peu déterminant. L’influence du médecin en matière d’admission et d’emploi assigné est limitée. En tout cas, la décision lui échappe. Un enfant en dessous de l’âge réglementaire peut être embauché sur l’ordre d’un directeur : « Ce garçon – lit-on sur un bulletin d’accident de 1905 – bien qu’il n’ait pas quatorze ans travaille parce que M. l’a ainsi ordonné » ; il pourrait même ne pas avoir onze ans. Et voici quelques autres exemples : « admissible, si l’on admet les fœtus » (1914, sic), pour un enfant qui déclare avoir quatorze ans et dont un nouveau rapport, deux ans plus tard, décrit les « organes génitaux rudimentaires » (1916) ; un enfant, déclarant aussi quatorze ans, « a le bras droit ankylosé au niveau du coude qu’il ne peut pas plier ; avant ceux-ci on ne les admettait pas... » (1918) : comme pour les candidats adultes, la conjoncture de la Première Guerre mondiale a adouci sur le marché du charbon la sélection à l’embauche. Mais en dépit des aléas, le médecin d’entreprise assume explicitement les limites de sa fonction devant une pratique sociale que soutiennent des vecteurs convergents : « admissible puisqu’il paraît que l’on admet tout, mais il ne fait pas l’âge » (1913) ; « nous l’avons déjà examiné il y a un mois, et je dis la même chose [manque de développement], si le service veut le recevoir, qu’il le reçoive » (1920).

18Il n’est pas aisé d’élucider si les moins de seize ans pouvaient être expressément autorisés au travail souterrain, à l’encontre des dispositions légales depuis 1900. La mention « extérieur » figure parfois à côté de la catégorie pinche (gamin) proposée pour l’enfant, ou du nom de telle ou telle mine. Or, il semble peu probable que l’absence de cette mention indique nécessairement et toujours un travail de fond. Des pistes indirectes semblent plus significatives.

  • 16 Il est évident qu’il ne s’agit nullement ici de juger les attitudes personnelles, mais d’analyser (...)

19« Admissible au travail extérieur, peu de développement physique pour [travailler comme] pinche à l’intérieur » (1912, quatorze ans) ; « il n’a certainement pas l’âge de seize ans [qu’il déclare], il en a treize, il n’est pas assez développé pour [travailler comme] pinche à l’intérieur, oui pour le triage » (1917). Pour fonder ces avis défavorables à l’embauche d’enfants dans des travaux de fond, le médecin a recours, encore une fois, à la logique utilitaire de l’entreprise dont il est lui-même l’employé. On pourrait dire qu’il ne pouvait pas en être autrement, mais le témoignage qui est ainsi délivré n’en reste pas moins éloquent16. Il ne suffit pas que l’expertise établisse qu’un garçon a moins de seize ans pour que l’accès aux travaux de fond lui soit automatiquement refusé suivant les termes de la loi ; ce sont ses forces physiques, sa constitution qui viennent en appui de l’avis médical. Bien entendu, ni la direction de la société ni les responsables directs du recrutement dans les différents services n’avaient besoin qu’on leur rappelle les interdits légaux. Nous n’avons pas trouvé un seul rapport affirmant tout simplement qu’un enfant n’avait pas l’âge légal requis. Et si des commentaires du type « qu’on exige de lui l’acte de baptême » (sur quelques bulletins de 1904 et 1905) sont purement anecdotiques dans la série des rapports d’examen, il serait illusoire de les attribuer aux seuls enfants candidats non pourvus de l’attestation d’état civil requise par l’article 16 du règlement de la loi de 1900 (13 novembre 1900). On a vu, en effet, la fréquence avec laquelle le médecin manifeste de très forts soupçons, quand ce n’est pas sa certitude, de fausse déclaration. On est amené à penser que cette obligation légale était totalement ignorée. Et l’âge légal ne serait, somme toute, pour ce qui est des travaux souterrains et au moins pendant les deux premières décennies du XXe siècle, qu’une référence assez floue pour les responsables de l’embauche chez Peñarroya.

20Répétons-le, l’expertise médicale d’entreprise à l’embauche fut conçue d’abord pour prévenir et limiter les frais découlant de la responsabilité patronale en cas d’accident du travail, puis pour aider à la sélection et au classement de la force de travail. Encore faudrait-il ne pas perdre de vue le contexte de la pratique et du cas analysés : celui d’une grosse entreprise minière et industrielle française implantée dans un milieu socio-géographique précis qui lui était entièrement subordonné.

21L’appréciation de l’utilité des candidats, l’observation d’un âge réglementaire, le souci des apparences d’âge sont les traits essentiels qui se dégagent des rapports d’examen médical d’enfants ; ils découlent d’une certaine structure fonctionnelle. La sélection comporte aussi une identification renforcée, toujours utile à la gestion patronale. Et si les allusions aux circonstances personnelles ou familiales sont plus rares, le penchant moraliste y est remarquable.

Bibliographie

Références bibliographiques

Borrás Llop J.M., « Zagales, pinches, gamenes... Aproximaciones al trabajo infantil », in Borrás Llop, J.M. dir., Historia de la infancia en la España contemporánea, 1834-1936, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales-Fundación German Sanchez Ruipérez, 1996, p. 227-346.

Borrás Llop J.M. et Cohen A., « Aproximación al trabajo infantil y juvenil en la mineria espanola (1868-1930) », in Actes du XV Simposi d’Anàlisi Econòmica (Nivells de vida a Espanya, s. XIX i XX. 18-19 desembre 1990), Barcelone, Universitat Autònoma de Barcelona, vol. I, 1990, p. 57-66.

Chastagnaret G., L’Espagne, puissance minière dans l’Europe du XIXe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2000.

Cohen A., « Análisis demográfico e historia social : trabajo, salud publica y práctica médico-patronal », Bulletin d’Histoire Contemporaine de l’Espagne, 17-18,1993, p. 194-205.

– « Un recorrido por las comunidades mineras del sur de España de la mano de los alumnos de l’École des Mines de Paris en la segunda mitad del siglo XIX », Ería, 44, 1997, p. 281-310.

– « Los registres hospitalarios de una gran compañía minero-metalúrgica (Peñarroya, 1902-1950). Una fuente y algunas perspectivas metodológicas para la historia del trabajo », Scripta Nova, Revista Electrónica de Geografia y Ciencias Sociales, 1999.

Cohen A. et Ferrer A., « Accidentes y enfermedades profesionales de los mineros : realidad y derecho », in HUERTAS, R. et CAMPOS, R. coord., Medicina social y clase obrera en España (siglos XIX-XX), Madrid, Fundación de Investigaciones Marxistas, t. I, 1992, p. 215-244.

Cohen A. et Fleta A., « Trabajadores rechazados : « riesgo profesional » y gestion patronal del trabajo. Peñarroya, 1904-1950 », Eria, 37, 1995, p. 129-142.

Nadal J., « “Peñarroya”, una multinacional de nombre espanol », Alta Dirección, XIV, 77, 1978, p. 45-53 + tableau.

– « Andalucía, paraiso de los metales no ferrosos », in Bernal, A.M. dir., Historia de Andalucia. VII : La Andalucia Liberal (1778-1868), Barcelone, Cupsa-Planeta, 1981, p. 399-460.

Sánchez J., « Condiciones de vida y situación social de las clases bajas (1890-1910) », Historia Contemporánea, 3, 1990.

Sánchez Picón A. et Pérez de Perceval M.A., « La mano de obra de la mineria espanola (1868-1900). Una aproximación regional y sectorial », in Carreras A. et al. eds., Doctor Jordi Nadal. La industrialización y el desarrollo económico de España, Barcelone, Universitat de Barcelona, vol. II, 1999, p. 856-873.

Shubert A., Hacia la revolución. Origenes sociales del movimiento obrero en Asturias, 1860-1934, Barcelone, Critica, 1984.

Notes

1 Gérard Chastagnaret (2000) en a dressé le bilan d’ensemble le plus complet.

2 Nous en avons tenté une première ébauche en 1990, avec José Maria Borrás. Des éléments de ce tableau ont été aussi apportés par Sanchez Picón et Pérez de Perceval (1999). Forcément partielle et fragmentaire, l’approche d’ensemble du travail des enfants en Espagne faite par J.M. Borrás (1996) résume de façon systématique et très suggestive l’état actuel des connaissances et les enquêtes locales que l’auteur lui-même poursuit sur la question depuis plus d’une décennie.

3 Devenue « la plus moderne d’Europe au début du XXe siècle » (Chastagnaret, 2000).

4 C’est cette année-là que la pratique systématique de l’examen médical des ouvriers a été adoptée à Penarroya. La série rassemble sans distinction les examens qui visaient les nouveaux candidats au travail et ceux successivement répétés sur les ouvriers (en général, sans qu’aucune périodicité soit décelable). La série des examens consécutifs aux accidents (ou lésions signalées par l’ouvrier) débute en 1902. Les deux types d’examens sont la conséquence de la mise en place de la législation sur les accidents du travail en Espagne, à partir de 1900 (loi du 30 janvier 1900 et règlement du 8 juillet 1903, sur les incapacités dérivées d’accidents du travail).

5 L’abattage et l’extraction du minéral, le service de machines d’extraction, d’ascenseurs, de plans inclinés, etc. Le catalogue comprenait des tâches qui entraient dans l’interdiction générale en vigueur concernant les travaux souterrains : ainsi, le service de pompes et de ventilateurs à l’intérieur des mines, les transports dans les galeries ou les travaux de boisage.

6 L’Estadística Minera a introduit ce type de classement à partir de 1867. Jusqu’en 1901, elle a distingué trois catégories d’âge : hommes, femmes et une troisième, les deux sexes confondus, d’abord désignée niños (enfants) et, depuis 1869, muchachos (jeunes, garçons, mais aussi enfants). Dès 1902, les tableaux font la distinction entre les travailleurs de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Parmi les premiers, tous hommes, deux catégories séparent les jeunes de seize à dix-huit ans et les ouvriers de plus de dix-huit ans. Pour les travaux de surface, les effectifs sont classés en trois catégories pour chaque sexe : dix-seize, seize-dix-huit et plus de dix-huit ans ; le groupe des plus jeunes deviendra quatorze-seize ans à partir de 1909, avant de disparaître – assez mystérieusement – dès 1916. Lorsque, pour avoir des séries homogènes, on prend tous les moins de dix-huit ans d’après 1901 pour ce qu’on appelait précédemment muchachos (Borrás et Cohen, 1990), on peut risquer une légère surestimation de cette main-d’œuvre. Mais, d’un autre côté, on pourrait évoquer la fraude d’âge, sans doute de longue durée et généralisée. Comme le dit G. Chastagnaret, niño et muchacho désignaient plutôt certaines catégories d’emploi auxiliaires que des classes d’âge strictement déterminées : les pinches, guajes ou zagalones, les enfants de la gavia s’occupant des transports intérieurs, les paseantes de Linarès. Des catégories caractérisées aussi par la faiblesse et la rigidité des rémunérations : pour l’année 1917, nous avons trouvé chez Peñarroya des salaires journaliers moyens allant de 1,31 peseta, pour les garçons de quatorze ans, à 1,47 et 1,66 peseta pour ceux de quinze et de seize ans, respectivement ; dans tous les cas, en dessous de la moitié de la moyenne touchée par les simples manœuvres adultes dans les mines. Dans les années 1870, la rémunération des pinches de la zone était d’une peseta par jour.

7 Notamment les charbonnages : c’est sous la pression des patrons asturiens que le gouvernement a allégé, en février 1916, les prescriptions de 1912 sur l’emploi de jeunes de moins de dix-huit ans dans les travaux souterrains (Shubert, 1984).

8 La méthodologie de l’exercice a été traitée dans un article récent (Cohen, 1999).

9 On n’en est même pas à 20 % de l’exploitation totale du fichier, ce qui veut dire que le corpus final de l’étude multipliera très considérablement les effectifs actuels des cohortes.

10 Elle sera inscrite dans le règlement intérieur de l’entreprise, de 1942.

11 Dans tous les cas, c’est nous qui traduisons les citations. Pour des expressions espagnoles dont il est utile de saisir les nuances, nous notons aussi la version originale.

12 C’était la raison pour laquelle les frais d’examen devaient être à la charge du patron : le décret apportait une réponse aux plaintes ouvrières contre des patrons qui faisaient payer les ouvriers.

13 C’est le changement de cap que préconisera la loi de bases du 13 juillet 1936, sur les maladies professionnelles, avortée par la guerre civile.

14 On trouve aussi « candidat à tuberculose pulmonaire » (1909, quinze ans), « sera cardiaque » (1914, seize ans), etc. Mais c’étaient les ongles et les yeux qui faisaient l’objet d’une attention prioritaire. La compagnie a tout de suite trouvé la voie pour se libérer de l’« épidémie » herniaire : dans nos cohortes de jeunes débutants de 1902-1910, la « prédisposition » en sera signalée pour trois ouvriers sur cinq ! Il est vrai que seulement 6 % des dossiers y font allusion dès le premier contact de l’ouvrier avec les services médicaux de la compagnie, et que onze ans de travail s’écoulent en moyenne avant que les symptômes soient repérés (la détection sera beaucoup plus précoce pour les cohortes de 1911-1920) ; peu importe, la simple mention d’une prédisposition, quelle que fût l’ancienneté de l’ouvrier aux travaux de Penarroya, estompait en fait la responsabilité de l’employeur. Le cas échéant, les tribunaux entérineront cette pratique que la loi (en 1917, 1922 et 1933) achèvera de normaliser. Les grandes entreprises minières comme Penarroya ont été largement écoutées par le législateur.

15 D’après un témoignage de 1909, à Hinojosa del Duque, ville de 10 000 habitants toute proche du bassin houiller, les ouvriers ayant trois ou quatre enfants étaient obligés de les faire mendier ; les enfants-mendiants du village étaient plus de 200 (cité par J. Sanchez, 1990).

16 Il est évident qu’il ne s’agit nullement ici de juger les attitudes personnelles, mais d’analyser des fonctions.

Auteur

Université de Grenade

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540