Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Former, encadrer, moraliser

Élites, patronat, travail des enfants et obligation scolaire en Belgique avant 1914

Éliane Gubin

Texte intégral

  • 1 Voir l’ouvrage L’Enseignement populaire en Belgique au XIXe siècle, Gand, 1979.

1En Belgique, les élites bourgeoises ont joué un rôle fondamental dans la diffusion de l’éducation populaire au XIXe siècle. Elles ont consenti d’importants efforts pour mettre en place des réseaux d’enseignement et de formation d’adultes1, efforts étonnants au regard de l’opposition que ces mêmes élites ont manifestée vis-à-vis de l’obligation scolaire. Il faut en effet attendre le 19 mai 1914 pour que le législateur vote l’enseignement obligatoire pour tous les enfants de six à quatorze ans.

2Ce retard paraît d’autant plus incompréhensible que le pays est réceptif aux nouveaux courants pédagogiques et produit des pédagogues de renom, comme Pierre Tempels ou Ovide Decroly. Le parti libéral tout entier porte un intérêt certain aux problèmes d’éducation ; la Ligue de l’enseignement (dont s’inspire directement son homologue française) est fondée dès 1864. Enfin l’influence des pays voisins aurait dû s’exercer : la France impose l’enseignement obligatoire en 1882, le grand-duché de Luxembourg en 1881, l’Angleterre entre 1870 et 1880, les Pays-Bas en 1900.

Un analphabétisme persistant

  • 2 Enquête sur la condition des classes ouvrières et le travail des enfants, 3 vol., Bruxelles, 1846- (...)
  • 3 M. Depaepe, « Kwantitatieve analyse van de Belgisch lagere school 1830-1911 », L’Enseignement popu (...)
  • 4 Encore toujours dans les années 1880 : J. Lory, Libéralisme et instruction primaire 1842-1879 (Lou (...)
  • 5 J. Lory, « L’enseignement libre vu par les libéraux dans l’enquête scolaire parlementaire de 1880- (...)

3On pourrait objecter que, peut-être, l’évolution générale de l’instruction en Belgique ne rendait pas la réglementation nécessaire. Ce discours était largement tenu par les adversaires de l’obligation scolaire ; pourtant il ne résiste pas à l’analyse des faits. La première enquête sur le travail industriel, effectuée en 18432, révèle que seuls 2 % des 14 313 ouvriers concernés sont capables de lire et écrire. Durant tout le siècle, les rapports sont tout aussi désolants3 ; dans les années 1870, 24 % des jeunes recrues appelées à faire le service militaire sont totalement analphabètes4. Quant aux jeunes filles, plus du quart d’entre elles, nées entre 1850 et 1860 et mariées entre 1876 et 1880, n’ont pu apposer la moindre signature sur leur acte de mariage5.

L’indispensable travail des enfants...

  • 6 Rapport triennal sur la situation de l’enseignement primaire en Belgique, 1852-54, p. CLXIII ; ibi (...)
  • 7 Rapport triennal... 1852-54, p. CLXIII.

4Cette situation résulte directement de la mise au travail précoce des enfants. Dans les classes laborieuses, l’enfance n’a rien d’une période privilégiée qui mériterait « protections ou égards particuliers », elle représente au contraire un immense réservoir de main-d’œuvre à bon marché dans lequel le patronat industriel puise selon la conjoncture économique. Le petit ouvrier de neuf ans est une réalité sociale qui plonge la question scolaire au cœur de la question économique. Les rapports des inspecteurs provinciaux de l’enseignement primaire regorgent de plaintes contre la lutte, inégale, engagée entre l’école et la fabrique : « l’enfance pauvre est sacrifiée à l’industrie »6. Partout le travail prime sur l’école7.

  • 8 « Réponses des chefs d’industrie », Enquête sur la condition des classes ouvrières et le travail d (...)

5Car le travail des enfants est constitutif de la réussite du capitalisme industriel, il représente en effet la pierre angulaire du système. Dans l’industrie, un peu plus d’un cinquième de la main-d’œuvre totale (21 % des travailleurs) a moins de seize ans en 1846. Mais on note de très grandes variations selon le sexe et les secteurs d’activité : sur 497 établissements recensés, l’enquête de 1843 faisait état de 18 % d’ouvriers de moins de seize ans et de 24 % d’ouvrières de moins de seize ans8. Dans les charbonnages, 22 % de la main-d’œuvre est âgée de moins de seize ans, mais 48 % dans les manufactures de lin !

  • 9 Avis de la Chambre de Commerce de Liège sur le projet de loi relatif à la condition des classes ou (...)

6Ce recours à une main-d’œuvre abondante et très bon marché - que l’on pouvait refouler sans scrupule en période de récession – permettait non seulement de réaliser des gains considérables sur le prix de revient des produits, mais aussi de maintenir tout au long du siècle une pression à la baisse sur l’ensemble des salaires, y compris celui des adultes. Encore au début du XXe siècle, la Belgique est un pays de très bas salaires, ce qui constitue un élément déterminant pour la compétitivité de ses produits sur le marché international. Limiter le travail des enfants pour leur permettre de fréquenter l’école apparaît donc comme une question principalement économique et l’argument est récurrent dans la bouche des industriels : « Vouloir soustraire les enfants à l’exploitation des ateliers, c’est tarir pour tous la source féconde du travail, nous placer dans l’impuissance de pouvoir contenir la lutte et l’antagonisme des fabrications similaires à l’étranger »9. Toute restriction du travail enfantin provoquerait, selon les contemporains, une dégradation générale de l’économie nationale, le déclin total de certains secteurs, un chômage accru et l’appauvrissement généralisé des familles ouvrières.

7On comprend dès lors pourquoi le patronat industriel fut particulièrement attentif aux propositions d’obligation scolaire, bien plus dangereuses à ses yeux qu’une réglementation sectorielle, et pourquoi le travail des enfants forme la toile de fond des débats sur l’obligation scolaire. Aucune discussion parlementaire sur l’enseignement obligatoire n’a fait abstraction de ses conséquences économiques ; inversement aucun débat sur la condition ouvrière n’a passé sous silence le manque d’instruction, à une époque où il apparaissait comme le principal responsable de la misère des classes ouvrières, de leur immoralité, leur ivrognerie, leur imprévoyance. Toutes les grandes enquêtes ouvrières du XIXe siècle ont étroitement mêlé l’état physique et l’état moral des classes laborieuses, et ont consacré un important volet à la situation de l’enseignement.

  • 10 G. Van Themsche, Les Paradoxes de l’État (Bruxelles, Éd. Labor, 1997), p. 46-47.

8Par tous ces aspects, l’obligation scolaire constitue un excellent révélateur de l’attitude de la bourgeoisie à l’égard de l’enfance pauvre, tout comme elle révèle des tensions profondes au sein des classes dirigeantes. La question mobilise des notables aussi différents que des médecins, des ingénieurs, des économistes, des pédagogues, des philanthropes, des industriels, plus tard des juristes ; elle retient l’attention des chambres de commerce, du Conseil supérieur de l’industrie, de l’Académie de médecine, des sociétés de salubrité publique, de la Société d’économie politique, de la Ligue de l’enseignement. Elle surgit immanquablement dans des assemblées à vocation sociale comme les congrès d’hygiène ou les congrès de bienfaisance. Confrontés à des intérêts divers, tiraillés entre des valeurs antagonistes, les notables ont été obligés de concilier des pratiques de philanthropie et de moralisation avec des intérêts industriels ou politiques. Les tensions sont particulièrement sensibles au parlement où siègent des représentants du patronat et des avocats liés aux milieux économiques. Il y règne en effet durant tout le siècle une véritable « relation symbiotique » entre l’État et les élites économiques qui soumit le parlement à une « sujétion très évidente et personnelle aux intérêts privés de quelques-uns »10.

9Cette contribution vise à éclairer certaines facettes d’une question éminemment complexe, envisagée plus particulièrement sous un angle politique, économique et social.

L’aspect politique

10C’est sans doute l’aspect politique de l’enseignement obligatoire scolaire qui a été le plus étudié, dans une société qui avait fait du contrôle de l’école primaire un enjeu majeur entre les deux partis alternant au pouvoir. Avant 1914, la lutte scolaire n’a cessé de dresser catholiques contre libéraux mais aussi libéraux entre eux. Il serait pourtant réducteur de n’y voir qu’une opposition entre progressistes et conservateurs ; au-delà des options idéologiques, les positions s’ordonnent aussi selon une ligne de partage déterminée par deux préoccupations : la sphère d’intervention de l’État et la finalité reconnue à l’enseignement populaire.

  • 11 La première législation sociale, votée après les émeutes de 1886, demeure dominée par l’idée de la (...)
  • 12 R. Desmed, « À propos du mémoire de la Loge des Amis Philanthropes sur l’enseignement primaire obl (...)

11Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la bourgeoisie belge est largement acquise à la conception d’un État libéral dont les domaines d’intervention sont strictement circonscrits à des fonctions de police et de sécurité (État-gendarme). L’idée même d’une ingérence étatique dans les relations privées ou industrielles est repoussée avec une vigueur telle qu’elle triomphe de toute réglementation du travail avant 188911. Dans ce contexte de totale liberté, l’obligation scolaire, qui implique une interdiction radicale du travail enfantin, apparut très vite comme un épouvantail. Dans ce cas, la forme occulta le fond et une fraction non négligeable de libéraux, pourtant acquis aux vertus de l’instruction, refusèrent de s’engager dans une voie réglementaire dont ils redoutaient d’éventuelles dérives. Ainsi Théodore Verhaegen, libéral notoire et co-fondateur de l’Université de Bruxelles, taxait l’obligation scolaire de théorie « dangereuse et illibérale » qui conduira « tout droit au communisme et au socialisme »12.

12Divisés en une aile doctrinaire, puissante au plan économique, regroupant industriels et banquiers, et une aile progressiste, composée d’une moyenne bourgeoisie urbaine intellectuelle, les libéraux se déchirèrent sur la question, tandis qu’inversement les catholiques, tout aussi partisans que les libéraux (sinon plus) d’un État non-interventionniste, opposaient un front uni du refus.

  • 13 Sur cet aspect, É. Gubin et P. Lefevre, « Obligation scolaire et société au XIXe siècle. Réflexion (...)
  • 14 Destriveaux, Discours sur l’instruction publique (Liège, 1824), in J. Bartier, « Les milieux laïqu (...)
  • 15 Journal historique et littéraire, 1836-1837, p. 177.
  • 16 M, 1834-35, p. 37.
  • 17 A.G.R., Archives de l’État à Mons, chambre de commerce de Mons, liasse 615.

13Sur cette première ligne de partage se greffe la seconde, qui concerne la finalité de l’enseignement populaire. L’enseignement primaire fut longtemps conçu comme un moyen de maintenir l’ordre social13 ; il représentait, selon le mot de Destriveaux, recteur de l’Université de Liège en 1824, « une assurance contre les incendies politiques »14. Cette conception perdure, avec quelques variantes, durant tout le siècle. En dépit des discours glorifiant la lutte contre l’ignorance, l’école primaire avait plus pour mission d’intégrer les classes laborieuses dans le système politique et social que de leur inculquer des connaissances élémentaires : il s’agissait surtout d’apprendre aux enfants des classes ouvrières à respecter les valeurs établies, d’en faire des travailleurs « soumis aux devoirs de leur condition ». Dans cette perspective, l’Église était considérée comme un auxiliaire indispensable et la première loi organique de l’enseignement primaire, votée en 1842, inscrit la religion catholique au programme des matières obligatoires15 : « Une instruction, pour être utile, écrit le Journal historique et littéraire, doit être essentiellement religieuse »16. À ce moment, les libéraux partagent très largement cette idée ; la chambre de commerce de Mons résume fort bien cette conviction dans un rapport de 1842 : il est indispensable d’étendre l’instruction religieuse dans les régions houillères « pour préserver la subordination si nécessaire au maintien de l’ordre parmi les nombreuses populations du Borinage »17. Cette conception explique pourquoi le patronat charbonnier, en majorité libéral, a subventionné les écoles des Frères de la Doctrine chrétienne jusque dans les années 1860.

  • 18 J.-M. Funck, De l’Enseignement primaire obligatoire en Belgique (Bruxelles, 1858), p. 17-18. Jean- (...)

14Mais l’avènement d’une fraction antireligieuse au sein du libéralisme belge rompt brutalement ce consensus au milieu du siècle. Les « jeunes » libéraux (comme on les appelle) entendent désormais instruire le peuple et dénoncent la religion comme un poison moral qui le maintient dans la superstition et sous la coupe du clergé. Ils réclament l’extension du « savoir lire et écrire » comme moyen pour améliorer les conditions de vie et garantir la paix sociale. Telle une révolution douce, l’instruction devrait renforcer la cohésion entre les classes sociales en atténuant entre elles les différences « sur le plan de l’intelligence ». Parallèlement, l’éducation leur paraît porteuse d’autres progrès, tels que la laïcisation de la société18. En couplant l’instruction obligatoire avec la revendication du suffrage capacitaire, ils espèrent aussi démocratiser un système électoral basé jusque-là exclusivement sur le cens et défendu par les catholiques et les doctrinaires.

  • 19 Voir à ce propos R. Desmed, « La franc-maçonnerie belge et la laïcisation de l’enseignement 1830-1 (...)
  • 20 En Belgique les évêques ont « excommunié » la maçonnerie en 1837 et, depuis cette date, il y a inc (...)
  • 21 Assemblée générale des catholiques de Belgique. Première session à Malines 18-22 août 1863 (Bruxel (...)
  • 22 Assemblée générale des catholiques de Belgique, 1864 (Bruxelles-Paris 1865), t. n, p. 98-107 ; Ass (...)

15La maçonnerie, du moins certaines loges parmi les plus avancées19, appuie l’enseignement obligatoire - ce qui en détourne définitivement les catholiques. Assimilée désormais à une « conspiration maçonnique » pour dépeupler les écoles confessionnelles au profit des écoles officielles20, l’obligation scolaire est vigoureusement repoussée lors des trois assemblées constitutives du parti catholique à Malines en 1863, 1864 et 1867. Elle est considérée comme contraire à la liberté individuelle et aux droits de la famille, comme attentatoire à l’autorité paternelle21 ; en bref, elle ne serait rien d’autre que l’amorce d’une dangereuse dérive vers la suppression d’autres libertés limitant l’action de l’Église22.

  • 23 Annales Parlementaires, Chambre, 24 janvier 1859, p. 380.
  • 24 R. Devleeshouwer, « Logique sociale et législation du travail en Belgique au cours de la première (...)

16À la belle unanimité qui règne dans les rangs catholiques, les libéraux opposent au contraire le spectacle d’une solide discorde. Ils se séparent sur tout, même sur les programmes. Car bien qu’anticléricaux, les doctrinaires persistent à considérer la présence du clergé comme nécessaire dans les écoles primaires, la religion étant pour eux indispensable au peuple pour supporter sans révolte sa condition. La vieille formule « Pour maintenir l’ordre public, un curé de village vaut mieux que cent gendarmes » leur semble toujours d’actualité. Beaucoup assimilent l’enseignement obligatoire à une réforme « socialiste », qui porte « atteinte aux droits de l’homme, à l’autorité du père de famille, [qui] affaiblit le principal ressort de la liberté en confisquant une partie du libre arbitre, de l’initiative, de la volonté individuelle ». L’avis est de Charles de Brouckère23 (1796-1860), économiste réputé et bourgmestre libéral de Bruxelles. Par ailleurs administrateur de la société paternaliste La Vieille Montagne, de Brouckère avoue que, en tant que patron, il tient peu « à ce que le peuple en masse aille aux écoles quand il trouve à s’occuper utilement »24.

17Débattue sporadiquement à la Chambre, l’instruction des enfants des classes populaires retient l’attention à diverses reprises, en 1862, en 1869, en 1878 sans que l’on n’observe de changements significatifs dans les positions respectives.

  • 25 Annales Parlementaires, Chambre, 5 déc. 1862, p. 69. Jaequemyns est aussi administrateur de sociét (...)

18De (rares) libéraux modérés concèdent parfois quelques ouvertures, comme celle de soustraire les enfants quelques heures à la fabrique pour les instruire. Mais d’autres rétorquent qu’il s’agit là d’un faux problème, car rien n’empêche d’instruire l’enfant après sa journée de travail ! « Je ne vois pas la difficulté qu’il y aurait à lui donner après cette heure [19 h] des cours de lecture, d’écriture, de calcul et même des cours de physique et de mécanique », déclare en 1862 le député libéral de Gand Édouard Jaequemyns25.

  • 26 Gonot, ingénieur des mines, bassin de Mons (Enquête... de 1843, t. II, p. 228).
  • 27 Enquête... de 1843, t. II, p. 307, 332, 341.

19Toutefois, l’idée d’un enseignement donné après les heures de travail fut assez vite abandonnée. Des ingénieurs des mines, dont la voix s’était élevée dans les bassins charbonniers, en avaient souligné l’utopie : « Il est absolument impossible que le jeune ouvrier qui quitte sa demeure de deux à cinq heures du matin pour n’y rentrer exténué que vers 5 h du soir fréquente encore une école pour y recevoir des leçons de lecture et d’écriture »26. En d’autres termes, les ingénieurs des mines posaient très clairement l’alternative dès 1843 : si l’on veut l’instruction des enfants, il faut interdire leur travail. Eux-mêmes se prononcent majoritairement pour l’obligation scolaire, à l’exception des ingénieurs des mines du bassin liégeois qui, dès 1843, soulignent au contraire les dangers de l’instruction (les grèves sont toujours menées par des ouvriers « instruits ») et le risque de voir les enfants de mineurs refuser de devenir mineurs, une fois scolarisés27.

L’obligation scolaire, une question économique...

20Question politique, l’obligation scolaire est dominée par ses prolongements économiques. Elle surgit donc dans tous les débats relatifs aux conditions de travail, à la « question sociale » en général, et entraîne les réactions des milieux patronaux mais aussi de médecins et d’ingénieurs en contact avec le monde du travail.

Les milieux industriels

  • 28 Documents relatifs au travail des femmes et des enfants dans les manufactures..., p. 13.

21Un premier projet pour réglementer le travail des enfants avait été proposé à la suite de l’enquête de 1843. Il prévoyait d’interdire le travail avant dix ans et de limiter la journée à six heures et demie avant quatorze ans – interdictions qui devaient permettre d’organiser un système scolaire à mi-temps. Cette première proposition fut combattue avec succès par les milieux économiques, parce qu’elle « ne tenait pas compte des nécessités du travail industriel »28 et qu’elle plongerait, ipso facto, les familles ouvrières dans la misère.

22L’argument du salaire de l’enfant, indispensable aux familles ouvrières, est certainement celui qui handicape le plus les partisans de l’obligation scolaire. Car on ne peut nier l’évidence, démontrée par tous les budgets ouvriers : seul le travail combiné de chaque membre de la famille permet de survivre.

  • 29 De Groux au Congrès de l’Association pour le Progrès des sciences sociales, 1862 (Bruxelles, 1863) (...)
  • 30 J.-J. Altmeyer, Quelques mots sur l’enseignement primaire obligatoire (Bruxelles, 1859), p. 68 ; M (...)
  • 31 Mémoire des loges belges..., avis de la loge de Liège (p. 71) et de Verviers (p. 178-179), soit de (...)

23Les adversaires de l’obligation scolaire ont beau jeu de souligner le paradoxe : si l’on interdit le travail des enfants, il faudra « rendre au pauvre ce dont vous l’avez privé. Si le salaire de son enfant lui est indispensable, vous devez indemniser le père de la perte de ce salaire. Mais prenez garde, le principe vous entraîne, vous créez le droit à l’assistance, forcément, irrésistiblement [...]. La conséquence fatale, inflexible, du droit à l’assistance, c’est le droit au travail [...]. Et vous voilà en plein socialisme »29. L’argument économique se mêle au credo doctrinal de la non-intervention étatique. La difficulté est réelle et certains tenteront de la contourner en proposant des palliatifs, comme la distribution de soupe gratuite à l’école30. Mais beaucoup reconnaissent que ces avantages ne pourront suffire et que l’on sera bien contraint de lever l’obligation scolaire pour les plus démunis31.

  • 32 Le Prolétaire, 28 mars 1858.
  • 33 Le Prolétaire, 23 mai 1858.

24Le patronat revient d’autant plus volontiers sur cet aspect qu’il constitue un élément sensible dans la classe ouvrière elle-même. Dans les milieux démocratiques, l’obligation scolaire n’apparaît pas comme prioritaire, il faut d’abord résoudre les problèmes de la misère avant de résoudre ceux de l’instruction. « Quand vous voudrez que l’instruction ait sa place au foyer du prolétaire, commencez par en chasser la faim »32... car « l’estomac a des besoins plus imprescriptibles que l’intelligence »33.

  • 34 Revue de Belgique, t. XXII, 15 janvier 1876, p. 42-44.

25C’est pourquoi l’instruction à temps partiel (de préférence le mi-temps, sur l’exemple anglais) apparaît à certains comme un moindre mal, une solution acceptable, censée respecter l’intérêt de l’enfant, l’intérêt des familles et les besoins de l’industrie. Quelques essais furent tentés, notamment à Gand où l’administration communale « institua dans ses écoles des horaires à mi-temps [...] et établit des classes-ouvroirs qui assuraient aux jeunes filles un petit salaire »34. Appuyées par les associations culturelles et la Ligue de l’enseignement, ces tentatives rencontrent cependant l’opposition des chefs d’entreprise parce que, selon eux, le recours à deux équipes d’enfants en alternance pendant six heures risquait de désorganiser le travail des adultes.

  • 35 Annales Parlementaires, Chambre, séance du 19 janvier 1869.

26Mais les industriels ne se limitent pas aux seuls arguments économiques, ils y joignent aussi des considérations morales. Ils dénoncent l’obligation scolaire comme vexatoire pour les chefs d’industrie, car elle sous-entend que ceux-ci « abuseraient » des forces enfantines. Aussi dans leurs discours, ils égrènent les œuvres et les réalisations philanthropiques dont s’enorgueillit le patronat « social ». D’autre part, les patrons se posent aussi en défenseurs de leurs ouvriers, doublement atteints dans leur dignité de pères : la loi entamerait la puissance paternelle tout en les soupçonnant de chercher à exploiter leurs enfants. Au préjudice pécuniaire pour les familles ouvrières s’ajouterait le préjudice moral : « Une loi sur le travail des enfants », s’écrie en 1869 Walthère Frère-Orban, chef du libéralisme doctrinaire, « c’est une loi qui proclame qu’au sein des familles laborieuses, les pères sont sans cœur et les mères sans entrailles ! »35.

27Mais la cohérence ne caractérise pas toujours les discours patronaux et de nombreux industriels n’hésitent pas à imputer aux ouvriers la totale responsabilité du travail enfantin précoce, prêtant aux parents la volonté d’exploiter leurs enfants. À les entendre, les patrons n’engagent les jeunes enfants que forcés et contraints, pour éviter qu’ils ne soient placés dans des conditions pires encore, dans de petits ateliers ou dans des fabriques décentralisées.

  • 36 « Rapport de la Chambre de Commerce de Termonde » (Enquête... de 1843, t. H, p. 62).

28Enfin, dernier volet de leur argumentation : la nécessaire formation « sur le tas ». Le travail précoce est présenté comme indispensable pour apprendre le métier et surtout pour acquérir dès le plus jeune âge des habitudes d’ordre et de travail, sources de toute vertu. L’enfant s’acclimate d’autant mieux au travail qu’il y est astreint très tôt et dompte ainsi une fainéantise qui est un vice courant dans les classes populaires : « L’âge le plus tendre peut être utilisé pour le travail, surtout dans le but d’extirper la paresse »36.

  • 37 Bulletin de la Ligue de l’Enseignement, 1868-1869, p. 34. Mêmes idées, p. 41, 90.
  • 38 Id., 1865-66, p. 226, 396.

29Les partisans de l’obligation scolaire rétorquent en rappelant au contraire les dangers moraux de l’usine pour la jeunesse, la corruption des ateliers et la promiscuité des sexes. À la toute puissance paternelle exigée par les partisans de la liberté, ils opposent l’intérêt général. De son côté la Ligue de l’enseignement évoque les droits de l’enfant – une notion totalement neuve qui portera ses fruits à la fin du siècle. Pour elle, le débat ne peut se limiter aux droits de trois interlocuteurs – l’État, le patron et la famille – il doit aussi inclure les devoirs de la société vis-à-vis de l’enfant. Prenant le contre-pied des idées communément admises, la Ligue de l’enseignement affirme que « l’enfant n’a pas à pourvoir à ses propres besoins, ni à aider à l’entretien des familles, ni à concourir au travail industriel de la nation »37. Mais comme la Ligue ne peut éluder la question du manque à gagner pour les familles ouvrières, elle se borne à prôner, dans l’immédiat, des dons aux familles, en vêtements et en nourriture, pour compenser le salaire perdu des petits écoliers38.

  • 39 Dans l’Enquête... de 1843 : chambre de commerce de Bruxelles (t. II, p. 31), de Termonde (II, p. 8 (...)

30Quant aux chambres de commerce, elles sont d’abord unanimes à souligner la nécessité du travail des enfants, même si elles reconnaissent dès 1843 qu’un dramatique analphabétisme sévit parmi les jeunes ouvriers. Elles se déclarent néanmoins prêtes à envisager les modalités d’un enseignement obligatoire – à condition que les leçons se donnent après les heures de travail et ne perturbent pas la bonne marche de l’industrie39.

31Par la suite, leurs opinions varieront selon les hommes qui les composent et leurs liens avec les industries employant ou non des enfants. Elles afficheront des positions allant de l’adhésion totale à l’obligation scolaire à son rejet absolu, dans un éventail de nuances extrêmement large. Ainsi la chambre de commerce de Bruxelles, favorable à l’obligation scolaire, justifie cette position par l’évolution technologique qui nécessitera bientôt une main-d’œuvre de plus en plus qualifiée, capable de s’adapter aux nouvelles formes de travail. À l’opposé, les chambres de commerce des régions houillères, celle de Liège en particulier, se murent dans un rejet total, de même que les chambres de Verviers et de Tournai, qui regroupent surtout des industriels du textile.

  • 40 A. Morelli, « Les médecins parlementaires belges aux XIXe-XXe siècles », L’engagement social et po (...)

32Mais d’autres notables prennent part au débat, parmi lesquels des médecins, des économistes, quelques observateurs sociaux. Depuis le début du siècle, les médecins apparaissent sans aucun doute comme les observateurs privilégiés de la classe ouvrière. Ils sont les premiers à être associés systématiquement à l’examen des problèmes sociaux, en tant qu’experts habilités à décrire les conditions de travail et d’existence des populations laborieuses et leurs conséquences40.

  • 41 A. De Burggraeve, « Rapport sur l’état physique et moral des enfants employés dans les manufacture (...)
  • 42 « Rapport de l’Académie Royale de Médecine... », Enquête... de 1843, t. II, p. 335.
  • 43 « Rapport de la Commission médicale de Gand », Enquête... de 1843, t. II, p. 445.
  • 44 Jean-François Vleminckx (1800-1876), docteur en médecine, inspecteur général du Service de Santé d (...)
  • 45 Cité dans M. Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au 19e siècle (Microéditions Hac (...)

33Peu représentés à la Chambre, ils exercent en revanche un poids stratégique dans de nombreuses commissions : commissions médicales provinciales, conseils d’hygiène, conseils de salubrité publique. Les pouvoirs publics les sollicitent régulièrement dès qu’il s’agit des conditions de vie des classes inférieures. À peine fondée (1840), l’Académie royale de médecine est chargée par le gouvernement de faire rapport sur le travail des enfants dans les établissements industriels41. Dans l’enquête de 1843, les contributions médicales abondent et les médecins sont les premiers à mettre l’accent sur les méfaits physiques et moraux du travail industriel des enfants. « Examinez l’enfant des fabriques [...]. Il est chétif et comme étiolé, il présente tous les signes d’une dégradation physique [...]. La face pâle et maigre exprime un air de souffrance »42. Ce sont les enfants, dont l’attention est constamment sollicitée, qui sont aussi les plus exposés aux accidents : sur 395 accidents enregistrés par la commission médicale de Gand en 1843, 270 (soit 68 %) concernent des ouvriers de moins de vingt ans43. Aussi l’Académie de médecine, présidée par le docteur Vleminckx44, se prononce-t-elle clairement en faveur de l’obligation scolaire, perçue comme une mesure permettant de préserver l’intégrité physique des jeunes générations ouvrières. Le même phénomène s’observe d’ailleurs dans d’autres pays industrialisés. En France, des médecins comme Villermé et Parent-Duchâtelet sondent les maux des classes ouvrières et, par la connaissance intime de leurs conditions de vie, se posent en experts sociaux45. Leurs rapports regorgent de renseignements sur la santé, l’alimentation, le logement, l’hygiène des classes populaires et fondent les bases d’une science sociale encore balbutiante.

34Mais au sein de la profession médicale, les opinions divergent sur les remèdes préconisés car les médecins, comme l’ensemble de la bourgeoisie, se divisent en cléricaux et anticléricaux, en progressistes et conservateurs. Ils représentent parfois des groupes d’intérêt et l’alignement des médecins de charbonnages sur l’avis des patrons houillers par exemple est manifeste. L’Académie de médecine, elle, bien que soumise à des tensions internes, adopta majoritairement un point de vue « social » : dès 1867, elle entame motu proprio une enquête sur le travail des femmes et des enfants dans les charbonnages, au grand dam du lobby charbonnier. Cette enquête se solde, après de vifs débats, par la condamnation du travail souterrain des enfants et l’exigence de mesures réglementaires, y compris dans le domaine de l’éducation.

35Immédiatement, le patronat charbonnier se mobilise pour contester aux académiciens toute légitimité à sortir d’un rôle purement médical. On assiste alors, pendant près d’un an, à une confrontation très dure entre médecins réglementaristes et patrons charbonniers, pourtant tous deux d’obédience libérale.

36Dans une société qui se détache de l’emprise de l’Église et ne lui reconnaît plus le rôle d’autorité morale sur les classes populaires, il s’agit de déterminer qui exercera désormais cette fonction ; en d’autres termes, il s’agit de savoir qui pourra dire les limites à fixer à l’exploitation humaine, les droits et les devoirs d’un État qui, fut-il libéral, ne peut risquer de compromettre les générations futures. Les médecins tentent de faire reconnaître leurs compétences dans ce domaine, en arguant de leur capacité à déterminer les conséquences médicales du travail mais aussi leurs prolongements économiques et moraux. À ce titre, ils tentent de peser sur le pouvoir politique et l’initiative du législateur.

  • 46 Sur cet aspect, É. Gubin, « Femmes, travail, protection : le débat en Belgique au XIXe siècle », C (...)

37Le lobby charbonnier ne s’est pas trompé sur la portée des enjeux et s’est mobilisé en conséquence : de cette joute assez étonnante, mettant aux prises des notables entre eux pour le contrôle des ressources humaines, le corps médical sortira affaibli46. Alors qu’il avait été jusque-là étroitement associé à toutes les enquêtes sur le travail, il en sera désormais écarté, comme en témoigne son absence à la Commission du travail en 1886. D’une manière générale, les médecins seront laissés à l’écart de la législation du travail comme de la théorisation des sciences sociales, au profit d’une nouvelle classe montante d’experts, les juristes.

Les économistes

  • 47 Membre de l’Institut de France, il enseigne en Belgique pendant les années 1860 avant de regagner (...)
  • 48 L’Économiste belge, 19 nov. 1859.
  • 49 Id., 20 janvier et 1er mars 1858,10 juillet 1868.

38On s’attendrait à ce que les milieux industriels trouvent appui auprès des théoriciens du libéralisme économique ; paradoxalement, il n’en est rien. C’est même au sein de l’école manchestérienne la plus dure groupée autour de Gustave de Molinari47 que l’obligation scolaire sera défendue avec le plus de vigueur. Certains auteurs s’en sont étonnés. En réalité cette position découle d’une logique imparable. Pour l’école libérale, l’État se réduit « à un simple appareil à produire de la sécurité, rien de plus, rien de moins »48. C’est principalement le lien étroit que ces économistes nouent entre l’ignorance et la criminalité qui fait basculer l’obligation scolaire parmi les prérogatives de police de l’État. Cette conception s’appuie sur le danger que constitue l’ignorance pour l’ordre social, mais les économistes soulignent aussi le frein qu’elle représente pour le progrès industriel et la prospérité nationale : à ces deux titres, il est du devoir de l’État d’instruire les classes ouvrières49.

  • 50 Commission du travail, 1886, Bruxelles, t. IV, p. XXIX-XXX.

39Cette nouvelle dimension ne laisse pas les industriels indifférents et quelques-uns fondent même des écoles au sein de leur entreprise, surtout dans le but de prévenir toute intervention des pouvoirs publics. Un industriel le déclare clairement devant la Commission du travail, en 1886 : « Nous ne sommes pas de ceux qui pensent que le gouvernement doive intervenir dans ces questions. C’est au contraire aux chefs d’entreprise à bien se rendre compte de l’avantage qu’il y a pour eux à avoir des ouvriers ayant une certaine instruction et l’âge voulu, selon nous, quatorze ans, on obtient ainsi un personnel robuste et intelligent avec lequel on produit, dans des conditions favorables, permettant de lutter contre les marchés étrangers »50.

L’obligation scolaire, une question sociale

  • 51 É. Ducpétiaux, Quelques mots sur l’état actuel de l’instruction primaire en Belgique et sur la néc (...)

40Le développement des statistiques criminelles amena aussi à s’interroger sur les moyens de lutter contre l’ignorance et la possibilité de favoriser son corollaire, l’obligation scolaire. Les premiers travaux statistiques relatifs à la criminalité avaient d’emblée mis l’accent sur la relation entre criminalité et analphabétisme et avaient conduit, en toute logique, certains réformateurs du système pénitencier à inclure l’éducation parmi les moyens de redressement. On retrouve chez eux un éventail presque complet des arguments précédents, allant du bien-être de l’enfant à la préservation des forces productives futures, en passant par des considérations sur la délinquance et l’ordre public mais, à la différence des hommes politiques ou des industriels, les observateurs sociaux se montraient plus soucieux des révoltes individuelles, concrétisées par les crimes et les délits, que des soubresauts collectifs. « Dénier à la société le droit de rendre l’instruction obligatoire, ce serait en quelque sorte lui refuser celui de réprimer les délits qui ne sont que la conséquence de l’ignorance ou du défaut de moralité »51.

  • 52 M.-S. Dupont-Bouchat, « L’ère Ducpétiaux », De la prison à l’école. Les pénitenciers pour enfants (...)
  • 53 M.-S. Dupont-Bouchat, « Le travail des enfants dans les pénitenciers », Cahiers de la Fonderie, 7, (...)
  • 54 Id., ibid., p. 19.

41C’est pourquoi Édouard Ducpétiaux52, administrateur général des prisons, préoccupé à la fois par la délinquance, le paupérisme et les conséquences sociales du capitalisme industriel, se pose en ardent défenseur de l’instruction obligatoire. Dans la même optique, les pénitenciers pour enfants appliquent un système de scolarisation à temps partiel : les enfants y travaillent huit heures puis suivent la classe pendant deux heures. Le paradoxe d’une telle situation est maintes fois souligné ; les enfants placés sous l’autorité de l’État à la suite d’un délit, d’un jugement et d’une condamnation, sont les seuls à bénéficier d’une certaine instruction obligatoire. Certes, les résultats sont maigres, à la mesure des (très) faibles moyens pédagogiques dont disposent les pénitenciers, mais il n’empêche qu’à leur sortie, 80 % des enfants ont acquis des rudiments d’instruction que beaucoup de petits ouvriers ne possèdent pas53. Ce qui conduit Ducpétiaux à plaider pour « qu’on leur accorde, innocents, ce qu’on ne leur refuserait pas s’ils étaient coupables »54.

42Véritable laboratoire d’observation de l’enfance où interviennent des médecins, des enseignants et des aumôniers, le mouvement de réforme pénitentiaire sort progressivement les enfants des prisons pour les mener vers des écoles de redressement puis de bienfaisance. À partir des années 1880, ce mouvement s’insère dans le vaste courant international de (re)moralisation de la société d’une part, et de protection de l’enfance d’autre part, où les médecins, présents à l’origine, sont partiellement évincés au profit des dames d’œuvres et des juristes.

  • 55 M.-S. Dupont-Bouchat, De la prison à l’école..., p. 78-81.
  • 56 F. Huart, « La Société protectrice des Enfants martyrs de Bruxelles, 1892-1892-1912», mém. lic., H (...)

43De nouvelles élites se mobilisent dans cette croisade pour la protection de l’enfance et contribuent à imposer un nouveau modèle : éduquer plutôt que réprimer – soit l’instruction comme remède préventif à la délinquance. Ce mouvement de protection de l’enfance diffuse progressivement l’idée que l’État peut - et même doit – intervenir dans l’intérêt de l’enfant et que son intervention ne se limite pas à la sphère publique : elle peut et doit pénétrer dans l’intimité des familles55. L’État a d’autant plus pour mission de se substituer aux parents défaillants que la réduction drastique des naissances à la fin du siècle transforme désormais l’enfance en « un capital qu’il faut protéger »56. C’est pourquoi une association comme la Société des enfants martyrs, fondée à Bruxelles en 1892, réclame l’obligation scolaire et assimile le défaut de scolarisation à un mauvais traitement et à un abus de la puissance paternelle. Le mouvement rejoint ainsi les préoccupations amorcées naguère par la Ligue de l’enseignement quand celle-ci mettait l’accent sur les droits de l’enfant, supérieurs au respect de la puissance paternelle.

44Ce survol des attitudes des élites à l’égard de l’enfance populaire met en évidence la complexité d’une question, simple en apparence, celle de l’instruction des enfants des classes ouvrières dans une société pourtant très largement acquise aux valeurs de l’éducation. Il fait ressortir les contradictions apparentes entre l’activité philanthropique de ces mêmes élites, qui se dépensent sans compter pour créer un véritable réseau d’éducation populaire, et l’opposition farouche d’une majorité d’entre elles à tout enseignement obligatoire, pressenti comme dangereux pour le système économique et, surtout, comme une brèche dans le principe de non-intervention de l’État.

45Cette étude met aussi en lumière le poids des motivations économiques et sociales dans la question de l’enseignement. Ce sont, entre autres, « les besoins de l’industrie » qui ont conduit à durcir ou à rectifier les positions initiales. De la même manière, les nouveaux besoins technologiques remettent progressivement en question le contenu de l’instruction. De son côté, le combat politique pour l’extension du suffrage lui apporta une résonance particulière.

  • 57 Il est en effet possible aux pouvoirs publics, aux communes et aux provinces, d’accorder des subve (...)

46Paradoxalement, l’obligation scolaire, combattue pendant tout le XIXe siècle par les catholiques, est votée par une majorité catholique, sous un gouvernement catholique, au pouvoir depuis trente ans. L’enjeu politique reprend alors tous ses droits et conduit les partis de gauche, libérale et socialiste, à s’y opposer tant ils craignent que les catholiques, inversant à leur profit les avantages présumés de l’obligation scolaire, ne s’en servent pour privilégier l’école libre au détriment de l’école publique57.

47Longtemps l’idée d’une « impossible » obligation tarauda les partisans de l’enseignement généralisé, paralysés par la faiblesse des budgets ouvriers et l’incapacité à compenser le salaire des enfants. D’où des propositions boiteuses, comme le mi-temps scolaire ou les systèmes compensatoires pour dédommager les familles ouvrières. À la fin du siècle, les associations se multiplient pour distribuer des aliments ou des vêtements à l’école (l’Assiette de Soupe, l’Œuvre de la Soupe, la Bouchée de Pain, le Vestiaire scolaire... etc.). Mais en organisant ainsi un vaste mouvement associatif destiné à favoriser l’éducation des classes pauvres, la bourgeoisie contribua à maintenir un régime de liberté, même en matière éducative, un État peu interventionniste qui perdura jusqu’à la veille de la première guerre mondiale.

48Les multiples implications de l’obligation scolaire mettent enfin clairement en évidence les conflits internes entre notables, des lignes de fracture et de partage au sein de la bourgeoisie, qui ne correspondent pas nécessairement à la division idéologique. Si les catholiques restèrent longtemps unis dans leur opposition à l’obligation scolaire, les libéraux en revanche partirent très vite en rangs dispersés, ce qui contribua largement à l’affaiblissement de leur parti.

49Enfin, l’attitude des classes dirigeantes à l’égard de l’enfance populaire éclaire aussi les enjeux réels qui se cachaient sous certaines initiatives philanthropiques, de même que les luttes menées par les notables entre eux pour le contrôle de la société.

Notes

1 Voir l’ouvrage L’Enseignement populaire en Belgique au XIXe siècle, Gand, 1979.

2 Enquête sur la condition des classes ouvrières et le travail des enfants, 3 vol., Bruxelles, 1846-1848.

3 M. Depaepe, « Kwantitatieve analyse van de Belgisch lagere school 1830-1911 », L’Enseignement populaire..., p. 49.

4 Encore toujours dans les années 1880 : J. Lory, Libéralisme et instruction primaire 1842-1879 (Louvain, 1979), t. I, p. 82-85.

5 J. Lory, « L’enseignement libre vu par les libéraux dans l’enquête scolaire parlementaire de 1880-1884 », Église et Enseignement (Bruxelles, Éd. ULB, 1977), p. 232.

6 Rapport triennal sur la situation de l’enseignement primaire en Belgique, 1852-54, p. CLXIII ; ibid. pour 1858-60, p. CXX ; pour 1862-64, p. CIV ; pour 1870-72, p. XCVII, etc.

7 Rapport triennal... 1852-54, p. CLXIII.

8 « Réponses des chefs d’industrie », Enquête sur la condition des classes ouvrières et le travail des enfants [1843], t. I, p. VI.

9 Avis de la Chambre de Commerce de Liège sur le projet de loi relatif à la condition des classes ouvrières et du travail des enfants (Liège, 1849), p. 15.

10 G. Van Themsche, Les Paradoxes de l’État (Bruxelles, Éd. Labor, 1997), p. 46-47.

11 La première législation sociale, votée après les émeutes de 1886, demeure dominée par l’idée de la supériorité de l’initiative individuelle sur la réglementation : J.-P. Nandrin, « La genèse du droit du travail en Belgique. Plaidoyer pour une chronologie », Juris Scripta Historica, Koninklijke Akademie, t. XIII (Bruxelles, 1997), p. 256-288.

12 R. Desmed, « À propos du mémoire de la Loge des Amis Philanthropes sur l’enseignement primaire obligatoire et laïque », Revue belge de philologie et d’histoire, t. LII, 1975, p. 394.

13 Sur cet aspect, É. Gubin et P. Lefevre, « Obligation scolaire et société au XIXe siècle. Réflexions à propos du premier projet de loi sur l’enseignement obligatoire (1883) », Revue belge de philologie et d’histoire, LXIII, 2, 1985, p. 340 et sv.

14 Destriveaux, Discours sur l’instruction publique (Liège, 1824), in J. Bartier, « Les milieux laïques et la liberté de l’enseignement en Belgique au XIXe siècle », Église et Enseignement..., p. 185.

15 Journal historique et littéraire, 1836-1837, p. 177.

16 M, 1834-35, p. 37.

17 A.G.R., Archives de l’État à Mons, chambre de commerce de Mons, liasse 615.

18 J.-M. Funck, De l’Enseignement primaire obligatoire en Belgique (Bruxelles, 1858), p. 17-18. Jean-Michel Funck (1822-1877) est avocat, conseiller communal libéral de Bruxelles, échevin de l’Instruction publique de 1862 à 1870.

19 Voir à ce propos R. Desmed, « La franc-maçonnerie belge et la laïcisation de l’enseignement 1830-1914 », Église et Enseignement... ; J. Lory, Libéralisme et instruction primaire 1842-1879, t. I, p. 277-291.

20 En Belgique les évêques ont « excommunié » la maçonnerie en 1837 et, depuis cette date, il y a incompatibilité totale entre maçonnerie et catholicisme.

21 Assemblée générale des catholiques de Belgique. Première session à Malines 18-22 août 1863 (Bruxelles, 1864), t. I, p. 122, 126-128.

22 Assemblée générale des catholiques de Belgique, 1864 (Bruxelles-Paris 1865), t. n, p. 98-107 ; Assemblée générale des catholiques de Belgique, 1867 (Bruxelles, 1868), t. I, p. 327.

23 Annales Parlementaires, Chambre, 24 janvier 1859, p. 380.

24 R. Devleeshouwer, « Logique sociale et législation du travail en Belgique au cours de la première moitié du XIXe siècle », Revue de l’Institut de Sociologie de l’Université de Bruxelles, 1962, p. 509.

25 Annales Parlementaires, Chambre, 5 déc. 1862, p. 69. Jaequemyns est aussi administrateur de société. Cette solution avait déjà été suggérée par la chambre de commerce de Gand en 1843.

26 Gonot, ingénieur des mines, bassin de Mons (Enquête... de 1843, t. II, p. 228).

27 Enquête... de 1843, t. II, p. 307, 332, 341.

28 Documents relatifs au travail des femmes et des enfants dans les manufactures..., p. 13.

29 De Groux au Congrès de l’Association pour le Progrès des sciences sociales, 1862 (Bruxelles, 1863), p. 263.

30 J.-J. Altmeyer, Quelques mots sur l’enseignement primaire obligatoire (Bruxelles, 1859), p. 68 ; Mémoire des loges belges sur l’instruction obligatoire..., p. 95.

31 Mémoire des loges belges..., avis de la loge de Liège (p. 71) et de Verviers (p. 178-179), soit deux loges implantées dans des régions industrielles où le travail des enfants est particulièrement développé.

32 Le Prolétaire, 28 mars 1858.

33 Le Prolétaire, 23 mai 1858.

34 Revue de Belgique, t. XXII, 15 janvier 1876, p. 42-44.

35 Annales Parlementaires, Chambre, séance du 19 janvier 1869.

36 « Rapport de la Chambre de Commerce de Termonde » (Enquête... de 1843, t. H, p. 62).

37 Bulletin de la Ligue de l’Enseignement, 1868-1869, p. 34. Mêmes idées, p. 41, 90.

38 Id., 1865-66, p. 226, 396.

39 Dans l’Enquête... de 1843 : chambre de commerce de Bruxelles (t. II, p. 31), de Termonde (II, p. 81), de Charleroi (H, p. 127), d’Anvers (I, p. IX), de Gand (I, p. XLV), de Tournai (H, p. 135), de Mons (II, p. 120).

40 A. Morelli, « Les médecins parlementaires belges aux XIXe-XXe siècles », L’engagement social et politique des médecins. Belgique-Canada, Socialisme, n° hors série, septembre 1993, p. 9-18.

41 A. De Burggraeve, « Rapport sur l’état physique et moral des enfants employés dans les manufactures, usines et mines de Belgique », Bulletin de l’Académie Royale de Médecine, 1840-1841.

42 « Rapport de l’Académie Royale de Médecine... », Enquête... de 1843, t. II, p. 335.

43 « Rapport de la Commission médicale de Gand », Enquête... de 1843, t. II, p. 445.

44 Jean-François Vleminckx (1800-1876), docteur en médecine, inspecteur général du Service de Santé de l’armée (1830-1864), député libéral de Bruxelles (1864-1876), membre de nombreuses commissions sanitaires et président de l’Académie royale de médecine.

45 Cité dans M. Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au 19e siècle (Microéditions Hachette, Paris, s.d.), p. 28.

46 Sur cet aspect, É. Gubin, « Femmes, travail, protection : le débat en Belgique au XIXe siècle », Cahiers Marxistes, février-mars 1990, p. 41-49.

47 Membre de l’Institut de France, il enseigne en Belgique pendant les années 1860 avant de regagner la France où il dirige, de 1891 à 1901, le Journal des Économistes. En Belgique, il animait L’Économiste belge, une revue qui faisait autorité.

48 L’Économiste belge, 19 nov. 1859.

49 Id., 20 janvier et 1er mars 1858,10 juillet 1868.

50 Commission du travail, 1886, Bruxelles, t. IV, p. XXIX-XXX.

51 É. Ducpétiaux, Quelques mots sur l’état actuel de l’instruction primaire en Belgique et sur la nécessité de l’améliorer (Bruxelles, 1839), p. 14.

52 M.-S. Dupont-Bouchat, « L’ère Ducpétiaux », De la prison à l’école. Les pénitenciers pour enfants en Belgique au XIXe siècle (1840-1914) (U.G.A., Heule-Courtrai, 1996), p. 27-48.

53 M.-S. Dupont-Bouchat, « Le travail des enfants dans les pénitenciers », Cahiers de la Fonderie, 7, novembre 1989, p. 19, 21.

54 Id., ibid., p. 19.

55 M.-S. Dupont-Bouchat, De la prison à l’école..., p. 78-81.

56 F. Huart, « La Société protectrice des Enfants martyrs de Bruxelles, 1892-1892-1912», mém. lic., Histoire, Université catholique de Louvain-la-Neuve, 2 vol., 1994, et M.-S. Dupont-Bouchat, De la prison à l’école..., p. 85-88.

57 Il est en effet possible aux pouvoirs publics, aux communes et aux provinces, d’accorder des subventions aux établissements libres existants (écoles adoptées), ce qui les dispense de créer et d’entretenir une école officielle.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540