Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Former, encadrer, moraliser

Formation de la main-d’œuvre, apprentissage et élites économiques marseillaises (1900-1930)

Jean Domenichino

Texte intégral

1La question de la formation professionnelle initiale de la main-d’œuvre est et a toujours été au centre des préoccupations des élites économiques, en particulier de celles qui ont la charge directe des unités de production ou de service, quelles que soient leur taille et la nature des biens produits ou offerts. En effet, non seulement l’essence de cette formation détermine dans une grande mesure les capacités de la main-d’œuvre à répondre aux situations de travail générées dans l’entreprise, mais elle influe aussi sur les situations financières, voire les mentalités et les options idéologiques des personnels concernés. Aussi, n’est-il pas étonnant de constater que les élites économiques aient toujours été attentives à la manière dont la formation professionnelle initiale, à savoir l’apprentissage, était organisée et structurée.

2Sans entrer dans les détails de l’historique de cette formation, nous noterons simplement que la disparition des corporations en 1791 a totalement désorganisé l’apprentissage, l’État ne prenant pas alors le relais des structures œuvrant dans ce domaine, et ce malgré les projets de Condorcet et de Lakanal. Aussi, est-ce l’initiative privée – laïque mais surtout confessionnelle – qui s’est tout naturellement substituée à cette carence étatique, une initiative visant à former avant tout « les enfants des classes laborieuses qui auront besoin de bonne heure de se suffire par le travail, et le plus souvent le travail manuel », pour reprendre les termes de la circulaire du 15 février 1893.

  • 1 Sur l’ensemble de la problématique, D. Barroéro, « L’enseignement technique à Marseille de 1815 au (...)

3En effet, les écoles privées, malgré leur foisonnement particulièrement fort dans la région marseillaise, s’avèrent très vite incapables de répondre aux besoins de certains secteurs industriels naissants1. En outre, l’émergence des diverses théories du socialisme, l’influence du catholicisme social, mais surtout l’affirmation de la République poussent l’État à intervenir dans le secteur de la formation professionnelle. C’est le sens des nombreuses ordonnances, circulaires ou lois qui jalonnent le XIXe siècle. Pour mémoire, nous pouvons citer celles des années 1829, 1833, 1851-avec la loi du 22 février plus spécialement consacrée à l’apprentissage – mais aussi celles des années 1863, 1865, 1880, 1882... Cette série témoigne en fait du souci du législateur d’intervenir dans le domaine de la formation professionnelle, un souci qui se concrétise en 1919 – année de l’adoption de la loi Astier dont la gestation, on le sait, commence dès 1905 avec l’avant-projet de loi de Fernand Dubief, pour l’heure ministre du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes – et qui s’affine le 13 juillet 1925 par le vote de la loi créant une taxe d’apprentissage payée par les entreprises, taxe fixée à 0,20 % du montant brut des salaires versés au cours de l’année précédente.

4En voulant d’abord introduire l’obligation, pour les apprentis, de suivre des cours professionnels inclus dans le temps de travail, puis en voulant ensuite imposer une taxe pour financer cet enseignement, le législateur oblige les élites économiques – et en particulier les élites patronales – à s’exprimer sur l’apprentissage. Les nombreuses déclarations faites alors permettent de cerner les positionnements des uns et des autres et, au-delà, celles du patronat marseillais dans son ensemble. En dernier ressort, celui-ci montre le visage d’un groupe divisé, affichant sans fard ses divergences qui font de l’apprentissage pensé et voulu par le législateur un apprentissage tout à la fois rejeté, accepté et souhaité, mais aussi glorifié.

Des oppositions multiformes...

  • 2 Archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille [A.C.C.I.M.], registre des délibéra (...)

5Le rejet des initiatives gouvernementales emprunte des voies multiples. La première voie utilisée par tous les opposants aux projets est celle du libéralisme le plus classique, au nom duquel l’État ne peut intervenir dans la marche des entreprises qui relèvent du droit privé. Ce principe est réaffirmé en 1910 par le vice-président de la chambre de commerce de Marseille qui, s’exprimant au nom de ses pairs, juge « attentatoire à la liberté l’obligation faite aux patrons d’accorder aux apprentis une heure pendant la journée de travail pour suivre les cours »2.

  • 3 Réponse du président des Raffineries de sucre de Saint-Louis à l’enquête du ministère du Commerce (...)
  • 4 Id., ibid.
  • 5 In D. Barroéro, op. cit.

6La deuxième voie mise en avant est celle de l’efficacité économique. Les nouvelles dispositions législatives sont en effet perçues comme dangereuses. Selon leurs détracteurs, non seulement elles nuisent à la bonne marche des entreprises, mais elles mettent en péril leur existence même, car elles déstructurent les procès de travail et alourdissent les charges financières. Et à ces niveaux, les déclarations se multiplient. C’est le président des Raffineries de sucre de Saint-Louis qui écrit par exemple qu’il y aurait « de graves inconvénients à distraire pendant la journée ces jeunes gens [il parle des apprentis] de leur travail normal, car cela entraverait le fonctionnement régulier de nos chantiers, et porterait un trouble sensible dans la fabrication »3. Dans le même registre, c’est encore le président de la Société générale des tuileries de Marseille qui, dans une longue lettre destinée au ministère du Commerce et de l’Industrie4, indique que l’horaire des jeunes ouvriers doit être le même que celui des autres salariés « car sans eux, la production est impossible. Leur présence est indispensable au travail de l’équipe à laquelle ils appartiennent ». Quant à l’alourdissement des charges financières, il est dénoncé par tous, même par la partie du patronat favorable à une instruction théorique des jeunes salariés prise sur le temps de travail. Il faudra en fait les assurances d’Astier précisant que la loi serait appliquée « avec souplesse et libéralisme », et les dispositions de la loi de 1925 offrant aux entreprises la possibilité d’être exonérées du paiement de la taxe d’apprentissage, pour voir les dernières réticences s’estomper. Malgré tout, les oppositions restent fortes. Ainsi, dans le département des Bouches-du-Rhône, les demandes d’exonération furent si importantes qu’elles ont incité le comité départemental de l’Enseignement technique à une vigilance accrue. En 1937 par exemple, ce dernier rejette systématiquement toute demande arrivée hors des délais légaux et n’accorde l’exonération que pour des apprentis ayant un contrat d’apprentissage écrit5.

  • 6 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [A.D.BdR.], série 14 M 21, liasse 3.
  • 7 Ibid.
  • 8 A.C.C.I.M., M.K. 2.2.3.1.
  • 9 Lettre signée par huit pères de l’entreprise et transmise au cabinet du préfet par le directeur de (...)

7La troisième voie empruntée par les opposants pourrait être surnommée la voie du « cynisme », un cynisme gradué, qui s’exprime dans des registres différenciés. Ainsi, pour certains, les dispositions législatives sont superflues, car la main-d’œuvre qu’ils emploient ne saurait que faire d’une formation complémentaire. C’est ce qu’exprime le représentant du syndicat des fabrications d’huile pour qui « la fabrication du savon ne demande aucune instruction professionnelle en dehors de celle acquise par la pratique »6, ou le président des tuileries de Marseille qui affirme que « les manipulations effectuées par les ouvriers et ouvrières occupés dans les usines de produits céramiques sont tellement simples qu’elles n’exigent, à vrai dire, aucun apprentissage »7. Pour d’autres, elles ne se justifient pas car la résistance à la fatigue des apprentis est telle qu’ils peuvent aisément supporter ce qu’on appelle les cours du soir. Le registre des délibérations de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille est éloquent et sans ambiguïté à ce sujet : « La fin de la journée, pour la plupart des ateliers et des usines, est à 6 ou 7 heures du soir [...]. Il nous semble rationnel et humanitaire que les apprentis [...] rentrent chez eux pour prendre leur repas, en même temps qu’un peu de repos, et qu’ils se rendent ensuite aux cours professionnels. On objecte à ce mode d’instruction la fatigue pour les élèves, le surmenage [...]. Nous avons pu constater, en assistant à ces cours, que l’attention des élèves est soutenue : leur cahier de notes bien rédigé, ils sont au courant des explications données, ce qui indique qu’il y a eu chez ces élèves, ni fatigue, ni défaillance momentanée »8. Quelquefois, le patronat n’hésite pas à se poser en « gardien » de la moralité de ses apprentis pour justifier sa position, allant jusqu’à susciter l’appui d’une partie de son personnel pour donner plus de force à son argumentaire. L’exemple le plus accompli est celui du directeur des Tuileries de Marseille. Il joint à ses recommandations écrites une lettre des « pères de famille » de son entreprise qui s’opposent à ce que leurs fils apprentis n’aient pas les mêmes horaires qu’eux car, disent-ils, « ils seront alors sans surveillance » et ils ajoutent : « Il faut que les cours aient lieu en dehors de la journée de travail. On pourra alors accompagner nos fils et veiller sur eux »9.

8On l’aura compris. Les dispositions législatives sont rejetées et combattues par les entreprises peu mécanisées, utilisant une technologie rudimentaire, peu élaborée, qui accorde encore une part fondamentale au travail vivant. De ce fait, elles ne peuvent perdurer que par l’emploi d’une main-d’œuvre abondante, payée le moins cher possible. Aussi, toute élévation de qualification préconisée par l’État aboutit, à plus ou moins longue échéance, à remettre en cause les situations établies, ce qui rebute un patronat peu ou prou « routinier », mal préparé à conduire les mutations technologiques qui s’imposent alors.

... mais des adhésions sans réserve

9Si donc la politique de l’État est rejetée, elle est aussi, nous l’avons noté, acceptée, voire souhaitée par une partie des élites économiques marseillaises.

  • 10 Concernant l’histoire de ces chantiers, J. Domenichino, Une ville en chantiers. La construction na (...)

10Celles-ci dirigent les secteurs industriels fortement mécanisés, comme la métallurgie, la construction et réparation navales qui ont déjà mis en place, dans le cadre de leurs entreprises, leurs propres centres d’apprentissage, à l’instar des chantiers de La Ciotat et de Port-de-Bouc pour ne citer que ces deux exemples10. Mais elles appartiennent aussi et surtout au secteur de l’artisanat dont les interventions nécessitent très souvent l’emploi d’une main-d’œuvre fortement spécialisée et à haut degré de savoir-faire. Aussi, ce secteur pense véritablement qu’il peut être le premier bénéficiaire des nouvelles dispositions législatives, au contraire des grandes entreprises qui ont déjà acquis leur propre autonomie dans le domaine de l’apprentissage et se sentent de ce fait peu concernées par le débat qui s’engage alors. En outre, il ne pas faut oublier que l’artisanat est resté fortement marqué par les pratiques du compagnonnage qui a eu comme souci premier d’assurer à ses membres la qualification la plus performante possible, ce qui explique aussi son adhésion aux nouvelles lois qui rendent plus pertinente la formation des personnels.

  • 11 A.C.C.I.M., M.K. 2.2.3.1.

11Il n’est donc pas étonnant de voir les patrons boulangers, confiseurs, pâtissiers, chocolatiers et glaciers, la chambre syndicale de l’ameublement se montrer favorables aux nouvelles dispositions concernant des apprentis qu’ils emploient et forment déjà depuis longtemps, ce qu’ils ne manquent de rappeler à chaque occasion. La position la plus élaborée et la plus proche des partisans de l’obligation est sans conteste celle exprimée par la chambre syndicale de l’ameublement qui écrit : « L’enseignement technique peut très bien se faire entièrement dans nos ateliers, à condition que l’apprenti soit dans une bonne maison [...]. Les cours professionnels seraient une très bonne chose ». Il est vrai que les artisans de l’ameublement acceptent d’autant plus les nouvelles dispositions que leur activité, ayant un caractère saisonnier, souffrira peu des nouvelles obligations, ce qu’ils ne manquent pas de souligner lorsqu’ils précisent que « ces cours pourraient avoir lieu de janvier à septembre [...] et l’apprenti peut s’absenter pendant la journée légale de travail »11.

  • 12 Cette brochure de vingt pages a pour titre, Appel à la population des Bouches-du-Rhône (A.D.BdR., (...)

12Quoi qu’il en soit, le secteur artisanal manifeste son attachement à la formation initiale de la main-d’œuvre par une présence active et assidue au sein des comités de patronage des Apprentis et de l’Enseignement technique des arrondissements de Marseille, d’Aix et d’Arles, comités regroupés à partir de 1912 dans une Union départementale qui devient très vite l’instrument privilégié de la « glorification » de l’apprentissage. En 1917 par exemple, elle diffuse une brochure sur l’ensemble du département afin de sensibiliser la population aux problèmes de l’apprentissage et de l’enseignement technique, et d’exposer son point de vue sur ces formations particulières12.

13Ce mouvement de « positivation » et glorification de l’apprentissage est initié et animé par trois personnalités du département qui impriment à l’Union leur dynamisme et leur foi en la formation initiale de la main-d’œuvre au travail. Il s’agit d’un inspecteur de l’enseignement primaire de la circonscription nord de Marseille, Philippe-Marie Fontenaille ; d’un conseiller général SFIO, Henri-Marius Maurel ; et enfin d’un industriel, Léon Bourdillon, directeur de la Société marseillaise de constructions mécaniques et président du comité d’arrondissement de Marseille, en fait la véritable cheville ouvrière de l’ensemble. À lire leurs déclarations et interventions, l’apprentissage se trouve paré de toutes les vertus.

  • 13 Appel..., p. 4.
  • 14 A.C.C.I.M., M.K. 2.2.3.1.

14Pour les ouvriers et les employés, il est l’instrument privilégié de leur promotion individuelle car il leur permet de « ne pas se trouver indéfiniment rivés à une condition sociale inférieure », tout en les aidant à se « moraliser »13. C’est en fait ce qu’avait développé Astier lui-même lors de sa venue à Marseille en 1910. Pour lui, en effet, « l’obligation aura un grand avantage, celui de moraliser cette multitude d’enfants que la suppression de l’apprentissage jette sur le pavé de la rue à leur sortie de l’école à l’âge de treize ans. En grandissant sans travailler, ils suivent fatalement les mauvais exemples et ils arrivent à constituer l’armée si nombreuse du crime, qui est composée en majeur partie d’adolescents »14.

  • 15 Appel..., p. 7
  • 16 A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 2.

15Pour les entreprises, l’apprentissage « nouvelle mouture » est indispensable pour disposer « d’ouvriers parfaits [...] connaissant bien leur métier, prenant plaisir à manier leurs outils et à façonner la matière, n’accomplissant pas leur tâche comme on se débarrasse d’une corvée, mais à la manière d’un artiste qui veut, avant tout, être content de l’œuvre sortie de ses mains »15, tout en ayant – ce qui est loin d’être négligeable – « plus de chance d’éviter les conflits et les grèves »16.

  • 17 Compte rendu de la réunion de l’Union départementale des comités d’apprentissage, 2 mai 1916 (A.D. (...)

16Cependant, les vertus de l’apprentissage ne se limitent pas aux frontières de l’entreprise, surtout dans la période marquée par la première guerre mondiale. À ce moment-là, les membres de comités de patronage se sentent investis de véritables missions nationales. Ainsi, en 1916, ils ne manquent pas d’inscrire leur action « dans le combat de la France pour sa liberté et la liberté du travail », car, notent-ils, « tandis que ses fils glorieux opposent, comme une muraille infranchissable, leur poitrine aux masses ennemies, les citoyens de l’arrière, non seulement forgent, par leur travail intensifié, l’instrument de la Victoire, mais se préoccupent de l’avenir du pays et préparent les éléments de sa prospérité future »17.

La fête instrumentalisée

  • 18 Le Soleil, 28 février 1929.
  • 19 Ibid.

17La glorification de l’apprentissage emprunte des voies diversifiées. Elle atteint cependant son apogée en 1929, avec l’organisation, sous l’impulsion de Léon Bourdillon, d’une grande fête prévue à Marseille les 23 et 24 juin et destinée à l’ensemble des apprentis du département. La date choisie n’est pas innocente. Il s’agit de commémorer dignement le dixième anniversaire de la loi Astier, ce qui démontre en tout état de cause que la « commémorativité qui nous atteint » relevée par Antoine Prost n’est pas un phénomène récent. Au-delà, les concepteurs de cette manifestation se proposent de conjurer la crise de l’apprentissage qu’ils pensent alors déceler. Pour cela, il leur faut « glorifier le travail en la personne des adolescents du travail »18, une glorification valable pour le présent, mais aussi pour l’avenir car « c’est surtout par le travail – un travail assidu et intelligent – que notre pays qui a trop souffert de la guerre et d’une mauvaise paix, peut et doit se relever »19.

  • 20 La fête est « déplacée » à partir de 1790 au solstice d’été.

18Cependant, Léon Bourdillon ne se contente pas d’inscrire cette manifestation dans le temps court. Il ambitionne en effet de renouer avec une fête ancienne, « la Fête de la lumière », qui n’avait plus été célébrée à Marseille depuis 1819. Cette fête était appelée ainsi car elle avait lieu, avant 1789, au moment de l’année où la durée du jour était moindre et où les apprentis commençaient à travailler à la lueur des lampes20. Ce jour-là, les maîtres invitaient les apprentis à leur table et leur donnaient congé pour qu’ils puissent participer aux jeux qui étaient organisés à leur intention. C’est en fait ce schéma qui est retenu en 1929, et ce avec une triple volonté et ambition.

19La première est de faire de cette fête une fête consensuelle. Ce but semble atteint lorsqu’on examine les personnalités qui ont accepté de figurer dans un « Comité d’honneur » créé à cet effet.

  • 21 Le Comité d’honneur est composé du président de la République, du ministre du Commerce et de l’Ind (...)

20Outre les membres « institutionnels » des plus hautes autorités de l’État ou du gouvernement21, outre les hauts fonctionnaires comme le préfet du département et le directeur général de l’enseignement technique, se côtoient dans ce comité tous les députés et sénateurs du département, quelle que soit leur appartenance politique, les présidents des chambres de commerce de Marseille, d’Arles et le secrétaire général de la CGT, Léon Jouhaux.

  • 22 La fête mobilise une commission à l’organisation, une commission financière, une commission à la p (...)
  • 23 Ibid., compte rendu de la commission financière en date du 7 mai 1929.

21Le consensus souhaité par les concepteurs de la manifestation se retrouve aussi au niveau de la composition des différentes commissions qui œuvrent chacune dans un domaine bien particulier22. À ce niveau, il existe une volonté évidente de mettre sur un même pied d’égalité employeurs et salariés. Ainsi, les représentants patronaux qui jouent un rôle prépondérant ont le souci permanent de ne pas laisser pour compte, lors des prises de décision, les représentants ouvriers qu’ils appellent systématiquement « les camarades délégués ouvriers ». Ils proposent même, pour permettre à ces mêmes délégués d’assister au banquet de clôture, que les prix de leur repas soient à la charge de l’organisation. En outre, ils émettent l’idée que « les camarades ouvriers qui sont délégués dans les différentes commissions et qui pour assister aux différentes réunions perdent des heures de travail puissent toucher un jeton de séance »23. Le vocabulaire utilisé, le rapprochement des mots « camarades » et « jeton de séance » témoignent, de manière presque caricaturale, de la volonté d’inscrire cette fête sous le registre du consensus.

  • 24 J.-B. Nicolaï, Simon Sabiani. Un « chef » à Marseille. 1919-1944, Olivier Orban, 1991.

22Néanmoins, cette appréciation mérite d’être fortement nuancée. Ainsi, ce sont les seuls responsables des organisations de la CGT qui sont sollicités. À aucun moment il n’est envisagé d’établir des contacts avec les membres de la CGTU dont la présence et l’influence sont loin d’être négligeables dans le département. Et si le député Sabiani a droit aux mêmes sollicitations que ses pairs, il n’est pas inutile de rappeler qu’en 1929, il a déjà rompu avec la SFIO. Il est pour l’heure uni au maire de Marseille – le docteur Flaissières – dont il est le premier adjoint24.

23Si la première ambition des concepteurs est de faire de la fête de 1929 une fête consensuelle, la deuxième est de tout mettre en œuvre pour que celle-ci soit aussi une « fête de masse ».

24Dès les premières réunions de la commission à l’organisation, l’objectif de 3 000 apprentis présents lors de la journée du 24 juin est fixé. Le but à atteindre est a priori plus que raisonnable, compte tenu que la fête s’adresse à tous les apprentis du département et que ceux-ci sont estimés entre 5 000 et 6 000 pour le seul arrondissement de Marseille. En outre, la presse locale est mise à contribution, en particulier Le Radical, Le Soleil, Le Sémaphore, Le Petit Marseillais, et des courriers particuliers sont envoyés aux employeurs par les présidents des chambres de commerce pour les persuader d’inscrire leurs apprentis aux différentes activités prévues pendant les deux jours de la fête. Par la même occasion, il leur est même demandé d’accorder un congé le lundi pour permettre aux éventuels participants de se reposer.

  • 25 Compte rendu de la commission à l’organisation, 15 mars 1929. La venue de 4 000 jeunes gens et jeu (...)
  • 26 Compte rendu de la réunion de la commission financière en date du 21 mai 1929. Les dépenses prévue (...)

25Malgré l’enthousiasme de l’équipe organisatrice et les efforts déployés, les résultats restent mitigés, voire décevants. Fin mai, le nombre des apprentis inscrits et en situation de production n’est que de 1 500, en fait moins de la moitié du nombre espéré par les organisateurs25. Signe d’un certain désintérêt des employeurs pour la fête, leur contribution financière est en deçà des prévisions et des besoins exprimés par le comité d’organisation, qui se trouve obligé de réduire ses dépenses prévisionnelles26. Aussi, est-il décidé d’ouvrir la manifestation à toutes les structures qui dispensent peu ou prou des enseignements manuels et pratiques, comme les cours complémentaires, les écoles de préapprentissage, les institutions privées de bienfaisance.

  • 27 Registre de l’ensemble des apprenti(e)s inscrit(e)s pour participer à la fête (A.D.BdR., série 14 (...)

26L’étude de la liste des participants à la manifestation de juin 1929 n’est pas dépourvue d’intérêt27, même si les indications portées, à savoir l’âge de l’apprenti, sa spécialité, l’entreprise et l’école qu’il fréquente, sont très souvent parcellaires et incomplètes. Malgré tout, les renseignements sont assez fournis pour permettre d’approcher la situation des apprentis de la région marseillaise.

  • 28 Institution charitable du quartier du même nom.

27In fine, on s’aperçoit que sur les 2 345 inscrits, dont 33 % sont des filles, 81 % fréquentent des écoles d’apprentis et des cours complémentaires, 15 % des écoles de préapprentissage. Ces pourcentages indiquent clairement que la formation professionnelle pratique et théorique est de plus en plus assurée en dehors de l’entreprise, et ce par des structures dépendantes du système scolaire, qu’il soit de statut public ou privé. Signe de cette évolution, les apprentis « Compagnons du Devoir » ne sont qu’au nombre de 15. Quant aux âges recensés, ils s’échelonnent entre treize et dix-neuf ans, bien que des exceptions remarquables soient à noter. Ainsi, « Les Amis de l’enfance de la Belle de Mai »28 inscrivent une fille de six ans, une de sept ans, quatre de huit ans et une de onze ans, avec les professions de lingère pour les plus jeunes, et de brodeuse pour la plus âgée.

28Les indications portant sur les spécialités suivies par les apprentis sont précieuses. En effet, elles permettent non seulement d’approcher la teneur de la formation professionnelle dispensée dans la région, mais surtout d’en évaluer la pertinence au regard des besoins d’une économie en pleine mutation. À ce niveau, le bilan est plus que contrasté et présente des disparités importantes, selon qu’il concerne les garçons ou les filles.

  • 29 Sur l’évolution des métiers exercés alors par les femmes, voir A.-M. Sohn « Les rôles féminins en (...)
  • 30 Voir Annexe 1. Tableau indiquant l’ensemble des métiers auxquels sont formées les jeunes filles et (...)

29Ainsi, si les jeunes gens ont le choix entre 46 spécialités, les filles voient le leur réduit à huit possibilités. Cet indéniable déséquilibre entre les deux sexes est encore plus marqué si l’on considère le contenu des formations. Par exemple, alors que 269 filles sont appelées à devenir employées de commerce – perspective apparemment positive mais qu’il faut nuancer compte tenu du contexte de l’époque –29 86 sont formées comme couturières, 31 comme lingères, 26 comme brodeuses, 25 comme modistes, ce qui revient à constater que 168 apprenties sont appelées à demeurer confinées dans des métiers traditionnellement attribués aux femmes. A contrario, nous n’avons dénombré qu’une seule sténodactylographe inscrite à la fête, ce qui renforce encore l’indigence de la formation alors offerte aux jeunes filles30.

  • 31 Voir Annexe 2. Même tableau concernant les apprentis.

30La situation est nettement différente lorsqu’on considère les spécialités masculines. À ce niveau, les jeunes gens formés aux qualifications de l’industrie alors les plus recherchées sont de loin les plus nombreux à la fête. La présence des ajusteurs, en tout 483, est à ce niveau significatif. Pour mémoire, les menuisiers, qui arrivent en deuxième position, ne sont que 8831.

31L’étude des participants à la fête de 1929 confirme, dans une grande mesure, ce que nous savions déjà sur la réalité de l’apprentissage des années 1920, à savoir un apprentissage relativement bien adapté aux besoins de l’économie pour la main-d’œuvre masculine, un apprentissage que l’on peut qualifier de déficient pour la main-d’œuvre féminine...

  • 32 Le Radical, article du 1er mars 1929.

32Si les concepteurs de la « Fête » ambitionnent une réunion consensuelle et de masse, ils veulent aussi et surtout que leur initiative contribue à promouvoir les processus de l’apprentissage auxquels ils sont attachés, et à « faire aimer le travail »32. Cela implique que le contenu et le déroulement de la manifestation soient assez forts pour imprégner, pour marquer durablement les mentalités et les « mémoires » des participants en priorité, mais au-delà, celles des décideurs du monde économique et politique.

33Pour ce faire, la commémoration de la loi Astier ne reste pas confinée dans un seul lieu, mais investit les espaces symboliques de la cité marseillaise, et ce de manière spécifique. Ainsi, le parc Borely est consacré « aux ébats champêtres » et « au goûter » offert à tous les enfants ; le parc Chanot est retenu pour abriter la distribution des prix et des médailles ; l’Opéra est choisi pour accueillir les représentations théâtrales – les Romanesques d’Edmond Rostand et des « scènettes » de Labiche – données par la troupe des Amis de l’Instruction Laïque (AIL). Quant aux artères de la ville comme le cours Saint-Louis, la place Castellane ou l’allée latérale du Prado, elles sont décorées de massifs floraux et « d’arcs de Triomphe » à la gloire du travail et de l’apprentissage.

34Cependant, les efforts pour imprégner durablement la fête dans les mémoires collectives et individuelles sont portés en priorité – et c’est logique – au niveau des principaux intéressés, c’est-à-dire « les enfants », pour reprendre la terminologie alors la plus souvent employée, et dans cette optique, tout est mis en œuvre à travers les registres du « durable et de l’éphémère ».

  • 33 Ce pont est situé sur la commune de Martigues et permet à la voie ferrée d’enjamber le canal de Ca (...)

35Au niveau du « durable » par exemple, chaque participant reçoit une médaille et un livret « souvenir » avec, comme préface, un poème composé par le directeur du journal Le Sémaphore – Paul Barlatier – et illustré de photos représentant les monuments et ouvrages d’art retenus pour leur qualité symbolique, architecturale ou technique, comme le pont ferroviaire de Caronte33. En fait, un ensemble destiné à être conservé et versé dans le patrimoine des archives familiales.

  • 34 Le panier « goûter » comprend un petit pain de 50 grammes, un petit sandwich au jambon, un plum-ca (...)
  • 35 In fine, la commission décide de maintenir les deux rondelles de chocolat, mais leur épaisseur est (...)

36Au niveau de « l’éphémère », rien n’est laissé au hasard et tout est pensé pour que le souvenir de la journée demeure ancré profondément dans les mémoires. Cela passe d’abord par le choix des lieux, lieux mythiques de Marseille pas ou peu fréquentés par les milieux populaires et ouvriers, ensuite par le panel des activités proposées qui marient parfaitement les registres culturels, sportifs et ludiques, enfin et peut-être surtout par le contenu du panier « goûter » distribué à tous les participants34. Les concepteurs ont bien senti que c’était à ce niveau que l’impact de la fête était le plus susceptible d’être pertinent. Aussi, ce contenu est-il longuement débattu par une commission ad hoc créée à cet effet, ce qui, a priori, peut prêter à sourire. En fait, ce qui se joue à cet instant est loin d’être anodin lorsqu’on sait que l’objet du débat porte sur les « deux rondelles de chocolat » que certains voudraient voir supprimer pour des impératifs financiers, et que l’on connaît les liens étroits qui existent alors entre ce produit et l’idée de « fête » du fait de sa rareté, ce qui l’écarte des possibilités alimentaires des couches sociales les moins favorisées35.

  • 36 Compte rendu de la réunion de la commission à l’organisation du 15 mars 1929 (A.D.BdR., série 14 M (...)
  • 37 Ce jeu met en présence deux enfants qui sont face à face, les yeux bandés, et une cuillère de conf (...)
  • 38 Les concurrents doivent mettre dans leur bouche un mètre de fil sans l’aide de leurs mains.

37L’épisode des « rondelles des chocolat » montre à quel point les concepteurs de la fête de l’apprentissage ont pensé leur initiative. Leur réflexion s’étend même au registre de la « moralité ». À ce niveau, ils redoublent de vigilance afin de ne pas exposer « aux dangers de la vie »36 les jeunes gens mais surtout les jeunes filles présentes ces jours-là. Aussi, toutes les manifestations ont lieu dans la journée, même les représentations théâtrales qui sont, pour éviter toutes « tentations », interdites aux filles non accompagnées. Leur attention est telle que les jeux proposés durant la fête sont officiellement autorisés à l’un ou l’autre sexe, ou, pour certains, déclarés mixtes. Ainsi, les garçons peuvent se mesurer « au repas des aveugles »37, à la course au sac, aux porteurs de tonneaux et au mât de cocagne, en fait des jeux qui exigent force et habilité. Quant aux filles, elles se voient proposer de danser la farandole, faire la « course des crabes », s’essayer « au camp bleu/camp noir », se jauger à la corde à sauter, c’est-à-dire mettre en valeur leur grâce et leur agilité. Quant aux jeux « mixtes », ils évitent au maximum les contacts entre les différents participants. Ce sont tous des jeux « individuels » comme celui de la « rondelle de chocolat, le fil à manger »38, la pêche miraculeuse ou la « course à la bougie allumée ». Ainsi, se retrouvent, au niveau des jeux, les mêmes « différenciations » entre les garçons et les filles que l’on a discernées au niveau de la formation professionnelle.

38L’analyse de l’attitude des élites économiques marseillaises face aux problèmes de l’apprentissage n’est pas dépourvue d’intérêt. Outre qu’elle permet d’approcher la manière dont ces élites se représentent les jeux et les loisirs qu’elles jugent adaptés à la main-d’œuvre en apprentissage, elle apporte des renseignements non négligeable sur la réalité de la formation initiale des jeunes au travail dans la région. Cependant, au-delà, elle met en évidence le fait que, face aux décisions étatiques qui remettent en cause les situations établies, les entrepreneurs se trouvent très divisés quant à l’attitude à tenir, étant en majorité hostiles aux nouvelles dispositions législatives, ce qui nous autorise à nous interroger sur leur capacité à s’inscrire positivement dans des réformes favorables au monde du travail voulues et votées par le pouvoir politique. Et l’argumentaire soutenu alors par les opposants aux lois sur l’apprentissage n’est pas sans rappeler celui qui est développé actuellement – 1999 – à propos de la législation relative aux trente-cinq heures.

Annexes

Annexe 1 - Tableau consacré aux jeunes filles apprenties

Formations suivies par ordre décroissant

Nombre d’apprenties en chiffres absolus

Employées de commerce

269

Couturières

86

Lingères

31

Brodeuses

26

Modistes

25

Étalagiste

1

Fleuriste

1

Sténodactylo

1

TOTAL

440

Annexe 2 - Tableau consacré aux apprentis

Formations suivies par ordre décroissant

Nombres d’apprentis en chiffres absolus

Ajusteurs

483

Menuisiers

88

Chaudronniers

72

Serruriers

71

Employés de commerce

59

Pâtissiers

52

Bijoutiers

37

Carrossiers

37

Modeleurs

36

Électriciens

31

Ferblantiers

30

Forgerons

28

Fondeurs

26

Mécaniciens

26

Tourneurs

26

Cordonniers

22

Typographes

19

Tuyauteurs

17

Peintres

16

Sculpteurs sur bois

12

Tailleurs de pierres

12

Jardiniers-horticulteurs

10

Plombiers

8

Bobineurs

6

Comptables

6

Charpentiers

5

Maçons

4

Marbriers

4

Maréchaux-ferrants

4

Dessinateurs

2

Ébénistes

2

Préparateurs en pharmacie

2

Chimiste

1

Coiffeur

1

Courtier

1

Fraiseur

1

Horloger

1

Monteur

1

Papetier

1

Radioélectricien

1

Tonnelier

1

Traceur

1

TOTAL

1 289

Notes

1 Sur l’ensemble de la problématique, D. Barroéro, « L’enseignement technique à Marseille de 1815 aux années 1960 », thèse d’histoire sous la direction de G. Chastagnaret, Université de Provence, 1995.

2 Archives de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille [A.C.C.I.M.], registre des délibérations, 7 janvier 1910.

3 Réponse du président des Raffineries de sucre de Saint-Louis à l’enquête du ministère du Commerce et de l’Industrie portant sur l’instruction professionnelle des jeunes filles de moins de dix-huit ans, 1910 (A.C.C.I.M., M.K. 2.2.3.1).

4 Id., ibid.

5 In D. Barroéro, op. cit.

6 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [A.D.BdR.], série 14 M 21, liasse 3.

7 Ibid.

8 A.C.C.I.M., M.K. 2.2.3.1.

9 Lettre signée par huit pères de l’entreprise et transmise au cabinet du préfet par le directeur de l’usine (A.D.BdR, série 14 M 22, liasse 1).

10 Concernant l’histoire de ces chantiers, J. Domenichino, Une ville en chantiers. La construction navale à Port-de-Bouc, Édisud, Aix-en-Provence, 1989 ; L. Jeansoulin, Histoires de La Ciotat, PEC-Marseille, Noir sur Blanc, La Ciotat, 1995.

11 A.C.C.I.M., M.K. 2.2.3.1.

12 Cette brochure de vingt pages a pour titre, Appel à la population des Bouches-du-Rhône (A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 3).

13 Appel..., p. 4.

14 A.C.C.I.M., M.K. 2.2.3.1.

15 Appel..., p. 7

16 A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 2.

17 Compte rendu de la réunion de l’Union départementale des comités d’apprentissage, 2 mai 1916 (A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 2).

18 Le Soleil, 28 février 1929.

19 Ibid.

20 La fête est « déplacée » à partir de 1790 au solstice d’été.

21 Le Comité d’honneur est composé du président de la République, du ministre du Commerce et de l’Industrie, du ministre du Travail, du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, du sous-secrétaire d’État de l’Enseignement technique, du président de la Chambre des députés, du président du conseil général...

22 La fête mobilise une commission à l’organisation, une commission financière, une commission à la propagande, une commission des spectacles, une commission aux jeux (A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 2).

23 Ibid., compte rendu de la commission financière en date du 7 mai 1929.

24 J.-B. Nicolaï, Simon Sabiani. Un « chef » à Marseille. 1919-1944, Olivier Orban, 1991.

25 Compte rendu de la commission à l’organisation, 15 mars 1929. La venue de 4 000 jeunes gens et jeunes filles est alors espérée (A.D.BdR, série 14 M 22, liasse 1).

26 Compte rendu de la réunion de la commission financière en date du 21 mai 1929. Les dépenses prévues se montent à ce moment à 75 786 F alors que le montant des recettes n’est que de 58 000 F. Les médailles reviennent à 12 025 F, la décoration de la voirie à 14 000 F... (A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 3).

27 Registre de l’ensemble des apprenti(e)s inscrit(e)s pour participer à la fête (A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 4).

28 Institution charitable du quartier du même nom.

29 Sur l’évolution des métiers exercés alors par les femmes, voir A.-M. Sohn « Les rôles féminins en France et en Angleterre » in G. Duby, M. Perrot, Histoire des femmes, t. 5, Plon, 1992. « En France, si en 1902 on comptait une employée pour trois ouvrières, en 1931 le rapport s’est élevé à une pour deux ; leur poids dans la population active féminine double entre 1906 et 1921 et en 1931, elles sont un million, soit 22,6 % des salariées » (p. 98).

30 Voir Annexe 1. Tableau indiquant l’ensemble des métiers auxquels sont formées les jeunes filles et le nombre d’apprenties par spécialité.

31 Voir Annexe 2. Même tableau concernant les apprentis.

32 Le Radical, article du 1er mars 1929.

33 Ce pont est situé sur la commune de Martigues et permet à la voie ferrée d’enjamber le canal de Caronte. Il est choisi car il est considéré comme « une œuvre de ferronnerie superbe » et remplace ainsi la vue de l’escalier monumental de la gare Saint-Charles (Marseille) qui était préalablement retenue. Les autres photos représentent les arènes d’Arles, le beffroi de l’hôtel de ville d’Aix-en-Provence, le pont ferroviaire du Rove, le port de Marseille, l’Opéra de la même ville.

34 Le panier « goûter » comprend un petit pain de 50 grammes, un petit sandwich au jambon, un plum-cake, un sucre d’orge, une orange, deux rondelles de chocolat et une pochette surprise.

35 In fine, la commission décide de maintenir les deux rondelles de chocolat, mais leur épaisseur est réduite au profit de leur surface « afin de pouvoir mettre de la publicité sur l’emballage pour réduire les coûts ».

36 Compte rendu de la réunion de la commission à l’organisation du 15 mars 1929 (A.D.BdR., série 14 M 22, liasse 3).

37 Ce jeu met en présence deux enfants qui sont face à face, les yeux bandés, et une cuillère de confiture dans la main. Le but du jeu est de faire manger à son vis-à-vis la confiture en question.

38 Les concurrents doivent mettre dans leur bouche un mètre de fil sans l’aide de leurs mains.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540