Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Former, encadrer, moraliser

La chambre de commerce de Marseille et la main-d’œuvre enfantine : l’École des mousses (1839-1901)

Laurence Américi

Texte intégral

1L’École des mousses est fondée par la chambre de commerce de Marseille en 1839 et fonctionne jusqu’en 1901. En patronnant cette institution, le corps consulaire s’implique dans une triple démarche de formation, de philanthropie et d’organisation du travail des enfants. L’école s’adresse en effet à des mousses de douze à dix-huit ans ; l’inscription y est gratuite, mais les parents s’engagent à ce que les élèves travaillent, à bord de navires du commerce ou de l’État, sans pouvoir disposer des salaires gagnés. Cette association de l’enseignement et du travail véritable pose la question de la nature même de cette institution.

  • 1 Cité par D. Barroéro, « L’enseignement technique à Marseille de 1815 aux années 1960 », doctorat d (...)

2Elle se présente comme un établissement scolaire et les patrons marseillais qui l’administrent n’y recherchent aucun profit financier direct. Sous la monarchie de Juillet, la création d’une école à finalité professionnelle constitue une avancée libérale. Les pouvoirs publics répugnent en effet à généraliser la formation initiale des travailleurs par la scolarisation. Thiers affirme sans ambages : « Ce que je ne saurais trop combattre, c’est l’institution des écoles professionnelles : c’est le genre d’établissement que je déteste et méprise le plus au monde »1. En fondant cette école, le corps consulaire marseillais adopte donc une attitude novatrice. Toutefois, les conditions dans lesquelles les enfants sont mis au travail méritent d’être examinées en s’interrogeant sur le sens de la démarche. Relève-t-elle effectivement d’une pédagogie ou de la constitution d’une réserve de main-d’œuvre enfantine ? Ce cas, dégagé des impératifs immédiats de la production, permet d’observer comment les élites économiques conçoivent le travail des enfants et dans quelle mesure elles lui accordent une valeur formatrice.

L’organisation d’un établissement de formation professionnelle

  • 2 11B, registre 36, 11/06/1839. Sauf indication contraire, toutes les cotes renvoient au classement (...)
  • 3 Les documents sont examinés par une commission composée de MM. Richard, Périer et Pastré (11B, reg (...)
  • 4 L’école est placée sous le patronage du duc d’Orléans, à l’occasion de son voyage à Marseille (11B (...)
  • 5 Le ministère de la Marine fournit un navire désarmé avec son équipement ainsi qu’une subvention an (...)
  • 6 11B, registre 39, 06/11/1840 et registre 40, 20/04/1841.

3L’origine de l’école remonte au mois de juin 1839, quand la chambre de commerce de Marseille reçoit de la part des frères Laporte, de Bordeaux, une documentation présentant l’École gratuite des mousses et novices qu’ils dirigent2. L’institution consulaire marseillaise envisage très vite de prendre en charge une école semblable, à condition que le ministère de la Marine offre un navire désarmé pour la loger. La chambre se déclare prête à consacrer 30 000 francs aux frais de première installation. Par cette fondation, elle entend « assurer des moyens d’existence aux enfants les plus pauvres, en leur ouvrant une carrière et en les arrachant aux dangers de l’oisiveté, en outre avantage non moins précieux, faciliter le recrutement de nos marins, devenu de jour en jour plus difficile, rendre ainsi un service signalé non seulement à l’État, mais aussi au commerce »3. Le projet est très bien accueilli par les pouvoirs publics4, la chambre obtient les aides demandées5 et, après un an de préparation, l’ouverture est effective le 14 décembre 18406.

  • 7 R. Caty, É. Richard et P. Échinard, Les Patrons du Second Empire, t. 5, Marseille, Paris, 1999, p. (...)
  • 8 Il siège lui aussi au conseil général, à la commission des hospices, à l’intendance sanitaire et a (...)
  • 9 À partir de 1848 et sous le Second Empire (11B, registre 44, 04/01/1848).
  • 10 Sur les trois derniers personnages cités, voir R. Caty, É. Richard et P. Échinard, op. cit., p. 10 (...)

4L’établissement est placé sous l’autorité directe des élites économiques marseillaises. La surveillance en est confiée à une commission administrative, qui a la charge de proposer au bureau de la chambre de commerce les mesures à prendre. Cette commission réunit certains membres de la chambre aux représentants des organismes bienfaiteurs : conseil général, conseil municipal, intendance sanitaire, inscription maritime, capitainerie du port. La présidence de la commission revient de droit à un membre désigné par le président de la chambre de commerce, la direction de l’école étant en fait une émanation de la chambre. Le négociant Wulfran Puget, qui est à la tête de la chambre de commerce lors de la fondation de l’école, en est le premier président. En 1839, il incarne le type même du grand notable orléaniste, associant négoce, armement, grandes affaires et fonctions publiques (conseil des prud’hommes, tribunal de commerce, conseil général, intendance sanitaire, hospices, caisse d’épargne et œuvres charitables)7. Ses successeurs allient de la même manière direction économique et notabilité publique, qu’il s’agisse du négociant Alexandre Warrain8, du savonnier Jean-Baptiste-Charles Roux9 et, sous la Troisième République, du négociant en cuirs Gavoty (dit de Philémon), d’Augustin Féraud (futur président de la chambre), ou enfin de Charles Canaple, président du syndicat de la savonnerie (neveu de Wulfran Puget), qui préside à la fermeture de l’école en 190110.

  • 11 11B, registre 37, 29/10/1839.
  • 12 Sur ce point, voir notre thèse de doctorat d’histoire, « La Caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône (...)

5Pour les préparatifs et la mise en route de l’institution, la chambre de commerce s’adresse à Antoine de Catelin, officier de marine en retraite, aristocrate, vétéran des guerres révolutionnaires et ami de la famille Puget11. L’organisation de l’École des mousses est particulièrement bénéfique à la position sociale d’Antoine de Catelin. Cette expérience lui permet de devenir administrateur de la caisse d’épargne en 1845 et d’accéder à la présidence moins de dix ans plus tard. La caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône fait alors figure de bastion des grands négociants et des hommes d’affaires12. Pour cet officier de marine, la participation à la direction de l’École des mousses vaut donc brevet d’appartenance à l’élite économique.

  • 13 Les enfants doivent être de bonne constitution, avoir été vaccinés et pouvoir fournir «  un certif (...)
  • 14 11B, registre 40, 06/04/1841.

6Les élèves sont admis entre onze et quatorze ans, sur présentation de leurs parents ou tuteurs qui signent pour eux un engagement ferme jusqu’à l’âge de dix-huit ans13. Après 1841, l’âge d’admission est porté à douze ans. Le fonctionnement quotidien de l’école est confié à un capitaine salarié, qui y réside, avec sous ses ordres un maître de manœuvre, quatre quartiers-maîtres et un cuisinier14. Le personnel comporte en outre un instituteur, un aumônier et un médecin attachés.

  • 15 Bien que controversé du fait de la proximité de la quarantaine et des eaux fétides du bassin de ca (...)
  • 16 Les parents ne peuvent voir les élèves que pendant deux heures, les dimanches et fêtes, et une seu (...)
  • 17 MJ 8431/03, 10/01/1871.

7L’école est installée à bord d’un navire qui reste à quai dans le Vieux-Port15. L’organisation et la discipline sont toutes militaires, selon les principes des internats16. Chaque quartier-maître est responsable d’une section. Les sections sont divisées en brigades ayant à leur tête « ceux des élèves qui se sont distingués par leur instruction et leur bonne conduite ». Les élèves sont inscrits à tour de rôle pour le combat, les manœuvres générales et le lavage, ils sont graduellement habitués à faire le quart17.

  • 18 Prix distribués en 1842 : Instruction religieuse, Excellence, Bonne conduite, Lecture, Écriture, A (...)
  • 19 MJ 8431/02, 31/08/1882.
  • 20 11B, registre 38, 12/06/1840 ; 11B, registre 40, 06/04/1841. La méthode mutuelle a eu les faveurs (...)
  • 21 11B, registre 39, 06/11/1840 ; 11B, registre 41, 22/10/1841, 14/12/1841 et P. Échinard, in P. Roll (...)
  • 22 11B, registre 39, 06/11/1840 ; registre 41, 22/10/1841 et 14/12/1841 ; MJ 8431/02, 10/07/1876.

8À bord du navire-école, les mousses reçoivent une instruction présentée comme « primaire, religieuse et professionnelle »18. Tous sont tenus d’assister à la classe le matin et le soir, quel que soit leur âge, en une seule section, d’une soixantaine d’élèves en moyenne19. L’organisation initiale de l’enseignement primaire est marquée par le libéralisme des fondateurs de l’école. À l’origine, la salle de classe est aménagée selon des règles inspirées de l’enseignement mutuel. Alexis Rostand, ancien maire orléaniste de Marseille et membre de la commission d’organisation de l’école, ne cache pas sa préférence pour des méthodes plus simples et plus rapides que celles des frères20. Un jeune instituteur communal est recruté sur recommandation de l’Académie, dont la hiérarchie est gagnée à l’enseignement mutuel dès 183821. Cet enseignant laïque dispense l’instruction primaire aux mousses pendant trente-cinq ans22.

  • 23 11B, registre 37, 11/08/1840 ; 11B, registre 40, 06/07/1841 et 20/10/1841.
  • 24 11B, registre 37, 11/08/1840.
  • 25 11B, registre 40, 27/04/, 11/06, 22/06 et 13/07/1841.
  • 26 11B, registre 40, 28/05/1841.
  • 27 11B, registre 40, 25/05/1841 ; MJ 8431/02, 11/12/1841.

9Les officiers se chargent de l’enseignement professionnel. Les démonstrations auxquelles se livrent les premiers élèves lors des visites de personnages officiels renseignent sur leurs acquisitions. Ils arment et gouvernent le canot de l’école, ils « exécutent la manœuvre de la voilure, parcourant toutes les parties du gréement et de la mâture, prenant des ris, serrant les voiles, avec précision et agilité »23. Le préfet maritime de Toulon, en octobre 1841, est favorablement impressionné par « le silence et l’ensemble qui régnaient pendant la manœuvre des voiles, alors que le Mistral soufflait grand frais ». Les mousses font aussi la démonstration des exercices de matelotage, « réalisant différents nœuds et épissures et des travaux de voilerie ». L’instruction professionnelle comporte notamment l’initiation « aux exercices militaires qui doivent être familiers aux gens de mer »24. Pour ce faire, le navire-école est équipé de dix pièces d’artillerie (de six), de quelques fusils et armes blanches25. De plus, les mousses reçoivent, au printemps et en été, des leçons de natation à la plage du Pharo26. Mais la chambre de commerce n’obtient pas, malgré ses demandes réitérées, la cession par la Marine d’un bateau suffisamment léger pour être manœuvré en mer par des mousses27. Tout l’apprentissage se fait donc dans le port. À ce titre, le ministère de la Marine refuse l’inscription des élèves sur le rôle des mousses pendant leur séjour à bord du navire-école. L’administration affirme par cette décision le caractère d’établissement de formation de l’École des mousses. Par l’organisation du navire-école, la scolarité se trouve placée dans la sphère des apprentissages techniques et donc en dehors du cadre du travail effectif. Cependant, la description de l’organisation théorique de l’établissement ne suffit pas à rendre compte de son fonctionnement véritable ; il faut en effet prendre en compte le temps réellement passé par les élèves à bord du bateau-école au cours de leur formation.

Les embarquements : des enfants en situation de travail véritable

10Aux termes du Règlement général de l’école du 11 août 1840 (article 5), « les élèves admis par la commission administrative sont placés dans l’école, pour être subséquemment embarqués sur les bâtiments de l’État ou sur ceux du commerce, lorsque cette commission le jugera convenable ». Les élèves « les plus instruits en théorie et en pratique » sont donc mis sur des navires, en situation de travail véritable, et ne reviennent à l’école qu’entre deux engagements. Le temps de scolarité préalable au premier embarquement est théoriquement fixé à six mois, mais dans la pratique il est fréquent que des mousses soient jugés aptes à s’embarquer après seulement quelques semaines de formation.

  • 28 11B, registre 37, 11/08/1840.

11Tout le fonctionnement de l’institution repose sur la mise au travail des mousses. Dès la fondation, il est prévu que « la dépense de l’école sera réduite autant que possible, tant par [...] la plus sévère économie, que par les ressources que l’embarquement des mousses [...] pourra procurer à l’école en laissant en outre des places vacantes »28. L’école joue le rôle d’intermédiaire entre les capitaines en quête d’équipage et les enfants.

  • 29 MJ 8431/02, 28/12/1840.

« Les capitaines qui ont besoin d’embarquer un mousse demandent au commandant de l’école qui leur donne un ordre d’embarquement pour l’inscription maritime. Les capitaines surveillent les mousses embarqués, puis les renvoient à l’école. Ils informent la commission administrative de la conduite, de la capacité des mousses par circulaire [...]. Après une campagne les mousses retrouvent à leur retour le bâtiment caserne, qui leur donne asile et nourriture jusqu’à un nouvel embarquement. Ainsi ils feront constamment partie de l’école jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’âge et les services exigés pour être inscrits sur les matricules de l’inscription maritime en qualité de matelot »29.

  • 30 Guide de la charité à Marseille, Marseille, 1879, p. 27.
  • 31 Le Port de Marseille à l’Exposition universelle de 1878, p. 229.

12Les capitaines s’engagent à verser à l’école les salaires gagnés par les mousses. Sur ces salaires, deux tiers sont « attribués à la chambre de commerce, afin d’alléger les sacrifices qu’elle fait »30. C’est seulement le dernier tiers qui est acquis à l’enfant, mais celui-ci ne peut en disposer. Ses gains sont déposés sur un livret conditionnel de caisse d’épargne, remis au mousse à l’âge de dix-huit ans lors de sa sortie de l’école, « après déduction de la valeur des effets d’habillement ou de couchage dont la durée légale n’est pas terminée, des pertes et dégâts volontaires, secours accordés, frais d’arrestation, etc. »31

  • 32 J. Julliany, op. cit., p. 402.
  • 33 MJ 8431/02, 21/05/1902.

13Le travail des élèves ne se limite pas aux périodes d’embarquement. En outre, ils « peuvent être envoyés en corvée sous la conduite de leurs quartiers-maîtres, soit dans les chantiers de construction, soit à bord des navires de commerce, pour aider aux chargements et déchargements, ainsi qu’aux travaux de gréement. Le produit de ces corvées est entièrement employé à l’entretien de l’école »32. Les analogies entre la formation à l’École des mousses et l’apprentissage sont fortes. Dans les deux cas, la forme de la domesticité se mêle à un transfert de connaissances. L’engagement signé par les parents ressemble à un contrat d’apprentissage et comporte des pénalités financières en cas de départ prématuré. Néanmoins, lors de la fermeture de l’école, en 1902, l’avocat de la chambre de commerce souligne une différence notable : « La chambre de commerce ne tire aucun profit du travail des mousses, la retenue sur gages n’est destinée qu’à compenser l’avance pour la nourriture, l’entretien et l’instruction des élèves »33.

  • 34 Les autres ressources sont les subventions publiques : du ministère de la Marine (5 000 francs, 7, (...)
  • 35 11B, registre 65, 13/05/1870 et MJ 8431/02, 31/08/1882.

14En effet, le produit de la retenue sur les salaires représente une part importante des recettes de l’école. Dès l’exercice 1848, les mousses apportent le tiers des recettes (15 000 francs). C’est la seconde source de financement, derrière la subvention de la chambre de commerce (près de 20 000 francs, soit 45 % des recettes)34. Par la suite, le produit de la retenue sur les salaires des mousses augmente, il devient équivalent à la subvention accordée par la chambre de commerce35. Cela implique des embarquements fréquents, qui se font souvent au long cours.

  • 36 11B, registre 87, 06/05/1887.
  • 37 MJ 8431/02, 11/03/1841.

15D’après les informations fournies lors des remises de prix, il n’est pas rare que les mousses ne fassent à l’école qu’un seul et court séjour initial et naviguent ensuite pendant toute la durée de leur prétendue scolarité. Ainsi un certain Auguste Brun, entré à l’école le 2 juin 1883 à l’âge de quatorze ans, n’y reste que trois mois et demi avant d’être embarqué au long cours. Trois ans et trois mois plus tard, à quelques semaines de ses dix-huit ans, il a navigué sur ce même bateau « sans jamais débarquer »36. D’autres ne débarquent « que pour les désarmements ». Le temps de formation initiale est donc réduit à quelques mois. Les salaires des mousses représentent l’un des piliers fondamentaux de l’école, non seulement d’un point de vue financier, mais aussi quant aux principes de cette institution, comme le précise l’organisateur, Antoine de Catelin. « Les salaires qu’ils auront laborieusement et honorablement gagnés [...] serviront à retirer de l’ornière du vice de petits indigents qui, comme eux, deviendront un jour des hommes honnêtes et braves dont le pays pourra s’enorgueillir et se servir en paix comme en guerre »37. Par l’expérimentation conjointe du travail et de l’enseignement, les mousses doivent bénéficier d’une véritable régénération sociale et morale. Nous touchons là aux principes qui conduisent les notables à mettre en situation de travail véritable des enfants qu’ils sont censés éduquer.

Un enseignement réparateur

  • 38 MJ 8431/02, 28/12/1840.

16Le bilan dressé après l’ouverture par le chef de la Marine à Marseille insiste sur le fait que l’école est « surtout profitable à cette partie de la classe indigente dont les enfants trouveront les moyens d’acquérir une profession utile sans être à charge de leur famille, sous une bonne direction morale et religieuse »38. L’école est perçue comme une œuvre philanthropique et c’est à ce titre qu’elle reçoit des subventions publiques.

  • 39 MJ 8431/02, 11/03/1841.
  • 40 MJ 8431/02, 10/06/1874.
  • 41 F. Jacquet-Francillon, Naissance de l’école du peuple 1815-1870, Paris, 1995, p. 267.

17L’école s’adresse en effet à des enfants que les capitaines répugnent à embarquer directement. Le rapport du premier trimestre de fonctionnement précise que « les jeunes élèves que nous avons reçus étaient pour la plupart d’assez mauvais sujets, dont les parents ont cherché à se débarrasser après avoir inutilement éprouvé tous les moyens de les réduire »39. Plus de trente ans plus tard, le recrutement n’a pas changé. En juin 1874, le curé de Sainte-Trophime présente l’École des mousses comme « l’établissement où les parents sont heureux de pouvoir faire entrer leurs enfants paresseux ou ayant eu des inclinations aux vices [...]. Lorsqu’on ne peut pas les faire admettre à la gabare ou chercher à les faire entrer par jugement au pénitencier et en maison correctionnelle d’éducation, rares sont ceux qui en sortent vertueux. Beaucoup de jeunes non admis à l’École des mousses sont condamnés au vagabondage et deviennent criminels »40. On voit par là que l’institution répond à la représentation la plus négative de l’enfance, celle de l’enfant vagabond, véritable fait social du XIXe siècle, qui s’inscrit dans le cadre complexe du paupérisme41.

  • 42 11B, registre 36, 11/06/1839.
  • 43 MJ 8431/02, 11/03/1841.
  • 44 11B, registre 38, 12/06/1840 et 28/07/1840.

18Les enfants destinés à l’École des mousses sont assimilés à une sorte d’état sauvage et identifiés à l’image traditionnelle du mauvais pauvre, criminel et vagabond. L’institution de la chambre de commerce est perçue comme un établissement de redressement, bien qu’aucune mesure pénale n’en réglemente l’entrée. Les Marseillais ont conservé, plusieurs décennies après la fermeture, l’habitude de menacer de l’École des mousses les enfants indisciplinés. La chambre de commerce entendait bien créer un enseignement réparateur, visant à « donner une profession lucrative aux enfants de la classe malheureuse et à augmenter le nombre des marins, en même temps qu’elle diminuera la proportion des enfants que la misère et le désœuvrement conduisent d’abord dans les prisons et plus tard dans les bagnes »42. La démarche philanthropique se combine avec des mesures répressives dans une perspective d’éducation populaire. Dès l’origine, il apparaît que le capitaine de l’école impose « une discipline sévère » afin de ne pas « fléchir devant les mauvaises habitudes »43. Après l’agencement de la salle de classe, les plus importantes transformations apportées à la gabare le Vésuve pour les besoins de l’école consistent en l’aménagement de quatre « cellules pénitentiaires » et d’une « prison obscure ». Les membres de la chambre de commerce estiment « qu’en supposant cent mousses, il ne devrait pas y en avoir plus d’un dixième en punition de cette nature »44.

19En effet, dans cette entreprise de moralisation, l’École des mousses compte sur deux facteurs, la religion et le travail.

« Arracher les enfants les plus pauvres aux vices qu’enfante l’oisiveté »

  • 45 MJ 8431/02, 31/08/1882.
  • 46 MJ 8431/03, 04/06/1854.
  • 47 11B, registre 47, 04/10/1850.
  • 48 Le Port de Marseille à l’Exposition universelle de 1878. Exposition spéciale des ressources des po (...)
  • 49 P. Échinard, in P. Rollin (dir.), op. cit., p. 79.
  • 50 R. Caty, É. Richard et P. Échinard, op. cit., p. 77, 101, 164 et 256 ; A. Olivesi, « Une évolution (...)

20Les prières du soir et du matin, ainsi que la messe dominicale où les élèves sont conduits « ostensiblement à travers les rues de Marseille »45, sont obligatoires. À l’occasion des communions et confirmations, des fêtes sont organisées, en présence de l’évêque46. Pour les élèves non catholiques, il est théoriquement prévu qu’ils soient « conduits au culte qu’ils professent par leurs parents ou correspondants ». Mais l’orientation cléricale de l’école est nettement affirmée et se trouve renforcée par l’emploi des frères des Écoles chrétiennes. Dès 1850, la commission administrative avait formulé le principe de « remplacer à la fois l’instituteur et l’aumônier par deux frères des Écoles chrétiennes, tant pour des raisons de convenances que d’économie »47. L’application de cette décision est repoussée jusqu’au départ en retraite de l’instituteur laïque, qui intervient en 1875. L’enseignement primaire de l’École des mousses devient donc congréganiste ; les « deux frères des Écoles chrétiennes enseignent la lecture, les quatre premières règles de l’arithmétique et les éléments de géographie »48. Cette évolution relève d’une continuation, dans les années 1870, du mouvement de développement de l’enseignement religieux qui a marqué Marseille sous le Second Empire49. Parmi les notables qui se succèdent à la commission administrative, figurent plusieurs catholiques fervents et fidèles au légitimisme, tels Henry Bergasse, Bruno Rostand, Charles Gavoty de Philémon, Charles Canaple ou encore le président de la chambre du début du XXe siècle, Le Mée de la Salle50.

  • 51 P. Échinard, in P. Rollin (dir.), op. cit., p. 81.
  • 52 11B, registre 84, 22/12/1885.

21Dans les années 1880, cette orientation entre en conflit avec le mouvement de laïcisation des écoles communales qui progresse jusqu’en 1891, date à laquelle plus aucun congréganiste n’enseigne dans une école communale51. Malgré une vive polémique avec le conseil municipal de 1885, qui supprime temporairement la subvention, l’École des mousses demeure confessionnelle jusqu’à sa fermeture52.

  • 53 11B, registre 84, 22/12/1885.
  • 54 11B, registre 37, 06/12/1839.
  • 55 11B, registre 37, 31/10/1839.
  • 56 Cité par M. Foucault, Surveiller ou punir, Paris, 1975, p. 281.
  • 57 Sur cette notion, voir notamment G. Procacci, Gouverner la misère, la question sociale en France 1 (...)

22L’instruction religieuse n’est pas présentée comme destinée au salut de l’âme des élèves, les buts que la chambre de commerce lui assigne sont plus prosaïques. Les exercices religieux sont jugés « indispensables pour le maintien de la discipline à bord »53. Ils sont textuellement destinés à « corriger les vices et mauvaises dispositions de ceux qui en ont été privés, ou qui les ont oubliés »54. Le travail, quant à lui, est considéré comme la meilleure défense de la morale. Il « assure des moyens d’existence aux enfants les plus pauvres, en leur ouvrant une carrière et en les arrachant aux vices qu’enfante l’oisiveté »55. À travers l’École des mousses, les membres de la chambre de commerce appliquent la vulgate de leur temps, selon laquelle « le travail est la providence des peuples modernes et passe pour le principe de tout bien »56. L’École des mousses repose sur la notion familière aux élites économiques de la valeur rédemptrice du travail, à la rencontre de l’économique et du religieux, qui se renforcent mutuellement57. Dans la perspective dominante, selon laquelle la pauvreté est une conduite, elle s’emploie à discipliner les enfants pauvres afin de les mettre en situation d’échapper à leur condition.

  • 58 É. Camau, Institutions de bienfaisance, de charité et de prévoyance, Marseille, s.d., p. 30 ou Gui (...)
  • 59 Voir J. Luciani, « La question sociale en France », in Y. Breton et M. Lutfalla, L’Économie politi (...)
  • 60 Sur ces points, voir notamment R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, une chronique (...)
  • 61 MJ 8431/03, 21/02/1851.

23L’organisation du travail des mousses constitue un système parfaitement cohérent. Selon l’avertissement aux familles reproduit dans toutes les présentations de l’école, « la chambre de commerce, sous le patronage et la responsabilité de laquelle est placée l’Institution, tient essentiellement à ce que les parents [...] ne perdent pas de vue que l’éducation professionnelle et religieuse qui est donnée aux jeunes élèves [...] tend surtout à les moraliser et à les rendre aptes au métier de la mer »58. Les enfants sont disciplinés et conduits au salariat, ils gagnent leur entretien par leur propre travail, ils sont donc intégrés au système économique. De plus, ils sont contraints à l’exercice de la prévoyance, leur part de salaire étant versée sur un livret de caisse d’épargne. En associant salariat et épargne, ils remplissent les exigences de l’économie politique et au bout du compte gagnent l’indépendance59. Quelle que soit la part d’utopie dans ce programme, il vaut à l’École des mousses d’être reconnue comme une œuvre philanthropique capable non seulement de soulager la misère, mais encore de la prévenir60. Dans tout cela, l’instruction a peu de place et l’éducation l’emporte. D’ailleurs, les sources ne portent aucune trace d’un intérêt manifesté par les capitaines pour la formation technique des mousses. Il apparaît à l’inverse que le patron du navire se considère comme entièrement responsable de leur apprentissage. Ce que les employeurs attendent, c’est que l’école leur fournisse « des sujets qui, indépendamment d’une première teinture du métier, présentent des garanties, sous le rapport de la moralité et de la discipline », selon les termes d’un courrier de 185161.

  • 62 M. Foucault, op. cit.
  • 63 11B, registre 38, 11/08/1840.
  • 64 MJ 8431/01, Le Port de Marseille à l’Exposition, p. 227.

24Ainsi, la formation est singulièrement sous-estimée dans cette école, où aucune filière n’est constituée. Lors de la fondation, il avait d’abord été envisagé de répartir les mousses en diverses classes. Mais très vite les organisateurs conviennent de ne tenir compte que des différents âges, « sans égard à leur degré d’instruction ». Cette absence de filières suffirait à singulariser l’École des mousses au sein des établissements d’enseignement. Le modèle militaire ne saurait justifier ce particularisme, puisque la formation du soldat est organisée en classes depuis le XVIIIe siècle62. En fait, ce sont les règles d’embauche du secteur de la marine qui sont appliquées. Ce sont « les ordonnances et règlements de marine [qui] fixent à seize ans l’âge où les mousses doivent passer novices ». Les responsables de la chambre de commerce affirment que par principe « tous, doivent pouvoir le faire »63. Si des épreuves sont fréquemment organisées « pour entretenir le zèle et l’émulation » entre les élèves, aucun examen n’est indispensable pour le premier embarquement64. Ce sont les demandes des capitaines, donc l’embauche, qui déterminent le temps de formation des élèves. Le mode de fonctionnement de l’école diffère donc de celui d’une structure d’enseignement et les règles qui s’y appliquent sont celles du monde du travail. La moralisation exercée au sein de l’établissement doit fabriquer des individus utiles, tout en luttant contre l’irresponsabilité prêtée aux classes laborieuses. À maints égards, cette école relève d’une démarche patronale ou de patronage. L’épargne forcée la rattache déjà aux pratiques du paternalisme, mais surtout l’objectif de stabilisation de la main-d’œuvre s’avère déterminant. La chambre de commerce considère moins son École des mousses comme un établissement de formation professionnelle que comme une réserve permanente de main-d’œuvre enfantine.

Faciliter les armements

  • 65 11 B, registre 102, 19/12/1899.

25D’ailleurs, bien que les résultats de l’école soient marqués par le faible taux d’insertion des anciens élèves dans la vie professionnelle, les élites économiques se déclarent satisfaites. Tout au long de l’existence de l’école, jamais plus d’un élève sur cinq n’effectue une scolarité complète. En 1899, le commissaire à l’inscription maritime se livre à un travail statistique, qui porte sur la période 1889-1893 et qui révèle que seulement 38 % des élèves régulièrement sortis de l’école sont devenus marins, les autres ayant abandonné toute activité maritime. De plus, parmi les marins, tous sont simples matelots, on ne compte aucun élève officier, ni aucun maître au cabotage. Lorsque ce bilan est communiqué à la chambre de commerce, elle fait ressortir qu’il est impossible de reprocher à l’école de ne pas rendre « des services qui n’ont jamais été dans les vues de ses fondateurs »65.

  • 66 Au cours des dix premières armées de fonctionnement, 809 enfants y ont été admis. 171 d’entre eux, (...)
  • 67 MJ 8431/03, 21/02/1851.
  • 68 11B, registre 37, 06/12/1839.

26Dès 1851, la direction de la Marine à Marseille établissait un constat similaire ; son chef de service concluait pourtant au maintien de la subvention en faveur de l’école, au nom de l’intérêt commercial qui représente son véritable objectif66. Selon ses propres termes, « du point de vue du recrutement maritime, l’École des mousses n’a produit que des résultats d’une médiocre importance. Pour être juste, il n’en a pas été de même pour la navigation commerciale. C’est à cette pépinière de jeunes navigateurs que nos navires empruntent aujourd’hui presque tous leurs mousses et les armements sont considérablement facilités par la faculté que les capitaines ont de requérir à chaque instant des sujets qui présentent des garanties de moralité »67. Si l’École des mousses est adaptée aux besoins du commerce, ce n’est pas parce qu’elle enseigne aux enfants et leur ouvre une carrière d’adulte, mais bien parce qu’elle les discipline et les rend disponibles dans l’immédiat. Ce que les élites économiques attendent de l’École des mousses, c’est qu’elle soit à la fois une réserve de main-d’œuvre enfantine et un établissement de correction pour les « jeunes vagabonds des ports »68. Face aux peurs, légendaires ou réelles, que suscite l’enfance errante, l’École des mousses stabilise un contingent de jeunes soumis à la discipline et susceptibles d’être embarqués à tout moment. En facilitant le recrutement, la chambre remplit donc bien sa mission première, qui consiste à favoriser le commerce. En revanche, les avantages qu’elle apporte au mousse, par rapport à l’embarquement direct, ne sont pas aisément perceptibles.

Une institution de redressement

  • 69 Voir notamment MJ 8431/03.

27Il ne semble pas que la structure de l’école ait protégé les enfants des risques inhérents au travail de la mer. Dans la mesure où le plus clair de la scolarité se passe en embarquements, les élèves sont confrontés aux risques du bord, comme n’importe quel mousse. Les archives de l’école témoignent de plusieurs blessures graves, liées notamment aux chutes dans la mâture, et d’un nombre régulier de décès par accidents ou par naufrages69.

  • 70 MJ 8431/02, 29/07/1902.

28De plus, le navire-école s’avère tout aussi rude que le monde du travail. En 1902, alors que la décision de fermeture est déjà prise, Charles Canaple, président de la commission administrative, dresse un bilan sans concession de l’institution, qui compte alors 142 enfants. « Presque tous les élèves sont suffisamment exercés pour remplir les fonctions de leur âge à bord, malheureusement ils sont presque entièrement à la merci de maîtres d’équipages qui, au lieu de leur rendre le métier agréable par leurs conseils et leur patience, n’ont aucune considération pour eux et leur rendent la vie insupportable, de là viennent les nombreuses désertions que nous constatons »70.

29Les critiques envers la brutalité des quartiers-maîtres du navire-école reviennent de façon récurrente.

  • 71 MJ 8431/02, 19/11/1885.
  • 72 Elle recommande «  de ne pas abandonner les quartiers-maîtres à eux-mêmes, [...] que le capitaine (...)
  • 73 11B, registre 85, 12/02/1886.
  • 74 En 1899, lorsqu’il s’avère qu’un quartier-maître vole la ration des élèves, il est immédiatement r (...)

30En 1885, douze élèves adressent directement au ministère de la Marine une longue plainte sur leurs conditions de vie. « Nous sommes menés à coups de bâton et l’on est volé par les quartiers-maîtres sur notre ration »71. Leurs accusations ne se bornent pas aux détournements de nourriture, aux vols, ni à la dénonciation de diverses brimades, ils relatent aussi le viol de l’un d’entre eux par un quartier-maître et la coutume des officiers d’héberger à bord des « femmes entretenues ». L’enquête menée par les services de l’inscription maritime accrédite les plaintes des enfants72. Le capitaine est blâmé, un quartier-maître est renvoyé et un autre, parti en retraite, se voit retirer sa pension73. Le triste constat de Charles Canaple, selon lequel les désertions venaient souvent en réaction à la violence subie à l’intérieur de l’école, semble donc justifié, notamment pour les vingt dernières années. L’absence de sanction antérieure contre la brutalité du personnel dénote peut-être une décadence, à moins qu’elle ne relève d’une évolution des normes de la violence, ce qui était acceptable dans une perspective disciplinaire dans les années 1840 devenant choquant quarante ans plus tard74. D’ailleurs les désertions ont toujours été nombreuses. C’est un mal inhérent à l’activité maritime en général, mais il est significatif que les mousses de l’école n’y échappent pas, bien au contraire.

31Les dernières années de l’école sont marquées par une lente décadence, qui affecte non seulement la discipline, mais aussi les effectifs dont la chute intervient dès 1870. Entre cette date et 1900, le nombre des élèves est divisé par deux (277 contre 142). Cette évolution est directement liée à celle des embarquements qui s’effondrent brutalement en 1870 et, après un faible redressement l’année suivante, entament une baisse régulière.

  • 75 On peut d’ailleurs retenir comme symbolique le fait que le premier mousse déserteur ait quitté, en (...)
  • 76 H. Picard, Marseille et marine en bois 1860-1925, Marseille, 1983, p. 21.
  • 77 11B, registre 87, 6/5/1887. D’ailleurs, la chambre de commerce déplore « le décret funeste de 1866 (...)

32Au-delà de la crise conjoncturelle de 1870-1871, le recul de la marine à voiles est, bien entendu, l’explication principale de la crise des embarquements. La vapeur permet de diminuer à la fois le nombre des navires et l’importance des équipages ; de plus elle confine les mousses à des tâches domestiques, puisqu’ils ne sont plus nécessaires à la manœuvre. Certes, l’École des mousses est née après l’arrivée de la vapeur dans le port marseillais75 mais la marine à voiles reste florissante jusqu’à l’ouverture du canal de Suez. C’est dans les années 1870-1880 que son déclin s’accélère76 En 1887, la commission administrative souligne que « la navigation à vapeur utilise bien quelques-uns de nos élèves mais, compte tenu de la faible durée des voyages, ils ne réalisent qu’un prix modique »77.

33Dans ces conditions, la survie de l’école vient surtout de la réputation d’œuvre de redressement qu’elle a acquise dans la ville. La municipalité en reconnaît d’ailleurs l’utilité sociale, bien qu’elle en réprouve le caractère confessionnel.

  • 78 MJ 8431/02, 12/02/1902 ; 11B, registre 104, 26/07/1901.
  • 79 MJ 8431/02, 29/07/1902.
  • 80 11B, registre 105, 15/07/1902.

34Lorsqu’en 1901, le ministère de la Marine propose de transformer l’école soit en un établissement professionnel pour la préparation aux spécialités de mécanicien torpilleur, soit en une école de recrutement des sous-officiers de marine, la chambre de commerce se montre sceptique78. Elle ne conteste pas que « l’école ne correspond plus aux besoins du jour car ce ne sont plus des mousses que l’on doit produire mais des chauffeurs et des mécaniciens ». Mais elle souligne que la transformation en une école professionnelle maritime « serait extrêmement coûteuse, [...] et il faudrait faire des cours aux élèves au lieu de les faire naviguer, ce qui entraînerait la perte des retenues sur salaires »79. Une École supérieure de commerce section marine a bien été créée par la chambre en 1892, mais il est inconcevable d’y intégrer l’École des mousses, pour des raisons exprimées sans ambages par le président Le Mée de la Salle : « L’École des mousses par suite de la transformation de la navigation ne rend plus des services en rapport avec la charge qu’elle impose, mais elle est malheureusement considérée comme une maison de correction et a, en grande partie, un recrutement détestable »80.

35Dans la mesure où l’adaptation de l’enseignement à l’évolution technique interdit la mise au travail des élèves, la chambre de commerce estime que le principe de l’École des mousses devient caduc. Ce principe consiste en effet à élever les enfants pauvres par le travail et non par l’enseignement. Dès lors que la mise au travail n’est plus possible, les élites économiques de 1901 ne s’estiment plus à même de former les enfants en difficulté. Le travail reste à leurs yeux la seule pédagogie qui leur soit adaptée. L’enseignement technique est réservé à un autre public, en dehors de la sphère de la bienfaisance.

Notes

1 Cité par D. Barroéro, « L’enseignement technique à Marseille de 1815 aux années 1960 », doctorat d’histoire, Université de Provence, 1995, p. 37.

2 11B, registre 36, 11/06/1839. Sauf indication contraire, toutes les cotes renvoient au classement des archives historiques de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille. La cote 11B correspond aux délibérations de la chambre, les cotes MJ concernent la correspondance.

3 Les documents sont examinés par une commission composée de MM. Richard, Périer et Pastré (11B, registre 36, 11/06/1839).

4 L’école est placée sous le patronage du duc d’Orléans, à l’occasion de son voyage à Marseille (11B, registre 37, 26/11/1839).

5 Le ministère de la Marine fournit un navire désarmé avec son équipement ainsi qu’une subvention annuelle de 5 000 francs, le conseil général des Bouches-du-Rhône et le conseil municipal offrent chacun 3 000 francs de subvention (11B, registre 37, 25/02/1840 et registre 40, 27/08/1841 et 20/05/1842).

6 11B, registre 39, 06/11/1840 et registre 40, 20/04/1841.

7 R. Caty, É. Richard et P. Échinard, Les Patrons du Second Empire, t. 5, Marseille, Paris, 1999, p. 227.

8 Il siège lui aussi au conseil général, à la commission des hospices, à l’intendance sanitaire et au tribunal de commerce (Archives Nationales, Légion d’honneur, carton 2748, dossier 11).

9 À partir de 1848 et sous le Second Empire (11B, registre 44, 04/01/1848).

10 Sur les trois derniers personnages cités, voir R. Caty, É. Richard et P. Échinard, op. cit., p. 101, 149, 164.

11 11B, registre 37, 29/10/1839.

12 Sur ce point, voir notre thèse de doctorat d’histoire, « La Caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône au XIXe siècle, un établissement financier au service de l’intervention sociale », Université de Provence, 2000.

13 Les enfants doivent être de bonne constitution, avoir été vaccinés et pouvoir fournir «  un certificat de vie et bonnes mœurs ».

14 11B, registre 40, 06/04/1841.

15 Bien que controversé du fait de la proximité de la quarantaine et des eaux fétides du bassin de carénage, l’emplacement est préféré, en 1848, à l’installation dans les nouveaux ports (11B, registre 39, 30/10/1840 et 06/11/1840 et registre 45, 25/08/1848). Le navire est remplacé lorsque sa vétusté devient insurmontable. En 1858, l’école s’installe sur le brick l’Oreste, en 1871 sur la corvette la Mégère et en 1899 sur le croiseur Fabert (11B, registre 53, 27/08/1858, registre 66, 10/11/1871 et registre 102, 01/12/1899).

16 Les parents ne peuvent voir les élèves que pendant deux heures, les dimanches et fêtes, et une seule permission de sortie peut être accordée tous les quinze jours, avec obligation de ramener les enfants le soir.

17 MJ 8431/03, 10/01/1871.

18 Prix distribués en 1842 : Instruction religieuse, Excellence, Bonne conduite, Lecture, Écriture, Arithmétique, Bonne tenue, Matelotage, Artillerie, Timonerie, Voilerie, Natation (J. Julliany, Essai sur le commerce de Marseille, Marseille, 1842, p. 400-401).

19 MJ 8431/02, 31/08/1882.

20 11B, registre 38, 12/06/1840 ; 11B, registre 40, 06/04/1841. La méthode mutuelle a eu les faveurs des libéraux en matière d’enseignement populaire sous la Restauration. La famille d’Orléans, sous la patronage de laquelle l’école est placée, soutient l’enseignement mutuel. Marseille participe à la renaissance des écoles mutuelles sous la monarchie de Juillet (P. Échinard, « Renaissance de l’enseignement mutuel à Marseille », in P. Rollin (dir.), 26 siècles d’éducation à Marseille, une chronique du temps passé, Marseille, 1999, p. 61).

21 11B, registre 39, 06/11/1840 ; 11B, registre 41, 22/10/1841, 14/12/1841 et P. Échinard, in P. Rollin (dir.), op. cit., p. 67.

22 11B, registre 39, 06/11/1840 ; registre 41, 22/10/1841 et 14/12/1841 ; MJ 8431/02, 10/07/1876.

23 11B, registre 37, 11/08/1840 ; 11B, registre 40, 06/07/1841 et 20/10/1841.

24 11B, registre 37, 11/08/1840.

25 11B, registre 40, 27/04/, 11/06, 22/06 et 13/07/1841.

26 11B, registre 40, 28/05/1841.

27 11B, registre 40, 25/05/1841 ; MJ 8431/02, 11/12/1841.

28 11B, registre 37, 11/08/1840.

29 MJ 8431/02, 28/12/1840.

30 Guide de la charité à Marseille, Marseille, 1879, p. 27.

31 Le Port de Marseille à l’Exposition universelle de 1878, p. 229.

32 J. Julliany, op. cit., p. 402.

33 MJ 8431/02, 21/05/1902.

34 Les autres ressources sont les subventions publiques : du ministère de la Marine (5 000 francs, 7,5 %) du conseil municipal et du conseil général (3 000 francs chacun, 6,5 %). Les remboursements effectués par les parents dont l’enfant a quitté prématurément l’école ne représentent qu’un montant symbolique de 1 000 francs (2 % des recettes) (11B, registre 45, 20/06/1848).

35 11B, registre 65, 13/05/1870 et MJ 8431/02, 31/08/1882.

36 11B, registre 87, 06/05/1887.

37 MJ 8431/02, 11/03/1841.

38 MJ 8431/02, 28/12/1840.

39 MJ 8431/02, 11/03/1841.

40 MJ 8431/02, 10/06/1874.

41 F. Jacquet-Francillon, Naissance de l’école du peuple 1815-1870, Paris, 1995, p. 267.

42 11B, registre 36, 11/06/1839.

43 MJ 8431/02, 11/03/1841.

44 11B, registre 38, 12/06/1840 et 28/07/1840.

45 MJ 8431/02, 31/08/1882.

46 MJ 8431/03, 04/06/1854.

47 11B, registre 47, 04/10/1850.

48 Le Port de Marseille à l’Exposition universelle de 1878. Exposition spéciale des ressources des ports de commerce français, Marseille, 1878, p. 227.

49 P. Échinard, in P. Rollin (dir.), op. cit., p. 79.

50 R. Caty, É. Richard et P. Échinard, op. cit., p. 77, 101, 164 et 256 ; A. Olivesi, « Une évolution politique originale », catalogue de l’exposition Marseille au XIXe siècle, rêves et triomphes, Marseille-Paris, 1991, p. 54.

51 P. Échinard, in P. Rollin (dir.), op. cit., p. 81.

52 11B, registre 84, 22/12/1885.

53 11B, registre 84, 22/12/1885.

54 11B, registre 37, 06/12/1839.

55 11B, registre 37, 31/10/1839.

56 Cité par M. Foucault, Surveiller ou punir, Paris, 1975, p. 281.

57 Sur cette notion, voir notamment G. Procacci, Gouverner la misère, la question sociale en France 1789-1848, Paris, 1993.

58 É. Camau, Institutions de bienfaisance, de charité et de prévoyance, Marseille, s.d., p. 30 ou Guide de la charité à Marseille, p. 26.

59 Voir J. Luciani, « La question sociale en France », in Y. Breton et M. Lutfalla, L’Économie politique en France, Paris, 1991, p. 555-587.

60 Sur ces points, voir notamment R. Castel, Les Métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat, Paris, 1995.

61 MJ 8431/03, 21/02/1851.

62 M. Foucault, op. cit.

63 11B, registre 38, 11/08/1840.

64 MJ 8431/01, Le Port de Marseille à l’Exposition, p. 227.

65 11 B, registre 102, 19/12/1899.

66 Au cours des dix premières armées de fonctionnement, 809 enfants y ont été admis. 171 d’entre eux, soit seulement un sur cinq, ont terminé leur scolarité normalement, à l’âge de dix-huit ans. 402, soit la moitié de l’effectif, ont déserté. La direction de la Marine à Marseille envisage dès 1846 de réduire la subvention accordée à l’école, considérant que « le Ministère de la Marine a payé pour sa part une moyenne de 4 000 francs pendant onze ans pour augmenter son personnel de 15 marins chaque armée ». Le chef du service de la Marine précise dans son rapport que « c’est dans des circonstances à peu près identiques que l’École des mousses de Toulon a été supprimée » (MJ 8431/02, 28/01/1851).

67 MJ 8431/03, 21/02/1851.

68 11B, registre 37, 06/12/1839.

69 Voir notamment MJ 8431/03.

70 MJ 8431/02, 29/07/1902.

71 MJ 8431/02, 19/11/1885.

72 Elle recommande «  de ne pas abandonner les quartiers-maîtres à eux-mêmes, [...] que le capitaine effectue des rondes, qu’il établisse plus de surveillance dans la distribution des vivres et la délivrance des effets, que le quartier-maître Oddone soit renvoyé, tant à cause des soupçons qui planent sur lui que pour ne pas avoir dans un établissement qui porte le titre d’école un homme complètement illettré » (11B, registre 85, 12/02/1886).

73 11B, registre 85, 12/02/1886.

74 En 1899, lorsqu’il s’avère qu’un quartier-maître vole la ration des élèves, il est immédiatement renvoyé et il en va de même un an plus tard pour « un quartier-maître ayant commis un manquement envers la morale » (11B, registre 101, 25/09/1899 ; 11B, registre 102, 24/05/1900).

75 On peut d’ailleurs retenir comme symbolique le fait que le premier mousse déserteur ait quitté, en 1841, le Sully qui avait été dix ans plus tôt le premier vapeur français de Marseille (MJ 8431/03, 10/07/1841).

76 H. Picard, Marseille et marine en bois 1860-1925, Marseille, 1983, p. 21.

77 11B, registre 87, 6/5/1887. D’ailleurs, la chambre de commerce déplore « le décret funeste de 1866 qui supprime l’obligation de mousses à bord des navires marchands » (MJ 8431/02, 23/01/1871).

78 MJ 8431/02, 12/02/1902 ; 11B, registre 104, 26/07/1901.

79 MJ 8431/02, 29/07/1902.

80 11B, registre 105, 15/07/1902.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540