Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Former, encadrer, moraliser

L’enfant rebelle ou le patronat dépassé ? Le cas de l’Alsace au XIXe siècle

Yves Tyl

Texte intégral

1On a souvent loué le patronat alsacien pour son esprit philanthropique, l’attention particulière qu’il aurait portée à l’enfance et son rôle de promoteur dans la loi de 1841. D’autres ont estimé, au contraire, que les fabricants regroupés dans la Société industrielle de Mulhouse cherchaient avant tout à rester maîtres chez eux, à diriger l’intervention de l’État pour éviter de se laisser imposer une loi venue de l’extérieur, ou encore qu’ils s’étaient surtout préoccupés de conserver une utile main-d’œuvre. Il est donc permis de s’interroger sur les positions des industriels devant l’enfance au travail, d’étudier leurs comportements pour saisir leur appréhension du problème au cours du XIXe siècle, avant de considérer l’autre aspect de la question, les enfants eux-mêmes.

2Bien que très nombreux devant les métiers, ceux-ci apparaissent rarement au premier plan dans les documents. Personnages anonymes, ils demeurent le plus souvent effacés, confondus avec le monde des adultes, assimilés aux ouvriers. On les ignore presque complètement. « Il y a aussi des enfants dans cette usine », nous dit-on. Quand ils apparaissent sur une gravure, c’est à la faveur de la représentation d’une machine. On ne trouve, du reste, pas d’intérieur d’usine en Alsace avant le Second Empire.

3Il arrive pourtant qu’ils soient distingués et nommés à la suite d’un accident, d’une grève. Car dans les ateliers les enfants se déplacent sans tenir compte des règlements ; leur insouciance naturelle les conduit à transgresser les obligations et les pousse à des accidents souvent graves, sinon mortels. On constate aussi la part importante prise par les jeunes dans les mouvements de grève où ils apparaissent sinon comme les meneurs, du moins comme les éléments les plus actifs, en tout cas les plus bruyants. On peut alors se poser la question : les enfants sont-ils simplement présents devant leurs métiers ?

Le patronat alsacien avant la loi de 1841

4La fin du XVIIIe siècle a été caractérisée par l’embauche naturelle des pauvres. La force de travail, dans l’Alsace rurale surpeuplée, ne manquait pas, il suffisait de savoir l’employer. Deux types de comportement sont discernables.

  • 1 L’Alsace en 1782, vue par un inconnu. Texte publié par F.J. Heitz, Colmar, 1934.

5D’une part, celui des manufacturiers qui avançaient des arguments d’ordre social pour solliciter l’implantation d’un établissement : ces fabriques procureraient avant tout des emplois à des régions pauvres et on pourrait avantageusement y utiliser des enfants. En 1782, un voyageur anonyme parcourant la Haute-Alsace visita la « belle manufacture » de Wesserling et remarqua qu’on y employait « une grande quantité d’ouvriers et surtout plus de deux cents enfants depuis l’âge de huit ans »1. De tels exemples ne manquent pas.

  • 2 S. Chassagne, « Le travail des enfants aux XVIIIe et XIXe siècles », in Histoire de l’enfance en Oc (...)

6D’autre part, les communautés de village, les administrations, les parents souhaitaient et encourageaient l’introduction de nouvelles activités qui leur permettraient de sortir de leur pauvreté. Les enfants abandonnés ou illégitimes étaient orientés vers les manufactures. Sans doute peut-on, à ce propos, souscrire à la remarque de Serge Chassagne quand il note que le travail des enfants, dans la nouvelle production industrielle des années 1760, apparaît « comme une extension du vieux principe éducatif selon lequel l’enfant doit participer lui-même à la subsistance familiale dès qu’il en a la capacité » – principe souvent évoqué, rappelle-t-il, dans les commissions d’enquête britanniques2.

  • 3 M. Hau, L’Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, 1987.
  • 4 Archives départ. du Haut-Rhin [A.D.H.R.], 9 M 22-23.
  • 5 Archives municip.[A.M.] Mulhouse, R I / Cb2 ; 17 000 ouvriers à Mulhouse selon Villermé, Tableau de (...)

7Un changement d’attitude s’observe à partir des années vingt du XIXe siècle. L’industrie alsacienne se développe très rapidement sous la Restauration et la monarchie de Juillet : de 1817 à 1837, explique Michel Hau, la croissance industrielle a été de 6,5 % par an3. C’est l’époque où l’industrie textile a employé le plus grand nombre d’enfants. En 1823, dans les petites villes sous-vosgiennes de Thann, Guebwiller et Munster, les ouvriers de moins de vingt et un ans représentaient plus de la moitié des effectifs des filatures et les enfants de moins de seize ans formaient environ le tiers des ouvriers des entreprises4. À Mulhouse, en 1825, on devait compter 3 000 à 4 000 enfants de moins de seize ans ; en 1835, d’après Villermé, ils étaient environ 6 0005. En 1841, dans les seuls établissements soumis à la loi, on en recensait 12 260 dans le Haut-Rhin et 1 935 dans le Bas-Rhin, beaucoup moins industrialisé.

8Les premières réactions, devant ce développement, ont été celles des notables des conseils d’arrondissement où se retrouvait une majorité de magistrats, de propriétaires, de notaires et où les manufacturiers étaient en minorité. Ils représentaient les forces rurales et traditionnelles face au pouvoir industriel montant. Trois thèmes les ont fait réagir :

    • 6 P. Leuilliot, L’Alsace au début du XIXe siècle (SEVPEN, Paris, 1959), t. 2, p. 492.

    La défense des mœurs. En 1816, le conseil d’arrondissement de Belfort s’indigne de voir la jeunesse des manufactures « éloignée de toute instruction religieuse et morale » ; il critique l’industrie qui attire des couples étrangers non mariés, dépravés et concurrents de la main-d’œuvre locale6.

    • 7 Ibid., p. 493-494.
    • 8 Rapport du préfet, mai 1821. Cité par G. et H. Bourgin, Le Régime de l’industrie en France de 1814 (...)

    Le développement de l’industrie rivalise avec l’agriculture. En 1820 et 1821, le conseil d’arrondissement d’Altkirch (où est situé Mulhouse) accuse de cupidité « plusieurs fabricants » et celui de Colmar (le moins manufacturier) défend l’agriculture, « principal fondement de la civilisation ». Au nom de cet anti-industrialisme, on s’en prend aux industriels cupides qui livrent les enfants à de nouveaux travaux forcés, si bien qu’ils perdent leur santé et conservent à peine l’apparence humaine. « C’est une génération sacrifiée à l’intérêt des fabricants »7. Au même moment, le préfet reprend, dans un rapport au ministre de l’Intérieur, des mesures suggérées par des conseils et propose le vote d’une « disposition législative » qui autoriserait le gouvernement à fixer par règlement l’âge d’admission dans les manufactures comme le genre de travaux qui convient à chaque âge. C’est la première demande, en Alsace, d’une loi sur le travail des enfants8.

    • 9 Débat sur les écoles du soir, en déc. 1825 (A.D.H.R., 1 T 116) ; rapport du préfet, Archives nat. [ (...)

    Le troisième thème abordé a été celui de l’école ouvrière, longuement débattu sous la Restauration à propos de l’enseignement mutuel, puis des écoles de nuit qui provoquèrent l’indignation du recteur de l’Académie dès 1825. D’après le sous-préfet d’Altkirch, les fabricants n’y voyaient souvent qu’une occasion de dépense et estimaient impossible de perdre une ou deux heures sur le temps d’activité. En 1825, le préfet parlait des enfants qui travaillaient treize, quinze heures « et quelquefois plus ». « Pareille longueur, ajoutait-il, influe sur leur développement physique et il ne reste plus un instant à consacrer à leur instruction. Les écoles établies par les fabricants sont trop peu nombreuses. Du reste, quels progrès attendre d’enfants fatigués de la journée et incapables de résister au sommeil ? »9

  • 10 A.D.H.R., 1 T 52.

9Le problème de l’école sera repris. Le 13 décembre 1827, quinze jours après la proposition de Jean-Jacques Bourcart, le pasteur Graff, président du comité d’instruction de Mulhouse, proposait à son tour de « provoquer, de la part de l’Académie, une loi qui prescrirait l’instruction pour les enfants travaillant dans les manufactures et qui fixerait même un âge avant lequel les parents ne pourraient pas les envoyer dans les ateliers »10. Ce sera le biais par lequel relancer la question du contrôle du travail des enfants.

  • 11 S. Kot, « Des philanthropies aux politiques sociales. Solutions françaises et allemandes à la quest (...)

10La proposition bien connue de Jean-Jacques Bourcart, en 1827, est donc intervenue au milieu d’autres initiatives. L’écho de son projet tient à ce que sa proposition était plus générale, qu’elle avait pour auteur un industriel connu en Alsace, et qu’elle passait par le canal de la Société industrielle de Mulhouse qui se l’est appropriée, après l’avoir rejetée. Sandrine Kot a souligné que cette société avait été « l’institution à laquelle les industriels conférèrent le soin de mener ce dialogue » social11.

11La Société industrielle a refusé, dans l’immédiat, le projet de Jean-Jacques Bourcart parce qu’elle en percevait les risques : l’industrie ne pouvait être tenue pour responsable du paupérisme et les manufacturiers ne pouvaient accepter un regard de l’État sur leurs entreprises. Aussi le rapporteur a-t-il repoussé la proposition de l’industriel de Guebwiller comme « inefficace », estimant que « les industriels savent aussi concilier leur intérêt avec celui d’une douce philanthropie qui forme un des plus beaux attributs de l’homme ».

  • 12 S. Jonas, Le Mulhouse industriel. Un siècle d’histoire urbaine. 1740-1848, 1974, t. 2, p. 169.
  • 13 Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse [B.S.I.M.], t. VI, 1833.

12La crainte du problème social lors de la crise de 1828, puis des troubles survenus dans le pays après 1830 et, d’autre part, la multiplication des enquêtes, relancèrent la question. Mais à Mulhouse, la Société industrielle n’accepta pas d’insérer l’étude d’Achille Penot et le maire Blanchard dénonça ce qu’il appela ses « statistiques poétiques ». La question sociale a longtemps été conçue, en Alsace, comme le fait de mener des actions de bienfaisance et de moralisation pour l’amélioration de la cité et de l’entreprise12. En 1833, devant le problème du paupérisme, la Société industrielle écrit cependant, dans son bulletin, que « ni la liberté individuelle, ni l’autorité des parents, ni la liberté de l’industrie ne sauraient être des objections valables contre une mesure qui tend à empêcher le dépérissement effrayant de la classe ouvrière » ; et elle admet que, « sans détruire la liberté, qui doit être la base de notre organisation sociale, on peut concevoir des institutions qui protègent la société contre l’abus que peut faire, de cette liberté, l’intérêt purement individuel »13.

13Dès lors, elle va s’intéresser à l’enquête de Villermé et elle envoie en 1837 sa première pétition. Mais durant toute cette période de dynamisme de l’industrie alsacienne, l’attitude des industriels est restée ambiguë. Ils se sont longtemps contentés de solutions externes – écoles mutuelles, écoles de fabrique, salles de refuge pour les enfants d’ouvriers pendant les heures de travail de leurs parents, participation au bureau de bienfaisance municipal, aux associations d’entraide et d’épargne ; ils ont cherché à développer avant tout l’instruction et à préserver l’harmonie des groupes sociaux.

Les industriels face à la législation sur le travail des enfants

14Après 1837, la situation économique de l’Alsace s’est révélée parfois plus difficile, en tout cas moins originale par rapport aux autres centres industriels textiles. La croissance économique s’est maintenue à un taux plus modéré : 4 % par an seulement en moyenne jusqu’en 1870 quand l’industrie textile a créé seulement 5 000 à 6 000 emplois nouveaux. Pourtant, le nombre d’enfants employés soumis à la loi de 1841 est resté sensiblement le même, autour de 10 000 à 12 000. Dans les petits ateliers, il a certes diminué, bien qu’il soit impossible d’en évaluer les effectifs avec précision.

  • 14 7 octobre 1846, in Enquête sur la situation des classes ouvrières et sur le travail des enfants (Br (...)
  • 15 A.N., F 12 4727. On ne comptait, disait-il, dans le département, que 52 enfants dans les petits ate (...)

15Très rapidement, les commissions d’inspection ont mal fonctionné et les industriels n’ont guère cherché à appliquer la loi de 1841, alors même que la Société industrielle de Mulhouse continuait ses pétitions pour réclamer une meilleure exécution de celle-ci et demandait avec insistance la nomination d’inspecteurs salariés. On ne pouvait cependant plus parler de changement en Alsace. Le docteur Penot admettait que la loi n’était « pas rigoureusement exécutable » à Mulhouse14. « Toute modification, expliquait en 1863 la chambre de commerce de Mulhouse, rendrait l’application de la loi plus difficile, plus imparfaite et n’aboutirait qu’à multiplier les abus ». Le conseil général du Haut-Rhin précisait en 1867 que son souci premier n’était pas d’étendre l’application de la loi15.

16On a l’impression qu’après l’enquête de Villermé, qui a dénoncé les maux et les ambiguïtés du travail des enfants mais qui a également mis l’accent sur les efforts de certains industriels alsaciens, après les pétitions de la Société industrielle pour réclamer une loi générale, après le constat que la loi de 1841 était difficile sinon impossible à faire appliquer dans la situation actuelle de l’économie, les manufacturiers alsaciens renonçaient à se préoccuper de cette question. Ils continuaient presque par routine à réclamer des inspecteurs, mais se refusaient à un effort qui les auraient placés dans une situation de concurrence difficile avec certains centres industriels. Ils avaient l’œil rivé sur les autres régions de France et se refusaient à bouger avant elles.

  • 16 Rapport de l’ingénieur des mines de Strasbourg, 5 février 1869 (A.D.H.R., 10 M 5).
  • 17 S. Kot, op. cit., p. 170.

17Il est vrai que les salaires payés en Alsace demeuraient très inférieurs à ceux du reste du pays : d’après Reybaud, de 10 % par rapport aux salaires du Nord, de 15 % par rapport à ceux de la région de Rouen. On comprend pourquoi on continuait à employer des jeunes en grand nombre. L’ingénieur des mines, chargé de l’inspection des enfants, visita en 1869, 81 établissements importants du Haut-Rhin où il trouva près de 30 % d’enfants âgés de huit à douze ans. Presque tous travaillaient encore dix à onze heures effectives, soit douze heures au moins de présence à l’usine, seul point, disait-il, sur lequel la loi était gravement violée16. La Société industrielle, dit Sandrine Kot, avec ses propositions de réforme et ses pétitions « servit de vitrine et permit d’éclipser les positions très en retrait des chambres de commerce et des prud’hommes » où siégeaient pourtant les mêmes personnes17.

18Après 1871, l’Alsace s’est trouvée coupée de son marché principal tandis qu’une partie de sa population émigra vers la France. Les entreprises ont dû s’orienter vers un nouvel espace économique aux salaires plus modérés, mais dynamique. L’industrie cotonnière s’est développée moins vite que celle du Reich, par contre l’industrie de la laine peignée ou de la finition des tissus a gagné des emplois. On a également observé une diversification croissante des industries.

  • 18 S. Kot, op. cit., p. 289.
  • 19 Archives départ, du Bas-Rhin [A.D.B.R.], AL 87/4369.

19Le travail des enfants a continué jusque dans les années 1880, notamment par suite du compromis passé entre les fabricants alsaciens et l’administration allemande pour ne pas remettre en cause l’ordre établi. La proportion des jeunes employés demeura sensiblement la même, en raison de la diminution des emplois qualifiés et de la baisse des savoir-faire : 11,86 % en 1871, 9,42 % en 1895, 11,46 % en 1913, soit toujours autour de 9 000 à 10 00018. L’emploi des enfants mesurait, en quelle que sorte, le bon fonctionnement de l’entreprise : dans la filature et tissage d’Hüttenheim, on employait, en 1879, 26 % de jeunes. La « très bonne marche des affaires » entraîna, l’année suivante, une embauche d’enfants19. À partir des années 1880, la législation sociale allemande fut introduite en Alsace.

  • 20 E. Véron, Les Institutions ouvrières de Mulhouse et des environs, Paris, 1866, 404 p.

20Les industriels alsaciens se trouvaient ainsi dans l’impossibilité d’évacuer la main-d’œuvre infantile des manufactures. Ils ont donc recherché les solutions qui contribuaient à attacher les ouvriers à l’usine, notamment par le biais de l’enfant, et se sont intéressés à développer l’enseignement. Leurs convictions philosophiques et religieuses les poussaient à croire dans les vertus de l’école. En 1861 et 1867, la Société industrielle de Mulhouse adressait au Sénat des pétitions en faveur de l’enseignement obligatoire. Eugène Véron résumait, en 1866, les ambitions des industriels : « Le plus sûr, pour couper court à la misère et l’empêcher de se perpétuer, c’est de s’emparer de l’enfance, de la jeunesse avant qu’elles soient infectées des vices qui déciment la population ouvrière »20. La moralisation a trouvé sa justification et son objet.

Actions et réactions des jeunes travailleurs

  • 21 C. Thierry-Mieg, « Réflexions sur l’amélioration morale des classes ouvrières. Discours lu à la Soc (...)
  • 22 En avril 1859, (A.N., BB 30/37).
  • 23 Ibid., 11 avril 1865.

21La question est de savoir comment les enfants ouvriers ont répondu à cette attente et si les industriels sont parvenus à leur but. En 1860, Thierry-Mieg se plaignait encore que l’industrie ait « accumulé sur un même point toutes les misères matérielles et morales qui affligent l’humanité »21 et le procureur général de Colmar estimait, peu après, les ouvriers « dociles à la loi, respectueux de l’autorité »22, mais très influençables, qui, au sortir de l’usine, se laissaient « conduire par les commis et par les employés des fabriques qui, pour la plupart, sont imbus de mauvaises doctrines »23. L’action de moralisation entreprise par les industriels s’avérait limitée parce qu’elle exigeait une adhésion au moins implicite de la part des ouvriers.

  • 24 Voir l’Histoire Documentaire de l’Industrie à Mulhouse, 1902.
  • 25 Rapport à la Soc. ind. de Mulhouse, B.S.I.M., 1839, p. 415-416.

22Les industriels mulhousiens se vantaient de faire régner l’ordre et la discipline24. Mais « dans les fabriques, expliquait en 1839 à la Société industrielle le docteur Weber, le maître et l’ouvrier sont encore devenus plus étrangers l’un à l’autre. En dehors de l’établissement, ils ne se connaissent plus ; le maître prend peu d’intérêt à son ouvrier [...], de son côté l’ouvrier ne porte point d’attachement à son maître » – phrase que reprendra Villermé. « Le maître traite l’ouvrier comme une machine, qu’il emploie tant qu’elle fonctionne bien, pour la rejeter si elle est usée à son service, sans s’inquiéter de ce qu’elle deviendra ». L’ouvrier, abandonné à lui-même, devient « une espèce de brute, qui exécute machinalement son mouvement », dit encore Weber25. Les patrons ignoraient le nombre d’enfants qui travaillaient dans leurs ateliers, mais ils imposaient un ordre qui devait modeler le corps et l’esprit.

  • 26 Règlement de travail de Barth et Kiener, 1er sept. 1835 (A.M. Colmar, 1 F 2).

23Adolphe Blanqui appréciait que le jeune ouvrier des fabriques, cet « espèce de paria que l’on enrégimente », soit soumis à une règle, même dure. L’enfant appartenait au manufacturier pour son temps de travail. Le patron fixait les heures d’activité « à volonté », précisait un règlement d’atelier26 et le maître, disait encore le docteur Weber, ne sait que punir et renvoyer, sans encourager à bien faire.

  • 27 Hudry-Menos, Un petit monde alsacien, roman social pour jeunes filles, Paris, Colin, 1908, 282 p.
  • 28 23 décembre 1850 (A.N., BB 30/376).
  • 29 J. Camus, Le Développement économique et social de Bitschwiller (Strasbourg, 1939), p. 47.
  • 30 Lettre de Goldenberg, Bull. de la Soc. de prot. des Apprentis, 1868, p. 129.

24On n’a pas de preuve d’opposition de la part des enfants, si ce n’est à travers un petit roman, qui relatait la haine portée par un adolescent envers son employeur27. Par contre, la dureté des patrons envers leurs ouvriers a été soulignée à plusieurs reprises par le procureur général de Colmar : en 1849, lors d’une manifestation à Ribeauvillé, on n’hésitait pas à repousser un jeune du bout d’une baïonnette ni à condamner à la prison des ouvriers, mari et femme chargés d’une nombreuse famille28. On ne faisait rien pour les enfants, à Bischwiller, nous dit-on, et on laissa ainsi se constituer une classe de parias où le ferment révolutionnaire allait germer29. La formule est peut-être radicale, car les jeunes alsaciens n’ont guère été des révoltés. Gustave Goldenberg, l’industriel du Zornhorff, s’inquiétait pourtant de voir « dans les grands centres industriels, ces petits bobineurs et rattacheurs, à la sortie des fabriques, parcourir les rues par bandes ou se tenant bras dessus, bras dessous, chantant des chansons obscènes et injuriant ceux qui se permettent de faire des observations »30.

  • 31 A.D.H.R., 10 M 10.

25Pourtant, les enfants cherchaient à prendre du temps, et négligeaient le règlement qu’ils ne savaient pas lire. Ils étaient sûrs d’eux-mêmes, ce qui pouvait provoquer des catastrophes, des accidents qui leur étaient, évidemment, imputés, même quand ils étaient mortels. Les jeunes connaissaient trop bien leurs métiers, se glissaient dessous en dépit des ordres pour procéder aux nettoyages, pour rattacher les fils alors que les métiers n’étaient pas arrêtés. Ils étaient remuants, alors que les espaces entre les métiers n’étaient pas suffisants et leurs vêtements pouvaient être saisis par les cylindres. Tous ces accidents étaient dus à des imprudences ou aux inattentions des enfants et auraient facilement pu être évités, dit-on, s’ils avaient respecté les règlements, s’ils n’avaient pas cherché à faire une besogne qui n’était pas de leur compétence, s’ils n’avaient pas voulu laver leur tablier pendant l’heure du déjeuner, s’ils n’avaient joué à tourner autour d’un arbre de transmission, comme on le raconte dans une usine voisine de la Meurthe, etc.31.

  • 32 A.D.H.R., 4 M 29.
  • 33 15 décembre 1830, chez Daniel et Jean Dollfus-Mieg à Dornach (A.D.H.R., 1 Z 513).

26Les jeunes ouvriers étaient prêts à manifester, bruyamment parfois. Partout où des manifestations avaient lieu, on signalait la présence d’enfants, de jeunes gens de fabrique. Cependant, chaque fois qu’elle pouvait observer des incidents, la gendarmerie – comme la sous-préfecture – avait tendance à les qualifier d’enfantillages32. Par contre, quand les biens étaient en cause, notamment lorsqu’il s’agissait de menace de bris de machines, on fut plus regardant33. Bien entendu, on retrouva des enfants lors de la « fête des boulangers » de juin 1847 à Mulhouse et pendant les journées exaltées de la révolution de 1848.

27Leur rôle pendant les grèves n’est pas facile à déterminer en raison de l’imprécision des documents, de l’absence d’actes de justice contre les jeunes, de la volonté des patrons alsaciens d’exercer leur « police » en dehors du regard de l’administration. Cependant, s’ils n’ont peut-être pas souvent été à l’origine des mouvements de grève, ils ont été parmi les manifestants actifs. On constate que les enfants ou jeunes ouvriers ont déclenché 19 grèves sur les 107 qu’on a pu recenser dans le Haut-Rhin entre 1827 et 1870, mais ces données doivent être affinées. Plus exactement, l’action des jeunes apparaît de plus en plus importante au fur et à mesure que le siècle avance : de 1827 à 1847, sur 20 grèves, une seule a été menée par des jeunes. Au contraire, de 1850 à 1870, 22 % des grèves (16 sur 70) ont été provoquées par eux.

  • 34 Chez Schlumberger-Steiner à Mulhouse. Rapport du commissaire de police, 16 septembre 1833 (A.D.H.R. (...)
  • 35 Procureur général de Colmar, 3 mars 1850 (AN, BB 30/376).

28Ces grèves étaient généralement spontanées, imprévisibles et brèves. C’étaient des mouvements de refus, une protestation contre les baisses de salaire, la suppression d’une prime, la sévérité d’un directeur ou d’un contremaître, la rapidité excessive des machines. Tout se déroulait généralement dans le calme, mais les adultes ne voyaient pas toujours d’un bon œil leur mise au chômage technique. On observe des discordances entre les mouvements de jeunes et ceux des hommes : en 1833, des fileurs de Mulhouse s’excusaient auprès du patron de devoir suivre leurs indispensables rattacheurs34. Par contre, en 1850, à Thann, les fileurs continuaient le travail alors que les rattacheurs avaient tous quitté l’établissement35.

  • 36 A.D.H.R., 10 M 9-10.

29Du reste, on ne prenait pas toujours au sérieux les mouvements des jeunes ouvriers. En 1858, à Mulhouse, on considérait leur manifestation comme « insignifiante ». Un commissaire de police se contentait de sermonner les jeunes : « J’ai fait mettre en cercle les ouvrières qui sont presque toutes des jeunes filles et leur ai fait comprendre à quoi elles s’exposaient ». Ailleurs, on se contentait d’accuser un « mauvais garnement », ou bien on attribuait la mutinerie à l’excitation du carnaval. En 1863, un patron refusait de reprendre 80 jeunes, les renvoyant aux travaux des champs pour l’été, mais se réservant de les réengager à l’automne36.

  • 37 J. Schlumberger, Éveils (Paris, 1950), p. 10.

30Jean Schlumberger, dans un petit livre de souvenirs sur Guebwiller, rappelait que « les burgraves de la bourgeoisie avaient eu le légitime sentiment de marcher en flèche de la civilisation, de créer un ordre nouveau et d’équiper la France de manière qu’elle pût tenir tête à tous les pays rivaux [...]. Mais au cours des années, l’industrie alsacienne s’était insérée dans le courant universel [...]. On vivait sur un fonds d’idées qui ne se renouvelait plus. À quoi s’occuper sinon à gagner de l’argent ? »37

31Les industriels alsaciens ont bien compris que le problème du travail des enfants posait celui de la liberté du travail. C’est pourquoi ils ont préconisé la création d’un corps d’inspecteurs salariés qui s’imposeraient à tous. Mais en période d’expansion économique, basée sur les faibles salaires de l’Alsace, ils ne pouvaient se détacher de cette main-d’œuvre précieuse qu’ils conservèrent finalement plus longtemps que toutes les autres régions industrielles. Ils ont choisi la solution la plus simple, au risque de se faire techniquement dépasser par l’Allemagne après 1871.

32Dans ces conditions, il n’était pas question qu’on entende la voix des enfants ! Ceux-ci étaient indispensables ; ils pouvaient parfois perturber le système de production, mais la société n’était pas prête à admettre leur rôle. Même leur reconnaissance par les syndicats fut difficile, seule l’action des inspecteurs du travail réussit à les intégrer dans le circuit normal de l’adolescence et de l’école.

Notes

1 L’Alsace en 1782, vue par un inconnu. Texte publié par F.J. Heitz, Colmar, 1934.

2 S. Chassagne, « Le travail des enfants aux XVIIIe et XIXe siècles », in Histoire de l’enfance en Occident du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, 1998.

3 M. Hau, L’Industrialisation de l’Alsace (1803-1939), Strasbourg, 1987.

4 Archives départ. du Haut-Rhin [A.D.H.R.], 9 M 22-23.

5 Archives municip.[A.M.] Mulhouse, R I / Cb2 ; 17 000 ouvriers à Mulhouse selon Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers (rééd. 1989), p. 96 n.

6 P. Leuilliot, L’Alsace au début du XIXe siècle (SEVPEN, Paris, 1959), t. 2, p. 492.

7 Ibid., p. 493-494.

8 Rapport du préfet, mai 1821. Cité par G. et H. Bourgin, Le Régime de l’industrie en France de 1814 à 1830, Paris, 1930.

9 Débat sur les écoles du soir, en déc. 1825 (A.D.H.R., 1 T 116) ; rapport du préfet, Archives nat. [A.N.], F 7 9534.

10 A.D.H.R., 1 T 52.

11 S. Kot, « Des philanthropies aux politiques sociales. Solutions françaises et allemandes à la question sociale en Haute-Alsace. 1850-1914 », thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris VII, 1991, 1 993 p., microfiches.

12 S. Jonas, Le Mulhouse industriel. Un siècle d’histoire urbaine. 1740-1848, 1974, t. 2, p. 169.

13 Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse [B.S.I.M.], t. VI, 1833.

14 7 octobre 1846, in Enquête sur la situation des classes ouvrières et sur le travail des enfants (Bruxelles, 1846-1848), t. 1, p. 246.

15 A.N., F 12 4727. On ne comptait, disait-il, dans le département, que 52 enfants dans les petits ateliers non soumis à la loi, pour 8 683 enfants dans les établissements contrôlés. Le conseil général du Bas-Rhin proposait, au contraire, l’extension de la loi à tous les 448 enfants des ateliers non soumis à la loi (contre 1 756 enfants surveillés).

16 Rapport de l’ingénieur des mines de Strasbourg, 5 février 1869 (A.D.H.R., 10 M 5).

17 S. Kot, op. cit., p. 170.

18 S. Kot, op. cit., p. 289.

19 Archives départ, du Bas-Rhin [A.D.B.R.], AL 87/4369.

20 E. Véron, Les Institutions ouvrières de Mulhouse et des environs, Paris, 1866, 404 p.

21 C. Thierry-Mieg, « Réflexions sur l’amélioration morale des classes ouvrières. Discours lu à la Soc. ind. de Mulhouse le 28 mars 1860 », Mulhouse, 1860, p. 16.

22 En avril 1859, (A.N., BB 30/37).

23 Ibid., 11 avril 1865.

24 Voir l’Histoire Documentaire de l’Industrie à Mulhouse, 1902.

25 Rapport à la Soc. ind. de Mulhouse, B.S.I.M., 1839, p. 415-416.

26 Règlement de travail de Barth et Kiener, 1er sept. 1835 (A.M. Colmar, 1 F 2).

27 Hudry-Menos, Un petit monde alsacien, roman social pour jeunes filles, Paris, Colin, 1908, 282 p.

28 23 décembre 1850 (A.N., BB 30/376).

29 J. Camus, Le Développement économique et social de Bitschwiller (Strasbourg, 1939), p. 47.

30 Lettre de Goldenberg, Bull. de la Soc. de prot. des Apprentis, 1868, p. 129.

31 A.D.H.R., 10 M 10.

32 A.D.H.R., 4 M 29.

33 15 décembre 1830, chez Daniel et Jean Dollfus-Mieg à Dornach (A.D.H.R., 1 Z 513).

34 Chez Schlumberger-Steiner à Mulhouse. Rapport du commissaire de police, 16 septembre 1833 (A.D.H.R., 10 M 9-10).

35 Procureur général de Colmar, 3 mars 1850 (AN, BB 30/376).

36 A.D.H.R., 10 M 9-10.

37 J. Schlumberger, Éveils (Paris, 1950), p. 10.

Auteur

Université de Savoie

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540