Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Une main-d'œuvre captive

Le travail des enfants abandonnés du Gard dans les filatures de soie (seconde moitié du XIXe siècle)

Daniel Murat

Texte intégral

  • 1 J. Sandrin, Enfants trouvés, enfants ouvriers, Paris, Éditions Aubier, 1982.

1Dès la fin du XVIIIe siècle, les enfants abandonnés sont perçus par un grand nombre de manufacturiers comme une main-d’œuvre immédiatement disponible. Ils se tournent donc vers les hospices afin de pouvoir utiliser cette population qui coûte cher à la collectivité1. Pour les administrateurs de nombreux hospices, une telle possibilité est perçue comme une aubaine financière. Avec la Révolution française, ce type de placement ne peut plus se faire si les intérêts du pupille ne sont pas pris en compte. La protection de ces enfants abandonnés est en effet un devoir moral : le décret du 19 mars 1793 range l’assistance du pauvre au nombre des dettes nationales ; le décret du 28 juin 1793 met en place le système de protection sociale qui reste le plus élaboré au XIXe siècle.

  • 2 J. Sandrin, op. cit.. p. 76.

2Mais la réalité vécue par les pupilles des hospices est loin de celle prévue par les textes. Si effectivement jusqu’à leur douzième année ces enfants sont relativement à l’abri de tout établissement industriel, puisque la quasi-totalité se trouve en nourrice, à douze ans les administrateurs, qui ont conscience d’avoir accompli leur devoir d’assistance, cherchent à les placer au gré des demandes, à condition que leur entretien ne coûte plus rien à la collectivité. Afin d’éviter que les pupilles ramenés par les nourrices ne restent dans les hospices, le décret du 30 ventôse an V prévoit dans son article 8 une indemnité de cinquante francs par pupille à tout employeur qui se chargerait de son apprentissage. Ces dispositions législatives présentaient néanmoins le risque qu’un grand nombre de patrons, après avoir touché les cinquante francs, renvoie le pupille à l’hospice. Le décret du 9 janvier 1811 redéfinit le cadre de ces mises en apprentissage, cadre qui sera peu modifié au XIXe siècle : la prime de cinquante francs est supprimée et, pour rendre cette main-d’œuvre attractive, il est prévu « que les contrats d’apprentissage ne stipuleront aucune somme en faveur ni du maître ni de l’apprenti, mais garantiront au maître les services gratuits de l’apprenti jusqu’à un âge ne pouvant excéder vingt-cinq ans, et à l’apprenti, la nourriture, l’entretien et le logement. » Cette réglementation a pour effet de livrer aux industriels une main-d’œuvre servile et bon marché. Jean Sandrin cite la manufacture Boyer-Fonfrède, de Toulouse, qui utilise en 1800 cinq cents enfants des divers hospices de Toulouse, Carcassonne et Montpellier2.

  • 3 D. Murat, « Enfants en rupture de famille ; les enfants abandonnés et secourus dans le Gard de 179 (...)
  • 4 Id., ibid., p. 173.
  • 5 Id., ibid., IVe partie « Élever l’enfant pour quel devenir ? ».

3Néanmoins, tous les administrateurs des hospices ne vont pas appliquer ce décret. Si ceux de Montpellier n’hésitent pas à mettre leurs pupilles dans les diverses filatures de la région, ceux de Nîmes dédaignent ce type de placement, du moins jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle. Pour eux, ce qui importe avant tout, c’est que les jeunes restent dans les Cévennes après leur douzième année et se fondent dans la population. Ils laissent donc les parents nourriciers s’occuper de leurs placements3. Rétrospectivement, ce choix trouve l’assentiment du conseil supérieur de l’assistance publique, qui reprend en 1892 les arguments avancés en 1811. « Il faut donner la prééminence aux nourriciers et cela dans le but de fortifier les liens d’affection qui ont pu se former entre les nourriciers et l’enfant et de donner à celui-ci les moyens de se créer une famille d’adoption »4. Ainsi entre 1800 et 1860, moins d’un quart des pupilles garçons sont placés chez des artisans et seulement 30 % des filles deviennent domestiques dans les environs de Nîmes, Uzès, Beaucaire5. Ces choix ont aussi pour corollaire que le problème des conditions de travail des pupilles n’est jamais posé. De plus, le fait de laisser les pupilles dans leur milieu nourricier explique qu’aucun contrat d’apprentissage ne régit l’utilisation de cette main-d’œuvre.

  • 6 Extrait du rapport de l’inspecteur des enfants assistés, année 1879, Archives départementales du G (...)
  • 7 D. Murat, op. cit., IIe partie « Étude statistique de la population des enfants assistés dans le G (...)

4L’apparition de l’inspecteur des enfants assistés va marquer la fin progressive de cette politique de placement : « Dès mon arrivée dans le département, des mesures ont été prises pour, petit à petit, les faire tous descendre après leur première communion dans la plaine et les confier à de bons fermiers. Là, ils seraient mieux nourris, gagneraient davantage et apprendraient à faire tous les travaux de champs. Les filles à faire la cuisine, à soigner les chevaux, à travailler les champs, tailler les vignes et les arbres, etc. »6 Les pupilles sont systématiquement reconduits à l’hospice, même si les nourriciers veulent les garder. Pour les garçons, les types d’apprentissage ne changent guère. Ils sont placés comme ouvriers agricoles, 20 % comme bergers et 11 % chez des artisans7. Par contre, les types de placement des filles se modifient : 21 % deviennent ouvrières dans des manufactures de soie, alors que précédemment aucune ne l’était.

5Ce changement de politique est d’autant plus inexplicable que jusqu’à l’arrivée des inspecteurs, les choix des administrations des hospices du Gard – en particulier ceux de Nîmes, Alès, Le Vigan – ont donné de bons résultats. L’augmentation des abandons avec la mise en place des tours n’a pas contribué à une augmentation de pupilles à l’hospice après leur douzième année – une vingtaine. Ce choix de la nouvelle administration, d’autant plus paradoxal qu’après 1860 le nombre des abandons est très faible (une dizaine par an), induit un triple questionnement. Pourquoi les inspecteurs des enfants assistés ont-ils cherché à placer leurs pupilles dans le secteur industriel ? Pour quelles raisons certains industriels demandent-ils cette main-d’œuvre, alors qu’ils n’avaient jusqu’à présent porté aucun intérêt à cette population ? Ce placement des pupilles en usine a-t-il été au moins financièrement bénéfique aux intéressés ?

Un nouveau discours sur le travail des pupilles

6Au cours des années 1860, les modifications dans la politique de placement sont à mettre en parallèle avec toute une série de ruptures qui marque la gestion des enfants assistés : changement dans l’accueil des nouveau-nés à l’hospice avec la suppression du tour et l’octroi de secours aux filles-mères ; reprise en main des nourrices qui pratiquent le sous-placement de pupilles et suppression des agents placeurs ; recensement précis des pupilles de l’hospice en Cévennes ; redéfinition administrative du temps et des types d’apprentissage.

  • 8 Id., ibid., p. 602 et suivantes.
  • 9 M. Nicolas, « Coupable d’être né. Enfance assistée dans le Gard et dans l’Hérault », thèse de 3e c (...)
  • 10 Extrait du rapport de l’inspecteur des enfants assistés pour l’année 1861 (A.D.G., 6 X 309).

7L’arrivée de l’inspecteur des enfants assistés marque la prééminence de la nouvelle administration sur les religieuses des hospices qui géraient de fait le service des enfants assistés depuis le début du XIXe siècle8. Alors que dans l’administration quotidienne des pupilles il n’y a pas de remise en cause explicite des pratiques antérieures conduites par les religieuses, il en va tout autrement en ce qui concerne la mise en apprentissage. Jusqu’aux années 1860, il était courant que l’on garde à l’hospice des pupilles âgés de douze ans et plus, principalement des filles qui étaient utilisées à l’ouvroir ou qui secondaient les religieuses dans les tâches domestiques. En 1830, les administrations avaient même ouvert à l’hospice de Nîmes un atelier de bretelles : « Les enfants sont occupés à la fabrication de bretelles à l’hospice de Nîmes et se voient attribués pour une douzaine de paires produites 50 centimes en 1835 et le gain est relevé de 10 centimes en 1836. Mais ce pécule réalisé est fonction de l’ouvrage rendu par chaque enfant et il faut déduire les frais d’atelier y compris le déchet légal »9. Bien que cette utilisation des pupilles eût pour but de permettre à l’hospice de faire des économies, à leur majorité elles recevaient un pécule et un trousseau complet. Dans un rapport au préfet de 1861, l’inspecteur s’élève contre l’utilisation de cette main-d’œuvre dans les hospices : « Il a bien été créé divers ateliers à l’hospice, mais ces ateliers n’ont pas le développement nécessaire pour assurer aux enfants un apprentissage agricole ou industriel nécessaire pour trouver un métier »10. Cette réaction n’empêche pas l’administration de l’hospice de continuer à employer des pupilles, et en 1863 la commission des hospices de Nîmes présente ces ateliers comme des écoles d’apprentissage.

« Le placement des enfants qui se trouvent dans nos hospices a toujours excité notre vive sollicitude. Pour faciliter ce placement nous avons établi dans la maison divers ateliers où on prépare les enfants destinés aux professions les plus répandues.
« Il y a un atelier de tailleurs d’habits, un atelier de cordonniers [...], un atelier d’agriculteurs, au moyen du jardin potager de l’établissement et de l’exploitation de deux vignes olivettes qui lui appartiennent.
« Il y a encore un atelier de couture, un atelier de cuisine, un atelier de lessivage.
« C’est donc une véritable pépinière d’artisans que nous avons formée dans nos hospices ; et cela sans frais parce que les ateliers établis sont alimentés par le besoin de nos maisons. Nous pouvons même dire que ce système, utile pour l’avenir des enfants, est en même temps économique parce que ces enfants font un travail qui exigerait des employés salariés. »

  • 11 Extrait du rapport de l’inspecteur des enfants assistés pour l’année 1861 (A.D.G., 6 X 309).

8Cet exposé ne semble pas convaincre l’inspecteur qui la même année réfute dans son rapport les arguments de la commission administrative : « L’expérience et la réflexion démontrent que l’orphelinat offre pour les enfants des écueils qu’il faut éviter ; il affaiblit leur spontanéité et leur responsabilité personnelle, tandis que la vie dans le monde fortifie leurs facultés et la prépare aux luttes dans le monde. Le séjour dans l’hospice est nuisible à tous les égards »11. Cette opposition à l’utilisation des pupilles dans les hospices est de nouveau développée dans l’enquête nationale de 1881.

« Les placements dans les orphelinats annexés aux hospices ou hôpitaux (Alès, Bagnolet, Nîmes, St-Gilles, Le Vigan, Uzès) devraient être proscrits à cause des inconvénients signalés depuis 1740 jusqu’à nos jours, dans toutes les instructions ministérielles concernant les enfants assistés. Ces placements sont nuisibles au point de vue de la santé des enfants, nuisibles au point de vue de leur éducation pratique, nuisibles au point de vue de leur avenir, attendu que dans presque tous ces établissements on a les élèves dans une habitude de paresse qui les rend trop souvent, à leur sortie, incapables de gagner leur vie [...]. En outre, les orphelinats qui ont ouvroir conservent les filles presque jusqu’à leur majorité et, à l’aide de ces bras qui leur coûtent fort peu, font une concurrence désastreuse au travail libre. De plus à leur sortie, ces jeunes filles, sans fortes habitudes de travail, ignorantes de tout ce qui touche à la vie, ont à leur tour à lutter contre cette concurrence, et dans cette lutte, un certain nombre succombe.
« Les placements chez des particuliers (artisans ou agriculteurs) sont préférables. »

9La nouvelle politique qui se dessine à travers plusieurs discours des inspecteurs marque dans un premier temps une réelle rupture avec les pratiques anciennes. Cette politique peut être ainsi résumée : les pupilles ne seront reconnus socialement que s’ils ont un métier ; ils doivent être élevés dans les zones économiquement prospères ; pour les filles, ce qui compte plus qu’un métier, c’est que leur emploi leur permette de se constituer une dot importante et que dans leur travail elles soient surveillées.

  • 12 D. Murat, op. cit., p. 602 et suivantes.
  • 13 F. Clavairolle, Les Chemins de soie. Itinéraires culturels en Cévennes – Bas-Languedoc – Cévennes (...)
  • 14 Lettre du 3 mai 1865, citée par R. Huard, Le Mouvement républicain en Bas-Languedoc, 1848-1881 (Pa (...)

10L’analyse de l’inspecteur ne paraît cohérente économiquement qu’en ce qui concerne les garçons : l’agriculture cévenole offre une possibilité réduite d’emploi et les pupilles, comme tous les ouvriers agricoles des 157 Cévennes, doivent participer aux migrations saisonnières12, alors que les pays de la plaine offrent des emplois mieux rémunérés. En ce qui concerne les filles, la politique qui consiste à les placer dans les filatures de soie semble paradoxale. Ce secteur de la sériciculture connaît une grave crise en cette moitié du XIXe siècle, les élevages de vers à soie sont décimés en quelques années : en 1850 la production des cocons était de 2 500 0000 kilos, en 1865 de 300 000 kilos seulement13. Les filatures doivent aussi faire face à la concurrence des soieries asiatiques à la suite de l’ouverture du canal de Suez en 1869. L’évêque de Nîmes, Mgr Plantier, traduit bien ce renversement en quelques années des pôles économiques dans le département. « Autrefois, avant que cette calamité [la maladie du ver à soie] tombât sur elles, les populations [des Cévennes] étaient généralement dans une situation prospère alors que celles qui cultivent la vigne étaient dans la gêne par la surabondance même du vin [...]. Les choses sont aujourd’hui renversées. Les régions viticoles du Gard pour la plupart sont à l’aise, et les régions séricicoles dans la souffrance. La maladie de la vigne a fait pendant un certain temps la fortune des premières : celle du ver à soie a d’abord appauvri et tend de plus en plus à ruiner les secondes »14.

11Il reste que pour l’administration ce secteur industriel offre au moins trois avantages : il absorbe le trop plein des pupilles qui se trouvent dans les orphelinats des hospices ; il permet aux filles de se constituer un pécule aussi important que si elles étaient domestiques ; enfin il évite cette instabilité professionnelle qui touche les domestiques – 60 % des pupilles connaissent en moyenne trois employeurs avant leur majorité.

Le placement dans le secteur industriel, un phénomène conjoncturel

  • 15 D. Murat, op. cit., p. 434 et suivantes.

12L’analyse des registres de placement des pupilles met en évidence le fait que cette politique de « mise en apprentissage » des filles dans les manufactures de soie n’est qu’un phénomène conjoncturel. Contrairement aux discours des inspecteurs, on n’assiste pas à une stratégie de formation plus rationnelle que celle conduite par les religieuses des hospices depuis le début du siècle. Entre 1875 et 1880, 88 filles sont placées dans les manufactures de soie, c’est-à-dire 20 % des pupilles ramenées à l’hospice, alors qu’entre 1880 et 1900 elles ne sont plus que 915. Deux explications peuvent être avancées pour expliquer ce choix : d’abord un besoin identitaire de la part des inspecteurs qui veulent se démarquer des méthodes « éducatives » empiriques conduites par les religieuses, tout comme les notables qui se trouvent dans les commissions administratives ; en second lieu, l’importance du nombre des pupilles qui atteignent leur douzième année. L’arrivée des inspecteurs dans le département du Gard correspond à la fin des prises en charge nourricières des enfants abandonnés durant l’époque du tour – entre 1848 et 1860 l’hospice de Nîmes, devenu seul hospice dépositaire, doit accueillir une moyenne annuelle de 195 nouveau-nés.

  • 16 « Les conditions proposées par nous et acceptées par le déclarant sont les suivantes : à garder gr (...)

13À partir du moment où la décision a été prise de ramener tous les pupilles dès leur douzième année à l’hospice pour éviter qu’un grand nombre d’entre eux ne se trouvent sans placement, il fallait mettre en place un système de mise en apprentissage collectif. Le placement des filles, qui est plus difficile à l’âge de douze ans, se pose comme une évidence. Or les filateurs ne sont pas réellement intéressés par cette main-d’œuvre, même si l’administration, afin de la rendre attractive, prévoit que durant tout leur apprentissage les pupilles ne seront pas payés comme le stipulent tous les contrats d’apprentissage16. Malgré les démarches de l’inspecteur, seulement quatre filatures acceptent de prendre des pupilles, dont deux se trouvent dans le Gard :

  • la filature Flaissier-Barral, qui se situe près de Ganges dans la vallée de la Vis (Gard), va employer en moyenne une vingtaine de pupilles entre 1865 et 1880 ;
  • la filature Émile et Paul Carrière, à Saint-André de Majencoules dans la vallée de Valleraugue (Gard), n’en accueille qu’une dizaine ;
  • la filature Belille, à Saint-André le Gaz (Isère) ;
  • la filature du comte de Chabran, à Montfavet (Vaucluse).
  • 17 « M. ...… s’engage à payer aux pupilles dont il s’agit, à l’expiration de leur apprentissage, c’es (...)

14En raison de l’ambiguïté du dernier paragraphe du contrat d’apprentissage17, certains filateurs vont chercher à interpréter d’une manière très extensive cette notion de temps d’apprentissage et de placement gratuit. Le 20 février 1875, le comte de Chabran justifie ainsi le non-paiement de pupilles : « La période d’apprentissage est donc assez longue, d’autant mieux que les sujets qu’on nous donne sont en général jeunes, chétifs et d’intelligence assez bornée [...]. Voilà pourquoi il convient mieux de nous adresser des filles dont l’âge ne dépasse pas de 11 à 12 ans autant que possible ». Aussi longtemps que ces placements sont jugés cruciaux pour « éponger » le surplus des pupilles qui ne trouvent pas à se placer, les inspecteurs acceptent ces interprétations, du moment qu’un pécule, si minime soit-il, est accordé en fin de période. Mais lorsque le nombre de pupilles est inférieur aux possibilités de placement, l’administration se montre plus regardante sur le respect des termes du contrat de la part des manufacturiers. Ainsi en 1878, le nouvel inspecteur des enfants assistés se place en défenseur pugnace des intérêts de ces pupilles et n’hésite pas à retirer toutes les filles de la filature Belille. Néanmoins, pour ménager les susceptibilités des filateurs, ce retrait n’intervient qu’après une année de négociations.

  • 18 Lettre de l’inspection du travail au filateur Belille (A.D.G., 6 X 22).

« Voilà donc des enfants qui, en vertu des clauses ci-dessus, ont fini leur apprentissage le 31 décembre 1874, ont dû être entretenues gratuitement jusqu’à cette époque et à qui à partir du 1er janvier 1875 revenait un salaire, au moyen duquel il devait être pourvu à leur entretien, à leur nourriture et au nom de qui les économies devaient être placées à la Caisse d’épargne. Comment se fait-il que durant l’année elles n’aient eu quelques bénéfices ? Elles ont toutes, à l’exception d’une, un passif plus ou moins important.
« Il faut donc que ces enfants aient été presque constamment à l’infirmerie, pour cause de faiblesse ou de maladies chroniques : alors elles auraient dû être renvoyées à l’hospice dépositaire, car seules les jeunes filles fortement constituées peuvent être employées dans votre industrie.
« Je veux bien prendre en considération le paragraphe de votre lettre du 13 janvier dernier, dans lequel vous exposez que ces enfants ont été dures à mettre à la besogne et que la somme d’ouvrage produite pendant l’année dernière, qui était pour ainsi dire la continuation d’un apprentissage bien suffisant (2 ans et quelques mois) n’a pu être bien sensible. Mais je n’admettrai jamais que nos pupilles n’ont pu gagner au moins leur nourriture et leur entretien.
« Si j’ai bonne mémoire, vous avez déclaré à mon prédécesseur, quand vous êtes venu lui demander des ouvrières et qu’il se renseignait sur les salaires, qu’elles pourraient gagner jusqu’à 600 francs et même plus. Qu’en moyenne une jeune fille pouvait arriver à une somme bien plus élevée, selon les aptitudes et l’assiduité de la jeune ouvrière. Et dans votre lettre du 13 janvier dernier, vous me faites connaître que la somme des dépenses de chaque ouvrière, en dehors du vestiaire, ne s’élève annuellement qu’à 300 francs.
« Ainsi donc, tout en tenant compte du peu d’ouvrage fourni par nos pupilles l’an dernier à cause des motifs sus énoncés et reconnus, et tout en admettant qu’elles n’ont pu par leur gain atteindre le chiffre moyen de 600 francs, il est impossible de convenir quelles ont pu faire des dettes.
« Je ne m’explique par conséquent pas comment vous avez pu établir votre compte. Ne vous occupant pas, sans doute, des conditions du traité, vous avez probablement accumulé la somme d’ouvrage de chaque ouvrière depuis son entrée dans votre établissement qui a dû produire une certaine somme de gains et, déduisant de cette somme le montant des frais de nourriture etc., vous êtes arrivé au résultat si peu satisfaisant qui fait l’objet de votre compte-rendu [...].
« Ne pourriez pas me faire connaître le nombre de mètres d’ouvrage fait l’an dernier par chaque pupille et à combien se monte le prix du mètre de travail ? »18

15Cette lettre en forme de réquisitoire montre à quel point ce type de placement était peu contrôlé, alors que l’administration se montrait très tatillonne envers les nourrices, exigeant d’elles deux lettres de moralité – l’une du maire, l’autre du curé – et les soumettant à une inspection tous les deux ans.

  • 19 Lettre du directeur de la filature Flaissier-Barral datée du 3 avril 1879 (A.D.G., 6 X 22).
  • 20 Lettre du directeur de la filature Flaissier-Barral datée du 12 juin 1880 (A.D.G., 6 X 22).

16Ce ne sont pas les conditions de travail des pupilles qui vont conduire à la fin de cette expérience, mais une enquête de l’inspection du travail dans la filature Flaissier-Barral. Cette dernière dénonce le peu de cas que fait l’administration des enfants assistés de la législation sur le travail des enfants : « L’inspection divisionnaire sur le travail des enfants mineurs nous a fait une visite. Il exige que nous nous conformions tant pour les orphelines que pour les autres ouvrières strictement à la loi. En présence de ses avertissements réitérés et pour éviter un procès, nous vous demandons de nous faire parvenir leur livret »19. Ce procès-verbal de l’inspection du travail ne provoque aucune réaction de l’administration des enfants assistés. L’année suivante, l’inspecteur du travail revient dans cette filature et menace de nouveau les filateurs d’une amende s’ils ne se conforment pas à la législation. « L’inspecteur divisionnaire sur le travail des enfants mineurs est de nouveau venu nous visiter ; il exige pour vos pupilles des livrets ouvriers conformes à ceux prescrits par la loi du 19 mai 1874, c’est vous dire qu’il ne se contente pas de ceux que vous nous avez envoyés en dernier lieu »20. L’administration des enfants assistés ne répond pas, elle se contente de ne plus envoyer de pupilles dans cet orphelinat. Pour l’administration, cette rupture avec ce type de placement pose d’autant moins de problème que les pupilles restent chez les nourriciers jusqu’à l’âge de quatorze ans.

Les motivations des filateurs dans l’utilisation des pupilles des hospices

17Jusqu’en 1860, cette main-d’œuvre n’offre aucun intérêt pour les filateurs pour au moins trois raisons :

  • le travail de la soie est un travail rémunérateur et fait en quelque sorte partie du patrimoine culturel des Cévenols. L’utilisation d’une main-d’œuvre extérieure peu payée aurait immanquablement conduit à des mouvements hostiles au sein des communautés locales ;
  • les filateurs n’éprouvent aucune difficulté à recruter de jeunes ouvrières qualifiées. Les pupilles ont dans leur grande majorité grandi dans la partie des Cévennes sans tradition dans la filière soie, leur formation n’intéresse pas les manufacturiers ;
  • les investissements imposés par l’administration pour l’accueil de cette main-d’œuvre la rend peu attractive. Les patrons des filatures doivent trouver des personnes pour encadrer ces filles, les nourrir, les vêtir et leur assurer le logement, et cela tout au long de l’année, y compris durant les périodes chômées.
  • 21 Congrès régional des fileuses, Alès, 1er mars 1908, in F. Clavairolle, op. cit., p. 57.

18Pour faire face à la crise de la sériciculture et maintenir des produits compétitifs, les filateurs imposent une baisse des salaires et un allongement de la journée de travail. Les filatures de soie sont alors considérées comme de véritables bagnes féminins : « Les pauvres fileuses tenues toujours sous le joug patronal souffraient, et le soir arrivaient à la maison fourbues pour gagner 1 fr 50, une misère, juste de quoi ne pas mourir de faim ! »21

19La main-d’œuvre traditionnelle devient moins abondante quand les jeunes filles optent, avec l’arrivée du chemin de fer dans les villes du piémont des Cévennes, pour une migration plus lointaine et plus définitive. Dans ce contexte, les pupilles proposées par les hospices deviennent une alternative qui peut être rentable si l’on possède les locaux pour pouvoir les enfermer et les surveiller.

20Les deux filatures des Cévennes, la filature Flaissier-Barral à Saint-Laurent le Minier et celle des frères Émile et Paul Carrère à Saint-André de Majencoules, possèdent un espace dortoir mais aussi, pour encadrer les ouvrières, le personnel hérité du temps où celles-ci venaient de très loin. 11 ne reste plus qu’à convertir ces locaux en un orphelinat annexé à la filature. Une telle création n’est pas anodine, elle procure à ce patronat qui découvre les bienfaits de la philanthropie un certain nombre d’avantages :

  • l’établissement peut percevoir des subventions de la part des autorités locales s’il accueille des filles qui dépendent de l’assistance publique locale ;
  • les responsables exercent sur toutes les pensionnaires l’ensemble des droits de la puissance paternelle. Ils peuvent les garder jusqu’à leur majorité, et même les placer chez un autre employeur qu’ils choisissent ;
  • cette main-d’œuvre échappe en théorie à tout contrôle de l’inspecteur du travail puisqu’elle ne fait pas partie de l’effectif de la filature. Son apprentissage se fait dans l’ouvroir de l’industriel, que l’inspecteur appelle de ses vœux et qui est la réplique des colonies agricoles pour garçons, qui apparaissent à la même époque dans le département du Gard.

21Par contre, dans les deux autres filatures qui se trouvent hors du département, le statut des pupilles est commun à celui de toutes les ouvrières en internat.

22Une fois que les filateurs ont obtenu l’agrément d’accueillir des pupilles, ils sont assurés que leur nombre restera constant, et peuvent sans crainte renvoyer celles qui posent des problèmes de discipline – renvoi qui se fait toujours après la période d’apprentissage. Ils reçoivent en retour d’autres employées plus jeunes qui ne percevront pas de salaire. On commande alors des pupilles comme on se procure des bêtes de somme.

  • 22 Lettres des mouliniers Flaissier-Barral datées des 5 déc. 1877, 5 mai 1878 et 22 déc. 1879 (A.D.G. (...)

« S’il vous est possible de nous ramener à votre retour de la montagne 4 jeunes filles, ayant fait leur première communion et sachant lire et écrire, nous serions disposés de les prendre. En cas d’impossibilité soyez assez bien pour nous prévenir pour que nous puissions immédiatement adresser une pareille demande à votre honorable collègue de la Lozère. »
« S’il vous est possible de nous envoyer 4 jeunes filles âgées de 12 ans et ayant fait leur première communion et remplissant les conditions exigées par la loi sur le travail des enfants mineurs, nous vous en serions reconnaissants. »
« Nous souhaiterions quatre jeunes filles ayant fait leur première communion et sachant lire et écrire »22.

Une main-d’œuvre corvéable à merci

23Pour ces filateurs, l’utilisation des pupilles de l’hospice offre avant tout un réel avantage financier. Certes, ils doivent leur assurer nourriture, logement et vêture tout au long de l’année, mais ces prestations en nature sont déduites des gains des jeunes filles, ce qui fait qu’il est aisé de moduler à leur guise leurs salaires. Une seule filature semble respecter à peu près le contenu du contrat, celle de Saint-Laurent le Minier. Ainsi le pécule versé aux pupilles lors de leur retour à l’hospice est calculé au prorata du temps passé à la filature. En avril 1876, cinq filles sont renvoyées à l’hospice et le gain est ainsi expliqué pour trois d’entre elles :

  • 23 Lettre de Flaissier-Barral datée du 25 avril 1876 (A.D.G., 6 X 22).

Voici maintenant la dénomination des trois enfants qui arrivent le 26 courant :
- Mazot Ursule née le 28 octobre 1859, n° 1574, à 21 ans 300 francs, aujourd’hui 150 francs (entrée chez nous le 20 octobre 1871) ;
- Balsagèse Marie-Victorine née le 1er octobre 1857, n° 8620, à 21 ans 250 francs (entrée chez nous le 27 octobre 1871) 165 francs ;
- Bellini Antoinette née en mai 1864, n° 1642, à 21 ans 30 francs (entrée chez nous le 25 avril 1874) aujourd’hui 60 francs »23.

  • 24 Lettre du comte Bon de Chabran datée du 20 fév. 1878 (A.D.G., 6 X 22).

24Dans les autres filatures, les patrons s’efforcent de maintenir de bas salaires en ce qui concerne les pupilles de l’hospice. Le comte de Chabran, comme tous les autres filateurs, décompte le temps de travail rémunéré qu’après la période d’apprentissage. « L’apprentissage d’un métier, où l’on travaille une matière aussi riche et aussi chère que la soie, nous est onéreux, car en dehors du peu de travail que fait une ouvrière inexpérimentée, il y a la question de l’augmentation du déchet qui est trop préjudiciable ; la période d’apprentissage est donc assez longue, d’autant mieux que les sujets qu’on nous donne sont en général jeunes, chétifs et d’intelligence assez bornée [...]. Voilà donc pourquoi il convient de nous adresser des filles dont l’âge ne dépasse pas 11 à 12 ans autant que possible [...]. À partir de la quatrième année révolue, il sera placé une somme de 30 francs au profit de l’ouvrière »24.

  • 25 Lettre de la filature Belille datée du 13 janv. 1876 (A.D.G., 6 X 22).

25Ce souci de faire des économies va jusqu’à une surveillance accrue des dépenses personnelles. « L’entretien est à leur charge, mais nos sœurs veillent à ce que ces enfants n’aient pas de fantaisie et n’achètent pas plusieurs paires de souliers ou galoches lorsqu’une pourrait suffire »25. En dehors de ce contrôle permanent sur les pupilles, les conditions de travail sont identiques à celles de toutes les ouvrières des soieries qui se trouvent dans les internats. Peu de temps libre leur est laissé.

Les conditions d’emploi

  • 26 On reconnaissait une fileuse à son odeur. Les chrysalides tombées au fond de la bassine se décompo (...)

26La demande permanente de pupilles robustes par tous les filateurs s’explique par les conditions de travail dans lesquelles ces filles vont être plongées. Elles entrent dans un environnement malsain, humide, bruyant, froid. Toute la journée, elles ont les mains continuellement immergées dans l’eau bouillante et leur visage baigne dans une vapeur nauséabonde qui s’élève des bassines, leurs vêtements sont humides de buée, les pieds glacés par la proximité des écoulements. Durant tout leur internement, elles usent leurs yeux à scruter sans répit le fil aérien pour ne laisser passer aucun défaut. La description de ce milieu par Villermé en 1840 donne une idée de ce que fut ce vécu des pupilles : « Bien peu de travaux sont plus dégoûtants, d’une odeur plus repoussante et payés d’un salaire plus faible que la première préparation de la soie ou son tirage du cocon »26. Leur apprentissage consiste en théorie à suivre les divers stades de la division du travail qui s’est imposée dans les filatures de soie avec la mécanisation des métiers. Elles sont d’abord batteuses, puis quelques années après fileuses, ensuite noueuses et émoucheteuses, mais rares sont celles qui dépassent le stade de moulineuses. Les filateurs les cantonnent aux tâches les plus ingrates et les plus mal payées. Les conditions de travail sont en outre aggravées par le fait que les employeurs qui utilisent cette main-d’œuvre des hospices ne sont pas ceux qui investissent dans un matériel très performant. Le faible coût des salaires leur permet de fonctionner sur un outillage souvent vétuste.

  • 27 Lettre de la filature Belille datée du 13 janv. 1876 (A.D.G., 6 X 22).

27Les filles qui entrent dans ces filatures viennent toutes de la région des Cévennes où la soie n’imprègne pas la culture populaire ; elles découvrent donc un milieu hostile, d’où une difficulté à s’adapter à ce nouvel environnement. Ces problèmes sont d’ailleurs utilisés par les employeurs pour justifier les prolongations d’apprentissage et des retenues sur salaire : « Ces enfants m’ont été envoyées fort jeunes d’abord ; de plus l’éducation première ayant complètement manquée, elles ont été dures à se mettre à la besogne et la somme d’ouvrage produite a été vraiment insignifiante. En outre, plusieurs d’entre elles ont fait de longs séjours à l’infirmerie »27.

28De telles conditions de travail ont pour conséquence un retour massif de pupilles malades à l’hospice avant la fin de leur contrat – 70 % d’entre elles ont moins de dix-huit ans. Même si tous les contrats de placement stipulent que les employeurs doivent les soigner, aucun ne le fait, arguant que ces maladies sont avant tout la conséquence de leur état d’enfant anciennement exposé. « Mélanie S. vient d’entrer à l’hôpital de Montfavet mais, ayant reconnu qu’elle était sérieusement indisposée, nous l’avons fait admettre à l’hôpital d’après les conseils du médecin inspecteur. » La maladie est, là encore, une conséquence du fait d’abandon, voire d’exposition.

  • 28 Lettre du comte Bon de Chabran datée du 8 janv. 1871 (A.D.G., 6 X 22).
  • 29 Lettre de l’inspecteur des enfants assistés au président de la commission administrative des hospi (...)
  • 30 Lettre de Barral fils datée du 29 janv. 1879 (A.D.G., 6 X 22).

« Cette jeune fille a dû souffrir beaucoup dans son bas âge, elle a été reçue chez nous dans un état d’extrême débilité qui n’a jamais été surmonté. Elle est toujours restée chétive, pas de croissance, l’anémie est dégénérée en phtisie et de l’avis du médecin, nous ne croyons pas qu’elle puisse se relever. Cette jeune fille de nature très douce et très docile était fort intéressante et nous n’avons rien négligé pour l’entourer des soins les plus particuliers ; je l’ai bien recommandée à l’hôpital »28.
« J’ai l’honneur de vous informer que j’ai été obligé de résilier le contrat de placement passé le 21 septembre dernier entre Flaissière et Barrai de Saint-Laurent le Minier et moi en ce qui concerne les pupilles Mazot Ursule et Basalgète Marie-Victorine [...] ; pour des raisons de santé, elles ne pouvaient rester plus longtemps à l’établissement de ces messieurs »29.
« Il y a déjà quelque temps nous avons sollicité après avis du médecin l’autorisation de renvoyer l’une de nos pupilles [Julia Mason]. Si cette jeune fille se trouve encore chez nous, c’est qu’elle était très soumise et que tenant à la conserver nous avons mutuellement essayé de lui prodiguer toutes sortes de soins pour la faire revenir à la santé. À Julia nous vous prierons de nous laisser joindre Marie-Julie. Cette dernière est considérée par le directeur comme ayant atteint la phase la plus aiguë de la phtisie »30.

29Les filateurs préfèrent renvoyer la pupille et recevoir en échange une jeune fille plus jeune et encore robuste. Le plus paradoxal de cette situation, c’est que jamais les pupilles ne se sont révoltées. Il est vrai qu’en cas d’indiscipline elles peuvent être immédiatement enfermées dans un refuge.

30Cette expérience de placement des pupilles dans les filatures de soie du Gard montre tout d’abord qu’elle ne résulte pas d’une stratégie qui induise une autre approche de l’assistance et de leur mise au travail. Cette main-d’œuvre captive n’intéresse d’ailleurs pas la quasi-totalité des manufacturiers gardois. Ceux qui vont répondre aux inspecteurs sont ceux qui ont de petites filatures perdues dans des contrées reculées des Cévennes, et qui ont du mal à faire face à la crise qui touche la sériciculture au milieu du XIXe siècle.

31Avec cette tentative, l’administration n’a qu’un seul objectif, faire face à la croissance du nombre de pupilles de douze ans qui retournent à l’hospice. Un tel type de placement sera poursuivi jusqu’à la disparition des cohortes d’enfants abandonnés au tour. Après 1880, les inspecteurs n’ont plus de difficulté à trouver des patrons pour leurs pupilles filles et ne placent plus celles-ci dans les filatures. Néanmoins, durant la période où les pupilles y sont envoyées, il apparaît que l’administration attache peu d’importance au vécu de ces jeunes. Certes, les contrats d’apprentissage sont conformes aux lois sur le travail des enfants, mais les inspecteurs ne cherchent pas à vérifier sur le terrain si ces contrats sont respectés.

Notes

1 J. Sandrin, Enfants trouvés, enfants ouvriers, Paris, Éditions Aubier, 1982.

2 J. Sandrin, op. cit.. p. 76.

3 D. Murat, « Enfants en rupture de famille ; les enfants abandonnés et secourus dans le Gard de 1791 à 1904. Assistance publique, assistance privée », thèse de doctorat, 1995, reproduction Lille Thèses ISSN : 0294-1767.

4 Id., ibid., p. 173.

5 Id., ibid., IVe partie « Élever l’enfant pour quel devenir ? ».

6 Extrait du rapport de l’inspecteur des enfants assistés, année 1879, Archives départementales du Gard [A.D.G.], série 2 N.

7 D. Murat, op. cit., IIe partie « Étude statistique de la population des enfants assistés dans le Gard de 1789 à 1905 ».

8 Id., ibid., p. 602 et suivantes.

9 M. Nicolas, « Coupable d’être né. Enfance assistée dans le Gard et dans l’Hérault », thèse de 3e cycle, Université de Montepellier III, 1981, p. 391.

10 Extrait du rapport de l’inspecteur des enfants assistés pour l’année 1861 (A.D.G., 6 X 309).

11 Extrait du rapport de l’inspecteur des enfants assistés pour l’année 1861 (A.D.G., 6 X 309).

12 D. Murat, op. cit., p. 602 et suivantes.

13 F. Clavairolle, Les Chemins de soie. Itinéraires culturels en Cévennes – Bas-Languedoc – Cévennes – Vivarais, Saint-Hippolyte-du-Fort, Éditions Espace écrit, 1993.

14 Lettre du 3 mai 1865, citée par R. Huard, Le Mouvement républicain en Bas-Languedoc, 1848-1881 (Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982), p. 145.

15 D. Murat, op. cit., p. 434 et suivantes.

16 « Les conditions proposées par nous et acceptées par le déclarant sont les suivantes : à garder gratuitement, sans rétribution d’indemnité jusqu’à leur 21e année, les enfants ci-dessus dénommés... » Contrat de placement jusqu’à vingt et un ans passé entre l’inspecteur des enfants assistés et la filature Flaissier-Barral frères (A.D.G., 6 X 22).

17 « M. ...… s’engage à payer aux pupilles dont il s’agit, à l’expiration de leur apprentissage, c’est-à-dire l’âge de vingt et un ans, les sommes de trois cents francs en argent ou bien un livret de caisse d’épargne d’égale valeur... » Contrat de placement jusqu’à vingt et un ans passé entre l’inspecteur des enfants assistés et la filature Flaissier-Barral frères (A.D.G., 6 X 22).

18 Lettre de l’inspection du travail au filateur Belille (A.D.G., 6 X 22).

19 Lettre du directeur de la filature Flaissier-Barral datée du 3 avril 1879 (A.D.G., 6 X 22).

20 Lettre du directeur de la filature Flaissier-Barral datée du 12 juin 1880 (A.D.G., 6 X 22).

21 Congrès régional des fileuses, Alès, 1er mars 1908, in F. Clavairolle, op. cit., p. 57.

22 Lettres des mouliniers Flaissier-Barral datées des 5 déc. 1877, 5 mai 1878 et 22 déc. 1879 (A.D.G., 6 X 22).

23 Lettre de Flaissier-Barral datée du 25 avril 1876 (A.D.G., 6 X 22).

24 Lettre du comte Bon de Chabran datée du 20 fév. 1878 (A.D.G., 6 X 22).

25 Lettre de la filature Belille datée du 13 janv. 1876 (A.D.G., 6 X 22).

26 On reconnaissait une fileuse à son odeur. Les chrysalides tombées au fond de la bassine se décomposaient et exhalaient une effluve tenace, douceâtre et écœurante qui imprégnait les cheveux, la peau, les vêtements de la fileuse. Odeur sui generis qui a profondément marqué la mémoire et l’imaginaire social.

27 Lettre de la filature Belille datée du 13 janv. 1876 (A.D.G., 6 X 22).

28 Lettre du comte Bon de Chabran datée du 8 janv. 1871 (A.D.G., 6 X 22).

29 Lettre de l’inspecteur des enfants assistés au président de la commission administrative des hospices de Nîmes datée du 6 mai 1876 (A.D.G., 6 X 22).

30 Lettre de Barral fils datée du 29 janv. 1879 (A.D.G., 6 X 22).

Auteur

Université d’Avignon

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540