Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Une main-d'œuvre captive

Protection et utilisation des enfants dans les orphelinats et pénitenciers de l’abbé Fissiaux, en Provence au XIXe siècle

Éliane Richard

Texte intégral

  • 1 En 1861, il avait ouvert sur sa propriété une voie qui portait son nom. Rebaptisée quatre ans plus (...)
  • 2 Chalandon (Mgr.), Biographie du R. P. Fissiaux, Marseille, 1868 ; Payan D’Augery (abbé), Le R. P. F (...)
  • 3 A. Saurel, Dictionnaire des villes, villages et hameaux du département des Bouches-du-Rhône, t.I, M (...)
  • 4 Fissiaux (abbé), Situation des colonies agricoles de Beaurecueil, Marseille, 1864 ; L. Ménard, Quel (...)

1Né à Aix-en-Provence le 26 juillet 1806, l’abbé Fissiaux meurt à Marseille le 3 décembre 1867. Sur le lieu de son décès, au quartier des Cinq-Avenues, un centre de loisirs et une impasse rappellent le souvenir de celui qui fut dénommé « l’apôtre de la jeunesse »1. Promoteur et directeur de plusieurs orphelinats, pénitenciers et maisons d’éducation, ce philanthrope n’est pas un inconnu. Des biographies lui ont été consacrées2, il est l’objet de notices dans divers ouvrages3 et son action est mentionnée dans des publications sur les prisons et les institutions charitables locales4. Le simple survol de cette littérature suggère que les œuvres de l’abbé Fissiaux – ainsi désigne-t-on l’ensemble de ses fondations – peuvent offrir un bon champ d’étude dans le cadre de la problématique sur les élites et le travail des enfants.

  • 5 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1 Y 85 à 92 ; XIV M 21/3, 11 mai 1880.

2Confirmation en a été faite par le dépouillement systématique des archives privées de l’orphelinat des Dames de la Providence (délibérations du conseil d’administration, registres d’admission, livres de caisse, etc.) pendant les quatre premières décennies de son fonctionnement ; par la suite, de 1879 à 1940, toute documentation a malheureusement disparu. De même, la consultation aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône d’une dizaine de dossiers concernant les pénitenciers et orphelinats de la région apporte un éclairage sur leur fonctionnement – et leurs dysfonctionnements – de leur ouverture à la fin des années 18705.

3Ainsi, peut-on dresser un tableau général des maisons fondées par l’abbé Fissiaux et gérées par lui ou par ses successeurs entre 1835 et 1880. Même en se limitant aux seuls établissements marseillais et aixois, il est aussi possible d’apprécier l’importance du travail que, sous couvert de protection, on y impose à cette main-d’œuvre captive. Enfin, une analyse peut être tentée des discours et des pratiques des diverses élites qui subventionnent, encadrent et utilisent ces institutions.

« Les œuvres de l’abbé Fissiaux »

4Charles-Marie-Joseph Fissiaux fait ses études au collège des jésuites d’Aix puis au grand séminaire. Déjà il s’intéresse aux enfants puisqu’il s’occupe de l’Œuvre de jeunesse fondée en 1801 à Marseille par l’abbé Allemand. Après avoir été ordonné prêtre en 1831 et nommé vicaire des églises Saint-Ferréol puis Saint-Vincent-de-Paul, deux paroisses marseillaises, il devient en 1839 chanoine honoraire de Marseille et d’Alger. Depuis 1835 en effet, il s’est démis de ses fonctions vicariales pour consacrer sa vie à l’enfance abandonnée et délinquante.

5En 1835, pendant l’épidémie de choléra, l’évêque de Marseille Charles-Fortuné de Mazenod crée l’Œuvre des Dames de la Providence pour les jeunes filles pauvres, dite aussi Œuvre des orphelines du choléra. Il en confie la direction à l’abbé qui assume cette charge jusqu’à son décès. L’orphelinat s’installe sur les hauteurs de la colline Saint-Charles, sur un terrain de 13 000 m2 qui est acheté grâce au soutien de quelques notables marseillais. Il accueille d’abord des orphelines ayant perdu un de leurs parents lors de l’épidémie, mais les possibilités d’admission sont ensuite élargies à d’autres fillettes pauvres ou handicapées. Elles sont reçues de la petite enfance à l’âge de douze ans et restent à l’orphelinat jusqu’à leur majorité. L’établissement en abrite 180 en 1848.

6L’œuvre est à peine installée que l’abbé Fissiaux s’engage dans la création de pénitenciers destinés à recevoir des adolescents prévenus ou condamnés par la justice à des peines légères, ainsi que d’autres qui y sont placés par mesure de correction paternelle. C’est l’époque où se développe toute une réflexion sur la réforme du régime des prisons, la nécessité de prévoir des quartiers réservés pour les mineurs et de substituer pour eux la rééducation à l’emprisonnement. Un traité signé avec le préfet Lacoste le 8 janvier 1839, assorti d’un don de 5 000 F, permet d’ouvrir le pénitencier Saint-Pierre, pour les garçons. Le 18 décembre de la même année, c’est l’ouverture de Sainte-Madeleine, son homologue pour les filles. Les deux établissements s’installent à titre provisoire dans des locaux loués, rue de la Fare et rue des Petites-Maries.

  • 6 À la différence de l’orphelinat dont les bâtiments ont subsisté jusqu’à nos jours sous le nom de Ch (...)

7Quelques mois plus tard, grâce à un prêt de l’État de 20 000 F, l’abbé Fissiaux achète dans un quartier encore rural, à l’extrémité du chemin de la Madeleine (aujourd’hui boulevard de la Libération), deux propriétés contiguës sur lesquelles il bâtit un pénitencier qui hébergera jusqu’à 200 garçons. Il dispose ainsi d’un vaste terrain qui s’étend de la traverse Chape à la rivière du Jarret. Deux ans plus tard, non loin de là, il installe les filles détenues dans un bâtiment construit à cet effet au quartier Saint-Charles, face à l’orphelinat des Dames de la Providence. Il peut abriter 70 pensionnaires6.

8Pour s’initier à la gestion de ce type d’établissement, l’abbé entreprend en 1840 une tournée dans diverses prisons, à Paris (La Roquette), à Bordeaux (une fondation de Mgr Dupuch, futur évêque d’Alger), à Lyon (Perrache) et surtout à Mettray, près de Tours, où le conseiller Demetz et le vicomte de Brétignères de Courteilles viennent de fonder une colonie agricole et pénitentiaire qui passe pour un modèle du genre : dans un espace sans murailles, les jeunes sont rééduqués par la religion et la pratique des travaux agricoles. L’abbé Fissiaux revient enthousiasmé de cette dernière visite et tente de mettre en pratique ces principes à Saint-Pierre, où il dispose de grands jardins.

  • 7 Dans la résidence du troisième âge qui occupe aujourd’hui les lieux, on a conservé le souvenir du p (...)

9Après la loi de 1850 sur « le patronage des jeunes détenus » qui encourage de telles expériences, la décennie qui suit voit une deuxième vague de créations, hors Marseille, sous forme de colonies agricoles. En 1853, c’est l’ouverture de Beaurecueil, dans la région aixoise, sur un domaine de 91 hectares acquis 105 000 F. L’abbé Fissiaux réserve l’ancien château seigneurial à l’administration et au logement du directeur ; il y installe aussi une vaste chapelle. Pour abriter 300 à 400 jeunes garçons, il fait construire une aile à deux étages de 60 mètres de long sur 17 de large où prennent place le réfectoire, les dortoirs et leurs annexes7.

10L’année suivante est acquis un autre domaine de 55 hectares, précédemment occupé par une communauté religieuse, à La Bastide-des-Jourdans, dans le Vaucluse : c’est la ferme de La Cavalerie, destinée à recevoir une soixantaine de pensionnaires, les plus jeunes de moins de dix ans, et les garçons abandonnés que l’on souhaite séparer des adolescents plus âgés et déjà « pervertis ».

11Car ce principe des colonies agricoles alors très en vogue est étendu à un autre type de main-d’œuvre encore plus captive car moins contrôlée, celle des orphelins. En 1860, l’abbé Fissiaux ouvre un premier orphelinat pour les garçons, à Ligny, dans la Meuse, et l’année suivante un second à l’île Saint-Honorat, au large de Cannes, pour une quarantaine d’enfants. Après leur fermeture, les pénitenciers Saint-Pierre et Beaurecueil seront aussi transformés en orphelinats, l’un agricole, l’autre industriel. Notons enfin que l’exemple de l’abbé Fissiaux suscite des expériences du même type à Aix, Avignon, Nîmes, Montpellier, et même à l’étranger, à Turin (1845) et Barcelone (1884).

  • 8 Fondée en 1824 dans le diocèse de Bellay, dans l’Ain, la congrégation se voue à la fois au service (...)

12Parallèlement, l’abbé s’intéresse aussi à l’éducation des jeunes bourgeoises, futures protectrices de ses orphelines et détenues. À leur intention, il fonde en 1854 un pensionnat à Marseille. D’abord installé rue Saint-Savournin, il déménage cinq ans plus tard dans le superbe bâtiment de Saint-Joseph-de-la-Madeleine construit sur un terrain détaché du pénitencier Saint-Pierre. Pour instruire ses jeunes pensionnaires comme pour diriger les orphelines et rééduquer les détenues, l’abbé Fissiaux fait appel à la congrégation des sœurs de Saint-Joseph-de-Bourg8.

13Il n’existe pas de possibilités identiques pour encadrer les garçons. Aussi dès 1839, l’abbé crée-t-il une congrégation ad hoc, la Société Saint-Pierre-ès-liens dont il fixe les règles, choisit les sujets parmi les enfants de paysans et fait reconnaître les statuts par la pape en 1853. Pour pallier les difficultés du recrutement et le rendre plus attractif, il fait en 1843, une demande d’exemption de service militaire pour les frères « qui s’engageraient au moins dix ans au service des prisons, ce qui les alignerait sur les instituteurs laïques et les frères des écoles chrétiennes ». La plupart des directeurs qui succèdent à l’abbé, de même que les membres du personnel d’encadrement, sont issus de cette société. En dépit de leur instruction et de leur formation morale dans un noviciat à Marseille, plusieurs semblent n’avoir pas été à la hauteur des tâches qui les attendaient. C’est du moins ce qui ressort des rapports sur les conditions dans lesquelles les enfants sont hébergés et employés dans les différents établissements.

L’utilisation d’une main-d’œuvre gratuite

  • 9 Fissiaux (abbé), « Le pénitencier agricole et industriel de Marseille », Le Correspondant, Paris, 1 (...)

14Orphelinats et pénitenciers sont des œuvres de protection. Elles accueillent ces « malheureux enfants vagabonds qui encombrent et souillent nos grandes villes », selon l’expression d’un autre abbé marseillais, le père Timon-David, lui-même fondateur d’une œuvre pour la jeunesse ouvrière. Il s’agit d’assurer leur relèvement moral par la religion et par le travail. L’abbé est donc chargé de nourrir, entretenir, éduquer mais aussi de faire travailler ses pensionnaires ; il s’engage en outre à leur procurer un métier et leur assurer un placement à l’issue de leur séjour, grâce aux relations qu’il entretient avec les employeurs potentiels et le concours d’une société de patronage qu’il doit organiser. Le travail est donc, avec la prise en charge matérielle et l’instruction morale et religieuse, un élément essentiel de rééducation de la jeunesse pauvre et délinquante. « C’est à l’atelier, écrit l’abbé, qu’il faut attaquer le vice : fatiguez l’enfant, habituez-le au travail »9.

15Pour les filles de l’orphelinat, l’objectif est « de former des mères de famille chrétiennes, des servantes dévouées aux intérêts de leurs maîtres ou des ouvrières consciencieuses ». À vingt et un ans, les orphelines seront placées dans des familles bourgeoises ou trouveront un emploi dans les métiers dits féminins. Pour cela, en dehors de la pratique religieuse et d’une heure consacrée à l’enseignement des rudiments (lecture, écriture, calcul), en dehors de leur participation aux tâches ménagères, les fillettes, à partir de sept ans, travaillent en ateliers au sein même de l’œuvre : les plus jeunes sont affectées au raccommodage, au repassage mais aussi au dévidage de la soie ; les plus de quatorze ans à la couture et à la broderie.

  • 10 V. Faure, « Aux origines de l’Œuvre des Dames de la Providence », mémoire de maîtrise, Université d (...)

16Plus que des lieux de formation, ce sont des lieux de production pour le compte de fabriques qui passent des commandes. Comme les enfants ne perçoivent aucun salaire ni aucune prime, à l’exception de 100 F qui leur sont remis au moment de leur sortie, le bon marché de la main-d’œuvre rend l’établissement très compétitif. Aussi des plaintes s’élèvent-elles contre la concurrence que l’orphelinat fait à l’industrie privée. En 1848, le travail de la soie doit être abandonné. Restent « les merveilleux ateliers de broderie » et de couture où sont confectionnés les trousseaux des jeunes bourgeoises, tandis que d’autres articles sont écoulés lors de ventes de charité. Pendant la guerre de 1870, les jeunes filles fournissent aussi des uniformes à l’armée. Le produit du travail des orphelines est considéré par le conseil d’administration comme le revenu le plus sûr, surtout à partir de 1870 quand les autorités publiques commencent à retirer leurs subventions. De fait, il représente une part de plus en plus importante des ressources de l’œuvre qui s’autofinance en partie : 13 % en 1840, 20 % en 1855, 40 % en 1871. Aussi, depuis 1860, a-t-on renoncé à admettre des filles maladives peu productives et des fillettes de moins de six ans, trop jeunes pour pouvoir travailler. L’objectif initial, essentiellement charitable, cède donc le pas à l’exigence de rentabilité. En 1872, le nouveau directeur, l’abbé Payan d’Augery, répond en chef d’entreprise à l’évêque, Mgr Place, qui trouve « un peu forcé » le travail dans les ateliers : « Quand on attend le compte du chemisier pour payer le boulanger, peut-on modifier les longues heures d’ouvrage ? »10

17À Sainte-Madeleine, le travail est calqué sur celui de l’orphelinat. Il est prévu par la convention des « travaux de couture ou autres » dont les deux tiers du produit doivent être affectés à l’établissement, et le tiers restant mis en réserve pour les détenues. En 1846, l’abbé Fissiaux exprime le désir de se séparer des femmes condamnées que l’administration lui a imposées, en sus des détenues de la section d’éducation correctionnelle. Il met en avant le surpeuplement de la maison – ce qui est indéniable – mais il argue aussi du fait qu’à la différence des filles plus malléables « le travail des femmes est nul, qu’elles sont paresseuses, ne savent rien faire et qu’il est impossible de les soumettre au travail. Tout au plus apprennent-elles à raccommoder, laver et tricoter des bas. »

18Au pénitencier Saint-Pierre, les garçons sont formés aux métiers de l’artisanat. Ils ont huit heures de travail par jour pour trois heures d’instruction et d’éducation morale et religieuse. Dans un rapport de 1840, l’abbé Fissiaux expose qu’ils « sont initiés aux trois professions qui dans une grande ville offrent le moins de chance de chômage. Les plus démunis sont placés à l’atelier de cordonnerie, cet état pouvant être exercé avec un petit nombre d’outils. Les détenus qui ont un long temps à passer au pénitencier ou qui appartiennent à des parents plus aisés sont placés à l’atelier de menuiserie, surtout s’ils sont forts et robustes. L’atelier des tailleurs est destiné aux enfants faibles et difformes. Les travaux réalisés, reconnaît-il, sans être des chefs-d’œuvre peuvent néanmoins rivaliser avec les produits des autres ateliers de la ville ». D’autant que, là aussi, la main-d’œuvre ne coûte pas cher : pour tout salaire, les détenus ne reçoivent que des primes d’encouragement, s’ils les méritent, dont les deux tiers doivent être mis en réserve pour leur sortie ; mais on ne trouve pas trace des livrets de caisse d’épargne qui devaient être ouverts à leurs noms.

19L’établissement possède aussi une section agricole destinée à fournir « de simples jardiniers et de bons valets de ferme ». Toutefois, à partir de 1854, c’est surtout à Beaurecueil que l’abbé Fissiaux va enfin pouvoir réaliser son rêve, « régénérer la classe pauvre par le travail agricole ».

  • 11 Ce n’est pas un hasard si son service funèbre est célébré dans la chapelle du château et s’il fut, (...)

20De toutes les œuvres fondées par l’abbé, la colonie agricole de Beaurecueil est la plus importante, celle qui sert de modèle aux autres et celle dans laquelle il s’est le plus investi11. Quand il acquiert la propriété, les terres sont presque abandonnées, ravinées et les anciens bassins d’arrosage du parc comblés. Il les remet en état, se procure des engrais artificiels, du matériel agricole moderne, rénove les moulins à farine et à huile, entreprend des travaux de canalisation, construit une ferme et de grands réservoirs, procède à la réfection des chemins, ouvre une voie pour relier le château à la route impériale d’Aix. « Les travaux, écrit-il, sont faits presque entièrement par les jeunes détenus devenus manœuvres, maçons, tailleurs de pierre, mineurs, terrassiers, sous la direction de vingt religieux de la Société et d’un supérieur local, chef de culture ».

21Car les terres sont plantées d’amandiers, d’oliviers, de mûriers, de vigne. On y cultive aussi la garance, les céréales, les légumineuses, les plantes fourragères. Un potager, une vacherie, une porcherie, des écuries et plusieurs poulaillers et garennes complètent l’ensemble auquel il faut encore ajouter, sur les 600 hectares limitrophes loués au marquis de Gallifet, l’élevage de 400 brebis. À l’exception d’une dizaine de détenus occupés au raccommodage du linge ou à réparer les machines agricoles à la forge, tous les autres vont aux champs, ce qui « les maintient en bonne santé, leur donne de la force et de la vigueur, et les habitue à braver les intempéries des saisons auxquelles ils seront bien plus dangereusement exposés un jour, alors qu’après leur libération, ils seront placés dans des exploitations rurales ».

22Pour faire fonctionner un tel domaine, il faut pouvoir disposer, précise l’abbé, « de bras jeunes et vigoureux pour défoncer les terres et défricher les collines, travaux difficiles et pénibles ». Aussi, pour inciter l’administration à lui confier une main-d’œuvre plus importante, est-il prêt à se contenter d’un prix de journée inférieur : 60 centimes au lieu des 80 alloués pour les autres pénitenciers.

23Ainsi, à Beaurecueil comme à Marseille, il semble que soit perdue de vue la finalité première de l’établissement et qu’on n’hésite pas à sacrifier le bien de l’enfant à des impératifs économiques, en l’occurrence la constitution d’un grand domaine agricole moderne. On pourrait faire les mêmes remarques pour l’annexe de La Cavalerie où « une soixantaine de jeunes de dix à dix-huit ans défrichent 25 hectares de terrain et creusent 300 mètres de galeries souterraines afin de capter les eaux qui permettent de transformer ces terres incultes en une exploitation modèle avec champs, vignes, vergers et jardins », sans compter les vacheries, écurie, bergerie, porcherie, pigeonnier, poulailler et garenne. Là aussi, la main-d’œuvre captive est plus utilisée et exploitée que réellement protégée.

24Cette situation est imputable à ceux qui, à des titres divers, entretiennent des rapports étroits avec les établissements, les subventionnent et les utilisent, en assument la gestion, ont pour mission de les contrôler.

Les responsabilités du patronat local

  • 12 Qui ont versé au moins 100 F à la caisse de l’œuvre.

25Comme toute institution de bienfaisance, les œuvres de l’abbé Fissiaux bénéficient du soutien des notables. Parmi les membres fondateurs du pénitencier de Marseille12, on note de hautes personnalités, le roi et la famille royale, le conseil général et la ville de Marseille, l’évêque et le préfet, les deux directeurs fondateurs de Mettray et quelques notabilités étrangères. Mais près de la moitié de l’effectif appartient à l’élite économique locale : on relève les noms du banquier Pascal et ceux de négociants ou négociants-armateurs comme Altaras, Cohen, Delpuget, Pastré. Parmi les souscripteurs, figurent, dans la même proportion, d’autres négociants et banquiers, Jules Baux, Féraud d’Honnorat, Joseph et Bernard Magnan, Rabaud frères, Warrain, Lauront et Cauvière, etc. Beaucoup sont catholiques, mais certains appartiennent aussi aux confessions protestante ou israélite.

  • 13 R. Caty, P. Échinard, É. Richard, Les Patrons du Second Empire, Marseille, Paris, 1999.

26De même, le comité de dames patronnesses de l’orphelinat du choléra est composé de plus de 40 % de membres de la bourgeoisie d’affaires et de 36 % de propriétaires et rentières. S’y côtoient les plus grands noms de la place, épouses de négociants comme mesdames Gounelle, Luce, Régis, de Roux, d’armateurs, mesdames Fabre et Pastré, d’industriels, mesdames Arnavon, Estrangin, Grandval, Magnan, Paranque, ou de banquiers, mesdames Pascal et Hilarion Roux13. Elles forment un conseil d’administration à qui incombent le recrutement et la surveillance de l’œuvre. Mais leurs relations avec les directeurs successifs revêtus du prestige ecclésiastique ne sont pas toujours faciles, surtout avec l’abbé Fissiaux, personnalité autoritaire qui sait imposer son point de vue. Il n’en reste pas moins qu’une plus grande assiduité aux séances, plus de sollicitude pour les pensionnaires, et un investissement humain et financier plus important auraient peut-être évité les dérives de l’institution. Avec le temps, les adhésions se raréfient et les souscriptions qui représentaient un tiers des ressources de l’œuvre en 1836 tombent à 15 % certaines années ; ce manque à gagner doit être compensé par une intensification du travail dans les ateliers. En fait, l’orphelinat constitue surtout pour ces dames un vivier de futures domestiques dont elles peuvent contrôler la formation et la moralité.

27Les établissements de garçons jouent ce même rôle de pourvoyeur de main-d’œuvre. Au sein même de l’orphelinat qui succède au pénitencier Saint-Pierre, des industriels installent de nouveaux ateliers où des enfants travaillent aux pièces, sous la direction d’ouvriers. C’est le cas, en 1880, du marbrier Augustin Breton qui emploie huit heures par jour des garçons de onze ans au polissage des marbres. Par ailleurs, l’établissement loue des orphelins aux fabricants de la place. Ainsi Eugène Paranque, dont la famille compte plusieurs membres parmi les bienfaiteurs, réserve-t-il aux pensionnaires de Saint-Pierre toutes ses places de tourne-roues dans sa corderie. En 1880, il utilise ainsi huit heures par jour les services de quatre enfants de sept à dix ans.

28La maison de Beaurecueil, dont les réalisations font l’admiration du voisinage, est également sollicitée. En 1857, l’ancien procureur général Toussaint Borély fait le siège de l’abbé Fissiaux et de l’administration. Cet original excentrique, qui affiche aussi des idées libérales et s’est reconverti dans l’agriculture et l’élevage de cochons, souhaite « une escouade de jeunes détenus » qu’il veut choisir parmi « les meilleurs sujets et les plus forts de Beaurecueil » pour les employer aux travaux d’aménagement et de mise en valeur de sa ferme de « New-Porcelles », près de Gardanne. Après deux ans de tergiversations, l’administration consent enfin à détacher à titre provisoire douze jeunes que Borély s’engage à entretenir, surveiller, former et instruire (une heure par jour), mais dont l’abbé Fissiaux garde la responsabilité morale et religieuse et aussi, semble-t-il, la subvention qui l’accompagne.

Un passionné d’agronomie

29Car les objectifs du directeur ne sont pas totalement désintéressés. A la tête de plusieurs établissements industriels et agricoles, « l’apôtre de la jeunesse » est devenu un notable qui, depuis 1847, arbore une Légion d’honneur acquise au titre de l’agriculture. Emporté par sa passion pour l’agronomie, il fait souvent passer au second plan la formation et le bienêtre de ses pensionnaires. Lors de ses obsèques, les trois facettes du personnage sont évoquées successivement par le président de la Société départementale d’agronomie des Bouches-du-Rhône dont l’abbé Fissiaux était vice-président, par le directeur du service des prisons des Bouches-du-Rhône, Ménard, et par l’archevêque d’Aix, Mgr Chalandon. Mais tous trois se retrouvent pour mettre l’accent sur l’agronome distingué, énumérer l’ample moisson de médailles et de couronnes qu’il a remportée, mentionner sa participation comme membre du jury de plusieurs concours régionaux, ainsi que sa nomination, l’année même de sa mort, au grand jury de l’agriculture à l’Exposition universelle.

30Certes, il est rappelé qu’il « faisait de [l’agronomie] et de ses applications un puissant auxiliaire moralisateur et qu’ainsi des êtres dégradés, de pauvres jeunes gens arrêtés sur la pente fatale de leurs premières fautes [étaient] devenus de bons ouvriers, d’habiles agriculteurs, des chefs de famille respectés ». Mais rien n’est dit-ce n’est évidemment pas le lieu-des conditions dans lesquelles vivent et travaillent les jeunes détenus. À lire entre les lignes, on devine cependant que les œuvres de l’abbé Fissiaux n’étaient pas exemptes de critiques. Ainsi l’inspecteur Ménard reconnaît qu’en 1848, sans son intervention, le pénitencier de Marseille aurait été fermé. Il est aussi fait état d’accusations portées contre certaines constructions jugées trop luxueuses, comme le « palais » bâti pour le pensionnat Saint-Joseph à Marseille ou la décoration de la chapelle de Beaurecueil. Sans les économies faites sur le compte des détenus, de telles réalisations auraient-elles pu aboutir ? En effet, déjà du vivant même de l’abbé, certains rapports font état de locaux surpeuplés, d’ateliers « infects et insalubres », de vestiaires mal approvisionnés, d’une hygiène déplorable (une seule baignoire à Beaurecueil) et de graves sévices exercés sur les détenus. Aussi le pénitencier Sainte-Madeleine qui, de l’avis des autorités, « laisse à désirer à tous points de vue » est-il le premier à être supprimé en 1862. Après le décès de l’abbé, d’autres suivront.

Une administration lente à réagir

31Les élites administratives ont donc aussi leur part de responsabilité. Longtemps complaisantes envers une notabilité, elles finissent par intervenir quand il devient plus facile de s’attaquer à des successeurs qui sont loin, il est vrai, d’avoir les mêmes qualités. Dès 1868 l’inspecteur Ménard, si élogieux quelques mois plus tôt, produit des rapports accablants. À La Cavalerie, il relève la mauvaise tenue des registres, l’absence de chauffage, une literie délabrée, des paillasses trop courtes, des couvertures usées, 62 pantalons de rechange pour 68 enfants, pas d’infirmerie et seulement un stock de vieux médicaments, un enseignement primaire « arriéré ». Certes, il reconnaît une belle réussite sur le plan agricole, « ravins comblés, torrents endigués, eaux captées, chemins tracés, tout cela a été fait par ces jeunes bras dirigés avec beaucoup de savoir et de persévérance. Mais, ajoute-t-il, là n’est pas le but d’un établissement correctionnel de transformer utilement au profit des fondateurs des fonds jusque-là improductifs ». En 1871, la maison doit fermer ses portes.

32C’est aussi le cas du pénitencier Saint-Pierre, « la tendance de la Société Saint-Pierre-ès-liens à diriger vers les professions ouvrières les jeunes gens qui lui sont confiés » n’ayant plus l’heur de plaire à l’administration qui a fait le choix des colonies agricoles. Mais Beaurecueil n’est pas épargné non plus. En 1868 et 1869, Ménard se déchaîne contre le nouveau directeur : aux griefs déjà mentionnés ailleurs, s’ajoutent un nombre d’évasions mal comptabilisé, le caractère trop arbitraire du régime disciplinaire et surtout l’absence d’un véritable enseignement professionnel. « Cet enseignement n’est à l’heure qu’il est nullement organisé. La plupart des jeunes gens ne se rendent pas compte de ce qu’ils font, soit qu’on ne leur ait pas appris, soit que la grande division du travail et la spécialité de main-d’œuvre à laquelle ils sont astreints ne permettent pas à l’immense majorité d’avoir des vues d’ensemble et ce qu’on peut appeler une instruction professionnelle. Tout est à faire sous ce rapport ».

  • 14 En 1869 déjà, l’inspecteur Ménard avait regretté que le personnel d’encadrement religieux échappe a (...)

33Pourtant, le souvenir de l’abbé Fissiaux n’est toujours pas entaché par ces critiques. Si l’inspecteur reconnaît « quelques errements » de sa part, il les met sur le compte des tâtonnements de la création. Est-ce par égard pour sa mémoire ou du fait des engagements pris par le père Athanase que Beaurecueil bénéficie d’un sursis ? En 1880 cependant, un conflit entre l’administration républicaine et le supérieur de la congrégation fournit le prétexte de la fermeture14. Les enfants sont dirigés sur des colonies laïques. Comme à Saint-Pierre, les bâtiments accueilleront désormais des orphelins jusqu’en 1903, date de l’expulsion des frères consécutive à la loi sur les congrégations.

  • 15 Et davantage encore puisque les Dames de la Providence qui ont su s’adapter à l’évolution de l’acti (...)
  • 16 E. Maurel, G. Quedet, S. Quilici, N. Storero, « Cayenne au Levant », film vidéo, Université de Prov (...)

34Dans ses tentatives de réhabilitation par le travail de l’enfance pauvre ou coupable, l’abbé Fissiaux est en Provence un précurseur et, à certains égards, un modèle. La longévité de ses œuvres est remarquable : près de sept décennies pour les orphelinats15, plus de quatre pour les pénitenciers. Ce qui, dans ce dernier cas, est exceptionnel comparé à d’autres initiatives locales similaires : la colonie agricole protestante fondée en 1861 à l’île du Levant par le comte de Pourtalès, qui est agitée par une terrible révolte en 1866 et qui ne dure au total que dix-sept ans16 ; ou l’établissement laïque créé en 1883 à Porquerolles et que présente ici même Jean-Marie Guillon.

35En dépit d’une dérive certaine, les œuvres de l’abbé Fissiaux bénéficient longtemps de l’approbation, de l’appui ou de l’indulgence des diverses élites locales. Ce n’est que dans les années 1860 et surtout après le décès du fondateur que les critiques vont s’intensifiant. L’avènement du régime républicain en 1870, puis son orientation anticléricale vers la fin de la décennie, accélèrent l’évolution, les œuvres congréganistes n’ayant plus désormais les faveurs officielles.

36Plus encore que le caractère tardif de ces réactions, on se doit de relever un désintérêt général pour le travail des enfants. Les critiques, quand elles s’expriment, portent sur la gestion administrative, les conditions de vie des détenus (alimentation, hygiène), la santé, la discipline et les châtiments corporels, l’instruction, la formation professionnelle, la concurrence économique, toutes questions qui ont évidemment leur importance. Mais le travail imposé à des enfants souvent fort jeunes, sa nature ou sa durée ne semblent pas vraiment poser problème. Certes, quand l’abbé Fissiaux crée ses premières maisons, il n’existe encore aucune législation en la matière. Mais plus tard, les lois de 1841 et 1874, même si elles ne sont pas applicables aux établissements de bienfaisance, provoquent des débats dont on pourrait au moins percevoir l’écho. Il n’en est rien. Il faut attendre 1880 pour qu’un rapport du commissaire divisionnaire Tavernier relève, à l’orphelinat Saint-Pierre, plusieurs infractions à la législation.

37On reste surpris de cette indifférence, même chez des fonctionnaires qui, contrairement au monde patronal ou aux directeurs d’établissement, n’ont aucun intérêt personnel à voir se perpétuer ces pratiques. Sans doute est-ce dû au caractère spécifique de cette main-d’œuvre d’orphelins et de délinquants déjà voués par leur origine à une vie de labeur et pour lesquels le travail, estime-t-on, ne peut être que bénéfique puisqu’il constitue non seulement un moyen de survie, mais une thérapie individuelle et sociale.

Notes

1 En 1861, il avait ouvert sur sa propriété une voie qui portait son nom. Rebaptisée quatre ans plus tard boulevard de Sébastopol, elle est devenue aujourd’hui la rue Max-Dormoy.

2 Chalandon (Mgr.), Biographie du R. P. Fissiaux, Marseille, 1868 ; Payan D’Augery (abbé), Le R. P. Fissiaux, Nîmes, 1886.

3 A. Saurel, Dictionnaire des villes, villages et hameaux du département des Bouches-du-Rhône, t.I, Marseille, 1877 ; Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, t. XI, Biographies, Marseille, 1913 ; Roman D’Amat, Dictionnaire de biographies françaises, 1975 ; P. Guiral et F. Reynaud (dir.), Les Marseillais dans l’Histoire, Privat, 1988 ; J. Ganne, Beaurecueil, 1999.

4 Fissiaux (abbé), Situation des colonies agricoles de Beaurecueil, Marseille, 1864 ; L. Ménard, Quelques mots sur la charité dans les prisons des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1859 ; Id., Etude sur les prisons des Bouches-du-Rhône, Marseille, 1866.

5 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1 Y 85 à 92 ; XIV M 21/3, 11 mai 1880.

6 À la différence de l’orphelinat dont les bâtiments ont subsisté jusqu’à nos jours sous le nom de Chanterelle, il reste peu de vestiges des pénitenciers englobés dans des constructions récentes et dont les terrains ont été l’objet d’opérations d’urbanisme.

7 Dans la résidence du troisième âge qui occupe aujourd’hui les lieux, on a conservé le souvenir du pénitencier. Les vestiges de la chapelle sont toujours visibles ; l’aile, réaménagée, est encore en place et le parc garde les traces des travaux accomplis par les jeunes détenus.

8 Fondée en 1824 dans le diocèse de Bellay, dans l’Ain, la congrégation se voue à la fois au service des malades et à l’enseignement.

9 Fissiaux (abbé), « Le pénitencier agricole et industriel de Marseille », Le Correspondant, Paris, 15 avril 1843.

10 V. Faure, « Aux origines de l’Œuvre des Dames de la Providence », mémoire de maîtrise, Université de Provence, 1994.

11 Ce n’est pas un hasard si son service funèbre est célébré dans la chapelle du château et s’il fut, dans un premier temps, inhumé d’abord au cimetière voisin, puis dans la chapelle même.

12 Qui ont versé au moins 100 F à la caisse de l’œuvre.

13 R. Caty, P. Échinard, É. Richard, Les Patrons du Second Empire, Marseille, Paris, 1999.

14 En 1869 déjà, l’inspecteur Ménard avait regretté que le personnel d’encadrement religieux échappe au contrôle de l’administration. Dix ans plus tard, ayant appris que la colonie agricole congréganiste de la Grande Trappe employait des repris de justice, l’administration républicaine exige que les supérieurs fournissent un état nominatif et le casier judiciaire de leurs employés. Le père Arnaud refuse d’obtempérer.

15 Et davantage encore puisque les Dames de la Providence qui ont su s’adapter à l’évolution de l’action sociale sont toujours actives aujourd’hui.

16 E. Maurel, G. Quedet, S. Quilici, N. Storero, « Cayenne au Levant », film vidéo, Université de Provence, 2000.

Auteur

UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540