Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Une main-d'œuvre captive

Le travail des enfants trouvés à Bordeaux dans la première moitié du XIXe siècle

Pierre Guillaume

Texte intégral

  • 1 Ce document de 35 pages, édité à plusieurs centaines d’exemplaires et largement diffusé, a pour in (...)

1Constituée aux termes de la loi du 16 vendémiaire an V, septembre 1796, se réunit la fois la commission des hospices de Bordeaux pour première en frimaire an V, novembre 1796, et dès nivôse an V, décembre 1796, elle aborde pour la première fois le problème de l’organisation du travail de ceux qui sont alors les « enfants de la patrie ». Ce problème, on le retrouve épisodiquement, au fil des délibérations, jusqu’au milieu du siècle, lorsque, en 1855, est proposé un programme de « changements à opérer dans l’état actuel des hospices civils. »1 Les conclusions alors tirées de cinquante ans d’expériences sont clairement négatives :

« Ce fut, sans doute, une des ingénieuses conceptions de la charité de cet établissement, où des enfants exposés à toutes les misères seraient recueillis et élevés. Non seulement la charité leur offrit un asile, mais elle voulut leur donner une sorte d’éducation professionnelle. Elle imagina de créer des ateliers de tailleurs, de cordonniers, de menuisiers, de sabotiers, de maçons, de tisserands, et espérant ainsi préparer à ces enfants un avenir heureux, on croyait pouvoir, en même temps, faire jouir les Hospices du fruit de leur travail.
« Mais l’expérience est venue dissiper ces généreuses illusions. Les enfants trouvés ont en général peu d’aptitude. Si quelques-uns manifestent de bonnes dispositions, ils ne tardent pas à sortir pour se placer. Ceux qui restent sont presque toujours les moins habiles ou les plus paresseux, et ils deviennent une charge plutôt qu’un auxiliaire. D’ailleurs, les produits de leur travail ne compensent pas les frais de subsistance et d’entretien. Aussi a-t-on déjà supprimé plusieurs ateliers. Toutefois, il en est qui paraissent devoir être conservés : ce sont ceux qui peuvent occuper les loisirs des enfants retenus à l’hospice par certaines infirmités, comme des vices de conformation des membres inférieurs, des paralysés, etc., etc. Les ateliers de tailleurs et de cordonniers auraient ce genre d’utilité.
« Quant aux enfants valides, et à ceux qui, malgré le mauvais état de leur santé, peuvent encore agir, rien ne leur est plus favorable que le séjour et les travaux de la campagne. Ils y acquièrent des forces, ils se développent et deviennent utiles.
« La Commission est convaincue qu’il est infiniment plus avantageux, soit pour eux, soit pour le pays, de faire de ces enfants des cultivateurs plutôt que des ouvriers. Leur santé y gagne et des bras plus nombreux sont consacrés à l’agriculture.
« Déjà, nous avons placé, avec des salaires modérés, un certain nombre de garçons dans des établissements agricoles, et nous n’avons qu’à nous en féliciter.
« Le placement des filles est beaucoup plus difficile. Cependant, il a été possible à celui de nos honorables collègues que ce soin concerne, de confier quelques jeunes filles à des cultivateurs connus pour leur probité et leur moralité, ou d’en mettre dans des maisons religieuses. »

2Ce texte est intéressant à plusieurs points de vue. C’est la reprise d’un constat de non rentabilité du travail des enfants trouvés déjà fait à maintes reprises. C’est le rappel de deux impératifs majeurs : envoyer les enfants trouvés, très majoritairement d’origine urbaine, dans les campagnes ; veiller avec un soin particulièrement jaloux au respect de la vertu des filles. Mais ce texte est aussi une véritable falsification des intentions de la commission, qui n’a jamais prétendu donner aux enfants trouvés, retenus dans les murs de l’hospice, une formation professionnelle.

3Ces intentions de la commission des hospices de Bordeaux devaient nécessairement s’inscrire dans un cadre légal national. Plusieurs textes sont venus dire ce qu’il fallait faire des enfants trouvés et, élément tout aussi important, à qui incombaient la responsabilité morale et la charge financière de le faire. Un arrêté du 30 ventôse an V, février 1796, définissait déjà ce que devait être la population résidant dans les hospices des enfants trouvés :

  • 2 Cette loi posait le principe voulant que « tous les enfants abandonnés nouvellement nés doivent êt (...)

« Article I : Les enfants abandonnés, et désignés par la loi du 27 frimaire an V2, ne seront point conservés dans les hospices où ils auront été déposés, exceptés le cas de maladie ou accidents graves qui en empêchent le transport ; ce premier asile ne devant être considéré que comme un dépôt, en attendant que ces enfants puissent être placés, suivant leur âge, chez des nourrices, ou mis en pension chez des particuliers.
« Article 5 : Les enfants placés dans les campagnes ne pourront jamais être ramenés dans les hospices civils, à moins qu’ils ne soient estropiés ou attaqués de maladies particulières qui les excluent de la société ou les rendent inhabiles à se livrer à des travaux qui exigent de la force et de l’adresse.
« Article 17 : Les enfants qui, par leur inconduite ou la manifestation de quelques inclinations vicieuses, seraient reconduits dans les hospices, ne pourront être confondus avec ceux qui y auront été déposés comme orphelins appartenant à des familles indigentes. Ils seront au contraire placés dans un local particulier et les commissions des hospices prendront les mesures convenables pour les ramener à leur devoir, en attendant qu’elles puissent les rendre à leurs maîtres, ou les placer ailleurs. »

  • 3 Délibération de la commission du 9 janvier 1818. Comme l’essentiel de notre documentation est puis (...)

4Le décret impérial du 19 janvier 1811 reprend ces dispositions et n’apporte comme précision nouvelle que la règle voulant (article 10) que « les enfants qui ne pourront être mis en pension, les estropiés, les infirmes, seront élevés dans l’hospice. Ils seront occupés, dans des ateliers, à des travaux qui ne soient pas au-dessus de leur âge ». Les choses sont donc claires : ne doivent rester dans les hospices que les seuls enfants handicapés. L’application de cette disposition n’est pas si simple. Rien n’est dit du sort à réserver aux individus qui vieillissent dans l’hospice et on constate que certains peuvent y demeurer fort longtemps. Ainsi, en 1818, sont finalement exclues de l’hospice des enfants, dit hospice de la Manufacture, cinq femmes qui y étaient entrées entre 1766 et 1775, et qui étaient âgées de quarante-deux, quarante-trois, quarante-huit et soixante-trois ans3. Ce qui n’est pas non plus prévu par les textes, ce sont les difficultés éprouvées à trouver nourrices ou familles d’accueil. Ces difficultés sont périodiquement accrues lorsque la commission des hospices cherche à limiter ses dépenses en diminuant les prix de pension versés ou en instaurant des contrôles plus tatillons, ce qui fut notamment le cas en 1827 et, surtout, en 1835. Non seulement les meneuses ne viennent plus alors chercher les nouveau-nés, mais bien des enfants de divers âges sont ramenés à l’hospice et parfois déposés à sa porte. On constate aussi qu’est fait un assez large usage des dispositions de l’article 17 de l’arrêté de 1796, et nombreux sont les enfants qui sont ramenés parce qu’ils ne se pliaient pas à l’autorité et aux exigences des familles nourricières. Les enfants et adolescents présents dans l’hospice sont donc loin d’être tous des handicapés. Ainsi, en décembre 1852, les 356 enfants présents dans l’hospice se répartissent ainsi :

  • 151 garçons dont 71 malades ou infirmes, les autres, soit 80, n’ayant pas pu être placés ;
  • 205 filles, dont 174 sont là faute d’avoir pu être placées, ce qui confirme les difficultés plus grandes rencontrées pour placer les filles.
  • 4 Peu claire dans le décret du 30 ventôse an V, cette répartition des charges est précisée dans le d (...)

5Cette surpopulation est une préoccupation d’autant plus pressante pour la commission des hospices qu’elle lui impose une charge financière qu’elle ne devrait pas avoir à supporter. En effet, la loi veut que seules les dépenses internes de l’établissement soient à sa charge, tandis que les pensions des nourrices et familles nourricières doivent être payées par le département et l’État4.

  • 5 Article 20 du décret du 19 janvier 1811.
  • 6 Textes cités par M. BLOCK, Dictionnaire de l’administration française, édition de 1877, article «  (...)

6Comme nous l’avons relevé, la législation prévoit la mise au travail des enfants retenus par leurs handicaps dans les hospices, dans des ateliers dont il est précisé en 1811 qu’ils sont ouverts « pour les occuper »5, sans qu’il soit fait mention d’une nécessaire rentabilité. L’autre solution eût été de les scolariser. Aucun texte officiel n’en fait une obligation. Ce n’est qu’en 1843, qu’un arrêté du 17 mars dit que l’instruction doit être donnée gratuitement aux enfants trouvés et en 1855 qu’un texte du 13 décembre précise que les nourriciers sont tenus d’envoyer aux écoles les enfants au-dessus de six ans6.

  • 7 Un des noms de l’hospice des enfants trouvés sous l’ancien régime.

7Malgré cette absence de contrainte légale, la commission des hospices de Bordeaux, tout en mettant les enfants assistés au travail, a tenté, à plusieurs reprises, de leur proposer des rudiments d’instruction primaire. Dès frimaire an V, novembre 1796, la commission « souscrit à la proposition du département de nommer un instituteur à l’hospice des Enfants de la Patrie, comme il y en avait eu un à l’hospice Saint-Louis »7. Le projet est le suivant :

  • 8 Il s’agit, de fait, des religieuses qui sont restées en fonction mais qui, en 1796, n’ont pas enco (...)

« Les cours d’éducation seront divisés en deux classes, la première aura lieu le matin pour les garçons et la seconde le soir, pour les filles. Cette dernière classe sera faite en présence d’une des citoyennes attachées au soin des petites filles8.
« Ce cours d’instruction comprendra l’écriture, la lecture, les principes d’une saine morale et les notions de politique qu’il sera à propos d’y ajouter.
« La commission procurera à l’instituteur qui sera choisi un logement honnête dans l’intérieur de l’hospice ; il y sera nourri, chauffé, éclairé et blanchi et sera soumis au règlement comme tous les autres employés. »

8Ce texte est intéressant dans la mesure même où les ambitions de la commission, en matière d’éducation élémentaire, ne seront plus jamais aussi ambitieuses. Elles prévoient en effet des cours quotidiens, pour les filles comme pour les garçons, ayant pour finalité l’acquisition de connaissances de base et pas seulement l’enseignement d’une morale. Celle-ci n’est certes pas oubliée et elle est assortie d’instruction civique. La présence de la « citoyenne » montre qu’il est inconcevable de laisser un homme seul en présence de petites filles, point sur lequel on ne reviendra jamais.

9À la lecture d’un texte de juin 1825, il semblerait que le système ait fonctionné depuis 1796, sans retenir pour autant l’attention de la commission. On évoque alors sa remise en question en se félicitant d’y avoir substitué un « enseignement mutuel ». L’argumentation développée est la suivante :

« La commission n’a jamais cru devoir examiner cette question sous le point de vue politique et chercher s’il est ou non concevable de donner de l’instruction à la classe ouvrière [...], cette instruction a toujours été pratiquée [...]. La méthode lancastérienne [...] offre la facilité d’obtenir, dans deux heures par jour de leçons, des résultats pour lesquels on sacrifiait autrefois beaucoup plus de temps. Cette méthode a tourné au profit des hospices et à celui des enfants parce que ceux-ci, au sortir de l’école, consacrent le reste de la journée, dans les ateliers, à l’apprentissage d’un art mécanique [...]. La méthode des Frères des Écoles chrétiennes exige l’emploi de trop de temps. Toutefois, si en maintenant la classe telle qu’elle est aujourd’hui on pouvait déterminer les sœurs de la maison à la diriger elles-mêmes, ce que la commission a déjà cherché à obtenir, cette mesure serait regardée par elle comme un grand bien. »

10On apprend ainsi d’une manière incidente que l’instituteur est un frère, ce qu’il était sans doute déjà en 1796, et que les sœurs rechignent à prendre en charge l’éducation élémentaire des filles, estimant sans doute que ce n’est pas la vocation de leur ordre ou que l’éducation n’est pas nécessaire aux filles.

11Si, au cours des deux décennies suivantes, on ne relève plus aucune mention d’un enseignement donné dans l’hospice, c’est selon toute vraisemblance parce qu’il a rapidement disparu, puisque, en décembre 1845, on relève mention « d’un projet de fonder aux enfants-trouvés une école confiée aux Frères de la Doctrine chrétienne ». Ce projet, qui ne fait aucune allusion à des antécédents apparemment oubliés, fait répondre au préfet qu’il n’a aucun fonds disponible et qu’il faut donc solliciter le conseil municipal. La réponse de celui-ci n’est pas favorable, puisque c’est l’époque où il coupe délibérément dans les crédits alloués aux enfants trouvés. Cependant, en septembre 1849, on relève une simple allusion à « l’école des enfants-trouvés » où l’on enseignerait alors l’orthographe pratique et la grammaire élémentaire pendant les soirées d’hiver. Un rapport contemporain de Léonce de Lamothe dit que

  • 9 L. De Lamothe, Rapport sur le service des enfants-trouvés, 1848, 46 p. Publiciste bordelais à la b (...)

« des salles d’école sont dirigées pour chaque sexe par deux sœurs qui enseignent, d’après la méthode mixte des frères de la doctrine chrétienne, la lecture, l’écriture, le calcul »9.

12En avril 1854, on dispose d’un tableau extrêmement précis de l’ensemble du personnel employé dans les différents hospices ; aucun instituteur n’est alors attaché aux enfants trouvés. Les lacunes de la documentation paraissent bien refléter l’extrême précarité d’un encadrement scolaire abandonné, sans doute dès les années vingt, aux seules sœurs dont les services sont les moins onéreux. La chronologie n’en est pas moins curieuse puisque de réels efforts semblent avoir été faits dans les deux premières décennies du siècle, alors que la loi Guizot de 1833 est restée sans véritable écho. On peut ajouter que l’éducation élémentaire des enfants confiés à des familles nourricières s’est heurtée à une double opposition : celle, bien connue, des nourriciers-employeurs, peu soucieux de laisser perdre de la force de travail ; celle, moins connue, des maires des communes de résidence, réfractaires à allonger la liste des enfants indigents ne versant pas de contribution scolaire.

13Leur utilisation dans les ateliers est ainsi le seul moyen réel d’occuper les enfants séjournant à l’hospice. C’est du moins la pratique qui s’instaure, non sans qu’on ait été tenté, de temps à autre, de créer dans l’établissement de véritables manufactures ou d’envoyer des enfants travailler chez des patrons extérieurs, qui n’auraient été que patrons, sans être nourriciers comme le voulait la loi. À plusieurs reprises des entrepreneurs divers demandent à utiliser des enfants trouvés ; dès frimaire an VII (novembre 1798), un certain Dulluzeau, de Brantôme, dit vouloir créer une filature. Sa proposition est rejetée car, dit la commission, « les particuliers qui demandent à former de pareils établissements avaient plutôt en vue leur intérêt personnel que celui des pauvres ». En thermidor an IX, Boyer-Fonfrède, membre d’une famille célèbre de Bordeaux, demande lui aussi des enfants et se voit encore opposer un refus qui lui est répété en ventôse an X, février 1802, lorsqu’il souhaite trente garçons de dix à treize ans, qu’il se propose de former dans une manufacture de Toulouse. Cependant, en messidor an X, juin 1802, Desfourniel voit, lui, sa demande bien accueillie lorsqu’il embauche des enfants dans sa manufacture de tabac. Il est vrai que Desfourniel est membre de la commission des hospices. Il est précisé peu après que les jeunes recrutés seront obligés de travailler trois ans dans cette manufacture « pour éviter que les enfants s’enfuient et aillent travailler ailleurs après avoir fait leur apprentissage ». Ce refus de principe de fournir de la main-d’œuvre à des entrepreneurs n’est longtemps enfreint qu’en faveur du seul Desfourniel, connu comme bienfaiteur des hospices. Beaucoup plus tard, en juillet 1842, douze enfants trouvés sont confiés à un maître de forges, Festugière, mais c’est encore une exception et la règle reste bien celle du rejet de toute demande, comme cela est rappelé en août 1850, lorsque la commission refuse de confier des enfants à des entreprises de ramonage, car « ce travail n’est pas un apprentissage ouvrant une carrière industrielle aux enfants [...], l’emploi de ces petits malheureux par les maîtres qui s’en servent les laisse le plus ordinairement livrés au vagabondage et à des habitudes de mendiants ».

14Dans l’exercice de ses prérogatives de tuteur des enfants, la commission rejette donc, autant que faire se peut, tout travail industriel pour privilégier exclusivement le placement dans des familles rurales. C’est une application restrictive du décret de janvier 1811 qui prévoyait expressément que les enfants, à douze ans, puissent être placés dans « des fabriques et manufactures » (article 17). Certes, partout en France sans doute, le travail de la terre est considéré comme plus formateur, moralement, que celui de l’atelier, mais on peut aussi émettre l’hypothèse d’un rejet très girondin de l’industrie et de ses perversions supposées. Sortis de l’hospice, c’est donc au travail agricole que sont destinés les enfants trouvés, ce qui est loin d’être une panacée. Faisant le bilan de cette pratique, Bethman, membre de la commission, écrit en avril 1854 :

« Aussi, la plupart des pères nourriciers regardent-ils nos pupilles comme une propriété dont ils doivent tirer le plus grand avantage, et ils les assimilent ainsi non à leur famille, mais à leur bétail. Que deviennent ces malheureux enfants dans les temps difficiles où le pain est hors de prix ? Ils souffrent et si la disette dure, ils périssent [...]. Quant au moral, dans certaines localités, nos enfants sont tellement abrutis qu’ils n’ont pas la moindre idée de Dieu, de leurs devoirs. Ils vivent, ils travaillent, sans foi, sans mœurs. Ceux qui nous reviennent de ces contrées sont des êtres difficiles à diriger, sans la moindre instruction. Ils n’offrent à nos internes que de mauvais exemples et il faut plus d’un an, en général, pour les dégrossir. Chez les filles, le danger est plus grave ; sans pudeur, ayant pratiqué le vice dans ce qu’il a de plus honteux, elles viennent dans notre établissement empoisonner, par leurs discours, par leurs exemples, nos élèves élevées avec tant de soins par nos bonnes et excellentes sœurs. Aussi, messieurs, les jeunes filles de notre maison se placent-elles difficilement, rarement on les garde, elles rentrent, augmentant ainsi les charges de la ville et nous, messieurs, nous avons la triste perspective de former des êtres inutiles, ne sachant pas travailler, incapables de servir ou de se tirer d’affaire. »

15Ce triste constat n’est pas à généraliser sans quelques nuances. En mai 1849, on peut lire :

  • 10 Les deux grandes régions de mise en nourrice et de placement étant d’une part le nord de la Dordog (...)

« Certaines contrées nous renvoient presque sans exception, des enfants sauvages, ignares, stupides, alors que d’autres, où pourtant ils sont livrés aux mêmes occupations, la garde des bestiaux principalement, ils reviennent avec des idées plus claires, une énonciation plus facile, une langue plus à leur service. Ces différences peuvent être attribuées à celles qui se font remarquer entre les populations parmi lesquelles ces enfants ont vécu »10.

  • 11 La commission ne paye aucune pension pour les plus âgés qui doivent vivre de leur travail et être (...)

16Placée face à ce dilemme, faire courir aux enfants les pires risques dans l’industrie, les abandonner à une exploitation éhontée dans les campagnes, la commission croit avoir trouvé une solution avec les colonies agricoles, fondées dans la région par des ecclésiastiques. La première institution de ce type qui retient l’attention de la commission est la colonie de l’abbé Duluc, à la Tremblade, mentionnée en mai 1849. Mais elle ne séduit pas la commission car elle forme de jeunes colons pour l’Algérie où les conditions d’accueil sont alors jugées plus qu’incertaines et peu propices à l’encadrement nécessaire des enfants trouvés. C’est la colonie du frère Félix qui, en août 1849, est vue, par contre d’un œil favorable car située en Médoc, à Lesparre et Saint-Laurent. Bien que les conditions matérielles soient plus que précaires, la commission y envoie 49 enfants, 21 de plus de quinze ans, 19 de douze à quinze ans, 8 de moins de douze ans11. Au cours des années suivantes, on fait confiance au frère Félix, malgré les carences constatées. Ainsi, en avril 1853, relève-t-on que peu de temps est consacré à l’instruction, une demi-heure le matin, trois quarts d’heure le soir, ce qui donne « une lecture incertaine, une écriture sans fermeté et des notions d’arithmétique ne dépassant pas la soustraction ». La nourriture, jugée bonne, est faite de pain, mi-froment, mi-seigle, de soupe de légumes, accommodée à la graisse et parfois de viande, de boisson moitié eau, moitié vin. On estime que « tout doit être fait pour conserver l’établissement du frère Félix » alors que « tout repose sur lui ». En novembre 1854, on trouve une description plus précise de la colonie du frère Félix, dont il est dit :

« Les élèves jouissent d’une santé très remarquable. Cependant, leur vie est dure. Couchés dans des hamacs suspendus dans des dortoirs à peine clos, ils se livrent toute la journée et suivant leurs forces aux travaux agricoles. Les semences terminées, ils défrichent la propriété, font des transports de terre, et leur nourriture est peu succulente : du pain, partie seigle, partie froment, à discrétion ; les fruits de la terre cultivés par leurs mains ; de la viande suivant la quantité des bœufs abattus par les bouchers de la commune qui réservent les têtes pour l’établissement. Une tête suffit par jour aux deux repas de 25-36 personnes, mais ces jours-là n’arrivent qu’une ou deux fois la semaine. Pour boisson, l’eau pure depuis que le vin et la piquette ont augmenté de prix. »

17Ce constat, que l’on pourrait trouver peu réjouissant, n’en incite pas moins la commission à confier à la colonie 12 à 14 élèves au-dessus de dix ans pendant l’hiver et, au printemps, des sujets de six à dix ans.

18Les enfants retenus à l’hospice parce que handicapés, ceux que l’on n’a pas pu placer, ceux enfin qui y ont été ramenés, souvent en catastrophe, parce que particulièrement indociles, sont voués à travailler dans des ateliers installés dans la maison même, fort vaste à défaut d’être salubre, puisque construite en bordure du fleuve sur une berge fangeuse.

19Leur nombre varie au gré des circonstances qui sont aussi bien le montant des pensions accordées aux nourriciers que l’intensité de la mortalité. Nous disposons de deux évaluations de leur répartition, qui n’ont rien de rigoureux, mais qui disent la nature des tâches auxquelles ils sont voués. En janvier 1824, les quelque 300 enfants présents se répartissent ainsi :

garçons :

tailleurs : 50 à 60

cordonniers : 8 à 10

sabotiers : 6 à 8

menuisiers : 5 à 6

fileurs et tisseurs en laine : 40 à 45

tonneliers : 5 à 6

boulangers : 12 à 15

maçons : 4 à 5

filles :

couture : 120 à 130.

20En 1848, dans son rapport, Léonce de Lamothe avance les chiffres suivants :

  • 12 Il y a effectivement une étable à l’hospice des enfants trouvés pour fournir du lait frais à ceux (...)

garçons :

filateurs : 20

menuisiers : 3

cordonniers : 8

tailleurs : 15

maçons : 3

tonneliers : 2

boulangers : 8

jardiniers : 8

infirmier : 1

filles :

couturières : 50

lingères : 8

buanderie : 4

coupe d’étoffes : 6

cuisine : 4

étable des vaches : 312

infirmerie : 2

  • 13 Le qualificatif d’infirmier ne doit pas faire illusion : il s’agit de serviteurs du rang le plus h (...)

21En 1848 comme en 1824, les activités liées au service interne de l’hospice occupent une place importante et qui s’accroît nettement entre les deux dates13. De fait, en 1852, le maire de Bordeaux déclare qu’à l’hospice de la Manufacture « les travaux auxquels les domestiques sont occupés devraient être faits par les élèves conservés à l’hospice et que, pour les ouvrages au-dessus de leurs forces, il devrait suffire d’appeler des hommes de journée qui ne seraient conservés que le temps nécessaire ». Ce conseil est suivi d’effet puisque, l’année suivante, il n’y a plus qu’un domestique au lieu de deux, ce qui permet de le payer plus convenablement, 120 francs par an au lieu de 60, et de s’assurer ainsi sa fidélité. Les tâches délaissées incombent aux jeunes.

22Occuper les enfants, répondre à certains besoins de la maison et de l’ensemble des hospices, tels sont bien les objectifs donnés aux ateliers de l’hospice de la Manufacture. Ainsi, dès 1824 renonce-t-on à toute vente à l’extérieur, car désavantageuse. La dernière tentative faite en ce sens a été l’ouverture d’une biscuiterie en novembre 1816, fermée en octobre 1821, car déficitaire. Dès 1809, le préfet notait :

  • 14 Cité par C. Lasserre, « Depuis longtemps oublié... L’hôpital de la Manufacture et des enfants trou (...)

« Les travaux ont recommencé pour la filature, le tricot, la couture et la broderie. Mais la production est presque nulle et le seul avantage qu’on en retire est l’emploi du temps, l’instruction des orphelins qu’on y occupe, ensuite la confection des layettes et vêtures des enfants de l’hospice placés dans les campagnes, des vêtements de tous genres pour ceux de l’intérieur, objet important pour l’hospice »14.

23En 1843, Léonce de Lamothe écrit :

« Les ateliers, s’ils étaient créés dans le but de former de bons ouvriers, laisseraient à désirer, principalement par le peu de fini des objets qu’on y confectionne. Mais destinés principalement à occuper les infirmes et à la fabrication d’objets pour les hospices de la ville, ils remplissent parfaitement leur rôle. »

24En 1848, il revient sur ce problème pour dire :

« Ces industries, on le comprend facilement, n’ont été créées que comme moyen d’occuper les enfants valides. Ce serait, en thèse générale, un fort mauvaise spéculation que de retenir des enfants dans l’hospice pour le fruit d’un travail trop rarement assidu. Les boulangers, les maçons, les jardiniers, les tonneliers, qui ne forment que la faible minorité, sont seuls réellement utiles. »

25Ni source de profit, ni instruments de formation professionnelle, les ateliers ne sont donc qu’un pis-aller qui, à plusieurs reprises, apparaît comme bien coûteux aux administrateurs. En février 1846, l’inspecteur général Maillères conseille de supprimer les ateliers de cordonnerie, saboterie et menuiserie, mais il n’est pas immédiatement entendu car on ne saurait alors que faire des enfants.

26Même stérile, le travail rythme donc la vie de l’hospice. En nivôse an V, décembre 1796, l’horaire adopté est le suivant :

« Les plus jeunes enfants qui travaillent se lèveront à 6 h 30, qu’à 7 h 30 ils travailleront jusqu’à 10 h 30, qu’ils dîneront à 10 h 30 et se récréeront jusqu’à midi, qu’à midi ils reprendront le travail jusqu’à 2 h 30, qu’ils feront collation et se récréeront jusqu’à 3 h, qu’ils reprendront le travail depuis 3 h jusqu’à 5 h, qu’ils souperont et se récréeront jusqu’à l’heure du coucher.
« Les plus grands se lèveront à 6 h, feront leur lit, balayeront et déjeuneront jusqu’à 7 h 30. À 7 h 30, se mettront au travail jusqu’à 10 h 30. Le travail qui se fera pendant ce temps se fera au profit de l’hospice. À 10 h 30, dîner jusqu’à midi. De midi à 3 h, travail à leur profit, de 3 h à 5 h au profit de l’hospice. »

27Ce rythme, initialement assez souple, est vite modifié comme en témoigne ce règlement de frimaire an VI, octobre 1797, dans lequel on relève :

« Deux citoyennes [gouvernantes] seront chargées de la conduite des petits garçons attachés à la filature. Elles les feront lever en été à 5 h, en hiver à 6 h. Leur premier soin sera de leur faire faire la prière, ils seront peignés très soigneusement tous les jours, et déjeuneront ensuite. Ils seront mis à l’ouvrage à 6 h du matin, et en hiver à 7 h 30. Ils dîneront à 11 h, se récréeront jusqu’à 1 h, et travailleront jusqu’à 5 h en hiver si le jour le permet et 6 h en été. Ils souperont ensuite pour se coucher immédiatement en hiver et à 7 h en été. »

28Ainsi arrive-t-on à des journées de travail de 10 heures avec une seule pause d’une heure en été. La durée du travail, faute de lumière, n’est que de 7 h 30 en hiver. Il n’est plus question qu’une partie du travail leur soit payée.

29Rien n’est dit, ou presque, des conditions de travail dans les ateliers. En février 1820 est mentionnée une distribution solennelle de récompenses aux enfants alors que le 5 de ce mois est décrété jour férié. Rien ne permet de dire que c’est là une pratique régulière. À contrario, et toujours aussi incidemment, on apprend qu’un maître tonnelier est suspendu, en août 1850, pour avoir porté des coups à un enfant. La commission veut bien admettre que ce « petit mauvais sujet » avait un caractère indomptable, mais elle dit ne pouvoir admettre les coups. Le maître tonnelier aurait dû porter plainte devant l’autorité qualifiée, en l’occurrence la mère supérieure. La sanction la plus lourde qui semble pouvoir être prise est l’envoi d’un mois, durée légale maxima, au pénitencier Saint-Jean pour les garçons, à Sainte-Philomène pour les filles, deux maisons de correction auxquelles on fait parfois appel. Le régime y est rude, la mise au cachot et au pain sec, banale.

30Tels sont les rapports de travail et au travail des enfants trouvés qui transparaissent, pour l’essentiel, dans les délibérations de la commission des hospices de Bordeaux. L’hospice des enfants trouvés n’est pas un bagne pour enfants. Les journées de présence dans les ateliers sont sans doute longues mais toute porte à penser que l’attention au travail est faible. Cette mise au travail n’est initiation qu’aux tâches les plus humbles. Elle ne prépare pas à autre chose qu’à des emplois de domestiques ; elle n’ouvre pas la moindre perspective de promotion sociale, d’autant que l’instruction élémentaire est très négligée, lorsqu’elle existe. L’envoi dans des familles rurales nourricières n’ouvre pas de perspectives plus réjouissantes. Rien n’est fait pour donner la moindre chance aux enfants abandonnés.

Notes

1 Ce document de 35 pages, édité à plusieurs centaines d’exemplaires et largement diffusé, a pour inspirateur et principal auteur le docteur H. Gintrac, sommité du monde médical bordelais et directeur de l’école préparatoire de médecine. Son élection à la commission des hospices s’est faite au mépris du principe de la distinction entre administrateurs employeurs d’une part, et médecins employés d’autre part. C’est de ce choix de H. Gintrac, par ailleurs grand notable de la ville, que date le début de la modernisation des hospices de Bordeaux et de la véritable médicalisation des hôpitaux, lieux de soins, progressivement distingués des hospices, lieux d’hébergement des déshérités.

2 Cette loi posait le principe voulant que « tous les enfants abandonnés nouvellement nés doivent être reçus gratuitement dans tous les hospices de la République », sans préciser le sort à leur réserver.

3 Délibération de la commission du 9 janvier 1818. Comme l’essentiel de notre documentation est puisée dans les 57 registres de délibération de la commission qui couvrent la période 1796-1855, nous n’indiquerons désormais que la date de la délibération. Ces registres sont conservés aux Archives départementales de la Gironde, série X, en cours de classement. Le nom «  d’hospice de la Manufacture » est hérité du XVIIIe siècle, en un temps où la vocation de l’établissement était changeante. C’était un hospice polyvalent, où le travail était de règle. Ce nom ne doit pas faire illusion pour le XIXe siècle. L’hospice des enfants trouvés de Bordeaux, malgré son nom, n’a jamais eu vocation à être un établissement industriel.

4 Peu claire dans le décret du 30 ventôse an V, cette répartition des charges est précisée dans le décret du 19 janvier 1811, et reprise dans tous les textes ultérieurs, comme la loi du 5 mai 1869. De fait, la commission des hospices est souvent placée dans l’obligation de faire l’avance des pensions versées et doit ensuite harceler longtemps le ministre de l’Intérieur et son représentant, le préfet, pour rentrer, toujours incomplètement, dans ses fonds. Comme, en dernière analyse, c’est la ville de Bordeaux qui, par sa subvention annuelle, doit combler le déficit des hospices, le conseil municipal proteste régulièrement contre les retards du gouvernement et va, en 1846, jusqu’à amputer sa subvention de la somme indûment consacrée, de son point de vue, aux enfants trouvés.

5 Article 20 du décret du 19 janvier 1811.

6 Textes cités par M. BLOCK, Dictionnaire de l’administration française, édition de 1877, article «  Enfants assistés ». Rien n’est dit des obligations des commissions vis-à-vis des enfants restés dans les hospices.

7 Un des noms de l’hospice des enfants trouvés sous l’ancien régime.

8 Il s’agit, de fait, des religieuses qui sont restées en fonction mais qui, en 1796, n’ont pas encore repris leur qualité.

9 L. De Lamothe, Rapport sur le service des enfants-trouvés, 1848, 46 p. Publiciste bordelais à la bibliographie abondante, Lamothe est chargé par la commission des hospices de l’inspection des enfants trouvés sous la monarchie de Juillet.

10 Les deux grandes régions de mise en nourrice et de placement étant d’une part le nord de la Dordogne autour de Brantôme et d’autre part la rive nord de la Gironde à cheval sur Gironde et Charente-inférieure, on peut en déduire que l’une est un pays de sauvages et l’autre pas, mais rien ne permet de faire le choix.

11 La commission ne paye aucune pension pour les plus âgés qui doivent vivre de leur travail et être rentables pour l’institution. Les pensions payées pour les plus jeunes sont très inférieures au coût d’une journée d’hospice et ce calcul élémentaire justifie, à lui seul, la faveur dont jouit l’institution du frère Félix.

12 Il y a effectivement une étable à l’hospice des enfants trouvés pour fournir du lait frais à ceux des nourrissons qui sont élevés au biberon.

13 Le qualificatif d’infirmier ne doit pas faire illusion : il s’agit de serviteurs du rang le plus humble, les soins étant donné par les internes.

14 Cité par C. Lasserre, « Depuis longtemps oublié... L’hôpital de la Manufacture et des enfants trouvés à Bordeaux, 1658-1881 », Bordeaux-Médical, n° 1, janvier 1968, p. 61-84.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540