Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Faire la loi

Les enfants dans l’industrialisation lombarde (1876-1911)1

Antonia Pasi

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été réalisée grâce à la subvention du MURST « Famiglia e sistemi demografici in I (...)
  • 1 V. Zamagni, Dalla periferia al centro, Bologna, 1990, p. 54.

1L’Italie fut l’un des pays européens les plus lents à s’industrialiser. C’était encore un pays agricole lors de l’Unité nationale en 1861 : l’agriculture représentait 46,1 % du PIB (Produit Intérieur Brut) tandis que la part de l’industrie était de 18,4 %1. Mais certaines régions, le Piémont, la Ligurie et surtout la Lombardie, possédaient déjà au milieu du XIXe siècle le tissu manufacturier qui leur aurait permis de se placer à la tête du processus d’industrialisation italien. Il serait peut-être intéressant de se demander quelle fut la contribution du travail des mineurs à ce développement et quels coûts elle a entraîné. Nous tenterons de répondre à cette question en étudiant le cas de la Lombardie, qui a été (et reste toujours) la région italienne la plus industrialisée.

2Avant de passer à l’analyse des données sur les mineurs au travail, il faut préciser que le terme « mineur » n’est pas utilisé dans son sens juridique, mais en tant que synonyme d’« enfant ». Par habitude, l’enfance était la période de la vie comprise entre sept et quatorze ans, dans le sillage du droit romain qui distinguait trois phases de la minorité. Ce fut seulement avec le Code Zanardelli de 1889 que ce concept apparut dans la législation italienne, en termes d’imputabilité du mineur, prédisposant une répartition qui prévoit quatre phases de responsabilité du mineur en fonction de son âge. La deuxième tranche d’âge est justement celle comprise entre neuf ans révolus et quatorze ans, qui est aussi l’âge limite prévu par la loi de 1886 définissant le travail des enfants. Même pour les statistiques concernant la main-d’œuvre employée dans l’industrie manufacturière datant d’après l’unité italienne, les mineurs sont les travailleurs âgés de quatorze ans et moins. Cet âge dépassé, ils font partie de la main-d’œuvre adulte. Jusqu’à la promulgation de la loi précédemment citée, il n’existait pas de limite inférieure fixant l’entrée dans le monde du travail, que ce soit dans le secteur manufacturier ou dans celui de l’agriculture ; cette limite était liée exclusivement à la force physique du garçon ou de la fillette. Il devient alors évident qu’en l’absence de législation réglementant le travail des enfants, une masse de jeunes d’un âge indéfini peut se cacher derrière ces données ; ou, dans la mesure où les lois qui régissaient le travail infantile furent respectées, ces données concernent une main-d’œuvre d’un âge clairement défini.

Les sources statistiques

3Il est assez difficile d’avoir une vision quantitative globale du phénomène de l’emploi des enfants dans l’industrie lombarde entre l’unité du pays et la Première Guerre mondiale, c’est-à-dire dans la période cruciale du décollage industriel, en raison d’un manque de données fiables et complètes, même si à partir de 1861 le nouvel État italien créa une structure capable d’élaborer officiellement des statistiques démographiques, économiques et sociales. Les difficultés initiales furent nombreuses et les critères adoptés ne reposèrent pas toujours sur des exigences cognitives : par exemple, les recensements de la population italienne ne permettent pas d’estimer le nombre d’enfants employés dans les manufactures. Celui de 1861, qui sépare les travailleurs de moins de quinze ans des adultes, fournit des données qui suscitent des doutes : il suffit de penser qu’à l’époque on recensa dans toute la Lombardie 459 044 employés dans l’industrie manufacturière, alors que quinze ans plus tard, le nombre total d’ouvriers pour l’ensemble du pays était légèrement supérieur à 382 000 personnes. Quant aux recensements suivants, ceux de 1881 et de 1901, ils se limitent à comptabiliser la population active en regroupant les personnes de neuf ans révolus et plus, tandis que celui de 1911 recense celles d’« exactement dix ans et plus ». Il est ainsi impossible de séparer les travailleurs adultes des mineurs.

  • 2 Ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce [MAIC], Atti del Comitato dell’inchiesta (...)
  • 3 MAIC, Notizie statistiche sopra alcune industrie italiane, Roma, 1878. Les résultats furent publiés (...)
  • 4 Dans Annali di statistica, serie IV.
  • 5 MAIC, Direzione generate di statistica [Dirstat], Statistica industriale. Lombardia, Roma, 1900.
  • 6 MAIC, Dirstat, Statistica industriale per il Regno. Riassunto delle condizioni industriali del Regn (...)

4Même l’Enquête industrielle2 lancée en 1870 par le ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce (ou MAIC), n’apporte pas une grande aide sur ce point. Il ne s’agit pas d’une statistique industrielle, mais plutôt d’une enquête cognitive et descriptive conduite sur la base d’un questionnaire fourni aux industriels qui, s’ils le souhaitaient, n’étaient pas obligés de répondre à toutes les questions, ou pouvaient répondre en étant plus ou moins précis. C’est pourquoi l’Enquête s’occupa de manière marginale du nombre de travailleurs, des conditions de travail et des salaires. Les premières données disponibles sur ces éléments sont par conséquent celles qui sont fournies par les statistiques du MAIC recueillies en 18763, auxquelles vint s’ajouter peu de temps après un nouveau recensement lancé en 1883 qui s’étendit sur plusieurs années. En ce qui concerne la Lombardie, les résultats se fondirent d’abord dans une série de monographies départementales publiées entre 1887 et 18944, puis furent livrés à la presse en 19005 et 19056 après avoir été vaguement mis à jour.

  • 7 Publié en cinq volumes par les soins du MAIC, Dirstat, Roma, 1913-1916.

5La dernière recherche statistique utile pour déterminer quantitativement le travail des enfants dans l’industrie lombarde dans la période précédant le début de la Première Guerre mondiale est le Censimento degli opifici e delle imprese industriali al 10 giugno7, que l’on peut considérer comme la vraie première enquête statistique industrielle italienne.

6Donc, dans l’ensemble, les sources sont nombreuses, mais leur utilisation pose quelques problèmes interprétatifs. Les données ne sont pas homogènes entre les différents relevés, et ne sont donc pas comparables en raison des changements introduits dans les critères d’enquête. Par exemple, une des difficultés tient à la continuelle disparité avec laquelle les travailleurs à domicile furent traités : s’ils étaient embauchés par une entreprise, ils furent quelquefois considérés comme des ouvriers travaillant en usine, alors que les travailleurs indépendants ne furent jamais comptabilisés. Ainsi, il n’est pas rare de trouver, même dans de brefs laps de temps, des différences entre les données respectives sur les ouvriers et les usines.

  • 8 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 285.
  • 9 MAIC, Notizie statistiche, p. VI.

7On se rendait déjà compte, à l’occasion de l’enquête de 1876, que le résultat obtenu était seulement une approximation de la réalité. Vittorio Ellena, en en commentant les résultats, admettait une marge d’erreur due aux inexactitudes lors de l’élaboration, mais surtout aux imprécisions dans les réponses, qu’elles soient volontaires ou pas. En effet, la peur que les informations fournies soient utilisées fiscalement avait poussé les entrepreneurs à être peu précis et sincères dans leurs réponses, de manière à éviter, dans le cas spécifique des mineurs, « de gênantes polémiques de caractère humanitaire »8. Toutefois, en resserrant le champ des questions et en excluant « chaque chose qui ait pu ressembler à une inquisition fiscale », l’enquête de 1876 réussit à délimiter « un cadre assez fidèle des forces de production »9. Néanmoins, il ne faut pas oublier que les informations furent puisées à des sources différentes et hétérogènes – chambres de commerce, observateurs indépendants, entrepreneurs – ce qui explique qu’elles soient peu homogènes et peu objectives. Les mêmes limites pesèrent sur les résultats des études suivantes, si bien qu’à propos de celle de 1903, le ministère pensait que le nombre d’usines et d’ouvriers recensés était vraisemblablement inférieur à la réalité. En ce qui concerne le nombre d’enfants, on peut présumer que les données excluent tous les cas qui ne respectaient pas les obligations légales de tutelle du travail, en commençant par celle de l’âge minimum. C’est d’ailleurs pour cela que ces cas de figure étaient opportunément tenus secrets.

8Pourtant, si une grande partie des données sont des approximations de la réalité, elles représentent des ordres de grandeur acceptables pour évaluer l’importance et se rendre compte de l’évolution du phénomène de l’emploi des enfants dans les manufactures lombardes.

Importance relative de la main-d’œuvre enfantine

  • 10 Selon les critères établis par le MAIC, les réponses devaient se référer à la date du 1er juillet 1 (...)
  • 11 V. Ellena, La statistica, p. 35.

9La statistique de 187610 recensa 382 131 ouvriers dans tout le pays, dont 161 320 travaillant en Lombardie : 24 438 hommes, 78 743 femmes et 58 139 enfants11, c’est-à-dire des ouvriers de « quatorze ans et moins ». L’enquête ne les sépare pas en fonction du sexe, mais même dans le cas des mineurs le nombre de fillettes était nettement prédominant, si bien qu’il serait plus opportun de parler de fillettes, filles et jeunes filles. Avec le temps, le nombre de mineurs occupés dans le secteur industriel enregistra une faible régression de 2 400 unités (-4,1 %) entre 1876 et 1903, mais connut une nette et consistante reprise lors des huit années suivantes (+49 %).

Tabl. 1 – Les mineurs dans l’industrie lombarde

Année

Garçons

Filles

Total

1876

58 130

1903

16 458

39 272

55 730

1911

29 788

53 246

83 034

Sources : Pour 1876, V. Ellena, La statistica, p. 45, 48, 50, 60, 78, 79 ; pour 1903, MAIC, Dirstat, Statistica industriale. Lombardia, Roma, 1900, passim et Id., Statistica industriale per il Regno, Roma, 1905-1906, v. II, passim ; pour 1911, MAIC, Dirstat, Censimento degli opifici e delle imprese industriali al 10 giugno 1911, v. IV, Roma, 1914, p. 397

  • 12 En effet, il pouvait arriver que même des enfants de cinq ou six ans travaillent.
  • 13 Au recensement de 1881, on dénombra 824 280 individus compris entre sept et quatorze ans révolus. ( (...)
  • 14 Au recensement de 1911, la population lombarde dans la tranche de dix à quatorze ans comptait 504 0 (...)

10En l’absence d’erreurs dans les relevés statistiques au cours de l’enquête qui aient pu surestimer le nombre d’enfants en 1876, en faisant l’hypothèse que les petits ouvriers n’avaient pas moins de sept ans12 et que la population lombarde comprise entre sept et quatorze ans était plus ou moins équivalente à celle du recensement de 188113, environ 7 % des enfants auraient été employés dans une activité manufacturière : c’est une proportion plutôt importante, mais il faut remarquer que la plupart d’entre eux s’inséraient dans un circuit familial de système de production à domicile. À la fin de la période considérée, c’est-à-dire en 1911, non seulement la proportion avait augmenté, passant à 11 %14, mais la nature du travail infantile avait changé, avec la création du système de fabrique dans le secteur textile qui imposait onze heures d’activité par jour sur toute l’année, dans un milieu impersonnel avec des rythmes et des temps de travail imposés par les machines.

11Le processus d’industrialisation lombarde ne fut pas homogène dans toute la région, il fut plus marqué dans certaines provinces (Bergame, Brescia, Côme et Milan) que dans d’autres, ainsi qu’à la fin de la période considérée. Il en dériva un fort dualisme entre le sud agricole et la zone se trouvant aux pieds des montagnes. Par conséquent, l’emploi dans les ateliers ne fut pas une réalité commune à tous les enfants lombards. À lire les données du tableau 2, sur le rapport entre le nombre des enfants au travail et la population des mineurs en âge de travailler pour l’année 1911, on constate aisément qu’il existait un important écart entre les provinces textiles – Milan, Côme, Bergame – et les autres.

Tabl. 2 – Population et ouvriers appartenant à la tranche d’âge 10-14 ans en 1911 (répartition par province)

Tabl. 2 – Population et ouvriers appartenant à la tranche d’âge 10-14 ans en 1911 (répartition par province)

Sources : MAIC, Dirstat, Censimento degli opifici, passim ; Id., Censimento della popolazione, 1911, passim

12Il y avait aussi une forte disparité entre les garçons et les filles, que l’on préférait pour le travail en usine textile, en particulier dans le secteur de la soie. C’est ce que montrent les donnée pour la province de Côme où, sur un total de 11 166 fillettes ouvrières, 10 247 étaient employées dans l’industrie textile (soit 91,8 %), dont 7 966 dans le secteur de la soie (77,8 %). Les industriels préféraient les fillettes pour plusieurs raisons : elles acceptaient le salaire le plus bas en valeur absolue, sans créer de problèmes de discipline ; leur prédisposition physique les rendait particulièrement capables de renouer les fils, de renvider le filé sur les bobines, de travailler sur les métiers à tisser mécaniques.

13Dans une situation de développement général de la structure industrielle de la région, il est nécessaire de comparer l’évolution de la main-d’œuvre des mineurs à celle des autres forces de travail (cf. tabl. 3). Entre 1876 et 1903, le nombre total d’ouvriers adultes augmente considérablement, c’est une évidence, puisque les dernières décennies du XIXe siècle marquent la conquête d’une position prédominante de la Lombardie sur le plan industriel à travers une transformation progressive et manifeste de sa structure productive. Par contre, le nombre d’enfants diminue ; il croît de nouveau au cours de la décennie suivante avec une augmentation de 49 %, alors que le nombre total des femmes ouvrières augmente « seulement » de 35 %, et celui des ouvriers de 90,5 %.

14Par conséquent, les changements intervenus modifient le poids relatif des trois composantes de la force de travail, avec une réduction progressive du nombre d’enfants par rapport au total des travailleurs dans l’industrie : de 36 % en 1876, ils passent à seulement 15,8 % au début du nouveau siècle, pour descendre d’un autre point en un peu moins d’une décennie.

Tabl. 3 – Main-d’œuvre employée dans le secteur industriel en Lombardie

Tabl. 3 – Main-d’œuvre employée dans le secteur industriel en Lombardie

Source : cf. tabl. 1

Poids des garçons et des filles dans l’industrie textile lombarde

15Les raisons de ces changements sont multiples. Les critères d’enquête pourraient avoir été modifiés, en excluant en 1903 une partie des jeunes qui avaient été comptabilisés précédemment ; il se peut que les nouvelles lois sur la tutelle du travail infantile aient joué ; mais il faut surtout tenir compte des transformations en cours dans la structure de l’appareil industriel lombard lors de la période considérée.

  • 15 V. Zamagni, Dallaperiferia al centro, p. 115.
  • 16 A. Carreras, « Un ritratto quantitativo dell’mdustria italiana », dans Storia d’Italia, Annali 15, (...)
  • 17 S. Zaninelli, « Aspetti economico-produttivi, di mercato e tecnologici », dans Storia dell’industri (...)

16Au moins jusqu’à la fin des années 1880, son point fort fut l’industrie textile15, avec une spécialisation marquée dans la soie, qui essayait d’exploiter les avantages offerts par les femmes et les fillettes, une main-d’œuvre docile et bon marché. Dans les années antérieures à 1911, la structure de l’industrie lombarde se modifia totalement. Il s’agit des années du décollage industriel qui eut lieu grâce à l’affirmation de nouveaux secteurs, la sidérurgie, la mécanique, la chimie et l’hydro-électricité, qui attirèrent surtout de la force de travail masculine, comme nous l’avons remarqué plus haut. Même le secteur textile « profit[a] d’une tendance à une nette expansion jusqu’en 1907 »16, mais son importance par rapport aux autres secteurs avait particulièrement diminué. En d’autres termes, ces secteurs étaient en train d’enregistrer l’expansion due au développement industriel moderne, tandis que le secteur textile perdait définitivement sa suprématie historique17, surtout à la suite du déclin des soieries. Pour une analyse un peu plus précise, il faut donc prêter attention à ce secteur, en le comparant au reste de l’industrie. Dans celui-ci, malgré l’augmentation évidente du nombre d’enfants entre 1903 et 1911 (cf. tabl. 4), leur poids sur le total des employés se réduisit, passant de 11,7 % à 10 % ; il se produisit le phénomène inverse dans le secteur textile : ils représentaient 18,2 % des ouvriers en 1903, et 19,5 % huit ans plus tard (cf. tabl. 5).

Tabl. 4 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie textile et dans les autres industries

Tabl. 4 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie textile et dans les autres industries

Source : cf. tabl. 1

Tabl. 5 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie textile et dans les autres industries (en %)

Tabl. 5 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie textile et dans les autres industries (en %)

17Il est donc facile de se rendre compte que l’industrie textile eut un rôle central en ce qui concerne l’emploi des mineurs, particulièrement aux débuts de l’industrialisation. Elle occupait à elle seule 98 % de l’ensemble des mineurs travaillant dans l’industrie en 1876, 82 % en 1903, et 67 % en 1911 ; d’ailleurs cette main-d’œuvre a aussi participé au développement des autres secteurs lorsqu’ils sont devenus plus importants dans l’économie de la région.

18Il faut distinguer les deux principales activités de l’industrie textile, qui sont la production de soie et de coton, pour comprendre les causes des variations intervenues dans le nombre total d’enfants employés et dans la répartition relative des personnes composant la force de travail lombarde. D’après le graphique 1, l’évolution de l’ensemble du secteur résulte de deux tendances contradictoires : une contraction ou une stabilité dans la soie, et une expansion dans le coton.

Graph. 1 – Mineurs employés dans le secteur de la soie et du coton

Graph. 1 – Mineurs employés dans le secteur de la soie et du coton

Le secteur de la soie

  • 18 G. Federico, « Per una storia dell’industria serica italiana », dans Annali di Storia dell’impresa,(...)

19La soie dérivait d’une longue tradition qui remontait au XVIIe siècle. Elle consistait dans la culture du mûrier, l’élevage des vers à soie, la production de soie en tant que matière première semi-ouvrée, et devint l’ossature du système industriel lombard lorsque la Lombardie se lança de manière irréversible sur la voie de l’industrialisation18. Cependant, elle fut l’industrie la moins avancée technologiquement parmi toutes celles qui se développèrent, même si des modernisations eurent lieu en entraînant une transformation radicale des deux premières phases de sa fabrication, ainsi qu’une expansion dans le tissage à partir des années 1880 avec de fortes conséquences sur l’emploi.

  • 19 V. Ellena, La statistica, p. 35
  • 20 Ibid., p. 35-36.

20À la longue, des trois phases qui constituaient le processus productif-le tirage, le tordage, le tissage-ce furent les deux premières qui constituèrent la structure porteuse du secteur. Déjà avant l’unité du pays, l’Italie du Nord était devenue le premier fournisseur de soie semi-ouvrée d’Europe, et à la fin des années 1870 la production italienne de soie semi-ouvrée, à laquelle la Lombardie contribuait de manière décisive, conservait cette position, en n’étant dépassée que par la Chine, tandis qu’en Europe elle n’avait pas de concurrents « ni en ce qui concerne la perfection, ni par rapport à l’économie du travail »19. Par contre, pour la production de tissus, la Lombardie était loin derrière la France en particulier, mais aussi la Suisse et l’Allemagne20. Tout cela se reflétait sur la répartition de la force de travail entre les trois phases de la production : de l’« extraction » de la matière première, au produit fini – c’est-à-dire le tissu.

Tabl. 6 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie de la soie en 1876

Tabl. 6 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie de la soie en 1876

Source : V. Ellena, La statistica, p. 45, 48, 50

  • 21 Ibid., p. 64.

21Comme le montrent les données du tableau, la présence d’enfants était importante dans toutes les phases de la fabrication, elle devenait même prédominante dans le tordage du filé. Pour comprendre les raisons de cette utilisation importante d’enfants, qui n’était soumise à aucune réglementation, il faut tenir compte de l’état de l’industrie de la soie lors de la Statistique industrielle. La production de soie grège avait été malmenée par la maladie du ver à soie qui à partir de 1854 toucha les récoltes pendant quelques années. La crise due à la prébine représenta aussi un défi auquel l’industrie lombarde fit face en important des œufs de vers à soie non infectés, en modernisant les installations pour le tirage et en ayant recours à l’importation de soie grège asiatique21 pour fournir les ateliers de tordage. Lorsque le pire fut passé, au début des années 1870, l’industrie de la soie lombarde présentait une structure profondément modifiée, car les petits producteurs, moins efficaces, avaient été pour la plupart exclus du marché, à l’avantage de ceux plus outillés qui s’étaient modernisés moyennant de gros sacrifices. Le tirage était en tram de perdre son vieux caractère d’activité saisonnière et éparpillée dans les fermes. Si un panorama hétérogène ressort de l’Enquête industrielle des années 1870-1874, les réponses données par les producteurs de soie lombards montrent que les vieilles et les nouvelles méthodes coexistaient encore, mais que ces dernières étaient en train de prendre définitivement l’avantage.

  • 22 Atti dell’Inchiesta industriale, cat. 6, § 1, p. 10.
  • 23 V. Zamagni, Dalla periferia al centro, p. 116.

22C’est ainsi qu’il existait des filatures plus modernes où l’on utilisait la vapeur pour le chauffage des cuves et la force motrice, où la vapeur ou plutôt l’énergie hydraulique servait à faire bouger mécaniquement les dévidoirs. Les filatures avec chauffage à la vapeur où les dévidoirs étaient remués manuellement, en employant « beaucoup de jeunes filles par rapport au nombre de femmes fileuses »22, restaient néanmoins nombreuses. Enfin, certaines filatures « traditionnelles », c’est-à-dire à feu direct et avec secouage manuel des dévidoirs, arrivèrent à survivre. La qualité du produit diminuait lorsqu’on passait de la technologie la plus avancée à la plus retardée, tandis que la quantité de main-d’œuvre nécessaire augmentait, en raison de la perte de productivité. En ce qui concerne les conséquences de ces transformations sur la main-d’œuvre employée, il faut observer que les petites filatures à feu direct étaient installées dans des locaux à ciel ouvert et fonctionnaient seulement en été, tandis que celles à vapeur étaient actives pendant environ huit mois par an, et les plus modernes l’étaient pratiquement toute l’année pour rentabiliser au mieux les investissements effectués. Surtout, il faut tenir compte qu’une reprise notable de la production de soie grège eut lieu dans les années 1870, avec recours à la main-d’œuvre23.

  • 24 Ibid., p. 48.
  • 25 Ibid., passim.

23D’autre part, dans l’ensemble, le tirage restait une activité intensive (labour intensive), si bien que les filatures se localisèrent encore dans les principales zones de production des vers à soie où la main-d’œuvre à bon marché était abondante. La compétitivité de l’industrie de la soie italienne sur les marchés internationaux reposait totalement sur un coût du travail inférieur d’environ 15 à 20 %24, obtenu grâce à des salaires moyens inférieurs et à un emploi massif de fillettes, sans aucune restriction législative, en respectant seulement les nécessités dictées par les phases de production. En effet, il était pratique de faire travailler douze ou treize heures par jour des fillettes de huit à dix ans pour renouer les fils et exécuter les opérations préliminaires, en les payant 30 à 40 centimes de lire par jour, soit environ entre le tiers et la moitié du salaire d’une femme adulte ; des fillettes guère plus grandes travaillaient pour un salaire journalier de 50 à 70 centimes ; il n’y avait que les fileuses, des femmes d’environ vingt ans, qui percevaient de 80 centimes à 1,10 lire par jour25.

  • 26 Atti del Comitato della Inchiesta industriale. Deposizioni scritte, catégorie 6, §2, p. 20.
  • 27 Atti del Comitato della Inchiesta industriale. Deposizioni scritte, catégorie 6, §2, « Note sulla t (...)
  • 28 Ibid., p. 14.

24La phase où la présence des mineurs était plus importante restait quand même celle du tordage. Elle était depuis longtemps plus mécanisée que la phase précédente, si bien que sa localisation était plus liée à la disponibilité de la force motrice hydraulique qu’à l’abondance ou non de main-d’œuvre. Mais certaines opérations qui servaient à préparer la soie au tordage lui-même n’avaient pas encore été englobées dans le processus de mécanisation, comme le renvidage, c’est-à-dire l’enroulement du filé sur les bobines, à moins que la même usine ne réunisse les deux opérations de tordage et de tirage. Mais à l’époque il existait peu d’établissements de grande taille capables de le faire, c’est à peine si on en trouvait dans les provinces de Bergame et de Côme : en général, le tordage restait séparé du tirage. Dans ce cas, le renvidage nécessitait beaucoup de main-d’œuvre et peu de force motrice, et il était intéressant de le localiser là où la main-d’œuvre était la plus abondante et donc aux coûts les plus faibles : à domicile, où l’on pouvait exploiter la force de travail disponible au cœur même de la famille paysanne ; ou bien dans des usines secondaires, situées dans des zones « riches en population », même si elles étaient loin de l’usine principale26. Dans un cas comme dans l’autre, il était plus intéressant d’employer « des filles jeunes voire souvent trop jeunes »27, qui étaient particulièrement adaptées au travail de renvidage par leur petite stature, entre autres, que des filles plus grandes qui rechignaient à rester toute la journée pliées sur les machines. Mais la vraie raison pour laquelle on préférait les fillettes était, encore une fois, la différence de salaire : le salaire journalier d’une fillette de moins de dix ans était inférieur de moitié au moins (il pouvait être aussi plus bas des deux tiers) à celui d’une fille entre dix et quatorze ans. Ce fut seulement avec le système « filature-renvideur », qui était encore peu adopté à l’époque, que l’on n’eut plus « besoin de fillettes de moins de dix ans »28.

  • 29 G. Federico, Il filo d’oro, p. 193.
  • 30 B. Caizzi, Storia dell’industria italiana, Torino, 1965, p. 332.
  • 31 « L’industria della seta in Italia », Annali di statistica, XXXVII (1890), p. 18.
  • 32 MAIC, Dirstat, Statistica industriale. Lombardia, p. 191, 401.

25Dans les dernières décennies du XIXe siècle, l’industrie de la soie subit de profondes mutations avec la diffusion de la vapeur et une série de progrès techniques29 : on introduisit pour l’étouffement des cocons des fours qui utilisaient des systèmes à air chaud au lieu de vapeur d’eau30 ; on implanta des « ébarbeuses mécaniques » et on employa des « ouvrières spécialisées » ; on adopta toute une série de mesures qui permirent de mécaniser progressivement le tirage et le tordage de la soie. Une plus grande utilisation de la vapeur comme force motrice fut probablement décisive pour la transformation du secteur, avec d’importantes conséquences sur l’organisation du travail : en particulier, dans la phase du tordage, un meilleur usage de la force motrice produite par un seul moteur pour toute l’usine au lieu de plusieurs petits moteurs31, ce qui permit une diminution des personnes employées32, face à une augmentation des fuseaux.

  • 33 Note sulla trattura e la torcitura della seta distretto della Camera di Milano, Milano, 1885, p. 10 (...)

26La mécanisation intéressa aussi les opérations préliminaires (comme le renvidage) qui dans le système archaïque de production étaient effectuées par un grand nombre d’enfants à domicile ou dans de petites manufactures travaillant pendant de brèves périodes de l’année. L’augmentation des coûts fixes imposait un seuil minimum en deçà duquel il n’était pas intéressant de travailler, comme l’allongement du travail de plusieurs heures par jour et sur toute l’année. Dans ces conditions, les mêmes opérations pouvaient être exécutées par un nombre relativement inférieur d’enfants avec un rendement supérieur. À ce sujet, la chambre de commerce de Milan observa que si la statistique de 1876 avait recensé dans la province un nombre aussi élevé de mineurs dans l’industrie de la soie, c’est parce que l’on avait encore comptabilisé ceux qui effectuaient les « opérations préparatoires [...] dans de petits ateliers à caractère provisoire et instable »33.

27Dès lors, il ne faut pas s’étonner de la réduction drastique (de l’ordre d’environ 50 %) du nombre de mineurs employés dans l’industrie de la soie qui s’est opérée entre 1876 et 1891, comme le montrent les données du tableau 7 : elle concerne surtout la phase du tordage (dont faisait partie le renvidage du filé) et aussi celle du tirage, mais dans une moindre mesure.

  • 34 P. Horn, Children’s work and welfare. 1780-1890, Cambridge, 1994, p. 7.

28Il s’agirait donc d’un des cas où l’emploi des mineurs ait atteint son pic à l’ère de la proto-industrie, plutôt que dans la phase cruciale de l’industrialisation, même si au cours de cette dernière le travail des enfants étaient devenu un facteur important du développement économique34.

  • 35 MAIC, Dirstat, Statistica industriale. Lombardia, p. 201, 404.
  • 36 Ibid., p. 201.

29Par contre, la mécanisation eut un effet contraire sur le tissage car elle rendit cette opération plus facile et moins fatigante, la mettant donc à la portée des femmes adultes comme des ouvrières plus jeunes. Ceci advint juste au moment où la Lombardie était en train de s’affirmer en tant que région productrice de tissus, en plus des filets de soie, grâce à l’utilisation de métiers à tisser mécaniques. Ils furent introduits seulement aux alentours des années 1870, mais leur adoption se diffusa très rapidement. Par exemple, dans la province de Côme on en dénombrait 250 en 1880, 686 dix ans plus tard, et 976 deux ans après ; dans la province de Milan ils se diffusèrent encore plus rapidement, passant de 112 en 1876 à 1 725 en 189635. Lors des dernières décennies du siècle, on assista à une transformation complète du tissage avec l’abandon presque définitif du métier à tisser manuel, qui n’était utilisé désormais que pour la production d’étoffes difficiles et compliquées. La mécanisation entraîna l’expansion de la production de tissus qui à son tour attira un plus grand nombre d’ouvriers, mais cela se fit à rencontre de la main-d’œuvre masculine qui travaillait traditionnellement sur les métiers à tisser manuels. Pour 100 métiers à tisser mécaniques, il fallait en moyenne 215 ouvrières, uniquement des femmes, que ce soit des adultes ou des filles, tandis que pour 100 métiers à tisser manuels, il fallait 100 tisseurs ou tisseuses, plus 70 ouvriers, hommes et femmes36, même s’il n’est pas facile de faire des comparaisons en raison des différences de productivité entre les métiers à tisser manuel et mécanique. C’est dans cette phase de développement du tissage que les mineurs passèrent de 3 373 en 1891 à 3 555 en 1903.

  • 37 S. Zaninelli, Aspetti economico-produttivi, p. 48-50.

30Entre 1903 et 1911, le tissage enregistra une contraction du nombre de filles employées, tout comme le tirage et le tordage (cf. tabl. 7) : il est possible que la loi de 1902 sur la tutelle du travail infantile commençât à faire effet, car elle fixait à douze ans l’âge minimum pour être embauché en usine, mais plus probablement d’autres facteurs sont intervenus. Bien que la plupart des innovations dans le secteur de la soie aient déjà été réalisées, dans la première décennie du siècle il y eut d’autres améliorations qui permirent d’économiser de la main-d’œuvre dans la phase de l’étouffage et du séchage des cocons et surtout dans le tissage, tandis que la phase relativement plus faible restait celle du tirage, où le travail demeurait l’élément essentiel face à la machine malgré d’importantes innovations37. Tout ceci se déroula alors que le secteur de la soie lombarde fut confronté à des difficultés qui se firent spécialement sentir à partir de 1907 parmi les producteurs les moins efficaces.

Tabl. 7 – Mineurs employés dans les trois phases principales de fabrication de la soie

Tabl. 7 – Mineurs employés dans les trois phases principales de fabrication de la soie

Sources : pour les années 1876, 1903, 1911, cf. tabl. 1 ; pour 1891, cf. « L’industria della seta », Annali di statistica, XXXVII

31Il faut toutefois observer que la contraction fut plus marquée pour les ouvriers adultes que pour les mineurs, comme le montre l’évolution du nombre d’enfants pour 100 adultes employés dans le secteur de la soie : en effet, ils étaient environ 25 sur 100 en 1903, mais près de 27 sur 100 huit ans plus tard.

Tabl. 8 – Main-d’œuvre employée dans le secteur de la soie

Tabl. 8 – Main-d’œuvre employée dans le secteur de la soie

Les totaux annuels de ce tableau sont différents de ceux du tableau précédent, parce qu’ils tiennent compte aussi des mineurs employés dans les usines séricicultrices ou dans les opérations différentes des trois opérations fondamentales, comme le travail des restes d’étoffe.
Source : cf. tabl. 7

Le secteur du coton

  • 38 A. Moioli, « Assetti manifatturieri nella Lombardia politicamente divisa della seconda metà del Set (...)
  • 39 Ibid., p. 95.
  • 40 A. Cova, « Tradizione e innovazione nel mutato contesto politico e territoriale dell’età francese » (...)
  • 41 R. Romano, La modernizzazione, p. 68 et suivantes.

32Des caractéristiques assez différentes définissaient l’industrie du coton. Avant tout, le coton n’était pas une activité traditionnelle en Lombardie. Tout au long du XVIIIe siècle, malgré la production de tissus de futaine mixtes en lin et coton, le coton ne faisait pas partie des principales industries textiles38. La production de toiles de coton fut introduite après le milieu du siècle, et à l’époque elle représentait encore « une nouveauté »39. Le secteur du coton connut un développement raisonnable sous le régime français40 ; cependant dans les années 1830-1840, c’était encore un « petit secteur chancelant »41. À la veille de l’unité italienne, malgré les améliorations apportées, seul le secteur de la filature utilisait des machines sophistiquées provenant de l’étranger, alors que la majeure partie des métiers à tisser étaient manuels et utilisés à domicile. Au cours des décennies suivantes, ce secteur devint plus dynamique grâce aux mesures protectionnistes de 1878 : le nombre de fuseaux ainsi que celui des métiers à tisser mécaniques augmenta considérablement et désormais un système de production industrielle à grande échelle était en train de s’affirmer, même si le tissage à domicile existait encore. Dès 1893, la Lombardie se trouva à la tête de l’industrie cotonnière nationale, et entre 1904 et 1908 elle consolida sa position avec un exceptionnel développement de son appareil productif.

  • 42 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 286.

33L’évolution de l’emploi fut liée de manière moins que proportionnelle à l’expansion du secteur : alors que le nombre de fuseaux augmenta entre 1876 et 1911 d’environ dix fois et celui des métiers à tisser mécaniques de seize fois, la main-d’œuvre crût « seulement » de presque quatre fois42. Néanmoins, on observa des tendances fortement différenciées quant à l’évolution de la main-d’œuvre selon l’âge et le sexe.

Tabl. 9 – Main-d’œuvre employée dans le secteur du coton

Tabl. 9 – Main-d’œuvre employée dans le secteur du coton

Source : cf. tabl. 1 et R. Romano, L’industria cotoniera, p. 287-288

Graph. 2 – Main-d’œuvre dans le secteur du coton

Graph. 2 – Main-d’œuvre dans le secteur du coton

34Le développement du secteur cotonnier, entre 1896 et 1903, comme le montrent les données du tableau et du graphique ci-dessus, absorba une partie importante de la main-d’œuvre féminine, avant tout des ouvrières (+56 %) mais aussi des fillettes (+45 %). Les ouvriers adultes augmentèrent aussi, mais de manière moins importante (+36 %), les seuls exclus de cette expansion furent les jeunes garçons. La situation des années suivantes est totalement différente ; le nombre d’ouvriers adultes demeura pratiquement stable, et cette industrie sembla préférer la main-d’œuvre infantile qui augmenta d’environ 33 %.

Tabl. 10 – Taux de variation de la main-d’œuvre dans le secteur du coton

Tabl. 10 – Taux de variation de la main-d’œuvre dans le secteur du coton
  • 43 Il lavoro delle donne e dei fanciulli. Nuova legge e regolamento 19 giungo 1902-28 febbraio 1903. T (...)

35Cette différence d’évolution de l’emploi entre les mineurs et les ouvriers adultes modifia les rapports au sein de la main-d’œuvre, et ce de manière évidente si l’on différencie les sexes : en ce qui concerne les femmes, le rapport varie de 1 à 4 en 1896, de 1 à 4,5 en 1903 et de 1 à 3,5 en 1911. Donc, dans le secteur du coton comme dans celui de la soie, l’emploi des enfants semble devenir relativement plus important après 1903. C’est un résultat surprenant car on aurait vraiment pu penser le contraire avec la promulgation en 1902 de la loi qui fit passer de neuf à douze ans l’âge minimum autorisé pour être admis en usine, même si, de manière transitoire, les enfants de dix ans qui travaillaient déjà au moment de l’entrée en vigueur de la loi (juin 1903) purent conserver leur emploi. De toute manière, la population active des mineurs était réduite de la tranche d’âge des neuf-douze ans, voire d’une tranche d’âge supérieure car la loi de 1886 avait été peu respectée et il n’était pas rare que des fillettes d’un âge inférieur à neuf ans aient été employées dans les manufactures. D’autre part avant même la promulgation de la loi, les enfants entre dix et douze ans ne devaient pas représenter un pourcentage dérisoire car, à la suite de vérifications effectuées dans certains ateliers industriels au cours de l’année 1900, on avait découvert que « sur 6 231 enfants employés, 15,20 % avaient moins de douze ans, tandis qu’en 1888, ils étaient 33,76 % »43.

  • 44 MAIC, Ufficio del lavoro, L’ispezione del lavoro. Studi sull’organizzazione del servizio di vigilan (...)

36Cette même loi de 1902 avait aussi fortement limité l’utilisation des mineurs dans le travail nocturne et la durée de la journée de travail, comme elle avait établi le repos hebdomadaire. Il est probable qu’il devint nécessaire d’embaucher plus de mineurs que dans le passé pour exécuter la même quantité de travail. En effet, si lors du débat sur le projet de loi les désaccords les plus forts et les hostilités les plus vives provinrent principalement des entrepreneurs du secteur de la soie, les propriétaires de filatures de coton protestèrent aussi contre la réduction d’horaire, l’abolition du travail nocturne pour les mineurs et les femmes, ainsi que l’obligation du repos férié44. Une fois cette loi approuvée, il ne resta plus qu’à recourir à des relèves d’ouvriers pour ne pas modifier l’organisation de la production, au moins tant que continua la phase d’expansion de l’outillage et de la production, avec son apogée dans les années 1905-1907.

  • 45 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 293, n. 2.
  • 46 Ibid., p. 336-339.

37Toutefois, on ne peut exclure un certain rôle joué par la différence de salaire entre les ouvriers adultes et les enfants. Comme l’a observé R. Romano, « parmi les différentes hypothèses que l’on peut faire pour expliquer les données de 1911 [...], il y a aussi celle de la crise qui avait touché le secteur, les industriels recouraient plus volontiers à du personnel coûtant nettement moins cher »45. La minimisation des coûts a évidemment toujours conditionné les choix des entrepreneurs, mais elle a pu devenir un impératif plus pressant à partir de 1908 en concomitance avec la phase de difficultés caractérisée par une surproduction. De plus, il faut observer que le coût du travail, même s’il restait maîtrisé par rapport aux autres coûts, enregistrait probablement une tendance à la hausse : on a estimé que dans les filatures, en excluant le prix des matières premières, son poids était d’environ 33 % en 1891 et 42 % en 1914 ; pour le tissage, les données sont plus incertaines, toutefois elles laissent supposer qu’en 1886 le coût du travail oscillait entre 10 et 25 % du coût total, en excluant le prix du filé, et il était d’environ 25 % en 191146.

  • 47 Dans le secteur cotonnier, il y eu 39 grèves avec 7 173 grévistes en 1905 contre 45 grèves et 11 73 (...)
  • 48 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 324-326.

38En plus d’un bas salaire, la main-d’œuvre plus jeune présentait aussi l’avantage d’être moins impliquée dans les grèves qui s’intensifièrent avec le nouveau siècle dans le secteur textile, et dans la branche du coton en particulier47. Elles avaient pour objectif d’obtenir des améliorations dans l’organisation de la production, mais aussi dans les conditions de travail48.

  • 49 Il lavoro delle donne e del fanciulli, p. 62.
  • 50 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 40.

39Il y avait également une autre raison pour laquelle les entrepreneurs pouvaient préférer les jeunes ouvrières : la loi de 1902 dont nous avons déjà parlé, en plus de réglementer le travail des mineurs, essaya pour la première fois de fixer des règles en ce qui concerne la maternité en imposant une période d’un mois d’arrêt de travail après l’accouchement, décourageant ainsi les industriels impliqués dans les nouvelles dispositions d’employer des femmes plus exposées au risque de grossesse. D’après les données nationales relatives à la répartition par âge des ouvrières dans l’industrie textile en 1907, plus de la moitié des ouvrières avaient entre douze et vingt et un ans49. On peut penser que ces données étaient assez représentatives de la situation lombarde puisque, « à peu d’années de la Première Guerre mondiale, le secteur du coton était [...] une industrie principalement lombarde »50.

Débats sur la réglementation du travail des enfants

  • 51 S. Zaninelli, « Il lavoro dei fanciulli nell’industria lombarda alla metà del secolo XIX », dans An (...)

40Les données reportées ci-dessus montrent que, dans l’ensemble, la contribution de la main-d’œuvre composée de mineurs a été importante dans le développement industriel de la Lombardie. Mais cette contribution ne fut pas sans coûts, et la société italienne dut affronter le problème du travail des enfants dans les usines de la même manière que les autres pays industrialisés, voire avec un certain retard parce que l’industrialisation fut plus tardive. De fait, en Lombardie, déjà à partir des années 1840, en raison de la protoindustrialisation diffuse qui caractérisait la région, l’emploi des enfants avait commencé à se profiler comme un réel problème social, attirant l’intérêt des journalistes et des philanthropes qui dénoncèrent les conséquences négatives du travail sur le développement physique et moral des enfants51. L’administration publique se pencha aussi sur le problème, parce qu’elle s’inquiéta d’une part du taux de scolarité très bas dû, à son avis, au conflit entre l’émergence du travail dans les manufactures et l’accomplissement de l’obligation scolaire, d’autre part de la dégradation des conditions physiques des jeunes destinés à l’armée et enfin de la croissance des accidents du travail. Une disposition fut promulguée par le gouvernement autrichien de la Lombardie en 1843 : elle fixait à neuf ans l’âge minimum pour commencer à travailler, imposait un horaire flexible en fonction de l’âge des enfants, interdisait le travail de nuit et prohibait les punitions corporelles.

41Avec l’unification du pays, ces mesures qui étaient déjà incomplètes au départ et qui n’avaient jamais été respectées, furent complètement abandonnées. La nécessité de réglementer le travail des mineurs ne fut débattue de nouveau qu’à partir des années 1870, lorsqu’elle était désormais devenue incontournable, soit parce que l’emploi des enfants était en train de se modifier avec leur passage dans la fabrique, soit parce qu’une législation en la matière avait déjà été approuvée, bien que difficilement, dans les pays les plus avancés sur le plan économique et social.

42Le débat repartait d’une position plus rétrograde, parce que l’on se demandait même si une loi sur le travail des mineurs ne heurtait pas la liberté économique des industriels. Il est vrai que ce point de vue n’était pas majoritaire ; la plupart des observateurs soulignaient les réels intérêts de la société : celle-ci, faute de réglementation, payait un coût élevé pour un travail infantile trop précoce et trop fatigant qui engendrait de mauvais soldats, une force de travail faible et peu instruite, et de graves risques pour la race.

  • 52 S. Bonomi, « Sul lavoro dei fanciulli negli opifici », extr. de Annali universali di medicina, v. 2 (...)
  • 53 M. Amar, « Sullo stato attuale delle leggi europee sul lavoro delle donne e dei fanciulli », dans G (...)
  • 54 E. Becchi, « L’Ottocento », dans Storia dell’infanzia, v. 2, Dal Settecento a oggi, sous la directi (...)
  • 55 S. Bonomi, « Sul lavoro », loc. cit., p. 17-8.

43Il y avait aussi une partie (modeste) de la société qui était plus sensible aux besoins des classes défavorisées et qui réclamait l’intervention de l’État pour empêcher les abus sur les mineurs perpétrés par des entrepreneurs, voire même des familles, « tous deux intéressés à un gain présent pour en tirer le plus haut profit, sans penser au bien-être et à l’avenir de l’enfant »52. Enfin il y avait quelques personnes qui jugèrent contraire aux lois naturelles que les enfants en bas âge contribuent au soutien économique de leur famille, dans une espèce de renversement des rôles familiaux53. Ainsi défini, le travail des enfants apparaissait impropre aux yeux des rares philanthropes et politiciens préoccupés par l’exploitation de l’enfance et sa mise en danger54 ; il s’insérait dans un débat en cours plus vaste sur la tutelle de l’enfance en général. La réglementation et la protection du travail des mineurs, que ce soit en usine ou au sein de la famille, devenaient alors un devoir de l’État ; il ne s’agissait pas d’ingérence dans la vie privée, parce que « les usines n’[étaient] pas un domicile privé », et que même la famille ne pouvait être considérée comme un « asile inviolable », où le père pouvait infliger à ses enfants des traitements qui à l’extérieur auraient été non seulement blâmés, mais aussi punis55.

  • 56 Annali di statistica, fasc. LU, Statistica industriale. Notizie... per la provincia di Como, p. 88.
  • 57 S. Zaninelli, « Aspetti economico-produttivi, di mercato e tecnologici », dans Storia dell’industri (...)

44Il existait donc plusieurs opinions dans le débat sur la réglementation du travail des enfants, elles étaient comprises entre deux extrêmes : ne le soumettre à aucune restriction ou bien l’interdire totalement. Ce dernier point de vue, en réalité, n’était pas largement partagé, parce que la préoccupation des politiciens et même des philanthropes n’était pas uniquement le travail des enfants, mais plutôt les conditions dans lesquelles il se déroulait dans les fabriques et dans les mines. Les enfants employés dans l’agriculture, pas toujours dans de bonnes conditions, ne préoccupaient personne, tout comme ceux de l’industrie à domicile. Le travail des enfants à domicile se déroulait dans de petites unités productives où ils aidaient un artisan, souvent un membre de la famille, qui était libre de fixer leurs horaires de travail. Au contraire, dans les fabriques on travaillait sous le contrôle direct du patron, pendant douze à quatorze heures, même pendant la nuit, et pendant environ 290 jours par an aussi bien dans les soieries56 que dans les usines cotonnières57, voire même 360 jours dans les fabriques les plus grandes.

  • 58 S. Bonomi, « Sul lavoro », loc. cit., p. 3.

45Néanmoins on s’efforçait de représenter le travail en fabrique comme un travail aisé parce que les machines, grâce à l’innovation technologique, demandaient seulement de l’agilité et de l’attention, plutôt que de la force physique. Par exemple, on décrivait le travail à effectuer sur le métier à tisser dans les industries de la soie des environs de Côme comme un travail très facile parce que les femmes et les jeunes filles devaient seulement « assister » le métier58 : en somme, c’était lui qui travaillait !

  • 59 J. Mokyr, The lever of riches. Technological creativity and economic progress, New York, 1990.
  • 60 S. Bonomi, « Sul lavoro », loc. cit., p. 12.

46Il est vrai que l’usage du métier à tisser mécanique avait transformé les tisserands d’artisans qualifiés en gardiens de machines59, mais la réalité n’était pas si agréable : les jeunes filles restaient debout pendant douze à quatorze heures, clouées devant les machines, sans la moindre interruption, toujours à la même place. « Tout cela équivalait à une torture »60, dénonçait Serafino Bonomi, un médecin de Côme qui connaissait très bien les conditions de travail dans les industries de soie de la zone.

L’enquête de 1879

  • 61 T.L. Rizzo, La legislazione sociale della nuova Italia (1876-1900), Napoli, 1988, p. 256 et suivant (...)
  • 62 Archivio di statistica, v. II (1877-78), fasc. IV, p. 93. Cf. aussi D. Bretoni Jovine, L’alienazion (...)

47En résumé, les attitudes envers le travail des mineurs étaient très différentes. Dès lors, il n’est pas surprenant que dans les années 1870 plusieurs projets de loi fussent présentés au Parlement italien61, chacun d’entre eux proposant une solution plus ou moins drastique aux problèmes centraux du travail des enfants : l’âge d’admission, la durée de la journée de travail, l’interdiction du travail de nuit et la définition du repos hebdomadaire. Les sujets à traiter n’étaient pas limités et des intérêts antagonistes se concentraient sur chacun d’eux. Aussi en 1879, il sembla convenable au MAIC de connaître les jugements des entrepreneurs et des institutions sur le nouveau projet de loi qui devait être discuté au Parlement. Il fut soumis à l’avis des autorités locales (préfets, maires, conseils provinciaux de santé), des associations économiques (chambres de commerce, sociétés de mutualité) et aux mêmes entrepreneurs. L’enquête fut conduite au niveau national grâce à un formulaire qui comportait quinze questions, dont certaines avaient pour but de recueillir des informations sur les conditions dans lesquelles se déroulait le travail infantile (degré d’instruction, horaires, âges d’admission, repos, salaire, etc.) ; d’autres par contre demandaient d’évaluer les conséquences d’un travail trop précoce ou fatigant, ainsi que les éventuels « dommages » que la loi aurait provoqués aux industriels et aux familles62. Enfin, les personnes interrogées devaient se prononcer sur la proposition de loi qui avait été élaborée.

  • 63 Archivio di statistica, v. V (1880), fasc. III, p. 355.

48On obtint 880 réponses, pas toujours parfaitement claires. Toutefois les données obtenues fournirent des renseignements précis sur la diffusion du travail des mineurs dans les fabriques et sur les conditions dans lesquelles il se déroulait. En outre, les résultats permettaient d’avoir une idée de la manière dont les personnes soumises à l’enquête jugeaient la nécessité de la loi et sa portée : 790 personnes interrogées y étaient favorables, soit de manière inconditionnelle, soit en proposant des modifications ; 60 la rejetèrent en bloc ; enfin 30 ne s’étaient déclarées ni pour ni contre63. De ces résultats, il semble que la presque totalité des personnes interrogées était acquise à la loi, mais dans le même temps on soulignait que celle-ci était nécessaire seulement en cas d’abus, c’est-à-dire si le travail était inadapté à l’âge de l’enfant. C’est alors sur ce point que les positions divergeaient. Par exemple, la chambre de commerce de Bergame pensait qu’il n’était pas excessif de faire travailler les enfants entre huit et dix ans car, sauf quelques « rares exceptions », ils avaient des tâches « peu ou pas du tout fatigantes » dont la durée ne dépassait « jamais douze heures ».

49Il va sans dire que les entrepreneurs et les chambres de commerce, organisations proches des entrepreneurs, voulaient en général une loi moins restrictive que celle proposée, tandis que les conseils provinciaux de santé et les sociétés de mutualité demandaient une intervention plus ferme de la part de l’État. Il faut aussi souligner qu’aucun ouvrier ne fut consulté, de sorte que le jugement de la classe ouvrière manque totalement.

50Les entrepreneurs dégageaient aussi leurs responsabilités des dommages qui caractérisaient le travail des enfants dans la fabrique. On admettait que dans les filatures, des jeunes filles de six ou sept ans étaient employés, mais on se dépêchait de faire remarquer qu’il s’agissait de travaux peu fatigants et destinés à aider leurs mères. De la même manière, on admettait que les jeunes filles travaillent quinze heures par jour mais on précisait « seulement en été » et que la « moyenne réelle de la durée du travail était de onze ou douze heures par jour ».

51Dans les réponses données par les entrepreneurs, il est possible de voir aussi des contradictions très fortes. Par exemple, ils admettaient que les enfants n’étaient pas instruits, mais la cause n’était pas dans la précocité du travail ni même dans l’absence de temps pour fréquenter l’école : la cause était à rechercher dans le manque d’attention des parents envers leurs enfants.

  • 64 La « loi Coppino » du 15 juillet 1877.

52Pour respecter la loi qui venait de fixer l’instruction obligatoire jusqu’à neuf ans64, les entrepreneurs proposaient d’instituer des cours du soir ou du dimanche. Évidemment, c’était une proposition qui ne pouvait pas être prise sérieusement en considération, toutefois peu de personnes faisaient remarquer que les enfants étaient trop fatigués le soir et qu’ils avaient besoin de repos.

53On enquêta aussi sur les conditions d’hygiènes des usines. Il va sans dire que les réponses des entrepreneurs étaient plutôt optimistes, malgré quelques voix discordantes. Il semble difficile de croire que le travail se déroulait dans un milieu sain et approprié comme on le prétendait, parce que les usines étaient situées dans des locaux de fortune qui commencèrent à être remplacées par des ateliers étudiés et réalisés sur mesure seulement à partir des années 1870.

54Au sujet des conséquences économiques de la loi, les opinions étaient encore plus variées. Presque tous les entrepreneurs jugeaient que la loi provoquerait un dommage aux industries et aux familles, sans aucun avantage en contrepartie ; il y en avait quelques-uns qui jugeaient la loi dangereuse seulement pour les familles et, sous couvert d’une préoccupation hypocrite envers les enfants, protégeaient en réalité leurs propres intérêts.

55Les conseils sanitaires, les maires et quelques chambres de commerce avaient une position contraire : ils étaient d’accord sur le fait que la loi provoquerait une perte économique pour les entreprises et les familles, mais ils pensaient que cette perte serait compensée par l’amélioration de l’instruction des enfants. Enfin, très peu de personnes interrogées furent complètement favorables à la loi. Celles-ci jugèrent qu’elle générerait des avantages pour la société et même pour les entrepreneurs, parce que les personnes ayant une santé fragilisée par un travail précoce ne seraient plus un poids pour la société, tandis que la main-d’œuvre deviendrait plus résistante et mieux formée, avec de grands bénéfices pour les industriels eux-mêmes.

Les enfants dans le processus de production industrielle

  • 65 MAIC, Notizie.
  • 66 V. Ellena, La statistica, p. 55-56.
  • 67 Ibid., p. 63-64.

56On doit toutefois remarquer que dans les réponses données par les entrepreneurs il y avait aussi quelque chose de vrai. Par exemple, le coût du travail était effectivement un point fondamental pour l’industrie lombarde naissante. À l’époque, les entreprises étrangères devaient déjà se soumettre à des normes restrictives sur l’emploi des femmes et des mineurs, mais leurs productions étaient à capital beaucoup plus productif que celles d’Italie. Les machines utilisées étaient plus modernes, par conséquent la productivité par ouvrier était supérieure. C’est justement au cours des années où eut lieu le débat sur les propositions de loi, que l’enquête statistique (dont nous avons déjà parlé) portant sur les conditions de certaines industries italiennes65 montrait la différence existant entre la situation italienne (et lombarde) et celle des pays déjà industrialisés ou en cours d’industrialisation. Le fait que l’enquête recensa 1 800 usines fabriquant de la soie ne doit pas nous induire en erreur, parce qu’en observant d’autres paramètres fournis par la même enquête on s’aperçoit que l’industrie de la soie était arriérée. Elle ne s’était pas encore organisée en grands ateliers, et continuait à s’implanter un peu partout, dans des fermes et des locaux de fortune, où l’on pouvait regrouper des cuves et des fuseaux, même en quantités modestes, qui fonctionnaient pendant des laps de temps limités. En ce qui concerne l’industrie du coton, il est vrai qu’elle avait déjà des établissements comme siège privilégié, mais la même étude statistique de 1876 recensa seulement 159 ateliers dont le nombre d’ouvriers par fuseau était supérieur à celui des autres pays, si bien que « chez nous [le coton était] encore à ses balbutiements »66. Cela était lié à deux raisons différentes. Avant tout à l’absence de spécialisation de l’industrie du coton elle-même. Par exemple « les filatures anglaises [filaient] toujours les mêmes numéros », tandis que les filés qui étaient produits en Lombardie allaient en moyenne du numéro 6 au numéro 3067 ; le même atelier produisait souvent aussi bien des filés simples que des filets de coton torse ; quelquefois il teignait même ses produits et pour cette tâche il avait besoin d’ouvriers supplémentaires ; quels que soient les dimensions et le nombre de fuseaux, il fallait une dotation presque similaire en outillage. En outre, il convenait de faire face au manque général de spécialisation caractérisant l’industrie italienne, et les établissements cotonniers, ainsi que les autres, étaient obligés de se doter d’un service interne d’entretien et de réparation des machines, en raison de l’absence d’ateliers de réparation aux alentours.

  • 68 V. Zamagni, Dalla perifieria al centro, p. 117-119.
  • 69 C. Bardini, Senza carbone nell’età del vapore. Gli inizi dell’industrializzazione italiana, Milano, (...)

57Certes, si on laisse de côté les premières décennies, lorsque l’écart avec les pays déjà industrialisés était effectivement difficile à combler, les données du problème pourraient s’inverser pour la période suivante et on pourrait objecter que l’industrie lombarde est longtemps restée labour intensive justement parce que, au lieu de se moderniser, elle préférait continuer à exploiter les deux ressources dont elle disposait en abondance, la main-d’œuvre et la force motrice hydraulique. Toutefois, il ne faut pas oublier que la faible capacité d’utiliser des techniques plus avancées ainsi que la faible expérience des entrepreneurs68, mais aussi le coût du charbon, qui était effectivement plus élevé en Italie d’environ 30 % par rapport à l’étranger, décourageant ainsi l’adoption de la vapeur69 et de machines-outils plus complexes, pesaient sur le retard technologique du pays.

  • 70 R. Romano, La modernizzazione, p. 19.
  • 71 Ibid., p. 212-216.

58Malgré tout, l’industrie de la soie et surtout celle du coton se lancèrent dans l’innovation, mais la disponibilité d’une main-d’œuvre dont le « prix » était le plus bas possible resta encore longtemps l’avantage structurel de l’industrie lombarde (et italienne)70. On peut donc objecter contre le fait que la mécanisation ait poussé à une diminution de l’utilisation des mineurs dans l’industrie textile, sauf dans la phase du passage de la forme d’organisation de la protoindustrialisation à celle de la fabrique. Comme nous l’avons observé dans les pages précédentes, même si l’on ne peut exclure aussi une stratégie de réduction des coûts mise en place par les industriels du secteur textile pour faire face aux difficultés apparues après 1907, l’importance relative des enfants semble en fait augmenter justement dans la première décennie du XXe siècle, parallèlement à la modernisation des structures productives dans le secteur textile. Au début du siècle, de forts investissements furent réalisés dans le secteur du coton, la productivité par ouvrier augmenta, la croissance de la main-d’œuvre fut en effet proportionnellement inférieure à celle de l’outillage71 et pourtant les entrepreneurs du secteur cotonnier choisirent plutôt des mineurs que des ouvriers adultes.

  • 72 G. Federico, Il filo d’oro, p. 55-56.

59En d’autres termes l’abondante main-d’œuvre, qui était de ce fait à bon marché, avec peu ou pas du tout de formation, comme les filles et les fillettes des familles paysannes, constitua plutôt un avantage pour la mécanisation72 grâce à laquelle certaines phases de fabrication du coton et de la soie devenaient plus faciles et moins fatigantes.

60La préoccupation des entrepreneurs de ne pas priver les familles des maigres salaires des enfants, même s’ils y trouvaient un avantage évident, avait un fondement réel et était la conséquence directe de la localisation des manufactures textiles. Dès le début de la proto-industrialisation lombarde, celles-ci étaient à la recherche de deux facteurs : une offre de main-d’œuvre bon marché et une disponibilité de la force motrice pour les machines, qui pouvait être fournie par les fleuves, du moins avant l’utilisation de la vapeur à grande échelle. On trouvait ces deux facteurs regroupés dans un espace bien défini de la Lombardie, en particulier dans le bassin de l’Olona, dans les vallées Brembana et Seriana, le long des berges du lac Majeur, dans la zone de Monza, le long de l’Adda. À partir de la fin du XVIIIe siècle, dans l’ensemble de cette zone de collines le remplacement des contrats de métayage par de nouveaux contrats mixtes (dits fitto misto a grand) produit des changements considérables dans l’agriculture de la région, qui entraînèrent une forte baisse du niveau de vie des familles métayères.

  • 73 P. R. Corner, Contadini e industrializzazione. Società rurale e impresa in Italia dal 1840 al 1940, (...)
  • 74 R. Merzario, « Città-campagna : vicende della « gens comacina » tra Settecento e Ottocento », dans (...)
  • 75 P. R. Corner, Contadini e industrializzazione, p. 56.

61Pour compléter leurs faibles revenus agricoles, ces populations se consacrèrent à certaines activités extra-agricoles, comme l’élevage des vers à soie et le travail du filé73 Au début du XIXe siècle, le secteur de la soie était devenu une activité des villages et l’on trouvait partout des femmes et des filles qui travaillaient la soie sous forme d’industrie domestique. Le travail de tordage et de renvidage était considéré parti intégrante de l’élevage des vers à soie et il était si important pour les filles que souvent l’outil utilisé pour ces opérations faisait partie de leur dot74. Quand, au cours du XIXe siècle, la mécanisation progressive du procédé de filature entraîna petit à petit la disparition de l’industrie à domicile, et que les établissements de dimension plus importante se diffusèrent, les femmes et les filles « se lancèrent dans la lutte pour trouver un emploi dans les fabriques »75. La mécanisation du tissage, même si elle fut plus tardive, ainsi que le développement de l’industrie cotonnière firent le reste.

  • 76 G. Consonni, G. Tonon, « Alle origini della metropoli contemporanea », dans Lombardia. Il territori (...)
  • 77 Atti della Giunta per l’Inchiesta agraria e sulle condizioni della classe agricola, Roma, 1881, v. (...)
  • 78 Ibid., p. 204.
  • 79 M. Nejrotti, « Aspetti della condizione femminile nel comasco alle origini dell’industrializzazione (...)

62La transition de l’agriculture à l’industrie ne se fit donc pas avec l’élimination immédiate du travail des champs. Le travail industriel resta longtemps un complément du travail agricole, et il semble que le phénomène de l’ouvrier-paysan ait duré plus longtemps qu’ailleurs76. La plupart des familles avaient « quelques femmes ou quelques enfants qui gagn[ai]ent un salaire en travaillant dans l’industrie, tout en cohabitant avec le reste de la famille agricole »77. Le personnage type de l’industrie textile du alto Milanese et de la province de Côme fut donc une femme ou une fille ouvrière issue d’une famille rurale. Leur salaire était un maigre complément de revenus, mais il permettait de passer de l’indigence dans laquelle vivaient les familles dépendant exclusivement de l’agriculture, à de meilleures conditions de vie. Ainsi, les familles utilisant la même surface de terre pouvaient disposer de revenus très différents, si bien que l’enquête agricole Jacini ne réussit pas à déterminer le revenu moyen des familles agricoles de cette zone, « le facteur des salaires industriels intervenant presque toujours, de manière plus ou moins forte »78. Il n’était pas rare que les parents eux-mêmes demandent l’embauche de leurs filles dans une filature ou une fabrique, ou se vantent du fait que leurs filles y travaillaient douze ou quatorze heures par jour pour un salaire mesquin79.

  • 80 R. Romano, La modernizzazione, p. 18.

63Le fait que l’agriculture demeura une ressource extrêmement importante pour la population, sans toutefois permettre la survie du noyau familial, permit aux industriels de maintenir de faibles salaires, même au-dessous du niveau de subsistance, surtout dans le cas des enfants, et c’est aussi pour cette raison que « le retard des campagnes était maintenu presque artificiellement »80.

Les lois de 1886,1902 et 1907

  • 81 Sur les différents projets de loi, sur les précédentes dispositions normatives, et enfin sur la loi (...)
  • 82 S. Bonomi, Sul lavoro dei fanciulli, p. 9.

64Après beaucoup de débats81, le 11 février 1886 une loi fut finalement promulguée, qui interdit aux enfants mineurs de neuf ans de travailler dans les usines et dans les mines. La limite de neuf ans était le résultat d’un compromis auquel s’était soumise la volonté réformatrice de l’État italien sous la pression des entrepreneurs. Dans les manufactures textiles, en particulier dans les filatures de soie, la formation des enfants commençait à partir de six-huit ans82 ; la loi éliminait alors (au moins en théorie) un quota de main-d’œuvre des ouvriers les plus jeunes (presque 10 % en Lombardie), mais les entreprises lombardes conservaient encore un certain avantage par rapport à celles des autres nations européennes qui avaient déjà promulgué une législation plus stricte en la matière. À l’étranger, l’âge minimum pour être employé variait de dix ans, par exemple en Angleterre, en Espagne, en Hongrie, au Danemark, à quatorze ans en Suisse. Mais, sauf en Hongrie, le jeune âge d’admission était compensé par une durée de la journée de travail plus courte qu’en Italie. Par exemple en Angleterre, la limite de dix ans était corrigée par un horaire maximum de six heures par jour, jusqu’à l’âge de quatorze ans. Selon la loi italienne de 1886, la journée de travail était fixée à huit heures jusqu’à douze ans. Quant au travail de nuit, il fut aboli pour les enfants qui avaient moins de douze ans, et autorisé à six heures au maximum pour ceux ayant entre douze et quinze ans.

  • 83 Conseil de santé de circonscription.

65En outre, les mineurs de quinze ans devaient présenter un certificat médical du « Consiglio circondariale di sanità »83 pour être embauchés, alors que pour ces mêmes jeunes l’employeur, en plus du certificat, devait avoir un livret sur lequel apparaissaient l’état civil, les informations sur les vaccinations effectuées et le niveau d’instruction atteint. Le repos hebdomadaire était totalement absent de cette loi.

  • 84 T.L. Rizzo, La legislazione sociale, p. 266.

66D’après le règlement exécutif, cette législation s’appliquait aux ateliers industriels, c’est-à-dire aux entreprises « où l’on effectuait des travaux manuels de nature industrielle à l’aide d’un moteur mécanique ou d’un feu continu » quel que soit le nombre d’ouvriers employés, ou encore aux ateliers où au moins dix ouvriers travaillaient en continu84. Les contrôles sur l’application de la loi furent délégués aux inspecteurs préposés et aux ingénieurs des mines.

67Dans l’ensemble, la loi présentait des lacunes et était peu sévère : elle semble plus attentive aux exigences de l’industrie qu’à la protection des enfants ouvriers. C’est, peut-être, un exemple du « transformisme » qui caractérisa le régime parlementaire et les programmes gouvernementaux italiens après les élections de 1882, qui favorisaient un certain clientélisme. D’autre part, cette même coalition transformiste avait consolidé le pouvoir des différents groupes bourgeois ; elle défendait donc les intérêts des industriels et des propriétaires fonciers du Nord et du Sud, une partie très limitée de la population, tandis qu’elle ignorait les exigences et les agitations qui parcouraient les masses populaires, interrompant ainsi la déjà faible action réformatrice lancée par le gouvernement précédent.

  • 85 Ibid., p. 263.

68Toutefois, les carences les plus graves émergèrent lors de la mise en vigueur de la loi. À ce propos-là, des doutes étaient déjà apparus durant le débat parlementaire, on craignait que la loi ne fut pas capable de modifier l’état des choses tant que l’on ne serait pas arrivé à éliminer la misère dans laquelle étaient ceux que l’on désirait protéger85. En effet, les familles indigentes des jeunes ouvriers n’avaient aucun intérêt à respecter la loi parce qu’elles avaient trop besoin d’un salaire, même maigre.

69Quelques années après la promulgation de la loi, il n’y avait pas de doute que la protection du travail des enfants attendait encore une solution. Il se peut que la loi ne fût pas respectée surtout en Italie du sud, tandis qu’au Nord, où il y avait des fabriques de grandes dimensions, il était moins facile de la contourner – et nous avons vu de par les statistiques qu’elle eut quelques effets dans le cas de la Lombardie.

70Le retard de la loi italienne, dans son contenu comme dans son application, par rapport aux lois étrangères apparut clairement à la Conférence internationale du travail qui eut lieu à Berlin en 1890, pendant laquelle on souhaita que les mineurs de moins de douze ans ne fussent pas employés dans les fabriques. Toutefois, la question fut de nouveau posée après plus d’une décennie et surtout après l’avènement du gouvernement progressiste de Giovanni Giolitti (1901-1913), qui montra une sensibilité supérieure envers les problèmes du travail, en essayant de concilier les revendications des travailleurs et les prétentions du capital. Le champ d’intervention le plus important fut celui de la protection de la main-d’œuvre des mineurs et des femmes, et on arriva à la promulgation d’une nouvelle loi en juillet 1902. À ce moment-là, l’âge minimum pour être admis au travail en fabrique passa à douze ans et la durée de la journée de travail fut fixée à onze heures pour les enfants jusqu’à quinze ans.

71Pour la première fois le repos hebdomadaire fut défini légalement.

  • 86 MAIC, Ufficio del lavoro, Relazione sull’applicazione della legge 19 giugno 1902 n. 242 sul lavoro (...)

72Ces mesures ne s’alignaient certainement pas sur celles des pays plus évolués sur le plan de la protection sociale. Par exemple, il y avait d’autres pays où l’âge minimum était égal à celui fixé en Italie, mais la durée de travail était d’environ six heures ; et lorsque la durée de travail était fixée à onze heures, par exemple en Hollande et en Suisse, l’âge passait à seize ans. Encore une fois, le choix italien fut un compromis entre les exigences sociales et les fortes résistances opposées par les intérêts patronaux, résistances qui pesèrent ultérieurement sur la mise en vigueur de la loi et sur les circulaires d’exécution. Avant même que la loi n’entrât en vigueur en juillet 1903, de nombreuses requêtes avaient été envoyées par les industriels au ministère pour obtenir des dérogations ou des exemptions quant au respect des normes sur la limite d’âge, l’horaire, les repos journalier et hebdomadaire, en les motivant par des nécessités économiques et des difficultés de production, ou en se référant à la tradition. De toute manière, les remontrances présentées par les industriels suffirent à convaincre le ministère que la loi était trop sévère et qu’il était nécessaire de faire preuve, même de manière exceptionnelle et transitoire, d’« une tolérance raisonnable en faveur des plaignants, au vu des graves dommages que pouvait créer une application rapide de la loi »86.

  • 87 Service du travail, qui fut créé en 1902 auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du (...)
  • 88 Ibid., passim.

73Toutefois, en examinant les réponses fournies par « l’Ufficio del lavoro »87, l’organe du ministère délégué pour évaluer les requêtes des industriels88, on constate que la ligne de conduite adoptée visa à respecter les principes de fond, tout en concédant des dérogations temporaires et un certain laps de temps d’adaptation.

74Mais il ne suffit pas de s’arrêter sur la portée de la loi pour évaluer ses effets, ce qui compte c’est son respect dans la réalité. Encore une fois, il apparaît évident que les organes de surveillance étaient inadaptés, de la même manière que les amendes étaient plus que dérisoires et touchaient plus facilement les violations sur la forme que sur le fond. Par exemple il était plus facile de contrôler l’absence du livret de travail d’une ouvrière mineure que de découvrir l’emploi de fillettes qui, durant la visite des inspecteurs, étaient opportunément cachées dans les greniers.

  • 89 A. Cabrini, La legislazione sociale (1859-1913), Roma, 1913, p. 154-157.

75On essaya de remédier aux carences de la loi de 1902 par la loi du 7 juillet 1907 qui fit toutefois perdurer certaines dérogations, comme dans le cas du travail nocturne qui pouvait être « exceptionnellement » réduit à dix heures « dans les industries où les procédés de fabrication étaient particuliers », la référence s’appliquant encore une fois à l’industrie de la soie. Malgré cela, ce sont les industriels de ce même secteur, en plus d’un certain nombre d’industriels cotonniers, qui soulevèrent « d’aigres contestations et de nombreuses tentatives de résistance »89.

76En tenant compte de l’introduction progressive de la loi de 1902, des exceptions accordées, des transgressions plus ou moins tolérées, il n’est pas surprenant que l’emploi des mineurs dans l’industrie lombarde ait augmenté entre 1903 et 1911 de 49 %, attiré surtout par l’expansion de nouvelles industries.

  • 90 C.M. Cipolla, Storia economica dell’Europa pre-industriale, Bologna, 1980, p. 72-76.

77En simplifiant les causes de la diffusion du travail infantile, nous pouvons dire que les principales d’entre elles tiennent d’une part à la volonté des entrepreneurs d’élever au maximum leur profit et d’autre part aux nécessités économiques des familles. Toutefois, il serait incorrect de négliger d’autres explications qui sont moins immédiates à la première lecture. Dans les sociétés préindustrielles ou du début de l’industrialisation, la population âgée de moins de quinze ans représentait au moins un tiers de la population totale et environ 90 % de celle que nous appelons aujourd’hui « inactive »90. Élever ce grand nombre d’enfants dont l’espérance de vie était très limitée, fut toujours l’un des problèmes les plus graves et astreignants, en raison de la faible productivité du travail. C’est la forte productivité industrielle qui a permis d’augmenter progressivement l’âge limite de la scolarité obligatoire jusqu’au niveau actuel. Dans les sociétés sous-développées de l’époque, les enfants commençaient à travailler dès que possible, tandis que les vieux continuaient de le faire jusqu’à ce que leurs forces les abandonnent, en effectuant des tâches de moins en moins fatigantes. La société lombarde de la deuxième moitié du XIXe siècle et jusqu’à la Première Guerre mondiale ne semble pas échapper à cette situation, qui était plutôt aggravée par la réduction de la mortalité infantile et par la persistance de forts taux de fécondité.

  • 91 C. Ge Rondi, « La dinamica demografica delle province lombarde », dans Bollettino Società italiana (...)
  • 92 Ibid., p. 78-83.

78Si « au cours des années qui suivirent l’unification italienne, un nouveau-né sur quatre mourait avant d’atteindre son premier anniversaire »91, en 1881-82 le quotient de mortalité infantile était de 196,5 pour mille et vingt ans plus tard de 154,8 pour mille. Il en résulta une augmentation de la population, surtout dans la tranche d’âge de 0 à quinze ans qui représentait 32,8 % de la population lors du recensement de 1881 et 37,1 % lors de celui de 191192.

  • 93 R. Romano, La modernizzazione, p. 198.
  • 94 P.R. Corner, Contadini e industrializzazione, p. 56.
  • 95 M. Nejrotti, Aspetti della condizione femminile, p. 205.

79En outre, la localisation de l’industrie textile lombarde facilitait l’utilisation des enfants dans les usines. À ses débuts, elle se concentra surtout dans des zones à économie agricole très pauvre, pouvant ainsi compter sur une main-d’œuvre abondante, constituée principalement de femmes et d’enfants, et donc à faible coût, et sur l’énergie hydraulique bon marché. L’augmentation de la dimension de la famille (six personnes en moyenne)93, la réduction du revenu des familles paysannes à la suite des modifications du contrat de métayage et de la mécanisation des vieilles industries rurales94, compromirent davantage l’équilibre déjà précaire entre population et ressources ; les paysans trouvèrent que le travail de leurs enfants dans les fabriques était une bonne opportunité pour améliorer le train de vie de toute la famille. D’autre part il n’y avait pas de restrictions morales, parce que les enfants avaient toujours travaillé dans l’agriculture ou dans les manufactures à domicile, dans des conditions bien souvent pires que celles des fabriques du XIXe siècle. Par exemple, une alternative à la filature consistait pour les fillettes à prendre part aux travaux agricoles : elles participaient à la coupe du foin et du froment, cultivaient de temps en temps le jardin, bêchaient les champs et surtout transportaient des poids sur leurs épaules dans de grandes gerbes pleines d’herbe, de bois, de fumier ou de feuilles de mûrier, et pendant les mois de mai et de juin elles élevaient les vers à soie, un travail exténuant et dégoûtant95. D’une certaine manière, les patrons avaient raison lorsqu’ils affirmaient qu’après tous les enfants étaient mieux à l’usine qu’à l’extérieur et, qu’en plus de la prospérité des entreprises, il fallait surtout aider les jeunes à donner un soutien aux familles lorsque eux-mêmes se trouvaient dans l’obligation de remplacer leurs parents décédés des suites d’une maladie du travail, d’accidents, de mort précoce. C’est pourquoi l’on explique facilement la raison pour laquelle le travail à l’usine était préféré à celui des champs, quelquefois plus difficile encore et moins bien payé, ou à la faim liée au chômage et au vagabondage, ou bien à l’institut de charité.

  • 96 R. Romano, La modernizzazione, p. 198.

80Il n’y avait même pas de limite de caractère économique, car l’emploi des enfants dans l’économie rurale avait toujours eu un caractère complémentaire ou de support à l’activité des travailleurs adultes. Il est vrai que l’emploi des enfants dans les nouvelles activités industrielles ôtait une partie de sa force au travail agricole, mais celui-ci continuait à se reposer sans problème sur le travail des autres membres de la famille, les hommes adultes et en partie les femmes. Il y avait donc une division des tâches par âge et par sexe : le chef de famille, éventuellement aidé par un fils, s’occupait des travaux agricoles, tandis que les filles travaillaient dans les soieries et dans les usines cotonnières96.

81Vers la fin du siècle, certains facteurs intervinrent et modifièrent la structure de la force de travail : le développement de l’industrie lourde, qui traditionnellement employait moins d’enfants ; la modernisation progressive de l’industrie qui permit une augmentation de la productivité du travail ; les crises de surproduction, comme dans le secteur du coton, qui imposèrent une réorganisation productive plus orientée vers la spécialisation ; enfin une amélioration du revenu par tête. C’était les conditions préalables à la résolution définitive du problème du travail infantile.

Notes

1 V. Zamagni, Dalla periferia al centro, Bologna, 1990, p. 54.

2 Ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce [MAIC], Atti del Comitato dell’inchiesta industriale, Roma, 1873-1874 ; Id., Atti del Comitato dell’inchiesta industriale. Relazioni delle Camere di commercio, Roma, 1873-1874. Un examen minutieux du contenu des Actes (Atti) en ce qui concerne l’industrie lombarde se trouve dans M. Soresina, « Le fonti per la storia della Lombardia nelle grandi inchieste nazionali e nei censimenti. Saggio di una bibliografia 1861-1961 », dans Storia in Lombardia, n° 1, 1991, p. 189-196. Sur les premières statistiques industrielles de l’État italien, cf. M. Lungonelli, « Tra industria e burocrazia : gli esordi della statistica industriale in Italia », dans Studi storici, 28 (1987), p. 277-295 ; D. Marucco, L’amministrazione della statistica nell’Italia unita, Roma-Bari, 1996.

3 MAIC, Notizie statistiche sopra alcune industrie italiane, Roma, 1878. Les résultats furent publiés de nouveau deux ans plus tard, de manière synthétique, mais avec un commentaire de Vittorio Ellena, fonctionnaire au MAIC, qui s’était occupé du déroulement de l’enquête et de la publication de 1878. Cf. V. Ellena, « La statistica di alcune industrie italiane », dans Annali di statistica, s. II, v. 13 (1880).

4 Dans Annali di statistica, serie IV.

5 MAIC, Direzione generate di statistica [Dirstat], Statistica industriale. Lombardia, Roma, 1900.

6 MAIC, Dirstat, Statistica industriale per il Regno. Riassunto delle condizioni industriali del Regno, Roma, 1905-1906.

7 Publié en cinq volumes par les soins du MAIC, Dirstat, Roma, 1913-1916.

8 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 285.

9 MAIC, Notizie statistiche, p. VI.

10 Selon les critères établis par le MAIC, les réponses devaient se référer à la date du 1er juillet 1876, mais la réalisation de la première statistique industrielle italienne demanda du temps en raison des difficultés qui surgirent à la suite de la suppression temporaire du MAIC. Il est fort probable que les données recueillies se réfèrent à des périodes différentes et imprécises. Même si cela peut sembler arbitraire, nous attribuons toutes ces données à l’année 1876.

11 V. Ellena, La statistica, p. 35.

12 En effet, il pouvait arriver que même des enfants de cinq ou six ans travaillent.

13 Au recensement de 1881, on dénombra 824 280 individus compris entre sept et quatorze ans révolus. (MAIC, Dirstat, Censimento della popolazione del Regno d’Italia al 31 dicembre 1881, Roma, 1884).

14 Au recensement de 1911, la population lombarde dans la tranche de dix à quatorze ans comptait 504 010 individus. (Cf. MAIC, Dirstat, Censimento della popolazione del Regno d’Italia al 10 giugno 1911, Roma, 1914).

15 V. Zamagni, Dallaperiferia al centro, p. 115.

16 A. Carreras, « Un ritratto quantitativo dell’mdustria italiana », dans Storia d’Italia, Annali 15, L’industria, sous la direction de F. Amatori, Torino, 1999, p. 244.

17 S. Zaninelli, « Aspetti economico-produttivi, di mercato e tecnologici », dans Storia dell’industria lombarda, sous la direction de S. Zannelli, v. II, t. 2, Milano, 1992, p. 9.

18 G. Federico, « Per una storia dell’industria serica italiana », dans Annali di Storia dell’impresa, IV (1988) et Id., Ilfilo d’oro. L’industria mondiale della seta dalla restaurazione alla grande crisi, Venezia, 1994.

19 V. Ellena, La statistica, p. 35

20 Ibid., p. 35-36.

21 Ibid., p. 64.

22 Atti dell’Inchiesta industriale, cat. 6, § 1, p. 10.

23 V. Zamagni, Dalla periferia al centro, p. 116.

24 Ibid., p. 48.

25 Ibid., passim.

26 Atti del Comitato della Inchiesta industriale. Deposizioni scritte, catégorie 6, §2, p. 20.

27 Atti del Comitato della Inchiesta industriale. Deposizioni scritte, catégorie 6, §2, « Note sulla torcitura della seta e suite condizioni degli operai che vi lavoravano ».

28 Ibid., p. 14.

29 G. Federico, Il filo d’oro, p. 193.

30 B. Caizzi, Storia dell’industria italiana, Torino, 1965, p. 332.

31 « L’industria della seta in Italia », Annali di statistica, XXXVII (1890), p. 18.

32 MAIC, Dirstat, Statistica industriale. Lombardia, p. 191, 401.

33 Note sulla trattura e la torcitura della seta distretto della Camera di Milano, Milano, 1885, p. 10 ; « Statistica industriale. Milano », Annali di statistica, XLIV (1893), p. 257.

34 P. Horn, Children’s work and welfare. 1780-1890, Cambridge, 1994, p. 7.

35 MAIC, Dirstat, Statistica industriale. Lombardia, p. 201, 404.

36 Ibid., p. 201.

37 S. Zaninelli, Aspetti economico-produttivi, p. 48-50.

38 A. Moioli, « Assetti manifatturieri nella Lombardia politicamente divisa della seconda metà del Settecento », dans Storia dell’industria lombarda, v. I, Milano, 1988, p. 10-24.

39 Ibid., p. 95.

40 A. Cova, « Tradizione e innovazione nel mutato contesto politico e territoriale dell’età francese », dans Storia dell’industria lombarda, v. I, p. 125.

41 R. Romano, La modernizzazione, p. 68 et suivantes.

42 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 286.

43 Il lavoro delle donne e dei fanciulli. Nuova legge e regolamento 19 giungo 1902-28 febbraio 1903. Testo, Atti parlamentari e commento, par les soins de E. Noseda, Milano, 1903, p. 53.

44 MAIC, Ufficio del lavoro, L’ispezione del lavoro. Studi sull’organizzazione del servizio di vigilanza per l’applicazione delle leggi operaie, Roma, 1904, p. 18.

45 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 293, n. 2.

46 Ibid., p. 336-339.

47 Dans le secteur cotonnier, il y eu 39 grèves avec 7 173 grévistes en 1905 contre 45 grèves et 11 734 grévistes l’année suivante ; dans le secteur de la soie, pour la même période on dénombra respectivement 20 grèves avec 1910 grévistes et 25 grèves avec 3 840 grévistes. En même temps, le nombre de personnes inscrites à l’organisation syndicale sectorielle (Fédération italienne des ouvriers textiles) augmenta jusqu’en 1909, connut ensuite une période de crise dont l’organisation sortit bien vite en se renforçant. Cf. M.C. Cristofoli et M. Pozzobon, I tessili milanesi. Le fabbriche, gli industriali, i lavoratori, il sindacato dall’Ottocento agli anni’30, Milano, 1981, p. 112-118.

48 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 324-326.

49 Il lavoro delle donne e del fanciulli, p. 62.

50 R. Romano, L’industria cotoniera, p. 40.

51 S. Zaninelli, « Il lavoro dei fanciulli nell’industria lombarda alla metà del secolo XIX », dans Annuario del Centro studi CISL, II, 1962-1963.

52 S. Bonomi, « Sul lavoro dei fanciulli negli opifici », extr. de Annali universali di medicina, v. 221, 1872, p. 13.

53 M. Amar, « Sullo stato attuale delle leggi europee sul lavoro delle donne e dei fanciulli », dans Giornale degli economisti, 1875, v. 2, p. 217.

54 E. Becchi, « L’Ottocento », dans Storia dell’infanzia, v. 2, Dal Settecento a oggi, sous la direction de E. Becchi et D. Julia, Roma-Bari, 1996, p. 188.

55 S. Bonomi, « Sul lavoro », loc. cit., p. 17-8.

56 Annali di statistica, fasc. LU, Statistica industriale. Notizie... per la provincia di Como, p. 88.

57 S. Zaninelli, « Aspetti economico-produttivi, di mercato e tecnologici », dans Storia dell’industria lombarda, v. II, t. 2, p. 138-139.

58 S. Bonomi, « Sul lavoro », loc. cit., p. 3.

59 J. Mokyr, The lever of riches. Technological creativity and economic progress, New York, 1990.

60 S. Bonomi, « Sul lavoro », loc. cit., p. 12.

61 T.L. Rizzo, La legislazione sociale della nuova Italia (1876-1900), Napoli, 1988, p. 256 et suivantes.

62 Archivio di statistica, v. II (1877-78), fasc. IV, p. 93. Cf. aussi D. Bretoni Jovine, L’alienazione dell’infanzia. Il lavoro minorile nella società moderna, Roma, 1963, p. 60-63.

63 Archivio di statistica, v. V (1880), fasc. III, p. 355.

64 La « loi Coppino » du 15 juillet 1877.

65 MAIC, Notizie.

66 V. Ellena, La statistica, p. 55-56.

67 Ibid., p. 63-64.

68 V. Zamagni, Dalla perifieria al centro, p. 117-119.

69 C. Bardini, Senza carbone nell’età del vapore. Gli inizi dell’industrializzazione italiana, Milano, 1998, p. 62.

70 R. Romano, La modernizzazione, p. 19.

71 Ibid., p. 212-216.

72 G. Federico, Il filo d’oro, p. 55-56.

73 P. R. Corner, Contadini e industrializzazione. Società rurale e impresa in Italia dal 1840 al 1940, Roma-Bari, 1993, p. 35-56 ; A. Dewerpe, L’Industrie aux champs, Roma, 1985, p. 221-239.

74 R. Merzario, « Città-campagna : vicende della « gens comacina » tra Settecento e Ottocento », dans Como e il suo territorio, sous la direction de G. Rumi, V. Vercelloni, A. Cova, Milano, 1995, p. 127.

75 P. R. Corner, Contadini e industrializzazione, p. 56.

76 G. Consonni, G. Tonon, « Alle origini della metropoli contemporanea », dans Lombardia. Il territorio, l’ambiente, il paesaggio, vol. IV, L’età delle manifatture e della rivoluzione industriale, Milano, 1984, p. 89-164.

77 Atti della Giunta per l’Inchiesta agraria e sulle condizioni della classe agricola, Roma, 1881, v. VI, p. 55-56. La citation est reprise dans Storia del Parlamento italiano, par les soins de N. Rodolico, v. 17, Palermo, 1969, p. 203.

78 Ibid., p. 204.

79 M. Nejrotti, « Aspetti della condizione femminile nel comasco alle origini dell’industrializzazione », dans Setaioli e contadini. L’industrializzazione a Como dall’unità al fascismo, sous la direction de I. Granata, A. Scalpelli, Milano, 1992, p. 204.

80 R. Romano, La modernizzazione, p. 18.

81 Sur les différents projets de loi, sur les précédentes dispositions normatives, et enfin sur la loi n° 3657 du 11 février 1886, cf. S Merli, Proletariato di fabbrica e capitalismo industriale. Il caso italiano 1880-1900, Firenze, 1972, p. 337 et suivantes ; G. Monteleone, « La legislazione sociale al Parlamento italiano. La legge del 1886 sul lavoro dei fanciulli », dans Movimento operaio e socialista, XX (1974), fasc. 4 ; M.V. Ballestrero, « Tre proposte ottocentesche per la disciplina del lavoro dei fanciulli », dans Materiali per una storia della cultura giuridica, Bologna, 1978, v. m, 2 ; T.L. Rizzo, La legislazione sociale, p. 255-262.

82 S. Bonomi, Sul lavoro dei fanciulli, p. 9.

83 Conseil de santé de circonscription.

84 T.L. Rizzo, La legislazione sociale, p. 266.

85 Ibid., p. 263.

86 MAIC, Ufficio del lavoro, Relazione sull’applicazione della legge 19 giugno 1902 n. 242 sul lavoro delle donne e dei fanciulli, Roma, 1909, p. 7.

87 Service du travail, qui fut créé en 1902 auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Industrie et du Commerce.

88 Ibid., passim.

89 A. Cabrini, La legislazione sociale (1859-1913), Roma, 1913, p. 154-157.

90 C.M. Cipolla, Storia economica dell’Europa pre-industriale, Bologna, 1980, p. 72-76.

91 C. Ge Rondi, « La dinamica demografica delle province lombarde », dans Bollettino Società italiana di Demografia storica, n° 28, 1998, p. 78.

92 Ibid., p. 78-83.

93 R. Romano, La modernizzazione, p. 198.

94 P.R. Corner, Contadini e industrializzazione, p. 56.

95 M. Nejrotti, Aspetti della condizione femminile, p. 205.

96 R. Romano, La modernizzazione, p. 198.

Notes de fin

1 Cette recherche a été réalisée grâce à la subvention du MURST « Famiglia e sistemi demografici in Italia in età moderna e contemporanea » (1996).

Table des illustrations

Titre Tabl. 2 – Population et ouvriers appartenant à la tranche d’âge 10-14 ans en 1911 (répartition par province)
Légende Sources : MAIC, Dirstat, Censimento degli opifici, passim ; Id., Censimento della popolazione, 1911, passim
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tabl. 3 – Main-d’œuvre employée dans le secteur industriel en Lombardie
Légende Source : cf. tabl. 1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tabl. 4 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie textile et dans les autres industries
Légende Source : cf. tabl. 1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tabl. 5 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie textile et dans les autres industries (en %)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Graph. 1 – Mineurs employés dans le secteur de la soie et du coton
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tabl. 6 – Main-d’œuvre employée dans l’industrie de la soie en 1876
Légende Source : V. Ellena, La statistica, p. 45, 48, 50
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tabl. 7 – Mineurs employés dans les trois phases principales de fabrication de la soie
Légende Sources : pour les années 1876, 1903, 1911, cf. tabl. 1 ; pour 1891, cf. « L’industria della seta », Annali di statistica, XXXVII
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tabl. 8 – Main-d’œuvre employée dans le secteur de la soie
Légende Les totaux annuels de ce tableau sont différents de ceux du tableau précédent, parce qu’ils tiennent compte aussi des mineurs employés dans les usines séricicultrices ou dans les opérations différentes des trois opérations fondamentales, comme le travail des restes d’étoffe.Source : cf. tabl. 7
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tabl. 9 – Main-d’œuvre employée dans le secteur du coton
Légende Source : cf. tabl. 1 et R. Romano, L’industria cotoniera, p. 287-288
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graph. 2 – Main-d’œuvre dans le secteur du coton
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Tabl. 10 – Taux de variation de la main-d’œuvre dans le secteur du coton
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7380/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteur

Université de Pavie

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540