Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Faire la loi

Formes du travail des enfants dans l’industrie et l’artisanat en Grèce (XIXe-XXe siècles)

Michalis Riginos

Texte intégral

  • 1 Ministère de l’Économie Nationale, Section du Travail, Ergasia gynaikon kai anilikon, nomoi, egykl (...)

1Les enfants comme les jeunes ont tenu un rôle particulier dans le système de production du secteur industriel et artisanal de la Grèce des dernières décennies du XIXe siècle et des premières du XXe. Aux termes de l’article 3 de la loi du 14 août 1913, il faut entendre par « enfants » les sujets de douze à quatorze ans et par « jeunes » ceux de quatorze à dix-huit ans1.

  • 2 S. Petmezas, « Oi egies shessis sto Vassilio tis Ellados » (« Relations foncières en Grèce »), G. (...)

2Dans la société rurale grecque comme dans toute société dite traditionnelle, les enfants, ces « petits adultes », avaient leur fonction dans la répartition des tâches au sein de la famille rurale, suivant leur sexe et leur constitution physique. Répartition dont le but était d’assurer la subsistance du ménage rural tout en préservant son autonomie, et de conserver le lopin de terre qu’il avait réussi à acquérir ou à s’approprier, grâce aux conditions très particulières qui avaient régné après la fondation de l’État grec2.

  • 3 M. Riginos, Paragogikes domes kai ergatika imeromisthia stin Ellada, 1909-1936 (Structures product (...)

3Le processus d’industrialisation, qui se développe après 1870, fut long et pénible. Il n’a pas progressé de manière linéaire et homogène, mais par bonds successifs, permettant ainsi la survie des structures traditionnelles de production. Plusieurs facteurs ont contribué à ce phénomène : les inerties du secteur agricole, le morcellement du marché et, surtout, l’attitude des capitalistes grecs. Ces derniers ne prêtaient qu’un intérêt occasionnel à l’industrie, évitant à quelques rares exceptions près d’y engager de gros capitaux qu’ils préféraient rentabiliser à court terme. Cette stratégie d’investissement entraîna une faible productivité du secteur industriel. Non seulement celui-ci n’était pas en mesure de déstructurer les relations sociales issues de la division traditionnelle du travail, mais il renforçait les phénomènes qui en dérivaient, à savoir la prolifération des petits métiers3. Ainsi, à côté des usines, se développa une multitude de petits ateliers de caractère individuel ou familial, dont l’équipement technique se trouvait réduit au minimum et dont les frais de fonctionnement étaient d’une grande élasticité.

  • 4 Statistique Générale de la Grèce, Recensement des établissements, des entreprises industrielles et (...)

4Selon le recensement industriel de 1930, les petites entreprises (entre une et cinq personnes) représentaient 92 % de l’ensemble des unités industrielles et employaient 44 % des travailleurs de l’industrie (soit en moyenne moins de deux ouvriers), les moyennes entreprises (de cinq à vingt-cinq personnes) respectivement 6,4 % et 18 % (soit dix ouvriers par unité) et enfin les grandes entreprises de plus de vingt-six personnes s’élevaient à 1,3 % du total et employaient 39 % de la main-d’œuvre (avec une moyenne de cent trois ouvriers)4.

5Le décor que nous venons de dresser a également déterminé les rôles que les enfants étaient appelés à jouer dans le cadre de la division du travail dans l’industrie et l’artisanat. Ces rôles étaient en fonction de l’organisation de la production qui prévalait sur les divers lieux de travail.

6Dans les branches où prédominaient les grandes unités, la relative mécanisation de la production avait remplacé l’artisan traditionnel, tout au moins à certains stades du processus de production. Désormais, le travail industriel se limitait à veiller au bon fonctionnement des machines, à les pourvoir en matière première et à les entretenir régulièrement. C’était le cas des industries textiles, de l’industrie du tabac, et de l’industrie chimique. Dans d’autres cas comme l’industrie du papier, le processus de production consistait en une série de mouvements faciles qui se répétaient de façon mécanique. Cette simplification supprimait les longs apprentissages et rendait l’ouvrier productif dès son entrée à l’usine. Dans le cadre de la division du travail, les hommes occupaient des emplois d’ouvriers qualifiés, emplois de type traditionnel ou nouveaux emplois dont la création avait été nécessitée par l’introduction des machines. La formation et la reproduction de cette force de travail qualifiée se faisaient par le système de l’apprentissage. Le personnel en apprentissage était en majorité constitué de garçons. Toutefois, la majorité des enfants travaillant dans ces branches-des filles surtout s’il s’agissait des industries textiles, du tabac et du papier-ainsi que les femmes occupaient, après une courte période d’apprentissage et d’adaptation, des emplois non-qualifiés qu’avaient engendrés les nouvelles conditions industrielles. Il se constituait ainsi une force de travail d’un type nouveau, laquelle devait se soumettre à la discipline et aux rythmes imposés par « l’organisation rationnelle » de la production industrielle. En 1930 dans l’industrie du textile, 37 % de la main-d’œuvre étaient des femmes âgées de moins de dix-huit ans, tandis que dans l’industrie du papier le personnel féminin de moins de dix-huit ans s’élevait à 22 %. La demande de main-d’œuvre non-qualifiée était satisfaite par l’intermédiaire des mécanismes du marché du travail.

Répartition des filles selon la branche industrielle, Athènes-Le Pirée, 1930

Répartition des filles selon la branche industrielle, Athènes-Le Pirée, 1930

Source : tableau II, annexes

Répartition des ouvrières de moins de 18 ans selon la taille de l’entreprise industrielle, 1920

Répartition des ouvrières de moins de 18 ans selon la taille de l’entreprise industrielle, 1920

Source : tableau IV, annexes

7L’enfant était rémunéré dès son entrée à l’usine et son salaire journalier représentait, au moins sur le plan théorique, le coût de sa force de travail. Il est significatif qu’il n’existait pas d’importantes différences de salaires dans les branches industrielles qui employaient des enfants, en tant que force de travail non-qualifiée. Cela s’explique par le fait que les jeunes filles constituaient un pourcentage considérable de la main-d’œuvre féminine employée dans ces branches, ce qui aboutissait à la compression du salaire journalier moyen du personnel féminin. En même temps, le faible écart entre les salaires des ouvrières révèle l’absence de possibilités de promotion professionnelle pour les filles, ainsi que la faible hiérarchie professionnelle des femmes dans la plupart des branches industrialisées.

8En d’autres termes, la rémunération journalière du travail non-qualifié, féminin dans son ensemble, dépendait non pas d’une promotion professionnelle que l’ouvrière obtenait après des années d’ancienneté, mais plutôt du degré de productivité de son travail.

Salaires féminins de 10 à 18 ans, Athènes - Le Pirée, 1930

Salaires féminins de 10 à 18 ans, Athènes - Le Pirée, 1930

Source : tableau I, annexes

9Dans la fabrication de machines, les industries du bois et du vêtement, où prédominaient les petits ateliers, l’artisan constituait l’élément le plus cher et le plus irremplaçable de l’organisation traditionnelle du travail. Il s’agissait d’une main-d’œuvre qui, pour devenir productive, devait passer par une longue période d’apprentissage. L’enfant entrait donc en apprentissage dans un atelier, pour y apprendre un métier. Pendant cette période, il ne participait pas activement au processus de production, mais exécutait divers travaux auxiliaires. Ces travaux étaient la contrepartie que l’enfant devait offrir à l’artisan pour le savoir-faire que celui-ci lui transmettait. Néanmoins, étant donné que le régime de l’apprentissage n’était généralement pas assujetti à des règlements de type corporatif ou contractuel, l’enfant n’était nullement engagé envers l’artisan et pouvait le quitter dès qu’il considérait avoir appris le métier. D’autre part, la tactique courante des artisans consistait à dissimuler les secrets de leur art, afin de prolonger au maximum la durée de l’apprentissage et, par conséquent, d’exploiter le travail de l’enfant aussi longtemps que possible. Ainsi l’apprentissage, en raison de l’absence d’un cadre juridique, tendait à se transformer en travail non-qualifié dissimulé. Néanmoins, l’enfant, garçon ou fille, qui entrait en apprentissage se soumettait à ce régime de dépendance vis-à-vis du maître, comme à un état provisoire, car il considérait l’apprentissage et ses contraintes comme un stade transitoire, nécessaire à sa future promotion sociale, qu’il choisît de rejoindre la multitude des petits métiers ou de trouver un emploi dans le secteur public. La « demande » d’apprentis de la part des petits ateliers était principalement couverte grâce à un mécanisme de relations interpersonnelles qui fonctionnait soit dans l’environnement familial et la parenté large, soit dans un entourage social que l’origine commune réunissait. Il s’agit d’une main-d’œuvre par nature ouvrière qui, dans un processus de développement d’un autre type, aurait était absorbée par l’industrie. Selon le recensement industriel de 1930, les hommes âgés de moins de dix-huit ans s’élevaient à 43 % des personnes employées dans les industries mécaniques et à 40 % des personnes employées dans l’industrie du bois, tandis que les femmes du même âge représentaient 30 % des travailleuses dans l’industrie du vêtement.

Répartition des garçons selon la branche industrielle, Athènes-Le Pirée, 1930

Répartition des garçons selon la branche industrielle, Athènes-Le Pirée, 1930

Source : tableau II, annexes

Répartition des ouvriers de moins de 18 ans selon la taille de l’entreprise industrielle, 1920

Répartition des ouvriers de moins de 18 ans selon la taille de l’entreprise industrielle, 1920

Source : tableau IV, annexes

10Le salaire journalier de l’apprenti peut être considéré comme « symbolique », dans le sens ou sa rémunération principale pour le travail qu’il offrait à l’atelier et à l’artisan était d’apprendre un métier. Ce « salaire » était complété par une somme d’argent dérisoire et, éventuellement, par quelques prestations en nature, telles que la nourriture et le logement, soit le vivre et le couvert. Habituellement au début de son apprentissage, l’enfant n’était pas du tout payé. Par la suite, il touchait un salaire qui dépendait de ses progrès dans l’apprentissage du métier, progrès mesurés à sa capacité d’exécuter des travaux plus complexes. Le plus souvent, l’enfant, après son apprentissage et avant de devenir lui-même artisan, passait par le stade de l’aide-artisan, ce qui le maintenait dans un rôle secondaire dans le processus de production. Il est significatif que, dans les branches que nous avons mentionnées précédemment, c’est-à-dire la fabrication de machine, les industries du bois et du vêtement, le salaire journalier d’un ouvrier de moins de dix-neuf ans était nettement inférieur au salaire journalier moyen masculin, fait qui reflète également la forte hiérarchisation du travail, produit de la division traditionnelle du travail.

Salaires masculins de 10 à 18 ans, 1930

Salaires masculins de 10 à 18 ans, 1930

Source : tableau I, annexes

11Nous constatons donc que les enfants travaillant dans le secteur de la transformation étaient employés principalement soit comme ouvriers non-qualifiés dans l’industrie, soit comme apprentis dans de petits ateliers. Il s’agit alors de deux formes de travail différentes qui s’ouvraient sur des perspectives distinctes.

  • 5 Les premières restrictions au travail des enfants ont été imposées par la loi 4029 de 1912, selon (...)

12Cette double possibilité de choix a déterminé diverses stratégies familiales. La décision était prise en fonction des besoins et des visées de la famille5. Quand le travail devait avoir un rendement financier immédiat, l’enfant était dirigé vers l’usine. Quand le jeune était employé dans l’atelier familial - paternel en général - où il fournissait une aide saisonnière ou permanente, il pouvait, lors de crises économiques conjoncturelles comme celle de 1929, travailler en usine tandis que le chef de famille continuait à faire sous-fonctionner son petit atelier : cette tactique visait à préserver l’indépendance économique de la famille. Enfin, l’enfant (le garçon surtout) était envoyé dans un atelier artisanal quand les parents désiraient qu’il apprenne un métier pour s’établir professionnellement ou s’élever socialement selon le modèle - imaginaire tout au moins - des professions libérales. Les stratégies familiales tenaient compte aussi du sexe de l’enfant, qui introduisait une division sociale du travail. Ainsi, le garçon devait apprendre un métier pour s’établir professionnellement et entretenir sa famille. La fille travaillait à l’usine jusqu’à son mariage pour des raisons économiques. Une fois mariée, son rôle était celui de maîtresse de maison. À titre indicatif, en 1930, 70 % des garçons de dix à quatorze ans étaient des apprentis pour 38 % seulement des filles du même âge. Dans le groupe des quinze à dix-neuf ans, le pourcentage des apprentis se réduisait à 39 % chez les garçons et à 11 % chez les jeunes femmes.

Etat civil de 15 015 ouvrières, 1926

Etat civil de 15 015 ouvrières, 1926

Source : tableau III, annexes

  • 6 D’après une enquête menée par l’inspection du travail en 1921 dans l’industrie textile du Pirée, s (...)

13Quoi qu’il en soit, il faut souligner que l’apprentissage d’un métier relevait non d’un choix mais d’une obligation qui s’inscrivait dans les conceptions dominantes que la société grecque avait de l’ascension sociale. Cette société était caractérisée par l’absence de barrières de classes, ainsi que par une mobilité et donc une promotion sociale relativement facile. Le moyen de parvenir à cette fin était l’instruction générale. Aussi chaque famille, indépendamment de son origine sociale, considérait-elle de son devoir d’offrir à ses enfants, aux garçons surtout, la possibilité d’une formation scolaire, même élémentaire6.

14D’un autre côté, le travail manuel, en particulier sous sa forme salariée, ôtait la perspective d’une ascension sociale et s’en trouvait déconsidéré. À cet égard, ce n’était nullement un hasard si les couches sociales les plus pauvres mésestimaient l’enseignement technique qui, de par sa nature même, était un indice de classe et conduisait à la prolétarisation, même si les conditions en étaient meilleures.

15« Je vais t’envoyer en apprentissage », était la menace proférée par les parents, notamment ceux qui s’estimaient appartenir à la petite bourgeoisie, quand leur enfant n’était pas un bon élève. Elle exprime, de la manière la plus claire, le discrédit jeté sur les métiers manuels dans le système des valeurs sociales. « Il n’était pas doué pour l’école... », expliquaient les parents lorsque la menace, pour diverses raisons, devenait réalité.

Annexes

ANNEXES

Tableau I : Salaires en drachmes des ouvriers de 10 à 18 ans, Athènes - Le Pirée, 1930

Tableau I : Salaires en drachmes des ouvriers de 10 à 18 ans, Athènes - Le Pirée, 1930

Source : Statistique Générale de la Grèce, Recensement des employés et ouvriers des entreprises industrielles et commerciales et relevé des salaires effectués en sept. 1930, Athènes, 1940

Tableau II : Répartition des ouvriers de moins de 18 ans selon la branche industrielle, Athènes - Le Pirée, 1930

Tableau II : Répartition des ouvriers de moins de 18 ans selon la branche industrielle, Athènes - Le Pirée, 1930

Source : Statistique Générale de la Grèce, Recensement des employés et ouvriers des entreprises industrielles et commerciales et relevé des salaires effectués en sept. 1930, Athènes, 1940

Tableau III : État civil de 15 015 ouvrières, 1926

État civil

Veuves

2 141

14,26 %

Mariées

1054

7,02 %

Avec parents

3 356

22,35 %

Sans parents

3011

20,05 %

Sans père

5 453

36,32 %

Source : Statistique Générale de la Grèce, Bulletin statistique, jan.-déc. 1930, p. 58

Tableau IV : Répartition des ouvriers de moins de 18 ans selon la taille de l’entreprise industrielle, 1920

Petites entreprises

Moyennes entreprises

Grandes entreprises

Ouvriers de moins de 18 ans

9 645 58,88 %

3 642 22,23 %

3 093 18,88 %

Ouvrières de moins de 18 ans

1 876 21,71 %

2 301 26,63 %

4 463 51,66 %

Source : Statistique Générale de la Grèce, Recensement des entreprises industrielles en déc. 1920, Athènes, 1927

Notes

1 Ministère de l’Économie Nationale, Section du Travail, Ergasia gynaikon kai anilikon, nomoi, egyklioi (Travail des femmes et des mineurs, lois, décrets), Athènes, 1919, p. 15.

2 S. Petmezas, « Oi egies shessis sto Vassilio tis Ellados » (« Relations foncières en Grèce »), G. Dertilis (dir.), Themata Neoellinikis Istorias 18os-20os aionas (Questions d’histoire grecque moderne 18e-20e siècles), Athènes, 1991.

3 M. Riginos, Paragogikes domes kai ergatika imeromisthia stin Ellada, 1909-1936 (Structures productives et salaires ouvriers en Grèce 1909-1936), Athènes, 1987.

4 Statistique Générale de la Grèce, Recensement des établissements, des entreprises industrielles et commerciales effectué en septembre 1930, Athènes, 1934.

5 Les premières restrictions au travail des enfants ont été imposées par la loi 4029 de 1912, selon laquelle il était interdit d’employer comme ouvriers ou apprentis des enfants qui n’avaient pas douze ans accomplis. Cependant, cette même loi permettait d’employer des enfants de plus de dix ans dans des ateliers dirigés par leurs parents, à condition que les enfants ne travaillent pas sur les machines et que cette activité ne les empêche pas de fréquenter l’école élémentaire. La durée de travail a été fixée à six heures pour les enfants de moins de quatorze ans, et à dix heures pour les jeunes jusqu’à dix-huit ans. L’âge minimum au travail a été reporté à quatorze ans par la loi 2271 de 1920 (Ministère de l’Économie Nationale, Section du Travail, Ergasia gynaikon..., p. 3-4 et G. Charitakis, I Elliniki biomichania (L’industriegrecque), Athènes, 1927, p. 124).

6 D’après une enquête menée par l’inspection du travail en 1921 dans l’industrie textile du Pirée, sur un total de 1 949 ouvrières, 70 % étaient illettrées, 16,62 % avaient poursuivi jusqu’à la 3e élémentaire, alors que seulement 13,88 % avaient plus de quatre années de scolarité (Ministère de l’Économie Nationale, Direction du Travail, Ekthesis tou prosopikou epitheoriseos ergasias epi tis efarmogis ton ergatikon nomon, 1921, Rapports de l’inspection du travail sur l’application de la législation ouvrière 1921, Athènes, 1923, p. 82). Le niveau d’instruction des jeunes travailleurs est plus élevé parmi les apprentis, en particulier les hommes. Selon l’enquête que l’inspecteur du travail N. Mikelis a menée vers 1920 auprès de 1 436 apprentis d’Athènes et du Pirée, le taux des illettrés s’élevait à 13 % pour Athènes et 19 % pour Le Pirée. Les pourcentages les plus élevés d’illettrés figuraient parmi les apprentis du textile et des ateliers de fabrication de chaussures, tandis que les apprentis des industries mécaniques étaient considérés comme les plus instruits (G. Charitakis, op. cit., p. 100).

Table des illustrations

Titre Répartition des filles selon la branche industrielle, Athènes-Le Pirée, 1930
Légende Source : tableau II, annexes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Répartition des ouvrières de moins de 18 ans selon la taille de l’entreprise industrielle, 1920
Légende Source : tableau IV, annexes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Salaires féminins de 10 à 18 ans, Athènes - Le Pirée, 1930
Légende Source : tableau I, annexes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Répartition des garçons selon la branche industrielle, Athènes-Le Pirée, 1930
Légende Source : tableau II, annexes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Répartition des ouvriers de moins de 18 ans selon la taille de l’entreprise industrielle, 1920
Légende Source : tableau IV, annexes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Salaires masculins de 10 à 18 ans, 1930
Légende Source : tableau I, annexes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Etat civil de 15 015 ouvrières, 1926
Légende Source : tableau III, annexes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau I : Salaires en drachmes des ouvriers de 10 à 18 ans, Athènes - Le Pirée, 1930
Légende Source : Statistique Générale de la Grèce, Recensement des employés et ouvriers des entreprises industrielles et commerciales et relevé des salaires effectués en sept. 1930, Athènes, 1940
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tableau II : Répartition des ouvriers de moins de 18 ans selon la branche industrielle, Athènes - Le Pirée, 1930
Légende Source : Statistique Générale de la Grèce, Recensement des employés et ouvriers des entreprises industrielles et commerciales et relevé des salaires effectués en sept. 1930, Athènes, 1940
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7378/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

Université d’Athènes

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540