Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Faire la loi

Le travail des enfants au XIXe siècle dans les Bouches-du-Rhône et le Var. Discours et pratiques des élites

Roland Caty

Texte intégral

  • 1 Voir ci-dessus I. Kharaba, « Élites économiques et administratives du Var et des Bouches-du-Rhône (...)

1Les élites ne constituent pas une entité homogène. Par leur diversité, par leur plus ou moins grande implication dans le monde de l’enfance au travail, elles sont amenées à prendre des positions variées sur ce problème. À côté des autorités administratives dont l’attitude est analysée ailleurs1, certaines élites comme les médecins, les représentants de l’Église ou les ingénieurs ne sont pas directement visées par les textes législatifs, mais se trouvent confrontées à leur application. D’autres, tel l’ensemble du monde patronal, sont concernées au premier chef. L’exécution des lois sur le travail des enfants dans les Bouches-du-Rhône et le Var entre 1841 et 1892 permet d’étudier les réactions de ces élites régionales, de saisir leurs discours et d’avoir un aperçu de leurs pratiques.

  • 2 R. Caty, « Le travail des enfants dans l’industrie et l’artisanat en Provence au XIXe siècle », Le (...)

2Bien qu’ils ne soient pas considérés comme des départements très industrialisés, le Var et les Bouches-du-Rhône n’en ont pas moins recours à la main-d’œuvre infantile. Celle-ci se rencontre dans de multiples secteurs d’activité, mais de façon variable. Les enfants sont nombreux dans l’artisanat et la petite entreprise qui constituent la grande majorité des établissements régionaux. Ainsi, la statistique de 1867 sur les manufactures, usines ou ateliers des Bouches-du-Rhône dénombre 1 261 jeunes de huit à seize ans dont 920, soit près des trois quarts, travaillent chez des artisans ou de petits patrons. En revanche, on les trouve peu dans les grandes industries traditionnelles de Marseille, comme les huileries, les savonneries, les raffineries de sucre. Les principaux centres de la main d’œuvre enfantine au milieu du XIXe siècle se situent à l’Arsenal de Toulon, aux chantiers navals de La Ciotat et de La Seyne, dans le bassin minier de Gardanne, à Aix-en-Provence avec ses filatures et ses ateliers d’impression d’indiennes, à Marseille et dans sa banlieue autour des verreries, filatures, entreprises de construction mécanique et fabriques de tuiles2.

Médecins et ecclésiastiques face à l’enfance au travail

  • 3 Archives départementales du Var [A.D.V.], 16 M 6/1 et 16 M 7/1.
  • 4 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [A.D.BdR.], 14 M 21/2 et 14 M 21/3.

3Les professions de santé sont très vite confrontées à la question en raison de leur présence dans les commissions de surveillance ou les commissions locales d’inspection qui se mettent en place. Dans le Var par exemple, on note la présence d’un médecin et de deux pharmaciens dans la commission de Toulon nommée en 1854, de deux médecins dans celle de Brignoles la même année, tandis que les commissions de Draguignan, Collobrières ou Cotignac comptent à leur tour un médecin à cette époque. Parmi les commissions locales désignées en décembre 1874, on trouve aussi des représentants des professions médicales à Toulon et Draguignan3. Dans les Bouches-du-Rhône, certains médecins prennent leur rôle à cœur comme le docteur Chapplain appelé à la commission de Marseille en 1855, ou le docteur Gibert nommé également à Marseille en 1875. De plus, par arrêté préfectoral du 20 avril 1849, l’inspection du travail des enfants des Bouches-du-Rhône est confiée aux divers conseils d’hygiène et de salubrité du département, qui assureront cette fonction jusqu’en 1855. Dans le conseil d’Aix, par exemple, on note parmi les dix membres deux vétérinaires, deux pharmaciens et trois médecins, dont le docteur Goyrand qui est connu par ses travaux scientifiques et son action sociale4. On peut donc dire que ce personnel de santé, qui n’est pas employé dans les entreprises inspectées, occupe une place appréciable dans le système qui s’instaure.

  • 5 Rapport de l’inspecteur Chapplain, Marseille, le 17 juillet 1856 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

4Un peu comme les enquêtes nationales menées par certains médecins de l’époque, les rapports rédigés par ces représentants sont de précieux témoignages sur les conditions de travail des enfants. Ils fournissent d’abord des renseignements sur la nature des activités auxquelles les jeunes sont soumis. Ainsi, le docteur Chapplain distingue trois catégories d’emploi après l’inspection de soixante usines et ateliers de cinq arrondissements de Marseille. Dans la première de ces catégories, l’enfant souvent peu âgé n’est qu’un simple commissionnaire qui n’effectue pas de véritable travail ; la seconde catégorie regroupe les apprentis qui acquièrent un métier ; enfin la dernière comprend les jeunes utilisés comme de simples manœuvres, dans des tâches répétitives qui n’apportent aucune qualification5.

  • 6 Rapport de la commission d’inspection du 23 février 1856 (A.D.V., 16 M 7/1).
  • 7 Rapport du conseil d’hygiène et de salubrité, Aix-en-Provence, le 20 juillet 1851 (A.D.BdR., 14 M (...)
  • 8 Id., ibid.
  • 9 Id., ibid.

5De plus, un aperçu du cadre dans lequel est employée la main d’œuvre infantile est parfois donné : les filatures de soie de Cotignac sont jugées « d’une insalubrité intolérable »6, la filature de coton des frères Pastré à Aix-en-Provence est située « dans un local très vaste. Les métiers y sont généralement établis sur deux rangs. Quand on entre dans ces ateliers, on est assourdi par le bruit des machines »7. Les gestes des enfants, leurs positions corporelles sont également décrits. Dans la fabrique de toiles peintes Silvy, à Aix, les petites filles de six à dix ans sont montées sur des tabourets pour atteindre les métiers où elles passent la brosse cinq à six fois par minute8. Sur le bassin de lignite de Fuveau, les jeunes porteurs doivent descendre à pied dans la mine par un escalier glissant de 700 marches, emprunter 1 200 à 1 400 mètres de galeries, puis ramper sur 50 à 60 mètres dans des boyaux de moins d’un mètre de haut avant d’atteindre le chantier proprement dit, remplir leur cabas de charbon, enfin le transporter sur le dos en faisant le trajet inverse des boyaux, des galeries, voire des escaliers en l’absence de bennes actionnées par la vapeur9.

  • 10 Id., ibid.
  • 11 Procès-verbal de la commission de surveillance des enfants dans les manufactures, à laquelle parti (...)
  • 12 Rapport du 20 juillet 1851, loc. cit.

6Surtout, ces rapports sont attentifs à la santé des enfants, ils notent la répercussion des travaux sur leur état général, signalent les maux dont ils souffrent. Si les jeunes des industries textiles d’Aix paraissent « gais, forts et bien portants », en revanche les enfants du bassin minier, qui sont parfois admis avant l’âge de huit ans et travaillent de nuit, présentent altérations des poumons, bronchites chroniques, asthme, scrofules qui ne guérissent pas au moment de la puberté10 ; les rapporteurs insistent sur le risque de n’avoir à l’âge adulte que « des hommes rachitiques, sans force pour la fonction naturelle de reproduction de l’espèce »11. Le conseil d’hygiène et de salubrité d’Aix est conscient de l’importance de l’enjeu : il croit « devoir tracer ce tableau assez triste, mais exact, des maladies et infirmités des mineurs qui exploitent les lignites de notre arrondissement, afin [de faire comprendre] combien il importe qu’on fasse à cette industrie une application rigoureuse des lois relatives au travail des enfants »12.

  • 13 G. Pio, Mines et mineurs de Provence (Aix-en-Provence, 1984), p. 57. Voir aussi L. Gaillard, « La (...)

7L’attitude des représentants de l’Église est plus nuancée. Certains ecclésiastiques sont totalement impliqués quand ils dirigent des ouvroirs et des orphelinats qui utilisent la main-d’œuvre infantile. On peut alors les assimiler au monde patronal qui sera abordé plus loin. D’autres membres du clergé se trouvent concernés par le biais de l’enseignement, en particulier dans le cas des écoles religieuses qui sont une cause de tension au moment où la République s’affirme. Ainsi, dans le bassin houiller, les ecclésiastiques sont accusés de connivence avec les dirigeants. Analysant l’enquête ministérielle de 1880, Gérard Pio constate que « l’Église est le principal soutien des compagnies minières qui le lui rendent bien en favorisant ses entreprises et en finançant l’installation d’écoles congréganistes. » À Gréasque, les jeunes ne sont reçu à la mine que sur présentation d’un billet du curé ; dans plusieurs exploitations, l’ouvrier mineur, s’il veut conserver son emploi, doit envoyer ses enfants à l’école congréganiste fondée par la compagnie13.

8Mais il convient de ne pas généraliser. Certains membres du clergé, qui ne sont pas prisonniers du système, réagissent contre des pratiques patronales jugées excessives. C’est par exemple le cas de l’abbé Pin, curé de La Viste, dans la banlieue marseillaise, qui dénonce les abus dont il est le témoin. Dans une lettre adressée au préfet en 1872, il note qu’aux tuileries de l’Estaque

  • 14 L’abbé Pin au préfet des Bouches-du-Rhône, La Viste, le 4 octobre 1872 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

« on fait travailler une foule d’enfants dont l’âge varie entre neuf et douze et treize ans [...] et ces enfants si jeunes sont condamnés au travail de cinq heures du matin à sept heures du soir [soit quatorze heures par jour]. Ils font le travail d’un bon ouvrier, épuisant leur santé, se privant du bienfait d’une instruction qui leur est encore nécessaire [...], prennent des habitudes vicieuses et finissent par être de très mauvais sujets, et cela pour gagner 20 à 30 sous par jour. Les parents et les patrons y trouvent leur compte, mais les enfants sont sacrifiés moralement et physiquement. C’est un véritable assassinat »14.

9Une enquête est aussitôt demandée à l’ingénieur des mines en charge du secteur.

Position des ingénieurs

10Le corps des ingénieurs des mines se trouve alors confronté au problème de l’enfance au travail à un double titre. D’abord sur les bassins miniers où il exerce une fonction habituelle de contrôle, et en second lieu comme seul responsable de l’inspection du travail des enfants dans les manufactures entre 1869 et 1874, à la suite du décret impérial du 7 décembre 1868.

  • 15 Qui couvre à cette époque les trois départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et du Var.
  • 16 Né à Dijon en 1834 dans une famille très modeste, Ernest Villot entre à l’École polytechnique en 1 (...)
  • 17 Et d’ajouter : « Il avait la précieuse faculté de dormir quand il voulait, ne fût-ce que pour cinq (...)

11Dans l’arrondissement minéralogique de Marseille15, le poste est occupé par l’ingénieur Villot, âgé de trente-huit ans, qui accomplit la majeure partie de sa carrière dans le Midi16. Aimé Olivier de Sanderval, qui a visité avec lui des gisements de charbon en Espagne dans la région de l’Èbre, le présente ainsi dans ses Mémoires : un « gros homme, jeune, intelligent, sorti septième de Polytechnique, fils d’un cantonnier d’un département de l’Est, si je ne me trompe »17.

12Les prises de position de cet ingénieur sont détaillées dans deux rapports qui ont été conservés. Le premier concerne précisément ces fabriques de tuiles dénoncées par l’abbé Pin. Dans les conclusions qu’il remet, Villot se demande d’abord de quoi se mêle le curé de La Viste, les enfants dont il est question se trouvant tous sur d’autres paroisses que la sienne. De plus, les deux tiers sont de petits étrangers, des Italiens de surcroît, ce qui à ses yeux doit atténuer sensiblement la gravité des faits. Sans doute, reconnaît-il, dans le cas de 70 jeunes âgés de moins de douze ans, il y a contravention à la loi de 1841 qui fixe le travail effectif à huit heures par jour. Mais, ajoute-t-il aussitôt, « cette contravention existe, Dieu merci, plutôt dans les termes que dans l’esprit ». Car, selon lui,

  • 18 L’ingénieur des mines Villot à l’ingénieur en chef des mines, Marseille, le 11 novembre 1872 (A.D. (...)

« le travail de ces enfants n’est pas pénible ; il consiste, pour les plus jeunes, dans le fait de porter de chaque main une planchette sur laquelle repose une tuile sortant du moule pour aller la placer sur une chaîne sans fin qui monte ces tuiles au séchoir. Il n’y a là ni position gênante nuisant au développement des organes, ni atmosphère malsaine, ni fardeau pénible à porter. C’est plutôt pour ces enfants, je n’hésite pas à le dire, un utile exercice physique qui [...] ne peut être sérieusement préjudiciable à leur santé »18.

  • 19 Cité par V. Viet, Les Voltigeurs de la République. L’inspection du travail en France jusqu’en 1914(...)

13Jugement quelque peu hâtif lorsqu’on sait qu’une tuile non cuite pèse environ quatre kilos. Plus vigilant que Villot, l’inspecteur Blaise analyse vingt ans plus tard la somme de travail exigée des petits porteurs des briqueteries de Bernay, dans le département de l’Eure, travail qui est comparable à celui des tuileries marseillaises. Il calcule qu’en une journée de quatorze heures un enfant transporte 5 000 briques deux par deux sur un parcours de vingt à vingt-cinq mètres, soit une distance moyenne de cinquante kilomètres, avec une charge d’une dizaine de kilos, sans compter l’effort de se courber deux fois à chaque voyage. Et d’établir la comparaison suivante : un soldat en campagne couvre une distance d’environ trente kilomètres par jour avec un chargement de vingt kilos, sans être soumis à ces incessantes flexions qui sont une source de fatigue supplémentaire19.

  • 20 L’ingénieur des mines Villot à l’ingénieur en chef des mines, Marseille, le 11 novembre 1872 (A.D. (...)

14L’ingénieur Villot veut bien convenir qu’aux tuileries de l’Estaque il arrive à ces jeunes de travailler une demi-nuit, que leur scolarisation n’est pas respectée, mais, remarque-t-il, c’est le cas des autres établissements des Bouches-du-Rhône, et probablement du reste du territoire français. Au total, estime l’ingénieur, « il n’y a pas d’utilité démontrée, il n’y a surtout pas d’urgence de prendre aucune mesure coercitive. Je me suis borné à aviser verbalement les industriels »20.

  • 21 Rapport de l’ingénieur des mines Villot, Marseille, le 13 juin 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

15Le second rapport date de juin 1876 et porte sur deux infractions à la loi de 1874 constatées dans le bassin houiller de Fuveau-Gardanne : d’une part le travail de nuit des enfants, d’autre part le portage à dos de charges tout à fait excessives. Sur le premier point, Villot défend la situation présente, repousse les possibles solutions de rechange pour conclure : « C’est avec toute espèce de bonnes raisons que les exploitants des mines demandent que le séjour des enfants dans les mines soit toléré jusqu’à minuit. » En ce qui concerne le portage à dos, l’ingénieur admet que l’infraction est patente et conseillerait de supprimer progressivement les enfants porteurs de moins de seize ans auxquels la loi s’applique. Mais il le fait presque à regret, soulignant l’intérêt de conserver des jeunes dans les mines : « Il est bon et utile, à tous les points de vue, au point de vue hygiénique comme aux autres, que les enfants, qui doivent être des mineurs plus tard, aient pratiqué les mines avant seize ans. Je n’approuve pas l’exclusion absolue au-dessous de seize ans [...] et je crains que les compagnies qui s’imposent cette obligation n’aient plus tard à le regretter »21.

  • 22 L. Gaillard, op. cit., p. 915-916.
  • 23 Tous deux ont notamment travaillé au projet de « galerie à la mer », une voie souterraine de quato (...)

16Force est de constater que Villot fait sienne l’argumentation des employeurs et répugne à sévir. Ce n’est pas sans raison que l’enquête de 1880 sur le bassin houiller l’accuse de soutenir la politique patronale22, accusation d’autant plus vraisemblable que des rapports d’étude et d’amitié l’attachent à Ernest Biver, ingénieur civil qui dirige la Société des charbonnages des Bouches-du-Rhône, la plus importante des exploitations minières de Fuveau-Gardanne23.

17Ainsi, une différence de comportement est perceptible entre les deux groupes des médecins et des ingénieurs. L’ingénieur a tendance à considérer l’enfant comme un agent de production dont le rendement est essentiel ; le médecin est sensible au contexte, aux problèmes de santé et, après la défaite de 1870, aux conséquences à long terme sur l’avenir de la population. Pour l’un le jeune est un producteur, pour l’autre il est envisagé comme un futur reproducteur.

Des employeurs aux attitudes contrastées

18À ces professions plus ou moins concernées par le travail des enfants, s’ajoute une catégorie à laquelle s’adressent lois et règlements, les élites patronales. En Provence comme ailleurs, elles sont très diversifiées, tant par leur secteur d’activité, la taille de leur entreprise que par leur attitude devant la législation. À côté d’employeurs exemplaires qui observent les textes à la lettre, il existe des propriétaires d’usines et d’ateliers chez lesquels des abus sont encore relevés à la fin du siècle.

  • 24 Le préfet maritime au ministre de la Marine, Toulon, le 21 février 1846 (Arch. du Port de Toulon, (...)
  • 25 I. Kharaba, « Le travail des enfants au XIXe siècle à travers les discours consulaires de Toulon e (...)

19L’Arsenal de Toulon offre des conditions exceptionnelles pour l’époque. C’est le premier établissement industriel du Var, qui relève directement de l’État par le biais du ministère de la Marine. Il ne possède pas d’apprentis au-dessous de douze ans, les enfants ne travaillent pas plus de dix heures par jour en moyenne annuelle, quand la législation en autorise douze, et jamais de nuit. Ils ont tous leurs dimanches et jours fériés. S’ils n’ont pas reçu d’instruction élémentaire avant leur entrée, ils sont tenus de suivre les cours d’une école spéciale, dont la Marine supporte les frais. En 1846, le préfet maritime de Toulon souligne au ministre de la Marine que « de telles conditions sont bien douces en comparaison de ce qu’elles pourraient être si Ton usait de la latitude laissée au chef d’établissement industriel par la loi du 22 mars 1841 »24. Et de fait, l’Arsenal draine vers ses ateliers la très grande majorité des enfants en apprentissage de la région toulonnaise. Peu de garçons travaillent dans le privé, ce qui contraint les industriels à leur offrir des conditions équivalentes à celles de l’Arsenal, sinon meilleures25.

  • 26 Sur le rôle d’Armand Behic, voir R. CATY, P. Échinard et É. Richard, Les Patrons du Second Empire, (...)
  • 27 « État des ouvriers, femmes et enfants employés dans les ateliers des Messageries impériales à La (...)
  • 28 Rapport de l’inspecteur Collard, La Ciotat, le 21 juillet 1859 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

20Tout aussi remarquables sont les chantiers navals de La Ciotat. Ils appartiennent depuis 1852 aux Messageries impériales, devenues Messageries maritimes après 1870. Cette importante société d’armement parisienne est présidée de 1860 à 1891 par Armand Behic, une personnalité d’envergure nationale qui est durant quelques années ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics de Napoléon III26. Les chantiers de La Ciotat construisent et réparent une large partie de la flotte commerciale marseillaise. Ils sont à la pointe de la technique navale et appliquent envers leur personnel une politique sociale avancée. En 1855, sur un effectif de 1 410 ouvriers, ils emploient 130 enfants ; en 1856, 80 sont utilisés dans des travaux de chaudronnerie navale, de charpentiers, d’ajustage, de montage, de forge, etc. Le 18 octobre 1853, c’est-à-dire quelques mois après que les chantiers deviennent la propriété des Messageries, une école primaire est fondée ; ces classes sont développées en 185527. À partir de 1862, est créée pour les apprentis de douze à quinze ans l’école des chantiers des Messageries impériales de La Ciotat, qui fonctionne selon le principe des écoles de fabrique, comme chez Schneider au Creusot. L’instruction est donnée dans l’usine même, les travaux d’atelier sont exécutés sous la conduite d’un contremaître. Aussi, les enfants qui travaillent aux Messageries passent pour des privilégiés. L’inspecteur Collard écrit au préfet en juillet 1859 : « Je suis heureux de vous donner l’assurance que la Compagnie a pour ces enfants des soins vraiment maternels. Elle veille constamment à leur bien-être, au moral comme au physique, pourvoyant largement à leur instruction et les encourage par des prix »28.

  • 29 Voir par exemple la lettre de l’inspecteur divisionnaire Tavernier au préfet du Var, le 10 juillet (...)
  • 30 L’inspecteur divisionnaire Lagard au préfet du Var, le 17 décembre 1885 (A.D.V., 16 M 7/1).
  • 31 Rapport de l’inspecteur Lagard, Marseille, le 29 juin 1885 (A.D.BdR., 14 M 21/4).
  • 32 R. CATY, « Le travail des enfants dans l’industrie et l’artisanat en Provence au XIXe siècle », lo (...)

21À l’opposé, bien des patrons se placent en marge de la légalité, soit qu’ils usent de compromis, soit qu’ils pratiquent un rejet pur et simple des textes. Le fait est plus fréquent au milieu du siècle qu’à sa fin ; il est surtout perceptible dans les petits ateliers, très nombreux, où les inspections sont rares et où l’ignorance comme les abus sont courants29. Les constats abondent. Dans le Var, l’inspecteur divisionnaire Lagard, qui fait une tournée en 1885, note qu’à La Garde-Freinet les fabricants de bouchon n’ont pas le moindre souci de la loi du 19 mai 1874 et la violent impunément dix ans après sa mise en application30. Dans les Bouches-du-Rhône, 78 % des ateliers visités en 1884 n’observent pas du tout cette même législation31. Les procès-verbaux d’inspection et les rapports de gendarmerie dressés entre 1876 et 1891 précisent la nature des infractions les plus fréquentes : absence du livret obligatoire dans 61 % des établissements verbalisés, inexistence de la scolarisation (58 %), travaux dangereux qui entraînent des accidents plus ou moins graves (50 %)32.

  • 33 Compte rendu de la séance du 19 août 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

22On pourrait également citer la dérive de certains ouvroirs religieux qui se trouvent en dehors du champ d’application de la loi de 1874. Pour financer leur action philanthropique, ils fonctionnent comme des structures mixtes : de société de bienfaisance et de charité, ils deviennent de véritables entreprises utilisant à des fins commerciales une main-d’œuvre gratuite et sans défense. La commission d’inspection d’Arles cite l’exemple de deux ouvroirs, désignés sous le nom d’orphelinats, qui emploient des jeunes filles de neuf à quinze ans à des travaux de couture au-dessus de leur force33. De son côté, l’inspecteur Lagard attire l’attention sur les orphelinats religieux pour qui la formation des enfants devient « un objet de bénéfice et de spéculation » :

  • 34 Rapport de l’inspecteur divisionnaire Lagard, dans le « Rapport au Président de la République de l (...)

« Nous avons pu constater que [...] le travail y était organisé en vue d’une grande production. Dans les ateliers de lingerie, par exemple, on a l’habitude de donner à la même ouvrière toujours la même besogne. Cette façon de procéder [est] contraire à tous les principes d’instruction professionnelle des enfants [...]. À la suite d’observations que nous avons présentées sur ce mode de travail à quelques directeurs et directrices de ces établissements, ceux-ci ont consenti à faire participer l’enfant aux divers travaux que nécessite la confection d’un objet déterminé. Par ce moyen, l’enfant pourra apprendre progressivement les divers éléments d’un métier »34.

  • 35 L. Gaillard, op. cit., p. 436.

23C’est aussi le cas de la Petite-Œuvre, un ouvroir tenu par des religieuses et patronné par les grandes familles notables de Marseille, qui est destinée à former des jeunes filles du peuple. Le but affiché est d’« apprendre un état, devenir de bonnes ouvrières, se préparer un avenir temporel sous l’égide de la religion ». À cette fin, sont enseignés les métiers de lingère, de modiste, de fleuriste. Mais l’entreprise est ouvertement accusée de devenir « un atelier religio-capitaliste » qui exerce une concurrence déloyale envers les artisans de la ville35. La loi du 2 novembre 1892 réglementera de tels agissements.

24Lorsque les patrons sont invités à se conformer à la législation, ils tiennent un discours qui est parfois rapporté. Par exemple, dans la fabrique de toiles peintes Silvy, à Aix, les enfants sont admis dès l’âge de six ou sept ans (au lieu de huit), ils travaillent douze à quatorze heures par jour en été (au lieu de huit heures) et ne suivent aucune scolarisation. Une première inspection en 1851 donne lieu à une mise en garde. Nouvelle visite en 1856 où les employeurs, toujours dans l’illégalité, se justifient longuement. Ils soutiennent « qu’il y a mille avantages pour que ces enfants travaillent pour eux et pour la société ». On les dit trop jeunes ? En fait, comme ils sont issus de milieu pauvre, « ils ont un grand besoin d’avoir une manufacture qui puisse mettre à profit leur faible force ». Les journées de travail sont trop longues en été ? Celles d’hiver n’ont que six heures et demie, ce qui établit une moyenne annuelle conforme à la législation. Et la scolarisation se trouve compromise une partie de l’année ? Mais elle est possible en hiver, et « cela doit suffire ce nous semble pour remplir les vues de la loi ». En résumé, affirment les propriétaires,

  • 36 Rapport du conseil d’hygiène et de salubrité, Aix-en-Provence, le 20 juillet 1851 ; rapport du com (...)

« il y aurait un préjudice notable de priver ces enfants des moyens d’existence qu’ils trouvent dans nos ateliers, d’autant plus qu’ils ne fréquenteraient pas davantage les écoles primaires ; de plus étant dans l’oisiveté, ils ne seraient pas sous les yeux des parents et pourraient par conséquent se livrer à des manœuvres coupables »36.

25Propos pour le moins tendancieux, mais plaidoyer qui ne conteste pas la réalité des faits. Il vise plutôt à la justifier en utilisant des arguments plus ou moins spécieux.

Du discours à la pratique chez certaines élites patronales

26Dans le cas d’autres employeurs, discours et réalité ne coïncident plus ; on note même un décalage entre la position officielle et les pratiques observées dans l’entreprise. Cette ambiguïté peut être perçue à travers les procès-verbaux dressés à la suite d’infractions. Certains d’entre eux mettent en cause des personnalités connues du monde économique et social. Nous évoquerons les cas de trois industriels marseillais qui sont des notables en vue.

  • 37 Sur Victor Régis et son frère Louis, voir notamment R. Caty et É. Richard, « Un négociant dans la (...)

27Le premier, Louis Régis, est le frère de Victor Régis, l’un des plus riches négociants-armateurs de la place, membre et vice-président de la chambre de commerce. Louis Régis possède une fabrique de bougies dans la banlieue marseillaise ; c’est aussi un grand propriétaire terrien, un conseiller municipal sous le Second Empire et surtout pendant quinze ans un administrateur de la puissante Société de bienfaisance et de charité, dont il devient le président en 1872. Cet organisme, qui couvre la ville, a pour but de secourir de nombreuses catégories de nécessiteux et d’aider la classe ouvrière par la formation de sociétés de prévoyance et de secours mutuel37.

  • 38 Procès-verbal de l’inspecteur divisionnaire Livarès, Marseille, le 9 mars 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/ (...)

28L’usine de Louis Régis est inspectée une première fois en décembre 1874, à nouveau le 7 mars 1875. L’inspecteur relève l’absence de deux filles mineures et note : « Selon les déclarations de leurs compagnes, elles étaient employées au travail de nuit et se reposaient le jour », ce qui est absolument contraire à la loi. Troisième inspection deux jours plus tard devant Louis Régis en personne. Le rapport mentionne : « Les dites filles, alors présentes, ont reconnu qu’elles avaient passé la nuit au travail » et l’inspecteur constate : « Déjà, dans la première visite à la fabrique, et en l’absence de M. Régis, nous avions laissé des instructions verbales et écrites pour l’exécution de la loi, dont il n’a pas été tenu compte. » Le président de la Société de bienfaisance et de charité, le défenseur des malheureux, se voit dresser procès-verbal pour infraction répétée à l’article 4, paragraphes 2 et 3, de la loi sur le travail des enfants et des filles mineures38.

  • 39 Sur le parcours exceptionnel d’Édouard Jullien, R. Caty, P. Échinard et É. Richard, op. cit., p. 1 (...)
  • 40 Renseignements aimablement communiqués par Laurence Américi. Voir également sa thèse de doctorat d (...)

29Autre exemple, celui d’Édouard Jullien, fils d’un cordonnier, qui connaît une ascension spectaculaire. Parti de rien, il se trouve en une trentaine d’années à la tête d’une tannerie de 14 000 m2 considérée comme l’une des premières de France. Il reçoit trois médailles d’or à l’Exposition universelle de Paris en 1878 pour l’excellence de ses articles. C’est de plus un notable éminent : conseiller municipal et adjoint au maire sous le Second Empire, membre de la chambre de commerce sous la Troisième République, attaché à de nombreuses institutions charitables et à la caisse d’épargne dont il est administrateur en 1869 et directeur en 189039. Les travaux de Laurence Américi sur le personnel dirigeant de cette institution ont mis en valeur les prises de position d’Édouard Jullien : une fibre sociale vibrante, une sensibilité affichée envers les difficultés rencontrées par les travailleurs, bref un expert du mode de vie ouvrier qui est considéré comme une référence par Eugène Rostand40.

  • 41 L. Gaillard, op. cit., p. 491.
  • 42 Procès-verbal de l’inspecteur divisionnaire Tavernier, Marseille, le 16 avril 1883 (A.D.BdR., 14 M (...)

30Les échos recueillis sur les établissements Jullien ne coïncident pas, c’est le moins que l’on puisse dire, avec ce brillant tableau. Déjà dans son étude sur la vie ouvrière à Marseille sous le Second Empire, Lucien Gaillard présente l’industriel comme l’un des rares patrons détestés par son personnel pour sa brutalité41. Ajoutons que cet employeur se soucie peu de faire bénéficier les enfants qu’il utilise des bienfaits de la législation. Le 16 avril 1883, l’inspecteur divisionnaire Tavernier visite les tanneries Jullien et relève le cas de cinq jeunes de onze à quatorze ans qui se trouvent en totale illégalité : l’un d’eux est au-dessous de l’âge minimum autorisé, tous ont un temps de travail excessif, aucun n’est scolarisé. De plus, on constate l’absence de livrets, l’absence de registre, l’absence d’affichage des lois et règlements. Contravention est dressée aux articles 2, 8, 9, 10 et 11 de la loi du 19 mai 187442.

  • 43 Sur cette personnalité, voir P. Guiral et F. Reynaud (dir.), Les Marseillais dans l’Histoire (Toul (...)

31L’ambiguïté n’est pas moins manifeste dans le cas d’Amédée Armand, grand industriel à la tête d’une des premières exploitations minières du bassin de Fuveau-Gardanne, la société Michel, Armand et Cie. C’est un homme d’affaires entreprenant, le créateur des Forges de La Capelette, l’administrateur, le vice-président ou le président de nombreuses entreprises de banque, d’assurances, d’armement. Il siège vingt ans à la chambre de commerce dont il est quatre fois vice-président et dont il assure la présidence de 1866 à 1872. Royaliste et légitimiste en politique, il est sur le plan religieux un catholique ardent qui anime de nombreuses œuvres charitables. Il a pour devise la formule « Vivons dans la justice, la piété, la sobriété en attendant la gloire future »43.

  • 44 Réponse à la circulaire du ministre de l’Agriculture et du Commerce sur le travail des enfants dan (...)

32Comme président de la chambre de commerce, Amédée Armand approuve et signe les prises de position officielles de cet organisme en faveur des enfants au travail. Il demande ainsi que l’âge d’admission soit élevé à dix ans, la journée abaissée à huit heures, la loi de 1841 étendue à tous les établissements industriels, allant jusqu’à soutenir « qu’il est de la plus grande importance que la société veille à ce que, par un usage prématuré de leurs forces et par leur admission trop hâtive dans les ateliers, les enfants ne soient exposés à un épuisement physique prématuré »44.

  • 45 Rapport du conseil d’hygiène et de salubrité d’Aix-en-Provence, le 20 juillet 1851 (A.D.BdR., 14 M (...)
  • 46 L’inspecteur Collard au préfet des Bouches-du-Rhône, La Ciotat, le 21 juillet 1859 (A.D.BdR., 14 M (...)

33Là encore, il y a loin du discours officiel aux pratiques constatées. Déjà en 1851, le conseil d’hygiène et de salubrité d’Aix relève les nombreuses infractions commises par la société Michel, Armand et Cie sur le bassin de lignite de Fuveau. Parmi les 300 enfants qu’elle emploie, certains sont admis dès huit ans alors que les règlements interdisent l’embauche avant dix ans, tous sont astreints au travail de nuit, aucun n’est scolarisé en raison des horaires appliqués et de l’éloignement des écoles. Le conseil insiste pour que la législation soit rigoureusement observée45, mais en vain, puisque l’inspecteur Collard constate en juillet 1859 que « sur le plateau houiller [...], le bienfait de la loi [sur le travail des enfants] est à peu près inconnu »46.

  • 47 Rapport de l’ingénieur des mines Villot, Marseille, le 13 juin 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

34Nouvelle mise en cause par l’ingénieur des mines Villot, dont il a été question plus haut, dans son rapport de juin 1876. Il souligne que, des trois entreprises exploitantes du bassin, la société Michel, Armand et Cie sera la plus difficile à faire entrer dans la légalité parce qu’elle est celle qui s’en éloigne le plus. Sur les 98 enfants qu’elle compte alors, tous travaillent de nuit et de plus 75 sont des porteurs à dos auxquels on impose des charges de vingt à vingt-cinq kilos au lieu des dix à quinze kilos réglementaires47.

35Ce constat émeut la commission locale de surveillance des enfants, qui a été nommée par le préfet en 1875. Parmi ses membres, on note cinq représentants des élites marseillaises, le docteur en médecine Gibert aux côtés de quatre chefs d’entreprise : le banquier Félix Abram, qui est un républicain engagé, membre du conseil général, et trois armateurs, dont Louis Fraissinet qui dirige l’une des principales compagnies de navigation marseillaises et dont le frère Adolphe, également armateur, siège alors à l’Assemblée nationale comme député républicain de centre gauche. C’est donc une réunion de notables, voire de grands notables, orientés à gauche, ayant le sens des responsabilités et l’expérience de la chose publique.

  • 48 « La commission estime que MM. Michel, Armand pourraient réduire le nombre des enfants portant à d (...)

36Cette commission prend position contre les pratiques des sociétés exploitantes du bassin houiller, notamment de la société Michel, Armand et Cie48. De plus, elle décide d’envoyer sur place deux de ses membres pour mener une enquête, le docteur Gibert et le banquier Abram qui se rendent aux mines de Valdonne. Leur rapport est accablant. Tous les renseignements qu’ils recueillent confirment que la loi de 1874 n’est pas appliquée. Les deux observateurs précisent que

  • 49 Rapport du docteur Gibert et de Félix Abram cité par G. Pio (op. cit., p 61) et compte rendu de la (...)

« si quelques-uns [des enfants employés dans la société Michel, Armand et Cie] paraissent jouir d’une bonne santé, le plus grand nombre est amaigri, pâle, anémique, leur respiration est courte, leur visage est empreint d’une tristesse hâtive et dénote une fatigue générale très caractérisée ». « Cette tristesse si apparente [...] prouve que ces enfants ne peuvent s’habituer ni se livrer sans fatigue à un travail excessif pour leur âge et auquel ils n’ont pas été formés graduellement »49.

  • 50 Compte rendu de la séance du 30 décembre 1876 (loc. cit.).
  • 51 Procès-verbal de l’inspecteur divisionnaire Tavernier, Marseille, le 27 septembre 1882 (A.D.BdR., (...)

37La commission de surveillance estime « qu’il ne faut pas épuiser l’enfant avant l’âge sous peine d’empêcher la croissance et le développement normal ». Après délibération, elle adopte l’avis formel qu’il n’y a pas lieu de fermer les yeux sur les infractions à la loi du 19 mai 1874, comme tend à le conseiller l’ingénieur des mines Villot. Elle demande donc que l’inspecteur divisionnaire et les inspecteurs des mines dressent des procès-verbaux50. La législation tarde néanmoins à être appliquée. Six ans plus tard, l’inspecteur divisionnaire Tavernier visite « au hazard » des chantiers de la même société Michel, Armand et Cie et remarque au fond de la mine cinq enfants « tous occupés au transport à dos des couffins de charbon. Ces couffins saisis, montés au jour et pesés, ont été reconnu être d’un poids moyen de 18 kg. » L’infraction est patente, et jugée d’autant plus sérieuse que « la charge portée est trop forte pour ne pas écraser des enfants aussi jeunes et aussi chétifs, travailleraient-ils même debout, en plein air et sur un plan horizontal. » Contravention est donc dressée séance tenante51.

38En définitive, quelques remarques peuvent être tirées de ce rapide aperçu. L’application des lois sur le travail des enfants confirme que les élites adoptent des positions éloignées selon leurs formations et leurs professions. Pour reprendre les exemples évoqués, il est évident que le point de vue du médecin extérieur à l’entreprise, qui est sensible aux problèmes de santé et de renouvellement des générations, s’oppose en tous points à l’attitude de l’ingénieur ou aux pratiques de l’industriel pour lesquels compte avant tout le rendement d’une main-d’œuvre nombreuse, malléable et bon marché.

39L’étude met aussi en évidence certaines des fractures qui divisent le monde des élites économiques, fractures qui se dessinent en fonction des personnalités, des secteurs d’activité ou des options politiques. Le devoir de respecter les textes législatifs dans le cas de l’État, une position nationale éminente doublée d’une sensibilité aux questions sociales chez le ministre Armand Behic, font de ces employeurs des patrons responsables, attentifs au sort des enfants qu’ils font travailler. Tel n’est pas le cas de l’industriel Amédée Armand : les critiques émises à son égard par la commission locale de surveillance montrent les tensions qui peuvent exister au sein des élites économiques marseillaises. Lorsque le banquier Félix Abram et l’armateur Louis Fraissinet, membres de cette commission, s’opposent aux pratiques d’un des premiers exploitants du bassin minier, il convient d’y voir peut-être une divergence de caractère, sans doute des antagonismes politiques (le fervent républicain Abram ne doit pas être mécontent de mettre sur la sellette le légitimiste Armand), mais il faut également relever une différence d’attitude dans les rapports avec la main-d’œuvre. Un banquier à la tête de quelques commis, un armateur peu confronté à l’enfance au travail (même s’il utilise des mousses) ne réagissent pas comme un patron de mines de charbon, grand employeur de jeunes.

40Enfin, nous saisissons sur le vif les ambiguïtés entre les discours et les pratiques chez certaines de ces mêmes élites. Les prises de position officielles du président de la chambre de commerce Amédée Armand comme celles du directeur de la caisse d’épargne Édouard Jullien, l’action caritative du président de la Société de bienfaisance Louis Régis sont en net décalage avec la réalité constatée dans leurs entreprises. Autant de contradictions qui accentuent la diversité et la complexité des rapports que les élites entretiennent avec le monde de l’enfance au travail.

Notes

1 Voir ci-dessus I. Kharaba, « Élites économiques et administratives du Var et des Bouches-du-Rhône face à l’élaboration des lois sur le travail des enfants au XIXe siècle ». Nous devons à l’obligeance d’Ivan Kharaba une grande partie de notre documentation sur le Var.

2 R. Caty, « Le travail des enfants dans l’industrie et l’artisanat en Provence au XIXe siècle », Les Amis du Vieil Istres, bulletin n° 22, février 2000, p. 131-141 ; P. Guiral, « Brèves observations sur le travail des enfants dans les Bouches-du-Rhône au milieu du XIXe siècle », 8e Colloque d’histoire de l’artisanat et de l’apprentissage (Publication des Annales de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, 1965), p. 57-68. De façon plus générale, sur l’histoire de l’enfance au travail en France, Les Enfants et les jeunes au travail. Études et documents pour l’histoire de l’administration du travail (Cahier du comité d’histoire, Ministère de l’emploi et de la solidarité, supplément avril 2001).

3 Archives départementales du Var [A.D.V.], 16 M 6/1 et 16 M 7/1.

4 Archives départementales des Bouches-du-Rhône [A.D.BdR.], 14 M 21/2 et 14 M 21/3.

5 Rapport de l’inspecteur Chapplain, Marseille, le 17 juillet 1856 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

6 Rapport de la commission d’inspection du 23 février 1856 (A.D.V., 16 M 7/1).

7 Rapport du conseil d’hygiène et de salubrité, Aix-en-Provence, le 20 juillet 1851 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

8 Id., ibid.

9 Id., ibid.

10 Id., ibid.

11 Procès-verbal de la commission de surveillance des enfants dans les manufactures, à laquelle participe le docteur Gibert, séance du 30 novembre 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

12 Rapport du 20 juillet 1851, loc. cit.

13 G. Pio, Mines et mineurs de Provence (Aix-en-Provence, 1984), p. 57. Voir aussi L. Gaillard, « La Vie ouvrière et les mouvements ouvriers à Marseille de 1848 à 1879 », thèse pour le doctorat d’université (Université de Provence, 3 vol., 1972), p. 430, 923.

14 L’abbé Pin au préfet des Bouches-du-Rhône, La Viste, le 4 octobre 1872 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

15 Qui couvre à cette époque les trois départements des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse et du Var.

16 Né à Dijon en 1834 dans une famille très modeste, Ernest Villot entre à l’École polytechnique en 1853 et intègre le corps des mines en 1855. Nommé ingénieur à Avignon en 1858, il est peu après affecté à Marseille où il contrôle notamment le bassin minier de Gardanne jusqu’en 1880. Il est appelé à Paris en 1886, entre au Conseil général des mines et décède en 1897 avec le grade d’inspecteur général. Il est l’auteur de plusieurs articles parus dans les Annales des Mines et le bulletin de la Société scientifique de Marseille, société qu’il préside de 1878 à 1880. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1873 et promu officier en 1896. Sur sa carrière et ses écrits, voir les discours prononcés à sa mort par l’inspecteur général des mines Haton de la Goupillière et l’inspecteur des Ponts et chaussées Gouin, Annales des Mines, 1897, 9e série, t. II, p. 637-643. Sur les ingénieurs des mines, A. THÉPOT, Les Ingénieurs des mines au XIXe siècle. Histoire d’un corps technique d’État, t. I 1810-1914 (Paris, ESKA, 1998, 511 p.).

17 Et d’ajouter : « Il avait la précieuse faculté de dormir quand il voulait, ne fût-ce que pour cinq minutes, n’importe où, et profondément, c’est-à-dire utilement. À bord [de la voiture à cheval utilisée] lorsque la conversation s’éteignait, je l’ai vu souvent dire en riant : « Plus rien, dormons ! » Puis se réveillant au bout de quelques minutes, il reprenait part à la vie, par un sourire dispos, sans secousse ni lacune, prêt à recommencer, si rien ne venait le retenir à la surface. » G.O.S., Sanderval. Mémoires d’Aimé Olivier comte de Sanderval (Rennes, 1961), p. 91.

18 L’ingénieur des mines Villot à l’ingénieur en chef des mines, Marseille, le 11 novembre 1872 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

19 Cité par V. Viet, Les Voltigeurs de la République. L’inspection du travail en France jusqu’en 1914 (Paris, 1994), p. 96. Sur le nouveau corps des inspecteurs mis en place par les lois des 19 mai 1874 et 2 novembre 1892, voir également B. Guérard (dir.), 1892-1913. L’inspection du travail française et le travail des enfants (Paris, Comité d’histoire des administrations chargées du travail et de la formation professionnelle, supplément aux Cahiers du Comité, décembre 1999, 240 p.).

20 L’ingénieur des mines Villot à l’ingénieur en chef des mines, Marseille, le 11 novembre 1872 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

21 Rapport de l’ingénieur des mines Villot, Marseille, le 13 juin 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

22 L. Gaillard, op. cit., p. 915-916.

23 Tous deux ont notamment travaillé au projet de « galerie à la mer », une voie souterraine de quatorze kilomètres prévue pour assécher le bassin et transporter le lignite au port de Marseille. Voir l’article d’Ernest Villot « Étude sur le bassin de Fuveau et sur un grand travail à y exécuter », Annales des Mines, 1883, 8e série, t. IV, p. 5-66.

24 Le préfet maritime au ministre de la Marine, Toulon, le 21 février 1846 (Arch. du Port de Toulon, 2 A 3/139).

25 I. Kharaba, « Le travail des enfants au XIXe siècle à travers les discours consulaires de Toulon et Marseille. Analyse du cas varois », communication présentée au séminaire d’histoire sociale de l’Unité Mixte de Recherche TELEMME, Aix-en-Provence, 20 octobre 1997.

26 Sur le rôle d’Armand Behic, voir R. CATY, P. Échinard et É. Richard, Les Patrons du Second Empire, t. V, Marseille (Paris, 1999), p. 69-72.

27 « État des ouvriers, femmes et enfants employés dans les ateliers des Messageries impériales à La Ciotat », le 22 février 1855 (A.D.BdR., 14 M 21/2) ; rapport de l’inspecteur Collard, La Ciotat, le 24 juillet 1856 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

28 Rapport de l’inspecteur Collard, La Ciotat, le 21 juillet 1859 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

29 Voir par exemple la lettre de l’inspecteur divisionnaire Tavernier au préfet du Var, le 10 juillet 1883 (A.D.V., 16 M 7/1).

30 L’inspecteur divisionnaire Lagard au préfet du Var, le 17 décembre 1885 (A.D.V., 16 M 7/1).

31 Rapport de l’inspecteur Lagard, Marseille, le 29 juin 1885 (A.D.BdR., 14 M 21/4).

32 R. CATY, « Le travail des enfants dans l’industrie et l’artisanat en Provence au XIXe siècle », loc. cit., p. 140.

33 Compte rendu de la séance du 19 août 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

34 Rapport de l’inspecteur divisionnaire Lagard, dans le « Rapport au Président de la République de la Commission supérieure du travail des enfants », Paris, le 12 juillet 1888, p. 76 (A.D.BdR., 14 M 21/4).

35 L. Gaillard, op. cit., p. 436.

36 Rapport du conseil d’hygiène et de salubrité, Aix-en-Provence, le 20 juillet 1851 ; rapport du commissaire de police de l’arrondissement d’Aix au sous-préfet, Aix, le 25 juin 1856 ; lettre du sous-préfet d’Aix au préfet des Bouches-du-Rhône, Aix, le 28 juin 1856 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

37 Sur Victor Régis et son frère Louis, voir notamment R. Caty et É. Richard, « Un négociant dans la ville : activité, fortune, pouvoirs. Victor Régis à Marseille (1830-1881) » dans M. Collin (dir.), Ville et port, XVIIIe-XXe siècles (Paris, 1994), p. 153-164. Sur la carrière de Victor Régis, R. Caty, P. Échinard et É. Richard, op. cit., p. 237-240.

38 Procès-verbal de l’inspecteur divisionnaire Livarès, Marseille, le 9 mars 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

39 Sur le parcours exceptionnel d’Édouard Jullien, R. Caty, P. Échinard et É. Richard, op. cit., p. 189-191.

40 Renseignements aimablement communiqués par Laurence Américi. Voir également sa thèse de doctorat d’histoire, « La Caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône au XIXe siècle : un outil financier au service de l’intervention sociale » (Université de Provence, 2 t., 2000).

41 L. Gaillard, op. cit., p. 491.

42 Procès-verbal de l’inspecteur divisionnaire Tavernier, Marseille, le 16 avril 1883 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

43 Sur cette personnalité, voir P. Guiral et F. Reynaud (dir.), Les Marseillais dans l’Histoire (Toulouse, 1988), p. 34 ; R. Caty, P. Échinard et É. Richard, op. cit., p. 48-50.

44 Réponse à la circulaire du ministre de l’Agriculture et du Commerce sur le travail des enfants dans les manufactures, la chambre de commerce au préfet des Bouches-du-Rhône, Marseille, le 12 avril 1870 (A.D.BdR., 14 M 21/2). En qualité de président de la chambre, Amédée Armand est le premier à apposer sa signature au bas du texte.

45 Rapport du conseil d’hygiène et de salubrité d’Aix-en-Provence, le 20 juillet 1851 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

46 L’inspecteur Collard au préfet des Bouches-du-Rhône, La Ciotat, le 21 juillet 1859 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

47 Rapport de l’ingénieur des mines Villot, Marseille, le 13 juin 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/2).

48 « La commission estime que MM. Michel, Armand pourraient réduire le nombre des enfants portant à dos. Elle signale à qui de droit cette situation, malgré la défaveur que cette mesure restrictive du travail des enfants doit provoquer de mécontentement de la part des parents des enfants travaillant aux mines, mais le devoir de la commission est d’inviter les exploitants à supprimer dans un délai rapproché le portage à dos pour les enfants au-dessous de seize ans » (Compte rendu de la séance du 18 octobre 1876, A.D.BdR., 14 M 21/3).

49 Rapport du docteur Gibert et de Félix Abram cité par G. Pio (op. cit., p 61) et compte rendu de la commission locale de surveillance des enfants, séance du 30 décembre 1876 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

50 Compte rendu de la séance du 30 décembre 1876 (loc. cit.).

51 Procès-verbal de l’inspecteur divisionnaire Tavernier, Marseille, le 27 septembre 1882 (A.D.BdR., 14 M 21/3).

Auteur

CNRS - UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540