Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfants au travail

 | 
Roland Caty

Avant-propos

Roland Caty

Texte intégral

1Cette œuvre collective marque l’aboutissement de plusieurs années de travail du groupe de recherche « Élites, entreprises et action sociale (XIXe-XXe siècles) ». Constituée en 1996 au sein de l’Unité Mixte de Recherche TELEMME (CNRS – Université de Provence), cette équipe se propose d’étudier la façon dont les élites et les entreprises conçoivent la question sociale. La confrontation de ces trois champs d’investigation doit permettre d’analyser les rapports entre discours, pratiques et réalités : comment les problèmes sociaux sont-ils perçus par les classes dirigeantes, quelles prises de position adoptent-elles, comment réagissent-elles dans le cadre urbain, rural ou dans celui de l’entreprise ?

2Le thème retenu a été celui de l’enfance au travail. L’enfant est l’objet de multiples intérêts en tant que producteur et futur citoyen ; il se révèle donc un enjeu important de l’action sociale. Le groupe de recherche a souhaité confronter ses propres travaux à ceux de plusieurs universitaires français et étrangers à l’occasion de deux rencontres tenues à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, sous la forme d’une journée d’étude en mai 1998, puis d’un colloque en novembre 1999 dont les résultats font l’objet de cette publication.

3Il s’agissait d’analyser la position des élites face au travail des enfants en Europe occidentale et méditerranéenne du XIXe siècle à la période de l’entre-deux-guerres. Le terme d’« élites » doit être pris dans son acception la plus vaste. Il implique l’ensemble des milieux dirigeants, c’est-à-dire les personnes qui se trouvent détentrices de richesse, de pouvoir, de savoir, de responsabilité ou d’autorité morale. Il inclut donc le monde patronal, les acteurs politiques, sociaux et syndicaux, la fonction publique depuis la haute administration jusqu’aux inspecteurs du travail, les ingénieurs, les professions libérales avec notamment le corps médical, les représentants des Églises, etc. L’expression « travail des enfants » est également retenue dans un sens large. Elle concerne les multiples domaines où l’enfance se trouve en situation de travail : l’industrie et l’artisanat bien entendu, qui sont sans doute les mieux connus pour avoir été les premiers visés par la législation, mais aussi le monde agricole, les orphelinats et pénitenciers, les écoles d’apprentissage, la sphère privée.

4À partir d’études centrées sur la région provençale, le cadre géographique a été élargi à d’autres villes et régions françaises qui ont pu servir de modèle, et dont les expériences permettent de mieux saisir les prises de position et les évolutions sur le plan national, notamment avec le cas des hospices de Bordeaux, des établissements sidérurgiques et miniers du Creusot, de l’industrie textile d’Alsace ou des Cévennes. Une large place a aussi été réservée à des pays de l’Europe du nord et du sud à travers des exposés sur la domesticité et la question scolaire en Belgique, l’aspect médico-patronal du travail des jeunes dans une entreprise minière de l’Espagne andalouse, la place et le rôle des enfants dans l’industrialisation de la Lombardie comme dans l’industrie et l’artisanat en Grèce.

5Ces analyses ont été regroupées autour de trois thématiques qui se réfèrent à quelques-uns des grands aspects de la question. En premier lieu, le domaine législatif avec tout ce qu’il implique : débats d’opinion, enquêtes préparatoires, contenu (et lacunes) des textes de loi, attitudes qu’ils suscitent, résistances qu’ils rencontrent dans leur application. De sorte que l’intitulé « Faire la loi » peut être pris dans un double sens. Il fait référence à la législation qui se met en place comme il fait allusion aux pratiques abusives de certaines élites patronales dans leurs propres établissements. Un second volet est consacré à la « main-d’œuvre captive » et facilement exploitable des enfants coupés de leur famille et prisonniers des hospices, orphelinats, colonies agricoles ou pénitenciers. Sans oublier la sphère privée alors considérée comme un domaine inviolable, où le sort des jeunes domestiques n’était souvent pas plus enviable que celui imposé dans les usines. C’est un monde fermé, longtemps sans contrôle, propice à toutes sortes d’abus, dont la connaissance est parfois rendue difficile par l’insuffisance des sources. Enfin une troisième partie s’intéresse à la formation, à l’encadrement et à la moralisation de la main-d’œuvre enfantine. Des thèmes qui posent notamment la question de l’apprentissage et de la scolarisation, qui voient s’exprimer des conceptions différentes de l’enfance, s’affronter des enjeux économiques et des principes moraux longtemps contradictoires.

6Le rapprochement des textes présentés invite à une réflexion comparative sur quelques-uns des problèmes que soulève le sujet. Les conditions faites à l’enfance, distinctes selon les origines sociales, diffèrent-elles aussi selon les lieux, les pays et les secteurs d’activité ? De même, comment évolue la notion de travail à partir de la vision qu’en a le XIXe siècle, où prime une lecture morale qui élève ce travail au rang de valeur fondamentale : il éduque, protège, régénère l’enfant qui paye ainsi sa dette envers la société. Enfin, comment interpréter les positions souvent divergentes des élites : ne traduisent-elles pas l’hétérogénéité d’un milieu constitué de groupes dont les intérêts, les logiques et les actions s’opposent quand ils ne se heurtent pas ?

7Ces interrogations structurent l’ensemble des communications, qui sont les unes et les autres rythmées par l’évolution de la législation. Si cette dernière n’est pas linéaire, si elle présente des chronologies variées selon les secteurs économiques et les pays, elle n’en est pas moins l’expression de plus en plus marquée du droit du travail, lui-même témoin de l’affirmation grandissante de l’État de droit dans les sociétés européennes.

Auteur

CNRS - UMR TELEMME

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540