Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sacrements dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles

 | 
Marcel Bernos

Les sacramentaux

17. Un geste d’appartenance à l’Église romaine

Le “signe de la croix” dans quelques catéchismes de l’époque moderne

Texte intégral

  • 1 Voir la liste des quinze catéchismes en annexe.
  • 2 Et non du “signe de croix”, comme on dit aujourd’hui.

1Dans la plupart des catéchismes choisis parmi ceux qui ont eu la plus grande réputation ou la plus large diffusion1, il est question du “signe de la croix”2 en tant que “marque” du chrétien ; François de Sales dit même “de chrétienté”. Il serait fastidieux de répéter sur les mêmes thèmes des définitions et des formules qui sont souvent identiques à la lettre d’un catéchisme à l’autre ou les mêmes exemples toujours cités, les variantes étant la plupart du temps surtout de forme ou d’insistance. Je n’ai pas réussi à percevoir des changements liés à la seule chronologie. Je proposerai donc une sorte d’analyse structurale empruntant à ce fond commun, en ne citant singulièrement un passage que lorsqu’il sera très symptomatique ou véritablement original et propre à un auteur.

  • 3 Qui cite Tertullien, Basile le Grand, St Augustin, St Grégoire de Nazianze, St Jérôme, St Jean Chr (...)

2Il n’est pas facile d’établir les filières de textes pour débusquer les parentés voire les plagiats. En 1600, est paru une Défense de l’estendart de la saincte Croix de Nostre Sauveur Iesus-Christ de François de Sales. Alors simple prévôt de l’Église cathédrale Saint-Pierre de Genève, il avait pris en charge cette réponse, au nom de la compagnie de la Sainte Croix d’Annecy « contre un petit traité naguère sorti de la même ville de Genève, faussement intitulé : “De la vertu de la croix et de la manière de l’honorer” ». C’est à la fois un ouvrage polémique et une sorte de théologie de la croix. L’étude du signe de la croix occupe tout le livre III, soit 71 pages sur 326. J’ai cru un moment, au cours de cette recherche, que ce pouvait être une source d’inspiration des auteurs postérieurs, en particulier pour les références patristiques données et que l’on retrouve effectivement ailleurs. Or une partie au moins d’entre elles se trouve déjà dans le Grand catéchisme de Pierre Canisius3 dont il faut rappeler qu’il est pratiquement le premier catéchisme catholique et antérieur à celui du concile de Trente. Nous ne nous arrêterons donc pas à cette question des origines, d’autant que, sans être très précis, tous les auteurs s’accordent, sur la foi de quelques références scripturaires et en s’appuyant sur les écrivains ecclésiastiques des premiers siècles, pour faire remonter l’usage du signe de croix aux débuts mêmes de l’Église, voire aux temps apostoliques.

Signification et gestuelle du “signe de la Croix”

  • 4 S. Cernay, Le Pédagogue des familles chrétiennes, p. 224. L’expression “soldats de Jésus-Christ” s (...)
  • 5 Instructions familières..., novembre. Instruction IV pour la IVe semaine, col. 910.

3Le signe de la croix est un signe spécifique, une « publique profession de la foi chrétienne » (F. de Sales). Certes, il n’est pas à proprement parler matériel, comme lorsqu’il s’agit d’un ornement ou d’un bijou, mais quelques auteurs (César de Bus, Étienne de Puget, évêque de Marseille, etc.) précisent qu’il est un signe “extérieur” (le signe “intérieur” étant la charité), il s’exprime en tout cas par un geste physique intentionnel. C’est une marque identitaire non seulement parce qu’il affirme une appartenance à un groupe déterminé : le catholicisme romain, mais encore, et pour certains surtout, parce qu’il différencie nettement : « les soldats de Jésus-Christ d’avec les ennemis de l’Église, à savoir les gentils, les Juifs, les Turcs et les hérétiques de notre temps qui... ont tous ce signe en horreur »4. C’est-à-dire qu’il les distingue des membres de toutes les autres religions, ce que confirme A. Gambart5, peut-être sensibilisé à cette question en tant que lazariste, missionnaire, et ce hormis les orthodoxes. Encore ceux-ci le font-ils autrement que les romains.

4Le signe de la croix est alors considéré comme tellement constitutif du catholicisme qu’il figure souvent en tête des petits catéchismes, ces “abrégés de la doctrine chrétienne pour ceux qui commencent” comme l’indique Bossuet en tête de son catéchisme de Meaux (1686). Le même Bossuet recommande à son sujet :

Premièrement, dès que (les enfants) bégayent, il leur faut apprendre à faire le signe de la croix, en leur disant : “Au nom du père, et du Fils, et du Saint Esprit. Ainsi soit-il”. (Il) est bon aussi de leur faire dire en latin, afin que dès le berceau ils s’accoutument au langage de l’Église.

5Une sorte de double conditionnement donc par le geste et la parole.

6C’est une “cérémonie” simple, le mot est de saint François de Sales, qui permet une sorte de mémorisation corporelle des principaux dogmes de la doctrine, en même temps qu’il établit une symbolique à finalité catéchétique et pastorale.

  • 6 Instructions familières..., p. 74-75.

7Tout le monde sait comment faire le signe de croix. On met successivement sa main droite (« comme la plus digne », précise Cernay) au front, en disant : « Au nom du Père », puis en bas de la poitrine en disant : « et du Fils », puis on va de l’épaule gauche à la droite en disant : « et du Saint-Esprit ». Mais tous les auteurs s’accordent à interpréter chaque mouvement accompli, le choix des gestes utilisés comme un véritable résumé des principaux dogmes de la théologie catholique. Déjà, la formule de l’invocation est une confession trinitaire qui, en soi, est spécifique du christianisme, comme la shahâda l’est pour l’Islam. Mais, remarquent les commentateurs, et en particulier, ici, César de Bus, fondateur de la Doctrine chrétienne6 et donc particulièrement sensibilisé aux occasions d’expression de la catéchèse, le fait que l’on dise “au nom”, au singulier, et non pas “aux noms” au pluriel, souligne l’unicité du Dieu en trois personnes. « En mettant la main à la tête, nous signifions que Jésus-Christ a été envoyé par le Père », tout en reconnaissant que le Père est le principe de la Trinité et l’origine de toute chose. Descendant vers l’“estomac”, nous marquons que le Fils, engendré par le père, « a pris chair dans le ventre sacré de la Vierge Marie » ; c’est le mystère de l’Incarnation du “Verbe éternel” qui est évoqué. Enfin, par le croisement de l’épaule gauche à l’épaule droite, non seulement nous rappelons que l’Esprit-Saint procède du Père et du Fils, qu’il est amour du Père et du Fils, mais « nous donnons à entendre que, par le moyen de la mort qu’il a souffert sur la croix, il nous a transporté de la main gauche de la damnation à la droite de la gloire », résumant ainsi le mystère de la Rédemption. Car c’est par la croix,

que notre rançon a été payée... Cela veut dire que la satisfaction de nos péchés a été faite en la croix... Et certes, il était bien nécessaire que (le Fils de Dieu) y paya pour l’homme, qui étant si peu de choses n’avait pas de quoi satisfaire à cette dette (envers Dieu...) C’est pourquoi le Fils de Dieu vint prendre la nature humaine, afin de souffrir en cette même nature en laquelle l’homme l’avait offensé... et satisfaisant à Dieu pour tout le genre humain, non seulement en considération des peines endurées en la nature humaine, mais par la vertu de la nature divine qui lui était unie.

  • 7 C. Lacroix, Le parfait ecclésiastique, p. 157.

8Le nombre de doigts utilisé prend une signification symbolique puissante. Lorsqu’on utilise la main entière, comme dans la tradition bénédictine, les cinq doigts nous remémorent les cinq plaies du Christ, qui avait donné donné lieu à une dévotion très populaire à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Avec trois doigts, ce sont les trois personnes de la Trinité qui sont de nouveau évoquées. Et si l’on fait le mouvement de bénédiction avec deux doigts, seulement, on rappelle les deux natures du Christ, divine et humaine, dont on vient de voir l’importance dans l’économie du salut. Etienne de Puget, évêque de Marseille, est le seul auteur à préciser comment on doit tenir ses mains après avoir fait le signe de croix : « joignant les mains, ou bien frappant la poitrine, ou baisant la main ». Ces détails ne sont pas sans intérêt ethnologique car, si la jonction des mains est la posture, classique d’après Claude Lacroix7, de celui qui sert la messe joignant les deux mains “comme le prêtre”, et qui fait « en toute la messe quinze fois le signe de croix sur soi », je n’ai pas trouvé signalé le fait de se frapper la poitrine ; quant à se baiser la main après s’être signé, c’est une pratique qui reste courante dans certains pays méditerranéens, telle l’Italie, mais n’est plus pratiquée en France.

  • 8 S. Cernay, Pédagogie des familles, p. 234.
  • 9 J. La Chetardie, Catéchisme de Bourges, p. 317.
  • 10 Défense de l’étendard, p. 185.

9On voit donc la richesse des notions théologiques comme sousentendues dans un geste si simple et facile à accomplir, fût-ce discrètement. Mais pour que le signe de la croix portent tous ces sens, il est deux conditions sine qua non. Sur la première, les rédacteurs de catéchismes insistent beaucoup : « il faut le faire... avec une grande foi, pureté de cœur, d’esprit, de prière et de dévotion, et avec une grande confiance aux mérites de Jésus-Christ »8, et surtout avec attention et révérence, « non par routine et sans penser à ce qu’on fait »9. La seconde est de ne pas en faire un acte magique. François de Sales rappelle10 :

  • 11 Tels la verge de Moïse, le manteau d’Élie, l’ombre de saint Pierre sur les malades, l’huile utilis (...)

que le signe de la croix, de soi même, n’a aucune force, ni vertu, ni qualité, qui mérite aucun honneur ; et partant (il) confesse que Dieu n’opère point par seules figures ou caractères (...) Mais, ajoute-t-il, je sais aussi que Dieu employant sa vertu miraculeuse se sert bien souvent des signes, cérémonies, figures11,... sans pourtant attacher son pouvoir à ces choses là.

Des effets du signe

10Beaucoup de manuels se préoccupent autant des effets du signe de la croix et des occasions de le faire que de sa signification théologique. Ces effets, et finalement les motivations animant ceux qui “se signent”, sont plus ou moins développés, la liste la plus complète sinon la plus explicite se trouve dans le catéchisme de Bourges (1688) :

Quand faut-il faire le signe de la croix ? 1. Quand on s’éveille et quand on se couche. 2. Avant et après les repas. 3. Quand on se met au travail et quand on le quitte. 4. Quand on entreprend une affaire et quand on la finit. 5. Quand on entre et quand on sort d’une église. 6. Quand on se trouve en quelque péril ou qu’on a peur. 7. Quand on entend tonner ou sonner l’horloge. 8. Quand on passe devant une église ou un crucifix. 9. Quand on est malade ou tenté. 10. Quand on entend jurer ou offenser Dieu. Enfin dans tous les besoins.

  • 12 Le pédagogue des familles, p. 229.

11On voit qu’il y a là, en vérité, deux séries d’exigences, d’une part, celles qui relèvent des besoins immédiats du chrétien : situation de péril, de peur (ne serait-ce que lorsqu’il tonne), de maladie, de tentation,... et, d’autre part, ce qui s’ordonne à la révérence religieuse due à un lieu sacré comme une église, ou lorsque l’honneur de Dieu est en jeu, face au blasphème par exemple. Les signes de croix faits en telle circonstance particulière peuvent avoir des sens multiples et complémentaires. Ainsi, Cernay12 s’interroge sur « pourquoi faut-il le faire au commencement du repas ? » et il y voit trois raisons :

1. C’est pour purifier les viandes (= les aliments) et en détourner ce qui peut nuire par l’entremise des démons. 2. C’est pour faire que l’usage de la nourriture soit salutaire au corps et à l’âme. 3. C’est aussi pour reconnaître Dieu, auteur de tous biens en les offrants en son honneur et à sa gloire.

12Le signe de croix a ici, très explicitement, valeur de prière à la fois d’invocation, de bénédiction et d’adoration, c’est-à-dire les trois formes de prières fondamentales du croyant faite à la fois de demandes de protection et de louanges de reconnaissance. Il ajoute d’ailleurs d’autres « occasions (au cours desquelles) se servaient anciennement les chrétiens du signe de la croix », que le catéchisme de Bourges n’avait pas fait figurer dans sa liste récapitulative, bien qu’on les retrouve chez d’autres auteurs :

1. Quand il était question de faire profession de la foi chrétienne. 2. Quand on s’approchait de la sainte Communion. 3. Lorsqu’il fallait combattre contre ses ennemis. 4. Au temps de la dispute contre les hérétiques. [...) 7. Au milieu des craintes et tristesses de l’esprit. 8. Es maladies et même en l’extrémité de la vie. 9. Es tentations et importunités du malin esprit. 10. Quand on se disait adieu et quand on entreprenait quelque long voyage.

  • 13 Elle connut 24 éditions et fut traduite en latin : 1626, basque : id., arabe : 1640. Consultée dan (...)

13On voit apparaître, dans les deux dernières citations, un point qui est tenu pour essentiel pour quelques auteurs : la croix est l’arme absolue contre le diable. C’est le seul point abordé par Armand de Richelieu, lorsqu’il était évêque de Luçon, dans les rares lignes qu’il consacre au signe de la croix dans son Instruction du chrétien (1621)13.

14Au delà des circonstances dans lesquelles on l’utilise, quels sont les effets du signe de la croix ? C’est encore le Catéchisme de Bourges qui en donne une liste notable :

1. Il chasse le diable qui ne peut souffrir ce signe salutaire, par lequel il a été vaincu, sans s’enfuir honteusement... 2. Il attire la bénédiction de Dieu et son divin secours. 3. Il fortifie et console celui qui le fait. 4. Il élève son cœur à Dieu. 5. Il augmente sa dévotion. 6. Il le soulage dans ses maladies et l’encourage dans ses adversités. 7. Il éloigne les choses nuisibles et nous protège contre nos ennemis visibles et invisibles.

Un geste non seulement de protection, mais d’adhésion

  • 14 Cérémonie d’institution ecclésiastique et non divine comme les “sacrements”, cf. Dictionnaire prat (...)

15On ne peux s’empêcher de remarquer que la valeur quasiprophylactique du signe de la croix, qui fait d’ailleurs partie des “sacramentaux”14, semble très proche de celui du sacrement des malades qu’est l’extrême-onction. Certains insistent sur le caractère miraculeux des effets produits par le signe de croix, non seulement des guérisons obtenues (et des aveugles voient, des muets parlent, des paralytiques marchent,...), mais, les bêtes les plus farouches sont adoucies, des flammes et incendies éteints, etc. Quelques fois le miracle peut être double. Ainsi dans une sorte d’exemplum rapporté par Grégoire le Grand et cité par Bellarmin, E. de Puget et d’autres. Un évêque italien nommé André, ayant toujours mené une vie vertueuse, avait en sa maison une religieuse de bonne vie mais jolie. Un juif qui voyageait vers Rome, surpris par la nuit, se réfugia dans un ancien temple. Là, à minuit, une troupe de démons arriva. Le juif effrayé se signa, comme il l’avait vu faire aux chrétiens et lorsque les démons le découvrirent, ils ne purent rien contre lui. Entre temps, les démons avaient tenu un véritable colloque pour échanger des informations sur les mauvais coups qu’ils étaient en train de mener contre le genre humain. Et le juif entendit qu’ils allaient faire tomber le pauvre André avec sa religieuse. Le lendemain, le juif court avertir l’évêque du danger. Celui-ci, se ressaisissant, fait sortir la religieuse de sa maison et, par là se sauve ; quant au juif, convaincu de la puissance de la croix, il se convertit.

  • 15 L’“Ami des hommes”, père du député aux États généraux de 1789, dans une lettre du 31 mars 1776 au (...)

16La simplicité d’emploi d’une telle protection a fait l’admiration de l’esprit fort qu’était Victor de Riquetti, marquis de Mirabeau15 :

À l’aspect de quelque grand objet imprévu [d’un grand danger], l’âme sort de sa sphère : grand attrait des (appuis) les plus courts, des recettes les plus communes ; le signe de la croix fut la mieux inventée de toutes les prières, le plus facile des préservatifs.

17Ce dernier mot est celui-là même souvent employé par les rédacteur de catéchismes.

S’il en est ainsi que le signe de la croix soit si admirable, d’où vient que les chrétiens qui s’en servent si souvent, en tirent si peu de profits ? (reprend Cernay). C’est parce qu’ils le portent au front et ne le portent pas au cœur.

18Nous avons traité globalement du contenu de quinze catéchismes s’étalant sur plus d’un siècle. L’analyse formelle de chacun d’eux pourrait se révéler également très parlante. Par exemple, le Catéchisme du concile de Trente, modèle de tant d’autres postérieurs, ne parle pas du signe de la Croix. Et c’est relativement logique. Destinés aux desservants de paroisses, il donne un condensé de la doctrine et non des pratiques, alors que les versions destinées aux catéchumènes, enfants ou adultes, prétendent leur enseigner tant ce qu’il faut croire que ce qu’il faut faire pour mener une vie “véritablement chrétienne”. Si Bossuet parle peu mais vigoureusement du signe de la croix dans son “petit catéchisme”, il n’en dit plus rien dans son “grand catéchisme” destiné à « ceux qui sont plus avancés... et que l’on commence à préparer à la première communion ». Là encore, il y a une logique car on peut légitimement penser que ce geste élémentaire (à tous les sens du mot), qu’il a appris aux tout jeunes enfants, est totalement assimilé et intégré aux actes quotidiens lorsque cet enfant parvient à l’âge du “grand catéchisme”. Un autre problème du même ordre reste non résolu : le “Catéchisme des trois Henri” (les évêques d’Angers, La Rochelle et Luçon, en 1675), très jansénisant, ne contient, à aucun de ses degrés : petit, moyen ou grand, pas un mot sur le signe de la croix. Rigorisme janséniste, toujours soucieux d’éviter tout ce qui pourrait ressembler à de la superstition en particulier aux yeux des réformés, surtout dans l’ouest ? Cependant, une génération seulement plus tard, le Catéchisme de Montpellier du non moins jansénisant Charles-Joachim Colbert et dans une région également de minorités protestantes, en parle abondamment. Le Catéchisme historique de Fleury (1683) est le best-seller du genre puisqu’il a connu peut-être 150 éditions et reste l’un des moins scolastiques, des plus “modernes”, préférant faire une large place à l’Histoire sainte plutôt que de rester à des définitions abstraites. Or dans son “petit catéchisme”, et encore dans une leçon consacrée aux prières, il ne consacre que 9 lignes sur 200 pages au signe de la croix, qui est pourtant présenté par lui comme « l’abrégé de toutes les prières et de toute la doctrine chrétienne ». Dans son “grand catéchisme”, on tombe à 8 lignes sur 307 pages.

  • 16 A. Gambart, Instructions familières..., col. 911.

19Peu de catéchisme aborde la question de la place du signe de la croix dans la liturgie. « L’Église emploie ce sacré signe dans tous ses mystères, et il n’y a cérémonie, bénédiction, sacrement ni chose sacramentelle, où elle n’emploie ce signe sacré »16. En revanche, on trouve dans plusieurs catéchismes une dimension que nous pourrions qualifier de mystique tant dans un indispensable temps d’ascèse que dans un élan unitif. En quoi le signe de croix peut aider l’individu dans ses relations les plus intimes avec Dieu ? César de Bus répond :

Nous ne devons pas seulement nous souvenir de la croix de Jésus-Christ, dit César de Bus, mais encore la porter volontiers [...] La croix nous a été donnée pour signe parce qu’elle nous montre le chemin du ciel [...] parce qu’elle nous fait connaître la largeur de la charité de notre Seigneur (puisqu’il est mort pour tous, et même pour ses ennemis), la longueur de son éternité (puisqu’elle n’a point de commencement ni de fin), la hauteur de sa puissance (puisqu’étant cloué à la croix, il a vaincu et lié le fort armé) et la profondeur de son humilité (puisqu’étant Dieu, il a pris la forme d’un serviteur... destiné à endurer la mort).

20Il est une invitation permanente à l’“imitation de Jésus-Christ”, à laquelle ce même César de Bus se réfère explicitement. Cernay, sans citer l’ouvrage de piété, dit la même chose (p. 231) :

Les vrais amis de la croix sont ceux qui [...] crucifient leur chair avec leurs vices et concupiscences, qui reçoivent volontiers les maladies, les afflictions et toutes les misères de cette vie, et de plus qui embrassent les austérités et mortifications volontiers.

Annexes

Annexe : liste des sources consultées

Sur la croix

1600 : François de Sales, Défense de l’estendart de la saincte croix de nostre sauveur Iesus-christ, Lyon, J. Pillehotte, 1600.

Catéchismes

1554 : Canisius Pierre, Le grand catéchisme ou précis de la doctrine chrétienne..., 1re trad. franç. complète, Paris, Vivès, 1856.

1566 : Le Catéchisme du concile de Trente, traduc. nouv. F. Varet de Fontigny, 3e éd. rev. et corrig., Paris, G. Desprez et A. Pralard, 1686 (1re éd., 1673).

Fin XVIe s. : Bellarmin Robert, Catéchisme ou ample déclaration de la doctrine chrétienne et du symbole des apôtres, trad. franç., Paris, M. Durand, 1635.

Fin XVIe s. : Bus César de († 1607), Instructions familières sur les quatre parties du catéchisme romain, Lyon, 1635.

1621 : Plessis de Richelieu Armand du, Instruction du chrétien, consulté dans la Collect... des Orateurs sacrés, éd. Migne, t. LXXXVIII, Montrouge, 1866, col. 237-368.

1662 : Puget Étienne de, La doctrine chrétienne selon l’ordre et l’institution de S. Charles Borromée, Avignon, J. F. Offray, s. d. (lettre pastorale de 1662).

1662 : Cernay Simon, prêtre de Saint-Nicolas du Chardonnet, Le pédagogue des familles chrétiennes, Paris, P. de Bresche, 1664 (privil. de 1662).

1666 : Lacroix Claude, Le Parfait ecclésiastique..., Paris, P. de Bresche, 1666.

1668 : Gambart Adrien (lazariste), Instructions familières sur les principales vérités du christianisme, dans Orateurs sacrés, éd. Migne, t. LXXXIX, 1866, col. 894-916.

1675 : Catéchisme ou doctrine chrétienne imprimé par ordre de MMgr les évêques d’Angers (= Henri Arnault), de La Rochelle (= Henri de Laval) et de Luçon (= Henri de Barillon), Paris, 4e éd. 1690 (Permis d’imprimer 1675).

1683 : Fleury Claude, Catéchisme historique contenant en abrégé l’Histoire sainte, Lyon, 1767 (Approb. de Bossuet de 1683).

1686 : Bossuet Jacques-Bénigne, “Catéchisme de Meaux”, dans les Œuvres complètes éditées par Lachat, Paris, t. V, 1862 (Avertissement de 1686).

1688 : La Chetardie Joachim Trotti de, sulpicien, Catéchismes ou abrégés de la doctrine chrétienne imprimés par ordre de Mgr l’Archevêque de Bourges, Bourges, F. Toubeau, 2nde éd., 1690 (Mandement de 1688).

1701 : Pouget François-Aimé, oratorien, Instructions générales en forme de catéchisme... imprimées par ordre de Mgr Ch.-J. Colbert, Évêque de Montpellier. Paris, N. Simart, 1764 (Mandement de 1701).

1767 : Malvin de Montazet Antoine de, Archevêque de Lyon, Catéchisme du diocèse de Lyon, Lyon, A. de La Roche, 1785 (Mandement de 1767).

Notes

1 Voir la liste des quinze catéchismes en annexe.

2 Et non du “signe de croix”, comme on dit aujourd’hui.

3 Qui cite Tertullien, Basile le Grand, St Augustin, St Grégoire de Nazianze, St Jérôme, St Jean Chrysostome, Cassiodore, St Ephrem, Origène, Ruffin, Nicéphore, St Cyrille de Jérusalem, St Athanase, St Ignace d’Antioche, St Ambroise, Eusèbe de Césarée, Nicéphore Calliste,...

4 S. Cernay, Le Pédagogue des familles chrétiennes, p. 224. L’expression “soldats de Jésus-Christ” se trouve déjà dans le Catéchisme de Bellarmin (vers 1600).

5 Instructions familières..., novembre. Instruction IV pour la IVe semaine, col. 910.

6 Instructions familières..., p. 74-75.

7 C. Lacroix, Le parfait ecclésiastique, p. 157.

8 S. Cernay, Pédagogie des familles, p. 234.

9 J. La Chetardie, Catéchisme de Bourges, p. 317.

10 Défense de l’étendard, p. 185.

11 Tels la verge de Moïse, le manteau d’Élie, l’ombre de saint Pierre sur les malades, l’huile utilisée par les apôtres pour des onctions, etc.

12 Le pédagogue des familles, p. 229.

13 Elle connut 24 éditions et fut traduite en latin : 1626, basque : id., arabe : 1640. Consultée dans l’édition des Orateurs sacrés, éd. Migne, t. LXXXVIII, 1866, col. 237-368, ici 289.

14 Cérémonie d’institution ecclésiastique et non divine comme les “sacrements”, cf. Dictionnaire pratiques des connaissances religieuses. J. Bricout (dir.), t. VI, col. 126.

15 L’“Ami des hommes”, père du député aux États généraux de 1789, dans une lettre du 31 mars 1776 au marquis Del Longo, professeur d’économie politique à Milan, citée dans le Choix de lettres du XVIIIe siècle, publiées par G. Lanson, Paris, Hachette, 1914, p. 330.

16 A. Gambart, Instructions familières..., col. 911.

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540