Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sacrements dans la France des XVIIe et XVIIIe siècles

 | 
Marcel Bernos

La pénitence selon quelques “états”

9. Les femmes au confessionnal

Texte intégral

  • 1 On se souvient du succès de scandale obtenu par l’ouvrage de N. Valentini et C. Di Meglio, Le sexe (...)

1Les femmes au confessionnal, voilà une situation qui peut faire fantasmer encore aujourd’hui1. Or, le sacrement de pénitence a été donné à l’espèce humaine sans distinction de sexe. Les allégories de la contrition mettent en scène aussi bien saint Pierre pleurant son reniement, que la Madeleine déplorant ses dissipations passées. Aucun manuel de confession ne présente jamais ce sacrement et ses modes d’administration qu’avec des exigences égales pour les femmes et les hommes. On décèlerait presque une coquetterie, chez les auteurs, à offrir des ouvrages « ad usum utriusque sexus ».

  • 2 J.-J. Duguet, Lettres sur divers sujets de morale et de piété, Paris, J. Estienne, approb. 1707, p (...)
  • 3 J.-P. Pinamonti, La religieuse dans la solitude : retraite spirituelle..., Amiens, L. Godart, 1734 (...)

2De leur côté, les moralistes qui parlent de la vie religieuse ne distinguent pratiquement pas ce qui concerne les religieux ou les religieuses2. Sur les 520 pages d’un ouvrage dont le titre indique les destinataires : La religieuse dans la solitude (1734), le jésuite J.-P. Pinamonti n’en a pas une qui puisse ne s’appliquer qu’à des femmes3.

3Une partie de l’attitude de ces auteurs à l’égard de moniales se détermine uniquement sur des considérations de bienséance, car

  • 4 On retrouve ici un trait déterminant de la vie sociale sous l’Ancien Régime : le poids de l’opinio (...)

une chose qui serait sans conséquence dans une maison bourgeoise, ne l’est pas toujours dans une maison religieuse où tout doit être exemplaire [...] Lorsque les parloirs sont sur la rue, on ne doit pas souffrir qu’on y chante et qu’on y rie avec éclat : les gens du monde qui se scandalisent de peu de choses n’en seraient pas édifiés4.

4Quoiqu’on ne trouve jamais de chapitre entier strictement réservé aux péchés des femmes, il peut échapper au rédacteur une réflexion particulière les concernant. En outre, quelques péchés s’évaluent différemment lorsqu’ils ont été faits par une femme. Mais, sans allusion à la “féminitude” pour expliquer pourquoi tel péché a été accompli, ou en majorer ou minimiser la gravité. Cependant, dans cette relation si particulière et intime qu’est la confession, le fait que le ministre soit un homme ne saurait rester sans conséquence lorsque se présente devant lui une personne du “sexe opposé”.

  • 5 Instruction sur le manuel (...) pour servir à ceux qui sont dans les séminaires se préparant à l’a (...)

5Beuvelet, prêtre de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, paroisse réformatrice au milieu du XVIIe siècle, répond pour des séminaristes à la question « Comment se faut-il comporter avec les femmes ? »5 :

Il faut poser pour fondement la maxime de saint François-Xavier, que la confession des personnes de ce sexe, aussi bien que la conversation, est un peu chatouilleuse et glissante ; là où on fait de très grandes pertes pour bien peu de gain.

  • 6 Voir M. de Fontette, Les religieuses à l’âge classique du droit canon. Recherches sur les structur (...)

6L’“état” de la femme peut avoir également son importance : jeune fille ou aïeule, laïque ou religieuse6 n’ont pas les mêmes problèmes. La clôture, par exemple, qui concrétise un choix de vie hors du monde et habituellement loin de toute présence masculine, ne peut que renforcer certaines difficultés.

  • 7 P. et M.-L. Brver, Abbayes, monastères, couvents de femmes à Paris, Paris, PUF, 1975, mentionnent (...)
  • 8 De Montis, Lettres sur les devoirs d’un supérieur de religieuses, Paris, Humblot, 1777, plusieurs (...)

7Les prêtres, séculiers ou réguliers, attachés à des couvents de femmes, comme chapelains ou comme confesseurs ordinaires, font partie des rares hommes qui, à des titres divers, sont tolérés sur le territoire de la maison, voire ponctuellement dans la clôture7. Leur statut est d’ailleurs ambigu. Dotés de pouvoirs et d’autorité dans leur fonction de directeurs de conscience, ils restent en principe soumis à l’abbesse, à l’égard de laquelle il leur est recommandé de garder déférence, tact, prudence et même humilité8.

La confession : obligation ou besoin ?

  • 9 Décret 21, reproduit dans R. Foreville, « Latran I, II, III et IV », tome 6 de l’Histoire des Conc (...)
  • 10 Delmas, Ars artium seu de officio pastorali carmen, Paris, Vve Desaint-Montauban, Paris-Th. Cazame (...)

8Au concile de Latran IV (1215), l’Église a promulgué l’obligation pour tous de se confesser et de communier au moins une fois l’an9. Les exigences de la Réforme catholique des XVIe et XVIIe siècles ont fait de l’administration du sacrement de pénitence un des gestes majeurs de la cura animarum10.

  • 11 R. Daon, Conduite des confesseurs, éd. consultée, Paris, G.-Ch. Berton, 1759, Préface.
  • 12 Introduction à la vie dévote (1609), texte intégral de l’édition de 1619 revue par F. de Sales, ré (...)
  • 13 IVD, p. 101-102. Rappelons que de nombreux auteurs reconnaissent explicitement leur dépendance mor (...)
  • 14 Saint François de Sales, Les Femmes mariées, Introduction de O. de La Brosse et H. Caffarel ; choi (...)

9La confession n’est pas seulement utile « à corriger les vices et à faire fleurir les vertus »11, elle est le préalable à tout progrès spirituel. François de Sales montre bien que, pour entrer dans la Vie dévote, « la première purgation qu’il faut faire c’est celle du péché ; le moyen de la faire, c’est le sacrement de pénitence »12, qui amène à avouer ses fautes pour pouvoir en être absous. Et, pour être efficace, la confession doit être fréquente. L’évêque de Genève suit de nombreuses “dirigées”13 ; il demande que « nous nous lavions de toutes nos iniquités toutes fois et quantes que nous serons souillés ». Mais désirant éviter d’édicter des règles inadaptées aux situations singulières, il cherche pour chacune la fréquence la plus utile aux besoins de sa vie spirituelle à un moment donné. Il écrit à la présidente Brulart, une de ses « filles » préférées14 :

Le moyen pour s’unir à Dieu doit être principalement l’usage des sacrements et l’oraison. Quant à l’usage des sacrements, vous ne devez nullement laisser écouler aucun mois que vous ne communiez, et même dans quelque temps, selon le progrès que vous aurez fait au service de Dieu vous pourrez communier plus souvent. Mais quant à la confession, je vous conseillerai de la fréquenter encore plus, principalement s’il vous arrivait quelque imperfection de laquelle votre conscience fût affligée.

  • 15 Ibid., p. 58, le 13 octobre de la même année.

10Et comme il n’y a chez lui ni formalisme ni bigoterie, il ajoute : « Néanmoins, si vous n’aviez pas les commodités requises pour se confesser, la contrition et repentance suppléeraient ». Il y revient avec la même : « N’oubliez pas de vous confesser tous les huit jours et quand vous aurez quelque grand ennui de conscience »15. Cette insistance est davantage destinée à libérer ces femmes du poids de leur culpabilité qu’à en rajouter.

  • 16 Voir sa Retraite pour les dames, Paris. E. Michallet, 1684, p. 117-124. Les points 9 et 10 portent (...)

11Sur le besoin de la fréquente confession, le jésuite Guilloré, l’un des premiers à proposer des retraites spécialement destinées aux femmes, donne d’amples détails relevant déjà de la direction de conscience16. Pour s’en persuader, dit-il, il suffit de consulter sa conscience :

  • 1. Elle vous crie qu’elle n’est pas comme elle doit être, qu’elle vous demande le remède.
  • 2. Il n’y a pas de moyen plus efficace pour remédier aux désordres... et c’est par là uniquement que les péchés d’habitude et certains grands péchés peuvent recevoir guérison...
  • 3. Si vous n’en êtes pas plus sainte, pour vous confesser souvent, cela ne prouve nullement que vous ne deviez point le faire... Vous ne nierez pas que, quand vos confessions sont fréquentes, vos grands péchés cessent comme d’eux mêmes.
  • 4. Vous péchez bien plus facilement quand vous vous confessez rarement.
  • 5. La préparation [à la confession] n’a-t-elle pas été bien plus facile quand vous y recourez souvent que quand vous l’avez fait rarement ?
  • 6. La confession ne se faisant pas souvent, l’on ne fait guère d’attention sur tous les péchés que l’on commet... et on les oublie.
  • 7. Si ce n’est plus que la honte qui vous empêche d’approcher plus souvent du sacrement de pénitence [elle] est peut-être la pénitence la plus agréable que vous puissiez présenter à Dieu.
  • 8. Même si vous retombez dans les mêmes péchés, vous y tombez bien moins souvent.
  • 17 Exercices spirituels, éd. du père P. Doncœur, Paris, A l’Orante. 1939, § 18, p. 11.
  • 18 Instructions sur les dispositions aux sacrements, 1re éd., 1677 ; éd. consultée, Paris, G. Desprez (...)

12La fréquente confession est recommandée chez les Jésuites depuis leur fondateur17. Elle est utilisée par eux comme un moteur du progrès spirituel. Une telle attitude utilitaire à l’égard du sacrement ne pouvait qu’irriter les Jansénistes. Treuvé remarque18 :

Il semble que des confessions si souvent répétées sont une marque qu’on n’est point converti lorsqu’on s’accuse des péchés mortels. Ce grand nombre de confessions est inutile à ceux qui s’accusant toujours des mêmes crimes ne s’en corrigent jamais.

13Il concède, cependant, une valeur pédagogique à la confession fréquente. Quand on ne commet que des péchés véniels, elle « n’est pas toujours une marque de rechute et d’une fausse conversion. Il y a néanmoins beaucoup de danger que cet usage ne se tourne en coutume ».

  • 19 Voir S. Pallavicini, Histoire du concile de Trente, Montrouge, Migne, 1844, 3 vols, t.1, col 137.

14Quant aux religieuses, l’Église a réglé les conditions de leurs confessions à la XXVe session du concile de Trente (3 et 4 décembre 1563), au chapitre X du « Décret de réformation touchant les réguliers et les religieuses »19 :

[Elles doivent] se confesser et recevoir la Sainte Eucharistie au moins tous les mois, afin que, munies de cette sauvegarde salutaire, elles puissent surmonter courageusement toutes les attaques du démon. Outre le confesseur ordinaire, l’évêque ou les autres supérieurs, en présenteront deux ou trois fois l’an un autre extraordinaire, pour entendre les confessions de toutes les religieuses.

  • 20 Collet, « Instructions... sur les devoirs des gens de la campagne », dans Collection des orateurs (...)
  • 21 Bien connu grâce à Mme de La Fayette, Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, dans Nouvelle col (...)

15L’importance accordée à la confession fait qu’à certains moments cruciaux de la vie, comme pendant une grave maladie ou avant une conversion, on n’hésite pas à en faire une “générale”, la plus complète possible, forcément longue. Une pénitente, dont le lazariste Pierre Collet nous décrit l’itinéraire, a dû reprendre la sienne à « six ou sept reprises », de plusieurs heures chacune20. Par crainte d’avoir oublié quelque chose d’important, certaines pénitentes préfèrent, éventuellement, la réitérer. L’un des cas les plus célèbres est celui d’Henriette d’Angleterre21. Après s’être confessée une première fois au curé de Saint-Cloud, en présence d’une de ses femmes de chambre, elle éprouva « quelque scrupule que ses confessions passées n’eussent été nulles, et pria M. [le chanoine] Feuillet de l’aider à en faire une générale ». Son confesseur ordinaire, un capucin était également présent. Elle eut encore un entretien particulier avec M. de Condom (Bossuet).

  • 22 Cf. les ouvrages de saint Jean Eudes, Treuvé, Daon, Pontas...
  • 23 Au XIXe siècle encore, cf. J. Gaume, Manuel des confesseurs..., Paris, Gaume frères, 2 vols, 1837, (...)
  • 24 Dans la Summa sive aurea armilla de Bartholomei Fumi, Anvers, 1561, p. 236, l’article « Vestis » r (...)

16Mais la confession nécessaire et utilement fréquente concernait autant les hommes que les femmes. Quand ils analysent les péchés liés aux différents « états » de vie, tels qu’ecclésiastiques, juges, marchands, soldats, etc., les manuels de confession22 ne consacrent jamais un chapitre particulier aux femmes. Lorsqu’elles sont expressément mentionnées, c’est toujours associées à un personnage masculin correspondant. Ainsi, on traitera des “pères-et-mères, des “maîtres-et-maîtresses, des “serviteurs-et-servantes, des “religieux-et-religieuses, etc. Et lorsque des confesseurs dénoncent des femmes faisant des dépenses excessives pour la somptuosité de leurs habits23, il s’agit de femmes “mondaines” non de toutes les femmes ; et, les hommes mondains sont condamnés de manière absolument identique24. Qu’est-ce donc qui caractérise la femme au confessionnal ?

Confession de femme

17Dans un chapitre donné, peuvent exister des paragraphes où soit abordée une question concernant spécifiquement les femmes, soit pour des raisons naturelles, anatomiques ou physiologiques, soit parce que la société différencie les statuts ou les rôles selon le sexe (le genre !). Encore faut-il préciser que ces différences ne sont jamais essentielles, ni présentées comme relevant d’une “nature” propre. Dans La Conduite des confesseurs, Daon définit les “péchés des personnes veuves” dans deux paragraphes : l’un pour les veuves, l’autre pour les veufs. Les premières pèchent lorsqu’elles soustraient de la succession de leur mari quelques effets pour se les approprier, ou lorsqu’elles faussent l’inventaire des biens. Les hommes pèchent lorsqu’ils ne donnent pas aux héritiers de leur épouse la part qui leur est due, ou lorsqu’après un remariage, ils ne font pas l’inventaire des biens de communauté au préjudice des enfants du premier lit ou de leur nouvelle épouse. On voit bien que ce qui est en jeu est d’ordre financier, non religieux, et que les attendus sont rigoureusement parallèles, relevant davantage du droit civil que du droit canon ou de la morale chrétienne.

18On ne parle spécifiquement des femmes, on ne s’adresse directement à elles que dans des livres de direction spirituelle. Au début de sa Retraite pour les dames (1684), où la confession occupe une place importante, le père Guilloré avertit :

Ayant remarqué, parmi tant de retraites qui paraissent, et dont chacune est accommodée aux états et aux conditions, qu’il n’y en avait point qui fut particulière pour les dames, j’ai cru qu’il ne leur serait pas désagréable, si j’en donnais une au public qui les regardât.

19Si l’affirmation est exacte, elle fixerait à la fin du XVIIe siècle, le moment où l’on se serait davantage intéressé aux progrès spirituels des femmes en tant que telles.

  • 25 H. Rahner, Ignace de Loyola et les femmes de son temps, Paris, « Christus », 2 vols, 1963, t. 1, I (...)
  • 26 H. Rahner, ibid., t. II, p. 9-66.
  • 27 H. Rahnkr, ibid., t. II, p. 60.
  • 28 Traduction du texte officiel, notes et index par François Courel sj, Paris « Christus » n° 23, 2 v (...)

20Le père Guilloré est jésuite. Dès la fondation de son ordre, saint Ignace a été confronté à une forte demande de direction de la part de femmes nobles ou bourgeoises. Si bien qu’il dût vite mettre en garde ses compagnons sur le poids de ce service et le handicap qu’il pourrait représenter pour l’apostolat de la Compagnie25 Après une expérience difficile avec une dévote trop zélée et parfois indiscrète, Isabelle Roser, qui désirait, malgré lui, établir une branche féminine des Jésuites26, le fondateur a supplié le pape Paul III, en mai 1547, « de libérer à tout jamais la Compagnie de la charge d’âmes de femmes qui voudraient, vivant en communauté, se mettre sous l’obédience de la Compagnie de Jésus »27. La justification d’une telle attitude est clairement formulée dans les Constitutions de la Compagnie de Jésus28 :

  • 29 Les Constitutions des bénédictines de l’abbaye de Saint-Sulpice, dans le diocèse de Rennes, s. l., (...)

Étant donné que les sujets de la Compagnie doivent être prêts à tout instant à parcourir les diverses parties du monde où ils seront envoyés, ils ne doivent pas prendre de charge d’âmes, et moins encore se charger de religieuses ou d’autres femmes... pour les confesser habituellement et les diriger. Mais rien ne s’oppose à ce que, pour des raisons spéciales, on confesse une fois en passant dans un monastère29.

  • 30 H. Rahner, Ignace de Loyola et les femmes..., t. 1, p. 40 : directives du 28 juillet 1553.
  • 31 Constitutions..., n° 266-267, p. 94-95.

21Tout au plus, accepte-t-il, avec bien des recommandations, que ses frères confessent des femmes, à titre individuel et rapidement, car trop nombreuses et revenant trop souvent, elles font perdre beaucoup de temps30. Pour les laïques, ces confessions ne doivent être qu’exceptionnelles puisque les mêmes Constitutions interdisent aux femmes d’entrer dans les maisons de la Compagnie, sauf exception accordée avec discernement « pour de justes raisons [à des] personnes de haute qualité jointe à la charité »31.

22Pour l’époque classique, les documents manquent permettant de peser exactement l’assiduité des femmes à la pénitence. Jusque dans le cours du XVIIIe siècle (où la religion se “démasculinise” plus qu’elle ne se féminise), il n’est pas évident qu’elles s’y présentent davantage ou moins que les hommes. Sauf à considérer le témoignage de l’auteur anonyme du Traité du sacrement de mariage (1710) comme purement polémique :

Il y a [une chose] un peu fâcheuse... MM. les confesseurs de Paris et de Versailles disent quelques fois entre eux qu’on ne sait où se confessent bien des femmes. Est-ce là, est-ce ici ? Nous ne les voyons point dans nos paroisses, ni nous aussi, dit-on, dans les couvents.

23Il s’agit là, très probablement, de dames de milieux aristocratiques, et l’on ne peut rien induire d’un tel constat pour l’ensemble des femmes.

Une question des plus graves : le choix d’un confesseur

  • 32 IVD, I. 6, p. 29. Sérieuse pour toutes les femmes, et d’ailleurs pour tous les catholiques, la que (...)
  • 33 Une preuve de cette influence se rencontre chez le père J. Crasset, dans sa 9e considération : « D (...)
  • 34 Daon en fait l’objet de sa longue préface.
  • 35 Voir, entre autres ; Retraite pour les Dames (jésuite), p. 123 ; De ta fréquente communion (jansén (...)
  • 36 Voir article 6 : “Le secret de la confession”. N. Lenglet Dufresnoy, Traité historique et dogmatiq (...)

24Le choix est plus difficile pour les laïques que pour les religieuses. Les premières sont libres, les secondes... moins. Beaucoup d’hommes d’Église répètent à l’envi, après François de Sales, qu’il est convenable, en particulier pour les femmes, de chercher « le plus digne confesseur »32 possible ; et qu’il est difficile d’en trouver « un entre dix mille ». Il n’est pas l’inventeur de cette recommandation, on la relève déjà, au XVe siècle, chez l’un des maîtres de la confession, saint Antonin de Florence, mais c’est l’Introduction à la vie dévote qui l’a diffusée33. Beaucoup de manuels commencent par un ou plusieurs chapitres sur les qualités requises pour élire cette perle rare34. Elles touchent à la fois aux compétences “techniques”, comme une bonne connaissance des cas de conscience étudiés dans les séminaires et conférences ecclésiastiques, et aussi à une force morale impliquant à la fois fermeté, prudence, zèle pour les âmes, discernement, charité, et fondée sur une vie personnelle réglée et priante35. Plusieurs insistent sur la fidélité à garder le “sceau de la confession”, condition pour obtenir la confiance du pénitent, et qui ne supporte aucune indiscrétion, fût-ce par une allusion qui ne relèverait que de la simple légèreté36.

  • 37 Instructions sur les dispositions au sacrement..., éd. 1722, p. 375.
  • 38 C’est l’« âge canonique » des servantes de curé. Marquant un seuil au delà duquel le péril de conc (...)

25Treuvé rappelle les exigences habituelles des évêques et des supérieurs accordant à un prêtre la capacité de confesser : « que sa vie et ses mœurs soient irréprochables ; qu’il soit en bonne réputation et assez âgé »37. La question de l’âge est soulevée principalement pour les prêtres chargés de confesser les femmes, compte-tenu des risques que ce ministère comporte. Il est généralement fixé autour de la cinquantaine38.

  • 39 Instructions de saint Charles Borromée... aux confesseurs de sa ville et de son diocèse ; éd. cons (...)
  • 40 IVD, II, 19, p. 105.

26Le confesseur une fois choisi, non sans mal, il ne faut pas l’abandonner trop aisément, comme le soulignent fortement, par souci d’efficacité, les maîtres de la direction spirituelle. Saint Charles Borromée compare les confesseurs au médecin qui, pour traiter efficacement un malade doit connaître sa “nature et sa complexion”39. La procédure de connaissance intime du pénitent est décrite par François de Sales, disciple des Jésuites40 :

en ayant choisi un, continuez à lui rendre compte de votre conscience, lui disant naïvement et franchement les péchés que vous aurez commis ; et de temps en temps, comme serait de mois en mois, dites lui encore l’état de vos inclinations ; quoique par icelles vous n’ayez pas péché, comme si vous étiez tourmentée de la tristesse, du chagrin, ou si vous êtes portée à la joie...

27Le remplacement du confesseur est présenté comme une tentation incessante chez les femmes. Le jésuite Crasset le leur reproche :

  • 41 J. Crasset, Considérations sur les principales actions du chrétien... [1701] ; éd. consultée, 1732 (...)

Il y a de certaines dévotes qui font les précieuses (sic) ; et qui ne sauraient trouver de directeur qui soit à leur goût. Il en faut changer tous les mois, et pour autoriser leur légèreté, elles produisent l’exemple de sainte Thérèse, dont la conduite était inconnue à la plupart de ses confesseurs. [Mais] êtes-vous une sainte Thérèse ?41

  • 42 F. Guilloré, La Retraite des dames..., p. 122 et sq.

28Son confrère Guilloré avait mis ses retraitantes en garde : « Ne soyez pas comme celles qui vont indifféremment à tous les confesseurs, soit par légéreté, soit par curiosité, soit pour ne pas gêner leur liberté, soit pas dégoût de celui à qui d’ordinaire elles vont »42.

29S’il est bon de ne pas renouveler inconsidérément son confesseur, il ne faut pas tomber dans l’attitude contraire. Le même Crasset, qui accusait de versatilité certaines pénitentes, s’élève contre cette forme de paresse qui en entraîne d’autres à conserver un confesseur qui ne leur serait d’aucun profit :

La légèreté est un grand vice et ordinaire aux femmes qui sont timides et qui craignent d’être trompées ; mais [...] il y en a qui se font un point d’honneur de ne changer jamais, quoiqu’elles reconnaissent beaucoup d’ignorance et fort peu de piété dans celui qui les gouverne. Elles ne le veulent point quitter soit parce qu’elles ne veulent pas se manifester à d’autres, soit parce qu’elles appréhendent de passer pour légères et inconstantes.

  • 43 S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions aux sacrements..., p. 375.

30Si besoin est, la femme doit remplacer son confesseur jusqu’à ce qu’elle rencontre celui qui aura les qualités requises. Si elle ne le trouve pas, il lui est préférable d’attendre, même aux yeux des Jansénistes habituellement intransigeants sur le respect des rites : « il vaudra mieux que vous ne vous confessiez que deux ou trois fois l’année, et que vous vous entreteniez avec Dieu et avec de bons livres dans votre chambre »43.

31Le changement de confesseur devient même impératif dans un cas précis, lorsqu’il sauvegarde la liberté de conscience :

  • 44 Crasset, Considérations sur les principales actions du chrétien..., p. 129. Un témoignage sur la p (...)

(quand un confesseur) veut rendre les personnes esclaves de sa conduite,... leur ôte la liberté d’aller à d’autres et les oblige à lui faire vœu d’obéissance. Tout cela m’est suspect et me fait craindre que cette conduite ne soit plus humaine que divine44.

  • 45 Cf. A. D. des Bouches-du-Rhône (Aix), 1 G 1354, pièce 6, p. 1 v° et 2 r° : « Messieurs du séminair (...)
  • 46 Ph. Boutry, “L’Anticlérical, la femme et le confessionnal au XIXe siècle”, dans L’Histoire, n° 16, (...)

32La puissance des confesseurs sur les femmes apparaît à beaucoup trop considérable et menaçant pour le secret des familles45. Les Jésuites sont particulièrement visés, à cause de l’efficacité de leur direction et de l’ampleur de leur emprise. Cette réputation se maintint longtemps. Dans Des Jésuites (1843), Michelet, s’élevant contre le retour furtif de la Compagnie en France après son expulsion en 1764, s’exclame : « Est-ce qu’il y a des Jésuites ? Tel fait cette question dont ils gouvernent déjà la femme par un confesseur à eux, la femme, la maison, la table, le foyer, le lit ». La tutelle cléricale des femmes par la confession reste d’ailleurs un des thèmes favoris des anticléricaux du XIXe siècle, qu’ils la déplorent, le plus généralement, ou qu’ils s’en félicitent ponctuellement, poussant leur maisonnée à confesse, considérant que « l’examen de conscience garantit Infidélité de la femme, la vertu des jeunes personnes, la pureté des enfants »46.

Conditions particulières pour la confession des religieuses

33On a vu que les décrets tridentins ont prévus deux sortes de confesseurs pour les religieuses : le confesseur ordinaire, attaché au quotidien, toujours disponible, mais qui présente l’inconvénient de connaître trop les sœurs individuellement et collectivement, et d’en être trop connu, et « deux ou trois fois l’an » un “extraordinaire, plus expérimenté et surtout extérieur, donc censément sans préjugés à l’égard des moniales, puisqu’inconnu d’elles ou, au contraire, ayant été choisi par elles. Il est destiné à traiter de problèmes plus délicats, voire de véritables crises de conscience.

34Un consensus s’établit parmi les autorités sur le danger, pour un couvent, de disposer de plusieurs confesseurs ordinaires :

  • 47 E. Fleuret, ancienne supérieure de couvent, La guide des supérieures ou avis à une supérieure sur (...)

Plusieurs confesseurs ordinaires seront tous, j’y consens, éclairés, pieux, zélés ; mais aucun d’eux n’aura la connaissance totale du bien et du mal d’une communauté [...] Choisissez donc bien le confesseur ordinaire et unique [...] qu’il soit tel qu’il en puisse mériter la confiance47.

35Car chaque religieuse ayant beaucoup d’estime pour le sien, regarde souvent celui des autres avec mépris, provoquant des troubles dans la communauté :

  • 48 Navarre, Retraite de dix jours pour les religieuses et autres personnes de piété, Paris, 1710, 14e(...)

L’on blâme impitoyablement leur conduite et on tombe dans un tel excès d’aversion... qu’il n’y a rien qu’on ne fasse pour les décrier. Cela fait naître des inimitiés d’autant plus dangereuses qu’elles sont pour l’ordinaire irréconciliables48.

36Si les confesseurs ordinaires sont utiles, les “extraordinaires” sont indispensables,

  • 49 R. Daon, Conduite des âmes dans la voie du salut. Paris, Berton, 1760, ch. 33 « Avis aux confesseu (...)

afin que celles qui auraient de la difficulté à s’expliquer au confesseur ordinaire sur certaines choses qui regardent leur conscience ou leur avancement dans la perfection, puissent s’en expliquer librement avec eux49.

  • 50 De Montis, op. cit., p. 264-265.

37Pourtant sa présence n’est pas sans poser également quelques problèmes. La plupart des directeurs craignent que l’opportunité qu’il représente n’incite les religieuses à se montrer instables et versatiles50.

N’allez pas, par une fausse compassion, acquiescer aux désirs passagers, je ferais mieux de dire aux caprices et aux fantaisies d’une fille ; écoutez... avec la plus grande patience tout ce qu’une religieuse, mécontente de son confesseur, voudra vous dire de lui ; mais après avoir reconnu ses torts et l’injustice de sa demande, faites lui connaître que vous ne pouvez y acquiescer dans le moment, que vous devez prendre du temps pour y penser [...] promettez lui que, si après un certain temps déterminé ses répugnances persistaient, vous concerterez avec elle.

  • 51 E. Fleuret, op. cit., p. 181.

38Cette rigueur n’est pas reçue par tous. La mère Elisabeth Fleuret, de la congrégation Notre-Dame, affirme à ses collègues en supériorat51 :

il ne faut point gêner la conscience de vos religieuses, et il faut leur accorder des confesseurs extraordinaires dans le cas où elles croient (sic) en avoir besoin et quand elles le demandent, pourvu que cela ne soit pas trop fréquent.

  • 52 R. Daon, up. cit., p. 298.

39Un cas particulier demande beaucoup de discernement. Si le confesseur doit être réservé avec les pénitentes qui le consulte au quotidien, en particulier avec les scrupuleuses, combien doit-il l’être davantage face à celles « qui se croient appelées de Dieu à une conduite spirituelle extraordinaire », car il peut y avoir de la vanité ou beaucoup d’illusions sur leur état. Des critère de discernements assez sûrs existent : l’humilité, l’obéissance et la patience. Si c’est le cas, « on pourrait les laisser suivre l’attrait de la grâce autant qu’il se pourrait faire, sans troubler l’ordre et le règlement de la maison »52.

  • 53 J. Pontas, Dictionnaire des cas de conscience, Bâle, J. Brandmuller, 1741, t. III, cas 6, col 374.

40Contrairement au discours austère et normatif de certains traités de la vie religieuse ou des sermons de profession, les rapports concrets des confesseurs avec les religieuses, se caractérisent par le réalisme et la mesure. Sans doute les invitent-ils toujours à suivre la règle, sans renoncer à faire preuve de bon sens et d’humanité. Jean Pontas, consulté sur un cas douloureux de refus d’obéissance, en fait preuve. Une religieuse « d’un ordre fort austère » veut changer de monastère ; on le lui refuse (peut-être aurait-il fallu rembourser sa dot ?). « En conséquence, elle ne va plus à la messe, à confesse, aux offices et aux autres exercices ». La question posée est : « la supérieure doit elle la mettre en prison ou la punir autrement ? »53. Le théologien estime qu’il faut considérer la personne incriminée comme ayant

l’imagination blessée, et la traiter avec beaucoup de commisération et de douceur au lieu de la punir... Que si le monastère où elle a fait profession peut la mettre dans une autre maison, ce sera une grande charité, parce que ce changement pourra peut-être guérir son esprit. Que s’il ne le peut sans s’incommoder notablement, il est de la charité et de la prudence de la supérieure de la ménager... de peur d’achever de renverser entièrement son esprit.

  • 54 Avis importants..., 1738, p. 292.5.

41Ce “libéralisme” ( ?) ne procède sûrement pas d’un laxisme quelconque, mais de la lucidité qui caractérise souvent les moralistes. Ils savent que toutes les vocations ne sont pas assurées et, le fussent-elles, que la vie cloîtrée est difficile. Aussi ne faudra-t-il pas s’étonner que des théologiens manifestent de la mansuétude dans la manière de diriger des « filles déréglées »54 :

Si l’on ne doit jamais avoir de zèle amer, c’est surtout à l’égard des religieuses. Vivre dans une communauté est une vie austère quand on est fidèle à sa règle. Le confesseur ne doit donc pas trop gêner ces prisonnières de Jésus-Christ, il doit même leur accorder ou leur procurer [...] les adoucissements qu’il pourra, pour rendre le joug de la religion plus agréable et plus doux.

42D’une manière générale, les autorités religieuses se montrent très préoccupés par la santé morale, voire mentale, des religieuses.

  • 55 Les Conférences ecclésiastiques d’Angers sur les États, Paris, Vve Desaint, 1776, t. II, p. 167.

L’expérience apprend qu’il faut ménager l’esprit des filles renfermées dans la clôture ; qu’elles se font quelquefois des monstres de choses légères ; qu’un refus qu’elles croient déplacé, suffit pour aigrir leur imagination55.

Où la confession peut devenir occasion de pécher

L’attachement

43D’abord, la pénitente peut pécher par une attitude rebelle ou relâchée à l’égard du sacrement et du ministre.

  • 56 S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions aux sacrements... (1677), éd. consultée, 1732, p. (...)

J’ai contesté ce qui regardait le délai de l’absolution, et l’imposition de la pénitence. Je n’ai point voulu promettre de quitter telle ou telle occasion. Je me suis emporté lorsque le confesseur n’a pas voulu suivre mon inclination. J’ai cherché des confesseurs relâchés ou ignorants afin de surprendre leur simplicité, ou de suivre leurs maximes opposées à l’Évangile56.

  • 57 Ibid., p. 373-374.

44Mais si le choix du confesseur a une telle importance, c’est que le progrès spirituel de la pénitente, voire son salut, dépend pour une bonne part des qualités de celui à qui elle a commis le soin de son âme. Si un confesseur a des mœurs douteuses ou manque de jugement, la confession risque de devenir occasion de pécher pour la pénitente, le confesseur, ou les deux. Une véritable obsession hante les moralistes ecclésiastiques en particulier à l’égard de ce qui touche à la sexualité. Toute rencontre, a fortiori tout contact, entre “l’un et l’autre sexe” les met en danger tous les deux. Treuvé écrit à des « filles et femmes dévotes qui se confessent souvent »57 :

Les chutes des personnes vertueuses ne leur sont pas sensibles dans le commencement, et sont d’autant plus à appréhender. Elles ont de grandes et fréquentes conversations avec leur confesseur. Il leur semble d’abord que ces communications leur servent à s’avancer dans la piété... Ainsi ces conversations deviennent de jour en jour plus fréquentes. L’affection s’échauffe et se fortifie de telle sorte qu’ils ne peuvent vivre sans se voir, et se parler sans se la témoigner. Leur esprit n’est plus occupé que du désir de s’entretenir, et de se donner de ces marques de tendresse.

  • 58 Pratique de la pénitence..., p. 65.

45Un autre Janséniste, Habert, tout en concédant à la femme toutes sortes de vertus : esprit de dévotion, douceur, etc. fait une description clinique, de la séduction progressive, quoiqu’inconsciente, entre pénitente et confesseur58 :

On veut bien supposer que leur bon naturel, fortifié par leur grande vertu, les empêche de brûler dans des occasions si prochaines, et que leur imagination n’est souillée d’aucunes idées deshonnêtes. Mais une dévote ainsi attachée n’a aucun repos ; les désirs de parler à un confesseur ; les inquiétudes lorsqu’elle ne le voit pas ; les défiances et les craintes qu’il ne la quitte ; le chagrin lorsqu’il lui semble qu’il ne correspond pas assez ; les jalousies que d’autres participent plus à ses bonnes grâces lui font un tourment continuel, qui la fait tomber dans d’étranges faiblesses [...] Elle devient plus immortifiée, plus vaine, plus sensible aux louanges et aux injures, plus impatiente, plus sujette à l’envie, aux soupçons et aux jugements téméraires, moins appliquée à Dieu, et plus distraite dans ses prières ; il semble qu’elle n’a plus de cœur pour aimer Dieu, elle a mis en sa place la personne de son confesseur ; c’est lui qu’elle craint lorsqu’elle est tentée, le désir de lui plaire qui la fait agir.

46Le danger n’est pas moindre pour le prêtre préposé. Il peut, en quelque sorte, être contaminé par la seule audition des péchés de ses pénitentes, en particulier les péchés d’ordre sexuel. Massillon, évêque de Clermont, plein de sollicitude envers son clergé, analyse la psychologie de ces tentations :

  • 59 J.-B. Massillon, Discours synodal XII, « De la nécessité de la prière » (1734), dans Collection de (...)

Hélas ! mes frères, nous y sommes dépositaires des fragilités d’un sexe faible : les images qui nous restent souillent du moins l’imagination si elles ne souillent pas le cœur ; c’est une étincelle fatale qui reste en dedans de nous, et qui souvent est la source d’un grand incendie [...] On est d’abord touché des faiblesses d’un sexe fragile ; mais il est à craindre qu’on ne le soit bientôt encore plus de sa confiance. On ne se prête d’abord qu’aux besoins, ensuite aux inutilités ; on commence par le zèle, et on finit souvent par l’attachement [...]. Mais ne poussons pas plus loin un sujet si triste à traiter : les scandales et les inconvénients dont la faiblesse ou l’imprudence des ministres... ont souvent affligé l’Eglise, ou les dérisions impies qu’elles attirent tous les jours au saint ministère59.

47Quelques décennies plus tard, le lazariste Pierre Collet esquisse un portrait de la pénitente amoureuse digne de La Bruyère :

Son confesseur et ses décisions reviennent dans tous ses entretiens. Elle ne jure que par lui. Elle regarde sa perte comme le plus grand malheur qui lui puisse arriver. Ses absences l’affligent. Ses plus légères maladies l’inquiètent.

  • 60 Traité des devoirs d’un pasteur (1760), p. 471-472. Sur sa « pastorale des laïcs », M. Bernos, dan (...)

48Peut-être Collet a-t-il découvert une des causes de l’attrait exercé par les clercs sur les femmes qui les consultent60 : « Une personne dont on a calmé les inquiétudes ; qui sait qu’on l’entend avant qu’elle ait parlé ; qui croit avoir fait de vrais progrès sous la règle d’un nouveau directeur, s’éprend fort de sa conduite et de sa personne ». Le prêtre est un homme, mais qui sait écouter. Il est en position d’autorité, plus qu’un père ou un mari, mais il ne doit pas la manifester dans un rapport de forces. Il doit être doux, patient, encourager celles qui se confient. C’est un traitement auquel une laïque n’est guère habituée de la part des hommes, père, mari, fils, dont elle peut dépendre dans la vie courante. C’est un élément de séduction inconscient mais puissant.

  • 61 Navarre, op. cit., p. 182-183.

49Une religieuse n’est pas davantage exempte du danger de s’attacher à l’un des rares hommes qu’elle peut voir. En son absence, elle risque de se trouver « dans l’impossibilité d’avoir aucune confiance pour qui que ce soit, la réduisant à un tel état de tristesse, d’abattement et de désespoir (qu’elle) perd quelquefois la grâce de sa vocation »61.

50Périlleuse aussi, parce qu’elle implique le confesseur dans des disputes entre sœurs, la façon dont la pénitente confesse les péchés des autres plutôt que les siens propres.

  • 62 Ibid., p. 176-177.

On se plaint de la conduite d’une sœur à son égard, et on engage son directeur, par le récit qu’on lui en fait, de donner des conseils qui portent quelquefois préjudice à l’une et à l’autre et un dommage considérable au monastère62.

  • 63 Conférences ecclésiastiques de feu Mgr H. de Barillon, évêque de Luçon, sur les Sacrements, t. VI, (...)

51Il semble presque fatal que l’attachement de la pénitente au confesseur engendre celui du confesseur à la pénitente : « bientôt, il ne craindra rien plus que de perdre sa brebis chérie, qu’il regarde comme l’ornement de sa houlette ». On pourrait, sans abuser d’une comparaison facile avec la psychanalyse, voir là une manière de contre-transfert mal résolu. Le problème est aggravé par le fait que le “thérapeute” est un célibataire, voué à la chasteté, démuni du “remède contre la concupiscence” qu’est le mariage, et donc toujours susceptible de brûler, pour reprendre l’image de saint Paul (I Co 7,9). Les autorités ecclésiastiques en sont parfaitement conscientes, comme le rappelle Henri de Barillon, évêque de Luçon63 :

J’avertis les directeurs jeunes et vieux ; j’avertis aussi leurs dévotes jeunes et vieilles, qu’ils observent les mouvements de leur cœur avec toute la vigilance possible, de peur que l’amour charnel, tout faible qu’il soit, ne supplante la charité, et qu’une sainte charité ne donne entrée à un amour profane qui les entraîne l’un et l’autre dans le schisme du feu éternel [...] La chute funeste de plusieurs ecclésiastiques et de plusieurs directeurs qui, se confiant sur la pureté de leur charité, sont tombés honteusement et ont scandalisé toute l’Église, justifie assez (ces) réflexions.

  • 64 Mme de Sevigne, Correspondance, Paris, Gallimard, « La Pléiade ». éd. R. Duchêne, 3 vols, 1972-197 (...)
  • 65 G. Tallemant des Reaux, Historiettes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », éd. A. Adam, 2 vols, 1960- (...)

52Les clercs ne sont pas seuls à remarquer un attachement trop humain entre leurs pénitentes et eux. Le “monde” s’en aperçoit aussi ; on en cause dans les salons. Mme de Sévigné note comme une chose remarquable, à propos d’une parente de Mme de Schomberg : « Elle n’a pas la folie, si commune à toutes les femmes, d’aimer leur confesseur. Elle n’aime point cette liaison ; elle ne lui parle qu’à confesse »64. Les risques ne sont pas imaginaires. Tallemant des Réaux raconte l’aventure de Mme de Villars devenue passionnément amoureuse du père Henry de La Grange-Palaiseau, capucin et « l’un des plus beaux hommes de France »65. Elle le pourchassa littéralement à travers toute la France. Elle alla jusqu’à demander à Rome la permission – interdite par le droit canon – d’être confessée par lui chez elle.

  • 66 Où pourtant « elle s’allait toujours mettre vis-à-vis de la chaire, sans masque et la gorge fort d (...)

Elle expose qu’elle avait été touchée de ses sermons, qu’ayant jusques alors été trop avant dans le monde, elle croyait que Dieu se voulait servir de cette voie pour sa conversion [...] A Rome, elle obtint facilement la permission qu’elle demandait, et l’ayant fait signifier, elle demande qu’il l’entende en confession dans une chapelle qui était chez elle. Les autres capucins, qui croyaient que cela ferait venir l’eau au moulin, l’y envoyèrent aussitôt. Mais la dame, au lieu de se confesser de ses vieux péchés... le voulut persuader de lui en faire faire de nouveaux [...] Elle fait ce qu’elle peut pour l’exciter, et lui montra peut-être ce qu’elle ne lui pouvait montrer durant le sermon66. Tout cela ne servit de rien : il la laisse à demi-folle.

53L’attachement au confesseur peut également sévir dans les couvents, mettant en péril aussi bien la pénitente que le prêtre.

  • 67 S. M. Treuvé, Instructions sur les dispositions qu’on doit apporter aux sacrements de pénitence et (...)

Les chutes des personnes vertueuses ne leur sont pas sensibles dans le commencement... Elles ont de grandes et de fréquentes conversations avec leur confesseur. Il leur semble d’abord que ces communications leur servent à avancer dans la piété. Ainsi ces conversations deviennent de plus en plus fréquentes. L’affection s’échauffe et se fortifie de telle sorte qu’ils ne peuvent vivre sans se voir, et se parler sans se la témoigner... Ces [conversations...] qui ne leur donnaient pas la moindre appréhension, étaient des pièges du démon... Fuyez donc, servante de Jésus-Christ, la familiarité des hommes. Ne soyez jamais seule proche d’aucun homme, si ce n’est de votre confesseur ; et cela seulement durant le temps de la confession, où même vous ne lui direz qu’en peu de mots ce que vous serez obligée de lui dire, pour lui faire connaître vos fautes [...] Une épouse de Jésus-Christ, et particulièrement si elle est encore jeune, ne saurait trop prendre garde à bien choisir un confesseur : que sa vie et ses mœurs soient irréprochables ; qu’il soit en bonne réputation et assez âgé67.

Tentation “mondaine”

  • 68 Voir ses Souvenirs, dans la Nouvelle collection des mémoires relatifs à l’histoire de France... pa (...)

54Parce que grossièrement évidentes, les tentations de la chair, quoique des plus choquantes pour les mentalités de l’époque, ne sont pas les plus dangereuses. Un confesseur peut être séduit par l’esprit mondain d’une femme. C’est plus subtil, mais les conséquences n’en sont pas plus “spirituelles”. Sa faute est d’autant plus grave qu’il pèche alors contre l’esprit de son ministère, celui d’un juge et d’un médecin. Mme de Caylus raconte68 que Mme de Coulanges, qui,

augmentait la bonne compagnie de l’hôtel de Richelieu [...] avait une figure et un esprit agréables, une conversation remplie de traits vifs et brillants ; et ce style lui était si naturel, que l’abbé Gosselin dit, après une confession générale qu’elle lui avait faite : “Chaque péché de cette dame est une épigramme”.

55Or, d’après le droit canon, l’exigence du secret de la confession est absolue, sans la moindre allusion à ce qui a été confié.

Un autre péril lié à la confession des femmes : la perte de temps

  • 69 Pratique de la pénitence..., p. 63-64.

56Habert, rappelant le zèle nécessaire à un confesseur, le met en garde contre la tentation d’oublier, au nom des ses devoirs, son propre intérêt spirituel (impliquant de frayer le moins possible avec des femmes). Avec sa brusquerie coutumière, mais non sans lucidité, il se préoccupe moins du péril induit par la seule sexualité que de l’emploi du temps chargé du prêtre69 :

(Il) risque beaucoup, et gagnera toujours peu, et souvent rien du tout : car, sans parler du danger où se trouve sa chasteté, il perd beaucoup de temps auprès des femmes ; une seule dévote lui en emportera plus que vingt dévots [...] On voit par expérience que les hommes, sous une bonne direction, font de grands progrès dans la vertu, et qu’au contraire, plus un directeur donne de son temps à une femme, plus elle devient faible parce qu’elle s’attache de plus en plus à sa personne. C’est pourquoi on demanderait volontiers à ces confesseurs zélés, pourquoi ils ne s’étudient pas autant à faire des dévots qu’à faire des dévotes.

  • 70 Dès les livres sapientiaux de l’Ancien Testament.
  • 71 F. Duneau, Sermons pour l’Avent : « Des trois venues de Jésus-Christ comme juge, sauveur et sancti (...)

57Le temps perdu à cause des femmes est un reproche assez habituel dans les manuels. Cela interroge sur la manière dont les femmes se confessent et pointe un défaut féminin supposé dénoncé depuis longtemps, non seulement par des auteurs religieux70, mais par toute une tradition laïque que l’on retrouve aussi bien dans les fabliaux que dans les opuscules de la “Bibliothèque bleue” : les femmes seraient bavardes ! « Elles croient n’avoir jamais fait une bonne confession si elles n’y ont mis beaucoup de temps »71. Le Jésuite Duneau désigne quelques causes de ce “désordre” :

Les femmes au lieu de se confesser, confessent souvent leur mari, leurs enfants, leurs voisines ; les filles confessent leur père, leur mère, leurs frères, leurs sœurs, leurs compagnes, remettant ainsi sur autrui la cause de leurs péchés. (Elles) sont naturellement enclines à parler beaucoup. Elles prennent plaisir à entretenir leur confesseur et veulent être écoutées. Le confesseur quelquefois, ou par curiosité de savoir les affaires de la maison, ou par une certaine complaisance, ou pour ne pas rebuter une personne qui leur témoigne de la confiance, n’ose pas interrompre les discours inutiles et superflus.

58Ce danger est encore plus grand dans les couvents, face à des femmes isolées, dans une certaine mesure esseulées. Aussi, certaines religieuses passent trop de temps au confessionnal. Cette mauvaise habitude reprochée à toutes les femmes, prend chez des cloîtrées des aspects spécifiques. Elisabeth Fleuret dénonce celles qui ont,

avec leur confesseur des entretiens fréquents, soit pour passer le temps plus aisément quoique très inutilement, soit par vanité pour paraître plus spirituelles que d’autres ; soit par attache de cœur pour le dépositaire de leur conscience.

Les garde-fous

  • 72 Par ex. S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions aux sacrements.... éd. 1688, p. 324-325.

59Pour se protéger le prêtre dispose de garde-fous. Le premier est strictement préventif : respecter scrupuleusement la décence. Manuels de confession, recueils de cas de conscience72, parfois mandements épiscopaux, rappellent sans cesse que sont excommuniées, d’un cas réservé à l’évêque :

femmes et filles qui portent le sein découvert lorsqu’elles ont été suffisamment averties du mal qu’il y a dans cette immodeste façon de se vêtir... On ne doit pas non plus leur donner la sainte communion quand elles se présentent dans cet état.

60De son côté, le prêtre doit éviter toute parole qui pourrait paraître ambiguë et ressembler à une “sollicitation” passible d’excommunication.

  • 73 Instruction sur le manuel..., p. 130. C’est la position de Gibert dans ses Consultations canonique (...)

61Les autres solutions sont plus techniques et consistent à réduire les conditions de la rencontre en temps et lieu. Pour la durée : que les entretiens soient brefs ; quand ils se prolongent, même avec des religieuses cloîtrées, ils ne servent qu’« à lier le cœur du confesseur et de la pénitente d’une chaîne que bien souvent, par après, ils ont peine de rompre ». Quant au lieu, Beuvelet, reprenant les décisions du concile de Trente et les conseils de saint Charles Borromée, précise73 :

on ne doit pas entendre leurs confessions dans des lieux retirés, ou dans des chapelles obscures, mais en des lieux exposés à la vue de tout le monde, et toujours un cierge allumé, lorsqu’on est obligé de les confesser le soir ou le matin (tôt).

  • 74 L’histoire du confessionnal est intéressante : d’une simple cloison, on passa, par des étapes qui (...)

62Ce besoin de protection va faire généraliser l’emploi du confessionnal, meuble dont l’invention remonterait au XVe siècle, mais dont l’emploi systématique a été ordonné par Charles Borromée. Son premier concile diocésain, en 1565, décida qu’une tabella séparerait la pénitente du confesseur, précisant que les trous de la grille ne devaient pas permettre le passage même d’un seul doigt. Les confesseurs ne doivent entendre les femmes que dans le confessionnal. Le IVe concile de Milan (1576) exigea qu’il y ait autant de confessionnaux que de confesseurs. La France adopta progressivement ces dispositions : Aix-en-Provence dès son concile de 1585 ; Toulouse en 1590,...74

63Une organisation prévoyante permet de régler des situations délicates, telle la confession d’une femme contrainte de demeurer en son lit « en cas de maladie fort pressante ». Le prêtre doit alors laisser la porte ouverte et procéder en présence « de leurs maris ou de quelqu’un de leurs parents ou voisins » comme témoins, afin que rien de ce qui se passe dans la chambre puisse être ensuite prétendu caché ou inavouable. De même,

  • 75 Lettre du B. P. S. François Xavier... avec les Instructions de S. Charles Borromée..., Lyon, P. Co (...)

s’il faut d’aventure visiter quelque fille ou veuve, vous n’entrerez point chez elle qu’en compagnie de quelques hommes d’honneur, et de telle vertu que leur présence vous délivre, non pas de danger seulement, mais même du soupçon des plus médisants75.

64Le dernier recours reste, comme le propose Collet, la fuite :

  • 76 Ce remède est, après tout, celui de laïcs qui, pour d’autres raisons, refusent de s’attacher ou de (...)

Les vrais prêtres de Jésus-Christ sans changer de cœur, ce que la charité ne leur permet pas, change de conduite extérieure. Ils tranchent en peu de mots des difficultés qui sont toujours les mêmes. Ils ne répondent à de vaines tendresses que par une dureté apparente. Ils font essayer d’autres confesseurs, pour diminuer la confiance en la partageant ; et s’ils continuent à remarquer dans leurs pénitentes, ces traits de faiblesse, qui décèlent une colombe séduite, ils y renoncent absolument. Fallût-il prendre la fuite...76

65Une sorte d’unanimité se réalise sur cette méthode : « Le remède le plus court et le plus efficace, dit Louis Habert, serait de rompre absolument avec une pénitente qu’on s’apercevrait être fort attachée ». Mais il doit prévenir les scrupules d’un confesseur zélé : « Peut-être qu’un confesseur n’osera pas s’en servir, parce qu’il prévoit, après plusieurs tentatives, que cette rupture est capable de la faire mourir ». Sans complaisance, il tranche :

  • 77 Pratique de la pénitence..., p. 69-70.

Sans recourir à cette grande maxime, qu’il vaut mieux exposer la vie temporelle d’une personne, que le salut éternel de deux... on répond que le remède ne sera violent que durant les premiers jours ; que la douleur... ne doit pas être estimée plus grande que celle qui venait des inquiétudes et des langueurs77.

Le maître mot : prudence

  • 78 G. Vauges, oratorien, Le Directeur des âmes pénitentes [approb. 1720-21] ; éd. consultée, Paris, F (...)
  • 79 C’est toujours vrai. Cf. R. Naz, Dictionnaire de droit canonique, t. IV, col. 41-46 ; et le nouvea (...)

66La prudence, dont on saisit l’importance à travers ce qui précède, doit être de tous les instants. C’est pourquoi le confesseur devra choisir des pénitences qui ne trahissent pas le secret : « il faut imposer aux femmes impures des pénitences que leurs maris ne puissent découvrir ; en cas de grossesse, les dispenser des pénibles, jusqu’à ce que leur santé soit rétablie »78. Rappelons qu’en cas de divulgation d’une confession, sur des matières graves, la sanction pouvait aller jusqu’à la censure, voire une excommunication majeure, réservée au Siège apostolique79.

  • 80 Instruction de saint Charles Borromée..., p. 34. Avant lui, saint Antonin de Florence avait les mê (...)

67Le confesseur doit être tout aussi discret dans ce qu’il lui dit. « Il doit user d’une particulière circonspection, et prendre bien garde à la manière en laquelle il doit interroger les femmes et les petits enfants, afin qu’il ne leur enseigne pas ce qu’(ils) ignorent »80. D’autres appels à la réserve vont dans le même sens, invitant le confesseur à,

être modéré en ses demandes, crainte qu’en les faisant trop curieuses, il n’enseigne au pénitent ce qu’il ignore, ou que lui même n’en reçoivent quelque impression dangereuse [...] le confesseur en cette matière est toujours plus louable de demander peu que beaucoup.

68Contrairement à ce que l’on croit parfois, le confesseur ne cherche pas à culpabiliser ; il ne doit pas inquiéter inutilement ses pénitents. Cette double attitude est générale et se retrouve chez les Jansénistes comme chez les Jésuites. Claude Lancelot (1616-1695) rapporte que Saint-Cyran lui-même,

  • 81 Mémoires touchant la vie de Saint-Cyran... pour servir d’éclaircissement à l’Histoire de Port-Roya (...)

ne voulait pas qu’on devint trop scrupuleux lorsqu’on était dans un train de vie qui était bon, pour savoir si on n’avait point fait de brèche à l’innocence de son baptême ; car, pourvu que le décalogue soit demeuré en son entier, nous devons abandonner le reste à Dieu n’ayant d’autre soin que de nous purifier et de nous avancer [...] Il n’aimait pas que, pour les fautes journalières, on fut trop scrupuleux et trop occupé à réfléchir sur soi-même81.

  • 82 Publ. à Paris, J. Estienne, 1717, rééd. en 1718 (+ une à Lille). Il est également l’auteur d’une C (...)

69Des Jansénistes ont pu paraître relativement “implacables”, mais un théologien reconnu comme Duguet a rédigé un Traité des scrupules82, dans lequel l’analyse psychologique donne une place importante aux éléments pathologiques des scrupules, et où la morale prend toujours en compte la personne.

Finalement, y-a-t-il une spécificité de la confession “féminine” ?

70La « féminitude » de la pénitente – pratiquement jamais exprimée par les confesseurs – appelle deux questions : – 1. use-t-elle d’une manière particulière de se confesser ? – 2. Y a-t-il pour le confesseur une façon de l’écouter différente de celle qu’il a pour les hommes, hormis la prudence nécessaire dont nous venons de parler ? La “réconciliation” des femmes a d’autant plus d’importance qu’assez rapidement, au cours du XVIIIe siècle, elles ont constitué le gros des fidèles par suite d’une désertion progressive des hommes.

  • 83 La Confession générale..., éd. consultée, Lyon, 1548.
  • 84 Éd. à Dillingen, 1564, relié avec le Breve directorium ad confessarii ac confitentis munus... de J (...)

71La distance reconnue nécessaire dans les relations des femmes avec le prêtre a déterminé certains comportements ritualisés. Au tout début du XVIe siècle, à un moment où le confessionnal n’est pas encore en usage, Olivier Maillard recommandait83 : « Sache que toute personne qui se confesse doit être à genoux devant son confesseur. Et s’il est homme, il doit être nue-tête, et s’il est femme, elle doit avoir son chaperon baissé devant les yeux ». Une vignette publiée dans une édition du Methodus confessionnis, du dominicain Pierre de Soto84, illustre le type de précaution prise alors. Le confesseur, assis sur une chaire, relève devant son visage un pan de son manteau pour éviter de voir, d’être vu, de toucher, d’être touché. Évidemment, l’usage du confessionnal a changé ces pratiques : la distance étant maintenu par le meuble.

Comment se bien confesser : préparation et “ferme propos”

  • 85 IVD, p. 29.

72Pour réussir une bonne confession, il faut la préparer. En ce domaine, on ne suggère aucunes pratiques particulières aux femmes. Des conseils “unisexes” se retrouvent chez la plupart des auteurs, François de Sales85 autant que Charles Borromée, qui suggère :

  • 86 Il cite : L. De Grenade (1505-1558), op, œuvres de direction spirituelle, surtout La Guide des péc (...)

Prenez en main quelques-uns des petits livres qui ont été faits pour aider les consciences à se bien confesser86 [...]. Lisez-les bien et remarquez de point en point en quoi vous avez offensé [...] et si vous vous défiez de votre mémoire, mettez en écrit ce que vous aurez remarqué. Et ayant ainsi préparé et ramassé les humeurs peccantes de votre conscience, détestez-les et les rejetez par une contrition et déplaisir aussi grand que votre cœur pourra souffrir.

  • 87 Par exemple, dans : De Montis, Discours de retraites pour les religieuses, Paris, Morin-Laporte. 1 (...)

73On ne dit rien d’autre aux religieuses. Dans les retraites qui leur sont destinées, on insiste sur l’aspect pénitentiel : examen de conscience face aux “fins dernières”, évaluation de leur vie vis-à-vis de leurs devoirs, etc.87

  • 88 Michaud-Sales rapporte qu’un religieux brûla l’Introduction à la vie dévote parce qu’elle autorisa (...)
  • 89 Le Pédagogue chrétien [approb. 1654] ; éd. consultée, Lyon, 2t. en 1 vol., 1671, t. I, p. 254.

74Les exigences pour “se bien confesser” sont donc généralement communes aux deux sexes. François de Sales, qu’on peut difficilement classer parmi les rigoristes88, rejette les confessions faites « avec une volonté tacite de retourner au péché d’autant qu’on ne veut pas éviter l’occasion du péché, ni prendre les expédients, nécessaires à l’amendement de sa vie ». Une autre manière fautive de se confesser, contre laquelle les confesseurs se montrent particulièrement sévères, c’est de ne pas tout dire, de cacher volontairement des choses “inavouables”. Le jésuite Philippe d’Outreman offre, pour illustrer cette mise en garde, de véritables exempta89. Sur six histoires, cinq mettent en scène des femmes. La plus frappante, en ce qui concerne l’omission des péchés dans l’aveu, est celle d’une femme mariée, très charitable,

si aumônière qu’on l’appelait, elle et son mari, les “pères des pauvres” (sic). Étant séduite par un esprit malin, (elle) s’affectionna d’un sien serviteur duquel elle conçut un fils qu’elle tua en accouchant... Mais elle ne voulut jamais confesser ses péchés. [Elle mourut...] Quelque temps après, un sien fils qui était religieux faisant de grandes prières et pénitences pour elle, elle s’apparut à lui avec de furieux dragons qui lui mangeaient les mamelles, et tout le corps, et lui dit qu’elle était damnée, pour avoir celé les adultères qu’elle avait commis... Si vous célez quelque péché mortel, vous serez damné.

75Cette histoire laisse penser que le refus de l’aveu constitue en lui-même – parce qu’il crée une situation irréversible et au sens propre “impardonnable” – un péché plus condamnable que l’adultère ou l’infanticide dont cette femme était coupable, qui auraient pu être pardonnés si elle les avait avoués.

Le refus d’absolution : problème n° 1 du sacrement de pénitence

  • 90 Traduit de l’italien, éd. consultée, Paris, J.-B. Coignard, 1686, p. 59-71.Il est hostile au « lax (...)
  • 91 Paru à Paris, chez, M. Soly, 1636.
  • 92 Cf. La Méthode que l’on doit garder dans l’usage du sacrement de pénitence pour donner ou différer (...)

76Grave problème de conscience pour le confesseur : quand doit-il donner ou refuser l’absolution ? C’est l’un des conflits majeurs de la théologie morale au XVIIe siècle, au cœur de la polémique entre Jésuites et Jansénistes. Il occupe une partie obligée de la plupart des manuels, y compris ceux écrits par des jésuites comme le père Segneri, dans l’Instruction du confesseur90, ou le père Bauny, si vilipendé par Pascal pour son laxisme, et dont le dernier chapitre de la Somme des péchés91 est entièrement consacré au refus d’absolution. Le débat a même donné lieu à la publication d’ouvrages spécialisés92.

  • 93 R. Duchêne, Mme de Sévigné devant Dieu, P., Desclée de Brouwer, 1968, p. 34-39. Sur la religion de (...)

77Les motifs de refus sont tellement liés aux vies particulières des pénitentes, censément “fragiles” et forcément différentes, qu’il est difficile de prétendre les connaître. En outre, le secret aidant, on en connaît rarement les circonstances précises. Les aveux de Mme de Sévigné en ont d’autant plus de prix. La “belle amie de Port-Royal”, s’est vu refuser deux fois l’absolution. Le 4 décembre 1673, parce qu’elle ne pouvait vaincre la haine qu’elle éprouvait contre Mgr Toussaint de Forbin-Janson, meneur d’une opposition en Provence contre le comte de Grignan, gendre de la marquise. Et, à Pentecôte 1675, elle se trouvait « si uniquement occupée et remplie de sa fille que son cœur n’était capable d’aucune autre pensée »93. Péché contre la charité dans le premier cas, péché d’idolâtrie dans le second, ces révélations ont le mérite de nous découvrir à la fois de quoi pouvait s’accuser la marquise et sa lucidité spirituelle. En effet, si elle a avoué un excessif amour pour sa fille, c’est qu’elle le percevait comme abusif et potentiellement peccamineux. Mais il s’agit des péchés d’une aristocrate non de péchés spécifiquement féminins.

Existe-t-il des péchés féminins ?

  • 94 Le Pédagogue chrétien..., op. cit., t. I. p. 254-255.

78Il n’est pas aisé de trouver des listes de péchés particuliers aux femmes. Celle qui est proposée par le père Ph. d’Outreman a le mérite d’être simple et péremptoire94 : « On va en enfer par toutes sortes de péchés ; mais les femmes principalement par quatre : par le péché de la chair, par les vains ornements, par sorcellerie, et par honte de se confesser ». Ces catégories correspondent à des traits prêtés par l’opinion populaire à la “nature” féminine : sensualité, vanité, superstition, opiniâtreté,...

79Les péchés imputés aux femmes le sont le plus généralement à cause de leur condition : un état civil déterminé, jeune fille, femme mariée, veuve,... ; plus encore, selon des rôles que leur attribue la société des mâles : épouse, mère, religieuse, ou leur profession (sages-femmes, servantes,...), ou encore pour manquements à leur vocation.

80S’il y a spécificité des péchés féminins, elle serait généralement sans lien direct avec leur “nature” propre.

  • 95 On a rappelé plusieurs fois, qu’il ne doit pas profiter de sa situation d’autorité pour « sollicit (...)
  • 96 Dictionnaire de cas de conscience [approb. 1714] ; éd. consultée, Paris, G. F. Quillau, 3 vols, 17 (...)

81En revanche, le fait que ce soit une femme qui s’adresse au confesseur modifie parfois la manière dont lui va procéder. Outre une totale rigueur morale95 et une nécessaire compétence requises, il doit juger dans le cadre de contraintes canoniques. Or les “choses de la vie” ne sont pas toujours simples et le moraliste est affronté parfois à la complexité d’un cas rare. Celui rapporté par Jean Pontas dans son article “Confesseur”96 expose un véritable conflit de devoirs : salut de la mère ou d’un enfant à naître :

Catherine qui passe pour très sage s’étant trouvée fort mal... a déclaré (à son confesseur) qu’elle était enceinte de huit mois et demi. Le confesseur l’a exhortée à déclarer son état à quelque amie affidée, qui la put secourir et pourvoir à la vie et au salut de son enfant [sans cela il ne pouvait pas lui donner l’absolution]. Cette fille ayant refusé de le faire, le confesseur s’est retiré. Le lendemain, s’étant trouvée plus mal, elle a envoyé derechef cherché le même confesseur, qui étant arrivé l’a trouvée à l’agonie... et lui a néanmoins donné l’absolution. Sur quoi on demande deux choses : la première, si le confesseur a fait son devoir, dans cette conjoncture, tant sur le refus qu’il a fait d’abord de donner l’absolution à cette fille [...] qu’en la lui accordant le lendemain. La seconde, si pour procurer le salut de l’enfant, il n’a pas pu, ou dû déclarer qu’elle était prête à accoucher, afin qu’à l’instant de sa mort, on pût retirer promptement l’enfant de son corps et le baptiser.
Réponse : – 1. Un tel confesseur doit refuser l’absolution en ce cas lorsque la fille demeure opiniâtrement dans la résolution de ne découvrir son état à personne ; – 2. Que si la malade renvoyé chercher ce confesseur, et qu’il la trouve privée de l’usage de raison, il doit donner l’absolution, sur le témoignage qu’on lui donne qu’elle l’a demandé, parce qu’il doit présumer qu’elle ne l’a demandé que dans le dessein d’exécuter ce qu’il lui avait recommandé [...] Quant à la seconde demande, il est certain que l’enfant de Catherine devrait mourir sans baptême, le confesseur ne peut déclarer ni directement, ni indirectement la grossesse de cette fille, puisqu’on ne le pouvait faire sans violer le sceau de la confession.

  • 97 Le Pédagogue chrétien..., t. I, p. 260, V.
  • 98 Article 15, “L’Église et l’amour humain”.

82Les pénitentes, elles aussi, peuvent être affrontées à de véritables conflits de devoirs. Par principe, la femme doit rester soumise à son mari, excepté si le mari lui ordonne des choses en contradiction avec les commandements de Dieu ou de l’Église. Le père d’Outreman présente le cas d’une femme d’Avignon qui, mariée à un réformé en 1603, a « pour plaire à son mari, fait banqueroute à la foi catholique ». Son confesseur jésuite la supplia de “se reconnaître”. Mais elle se montra « résolue d’obéir à son mari, en ce point (qu’)elle prétendait le lendemain de faire la Cène ». Le père prophétisa qu’il lui en arriverait malheur. Le lendemain, communiant dans l’Église réformée, elle tomba raide morte97. Dans tout autre domaine, y compris sexuel (hormis de très graves offenses aux bonnes mœurs), elle aurait dû obéir aux désirs de son mari, lui-même instamment invité à respecter sa femme, sa santé et ses “petites faiblesses”. En outre, c’est le mari qui assumerait la culpabilité d’un péché que sa femme aurait été amenée à faire pour accomplir sa volonté98.

83Un péché, objectivement asexué, risque, dans le contexte social et culturel de l’époque, d’être finalement classé parmi les péchés “féminins”. Ainsi, Treuvé rapporte sans l’attribuer à un homme ou à une femme l’aveu suivant :

  • 99 Instruction sur les dispositions aux sacrements..., éd. 1676, p. 272 ; éd. 1688, p. 302.

J’ai eu un amour excessif de moi-même, et principalement pour les aises de mon corps, qui m’a fait négliger le soin de ma famille et l’éducation de mes enfants. Je les ai laissés entre les mains des domestiques, et par un excès horrible de délicatesse, à peine ai-je voulu les aller voir dans leur chambre lorsqu’ils étaient malades99.

  • 100 Déjà chez Olivier de Serres, « économiste » protestant, en son Théâtre d’agriculture (1600), et ju (...)
  • 101 Morénas, Dictionnaire portatif..., cas XII, t.1, p. 72 : sauf si le pauvre était dans une nécessit (...)

84Alors que, chez tous les moralistes du XVIIe siècle et la plupart de ceux du XVIIIe, la responsabilité de l’éducation dépend indissociablement des “pères-et-mères”, le souci du quotidien, le soin des malades, la direction des domestiques relèvent du domaine réservé de la “bonne ménagère”, c’est-à-dire la bonne gestionnaire100. Une épouse pèche en enfreignant les devoirs de cette charge : dépenses excessives, dettes, dons trop importants à sa propre famille ou même en aumônes sans l’autorisation du mari101.

  • 102 Instructions sur les dispositions..., respectivement p. 307 et 318 de l’édition de 1688 et p. 277 (...)
  • 103 Pour l’adjectif « Acariâtre », le Petit Robert, éd. de 1979, précise : « vieilli, sauf en parlant (...)

85La spécificité d’un péché s’exprime souvent moins dans un acte concret qu’en ce qu’elle nous révèle des stéréotypes du temps sur chacun des sexes. En examinant les fautes énumérées par Treuvé autour du péché de colère, on trouve les exemples suivants : l’homme devra s’accuser d’avoir juré ; la femme d’avoir donné occasion à son mari de jurer. Et, plus loin, « les femmes s’accuseront de leurs crieries, de leurs impatiences et de leurs emportements. Elles examineront si elles n’ont pas été souvent cause de la colère de leurs maris ». Ces derniers « s’accuseront s’ils les battent »102. On voit que sont préservés les rôles sociaux, l’ordre hiérarchique qui fait de l’homme l’être fort, actif, le supérieur d’une femme passive jusqu’au point d’être maltraitées. Ensuite, sont confortés les lieux communs sur le tempérament querelleur et acariâtre de celle-ci ; ils se sont maintenus jusqu’à nos jours dans les mentalités et le vocabulaire103.

  • 104 S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions..., (1670), p. 183-196.

86En contrepartie, la prééminence de l’homme allège la responsabilité morale et juridique de la femme. Le contrôle des naissances ou l’avortement, péché dans lequel la femme semblerait impliquée au premier rang, sont habituellement mis au compte de l’entité “gens-mariés”104 :

s’ils ont désiré que la génération ne survint pas ; s’ils ont employé des moyens pour l’empêcher, ou pour faire perdre le fruit, quoiqu’inanimé, ou après être animé ; ce qui est un plus grand crime, étant un double meurtre de l’âme et du corps.

87Néanmoins, chez de nombreux moralistes, le mari, en tant que chef de famille, est rendu principal responsable d’un avortement, ou encore ce peut être le médecin qui a prescrit les drogues requises. Mais, le mode de génération étant ce qu’il est, les femmes, en tant que “porteuses”, restent, à certains moments, les agents actifs d’une fausse-couche plus ou moins volontaire :

si dans leurs grossesses, (elles) se sont blessées par négligence, ou par un trop grand et trop pénible travail ; ou si par quelque breuvage, ou autre invention, elles ont empêché la conception, et ruiné le fruit qui était dans leur ventre ; ce péché étant un véritable homicide.

  • 105 Traité des devoirs des gens du monde et surtout des chefs de famille, Paris, J. Debuire, J.-Th. Hé (...)

88Ce point de vue se conserve dans la longue durée. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Pierre Collet souligne les raisons de la gravité de l’acte105 :

une mère un peu chrétienne ne peut se consoler, quand elle pense qu’elle est mère d’un fils qui ne verra jamais Dieu. Comment se consolera celle qui aura toute sa vie à se reprocher que ce malheur n’est arrivé que par sa faute ?

  • 106 B. Bertaut, Le Directeur des confesseurs..., 1692 [approb. 1634], p. 95.
  • 107 Dictionnaire portatif..., « Avortement », cas II, t. I, p. 77.

89Toutefois, si l’avortement est dû à l’absorption de remèdes destinées à sauver la santé de la mère, sans qu’il y ait intention de le provoquer directement, ce ne serait pas un péché, car la femme a le droit de préserver sa vie, et la décision finale relève, de toute façon, du médecin106. Ce cas reste controversé, et Morénas, entre autres, préfère « abandonner la vie de la mère à la divine Providence »107.

  • 108 Theologiae moralis compendium, Douai, 1642, L. III, tr. III, C. IV, n° 4. Les accoucheurs devaient (...)

90Les vrais cas de conscience sont complexes, le plus souvent tranchés avec subtilité. À l’extrême frontière entre charité et scrupule, le théologien jésuite Paul Laymann, bien qu’il admette le droit de risquer “par accident” et involontairement un avortement par un médicament « si l’on est assuré qu’autrement, la mère mourrait avec son fruit », avertit toutefois que « si le fœtus peut naître vivant et être baptisé, la charité peut supposer que la mère s’abstienne de médicament, car la vie spirituelle du fœtus doit être préférée à la vie corporelle de la mère »108. Ce serait une erreur d’interprétation de voir dans cette proposition un signe de mépris à l’égard de la femme là où il n’y a qu’une concurrence entre des priorités. Celle-ci peut paraître discutable dans nos mentalités actuelles, mais reste logique lorsque le salut de l’âme est considéré comme la chose la plus importante de la vie humaine. La preuve : avec une même logique, une femme peut cesser d’allaiter son enfant, malgré les menaces graves qui pèseront sur lui, selon les croyances médicales du temps, si l’abstinence sexuelle à laquelle le couple est astreint, à cause de cet allaitement, risque de le faire pécher par pollution ou adultère. Car, là encore, le salut de l’âme – du mari ou de la femme – vaut mieux que la sauvegarde du corps de l’enfant.

91La sensibilité morale et les conceptions sociales propres à un confesseur peuvent intervenir pour équilibrer ou non ses jugements. Treuvé, jansénisant souvent cité, estime qu’il y a culpabilité commune du père et de la mère envers les enfants dans toute une série de fautes éducatives : mauvais choix de précepteurs, non-sanctification des dimanches et fêtes, tolérance d’un luxe superflu, de la lecture de romans, comédies « et autres méchants livres », etc. Il charge encore indistinctement les parents de deux fautes :

s’ils ont permis à leurs enfants de se farder, de mettre des mouches et du vermillon aux joues, qui sont toutes inventions du démon [et] s’ils ont souffert qu’ils aient paru au bal et à la comédie, où la pudicité fait souvent naufrage.

  • 109 P. Segneri, L’Instruction du pénitent.... trad. franç., Lyon, L. Plaignard, 1695.

92D’autres confesseurs109 font peser ces péchés plutôt sur la mère, dans la mesure où ils concernent probablement l’éducation de filles qui relève principalement de sa responsabilité :

Les mères de famille manquent aussi, qui permettent que leurs filles se trouvent aux bals, aux danses et aux assemblées nocturnes, et souffrent qu’elles soient seules avec des jeunes hommes, comme des agneaux entre les loups, exposant ainsi à un péril évident leur honneur et leur pudicité, sous l’espérance... de leur trouver un bon parti.

  • 110 Voir Dictionnaire des cas de conscience..., t. II. col. 45-50.

93Une dernière remarque, de méthode : il n’est pas inutile de rappeler qu’en morale, il existe souvent une certaine distance, voire des contradictions, entre les textes doctrinaux ou disciplinaires et le vécu. Contrairement à la réputation de curiosité malsaine ou de misogynie primaire qu’on leur fait parfois, il est frappant de constater à quel point la plupart des confesseurs tiennent le plus grand compte des réalités de la vie de celles (et ceux) qu’ils sont appelés à juger, sans moralisme hypertrophié. Voici, à titre d’exemple, un cas réellement délibéré à Paris, le 2 mars 1680, par Augustin de Lamet110 :

Monsieur N., ayant lié un commerce d’amitié, sur la foi réciproque de mariage, avec Mlle Thérèse, âgée de 28 ans, du consentement de sa mère et d’un oncle qui tient lieu de père et qui devait payer une partie de la dot ; la fille devint grosse et en avertit sa mère, afin que l’on achevât le mariage incessamment et avant ses couches.

94Quand bien même ce serait la “foi réciproque de mariage” qui aurait obtenu le consentement des parents, la dimension sexuelle (puisqu’on aboutit à une grossesse) de ce “commerce d’amitié” prouve : – 1. qu’un amour existant entre deux futurs époux pouvait être agréé par les familles ; – 2. compte tenu des mœurs inquisitrices du temps, il est peu vraisemblable que ce commerce d’amitié ait pu aboutir à cette grossesse sans un relâchement de la surveillance exercée sur des jeunes gens qui s’aimaient, sans une connivence de fait de la famille. Entre temps, Thérèse tombe “malade à la mort”. La suite de l’histoire devient sordide. Sa mère, profitant de sa faiblesse, lui fait signer un testament en sa faveur, et, alors que tout était prévu, les bans publiés, elle empêche le mariage, afin que l’enfant naisse bâtard, donc ne puisse selon le droit, hériter de sa part légitime lui venant de sa procréatrice, et que ce soit la mère de celle-ci qui recueille les biens de sa fille. Or, dans sa longue réponse, le conseil de conscience n’examinant que le tort fait à l’enfant “illégitime”, ce qui était, bien sûr, l’objet essentiel de la consultation, condamne la mère de Thérèse. Mais il ne fait aucun commentaire sur une conception issue d’une fornication hors mariage, donc peccamineuse en soi.

95Sur la question très controversée de la manière dont les femmes étaient vues par la société et, plus particulièrement, par les clercs, la confession des femmes apparaît comme un assez bon critère d’évaluation. Contrairement à ce que peut dire éventuellement tel sermon, tel livre de direction spirituelle ou de retraite, il apparaît que théologiens moralistes et casuistes ne considèrent pas la femme comme particulièrement pécheresse, ni plus pécheresse que l’homme. Les confesseurs se montrent souvent patients et pleins de sollicitudes. Elles ne sont pas plus vilipendées que les hommes pour des vices que la tradition, même laïque, leur attribue comme la vanité, la paresse ou la luxure. Quant aux péchés faits par des femmes dans l’exercice d’une profession, ils sont davantage liés aux caractéristiques des emplois occupés qu’au sexe proprement dit, même si ces emplois sont distribués en fonction de préjugés fondés sur le genre.

96En revanche, le fait que les femmes soient l’“autre sexe”, les rend évidemment et éminemment dangereuses aux yeux de célibataires mâles ayant fait vœu de chasteté, surtout lorsque celui-ci risque d’être mis en péril à l’occasion de la relation interpersonnelle si intime qu’est l’acte même de la confession.

Notes

1 On se souvient du succès de scandale obtenu par l’ouvrage de N. Valentini et C. Di Meglio, Le sexe au confessionnal, Paris, Flammarion, 1973. Il était censé rapporter les confessions, souvent de femmes, sur le style de leurs relations sexuelles, la contraception, le remariage après divorce, etc. Déjà, Michelet avait fait du confessionnal, le lieu de contrôle de la vie de famille par l’Église.

2 J.-J. Duguet, Lettres sur divers sujets de morale et de piété, Paris, J. Estienne, approb. 1707, préface. P.-F. Lafitau, Avis de direction pour une personne religieuse. Avignon, 1749, partage presque mot pour mot la même opinion.

3 J.-P. Pinamonti, La religieuse dans la solitude : retraite spirituelle..., Amiens, L. Godart, 1734, p. 66-68.

4 On retrouve ici un trait déterminant de la vie sociale sous l’Ancien Régime : le poids de l’opinion publique. Cf. Avis important sur la pratique et l’administration du sacrement de pénitence... [joints] quelques avis particuliers aux confesseurs des religieuses, Bruxelles, Foppens, 1738, p. 302.

5 Instruction sur le manuel (...) pour servir à ceux qui sont dans les séminaires se préparant à l’administration des sacrements [approb. de 1654] ; éd. très nombreuses, en 1746 encore. Éd. consultée, P., G. et L. Josse, 2 t. en 1 vol., 1692, p. 129.

6 Voir M. de Fontette, Les religieuses à l’âge classique du droit canon. Recherches sur les structures juridiques des branches féminines des ordres, Paris, Vrin, 1967, p. 154.

7 P. et M.-L. Brver, Abbayes, monastères, couvents de femmes à Paris, Paris, PUF, 1975, mentionnent pour un certain nombre d’établissements le personnel masculin à leur service, à la fin de l’Ancien Régime. Par exemple, pour 24 religieuses et 3 postulantes des Filles-Dieu, hospitalières : 4 prêtres confesseurs ; pour 39 choristes et 11 converses des Filles de Saint Gervais, également hospitalières : 3 chapelains, 1 sacristain, 1 garçon pour l’hôpital, 1 commissionnaire-jardinier. L’abbaye royale de Montmartre (39 choristes et 21 converses) emploie : 3 prêtres, 1 intendant, 1 chirurgien, et 14 domestiques dont le sexe n’est pas précisé, etc.

8 De Montis, Lettres sur les devoirs d’un supérieur de religieuses, Paris, Humblot, 1777, plusieurs chapitres abordent cette question, particulièrement p. 169 et sq.

9 Décret 21, reproduit dans R. Foreville, « Latran I, II, III et IV », tome 6 de l’Histoire des Conciles œcuméniques, Paris, Orante, 1965.

10 Delmas, Ars artium seu de officio pastorali carmen, Paris, Vve Desaint-Montauban, Paris-Th. Cazamea, 1786, au livre IV, particulièrement p. 175-185, rappelle les qualités requises.

11 R. Daon, Conduite des confesseurs, éd. consultée, Paris, G.-Ch. Berton, 1759, Préface.

12 Introduction à la vie dévote (1609), texte intégral de l’édition de 1619 revue par F. de Sales, révisé et présenté par Etienne-Marie Lajeunie, op, Paris, Seuil, « Livre de Vie », 1962, p. 29 ; sera citée sous le sigle : IVD.

13 IVD, p. 101-102. Rappelons que de nombreux auteurs reconnaissent explicitement leur dépendance morale de l’évêque de Genève, tels R. Daon, Conduite des confesseurs et des âmes (...) selon les Instructions de saint Charles Borromée et de la doctrine de saint François de Sales (1739). J. Gaume, Manuel des confesseurs composé (...) des avis de saint François de Sales aux confesseurs...(1837), etc.

14 Saint François de Sales, Les Femmes mariées, Introduction de O. de La Brosse et H. Caffarel ; choix et présentation des textes (essentiellement des lettres) par M. Georges-Thomas, Paris, éd. du Cerf, 1967, p. 51, lettre du 3 mai 1604.

15 Ibid., p. 58, le 13 octobre de la même année.

16 Voir sa Retraite pour les dames, Paris. E. Michallet, 1684, p. 117-124. Les points 9 et 10 portent sur le choix du confesseur et seront cités au paragraphe correspondant. Nous réduisons, par commodité, sa démonstration aux phrases essentielles.

17 Exercices spirituels, éd. du père P. Doncœur, Paris, A l’Orante. 1939, § 18, p. 11.

18 Instructions sur les dispositions aux sacrements, 1re éd., 1677 ; éd. consultée, Paris, G. Desprez et J. Desessarts, 1722, p. 377.

19 Voir S. Pallavicini, Histoire du concile de Trente, Montrouge, Migne, 1844, 3 vols, t.1, col 137.

20 Collet, « Instructions... sur les devoirs des gens de la campagne », dans Collection des orateurs sacrés..., éd. Migne, t. LV, Montrouge, 1854, col. 1104.

21 Bien connu grâce à Mme de La Fayette, Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, dans Nouvelle collection des mémoires relatifs à l’Histoire de France..., P. Didier et Cie, t. XXXII, 1866. p. 203-206 ; et l’Oraison funèbre d’Henriette-Anne d’Angleterre prononcée à Saint-Denis, le 21 août 1670 ; éd. consultée, A. Rébelliau, Paris, Hachette, s.d., p. 127-187.

22 Cf. les ouvrages de saint Jean Eudes, Treuvé, Daon, Pontas...

23 Au XIXe siècle encore, cf. J. Gaume, Manuel des confesseurs..., Paris, Gaume frères, 2 vols, 1837, t. II, p. 36-37, § 218.

24 Dans la Summa sive aurea armilla de Bartholomei Fumi, Anvers, 1561, p. 236, l’article « Vestis » renvoie à « Ornatus ». Encore est-il précisé : « ornatus exterior mulierum ac virorum, solet multipliciter esse peccatum ».

25 H. Rahner, Ignace de Loyola et les femmes de son temps, Paris, « Christus », 2 vols, 1963, t. 1, Introduction.

26 H. Rahner, ibid., t. II, p. 9-66.

27 H. Rahnkr, ibid., t. II, p. 60.

28 Traduction du texte officiel, notes et index par François Courel sj, Paris « Christus » n° 23, 2 vols, 1967, t. 1 p. 182-183, n° 588.

29 Les Constitutions des bénédictines de l’abbaye de Saint-Sulpice, dans le diocèse de Rennes, s. l., 1685, l’article V du chapitre 1 de la 4e partie, précisent que « les Révérends Pères de la Compagnie de Jésus sont les confesseurs extraordinaires de cette maison ».

30 H. Rahner, Ignace de Loyola et les femmes..., t. 1, p. 40 : directives du 28 juillet 1553.

31 Constitutions..., n° 266-267, p. 94-95.

32 IVD, I. 6, p. 29. Sérieuse pour toutes les femmes, et d’ailleurs pour tous les catholiques, la question du choix du confesseur se présente de façon encore plus contraignante pour les religieuses.

33 Une preuve de cette influence se rencontre chez le père J. Crasset, dans sa 9e considération : « De la confession et de la direction », dans Considérations sur les principales actions du chrétien, Paris, Ch.-J.-B. Delespine fils, 1732, p. 127. Nous choisirons nos exemples dans la grande période de la Réforme catholique en France (1640-1720).

34 Daon en fait l’objet de sa longue préface.

35 Voir, entre autres ; Retraite pour les Dames (jésuite), p. 123 ; De ta fréquente communion (janséniste), p. 212 et sq. ; Le Bon Confesseur (missionnaire), éd. à Rouen : 1666, 1738 ; Lyon : 1669, 1671, 1674, 1681, 1685 ; Paris, 1666, 1672, 1677, 1678, 1686 ; Caen : 1683 ; Châlons : 1687...

36 Voir article 6 : “Le secret de la confession”. N. Lenglet Dufresnoy, Traité historique et dogmatique du secret inviolable de la confession, où l’on montre quelle a toujours été à ce sujet la doctrine et la discipline de l’Église (1708) donne une longue démonstration en 328 pages, qui passe même à 471 dans la 2nde éd. revue et corrigée de 1715.

37 Instructions sur les dispositions au sacrement..., éd. 1722, p. 375.

38 C’est l’« âge canonique » des servantes de curé. Marquant un seuil au delà duquel le péril de concupiscence paraissait s’amoindrir, il est un indice intéressant pour l’histoire de la sexualité.

39 Instructions de saint Charles Borromée... aux confesseurs de sa ville et de son diocèse ; éd. consultée, Lyon. P. Compagnon et R. Taillandier, 1671, p. 17.

40 IVD, II, 19, p. 105.

41 J. Crasset, Considérations sur les principales actions du chrétien... [1701] ; éd. consultée, 1732, p. 127 à 130. Les citations du même auteur données ci-dessous proviennent du même passage.

42 F. Guilloré, La Retraite des dames..., p. 122 et sq.

43 S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions aux sacrements..., p. 375.

44 Crasset, Considérations sur les principales actions du chrétien..., p. 129. Un témoignage sur la permanence de ce danger dans Camille C. ou L’Emprise de Dieu, présenté par H. Caffarel, Paris, éd. du Feu nouveau, 1982, p. 304 : « dirigée par l’abbé d’un couvent et moralement forcée de me confesser à lui... (je) fus fort éprouvée parce qu’il n’était pas du tout d’une spiritualité qui correspondait à la mienne, et il fallait lui obéir coûte que coûte ».

45 Cf. A. D. des Bouches-du-Rhône (Aix), 1 G 1354, pièce 6, p. 1 v° et 2 r° : « Messieurs du séminaire [sont accusés de mettre] des prêtres aux paroisses à leur poste et à eux affidés afin de savoir par le moyen des confessions tout ce qui se passait dans chaque paroisse en général et en particulier ».

46 Ph. Boutry, “L’Anticlérical, la femme et le confessionnal au XIXe siècle”, dans L’Histoire, n° 16, octobre 1979, p. 94-95.

47 E. Fleuret, ancienne supérieure de couvent, La guide des supérieures ou avis à une supérieure sur les moyen de se bien conduire dans la supériorité..., Paris, Mérigot, 1786, p. 182, 185 et 187.

48 Navarre, Retraite de dix jours pour les religieuses et autres personnes de piété, Paris, 1710, 14e méditation, p. 178, id., p. 182-183. D’autres conseillers de supérieur(e)s partagent ce point de vue. Par ex. De Montis, Lettres sur les devoirs d’un supérieur de religieuses, Paris, Humblot, 1777, p. 268 ; ou encore S. Cherrier, Histoire et pratique de la clôture des religieuses.... Paris, G. Desprez, 1764, p. 228-229.

49 R. Daon, Conduite des âmes dans la voie du salut. Paris, Berton, 1760, ch. 33 « Avis aux confesseurs de religieuses », p. 285.

50 De Montis, op. cit., p. 264-265.

51 E. Fleuret, op. cit., p. 181.

52 R. Daon, up. cit., p. 298.

53 J. Pontas, Dictionnaire des cas de conscience, Bâle, J. Brandmuller, 1741, t. III, cas 6, col 374.

54 Avis importants..., 1738, p. 292.5.

55 Les Conférences ecclésiastiques d’Angers sur les États, Paris, Vve Desaint, 1776, t. II, p. 167.

56 S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions aux sacrements... (1677), éd. consultée, 1732, p. 304.

57 Ibid., p. 373-374.

58 Pratique de la pénitence..., p. 65.

59 J.-B. Massillon, Discours synodal XII, « De la nécessité de la prière » (1734), dans Collection des orateurs sacrés, éd. Migne, Montrouge, 1854, t. 43, col. 666-667. Voir également Chavaroche, Le Prêtre dans les conférences et discours synodaux de Massillon, Mémoire de maîtrise, Aix, 1986, p. 175.

60 Traité des devoirs d’un pasteur (1760), p. 471-472. Sur sa « pastorale des laïcs », M. Bernos, dans les Actes du colloque international des études vincentiennes, Paris 25-26 septembre 1981, Rome, Edizione Vincenziane, 1983, p. 289-309.

61 Navarre, op. cit., p. 182-183.

62 Ibid., p. 176-177.

63 Conférences ecclésiastiques de feu Mgr H. de Barillon, évêque de Luçon, sur les Sacrements, t. VI, 1699, « sur l’épître de saint Paul à Tite », p. 275.

64 Mme de Sevigne, Correspondance, Paris, Gallimard, « La Pléiade ». éd. R. Duchêne, 3 vols, 1972-1978, lettre 362 du 15 janvier (1674) à Mme de Grignan, t. 1, p. 669.

65 G. Tallemant des Reaux, Historiettes, Paris, Gallimard, « La Pléiade », éd. A. Adam, 2 vols, 1960-1961, t. 1, p. 84-85.

66 Où pourtant « elle s’allait toujours mettre vis-à-vis de la chaire, sans masque et la gorge fort découverte, car c’était ce qu’elle avait de plus beau ».

67 S. M. Treuvé, Instructions sur les dispositions qu’on doit apporter aux sacrements de pénitence et d’Eucharistie, Paris, G. Desprez et J. Desessartz, 1677/1722, p. 373-374.

68 Voir ses Souvenirs, dans la Nouvelle collection des mémoires relatifs à l’histoire de France... par Michaud et Poujoulat, Paris, Didier et Cie, t. XXXII, 1866, p. 492b.

69 Pratique de la pénitence..., p. 63-64.

70 Dès les livres sapientiaux de l’Ancien Testament.

71 F. Duneau, Sermons pour l’Avent : « Des trois venues de Jésus-Christ comme juge, sauveur et sanctificateur », Lyon, Certé, 1677, p. 549.

72 Par ex. S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions aux sacrements.... éd. 1688, p. 324-325.

73 Instruction sur le manuel..., p. 130. C’est la position de Gibert dans ses Consultations canoniques sur le sacrement de pénitences..., Paris, Mariette, t. Ill, 1725, XXXIXe consultation, p. 517-540, soit 24 pages.

74 L’histoire du confessionnal est intéressante : d’une simple cloison, on passa, par des étapes qui restent à déterminer, à un ensemble plus architecture et important, permettant de recevoir deux pénitents, situés de part et d’autre de la loge du confesseur et écoutés alternativement. Les témoignages iconographiques ne sont guère abondants. Un exemple : Saint Jean Népomucène confessant la reine de Bohème (1743) de G.-M. Crespi (1655-1747), exposé à Turin.

75 Lettre du B. P. S. François Xavier... avec les Instructions de S. Charles Borromée..., Lyon, P. Compagnon & R. Tallandier, 1671, p. 225.

76 Ce remède est, après tout, celui de laïcs qui, pour d’autres raisons, refusent de s’attacher ou de répondre à un amour, de Don Juan à Gœthe...

77 Pratique de la pénitence..., p. 69-70.

78 G. Vauges, oratorien, Le Directeur des âmes pénitentes [approb. 1720-21] ; éd. consultée, Paris, F. Babuty, 1726, p. 383.

79 C’est toujours vrai. Cf. R. Naz, Dictionnaire de droit canonique, t. IV, col. 41-46 ; et le nouveau Code de droit canonique, Paris, Centurion-Tardy, canon 983-984.

80 Instruction de saint Charles Borromée..., p. 34. Avant lui, saint Antonin de Florence avait les mêmes exigences.

81 Mémoires touchant la vie de Saint-Cyran... pour servir d’éclaircissement à l’Histoire de Port-Royal, Cologne, 2 vols, 1738, t. II, chap. XLI : « du zèle de S. Cyran pour le salut des âmes et de sa tendresse pour les pécheurs convertis », p. 350.

82 Publ. à Paris, J. Estienne, 1717, rééd. en 1718 (+ une à Lille). Il est également l’auteur d’une Conduite d’une femme sage. P., 1725 (3e éd.), rééd. au moins jusqu’en 1856.

83 La Confession générale..., éd. consultée, Lyon, 1548.

84 Éd. à Dillingen, 1564, relié avec le Breve directorium ad confessarii ac confitentis munus... de J. Polanco sj, Anvers, 1556, consulté, à l’ancienne bibliothèque « Les Fontaines », à Chantilly. L’image est reproduite sur la couverture du présent livre.

85 IVD, p. 29.

86 Il cite : L. De Grenade (1505-1558), op, œuvres de direction spirituelle, surtout La Guide des pécheurs (1555), présent dans tout fonds de bibliothèque jusqu’au XIXe siècle ; V. Bruno (1532-1594) sj, Bref traité de la pénitence... avec un examen général pour ta confession, P. et Cl. Chapelet. 1622 ; F. Arias (1533-1605) sj, L’Usance de la confession et communion en français, Anvers, 1601. Douai, 1602, 1611, Rouen, 1616, 1617, etc. ; E. Auger (1530-1591) sj, Du sacrement de pénitence, Lyon, 1574.

87 Par exemple, dans : De Montis, Discours de retraites pour les religieuses, Paris, Morin-Laporte. 1781, 2 vols.

88 Michaud-Sales rapporte qu’un religieux brûla l’Introduction à la vie dévote parce qu’elle autorisait – dans certains cas très circonscrits par le devoir d’état – les bals et les bons mots.

89 Le Pédagogue chrétien [approb. 1654] ; éd. consultée, Lyon, 2t. en 1 vol., 1671, t. I, p. 254.

90 Traduit de l’italien, éd. consultée, Paris, J.-B. Coignard, 1686, p. 59-71.Il est hostile au « laxisme » des quiétistes.

91 Paru à Paris, chez, M. Soly, 1636.

92 Cf. La Méthode que l’on doit garder dans l’usage du sacrement de pénitence pour donner ou différer l’absolution du janséniste G. Huygens, de Louvain, dédicacé à Mgr Grimaldi, archevêque jansénisant d’Aix, Paris, A. Pralard, 1681.

93 R. Duchêne, Mme de Sévigné devant Dieu, P., Desclée de Brouwer, 1968, p. 34-39. Sur la religion de la marquise, voir également H. Busson, La Religion des classiques (1660-1685). Paris, PUF, 1948, p. 12-19.

94 Le Pédagogue chrétien..., op. cit., t. I. p. 254-255.

95 On a rappelé plusieurs fois, qu’il ne doit pas profiter de sa situation d’autorité pour « solliciter ad turpia » sa pénitente, ce qui entraînerait une excommunication réservée à l’évêque, voire au pape, cf. F. Morénas, Dictionnaire portatif des cas de conscience..., Lyon, J.-M. Bruyset, 1759 : article « Confesseur », cas XXVII à XXIX, t. I, p. 222-223.

96 Dictionnaire de cas de conscience [approb. 1714] ; éd. consultée, Paris, G. F. Quillau, 3 vols, 1741, t. I, col. 852-853. C’est un cas concret, tranché par Sylvius le 1er décembre 1641.

97 Le Pédagogue chrétien..., t. I, p. 260, V.

98 Article 15, “L’Église et l’amour humain”.

99 Instruction sur les dispositions aux sacrements..., éd. 1676, p. 272 ; éd. 1688, p. 302.

100 Déjà chez Olivier de Serres, « économiste » protestant, en son Théâtre d’agriculture (1600), et jusqu’à une époque récente, en tous cas chez tous les moralistes chrétiens du XIXe siècle.

101 Morénas, Dictionnaire portatif..., cas XII, t.1, p. 72 : sauf si le pauvre était dans une nécessité extrême et que ce secours lui soit indispensable.

102 Instructions sur les dispositions..., respectivement p. 307 et 318 de l’édition de 1688 et p. 277 et 311 dans celle de 1722.

103 Pour l’adjectif « Acariâtre », le Petit Robert, éd. de 1979, précise : « vieilli, sauf en parlant d’une femme », aveu flagrant d’un emploi sexué persistant du terme.

104 S.-M. Treuvé, Instructions sur les dispositions..., (1670), p. 183-196.

105 Traité des devoirs des gens du monde et surtout des chefs de famille, Paris, J. Debuire, J.-Th. Hérissant, C.-J.-B. Hérissant. N. Tiiliard, 1764. p. 177.

106 B. Bertaut, Le Directeur des confesseurs..., 1692 [approb. 1634], p. 95.

107 Dictionnaire portatif..., « Avortement », cas II, t. I, p. 77.

108 Theologiae moralis compendium, Douai, 1642, L. III, tr. III, C. IV, n° 4. Les accoucheurs devaient parfois trancher ce dilemme Cf. Le traité des accouchements de G. Mauquest de La Motte, publié en bonnes pages par J. Gélis, Accoucheurs de campagne sous le Roi-Soleil, Toulouse, Privat, 1979, rééd. Paris, éd. IMAGO, 1989.

109 P. Segneri, L’Instruction du pénitent.... trad. franç., Lyon, L. Plaignard, 1695.

110 Voir Dictionnaire des cas de conscience..., t. II. col. 45-50.

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540