Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le notaire

 | 
Lucien Faggion
, 
Anne Mailloux
, 
Laure Verdon

Le notaire, médiateur et arbitre

Les notaires-marchands des villes de la Terre Ferme vénitienne au début de l’époque moderne1

Edoardo Demo

Texte intégral

  • 1 Les abréviations utilisées dans le texte sont : ASBs (Archivio di Stato de Brescia) ; ASPd (Archiv (...)
  • 2 G. L. Fontana, « Industria e impresa nel Nord Est d’Italia », A. Di Vittorio, C. Barciela Lopez et (...)

1Au début de l’époque moderne, la Vénétie, au même titre que la Lombardie et la Toscane, est sans l’ombre d’un doute, comme l’ont mis en lumière les nombreuses études et recherches plus ou moins récentes, un des espaces les plus densément habités et les plus prospères de toute l’Europe, avec l’un des taux d’urbanisation le plus élevé de la période. Venise, qui a étendu sa domination sur une vaste partie de l’arrière-pays au cours de la première moitié du XVe siècle, est une des quatre villes les plus peuplées d’Europe, en même temps que Paris, Naples et Milan, alors que Vérone figure parmi les vingt premières. Dans le même temps, la République de Venise se présente également comme l’une des aires manufacturières européennes les plus importantes de la première modernité, en particulier le secteur textile. Venise, Vérone, Vicence, Padoue, Brescia, Bergame et les autres principaux centres urbains de l’État vénitien sont, aux XVe et XVIe siècles, des sièges de filatures de laine et de soierie d’une ampleur internationale qui produisent des produits manufacturés destinés à être exportés dans les principaux comptoirs commerciaux italiens, européens et levantins de l’époque. En outre, entre la fin du Moyen Âge et le début des Temps modernes, le travail de la laine est diffusé aussi dans les nombreux centres ruraux, spécialement (mais pas uniquement) dans l’espace de la basse montagne, celui compris entre le Bergamasque et l’aire de Feltre et de Belluno, qui peuvent compter sur la disponibilité considérable, sur place, de matières premières, d’énergie hydraulique et de bois. Dans ce dernier cas, il s’agit presque toujours d’une activité orientée vers la production de tissus de médiocre qualité, mais non destinée nécessairement à un usage local2.

2L’étude d’un phénomène aussi imposant, en l’absence presque totale de fonds d’archives de nature commerciale, est rendue possible par la richesse des sources judiciaires et, surtout, des archives notariales en Vénétie, dans lesquelles il est possible de trouver une série documentaire de nature commerciale (contrats de société, procurations, inventaires après décès, etc.) rédigée par des notaires souvent apparentés à des marchands et des entrepreneurs, lorsqu’ils n’étaient pas directement impliqués eux-mêmes dans la gestion des trafics rémunérateurs des marchands.

3L’objectif de cette présente intervention est justement l’analyse, exposée sous forme de synthèse, de la pluriactivité des notaires-marchands, dont les compétences de nature juridique se confondent avec celles de nature économique, au point de transformer le siège de l’étude du notaire en une sorte de « place » (« statio ») de la laine ou de la soie. L’analyse sera conduite avant tout sur la base de la documentation notariale et judiciaire, intégrée dans des documents inédits de nature comptable, jusqu’à ce jour inexplorés, produits par certains notaires-lainiers et notaires-marchands de soie actifs au XVe siècle dans différents centres aussi bien urbains que ruraux de la Terre Ferme.

  • 3 Pour tous les exemples cités dans le texte, v. E. Demo, L’« anima della città ». L’industria tessi (...)

4Au lendemain de la création de l’État régional vénitien, la Terre Ferme se présente comme un espace qui se distingue par un développement prononcé de la manufacture textile, surtout lainière. L’activité de production et d’exportation des produits manufacturés lainiers est conduite par différents sujets engagés soit par le biais d’entreprises personnelles, soit par la création de compagnies. Dans ce dernier cas, il s’agit avant tout (mais pas uniquement) de sociétés stipulées entre un membre financier qui attribue le capital et un membre qui met à disposition de la compagnie sa propre habilité et fournit le travail nécessaire pour l’exercice quotidien de l’activité, avec des formes de répartitions des bénéfices et des pertes qui varient au cas par cas, même si celle qui est le plus communément pratiquée est la division par moitié des deux partenaires. Les sociétés disposent habituellement de capitaux plutôt limités, oscillant en moyenne autour de 300-500 ducats d’or, mais avec des pointes de plus de 2 000 ducats d’or. À titre d’exemple, à Vicence, au mois de décembre 1431, les ducats d’or investis par Nicola Braschi et Gian Antonio Dalla Zoga dans une compagnie active « dans le marché, le trafic et le travail ou en faisant travailler dans le secteur de la laine » s’élèvent à 4 431. À l’opposé, à Vérone, en septembre 1477, ce sont les drapiers Bartolomeo Marogna, Gabriele Carteri et Bonaventura Magno à s’unir en société en versant chacun un capital de 800 ducats d’or dans l’intention explicite de produire sur la rive de l’Adige des draps à mettre en vente sur le marché des Pouilles. En août 1476, ce sont les marchands provenant de Côme, Alvise et Contino de Bartolomeo Stoppa, à signer un contrat avec Domenico di Uberto, de Mantoue, une société dotée d’un capital de 7 000 ducats et spécialisée dans le commerce avec l’aire allemande3.

5Dans la majorité des cas, les investisseurs appartiennent aux familles du groupe dirigeant citadin qui trouvent dans le secteur lainier une occasion pour faire fructifier au mieux une partie des capitaux dont ils disposent. Parmi eux, il ne manque pas les docteurs en loi et les notaires.

  • 4 E. Demo, « Compagnie tessili operanti a Vicenza tra XV e XVI secolo », figurant sous format numéri (...)

6C’est le cas du notaire et citoyen vicentin (notarius et civis Vincentie), Nicolò de Bartolomeo Pagliarini qui durant la première moitié du XVe siècle finance au moins neuf sociétés différentes, dont six constituées pour produire des draps de laine et trois pour être actives dans le secteur de la soie4. En février 1431, par exemple, il avance un capital de 140 ducats d’or dans une compagnie stipulée avec le lainier Guarino Guarini in mercando, traficando et laborando seu faciendo laborare in lanificio pour la durée d’une année. Pagliarini attribue cent autres ducats d’or, deux mois plus tard (en avril 1431), au noble Giacomo de Giovanni Valmarana, afin de les utiliser dans une societas in arte lane. À l’opposé, il s’agit de 350 ducats d’or par lesquels Nicolò finance, entre octobre 1433 et février 1435, trois différentes sociétés actives dans le métier de la soie (nel mistier de la seda). Dans les trois cas, le membre associé au partenaire financier, qui debet exercere industriam et personam suam in arte et mercantia sete, est Giacomo de Francesco Provinciali, l’un des principaux marchands-entrepreneurs de la soie à Vicence dans le premier XVe siècle, appartenant à une famille d’origine florentine qui, selon le chroniqueur Battista Pagliarini, a introduit le premier le travail de la soie à Vicence.

  • 5 ASVr, Antico Ufficio del Registro, Instrumenti, registre 189, f° 436r°, 6 juillet 1464.

7Lazzaro di Bartolomeo Matroiano, civis et notarius Verone, se comporte de façon similaire, lorsqu’il s’unit, le 6 avril 1464, en société avec le marchand Giacomo Barberio pour la durée de cinq ans in arte lane seu in faciendo pannos lane […] quos dictus Iacobus solemniter promisit conducere sive conduci facere in Alemaneam et eos vendere in nundinis Alemanie5.

8D’autre part, les notaires vénitiens qui se consacrent à la production et à la commercialisation des différents produits manufacturiers textiles sont nombreux, aussi bien pour financer les opérations qu’en qualité de véritables marchands-entrepreneurs auxquels leur revient la gestion directe de l’entreprise.

  • 6 ASVi, Notarile, carton 31, fasc. 5, f° 1r°-40r°, années 1465-1468 ; pour des informations suppléme (...)

9Particulièrement bien documenté, à cet égard, est le cas de Matteo Scolari, un notaire actif dans la seconde moitié du XVe siècle à Lonigo et à Vicence, qui produit, entre 1465 et 1468, dans la ville de Vicence au moins 76 draps de qualité diverse qu’il met ensuite en vente sur le marché vénitien. En outre, Scolari se fait envoyer, de la cité lagunaire, différentes parties de laine espagnole, du coton, des futaines, des épices de qualité diverse, des amandes, du vin de Malvasia et de l’huile. C’est ce qui transparaît des précieux extraits de comptabilité ayant trait à des ventes de tissus, à des acquisitions de matières premières et d’autres marchandises, à des inventaires de facultade, à des dépenses assumées pour le déroulement des différentes phases du travail textile – lavage, filage, texture, purge, foulage, teinture – que Matteo mélange avec des actes notariés différents qu’il a lui-même rédigés (procurations, achat-vente de terrains, testaments, contrats de dot)6. À titre d’exemple, en avril 1465, juste après avoir enregistré un acte pour la vente de quelques terrains situés à Brendola, un petit centre près des collines qui encerclent Vicence, Scolari relève ce qui suit :

  • 7 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 7v° : 1465, dì luni primo aprile. Hieronimo [figlio di Matteo] (...)

1465, ce lundi premier avril
Hieronimo [fils de Matteo] a vendu draps 6 de mars à Venise,
c’est-à-dire 3 à ducats 26 l’un, et draps 3 à ducats 25 ½ l’un qui se monte
à la somme de ducats 154 ½7.

10Parfois, Matteo rédige également la remise entre les mains des bateliers des tissus qui doivent être transportés par voie fluviale de Vicence jusqu’à la lagune :

  • 8 Pour la signification du mot « lisses » (ou « lices »), il convient de se rapporter à ce qu’a écri (...)
  • 9 Les termes de fioreto, zentille, mezano, grosso et zachole renvoient à différents types de laine : (...)
  • 10 Drap alla piana : il s’agit de draps tissés sur des métiers à quatre lisses.

1468, ce dernier jour d’avril
Fut lié pour la barque de Guido :
2 draps à trois lisses8 fioreti9 en 65, nombre 53, 58 ;
1 drap à trois lisses zentille, nombre 60 ;
1 drap fin à trois lisses fioreto nombre 50 ;
3 draps alla piana10 en 75 portées nombre 55, 56, 59 ;
2 draps à trois lisses fioreti de mars nombre 52, 54 ;

  • 11 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 30v° : 1468, adì ultimo aprile. Fo ligado per la barcha de Guid (...)

1468, ce 23 mai
Porte la barque de Guido les draps ut infra :
1 drap à 3 lisses nombre 62 zentille ;
1 drap alla piana en 70 nombre 5711.

11Assez nombreux sont les renvois relatifs à la pesée et à l’acquisition de laine locale – la laine qualifiée de nostrana dans les sources – aussi bien la tonte (tosa) de mars, appelée laine de marzega ou de marzadega, que celle du mois d’août, qualifiée de laine d’avostana. La matière première est achetée avant tout suxia, c’est-à-dire non lavée, et successivement soumise à la phase de lavage par Matteo lui-même. En voici un exemple :

  • 12 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 21r° : 1466, adì 27 avosto. Lana marzega lavada in Lonigo fo e (...)

1466, ce 27 août. Laine de mars lavée à Lonigo fut et reste ut infra :
fioreto de mars fut pesée non lavée livres 1850, resta lavée livres 796,
restent 43 pour cent.
Zentill de mars non lavée fut livres 437, resta lavée livres 208.
Mezan et grosso non lavé fut livres 393, resta lavée livres 16912.

12Moins fréquentes, néanmoins présentes, sont les annotations concernant l’acquisition de laines étrangères. C’est le cas des laines espagnoles de San Matteo acquises par notre notaire sur le marché vénitien de trois différentes qualités selon la couleur noire, blanche et grise (« negre, bianche et beretine »). Au printemps 1468, par exemple, Scolari enregistre l’achat suivant de matière première ibérique effectué en lagune par le fils Gerolamo :

  • 13 Miaro : terme qui signifie le millier de livres. Ainsi, le 4 avril 1468, la laine blanche fut ache (...)
  • 14 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 29r° : 1468, adì 4 aprile. Lana biancha da San Matio tolta a ba (...)

1468, ce 4 avril.
Laine blanche de San Matio prise en échange à Venise pour Ieronimo par messer Francesco Contarini à raison de ducats 75 le miaro13.
Fut ladite laine à Venise net livres 1966 qui s’élève à monnaie livres 678 sous 1814.

13Il ne manque pas les enregistrements relatifs à la production des draps de laine, avec des indications minutieuses sur la qualité du tissu ; sur les différentes phases de travail auquel celui-ci est soumis ; sur le nom de l’artisan qui s’en est occupé ; sur le coût soutenu pour chacune des opérations menées. Ainsi, à l’été 1470, a été enregistré ce qui suit :

1 drap mezan et grosso, nombre 15, tissé par Piero Guerzo ; donné à être purgé aux Bagozzi ce 23 juillet 1470 ; foulé par Iacomo de Favri ; apprêté par Antonio Merzaro.

  • 15 ASVi, Notarile, f° 38r : 1 panno mezan e grosso numero 15 texudo per Piero Guerzo ; dato a purgare (...)

1 drap fioreto 65 portées tissé par Batista de Valdagno ; purgé ce 8 août par Berto purgeur ; foulé par Iacomo de Favri ; apprêté par Zanfrancesco de Côme.
1 drap fioreto, nombre 17, tissé par Domenego Bolognin ; purgé par Berto ci-dessus menstionné ; foulé par Iacomo de Favri ; apprêté par Zanfrancesco de Côme.
1 drap fioreto, nombre 20, de 65 portées tissé par Piero Todesco de Porta San Piero ; purgé par Berto purgeur ; foulé par Matio Garzadore ; apprêté par Iachomo de Baldessare.
1 drap fioreto, nombre 19, de 65 portées tissé par Batista de Zandrea ce 2 septembre 1470 ; purgé par Berto ; foulé par ***.
1 drap mezan à trois lisses, nombre 18, tissé par Bartholomio da Marostega ; donné à être purgé aux Bagozi ; foulé par *** ; apprêté par Antonio Merzaro.
1 drap fioreto, nombre 21, tissé par Tealdo da Lonigo ; purgé par Berto ; foulé ***15.

  • 16 Cavedal : ce terme, issu du dialecte vénitien, indique l’argent investi dans le commerce. Ainsi, d (...)

14Sont d’un intérêt certain, enfin, les trois différents inventaires du cavedal16 Matteo Scolari qu’il « se trouve avoir » (se trova aver) dans le commerce ou dans des activités, comme celles du prêt d’argent, qui s’y trouvent liées. En août 1466, par exemple, dans le même papier dans lequel le notaire a à peine pourvu à la rédaction d’un acte de procuration, celui-ci enregistre :

+ Christus. 1466 ce 13 août +
Cavedal de Mathio se trouve avoir pour fin au jour dit :
280 ducats en argents comptants ;
210 ducats en laine achetée jusqu’au jour susdit ;
134 ducats [que] doit donner messer Marco Loredan à ce prochain Noël ;
17 ducats [que] doit donner Costanzo ;
20 ducats [que] doit donner Domenego Bettega da Fossa que je lui ai prêtés ;
15 ducats prêtés [que] doit donner Iachemo Broya ;
93 ducats pour 3 draps alla piana [qui] sont à Vicence ;
170 ducats pour 7 draps [qui] sont à Venise dans la boutique prêts à la vente ;
100 ducats pour 5 draps [qui] sont à Vicence zentilli boni ;

  • 17 ASVi, Notarile, f° 20v° : + Christus. 1466 adì 13 avosto +. Cavedal de Mathio se trova aver per fi (...)

226 ducats et demi [que] doit donner Gabriel Auguxolo ;
105 ducats [que] doit donner les Bruxolini ;
14 ducats pour un cheptel de vaches [que] tient Fermo ;
30 ducats en débiteur menu [qui] sont à Lonigo ;
Total 1414 ducats17.

  • 18 Pour une analyse précise de l’activité du notaire Alberto da Arzignano, je renvoie à F. Bauce, « U (...)

15L’exemple fourni par Alberto da Arzignano, dont l’activité a laissé certains documents comptables significatifs mêlés aux actes notariés, est également intéressant. Figurant parmi les notaires les plus importants de Vicence à la fin du XVe siècle, Alberto enseigne la grammaire dans une école qu’il dirige lui-même (une partie importante des fragments restés relatifs justement à la comptabilité de l’école). En outre, il dévoile avoir d’autres intérêts économiques, étant donné qu’il investit également des capitaux dans différents trafics mercantiles. Il achète et vend des étoffes de laine et s’avère être, à maintes occasions, un habile marchand en gros de matières premières textiles, de cuir et de peaux. En particulier les références à l’élevage des bacs de vers à soie, à la culture du mûrier, à l’achat-vente de soie grège et de laine sont très fréquentes18.

  • 19 ASVr, Antico Ufficio del Registro, Instrumenti, reg. 166 (f° 715r°, 5 septembre 1454), 170 (f° 753 (...)
  • 20 ASVr, Antico Ufficio del Registro, Instrumenti, reg. 175, f° 2113v°, 13 novembre 1458.
  • 21 ASPd, Università della Lana, c. 25, f° 143v°, 3 juillet 1454.
  • 22 ASVi, Varie, c.7, fascicule « Gregorio da Malo scritture personali, commerciali e non ». Gregorio (...)
  • 23 ASBs, Notarile, reg. 111, 16 juillet 1496.
  • 24 ASBs, Notarile, reg. 2146, 28 septembre 1503. Tous les documents de Brescia m’ont été signalés par (...)

16On peut aussi rappeler, pour confirmer ce qui a été avancé jusqu’à maintenant, le cas de Paolo Zeno Buri, un notaire de Vérone qui agit directement ou par le biais des procurateurs aux foires de Bolzano où il maintient de solides contacts de nature commerciale avec divers agents d’Augsbourg, Munich, Rosenheim, Nuremberg, Kempten, Rottenburg et Salzbourg19 ; ou le cas d’un autre notaire véronais, Bonaconsa de Filippo Ruffi, qui gère en 1458 directement celui que les sources définissent comme étant traficum suum stationis a seta20 ; ou encore le cas de Giusto civis et sapiens notarius Padue […] conductor fullorum de Ponte Curvo21. En 1483, Gregorio Lavezzari da Malo, « notarius Vincentie », exporte à plusieurs reprises des soieries vers Mantoue22. Certains cas concernant Brescia sont également significatifs de ce rayonnement économique. Dans la ville lombarde, entrée dans l’État vénitien au cours de la troisième décennie du XVe siècle, le notaire Costantino Campani se trouve être propriétaire, en octobre 1496, d’un champ, cum uno fullo seu edificio a fullando de pannis cum tribus rothis a fullando de pannis23 ; une année auparavant, Francesco Gavateri, notarius, civis et habitator Brixie, commerce les draps, l’acier et d’autres marchandises ; enfin, en septembre 1503, c’est le providus vir et notarius Gian Francesco Magagnini qui réclame le paiement d’un crédit qu’il avait avancé pour la vente, réalisée quelques années auparavant, d’une quantité considérable de laine espagnole de San Matteo24.

  • 25 En ce qui concerne uniquement Vérone, voir, par exemple, les documents suivants : ASVr, Antico Uff (...)

17Mais les exemples, à cet égard, pourraient être vraiment nombreux en vue de démontrer une pratique mercantile tout autre que sporadique de la part des notaires de la Terre Ferme vénitienne au XVe siècle25.

18En conclusion, les notaires et les docteurs en loi qui au XVe siècle à Vicence, Padoue, Vérone et d’autres localités de la Terre Ferme vénitienne financent les sociétés de nature mercantile sont nombreux. Mais il ne manque pas, non plus, de notaires et de docteurs en loi qui, au cours du XVe siècle, agissent comme de véritables marchands-entrepreneurs.

  • 26 E. Demo, « Gli affari mercantili di dimensione internazionale di due nobili della Terraferma venet (...)
  • 27 P. Lanaro, « Il contesto economico e territoriale nei secoli XV-XVIII », G. Beltramini et H. Burns(...)

19Il s’agit d’un phénomène qui continue également au siècle suivant, lorsque la capacité des agents de la Terre Ferme vénitienne à être totalement actifs dans les trafics de nature régionale, interrégionale et internationale connaît une croissance ultérieure forte au point de réussir à imposer leurs produits manufacturiers textiles (désormais surtout de la soie) peu à peu, de manière plus consistante, auprès des principales places commerciales d’Europe : en France, dans les Flandres, en Allemagne, en Suisse et, successivement – à la fin du XVIe siècle – aussi en Angleterre, aux Pays-Bas et en Pologne. Une telle situation est particulièrement évidente pour Vicence. Ainsi, parmi ceux qui mettent en vente au cours du XVIe siècle les matières premières, les produits semi-finis et finis des manufactures de soie vicentines à Milan, Gênes, Florence, Naples, Rome, Lyon, Anvers, Genève, Nuremberg, Francfort, Leipzig, Cologne, Londres, etc., il ne manque pas de représentants de certaines des plus riches familles patriciennes de Vicence, qui sont aux côtés des maisons marchandes les plus importantes. Il est possible de compter, parmi eux, également des notaires tels Gian Giacomo Tornieri, des docteurs de loi comme Matteo d’Antonio Caldogno et Giulio Capra, des chevaliers à l’instar de Giuliano de Guido Piovene et, même, des comtes comme Vincenzo de Giampietro Scroffa26, au point que l’historiographie économique vénitienne la plus récente est parvenue à souligner que l’exercice actif des pratiques marchandes de certains membres des élites du gouvernement, encore à la fin du XVIe siècle, n’a pas été aussi rare tout comme « il n’a été vérifié aucun choix dramatique vers l’investissement foncier ou l’investissement dans la manufacture et dans le commerce »27 – contrairement à ce qui a été souvent retenu par une solide tradition historiographique –, mais plutôt une diversification toujours plus attentive et prudente des investissements.

Notes

1 Les abréviations utilisées dans le texte sont : ASBs (Archivio di Stato de Brescia) ; ASPd (Archivio di Stato de Padoue) ; ASVi (Archivio di Stato de Vicence) ; ASVr (Archivio di Stato de Vérone). Je remercie Lucien Faggion pour la traduction du texte.

2 G. L. Fontana, « Industria e impresa nel Nord Est d’Italia », A. Di Vittorio, C. Barciela Lopez et G. L. Fontana (dir.), Storiografia d’industria e d’impresa in Italia e Spagna in età moderna e contamporanea, Padoue, Cleup, 2004, p. 161-218 ; E. Demo, « Wool and Silk. The Textile Urban Industry of the Venetian Mainland (15th-17th Centuries) », P. Lanaro (dir.), At the Centre of the Old World : Trade and Manufacturing in Venice and the Venetian Mainland (1400-1800), Toronto, CRRS, 2006, p. 217-243, avec la bibliographie citée.

3 Pour tous les exemples cités dans le texte, v. E. Demo, L’« anima della città ». L’industria tessile a Verona e Vicenza (1400-1550), Milan, Unicopli, 2001, p. 110-115 et les notes correspondantes.

4 E. Demo, « Compagnie tessili operanti a Vicenza tra XV e XVI secolo », figurant sous format numérisé dans Storia di Venezia, http://venus.unive.it/riccdst/sdv/strumenti/testi/demo.pdf, p. 1-22 : 6, 9, 15.

5 ASVr, Antico Ufficio del Registro, Instrumenti, registre 189, f° 436r°, 6 juillet 1464.

6 ASVi, Notarile, carton 31, fasc. 5, f° 1r°-40r°, années 1465-1468 ; pour des informations supplémentaires, cf. également E. Demo, L’« anima della città », op. cit., p. 291-293.

7 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 7v° : 1465, dì luni primo aprile. Hieronimo [figlio di Matteo] ha venduto panni 6 fioreti marzegi in Venexia, zoè 3 a ducati 26 l’uno et panni 3 a ducati 25 ½ l’uno che monta in summa ducati 154 ½. Pour d’autres attestations relatives à la vente des draps de Scolari à Venise, c. 31, fasc. 5, f° 2r° (1465 adì primo fevraro in Lonigo. Spexa fata per Hieronimo per Venexia per panni 12…), 22v° (1467, adì 9 febraro. Ieronimo, el quale andò a Venexia adì 5 zenaro 1467 e retornò a Vizenza adì 6 febraro 1467, a venduto e fato ut infra…), 23r° (1467 adì 25 marzo. Ieronimo a venduto a Venexia : 2 panni a la piana de la lana de la Scorzia, fo vendui ducati 60 ; 1 panno a la piana de l’anno passa’ fo vendù ducati 28…), 23v° (1467 adì 17 mazo. Ieronimo vene da Venexia la onde era stado per dì circa 35 et vendete panni 3…), 24r°, 24v° (1467, adì 15 zugno. Ieronimo vegnudo da Venexia disse aver vendu’panni 7 zoè uno a la piana ducati 30 neti e 6 a tri lizi fini in 65 portate, ducati 184 in tuto…), 29r°, 34v°, 35r° et 36v°. Pour la différente typologie des draps produits et mis en vente par Matteo Scolari, cf. E. Demo, L’» anima della città », op. cit., p. 198-202.

8 Pour la signification du mot « lisses » (ou « lices »), il convient de se rapporter à ce qu’a écrit L. Mottu-Weber : « Pièces mobiles d’un métier à tisser au moyen desquelles (par l’entremise des pédales) on fait ouvrir les fils de la chaîne d’un tissu pour passer la navette et par conséquent le fil de la trame ». L. Mottu-Weber, Économie et Refuge à Genève au siècle de la Réforme : la draperie et la soierie (1540-1630), Société d’histoire et d’archéologie de Genève, Genève, 1987, p. 455.

9 Les termes de fioreto, zentille, mezano, grosso et zachole renvoient à différents types de laine : après la tonte, la laine est soumise aussitôt à un tri. Par un tel procédé, la matière première est subdivisée selon la grosseur des fibres et regroupée selon sa qualité, une sélection qui correspond aux différentes parties du mouton. À Vicence, la laine est ainsi répartie en cinq catégories : il est donc question de laine fioreta (la meilleure), zentile, mezana, grossa et zachole. Les trois premières désignations sont utilisées pour le tissage des draps de très grande qualité, alors que les deux dernières sont employées pour la conception de draps de qualité mineure ; cf. E. Demo, L’« anima della città », op. cit., p. 33-35 et D. Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, Paris, CNRS éd., 1999, p. 121-144.

10 Drap alla piana : il s’agit de draps tissés sur des métiers à quatre lisses.

11 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 30v° : 1468, adì ultimo aprile. Fo ligado per la barcha de Guido : 2 panni a tri lizi fioreti in 65, numero 53, 58 ; 1 panno a tri lizi zentille, numero 60 ; 1 panno fin a tri lizi fioreto numero 50 ; 3 panni alla piana in 75 portate numero 55, 56, 59 ; 2 panni a tri lizi fioreti marzegi numero 52, 54. Adì 23 mazo porta la barcha de Guido li panni ut infra : 1 panno a 3 lizi numero 62 zentille ; 1 panno alla piana in 70 numero 57. Toujours pour la remise des draps à des bateliers, cf. c. 31, f° 2r° (1er février 1465 : livre 2 soldi 14 paga’a nochiero che porta i panni » et « livra 1 soldi 4 spexi in cavalo et barcha per andare a Venexia), 24r° (26 mai 1467 : fo ligado panni 6 fini e 1 zentille per la barcha de Guido).

12 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 21r° : 1466, adì 27 avosto. Lana marzega lavada in Lonigo fo e remaxe ut infra : fioreto marzego suxio fo libre 1850, remaxe lavado libre 796, reman 43 per cento. Zentill marzego suxio fo libre 437, remaxe lavado libre 208. Mezan e grosso suxio fo libre 393, remaxe lavado libre 169. Pour les acquisitions de laine locale (nostrana), cf. aussi f° 25r°, 29v°, 30v°, 31r°, 32r°, 33r°, 37r° et 37v°.

13 Miaro : terme qui signifie le millier de livres. Ainsi, le 4 avril 1468, la laine blanche fut achetée à un prix de 75 ducats pour 1 000 livres au poids.

14 ASVi, Notarile, c. 31, fasc. 5, f° 29r° : 1468, adì 4 aprile. Lana biancha da San Matio tolta a barato a Venexia per Ieronimo da misser Francesco Contarini a raxon de ducati 75 il miaro […]. Fo dita lana a Venexia neta libre 1966 che monta a moneda libre 678 soldi 18. Pour d’autres acquisitions de laines étrangères, cf. f° 36r° (1469 adì 28 zugno. Lana negra da San Matio : 1 fardo signado de A pexa libre 173 ; 1 fardo segna’de B pexa libre 200 ; 1 fardo segnado de C pexa libre 159 ; 1 fardo segnado de D pexa libre 215 ; 1 fardo segnado de E pexa libre 189. Summa libre 936) et 37r°.

15 ASVi, Notarile, f° 38r : 1 panno mezan e grosso numero 15 texudo per Piero Guerzo ; dato a purgare ai Bagozi adì 23 luyo 1470 ; follado per Iacomo di Favri ; aparechiado per Antonio Merzaro. 1 panno fioreto in porta’65 texudo per Batista da Valdagno ; purgado aì 8 avosto per Berto purgaore ; follado per Iacomo di Favri ; aparechiado per Zanfrancesco da Como. 1 panno fioreto numero 17 texudo per Domenego Bolognin ; purgado per Berto soprascritto ; follado per Iacomo di Favri ; aparechiado per Zanfrancesco da Como. 1 panno fioreto numero 20 in 65 portate tessudo per Piero Todesco de Porta San Piero ; purgado per ser Berto purgadore ; follado per Matio Garzadore ; aparechiado per Iachomo de Baldessare. 1 panno fioreto numero 19 in 65 porta’texudo per Batista de Zandrea a 2 setembre 1470 ; purgado per ser Berto ; follado per ***. 1 panno mezan a tri lizi numero 18 texudo per Bartholomio da Marostega ; purgado per i Bagozi ; follado per *** ; aparechiado per Antonio Merzaro. 1 panno fioreto numero 21 texudo per Tealdo da Lonigo ; purgado per ser Berto ; follado per ***. D’autres références aux différentes phases de la production de tissus en laine, f° 24r°, 24v° et 28v°, dans lesquelles sont minutieusement rapportés les coûts de production des panni in porta’75 et d’un altro panno alla piana in 70 portade.

16 Cavedal : ce terme, issu du dialecte vénitien, indique l’argent investi dans le commerce. Ainsi, dans le cas présenté, il s’agit des capitaux que Matteo Scolari détient dans le commerce.

17 ASVi, Notarile, f° 20v° : + Christus. 1466 adì 13 avosto +. Cavedal de Mathio se trova aver per fina al dì dito : 280 ducati in denari contanti ; 210 ducati in lana comprada fin al dì soprascritto ; 134 ducati de’ dar misser Marco Loredan a questo Nadal proximo ; 17 ducati de’ dar Costanzo ; 20 ducati de’dar Domenego Bettega da Fossa che ho a lui prestadi ; 15 ducati de’dare Iachemo Broya prestadi ; 93 ducati per 3 panni alla piana sun a Vizenza ; 170 ducati per 7 panni sun a Venexia in volta ; 100 ducati per 5 panni sun a Vizenza zentilli boni ; 226 ducati e mezo de’ dar Gabriel Auguxolo ; 105 ducati de’dar i Bruxolini ; 14 ducati per una soceda de vache ten Fermo ; 30 ducati in debitor menudi sun a Lonigo ; Summa 1414 ducati. Pour les deux autres inventaires, v. f° 21 (1466 adì primo novembre, cavedal de Mathio, le total s’élève à 1389 ducats d’or, parmi lesquels il vaut la peine d’énumérer 20 ducats in lana filada xe in chasa ; 400 ducati in lana comprada ; 90 ducati per III panni in 70 ; 180 ducati per nove panni zentilli sun a Venexia ; 40 ducati per uno panno zentille a Lonigo e uno a Vizenza) et 40v° (« 9 avril 1468 », dont le montant global s’élève à 1306 ducats d’or, au sujet desquels il vaut la peine de prêter attention à ce qui suit : 50 ducati in lana lavade, 200 ducati in lana suxia marzega ; 182 ducati in lana de la Scorzia, 150 in 6 panni fini, 180 in panni 5 zentilli, 178 in 7 panni fini sun a Vanexia ; 150 ducati in lana da San Matio biancha […].

18 Pour une analyse précise de l’activité du notaire Alberto da Arzignano, je renvoie à F. Bauce, « Un caso di pluriattività economica in un centro minore dell’Italia settentrionale del Quattrocento », Studi Storici Luigi Simeoni, LVII, 2007, en cours de publication ; cf., ASVi, Notarile, c. 4716, différents fascicules concernant Alberto da Arzignano.

19 ASVr, Antico Ufficio del Registro, Instrumenti, reg. 166 (f° 715r°, 5 septembre 1454), 170 (f° 753r°, 1er octobre 1456), 179 (f° 618r° et 637r°, respectivement 9 novembre 1459 et 22 avril 1460) et 196 (f° 706v°, 23 juillet 1467).

20 ASVr, Antico Ufficio del Registro, Instrumenti, reg. 175, f° 2113v°, 13 novembre 1458.

21 ASPd, Università della Lana, c. 25, f° 143v°, 3 juillet 1454.

22 ASVi, Varie, c.7, fascicule « Gregorio da Malo scritture personali, commerciali e non ». Gregorio da Malo est, entre autres, l’un des notaires vicentins les plus intéressants et utiles pour reconstruire l’histoire économique des villes de la Terre Ferme vénitienne dans les dernières décennies du XVe siècle, voir ASVi, Notarile, reg. 4637-4694, années 1451-1504.

23 ASBs, Notarile, reg. 111, 16 juillet 1496.

24 ASBs, Notarile, reg. 2146, 28 septembre 1503. Tous les documents de Brescia m’ont été signalés par Federico Bauce que je remercie ici.

25 En ce qui concerne uniquement Vérone, voir, par exemple, les documents suivants : ASVr, Antico Ufficio del Registro, Instrumenti, reg. 80 (24 septembre 1428 : Societas inter Iacobum campsorem quondam domini Pompei et socios…, dans lequel apparaît un certain Benaxutus notarius quondam Bartholomei), 161 (f° 889v°, 11 décembre 1453 : Creditum Bartolomei notarii de Barugiis contra Antonium Francisci de Focardo […] pro 284 libris lane lavate et curate), 166 (f° 184v°, année 1455 : Creditum Leonardi notarii de Dionisiis contra dominum Bartolomeum de Ollerariis […] pro duabus peciis pannorum alborum finorum de 62 portatis), 167 (f° 1028r°, 11 juin 1455 : Creditum Antonii notarii quondam Pagani de Cavaiono contra Floramontum de Zavarixiis […] pro 4 peciis pannorum), 169 (f° 195r°, 22 novembre 1455 : Creditum Iacobi Feraroli notarii contra Iohannem Laurentii de Trevenzolo et socios […] ex causa duarum peciarum pannorum), 177 (f° 1071v°, 22 février 1459 : Creditum Bartholomei de Guanteriis et Bonaventure notarii eius filii contra Antonium de Nogaria […] pro 5 peciis pannorum alborum de 62 portatis), 178 (f° 1439r°, 4 mars 1458 : Creditum Francisci notarii de Donzelinis contra magistrum Alivisium cirogicum […] pro duabus peciis pannorum lane alborum de 62 portatis), 180 (f° 848v°, 12 novembre 1460 : Creditum Iacobi notarii de Rebescotis contra Cristoforum garzatorem […] pro lanis et pannis) e 181 (f° 339r°, 20 juin 1461 : Creditum Clementis notarii de Zuchalmalio contra Antonium Lafranchi […] pro precio 7 peciarum pannorum nostranarum finarum). À l’opposé, au sujet de Vicence, voir, par exemple, ce qui est disponible aux Archives de Vicence : ASVi, Antico Ufficio del Registro, années 1425 (reg. V, f° 16v°, 17 février 1425, « Nicolaus notarius quondam domini Iacobi de Aimerico » proprietario di una tintoria), 1428 (reg. I, f° 304v°, 7 juin 1428, le notaire Bartolomeo Ovetari vendeur de pannos altos), 1451 (reg. I, f° 701v°, 24 juillet 1451, et 733v°, 13 octobre 1451, les notaires Domenico de Gian Pietro Scroffa et Gabriele de Nicolò Litolfi impliqués dans la production et le commerce des draps de laines) ; 1453 (reg. IV, f° 829r°, 9 juillet 1453, le notaire de Lonigo Gian Vincenzo Gori vend aux marchands allemands Sigismondo Raysin et Giovanni Sbaycir pannos 4 albos altos ad tres licios) ; ASVi, Miscellanea, c. 4, 9 septembre 1458 (Creditum ser Cristofori Corizolle notarii quondam ser Freschi de Marostica… pro uno panno alto albo mezano… in volta ser Barnabe Iohannis in Venetiis). Voir également d’autres contrats de société dans E. Demo, « Compagnie tessili operanti a Vicenza tra XV e XVI secolo », figurant sous format numérisé dans Storia di Venezia, http://venus.unive.it/riccdst/sdv/strumenti/testi/demo.pdf, p. 1-22 ; pour des informations supplémentaires relatives à l’engagement des notaires de l’État vénitien dans l’activité mercantile, cf. G. Silini, E viva a Sancto Marcho ! Lovere al tempo delle Guerre d’Italia, Bergame, Pierluigi Lubrina editore, 1992, p. 273-280, avec des exemples de notaires de Lovere qui participent aux foires de Bolzano.

26 E. Demo, « Gli affari mercantili di dimensione internazionale di due nobili della Terraferma veneta del secondo Cinquecento : Alessandro Guagnini e Vincenzo Scroffa », Studi Storici Luigi Simeoni, LVI, 2006, p. 119-158 et la bibliographie citée.

27 P. Lanaro, « Il contesto economico e territoriale nei secoli XV-XVIII », G. Beltramini et H. Burns (dir.), Andrea Palladio e la villa veneta da Petrarca a Carlo Scarpa, Venise, Marsilio, 2005, p. 148-153 (p. 152, pour la citation figurant dans le texte), qui analyse de façon efficace le débat important qu’il y a eu sur un tel sujet, avec l’intervention de nombreux chercheurs de l’économie vénitienne à l’époque moderne.

Auteur

Histoire moderne, Università degli Studi de Vérone, Italie

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540