Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le notaire

 | 
Lucien Faggion
, 
Anne Mailloux
, 
Laure Verdon

La figure du notaire : statuts, espaces, réseaux

L’identité faible. Histoires de notaires dans le Royaume de Naples sous l’Ancien Régime

Annastella Carrino

Texte intégral

Le notaire : une figure institutionnalisée

1Les notaires sous l’Ancien Régime semblent particulièrement touchés par les processus de raidissement de la société qui marquent le passage du Moyen Âge à l’époque moderne et assument diverses dénominations et formes spécifiques − aristocratisation, réaction féodale, etc. Leur intégration au sein d’une société de ceti, stratifiée et localisée, paraît encore plus accentuée que pour d’autres individus et groupes, grâce :

  • à l’insertion organique au sein des structures de l’État, réglée par la promulgation et la réalisation de normes ponctuelles et minutieuses, qui définissent les contours de la profession, dessinent le parcours à suivre pour y accéder, précisent le profil de ceux qui l’exercent ;

    • 1 M. Bardet, « Reproduction familiale et transmission du patrimoine des notaires ruraux en Carladès ( (...)
    • 2 C. Dolan, Le notaire, la famille et la ville (Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle), Toulouse, P (...)

    à la présence des collèges, où les aspects symbolique et institutionnel produisent une identité et un esprit de corps, tissent des réseaux et des liens de solidarité. Une sorte de « création collective »1 qui distribue à chacun un rôle et un niveau social ; qui assigne des tâches stables et surveillées ; qui représente un filtre qualitatif et quantitatif indispensable pour garantir prestige et respectabilité au notariat. Et, comme dans le cas d’Aix-en-Provence au XVIe siècle, analysé par Claire Dolan, « la communauté des notaires […] est avant tout […] un mécanisme qui permet de lever des fonds quand l’État menace de retirer les privilèges qu’il a jadis accordés […] et […] il est loin d’être sûr qu’elle ait contribué à donner aux notaires aixois un lieu d’identité sociale […] il n’en reste pas moins que [elle] est un lieu de représentation. En faire partie, assister aux réunions, indiquent qu’on a reçu des autres notaires la reconnaissance »2 ;

    • 3 On fait évidemment allusion à une vaste et illustre littérature, concernant entre autres les travau (...)
    • 4 Voir, entre autres, M. Berengo, Nobili e mercanti a Lucca nel Cinquecento, Turin, Einaudi, 1974 (éd (...)

    à la continuité et à la permanence au fil du temps : de longues dynasties de notaires, cimentées par des solidarités professionnelles et familiales, remplissent les collèges des villes françaises sous l’Ancien Régime3 et des villes italiennes, si ces dernières sont insérées dans des contextes institutionnels et normatifs différents les uns des autres4.

  • 5 H. Mendras, Sociétés Paysannes, Paris, A. Colin, 1976.

2En particulier, finalement, l’appartenance des notaires de l’Ancien Régime à une société localisée serait soulignée par le rôle particulier qu’ils assument, surtout en milieu rural, où l’absence de collèges risquerait de leur donner un profil moins net : celui de médiateur, de trait d’union entre le village et le monde extérieur, entre « société paysanne » et « société englobante »5. C’est à eux qu’il incomberait de surveiller les limites du lieu en sélectionnant les rapports avec l’extérieur.

Les « particularités » du Mezzogiorno moderne

  • 6 Dans cet essai, nous avons utilisé le mot Mezzogiorno et les mots « méridional/aux » etc., en faisa (...)

3Vérifions ces tendances dans un milieu particulier, celui des Pouilles, la région la plus méridionale du Mezzogiorno6 adriatique, dont les caractères ne sont en rien exceptionnels pour les côtes de la Méditerranée et, pourtant, ils résultent extravagants par rapport à une millénaire société paysanne de l’Europe préindustrielle.

4Dans ce contexte, il paraît déjà gênant de distinguer entre ville et campagne, et donc de caractériser nos notaires comme « urbains » ou « ruraux ».

  • 7 Nous pensons notamment aux travaux de G. Friedman, E. Banfield, J. Lopreato, etc., désormais dépass (...)

5Concentration de l’habitat, spécialisation productive, mercantilisation de la production agricole, pénurie de ressources supplémentaires (sylvestres, hydriques, manufacturières) où puiser des intégrations alimentaires et monétaires, marquent la plupart de la société apulienne sur le long terme. Les échanges matrimoniaux généralisés (car il n’y a pas de logique lignagère à respecter), la circulation des biens sur le marché (maisons et terres achetées et vendues chaque fois que s’en présente l’occasion ou la nécessité), la demande et l’offre de travail (continuelle et fondamentale pour des économies fondées sur le travail salarié et sur de vastes monocultures aux mains de la petite et moyenne féodalité), ont lieu au sein du gros bourg rural, de l’agrotown. Celle-ci sépare nettement, du point de vue spatial et symbolique, les lieux où l’on vit et les lieux où l’on travaille, le paysan, sa famille, la maison où il habite et cette terre qui n’est pas à lui mais qu’il cultive moyennant salaire. On est tout à fait éloigné des stéréotypes d’un univers harmonieux et pacifié, où le travail des champs est source de bonheur, où la famille représente le centre d’élaboration et de transmission de valeurs stables et partagées, et l’horizon de l’existence se borne aux lieux de vie et de travail. Ce n’est pas un hasard si ce type de bourg devait devenir l’une des cibles polémiques des réformateurs des XVIIIe-XIXe siècles qui le présenteraient comme un lieu de potentielle insubordination sociale, de rassemblement dangereux de masses turbulentes, de vice pour les femmes qui demeurent « oisives » toute la journée tandis que leurs hommes labourent les champs. Les voyageurs du XIXe siècle, décontenancés de ne pas y reconnaître de villages paysans familiers ni de villes au profil urbain, devaient par la suite perpétuer ce point de vue. Objet d’étonnement pour les hommes du Grand Tour, les Pouilles, comme d’autres zones du Mezzogiorno, deviendraient pour finir le terrain d’observation perplexe des anthropologues anglo-saxons qui devaient, dans les années 1950-1970, enquêter sur ces sociétés « arriérées », ce « monde de la misère » hanté par des hommes rendus à leur sort misérable, qui n’aspirent qu’à s’arracher à la terre7.

Ceti et politique locale dans des universitates apuliennes

6Dans les Pouilles à l’époque moderne, notre attention s’est concentrée en particulier sur trois localités (du nord au sud : Monopoli en Terre de Bari, Ostuni et Mesagne en Terre d’Otrante), sous la domination espagnole ; au moment, donc, où la politique locale se transforme en profondeur et se développe dans des directions que les nouveaux statuts des villes et les arrêts de regimine universitatum ne définissent qu’en partie. Les changements les plus considérables, dans le domaine qui nous intéresse ici, sont la réduction des droits d’accès et de contrôle du pouvoir urbain, lequel n’est plus confié aux chaotiques assemblées des chefs de famille mais à des groupes restreints, différemment formalisés ; la remise en question de l’importance et de l’autonomie de l’espace politique local, dans un contexte où les nombreux appareils de l’État « moderne » et de l’Église de la Contre-réforme, et même ceux d’une féodalité de plus en plus envahissante, représentent des contraintes significatives, tout en offrant une extraordinaire variété de carrières possibles et de parcours praticables ; la hiérarchisation des lieux, exprimée, au-delà des titres honorifiques qu’ils ont acquis, par le degré de formalisation du clivage inclus/exclus et de la distinction de ceto parmi les inclus.

7Pour saisir ces modifications, il ne suffit pas de s’arrêter à la lettre des normes qui redessinent bornes et milieux de la société et de la politique locale sous des formes hiérarchisées. En allant au-delà des dispositions juridiques, on s’aperçoit que les dynamiques de l’aristocratisation sont souvent réinterprétées localement et recomposées selon des logiques concrètes qui traversent les stratifications modelées pas les statuts, en dessinant des grappes de fidélités verticales, régies par des logiques factionnaires coupant verticalement les ceti. Derrière les normes − périodiquement promulguées et, semblerait-il, systématiquement violées − prend corps une « constitution matérielle » en mesure de maintenir la société dans un équilibre qui n’est jamais stable et définitif, mais jamais tout à fait éphémère.

  • 8 Sur ce point voir A. Carrino, « Città, patriziati, fazioni. La politica locale nel Mezzogiorno spag (...)

8Dans les trois centres examinés, cela prend des formes différentes selon le rang de chacun d’entre eux, le niveau de la vie politique, le prestige des élites locales et leur volonté d’investir symboliquement, économiquement et politiquement dans leur lieu de résidence, ce qui n’est pas un choix automatique et allant de soi8.

  • 9 Les données sur la population ont été tirées, pour les trois cas analysés, de L. Giustiniani, Dizio (...)

9Située sur la côte, Monopoli, civitas royale et épiscopale, avec ses quelque 12 000 habitants à la fin du XVIe siècle, est une des universitates les plus riches de la province9. Ce centre rural, principalement huilier, est aussi un important port commercial. Ici comme ailleurs, les normes de l’aristocratisation prévoyaient le rétrécissement du groupe des cives admis à gouverner, leur disposition à l’intérieur des deux ceti définis par les statuts et l’alternance dans l’attribution des charges et dans la représentation entre les uns et les autres. En fait, les deux familles nobles les plus puissantes et prestigieuses du lieu interprètent ces normes – avec, au fond, l’approbation napolitaine – en les adaptant à la situation concrète et aux rapports de force de la cité, et organisent une présence fondée non sur la cohabitation avec les membres du second ceto dans les centres du pouvoir local, mais sur une alternance entre les deux factions qu’elles dirigent : des factions socialement profondes rassemblant des membres du premier et du second ceto gouvernementaux et plusieurs composants de la société fuori piazza.

10Plus au sud de Monopoli, la civitas d’Ostuni est située sur une colline, à quelques kilomètres de la mer. Ses habitants – environ 8 000 à la fin du XVIe siècle – vivent en grande partie concentrés à l’intérieur des remparts. Le tissu social est complexe et articulé : l’activité agricole, essentiellement oléicole, emploie plus de la moitié de la population active en laissant des espaces significatifs aux métiers artisanaux et aux professions libérales. L’huile produite est destinée à l’exportation. La vie politique d’Ostuni, contrairement à celle de Monopoli, n’accorde de place qu’à une faction à la fois ; le patriciat citadin produit, tour à tour, une famille en mesure de tirer toute seule les ficelles de la vie urbaine, en gouvernant dans une sorte de régime de monopole, à la tête d’une coalition socialement profonde, jusqu’à l’inféodation dramatique et définitive des années 1640, qui marque la défaite politique de l’élite locale et livre la cité à une dialectique simplifiée entre feudataire et évêque.

  • 10 Les cadres économiques et sociaux de Mesagne ont été reconstruits dans A. Carrino, Parentela, mesti (...)

11Mesagne, enfin, se trouve à une trentaine de kilomètres au sud d’Ostuni10. Sa population de 4 500 âmes à la fin du XVIe siècle, qui vit concentrée dans le bourg protégé par des murailles, est en grande partie employée dans l’agriculture. Les champs emblavés de son terroir alternent avec les oliveraies, les grandes exploitations avec les microfonds, l’autoconsommation avec la production pour le marché. Mesagne se classe plus bas dans la hiérarchie des localités méridionales : ce n’est pas une civitas, comme Monopoli et Ostuni, mais seulement une terra inféodée, qui décourage les investissements symboliques et matériels de son élite, au contraire projetée vers l’extérieur, vers des lieux plus prestigieux de la province et de la région. Dans une arène politique désertée par le patriciat local, il ne se forme pas de factions déterminant les appartenances ; la dialectique politique compose des fronts effilochés, des clientèles éphémères, et le feudataire finit par devenir une des polarités fondamentales du conflit.

La faible institutionnalisation du notariat méridional

12Ces lieux ne sont pas, évidemment, des villages : ils ont leurs remparts, ce sont des universitates, deux d’entre eux se parent du titre de civitas et comptent un évêque parmi leurs habitants ; ils disposent en outre d’un gouvernement urbain articulé sur les deux ceti − noble et populaire. Mais ce haut niveau de formalisation concernant plusieurs aspects de la vie associée et politique exclut le notariat qui, ici comme ailleurs dans le Mezzogiorno moderne, est marqué par une faible institutionnalisation.

  • 11 Sur ce point, voir M. Caravale, « La legislazione del Regno di Sicilia sul notariato durante il Med (...)

13La législation sur le notariat méridional remonte à Frédéric II qui promulgua en 1231 la constitution De iudicibus et notariis publicis et eorum numero11. Les ordonnances successives, des époques angevine, aragonaise et espagnole, n’en modifieront plus les fondements.

14On y établit que le futur notaire doit être proposé par la communauté urbaine, originairement domaniale (condition qui disparaît déjà sous les Anjou), qui garantit sa fidélité au roi, sa probité et sa bonne connaissance des coutumes locales. Une fois sa candidature acceptée, il devra se soumettre à un examen − auprès de la Cour Royale (pour les Napolitains), ou de la Sacra Regia Udienza (pour les provinciaux) − nécessaire pour vérifier et évaluer sa préparation en matière de droit écrit. Ce n’est qu’ensuite qu’il sera fait notaire vita sua durante.

  • 12 Le giudice ai contratti a été aboli par Murat en 1809.

15Mais, bien qu’il soit nommé par le roi, le notaire méridional n’est pas un magistrat royal. Son habilitation à certifier doit être soutenue par celle d’un vrai magistrat, le giudice ai contratti12, nommé annuellement, auquel il doit déléguer une partie de son pouvoir en jouissant ainsi d’une fides publica réduite. L’objectif du législateur est d’établir un double contrôle – du notaire sur le juge et vice-versa – auquel s’ajoute la supervision des témoins. Toutefois, la surveillance exercée sur l’activité notariale sera toujours faible, notamment dans les provinces où la législation est par ailleurs plus souple. Ce n’est qu’à Naples et dans d’autres rares villes méridionales qu’on impose la présence d’un commissaire royal, afin de contrôler les registres des notaires, et qu’on prévoit l’attribution d’une matricule à chaque notaire ; tandis que l’obligation d’enregistrer les noms des notaires auprès de l’archive publique compétente pour le territoire, où l’on conservera aussi leurs registres, concerne tous les lieux du Royaume. Mais l’institution de ces archives s’avérera presque irréalisable, à cause entre autres des résistances de la Capitale. Quant aux giudici ai contratti, la loi leur demande de tenir un libretto où ils doivent signaler tous les actes dans lesquels ils interviennent − autre norme très peu respectée.

16À l’époque bourbonienne, les rois se plaignent encore des abus, des inobservances et du manque de discipline caractérisant la profession notariale, compte tenu aussi du fait que dans le Mezzogiorno, comme il n’existe pas de corporations de métiers, il n’y a pas non plus de collèges de notaires.

Une profession incontournable

17Soumis à une réglementation professionnelle plutôt fluide et plongés dans des contextes sociaux fondamentalement verticalisés, ces notaires présentent des caractéristiques qu’il convient de rappeler rapidement.

18Il y a, avant tout, d’une part une contradiction apparente entre l’omniprésence et la centralité du contrat, et d’autre part un lien faible entre le notaire et son métier.

19Dans notre contexte − où les rapports parentaux sont occasionnels voire inexistants, où prévaut la famille nucléaire, où terres et maisons passent par les femmes et leurs dots, où la mobilité professionnelle est élevée et les marchandises et le travail constamment filtrés par le marché, où les structures communautaires pèsent très peu au niveau local, où les arrêts du roi ont du mal à prévaloir sur la mosaïque coutumière, où les formes de vie et de travail impliquent une faiblesse structurelle de la confiance – presque tout rapport doit être formalisé par un contrat et passer, pour cela, par le cabinet d’un notaire.

  • 13 Voir sur ce point B. Salvemini, « Sul pluralismo spaziale di età moderna. Migranti stagionali e pot (...)

20Prenons la moisson, moment particulièrement délicat du point de vue de la demande de force de travail, quand la masseria céréalière a besoin d’une main-d’œuvre introuvable à proximité. Le massaro, qui gère cette masseria, doit se l’assurer à l’avance, dans un cadre de garanties juridiques et institutionnelles solides. Les opérations débutent en automne : à la fin du mois de novembre, dans les lieux de recrutement habituel des moissonneurs, on stipule un contrat d’anteneria entre le massaro et celui qu’on qualifie d’anteniere – un ouvrier agricole choisi par la communauté pour sa fiabilité et son influence – qui s’engage à recruter un certain nombre de moissonneurs avec lesquels il se rendra à la masseria pour la moisson vers fin mai début juin, au jour fixé par le massaro. En échange, ce dernier remet à l’anteniere un acompte proportionnel au nombre des moissonneurs stipulé par le contrat d’anteneria, pour une valeur allant de 5 % à 10 % de la rétribution totale des moissonneurs. L’anteniere constitue alors l’équipe parmi les gens de son bourg, qu’il connaît bien et auxquels il distribue l’acompte reçu. Mais la simple connaissance ne suffit pas : l’intervention d’un notaire est à nouveau nécessaire, qui apporte une solennité et une garantie publique à l’engagement que chaque postulant prend avec l’anteniere. Pendant cette phase, le notaire émet autant d’actes – 20, 30, des fois jusqu’à 100 – qu’il y a de paysans composant l’équipe des moissonneurs. Le but est de les empêcher de s’engager avec plus d’un anteniere, et de toucher par conséquent plus d’un acompte. Dans chaque acte, le moissonneur déclare avoir reçu l’argent et s’engage à suivre l’anteniere au jour fixé par le massaro, en hypothéquant parfois ses biens immobiliers comme garantie. Avant la moisson, au mois de mai, le notaire doit encore intervenir en rédigeant une nouvelle série de contrats, à un rythme frénétique en raison des délais très brefs, pour ceux qui ne peuvent plus honorer les engagements pris avec l’anteniere et ceux qui n’ont pas été embauchés et s’offrent à présent comme remplaçants13.

  • 14 L. Giustiniani, Nuova collezione delle Prammatiche del Regno di Napoli, vol. I, Naples 1803, p. 257 (...)

21La présence du notaire est également constante dans les rapports familiaux. Actes de mariage, constitutions de dot et de douaire, donations entre vifs, constitution de patrimoine clérical, émancipations, testaments, partages entre hoirs, inventaires après décès, nécessitent sans cesse l’intervention d’un notaire. Dans les différentes zones des Pouilles, caractérisées par des coutumes variées – romaine, germanique, normande – le notaire doit savoir concilier tradition et droit écrit, même au prix de quelques escamotages. Le cas du douaire est à cet égard significatif. Jusqu’en 1617, année de promulgation de l’arrêt De antefato, valable pour tout le Royaume, les dons du mari à sa femme suivent les coutumes locales14. Dans la zone de droit lombard, le futur époux promet à sa femme le quarto meffio à calculer sur les biens qu’il laisserait au moment du décès. La future épouse ne sait donc pas combien elle recevra en cas de décès de son mari ; elle n’a aucune garantie de toucher un viager adéquat. Par l’institution de l’antefato, le législateur napolitain entend assainir ce climat d’incertitude, en disposant qu’au moment de la rédaction du contrat dotal, on doit estimer la dot de la femme et calculer en proportion le douaire, dont la valeur sera inscrite dans le contrat même. Et pourtant, longtemps après l’institution de l’antefato, il arrive encore souvent que le notaire utilise des formules tout à fait ambiguës, en précisant que l’époux promet « le quarto meffio seu antefato, servata la forma della regia novella prammatica », comme si quarto meffio et antefato étaient équivalents. En fait, il s’agit encore de l’ancien « lucre » germanique, d’autant plus qu’on ne note pas dans le contrat la valeur de la dot, indispensable pour calculer l’antefato, qui n’est pas non plus estimé.

  • 15 Il arrive même que le notaire soit autorisé par plusieurs cours.
  • 16 Heureusement, il existe un fonds considérable concernant nos centres, faisant partie de la document (...)

22Dans le cabinet du notaire, avec ses clercs et ses commis, son giudice ai contratti et ses témoins qui sont presque toujours les mêmes et deviennent même des sortes de professionnels, on se livre également à d’autres activités : on délivre par exemple des obligationes penes acta, des contrats à courte échéance consistant en locations d’immeubles urbains ou ruraux, des ventes à paiement échelonné, certains types de contrats de travail, d’approvisionnement ou de transport, des contrats d’élevage d’animaux ou d’utilisation de dépendances ou d’outillage, des emprunts d’argent, des livraisons de semence, etc. Pour rédiger ce type d’actes, les notaires apuliens doivent être pourvus d’une patente par le tribunal de la Bagliva de Lecce, la Cour royale ou une cour seigneuriale. Les contractants choisissent le notaire – même s’il habite une autre ville – en fonction de la cour15 l’autorisant à rédiger ces obligationes, compte tenu du fait qu’en cas de différend, si l’obligation n’est pas acquittée, la partie lésée peut s’adresser immédiatement à cette même cour. Au contraire, si l’obligation est satisfaite, l’acte la concernant est immédiatement annulé par une biffure ou une notation en marge. Dix ans après, l’obligation n’a plus aucune valeur et elle est le plus souvent détruite par le notaire lui-même. Il s’agit donc d’une source très rare, qui n’est pas conservée avec les protocoles, mais très importante pour se faire une idée plus précise de la quantité et qualité de travail des notaires méridionaux16.

  • 17 G. Angelici, « Agrimensura e produzione cartografica nel Regno di Napoli in età moderna », Cartogra (...)
  • 18 Voir sur ce point J.A. Marino, L’economia pastorale nel Regno di Napoli, Napoli 1992 ; L. Piccioni, (...)

23Il arrive également que le notaire travaille aux côtés de l’arpenteur ou exerce lui-même la fonction d’arpenteur (qui réunit des compétences techniques et juridiques)17 d’ailleurs essentielle dans des contextes institutionnellement denses, comme c’est le cas sous l’Ancien Régime, où l’enchevêtrement des droits sur le sol – droits de nature différente et revenant à des sujets différents – alimente des conflits continuels. Et notamment à partir du XVIe siècle, une série de facteurs rend de plus en plus nécessaire la définition et le mesurage du territoire : des défrichements, de nouvelles installations, une majeure mobilité des fiefs, la réorganisation des appareils de l’État, ainsi que du patrimoine ecclésiastique de la Contre-réforme, la présence, dans les Pouilles en particulier, de la Dogana della mena delle Pecore, la puissante institution voulue par Alphonse d’Aragon en 1447, qui contrôle un énorme territoire et doit y gérer d’innombrables conflits et intérêts18.

24Ce notaire joue aussi le rôle, fondamental, de codificateur des actes publics. Il rédige et certifie, pour le compte des universitates méridionales, les actes nécessaires à leur vie politique et administrative. Il peut alors être caissier ou secrétaire de la cité, moyennant rémunération, ou arrenter un office comme celui de la mastrodattia de l’universitas. Ou encore, dans un climat de résistance des autonomies territoriales contre les ingérences de l’État, c’est souvent par le biais du notaire qu’on fonde symboliquement les libertés citadines, en l’impliquant directement dans la rédaction des Libri Rossi, ces collections de statuts et de diplômes, patrimoine précieux pour la cité, témoignage de ses privilèges et de ses espaces à défendre et à négocier.

Des identités faibles

25Toutefois, la figure du notaire méridional ne se réduit pas uniquement à sa fonction professionnelle, fût-elle privée ou publique. D’une part, il n’occupe pas une position hiérarchiquement définie par les droits d’accès au gouvernement urbain et il fait partie soit du premier ceto soit du second, ou bien il se trouve fuori piazza. D’autre part, la définition de ceto ou de métier, à un moment donné, ne reflète pas nécessairement le destin d’une vie entière, ni d’une ou plusieurs générations. Le notaire provient de couches variées et sa profession peut le placer dans différentes positions sociales ; d’ailleurs, son univers de pratiques excède largement les bornes de son métier.

  • 19 Archivio di Stato di Brindisi (désormais ASBr), Catasto Onciario di Mesagne.

26Beaucoup de notaires mentionnés dans nos sources exercent d’autres activités ou sont marqués par la précarité de la définition professionnelle et de l’exercice même du notariat. Un de nos notaires du XVIe siècle, noble de naissance, délaisse à un moment donné son activité et se consacre au commerce, finissant par acheter un fief. Un autre, d’ailleurs très actif, se présente aux compilateurs d’un cadastre de la fin du XVIe siècle, comme « nobiliter vivit » ; l’un de ses confrères, dans le même recensement fiscal, est également enregistré sans aucune définition professionnelle, par la seule indication de l’âge. Ce ne sont pas des cas exceptionnels. Au XVIIe siècle, une petite dynastie de notaires a vu le jour, issue des couches du travail manuel extra-agricole, qui semblait à première vue constituer une heureuse exception dans un milieu dépourvu de dynasties professionnelles. Néanmoins, ce petit groupe, composé d’un grand-père, de deux fils et d’un petit-fils, ne se transmet pas seulement le notariat, mais a également tendance à l’abandonner à un âge relativement jeune pour se consacrer à autre chose. Au XVIIIe siècle, on rencontre encore des cas de notaires qui continuent à exercer la profession sans nécessairement recourir à l’appellation professionnelle, ou abandonnent le notariat sans forcément demeurer dans l’univers juridique – ce qui est plutôt fréquent ailleurs – mais au profit d’autres activités : le commerce, les investissements mobiliers, la politique, sans que cela soit officialisé d’une façon ou une autre. Nous n’avons rencontré qu’un seul cas plus éclatant, mais évidemment exceptionnel : celui d’un notaire vivant au milieu du XVIIIe siècle, nommé percepteur du catasto onciario, une tâche difficile à un moment très délicat, qui suscite souvent des tensions et sollicite la redéfinition des équilibres au sein de la communauté locale. Une tâche pour laquelle il faut surtout être honnête, ce que notre notaire n’est pas. Démasqué et dénoncé, il tombe en disgrâce et doit gagner sa vie autrement. Dans le cadastre qui est par ailleurs à l’origine de ses mésaventures, on peut lire en face du foyer dont il est le chef, qu’» on [l’] a considéré ne pas être Notaire Royal, et il exerce un art vil, en vendant de la charcuterie et d’autres choses au détail chez lui »19.

27Ces notaires exercent souvent leur activité dans plusieurs lieux, sur plusieurs piazze, même éloignées entre elles, consistant souvent en gros centres, ce qui rend caduque l’image du notaire ancré dans un lieu, jouant un rôle de charnière entre l’intérieur et l’extérieur. Les processus d’aristocratisation concernant ces lieux et, entre autres, les notaires, ne cantonnent pas nécessairement les dynamiques sociales dans les limites du lieu institutionnel. La dialectique réelle esquisse même l’agora ; les arènes de la politique peuvent n’avoir ni la forme ni la dimension circonscrite du bourg, surtout là où la projection marchande dilate les espaces de référence.

Histoires de notaires

28Ces notaires méridionaux, donc, ne représentent pas un pan de société que les règles spécifiques et les milieux institutionnalisés placent à l’abri de la violence normative des processus d’aristocratisation. Au contraire, ils sont pleinement touchés par elle et comptent parmi ceux qui réinterprètent le mieux dans le sens vertical et factionnaire les dynamiques de la stratification sociale. Des biographies le confirmeront, en soulignant leur capacité à utiliser des ressources variées pour naviguer de façon désinvolte dans la ville et même en dehors, entre profession, politique, affaires, pouvoir, parentèle.

29La première relate l’histoire de Francesco Idrosio, notaire royal, qui vécut pendant la seconde moitié du XVIe siècle à Ostuni. Comme son confrère Luigi Cimino, notaire à Ostuni et à Cisternino, le notaire Idrosio travaille sur deux piazze, celles d’Ostuni et de Tarente.

  • 20 Auprès de l’ASBr.
  • 21 Bona Sforza, duchesse de Bari, était la fille d’Isabelle d’Aragon.
  • 22 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire L. Cimino, 1556, f° 45.

30Seuls les protocoles de 1562 à 1568 du notaire Idrosio ont été conservés20. Pourtant, les premières traces documentaires le concernant remontent à quelques années auparavant, lorsqu’il comparaît en 1556 devant le notaire Cimino pour faire une déclaration singulière : il se plaint du meurtre de son frère, l’abbé Antonio, de la main d’un autre abbé d’Ostuni, mais il déplore surtout le fait qu’un traitement de faveur, tout à fait disproportionné par rapport à la gravité du crime commis, a été réservé à l’assassin présumé, protégé semble-t-il par un homme très proche de la reine de Pologne, ancienne feudataire d’Ostuni21. Le notaire Francesco déclare alors vouloir faire appel à un tribunal supérieur pour demander justice22. On ne sait pas s’il l’obtiendra, mais il est en tout cas fort improbable qu’il ait subi d’autres abus, car il ne tarde pas à rejoindre les rangs de la faction qui prend le pouvoir dans la ville, entre-temps rachetée au domaine royal (1559). C’est au sein de cette faction, dirigée par les puissants nobles Palmieri, que le notaire Francesco Idrosio fera fortune.

  • 23 Ibid., 1560, f° 350-354.
  • 24 Ibid., 1565, f° 310.
  • 25 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire F. Idrosio, 1566, f° 280-285.
  • 26 Ibid., 1567, f° 313-324.
  • 27 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire L. Cimino, 572, f° 412-413.
  • 28 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire L. Leo, 1575, f° 104.

31En 1560, il prend, avec un noble du lieu, l’adjudication d’importants impôts locaux pour une valeur énorme (40 600 ducats)23. En 1564, il devient syndic du second ceto ; son adjoint est le très puissant Cesare Palmieri, dans la faction duquel notre notaire semble désormais fort à l’aise. Et c’est toujours avec Cesare Palmieri, en 1565, que Francesco Idrosio est chargé d’estimer la dotation d’une jeune femme, dans un différend entre deux familles nobles de la faction Palmieri24. Entre 1566 et 1567, il signe des actes très importants pour l’universitas d’Ostuni, dont celui de la vente et l’arrentement de certaines difese de la cité et des droits annexes25, ainsi que l’accord entre l’universitas et le chapitre d’Ostuni concernant la contribution à la dîme générale26. Quelques années plus tard, il est regio credenziero dans une Douane sur laquelle Cesare Palmieri, ce n’est pas un hasard, exerce un contrôle important27. L’amitié avec la famille la plus puissante de la ville continue à profiter au notaire Idrosio, qui est à nouveau syndic trois ans plus tard28. Les dernières nouvelles qu’on ait de lui remontent à 1578, à l’occasion de l’enregistrement de son feu fiscal dans un cadastre. Il n’y fournit aucune indication personnelle, sauf son âge ; il déclare aussi avoir une femme, quatre enfants et une quantité considérable d’immeubles et de terrains, obtenus, peut-on imaginer, plus en vertu de son amitié avec Cesare Palmieri qu’au moyen de la seule activité notariale.

32À peu près à la même époque, le notaire Francesco Massaro, homme sans scrupules et aux multiples ressources, vit et travaille à Monopoli. Loin de jouer un rôle de médiateur, Massaro, comme son confrère d’Ostuni, se range dans le camp d’une des deux puissantes factions dominant la ville, celle des nobles Indelli qui, sans crainte de déroger, gèrent les trafics maritimes du lieu. À l’ombre des Indelli, le notaire Massaro bâtit son destin au carrefour entre univers marchand, monde des offices, notariat et carrière politique.

  • 29 Biblioteca Nazionale di Napoli, Ms. XXI.D.28, Toppi N., Estratto da un libro antico con la serie di (...)
  • 30 Archivio di Stato di Bari (désormais ASBa), Fondo Notarile de Monopoli, notaire F. P. Pizzaingroia,(...)
  • 31 ASBa, Fondo Notarile de Monopoli, notaire G. Caiasso, 1601, f° 148-153.
  • 32 F. Andreu, « Francesco Surgente vescovo di Monopoli e i moti masanielliani del 1647-48 », Studi di (...)

33On le rencontre une première fois en 1569, en qualité de caconatore de la Douane de Monopoli29 : un office de peu de valeur, qui lui permet toutefois de s’introduire dans la place et d’avancer en position et prestige. En 1572, il en est déjà devenu credenziero, non sans se livrer entre-temps à d’autres activités, dont la rédaction d’actes. Il fait partie des decurioni du second ceto en 1581 et en 1587, au moment où le syndic est un Indelli. En 1593, Massaro est à son tour syndic « populaire » ; en 1596, il devient caissier de l’universitas30. Pendant cette période, il s’enrichit et investit dans l’achat d’oliveraies ; il produit de l’huile et en fait commerce. Son mariage l’apparente à d’autres notaires, mais ce choix ressort plus aux logiques factionnaires du lieu qu’il n’est dicté par un esprit de corps. D’ailleurs, il est vrai que sa femme est la sœur d’un notaire, Scipione Fera, marié à son tour avec la fille d’un autre notaire de Monopoli, Ottavio Bandino. Fera, qui vient de Naples, cesse d’exercer l’activité de notaire lorsqu’il s’installe à Monopoli ; en outre, Ottavio Bandino est un notaire très actif à Monopoli, mais surtout un homme clé de la faction des Indelli, la même que celle de Massaro, avec laquelle Bandino finit par s’apparenter. Sa fille, une fois veuve du notaire Fera, épouse en effet un homme de la maison Indelli, l’un des plus puissants31. Ce qui vaut quelques années plus tard à Dionisio Bandino, utriusque iuris doctor, fils d’Ottavio et désormais beau-frère d’un Indelli, l’admission dans le ceto noble. Ce Dionisio est impliqué dans un conflit enflammé qui oppose la faction Indelli à l’évêque de Monopoli, soutenu par le puissant comte de Conversano (un fief important tout proche de Monopoli) et accusé par la Congregazione romana dei vescovi d’avoir causé la mort d’un abbé noble, fidèle à la famille Indelli. L’accusateur principal de l’évêque est justement Dionisio Bandino, cousin de la victime, que les sources de l’époque stigmatisent – probablement à raison – comme étant trop partial et suspect32.

  • 33 Archivo General de Simancas (désormais AGS), Visitas de Italia, Visita de D. Lopez de Guzman, 1581, (...)
  • 34 Ibid., leg. 52, n. 4.

34Mais revenons à Francesco Massaro. Le poste de credenziero lui vaut beaucoup d’avantages : il voit passer dans la ville marchande des marchandises, des sommes d’argent considérables, des hommes influents. Et il en profite. Jusqu’à être mis en examen par le visitador espagnol, Lopez de Guzman, en 1583. On l’accuse, sur la base de la « rumeur publique », d’avoir bénéficié d’» améliorations », prouvées par les nombreux investissements qu’il a fait depuis qu’il est devenu officier de la Douane. On l’accuse d’avoir commercialisé, en contrevenant aux interdictions liées à sa charge, de l’huile embarquée pour Venise de 1575 à 1577, et d’avoir soustrait les registres de la Douane concernant les années en question pour dissimuler son activité illicite. On l’accuse, avec d’autres officiers de la Douane, d’avoir donné en arrentement la bagliva – dont la compétence revient à la Douane – à des complices qui ne « craignent pas Dieu », avec lesquels il partage les profits de la magistrature. On l’accuse enfin d’obtenir des réductions sur certaines marchandises moyennant des escomptes sur les droits de Douane aux négociants33. Francesco se défend en attaquant : il est inconcevable qu’il soit la cible d’accusations si lourdes, lui qui « tient la Douane de Monopoli sur pied ». Il ne nie pas avoir envoyé de l’huile à Venise pour son propre compte, mais il soutient qu’il s’agit d’huile de basse qualité et valeur. Enfin, il tente de faire endosser la responsabilité à ses confrères, pour la bonne raison qu’il était malade et donc absent de la Douane au moment des faits contestés34.

  • 35 ASBa, Fondo Notarile de Monopoli, notaire G. Caiasso, 1593, f° 302-305 ; 1605, f° 115-118 v°.
  • 36 AUD, Selva d’oro, vol. & : notaire O. Bandino, 1600, f° 4-5.

35On ne connaît pas les mesures prises contre Francesco. Ce qui est sûr, c’est que l’enquête du visitador ne brise pas ses ambitions. Giulia Massaro, sa fille aînée, devient l’épouse d’un noble qui milite dans la faction Indelli ; l’époux de la plus jeune, Vittoria, n’est autre que Marc’ Antonio Indelli, le membre le plus puissant et inquiétant de la famille. Giulia et Vittoria Massaro se marient, cela va sans dire, more nobilium35, copieusement dotées par leur père, qui dicte ses dernières volontés à Ottavio Bandino36, et par Scipione Fera, cet oncle, ancien notaire napolitain, mort sans enfants.

  • 37 Sur les notaires à Mesagne à l’époque moderne, voir aussi Carrino A., « L’identità mancata. Notai a (...)
  • 38 ASBr, Fondo Notarile de Mesagne, notaire G.A. Luparelli, 1687, f° 5 et v°. ; 1691, f° 1-3 ; 1697, f (...)

36Au XVIIIe siècle, même si les processus de stratification sociale, de polarisation économique et de hiérarchisation politique sont devenus plus prégnants, on rencontre encore des notaires fort actifs − pas seulement du point de vue professionnel − et socialement vifs. Tel Cosma Damiano Sasso, de Mesagne37. Issu d’une famille qui avait conquis respectabilité et richesse par le biais de la carrière ecclésiastique, au risque de s’éteindre, Cosma est le premier de sa famille à exercer une profession. Il se marie trois fois, les deux premières avec des filles issues du milieu des professions libérales, la troisième avec une femme de la noblesse locale. L’une de ses filles devient religieuse, les autres font de très beaux mariages. En plus de ses activités de notaire, Cosma Damiano fréquente assidûment les études de ses confrères, en tant que contractant dans plusieurs achats et ventes immobiliers ; il prend l’arrentement de la gabelle de la farine ; il est eletto de l’universitas pour le second ceto38.

  • 39 ASBr, Fondo Notarile de Mesagne, notaire G. Saraceno, 1654, f° 348-350v° ; notaire G.A. Luparelli, (...)
  • 40 ASBr, Fondo Notarile de Mesagne, notaire G.A. Luparelli, 1763, f° 108-110v° ; 1783, f° 3v°-9 ; nota (...)

37Ces notaires, bien entendu, ne sont pas toujours gagnants. Ils ont néanmoins, encore au XVIIIe siècle, un profil riche, varié et à plusieurs facettes. La documentation consultée a entre autres porté à notre connaissance le cas du notaire Francesco Orazio Taralli, qui vécut à Mesagne entre le XVIIe et le XVIIIe siècle et travailla pendant trente ans dans deux villes ; il était syndic du second ceto, prenait l’arrentement de la mastrodattia de l’universitas, s’attira l’amitié et la reconnaissance d’un noble du lieu, ainsi que ses ennemis, et eut bien des soucis pendant sa vie, tourmenté par des problèmes économiques, des querelles familiales, des créances non recouvertes et des cens jamais rachetés39. Ou le cas d’Elia Calabrese, notaire pendant vingt ans au milieu du XVIIIe siècle, impliqué dans une série d’investissements immobiliers à Naples, qui lui valurent surtout des dettes ; syndic du popolo primario au moment difficile de la compilation du catasto onciario, et pour cela dramatiquement attaqué politiquement, impliqué enfin dans un long différend qui s’acheva devant la Regia Corte40.

En guise de conclusion

38Normes et pratiques n’imposent ni rôles ni lieux à ces notaires. Ils exercent une profession sans doute centrale dans les scénarios politiques, économiques et sociaux de ces réalités, mais ils ont en même temps un profil varié et une identité multiple. En maniant plusieurs ressources, ils savent tirer leur épingle du jeu dans les configurations concrètes, bizarres et inattendues que prennent ces sociétés, une fois qu’elles sont impliquées dans les processus d’aristocratisation.

Notes

1 M. Bardet, « Reproduction familiale et transmission du patrimoine des notaires ruraux en Carladès (XVIe-XIXe) », R. Bonnain, G. Bouchard, J. Goy (dir.), Transmettre, hériter, succéder. La reproduction familiale en milieu rural. France-Québec. XVIIIe-XXe siècles, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales - Presses Universitaires de Lyon, 1992, p. 290.

2 C. Dolan, Le notaire, la famille et la ville (Aix-en-Provence à la fin du XVIe siècle), Toulouse, PUM, 1998, p. 183-4.

3 On fait évidemment allusion à une vaste et illustre littérature, concernant entre autres les travaux de L. Langlois, R. Aubenas, J. Gaston, J.-P. Poisson, J.-L. Laffont, M.-F. Limon, M.P. Arnaud, M. Bardet, C. Dolan, M. Toublanc, G. Audisio, L. Skorka, M. Garonnin, S. Jahan, N. Lemaitre, B. Vogler, ainsi que les articles parus dans la revue Gnomon.

4 Voir, entre autres, M. Berengo, Nobili e mercanti a Lucca nel Cinquecento, Turin, Einaudi, 1974 (éd. orig. 1965) ; G. Costamagna, Il notaio a Genova fra prestigio e potere, Milan, Giuffrè, 1970 ; A. Liva, Notariato e documento notarile a Milano. Dall’alto Medioevo alla fine del ‘700, Milan, Giuffrè, 1979 ; G. Tamba, La società dei notai a Bologna, Rome, 1988 ; F. Magistrale (dir.), Notariato e documentazione in Terra di Bari, Bari 1984 ; id. (dir.), « I protocolli notarili tra medioevo ed età moderna. Storia istituzionale e giuridica. Tipologia, strumenti per la ricerca », Archivi per la Storia, Rivista dell’Associazione nazionale archivistica italiana, Florence, 1-2, 1993.

5 H. Mendras, Sociétés Paysannes, Paris, A. Colin, 1976.

6 Dans cet essai, nous avons utilisé le mot Mezzogiorno et les mots « méridional/aux » etc., en faisant allusion au Royaume de Naples.

7 Nous pensons notamment aux travaux de G. Friedman, E. Banfield, J. Lopreato, etc., désormais dépassés par une littérature plus récente (A. Blok, J. Davis, J. et P. Schneider, etc.).

8 Sur ce point voir A. Carrino, « Città, patriziati, fazioni. La politica locale nel Mezzogiorno spagnolo : tre studi di caso », Società e storia, 113, 2006, p. 559-598.

9 Les données sur la population ont été tirées, pour les trois cas analysés, de L. Giustiniani, Dizionario geografico ragionato del Regno di Napoli, Naples 1797-1805, 10 vol. Pour d’autres références documentaires et bibliographiques sur Monopoli à la première époque moderne, voir A. Carrino, La città aristocratica. Linguaggi e pratiche della politica a Monopoli fra Cinque e Seicento, Bari, Edipuglia, 2000.

10 Les cadres économiques et sociaux de Mesagne ont été reconstruits dans A. Carrino, Parentela, mestiere, potere. Gruppi sociali in un borgo meridionale di antico regime (Mesagne : secoli XVI-XVIII), Bari, Edipulia, 1995, auquel nous renvoyons pour toute autre indication documentaire.

11 Sur ce point, voir M. Caravale, « La legislazione del Regno di Sicilia sul notariato durante il Medio Evo », Per una storia del notariato meridionale, Rome, 1982, p. 95-177. En particulier sur le notariat en Terre de Bari au Moyen Âge, voir les travaux de P. Cordasco : « Forme documentarie e prassi notarile in Terra di Bari nel XIII secolo », Relazioni e dibattiti sull’opera e la personalità di Federico II di Svevia, Bari, 1998, p. 7-22 ; « Il notariato in età normanno sveva : alcune osservazioni », C.D. Fonseca (dir.), Mezzogiorno – Federico II – Mezzogiorno, Rome, 1999, p. 99-118.

12 Le giudice ai contratti a été aboli par Murat en 1809.

13 Voir sur ce point B. Salvemini, « Sul pluralismo spaziale di età moderna. Migranti stagionali e poteri territoriali nella Puglia cerealicolo-pastorale », Archivio Storico dell’emigrazione italiana, 1, 2007, p. 145-161.

14 L. Giustiniani, Nuova collezione delle Prammatiche del Regno di Napoli, vol. I, Naples 1803, p. 257-258. À ce sujet voir F.P. De Stefano, Romani, Longobardi e Normanno-Franchi della Puglia nei secoli XV-XVII, Naples, 1979, notamment partie VI, chap. I et II.

15 Il arrive même que le notaire soit autorisé par plusieurs cours.

16 Heureusement, il existe un fonds considérable concernant nos centres, faisant partie de la documentation de la Bagliva de Lecce, que nous avons pu consulter. On trouve d’ailleurs une des rares études s’appuyant sur ce type de source pour le Mezzogiorno dans A. Placanica, Moneta prestiti usure nel Mezzogiorno moderno, Naples, 1982.

17 G. Angelici, « Agrimensura e produzione cartografica nel Regno di Napoli in età moderna », Cartografia e istituzioni, vol. I, p. 119-132. Archivio di Stato di Foggia, fonds de la Dogana della mena delle Pecore, b. 337, fasc. 12002 et 12019 ; b. 339, fasc. 12146 ; b. 340, fasc. 12151.

18 Voir sur ce point J.A. Marino, L’economia pastorale nel Regno di Napoli, Napoli 1992 ; L. Piccioni, « La grande pastorizia transumante abruzzese tra mito e realtà », M. Costantini, C. Felice (dir.), Abruzzo e Molise. Ambiente e civiltà nella storia del territorio, « Chreiron », n. 19-20, 1993, p. 195-229 ; S. Russo, « Dogane e pastorizie protette nel Mediterraneo. Appunti per una ricerca », id., Grano, pascolo e bosco in Capitanata tra Sette e Ottocento, Bari, 1990, p. 101-124 ; S. Russo, B. Salvemini, Ragion pastorale, ragion di stato. Spazi dell’allevamento e spazi dei poteri nell’Italia di età moderna, Rome, 2006.

19 Archivio di Stato di Brindisi (désormais ASBr), Catasto Onciario di Mesagne.

20 Auprès de l’ASBr.

21 Bona Sforza, duchesse de Bari, était la fille d’Isabelle d’Aragon.

22 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire L. Cimino, 1556, f° 45.

23 Ibid., 1560, f° 350-354.

24 Ibid., 1565, f° 310.

25 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire F. Idrosio, 1566, f° 280-285.

26 Ibid., 1567, f° 313-324.

27 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire L. Cimino, 572, f° 412-413.

28 ASBr, Fondo Notarile d’Ostuni, notaire L. Leo, 1575, f° 104.

29 Biblioteca Nazionale di Napoli, Ms. XXI.D.28, Toppi N., Estratto da un libro antico con la serie di tutti i viceré, officiali supremi et inferiori che sono stati dal principio delli tribunali sino ai giorni nostri, XVII sec.

30 Archivio di Stato di Bari (désormais ASBa), Fondo Notarile de Monopoli, notaire F. P. Pizzaingroia, 1699, folios non numérotés après f° 236 v°.

31 ASBa, Fondo Notarile de Monopoli, notaire G. Caiasso, 1601, f° 148-153.

32 F. Andreu, « Francesco Surgente vescovo di Monopoli e i moti masanielliani del 1647-48 », Studi di storia pugliese in onore pugliese in onore di Giuseppe Chiarelli, vol. III, Galatina 1974, p. 283-290 ; Archivio Unico Diocesano di Monopoli (désormais AUD), Platea della Casa Nostra sub titulo de SS. Giovanni Battista e Anna della Città di Monopoli, 1646.

33 Archivo General de Simancas (désormais AGS), Visitas de Italia, Visita de D. Lopez de Guzman, 1581, leg. 34, n. 4.

34 Ibid., leg. 52, n. 4.

35 ASBa, Fondo Notarile de Monopoli, notaire G. Caiasso, 1593, f° 302-305 ; 1605, f° 115-118 v°.

36 AUD, Selva d’oro, vol. & : notaire O. Bandino, 1600, f° 4-5.

37 Sur les notaires à Mesagne à l’époque moderne, voir aussi Carrino A., « L’identità mancata. Notai a Mesagne in antico regime », Salvemini B. (dir.), Gruppi ed identità sociali nell’Italia di età moderna, Bari, Edipulia, 1998, p. 199-274.

38 ASBr, Fondo Notarile de Mesagne, notaire G.A. Luparelli, 1687, f° 5 et v°. ; 1691, f° 1-3 ; 1697, f° 61-63v° ; 1698, f° 548-551v° ; 1699, f° 295 et v° ; 1700, f° 91v°-94 ; 1703, f° 3v°-8 ; 1705, f° 19-21, f° 271-272 ; 1706, f° 372-373 ; 1712, f° 71 et v°, f° 101-102 ; 1715, 84v°-85 ; 1720, f° 13v°-14.

39 ASBr, Fondo Notarile de Mesagne, notaire G. Saraceno, 1654, f° 348-350v° ; notaire G.A. Luparelli, 1682, f° 51v°-52, f° 52 et v° ; 1683, f° 11v°-13 ; 1693, f° 310-131v°, f° 317-318 ; 1694, f° 171v°-173v° ; 1700, f° 232-233v° ; notaire P. Riccio, 1687, f° 12-13v° ; 1694, f° 170v°-172.

40 ASBr, Fondo Notarile de Mesagne, notaire G.A. Luparelli, 1763, f° 108-110v° ; 1783, f° 3v°-9 ; notaire B.M. Pinto, 1755, f° 51-55v° ; 1761, f° 18-21v°, 105 et v° ; 1780, f° 67v°-69v° ; notaire F.T. Passante Dello Diago, 1754, f° 181-182v°.

Auteur

Histoire moderne, Università degli Studi de Bari, Italie

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540