Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le notaire

 | 
Lucien Faggion
, 
Anne Mailloux
, 
Laure Verdon

La figure du notaire : statuts, espaces, réseaux

Notaires ruraux, notaires collégiaux et pouvoirs en Terre Ferme vénitienne au XVIe siècle

Lucien Faggion

Texte intégral

  • 1 Sur les notaires ruraux, L. Faggion, « Les notabilités rurales dans le Nord-est de l’Italie au XVI(...)

1Deux groupes de praticiens du droit civil, qui ne possèdent ni les mêmes droits ni les mêmes privilèges, se distinguent dans la République de Venise au début de l’époque moderne : d’abord, ceux qui travaillent sous l’autorité de la Sérénissime, désignés dès 1567 par l’expression veneta auctoritate ; puis, ceux qualifiés de notaires impériaux, actifs dans les provinces du Stato da Terra1. Une telle distinction rend perceptible l’existence d’un système juridique bicéphale, aboli seulement à la fin du XVIIIe siècle, et la diversité du statut de notaire, que celui-ci exerce à Venise, dans un centre urbain (majeur ou mineur) ou dans les campagnes. La séparation juridique dicte des pratiques professionnelles et des parcours sociaux spécifiques marqués par la diversité culturelle, sociale, politique et institutionnelle des différentes provinces de l’arrière-pays vénitien, de Créma au Frioul. Une fois entrées sous l’autorité de Venise au début du XVe siècle, les principales villes de la Terre Ferme ont pu conserver leurs magistratures, telles les Collèges des Notaires, composés de nobles élus aux tâches relevant de l’administration urbaine, tandis que les notaires du monde rural, la plupart provenant des groupes émergents, n’appartiennent pas à un corps de métier et ne profitent d’aucun droit particulier.

2Dès le XVIe siècle, les notaires collégiaux de Vicence connaissent une grave crise qui paraît léser aussi bien leur liberté d’action que leurs prérogatives. Une telle remise en question de leur autorité, fièrement détenue autrefois, bouleverse les équilibres sociaux, ce qui suppose l’établissement de violents rapports de force au sein de l’aristocratie. Les événements qui éclatent dans les années 1540 à Vicence peuvent servir de point d’observation des fortes tensions impliquant les notaires inscrits dans le Collège, leurs rivaux des campagnes, la noblesse et les groupes émergents.

3L’intérêt se porte ainsi sur les rapports conflictuels surgis dans le chef-lieu provincial, en particulier auprès des nobles collégiaux qui ne supportent pas la présence de ces professionnels du droit, provenant du territoire, parfois riches et intégrés dans des réseaux de pouvoir ; sur Venise qui décide, dès la seconde moitié du XVIe siècle, de promulguer des lois destinées à contrôler ce groupe de praticiens pléthorique ; sur les notaires ruraux (famille, parcours, réseaux, politique) à Vicence saisis à travers des plaintes formulées au milieu du XVIe siècle.

Le conflit : les notaires collégiaux contre les notaires par privilège

  • 2 M.P. Pedanis Fabris, op. cit., p. 1-7 ; G. Muraro, op. cit., p. 157-168.
  • 3 Archivio di Stato de Venise, Archivio proprio G.V. Pinelli, 2, carton I, « Rilatione di Vicenza di (...)

4Il existait à Venise et dans sa province (Dogado) des investitures aussi bien impériales et apostoliques que relevant de la veneta auctoritate, parfois assurées simultanément. Jusqu’au XIIIe siècle, l’existence d’actes rédigés selon le more imperii fut assez exceptionnelle, déterminée par une activité particulière. Mais, à partir du milieu du XIVe siècle, le titre impérial s’impose au point de devenir prépondérant. Une telle distinction se maintient jusqu’au début du XVIIe siècle, période à partir de laquelle Venise impose une stricte réglementation en ce qui concerne les notaires de la capitale : en réalité, déjà le 11 novembre 1485, le Grand Conseil avait décidé que les notaires qualifiés d’autorité impériale ou apostolique devaient soutenir un examen en présence du doge ou de ses délégués, afin de pouvoir travailler dans la capitale, mais le passage de la première pratique à celle qui devait devenir la norme dans l’ensemble de la République se fit lentement, la tâche la plus importante étant celle de faire front à l’autorité des comtes palatins de la Terre Ferme qui pouvaient légitimer les fils naturels et créer aussi bien des docteurs que des notaires. Ce n’est qu’en 1612 et 1613 que les lois du Sénat stipulent l’obligation pour ceux souhaitant exercer une telle profession d’enregistrer les actes selon le more veneto2. Les notaires qui n’appartiennent pas au Collège homonyme sont ainsi affublés du terme « impérial », du moins à Vicence. Un texte anonyme de 1582 définit ces professionnels concurrents de leurs nobles homologues comme étant ceux qui ne sont pas parvenus à obtenir le statut de citoyen (civis), premier échelon de la noblesse citadine, parce que leur famille n’a pas vécu 80 ans à Vicence ou n’a pas pu répondre à certains critères qui confèrent un tel statut, ce qui les empêche d’être intégrés au Collège3. Ces praticiens de la justice civile ne peuvent pas être actifs dans une magistrature urbaine, mais sont autorisés à exercer dans les différents vicariats de la province. Les autres notaires, ceux qui sont nobles, peuvent faire partie du Collège et participer à la vie administrative citadine.

  • 4 Sur les marchands, P. Lanaro (dir.), La pratica dello scambio. Sistemi di fieri, mercanti e città (...)

5Les antagonismes opposant différents groupes de notaires au milieu du XVIe siècle rendent manifestes les profondes tensions déchirant Vicence : le pouvoir de l’argent redéfinit le statut de noble à une époque où s’imposent des marchands enrichis dans le commerce de la laine et de la soie4. De nouvelles valeurs, à l’origine des divisions nobiliaires urbaines, témoignent de l’autorité détenue par ces hommes qui se caractérisent par la richesse, mettant en opposition la hiérarchie de l’honneur, fondée sur l’ancienneté et la pureté du lignage, avec celle de la fortune. Les crises sont toutefois anciennes et rendues perceptibles par une loi de 1536 qui interdit à la classe dirigeante locale de se qualifier de comte. Une attitude qui s’explique par le passage en province de l’empereur Charles Quint, en 1532, et par la disponibilité de celui-ci à céder libéralement des titres, comblant les prétentions d’une partie de l’aristocratie.

  • 5 C. Povolo, L’Intrigo dell’onore…, op. cit., passim ; L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la Ré (...)
  • 6 S. Zamperetti, « Poteri locali e governo centrale in una città suddita d’antico regime dal dopo Ca (...)
  • 7 Archivio di Stato de Vicence [désormais : Arch. Stato de Vicence], Collège des Notaires [désormais (...)

6Les suppliques envoyées à Venise ne manquent pas d’insister sur la situation dans laquelle se trouvent les notaires collégiaux et la présence jugée inacceptable de ces hommes, au passé le plus souvent obscur, originaires en grande partie de l’arrière-pays et désireux de s’intégrer dans les cercles des pouvoirs citadins. C’est ainsi que cet ancien corps de métier, légitimé par des statuts pluriséculaires, se voit confronté à des individus issus des élites rurales, caractérisés par la richesse et le talent professionnel5. Dès les années 1540, des conflits très virulents opposent ces deux groupes de professionnels, les notaires collégiaux, et ceux nouvellement installés et acceptés à Vicence, confiants de leurs droits fraîchement acquis6. En ces temps de dissensions, de profondes remises en question des hiérarchies traditionnelles, les notaires impériaux d’insertion récente dans la civitas réclament, à l’occasion d’une supplique présentée au début de l’année 1560, d’être admis au Collège des Notaires, d’y participer et de se faire élire aux activités relevant de l’administration urbaine7. Aussi ne manquent-ils pas de s’adresser à Venise pour obtenir satisfaction, en invoquant la notion d’égalité qui peut seule amener la concorde et la tranquillité auprès des sujets de la Sérénissime, et en rappelant qu’ils ont répondu aux critères liés au statut de citoyen, en l’occurrence le paiement des impôts citadins qui justifient leur statut et leur droit dans la cité, et les autorisent à attendre en retour des emplois au sein de la bureaucratie urbaine, prétendant vivre sous l’« ombre très heureuse de l’illustrissime Dominante ». Pourtant, cette félicité recherchée, ainsi que le désir de paix exprimé, sont troublés et contrecarrés par l’attitude des notaires collégiaux qui se réservent les postes et les conçoivent comme un patrimoine et un héritage. Cet exclusivisme a néanmoins été officiellement combattu et interdit par Venise, en 1547, qui avait promulgué une mesure autorisant les notaires créés par privilège ou résidant depuis trente ans en ville de pouvoir enregistrer des actes de quelque nature que ce soit et où que ce soit, en toute impunité, et être acceptés dans le corps de métier, malgré l’opposition affichée par leurs membres, mais déniée par la classe dirigeante vénitienne.

  • 8 Arch. Stato de Vicence, Archivio Notarile [désormais : Arch. Not.], M.A. Locatelli, reg. 7329.
  • 9 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G. Rossetti, reg. 7855.

7Cependant, les tensions restent vives, les refus du Collège répétés, les recours à Venise fréquents dans la seconde moitié du XVIe siècle. Une telle crise se confond dans les conflits aigus que connaît alors l’aristocratie. À la recherche probable de la réussite sanctionnée en partie par leur établissement en ville, les notaires impériaux se retrouvent souvent ensemble, lors de l’enregistrement des actes notariés en qualité soit de témoins instrumentaires, soit de procureurs, soit de clients. Ainsi en est-il des Locatelli, Coquinati, Arsiero, Migliorin, dalla Valle qui n’hésitent pas à faire appel à un confrère, Marco Locatelli, le 28 octobre 1548, pour désigner un procureur, maître Vincenzo Piovene, afin de se prémunir des attaques dirigées par les membres du Collège8. En dépit des multiples plaintes des nobles collégiaux, ceux-ci semblent accepter quelques années plus tard l’idée de s’adresser à des notaires impériaux qu’ils avaient pourtant ouvertement combattus en 1546. Tel est le cas de Girolamo Rossetti, appelé à deux reprises par eux pour enregistrer un acte en leur défense. À l’été 1551, il paraît ainsi avoir gagné la reconnaissance de ses homologues, autrefois adversaires, représentant les intérêts de ce corps de métier exclusif, tels Giovan Pietro Bonagente, Giovan Girolamo Orgiano et Paolo Bennassuti qui composent la présidence, avec l’approbation du syndic Giovanni Zugliano, et se trouve prêt à rédiger un papier officiel en leur faveur, dans le palais du podestat. Le 14 mai 1561, il enregistre un autre acte à leur demande, également dans le palais du recteur, un document qui est une nouvelle défense de ce corps de métier, présentée cette fois par le syndic Adriano Zugliano, qui intervient pour la conservation des droits, des juridictions et des prééminences du Collège contre les prétentions et les ingérences du chancelier au service du podestat vénitien, le patricien Daniele Pisani9.

  • 10 S. Zamperetti, « I sinedri dolosi. Note sulla formazione e lo sviluppo dei Corpi territoriali nell (...)
  • 11 S. Zamperetti, « Poteri locali e governo centrale… », Storia di Vicenza, Vicence, N. Pozza, 1989, (...)
  • 12 L. Megna, « Storie patrizie. Note sulla nobiltà vicentina nel Seicento », Storia di Vicenza, Vicen (...)

8La ville de Vicence fait ainsi face à une crise aux multiples facettes, dans laquelle sont impliqués les notaires, quel que soit leur statut officiel (notaire collégial, notaire impérial), en raison de leurs origines, de leur métier et des liens entretenus avec les cercles de décisions locaux. Dès 1541, les rivalités au sein de l’aristocratie prennent une tournure radicale, voire explosive, car le Petit Conseil est dissous cette année-là et nécessite sa normale recomposition. Néanmoins, le groupe oligarchique, à la tête duquel se trouvent les da Porto, parvient à prendre les rênes du pouvoir et à dicter ses volontés au reste de la noblesse. L’hégémonie exercée par ces Maisons influentes produit une forme d’immobilisme politique que ne parviennent pas à résoudre les réformes institutionnelles de 1546, de 1550 et de 1554, à l’origine de la consolidation de l’autorité des oligarques. L’exaspération est si forte qu’en 1558 un groupe de quatre nobles se rend à Venise pour faire entendre ses doléances et dénoncer la prépondérance exercée par ces puissantes familles, ainsi que l’éviction des notaires collégiaux, plus de 300, des postes administratifs importants. Aussi ceux-ci doivent-ils se défendre à la fois contre une partie de leurs pairs qui monopolisent les pouvoirs et contre la marginalisation à laquelle ils se trouvent relégués. Cette mise à l’écart est rendue encore plus insupportable par la présence des notaires ruraux, de véritables rivaux qui ambitionnent de travailler – et y parviennent souvent – à Vicence. Ces hommes font partie des groupes émergents qui, dès le milieu du XVIe siècle, réussissent à faire entendre leur voix à Venise grâce aux Corps Territoriaux, entités administratives formées dans de nombreuses provinces de la Terre Ferme10. En 1567, une loi est publiée pour contenir l’arrivée d’hommes nouveaux dans les Conseils de Vicence, stipulant qu’il faut avoir résidé au moins cent ans en ville pour prétendre détenir les principales charges citadines, et le père ne doit pas avoir exercé un métier mécanique. Toutefois, une telle mesure ne peut empêcher l’admission de 39 cives entre 1570 et 158311. Ces familles nouvellement insérées dans le groupe des citoyens entretiennent à la fois la crise sociale et politique à Vicence, et les deux principales factions qui divisent la cité : celle des oligarques, fermement dirigés par les da Porto, et celle des anti-oligarques, sous l’autorité des Capra. En 1583, année au cours de laquelle dominent les anti-oligarques, des nobles fidèles aux da Porto se plaignent à Venise de la présence dans les Conseils municipaux de membres récemment intégrés dans l’aristocratie, au passé le plus souvent obscur et originaires du territoire, qui prennent la place de certains vieux lignages. Loin de se dissiper, la crise éclate encore en 1634, les Malcontents, auprès desquels figurent en grand nombre les notaires collégiaux, font entendre leurs critiques à Venise qui ne leur donne pas satisfaction12. Leur marginalisation tend à montrer qu’ils ne jouent plus qu’un rôle politique subalterne, un déclin qui profite aux groupes émergents, lesquels comptent dans leurs rangs les notaires impériaux, en quête de reconnaissance sociale et de réussite professionnelle. Dès la seconde moitié du XVIe siècle, la classe dirigeante vénitienne a cherché à contrôler le corps des notaires ruraux, pléthorique, établi à Vicence comme dans les autres villes de la République, qui sont tenus, dès 1567, de se soumettre à un contrôle des connaissances et de ne devoir répondre de leur légitimité qu’à Venise, d’où le qualificatif d’« autorité vénitienne ». Mais cette disposition n’est pas suivie à la lettre, ce qui justifie la promulgation des lois de 1612 et de 1613. Face au monde de la Terre Ferme, le patriciat vénitien a su cultiver le consensus politique, ainsi que contrôler des pans entiers de la société dès que l’opportunité se présentait. La crise soulevée par la légitimité contestée des notaires impériaux à Vicence lui a donné la possibilité d’intervenir et de redéfinir les rapports de force multiples engageant les élites de la province et de la ville.

Les notaires impériaux : parcours, réseaux, pouvoirs

  • 13 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., c. 134, f° 27r°.
  • 14 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., c. 134, f° 27r°. C’est ainsi que sept notaires, en leur nom et (...)
  • 15 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M. Locatelli (1537-1563), reg. 7086-7089.
  • 16 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., c. 134, f° 27r°. Il n’a pas été possible de retracer la carriè (...)
  • 17 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Presenziano, c. 6768-6795, en particulier le registre 6768, (...)
  • 18 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Presenziano, reg. 6768, par exemple f° 51r°.
  • 19 L. Faggion, Les Seigneurs du droit…, op. cit., passim. Aussi n’est-il pas rare de trouver dans les (...)

9La procuration « impériale », rédigée à Vicence le 8 mai 1545, rend perceptibles les enjeux sociaux et politiques, ainsi que les éléments de crise affectant le monde vicentin. Elle mentionne vingt-quatre notaires, seuls sept d’entre eux étant présents lors de l’enregistrement, qui cherchent à préserver leurs intérêts et nomment deux procureurs chargés de les défendre à Vicence comme à Venise en leur nom, eux qui voient l’accès au Collège des Notaires refusé13. Ces praticiens du droit civil désignent, pour les représenter, les confrères Camillo Rossi, bénéficiant du statut de citoyen, et Antonio Clemente, de Montecchio Maggiore, localité située à l’ouest du territoire, mais résidant à Vicence14. Les signataires sont en revanche les maîtres Marco Locatelli, fils de feu Francesco, et Rizzardo de Corneto15. Cette procuration ne permet pas d’atténuer les nombreuses difficultés rencontrées, car une liste est présentée en 1546 par le Collège contre les notaires impériaux qui en énumère 148, lesquels proviennent de l’ensemble du territoire, mais leur nombre est, en réalité, beaucoup plus élevé16. Qu’il s’agisse du document de 1545 ou de celui de 1546, ils contribuent tous deux à rendre compte de l’ampleur des antagonismes existants et des réseaux auxquels peuvent appartenir les notaires des campagnes. Issus en majorité de la province, ils sont parvenus à constituer une clientèle dans leur localité d’origine ; puis, la volonté de s’enrichir et d’augmenter le nombre de clients les a poussés, pour la plupart, même provisoirement, à gagner Vicence et, idéalement, à s’intégrer dans des réseaux à la fois professionnels et « politiques », à la recherche de nobles patrons censés les insérer dans les cercles de décisions et, finalement, leur attribuer un jour, peut-être, le statut de civis. Les parcours, les carrières, les ambitions des notaires sont ainsi infinis et multiples et ne peuvent se confondre, mais ils présentent néanmoins quelques caractéristiques communes. Alfiero Presenziano, notaire impérial à partir de 1528, début de son activité de praticien, vient de Thiene, dans le nord de la province, et y enregistre la plupart de ses actes, mais il gagne ensuite Vicence où il est notamment actif dans le palais de la Raison comme tant d’autres collègues17. Il est aussi à l’œuvre dans des localités telles Povegliana et Camisano, siège du vicariat homonyme18. Dès 1528, il enregistre des actes chez Francesco da Porto, sans doute son protecteur qui a dû l’élever à cette fonction, et dans la demeure d’autres nobles, souvent des juges collégiaux, groupe socioprofessionnel influent, caractérisé par le talent et la richesse19, en particulier Pietro Valmarana dès 1529, parfois en présence d’autres hommes de loi tels Alvise Capra.

  • 20 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., reg. 122, f° 9r°. Ainsi, Giorgio Maria Presenziano, notaire co (...)

10En 1529, il s’installe à Vicence et, deux ans plus tard, il élit domicile dans la contrée de Carpagnon, non loin de la demeure du noble Valmarana. Dès juillet 1531, il déclare qu’il est civis, ayant ainsi obtenu en l’espace de trois années seulement, le statut tant convoité. Puis, en janvier 1542, Alfiero Presenziano change de maison et habite dans la sindicaria de saint Michel, dans la contrée des saints Apôtres. Souhaitant voir préservée la place ainsi acquise par son père Alfiero dans la cité, Giorgio Maria, qui pratique à son tour le notariat depuis 1552, n’hésite pas, le 28 janvier 1569, au nom des valeurs familiales, du prestige et des prérogatives conférés par l’exercice d’une telle profession, de faire enregistrer au Collège des Notaires la naissance de ces quatre neveux, nés de l’union de sa sœur Alda et de feu Antonio Ferretto, également notaire collégial20.

  • 21 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F.M. Locatelli, reg. 6920 ; M.A. Locatelli, reg. 7328-7330.
  • 22 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F.M. Locatelli, reg. 6920.
  • 23 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Locatelli, reg. 7328.
  • 24 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Locatelli, reg. 7328.
  • 25 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Caldogno, reg. 7116, par exemple f° 4v°.
  • 26 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Caldogno, reg. 7116, f° 16v°, 18r° ; f° 51v° pour son dom (...)

11Le parcours des frères Francesco Maria et Marc’ Antonio Locatelli, originaires de Bergame, établis à Barbarano sans doute au début du XVIe siècle, siège d’un vicariat, présente de l’intérêt en termes de mobilité sociale ascendante et professionnelle21 : Francesco Maria, probablement le frère aîné, apparemment attaché aux puissants Thiene22, est en fonction à partir de 1532 dans sa localité d’origine tout comme à Vicence où il déclare résider dans le borgo berici et travaille dans un banco situé au rez-de-chaussée du palais de la Raison. Quant à son frère cadet, Marc’ Antonio, exerçant le notariat dès 1541, il figure déjà à cette date comme citoyen, signe de son ascension sociale et de son insertion dans les Conseils municipaux locaux23. À l’instar de son frère, il est actif à Barbarano, mais vit dans la maison de Vicence occupée par Francesco Maria, les actes étant rédigés chez ce dernier, souvent qualifié de causidico (homme de loi). Les réseaux ont pu être préparés par son frère et aider Marc’ Antonio à s’intégrer plus rapidement dans la civitas de Vicence, ainsi qu’à se constituer une clientèle, en qualité de procureur, certains d’entre eux se recrutant parmi des membres de l’aristocratie, tels Guido Godi et Benedetto Merzari. Ce n’est qu’en 1544 qu’il semble entrer dans le cercle des illustres da Porto, à la tête d’une redoutable faction et des oligarques. S’agit-il d’un patronage nobiliaire ? Difficile de l’affirmer, car il enregistre en août 1545 une procuration en faveur du juge collégial Giulio Barbarano, aux côtés de l’un de ses confrères, Alessandro Capra, pourtant un farouche adversaire des da Porto24. La présence de plusieurs membres d’une famille pratiquant le même métier permet au cadet de profiter de l’expérience acquise et des réseaux de clients créés par le frère aîné : les Caldogno rendent ainsi compte d’une situation analogue à celle mise en lumière par les Locatelli. Le prêtre Marc’ Antonio Caldogno, bénéficiant du statut de civis, connu comme notaire, dès 1538, dans la localité de Caldogno, où il est établi, travaille l’année suivante dans le chef-lieu provincial qu’il a gagné grâce à l’aide probable fournie par son frère plus âgé, Giacomo25. À partir de 1541, il habite à Vicence tout en conservant son domicile dans l’arrière-pays26. Parmi ses clients, il compte les nobles Leonardo et Girolamo Bissari qui l’appellent à enregistrer des actes chez eux, à Costafabbrica, localité qui est sous leur juridiction, ou à Vicence, auprès du chevalier Giacomo Bissari.

  • 27 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F. Arsiero (ou Posina), reg. 6409.
  • 28 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G.A Priante, c. 495 ; L. Faggion, op. cit., p. 206.

12L’insertion professionnelle du notaire impérial Francesco Arsiero au sein du monde citadin, réalisée à sa troisième année d’activité, est également emblématique de la mobilité sociale ascendante et des choix précis qu’il a conçus, destinés à lui ouvrir un jour les portes des pouvoirs. Arsiero commence à exercer en 1520 et, déjà en 1523, il est à Vicence, chez Giovanni da Porto, qui l’a peut-être nommé à ce métier27. Dès 1523, son domicile est situé à San Stefano, l’un des quartiers de la haute société, près des palais des nobles da Porto. Son insertion dans les rangs des citoyens se réalise, en revanche, en 1540, dix-sept ans après s’être installé en ville, alors que Giovan Antonio Priante, originaire de Lonigo, est en exercice depuis 1534, présent à Vicence dès 1542, citoyen par privilège à partir de 1545, à peine trois ans après son28

  • 29 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., C. Brogliano (ou Castellan), c. 315 (1508-1551), c. 316 (1510- (...)
  • 30 Voir l’acte de donation entre vivants accordée par Giovan Pietro Cassoni à ses fils Francesco et A (...)
  • 31 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F. Cerato, reg. 8767, testament nuncupatif de Giovan Battista (...)
  • 32 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., S. Padoan (ou Padovan), reg. 636.
  • 33 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Caldogno, reg. 7117, f° 68r° (sentence arbitrale). Aussi (...)

13À l’instar de maître Arsiero, il existe d’autres notaires qui mettent plus de temps pour obtenir le statut de civis. Ainsi en est-il de Castellano Brogliano, actif à partir de 1508, établi à Vicence dès 1536, citoyen depuis 1551, après quinze ans de résidence29. Son parcours a été plus lent, dans la mesure où il n’a peut-être pas ressenti le besoin d’intégrer immédiatement les cercles politiques urbains, à moins qu’il n’ait connu de sérieuses difficultés à son établissement en ville. Toutefois, de telles réussites, obtenues sans doute au prix de grands sacrifices30, ne paraissent pas si exceptionnelles à l’époque et soulignent que, malgré des lois restrictives sévères relatives à l’attribution du statut de noble à Vicence, la mobilité sociale ascendante est très forte. L’insertion de ces notaires impériaux a pu être rendue possible, facilitée, encouragée par des membres de l’aristocratie citadine qui les ont protégés et promus dans le groupe des citoyens dans le cadre d’un jeu de rivalités qui voyait les élites urbaines partagées entre les oligarques et les anti-oligarques, entre ceux qui étaient favorables aux hommes nouveaux et les tenants des valeurs nobiliaires traditionnelles. Ces antagonismes ont été réalisés aux dépens des groupes désargentés de la noblesse et au profit de ceux qui s’illustrent par le talent et la richesse. Les notaires ruraux, les témoins instrumentaires, les clients permettent d’appréhender un nombre élevé d’individus attirés par la réussite sociale et professionnelle, soudés par des intérêts communs, soucieux d’établir une clientèle fidèle et de s’enrichir, attentifs à entrer dans le sérail de l’aristocratie que représentent pour eux le Grand Conseil, l’assemblée plénière de tous les membres détenant la civitas, et le milieu de la judicature qui attire souvent ceux recherchant les pouvoirs. Le droit fascine et ouvre de nombreuses perspectives de gains à tous ceux qui en sont spécialistes, comme le prouve vraisemblablement maître Giovan Battista Vagenti qui n’est peut-être pas étranger à la formation juridique dispensée à son fils Adriano, devenu un homme de loi, naturellement familier au barreau31. Il n’est pas étonnant dès lors de constater la présence de tels experts auprès des notaires impériaux. La plupart du temps inscrits dans le Collège des Juges, ils se retrouvent dans l’activité menée par Stefano Padoan à Vicence dès 1541, résidant dans la demeure du chevalier Giacomo Loschi32, qui mentionne, à ses côtés, Nicola Negri, Giacomo Vello, Giacomo Valmarana et Francesco Trissino. Une telle présence ne se dément pas dans l’étude de Marc’ Antonio Caldogno : ainsi en est-il le 25 juillet 1551 où figure Giulio Barbarano qui, opposé à son frère Marzio, est invité à parvenir à un accord avec lui ; en 1552, avec le chevalier Alessandro Zugliano et, l’année suivante, avec Galeazzo Ferramosca33.

  • 34 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M. Montanaro, c. 1135, notamment les 10.02.1546, 27.05.1546 et (...)
  • 35 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M. Montanaro, c. 1135, 25.10.1548 (Melchioro Montanaro) ; 14.0 (...)
  • 36 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Presenziano, reg. 6768, f° 141v° (13 juin).
  • 37 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G.A. Priante, c. 495, 5.11.1547. Ce précieux document souligne (...)
  • 38 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F. Cassoni, c. 1524. Comme c’est l’usage, Francesco Cassoni es (...)
  • 39 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G. Coquinati, c. 6232-6244.
  • 40 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., Alessandro Coquinati, fils de Girolamo (reg. 3025) ; son frère (...)

14L’ampleur du réseau social et professionnel auquel peut appartenir un notaire impérial ayant décidé de se fixer à Vicence se trouve mis en avant par la plupart des maîtres qui sont à l’origine de l’acte de procuration de 1545. L’activité de Marchioro Montanaro permet de le souligner : il est en contact régulier avec Alfiero Presenziano, qu’il reçoit chez lui, entre autres, le 10 février 1546, au même titre que le praticien de la justice civile Pietro Grumolo, et est nommé procureur de Francesco de Lusiana, une activité que Presenziano pratique à de nombreuses reprises les années suivantes34. Mais celui-ci n’est pas le seul à être retenu pour assumer une telle fonction. D’autres l’exercent aussi tels Melchioro Montanaro, le frère de Marchioro, Constantino Coquinati, Battista Vagenti, Antonio Clemente, Benedetto Migliorin, Angelo Padoan35. Marchioro Montanaro compte dans son entourage un autre proche, Francesco Montanaro, qualifié de causidico dans un acte d’Alfiero Presenziano en 153036. Girolamo Rossetti et son confrère Francesco Cassoni, qui a pu commencer sa carrière probablement grâce à la donation entre vivants accordée par son père Giovan Pietro en 154737, rendent à leur tour perceptibles des liens d’interdépendances, de nature à la fois professionnelle et sociale, peut-être économique, savamment tissés avec le monde des notaires impériaux, originaires de la province, et celui des praticiens de la justice. Les frères Antonio et Francesco Cassoni, Giulio Vagenti, Camillo dalla Valle ou Girolamo dalla Piazza se retrouvent aux côtés de maître Rossetti, alors que Francesco Cassoni38 enregistre un acte, le 3 mars 1550, chez le noble Vincenzo Chiericati qui désigne comme procureur Girolamo Coquinati, fils de Girardo, en exercice entre 1519 et 1559, dont l’activité avait même été dénoncée par le Collège en 154639. Les notaires ruraux se retrouvaient pourtant déjà réunis en 1529, en présence d’Alfiero Presenziano, auprès du causidico Aurelio Coquinati, sans doute un proche de Constantino, lequel est cité dans la procuration de 1545, et de maître Girolamo. Alessandro Coquinati, entre 1554 et 1555, ainsi que son frère Francesco, entre 1558 et 1604, pratiquent également tous deux la justice civile à Vicence40.

15Dans sa politique menée en Terre Ferme, le patriciat vénitien a su jouer avec habilité à la fois sur l’idéal de consensus avec les élites, afin de préserver les équilibres sociaux et politiques locaux, et sur la recherche de nouveaux interlocuteurs qui puissent lui permettre de ne pas s’adresser directement aux aristocraties traditionnelles. Les notaires impériaux, ceux du moins qui sont parvenus à entrer dans les réseaux de pouvoirs urbains, ont cherché à intégrer le Collège des Notaires, malgré le réel ostracisme affiché par leurs membres, et figurent probablement comme des acteurs sociaux importants pour la Dominante, désireuse néanmoins de les contrôler. Le Collège, qualifié à la fin du XVIIe siècle par le généalogiste vicentin Francesco Tommasini d’hôpital des nobles pauvres, rend compte de fortes tensions qui mettent en évidence l’écart existant, dès le XVIe siècle, entre la norme juridique dictant les règles pour accéder au statut de citoyen, et la pratique, souple, révélatrice de l’intérêt porté par une partie de la noblesse de Vicence au talent et à l’argent. Groupe dynamique, les notaires ruraux, intégrés dans le monde citadin, et leurs proches aspirent à la maîtrise du droit, source de gains parfois importants et voie d’accès possible aux pouvoirs : non seulement le droit civil dans le cadre du notariat, mais aussi le droit pénal et l’activité d’homme de loi (causidico), qui les autorisent à intervenir dans les salles des tribunaux de Vicence et de la capitale.

Notes

1 Sur les notaires ruraux, L. Faggion, « Les notabilités rurales dans le Nord-est de l’Italie au XVIe siècle : les notaires, entre élites locales et aristocratie urbaine », P. Aubert, G. Chastagnaret, O. Raveux (dir.), Construire des mondes. Élites et espaces en Méditerranée, XVIe-XXe siècle, Aix-en-Provence, PUP, 2005 ; id., « Le notaire et le consensus à Trissino (Vénétie, 1575-1580) », G. Audisio (dir.), L’historien et l’activité notariale. Provence, Vénétie, Égypte, XVe-XVIIIe siècles, Toulouse, PUM, 2005. L’état des connaissances sur les notaires collégiaux reste partiel et insuffisant pour la Terre Ferme : cependant, lire C. Povolo, L’Intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, Cierre, 1997, p. 24-25, 42, 48 ; G. Bisazza, « Notai tristi e sufficienti. Il ceto notarile di Vicenza tra Cinque e Seicento », Società e storia, 59, 1993 ; G. Muraro, Il notariato vicentino. Storia del notariato sull’Altopiano dei Sette Comuni, Vicence, 1999 ; A. Muttoni, L’antico Collegio dei Notari e l’Archivio notarile di Vicenza, Vicence, 1906 ; M.P. Pedanis Fabris, « Veneta auctoritate notarius ». Storia del notariato veneziano (1514-1797), Milan, Giuffrè, 1996.

2 M.P. Pedanis Fabris, op. cit., p. 1-7 ; G. Muraro, op. cit., p. 157-168.

3 Archivio di Stato de Venise, Archivio proprio G.V. Pinelli, 2, carton I, « Rilatione di Vicenza di Mons. P.G. ». La province de Vicence est divisée en podestats, en vicariats et en Terres Séparées. Il existe onze vicariats majeurs et quatre mineurs.

4 Sur les marchands, P. Lanaro (dir.), La pratica dello scambio. Sistemi di fieri, mercanti e città in Europa (1400-1700), Venise, Marsilio, 2003 ; E. Demo, L’« anima della città ». L’industria tessile a Verona e Vicenza (1400-1550), Milan, Unicopli, 2001.

5 C. Povolo, L’Intrigo dell’onore…, op. cit., passim ; L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530-1730 env.), Genève, Slatkine, 1998, passim.

6 S. Zamperetti, « Poteri locali e governo centrale in una città suddita d’antico regime dal dopo Cambrai al primo Seicento », Storia di Vicenza, Vicence, N. Pozza, 1989, III/1, p. 67-113.

7 Archivio di Stato de Vicence [désormais : Arch. Stato de Vicence], Collège des Notaires [désormais : Coll. Not.], c. 133, f° 1 : In ogni tempo, écrivent-ils, per l’inviolabil giustitia et bontà di nostra Serenità è stata amata l’equalità dalla quale nasse la concordia et quiete de suoi fidelissimi sudditti da quella come da proprii figluoli desiderata, volendo sicome li poveri nodari per privilegio sostengono le gravezze […] parimente siano admessi a partecipare della utilità dell’officii publici del notariato aciochè li letterati et sufficienti col mezo de loro virtù et fatiche possino viver sotto la felicissima ombra di questo illustrissimo Dominio non di meno già alquanti anni appar che il contrario sia sta introdotto mediante alcune parti et capitoli particolari delli nodari di Collegio della Città predetta a lor proprio commodo et utilità introdotti contra il ben publico l’antiqua consuetudine et osservanza de primi institutarii et fondatori di tal Collegio attribuendo a se stessi et suoi descendenti come patrimonio et heredità il publico officio del notariato alli tribunali et officii di essa città un intollerabil danno et pregiudicio di essi nodari creati per privilegio quali l’anno 1547 in contraditorio giudicio con detti nodari del Colleggio furno con tutti li suffragii admessi et comprobati dalli eccellentissimi Signori Savii con l’auttorità dell’Illustrissimo Senato circa l’instrumentar et annotar ogni et qualunque sorte di scritture publiche […].

8 Arch. Stato de Vicence, Archivio Notarile [désormais : Arch. Not.], M.A. Locatelli, reg. 7329.

9 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G. Rossetti, reg. 7855.

10 S. Zamperetti, « I sinedri dolosi. Note sulla formazione e lo sviluppo dei Corpi territoriali nello Stato regionale veneto tra ‘500 e ‘600 », Rivista storica italiana, 99, 1987.

11 S. Zamperetti, « Poteri locali e governo centrale… », Storia di Vicenza, Vicence, N. Pozza, 1989, III/1, p. 107, n. 185.

12 L. Megna, « Storie patrizie. Note sulla nobiltà vicentina nel Seicento », Storia di Vicenza, Vicence, N. Pozza, 1989, III/1, p. 248-253.

13 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., c. 134, f° 27r°.

14 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., c. 134, f° 27r°. C’est ainsi que sept notaires, en leur nom et en celui de dix-sept autres absents, demandent le 8 mai 1545 que soient procureurs Camillo Rossi et Antonio Clemente. Il a été possible de relever, pour certains d’entre eux, les années d’activité pour lesquelles il reste des traces. Les sept maîtres sont, suivant l’ordre attribué dans l’acte notarié, Benedetto Migliorin (ou Megiorin, 1507-1548), Francesco Maria Locatelli (1532-1544), Francesco Arsiero (ou Posina, 1520-1570), Giovan Pietro dalla Valle (1517-1549), Vincenzo Piovene (1529-1560), Novello dalla Maddalena et Giovan Antonio Priante (1534-1569). Les dix-sept autres sont Giacomo Caldogno (1503-1561), son frère Marc’ Antonio Caldogno (prêtre, 1538-1561), Alfiero Presenziano (1528-1551), Castellano Brogliano (ou Castellan, 1508-1551), Stefano Padoan (ou Padovan, 1540-1547), Bartolomeo Barbieri (1529-1573), Giovan Battista de Rossetis, Giovan Giacomo Sartoris, Giovan Battista Vagenti (ou Vajenti, 1541-1588), Constantino Coquinati, Pietro Cogollo (1534-1597), Alessio de Corneto, Francesco Cassoni (1547-1560), Girolamo Rossetti (1551-1570), Pietro Grumolo (1542-1591), Melchiore Montanaro (1543-1548), Marc’ Antonio Locatelli (1541-1554). Girolamo Rosseti est en réalité un proche parent de Giovan Battista, dont le nom de famille a été retranscrit par « de Rossetis ». Giovan Battista figure aussi, en 1551, comme professeur de grammaire. Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G. Rossetti, reg. 7854 (acte du 21 juin).

15 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M. Locatelli (1537-1563), reg. 7086-7089.

16 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., c. 134, f° 27r°. Il n’a pas été possible de retracer la carrière de 35 notaires sur 148 mentionnés.

17 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Presenziano, c. 6768-6795, en particulier le registre 6768, f° 123v° : […] in communi pallatio in aulo magnificorum dominorum deputatorum. Girolamo Rossetti enregistre un acte dans le palais du podestat en 1551 (c. 7854), et Stefano Padoan le fait dans le palais de la Raison, notamment le 6 septembre 1541 et le 14 février 1542 (reg. 636), alors que Marchioro Montanaro le réalise également en toute impunité dès 1544 (c. 1135).

18 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Presenziano, reg. 6768, par exemple f° 51r°.

19 L. Faggion, Les Seigneurs du droit…, op. cit., passim. Aussi n’est-il pas rare de trouver dans les actes enregistrés par maître Alfiero Presenziano la mention de juges collégiaux tels Aurelio dall’Aqua, Camillo da Porto, Leonardo da Porto, Francesco Fortezza, Uberto Verlato, Girolamo dalla Volpe, Matteo da Schio. Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Presenziano, reg. 6768 (1528-1530), f° 135v° ; reg. 6769 (1531), f° 122r° (15 juin), 83r° (24 avril), 64v° (27 mars), 56v° (17 mars).

20 Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., reg. 122, f° 9r°. Ainsi, Giorgio Maria Presenziano, notaire collégial entre 1552 et 1602, présente, en 1569, à la direction du Collège la date de naissance des quatre fils de sa sœur Alda, afin de les voir reconnaître par ce corps de métier qui tient un registre de baptême des enfants de ses membres : Bernardino Ferretto, qui a vu le jour le 15 juillet 1550, et pratique le même métier que son oncle et son père Antonio entre 1572 et 1579 ; Alfiero (septembre 1553), Girolamo (15.05.1556) et Ferretto (24.06.1560). Seul Bernardino paraît avoir été à l’origine d’un lignage de notaires, deux de ses fils ayant exercé cette activité : Antonio, dès 1597, et Quirrin, à partir de 1603, morts en 1630, sans doute de la peste. Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Ferretto, reg. 9576-9584 ; Q. Ferretto, reg. 9825-9839.

21 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F.M. Locatelli, reg. 6920 ; M.A. Locatelli, reg. 7328-7330.

22 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F.M. Locatelli, reg. 6920.

23 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Locatelli, reg. 7328.

24 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Locatelli, reg. 7328.

25 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Caldogno, reg. 7116, par exemple f° 4v°.

26 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Caldogno, reg. 7116, f° 16v°, 18r° ; f° 51v° pour son domicile vicentin.

27 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F. Arsiero (ou Posina), reg. 6409.

28 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G.A Priante, c. 495 ; L. Faggion, op. cit., p. 206.

29 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., C. Brogliano (ou Castellan), c. 315 (1508-1551), c. 316 (1510-1549).

30 Voir l’acte de donation entre vivants accordée par Giovan Pietro Cassoni à ses fils Francesco et Alessandro qui vivent dans des conditions difficiles. Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G.A. Priante, c. 495 (5.11.1547).

31 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F. Cerato, reg. 8767, testament nuncupatif de Giovan Battista Vagenti (20.10.1593), lequel fait partie des notaires de la procuration impériale de 1545. Le juriste Adriano Vagenti est déjà décédé au moment de l’enregistrement de l’acte.

32 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., S. Padoan (ou Padovan), reg. 636.

33 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M.A. Caldogno, reg. 7117, f° 68r° (sentence arbitrale). Aussi le Magnificus et eques et iuris utriusque doctor Dominus Alessandro Zugliano, juge collégial, demande-t-il à maître Marc’ Antonio Caldogno d’enregistrer un acte de protestation (26.05, f° 31v°) ; 2.08.1553, f° 85v° (Galeazzo Ferramosca).

34 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M. Montanaro, c. 1135, notamment les 10.02.1546, 27.05.1546 et 4.03.1547.

35 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., M. Montanaro, c. 1135, 25.10.1548 (Melchioro Montanaro) ; 14.09.1547 (Constantino Coquinati) ; 10.05.1547 (Battista Vagenti ou Vajenti) ; 10.05.1547 (Antonio Clemente) ; 9.06.1548 (Benedetto Migliorin) ; 1.06.1548 (Angelo Padoan ou Padovan).

36 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., A. Presenziano, reg. 6768, f° 141v° (13 juin).

37 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G.A. Priante, c. 495, 5.11.1547. Ce précieux document souligne les difficultés économiques que devaient connaître à l’époque Francesco et Alessandro Cassoni, les fils les plus âgés de Giovan Pietro. Quant à Antonio, le troisième rejeton, notaire à l’instar de Francesco, déclaré mort en octobre 1567, il semble avoir connu un certain succès social, en étant parvenu à conclure une union matrimoniale entre sa fille Pelopida et le noble collégial Benedetto Bassan. Arch. Stato de Vicence, Coll. Not., reg. 122, f° 5v°.

38 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., F. Cassoni, c. 1524. Comme c’est l’usage, Francesco Cassoni est entouré de membres de sa famille. Ainsi son oncle Andrea, qui paraît jouer un rôle important, dont le fils Vincenzo est notaire entre 1558 et 1598 (reg. 737-740), figure souvent en qualité de témoin instrumentaire.

39 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., G. Coquinati, c. 6232-6244.

40 Arch. Stato de Vicence, Arch. Not., Alessandro Coquinati, fils de Girolamo (reg. 3025) ; son frère Francesco (reg. 744-745). Il y a aussi un certain Giovan Paolo Coquinati, originaire de la localité de Marostica, qui s’illustre dans le notariat entre 1559 et 1583 (reg. 762), ainsi que Leonida, fils de Giovan Antonio, né sans doute à Vicence, en fonction entre 1590 et 1628 (reg. 9382-9391). Son père Giovan Antonio, qui s’est établi peut-être assez tôt dans le chef-lieu provincial, est signalé dans des actes enregistrés au cours des années 1560 par maître Francesco Scalabrin, également critiqué en 1546, c. 501, f° 4v° (23.03.1562) ; f° 77v° (19.02.1565). Giovan Antonio a fait rédiger son testament chez le notaire Marc’ Antonio Chiupan en 1568 (21.07., reg. 7606).

Auteur

Histoire moderne, Université de Provence, UMR 6570 TELEMME, Aix-en-Provence

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540