Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le notaire

 | 
Lucien Faggion
, 
Anne Mailloux
, 
Laure Verdon

La figure du notaire : statuts, espaces, réseaux

Le latin des premiers notaires portugais : la formation individuelle et la praxis documentaire (1214-1223)

Filipa Roldão et Joana Serafim

Texte intégral

  • 1 Les premiers actes notariaux et les premiers notaires (tabeliães, en portugais) sont attestés dès (...)
  • 2 Sur la génèse du notariat au Portugal, voir : H. Barros, História da Administração Pública em Port (...)
  • 3 Sur la notion d’acte privé voir : O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique Médiévale, T (...)

1Le notariat public a été institué pour la première fois au Portugal pendant le règne d’Alphonse II (1211-1223) – vraisemblablement dès l’année de 12141 –, en résultat d’une initiative prise par le pouvoir royal dans les plus importantes villes du territoire qui lui était soumis2. Les premiers notaires sont un groupe d’officiers de l’écrit, investis par le roi comme personae publicae, qui rédigent des actes divers, irréfutables en justice, surtout ceux concernant les affaires juridiques relevant du droit privé, comme les donations, les ventes, les testaments, parmi d’autres. En ce sens, on peut considérer l’introduction du notariat public au Portugal comme un vrai projet politique, qui visait à normaliser la production des documents, surtout les actes privés3, à travers la réglementation de l’activité de « fonctionnaires » de l’écriture, c’est-à-dire des notaires nommés par le roi dans chaque ville. Dans les instrumenta publica, ces individus souscrivaient toujours, en effet, comme « notaires du roi » dans les villes.

  • 4 H. Vilar, D. Afonso II, Lisboa, Círculo de Leitores, 2005, p. 166. Ce livre sur le roi Alphonse II (...)
  • 5 Ibidem, p. 150-178.

2Cependant, l’institution du notariat n’a pas été un acte isolé, mais fut partie intégrante d’une véritable volonté politique de la part du souverain, visant à asseoir son pouvoir sur l’usage de plus en plus fréquent de l’écrit. Ainsi, selon la plus récente biographie du roi Alphonse II, le notariat ne fut que l’une des initiatives du roi au sein «  d’une plus vaste politique de réforme administrative »4 menée pour le renforcement de son pouvoir. De manière presque concomitante avec l’instauration du notariat public, Alphonse II fut, en effet, à l’origine d’enquêtes générales, à visée fiscale, sur la possession des terres du royaume, et institua le premier registre de chancellerie royale, un fait inédit et très novateur pour une monarchie du début du XIIIe siècle5.

  • 6 Il s’agit surtout des cas des chanceliers Julião Pais (1183-1215) et Gonçalo Mendes (1215-1224/122 (...)
  • 7 Dans la biographie du roi Alphonse II, Hermínia Vilar souligne l’importance de la chancellerie roy (...)

3En vérité, la promotion de toutes ces initiatives était due au roi directement et à ses collaborateurs les plus proches, notamment ceux qui exerçaient les plus hautes charges au sein de la chancellerie royale6. Les historiens et les spécialistes de diplomatique portugais n’ont pas encore défini les voies par lesquelles la pratique du notariat a pu être importée au Portugal. On pense que le notariat public portugais a été instauré par l’influence des cercles érudits de la Cour, et qu’il est sans doute né des pratiques de la chancellerie centrale7. La cour portugaise au XIIIe siècle, comme la plupart des cours souveraines occidentales à la même époque, est un haut lieu de la culture lettrée, fondée notamment sur le savoir juridique mis au service de la construction de l’autorité souveraine.

  • 8 Voir sur les pratiques de l’écrit, A. Guerra, Os Diplomas privados em Portugal dos séculos IX a XI (...)
  • 9 Sur la production de documents et leurs agents dans les villes portugaises pendant l’introduction (...)

4Au contraire, cependant, de ce qui se passe dans d’autres royaumes dotés précocement d’un notariat public, les gouvernements des villes portugaises ont joué un rôle tout à fait secondaire dans le processus de création du notariat. En effet, il est désormais acquis que le développement du notariat dans les villes du royaume est le fruit du travail des notaires eux-mêmes, ainsi que des scribes à leur service, qui ont peut-être assuré la « transition pacifique » entre les pratiques d’écriture traditionnelles qu’ils utilisaient dans leur pratique privée8 et celles du notariat public9. Ainsi, la diffusion du notariat au Portugal ne s’est pas faite ex nouo.

  • 10 Sur l’enseignement du clergé, S. Gomes, « A religião dos clérigos : vivências espirituais, elabora (...)

5Toutefois, on méconnaît les conditions de formation des premiers notaires portugais. En ce qui concerne leur formation élémentaire, notamment l’apprentissage de la langue latine, elle fut possiblement acquise dans les écoles des monastères, des chapitres cathédraux et dans les paroisses. En effet, la plupart des scribes du XIe et du XIIe siècle sont des clercs10.

6Par rapport à l’exercice concret du métier, l’introduction du notariat public apporte quelques modifications des pratiques et exige notamment une formation technique et juridique des notaires dans les matières spécifiques de l’ars notariae. Ces connaissances techniques, liées à la rédaction des textes, ont été sûrement transmises avant l’apparition du premier acte notarial conservé dans les archives et du premier notaire « dit du roi ». Pourtant, en raison du manque de sources historiques, on ne sait pas comment, ni par quels moyens, l’ars notariae s’est répandu dans le royaume ; on ne connaît pas non plus les procédés de cet enseignement, les lieux précis où il se déroulait ni les noms et la provenance des maîtres.

7Dès les débuts de la formation individuelle de chaque notaire à la praxis documentaire, la langue d’expression écrite qu’ils emploient est toujours le latin. Quel était, alors, le niveau de latin de ces premiers notaires publics au Portugal entre 1214 et 1223 ?

  • 11 Ces actes notariaux ont été publiés au Portugal par B. Sá-Nogueira, op. cit., 2005.
  • 12 Il s’agit de Santarém, Guimarães, Viseu, Panóias, Covilhã, Bragança, Nóbrega/Valdevez, Ponte de Li (...)
  • 13 B. Sá-Nogueira, op. cit., 1996, p. 71-77.

8Pour répondre à cette question, nous avons analysé un ensemble de documents rédigés par les notaires du roi11, couvrant presque une vingtaine de circonscriptions administratives comprises au nord du Tage12. Parmi ces actes, nous avons choisi ceux qui correspondent à la typologie la plus répandue dans ce corpus : les chartes de vente13.

9L’analyse de la langue latine des textes de ces actes sera menée en deux temps : une première partie est consacrée au latin des formulaires, tandis qu’une seconde étudie le latin employé dans la dispositio.

Le latin des formulaires

  • 14 Ibid., p. 76-77.

10En ce qui concerne les formulaires notariaux, Sá Nogueira, sans sa thèse de doctorat sur la genèse du notariat public au Portugal, a proposé une distinction fondée sur leur qualité juridique : on peut, ainsi, identifier un groupe « innovant », composé par les actes rédigés par les notaires de Lisbonne, Sintra et Torres Vedras, dont les formulaires étaient très proches de ceux utilisés au nord de l’Italie, et un groupe « conservateur », constitué par les textes produits par les notaires de toutes les autres circonscriptions, qui emploient des formules plus traditionnelles, suivant le modèle des chartes émises avant la période d’essor du notariat public au Portugal14. Nous avons adopté a priori cette distinction en deux groupes, afin de vérifier sa pertinence dans l’analyse du niveau de latin de ces notaires.

11Ainsi, notre recherche montre que le latin des formulaires conservateurs est simple et sans préoccupations stylistiques ou esthétiques, mais qu’il est aussi efficace. En revanche, le latin utilisé dans les formulaires du groupe dit innovant se caractérise par son érudition, parfois proche de celle de l’époque classique, ce qui ne se trouve pas facilement dans les textes notariaux. Voyons quelques exemples, à travers la rédaction des formulaires des chartes.

  • 15 Quelquefois, les textes de ce groupe traditionnel ne comportent même pas d’invocation.

12L’invocation du groupe innovant, constituée par la formule : In nomine Sancte et Individue Trinitatis Patris et Filii et Spiritu Sancti amen, révèle, d’abord, une plus grande complexité qui contraste avec celle du groupe traditionnel qui use de la formule plus lapidaire : In Dei nomine15.

13La notification est seulement présente dans le groupe innovant et témoigne d’un bon niveau de latin : la formule la plus courante est : Notum sit omnibus uitam agentibus ; elle peut, cependant, connaître deux petites variantes, l’une à Lisbonne, sous la plume du scribe João Esteves (Notum sit omnibus presentem paginam inspecturis), et l’autre à Torres Vedras (Notum sit omnibus hominibus tam presentibus quam futuris). Dans le groupe traditionnel, en revanche, on relève un seul cas de notification dans une charte unique émise à Viseu : Noscant omnes hominibus qui hanc kartam legerint uel legere audierint ; les actes émis dans les autres circonscriptions ne comportent pas de notification, leur texte commençant directement par un intitulé : Hec est karta venditionis et firmitudinis quam jussimus facere ou alors ego […] facio kartam venditionis.

14Toutes les autres formules employées dans les chartes émises par le groupe innovant comportent des traces d’érudition. Nous remarquons, ainsi, l’emploi de tournures latines particulières, telles que la phrase infinitive, le gérondif, l’ablatif absolu, les participes futurs et quelques vocables employés, d’habitude, dans les textes littéraires ; les termes sont aussi placés dans la phrase d’accord selon les règles de la grammaire latine et les notaires n’utilisent presque pas de prépositions. Observons, à titre d’exemple, le bon niveau de latin et l’originalité de la souscription des chartes de vente rédigées par le notaire Pedro Rol :

Ego autem Petrus Raolis primus et publicus tabellio domini regis Alfonsi juratus in Ulixbona vidi audivi interfui et scripsi et hoc signum apposui et hoc instrumentum uno proprio sigillo bullavi. Quia si predictum sigillum vel pars quelibet ipsius per vetustatem vel quamlibet corruptionem deturpetur vel obliteretur vel aliquo quocumque modo pereat in toto vel in parte nichilominus predictum instrumentum permaneat in vigore suo et per omnia censeatur auctenticum propter signum mei tabellionis.

15Le latin des formules du groupe conservateur n’est pas si recherché, en dépit du fait qu’il présente souvent quelques constructions spécifiques de la langue latine et qu’il est d’un niveau de langue correct. Cependant, ce groupe adopte une langue plus proche du portugais, mêle au latin quelques expressions orales et use d’une orthographe variable, comme l’atteste le terme karta (charte), souvent écrit dans ces textes avec un « k », alors que les actes du groupe innovant l’orthographie systématiquement avec un « c », comme en latin classique.

16Pour mieux comprendre la différence de niveau de latin employé dans les deux groupes de formulaires, comparons la souscription citée ci-dessus avec celle de deux chartes de vente issues du groupe conservateur, la première émise à Lafões et la seconde à Viseu :

Ego Vincentius Martiniz qui hanc kartam jussi facere a tibi Alfonsus Ermigiz et uxor tua Maria Martiniz in manus vestras roboro.

Nos supranominatus qui hanc cartam jusimus facere coram idoneis testibus manibus nostras roboramus.

17Il convient de souligner que le latin de qualité et d’une certaine complexité, trouvé dans les formulaires des chartes de vente de Lisbonne, Sintra et Torres Vedras, est absolument exceptionnel parmi l’ensemble des actes émis par les notaires publics portugais du XIIIe siècle. En effet, ces formulaires innovants ont été introduits par Pedro Rol qui fit, très probablement, ses études hors du Portugal, ce que pourrait justifier les singularités et la qualité uniques des formulaires du premier notaire de Lisbonne, dont les actes égalent par leur qualité ceux des notaires les plus novateurs de la Chrétienté. Il est possible que ce notaire ait enseigné ses connaissances techniques aux notaires qui instrumentaient dans les villes les plus proches de Lisbonne, comme Sintra et Torres Vedras. Grâce à sa solide formation dans l’ars notariae, Pedro Rol fut, en outre, un citoyen influent de Lisbonne, alliant à sa condition d’homme lettré, et à son statut probable de juriste, les atouts d’un réseau de parenté influent, dont quelques membres étaient très bien placés dans le royaume et en dehors. Pedro Rol faisait, en effet, partie d’un milieu érudit, au sein duquel les études supérieures en Droit allaient de pair avec des contacts fréquents avec l’extérieur du royaume.

18Le latin de Pedro Rol était-il aussi correct dans les parties « improvisées » du document, c’est-à-dire dont la rédaction ne répondait pas aux règles précises de la diplomatique ? Passons, ainsi, à l’analyse de la dispositio.

Le latin de la dispositio

19La dispositio expose les faits juridiques spécifiques du negotium au cœur de l’acte, c’est-à-dire l’objet de la vente et sa caractérisation, en faisant une description très détaillée de toutes les informations nécessaires à la réalisation de la vente. Tout est, donc, bien identifié : les noms des vendeurs et des acheteurs, le bien acquis, sa localisation et ses attributs, les conditions de la transaction et, parfois, quelques particularités des témoins présents dans l’acte, comme leurs métiers, leurs origines ou leur parenté. Tous ces éléments ne se trouvent pas dans les formules notariales traditionnelles déjà connues des notaires au début du XIIIe siècle ; en revanche, ces informations sont tout à fait spécifiques et particulières à chaque acte et circulaient surtout oralement et presque sûrement en portugais. Il revenait ainsi au notaire de jouer un rôle d’intermédiaire culturel important, en transposant à l’écrit et en traduisant en latin ces éléments. C’est précisément ce travail qui porte trace du vrai niveau de latin des notaires, car ceux-ci étaient alors obligés d’appliquer toutes les règles grammaticales de la langue latine, de décliner chaque mot et d’employer chaque cas selon sa fonction syntaxique dans la phrase, pour obtenir un texte correct.

20Face à cette nouvelle exigence, nous observons deux attitudes différentes : les notaires qui connaissent mieux le latin utilisent, en général, les mots latins déclinés et employés correctement dans la phrase. Devant des termes portugais sans équivalents latins, notamment les vocables d’origine arabe, nous constatons que ces notaires adaptent la racine des mots non-latins aux règles des déclinaisons latines. En revanche, les notaires qui ont une formation latine moins solide écrivent directement les expressions en portugais, utilisent les prépositions à la place des cas, et ne respectent pas la syntaxe latine, produisant, quelquefois, un texte très confus.

21En général, les chartes émises à Lisbonne ont un bon niveau de latin, mais pas du tout équivalant au latin « raffiné » de leurs formulaires étudié précédemment. En effet, nous observons, de manière un peu surprenante, quelques erreurs au moment d’appliquer les règles de la grammaire latine, notamment en ce qui concerne l’emploi des pronoms relatifs, la déclinaison de certains mots et la concordance grammaticale. Nous constatons aussi une tendance à utiliser la préposition « de » pour déterminer la possession, au lieu de l’emploi correct du génitif. À cette époque, l’utilisation des prépositions était, en vérité, très fréquente dans toutes les langues d’origine latine, mais on aurait attendu, surtout s’agissant des actes émis de la main de Pedro Rol, un latin semblable à celui des formulaires qui ne comportait jamais ce genre de constructions vernaculaires. On peut faire les mêmes constatations à propos des textes émis à Sintra et Torres Vedras. Le notaire de Torres Vedras possède, malgré tout, un niveau de latin correct, mais celui de Sintra est beaucoup plus mauvais et donne l’impression de ne pas connaître les déclinaisons, car il emploie les cas sans aucune rigueur et mêle le portugais au latin dans les phrases.

22Le latin du groupe des formulaires traditionnels est plus hétérogène, probablement parce que ce groupe comporte aussi plus de documents. En général, les notaires instrumentant dans la majorité des circonscriptions de ce groupe possèdent un latin de niveau intermédiaire qui tend à être mauvais, avec quelques imprécisions et erreurs, surtout en ce qui concerne les déclinaisons et l’application des cas. Les actes de la circonscription de Santarém, par exemple, présentent un latin très « rustique ». À Viseu, nous assistons à une situation très intéressante : quand les chartes sont écrites par le notaire Estêvão, le latin employé est d’un niveau très faible, tandis que, quand le document est écrit de la main du notaire Gonçalo, on se trouve en présence d’une charte rédigée correctement dans l’ensemble, en dépit de quelques erreurs. À Guimarães et, surtout, à Coimbra, les textes sont écrits dans un latin correct, fluide et clair, quoiqu’à Guimarães il soit un peu irrégulier en raison du grand nombre de rédacteurs (deux notaires, deux vice-notaires et cinq scribes), tandis que la ville de Coimbra ne compte à peine que trois scribes et un notaire.

23Au niveau du vocabulaire utilisé dans les chartes de vente, les notaires qui ont une connaissance meilleure de la langue latine emploient très fréquemment les vocables latins et non les termes vernaculaires. Par exemple, les scribes de Lisbonne utilisent les mots latins aurifex, piscator, portionarius, soror et sponsus en lieu et place des mots portugais. Dans le même temps, nous trouvons aussi quelques termes écrits de manière incorrecte par ces mêmes notaires, ce qui signifie que, parfois, ils ne connaissaient pas le mot latin ; ils pratiquaient, alors, ce qu’on appelle une ‘hypercorrection’, c’est-à-dire qu’ils essayaient de retrouver le mot latin oublié à partir de la forme lexicale portugaise, dont le résultat était un mot portugais « latinisé » : c’est le cas de incressus (au lieu de ingressus), suprinus (au lieu de sobrinus) ou via puplica » (à la place de via publica).

  • 16 Cette transformation se comprend par l’évolution du groupe « -li- » latin devenu « -lh- » en portu (...)

24Quand les mots n’existaient pas en latin, les notaires étaient obligés d’utiliser la langue vernaculaire. Les notaires les plus scrupuleux rapprochaient ces mots portugais de la langue latine en les adaptant aux désinences latines : par exemple, zapatarius (sapateiro en portugais moderne) est un mot probablement d’origine turque auquel on a ajouté le suffixe latin -arius (en portugais -eiro), utilisé pour désigner les noms des personnes qui exercent un métier. La même constatation peut être faite pour le nom des personnes dont l’origine n’était presque jamais latine ou traduisait une caractéristique personnelle de l’individu ou de sa famille. Par exemple, l’anthroponyme très fréquent (encore aujourd’hui) Carvalho est transposé par le scribe de Pedro Rol, João Estêvão (Lisbonne), dans la forme plus « latine » Carvalius16 ; de même, le sobriquet Bafo de Mar (« bouffée de mer ») est adapté au latin par ce même scribe en un très amusant : Bafo Maris. Peut-être les scribes et les notaires pensaient-ils que ces adaptations donnaient au texte un tour plus latin, donc, aussi plus élégant ?

25Dans tous les textes, et plus particulièrement dans ceux où le niveau de latin est bas, on trouve des passages où le portugais se mélange avec le latin, surtout dans les parties consacrées à la description du bien acquis, comme, par exemple dans ces quelques formules :

in directo per a Milariza (Coimbra)
cum una figueira et cum suo exido (Guimarães)
ipsud casale fuit de meo avo Fernando Bispo (Guimarães)
de ipso casali quam gaanauit socer meus (Guimarães)
hereditate plantada et por plantar (Viseu)
insuper peitemus CC morabitinos (Viseu)
ex parte tecum comparador et per ipsa leira episcopo (Viseu)
cum suas aquas... cum totis suis terminos novis et antiquos, cum totis
suas entradas, exitos (Viseu)
Petrus Laurentius tabellion (Ferreira)
... est prenominato uno casale in qua morou Ravon (Lafões)
Pelagius ramirez genrro de Martino velio escudario (Santarém)
contra ad orientem (Santarém)
cum suo quinon de lagare quanto ibi abemus (Sintra)
vobis pretorem Petrum Pelagii (Lisbonne)

26Tous les textes présentent, ainsi, quelques erreurs, soit au niveau des déclinaisons ou de la syntaxe latine, soit à cause de l’excès de prépositions employées ou de l’inexistence de vocables en latin équivalents aux vocables vernaculaires, issus du latin vulgaire ou de provenance non latine. Ce phénomène en particulier est évident quand il s’agit du vocabulaire relatif aux métiers (alfaiate, almozarife, freire, garda) ou à la vie agricole (albergaria, aziaga, alcaidaria, garnachia, herencia, leira, rego, rua, senara, varzea).

Conclusion

  • 17 A. Emiliano, « Considerações sobre o estudo da documentação notarial anterior ao século XIII », Ac (...)

27Du point de vue linguistique, les actes notariaux que nous avons étudiés dans cet article ont été produits à un moment où le latin et le portugais commençaient à s’éloigner l’un de l’autre et à former deux langues indépendantes. En effet, les premiers textes en portugais conservés sont datés du XIIe siècle ; l’émergence de la langue vernaculaire, qui était déjà présente dans l’oralité, forme ainsi également le contexte de l’essor de la langue écrite. En outre, les actes furent de manière obligatoire rédigés en portugais sur ordre du roi Denis, durant la fin du XIIIe siècle. Cela signifie qu’au moment où le notariat public était déjà consolidé, on assiste à un processus de « délatinisation progressive de l’écrit notarial hispanique qui ouvre le chemin à l’émergence d’orthographes vernaculaires autonomes et différenciées »17, un phénomène qui se répercute aussi sur le niveau du latin employé par les notaires.

28Du point de vue de la formation des notaires, la différence entre la qualité du latin des formules et celui des parties non soumises aux règles de la diplomatique s’explique facilement. En effet, les formulaires notariaux présents dans les trois parties fondamentales d’un acte – le protocole, le texte et l’eschatocole – ne permettent l’observation que d’un latin peut-être appris par cœur ou dicté par quelqu’un ou même tiré d’un manuel de formules spécialement conçu pour la formation au métier de notaire. Il est ainsi probable que l’emploi d’un bon latin dans ces formules, c’est-à-dire un latin qui s’approche de celui des formules notariales courantes chez les notaires d’Italie du Nord ou de France, correspond à un latin utilisé par un notaire qui a fait peut-être ses études à l’étranger ou qui a eu une connaissance privilégiée de ce milieu. En revanche, dans la dispositio, la distinction de niveau de langue entre le latin des groupes innovant et conservateur n’existe pas. Dans les parties de l’acte non soumises à des normes de rédaction, en particulier lorsqu’il s’agit de faire figurer des informations spécifiques, le notaire se trouve alors entièrement tributaire de la qualité de sa formation initiale. Dans cette partie du texte, nous remarquons ainsi des niveaux très divers de latin, même parmi ceux des notaires qui usaient d’un latin très semblable dans les formulaires notariaux. Ces différences sont dues, naturellement, aux différences de maîtrise de la langue latine par les notaires.

29Une fois esquissé ce cadre général sur le latin utilisé par les premiers notaires portugais, il faut, pour conclure, réfléchir à une dernière question : le pouvoir royal – responsable du développement des pratiques notariales au Portugal – a-t-il aussi désiré contrôler le niveau de latin des notaires publics ?

  • 18 En ce qui concerne la chancellerie royale, nous avons vérifié une tendance semblable par rapport a (...)

30Si l’on s’en tient aux formulaires des textes, on peut supposer que les cercles érudits liés au roi ont contribué probablement à la formation directe des premiers notaires du règne dans l’ars notariae et ont peut-être vérifié aussi l’utilisation correcte de ces formules. D’autre part, les scribes au service de ces notaires ont peut-être acquis leurs techniques notariales auprès de ceux-ci. En revanche, il nous semble qu’au moment d’instituer le notariat, le pouvoir politique n’a eu aucun souci du niveau de la langue latine utilisée par ces notaires dans les parties non normalisées des textes18.

  • 19 Il reste à analyser la dispositio des textes émis par les notaires postérieurs, ceux de la deuxièm (...)

31En ce sens, si le notariat a bien été un projet royal pour contrôler la validité de la production documentaire privée du royaume, il ne fut pas un « projet linguistique » qui aurait visé à normaliser le niveau de latin employé par les notaires, comme cela se vérifie pour le premier groupe des notaires et leurs scribes, entre les années de 1214 et 122319.

Notes

1 Les premiers actes notariaux et les premiers notaires (tabeliães, en portugais) sont attestés dès l’année 1214 dans quelques villes du royaume. Voir l’édition des premiers textes notariaux : B. Sá-Nogueira (éd.), Portugaliae Tabellionum Instrumenta. Documentação Notarial Portuguesa. 1214-1234, Lisboa, Centro de História, 2005.

2 Sur la génèse du notariat au Portugal, voir : H. Barros, História da Administração Pública em Portugal nos séculos XII a XV, 2ª ed., vol. VIII, Lisboa, 1950, p. 368-375 ; E. Nunes, « Martim Martins, primeiro tabelião de Guimarães », Actas do Congresso Histórico de Guimarães e sua Colegiada, vol II, Braga, 1981 ; B. Sá-Nogueira, Tabelionado e instrumento público em Portugal. Génese e implantação (1212-1279), 3 vols. Thèse de doctorat présentée à la Faculté de Lettres, Université de Lisbonne, 1996 ; S. Gomes, « O notariado medieval português. Algumas notas de investigação », Humanitas, LII, Coimbra, 2000, p. 241-286. Il faut également signaler l’étude sur le notariat public au Portugal aux XIVe et XVe siècles : M. H. Coelho, « Os tabeliães em Portugal, perfil profissional e sócio-económico », Estudos de Diplomática Portuguesa, Lisboa, Edições Colibri, 2001, p. 93-137.

3 Sur la notion d’acte privé voir : O. Guyotjeannin, J. Pycke, B.-M. Tock, Diplomatique Médiévale, Turnhout, Brepols, 1993, p. 103-221 et A. Pratesi, Génese e Forme del Documento Medievale, Roma, Jouvence, 1987, p. 30-34.

4 H. Vilar, D. Afonso II, Lisboa, Círculo de Leitores, 2005, p. 166. Ce livre sur le roi Alphonse II fait partie d’une très récente collection de biographies de tous les rois portugais.

5 Ibidem, p. 150-178.

6 Il s’agit surtout des cas des chanceliers Julião Pais (1183-1215) et Gonçalo Mendes (1215-1224/1226) – Ibidem, p. 150-166.

7 Dans la biographie du roi Alphonse II, Hermínia Vilar souligne l’importance de la chancellerie royale dans l’institution du notariat et dans la formation technique des premiers notaires. En ce sens, pour l’auteur, il faut placer le début de la planification du notariat dans la première décennie du XIIIe siècle, entre la fin du règne de Sanche Ier (1185-1211) et les années initiales du règne d’Alphonse II – Ibidem, p. 176-177.

8 Voir sur les pratiques de l’écrit, A. Guerra, Os Diplomas privados em Portugal dos séculos IX a XII. Gestos e atitudes de rotina dos seus autores materiais, Lisboa, Centro de História da Universidade de Lisboa, 2003.

9 Sur la production de documents et leurs agents dans les villes portugaises pendant l’introduction du notariat public, voir F. Roldão, Escrita e poderes urbanos nos concelhos de Coimbra, Santarém e Lisboa (1179-1325). Mémoire de maîtrise en Paléographie et Diplomatique, présenté à la Faculté de Lettres, Université de Lisbonne, 2006.

10 Sur l’enseignement du clergé, S. Gomes, « A religião dos clérigos : vivências espirituais, elaboração doutrinal e transmissão cultural », História Religiosa de Portugal, vol. 1, Centro de Estudos de História Religiosa da Universidade Católica Portuguesa, 2000, p. 400-417.

11 Ces actes notariaux ont été publiés au Portugal par B. Sá-Nogueira, op. cit., 2005.

12 Il s’agit de Santarém, Guimarães, Viseu, Panóias, Covilhã, Bragança, Nóbrega/Valdevez, Ponte de Lima, Penela, Leiria, Ferreira, Lafões, Lamego, Vouga, Óbidos, Torres Vedras, Sintra, Lisboa et Coimbra. Voir carte en annexe.

13 B. Sá-Nogueira, op. cit., 1996, p. 71-77.

14 Ibid., p. 76-77.

15 Quelquefois, les textes de ce groupe traditionnel ne comportent même pas d’invocation.

16 Cette transformation se comprend par l’évolution du groupe « -li- » latin devenu « -lh- » en portugais.

17 A. Emiliano, « Considerações sobre o estudo da documentação notarial anterior ao século XIII », Actas do IX Encontro Nacional da Associação Portuguesa de Linguística, 1994, p. 195-210.

18 En ce qui concerne la chancellerie royale, nous avons vérifié une tendance semblable par rapport au niveau de latin utilisé par ses notaires dans quelques textes analysés, notamment dans les chartes de foral. En effet, la qualité du latin écrit était surtout le résultat de la formation individuelle de chaque scribe. À ce sujet, voir F. Roldão, J. Serafim, « Modelo e variantes : o léxico dos forais portugueses do modelo Ávila-Évora (séculos XII e XIII) », IV Congresso Internacional de Latim Medieval Hispânico. Lisboa, 12-15 de Outubro de 2005, Lisboa, Centro de Estudos Clássicos, 2006, p. 829.

19 Il reste à analyser la dispositio des textes émis par les notaires postérieurs, ceux de la deuxième phase de l’introduction du notariat au Portugal, grosso modo à partir de 1248 jusqu’au règne de Denis (1279-1325), pour vérifier la qualité du latin et, par conséquent, de la formation des notaires. Le manque d’un intérêt royal relatif à la bonne formation individuelle des scribes et notaires publics reste donc à confirmer pour les années postérieures.

Auteurs

Histoire médiévale, Université de Lisbonne, Portugal

Histoire médiévale, Université d’Aveiro, Portugal

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540