Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le notaire

 | 
Lucien Faggion
, 
Anne Mailloux
, 
Laure Verdon

La figure du notaire : statuts, espaces, réseaux

Le notaire, figure oubliée de l’Inquisition. L’exemple du diocèse de Lausanne (XVe siècle)

Georg Modestin et Martine Ostorero

Texte intégral

L’élaboration des actes de procès

  • 1 J. H. Arnold, Inquisition and Power. Catharism and the Confessing Subject in Medieval Languedoc, P (...)
  • 2 J.-M. Vidal, Bullaire de l’Inquisition française au XIVesiècle et jusqu’à la fin du Grand Schisme, (...)
  • 3 J.-M. Vidal, Le tribunal d’Inquisition de Pamiers, Toulouse, Privat, 1906, p. 93-94, 101-109, cita (...)

1Dans ses réflexions sagaces sur la construction des aveux au fil d’un procès d’inquisition, John H. Arnold a récemment souligné, comme d’autres l’avaient par ailleurs fait avant lui, que les actes de procès n’étaient pas des procès-verbaux fidèles, relatant mot à mot ce qui avait été dit devant le tribunal, mais des élaborations postérieures, traduites, structurées et condensées par les scribes de l’Inquisition. Leur rôle devait donc être considérable, sans que l’auteur ne leur prête une attention particulière1. Il n’est pas le seul. Un des doyens des études sur l’Inquisition, Jean-Marie Vidal, avait même, dans son « Bullaire de l’Inquisition française au XIVe siècle » paru en 1913, relégué les notaires parmi le « personnel subalterne », simplement parce que, pour reprendre ses propres mots, son recueil de sources ne lui fournissait pas l’occasion d’en parler longuement2. Ne soyons pas injustes : dans son étude, pionnière à plusieurs égards, sur un tribunal particulier, celui de Pamiers présidé par le célèbre Jacques Fournier, le même Vidal avait quelques années auparavant souligné l’importance de cet « auxiliaire indispensable » qu’était le notaire, en repérant systématiquement les scribes du registre d’inquisition de Pamiers. « Après le lieutenant de l’inquisiteur, c’est le greffier qui tient », affirmait Vidal, « la première place dans un tribunal d’Inquisition », et de remarquer que les notaires pouvaient être chargés de commissions subordonnées, par exemple de citer des gens3.

  • 4 C. Bruschi, « “Magna diligentia est habenda per inquisitorem” : Precautions before Reading Doat 21 (...)
  • 5 Citons L. Albaret (dir.), Les Inquisiteurs. Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc (XIIIe- (...)

2Beaucoup plus proche de nous, Caterina Bruschi a énuméré dans une belle leçon de méthode les « filtres » dont un lecteur moderne de sources inquisitoriales doit tenir compte. Elle soulève dans ce contexte le poids du greffier dans la rédaction des actes de procès : quoique placé sous l’autorité de l’inquisiteur, le notaire devait être en mesure d’isoler les données importantes dans les dépositions – que l’on s’imagine parfois confuses et balbutiantes – des prévenus4. Il y a donc un accord de principe sur l’impact à attribuer aux notaires, véritables producteurs des sources dont nous sommes tributaires, mais nous savons relativement peu à leur sujet, du fait que l’historiographie sur l’Inquisition s’est concentrée sur les victimes de l’office de la foi, avant de tourner son regard progressivement vers les inquisiteurs, leurs itinéraires et leurs carrières5.

  • 6 Voir les travaux publiés par l’Université de Lausanne dans les Cahiers lausannois d’histoire médié (...)
  • 7 Voir M. Ostorero, K. Utz Tremp, en collaboration avec G. Modestin (éd.), Inquisition et sorcelleri (...)
  • 8 G. Modestin, « Le tribunal d’inquisition et son personnel. Une étude prosopographique », à paraîtr (...)

3Nos propres recherches s’inscrivent dans une série de travaux effectués depuis plus d’une quinzaine d’années à l’Université de Lausanne (initiés par le professeur Agostino Paravicini Bagliani) sur la répression de la sorcellerie menée en Suisse romande avec le concours de l’Inquisition dès les années 1430 et jusqu’au début du XVIe siècle. Une trentaine de procès conservés aux Archives cantonales vaudoises ont fait l’objet d’explorations micro-historiques depuis 19896 ; les derniers sont en voie d’édition. Il est maintenant possible de porter une réflexion d’ensemble sur le premier siècle de chasses aux sorciers dans nos régions7, notamment sur l’activité de l’Inquisition : une étude prosopographique des membres du tribunal d’inquisition pour les diocèses de Lausanne, Genève et Sion à la fin du Moyen Âge, à paraître prochainement8, a d’ailleurs fourni la base des résultats de notre présente contribution.

  • 9 Voir F. Wigger, Die Anfänge des öffentlichen Notariats in der Westschweiz bis zur Mitte des XIV. J (...)

4En ce qui concerne l’histoire du notariat en Suisse romande, et en particulier dans le diocèse de Lausanne, on dispose de quelques travaux, qui sont cependant pour une partie centrés sur les débuts du notariat public au XIIIe siècle, concurrencé quant à lui par les jurés des cours ecclésiastiques et laïques9. Aucun ne thématise cependant le rôle des notaires au sein du tribunal d’inquisition, observable seulement depuis la première moitié du XVe siècle.

  • 10 Sur les différents types de documents précédant la rédaction d’un acte, voir par exemple F. Wigger(...)
  • 11 Ces passages ont été édités par E. Maier, op. cit., p. 356-358 et 360. À leur sujet voir aussi G. (...)

5S’il est indubitable que la fonction première des greffiers de l’Inquisition consistait à enregistrer les procès-verbaux des séances successives, nous savons peu, du moins en Suisse romande, sur leur façon de travailler : certes, suivant la mise en page plus ou moins soignée des actes, le nombre de ratures et de rajouts, on pense avoir devant soi un « brouillon » ou une seconde version mise au net. Ce qui manque en règle générale dans la documentation, ce sont les notes prises sur le vif, véritables matrices des actes à établir dans un second temps10. Le seul exemple connu où deux versions de la même séance ont été conservées par hasard date de 1477 : lors de l’élaboration du brouillon, le notaire a restitué où cela était nécessaire la forme « dialoguée » de l’interrogatoire en rajoutant des interrogata – dixit. Mais ce qui est plus important : il a complété les aveux de mémoire. Exemple saillant : dans le brouillon manque le passage intercalé dans la copie selon lequel les sectaires, hommes et femmes, auraient eu des rapports ultra naturam à la suite de leur festin11. Cette observation soulève la question de la « gestion » des informations : le scribe s’était-il lui-même rappelé cet élément ou l’inquisiteur le lui avait-il « soufflé » ?

Le notaire, agent de l’Inquisition

  • 12 Pour le détail des références concernant chaque notaire, voir G. Modestin, « Le tribunal d’inquisi (...)

6Le notaire à l’œuvre en 1477 signait Ducrêt (De Cresto). Le même nom se rencontre sur un deuxième procès de la même année et un procès de 1479, tous les trois tenus dans le château épiscopal à Ouchy près de Lausanne, où le tribunal d’inquisition avait l’habitude de siéger quand il ne se déplaçait pas dans la périphérie du diocèse de Lausanne, voire dans les diocèses de Genève et de Sion. L’identification de cet homme est malaisée, mais il pourrait s’agir soit de Pierre Ducrêt, bourgeois de Lausanne et procureur fiscal de l’évêque Benoît de Montferrand, soit du clericus Étienne Ducrêt, qui avait consigné les actes d’un procès en 1461, également à Ouchy12. Nous ignorons si le choix des greffiers incombait à l’inquisiteur dominicain en charge ou au représentant épiscopal député pour assister aux procès. Toujours est-il que pour les procès se déroulant à Ouchy, les notaires semblent avoir été recrutés dans la ville épiscopale bien pourvue en scribes qualifiés, et Ducrêt n’était sans doute pas une exception.

7Quant aux procès tenus dans des seigneuries excentrées, il n’est pas rare d’y trouver des notaires étrangers qui s’étaient rendus sur place avec les autres membres du tribunal : citons les exemples des lausannois Claude Burritaz, actif à Vevey et dans la seigneurie de Champvent en 1448, Claude de Pont, employé à Ouchy en 1449, puis dans la seigneurie de Bercher en 1470, Guillaume Danielis, à l’œuvre dans la seigneurie du Châtelard en 1480, et encore Jean de Nanto, d’origine genevoise mais juré de la cour de l’official de Lausanne, lui aussi présent au Châtelard en 1480. Leur connaissance de la procédure pouvait s’avérer précieuse, comme le montre le cas de Perrissone Gappit instruit à Châtel-Saint-Denis au début de l’année 1465 : les premières séances furent consignées par le notaire local Jean Colomb. Quand l’affaire s’enlisa – le vice-inquisiteur en charge en était probablement à son premier procès –, Colomb fut remplacé par Jean Brunet. Ce dernier est attesté en 1448 comme clerc de la cour de l’official de Vevey, où il avait la même année servi en personne comme témoin à charge contre une accusée. Après son arrivée à Châtel-Saint-Denis, où il reprit la tenue des actes le 30 janvier 1465, le procès se déroula comme prévu.

8On peut compter Brunet parmi les spécialistes, qui dépassèrent la fonction de simple greffier et devinrent eux-mêmes des acteurs de l’Inquisition. On trouve dans le même groupe Claude Burritaz, dont le chemin croise singulièrement celui de Brunet : Burritaz enregistra en effet les procès de la chasse aux sorciers veveysanne de 1448 ; quelques jours plus tard, il mit sur papier un quatrième procès à Champvent. Par la suite, on le perd de vue jusqu’en 1461, date à laquelle il assista comme simple témoin à deux interrogatoires à Ouchy. Au début de l’année 1465, il se rendit à Châtel-Saint-Denis en qualité de commissaire mandaté par le vicaire général de l’évêque de Lausanne et un vice-inquisiteur pour y mener une enquête contre une suspecte, la même dont le procès subséquent devait être parachevé avec le concours de Brunet. En tant que commissaire, il interrogea trois témoins à charge et la prétendue sorcière elle-même, à qui il finit par arracher une confession. Lorsqu’on le croise à nouveau en 1482, il avait en quelque sorte changé de camp : il figure parmi les compurgatores d’un bourgeois veveysan cherchant à se blanchir du soupçon pesant sur lui.

9Un autre spécialiste était Claude de Pont, qui en 1449 leva la copie d’aveux auxquels un individu s’était livré à Ouchy. Il fit preuve d’un intérêt persistant pour les affaires de sorcellerie, car en 1458 et 1461, puis en 1469, il assista, toujours à Ouchy, à de multiples séances de procès. L’année suivante, il est appelé clericus inquisitoris : une femme incarcérée à Bercher, châtellenie médiate relevant de l’évêque de Lausanne, avait dénoncé sous la torture une trentaine de maiores patrie. Les pratiques de l’inquisiteur causèrent un scandale, dans lequel Claude de Pont fut impliqué aussi bien que l’inquisiteur et le châtelain de Bercher.

10Nous ignorons si le terme clericus inquisitoris qualifiant Claude de Pont sous-entend un rapport formel avec l’office en question. Lors d’un procès dans la châtellenie savoyarde de Martigny en 1459, François Bosseti se dit scriba inquisicionis ; dans les actes d’un procès dans la seigneurie d’Attalens en 1484, Rodolphe Macri s’intitule, précision tout à fait inhabituelle, sacre fidei inquisitionis officii scripba (!) de mandato venerabilis religiosi fratris Damiani Berruerii ordinis fratrum Predicatorum, in dyocesi Lausannensi viceinquisitoris generalis. Dans ce cas, le notaire semble avoir été choisi personnellement par le vice-inquisiteur, peut-être pour sa familiarité avec le milieu local. La signature apposée à la fin des actes est toutefois celle d’un autre, à savoir Humbert de Gerdil, notaire public, « juré des cours du duc de Savoie », comme il le précise ailleurs.

  • 13 À ce sujet voir D. Anex-Cabanis, « Rapports entre l’évêque et le chapitre de Notre-Dame de Lausann (...)

11On devine un lien étroit entre la personne du notaire et celle, non pas de l’inquisiteur, mais du seigneur du lieu dans les procès que le chapitre cathédral de Lausanne fit instruire dans ses propres possessions. Tant en 1498 qu’en 1524, ces cas reflètent, voire attisent, un conflit de longue durée entre le chapitre et l’évêque de Lausanne, dont l’enjeu était l’autorité spirituelle sur les terres capitulaires13. Ce n’est certainement pas un hasard si deux des trois notaires employés pour transcrire ces affaires, André Thovacin et Jean Mermodi, sont également attestés comme commissaires aux extentes du chapitre. Les chanoines tenaient sans doute à déléguer la mise par écrit de ces affaires politiquement délicates à des gens de leur confiance.

  • 14 Nous avons consacré à Creschon une étude biographique, voir G. Modestin, « Ein treuer Diener seine (...)

12Nous avons signalé en tant qu’acteur de l’inquisition Claude Burritaz, commissaire mandaté d’une enquête préalable en 1465. Exceptionnellement, un notaire pouvait même se voir confier la charge de procureur de la foi en principe réservée à des religieux, souvent des confrères dominicains de l’inquisiteur : ce fut le cas en 1449 de Pierre Crostel, connu comme notaire à la cour épiscopale de Lausanne (1429) et conseiller de l’évêque George de Saluces (1458). Maître Gérard du Plaît (de Placito), qui par ailleurs épousa la nièce de Pierre Crostel, exerça la dite charge en 1461 pour la durée d’une séance. Jean Vuilliez, qu’il est tentant d’identifier avec un notaire lausannois homonyme, juré à la cour de l’official de Lausanne, fit la même chose en 1479. De telles commissions n’étaient cependant que passagères, destinées à pallier un besoin ponctuel. La même constatation s’applique lorsque Gérard du Plaît partagea pendant deux jours en tant que commissaire épiscopal la présidence du tribunal avec le vice-inquisiteur dominicain Victor Massenet. Le fait que le deuxième jour il officia également comme procureur de la foi (magister Girardus de Placito procurator fidei ac eciam procuratorio nomine quo supra prefati domini nostri Lausannensis episcopi) souligne le caractère « pragmatique » de sa désignation. L’exception qui confirme la règle est Pierre Creschon, un juriste formé à Avignon, mais également actif, bien que plus tard, comme notaire : il fut l’organisateur de la chasse aux sorciers qui frappa au tournant des années 1460 les possessions de l’évêque Georges de Saluces, auquel il était par ailleurs attaché comme conseiller et procureur14.

  • 15 J.-F. Poudret, « L’heureuse destinée », art. cit., p. 18-20 ; voir aussi id., Coutumes et coutumie (...)
  • 16 Voir aussi l’exemple de l’inquisition toulousaine où au milieu du XIIIe siècle de nombreux scribes (...)
  • 17 Voir à ce sujet von der M. Mühll, Maléfices et cour impériale. Les réformes bernoises de la justic (...)

13Le fait que le champ d’activité de nos notaires lausannois dépassait la rédaction des actes de procès pour s’étendre aux tâches de commissaire et de procureur de l’évêque ou procureur de la foi rejoint les observations de Jean-François Poudret sur les fonctions du notariat vaudois en général. Si les notaires pouvaient par exemple exercer les charges de secrétaire communal, syndic ou vice-châtelain, d’autres « furent procureurs fiscaux, c’est-à-dire eurent pour fonction de défendre les intérêts du Prince devant les tribunaux »15. Pour notre sujet à proprement parler, l’importance des notaires ne s’arrête pas à leur fonction de producteurs d’actes ou de procureurs occasionnels : les notaires comptèrent avec les membres du clergé parmi les témoins les plus assidus, qui assistaient à des interrogatoires devant le tribunal d’inquisition16. Or par cette expérience ils pourraient bien avoir joué, comme l’a soupçonné Maurice von der Mühll en 1960, un rôle de « catalyseurs » dans la lente diffusion de la procédure inquisitoire dans les cours laïques du Pays de Vaud, où la poursuite d’office ne se généralisa qu’avec la conquête bernoise en 153617.

Le notaire, une victime particulière de l’Inquisition ?

  • 18 M. Ostorero, C. Chène, « La femme est mariée au diable ! L’élaboration d’un discours misogyne dans (...)

14En raison de sa présence active dans les tribunaux ou par une suite d’événements exceptionnels, un notaire pouvait également être pris dans l’engrenage de l’Inquisition. En Suisse romande, dans les premières années de la répression, l’accusation de sorcellerie touchait autant les hommes que les femmes, voire davantage dans les années 1430-146018. L’accusation de sorcellerie constitue une arme redoutable et efficace dont dispose une société pour évincer les individus qui dérangent, que ce soit pour des raisons sociales, familiales, économiques ou même politiques. À ce titre, elle peut toucher tout le monde et tous les corps de métiers. Le notariat ne fait pas exception. Les quatre cas présentés ici révèlent que les affaires de sorcellerie impliquant des notaires comportent certaines particularités liées au statut de l’accusé. Le procès peut être différent quant à son déclenchement, quant à son déroulement et aux aveux obtenus, voire quant à la composition du tribunal.

Pierre Antoine

  • 19 Le document concernant cette affaire (Archives cantonales vaudoises, Ac 29, p. 104-119) est édité, (...)

15Notaire de la petite ville d’Estavayer, Pierre Antoine (Anthonie) est sommé de comparaître en novembre 1449 au château d’Ouchy, à Lausanne, devant un inquisiteur dominicain de Lausanne et un chanoine de la cathédrale de Lausanne. Devant un parterre de jurés et de témoins, Pierre Antoine avoue spontanément avoir rencontré le démon Belzébuth lors de plusieurs sabbats des sorcières, au cours desquels il aurait commis des actes sacrilèges : hommage au diable, apostasie, banquet de chair humaine, orgies sexuelles en compagnie d’une quinzaine d’hommes et de femmes et vol nocturne dans les airs au moyen d’un bâton enduit d’onguent. Pierre Antoine aurait également reçu un démon familier qui répond à ses invocations19.

  • 20 Archives de l’État de Fribourg, Grosse Estavayer-le-Lac, 236a et b, passim, par exemple fol. 31 : (...)
  • 21 Il est peut-être le fils d’Antoine Anthonie, bourgeois d’Estavayer, clerc de la cour de Lausanne e (...)

16Les documents judiciaires relatifs à cette affaire restent fragmentaires et ne comportent que la stupéfiante confession du prévenu. Ils ne mentionnent pas sa profession, laquelle a été découverte dans les archives locales, notamment dans une grosse de reconnaissance relative au village de Molondin, écrite de sa main et datée d’octobre 1437. Pierre Antoine y est désigné comme notaire d’Estavayer et juré de la cour de l’officialité de Lausanne20. Il appartient à une famille de notaires d’Estavayer, dont certains de ses membres ont occupé des fonctions dirigeantes dans la ville21. Sa famille, qui fait partie de l’élite staviacoise, ne semble toutefois pas avoir été inquiétée par cette affaire de sorcellerie, car les noms de plusieurs de ses membres se retrouvent dans les archives après le procès.

  • 22 Citons pour exemples Guillaume de Baulmes, un noble qui participe activement à la vie yverdonnoise (...)

17Au début de sa confession, Pierre Antoine avoue avoir passé deux jours entiers à jouer aux dés dans une maison d’Yverdon. Il y perdit trente livres et se fit vertement tancer par son épouse à son retour au foyer. Ses partenaires de jeu appartiennent pour la plupart à l’élite dirigeante d’Yverdon ou sont membres de familles nobles de la région22. En dévoilant ses partenaires de jeu, Pierre Antoine implique une belle brochette de notables d’Yverdon, nobles et bourgeois aisés, dont la plupart ont une fonction politique ou une charge civique ou administrative. Il révèle son réseau de connaissances et d’affinités, en particulier dans les milieux des notaires et des notables de la région yverdonnoise, des gens qu’il connaît et fréquente et dont il dévoile les noms sous la pression du tribunal d’inquisition. La secte du diable acquiert soudain une dimension plus politique, impliquant les personnalités d’une région, d’un niveau socio-économique plus élevé que la majorité des autres sorciers et sorcières connus dans le Pays de Vaud. La répression contre la sorcellerie démoniaque aurait pu décimer une partie de cette notabilité. Toutefois ces dénonciations ne semblent pas l’avoir touchée, puisque nous retrouvons trace de certaines de ces personnes dans les années 1450.

  • 23 Voir M. Ostorero, « “Je dirai ce que vous voudrez !” Le procès de Pierre Chavaz, jugé en 1448 au c (...)

18Contrairement au fantasme du sabbat démoniaque, le jeu est le seul méfait réel et concret qui peut être reproché à Pierre Antoine. Or, dès la première moitié du XVe siècle, ce thème fait l’objet des préoccupations des autorités civiles et religieuses, dans un souci de contrôle moral. Quelques années après le procès Antoine, en mars 1455, l’interdiction générale des jeux de cartes, de table et de hasard sera promulguée dans le pays de Vaud23. Dès lors, la justice n’a plus besoin de passer par le fantasme d’une secte de joueurs hérétiques et apostats pour réprimer la pratique sociale du jeu. Combinée à d’autres facteurs, c’est probablement la pratique des jeux de hasard qui a conduit Pierre Antoine devant le tribunal d’inquisition. Comme son nom n’apparaît plus dans la documentation après 1449, il faut penser qu’il a été réduit au silence.

19Toutefois l’affaire semble avoir été étouffée : Pierre Antoine est déplacé à Lausanne, au château épiscopal d’Ouchy, pour être jugé. Aucun notable de sa région n’assiste au procès ; au contraire on rencontre parmi les témoins trois notaires publics qui proviennent des diocèses de Troyes et Cologne. La présence de ces trois notaires étrangers s’explique peut-être par la discrétion dont on a voulu entourer l’affaire, tout en assurant à Pierre Antoine un jugement par ses pairs. Notons encore que la procédure complète n’a pas été conservée, à l’exception de la copie de la confession. Enfin, rappelons que ni la famille de l’accusé ni ses partenaires de jeu n’ont vraisemblablement été inquiétés par cette affaire.

Aymonet Tissotet

  • 24 Le terme de « vaudois » employé pour qualifier des sorciers adorateurs du diable témoigne de la di (...)
  • 25 Sur toute cette affaire, voir Ibid., n. 64-71, à paraître ; B. Andenmatten, K. Utz Tremp, op. cit. (...)

20L’affaire suivante révèle le danger d’être l’avocat des « sorciers ». Clerc et notaire juré de Montagny, Aymonet Tissotet est gouverneur de la ville d’Orbe en 1429-1430. À une date antérieure à 1441, l’inquisiteur dominicain lausannois Ulric de Torrenté le désigne, en tant que « bon et fidèle catholique », comme « conseiller » (pro consiliario) d’un certain Richard Sonnet, incarcéré pour crime d’hérésie en raison de son appartenance à la secte des « vaudois »24. Aymonet parvient à lui faire dire ses crimes, mais Sonnet, alors qu’il est mené au dernier supplice, le prend en haine et l’accuse à tort d’appartenir également à la secte des vaudois. L’inquisiteur fait rédiger cette accusation, ce qui suscite la méfiance d’Aymonet qui craint d’être inquiété à l’avenir. En mai 1441, il demande alors la protection du pape Félix V – le duc de Savoie Amédée VIII – et se déclare prêt à se justifier et à se soumettre à une purgation canonique25.

  • 26 AD du Doubs, E-Titres de famille 1243.
  • 27 AD du Doubs, E-Titres de famille 1239.
  • 28 F. Barbey, Louis de Chalon, prince d’Orange, seigneur d’Orbe, Echallens, Grandson (1390-1463), Lau (...)

21Sa démarche restera malgré tout sans effet, et la rumeur de sorcier le poursuivra. Six ans plus tard, les comptes du bailli d’Orbe révèlent toute une série de dépenses relatives à son procès tenu à Orbe entre le 6 août 1447 et le 26 février 1448. Sont notés avec précision les frais d’hébergement et de nourriture occasionnés par les nombreux séjours à Orbe de l’inquisiteur, du vicaire de l’évêque, de procureur de la foi, ainsi que de leurs valets26. Les membres du tribunal d’inquisition se déplacent à dix reprises à Orbe pour instruire cette affaire qui s’avère longue, complexe et délicate, peut-être en raison du statut de l’inculpé et des accusations portées contre lui. Le procès-verbal n’a pas été conservé, mais les mentions comptables, exceptionnellement conservées, permettent de restituer partiellement le déroulement de la procédure. Du 6 au 9 août 1447, neuf témoins sont entendus à Orbe. C’est vraisemblablement entre le 16 septembre et le 28 octobre qu’ont lieu les premiers interrogatoires de l’inculpé. Les dernières audiences se tiennent du 24 au 26 février : le tribunal d’inquisition conclut le procès et l’évêque de Lausanne se déplace pour dégrader l’accusé de sa charge – on se souvient qu’Aymonet Tissotet est clerc et notaire juré27. Le 28 février, le bourreau de Lausanne est requis à Orbe pour brûler « certains Vadoys », parmi lesquels figure certainement notre notaire ; c’est donc à une véritable chasse aux « sorciers vaudois » que se sont livrées les autorités d’Orbe en 1447-144828.

  • 29 Voir M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit., à paraître.

22Clerc, notaire, gouverneur de la ville d’Orbe, envoyé en députation à la cour de Savoie, fidèle chrétien dont l’aide et le conseil sont sollicités dans des affaires d’hérésie, Aymonet Tissotet n’est pourtant pas à l’abri des rumeurs ou dénonciations qui vont faire de lui un « vaudois » condamné au bûcher au terme d’un procès long de plus de six mois. Cette affaire a connu un certain retentissement, car le nom d’Aymonet Tissotet apparaît dans deux autres procès : en avril 1448, le sorcier Pierre Chavaz avoue avoir vu Aymonet Tissotet au sabbat. En 1449, le notaire sorcier Pierre Antoine, évoqué précédemment, reconnaît avoir rencontré Tissotet dix ans plus tôt ; ce dernier avait pour tâche d’inscrire les nouveaux adeptes du sabbat dans le livre du maître de la secte, soit le diable29 – une tâche qui n’étonne guère de la part d’un spécialiste de l’écrit.

Jean Boverat

  • 30 Archivio di Stato di Torino, Corte, Bollario di Felice V, t. 1, fol. 51/p. 115-116. Sur cette troi (...)

23En date du 11 janvier 1441, le pape Félix V (1439-1449) adresse une lettre à l’official de Lausanne Richard de Fonte (1438-1445)30. Le pape lui demande d’examiner le cas d’un certain Jean Boverat, clerc de Vevey et notaire bien attesté dans les années 1428-1437. Celui-ci lui avait adressé une requête dans laquelle il lui faisait part de la situation malheureuse dans laquelle il se trouvait. Le contenu de sa supplique peut être reconstitué à travers la réponse du pape. Elle révèle ainsi que certaines personnes, jalouses de sa prospérité et de sa bonne réputation, avaient terni sa renommée par l’entremise d’un certain Aymonet Sauter. Ce dernier était soupçonné de sorcellerie et était alors détenu pour cette raison dans les prisons du château de Glérolles, au bord du lac Léman. Les adversaires de Boverat avaient alors persuadé Aymonet d’affirmer haut et fort qu’il avait entraîné le notaire à participer avec lui à des « crimes d’hérésie ». Gravement diffamé d’hérésie alors qu’il clamait son innocence, Jean Boverat craignait que cette mauvaise réputation ne se répande davantage et mette en péril sa personne et ses biens. C’est pour cette raison qu’il demanda au pape de bien vouloir examiner son cas.

  • 31 Archivio di Stato di Torino/Sezioni riunite, camerale Savoia, Inv. 69, fol. 169, mazzo 16, La Tour (...)
  • 32 Archives communales de Vevey, A 2 rouge, fol. 29v.

24Le pape, en réponse à cette supplique, ordonne à l’official du diocèse de Lausanne de soumettre Jean Boverat à son examen afin de juger de son cas. Il lui demande également d’entendre à nouveau Aymonet Sauter afin de déterminer la complicité de Jean lors du crime d’hérésie. Si son innocence peut être établie, l’official doit lui restituer son honneur et sa foi. Nous ignorons le résultat de ces auditions, mais il semble que cette nouvelle enquête ne fasse qu’accroître les soupçons sur la personne de Jean Boverat. Un extrait de la comptabilité savoyarde concernant la châtellenie de Vevey-La-Tour-de-Peilz et Blonay, pour l’année 1441-14421, révèle en effet que celui-ci est inculpé non seulement pour hérésie, mais encore pour homicide, et que ses biens doivent échoir au seigneur pour cette raison. Un inventaire de ses biens est dressé le 17 juin 144131. Jean Boverat est donc incarcéré en 1441 dans les geôles de Lausanne, suite aux accusations portées contre lui par Aymonet Sauter et à l’enquête de l’official de Lausanne. Ce dernier a toutefois dû conclure à son innocence, puisque le notaire sera libéré et retrouve son activité professionnelle en 1446-1447 à Vevey32.

  • 33 M. Ostorero, Folâtrer avec les démons, op. cit., p. 223-225 et 248-253.

25Néanmoins une importante vague de procès de sorcellerie, à la fin des années 1440, va lui être fatale. En 1448, deux personnes accusées de connivences avec le diable le dénoncent comme leur complice au sabbat. Jaquet Durier, un habitant de Blonay, avoue que Boverat avait participé à un festin cannibale au-dessus de Montreux et mangé un enfant en présence du diable, auquel il a rendu hommage. Catherine Quicquat, une femme de Vevey, dit l’avoir vu à plusieurs sabbats tenus dans un pré de Gilamont qui appartenait à un autre notaire veveysan, Jean Got. Catherine situe ces événements à environ onze ans auparavant, soit vers 1437, c’est-à-dire peu de temps avant la diffamation de Jean Boverat par Aymonet Sauter33. Ainsi, Jaquet Durier et Catherine Quicquat sont amenés à dénoncer quelqu’un à propos duquel circule déjà une rumeur diffamante. À la suite de ces accusations, Jean Boverat fait probablement l’objet d’une nouvelle enquête. Comme il n’a pas été retrouvé de mention de son nom après 1448, il n’est pas impossible qu’il ait été emporté par cette vague de persécutions qui touche toute la région veveysanne.

26Les affaires Tissotet et Boverat présentent des similitudes étonnantes : notaires tous les deux, ils font l’un comme l’autre l’objet de dénonciations à la fin des années 1430 et tentent de blanchir leur réputation en s’adressant au pape Félix V. Dans les deux cas, cette démarche permet de les sauver dans un premier temps, mais elle se conclut par un échec, puisqu’ils sont à nouveau inculpés en 1447-1448 : Tissotet est condamné au bûcher comme « vaudois » en février 1448 ; quant à Boverat, il est probablement à nouveau incarcéré pour hérésie et homicide et ses biens sont alors saisis par le trésorier général de Savoie.

  • 34 M. Ostorero, « “Je dirai ce que vous voudrez !” Le procès de Pierre Chavaz, jugé en 1448 au châtea (...)
  • 35 E. Maier, op. cit., p. 62-64 et 204-205.

27La population a très vite compris à quel point l’accusation de sorcellerie pouvait nuire à autrui ; les adversaires de Boverat n’hésitent pas à s’en servir pour tenter d’éliminer un notable de la région. De leur côté, les individus diffamés d’hérésie pressentent bien le danger qu’ils courent. Pour autant qu’ils aient connaissance de cette diffamation, ils ont conscience qu’ils doivent agir, et cela rapidement. Ils recourent alors à différents moyens : Jean Boverat et Aymonet Tissotet s’adressent au pape ; d’autres, à l’instar de Berthold Barbam34, envoient une supplique à la Pénitencerie apostolique en cas d’excommunication ; d’autres enfin, comme on le découvre dans le procès de Jean Poesioux daté de 1480, se déplacent à Rome pour obtenir une lettre d’absolution35. Or ces moyens ne sont pas à disposition de n’importe qui ; ils sont coûteux et supposent de ceux qui y recourent un niveau socioculturel assez élevé, raison pour laquelle on trouve des notaires parmi eux. Mais force est de constater que le résultat est décevant, puisqu’aucun d’entre eux n’échappe finalement aux condamnations.

Pierre de Torrenté et son fils Nycollin

  • 36 C. Ammann-Doubliez, « Les chasses aux sorciers en Valais au Bas Moyen Âge. Deux sorciers du val d’ (...)
  • 37 Ibid., p. 135.

28Une autre affaire de notaires accusés de sorcellerie, cette fois-ci en Valais, a récemment été mise en lumière par Chantal Ammann-Doubliez. Vers 1480, deux notaires du val d’Anniviers, Pierre de Torrenté et son fils Nycollin ont péri sur le bûcher, après un procès – malheureusement perdu – devant l’évêque de Sion ; leur sort a été perçu comme si infamant que leurs descendants n’ont eu de cesse de les réhabiliter, que ce soit devant l’archevêque de Tarentaise, puis devant le pape à Rome. Chantal Ammann a constaté que leurs noms avaient fréquemment été grattés dans les actes pour devenir illisibles36. Ainsi, dans son testament daté de 1482, l’évêque Walter de Supersaxo lègue à son fils bâtard Georges « tous les biens qui appartenaient à [...] (passage gratté) et à tous ceux qui ont été brûlés pour hérésie, c’est-à-dire pour sorcellerie, dans le val d’Anniviers ». Des copies du testament retrouvées par Chantal Ammann ont révélé qu’il s’agissait de Pierre et Nycollin de Torrenté. Elle observe un caviardage similaire dans une enquête de 1488 lors de laquelle les noms des deux notaires sorciers reviennent dans la bouche des témoins interrogés. Chantal Ammann a pu démontrer que l’initiative des poursuites contre les sorciers hérétiques devait être imputée à l’évêque de Sion Georges Supersaxo. Derrière la défense de la foi, c’est aussi le pouvoir du prince évêque qui est en jeu, notamment dans une vallée qui tente d’affirmer son autonomie : « L’accusation de sorcellerie contre Pierre de Torrenté et son fils Nycollin apparaît comme un moyen d’éliminer des adversaires politiques et d’affaiblir un clan dans une vallée (le val d’Anniviers), dont l’autonomie va à l’encontre de la conception du pouvoir princier »37. C’est pour faire face à une révolte, ou « matze », dirigée contre l’évêque que celuici riposte par une chasse aux sorcières dans le val d’Anniviers. Les deux fils survivants du notaire Pierre de Torrenté vont s’efforcer toute leur vie de prouver que Georges de Supersaxo n’a pas agi selon le droit et n’a accusé leur père de sorcellerie que dans le but de s’emparer de ses biens. La chasse aux sorciers sert des intérêts économiques ou politiques.

29Les notaires, personnages bien connus des populations locales qui doivent recourir à eux en de nombreuses circonstances, peuvent être facilement victimes de dénonciations, peut-être dans certains cas par jalousie envers un groupe social qui représente l’élite cultivée et aisée d’une région. Lorsqu’il faut donner des noms au tribunal, autant dénoncer ses ennemis ou ses rivaux ; c’est ainsi que Jean Boverat est calomnié par un « envieux », et que Tissotet est pris en haine par celui qu’il venait conseiller comme avocat en prison.

30Il est surprenant de constater que ces praticiens du droit, par leur connaissance des tribunaux et des procédures, n’aient pu trouver de moyen efficace pour organiser leur défense. Aymonet Tissotet et Jean Boverat ont tenté de le faire en recourant au pape, mais sans succès. Ils n’ont pas pu non plus compter sur une solidarité professionnelle : au XVe siècle, le notariat romand n’est pas encore organisé en corporation, communauté ou confrérie. Une fois que l’Inquisition ouvre un procès contre eux, les notaires sont considérés comme de simples quidam, même si certaines précautions sont prises à leur égard, comme le montrait l’affaire Antoine. Finalement sur le bûcher, tout le monde redevient égal.

Notes

1 J. H. Arnold, Inquisition and Power. Catharism and the Confessing Subject in Medieval Languedoc, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2001, ici chap. 3 « The Construction of the Confessing Subject », p. 74-110.

2 J.-M. Vidal, Bullaire de l’Inquisition française au XIVe siècle et jusqu’à la fin du Grand Schisme, Paris, Letouzey et Ané, 1913, p. XXXVI-XXXVII.

3 J.-M. Vidal, Le tribunal d’Inquisition de Pamiers, Toulouse, Privat, 1906, p. 93-94, 101-109, citations p. 101.

4 C. Bruschi, « “Magna diligentia est habenda per inquisitorem” : Precautions before Reading Doat 21-26 », C. Bruschi, P. Biller (éd.), Texts and the Repression of Medieval Heresy, York, York Medieval Press, 2003, York Studies in Medieval Theology IV, p. 81-110, ici p. 88-89.

5 Citons L. Albaret (dir.), Les Inquisiteurs. Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc (XIIIe-XIVe siècles), Toulouse, Privat, 2001. Pour des régions plus proches de notre terrain de recherche, les possessions de la maison de Savoie et la Suisse romande, nous renvoyons à F.-Ch. Uginet, « Frère Bérard Trémey (Berardus Tremesii) o.f.m. et l’Inquisition en Savoie au XVe siècle », Vie quotidienne en Savoie, Actes du VIIe Congrès des Sociétés Savantes de la Savoie (Conflans 1976), Albertville, Amis du vieux Conflans, 1979, Centre de documentation régionale de Tarentaise, Académie de la Val d’Isère, Amis du vieux Conflans 2, p. 281-289 ; B. Andenmatten, K. Utz Tremp, « De l’hérésie à la sorcellerie : l’inquisiteur Ulric de Torrenté o.p. (vers 1420-1445) et l’affermissement de l’Inquisition en Suisse romande », Revue d’histoire ecclésiastique suisse, 86, 1992, p. 69-119, et M. Ostorero, « Itinéraire d’un inquisiteur gâté : Ponce Feugeyron, les juifs et le sabbat des sorciers », Médiévales, 43, 2002, p. 103-117.

6 Voir les travaux publiés par l’Université de Lausanne dans les Cahiers lausannois d’histoire médiévale (désormais CLHM) par P.-H. Choffat, La sorcellerie comme exutoire. Tensions et conflits locaux : Dommartin 1524-1528, Lausanne, 1989, CLHM 1 ; M. Ostorero, Folâtrer avec les démons. Sabbat et chasse aux sorcières à Vevey (1448), Lausanne, 1995, CLHM 15 ; E. Maier, Trente ans avec le diable. Une nouvelle chasse aux sorciers sur la Riviera lémanique (1477-1484), Lausanne, 1996, CLHM 17 ; L. Pfister, L’enfer sur terre. Sorcellerie à Dommartin (1498), Lausanne, 1997, CLHM 20, et G. Modestin, Le diable chez l’évêque. Chasse aux sorciers dans le diocèse de Lausanne (vers 1460), Lausanne, 1999, CLHM 25.

7 Voir M. Ostorero, K. Utz Tremp, en collaboration avec G. Modestin (éd.), Inquisition et sorcellerie en Suisse romande. Le registre Ac 29 des Archives cantonales vaudoises, à paraître dans les CLHM. Le volume contient également l’édition et l’analyse de cinq procès inédits.

8 G. Modestin, « Le tribunal d’inquisition et son personnel. Une étude prosopographique », à paraître dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit.

9 Voir F. Wigger, Die Anfänge des öffentlichen Notariats in der Westschweiz bis zur Mitte des XIV. Jahrhunderts (thèse Fribourg en Suisse), Schüpfheim, Buchdruckerei Schüpfheim, 1951 ; P. Rück, « Die Anfänge des öffentlichen Notariats in der Schweiz (12.-14. Jahrhundert) », Archiv für Diplomatik, 36, 1990, p. 93-123, ici p. 107-115 ; J.-F. Poudret, « L’heureuse destinée des notaires vaudois au Moyen Âge », Revue historique vaudoise, 64, 1956, p. 1-25, et id., Coutumes et coutumiers. Partie I : Les sources et les artisans du droit, Berne, Stämpfli, 1998, ici p. 205 et ss.

10 Sur les différents types de documents précédant la rédaction d’un acte, voir par exemple F. Wigger, op. cit., p. 88-99, et J.-F. Poudret, « L’heureuse destinée », art. cit., p. 14-16.

11 Ces passages ont été édités par E. Maier, op. cit., p. 356-358 et 360. À leur sujet voir aussi G. Modestin, « Text als Repressionsinstrument. Zur Funktionalität der im Waadtländer Staatsarchiv aufbewahrten spätmittelalterlichen Hexenprozessakten », K. Brunner, G. Jaritz (éd.), Text als Realie. Internationaler Kongress Krems an der Donau 3. bis 6. Oktober 2000, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2003, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Sitzungsberichte 704, Veröffentlichungen des Instituts für Realienkunde des Mittelalters und der Frühen Neuzeit 18, p. 115-134, ici p. 122-123.

12 Pour le détail des références concernant chaque notaire, voir G. Modestin, « Le tribunal d’inquisition et son personnel », art. cit.

13 À ce sujet voir D. Anex-Cabanis, « Rapports entre l’évêque et le chapitre de Notre-Dame de Lausanne au sujet de leurs droits respectifs de juridiction », Mémoires de la Société pour l’Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands, 34, 1977, p. 97-105 ; P.-H. Choffat, op. cit., p. 155-160 ; L. Pfister, op. cit., p. 147-152 ; K. Utz Tremp, G. Modestin, « Un “laissez-passer” pour l’inquisiteur. Les rapports entre l’Inquisition et les autres pouvoirs en Suisse romande au XVe siècle », G. Audisio (dir.), Inquisition et pouvoir, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004, Le temps de l’histoire, p. 71-87, ici p. 78-87, ainsi que J.-D. Morerod, « La sentence “neuchâteloise” des procès de Dommartin (1498) », à paraître dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit.

14 Nous avons consacré à Creschon une étude biographique, voir G. Modestin, « Ein treuer Diener seiner Herren. Der Lausanner Jurist Pierre Creschon zwischen bischöflicher Hexenjagd und städtischem Ratsalltag (15. Jh.) », Revue d’histoire ecclésiastique suisse, 97, 2003, p. 57-69.

15 J.-F. Poudret, « L’heureuse destinée », art. cit., p. 18-20 ; voir aussi id., Coutumes et coutumiers I, op. cit., p. 224-225.

16 Voir aussi l’exemple de l’inquisition toulousaine où au milieu du XIIIe siècle de nombreux scribes servirent également de témoins ; à ce sujet W. L. Wakefield, « Inquisitor’s assistants. Witness to Confessions in Manuscript 609 », Heresis, 20, 1993, p. 57-65, ici p. 61-63.

17 Voir à ce sujet von der M. Mühll, Maléfices et cour impériale. Les réformes bernoises de la justice criminelle dans le pays de Vaud au XVIe siècle, Lausanne, Imprimerie Henri Jaunin, 1960, Bibliothèque historique vaudoise XXIII, ici p. 34 et 36, ainsi que L. Dorthe, « Jean Massot, de Villars-Tiercelin. Un brigand du Jorat parmi les sorciers », à paraître dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit.

18 M. Ostorero, C. Chène, « La femme est mariée au diable ! L’élaboration d’un discours misogyne dans les premiers textes sur le sabbat (XVe siècle) », Sorcières et sorcellerie, Ch. Planté (dir.), Lyon, 2002, (Cahiers Masculin/Féminin), p. 13-32. M. Ostorero, « La sorcellerie dans l’arc alpin (XVe-XVIIe siècles). Un crime féminin ? », Archivio storico ticinese, 125, 1999, p. 39-52.

19 Le document concernant cette affaire (Archives cantonales vaudoises, Ac 29, p. 104-119) est édité, traduit et commenté par mes soins dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit., sous le titre « Procès de Pierre Antoine, 1449 », à paraître. J’ai simplifié ici les notes et les références.

20 Archives de l’État de Fribourg, Grosse Estavayer-le-Lac, 236a et b, passim, par exemple fol. 31 : […] per Petrum Anthonie Staviaci notarium dicte curie Laus. juratum […].

21 Il est peut-être le fils d’Antoine Anthonie, bourgeois d’Estavayer, clerc de la cour de Lausanne et membre du Conseil de la ville en 1443. On rencontre également à cette période le religieux Jean Antoine, chapelain et altariste à l’église Saint-Laurent d’Estavayer en 1442-1443 et 1453, fils du précédent – donc peut-être frère de Pierre Antoine –, clerc juré de la cour de l’official de Lausanne et désigné comme notaire dès 1451. Un Jacques Anthonie, toujours d’Estavayer, est attesté comme clerc, notaire, procureur ou vice-châtelain de Montagny en 1446-1447 et 1457-1464. Voir M. Ostorero, « La confession de Pierre Antoine, un notaire d’Estavayer accusé de sorcellerie », à paraître dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit., n. 34-42.

22 Citons pour exemples Guillaume de Baulmes, un noble qui participe activement à la vie yverdonnoise comme conseiller de la ville, châtelain en 1447 puis syndic en 1470. Guillaume représente la ville à plusieurs reprises auprès du duc de Savoie et se rend plusieurs fois aux États de Vaud. Henri Auberson, lieutenant du châtelain d’Yverdon et syndic de la ville en 1448, est fréquemment désigné comme représentant de la ville d’Yverdon dans différentes missions et ambassades. Enfin, le propriétaire de la taverne qui réunit les joueurs, Jean Brayer, est le curé de Saint-Aubin et chapelain de Saint-André à Yverdon en 1453. Voir ibid., n. 46-51, à paraître.

23 Voir M. Ostorero, « “Je dirai ce que vous voudrez !” Le procès de Pierre Chavaz, jugé en 1448 au château de Champvent », à paraître dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit., n. 35-41.

24 Le terme de « vaudois » employé pour qualifier des sorciers adorateurs du diable témoigne de la difficulté à désigner cette nouvelle secte hérétique : on le rencontre notamment à l’occasion des procès intentés contre Jaquet Durier et Pierre Munier en 1448 dans la région veveysanne. Voir M. Ostorero, Folâtrer avec les démons, op. cit., p. 174-182.

25 Sur toute cette affaire, voir Ibid., n. 64-71, à paraître ; B. Andenmatten, K. Utz Tremp, op. cit., p. 103, n. 101 ; M. Ostorero, Folâtrer avec les démons, op. cit., p. 32, 44 et 179-180.

26 AD du Doubs, E-Titres de famille 1243.

27 AD du Doubs, E-Titres de famille 1239.

28 F. Barbey, Louis de Chalon, prince d’Orange, seigneur d’Orbe, Echallens, Grandson (1390-1463), Lausanne, Payot, 1926 (Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse romande, II/13), p. 309, doc. 26 : « Il a pardeça certains Vadoys que convient de bruler, pourquoi incontinent cestes veues, traiez vous à Lozanne et parlez au borreau pour venir par deça, lequel y faites incontinent venir avecques Guillaume Lorer chevaucheur que envoyons par de là pour ceste cause et baillez argent audit borreau pour ses despens de venir par deça ».

29 Voir M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit., à paraître.

30 Archivio di Stato di Torino, Corte, Bollario di Felice V, t. 1, fol. 51/p. 115-116. Sur cette troisième affaire, voir M. Ostorero, « Les chasses aux sorciers sur la Riviera lémanique (1437-1448) », à paraître dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit.

31 Archivio di Stato di Torino/Sezioni riunite, camerale Savoia, Inv. 69, fol. 169, mazzo 16, La Tour-de-Peilz 1441-1442, membranes 21-23 et mazzo 17, La Tour-de-Peilz 1447-1448. Voir M. Ostorero, Folâtrer avec les démons, op. cit., p. 285, Annexe 3a et p. 151-152, 157-158 et 291.

32 Archives communales de Vevey, A 2 rouge, fol. 29v.

33 M. Ostorero, Folâtrer avec les démons, op. cit., p. 223-225 et 248-253.

34 M. Ostorero, « “Je dirai ce que vous voudrez !” Le procès de Pierre Chavaz, jugé en 1448 au château de Champvent », à paraître dans M. Ostorero, K. Utz Tremp, op. cit., n. 61-63.

35 E. Maier, op. cit., p. 62-64 et 204-205.

36 C. Ammann-Doubliez, « Les chasses aux sorciers en Valais au Bas Moyen Âge. Deux sorciers du val d’Anniviers à la fin du XVe siècle : les notaires Pierre et Nycollin de Torrenté », Annales valaisannes, 2003, p. 129-147.

37 Ibid., p. 135.

Auteurs

Histoire médiévale, Fonds national suisse de la Recherche scientifique, Berne, Suisse

Histoire médiévale, Fonds national suisse de la Recherche scientifique, Université de Lausanne, Suisse

© Presses universitaires de Provence, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540