Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les narrations de la mort

 | 
Régis Bertrand
, 
Anne Carol
, 
Jean-Noël Pelen

Mises en scène, mises en images

Les multiples narrations d’une mort violente : corps suppliciés, scènes de crime, échos de la société médiatique. Réalité et fiction

Christiane Villain-Gandossi

Texte intégral

« C’est étonnant tout ce que les morts ont à dire. Cela ne cesse de m’étonner et de me faire mal. » Patricia Cornwell, Jack l’Éventreur. Affaire classée. Portrait d’un tueur, Paris, Seuil, 2002, p. 146.

  • 1 Louis-Vincent Thomas, Mort et pouvoir, Paris, Payot, 1999 (rééd. de 1978), p. 67.

1On pourrait s’étonner, comme Louis-Vincent Thomas, il y a vingt-cinq ans1, lorsqu’il déclare :

« Il peut sembler curieux que notre société, hantée par le déni de la mort, se repaisse allégrement de tout ce qui touche à la violence et à la mort. »

  • 2 Un enfant qui passe deux heures par jour devant la télévision, donc 14 heures par semaine, a des « (...)

2Tous les soirs, la télévision – fenêtre ouverte sur le crime – nous apporte sa ration de cadavres. Dans les librairies, les rayons sont remplis de thrillers qui depuis les années 80 expriment leur attirance extatique pour la criminalité pathologique et dans lesquels sévissent les pervers de toute espèce : psychopathes, sociopathes, névropathes, sadiques, et au tableau d’horreur, l’Amérique est bonne première. L’érotisme disparaît des couvertures de magazine pour faire place à l’évocation de la mort violente, autrement fascinante. Et les tueurs raflent les premiers rôles au cinéma, à l’instar d’un Thomas Harris2.

Le discours contemporain sur la mort violente

3Comme l’avait bien montré Norbert Elias, l’agressivité s’était au fil des siècles lentement maîtrisée, « affinée », « civilisée » comme toutes autres pulsions sources de plaisir. Ce processus de civilisation des mœurs est remis en cause depuis une vingtaine d’années. Nos sociétés n’ont jamais été plus encadrées, plus surveillées, plus policées et pourtant la peur est là, irrationnelle, entretenue par le sensationnalisme des médias. Mais nous le savons, plus un phénomène désagréable diminue, plus ce qu’il en reste devient insupportable. Le sentiment d’insécurité s’alimente aux progrès mêmes des dispositifs de sécurité.

  • 3 Roger Dadoun, La violence, Paris, Hatier, 1993.
  • 4 Boris Cyrulnik, Les nourritures affectives, Paris, Odile Jacob, 1993.
  • 5 Michel Maffesoli, Essais sur la violence, Paris, Librairie des Méridiens, 1984.
  • 6 Jack Messy, Pourquoi la violence, Paris, Payot, 2004.
  • 7 Jack Messy, op. cit., p. 135.

4Les discours contemporains sur la violence abondent. Celle-ci est brandie à tout bout de discours et en tous les domaines. En philosophie, Roger Dadoun la démasque, originaire et constitutive de l’homo violent3. En psychanalyse, Boris Cyrulnik la dévoile créatrice4, alors qu’en sociologie, Michel Maffesoli la découvre banale et fondatrice, nous sortant d’un ennui mortifère5. Tous semblent s’accorder pour dire que la violence et la vie ne font qu’un. La violence ne serait plus destructrice mais constructrice. Pour Jack Messy6, le terme de violence est actuellement marqué par la connotation d’agression. Les médias feraient un usage fréquent et abusif du mot violence en place du mot agressivité dans le langage courant ; cette inflation verbale serait due à un glissement des représentations. Le développement de l’information écrite et surtout télévisuelle, parce qu’accompagnée de l’image, a contribué à ces déplacements sémantiques7.

  • 8 Colin Wilson, Le pire des mondes. Le temps des serial killers, Courbevoie, Durante, 2002, p. 42.

5Pour Colin Wilson, la violence diabolique est le problème essentiel et symbolique de notre siècle, la forme particulière prise par le romantisme dans un siècle de défaite8. Pour cet auteur, des fameux Assassins de la secte musulmane du XIe siècle aux tueries religieuses des Thugs en Inde, de Jack l’Éventreur à Charles Manson et à sa « famille », crimes, drogues, sexe et marginalité ont toujours concocté un monstrueux cocktail, et créé des assassins « qualitativement » à part. Et il évoque les seriai killers, dans l’explosion actuelle de ces tueurs qui agissent sans préméditation et sans nécessité matérielle, et qui continuent sous nos yeux à se multiplier. Ces monstrueux humains vivent parmi nous et leur mobile, selon Colin Wilson, serait la « frustration de leur élan vital ».

6La mort pathologique, mort subite résultant d’une hétéro-agression mortifère, mort horrible et fascinante est l’instrument privilégié de tous les pouvoirs : son étude constitue une voie royale pour saisir l’esprit de notre époque et les ressources insoupçonnées de notre imaginaire. Bien plus que par le crime « classique », commis au nom de sentiments déjà bien connus et répertoriés (passion, dépit, vengeance, etc.), ou que par l’acte du mass murder (forcené, kamikaze...), la mort violente infligée par le serial killer, tueur à comportement systémique, nous communique plusieurs types de récits : sur l’acte lui-même et la personnalité du criminel, sur la mise en scène de la mise à mort, de sa liturgie meurtrière et de ses rituels. Autre type de récit relatif à ces morts violentes : celui dû à la consécration médiatique. On s’interrogera aussi sur les relations entre la figure du tueur en série et un imaginaire contemporain dans lequel elle s’inscrirait et trouverait sens en relation avec la mort : n’est-elle qu’une actualisation sociohistorique particulière d’une autre figure essentiellement maléfique qui traverse les âges ?

Le phénomène des serial killers

7S’il est un concept à la mode, un phénomène de société hyper médiatisé, c’est bien celui des « tueurs en série », terme impropre en français, que l’on ne trouve pas dans le Code pénal et qui est la traduction littérale de l’américain « serial killer », dénomination qui date de la fin des années 60 et que l’on doit à l’agent spécial Robert Ressler (en allemand on dira Lustmörder, « celui qui tue par plaisir »). Ajoutons que la doctrine criminologiste qualifie un individu de tueur en série à partir de son troisième meurtre consécutif.

8Le phénomène n’est pas récent. L’histoire ou les mythes nous en donnent quelques exemples : Gilles de Rais, le diable au Moyen Âge, la bête du Gévaudan. Sorciers et fantômes font aussi fonction, dans l’inconscient collectif, de tueurs répétitifs. Quant aux légendes qui courent sur les vampires, les loups-garous ou les ogres, on peut estimer qu’un certain nombre d’entre eux étaient peut-être des serial killers.

  • 9 Entre 1900 et 1950, les crimes en série représentaient 1 à 2 % de l’ensemble des morts violentes. (...)

9Depuis 1990, on note une recrudescence des cas9. Police et gendarmerie sont à coup sûr mieux formées pour relier entre eux des crimes qui pouvaient passer autrefois pour isolés. Par ailleurs, les médias accordent un plus large écho à ces criminels multirécidivistes, jusqu’à donner l’impression d’un véritable phénomène de mode, qui s’est amplifié depuis le succès planétaire du Silence des Agneaux (1991). Il est nécessaire d’évacuer toute dimension mythologique du serial killer telle qu’elle est par la littérature et le cinéma américains. Ce type d’assassin n’est pas omniscient, sophistiqué et doté d’une intelligence supérieure à l’égal d’un Hannibal Lecteur. Il ne planifie pas ses crimes longtemps à l’avance comme le tueur de Seven, pas plus qu’il ne va imiter les forfaits d’autres serial killers (Copycat).

10La plupart du temps, ces tueurs sont des psychopathes sadiques sexuels. Une infime minorité d’entre eux sont psychotiques. Si la psychose est confirmée, le sujet a agi en état d’aliénation mentale (schizophrénie, paranoïa, schizophrénie paranoïde, maniaco-dépression). Sa place est à l’hôpital psychiatrique.

  • 10 Daniel Zagury, interview du jeudi 26 juin 2003 sur LCI.

11Comme l’a observé Daniel Zagury, il y a chez tous un « trépied psychologique constant »10. D’abord une dimension psychopathique : ils sont instables, impulsifs, intolérants à la frustration, avec une certaine appétence pour l’alcool, les drogues. Ensuite on peut noter une perversion narcissique très puissante, avec un mécanisme de défense qui déforme le Moi, qui le divise en deux parties fonctionnant selon des règles complètement différentes (« J’ai tué, mais ce n’était pas moi »). Enfin une angoisse archaïque sous-jacente qui risque à tout moment de les envahir. Ils expriment cette immense douleur en infligeant de terribles souffrances à leurs victimes.

12Une sexualité liée à la violence, une absence de conscience morale, de Surmoi, liées souvent à des traumatismes très précoces durant l’enfance, font donc qu’il y a toujours chez eux un moment de bascule où ils se veulent infaillibles, maîtres de tout, où ils veulent devenir insensibles à la souffrance : ils ont trop souffert, ils ne seront plus jamais soumis, plus jamais dépendants, ils ont tous les droits. Cela ne veut pas dire qu’ils ont alors le projet de tuer : généralement, ils sont eux-mêmes pris par surprise.

« Vers la fin, je devenais de plus en plus malade, assoiffé de sang... Ce n’est pas quelque chose que j’ai envie de voir. C’est comme une drogue, qui me pousse à en vouloir toujours plus. Je veux triompher de ma victime. Vaincre la mort. Elles sont mortes et moi, je suis vivant. C’est une victoire personnelle. » Ed. Kemper, tueur nécrophile et cannibale, condamné pour huit meurtres en 1973.

  • 11 Cité par Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 19.

13L’homme qui a prononcé ces paroles est un tueur dont les fantasmes sexuels l’ont amené à violer le tronc décapité de sa mère, avant de poser la tête sur un manteau de cheminée pour l’insulter copieusement et s’en servir de cible d’un jeu de fléchettes durant toute une nuit11.

  • 12 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, Tueurs en série, Paris, Flammarion, 2001, p. 16.
  • 13 Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 50.

14Le tueur en série est un être responsable et lucide au moment de ses actes, parfaitement capable d’en évaluer les conséquences. Les pulsions qu’il ressent sont contrôlables ; tel est le constat des expertises médicales dans l’immense majorité des cas12 : « J’étais dans un état de sans pitié » dit Guy Georges, le « tueur de l’Est parisien »13.

  • 14 Voir les empoisonneuses en série, telles la marquise de Brinvilliers, décapitée et brûlée en 1676, (...)

15L’étude du répertoire mondial des tueurs en série permet de constater qu’ils sont en grande majorité de sexe masculin (90 %). Les femmes représenteraient une infime minorité. Les femmes meurtrières récidivistes n’ont presque jamais de motif sexuel pour commettre leurs crimes, à l’inverse des tueurs masculins. Le poison est l’arme favorite des tueuses en série qui utilisent en général des médicaments ; c’est l’arme des sorcières des contes de fées dans une dimension magique et démoniaque14.

  • 15 Ted Bundy, cité par Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 35.

16On se trouve dans l’impossibilité d’élaborer un portrait-robot à partir de données relevant de l’apparence physique ou de l’intégration socioprofessionnelle : « Nous autres serial killers? nous sommes vos enfants, vos maris, nous sommes partout »15. « C’est arrivé près de chez nous »... C’est le syndrome du « garçon tranquille d’à côté... ».

17La spécificité de ce type de tueur, qui agit généralement en solitaire, réside ailleurs : dans ses motivations et le mode opératoire de la mise à mort. Si le tueur est de type organisé, son intelligence est supérieure ou égale à la moyenne, son degré de ruse est élevé, son mode opératoire est spécifique, il a la capacité de contrôler et de maîtriser toutes les phases de la séquence criminelle ; il a la connaissance de ses actes. Le borderline est amené à perdre son sang-froid et à agir de manière inorganisée, ce type de tueur en série représentant, nous l’avons dit, un cas pathologique qui relève de la science médicale.

La mise à mort

18Le récit de la mort violente, c’est aussi celui des derniers moments de la victime, de sa mise à mort. Elle est la victime la plus innocente qui soit. Ce qui lui arrive est injuste, arbitraire. Elle n’a aucune part de responsabilité. Elle s’est trouvée là par hasard et ce n’est pas le résultat d’une quelconque causalité psychologique. À aucun moment directement ou indirectement, elle n’a été son propre bourreau. Ce n’était pas son heure pour mourir. C’est le Prince qui a décidé du cheminement de sa vie.

  • 16 En criminologie, jusqu’à la fin de la deuxième Guerre mondiale, les travaux ont surtout porté sur (...)
  • 17 Patrick Tissier, violeur et meurtrier récidiviste, cité par Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 152.

19Cette victime mérite parfaitement la signification profonde du mot : du latin victima, « objet de sacrifice », primitivement être vivant, offerte en sacrifice aux dieux. C’est-à-dire qu’elle perdait sa fonction de sujet pour devenir objet de la satisfaction, de la jouissance des dieux16. « Quand je le fais, l’autre, c’est plus rien. Je vois un tas de chair et d’os »17.

20La victime ici n’existe et ne réagit qu’en miroir de l’agresseur. Le criminel et sa victime forment un couple. Le tueur recherche un profil particulier qui répond à ses fantasmes. La personne visée derrière ces inconnues a dû faire partie du vécu du tueur. Il choisit une victime de substitution à son image. Une femme qui est devenue son objet de plaisir pervers. C’est pourquoi dans le profil « victimologique », on doit percevoir le profil du tueur.

  • 18 Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 153.

21Un Guy Georges, qui admet éprouver des pulsions deux ou trois heures avant de passer à l’acte, décide de partir à la « chasse aux filles », avec son sac à dos qui contient son « kit du crime ». Entre 1 heure et 5 heures du matin, il erre dans les rues de l’Est parisien jusqu’à ce qu’il croise la route d’une jeune femme qui le fasse « flasher ». La victime a eu le malheur de se trouver au mauvais endroit et au mauvais moment18.

22Les meurtriers qui ne relèvent pas de la catégorie des tueurs à comportement systémique sont animés par des sentiments connus et répertoriés. Ce n’est pas le cas avec le tueur en série. Sa victime est un objet, un accessoire. Elle n’a pas d’existence propre, hormis celle de satisfaire, de la façon la plus abjecte, des pulsions. Sa mort est « gratuite ». Chacune d’entre elles, dans la série, est inclassable, elle est l’événement dépareillé par excellence, unique en son genre, monstruosité solitaire.

  • 19 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op.cit., p. 27.
  • 20 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op.cit., p. 26 et sqq.

23Cette victime est une proie que le criminel chasse sur un terrain limité (Tueur de l’Est parisien, Tueur de vieilles dames de tels quartiers de Paris, Tueur de la colline, Tueur de la gare de Perpignan, Tueur du lac...)19. L’arsenal opératoire pour la capture est préparé soigneusement : armes, cordelettes, sparadrap, déguisements, accessoires divers, selon le « système personnel ». Le prédateur, à la recherche de sa proie, se poste à un endroit fréquenté (gare, fête foraine, espace commercial, marché, station de bus...)20. Cette proie, il la choisit selon des critères qui lui sont propres : âge, sexe, apparence physique. Ou plus simplement, il patrouille et repère une personne esseulée. La seule caractéristique commune des victimes est sans doute leur fragilité, leur vulnérabilité, accrue, bien entendu, lorsqu’il s’agit d’enfants ou de handicapés physiques ou mentaux, comme à Auxerre dans le dossier des disparues de l’Yonne.

  • 21 Louis-Vincent Thomas, op.cit., p. 164.

24Avant d’être entraînée sur le lieu du crime, souvent l’endroit le plus désolé du monde : parking, bâtiment désaffecté, terrasses d’immeuble, l’approche de la victime se déroule dans un simulacre de convivialité. La conversation inspire sympathie et confiance. C’est la phase de séduction. Arrivé à l’endroit choisi, le tueur tombe le masque de convivialité et se livre à des actes de torture complexes qui se terminent par la mise à mort et qui illustrent son système personnel, sa « signature » qui s’apparente à un sceau personnalisé : le rapport tortionnaire-torturé renvoie à la dialectique domination-destruction où se conjuguent le pouvoir et la mort. Si l’on songe à l’énormité du pouvoir du bourreau sur la victime, on ne se s’étonne pas que des esprits fanatiques y voient une dimension mystique21.

25Pour qualifier cette mort, c’est le qualificatif d’« extrême » qui convient. Cette mort va procurer des sensations intenses par des actes de cruauté indescriptibles, un complexe de sensations qui ne portent pas seulement sur la composante sexuelle. C’est avant tout le contrôle, la délectation de faire souffrir, le droit de vie ou de mort qui sont déterminants. Le viol avant ou pendant les tortures n’est pas toujours accompli.

26Une fois les premiers actes commis, et à mesure que le tueur organisé se sent conforté dans son impunité, il perfectionne sa manière d’agir initiale et se forge un « système » personnel qui justifie le surnom qui lui est attribué par la presse : le tueur à la hache, le meurtrier au tournevis, le dépeceur, l’étrangleur du bord du lac, le vampire, le cannibale... La presse écrite et audiovisuelle l’encourage à surprendre de plus en plus et à inspirer la peur.

  • 22 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 93.

27L’imaginaire criminel peut aussi privilégier la réduction à l’état d’image de la victime. Le tueur, en même temps qu’il cherche à s’emparer organiquement de la victime, s’impose aussi de contrôler l’ensemble des représentations que l’acte criminel et ses succédanés (dépeçage, souillure sexuelle, maquillage du cadavre, etc.) peuvent lui procurer. L’image tend ainsi à engendrer un état sublimé de sa victime unie à sa personne dans un même cérémoniel. Le fait de consommer des restes de la victime (rebuts organiques) à partir de prélèvements d’organes (rituels anthropophagiques) peut réactiver des représentations résiduelles de la victime ou recomposer un puzzle représentatif de celle-ci22.

28Le mourant aura connu l’agonie la plus immonde, la plus scandaleuse. La paix de la mort, comme ultime et effrayante jouissance, semble ne jamais lui être accessible. Si la mort escamotée, c’est la mort ailleurs, cette mort-là est, hors-langage, hors-nature, hors-chez-soi.

Les rituels

29On peut vraiment parler de rituels, car nous avons là un ensemble d’actes formalisés, expressifs, porteurs d’une dimension symbolique. Un scénario « dramatique » (au sens théâtral du terme) met en jeu des émotions collectives. Généralement frustré par le rôle médiocre ou banal qui lui est dévolu par le corps social, le serial killer emprunte à la liturgie meurtrière les voies d’un rayonnement personnel qui lui est par ailleurs refusé.

  • 23 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 44 et sqq.
  • 24 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, ibidem.

30Par l’analyse de ce phénomène de transgression lié à ces récits de mort violente, on assiste donc à la réactivation de langages symboliques23 : archétype du monstre (ogre, écorcheur, empaleur...), rites sacrificiels. Ceux, en particulier, de la revitalisation, de la régénérescence par l’absorption des ressources vitales des victimes. Ainsi dans le cas de la lycanthropie, le loup-garou est assimilé à une entité satanique. Certains tueurs ont pu être suspectés de lycanthropie au sens psychiatrique du terme. L’anthropophagie? dévoration charnelle, suscite et renforce aussi la pulsion érotique dans la mesure où elle représente sensuellement et symboliquement l’annexion suprême de la victime. La jouissance devient paroxystique, lors de la consommation de la chair de cadavres, susceptible de consacrer une relation posthume et symbiotique sans équivalent24. Le vampirisme : le vampire de Düsseldorf (1929), le vampire de Londres (1949), le vampire de Sacramento (1980)... témoignent d’un besoin de relation fusionnelle, de la recherche d’un apport capital de « revitalisation », en même temps que d’un réinvestissement identitaire et d’une extase que seule leur procure cette érotologie sanglante.

31La réactivation de ces pratiques nécrophiles est une manifestation de la régression fondamentale. Dans la perspective de Sade, de Baudelaire, ou de Bataille, il existe un lien étroit entre la sexualité et les forces de haine, de violence et de mort : fusion tragique d’Éros et de Thanatos.

32Quelle peut être la relation mourant-survivant en face d’un tel curriculum mortis, d’un tel vécu dramatique ? Nous savons quelle est l’importance pour les vivants qui doivent continuer à vivre de la réunification de la figure du disparu avec ses restes. Les rites propitiatoires existent pour plaire au mort, effacer l’offense, se faire pardonner. Si les rites funéraires servent à effectuer une séparation rituelle entre les morts et les vivants, ils servent surtout à séparer l’image du défunt du corps auquel elle est restée attachée au moment du décès. On comprend que, dans ces cas-là, le travail de deuil ne puisse sans doute pas se dérouler normalement. On doit se trouver en présence de deuils compliqués ou psychopathologiques (avec des phénomènes de négation, d’identification, de culpabilité). On peut évoquer aussi une culpabilité provenant de la société mortifère, culpabilité collective latente, sécrétée par une société qui tue, ou qui laisse mourir.

Médiatisation du fait divers

  • 25 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 67 et sqq.

33Autre type de récit relatif à ces morts violentes : celui dû à la consécration médiatique25. La presse écrite et audiovisuelle (voire les sites internet qui deviennent des lieux de confessions publiques) est peu économe de détails sordides et macabres. Ces récits exercent une fascination morbide sur les esprits et sur celui du tueur (celui de « type organisé ») lui-même qui recherche volontiers la célébrité, obsédé qu’il est, bien souvent, par l’idée d’entretenir des échanges sur le mode verbal, épistolaire et/ou symbolique avec le pouvoir médiatique et répressif. L’effet de « starisation » en miroir que la société renvoie peut avoir des conséquences délétères sur les mentalités (désir d’imitation). Il est souvent difficile dans ce domaine, tant la fascination du récit est forte sur les esprits, de démêler les récits de la réalité, des fictions littéraires et médiatiques. Le phénomène émergent des serial killers pour ressourcer littérature policière et cinéma peut paraître inquiétant, l’atypisme suscitant une attraction irrésistible sur des émules à la personnalité fragile.

  • 26 Michèle Agrapart-Delmas, De l’expertise criminelle au profilage, Lausanne, Favre, 2001, p. 176.

34On accuse souvent les médias de fabriquer des tueurs ; ce n’est que partiellement vrai, car si la violence médiatique est souvent reproduite au niveau de la délinquance, les tueurs multirécidivistes sont constitutionnellement construits, « tricotés » ainsi26. On ne devient pas tueur en série du jour au lendemain.

35L’image est devenue dans notre société contemporaine un vecteur privilégié de la représentation de la violence. Le cinéma, comme la littérature, s’est emparé du phénomène émergent des serial killers pour ressourcer, en le radicalisant, le genre du film noir. Les modes opératoires observés chez les tueurs en série se prêtent à des fictions d’une grande intensité dramatique. Celles relatant des crimes « classiques » peuvent sembler d’une grande fadeur.

  • 27 Christiane Olivier, L’Ogre intérieur. De la violence personnelle et familiale, Paris, Fayard, 1998 (...)

« La violence de l’écran ne fait qu’accompagner notre propre violence qui ne trouve certains jours d’autre échappatoire que ce trou noir de la salle de cinéma où nous plongeons pour deux heures d’horreur »27.

  • 28 Laurent Montet, Le profilage criminel, Paris, PUF, 2002, p. 8. Le couple tueur/profileur appartien (...)

36La thématique spectaculaire des tueurs en série peut avoir des conséquences néfastes sur un public vulnérable. L’adhésion à de tels concepts mortifères n’est pas sans danger. En effet, la déréalisation littéraire et cinématographique façonne une image souvent sublimée de ces grands agresseurs. Évoquons la fascination morbide et perverse particulièrement détestable vis-à-vis du personnage d’Hannibal Lecter qui est à la fois un brillant psychiatre profileur et l’un des pires tueurs en série cannibales que la Terre ait connus, mais également au regard du lien intime qui l’unit à l’apprentie profileuse du FBI, l’agent Starling, à laquelle tout un chacun pourra s’identifier, tant elle aura le privilège de parler à l’ogre de nos cauchemars, pour que le monstrueux docteur, dans le rôle du bon père de famille, l’aide à « guérir les plaies de son âme »28.

  • 29 Yves Ruter, Le roman policier, Paris, Nathan, 1997, p. 104.

37Quant au roman policier noir, il travaille incessamment thanatos. La pulsion de mort qui hante toute notre littérature est ici l’objet premier que l’on soumet à d’innombrables variations, soit pour l’exorciser, la clarifier (dans l’énigme), l’empêcher de se produire (dans le suspense), soit pour l’affronter en sachant qu’elle finit toujours par triompher (dans le roman noir). Ainsi à l’opposé des fantasmes de toute-puissance et des illusions, le roman noir rappelle aussi le négatif de la société et celui que nous portons en nous, la mort qui nous accompagne et à laquelle nous n’échapperons pas. En cela, il participe de la conscience critique et de la vision tragique qui sont constitutives de notre littérature29.

  • 30 Annik Dubied et Marc Lits, Le fait divers, Paris, PUF, 1999, p. 38.

38En ce qui concerne le nouveau paradigme télévisuel des reality shows qui s’est mis en place, il gagne du terrain puisque de nombreuses affaires judiciaires sont désormais traitées comme des fictions télévisuelles, réalisées et diffusées dans de très brefs délais après l’événement, à l’aide des témoignages des divers protagonistes, et construites selon les règles les plus strictes de la fiction policière30. Le canevas élaboré dans ces reality shows semble assez prégnant pour influer en retour sur la production paralittéraire.

  • 31 Annik Dubied et Marc Lits, op. cit., p. 62.
  • 32 Ibidem, p. 63.

39Les images de la mort fascinent, signe que le fait divers reste plus que jamais un genre qui touche tous les publics et qui est très vite utilisé par les nouveaux modes de diffusion de l’information, signe aussi que le public est en attente de ce type d’information, et qu’il ne se contente pas de consommer celle-ci passivement, mais qu’il souhaite la partager. Ainsi au-delà du récit journalistique d’un événement hors norme, le fait divers est aussi un objet qui permet diverses formes d’agrégation sociale (y compris dans les nouvelles technologies de l’information par voie électronique). Grâce à sa spécificité d’être protéiforme, il semble trouver dans chacune de ses modulations médiatiques une nouvelle manière de s’épanouir, capacité d’adaptation étonnante ; le fait divers est paradoxalement une représentation de l’extraordinaire ordinaire : autrement dit une mise en scène de l’ambivalence, comme le fait remarquer le sociologue Michel Maffesoli. Sorte de révélateur sociologique miroir qui permet à la société de se contempler elle-même, outil de l’installation d’une régularité sécuritaire, à travers la gestion médiatique des peurs qu’il génère, il est un bon indicateur des dysfonctionnements sociaux. Il ouvre par ses contenus et ses mises en scène à une connaissance des déséquilibres et des tensions d’une société – et la nôtre semble en proie à de profonds changements. Il permet de prendre connaissance des préconçus culturels d’une collectivité, et de « désenfouir » l’imaginaire collectif31. La réunion ponctuelle d’individus autour d’événements médiatisés engendre ce qu’on a pu appeler une « agrégation tribale »32. L’on croit reconnaître, dans les événements qui secouent la Belgique à l’occasion de l’affaire Dutroux, cette agrégation tribale, si l’on aime à penser qu’effectivement certains cas de faits divers pourraient bien tendre à détourner une population de l’essentiel pour la focaliser sur ce qui n’est pas gênant, si l’on s’accorde à appréhender, dans les histoires de serial killers de nos jours, la régularisation sécuritaire. Peut-on évoquer à la limite la figure du bouc émissaire ?

Le rôle cathartique des histoires tragiques

40C’est Stephen King qui a écrit :

« Nous inventons des horreurs pour nous aider à supporter les vraies horreurs... Le rêve d’horreur est en lui-même un défoulement et une thérapie... et peut-être bien que le rêve d’horreur reconverti en mass média est parfois en mesure de devenir un divan à l’échelle nationale. »

41Ce n’est pas nouveau. L’une des fonctions primordiales de récits étiologiques tels que les mythes, contes et légendes consistait à proposer une explication aux phénomènes inquiétants et donc à résoudre une angoisse latente.

  • 33 Denis Duclos, Le complexe du loup-garou. La fascination de la violence dans la culture américaine, (...)

42La peur est la face d’ombre du cogito. La seule façon d’en alléger la pesée est de la libérer en histoire. Ce rôle joué par la littérature est complété, voire remplacé aujourd’hui par les médias. Denis Duclos, quand il analyse le phénomène des serial killers américains à travers les faits et les fictions qui s’en inspirent, conclut qu’en chacun d’entre nous sommeillerait un loup-garou ; le phénomène des serial killers révélerait le manque, la défaillance et le désespoir d’une société en quête de références et de valeurs. Il faudrait donc compenser l’effet de série par un effet de présence grâce au patient tissage d’un espace narratif. Le récit de fait divers contribuerait ainsi à exorciser notre peur de la violence, mais aussi notre peur d’y succomber un jour. Il jouerait le même rôle cathartique que les mythes33. À travers la sélection qu’ils opèrent parmi les faits divers, les journalistes constitueraient donc la carte de nos angoisses et nous permettraient de découvrir une partie de l’« identité narrative », selon l’expression de Paul Ricœur, que notre société se construit à travers ces récits d’actualité.

  • 34 Jean Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, 1976, p. 73.

43On ne peut donc pas parler d’exploration abjecte de la mort par les médias. Ceux-ci se contentent de jouer sur le fait que les événements qui ont une signification immédiatement pour tous, sans calcul ni détour, sont ceux qui mettent en jeu, d’une façon ou d’une autre, la mort. En ce sens les médias les plus abjects sont aussi les plus objectifs. C’est parce que nous vivons de mort lente que nous rêvons de mort violente34.

44Nous sommes en fait en face de trois données : une peur latente sans cesse réactivée, des médias qui exploitent (commercialement, symboliquement, cathartiquement, chacun est juge) ce fonds immémorial, un public qui veut et qui ne veut pas être confronté à ce qui le remplit d’effroi.

  • 35 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 77.
  • 36 Voir à cet égard le très intéressant rapport de Blandine Kriegel sur La violence à la télévision, (...)

45Cet écho de la société médiatique aux meurtres en série pose le problème informatif de thèmes de société ultrasensibles. À cet égard, l’instrumentalisation médiatique doit aboutir à des règles précises d’équilibre où sans abolir la circulation préventive de l’information sur les tueurs en série, il ne peut être encouragé à des fins d’audience un comportement prosélyte en contravention avec les règles fondamentales de sécurité individuelle et publique35. La reconduction d’un imaginaire ancien dans les constats les plus actuels de cette barbarie, sa réactivation par les effets de la médiatisation suggèrent que soit mis en place un débat collectif pour limiter la diffusion de ces récits de mort36.

46On le voit, les modalités d’actualisation et les enjeux de la figure du tueur en série sont nombreux et polymorphes : s’y mêlent à la fois des aspects psychologiques, sociologiques, épistémologiques, sémiotiques, herméneutiques et éthiques, en proportion et relation variables selon les discours fictionnels ou non dans lesquels s’incarne la figure. D’étonnement en inquiétude, il y a là une occasion de réfléchir à ce qui lie ensemble violence mortifère, culture et société.

Notes

1 Louis-Vincent Thomas, Mort et pouvoir, Paris, Payot, 1999 (rééd. de 1978), p. 67.

2 Un enfant qui passe deux heures par jour devant la télévision, donc 14 heures par semaine, a des « chances », s’il zappe quelque peu, de voir jusqu’à 150 meurtres en sept jours (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel).

3 Roger Dadoun, La violence, Paris, Hatier, 1993.

4 Boris Cyrulnik, Les nourritures affectives, Paris, Odile Jacob, 1993.

5 Michel Maffesoli, Essais sur la violence, Paris, Librairie des Méridiens, 1984.

6 Jack Messy, Pourquoi la violence, Paris, Payot, 2004.

7 Jack Messy, op. cit., p. 135.

8 Colin Wilson, Le pire des mondes. Le temps des serial killers, Courbevoie, Durante, 2002, p. 42.

9 Entre 1900 et 1950, les crimes en série représentaient 1 à 2 % de l’ensemble des morts violentes. En 1999 : 6 % (Stéphane Bourgoin, Les serials killers sont parmi nous, Paris, Albin Michel, 2003, p. 40).

10 Daniel Zagury, interview du jeudi 26 juin 2003 sur LCI.

11 Cité par Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 19.

12 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, Tueurs en série, Paris, Flammarion, 2001, p. 16.

13 Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 50.

14 Voir les empoisonneuses en série, telles la marquise de Brinvilliers, décapitée et brûlée en 1676, Catherine Mauvoisin, dite la Voisin, qui périt sur le bûcher en février 1680, etc.

15 Ted Bundy, cité par Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 35.

16 En criminologie, jusqu’à la fin de la deuxième Guerre mondiale, les travaux ont surtout porté sur l’agresseur. Puis en 1946, Von Hentig parle de « victime ». On portera ensuite l’attention sur l’analyse de ce qui a relié, ne fût-ce qu’un instant, la victime à l’auteur, le « lien victimologique ».

17 Patrick Tissier, violeur et meurtrier récidiviste, cité par Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 152.

18 Stéphane Bourgoin, op. cit., p. 153.

19 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op.cit., p. 27.

20 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op.cit., p. 26 et sqq.

21 Louis-Vincent Thomas, op.cit., p. 164.

22 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 93.

23 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 44 et sqq.

24 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, ibidem.

25 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 67 et sqq.

26 Michèle Agrapart-Delmas, De l’expertise criminelle au profilage, Lausanne, Favre, 2001, p. 176.

27 Christiane Olivier, L’Ogre intérieur. De la violence personnelle et familiale, Paris, Fayard, 1998, p. 194.

28 Laurent Montet, Le profilage criminel, Paris, PUF, 2002, p. 8. Le couple tueur/profileur appartient aussi au domaine du mythe. Le profileur fait souvent l’objet de fictions littéraires et médiatiques où il est présenté comme un extralucide, qui œuvrerait à partir de flashes de voyance.

29 Yves Ruter, Le roman policier, Paris, Nathan, 1997, p. 104.

30 Annik Dubied et Marc Lits, Le fait divers, Paris, PUF, 1999, p. 38.

31 Annik Dubied et Marc Lits, op. cit., p. 62.

32 Ibidem, p. 63.

33 Denis Duclos, Le complexe du loup-garou. La fascination de la violence dans la culture américaine, Paris, La Découverte, 1994, p. 268.

34 Jean Baudrillard, L’échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, 1976, p. 73.

35 Lygia Négrier-Dormont et Ronald Nossintchouk, op. cit., p. 77.

36 Voir à cet égard le très intéressant rapport de Blandine Kriegel sur La violence à la télévision, Paris, PUF, 2003.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540