Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les narrations de la mort

 | 
Régis Bertrand
, 
Anne Carol
, 
Jean-Noël Pelen

Récits de mort, témoignages, édification

La mort et les obsèques aixoises du roi René : une prolifération narrative tardive

Noël Coulet

Texte intégral

  • 1 AD BDR B 18 f°2.
  • 2 Aix Bibliothèque Méjanes ms Res. 37. f° 71 v°.
  • 3 Jean-Scholastique Pitton, Histoire de la ville d’Aix, Aix, 1666, p. 227.
  • 4 Louis-François de Villeneuve-Bargemont, Histoire de René d’Anjou, roi de Naples, duc de Lorraine e (...)

1Le roi René meurt le 10 juillet 1480. Deux documents conservent la trace de cet événement. Le premier est une notice qu’Honorât de Mari, archivaire de la Chambre des comptes, a inscrite sur la page de garde de l’un des magna regestra de la Chambre : « Die qua obiit serenissimus inclitus dominas noster rex Renatus. Anno incarnationis Domini nostri Jhesus Christi millesimo IIIe LXXX, die lune decima mensis julii, hora secunda post meridiem vel circa, serenissimus et inclitus dominus noster rex Renatus, cujus anima in requie sempiterna permaneat, amen, princeps pacis et misericors, cum plantu et ploratu Provincialium et insuper Aquensium, obiit et suos dies clausit extremsos ; cujus viscera in capella sua regali Nostre Domine de Monte Carmeli ejusdem civitatis, ante altare ejusdem capelle cepelliuntur, corpus vero ad latus majoris artaris (sic) ecclesie Sancti Salvatoris ad manum dexteram respiciendo corum ecclesie predicte, honorifice et regaliter humatur. De Mari1. » Le second est une des nombreuses mentions marginales que comporte le martyrologe de la cathédrale Saint Sauveur, elle se borne à noter la date du décès2. Ces deux textes ont été longtemps ignorés par l’historiographie provençale. Il faut attendre la publication de l’Histoire d’Aix par Jean-Scholastique Pitton en 1666 pour voir reproduite la notice d’Honorat de Mari que l’auteur présente comme tirée du martyrologe de Saint-Sauveur3. La même erreur est reprise dans l’Histoire de René d’Anjou de Villeneuve-Bargemont en 18254. Seul Lecoy de la Marche dans sa biographie du roi René (1875) donne le texte avec la référence précise.

La mort et les manifestations de deuil

  • 5 Jehan de Bourdigné, Histoire aggrégative des Annales et chroniques d’Anjou, Angers, 1529, p. 172 v (...)

2Ces textes rédigés au lendemain des faits sont d’une grande discrétion sur le trépas du souverain et sur les manifestations de deuil qui ont pu l’entourer et le suivre. Les pleurs des Provençaux et en particulier des Aixois que mentionne Honorat de Mari sont-ils plus qu’une clause de style ? Pendant longtemps l’historiographie observera le même silence. À une exception. L’Angevin Bourdigné, dont l’Histoire aggrégative des Annales et chroniques d’Anjou paraît en 1529, consacre quelques lignes aux derniers moments du souverain : « Le très illustre et magnanime roi René d’un hautain et invaincu courage, méprisant les terriennes choses et aspirant déjà de tout son pouvoir aux célestes, comme un dévot chrétien et vrai catholique très curieusement examina sa conscience et disposa d’icelle. Et après avoir reçu les saints sacrements de l’église, en confessant le nom de Jésus Christ et disant par le mérite de sa sainte passion croire avoir rémission de ses péchés à Dieu son créateur rendit son vertueux esprit. »5 Y a-t-il là plus que le récit convenu d’une bonne mort ? On peut en douter.

  • 6 César de Nostredame, L’histoire et chronique de Provence, Lyon, 1612, p. 644.
  • 7 Honoré Bouche, La chorographie ou description de Provence et l’histoire chronologique du même pays(...)

3Les historiens provençaux du XVIIe siècle concentrent exclusivement leur attention sur la cérémonie funèbre qu’ils évoquent d’ailleurs brièvement. Ainsi César de Nostredame, auteur de la première histoire de Provence, parue en 1612, se borne à mentionner le décès et la date à laquelle il est survenu et consacre quelques lignes au cérémonial : « le corps... demeura trois jours à la salle du Palais où, après lui avoir rendu toutes les solennités requises à la Majesté royale, on fit le service funèbre au temple de Saint Sauveur en grand honneur et magnificence avec grands pleurs et lamentations merveilleuses et publiques. »6 À quelques mots près les ouvrages consacrés à l’histoire du comté reprennent ces lignes pendant plus d’un demi-siècle. Ainsi Honoré Bouche, dont l’ouvrage paraît en 1664, indique que le corps du roi fut exposé après sa mort pendant trois jours dans la salle du palais et évoque « la cérémonie d’une très magnifique pompe funèbre faite pour lui dans l’église métropolitaine de Saint Sauveur, accompagnée de larmes et de sanglots » qui précéda son ensevelissement7.

  • 8 Ibid., p. 347.

4La narration prend plus d’ampleur avec Jean-François de Gaufridi (1622-1689), conseiller au Parlement, dont l’Histoire de Provence, ouvrage posthume, est publiée en 1694. Il évoque brièvement les derniers instants du roi pour prêter au mourant un discours adressé à son héritier, son neveu Charles du Maine, l’incitant à « aimer les peuples comme je les ai aimés. C’est principalement par cette méthode que vous trouverez les Provençaux fidèles et zélés. Considérez ce qu’ils ont fait pour moi » – allusion aux subsides alloués pour les guerres du souverain – « Vous trouverez qu’ils m’ont plus fourni à moi seul dans ces rencontres qu’ils ne firent jamais à mes trois derniers prédécesseurs. »8 Mais ce sont surtout les manifestations de deuil sur lesquelles l’auteur s’attarde : « Aussi on peut assurer que jamais roi ne fut plus regretté de son peuple. Cela se remarquait visiblement durant les trois jours que son corps fut exposé sur son lit de parade car il y accourut une si grande foule de monde, il s’y vit tant de pleurs et tant de sanglots qu’il fut bien facile de connaître que le concours se faisait par amour et non par curiosité. On put encore mieux observer cela le jour que les obsèques se firent. Car les artisans fermèrent leurs boutiques. Tous cessèrent en même temps de travailler... On pleure la mort du père de la patrie. C’était ainsi qu’on appelait le roi de son vivant. »8

  • 9 Pierre-Joseph de Haitze, Histoire de la ville d’Aix capitale de la Provence, t I, Aix, 1880, p. 50 (...)
  • 10 Ibid., p. 503.
  • 11 Ibid., p. 503. La dernière phrase est quasi littéralement reprise à Gaufridi.
  • 12 Ibid., p. 503-4.

5Les thèmes ainsi exposés vont être développés abondamment par Pierre-Joseph de Haitze, neveu de Gaufridi, mort en 1736, qui a rédigé au début du XVIIIe siècle – il l’achève en 1715 – une Histoire de la ville d’Aix qui ne sera imprimée qu’en 1880. Il puise largement dans l’œuvre de son oncle, mais son imagination lui permet d’enrichir de nouveaux détails une histoire devenue plus lacrymale. Il orchestre la mort du roi en lui associant la ville entière dès que la maladie saisit le souverain : « Le roi tomba malade dans la ville. Cet accident jeta à l’instant le peuple dans les dernières alarmes. Son âge de soixante et treize années faisait beaucoup craindre pour sa personne. D’abord tout le monde courut aux églises. Chacun se mit en prières, les corps et les particuliers firent des vœux. Enfin on vit jamais tant d’empressement et tant de consternation tout ensemble. On eut dit qu’il s’agissait d’éviter une dévastation générale. »9 Le discours à Charles du Maine s’inscrit dans le récit d’une mort édifiante : « Le roi apprit bien avec quelque espèce de joie ces témoignages de l’amour public. Mais, comme il se sentait mourir, cela ne le détourna point des saints et nobles sentiments par lesquels il devait terminer son règne et sa vie. On les admira en lui dans ses derniers moments. Sa piété édifia à un si haut point tous ceux qui l’assistaient, qu’on envia une si sainte mort que la sienne... Il recommanda les Provençaux à son successeur par les endroits les plus tendres et les plus honorables pour la nation, et comme il avait expérimenté les retours d’amitié de ceux-ci, il leur recommanda réciproquement de les continuer à son héritier. »10 Les manifestations de deuil se produisent chez Haitze avant même le jour des obsèques, dès l’heure du trépas, et l’exposition du roi dans la salle du palais devient une disposition prise pour satisfaire le désir du peuple de rendre hommage au prince. « Les boutiques furent à l’instant fermées, on ne vit partout que des pleurs, que des sanglots et que lamentations, et l’on peut assurer que jamais perte d’un roi ne consterna tant de sujets que le fit celle de ce bon prince. Comme il fut mort, on courut au palais pour le voir et on n’en aurait bougé si on n’eût promis qu’il serait exposé pendant trois jours afin qu’on pût se contenter là-dessus. Pendant ces trois jours qu’il fut exposé sur son lit de parade, il accourut une si grande foule de monde pour le voir que le palais ne désemplissait pas jour et nuit. Il s’y vit tant de pleurs et tant de sanglots, qu’il fut bien facile de connaître que le concours se faisait par amour et non par curiosité. »11 Décrivant ensuite les obsèques, Haitze insiste moins sur la pompe funèbre que sur le déluge de larmes des participants : « Tous les corps de la ville, tant ecclésiastiques, réguliers que laïques y parurent, non pour chanter des prières, quoiqu’ils en eussent bien l’intention, mais pour verser publiquement des larmes. Toutes les communautés de la province y envoyèrent des députés. Ceux qui purent y être à temps, joints aux domestiques de la maison royale, firent un cortège dont la marche occupa presque toute la journée. On ne vit jamais rien de plus triste que la face de la ville pendant tout ce jour. Les artisans fermèrent de nouveau les boutiques et on suspendit toute sorte de négoce pour rendre au prince ces tristes et derniers devoirs. »12

  • 13 Paris, 1824.
  • 14 Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 159-160.
  • 15 Id., p. 161.
  • 16 Prieur du couvent de Saint-Maximin, il a reçu du roi René le 19 juin 1470 des lettres le nommant c (...)
  • 17 Maître rational de la Chambre des comptes, proche du roi René, il reçut de lui un diptyque représe (...)
  • 18 Chambellan. On ne sait pourquoi l’auteur l’affuble du qualificatif vénérable.
  • 19 Grand président de la Chambre des comptes.
  • 20 Ibid., p. 162.
  • 21 Ibid., p. 164.
  • 22 Ibid., p. 165-6.
  • 23 Ibid., p. 167.

6Louis-François de Villeneuve-Bargemont dont l’Histoire de René d’Anjou est publiée en 1825 a certainement lu le manuscrit de Haitze. Cet auteur qui a commencé sa carrière littéraire comme romancier avec un Lyonnel ou la Provence au XIIIe siècle13, bon exemple de style troubadour, orchestre, en l’ornant de traits pittoresques, le récit déjà fleuri de Haitze. Voici à nouveau le cortège des suppliants faisant monter leurs vœux pour la guérison du roi : « On se précipite en foule dans les temples afin d’implorer la guérison d’un souverain adoré... les divers corps de l’état remplissent à leur tour les églises... Assis sous les tilleuls qui ombragent les avenues du palais, on se précipitait en foule dans la cour, des vieillards, des femmes, des enfants se demandant en sanglotant les nouvelles du père commun... Les diverses routes qui aboutissent à la capitale n’offrent pas un tableau moins digne d’intérêt. Les messagers des principales villes, ceux des plus simples hameaux s’y succèdent sans interruption... Enfin la Provence entière présente l’aspect d’une grande famille alarmée sur la vie de son chef. »14 Villeneuve-Bargemont reprend l’exhortation à Charles du Maine, mais la situe dans le cadre d’une mort publique et édifiante. Il fait entrer en scène des témoins15. Le roi sentant ses derniers moments approcher fait en effet appeler Charles du Maine, son confesseur, le dominicain Elzéar Garnier16, « Jean de Matheron17, le vénérable Fouques d’Agout18, le grand sénéchal Pierre de La Jaille et Palamède de Forbin. »19 Cette liste n’a rien d’invraisemblable, à l’exception de Palamède Forbin alors en mission à Venise aux côtés de René de Lorraine. Elle a visiblement été établie de manière à privilégier l’entourage provençal du prince : Pierre de La Jaille est le seul Angevin cité. Le discours innove à peine par rapport à ses prédécesseurs : « La seule maxime que vous ayiez à pratiquer... c’est d’aimer vos peuples comme je les ai aimés... C’est principalement ainsi que vous trouverez les Provençaux fidèles et zélés. Considérez ce qu’ils ont fait pour moi... en tous mes besoins dans les guerres de Catalogne et même dans celles où j’assistais le feu roi Charles VII en Normandie. Vous savez ce qu’on a dit d’eux : qu’il n’y eut jamais de meilleure nation sous un bon roi et qu’il fut jamais de pire sous un mauvais prince. »20 Le temps est venu de bonne mort : « prêt à s’élancer vers l’éternité, il veut une dernière fois écouter les paroles saintes et se fait lire les psaumes par Elzéar Garnier. »21 La scène du deuil gagne en intensité et en pittoresque : « Les cris de douleur qui retentissent dans le palais en deuil ayant annoncé au dehors la perte que l’on venait de faire, chacun abandonna sa maison, suspendit ses travaux et oublia ses affections personnelles pour accourir sur les places publiques... Les manufactures, les ateliers, les boutiques s’étaient fermées spontanément ; des drapeaux funèbres flottaient à toutes les portes, et la consternation gagnant de proche en proche, jusque dans les chaumières les plus isolées, on vit une foule de laboureurs quitter les champs et arriver dans la ville en s’écriant : le père de la patrie, le père des pauvres n’existe plus ! »22 Le récit des obsèques accentue encore l’image d’unanimisme que voulait donner Haitze. Elles ont lieu en présence de toutes les communautés de Provence, des députés des villes qui purent arriver à temps, des cours souveraines de justice, du clergé en entier et de tous les habitants d’Aix sans distinction, portant des flambeaux à la main23.

  • 24 Quatrebarbes (comte de), Œuvres complètes du roi René, Paris, 1845, p. CXXXVI-CXXXVII.

7Le comte de Quatrebarbes qui fait précéder son édition des œuvres littéraires du roi René, publiée en 1845, d’une biographie de ce prince, reprend la même trame, non sans y ajouter de nouveaux développements24. On retrouve le même élan unanime de supplications à l’approche de la mort du roi une fois que le bruit de sa maladie se fut répandu « jusqu’aux extrémités de la Provence » : « Les églises ne pouvaient plus contenir la foule qui s’agenouillait dans leur enceinte. Les laboureurs qui vivaient sous leurs figuiers à l’abri de toute exaction et pillage, les marchands protégés par le bon roi, les gentilshommes qui avaient combattu à ses côtés, les pauvres qu’il secourait chaque jour, tous exprimaient leur crainte. ». La scène des derniers moments s’enrichit de nouveaux détails. Il y ajoute une scène d’intimité familiale : « René touché profondément de l’amour qu’on lui témoignait, semblait oublier ses souffrances pour consoler sa famille. Il aimait surtout à voir jouer près de lui Marguerite de Vaudémont, la plus jeune des enfants de sa fille Yolande : « C’était tout son contentement, dit l’auteur de la vie de cette sainte princesse, que de l’avoir dans sa chambre, de la faire prier Dieu en joignant ses petites mains. » Il insère un véritable rituel de succession : une fois introduits auprès du lit de mort du roi les mêmes grands officiers que nommait Villeneuve-Bargemont, « le bon roi les pria de garder fidèlement ses dernières intentions et d’être pour son neveu et son petit-fils de loyaux serviteurs. Puis, se tournant vers ce prince, il lui recommande d’aimer son peuple, de ne pas le surcharger d’impôts, de lui donner bonne justice, enfin de se souvenir que Dieu veut que les rois lui ressemblent plus par débonnaireté que par puissance. » La mort est encore plus édifiante. Dans une chambre transformée en chapelle où un autel a été dressé afin qu’Elzéar Garnier célèbre la messe tous les jours, le roi prend congé des officiers de sa maison, des principaux habitants d’Aix et de ses « pauvres serviteurs et domestiques ». qui tous fondent en larmes « à la vue de leur maître, étendu sur une simple couchette à carreaux de toile rayée ». Puis, « quand il eut satisfait à son amour pour son peuple, il pria le père Elzéar de ne plus le quitter et de lui choisir dans le psautier de touchantes lectures. Il avait conservé toute son intelligence ; et on l’entendit répéter les paroles sacrées tant qu’un souffle de vie fit battre son cœur » Les derniers hommages gagnent encore en intensité : « un grand cri de douleur, parti de l’intérieur du palais, apprit au peuple qu’il avait perdu son père... Tous veulent revoir encore leur souverain bien aimé. Ils se précipitent dans ses appartements, baisent ses pieds glacés et ne s’éloignent qu’après avoir longtemps contemplé ses traits. » Dans la même logique de surenchère le temps d’exposition du cadavre dure ici quatre jours et la couleur du deuil enveloppe toute la ville : « les rues d’Aix étaient tendues de noir jusqu’au faîte des maisons ; des drapeaux de même couleur flottaient aux fenêtres ».

  • 25 « Il y a cinquante ans on n’avait pas encore fait de l’histoire une science exacte ; puiser aux so (...)
  • 26 Ibid., p. 426.

8Albert Lecoy de la Marche qui publie en 1875 une biographie du roi René entend pratiquer une autre manière d’inscrire l’histoire, fondée sur les sources d’archives25. Il censure ces débordements : « Bourdigné et après lui M. de Villeneuve-Bargemont ont retracé les détails de sa fin, et les leçons qu’il dut adresser de son lit de mort à son héritier, avec une complaisance qui en diminue beaucoup l’authenticité » Mais il ne peut s’empêcher d’emprunter à ses devanciers un détail édifiant que rien n’authentifie : « Un religieux, Elzéar Garnier, a raconté qu’après lui avoir administré les derniers sacrements, il lui avait fait, sur sa demande, la lecture des psaumes et qu’il l’avait entendu se livrer jusqu’à la fin aux réflexions les plus édifiantes sur le texte sacré. »26 Pouvait-on priver le roi René d’une bonne mort ?

Le monument imaginaire

  • 27 Quatrebarbes, op. cit. p. 84.
  • 28 AD BDR 309 E 250 f° 651v°.
  • 29 BNF Ms fr. 22450 p. 141-143.

9Le testament du roi, dicté le 12 juillet 1474, avait prévu que, « en quelque lieu qu’il trépassera », son cœur reposerait dans la chapelle qu’il avait fondée en l’honneur de saint Bernardin de Sienne au couvent des cordeliers d’Angers et que son corps serait enseveli dans le tombeau qu’il avait fait bâtir dans la cathédrale de cette ville où reposait déjà sa première femme Isabelle de Lorraine27. La notice d’Honorât de Mari rapporte que les entrailles du roi ont été déposées devant l’autel de la chapelle qu’il avait fondé dans l’église du couvent des carmes et que son corps a reçu une sépulture dans la cathédrale Saint-Sauveur à droite du grand autel. Deux documents complètent cette notice. Un acte du notaire Bertrand Borrilli enregistre une requête adressée le 5 août 1480 au chapitre cathédral au nom de la reine Jeanne de Laval par Urbain Chaussegros, secrétaire du roi et archivaire. Ce dernier rappelle que la reine certains jours de fête (certis diebus solemnibus et alias quando eidem sérénissime domine placuerit) fait étendre un drap d’or sur le tombeau du roi dans la cathédrale et demande qu’il lui soit donné acte que le déploiement et le retrait de ce drap sur la tombe se feront au gré de la reine et sans que les chanoines n’acquièrent de ce fait aucun droit sur ce drap28. Un ensemble de copies extraites par Gainières au XVIIe siècle des archives du chapitre d’Angers reproduit une lettre de Charles III adressée au doyen et au chapitre de la cathédrale d’Angers en date du 10 octobre 1480, par laquelle le nouveau comte de Provence les informe de ce que le prieur du couvent de Saint-Maximin affirme que le roi René aurait depuis son dernier testament exprimé la volonté de recevoir « ensepulturement » dans ce couvent, une prétention que le chapitre rejette en s’appuyant sur diverses dispositions écrites du souverain, protestation à laquelle Charles III et son conseil décident de déférer29.

  • 30 Bourdigné, op. cit., p. 172v.
  • 31 Quatrebarbes, op. cit., p. 122.
  • 32 Lecoy DE LA Marche, op. cit., t. II, p. 387.

10Le récit le plus proche des événements est celui de l’Angevin Bourdigné publié en 1529. Il mentionne la « funébreuse solennité » célébrée « à grand appareil et triomphe en l’église d’Aix majeure et métropolitaine de Provence. En laquelle fut le corps royal, premièrement de précieuses et aromatiques liqueurs embaumé, et clos en un cercueil de plomb magnifiquement inhumé. »30 Les documents établis à Angers lors de l’arrivée du corps un an plus tard dans cette ville mentionnent « une grande chasse de plomb couverte de bois. »31 Le parfait état de conservation du corps constaté à l’ouverture « aussi frais que si n’y eut que cinq ou six jours qu’il fut trépassé »32 confirme que le cadavre fut embaumé, après l’éviscération dont témoigne le dépôt des entrailles dans l’église des carmes.

  • 33 Allusion au retable du Buisson ardent. Nostredame, op. et loc. cit.
  • 34 Nicolas Claude Fabri de Peiresc, Histoire abrégée de Provence et autres textes, éd. J. Ferrier et (...)
  • 35 Bouche, op. cit., p. 477.

11Curieusement, si on compare leurs propos au texte de Bourdigné, la confusion règne longtemps parmi les historiens provençaux sur la sépulture du roi. Ainsi César de Nostredame, écrit « si furent après le trépas de ce tant bon et tant excellent roi mis plusieurs et divers Éloges, Épitaphes et doctes compositions sur sa tombe dans l’église du couvent des Carmes de la cité d’Aix où il est enseveli et peint au vif »33. Aucune mention n’est faite d’un transfert ultérieur du corps. Elle figure, mais sous une forme plutôt dubitative, sous la plume de Peiresc dans son Histoire abrégée de Provence, rédigée, selon ses éditeurs une vingtaine d’années plus tard, vers 1630, qui situe également le tombeau au couvent des carmes : « Il fut enseveli aux Carmes d’Aix d’où l’on dit que sa veuve le fit secrètement transporter à Saint-Maurice d’Angers »34. Bouche, un demi-siècle après la publication de l’œuvre de Nostredame, met ouvertement en doute son affirmation : « il fut enseveli, au rapport de quelques-uns, dans l’église des religieux carmes... ce qui n’est pas croyable d’autant qu’il y aurait quelque marque de sa sépulture, mais plutôt, après avoir été embaumé, il fut conservé à autre part, pour être emporté suivant son intention et par le soin de la reine sa femme en la ville d’Angers... Ce que donc l’on voit dans sa chapelle en l’église des carmes de la ville d’Aix, sous une grille de fer, n’est que le lieu où l’on reposa ses entrailles, lorsqu’il fut embaumé pour être porté à Angers, ainsi que le dit la suivante inscription gravée dans une lame de fer, faite en forme de cœur, enfermée sous cette grille : Hic sunt viscera serenissimi Sicilie et Jerusalem regis Renati Andegavie et Bari ducis et Provinciae comitis »35. On est loin des éloges, épitaphes et autres compositions mentionnées par Nostradamus. Mais on va les retrouver avec l’Histoire de Provence de Gaufridi qui, à nouveau, change la donne et infléchit la narration historique.

  • 36 Gaufridi, op. cit., p. 347-8.

12Il prête à la population provençale une réaction quasi insurrectionnelle face aux dispositions testamentaires du roi. Le peuple « dit qu’il voulait conserver dans Aix un roi qui en avait été les délices, que nul autre peuple ne pouvait lui disputer l’avantage de l’avoir aimé plus que lui, que nul aussi ne lui devait envier l’honneur de témoigner son amour par un tombeau digne d’un si grand prince ». Pour donner corps à cette volonté, Gaufridi se lance dans la description d’un monument imaginaire. « En même temps, pour exécuter ce dessein, on employa les gens d’esprit à dresser le plan d’un superbe Mausolée. Chacun y travailla suivant son génie et sa passion ». Deux projets nous sont présentés. « Les uns sont d’avis d’élever la figure du roi sur la représentation des grandes actions qu’il avait exécutées dans la guerre, quelque fâcheux succès qu’elles eussent eues. Il suffisait que ces actions fussent éclatantes pour mériter les éloges de la postérité. Ils voulaient donc qu’on représentât la bataille de Bulleneville, l’irruption dans Naples faite par Alfonse roi d’Aragon, l’insulte que les Génois firent au roi quand il approcha comme ami de leur ville ». Le monument célébrerait ainsi la capture de René, l’échec de sa reconquête du royaume de Naples et une déroute infamante ! « Les autres estimaient que la statue devait être élevée sur les actions pieuses que le roi avait fait en pleine paix, la recherche des reliques des Maries, l’ouverture solennelle de la chasse de la Madeleine, la publication des lois contre les libertins et les blasphémateurs ». La statuaire telle qu’elle est envisagée est bien éloignée de celle de l’époque de René dont témoigne la gravure représentant le tombeau de son successeur, mais s’inspire des modèles que Gaufridi voyait réaliser de son temps : « Tous demeuraient d’accord qu’au-dessus de la statue devaient être représentées les sciences auxquelles le roi avait excellé, la Mathématique, l’histoire, la Poésie devaient soutenir l’inscription de l’épitaphe, la Peinture et la Musique, toutes éplorées, doivent jeter leurs instruments dans son tombeau, comme pour témoigner que toutes leurs douceurs mouraient avec ce bon et sage prince ». Vient, pour couronner le tout, une longue épitaphe qu’» on avait déjà préparé » et dont la paternité revient en réalité à Gaufridi : « Aeternae memoriae Renati Jérusalem et Siciliae regis, Andegaviae et Barri ducis, Provinciae et Forcalquerii comitis qui bello simul et pace clarus sed infelix felicem se solum apud Provinciales agnovit, qui externis aeque ac domesticis hostibus impetitus fidem in aliis saepe labantem, incorruptam semper in Provincialibus est expertus, qui regno pulsus, liberis orbatus, opibus exutus, omnia in benevolentia Provincialium invenit, qui Provinciales tanta comitate, tanta beneficia cumulavit ut principem aequissimum, regem mitissimum, patrem optimum, appelarint et hoc immortale grati animi fidei observantiae monumentum futuris saeculis consecrarint. »36

  • 37 Haitze, op. cit., p. 504-506.

13Comme pour le récit des obsèques, Haitze reprend le texte de son oncle en l’amplifiant, en le dramatisant et en l’enrichissant de détails anecdotiques37. Ainsi de la réaction du peuple rejetant la perspective d’un transfert à Angers : « On eut beau lui représenter que ce serait là violer les ordres les plus sacrés que le roi avait laissés en mourant, il répondit à cela que le prince s’étant donné à la ville longtemps avant sa mort en y élisant son séjour, et cette donation ayant été confirmée par une demeure de tant d’années qu’il avait vécu ensuite, il n’avait pu disposer de son corps à son préjudice. » Haitze assure un financement au projet : « Les députés des communes... fortifièrent cette opposition en y adhérant, et demandèrent que le tombeau fut fait aux frais de toute la province ». Il lui trouve aussi, sans mal, un emplacement : « La place fut incontinent désignée. On choisit celle où l’on voit maintenant le tombeau de son successeur. » Le programme iconographique associe les différentes options présentées par Gaufridi : « les rencontres de guerre les plus éclatantes où ce prince s’était trouvé, quoiqu’il eut été peu heureux en toutes » et « la représentation des actions les plus illustres du roi durant la paix, le tout couronné par les « figures symboliques » des sciences et des arts qui « devaient témoigner par leur attitude qu’elles perdaient le plus illustre nourrisson qu’elles eussent jamais eu. » Vient ensuite le texte de l’épitaphe copié sur Gaufridi. Mais, ici aussi, Haitze en rajoute : « Cette épitaphe ne fut pas la seule qui parut en cette occasion. Il s’en vit un si grand nombre qu’on eut dit que tous les esprits n’étaient occupés que de cela. Ces compositions ne furent pas toutes en latin ; il y en eut en toutes les langues que pouvait avoir connu ce prince, jusqu’à la grecque et l’hébraïque... Il se fit de toutes ces pièces un volume dont le mérite a fait la rareté des exemplaires, car il n’y a que les choses excellentes qui soient enlevées et peu communicables », manière élégante de prévenir les questions sur la réalité de ce recueil.

  • 38 Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 170-172.

14Villeneuve-Bargemont reprend la même trame, mais l’enrichit de nouveaux épisodes et de détails pittoresques38. L’opposition des Provençaux à l’exécution du testament du roi prend un tour insurrectionnel : « à peine cette détermination se répandit-elle dans la ville d’Aix, qu’un soulèvement général y éclata. Non seulement le peuple entier y prit part, mais les classes les plus élevées témoignèrent hautement leur mécontentement et pour la première fois, on entendit murmurer contre le bon roi... Bientôt les esprits s’échauffèrent de plus en plus, la fermentation fit de nouveaux progrès, on se persuada que l’honneur national était intéressé à conserver dans la capitale le monarque qui en avait été les délices, et l’on en vint au point de décider qu’on s’opposerait de vive force, s’il était nécessaire, à ce que René fut transféré à Angers. » Les États de Provence, que René n’avait que rarement convoqués sous son règne, sont mis à contribution : « Convoqués au sujet de cette contestation, les députés des principales villes adhérèrent avec empressement à une résolution qu’ils regardaient comme patriotique ; tous protestèrent contre l’enlèvement du corps de leur ancien maître, et l’on demanda alors à l’unanimité qu’un mausolée digne de René lui fut érigé aux frais de ses fidèles Provençaux. » L’intervention du prieur de Saint Maximin, ignorée des prédécesseurs de Villeneuve-Bargemont, vient prendre place dans ce contexte, en omettant l’essentiel de son contenu : la revendication du couvent royal : « On crut d’ailleurs d’autant moins manquer à la mémoire de René, que les religieux de St. Maximin offrirent d’affirmer sur les évangiles, que profondément attendri de l’attachement des habitants d’Aix, ce prince, au lit de mort, avait révoqué verbalement la clause de son testament qui exprimait sa volonté d’être transporté et inhumé dans l’église de St. Maurice » On retrouve le tombeau et son programme iconographique dans la version de Haitze, un mausolée qui s’enrichit de « bas-reliefs en marbre blanc ».

15Sur ce point aussi Quatrebarbes n’est pas en reste. Il agrémente de nouveaux détails le récit du soulèvement populaire. Le peuple « résolut d’établir une garde autour du cercueil et de s’opposer par la force à son enlèvement ».

  • 39 Lecoy de la Marche, op. cit., p. 426-7.

16Comme pour l’épisode précédent, Lecoy de la Marche prend ses distances par rapport à cette tradition, mais conserve néanmoins l’émotion populaire et le projet de monument : « Les Provençaux se livrèrent au désespoir lorsqu’ils apprirent qu’on leur avait soustrait la dépouille d’un maître aussi cher... (Ils) voulurent garder sa dépouille mortelle et la conduisirent solennellement à l’une des chapelles de la métropole d’Aix, en attendant qu’un monument spécial lui fut érigé dans cette ville. »39

Le transfert, le complot et le traître

  • 40 Procès-verbal de la translation du corps du roi René extrait des registres des conclusions du chap (...)

17L’épisode du transfert est bien connu par des documents conservés dans les archives angevines et provençales40. Le 23 juin 1481 la reine Jeanne envoie en Provence une garde-robe escortée par deux de ses officiers « feignant que ce soit pour mettre robes et tapisseries qu’elle avait laissées en Provence ». Le 12 juillet au vu des lettres de la reine, Charles III ordonne au doyen et aux chanoines de Saint-Sauveur de leur remettre le cœur et le corps du roi René qui quitte aussitôt Aix pour Angers.

  • 41 Bourdigné op. cit. p. 172 v
  • 42 Id. p. 273

18La lenteur mise à transférer le corps du roi et les précautions prises pour le faire en secret et conserver ce secret quelque temps après l’enlèvement confirment l’existence d’une résistance à l’exécution des dernières volontés du roi. Elle est manifeste dans le récit que fait Bourdigné, un demi-siècle après les faits. « Les seigneurs d’Aix ne voulurent permettre être frustrés de si noble trésor comme le corps de leur très aimé prince. »41 La reine qui « faisait incessamment pour lui faire à Dieu prières et oraisons et par espécial à Aix où il reposait » (ce dont témoigne l’acte notarié du 5 août 1480) voulant respecter la volonté de son époux, « dissimula par l’espace d’un an, lequel espace comme l’on n’eut plus de suspections qu’elle voulut faire transporter le dit corps, par quoi l’on y fait moins le guet que de coutume. La bonne reine moyennant quelques présents qu’elle donna à ceux qui avaient la garde de l’église fit tant qu’ils lui souffrirent de le faire clandestinement lever de léans, lequel de nuit emporté fut enfoncé en un navire de marchands. »42

  • 43 Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, t. V, Nancy, 1752, col. 184. Papon, Histoire générale de la (...)
  • 44 J.-S. Pitton, op. cit., p. 227.
  • 45 AD BDR 309 E 250 et 251.
  • 46 Haitze, op. cit. p. 514.
  • 47 Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 174-5.
  • 48 Quatrebarbes, op. cit., p. CXL, note 1.
  • 49 Lecoy de la Marche, op. cit., p. 427.

19D’autres accusent plus explicitement les chanoines de s’être laissés corrompre. Ainsi dom Calmet, que reprend Papon : « la vie manuscrite de ce Prince porte que les chanoines d’Aix ne voulurent pas se dessaisir de son corps et le retinrent dans leur église où il fut inhumé ; mais... quelque temps après, la reine Jeanne son épouse obtint moyennant une somme d’argent, que le corps serait tiré de terre et, secrètement caché dans un tonneau, porté à Angers. »43 Cette mise en cause des chanoines apparaît pour la première fois dans l’Histoire de la ville d’Aix de J-S Pitton (1666) : « son corps fut enlevé de nuit par le commandement de la reine et l’appui du chanoine Penchinat qui, pour lors, était le plus accrédité dans le Chapitre. »44 Ce chanoine Penchinat que j’ai cherché vainement dans les procès-verbaux des réunions du chapitre cathédral de 1480-1481 et dans les actes du notaire Borrilli qui instrumente pour le chapitre45 ressurgit chez Haitze : « les agents secrets de la reine eurent moyen par l’entremise du chanoine Penchinat d’entrer à la faveur de la nuit dans l’église et d’enlever sans trouble le cercueil où le roi reposait. »46 À son habitude Villeneuve-Bargemont développe et romance l’épisode qu’il inscrit dans une chronologie longue : « Il paraît qu’elle (Jeanne de Laval) ne partit d’Aix qu’après avoir gagné secrètement un chanoine du chapitre de St-Sauveur qu’elle chargea de l’exécution de ses projets. Ce prêtre nommé Pinchinat, fut obligé d’attendre assez longtemps encore avant de pouvoir se conformer aux ordres de la reine, mais il concerta si bien ses mesures que le cercueil de René, enlevé de la cathédrale pendant la nuit, fut placé dans un tonneau, puis emporté sur une charrette... »47 Le traître Penchinat sort de scène avec Quatrebarbes qui publie le procès-verbal de la translation du corps et reconnaît que ce document est « le seul où nous aurions dû puiser ; aussi est-ce à tort que, sur la foi de divers auteurs angevins et provençaux, nous avons attribué exclusivement à un chanoine d’Aix l’enlèvement de ce cercueil. »48 Lecoy de la Marche ici encore marque la fin d’une tradition : « cet enlèvement, quoique mystérieux, ne fut pas aussi ignoré qu’on l’a généralement dit. »49

20Cette prolifération narrative autour de la mort et des obsèques du roi René a laissé une trace épigraphique dans le paysage aixois. Le socle de la statue du roi René due à David d’Angers élevée en 1823 au haut du Cours Mirabeau, comporte deux inscriptions. L’une d’elles rappelle la date de la pose de la première pierre du monument en 1819. L’autre fait l’éloge du roi René. À quelques minimes variantes près ce texte est une contraction de l’inscription imaginée par Gaufridi qui prend ainsi tardivement réalité.

Notes

1 AD BDR B 18 f°2.

2 Aix Bibliothèque Méjanes ms Res. 37. f° 71 v°.

3 Jean-Scholastique Pitton, Histoire de la ville d’Aix, Aix, 1666, p. 227.

4 Louis-François de Villeneuve-Bargemont, Histoire de René d’Anjou, roi de Naples, duc de Lorraine et comte de Provence, Paris, 1825, p. 168.

5 Jehan de Bourdigné, Histoire aggrégative des Annales et chroniques d’Anjou, Angers, 1529, p. 172 v. J’ai pris le parti dans tous les textes cités de moderniser l’orthographe.

6 César de Nostredame, L’histoire et chronique de Provence, Lyon, 1612, p. 644.

7 Honoré Bouche, La chorographie ou description de Provence et l’histoire chronologique du même pays Aix, 1664, t. I, p. 477.

8 Ibid., p. 347.

9 Pierre-Joseph de Haitze, Histoire de la ville d’Aix capitale de la Provence, t I, Aix, 1880, p. 502-3.

10 Ibid., p. 503.

11 Ibid., p. 503. La dernière phrase est quasi littéralement reprise à Gaufridi.

12 Ibid., p. 503-4.

13 Paris, 1824.

14 Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 159-160.

15 Id., p. 161.

16 Prieur du couvent de Saint-Maximin, il a reçu du roi René le 19 juin 1470 des lettres le nommant confesseur et conseiller du roi. J.-H. Albanes, Le couvent royal de Saint-Maximin en Provence de l’ordre des frères prêcheurs, Marseille, 1880, p. 197-208.

17 Maître rational de la Chambre des comptes, proche du roi René, il reçut de lui un diptyque représentant le souverain et sa femme Jeanne de Laval, aujourd’hui au Musée du Louvre.

18 Chambellan. On ne sait pourquoi l’auteur l’affuble du qualificatif vénérable.

19 Grand président de la Chambre des comptes.

20 Ibid., p. 162.

21 Ibid., p. 164.

22 Ibid., p. 165-6.

23 Ibid., p. 167.

24 Quatrebarbes (comte de), Œuvres complètes du roi René, Paris, 1845, p. CXXXVI-CXXXVII.

25 « Il y a cinquante ans on n’avait pas encore fait de l’histoire une science exacte ; puiser aux sources n’était pas une règle obligatoire », Albert Lecoy de la Marche, Le roi René. Sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires d’après les documents inédits des archives de France et d’Italie, Paris, p. VI.

26 Ibid., p. 426.

27 Quatrebarbes, op. cit. p. 84.

28 AD BDR 309 E 250 f° 651v°.

29 BNF Ms fr. 22450 p. 141-143.

30 Bourdigné, op. cit., p. 172v.

31 Quatrebarbes, op. cit., p. 122.

32 Lecoy DE LA Marche, op. cit., t. II, p. 387.

33 Allusion au retable du Buisson ardent. Nostredame, op. et loc. cit.

34 Nicolas Claude Fabri de Peiresc, Histoire abrégée de Provence et autres textes, éd. J. Ferrier et M. Feuillas, Avignon, 1982, p. 190.

35 Bouche, op. cit., p. 477.

36 Gaufridi, op. cit., p. 347-8.

37 Haitze, op. cit., p. 504-506.

38 Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 170-172.

39 Lecoy de la Marche, op. cit., p. 426-7.

40 Procès-verbal de la translation du corps du roi René extrait des registres des conclusions du chapitre de l’église d’Angers pour l’année 1481 publié par Quatrebarbes, op. cit., p. 119-123 et procès-verbal de l’ensevelissement du roi René AD BDR B 168 f° 14 sq publié par Lecoy de la Marche, op. cit., t. II, p. 387 sq.

41 Bourdigné op. cit. p. 172 v

42 Id. p. 273

43 Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, t. V, Nancy, 1752, col. 184. Papon, Histoire générale de la Provence, t. III, Aix, 1784, p. 400.

44 J.-S. Pitton, op. cit., p. 227.

45 AD BDR 309 E 250 et 251.

46 Haitze, op. cit. p. 514.

47 Villeneuve-Bargemont, op. cit., p. 174-5.

48 Quatrebarbes, op. cit., p. CXL, note 1.

49 Lecoy de la Marche, op. cit., p. 427.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540