Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

Conclusion. La Provence et Fréjus. Pour un bilan

Jean-Paul Boyer et Thierry Pécout

Texte intégral

1Au terme de ce florilège qui, par-delà l’échelle locale de l’analyse nous a porté vers de plus larges horizons, s’impose une constatation. Fréjus est une ville d’histoire. Non seulement parce que cette agglomération porte encore en elle les traces visibles et monumentales de son passé antique et médiéval, mais aussi parce qu’elle a constitué depuis l’aube en Provence d’une histoire et d’une archéologie universitaires un rendez-vous et un point d’étude récurrent. Paul-Albert Février, auquel Jean-Marie Guillon rend un légitime hommage au seuil de ce livre, en fut le principal artisan et initiateur. Elle est aussi une ville qui fait bon accueil à l’histoire, car elle recèle un dynamique tissu associatif qui entretient de fréquentes relations avec le monde universitaire et académique, comme en témoigne cette publication et le colloque qui en est à l’origine.

2À son échelle, le présent ouvrage s’est efforcé d’en témoigner. La ville est d’abord un carrefour d’influences, un relais entre la Provence orientale, et ses confins piémontais et liguriens, et la Provence rhodanienne, aixoise et marseillaise. Petite agglomération à la tête de l’un des diocèses les plus étendus du comté, elle accueille des prélats souvent ambitieux et proches du prince, et ce depuis Raymond Bérenger V au moins. Ils font carrière dans l’Église, parfois brillamment, jusqu’au Sacré Collège et au souverain pontificat. Le palais épiscopal, et plus encore les décors du cloître qui nous sont parvenus attestent cette concentration de pouvoir et de richesses, tout comme le goût de ses hôtes pour un décor novateur. Le diocèse est par ailleurs bien doté en établissements ecclésiastiques, et leur patrimoine, à l’image de celui des Templiers, structure un monde rural assez densément peuplé, même si le dossier documentaire de la commanderie de Ruou reste très lacunaire et propice aux interprétations les plus fantaisistes. L’habitat castrai en constitue la structure fondamentale, et ses mutations signalent entre les XIe et XVe siècles celles d’un monde rural bien loin d’être figé, et dont la trame villageoise actuelle n’est que partiellement l’héritière, à preuve celle de l’actuel département du Var. C’est que, plus largement, l’ensemble de la Provence connaît à cette époque de profondes transformations administratives et politiques. Ses institutions centrales, mais aussi les officiers locaux, sont vivifiés par l’apport d’un personnel qualifié venu de l’autre côté des Alpes, et bien plus encore dans la partie orientale du comté. Cette époque voit aussi le pouvoir royal se consolider par un recours au droit qui structure sa force idéologique, tout comme par la constitution d’une véritable religion royale autour d’un culte dynastique tel celui de Louis d’Anjou.

3Archéologie, Histoire de l’art. Histoire, les regards croisés proposés durant ces journées ont ainsi ouvert modestement quelques perspectives, et montré à un large public comment travaillent les spécialistes des sociétés médiévales. Il reste à ces derniers à creuser encore le sillon. De nombreuses jalons ont été en effet posés et parions qu’ils susciteront d’autres travaux tant ils soulèvent de questions. Retenons en deux simplement, fort arbitrairement en vérité, puisqu’ils recoupent nos propres centres d’intérêt : le premier à propos de la Provence dans son ensemble, le second au regard de la cité épiscopale de Fréjus. Les pratiques administratives et plus précisément comptables, les formes de mise à l’écrit de l’information administrative et ce qu’elles doivent à la culture politique des spécialistes venus de la péninsule Italienne constituent une fort riche problématique. Le rôle du diocèse de Fréjus dans l’Église provençale, entre les XIIIe et XIVe siècles, n’est pas sans susciter également de nombreuses interrogations. Aussi Fréjus nourrira-t-il encore longtemps le doute méthodique de l’historien.

Auteurs

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540