Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

Provence et Fréjus - Microcosme et macrocosme

L’enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence, 1332-1334

Thierry Pécout

Texte intégral

  • 1 V.-L. Bourrilly et R. Busquet, La Provence au Moyen Âge, Paris, 1924. p. 90.

1Le 24 août 1331, le roi Robert de Naples (1309-1343) ordonna une enquête générale dans toutes ses possessions provençales. Absent de ces terres depuis 13241 inquiet pour l’avenir de sa dynastie depuis le décès, en novembre 1328, de son fils unique et héritier Charles, duc de Calabre, il préconisa une série de mesures destinées à assurer la fidélité de ses sujets à sa nouvelle héritière, sa petite-fille Jeanne, ou à défaut la soeur de cette dernière, Marie. L’année 1331 fut marquée par une série de prestations d’hommages et de fidélité, dans le royaume de Naples et dans les comtés de Provence et de Forcalquier. Aussi la décision d’une enquête générale doit-elle se lire dans ce contexte d’instabilité. Elle constitue à la fois un effort de recensement des ressources, des droits et des domaines royaux, de réorganisation de l’administration locale par la recherche des abus et des aliénations domaniales commis par les officiers, et de restauration du lien de fidélité dynastique. Elle revêt ainsi à la fois une signification fiscale, domaniale et politique, et recèle une indéniable portée idéologique.

  • 2 Une partie des actuelles Martigues, Bouches-du-Rhône, chef-lieu de canton. Niccolô de Bisignano mèn (...)

2Les deux enquêteurs chargés par le roi de mener à bien cette opération sont issus de son entourage et gratifiés du titre de familier et conseiller. Tout comme le sénéchal de Provence Filippo di Sangineto et son jugemage Giovanni da Giovinazzo, ils se sont trouvés, à un moment ou un autre de leur cursus honorum, en contact avec le défunt Charles de Calabre. Le premier d’entre eux, Niccolò di Acerno, est évêque de Bisignano, en Calabre. Il est issu d’une famille noble proche des Sanseverino et des Sangineto. Mais son rôle est limité : il n’accomplit sa mission qu’à l’automne 1331, en enquêtant dans la viguerie d’Aix-en-Provence, en une localité dénommée l’île-Saint-Geniès2 l’actuelle Martigues, où le roi dispose de très lucratifs droits de pêche. Transféré par le pape Jean XXII au diocèse de Nola dès octobre 1331, il disparaît ensuite de la documentation provençale. L’activité de Niccolò en Provence se borne donc à l’enquête qu’il a conduite d’octobre à décembre 1331, et au début de celle menée à Tarascon (Bouches-du-Rhône) en janvier 1332. C’est ainsi sur le second enquêteur, Leopardo da Foligno, que repose l’essentiel de l’enquête générale. Leopardo Napoleonis da Foligno est le fils aîné de Napoleone dei Conti di Foligno, (av. 1329), seigneur d’Antignano et de Coccorone. Il appartient à la bonne noblesse guelfe de cette cité de l’Ombrie. Au service du pape Jean XXII et de son allié le duc Charles de Calabre, il est archiprêtre de Bénévent depuis 1323, conseiller et chapelain du roi Robert, mais aussi chanoine de Melfi, de Capoue, puis de Naples, entre autres bénéfices ecclésiastiques. Mais il est tout à fait étranger à la Provence. Aidé successivement par deux notaires, qui sont sans doute aussi ses conseillers et ses interprètes, il conduit son enquête depuis janvier 1332 jusqu’au premier semestre 1334, en parcourant toute la Provence, et en visitant quasiment toutes ses circonscriptions administratives.

3Durant son inlassable activité en Provence, Leopardo mène à bien, au fil de ses déplacements, l’enquête domaniale qui lui a été commandée, en dressant une mise à jour des droits, biens et revenus du comte de Provence. De même, il lance des enquêtes complémentaires et de réformation portant sur des points particuliers, afin de vérifier des témoignages contradictoires, de mener des procédures suite à des plaintes contre des officiers ou afin de contrecarrer toute tentative d’usurpation des biens et des droits royaux. Elles s’effectuent parallèlement à l’enquête domaniale, et toujours sur place. Enfin, il engage une procédure générale de révision et de vérification des données recueillies, à partir de la fin de l’année 1333 et au début de la suivante, à la Camera rationum, ce qui donne lieu à de nouveaux procès à l’encontre d’occupatores des droits et biens royaux, et sans doute à la mise en forme finale d’une partie des registres de l’enquête. Ses pérégrinations terminées, il oeuvre en effet au palais royal, à la Camera rationum d’Aix, durant le premier semestre 1334, où ses activités de vérification des archives, d’enquêtes complémentaires et de correspondance avec les officiers locaux sont attestées jusqu’à la fin du mois d’avril. On perd ensuite sa trace, car sans doute a-t-il alors regagné le royaume de Naples.

4Ce sont ainsi l’ensemble des baillies et vigueries des comtés de Provence et de Forcalquier que Leopardo a visité, à savoir la viguerie de Tarascon (aujourd’hui département des Bouches-du-Rhône), les baillies de Brignoles et Saint-Maximin, de Toulon, la viguerie d’Hyères, la baillie du Luc (Var), la viguerie de Forcalquier et les baillies de Sisteron. de Digne avec ses annexes de Colmars et de Barrême, celle de Moustiers (Alpes-deHaute-Provence), les vigueries de Draguignan (Var), de Grasse, la baillie de Villeneuve et du Vençois, les vigueries de Nice (Alpes-Maritimes) et de Puget-Théniers, les baillies de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence), Barjols (Var), Apt (Vaucluse), et enfin les vigueries d’Avignon (Vaucluse), d’Arles et d’Aix (Bouches-du-Rhône). Leopardo demeure aussi bien dans des édifices publics, les résidences comtales ou les bâtiments abritant la curia regia et ses services, que dans des maisons particulières, de nobles, de notables (des notaires souvent), d’officiers royaux, d’amis peut-être aussi, comme ce chanoine de Barjols qui l’accueille à Draguignan au début de l’année 1333 et qui est de nouveau à ses côtés à Barjols en août, ou bien dans des établissements ecclésiastiques, le cloître de l’église du Muy, la maison du prévôt de Grasse, le prieuré de Castellane, l’abbaye de Montmajour. Ces lieux commodes et sûrs ont accueilli sa suite, son escorte, ses papiers et ses archives, ainsi que les témoins et les reconnaissants défilant devant lui et ses notaires.

  • 3 J.-Cl. Maire Vigueur dir., IPodestà dell’Italia comunale, 1, Reclutamento e circolazione degli uffi (...)
  • 4 J.-Cl. Maire Vigueur, Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio, Turin, 1987, pour les comtes de (...)

5Au cours de ses déplacements, l’enquêteur Leopardo était accompagné par une familia et sans doute aussi une escorte, ce qui n’est pas sans rappeler les suites des podestats3. Au fil des registres, apparaissent parmi les témoins, assistant principalement à la prestation de reconnaissances, des parents et des proches, environ neuf ou dix au total. Ils sont issus du clergé et du notariat, ainsi que d’une noblesse ombrienne et guelfe installée dans les cités et qui a mis ses compétences de milites au service des communes4. Ils sont tous originaires de Foligno, à l’exception d’un seul qui provient de Perugia, un membre de la famille des comtes de Marsciano, tandis qu’un Vinciolo semble résider à Foligno. Certains sont mentionnés ponctuellement, d’autres semblent avoir été présents durant tout le séjour de Leopardo en Provence. Cet entourage pouvait jouer à l’occasion le rôle de procureur de Leopardo, pour sa correspondance avec la Chambre des comptes d’Aix.

  • 5 Le premier tome paru en 2008 édite les quatre registres concernant la Provence orientale (viguerie (...)

6Ainsi, de cette vaste enquête conduite par Leopardo da Foligno, il nous reste aujourd’hui vingt-huit registres manuscrits conservés dans les archives départementales des Bouches-du-Rhône, plus le registre d’enquête de Niccolô de Bisignano à Martigues, le tout rassemblant plus de 2500 folios. Ils constituent une inépuisable source pour les historiens du XIVe siècle, et leur édition intégrale est actuellement en cours par une équipe internationale de chercheurs5.

Notes

1 V.-L. Bourrilly et R. Busquet, La Provence au Moyen Âge, Paris, 1924. p. 90.

2 Une partie des actuelles Martigues, Bouches-du-Rhône, chef-lieu de canton. Niccolô de Bisignano mène l’enquête principalement entre le 12 octobre et le 7 novembre 1331, avec quelques pièces isolées jusqu’au 28 décembre 1331, selon Benoît Beaucage qui édite ce registre.

3 J.-Cl. Maire Vigueur dir., IPodestà dell’Italia comunale, 1, Reclutamento e circolazione degli ufficiali forestieri (fine XII sec.-metà XIV sec.), Rome. 2000.

4 J.-Cl. Maire Vigueur, Comuni e signorie in Umbria, Marche e Lazio, Turin, 1987, pour les comtes de Marsciano et ceux de Coccorone.

5 Le premier tome paru en 2008 édite les quatre registres concernant la Provence orientale (viguerie de Grasse, baillie de Villeneuve et du Vençois. viguerie de Nice, viguerie de PugetThéniers, ainsi qu’un registre de clavaire pour la viguerie du Comté de Vintimille et du Val de Lantosque : Th. Pécout dir., M. Bouiron. G. Butaud, Ph. Jansen, A. Venturini éd., L’enquête de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2008. Le second tome concerne les deux registres de la viguerie de Tarascon : Th. Pécout dir.. Ch. Portier éd., L’enquête de Leopardo da Foligno dans la viguerie de Tarascon (janvier-février 1332), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2010. Cette équipe rassemble : Etienne Anheim, université de Versailles-SaintQuentin, EA ESR ; Elydia Barret, doctorante, université de Paris I ; Simone Balossino, université d’Avignon et des Pays de Vaucluse ; Benoît Beaucage, université du Québec à Rimouski ; Philippe Bernardi, université de Paris I, UMR LAMOP ; Christopher Beck, doctorant de la Fordham university, New York ; Jean-Luc Bonnaud, université de Moncton et GREPSOMM (Montréal) ; Marc Bouiron, Direction du patrimoine de la ville de Nice, Nice ; Jean-Paul Boyer, université d’Aix-Marseille I, UMR TELEMME ; Germain Butaud, université de Nice Sophia-Antipolis, UMR CÉPAM ; Caroline Carlon, étudiante de Master à l’université d’Aix-Marseille I ; Noël Coulet, université d’Aix-Marseille I, UMR TELEMME ; John Drendel, université du Québec à Montréal et GREPSOMM ; Christine Gadrat, UMR LAMM, Aix-Marseille I ; Alexandra Gallo, chercheur post-doctorante à l’université d’Aix-Marseille I ; Gérard Giordanengo, École nationale des chartes ; Olivier Guyotjeannin, École nationale des chartes, EA Histoire-MémoirePatrimoine ; Michel Hébert, université du Québec à Montréal, GREPSOMM ; Philippe Jansen, Université de Nice Sophia-Antipolis, UMR CÉPAM ; Alexandre Lallemand-Breitenbach, étudiant de Master à l’université d’Aix-Marseille I ; Anne Mailloux, université d’Aix-Marseille I, UMR LAMM ; Florian Mazel, université de Rennes II, UMR CRHISCO ; Francine Michaud, university of Calgary (Alberta, Canada) ; Mathieu Paiement, université du Québec à Montréal et GREPSOMM ; Thierry Pécout, université d’Aix-Marseille 1, UMR TELEMME et Institut universitaire de France ; Christine Portier-Martin, docteur de l’université d’Aix-Marseille I ; Claude Roux, docteur de l’université d’Aix-Marseille I, UMR TELEMME ; Damien Ruiz, docteur de l’université de Paris X, UMR TELEMME ; Elisabeth Sauze, Direction régionale des affaires culturelles de la Région PACA et SRI ; Juliette Sibon, université d’Albi, UMR FRAMESPA ; Daniel L. Smail, Harvard university, Cambridge (MA, États-Unis) ; Joachim Stephan, docteur de la Humbolt universitat (Berlin) et université de Poznan (Pologne) ; Louis Stouff, université d’Aix-Marseille I ; Valérie Theis, université de Marne-la-Vallée et EA ACP ; Alain Venturini, Archives départementales de Corse-du-Sud, Ajaccio ; Laure Verdon, université d’Aix-Marseille I, UMR TELEMME.

Auteur

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I, Institut universitaire de France

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540