Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

Provence et Fréjus - Microcosme et macrocosme

La charpente et les décors peints du cloître de la cathédrale Saint-Léonce de Fréjus

Jean-Claude Fontan

Texte intégral

1Le présent article élargit une réflexion initiée à Foccasion d’une collaboration avec un groupe de chercheurs et d’universitaires sous la direction de Philippe Bernardi, directeur de recherche à l’UMR LAMOP (Paris I), concernant les charpentes méditerranéennes. Cette contribution s’attache à apporter un éclairage actualisé et à suggérer quelques pistes de recherche sur le décor peint du cloître de la cathédrale de Fréjus dont la réhabilitation bientôt achevée garantira notamment la conservation des peintures médiévales. Je remercie les organisateurs du VIIe colloque historique de Fréjus de m’avoir fourni l’occasion de développer ce propos.

2Au sein du groupe épiscopal de Fréjus, le cloître de la cathédrale SaintLéonce a été construit dans la seconde moitié du XIIIe siècle afin de réaliser une liaison fonctionnelle entre les bâtiments canoniaux, la cathédrale et le baptistère (fig. 15). Conçues selon un plan orthogonal, les galeries jouxtent la cathédrale au nord. Elles s’ouvrent sur un préau central par une série d’arcades brisées qui retombent sur des colonnettes jumelées en marbre blanc. Ces galeries étaient accessibles à la fois au clergé et aux paroissiens qui les empruntaient pour se rendre aux offices religieux.

  • 1 En France méridionale, ce dignitaire dirigeait une communauté de chanoines.
  • 2 M. Fixot et É. Sauze, la cathédrale Saint-Léonce et le groupe episcopal, Paris, 2004, p. 52.

3Le prévôt1 du chapitre résidait sans doute dans une construction élevée à l’ouest tandis qu’au sud une salle capitulaire établie au dessus du vestibule de la cathédrale accueillait les chanoines lors de leurs délibérations. La construction des galeries hautes au XIVe siècle s’est avérée nécessaire en raison de la surélévation des bâtiments adjacents. Il a alors fallu remplacer les voûtes de pierre par une charpente en bois pour alléger les poussées exercées. Les saccages et les destructions de la Révolution française ont sévèrement affecté le cloître qui a été vendu comme bien national2.

  • 3 Le parti architectural affirme une conception contemporaine qui met en oeuvre le bois, l’acier et l (...)

4Dans les années 1920, l’architecte Jules Formigé s’est attaché à réhabiliter le monument. On lui doit notamment la restauration de la galerie supérieure nord (fig. 16). La restitution de la couverture des galeries est, ouest et sud s’est progressivement imposée comme indispensable pour redonner au monument son volume et son échelle initiaux mais, plus encore, pour garantir la conservation du décor peint de son plafond en bois. Ces travaux ont été réalisés en 2008 selon le projet dressé par l’architecte Francesco Flavigny3.

Fig. 16 : galerie nord © J.-C. Fontan

La charpente (fig. 17)

La charpente (fig. 17)

Fig. 17 : charpente du cloître © J.-C. Fontan

  • 4 Petite plaquette qui ferme l’espace entre deux corbeaux. C. Dumas et G. Puchal, L imagier de Fréjus (...)

5Cet ouvrage complexe témoigne du soin particulier qui a été apporté à sa réalisation. Des solives transversales espacées de 25 centimètres assurent le rôle porteur de la charpente. Elles s’appuient sur deux corbeaux en bois superposés. Une simple couverture plafonnée a été aménagée pour ne pas trop surélever le mur bahut des galeries basses. Le plancher constitué de voliges placées dans le sens longitudinal des galeries est fixé sur le solivage. Dans chacune des galeries, la structure vient se poser sur deux poutres de rives elles-mêmes placées longitudinalement contre le mur et portées par des corbelets. L’espace compris entre deux solives et entre deux corbeaux est fermé par une plaquette appelée « ais d’entrevous »4. Celle-ci est glissée en biais par rapport au plan vertical dans des rainures tracées sur la solive. Ce dispositif contribue à raidir la structure.

  • 5 Un acte notarial de 1625 fait état de cet incendie.

6La charpente a été réalisée majoritairement en bois de mélèze apprécié pour sa plasticité et réputé imputrescible. Certaines réparations ont été effectuées en sapin. Le bois utilisé est vraisemblablement issu des forêts de haute Durance. L’acheminement a dû se faire par voie d’eau selon la technique du flottage pratiquée dans la région depuis la fin du XIe siècle. L’ouvrage a été partiellement reconstruit en 1336 sans doute après un incendie des bâtiments canoniaux par des bandes armées5. De 1921 à 1926, Jules Formigé a fait réaliser des travaux de confortation. La dépose et la restauration du plafond ont été pratiquées de 1971 à 1974. Ces travaux n’ont pas suffi à garantir de façon durable la conservation de la charpente dégradée par les intempéries. C’est la raison pour laquelle la construction d’une couverture a été décidée.

Le décor peint

  • 6 C. Dumas, « plafond peint du cloître de Fréjus », mémoire de maîtrise d’histoire de l’art et archéo (...)

7Presque tous les éléments qui constituent la charpente ont conservé des traces de peinture. Cela découle de l’observation sur place ou de témoignages anciens de visiteurs. Toutefois, le remplacement de pièces de bois, les intempéries ou encore des restaurations maladroites ont entraîné une dégradation ou une disparition partielle de la couche picturale. Ainsi beaucoup de solives et de voliges ont-elles été changées mais nous savons qu’elles étaient peintes en rouge. Certains couvre-joints peints ont été conservés. Les poutres de rive présentent de rares traces de polychromie. Les murs eux-mêmes ont perdu leur peinture de faux appareil rempli de rinceaux6.

8Les entrevous ont reçu un décor très intéressant, figuré, varié et original. Il se développe sur trois registres à l’intérieur de la structure porteuse de la charpente et dans les quatre galeries du cloître. Ces petits panneaux ont dû être peints en série et adaptés ensuite à leur cadre. La forme des planchettes est rectangulaire. Elle varie toutefois assez sensiblement suivant l’espace occupé. Quelques panneaux ont dû être déplacés, en particulier lors de la dépose du plafond dans les années 1970. Moins de la moitié des 1235 panneaux peints initialement est encore lisible. Le décor est composé de façon géométrique avec, par exemple des petits triangles imbriqués noirs et blancs ou ornementés de végétaux stylisés avec un recours fréquent au thème des fleurons. Les entrevous figurés se présentent en damier selon une alternance de deux couleurs de fond : le rouge et vraisemblablement le bleu qui a pris avec le temps un aspect noirâtre. D’une manière générale, les motifs s’inscrivent dans des cadres ou dans des médaillons.

  • 7 Ces décors géométriques assez fréquents s’observent au Palais des Papes d’Avignon ou au Palais des (...)

9Au registre supérieur et inférieur de chaque galerie, un cadre rectangulaire formé par d’épais rubans de couleur grise ou brune a été tracé sur les planchettes. À l’exception de la galerie sud, un médaillon rond formé de rubans entrelacés renferme un sujet historié sur les panneaux du registre médian. Dans la galerie nord, c’est un cadre octogonal qui a été choisi, en alternance avec un cadre rectangulaire au registre inférieur. Les éléments de remplissage de ces cadres sont constitués de rosettes, de tulipes blanches ou encore de trois points blancs ou bruns groupés7

Technique picturale

10Le procédé utilisé est celui de la détrempe. Il consiste à broyer des pigments ensuite émulsionnés avec de l’eau. Un liant, souvent du blanc d’oeuf, est employé comme stabilisateur. Le bois destiné à être peint est poncé, recouvert d’une couche d’impression sans doute constituée d’un mélange de chaux grasse et de caséine. Un fond uni est ensuite appliqué. Le motif est alors tracé, souvent avec du charbon, puis garni d’une couleur passée en aplat. Ce sont le plus fréquemment des cernes noirs qui soulignent les sujets mais un trait blanc accentue quelquefois un modèle.

11Les couleurs utilisées étaient essentiellement celles employées en héraldique : Le blanc, le rouge, le bleu, le noir, le vert et le jaune. D’origine organique ou minérale, ces couleurs ont diversement résisté aux intempéries et surtout à l’humidité. Si le noir est souvent bien conservé, le jaune a presque complètement disparu. D’autres couleurs ont viré, comme le blanc ou le bleu. Il faut faire aujourd’hui un véritable effort d’imagination pour concevoir un plafond d’une polychromie riche et lumineuse.

Le décor figuré

  • 8 Le nombre de panneaux effacés et quelquefois déplacés rend cette recherche hasardeuse.

12Il concerne toutes les planchettes historiées. Un examen d’ensemble de ces peintures ne permet pas de discerner une organisation méthodique selon un thème ou un sujet fédérateur8. Cependant, des catégories peuvent être distinguées qui comprennent les figures et les scènes religieuses, la vie profane, les animaux familiers et surtout ceux, le plus souvent hybrides, monstrueux ou fantastiques.

Figures et scènes religieuses (fig. 18-21)

Figures et scènes religieuses (fig. 18-21)

Fig. 18 : saint Pierre © J.-C. Fontan

Fig. 19 : saint Barthélémy © J.-C. Fontan

Fig. 20 : ange © J.-C. Fontan

Fig. 21 : chanoines © J.-C. Fontan

13Ce sont les moins nombreuses. Une représentation de l’agneau mystique auréolé occupe une place singulière tandis que se distinguent des figures hagiographiques dans la galerie est : saint Barthélémy qui porte le couteau de son supplice, saint Paul et son épée, saint Pierre et ses clés, saint Jean peut-être flanqué de son livre. Ces personnages sont vêtus d’une simple tunique intemporelle. Des anges, dont un musicien ainsi qu’un diable à queue de serpent et armé d’une lance, sont par ailleurs reconnaissables. A l’intérieur de cette catégorie, une place importante doit être faite aux scènes relatives au clergé, et notamment aux chanoines qui formaient le chapitre de la cathédrale.

  • 9 Coiffure capuchon de fourrure descendant de la tête sur les épaules.

14Que ce soit dans leur vie quotidienne lors de la promenade, à l’occasion d’une solennité ou même dans les portraits en médaillon, ces représentations vivantes et assez réalistes évoquent quelquefois des caricatures. Revêtus de chasubles, tonsurés ou coiffés de l’aumusse9 brun rouge, ces clercs affichent leur riche apparat. Les panneaux réservés à ces scènes se distribuent dans les quatre galeries mais sont majoritaires dans la galerie ouest. On peut s’étonner qu’ils ne soient pas en plus grand nombre dans un cloître. L’explication réside sans doute dans la nature canoniale et non abbatiale de ce monument, lien de transition entre la vie sacrée et le monde profane sur lequel il était largement ouvert.

15Sous différents aspects, la place des laïcs est importante dans le décor figuré du plafond du cloître. Des personnages, masculins et féminins, jeunes et âgés, sont représentés à l’intérieur de médaillons dans les galeries est et ouest. S’agit-il de donateurs ? La vie quotidienne, les jeux, et les divertissements de la société locale sont évoqués avec saveur.

La vie profane (fig. 22-24)

La vie profane (fig. 22-24)

Fig. 22 : jeux populaires © J C Fontan

Fig. 23 : pêcheur © J.-C. Fontan

Fig. 24 : guerrier © J.-C. Fontan

16Ainsi la musique et la danse sont-elles présentes à travers ce fou du roi et son tambour, ce musicien jouant du galoubet et du tambourin ou encore un paysan dont le rythme des pas est scandé par un cor. Les jeux populaires ne sont pas oubliés, illustrés, en particulier, par l’image d’un homme à califourchon sur un cochon ou par celle de cet autre transportant un sac rempli de fèves. La chasse et la pêche sont des sujets de choix évoqués par des scènes de pêche à la ligne, le jet d’un filet depuis une barque ou la chasse avec ce valet qui porte un faucon du seigneur qu’il accompagne.

17Dans la galerie sud, ce sont des scènes de guerre qui occupent une place significative et nous livrent des informations utiles sur le costume et l’armement des chevaliers et des fantassins. À propos de ceux-ci, on observe différentes sortes de boucliers qui les protègent et plusieurs catégories d’armes dont ils se servent. Ceux-là se signalent par de lourdes épées et de grandes capes. Ce thème de la guerre est-il inspiré par la préparation des croisades ou le souvenir des « infidèles » ? Un autre domaine totalement différent, est celui relativement bien illustré de la vie quotidienne et même de la vie intime. À titre d’exemples, citons un couple souriant, une femme à sa toilette ou une autre qui se lave les cheveux. Ce registre n’est pas exempt de scènes crues telle celle d’une centauresse exhibant son sexe. Ce sont là autant d’images du cours de la vie d’un peuple citadin simple, festif, parfois même truculent.

  • 10 Robe ample tombant jusqu’aux pieds, parfois ceinturée, dotée d’une encolure ronde.
  • 11 Vêtement court, porté ceinturé et près du corps.
  • 12 Chaussures longues et pointues.
  • 13 Partout présent au Moyen âge, souvent créature repoussoir, l’animal n’en est pas moins célébré pour (...)

18Les représentations de la vie quotidienne nous fournissent des informations intéressantes et assez abondantes sur les vêtements et les coiffures des hommes et des femmes du milieu du XIVe siècle. Un surcot revêt le plus souvent les personnages féminins10 coiffés de cheveux longs, quelquefois de bonnets ou de foulards noirs. Les personnages masculins portent un pourpoint11 et des braies ; les pieds chaussés de poulaines12. Ces vêtements sont caractéristiques des groupes sociaux populaires. Plus encore que les scènes de la vie religieuse ou profane, ce sont les représentations d’animaux réels ou imaginaires, familiers, domestiques ou sauvages, religieux à caractère symbolique et surtout hybrides, fantastiques et monstrueux qui peuplent d’une étonnante parade les plafonds du cloître13.

Le bestiaire (fig. 25-27)

Le bestiaire (fig. 25-27)

Fig. 25 : cerf dans un médaillon © J.-C. Fontan

Fig. 26 : grue et renard © J.-C. Fontan

Fig. 27 : dragon ailé © J.-C. Fontan

  • 14 L’inspiration de certaines images d’animaux orientaux a été recherchée dans la diffusion de récits (...)

19Parmi les animaux familiers, nous rencontrons le chien représenté par le dogue et le lévrier, le cheval associé au seigneur, le cochon, le boeuf, le veau, le mouton, le bélier et la poule. Les hommes et les femmes de Moyen Âge ont côtoyé les uns et les autres quotidiennement. Animaux des forêts, le sanglier, le cerf, le loup, le renard et le lièvre sont tout aussi présents que les oiseaux dont des représentations de paon, de faucon, de flamand, de pie et de pigeon sont marquées par beaucoup de réalisme stylistique. Mais ce tableau s’enrichit encore de la figuration inventive d’espèces aquatiques au nombre desquelles nous observons un dauphin, des poissons entrelacés et même ce qui semble être un crustacé. Quelques animaux exotiques14 complètent ce panorama animalier : éléphant, tigre, lion, guépard, dromadaire et autruche constituent cette ménagerie.

Animaux chargés de symbolisme religieux

  • 15 L’alphabet de la création : l’animal dans la bible, cf. M. Besseyre. Bestiaire du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 16 A propos du symbolisme médiéval polymorphe : M. Pastoureau, Une histoire symbolique de Moyen Age oc (...)

20À l’exception de l’agneau sans doute, il est délicat d’attribuer à tel ou tel animal un caractère religieux et une valeur symbolique et de le dénier à tel autre. Il existe d’une part un risque de surinterprétation et. paradoxalement, d’autre part, celui de minimiser l’influence puissante de la culture chrétienne omniprésente dans les esprits de cette époque15. Le lion déjà cité n’est-il pas le symbole de l’évangéliste Marc et le boeuf celui de Luc ? Le dragon serait-il sans lien avec l’Apocalypse attribuée à Jean ? Plusieurs représentations du monstre figurent sur les entrevous. La plus saisissante est celle d’un animal rougeoyant crachant le feu. Mais la signification symbolique des animaux s’étend vraisemblablement à bien d’autres afin d’édifier le chrétien et le dissuader de céder au mal. Dans cet esprit, on observe la présence du renard, allégorie de la perfidie, celle du paon associé à l’orgueil, celle du sanglier exprimant la colère ou une représentation de sirène, tentatrice et frivole. Il est vrai cependant que les représentations d’oiseaux rapprochent des sphères spirituelles et que le cerf, également présent, combat le mal. Ces exemples pourraient inciter à considérer que chaque animal est porteur d’un symbolisme univoque. Or, il n’en est rien et c’est en examinant le contexte historique et iconographique que le sens allégorique de l’animal peut être relativement précisé16.

Monstres fantastiques et hybrides (fig. 28-31)

Monstres fantastiques et hybrides (fig. 28-31)

Fig. 28 : hybride d’animaux © J.-C. Fontan

Fig. 29 : hybride homme et animal © J.-C.

Fig. 30 : hybride femme et animal © J.-C. Fontan

Fig. 31 : hybride animal et objet © J.-C. Fontan

  • 17 Bestiaire du Moyen Age, op. cit., p. 31.

21L’esthétisation du Merveilleux17 à travers une galerie animalière exceptionnelle caractérise de façon singulière le plafond peint de ce cloître. Ces animaux étonnants représentent une proportion majoritaire des figures peintes. On dénombre 321 hybrides dont 176 à tête humaine et 145 hybrides d’animaux. Quelques figures associent même un animal avec un objet qui lui tient lieu de tête : une fleur de lys pour l’un ou une cruche pour l’autre ! Dans certains cas, un être humain porte une tête d’aigle, de veau ou de taureau, par exemple. Dans d’autres, au contraire, un corps d’animal composé lui-même de la greffe d’animaux entre eux présente soit un tronc soit une tête humaine. De la sorte, sirènes et centaures font-ils partie de l’imagier de Fréjus.

  • 18 Traduit en latin au IVe siècle, le Physiologus fut complété par les Etymologies d’Isidore de Sevill (...)

22Aux sources de ce bestiaire foisonnant, nous avons identifié la tradition biblique. Le livre de la Genèse, les écrits prophétiques ou l’Apocalypse de Jean notamment fournissent une imagerie abondante héritée de plusieurs antiquités, de Sumer à la Rome chrétienne. Cependant, le livre de référence majeur fut sans doute le Physiologus18 composé en grec à Alexandrie au IIe siècle ap. J.-C. Cet ouvrage attribue une valeur symbolique chrétienne à 48 animaux exemplaires, tirés de la Bible. Il a inspiré des histoires allégoriques d’animaux fabuleux contenues dans des bestiaires écrits en Angleterre au XIIe siècle, puis en France au XIIIe. D’importantes interrogations relatives à cet imagier restent sans réponse. En premier lieu, quels furent les commanditaires de ce décor peint ? Nous ne disposons pas de document assuré qui permettrait de répondre à la question.

  • 19 Parmi ces familiers du pape à l’époque concernée. Guillaume Amici (1349-1360) et Guillaume de Ruffe (...)

23Toutefois, en regard d’éléments stylistiques et de l’observation des vêtements et des coiffures peints sur les entrevous, nous avons proposé une datation vers le milieu du XIVe siècle. Or, dans cette période, les évêques de Fréjus19 nommés par le pape d’Avignon sont très proches de la cour pontificale. Cette remarque semble pouvoir être étendue au chapitre et au prévôt. Nous fonnerons donc l’hypothèse que le commanditaire a peut-être été le collège des chanoines.

  • 20 F. Gamier, « le langage de l’image au Moyen Age, signification et symbolique », Paris, 1982, p. 67.
  • 21 L’animal exemplaire, op. cit., p. 81.

24Une problématique comparable s’applique au sujet des peintres qui ont décoré ce plafond. La cohérence stylistique assez affirmée de l’ensemble pourrait incliner à considérer qu’un seul artisan en est Fauteur. Mais la saveur de cet art populaire empreint de fraîcheur et de fantaisie incite à concevoir une réalisation due à quelques peintres polyvalents informés d’un langage iconographique largement puisé dans l’art des enluminures et cependant capables de liberté d’expression. Avaient-ils eux-mêmes été formés à la cour d’Avignon ? Ont-ils exécuté un programme défini par le commanditaire ? Nous l’ignorons. Il semble toutefois que leur style soit marqué par un gout du réalisme qui atténue la force des images chargées de sens symbolique ou allégorique qu’ils peignent20 tout en ayant reçu peut-être certaines influences islamiques21. Elles se manifestent par exemple dans le dessin des médaillons polygonaux et surtout semble t-il, dans une forte propension à représenter des monstres fantastiques.

25La proportion très importante de créatures monstrueuses et hybrides s’explique peut-être en regard d’un environnement marqué par l’insécurité, les disettes et les épidémies. Un mélange de peurs et de conscience de relâchement des moeurs a dû favoriser une inspiration tournée vers la représentation de monstres, miroirs d’une immoralité dénoncée non sans une part de dérision. Cette hypothèse trouve toutefois ses limites vis-à-vis d’une réalité iconographique de figurations récurrentes d’êtres fantastiques et hybrides dans l’Occident chrétien, peut être plus conventionnels que chargés de sens.

  • 22 Une datation de la construction de la charpente entre 1353 et 1368 paraît vraisemblable. Elle s’app (...)

26La charpente et le plafond peint du cloître de Fréjus constituent un ensemble complexe, très élaboré, significatif du désir du commanditaire de faire réaliser une oeuvre de prestige sans doute dans la mouvance de la cour papale d’Avignon. Codes et symboles du Moyen Âge finissant font véritablement partie des références utilisées par les peintres qui ne se sont cependant pas privés d’affirmer un certain goût du réalisme et beaucoup de fantaisie. En cela, ces peintures sont exemplaires de ce milieu du XIVe siècle22 date à laquelle elles ont été réalisées.

Bibliographie

Orientation bibliographique

Baschet J., L’iconographie médiévale, Paris, 2008.

Berlioz J. et Polo de Beaulieu M.-A., dir, L’animal exemplaire au Moyen Âge, Rennes, 1999.

Bianciotto G., Bestiaires du Moyen Âge, Paris, 1980.

Delort R., Les animaux ont une histoire, Paris, 1984.

Dumas C„ Plafond peint du cloître de Fréjus, mémoire de maîtrise d’histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Université de Provence, 1989 (dactylographié).

Dumas C. et Puchal G., L’imagier de Fréjus, Paris, 2001.

Fixot M. et Sauze É., La cathédrale Saint-Léonce et le groupe épiscopal, Paris, 2004.

Garnier F., Le langage de l’image au Moyen Âge, signification et symbolique, Paris, 1982.

Garnier F., Le langage de l’image au Moyen Âge, grammaire des gestes, Paris, 2003.

Tesniere M. H. et Delcourt T. dir., Bestiaire du Moyen Age, Les animaux dans les manuscrits, Paris, 2004.

Notes

1 En France méridionale, ce dignitaire dirigeait une communauté de chanoines.

2 M. Fixot et É. Sauze, la cathédrale Saint-Léonce et le groupe episcopal, Paris, 2004, p. 52.

3 Le parti architectural affirme une conception contemporaine qui met en oeuvre le bois, l’acier et le verre.

4 Petite plaquette qui ferme l’espace entre deux corbeaux. C. Dumas et G. Puchal, L imagier de Fréjus, Paris, 2001, p. 20.

5 Un acte notarial de 1625 fait état de cet incendie.

6 C. Dumas, « plafond peint du cloître de Fréjus », mémoire de maîtrise d’histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge. université de Provence, 1989, p. 93.

7 Ces décors géométriques assez fréquents s’observent au Palais des Papes d’Avignon ou au Palais des Archevêques de Narbonne par exemple.

8 Le nombre de panneaux effacés et quelquefois déplacés rend cette recherche hasardeuse.

9 Coiffure capuchon de fourrure descendant de la tête sur les épaules.

10 Robe ample tombant jusqu’aux pieds, parfois ceinturée, dotée d’une encolure ronde.

11 Vêtement court, porté ceinturé et près du corps.

12 Chaussures longues et pointues.

13 Partout présent au Moyen âge, souvent créature repoussoir, l’animal n’en est pas moins célébré pour sa valeur exemplaire. Investi de significations symboliques, il hante l’imaginaire tout en faisant parti de la communauté des êtres vivants. M. Pastoureau, l’animal et l’historien du Moyen Âge, J. Berlioz et M. A Polo de Beaulieu dir., L’animal exemplaire au Moyen Age, VXVe siècles, Rennes, 1999, p. 13-26.

14 L’inspiration de certaines images d’animaux orientaux a été recherchée dans la diffusion de récits fabuleux dont le Roman d’Alexandre traduit en langue d’Oc ou encore les récits de Marco Polo contenus dans le Devisement du monde (fin XIIIe siècle), C. Dumas et G. Puchal, op. cit.. p. 78-79.

15 L’alphabet de la création : l’animal dans la bible, cf. M. Besseyre. Bestiaire du Moyen Âge, Paris, 2004.

16 A propos du symbolisme médiéval polymorphe : M. Pastoureau, Une histoire symbolique de Moyen Age occidental, Paris, 2004, p. 17-25.

17 Bestiaire du Moyen Age, op. cit., p. 31.

18 Traduit en latin au IVe siècle, le Physiologus fut complété par les Etymologies d’Isidore de Seville (VIIe siècle ap. J.-C.) inspirées des Histoires Naturelles de Pline (Ier siècle ap. J.-C.).

19 Parmi ces familiers du pape à l’époque concernée. Guillaume Amici (1349-1360) et Guillaume de Ruffec (1361-1364).

20 F. Gamier, « le langage de l’image au Moyen Age, signification et symbolique », Paris, 1982, p. 67.

21 L’animal exemplaire, op. cit., p. 81.

22 Une datation de la construction de la charpente entre 1353 et 1368 paraît vraisemblable. Elle s’appuie sur une méthode fondée sur l’étude des anneaux de croissance des arbres appelée detidrochronologie.

Table des illustrations

Légende Fig. 16 : galerie nord © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre La charpente (fig. 17)
Légende Fig. 17 : charpente du cloître © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figures et scènes religieuses (fig. 18-21)
Légende Fig. 18 : saint Pierre © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 19 : saint Barthélémy © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 20 : ange © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 21 : chanoines © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre La vie profane (fig. 22-24)
Légende Fig. 22 : jeux populaires © J C Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 23 : pêcheur © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 24 : guerrier © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Le bestiaire (fig. 25-27)
Légende Fig. 25 : cerf dans un médaillon © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 26 : grue et renard © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 27 : dragon ailé © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Monstres fantastiques et hybrides (fig. 28-31)
Légende Fig. 28 : hybride d’animaux © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 29 : hybride homme et animal © J.-C.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 30 : hybride femme et animal © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 31 : hybride animal et objet © J.-C. Fontan
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7211/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

Centre des monuments nationaux

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540