Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

Provence et Fréjus - Microcosme et macrocosme

Prêcher Marseille. Paroles franciscaines à l’aube du XIVe siècle

Jean-Paul Boyer

Texte intégral

In memoriam Louis-Jacques Bataillon (1914-2009), o. p.

  • 1 Vida de la benaurada sancta Doucelina, chap. 1, éd. et trad. R. Gout, La Vie de sainte Douceline. T (...)

Fraire Hugo de Dinha, de reverent memoria [...], fon fraires Menres e, en
l’orde de sant Frances, mot ardens predicaires de la vertat de Crist ; e fon
sa predications luzens e escalfans aissi con le solels, car am gran meravilla
convertie las gens a servir Dieu e a giquir lo mont.
(Frères Hugues de Digne, de révérée mémoire [...], fut frère mineur et, dans
l’ordre de saint François, très ardent prédicateur de la vérité du Christ ; et sa
prédication fut brillante et échauffante comme le soleil, car il convertissait de
façon fort merveilleuse les gens à servir Dieu et à quitter le monde)1.

  • 2 A. Sisto, Figure del primo francescanesimo in Provenza. Ugo e Douceline di Digne, [Florence], 1971  (...)
  • 3 Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, Turnhout, 1998 (CCCM, 125), p. 341-356 ; Joinville, Livr (...)

1Ces mots proviennent de la Vida de la benaurada sancta Doucelina, récit hagiographique sur la fondatrice des béguinages d’Hyères et de Marseille, décédée dans cette ville en 1274. L’oeuvre fut assurément rédigée par Philippine de Porcelet, qui avait succédé à Douceline dans la direction de ses instituts. Bien documentée, la narration n’ignorait pas la grande figure de Hugues de Digne, mort en 1255/12562. Douceline était la soeur et l’élève de ce franciscain rigoriste et joachimite. Plus tard, les Spirituels le regarderaient pour un ancêtre, au demeurant à tort. En tout cas, la biographie de Douceline rappelle avec raison le succès obtenu par la prédication aux accents prophétiques de son frère. Son éloquence avait touché jusqu’au roi Louis IX, au pape et aux cardinaux3. Elle avait ému, au premier chef, les Provençaux. La Vie de la bienheureuse sainte Douceline apprend autant sur eux que sur Hugues. Achevée vers 1315, pour sa version définitive, elle met en relief la pérennité de leur attachement aux Mendiants et de leur sensibilité à la rhétorique sacrée. Écrite à Marseille, elle éclaire spécialement la mentalité de cette ville.

  • 4 É. Baratier, « Le mouvement mendiant à Marseille », Cahiers de Fanjeaux, t. 8, 1973, p. 177-191 ; N (...)
  • 5 Vida de la benaurada sancta Doucelina, éd. et trad. R. Gout, op. cit., passim ; Patres Collegii S. (...)
  • 6 B. M. Kienzle (dir.), The sermon, Turnhout, 2000 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 81 (...)

2Hugues finissait, comme sa soeur, par s’y retirer. Dans son ensemble, la Provence reçut les Mendiants avec faveur. A la façon des grandes villes méditerranéennes, Marseille les accueillit en nombre4. Elle leur manifesta une vraie ferveur5. Sous leur impulsion, le grand port et tout le pays ne pouvaient que connaître une ample pastorale par la parole. Une offensive de la prédication embrassait la chrétienté occidentale depuis la fin du XIIe siècle, et les Mendiants en devenaient bientôt les premiers acteurs6. Sur l’intégration provençale dans ce mouvement, Hugues de Digne n’apporte malgré tout qu’une information limitée. Ses discours sont résumés ou signalés. Quelques témoignages confortent heureusement son exemple. Ils s’entendent en se limitant à la période illustrée par sa conduite ou par son souvenir, jusqu’à la première moitié du XIVe siècle, et hors le milieu trop particulier de la papauté avignonnaise.

  • 7 Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, op. cit., p. 355,1. 32-33.
  • 8 É. Baratier, « Une prédication de la croisade à Marseille en 1224 », in Économies et sociétés au Mo (...)
  • 9 I. Rava-Cordier, Édition critique d’un recueil d’exempla attribué à un sachet provençal du XIIIe si (...)

3En 1248, Salimbene de Adam notait que, sous l’impulsion même de Hugues, nombre de Hyérois : « écoutent volontiers la parole de Dieu quand les frères [mineurs] la prêchent »7. Des mentions sommaires d’une prédication pourraient s’ajouter, avec un médiocre profit8. Entre les traces plus concrètes, deux importantes collections d’exempta se distinguent. Elles attestent des efforts consentis pour soutenir la parénèse. L’une est due à un Sachet, sur la fin du XIIIe siècle. Par la qualité intellectuelle, elle n’excède pas l’honnête moyenne. Quoique provençale dans un sens au moins large, elle ne laisse pas préciser sa provenance. La Scala Coeli du dominicain Jean Gobi le Jeune se situe, au contraire, exactement. Elle s’achevait entre 1323 et 1330 au couvent de Saint-Maximin. Elle se révélait une oeuvre d’exception. Elle fournissait aux prédicateurs un puissant instrument, avec ses 972 récits organisés en 122 rubriques9. Ni elle n’était un pur produit de la Provence, ni elle ne se destinait à son usage exclusif. Elle s’accordait néanmoins à la présence, dans la contrée, de cercles et d’hommes qui plaçaient très haut la prédication.

  • 10 H. Rossmann, « Meyronnes (François de) », in M. Viller et al., Dictionnaire de spiritualité ascétiq (...)
  • 11 François de Meyronnes, Sermones de laudibus sanctorum [...], Venise, 1493, fol. 162va-164b ; Anonym (...)
  • 12 E. Pâsztor, Per la storia di san Ludovico d’Angió (1274-1207), Rome, 1955, p. 69-81 ; !. B. Schneye (...)

4Un Mineur et théologien considérable comptait parmi eux, François de Meyronnes (défunt entre 1326 et 1328)10. Dans ses sermons conservés, une large part s’adressait certainement aux Provençaux. Deux se repèrent au premier regard, dont un explicitement pour les Marseillais11. Ils traitent pareillement de Louis d’Anjou, membre de la famille régnante, franciscain et évêque, inhumé à Marseille, canonisé en 1317. Le roi Robert en personne (1309-1343) a laissé au moins un discours prononcé à Marseille ou en Provence sur le même saint Louis, son frère12. Ce panégyrique n’intègre qu’à la marge la prédication provençale.

5Pour l’époque et pour l’espace retenus, le dynamisme évident d’une prédication emmenée par les Mendiants repose sur une documentation somme toute étroite. Or, un solide sermonnaire livre un bel échantillon de la pastorale ordinaire des franciscains de Marseille, au départ du XIVe siècle. Négligé, car d’origine longtemps inconnue, il reçut ensuite une attribution fautive. Ses caractères établis, il ouvre sur les dévotions et les valeurs proposées aux Marseillais, par des Mineurs soucieux de leur place dans la cité.

Le Burgh. 138

  • 13 Bibliothèque nationale, Catalogue général des manuscrits latins, t. V, Paris, 1966, p. 153-156 ; A. (...)
  • 14 J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 742-753, n° 1-164.

6Le sermonnaire ici considéré existe dans deux manuscrits. L’un se trouve à la Bibliothèque nationale de France, à Paris, sous la cote : ms. lat. 3305 A. La Biblioteca Apostolica Vaticana possède l’autre, sous la cote : Burgh. 13813. L’exemplaire parisien ne dépasse pas les soixante-deux sermons. Celui du Vatican propose, selon l’inventaire de Johannes Baptist Schneyer, 164 sermons pour 162 textes différents14. Mieux fourni, il permet seul une identification convenable.

  • 15 A. Maier, op. cit., p. 181.
  • 16 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille sur les débuts du XIVe siècle. Un sermon pour la fête de sai (...)

7La difficulté d’attribution des textes est un obstacle commun aux recherches sur la prédication médiévale. Elle entrave cependant au dernier point l’érudition provençale. Une fois écartée l’Avignon pontificale, le pays abritait peu de lettrés de premier plan. En conséquence, sermons ou anthologies éventuels plongeaient aisément dans un parfait anonymat, comme dans le double cas du Lat. 3305 A et du Burgh. 138. Ce dernier se vit adjugé, par l’inventaire d’Anneliese Maier, à « un clerc du diocèse de Toulouse ». Un sermon sur Louis d’Anjou, évêque de cette cité, explique l’erreur15. La vraie nature du Burgh. 138 ne fut enfin reconnue que par le Père Louis-Jacques Bataillon. Avec sa générosité coutumière, il espérait que j’en poursuivrais l’analyse. Par un article initial, j’esquissai cette tâche qui demeurait à compléter16.

  • 17 Burgh. 138, fol. 192vb-193a ([Franciscus] pater enim noster fuit in carcere religionis nostre [...] (...)

8Dans le Burgh. 138, la rencontre de dix-huit sermons dénonce un Mineur pour auteur. Ils traitent des saints franciscains ou assimilés. Huit se rapportent à la fête de François, deux à sa translation. Au long de ces textes, quelques expressions lèvent les doutes ultimes. Le prédicateur désigne François comme « notre père » ou un « père très saint ». Il appelle son ordre « notre religion »17. Le manuscrit du Vatican s’attarde, par ailleurs, sur des saints familiers aux hommes de Provence et, surtout, de Marseille. Il leur réserve douze sermons. À l’occasion, l’orateur s’y adresse explicitement à un public marseillais.

  • 18 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., p. 313.
  • 19 Patres Collegii S. Bonaventurae, Chronica XXIV generalium Ordinis Minorum, Quaracchi (Florence), 18 (...)

9L’observation attentive du Burgh. 138 autorise également une datation précise de la composition. Le manuscrit se complète d’additions, dans les derniers folios. Elles réparaient des oublis ou mettaient l’ouvrage à jour. De la sorte, il s’augmentait in extremis du sermon sur Louis d’Anjou. Seul réservé à ce saint, il se rencontre en pénultième position. Cet ajout répondait à une canonisation survenue quand le compilateur croyait sa tâche conclue. Il aurait sinon donné plus d’importance à un personnage cher aux franciscains, à l’autorité temporelle et aux Marseillais. Il l’eût mis à sa juste place dans le sanctoral. A ce point, un détail devient précieux. Le thème du sermon reprenait un fragment de l’épître pour la fête dudit Louis18. L’adjonction suivait donc l’organisation du nouveau culte par les Mineurs, en 131919. La rédaction du sermonnaire s’acheva à cette date ou peu après. Elle s’accomplit dans les années 1310. Les repentirs de l’exemplaire du Vatican ne laissent guère douter, en outre, qu’il constitua la version primitive du travail ou sa copie fidèle et contemporaine. Son aspect paléographique ne dément pas, d’ailleurs, son attribution aux premières décennies du XIVe siècle.

10À l’inverse, produit vers le milieu du XIVe.le manuscrit parisien s’éloigne de l’original. Il n’en transmet qu’un pâle reflet. La présentation et les transcriptions sont médiocres. D’ailleurs, certaines sont aujourd’hui détériorées par des lacunes. Nul sermon ne renvoie plus au milieu franciscain. Ceux qui adressent à une ambiance provençale et marseillaise se trouvent amputés des trois quarts. Ils se réduisent à quatre. Si la provenance du volume est méridionale, elle reste très floue. De la sorte, la poignée de sermons qu’il possède en propre ne saurait s’ajouter à ceux livrés par le Burgh. 138. Tout invite à écarter de l’enquête le Lat. 3305 A.

  • 20 Burgh. 138, fol. 161va (vel dicas) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX. p. 749, n° 108.

11Il apporte néanmoins une leçon à relever. Il atteste, comme copie non franciscaine, à usage privé, tardive encore, une prédication aussi durablement appréciée que soutenue des Mineurs marseillais. Il corrobore la portée et le sens du sermonnaire, selon sa version première. Les discours retenus se destinaient à la plus large diffusion. Pour qu’elle s’accomplît, ils permettaient une sorte de germination sur leur base. Ils se concevaient pour modèles à répéter, mais autant à interpréter. Le compilateur s’adressait quelquefois aux imitateurs espérés, pour leur suggérer de modifier un passage : « ou bien tu dirais... »20. Pour favoriser reproductions et adaptations, les sermons ne s’écrivaient pas mot à mot. Ils se récapitulaient en plans très articulés. Cette structure se réfléchissait dans la présentation visuelle des textes, à la manière de schémas. Par sa lisibilité et par sa qualité matérielle, la forme parachevait le fond dans son ambition pédagogique.

12La sélection des textes contribuait au projet. Cette anthologie d’assez bonne taille offrait le canevas d’une prédication systématique. Elle se distribuait entre ses grandes catégories désormais classiques. Aux sermons de tempore ou de sanctis, se joignaient ceux que l’on peut appeler de diversis, savoir sur divers sujets. Ils n’atteignaient que dans les 6 % du total, mais une part réduite leur revenait dans l’ordinaire des sermonnaires. A l’inverse, le sanctoral prévalait sans retenue, avec 80 % des sermons (soit 132). Le désir de couvrir, à grands traits, les besoins d’autres pasteurs ne se perçoit pas moins. Une vigilance de bon professeur se trahit encore par les compléments insérés in fine, pour parfaire l’outil.

  • 21 A. Maier, op. cit., p. 91 ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 730-742.

13Contenu et présentation démontrent, d’abondance, que le sermonnaire se destinait à l’usage collectif du studium des Mineurs de Marseille. Les Mendiants, plus que tous les autres clercs, produisaient en nombre de telles collections, pour former les prédicateurs ou pour soutenir leur action. Les franciscains marseillais partageaient ce zèle. Les similitudes formelles avec le Burgh. 138 invitent à leur reconnaître un second sermonnaire, de même époque. Il appartient aux collections vaticanes, sous la cote Burgh. 70. Avec selon Johannes Baptist Schneyer 176 sermons, tous réservés au temporal, il équilibrait peut-être le déficit en la matière du Burgh. 13821. Son examen méticuleux manque, pour garantir la parenté.

14Il n’importe. Le Burgh. 138 établit combien l’action pastorale des Mineurs marseillais entrait dans la norme de leur ordre et des religieux du temps. Aussi livre-t-il un contenu, à première vue, banal. L’attention pour une piété ancrée dans les traditions provençales invite, la première, à nuancer cette opinion hâtive.

Les dévotions indigènes

  • 22 Annexe, par. I.

Bien que les hommes de ce monde doivent honorer et faire l’éloge de tous les saints, et se fier à leur patronage et espérer en lui, ils peuvent toutefois spécialement louer et honorer ceux qu’ils ont gagnés par grâce divine dans leurs villages et cités comme pour ainsi dire des parents dans la foi, avoir confiance et espérer en eux. Pour cela, le pape Léon [dit] : « Ceux-ci sont tes pères saints (il parle à Rome des saints apôtres Pierre et Paul) et tes vrais pasteurs qui t’ont fondé beaucoup mieux et bien plus heureusement, comme destinée à être unie aux Royaumes célestes, que ceux [Romulus et Remus] par le zèle desquels les premières fondations de tes remparts furent établies. » De la sorte, selon le même [Léon], « le départ de la joie » doit être là où « la mort » des saints « fut glorifiée ». Le peuple de Marseille, devant les autres peuples du monde, doit ainsi se réjouir et jubiler aux anniversaires de la Madeleine par la prédication de qui il fut converti, de Lazare par l’autorité de qui il fut dirigé, de saint Victor et de ses compagnons par la passion desquels il fut affermi dans la foi du Christ22.

  • 23 Gervais de Tilbury, Otia lmperialia, 3e partie, chap. 85 et 90, éd. et trad. S. E. Banks et J. W. B (...)
  • 24 J.-C. Moulinier, Saint Victor de Marseille. Les récits de sa passion, Città del Vaticano, 1995 ; M. (...)

15Le sermonnaire franciscain de Marseille, entendu dorénavant comme le Burgh. 138, théorisait les dévotions envers les saints à quelque titre du terroir. Cette introduction au premier panégyrique de saint Victor condensait le propos. Elle exigeait une vénération spéciale des fidèles pour les protecteurs surnaturels qui leur étaient intimes. Ils avaient tracé la voie du salut. Ils la maintenaient ouverte. Le prédicateur esquissait leur inventaire. Il évoquait les saints de Béthanie, que l’on voyait comme les évangélisateurs du Midi de la Gaule, avec d’autres disciples de Jésus23. En l’occurrence, le franciscain se bornait au cas de Marseille. Il citait Marie-Madeleine, qui avait apporté le christianisme. Il ajoutait son frère Lazare, premier évêque de la cité. A leurs côtés, Victor et ses compagnons se hissaient presque sur un pied d’égalité. Victor était le principal martyr de la ville et le patron de son grand monastère. Convertis par son exemple, quatre autres saints avaient souffert la passion avec lui : Alexandre, Félicien, Longin et Deutérius24.

  • 25 Patres Collegii S. Bonaventurae, Processus Canonizationis..., op. cit., p. XV11-XX1V.

16Les contours d’un martyrologe indigène ou naturalisé se précisaient à l’échelle du Burgh. 138. Le prestige de Victor lui valait quatre panégyriques. Les saints de Béthanie occupaient cependant le premier rang. Aucun sermon ne se rapportait à Lazare, mais quatre traitaient de la Madeleine, et trois de leur soeur Marthe. Cette dernière, liée à Tarascon. rappelait la dimension provençale de la piété marseillaise. Louis évêque, enfin, ralliait ce panthéon à juste titre. Il représentait davantage qu’un prince angevin enseveli à Marseille. Il avait désiré cette inhumation dans l’église des Mineurs de la ville, réalisée dès son trépas, en 1297. Il était, de plus, né et mort à Brignoles25. L’unique sermon, que lui valait sa canonisation récente, dissimulait une popularité déjà établie.

  • 26 V. Saxer, « Les calendriers liturgiques de Saint-Victor et le sanctoral médiéval de l’abbaye », Pro (...)

17Le sennonnaire n’inventait pas les ferveurs autochtones26. Il les partageait avec conviction. Les douze textes réservés aux vénérations indigènes n’atteignaient pourtant qu’environ 9 % des sermons du sanctoral. Cette modestie relative venait d’une prédication qui honorait un large éventail de saints. Le résultat dénonce une limite de la démarche statistique. La lecture des sermons persuade que des prédicateurs et leurs auditoires s’enflammaient pour une sainteté qui s’enracinait sur place. La priorité qui lui revenait se répétait avec une conviction absolue. Le quatrième panégyrique pour saint Victor définissait la sainteté de voisinage. Elle se reconnaissait avec certitude :

  • 27 Burgh. 138, fol. 142vb-143a (Licet quilibetfidelis teneatur omnes sanctos amare, honorare et in eis (...)

Encore que tout fidèle soit tenu d’aimer [et] d’honorer tous les saints et d’avoir confiance en eux. il est pourtant particulièrement lié à ses voisins. Or, j’appelle selon mon propos : saints éloignés ceux dont le terme ou décès et la sépulture nous sont distants, comme sont ces saints qui sont morts et ensevelis en Italie, en Espagne ou en France ; proches ces saints dont la fin ou mort et le tombeau furent en des lieux d’où nous sommes natifs et où nous sommes nourris, et dont jusqu’à présent le sépulcre demeure près de nous27

  • 28 D. de Sainte-Marthe, Gallia Christiana, t.I, Paris, 1715, col. 656d, 659b, 661 d, 662a ; J.-H. Alba (...)

18L’appartenance au panthéon marseillais dépendait, avec la mort dans le pays, de la conservation du cadavre. Les saints retenus par le sermonnaire remplissaient ces deux conditions. Marseillais, Louis d’Anjou le devenait ainsi. Outre ses restes, la ville détenait ceux de Victor et de ses compagnons. Elle se prévalait d’une part de Lazare, au moins de son chef28. Pour la dépouille de Marthe, on l’avait découverte à Tarascon, en 1187. L’invention du corps de Marie-Madeleine était survenue à Saint-Maximin, en 1279. Avec cette ultime révélation, les ossements des saints de Béthanie avaient fini d’imposer leur présence dans la contrée, quand se composait le sermonnaire. Si Marseille ne gardait pas l’intégralité des reliques attachées à son propre, les saints proposés à sa dévotion privilégiée l’illuminaient dans tous les cas. Ils rayonnaient sur l’ensemble de la Provence.

  • 29 M. R. Toynbee, S. Louis of Toulouse and the Process of Canonisation in the Fourteenth Century, Manc (...)

19Le Burgh. 138 ignorait les comparses du sanctoral indigène. Il négligeait jusqu’au fameux Cassien. Celui-ci se vénérait à Marseille, mais l’Occident ne l’honorait qu’en quelques lieux, car on estimait son orthodoxie imparfaite. Certes, le sermonnaire sélectionnait pour conserver la taille jugée opportune. Toujours est-il qu’il n’évoquait que des figures d’une renommée assurée. Pour chacune, elle débordait la Provence. Le fait se vérifiait y compris pour Victor. Sa réputation s’était élargie par la multiplication des dépendances de Saint-Victor de Marseille et par la célébrité de l’abbaye homonyme de chanoines, à Paris. Le plus haut niveau s’atteignait avec Lazare et ses soeurs. Ils appartenaient à toute la chrétienté. Le culte de Louis évêque attendait son plein essor, quand le personnage atteindrait an almost unrivalled popularity among secondary Franciscan saints29. Sa place dans un ordre universel impliquait par avance cette réussite, sans parler d’une apothéose nécessaire dans les domaines angevins et dans les territoires qui s’associaient à eux. Sa fraîche célébrité permettait au Mineur de Marseille d’associer trois mobiles, pour requérir une ferveur exceptionnelle du public. Il considérerait « le lien d’affinité » et « l’évidence du témoignage », selon le thème de la proximité. Il mesurerait d’abord « l’excellence du mérite » :

  • 30 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., par. 1-11, p. 315.

En effet, bien que nous tous ayons à honorer tous les saints, nous le devons surtout cependant pour les plus saints. Donc, nous honorons davantage les saints Pierre et Paul et les saints principaux, car nous croyons qu’ils furent de plus de mérite selon Dieu30

20Les membres du panthéon marseillais, tels que les présentait le sermonnaire franciscain, s’assimilaient à l’élite du martyrologe, quand ils ne lui appartenaient pas à plein titre. Ils se séparaient du lot commun par la conduite ou par les miracles. Ces vertus elles-mêmes s’attachaient, pour tout ou partie, à un espace. Elles s’y pérennisaient par le sépulcre.

  • 31 J.-P. Boyer, ibid. par. Vl/2/b, p. 316.
  • 32 Anonyme, art. cit., p. 310-311.

21Le système s’exposait en termes limpides pour Louis évêque. Le prédicateur anonyme insistait sur la profusion de guérisons accordées par son intermédiaire. L’enthousiasme culminait dans la demande : « et qui mort n’est pas ressusressuscité ? »31. Ces paroles concordaient avec ce que disait François de Meyronnes, à des Provençaux. Il dénombrait huit résurrections à travers les Écritures, pour conclure sur le même Louis : « et celui-là a ranimé huit morts, comme il est évident par le témoignage de l’Église, qui ne peut jamais se tromper »32. Or, cette inégalable thaumaturgie se concrétisait par priorité en Provence et surtout à Marseille, puisqu’elle possédait le corps saint.

  • 33 J. Paul, « Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d’Anjou », Cahiers de Fanj (...)
  • 34 François de Meyronnes, op. cit., fol. 162vb.

22La ville avait en effet connu « une véritable commotion », manifestée par l’abondance des miracles dans les mois après le décès de Louis33. Quand sa notoriété se dilatait, la puissance de l’intercesseur continuait d’émaner du tombeau marseillais, comme centre de pèlerinage pour les faveurs sollicitées ou obtenues. Elle n’agissait que plus loin. François de Meyronnes décrivait ce procès aux Marseillais. D’abord, la ville « a été illuminée d’innombrables miracles par la présence de ce saint ». Par conséquent, « ceux qui recherchent ce saint sont venus prier jusqu’à cette cité sainte »34.

  • 35 Burgh. 138, fol. 141a (Inter alios enim sanctos quos habet celum preciosos et caros sunt sancti mar (...)

23Quant à Victor, la prédication franciscaine cultivait plutôt le souvenir édifiant de ses affres : « De fait, comme le monde honore davantage, parmi les autres hommes, les chevaliers et surtout les bons, de même au ciel les saints martyrs se sont distingués par leur milice entre tous les autres pourtant saints ». Cette fleur de la sainteté comptait « particulièrement Victor »35. En conséquence, ses interminables tortures se détaillaient ou s’énuméraient avec délectation :

  • 36 Burgh. 138, fol. 144a (Vicit sanctus iste in bono patientie sue malum pene, scilicet martyrii sui. (...)

Ce saint vainquit dans le bien de son endurance le mal du tourment, savoir de son martyre. Dans la cité de Marseille, il fut en effet incarcéré, frappé, mis sur le chevalet, traîné par la ville, déchiré au cou avec une scie, brisé entre des meules, amputé au pied, et enfin décapité à Cépée36

  • 37 Annexe, par. II/1/b.

24Tant de souffrances, supportées pour le Christ, devaient stupéfier et enthousiasmer les Marseillais pour le héros qui, chez eux, avait manifesté un si grand coeur. La liste ajoutait le supplice d’une scie sur le cou aux peines d’habitude énoncées. L’auteur puisait dans une Légende énigmatique, distincte des versions connues à ce jour. Elle accentuait le spectaculaire. Elle rendait également Victor plus concret à l’assistance, par l’addition de quelques détails. Jusqu’à sa conduite, avant qu’il n’affrontât la persécution, prenait un peu d’épaisseur : « On dit, dans sa Légende, qu’il fut large en aumônes »37.

  • 38 L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des Archi (...)
  • 39 Panegyricus antiquus (PÂ), par. 9 ; Panegyricus renovatus (AM), par. 3 et 9 ; et Acta longiora (AL) (...)
  • 40 AL, par. 1, 4, et 12, éd. J.-C. Moulinier, op cit., p. 520,1. 25, p. 522,1. 76-77, et p. 530,1. 294 (...)
  • 41 Transi, de Victor, lect. 8, in Bréviaire imprimé de Saint-Victor, Lyon, 1508, fol. 280b. A la fin d (...)

25La popularité de Victor suscitait des suppléments à l’hagiographie officielle, entérinée par la liturgie. Le sceau de la commune en assure par son avers, connu dès 1237. Il figure le saint en chevalier accablant un dragon38. Cette image s’imposait, cependant, parce qu’elle ne se bornait pas à pasticher l’iconographie de Georges. Elle interprétait les Passions du martyr marseillais. Celles-ci le décrivaient comme étant un soldat, de là un chevalier du Christ, et comme combattant le diable39. L’une comparait son persécuteur, l’empereur Maximien, à une bête et à un dragon. Elle l’appelait même « ce grand dragon »40. A défaut de cette complète assimilation, le parallèle avec un animal et un dragon finissait par passer, autour de 1500, dans l’office de Saint-Victor de Marseille, pour la translation de son patron41. A leur tour, les sermons franciscains proposaient des embellissements qui dérivaient des panégyriques ordinaires. Ils s’associaient au mouvement de fond qui valorisait la tradition ; mais ils y jouaient un rôle dynamique.

  • 42 Burgh. 138, fol. 153b (Ο quanto honor fuit quod Christus, cum beato [bato, ms.] Frontone, interfuit (...)

26Quant aux saintes de Béthanie, il n’y avait plus à augmenter leur gloire. Le sermonnaire n’ajoutait rien à ce qui ne se trouvât partout, ainsi dans la Légende dorée. A propos du décès de Marthe à Tarascon, le prédicateur franciscain s’extasiait : « Ô quel honneur ce fut que le Christ participât, avec saint Front, à ses obsèques et l’ensevelît de ses propres mains ! »42. Il traduisait un apogée de l’amitié divine, mais disait ce que chacun savait. Ce nonobstant, les panégyriques cultivaient le riche fonds commun sur les deux soeurs. Ils les campaient sur le sol provençal, avec le pittoresque souhaitable.

  • 43 Burgh. 138, fol. 145va-b (Sanctitati autem sue prebent testimonium : desertum congruum sue admirabi (...)

27L’histoire de sa grotte ne manquait pas pour la Madeleine. Elle avait témoigné de sa sainteté par « un désert conforme à son admirable perfection, où pendant trente ans elle fit pénitence, pure, nue, solitaire et affamée ». Dans cette retraite, elle recevait « des anges prenant soin de sa consolation, car ils descendaient du ciel sept fois par jour, chantant de façon audible les sept heures canoniales pour son délassement »43. Le cas de Marthe nourrissait autant ou plus l’imagination :

  • 44 Bugh. 138, fol. 153b (Nonne magnum miraculum fuit de illo terribili animali quod naves ita submerge (...)

Ne fut-ce pas un grand miracle à propos de cet animal terrible [la Tarasque], qui ainsi engloutissait les navires dans le Rhône, qu’aspergeant d’eau bénite elle dompta et fit tuer ? Ne fut-ce pas un grand miracle de ce garçon, qui vivait de l’autre côté du Rhône et désirait entendre le sermon qu’elle prononçait à Avignon, qui s’exposait à traverser le fleuve à la nage, car il n’avait pas de navire, qui se noyait, se découvrait au lendemain et lui était présenté, quand elle le ressuscita ? Par quoi, on peut dire d’elle ceci du 31e chapitre [verset 9] de l’Ecclésiastique : « Il accomplit des merveilles dans sa vie »44

  • 45 ΡΑ, par. 15, éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 446, 1. 206-209 ; Transl, et fête de Victor, lect. 4 (...)

28La couleur de ces évocations ne flattait pas un faible pour le folklore. Elle soulignait combien l’extraordinaire d’une haute sainteté pétrissait le monde provençal. L’idée s’esquissait dans un panégyrique du haut Moyen Âge, sur Victor et ses compagnons. Ils assuraient une bénédiction particulière sur Marseille. Cette opinion se retrouvait, vers la fin du Moyen Âge, dans la liturgie de Saint-Victor. Tel répons pour l’office de son patron la résumait : « Ô ville bienheureuse, Marseille, empourprée par le sang du glorieux martyr répandu chez toi, pour le renom du Christ, par Maximien, le plus scélérat des hommes ! »45. François de Meyronnes suivait un schéma comparable quand il déclarait Marseille une civitas sancta, en raison de Louis d’Anjou. Il ne s’y arrêtait pas.

  • 46 Anonyme, art. cit., p. 311.

29Louis avait atteint la perfection parce que, entre autres, « né sur cette terre que Dieu sanctifia avant les autres, car il y a en cette patrie sept saints qui virent le Christ de leurs yeux corporels »46. Le grand docteur tirait les conséquences ultimes d’un concours de sainteté, qui pénétrait la société. Les sermons du Burgh. 138 n’atteignaient pas un tel point. L’un rappelait néanmoins l’affluence unique de saints d’exception, quand il réunissait Lazare, la Madeleine, Victor et ses compagnons. D’ailleurs, le cycle de la prédication, comme le traçait l’anthologie, créait le sentiment d’une élection du pays. Une synergie tacite, mais nécessaire, s’exerçait entre ses puissants intercesseurs. Elle ne pouvait que consolider l’attente d’une assistance à proportion de l’éminence de chacun.

  • 47 Burgh. 138, fol. 145a et 145va (Ista millier fuit ceteris in peccatis major, periculosior et infami (...)

30À cet égard, le franciscain marseillais établissait, avec un cynisme inconscient, un bilan globalement positif pour « cette femme supérieure aux autres dans les péchés, plus dangereuse et plus infâme », savoir la Madeleine : « Autant il y a d’hommes et de femmes de Marseille sauvés, autant le sont par ses mérites ; et ils sont ainsi incomparablement plus nombreux qu’elle n’entraîna de damnations »47. Les secours, qui privilégiaient les dévots du panthéon marseillais et provençal, se détaillaient pour Victor en ces termes :

  • 48 Burgh. 138, fol. 144va (Sanctus iste, tanquam paler etpatronus civitatis Massilie specialis atque p (...)

Ce saint, en tant que père et avocat particulier et principal de la cité de Marseille, prie [...] pour nous, comme il est aussi tenu de le faire : pour notre déférence spéciale (nulle part au monde, en effet, un si grand respect qu’à Marseille ne lui est offert, et pour cela lui-même non pas ingrat mais reconnaissant envers nous, se sentant en quelque sorte obligé, implore pour nous [...]) ; [et] pour notre confiance singulière. De fait, il n’y a pas d’hommes qui se fient autant à saint Victor que le peuple de Marseille, qui même dans ses guerres temporelles à la fois porte son drapeau et invoque son appui, étant fort convaincu que, quand son secours l’assistera, il triomphera de ses ennemis. Or, s’il a ferme espérance à son égard en ce genre de combat, combien plus [il l’éprouve] dans la lutte spirituelle, en laquelle lui-même l’aide incomparablement de meilleur gré48

  • 49 D. R. Lesnick, Preaching in Medieval Florence. The Social World of Franciscan and Dominican Spiritu (...)

31L’échange de bons procédés, entre le saint et ses clients, ne s’écartait en rien des convictions ordinaires. Son effet se décuplait, cependant, par l’insertion dans la communauté municipale. Elle se confondait avec la famille des fidèles de Victor, que couvrait son étendard. Ce ralliement collectif offrait une protection temporelle, mais davantage encore spirituelle. Le citoyen ne pouvait se soustraire à une telle dépendance. Elle ne se séparait pas du culte salvateur qu’il rendait au saint. Elle répondait à la logique de l’amitié, que le franciscain esquissait. Ce complexe affectif s’accordait à une prédication de l’émotion, que pratiquaient volontiers les Mineurs, sans s’exagérer leur singularité. Leur penchant reflétait une spiritualité développée depuis le XIIe siècle49. Pour autant, le prédicateur marseillais touchait au coeur son auditoire.

32L’union autour du martyr triomphait dans la ville basse, car elle remontait à l’ancienne commune, qui s’était imposée dans ce secteur de la cité. Comme l’apprend son sceau, le patronage de Victor était chose acquise en 1237. Sans interdire des frictions avec l’abbaye de Saint-Victor, le choix convenait pour se distinguer de la seigneurie épiscopale, retranchée dans la ville haute. Charles Ier (1246-1285) supprimait la commune, en 1257 puis 1262. La défaite ne ruinait pas le parrainage du saint. La permanence de sa bannière établissait cette continuité dans sa plénitude.

  • 50 M. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, 2 vol., Paris, 1857,1.1, n° 27, p. (...)
  • 51 N. Coulet, « Dévotions communales... », art. cit.. p. 122-123.

33Selon un document du XIe siècle, les vicomtes de Marseille tenaient l’enseigne de saint Victor, dans une fonction d’avoués de son abbaye. La commune, qui succédait à leur pouvoir, avait toutes les raisons de reprendre le drapeau. Un acte de 1218 en fournit une première description : « l’enseigne de saint Victor [...] avec la croix »50. L’étendard se trouvait alors aux mains du monastère, mais ces mots laissent affirmer que la commune accaparait l’emblème en 1237 au plus tard. Son sceau représentait alors le chevalier Victor portant un bouclier orné d’une grande et simple croix. Le drapeau de saint Victor se confondait avec le pavillon à la croix, ainsi qu’il se désignait en 1253. Il ne nécessitait aucune autre précision, même s’il pouvait s’appeler nommément étendard de saint Victor, comme en 1285. La ville basse représenta-t-elle quelquefois le saint en personne sur ses bannières ? La seule croix est attestée. Elle se maintenait pour attribut de la cité après son unification, en 1348, et au travers des temps51. C’était la croix de saint Victor.

  • 52 PA, par. 7 ; AM. par. 7 et 11 ; et AL, par. 11 ; éd. J.-C. Moulinier, op. cit.. p. 434,1. 91-98, p. (...)
  • 53 P. Golinelli, Città e culto dei santi nel Medioevo italiano, Bologne, 1996.
  • 54 V.-L. Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille des origines à la victoi (...)
  • 55 J.-P. Boyer, « Entre soumission au prince et consentement... », art. cit., p. 215-216 ; M. Aurell e (...)

34Elle adressait à ses Vies. Celles-ci rapportaient une apparition du Messie qui présentait le symbole de la Passion au martyr. Suspendu au gibet, ce qui évoquait la Crucifixion, lui-même continuait la geste du Christ52. Il transmettait la croix à ses dévots. Par Victor, la ville basse s’arrogeait un signe d’une belle force pour signifier sa solidarité, jusque dans sa dimension mystique. Se reconnaître dans un saint était ordinaire pour les villes médiévales. Mais le culte municipal rendu à Victor adressait, par sa vigueur, au modèle des cités-États italiennes53. La Marseille communale leur ressemblait, jusqu’à sa défaite contre Charles Ier. Elle développait son individualité. Elle ne reconnaissait que contrainte se trouver « en Provence et dans le comté de Provence » (1243)54. Le particularisme ne s’éteignait pas sous le gouvernement angevin55.

  • 56 K. L. Jansen, The Making of the Magdalen : Preaching and Popular Devotion in the Middle Ages, Princ (...)
  • 57 M.-H. Laurent, op. cit. ; Ν. Coulet, « Dévotions communales... », art. cit., p. 128-133.

35Le sermonnaire franciscain faisait sien ce campanilismo. Pour ce, il ne prévoyait aucun panégyrique de Lazare. I1 aurait renvoyé à la ville haute et aux prérogatives des évêques, encore qu’ils eussent perdu leur pouvoir temporel depuis Charles Ier. Le choix confirme la fermeté avec laquelle les Mineurs soutenaient la personnalité collective de la ville basse. Ils n’hésitaient pas à en donner l’entière justification surnaturelle, puisque les amis célestes de la communauté garantissaient prodiges mais encore salvation. Cet appui ne se limitait pas à Victor, bien que le propos se fit plus clair avec lui. L’ensemble du sanctoral marseillais, cerné par le sermonnaire, entrait en jeu. Les saints mobilisés aux côtés de Victor ne le surpassaient pas seulement par le prestige. La Madeleine attachait l’identité urbaine à une spiritualité rénovée, celle dont les Mendiants donnaient le ton56. C’était encore plus évident pour Louis évêque. Le sermonnaire, quand il exhortait les Marseillais à un culte singulier en sa faveur, prenait la tête d’un rajeunissement du patronage de la ville. Louis devenait, vers la même époque, sa principale figure tutélaire. Fort de ses reliques et rebaptisé Saint-Louis, dès 1319, le couvent franciscain se muait en centre de cérémonies à la fois religieuses et civiques57.

  • 58 Burgh 138, fol. 144va (Hoc potest dicere principaliter Massilie et secundario Provincie : pro rever (...)

36Les saints universels, qui s’ajoutaient à Victor, dilataient toutefois l’horizon de leurs dévots. Sanctifiant la Provence, ils favorisaient l’incorporation dans une famille spirituelle au moins à son échelle. Le sermonnaire ne se bornait pas à l’implicite. Une déclaration sans équivoque intervenait à propos de Victor : « Il peut dire cela principalement à Marseille et secondairement à la Provence : “Pour le respect que tu me manifestes, une grâce favorable t’approchera, car moi je solliciterai fidèlement le Seigneur pour toi” »58.

  • 59 L. Stouff, « Identité de la Provence médiévale », in C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, Peuples du M (...)
  • 60 G. Gouiran et M. Hébert, Le livre Potentia des états de Provence (1391-1523), Paris, 1997, p. 20 (t (...)

37Le martyr marseillais comptait maintenant parmi les grands avocats des Provençaux. On n’aurait su mieux avouer l’intention d’inclure les Marseillais dans cette plus large unité. Les temps étaient mûrs. L’idée d’une nation de Provence progressait. Le conseil de la ville basse employait ce concept en 1319. Il en distinguait la « nation de Marseille », mais dans un cadre qui prouvait l’intimité des deux entités. Il s’agissait de solliciter une intervention royale pour obtenir du pape, si besoin, un abbé de Saint-Victor marseillais ou provençal, alors que l’on soupçonnait une vacance de la dignité59. La différence dans l’association se perpétuait, par la suite, dans l’existence de « terres adjacentes » à la Provence, parmi lesquelles Marseille se rangeait60.

  • 61 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., p. 313, et chap. Il/l/b et 2, p. 315.
  • 62 B. Montagnes, Architecture dominicaine en Provence, Paris, 1979, p. 41-49 ; G. Vitale, « 1 santi de (...)
  • 63 Acta Sanctorum, Iulii, t. V, Paris-Rome, 1868, p. 138c-d ; M.-O. Garrigues, art. cit., col. 1270.

38Dans la cristallisation d’une dimension provençale, les Angevins tenaient une place évidente. Le sanctoral « marseillais » du Burgh. 138 impliquait l’étape supérieure d’une appartenance à leurs domaines. Sans que les textes formulassent cette sujétion, elle n’échappait pas. Les saints retenus se rattachaient à la maison d’Anjou, à ses ferveurs et aux vénérations qu’elle favorisait. Le fait s’imposait pour Louis évêque. Les solennités dont il devenait le coeur, à Marseille, correspondaient en bonne part à des manifestations de loyauté pour le régime. Le panégyrique, que lui réservait le sermonnaire anonyme, n’omettait pas des allusions limpides à la puissance de sa dynastie et à l’autorité qui lui revenait61. Les saints de Béthanie ne se séparaient pas, pour leur part, de l’élan donné par Charles II (1285-1309) puis par Robert au culte de Marie-Madeleine. Promoteur de l’invention de ses reliques, quand il était prince de Salerne, Charles II avait dépensé une énergie considérable pour soutenir sa gloire, à commencer par la fondation du couvent dominicain de Saint-Maximin, une institution proprement royale62. Encore prince de Salerne, il avait également affiché sa dévotion pour Victor. À Marseille, en 1280, il avait reçu de ses propres mains un fragment du « très saint corps », pour le confier à Saint-Victor de Paris63.

  • 64 J.-P. Boyer, « La prédication de Robert de Sicile (1309-1343) et les communes d’Italie. Le cas de G (...)

39Ce geste coïncidait avec le recrutement de troupes en Provence. La piété partagée entre le comté, Marseille et les Angevins évoque les luttes menées par la dynastie. La suite des Vêpres, de 1282, rendait l’entente encore plus nécessaire à la monarchie de Sicile-Naples. L’assistance de la marine marseillaise se faisait vitale. Cependant, la participation à l’ensemble angevin possédait une valeur véritablement religieuse. À la tête des guelfes, la royauté angevine se réclamait assez haut d’un projet de chrétienté64. Elle précédait une dernière étape dans l’emboîtement des communautés.

  • 65 Burgh. 138, fol. 207b (Quanto materia latior, mirabilior et utilior, tanto debet quilibet esse ad a (...)

40Le Burgh. 138 certifiait la priorité des dévotions locales, et assurait de son contraire, comme dans tel sermon pour la Toussaint : « Autant un sujet est plus ample, plus admirable et plus utile, autant quiconque doit être plus disposé à écouter et à parler »65. L’avantage qui revenait aux cultes universels se martelait, ainsi pour Dominique :

  • 66 Burgh. 138, fol. 161 b-161 va (Natura est luminis quod utilius est altum quam demissum. Utilior eni (...)

La nature de la lumière fait qu’elle est plus utile élevée qu’abaissée. De fait, le soleil est plus avantageux placé au ciel que s’il était à terre [...]. Afin donc que la sainteté de ce glorieux confesseur fût plus profitable au monde, elle fut établie en hauteur, savoir au rang de l’ordre des frères prêcheurs, de sorte qu’elle [...] pût étendre ses rayons à tous66

41Les palinodies du sermonnaire étaient plus apparentes que réelles, bien qu’il n’énonçât aucune solution. Il faut se remémorer que ni Marseille ni la Provence n’exerçaient de monopole sur le panthéon indigène proposé. La solidarité dans la foi des petites patries menait vers la communion générale des chrétiens. Elle se réalisait, là encore, sous la lumière des saints. Tel sermon pour la Nativité de Marie motivait cette progression et son terme :

  • 67 Ambroise, Expositio Evangelii secundum Lucam, livre II, par. 30, éd. M. Adriaen, Turnhout, 1957 (CC (...)
  • 68 Burgh. 138, fol. 179va (Quanto vita et conversatio alicujus sancti fuit Deo carior et mimdo utilior (...)

Autant la vie et la conduite d’un saint furent plus chères à Dieu et plus utiles au monde, autant sa naissance doit nous être plus honorable et plus plaisante. C’est pourquoi Ambroise [dit], dans son commentaire de Luc [...] :« L’enfantement des saints occasionne l’allégresse du plus grand nombre, parce que c’est un bien commun »67. Or. entre les autres saints et saintes, la vie et la conduite de la glorieuse Vierge fut plus agréable à Dieu et plus profitable au monde68.

42La référence au bien commun ne renvoyait pas directement à l’aristotélisme. Il pesait pourtant, en ce début du XIVe siècle, sur l’intelligence de l’expression. Elle mettait en exergue l’impératif d’utilité générale, par-dessus les avantages particuliers. L’idéal de la cité traversait la société chrétienne à chaque niveau. Il ne se consommait pas dans la ferveur entretenue pour les saints. Il imposait sa dimension morale.

Une morale pratique

  • 69 Burgh. 138, fol. 5Ab (Zelus, dico, animarum istius domine multosprovocavitadservitium Cliristi [... (...)

Le zèle de cette dame pour les âmes, dis-je, en appela beaucoup au service du Christ [...] par ses exemples édifiants [...]. Elle réunit à Tarascon un grand couvent de soeurs, parmi lesquelles elle vivait saintement, car elle ne goûtait ni chairs, ni vin, ni oeufs, ni fromage, ni quelque matière grasse. Et cent fois par jour, autant dans la nuit, elle ployait le genou69.

43Ces quelques lignes prises au Burgh. 138. d’un panégyrique de Marthe, rappellent que les mérites des saints n’assuraient pas que de leur efficacité auprès de Dieu. Ils représentaient un modèle, hors de portée, mais qui indiquait un chemin. Sous ce rapport encore, le propre des églises provençales avait un grand prix. 11 donnait plus de présence à cette instruction. Pour autant, elle se déployait dans toute la prédication de sanctis. De façon générale, le sermonnaire anonyme exhortait aux vertus selon une large thématique. L’extrait ici copié appelait à une ascèse, d’ascendance monastique, fort traditionnelle. Elle prenait cependant sens, chez Marthe, parce que la sainte s’adressait à autrui. Elle s’agrégeait des soeurs. Elle poursuivait surtout un projet pastoral. Elle agissait, selon le sermon, et par les actes et « par les mots de la prédication » (per verba predicationis).

  • 70 Par ex., François d’Assise, Epistola adfideles II, 28 ; idem, Laudes Dei Altissimi, 6 ; éd. et trad (...)

44Dans cette lignée, la dimension sociale des vertus occupait une large place dans l’enseignement du sermonnaire. Il situait, en une autre occasion, la perfection de Marthe dans le cadre de la miséricorde. Il donnait à celle-ci un haut relief. S’il paraphrasait une glose classique à l’Évangile selon Matthieu, il gardait quelque chose de l’élan de François vers le « Sauveur miséricordieux » et son exemple70 :

  • 71 Gl. à Mt 25, 35-36 ; cf. par ex. Richard de Saint-Victor, Sermones centum, sermon 35, PL 177, col. (...)
  • 72 Burgh. 138, fol. 152a (Sex sunt opera misericordie propter que promittit Dominus regnum celorum, qu (...)

Il y a six oeuvres de miséricorde pour lesquelles le Seigneur promet le Royaume des cieux, c’est-à-dire : restaurer les affamés [...], abreuver les assoiffés [...], accueillir les voyageurs [...], vêtir les misérables [...], visiter les malades [...], réconforter les prisonniers […]71. Il dit pour tout cela, à ceux qu’il a adextrés, au 25e chapitre de Matthieu [verset 34] : « Venez, vous que mon Père a bénis, possédez le Royaume disposé pour vous depuis la création du monde ». Parmi les oeuvres de miséricorde, il s’en trouve une, être hospitalier, dans laquelle brilla spécialement sainte Marthe, hôtesse du Christ en voyage72.

45La présence au monde rendait attentif à ses réalités. De la sorte, le prédicateur prenait appui sur elles pour rendre perceptibles les vérités transcendantes. Il empruntait la démarche pour glorifier Pierre et Paul :

  • 73 Burgh. 138, fol. 137b-137va (In Ecclesia primitiva fuerunt reputati a mundo stulti, quia prospéra m (...)

Au temps de l’Église primitive, le monde les estima sots, parce qu’ils méprisèrent ses succès [...]. Dans l’Église moderne [...], on considère qu’il furent : de sages marchands (le sage marchand, en effet, ne place pas son argent dans de vils trafics, mais plutôt de valeur ; or, les honneurs, les richesses et les plaisirs temporels sont de bas prix, mais la grâce de Dieu précieuse [...]) ; de prudents ouvriers ou bâtisseurs (car le constructeur intelligent ou prévoyant considère où il doit demeurer davantage, et il entreprend d’y édifier une bonne maison ; et, parce que nous sommes destinés à rester incomparablement plus dans la vie future que dans la présente, qui bâtit plus ici que là est un insensé [...]) ; de célèbres vainqueurs ou combattants (de fait, le chevalier ou guerrier illustre ne redoute aucune bataille et vainc toute guerre, et il en fut ainsi des saints martyrs)73.

46Les similitudes proposées dépassaient l’artifice pédagogique. Le siècle présentait des modes de comportement que la vie religieuse imitait avec avantage. Ils n’avaient donc rien, en substance, de coupable. Appliqués aux affaires terrestres, ils ne se réprouvaient pas a priori, mais s’ils offusquaient la primauté du Spirituel. Le sermon usait de termes élogieux pour évoquer les artisans ou les entrepreneurs, les chevaliers, les marchands enfin. La synthèse traduisait bien la situation des cités méditerranéennes. Elle convenait au cas de Marseille, avec ses dimensions militaires et commerciales associées. La classe des affaires et l’aristocratie s’y recoupaient. Cependant, le prédicateur ne légitimait pas que les trois catégories d’hommes qui faisaient l’activité du grand port ou, plutôt, la conduisaient. Il reconnaissait simultanément leur complémentarité et le corps que formait la ville basse. Cette approbation implicite entrait dans la logique d’une piété orientée vers le prochain, y compris dans les nécessités concrètes.

47Dans l’apologie de Pierre et Paul, le regard ainsi porté sur la société se pressentait. Il se formulait au long du sermonnaire. Dans l’ensemble, la fortune matérielle s’acceptait. Un sermon pour une « nécessité » en fixait les conditions. Ses articulations démontraient une véritable analyse du problème :

  • 74 Burgh. 138, fol. 234a-b (Temporalis autem prosperitas quam pelimus est bona : juste possidentibus v (...)

Or, la prospérité temporelle que nous sollicitons est bonne : à ceux qui possèdent ou gagnent justement ([...] de fait, tant que quelqu’un peut s’enrichir légalement, sans mensonge ni fraude, il est en situation d’acquérir [...], car il ne doit pas souhaiter un dommage à sa conscience pour un profit dans son coffre) ; à ceux qui utilisent avec retenue [...] ; à ceux qui donnent largement pour Dieu [...]. Mais quoique les objets du siècle soient avantageux aux bons, ils ne le sont pourtant pas pour les mauvais. Ainsi voyons-nous que beaucoup de choses sont : utiles aux sains, qui sont mortelles pour les malades ([...], de la sorte les biens temporels pour les faibles, savoir les luxurieux, car l’abondance de ressources matérielles est à beaucoup une occasion pour se débaucher, comme il est évident chez les mariés qui ont leur épouse à la maison et la concubine dans une autre rue [...]) ; utiles aux adultes, qui sont dangereuses aux jeunes ([..·], de cette manière les possessions temporelles pour ces enfants, c’est-à-dire les gloutons, qui veulent tout mettre à la bouche [...]) ; utiles aux sages, qui sont périlleuses aux insensés et aux niais (comme sont le glaive et les autres armes qui, confiés à un homme raisonnable, rendent alors de grands services, mais qui, remis à un sot ou à un dément, causeront beaucoup de maux. Il en va de même pour les biens temporels des orgueilleux et des superbes)74.

  • 75 Burgh. 138, fol. 242b (bumilitas occisoris : quando scilicet ille quiparvulum occidit humiliât se p (...)
  • 76 D. L. Smail, The Consumption of Justice. Emotions, Publicity and Legal Culture in Marseille, 1264-1 (...)
  • 77 Burgh. 138. fol. 234a (Thob. IIII [9] : Si multum tibi fuerit, libenter impertiristude, si exiguum, (...)

48Possession et enrichissement se soumettaient, bien sûr, à des conditions étroites. Ils ne devaient pas favoriser le péché, contre soi ou contre la collectivité. Le puissant s’abstiendrait de troubler la paix, comme y insistait un autre sermon pour une monition. Il exhortait à « l’humilité du meurtrier, savoir quand qui a tué un tout petit s’abaisse devant le prélat par une parfaite déférence »75. Le Mineur dénonçait les violences que l’élite urbaine s’autorisait, aux dépens de l’ordre public76. Cette attention pour la cité conduisait, à l’inverse, le sermon pour une « nécessité » à déclarer l’utilité des riches avec une netteté achevée. Leur justification ultime tenait dans leur générosité pour autrui. Leur altruisme s’inscrivait dans une société entière du don : « Si tu as beaucoup, applique-toi de bon gré à le faire partager, si tu as peu, donne aussi sans répugnance »77. Ce modèle proposait aux possédants de bonne volonté jusqu’à une fonction exemplaire.

  • 78 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., par. V/l/b, p. 315-316.

49Parmi eux, l’intérêt voire l’estime se tournaient vers qui augmentait ses ressources, plutôt que vers qui tenait seulement un patrimoine. Cela convenait à un idéal de la distribution et correspondait au contexte de la ville basse. La morale du sermonnaire insistait sur une éthique du négociant. Il se comprend pour tout un milieu adonné aux échanges. Mais la personne du « sage marchand » s’individualisait nettement. Elle n’apparaissait pas fortuitement. Le panégyrique de Louis d’Anjou le comparait au « bon marchand » qui s’enrichit vite, car il a reçu beaucoup au départ, mais encore « commerce bien par lui-même »78. Le parallèle grandissait, sans ambiguïté, une classe étendue des boutiquiers aux hommes d’affaires. Une déontologie sur mesure s’adressait à elle. La leçon partait des cas de Victor et de ses compagnons, eux qui édifiaient par excellence les Marseillais :

  • 79 Annexe, par. Il/l/b.

Beaucoup, en effet, furent assaillis et vaincus par l’avarice, comme les marchands qui, en raison de leur cupidité, trompent et mentent en vendant et en achetant. D’autres dérobent, d’autres ravissent, d’autres ne restituent pas au moment dû [...]. Ces saints martyrs vinrent à bout de cette avidité [...] et ce : par une pauvreté nécessaire (celle-ci tire de l’enfer et consiste à ne rien posséder d’autrui [...] ; et pourtant il y en a certains dans les richesses desquels se trouve davantage du bien d’autrui que du propre, comme il est patent chez les usuriers ; en fait, il faut rendre tout ce qui se gagne par usure [...]) ; par une pauvreté volontaire, et celle-ci place au paradis. Une telle pauvreté existe quand quelqu’un donne du sien, comme il y en a beaucoup qui offrent du leur aux pauvres79.

  • 80 J.-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi-XIIP-mi XIVe siècl (...)

50On ne pouvait approuver le négoce en termes plus exprès. Il fournissait à une aumône élevée au rang de pauvreté volontaire, celle des moines et des religieux, donc garante de la béatitude céleste. Pour échapper à la damnation, l’honnêteté suffisait. Les interdits ne surprenaient pas. Ils joignaient au dol les vols. Ils dénonçaient manifestement une flibuste dans les usages d’hommes de mer. S’ajoutait l’usure. Sa prohibition se répétait partout sans trêve. Pendant son règne. Robert se préoccupait de la combattre, quitte à une tolérance tacite et nécessaire pour le crédit juif80. L’ambiance entretenue par l’État angevin devait encourager les franciscains de Marseille à une réprobation vigoureuse, ouverte sur une dimension quasi politique.

  • 81 Burgh. 138, fol. 198vb (Non respicit [...] Dominus [...] ad avaros qui contra precepta Dei temporal (...)

51Si le sermonnaire n’était pas original, il rangeait avec véhémence l’usure parmi les crimes qui relevaient du péché capital d’avarice : « Le Seigneur [...] n’a pas d’égard [...] envers les avares qui rassemblent et conservent les biens temporels contre les préceptes de Dieu, certains en abusant, certains en volant, certains en saisissant, certains en usurant, de qui Dieu détourne la face »81. Ces mots donnaient toute sa gravité à l’usure. De fait, le négociant tombait plus aisément dans cette faute, insidieuse et polymorphe, que dans d’autres usurpations. Or, elle ne se limitait pas au problème des gains illicites. Elle incarnait le désir d’accaparer et de retenir. A bien lire, le prédicateur flétrissait la thésaurisation. comme un versant économique de l’avarice. Il invitait les nantis à faire circuler les richesses, donc au profit du prochain, partant de la cité.

  • 82 Burgh. 138, fol. 152a-b (Sciendum quod quidam recipiunt : alios hospitio ex cupiditate, sicut hosta (...)

52Le franciscain en venait à requérir, de qui possédait, un détachement de ses intérêts. De la sorte, il blâmait jusqu’à l’hospitalité accordée pour un bénéfice personnel. L’accueil réservé au Christ par Marthe fournissait le modèle à imiter. Les aubergistes ne s’y pliaient pas, qui agissaient par indigne cupidité : « Ils soutirent des hôtes tout ce qu’ils peuvent ». Ceux qui se recevaient tour à tour, pour les repas et les beuveries, s’abandonnaient à une méprisable « inclination charnelle ». Sans le dire, le reproche mettait en cause une sociabilité qui favorisait les coteries. L’habitude des puissants à inviter, pour tenir leur rang, se tolérait comme moralement neutre. Ne s’encourageait, toutefois, que la charité envers « les pauvres et les amis du Christ ». La sévérité, pour les valeurs du monde et des négociants, prenait son tour le plus brutal quand un sermon sur saint François interdisait de se glorifier des richesses. Elles représentaient « un péril particulier de l’âme parce qu’elles s’acquièrent difficilement de façon légale, [et] sont souvent mal dépensées »82.

53Ces semonces demeuraient compatibles avec l’assentiment voire l’incitation aux affaires. La synthèse restait délicate. Les Mineurs de Marseille éprouvaient des sentiments partagés devant les réalités du siècle. Ils s’efforçaient néanmoins de les associer au projet de chrétienté. Le bien commun, reconnu pour ciment des sociétés chrétiennes, se profilait en horizon des commerçants. Sous l’angle socio-économique encore, les solidarités marseillaises se renforçaient pour gagner l’universel. Les sermons du Burgh. 138 décalquaient, en réalité, un dessein qui traversait l’ordre franciscain. Réduits à des ébauches parfois contradictoires, ils s’éclairent dans ce cadre.

  • 83 G. Todeschini, Ricchezza francescana. Dalla povertà volontaria alla società di mercato, Bologne, 20 (...)

54Les travaux de Giacomo Todeschini ont démontré l’importance de la pensée économique chez les Mineurs83. Elle porta sur le commerce et les affaires, au coeur des villes méditerranéennes. L’Église avait toujours reconnu la nécessité de l’échange. Les intellectuels franciscains en parachevèrent l’approbation. Ils pliaient le marché et ses mécanismes au service d’une société tendue vers sa fin spirituelle. Cependant, les frères devaient eux-mêmes se hisser à la place qui leur revenait, comme condition de ce beau programme.

Guider la société

  • 84 François d’Assise, Régula bullata, chap. 6, 2-3, éd. et trad. T. Desbonnets et al., op. cit., p. 19 (...)
  • 85 Thomas de Celano, Vita secunda sancti Francisci, partie 2, chap. 41, éd. Patres Collegii S. Bonaven (...)
  • 86 Burgh. 138, fol. 199b-199va (Beatus Franciscus [...] fuit rerum temporalium perfectissimus renuntia (...)

Saint François [...] fut le plus parfait renonciateur aux biens temporels [...]. qui fut pauvre, dis-je, par l’intention ou par l’usage des choses [...]. Or, cette pauvreté dans l’utilisation brilla chez saint François de deux manières. C’està-dire [d’abord] quant à l’état qu’il institua. En effet, il ne voulut pas que son ordre possédât quelque chose en commun : ni champs, ni vignes, ni cités, ni villages, ni rien par quoi il pût déroger à la très haute pauvreté, d’où selon la seconde Épître aux Corinthiens, au chapitre 8 [verset 2] : « Leur très haute pauvreté », haute parce qu’elle n’a aucune propriété, plus haute parce qu’elle n’a rien en commun, très haute parce que, ainsi consolidée par voeu, elle ne peut rien détenir d’aucune façon. [Cette pauvreté brilla également chez François quant à] l’attitude qu’il observa en sa propre personne et qu’il voulut que les autres respectassent, à savoir mendier au long des maisons, de porte en porte et avec humilité. Il ne fut pas, en effet, comme cet intendant dans l’Évangile selon Luc au 16e chapitre [verset 3] : « Je rougis de mendier » ; mais il dit dans sa Règle : que les frères « aillent résolument pour l’aumône, et il ne faut pas qu’ils aient honte, vu que le Seigneur se fit pauvre pour nous en ce monde »84. Et en conséquence, il plut au saint de mendier en personne de porte en porte au point que, comme on dit dans sa Légende, « Il se servait plus volontiers des aumônes recherchées de porte en porte qu’offertes »85 par quoi il lui convient cela du Psaume [39, verset 18] : « Mais moi je suis mendiant et pauvre »86.

  • 87 Ibid., fol. 199a et 199v (Respexit Dominus noster ad beatum Franciscum [...] : ratione artissime pe (...)
  • 88 Ibid., fol. 199va (Pro contritione, mare quoddam fundebat innumerabilium lacrimarum ; noverat enim (...)

55Cet éloge de François d’Assise traduisait une fidélité plutôt exacte à ses vues, sur le chapitre de la pauvreté. Le Burgh. 138 témoignait de conceptions fort exigeantes, quant à la vocation des Mineurs, au travers du souvenir de leur fondateur. Il rappelait encore sa « si parfaire humilité », sa « très étroite pénitence » et sa « rudesse » de vie : « Il fut contrit en esprit par la componction [...]. Il fut contrit dans sa chair par les tourments [...], en exposant son corps même tantôt aux froidures, tantôt aux chaleurs torrides, tantôt aux glaces, tantôt aux neiges, tantôt à des flagellations absolument sans fin »87. Le parallèle avec la Madeleine ne manquait pas, par les larmes pareillement versées88. L’insistance mise, par ailleurs, sur les macérations des soeurs de Béthanie en faisait des références pour les franciscains, avant que pour les fidèles.

56En retour, avec Marthe et Marie-Madeleine, François et les Mineurs devenaient des flambeaux de la réforme proposée aux croyants. Leur choix de vie était, plutôt, une condition pour que la conversion prît sens. Comme derechef les analyses de Giacomo Todeschini l’établissent, la dépossession volontaire des franciscains se plaçait au coeur de la rénovation du monde, spécialement eu égard au milieu marchand. La pauvreté en esprit de François, ainsi qu’elle se qualifiait dans le Burgh. 138, instituait l’échelle des valeurs. Elle autorisait la requête, adressée aux Marseillais aisés, de bannir toute affection pour leurs richesses, non pour les rejeter, mais pour les rendre utile aux autres. A ce point, les « pauvres et amis du Christ », qu’il fallait assister par l’hospitalité, se comprenaient par priorité comme les religieux mendiants. Dans une entreprise collective, une collaboration avec les possédants leur permettait de constituer la pointe de la société. Ils réalisaient, pour elle, cette perfection qui ne s’atteignait que par le renoncement aux biens du monde. Les franciscains connaissaient et respectaient au mieux cette exigence. Le sermonnaire marseillais le suggérait par l’exemple de saint François :

  • 89 Ibid., fol. 199a (Merito respicere potuit Deus ad sanctum Franciscum, qui fuit pauper affectu sive (...)

Avec raison. Dieu put tourner son regard vers saint François, qui fut pauvre par désir et en esprit, d’après l’Évangile selon Matthieu au 5e chapitre [verset 3] : « Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des cieux leur appartient ». Le Seigneur enseigne là que : certains sont pauvres par nécessité, comme ceux qui ne peuvent pas être riches ([...] or, le Royaume de cieux ne leur appartient pas en tant que tels, car ils ne sont pas pauvres pour lui) ; certains par volonté, comme ceux qui furent ou purent être riches en ce monde et laissèrent pourtant tout par amour du Royaume céleste. Saint François fut l’un d’eux89.

  • 90 Burgh. 138, fol. 152vb-153a (Eum [Martha] et invitavit [...] habundanter quia forte famelicus, Chri (...)

57L’argumentation reportait implicitement au Christ. L’hospitalité que lui réservait Marthe en faisait la référence explicite : « Elle le reçut aussi [...] avec largesse, car d’aventure il était affamé. De fait, le Christ et ses apôtres étaient pauvres, et peut-être ne trouvaient-ils pas toujours l’abondance. Pour cela, Marthe, qui était riche, les pourvoyait en quantité »90. Ce passage ne rappelait pas que le modèle imposé par le Christ et ses disciples proches à leurs continuateurs, les Mendiants. Il cernait la position des laïcs. À leur place, en miroir, ils participaient au retour vers les origines.

  • 91 M. R. Toynbee, op. cit., p. 174-175 ; R. Manselli, Spirituels et béguins du Midi, Toulouse, 1989 (é (...)
  • 92 Cf. n. 84 et 85.

58Centré sur un Christ famelicus, tout le schéma confirmait le franciscanisme rigoureux et conquérant qui transparaissait à travers le sermonnaire. Le couvent de Marseille se montrait réceptif au courant de pensée qui culminait avec les Spirituels. L’ascendant de Hugues de Digne en avertit, comme l’élection de sépulture par Louis d’Anjou. Son choix n’était pas fortuit. Grand ami de la pauvreté, il avait approché des opinions radicales qui traversaient l’ordre. Parmi les Mineurs de Marseille, un authentique Spirituel comme Guillaume Cornillon se rencontrait. Il occupait même la charge de lecteur, mais il partait en 130991. Malgré tout, le Burgh. 138 ne plongeait pas dans la dissidence. Il recourait à la biographie officielle de Bonaventure pour parler de saint François. Il renvoyait à la Régula bullata, approuvée par la papauté, pour évoquer la règle franciscaine92. Si la pauvreté tenait une belle place dans la compilation, le propos s’infléchissait sur sa fin, précisément dans l’éloge de Louis d’Anjou. L’argumentation glissait vers le renoncement à la grandeur, la prodigieuse humilité ou les mortifications.

  • 93 François de Meyronnes, op. cit., fol. 164b ; F. Bologna, « Povertà e umiltà. Il "San Ludovico" di S (...)
  • 94 P. Nold, Pope John XXII and his Franciscan Cardinal. Bertrand de la Tour and the Apostolic Poverty (...)
  • 95 D. Nebbiai, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille (ΧIe-XV siècle), Paris, 2005, (...)
  • 96 R. Paccioco, « Angioini e “Spirituali”. I differenti piani cronologici e tematici di un problema », (...)

59De son côté, François de Meyronnes faisait de Louis celui qui avait guéri l’ordre de ses déchirements. Il tenait, au vrai, un fort argument dans la prélature acceptée par le personnage. Quoi qu’il en soit, l’édulcoration de son message caractérisait, de façon générale, le culte rendu au nouveau saint93. Les atténuations étaient prudentes quand Jean XXII s’attaquait aux franciscains extrémistes. Plus simplement, l’adaptation n’était pas insurmontable pour les religieux de Marseille. D’un côté, ils ne trouvaient pas dans le pape un ennemi dont ils ne pussent s’accommoder. Il n’était sans doute pas l’adversaire systématique d’un esprit franciscain véritable94. Celui-ci connaissait, surtout, bien des nuances. En ce début du XIVe siècle, ni les Mineurs de Marseille ni leurs amis ne faisaient de la ville le foyer de frères et de béguins exaltés, imaginé par certains travaux. Il faut écarter quelques méprises. Ainsi a-t-on affirmé la présence, à Marseille, de « repenties » en relation avec Arnaud de Villeneuve et de maisons possédées par ce dernier, par confusion avec Montpellier95. Les Spirituels brûlés dans la ville, en 1318, venaient du Languedoc. Le lieu du supplice signifiait, dans son choix, une confiance de la papauté envers les franciscains de Marseille et les pouvoirs séculiers, urbains et monarchiques. Les Angevins gardaient la mesure malgré des sympathies, non exclusives, pour les franciscains intransigeants96.

60Les Mineurs de Marseille, à l’époque du sermonnaire, se gardaient d’outrances qui les eussent coupés de leurs protecteurs et de leurs ouailles. Une contestation de l’autorité, y compris ecclésiastique, aurait entravé le dialogue avec les négociants et les nantis. Le mépris du monde ne pouvait non plus excéder le tolérable, en demeurer longtemps à l’intransigeance d’un Hugues de Digne. Un équilibre s’atteignait au contraire, qui convenait pour se faire entendre. Il favorisait, alors, le partage entre un modèle franciscain bien austère et la pondération des propos destinés aux laïcs. Il convenait, en bref, à la pastorale par l’exemple et par le verbe.

  • 97 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., par. V, p 315-316.

61La Madeleine et Marthe en constituaient les parangons, selon le Burgh. 138. La double action, par la parole et par une vie édifiante, se plaçait au coeur du dessein des Mendiants. Elle préoccupait toutefois notablement les franciscains marseillais, selon le sermonnaire anonyme. Il ne supposait pas, au demeurant, qu’un orateur sacré maîtrisât son art sans adopter une conduite qui lui valût la grâce. Toujours ordinaire, la conviction entrait cependant dans une ample réflexion sur la prédication. Le panégyrique de Louis évêque résumait la question97.

62Il avait brillé dans cette rhétorique, qu’il avait pratiquée « volontiers », mais encore « savamment ». Cette science, qui l’avait également caractérisé, était infuse mais autant acquise. Elle avait une dimension scolastique, nourrie par les disputes théologiques. Le talent attribué à Louis représentait ainsi une référence pour ses confrères de Marseille. Leur éloquence exprimerait leur pureté, mais encore leur supériorité intellectuelle. Bien constitué, sous son lecteur, le stadium du couvent y veillait, ainsi qu’en témoigne le Burgh. 138. Il livrait des sermons qui, sans atteindre la théologie savante, en imposaient certainement dans une ville dépourvue de grand foyer d’études. Aux efforts consentis pour prêcher, Louis apportait enfin l’encouragement suprême. Sa prédication représentait un pan entier de sa sainteté, comme un effet et comme une entreprise de perfection.

63Elle lui avait permis de servir le prochain. En la matière, le modèle majeur se rencontrait chez le fondateur même de l’ordre :

  • 98 Burgh. 138, fol. 194a (Certe pater iste surrexit admodum ignis, caritatis incendio inflammatus, pro (...)

Assurément, ce père se dressa à la façon d’un feu. embrasé par l’incendie de la charité, par quoi son verbe pouvait pousser avec succès les auditeurs à l’amour. C’est, en fait, une raison pour laquelle nous autres ne serons guère utiles lors de nos sermons, à savoir parce que nous ne brûlons pas intérieurement de charité et de compassion envers le prochain98.

64Il ne s’agissait pas que d’une évocation redondante, au travers de la charité, de la collaboration nécessaire de l’Esprit avec le bon prédicateur. L’image de la flamme, qui portait vers les fidèles, symbolisait l’élan offensif des Mineurs pour gagner les âmes. Elle convenait à ceux de Marseille, tels qu’ils se rêvaient.

  • 99 M. Bouiron et al., Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Aix-en-Provence, 20 (...)

65Avec leur couvent, hors des murs, mais aux portes du marché de la ville basse, ils se trouvaient en position stratégique pour la placer tout entière sous leur magistère99. Le Burgh. 138 participait de cette fin. À travers lui, les frères s’offraient en guides adaptés pour la société urbaine. Transgressant les divisions ecclésiastiques, ils prêchaient des saints qui cimenteraient autour d’eux la cohésion des Marseillais. Avec la canonisation de Louis évêque, ils s’appropriaient à plein titre l’un de ces cultes unificateurs. Leurs liens, déjà solides, avec le pouvoir angevin se renforçaient encore. Leur rôle dans une structuration de la cité chrétienne, de son microcosme à son macrocosme, s’épanouissait.

Conclusion

66L’intérêt du Burgh. 138 dépasse la confirmation d’une densité, fort prévisible, de la prédication franciscaine à Marseille. Elle se découvre, grâce à lui, d’une certaine tenue intellectuelle. Le morcellement, inhérent à un sermonnaire, n’empêchait pas une cohérence notable, manifeste dans la prédication de Sanctis. La compilation s’intégrait dans une volonté, diffuse chez les Mineurs et chez les dominicains, de s’associer à la direction de la société. Ils l’ouvraient sur sa finalité ultime, mais en descendant jusqu’au Temporel. Selon une démarche habituelle aux franciscains, le recueil marseillais s’attachait alors aux réalités du terrain. Il conserve le souvenir de religieux au contact de l’expérience des classes actives, parlant en éducateurs sévères mais attentifs. Du même mouvement, ils assimilaient les particularismes, pour les élever au-dessus des horizons immédiats. Pour convaincre, ils usaient enfin d’une rhétorique de bonne facture, mais non moins adaptée à l’auditoire.

67L’anthologie témoigne également sur ces croyants. Ils s’attachaient avec conviction aux Légendes saintes de Provence. Elles soutenaient l’attente de miracles, mais appuyaient une spiritualité. Elles servaient aux identités locales, mais celles-ci nourrissaient le sens des solidarités. Cette valeur pouvait structurer des ensembles plus larges, selon une hiérarchie des biens communs, que les Angevins disaient partager avec l’Église. Le modèle sous-jacent au Burgh. 138 s’intégrait assez dans leur système politique, où une monarchie consciente de sa majesté s’aidait pourtant des autonomies.

Annexes

Annexe. Sermon franciscain pour la Saint-Victor (21 juillet)

Sources : Burgh. 138, fol. 138va-140a, édité d’après photo : Lat. 3305 A, fol. 35va-36va, texte incomplet, écarté après collation100.

Cité : Bibliothèque nationale, op. cit.. p. 155 ; J. B. Schneyer, op. cit.. p. 748, n° 92.

Conventions d’édition : Les usages des éditeurs français sont suivis, autant que possible. Les contraintes d’un sermon réduit à un plan imposent, en effet, des adaptations. Les c et les t se différencient le plus souvent mal. A leur égard, la graphie classique est donc adoptée. Il en va de même pour la restitution des mots abrégés, en cas d’incertitude. Des signes en gras (numéros, lettres et tirets) sont introduits pour éclairer les articulations du texte. Pour les Écritures, les extraits conformes aux versions courantes de la Vulgate se donnent en italique (Biblia latina cum glossa ordinaria, éd. A. Rusch, Strasbourg, 1480/1481, reprint Turnhout, 1992 ; Biblia sacra iuxta vulgatam versionem. éd. R. Weber et al.. Stuttgart, 1983). Des guillemets signalent les autres citations précises. L’indication « cf. ». dans les notes, avertit d’un parallèle. Les renvois à la Légende de Victor, qui reprennent un texte inconnu, sont comparés aux deux récits de sa passion qui avaient cours à l’époque du sermonnaire, soit AM et AL.

[138va] Super excelsa deducet me victor. Abacuc III101.

I. Licet homines hujus mundi omnes sanctos celi honorare debeant, elaudare ac de eorum patrocinio confidere ac sperare, specialiter tamen laudare ac honorare, considere et sperare possunt quos in suis castris vel civitatibus quasi parentes in fide divino munere meruerunt102. Unde Leo papa : « Isti sunt sancti patres tui-loquitur Rome de beatis apostolis Petro et Paulo-verique pastores, qui te regnis celestibus inserendam multo melius multoque felicius condiderunt quam illi quorum studio prima menium tuorum fundamenta locata sunt103 », et sic ubi sanctorum « glorificatus est exitus » debet esse « letitie principatus », secundum eundem104. Sic ergo populus Massiliensis, pre ceteris populis mundi, gaudere debet et letari in nataliciis Magdalene cujus predicatione conversus est, Lazari cujus prelatione rectus est, sancti Victoris sociorumque ejus105 quorum passione in fide Christi confirmatus est ; et, quia de beato Victore martyre glorioso ac sociis ejus hodierna die sollempnitas a[138vb]gitur, de ipso principaliter est dicendum, ad cujus honorem assumptum est verbum propositum in quo describitur :

II. Primo ejus victoria in martyrio gloriosa cum dicitur : Victor. Fuit enim ipse victor re et nomine, sicut in ejus Legenda dicitur et patebit106.

1) Unde sciendum quod tanto semper est major victoria, quanto numerosior et fortior pugna. Impugnantur autem sancti a :

a. Carne per delicias. Scimus enim quod delicie carnis sunt conjuncte peccatis, aliquando venialibus, aliquando mortalibus, et ideo sunt contrarie spiritui, propter quod Apoc. XVIII : Cavete ab illa, scilicet carne, ne participes sitis deliciarum ejusl107. Istas autem delicias vincunt, et vicit iste gloriosus Victor de quo loquitur, II Paral. 27 : Ipse pugnavit contra regem Anion et vicit eum108. Vicit. dico, per debitam :

- Abstinentiam. Nam ministratio cybi et potus corpori, nisi quantum ad ejus sustentationem facit, fomentum prestat luxurie, et ideo sancti, quorum spiritus est in continua pugna cum corpore et cum eodem per abstinentiam, dimicarunt, unde prima Cor. IX : Omnis qui in agone contendit, ab omnibus se abstinet109.
- Continentiam. Qui enim vult vincere Amon, qui interpretatur onerosusi110 et significat corpus corruptibile aggravans animant111 oportet ut contineat contra luxuriant : membra ne tangat, oculos ne aspiciat, cor ne cogitet, sicut faciebat beatus Victor qui, sicut in Le[139a]genda dicitur, erat homo castitate mundissimus"112 unde Sap. 8 : Non possum esse continens, nisi Deus det113.

b. Mundo per divitias. Multi enim fuerunt per avaritiam impugnati et victi, ut mercatores qui pro avaritia in vendendo et emendo decipiunt et mentiuntur, alii furantur. alii rapiunt et alii, tempore quo deberent, non retribuunt, unde Ecclesiastic. X : Avaro nichil est scelestiusii114. Istam avaritiam vicerunt sancti martyres isti. Victor scilicet et socii ejus, unde prima Johannis V : Omne quod natum est ex Deo vincit mundum115 id est avaritiam mundi. et hoc per paupertatem :

- Necessariam. Hec abstrahit ab inferno, et talis paupertas est nichil habere de alieno. Hanc enim tenetur habere quilibet. nec aliter est in statu salutis. Sunt tamen aliqui in quorum divitiis plus est de alieno quam de proprio, ut patet in usurariis. Omne enim quod lucratur per usuram oportet ut restituatur, unde Ecclesiastic. V : Noli attendere adpossessiones iniquas, et cetera116.
- Voluntariam, et hec ponit in paradyso. Talis paupertas est cum quis dat de suo, sicut sunt multi qui de proprio dant pauperibus, et tales usi sunt consilio Luce Euangeliste XII. qui dicit : Date elemosinam et facite vobis thesaurum indeficientem in ce lis117 et talis fuit beatus Victor de quo dicitur in Legenda quod fuit elemosinis largus118 unde Dan. IIII : Peccata tua elemosinis redime119.

c. Demone per astutias. Est enim demon ingeniosus [139b] et astutus, ita quod frequenter decipit non solum simplices sed sapientes, unde Job VI : Apprehendit sapientes in astutia sua120. Hanc autem astutiam vicerunt sancti et vicit sanctus Victor cum sociis suis, prima Johannis II : Vicistis Malignum121 non per sapientiam mundi, que est in fovendo carnem, in congregando peccunias, in edificando domos sive castra, et in decipiendo alios, de qua sapientia I Cor. I : Perdam sapientiam sapientium, et prudentiam prudentium reprobabo122 ; sed per sapientiam Dei, que est in conterendo carnem, in tribuendo elemosinas, in observando mandata, et talis fuit sapientia sancti Victoris de quo dicitur in ejus Legenda quod fuit celestium mandatorum observator magnificus123 unde Sap. VIII : Sapientiam non vicit malitia124.

d. Homine per molestias. Quot enim molestias intulerint homines infidèles Sanctis martyribus ? Quis dicere possit ? Et specialiter sancto Victori quem pre manibus habemus, qui primo fuit incarceratus125 deinde per totam Massilie civitatem tractus126 deinde in molis conquassatus127 et deinde cum serra in collo secatusiii128 et finaliter gladio decapitatus129 et de tali martyre loquitur Psalmus : In ira molesti erant mihi130 scilicet adversarii mei. Istas autem molestias vincebativ sanctus Victor, unde Rom. XII : Vince in bono malum131.

2) Vicit autem beatus Victor :

Martyrium per constantiam. Fuit enim constantissimus ad omnia sustinendum, unde in ejus Legenda dicebat adversariis : Si parati estis fidem expugnare, annate manus [139va] tortorum penalibus armis et ad pugnam eos vocate contra militem Christi, quoniam in me mora nulla erit132 unde II Esdre VIII : Constans animo factus sum133.

Adversarium per patientiam. Nullo enim modo melius vincitur furor adversarii quam per patientiam, quia tunc vincitur et cum merito vincentis et cum commodo victi, quia quandoque convertitur, et sic possumus dicere quod beatus Victor vicit illos tres milites sibi pro custodia assignatos, quos ad fidem Christi convertit et per martyrium decollationis ad celum premisit134. Propterea dicitur, Jac. I, quodpatientia opusperfectum habetl135

3) Sic igitur sanctus iste Victor vicit carnem, vicit mundum, vicit demonem, vicit et hominem.

III. Secundo describitur ejus potentia virtuosa, cum dicitur : Deducet me super excelsa. Non enim sufficit Sanctis Dei si ipsi in personis suis ad celos ascenderint, nisi illuc deducere valeant sibi devotas136. Propterea deduxit nos ad excelsa celi :

Suis sanctis monitis que nos illuminant, Luc. VI : Non potest cecus cecum ducere137. Ymo certe necesse est quod, qui ducit cecum cum monitisv sanctis, ipse sit illuminatus et videat, et sic martyr iste illuminavit illos tres milites quos, sicut in Legenda dicitur, in divinis formavit preceptis et ad spem eterne salutis erexit138.

Suis sanctis exemplis que nos animant, Prov. IIII : Ducam te per semitas equitatis139. Semite equitatis sunt exempla sancta que sanctus iste prebebat omnibus, quibus aspicientes ad Christi servitium animabat. ideo dicitur [139vb] in Legenda quod ipse erat christianorum, in modum Helye, currus Israhel et auriga, et cetera140.

Suis sanctis meritis que nos adjuvant, unde Psalm. : Quis deducet in civitatem munitam141 ? Certe beatus Victor cujus mérita gloriosa adjuvant impotentes et super excelsa extollunt, unde possumus ei dicere illud. Psalm. : Adjuva me, et sa/vus ero Domine142 ! Unde sciendum quod beatus Victor quosdam deducit ad celum ex caritate :

a. Generali, et sic generaliter omnes sancti orant pro salute omnium, unde in Psalmo : Ipsi me deduxerunt in montem sanctum tuum et in tabernacula tua143. Deducant enim nos sancti ad celum orando pro :

- Misericordia peccatoribus. Credendum est enim quod beati quanto melius vident gravitatem culpe mortalis et gravitatem pene infernalis, tanto magis peccatoribus hujus mundi compatiuntur, et ideo rogant Deum pro misericordia peccatoribus optinenda : Gaudium enim est in celo super uno peccatorepenitentiam agente144 ; secunda Thessal. I : Oramuspro vobis Deum ut dignetur vos vocare145 scilicet ad penitentiam.
- Perseverantia penitentibus. Sancti enim, qui sunt in illa beatitudine, vident quantum perdunt illi qui suis demeritis earn perdunt incomparabiliter melius quam ipsi, et ideo, nolentes tantum dampnum nobis, orant Deum ut penitentes perseverent in penitentia et ut jungantur finaliter eisdem, unde Prov. XV : Orationem
justorum exaudiet Dominus146

b. Speciali, et sic sanctus iste deducit suis precibus populum Massiliensemvi [140a], unde Psalm. : Deduxit eos in portum voluntatis eorum147. Hujus enim populi habet sanctus curam specialem, et hoc propter specialem :

- Reverentiam. Non enim est locus in mundo, sicut nec esse debet, in quo sanctus iste in tanta reverentia habeatur et ideo, gratus nobis, pro nobis apud Deum specialiter et plus quam pro alio populo intercedit, unde Ecclesiastic. 32 : Pro reverentia accedet tibi bona gratial148. Pro reverentia exibita huic sancto accedet nobis bona gratia sue, scilicet pro nobis, intercessionis.
- Confidentiam.
Videmus enim quod populus Massilie quasi pre omnibus Sanctis confidit de auxilio sancti Victoris, unde et in bellis suis, sive in terra sive in mari, consuevit ejus auxilium implorare et ejus signum vel vexillum portare. Non est autem credendum quod frustretur in eo nostra confidentia. Ecclesiastic. 32 : Qui confidit in illo non minoratus erit149 hoc est : non percipiet minus quam erit sua confidentia.

c. Particulari, et sic sanctus iste deducit suis precibus ad celum hominem particularem, qui singularem affectum habet ad ipsum, unde Psalm. : Etenimvii illucviii manus tua deducet me150. Ad celum enim deducit ipse ilium qui exponit cor ad eum amandum, corpus ad eum serviendum. Hoc est ille qui est ymitator castitatis, caritatis, humilitatis, patientie, sapientie, et sanctimonie illius, unde Levitic. XV : Servi mei sunt et ego eduxi eos, scilicet per preces meas, de terra Egyptil151 et Psalm. : Adjuva me, et sa/vus ero152.

Quod nobis concédât, et cetera.

Fig. 15 : Le groupe épiscopal de Fréjus © J.-C. Fontan

Notes

1 Vida de la benaurada sancta Doucelina, chap. 1, éd. et trad. R. Gout, La Vie de sainte Douceline. Texte provençal du XIVe siècle, Paris, 1927, p. 42.

2 A. Sisto, Figure del primo francescanesimo in Provenza. Ugo e Douceline di Digne, [Florence], 1971 ; D. Ruiz, Frère Hugues de Digne et son oeuvre (édition critique), thèse, Universités de Nanterre et de Padoue, 2008.

3 Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, Turnhout, 1998 (CCCM, 125), p. 341-356 ; Joinville, Livre des saintes paroles et des bons faiz nostre saint rov Looys, éd. et trad. J. Monfrin, Vie de saint Louis, Paris, 1995, par. 657-660, p. 326-329.

4 É. Baratier, « Le mouvement mendiant à Marseille », Cahiers de Fanjeaux, t. 8, 1973, p. 177-191 ; N. Coulet, « Les Mendiants à Aix-en-Provence, XIIIe-XVe siècle », Cahiers de Fanjeaux, t. 44, 2009, p. 391-416.

5 Vida de la benaurada sancta Doucelina, éd. et trad. R. Gout, op. cit., passim ; Patres Collegii S. Bonaventurae, Processus Canonizationis et legendae variae Sancti Ludovici Ο F. M., Quaracchi (Florence), 1951 (Analecta Franciscana, 8), passim ; M.-H. Laurent, Le culte de saint Louis d’Anjou à Marseille au XIV siècle, Rome, 1954.

6 B. M. Kienzle (dir.), The sermon, Turnhout, 2000 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 81-83), passim.

7 Salimbene de Adam, Cronica, éd. G. Scalia, op. cit., p. 355,1. 32-33.

8 É. Baratier, « Une prédication de la croisade à Marseille en 1224 », in Économies et sociétés au Moyen Âge. Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, 1973, p. 690-699 ; J.-P. Boyer, « Entre soumission au prince et consentement : le rituel d’échange des serments à Marseille (1252-1348) », in N. Coulet et O. Guyotjeannin, Sociétés et pouvoirs dans la ville, Paris, 1998, p. 214 et 217.

9 I. Rava-Cordier, Édition critique d’un recueil d’exempla attribué à un sachet provençal du XIIIe siècle et analyse, thèse, Université de Provence, 2004 ; M.-A. Polo de Beaulieu, La Scala coeli de Jean Gobi, présentation et édition, Paris, 1991.

10 H. Rossmann, « Meyronnes (François de) », in M. Viller et al., Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t. X, Paris, 1980, col. 1155-1161.

11 François de Meyronnes, Sermones de laudibus sanctorum [...], Venise, 1493, fol. 162va-164b ; Anonyme, « De S. Ludovico episcopo Tolosano. Sermo Magistri Francisci de Mayronis », Analecta Ordinis Fratrum Minorum Capucinorum, 1897, p. 305-315 ; J. B. Schneyer, Repertorium der lateinisclien Sermones der Mittelalters fiir die Zeit von 1150-1350, 11 vol., Munster Westfalen, 1969-1990, t. Il, p. 75 et 78, n° 136 et 171.

12 E. Pâsztor, Per la storia di san Ludovico d’Angió (1274-1207), Rome, 1955, p. 69-81 ; !. B. Schneyer, op. cit., t. V, p. 199, n° 42.

13 Bibliothèque nationale, Catalogue général des manuscrits latins, t. V, Paris, 1966, p. 153-156 ; A. Maier, Codices Burghesiani Bibliothecae Vaticanae, Città del Vaticano, 1952, p. 181-182.

14 J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 742-753, n° 1-164.

15 A. Maier, op. cit., p. 181.

16 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille sur les débuts du XIVe siècle. Un sermon pour la fête de saint Louis d’Anjou », in T. Pécout, Marseille au Moyen Age entre Provence et Méditerranée. Les horizons d’une ville portuaire, Méolans-Revel, 2009, p. 311-318 et 347.

17 Burgh. 138, fol. 192vb-193a ([Franciscus] pater enim noster fuit in carcere religionis nostre [...], pater sanctissimus) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 751, n° 132.

18 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., p. 313.

19 Patres Collegii S. Bonaventurae, Chronica XXIV generalium Ordinis Minorum, Quaracchi (Florence), 1897 (Analecta Franciscana, 3), p. 473.

20 Burgh. 138, fol. 161va (vel dicas) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX. p. 749, n° 108.

21 A. Maier, op. cit., p. 91 ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 730-742.

22 Annexe, par. I.

23 Gervais de Tilbury, Otia lmperialia, 3e partie, chap. 85 et 90, éd. et trad. S. E. Banks et J. W. Binns, Oxford, 2002, p. 720-721 et 734-735 ; Jacques de Voragine, Legenda aurea, chap. 92 et 101, éd. G. P. Maggioni, 2 vol., Florence, 1998, t. I, p. 631-640, 33-173, et t. II, p. 683-687, 6-62 ; V. Saxer, Le culte de Marie-Madeleine en Occident des origines à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Paris, 1959 ; J. Chocheyras, Les Saintes de la Mer. Madeleine, Marthe, les Saintes Maries de la Provence à la Bourgogne, Orléans, 1998.

24 J.-C. Moulinier, Saint Victor de Marseille. Les récits de sa passion, Città del Vaticano, 1995 ; M.-O. Garrigues, « Vittore, santo, martire a Marsiglia », in F. Caraffa et al., Biblioteca Sanctorum, t. XII, Rome, 1998 (1re éd. 1969), col. 1261-1273.

25 Patres Collegii S. Bonaventurae, Processus Canonizationis..., op. cit., p. XV11-XX1V.

26 V. Saxer, « Les calendriers liturgiques de Saint-Victor et le sanctoral médiéval de l’abbaye », Provence historique, t. 16,1966, p. 463-519 ;N. Coulet, « Dévotions communales marseillaises : Marseille entre saint Victor, saint Lazare et saint Louis (XIIIe-XVe siècle) », in A. Vauchez, La religion civique à l’époque médiévale et moderne (chrétienté et islam), Rome. 1995 (Collection de l’École française de Rome, 213), p. 119-133.

27 Burgh. 138, fol. 142vb-143a (Licet quilibetfidelis teneatur omnes sanctos amare, honorare et in eis confidere, specialiter tamen astringitur adpropinquos. Voco autem, quantum ad intentionem meam : sanctos remotos, sanctos illos quorum exitus sive mors et sepultura a nobis remota sunt, sicut sunt sancti illi qui in Ytalia, vel Hispania, vel Francia mortui et sepulti sunt ; propinquos, sanctos illos quorum exitus vel mors et sepultura in locis unde oritindi et nutriti sumus fuerunt, et adhuc apudnos remanet sepultura) ; S. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 95.

28 D. de Sainte-Marthe, Gallia Christiana, t.I, Paris, 1715, col. 656d, 659b, 661 d, 662a ; J.-H. Albanès, La chronique de Saint-Victor de Marseille, Rome, 1886, p. 71 ; J.-H. Albanès et U. Chevalier, Gallia Christiana novissima : Marseille, Valence, 1899, col. 6, n° 5, col. 64, n° 139, col. 819-821, n° 1413, 1417 et 1423, et col. 827, n° 1438 ; V. Saxer, « Les calendriers... », art. cit., p. 500 et 509.

29 M. R. Toynbee, S. Louis of Toulouse and the Process of Canonisation in the Fourteenth Century, Manchester. 1929. p. 212.

30 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., par. 1-11, p. 315.

31 J.-P. Boyer, ibid. par. Vl/2/b, p. 316.

32 Anonyme, art. cit., p. 310-311.

33 J. Paul, « Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d’Anjou », Cahiers de Fanjeaux, t. 15, 1980, p. 137-158.

34 François de Meyronnes, op. cit., fol. 162vb.

35 Burgh. 138, fol. 141a (Inter alios enim sanctos quos habet celum preciosos et caros sunt sancti martyres, et inter eos est units beatus Victor [...]. Sicut enim mundus inter alios homines plus honorat milites et specialiter probos, sic et in celo inter omnes autem beatos sancti martyres floruerunt militia, tanquam pugiles audaces et fortes, qui omne genus belli triumphaverunt) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 93.

36 Burgh. 138, fol. 144a (Vicit sanctus iste in bono patientie sue malum pene, scilicet martyrii sui. Fuit enim in civitate Massilie : incarceratus, verberatus, in eculeo positus, per civitatem tractus, in collo cum serra sectus. inter molas confractus, pede abcisus. et tandem cum gladio decollatus) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 95.

37 Annexe, par. II/1/b.

38 L. Blancard, Iconographie des sceaux et bulles conservés dans la partie antérieure à 1790 des Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille-Paris, 1860, p. 71-72, et pl. 34/1 – 2 ; B. Bedos, Corpus des sceaux français du Moyen Age, 1.1, Les sceaux des villes, Paris, 1980, p. 306-309.

39 Panegyricus antiquus (PÂ), par. 9 ; Panegyricus renovatus (AM), par. 3 et 9 ; et Acta longiora (AL), par. 3 ; éd. J.-C. Moulinier, op cit., p. 436,1. 128, p. 462,1. 38-39, p. 464,1. 45-48, p. 472, 1. 145, et p. 521, 1. 50-52.

40 AL, par. 1, 4, et 12, éd. J.-C. Moulinier, op cit., p. 520,1. 25, p. 522,1. 76-77, et p. 530,1. 294-295.

41 Transi, de Victor, lect. 8, in Bréviaire imprimé de Saint-Victor, Lyon, 1508, fol. 280b. A la fin du XV-· siècle, Poffice pour la translation, porté dans le premier bréviaire préservé de l’abbaye, ne rapporte pas ces comparaisons ; mais il copie déjà les AL (in Bréviaire manuscrit de SaintVictor, Bibl. mun. de Marseille, ms. 2126, fol. 258vb-259b). Il faut réviser l’opinion de JeanClaude Moulinier (op. cit., p. 349) pour qui les AL ne furent pas reçus en Provence. Sur les livres liturgiques de Saint-Victor, se reporter à V. Saxer, « Les calendriers... », art. cit.

42 Burgh. 138, fol. 153b (Ο quanto honor fuit quod Christus, cum beato [bato, ms.] Frontone, interfuit ejus exequiis et earn propriis manibus sepelivit !) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 101 ; cf. Jacques de Voragine, Legenda aurea, chap. 101, éd. G. P. Maggioni, op. cit., t. 11, p. 686-687, 45-58.

43 Burgh. 138, fol. 145va-b (Sanctitati autem sue prebent testimonium : desertum congruum sue admirabili perfectioni, ubi per annos XXXfecit penitentiam munda, nuda, solitaria et famelica [...] ; angeli attendentes sue consolationi, nam septies in die descendebant de celo, VII horas canonicas sensibiliter ad ejus solacium décantantes)·, Burgh. 138, fol. 147vb (Fuit usque ad finem ejus conversio consummata in maxima acritudine [arcitudine, ms.] carnis in antro per XXXannos [antros, ms.]) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 96-97 ; cf. Jacques de Voragine, Legenda aurea, chap. 92, éd. G. P. Maggioni, op. cit., t. I, p. 636-637, 130-133.

44 Bugh. 138, fol. 153b (Nonne magnum miraculum fuit de illo terribili animali quod naves ita submergebat in Rodano, quod cum aqua benedicta aspergens domavit et interfeci fecit ? Nonne magnum miraculum fuit quando puer ille, existens ultra Rodanum, desiderans audire sermonem ejus quern faciebat Avinione [avione, ms.], poneret se ad transnatandum Rodanum [rodonum, ms.] eo quod navem non haberet, submersus in Rodano et in crastinum inventus oblatus est sibi, et suscitavit eum ? Unde potest dici de ea illud, Ecclesiastic. 31 : Fecit mirabilia in vita sua) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 101 ; cf. Jacques de Voragine, Legenda aurea, chap. 101, éd. G. P. Maggioni, op. cit., t. II, p. 683-685, 9-14 et 18-22.

45 ΡΑ, par. 15, éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 446, 1. 206-209 ; Transl, et fête de Victor, lect. 4, in Bréviaire manuscrit..., op. cit., fol. 259a et 315va ; et in Bréviaire imprimé..., op. cit., fol. 280a et 383b-383va (Οfelix urbs Massilia glorioso martyre cruorepurpurata a Maximiano sceleratissimopro Christi nomine in te effuso.’) ; absent de R.-J. Hesbert, Corpus antiphonialium officii, t. IV, Responsoria, versus, hymni et varia, Rome, 1970.

46 Anonyme, art. cit., p. 311.

47 Burgh. 138, fol. 145a et 145va (Ista millier fuit ceteris in peccatis major, periculosior et infamior [...], quoi homines et mulieres de Massilia sunt salvati, mediantibus suis meritis sunt salvati, et sic incomparabiliterplures quam dampnavit) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 96.

48 Burgh. 138, fol. 144va (Sanctus iste, tanquam paler etpatronus civitatis Massilie specialis atque precipuus, orat [...] pro nobis, sicut et orare tenetur : propter specialem reverentiam-nusquam enim fit ei in mundo tanta reverentia sicut Massilie, et ideo ipse non ingratus sed gratus nobis, se sentiens quodammodo obligatum, pro nobis orat [...] ; propter specialem confidentiam-nulli enim sunt homines qui tantum in sancto Victore confidunt sicut populus Massilie, qui etiam in bellis suis temporalibus et ejus vexillum portant et ejus auxilium invocant, confidentes quod, ubi aderit eis ejus auxilium, habeant de hostibus suis triumphum : si autem in tali bello de ipso confidunt, quanto plus in bello spirituali, in quo ipse libentius incomparabiliter eos juvat !) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 95 ; voir encore Annexe, par. III/3/b.

49 D. R. Lesnick, Preaching in Medieval Florence. The Social World of Franciscan and Dominican Spiritualit), Athens-Londres, 1989, p. 161-171 ; D. Boquet, L’ordre de I’affect au Moyen Âge. Autour de l’anthropologie affective d’Aelredde Rievaulx, Caen, 2005.

50 M. Guérard, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille, 2 vol., Paris, 1857,1.1, n° 27, p. 37, t. II, η 910, p. 315.

51 N. Coulet, « Dévotions communales... », art. cit.. p. 122-123.

52 PA, par. 7 ; AM. par. 7 et 11 ; et AL, par. 11 ; éd. J.-C. Moulinier, op. cit.. p. 434,1. 91-98, p. 468 et 470, 1. 111-115, p. 476, I. 186-190, et p. 529,1. 263-270.

53 P. Golinelli, Città e culto dei santi nel Medioevo italiano, Bologne, 1996.

54 V.-L. Bourrilly, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille des origines à la victoire de Charles d’Anjou (1264). Aix-en-Provence, 1925, n° 36, p. 384.

55 J.-P. Boyer, « Entre soumission au prince et consentement... », art. cit., p. 215-216 ; M. Aurell et J.-P. Boyer, « Une journée qui fit Marseille : le 5 décembre 1288 », in T. Pécout, op. cit., p. 207-213.

56 K. L. Jansen, The Making of the Magdalen : Preaching and Popular Devotion in the Middle Ages, Princeton, 2000.

57 M.-H. Laurent, op. cit. ; Ν. Coulet, « Dévotions communales... », art. cit., p. 128-133.

58 Burgh 138, fol. 144va (Hoc potest dicere principaliter Massilie et secundario Provincie : pro reverentia quam mihi facts, accedet tibi bona gratia, quia ego pro te fideliter Dominum deprecabor) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 95.

59 L. Stouff, « Identité de la Provence médiévale », in C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, Peuples du Moyen Âge, problèmes d’identification, Aix-en-Provence, 1996, p. 145-168 ; Arch. Mun. de Marseille, BB 11, fol. 53v-54 (Quod ipse dominus noster rex tractet, cum dicto domino nostro papa, quod ipse provideat monasterium Sancti Victoris Massilie de quodam ydoneo abbate nationis Massilie vel Provincie).

60 G. Gouiran et M. Hébert, Le livre Potentia des états de Provence (1391-1523), Paris, 1997, p. 20 (terras ajassens).

61 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., p. 313, et chap. Il/l/b et 2, p. 315.

62 B. Montagnes, Architecture dominicaine en Provence, Paris, 1979, p. 41-49 ; G. Vitale, « 1 santi del re : potere politico e pratiche devozionali nella Napoli angioina ed aragonese », in G. Vitolo, Pellegrinaggi e itinerari dei santi nel Mezzogiorno medievale, Naples, 1999, p. 93-103 et 124 ; K. L. Jansen, op. cit., p. 307-332.

63 Acta Sanctorum, Iulii, t. V, Paris-Rome, 1868, p. 138c-d ; M.-O. Garrigues, art. cit., col. 1270.

64 J.-P. Boyer, « La prédication de Robert de Sicile (1309-1343) et les communes d’Italie. Le cas de Gênes », in R. M. Dessi, Prêcher la paix et discipliner la société. Italie, France, Angleterre (XIIIe-XIVe s.), p. 383-411 ; idem, « Diplomatie, droit et prédication. Une réponse du logothète du royaume de Sicile aux ambassadeurs de Gênes (1303) », in P. Jansen, Entre monts et rivages. Les contacts entre la Provence orientale et les régions voisines au Moyen Age, Antibes, 2006, p. 133-159.

65 Burgh. 138, fol. 207b (Quanto materia latior, mirabilior et utilior, tanto debet quilibet esse ad aitdiendum et loquendum promptior[promtior, ms.]) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 751, n° 142.

66 Burgh. 138, fol. 161 b-161 va (Natura est luminis quod utilius est altum quam demissum. Utilior enim est sol positus in celo quam si esset in terra [...]. Ut igitur sanctitas istius confessoris gloriosi esset mundo utilior, posita est in alto, in statu scilicet ordinis fratrum predicatorum, ut [...]posset radios suos omnibus expandere) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 749, n° 108.

67 Ambroise, Expositio Evangelii secundum Lucam, livre II, par. 30, éd. M. Adriaen, Turnhout, 1957 (CCSL, 14), p. 43,1.410-411.

68 Burgh. 138, fol. 179va (Quanto vita et conversatio alicujus sancti fuit Deo carior et mimdo utilior, tanto ejus nativitas debet nobis esse honorabilior et jocundior, unde Ambrosius super Lucam [...] : « Habet sanctorum editio letitiam pturimorum. quia commune bonum est ». Inter alios autem sanctos et sanctas alias, vita et conversatio gloriose Virginis fuit acceptabilior Deo et utilior mundo) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 750, n° 123.

69 Burgh. 138, fol. 5Ab (Zelus, dico, animarum istius domine multosprovocavitadservitium Cliristi [...] per exempla edificationis [...]. Magnum sororum conventum Tharascone congregavit, inter quas sancte vivebat, quia nec carnes, nec vinum, nec ova, nec caseum, necpinguedinem aliquam gustabat, et centies in die, totidem in nocte, genu flectebat) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748-749, n° 102 ; cf. Jacques de Voragine, Legenda aurea, chap. 101, éd. G. P. Maggioni, op. cit., t. Il, p. 684, 16-17.

70 Par ex., François d’Assise, Epistola adfideles II, 28 ; idem, Laudes Dei Altissimi, 6 ; éd. et trad. T. Desbonnets et al., François d’Assise. Écrits, Paris, 2003, p. 232-233 et 340-341.

71 Gl. à Mt 25, 35-36 ; cf. par ex. Richard de Saint-Victor, Sermones centum, sermon 35, PL 177, col. 986b.

72 Burgh. 138, fol. 152a (Sex sunt opera misericordie propter que promittit Dominus regnum celorum, quorum est : esurientes reficere [...], sitientes potare [...], hospites recipere [...], nudos vestire [...], infirmas visitare [...], incarcerates consolari [...]. Pro hiis omnibus dicit dfextra] tis, Mat. XXV : Venite benedicti Patris mei, possidete paratum vobis regnum a constitutione mundi. Inter opera misericordie unum est, hospitalem esse, in quo specialiterfulsit beata Martha, nobilis hospitis Christi hospita) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 101.

73 Burgh. 138, fol. 137b-137va (In Ecclesia primitiva fuerunt reputati a mundo stulti, quia prospéra mundi contempserunt [...]. In Ecclesia moderna [...] reputantur fuisse : sapientes negotiatores (sapiens enim mercator non ponit peccuniam suam in mercationibus vilibus, sed polius pretiosis, honores autem et divitie ac delicie temporales vilia sunt, gratia autem Dei pretiosa [...]) ; providi operatores vel edificatores (sapiens enim seu providus edificator respicit ubi plus debet morari, et ibi conatur edificare domum bonam, et, quia in vita futura incomparabiliter plus moraturi sumus quam in presenti, stultus est qui plus edificat hic quam ibi [...]) ; incliti triumphatores vel bellatores. lnclitus enim miles seu bellator nullum bellum formidat, et omne bellum superat, et sic fuit de Sanctis martyribus) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 91.

74 Burgh. 138, fol. 234a-b (Temporalis autem prosperitas quam pelimus est bona : juste possidentibus vel acquirentibus [...], quamdiu enim potest quis acquirere licite et absque mendacio et deceptione est sibi tempore acquirendi [...], quia propter lucrum in archa non debet velle dampnum in conscientia ; parce utentibus [...] ; liberaliter pro Deo dantibus [...]. Licet autem temporalia sint bona bonis, non tamen sunt bona malis. Quemadmodum videmus quod multa sunt utilia : sanis, que sunt infirmis mortifera sic temporalia infirmis, id est luxuriosis, quia habundantia temporalium rerum multis est occasio ad luxuriandum, ut patet in uxoratis qui habent uxorem in domo et concubinam in alia careria [...] ; provectis, que sunt periculosa pueris [...], sic temporalia pueris istis, scilicet gulosis, qui omnia volunt ponere in os [...] ; sapientibus, que sunt periculosa stultis et insipientibus, sicut gladius et alia arma que si tradantur sapienti [sapiendi, ms.] faciunt inde multa servicia et si stulto et furioso facient [faciet, ms.] multa mala, sic est de temporalibus de superbis et fastuosis) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 752, n° 159.

75 Burgh. 138, fol. 242b (bumilitas occisoris : quando scilicet ille quiparvulum occidit humiliât se prelatoperperfectam reverentiam) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 753, n° 164.

76 D. L. Smail, The Consumption of Justice. Emotions, Publicity and Legal Culture in Marseille, 1264-1423, Ithaca-Londres, 2003.

77 Burgh. 138. fol. 234a (Thob. IIII [9] : Si multum tibi fuerit, libenter impertiristude, si exiguum, etiam exiguum libenter impertire) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 752, n° 159.

78 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., par. V/l/b, p. 315-316.

79 Annexe, par. Il/l/b.

80 J.-P. Boyer, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi-XIIP-mi XIVe siècle) », in Des principautés aux régions dans l’espace européen, Lyon, 1994, art. 3/2, p. 19 ; J. Sibon, Les juifs de Marseille au XIVe siècle, thèse, Université de Nanterre, 2006, p. 46-48.

81 Burgh. 138, fol. 198vb (Non respicit [...] Dominus [...] ad avaros qui contra precepta Dei temporalia congregant et conservant, quidam mentiendo, quidam furando, quidam rapiendo, quidam usurando, a quibus Deus avertitfaciem) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 751, n° 137.

82 Burgh. 138, fol. 152a-b (Sciendum quod quidam recipiunt : alios hospitio ex cupiditate, sicut hostalarii qui emungunt ab liospitibus quicquidpossunt [...] ; alios ex carnalitate, sicutfaciimt aliqui hodie hospicium illi ut ille in crastinum reddat ei, et in crastinum aliud invitât illum ut ille iterum reinvitet, et sic fit ut semper sit in commessationibus et potationibus [...] ; alios ex humanitate vel curialitate, et sic divites hujus mundi frequenter habent hospites, et hoc non reprobatur dummodo non sit superfluitas in ferculis et potibus [...] ; alios ex caritate, et sic invitanturpauperes et amici Christi) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, n° 101 ; Burgh. 138, fol. 196b (unum periculum anime, quia vix licite adquiruntur, frequenter male expenduntur) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 751, n° 135.

83 G. Todeschini, Ricchezza francescana. Dalla povertà volontaria alla società di mercato, Bologne, 2004.

84 François d’Assise, Régula bullata, chap. 6, 2-3, éd. et trad. T. Desbonnets et al., op. cit., p. 190-191.

85 Thomas de Celano, Vita secunda sancti Francisci, partie 2, chap. 41, éd. Patres Collegii S. Bonaventurae, Legendae S. Francisci Assisiensis saeculis XIII et XIVconscriptae, Quaracchi (Florence), 1926-1941 (Analecta Franciscana, 10), p. 174, par. 71,1. 4-5 ; Bonaventure, Legenda major sancti Francisci, chap. 7, éd. Patres Collegii S. Bonaventurae, Legendae... op. cit., p. 589, par. 7,1. 1-2 (source directe).

86 Burgh. 138, fol. 199b-199va (Beatus Franciscus [...] fuit rerum temporalium perfectissimus renuntiator [...], qui fuit pauper, dico, affectu sive usu [...]. Hec autem paupertas usualis in duobus reluxit in sancto Francisco, scilicet quantum ad : statum quem instituit, noluit enim ordinem suum habere aliquid in communi, non campos, non vineas, non civitates, non castra, nec aliquid per quod posset paupertati altissime derogari, unde IIa Cor. VIII : Altissima paupertas eorum, alta quia nichil habet proprium, altior quia nichil in communi, altissima quia sic per votum firmata nichil potest aliquo modo habere ; modum quem in persona propria observavit et alios observare voluit, scilicet per domos hostiatim et humiliter mendicare. Non enim fuit ipse sicut villicus ille, Luc. XVI : Mendicare erubesco, sed dixit in Régula : « Vadant » fratres « pro elemosina confidenter, nec oportet eos verecundari, quoniam Dominas pro nobis se fecit pauperem in hoc mundo », et ex hoc tantum placuit sancto hostiatim personaliter mendicare ut, sicut dicitur in Legenda : « Elemosinis quesitis hostiatim utebatur libentius quam oblatis », propter quod competit sibi illud, Ps. : Ego autem mendicus sum et pauper) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 751, n° 137.

87 Ibid., fol. 199a et 199v (Respexit Dominus noster ad beatum Franciscum [...] : ratione artissime penitentie [artississime, ms.j et asperitatis [...], quia : contritus fuit in mente per compunctionem [...] ; contritus fuit in carne per afflictionem [...], corpus suum ipsum exponendo nunc algoribus, nunc caumatibus, nunc glaciebus, nunc nivibus, nunc infinitissimis disciplinis [...] ; ratione perfectissime humilitatis).

88 Ibid., fol. 199va (Pro contritione, mare quoddam fundebat innumerabilium lacrimarum ; noverat enim virtute contritionis divinam misericordiam inclinari, sicut in Magdalena patuit).

89 Ibid., fol. 199a (Merito respicere potuit Deus ad sanctum Franciscum, qui fuit pauper affectu sive spiritu, unde Mat. V : Beati pauperes spiritu, quoniam ipsorum est regnum celorum, ubi docet Dominus : quosdam esse pauperes ex necessitate, sicut illi qui divites esse non possunt [...], horum autem pauper um non est regnum celorum in quantum tales, quia non sunt pauperes propter illud ; quosdam ex voluntate, sicut illi qui fuerunt vel potuerunt esse divites in hoc mundo et tamen amore Regni celestis omnia reliquerunt, quorum unus fuit beatus Francisais).

90 Burgh. 138, fol. 152vb-153a (Eum [Martha] et invitavit [...] habundanter quia forte famelicus, Christus enim eratpauper cum suis apostolis, et forsitan non semper inveniebant ad habundantiam, et ideo Martha, que dives erat, providebat eis in omni copia) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 748, no 101.

91 M. R. Toynbee, op. cit., p. 174-175 ; R. Manselli, Spirituels et béguins du Midi, Toulouse, 1989 (éd. italienne, 1959), p. 80-81.

92 Cf. n. 84 et 85.

93 François de Meyronnes, op. cit., fol. 164b ; F. Bologna, « Povertà e umiltà. Il "San Ludovico" di Simone Martini », Studi storici, t. 10, 1969, p. 231-259.

94 P. Nold, Pope John XXII and his Franciscan Cardinal. Bertrand de la Tour and the Apostolic Poverty Controversy, Oxford, 2003.

95 D. Nebbiai, La bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor de Marseille (ΧIe-XV siècle), Paris, 2005, p. 58 ; corriger avec R. Chabâs, « Testamento de Arnaldo de Vilanova », Boletin de la Real Academia de la Historia, t. 23, 1896, p. 87-90.

96 R. Paccioco, « Angioini e “Spirituali”. I differenti piani cronologici e tematici di un problema », in L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIV siècle, Rome, 1998 (Collection de l’École française de Rome, 245), p. 253-287.

97 J.-P. Boyer, « Prédication à Marseille... », art. cit., par. V, p 315-316.

98 Burgh. 138, fol. 194a (Certe pater iste surrexit admodum ignis, caritatis incendio inflammatus, propter quod verbum ejus audientes poterat ad amorem efficaciter promovere. Hoc est enim una ratio quare nos alii in sermonibus nostris parum proficiemus [proficemus, ras.], quia scilicet caritate et compassione adproximum interius non cremamus) ; J. B. Schneyer, op. cit., t. IX, p. 751, n° 132

99 M. Bouiron et al., Marseille. Trames et paysages urbains de Gyptis au roi René, Aix-en-Provence, 2001, p. 330.

100 Rubrique : De sancto Victore, vel de uno alio martyre, velpturimorum martyrum [sic].

101 Hab 3, 19.

102 Cette subordonnée ne convient pas pour les verbes confidere et sperare.

103 Léon le Grand, Tractatus seplem et nonaginta, tract. 82, De natale Apostolorum, éd. A. Chavasse, Turnhout, 1973 (CCSL, 138 A), p. 508-509,1. 11-20.

104 Léon le Grand, ibid., p. 508, 1. 7-8.

105 Alexandre, Félicien, Longin et Deutérius.

106 Cf. AM, par. 1, éd. J.-C. Moulinier, op. cil., p. 460,1. 15-16.

107 Apc 18, 4 (selon la Vulgate, delictorum et non deliciarum, mais les versets 3 et 7 évoquent ces deliciae).

108 II Par 27, 5.

109 I Cor 9, 25.

110 Cf. l’interprétation patristique d’Amon comme onustus ou onus (M. Thiel, Grundlagen und Gestalt der Hebraischkenntnisse des frühen Mittelalters, Spolète, 1973, p. 237).

111 Cf. Augustin, Contra Julianum opus imperfectum, livre IV, par. 39, éd. M. Zelzer, Vienne, 2004 (CSEL, t. 85/2), p. 41,1. 11-12 ; d’après Sap 9, 15.

112 Absent des légendes connues,

113 Sap 8, 21.

114 Sir 10, 9.

115 I Io 5, 4.

116 Sir 5, 1.

117 Lc 12, 33.

118 Cf. AM, par. 14, éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 480,1. 251.

119 Dn 4, 24.

120 lob 5. 13.

121 I Io 2, 13 et 14.

122 I Cor 1, 19.

123 Expression absente des légendes connues.

124 Sap 7, 30.

125 Cf. AM, par. 3, éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 462,1. 40-41.

126 Cf. AM, par. 3 ; et AL, par. 4 ; éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 464,1. 49-51, et p. 522,1. 76-87.

127 Cf. AM, par. 14 ; et AL, par. 17 ; éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 480 et 482,1.241-256, et p. 533-534,1. 386-394.

128 Absent des légendes connues (l’amputation d’un pied manque, en revanche, dans la liste des supplices).

129 Cf. AM, par. 15 ; et AL, par. 17 ; éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 482,1.260-262, et p. 534,1. 394-397.

130 Ps (G) 54,4.

131 Rm 12,21.

132 Cf. AM, par. 6 ; et AL, par. 11 ; éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 468,1. 98-100, et p. 528,1. 256-259.

133 III Esr 8, 30.

134 Cf. AM, par. 9-10, et 12-13 ; et AL, par. 12-15 ; éd. J.-C. Moulinier, op. cit., p. 470 et 472,1. 132-149, p. 476 et 478,1. 193-220, et p. 529-532,1. 280-357 (Longin, Félicien et Alexandre).

135 lac 1, 4.

136 Comprendre : personas devotas.

137 Lc 6, 39.

138 Cf. AL, par. 13-14. éd. J.-C. Moulinier. op. cit., p. 530-532.1. 299-342.

139 Prv 4, 11.

140 IV Rg 2, 12 ; parallèle absent des légendes connues.

141 Ps (G) 59. 11 ; et 107, 11.

142 Ps (G) 118, 117 (la version du lat. 3305 A s’achève sur cette citation).

143 Ps(G)42, 3.

144 Lc 15, 7. Le présent est, au lieu de erit, se rencontre aisément, cf. Bernard de Clairvaux, Epistolae, Epist. 134, éd. J. Leclercq et H. Rochais, S. Bernardi Opera, t. VII, Rome, 1974, p. 330,1. 14-15.

145 II Th 1, 11.

146 Prv 15,29.

147 Ps(G) 106,30.

148 Sir 32, 9 et 14.

149 Sir 32, 28.

150 Ps (G) 138, 10.

151 Lv25, 42.

152 Ps (G) 118, 117.

Notes de fin

i Onerosus : ontrosus ms.

ii Scelestius : celestius ms.

iii Secatus, sic ms.

iv Vincebat : vicebat ms.

v Monitis + sui exp. ms.

vi Massiliensem sive Massilie ms.

vii Etenim + ad hune exp. ms.

viii Illuc, marg. sin. ms.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I, Accademia Pontaniana

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540