Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

Les institutions ecclésiastiques

Les Templiers dans le diocèse de Fréjus. Histoire et rémanence des origines à nos jours

Alain Venturini

Texte intégral

  • 1 J.-A. Durbec, « Les Templiers en Provence (La formation des commanderies et la répartition géograph (...)
  • 2 Soit « de Peitieus », francisé en « de Poitiers », nom de la famille du Valentinois dont devait sor (...)
  • 3 B. Guérard, Cartulaire de l’abbave de Saint-Victor de Marseille, t. II, Paris, 1857, n° 1102, p. 57 (...)

1Comme l’a écrit il y a un demi-siècle Joseph-Antoine Durbec1 dans l’état actuel de nos connaissances, le premier acte passé sur le continent européen en faveur des « pauvres chevaliers du Christ » qui nous soit parvenu l’a été en Provence et, plus précisément, dans le diocèse de Fréjus même. Il s’agit de la donation en leur faveur, par l’évêque Bérenger et son chapitre, de l’église paroissiale Saint-Barthélemy de la Motte de Palaison avec la quasi-totalité de ses droits et revenus, donation reçue par Guillaume Pictavensis2 lui-même membre ou procureur de l’ordre. Cet acte nous est connu par sa notice insérée en tête d’un autre acte du 1er juillet 1124, par lequel le même Guillaume Pictavensis donne à son tour cette église, au nom de « tous les chevaliers du temple de Salomon », au prieuré Notre-Dame de Palaison, dépendant de l’abbaye Saint-Victor de Marseille3. L’existence remarquable de ces premiers monuments justifiait bien de présenter à l’occasion du présent colloque l’histoire des Templiers dans le diocèse de Fréjus. Cela non seulement des origines à la suppression de l’ordre en 1308 mais encore bien au-delà, jusqu’à nos jours, tant à travers la réutilisation par de nouveaux possesseurs de leurs maisons et domaines qu’à travers les manifestations de l’imaginaire templier le plus contemporain, auxquels leurs anciens biens ont pu servir de support.

La place de Ruou dans l’expansion du Temple en Provence

  • 4 Durbec, op. et loc. cit.
  • 5 Aujourd’hui lieu-dit de la commune de Villecroze : Var, arr. Draguignan, canton de Salernes. Dans l (...)

2Si les Templiers avaient conservé cette église de Palaison, nous aurions même eu affaire à leur première possession à l’est du Rhône, précédant de plusieurs années la donation – d’ailleurs jugée douteuse – d’une église d’Avignon à Hugues de Payns en personne le 29 janvier 11304. En fait, après la renonciation rapide à ce bien, il va falloir attendre trente ans environ pour que les chevaliers du Temple s’implantent durablement dans l’évêché de Fréjus, avec la fondation de la maison de Ruou5 de peu antérieure à 1156 ou 1157.

  • 6 Direction générale qui n’exclut pas des retours en arrière.

3Après l’approbation de sa règle, le 13 janvier 1129, l’ordre du Temple connaît deux foyers de rayonnement importants : d’une part l’Aragon et la Catalogne, d’autre part le Languedoc. Son expansion est liée à l’action de deux de ses membres, Hugues Rigaud et Arnaud de Bedos. Elle bénéficie aussi du bon accueil tant du comte de Barcelone que de celui de Toulouse. Or, l’un et l’autre sont également seigneurs d’une partie des terres provençales : le marquisat de Provence, futur Comtat Venaissin, pour le second et le comté de Provence pour le premier. Cette circonstance va favoriser l’implantation du Temple à l’est du Rhône, sous l’impulsion initiale d’Arnaud de Bedos. L’ordre va ainsi progresser fortement d’ouest en est6 au cours du second tiers du XIIe siècle, avant de compléter le réseau de ses maisons dans le dernier tiers de ce siècle et même au siècle suivant (fig. 14).

  • 7 J.-A. Durbec, « Les Templiers en Provence » cité, qui a affiné le tableau des commanderies dressé p (...)

4Les travaux de Joseph-Antoine Durbec permettent de dresser le tableau chronologique suivant7 :

    • 8 Vaucluse. arr. Avignon, canton de Valréas.

    1136 : première maison fondée à l’est du Rhône, Richerenches8 au diocèse de Saint-Paul-Trois-Châteaux (la maison étant formellement citée le 16 janvier 1138) ;

    • 9 Vaucluse, arr. Carpentras, canton de Vaison-la-Romaine.

    1138 : Roaix9 au diocèse de Vaison ;

    • 10 Bouches-du-Rhône, chef-lieu d’arrondissement,

    entre 1138 et 1143 : Arles10 ;

    • 11 Ruou et une partie de ses dépendances ne furent cependant pas les seules possessions templières sis (...)

    avant 1156 : Ruou, diocèse de Fréjus11 ;

    • 12 Arr. Brignoles, canton de Tavernes.

    avant octobre 1164 : Saint-Maurice, à Régusse12 diocèse de Riez ;

    • 13 Vaucluse, arr. Avignon, chef-lieu de deux cantons. En fait, les Templiers eurent des possessions à (...)

    entre 1155 et 1165 : Orange13

    • 14 Aujourd’hui Saint-Antonin-sur-Bayon : Bouches-du-Rhône, arr. Aix-en-Provence, canton de Trets.

    1170 : Bayle, à Saint-Antonin14 diocèse d’Aix ;

    • 15 Vaucluse, préfecture.

    1174 : Avignon15

    • 16 Aujourd’hui Aix-en-Provence : Bouches-du-Rhône, chef-lieu d’arrondissement. Selon Durbec, la comman (...)

    vers 1176 : Aix16 ;

    • 17 Alpes-Maritimes, préfecture.

    avant 1193 : Nice17 ;

    • 18 Arr. Toulon, chef-lieu de trois cantons.
    • 19 La première donation dont ont bénéficié les Templiers date cependant du 17 juin 1156, l’archevêque (...)

    avant 1198 : Hyères18 au diocèse de Toulon19 ;

    • 20 Alpes-Maritimes, chef-lieu d’arrondissement.

    début XIIIe siècle : Grasse20 ;

    • 21 Arr. Brignoles, canton de Barjols.

    premier quart du XIIIe siècle : Bras21 au diocèse d’Aix ;

    • 22 Alpes-Maritimes, arr. Grasse, canton d’Antibes-Biot.

    avant 1233 : Biot22 au diocèse d’Antibes (puis Grasse) ;

    • 23 Lieu-dit de la commune de Flassans-sur-lssole : arr. Brignoles, canton de Besse-sur-Issole.

    avant 1245 : Peirasson23 au diocèse de Toulon ;

    • 24 Alpes-Maritimes, arr. Nice, canton de Puget-Théniers.

    1269 : Rigaud24 au diocèse de Glandèves.

5L’on voit donc que, sauf corrections à apporter à ce tableau, Ruou est l’une des trois premières maisons fondées dans les terres provençales au sens large (comté plus marquisat). Néanmoins, alors que les implantations du Temple à Richerenches et Roaix se sont faites avec l’appui des évêques de Saint-PaulTrois-Châteaux et Vaison, rien n’indique pour Ruou d’intervention de l’évêque de Fréjus. Les Templiers y ont bénéficié de donations de la noblesse locale, confirmées par le comte de Provence.

La première vie de Ruou (vers 1156-1308)

  • 25 Durbec : voir les articles cités aux notes 1 et 7. P.-A. Sigal, « Une seigneurie ecclésiastique en (...)
  • 26 Arr. et canton de Draguignan.
  • 27 Raymond Bérenger IV comme comte de Barcelone.
  • 28 Salgues et Salguette sont aujourd’hui des lieux-dits de la commune de Saint-Antonin-du-Var, détaché (...)
  • 29 Voir n. 5.
  • 30 Arr. Draguignan, chef-lieu de canton.
  • 31 Arr. Brignoles, canton de Cotignac. Cf. n. 28.

6L’exposé qui suit est fondé d’une part sur les travaux de Joseph-Antoine Durbec, d’autre part sur ceux de Pierre-André Sigal25. La maison de Ruou est mentionnée pour la première fois dans un acte faisant état d’une donation consentie en sa faveur, en 1156, par les nombreux coseigneurs de Flayosc. Par cet acte, les donateurs concédaient aux frères de la dite maison une partie du territoire de Flayosc26 ainsi que des droits d’usage dans la totalité de celuici. Mais les Templiers de Ruou avaient déjà bénéficié d’autres largesses des seigneurs des environs puisque, le 15 janvier 1157, le comte de Provence Raimond Bérenger II27 leur confirmait tout ce qu’ils avaient reçu à ce jour des seigneurs de Salernes, Entrecasteaux, Tourtour et Flayosc dans les lieux dits Ruou, Salgues et Salguette28. Dès la fin 1156 donc, les Templiers possédaient un domaine, composé notamment de ces trois quartiers ruraux, sis à cheval sur les anciens territoires de Villecroze29, Flayosc, Lorgues30 et Entrecasteaux31.

  • 32 La somme a été payée en numéraire à concurrence de 3000 sous (150 livres). Pour les 1000 sous resta (...)
  • 33 En fait, P.-A. Sigal a considéré cet acte et celui de 1195 dont il sera question plus bas (cf. n. 3 (...)

7S’ils concordent sur ces faits liminaires, J.-A. Durbec et P.-A. Sigal ne sont pas d’accord sur le point de savoir si les frères ont résidé d’emblée à Ruou même. Le premier pense que les Templiers ont d’abord séjourné à Lorgues avant d’aller s’installer à Ruou, dans une commanderie neuve bâtie entre 1170 et 1193. Cependant, il ne nous a pas exposé sur quoi il fondait son avis, alors même que, dès les premiers actes, il est question de la « maison de Ruou ». Sans doute vaut-il mieux suivre P.-A. Sigal qui ne voit les Templiers prendre pied à Lorgues qu’à partir de 1190, notamment après l’important achat de biens, d’une valeur totale de 4000 sous (200 livres)32 fait en mai 119333.

  • 34 L’effectif de Ruou ne devait guère dépasser celui atteint en 1195 : on dénombre au total 16 frères (...)
  • 35 Fernand BENOIT éd., Recueil des actes des comtes de Provence de la Maison de Barcelone. Alphonse II (...)

8Quoi qu’il en ait été, la commanderie s’est nettement développée au cours de la seconde moitié du XIIe siècle. L’attestent d’une part la somme relativement considérable qu’elle a pu débourser en 1193. d’autre part son effectif en 1195 (un commandeur et quatorze frères)34. En témoigne aussi le fait que son commandeur, Bermond, soit nommément cité après Pons de Rigaud, maître de la milice du Temple en Italie, Provence et Espagne, Hugues de Roquefort, commandeur en Provence, et Pierre de Cologne, commandeur de Huesca, dans l’acte par lequel le comte Alphonse II confirme aux Templiers toutes leurs possessions présentes en Provence et les autorise à en acquérir de nouvelles, à l’exception des donjons des castra (12 décembre 1200)35. Son expansion se marque encore par le nombre croissant de maisons annexes qui lui sont soumises. Celle de Lorgues a sans doute été la première ; en 1249, elle est accompagnée de cinq autres. C’est un établissement riche et prospère qui sera frappé en 1308 par l’arrestation des Templiers et la confiscation de leurs biens.

  • 36 Voir Edouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Vena (...)
  • 37 Donation-vente par Boniface de Castellane, seigneur de Salemes, contre un cheval ou 1000 sous raimo (...)

9L’essentiel du domaine de Ruou a été acquis en cent ans environ, de 1156 à 1253 : au-delà, on ne trouve guère trace que de deux acquisitions nouvelles. Cependant, nous connaissons mal la première partie de cette période favorable, de 1156 à la fin des années 1180. A en juger par la documentation conservée, c’est le premier quart du XIIIe siècle qui a été le moment le plus favorable au développement de la commanderie. Son noyau initial se trouvait entre Lorgues et Villecroze. Comme nous l’avons vu, il s’était accru rapidement des terres de Salgues et Salguette, sises au sud de Ruou et tenues en alleu. Globalement, ces possessions se trouvaient un peu à l’écart de la grande route allant d’Aix à Nice, laquelle passait à Lorgues36. Elles se situaient au contact de la haute et de la basse Provence, entre la zone des « plans » (tel celui de Canjuers) et la vallée de TArgens. Tandis que le domaine de Ruou même s’arrondissait en 119537 1216 et 1241, la commanderie allait rayonner vers ces deux régions et, en fait, plutôt vers la seconde.

  • 38 Aujourd’hui Moissac-Bellevue : arr. Brignoles. canton de Tavernes.
  • 39 Arr. Draguignan, chef-lieu de canton.
  • 40 Arr. Draguignan, canton de Callas.
  • 41 Ancienne communauté médiévale, aujourd’hui sur la commune d’Ampus : arr. et canton de Draguignan.
  • 42 Arr. Brignoles, canton d’Aups.
  • 43 Ancienne communauté médiévale, aujourd’hui sur la commune de Trigance : an·. Draguignan, canton de (...)
  • 44 Benoît Beaucage, Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers dépendantes du gran (...)

10Du côté de la haute Provence, Ruou acquit surtout des droits de pâturage pour son bétail, donnés par les seigneurs locaux. Ce fut successivement le cas à : Moissac38 (1201), Salernes39 (1205), Châteaudouble40 (droits sur un tiers du territoire, début du XIIIe siècle), Lagnes41 (1235), Aiguines42 (sur la partie du territoire appartenant aux Flayosc, 1236). Aiguines est d’ailleurs l’un des lieux où la commanderie accrut ses biens dans la seconde moitié du XIIIe siècle, en 1277, par deux donations portant respectivement sur le 1/15e et le 1/16e des pâturages. Ruou reçut également des terres dans cette zone « haute », d’une part à Lagnes (en 1235 aussi), d’autre part à Saint-Maimes43 (avant 1249) : 600 seterées de terre arable dans les deux cas d’après l’enquête menée en 1338 dans les commanderies hospitalières dépendant du grand prieuré de Saint-Gilles44. Des maisons annexes (ou membres) de Ruou furent d’ailleurs établies à Lagnes et Saint-Maimes.

  • 45 Chef-lieu d’arrondissement.
  • 46 Aujourd’hui Montfort-sur-Argens : arr. Brignoles, canton de Cotignac.
  • 47 Benoît, op. cit., Alphonse 11. 1196-1209, n° 57, p. 71-72.
  • 48 Arr. Draguignan, canton du Luc.
  • 49 Arr. Draguignan, canton du Muy.
  • 50 Arr. Draguignan, canton de Lorgues.
  • 51 Aujourd’hui Trans-en-Provence : arr. et canton de Draguignan.
  • 52 Arr. Brignoles, canton de Cotignac.

11En basse Provence, les Templiers de Ruou s’établirent tout d’abord à Lorgues, non pas par le hasard d’une donation mais volontairement, par une politique d’achat. Ils y acquirent ainsi plusieurs maisons en 1190, des terres et droits divers en mai 1193 (cf. ci-dessus) et enfin de nouvelles terres en 1224 (échangées contre des biens isolés à45 Ils prirent ensuite pied dans la vallée de Γ Argens, en progressant d’ouest en est. Ils s’installèrent d’abord, dès octobre 1207, à Montfort46 suite à la donation que leur fit le comte Alphonse II de la seigneurie du lieu47 et confortèrent leur emprise en 1230 grâce à une donation de terres. Dans un second temps, de 1231 à 1252, tant grâce à la générosité des seigneurs que par achats, ils acquirent des biens dans le castrum de Vidauban48 et son territoire, et notamment au lieu-dit la bastide d’Astros. Enfin, avant 1249, ils obtinrent une partie du territoire du castrum de Roquebrune49. Si, dans cette zone, leurs possessions consistèrent surtout en terres arables et vignes, ils n’y négligèrent pas les pâturages, obtenant par donation des droits dans cinq castra. A Flayosc, où les droits détenus dès 1156 furent accrus en 1241, s’ajoutèrent successivement Les Arcs50 (1205), Montfort (1207), Trans51 (1225) et Carcès52 (1230).

  • 53 Aujourd’hui Comps-sur-Artuby : arr. Draguignan, chef-lieu de canton.
  • 54 Arr. Brignoles, canton de Cotignac.
  • 55 Arr. Draguignan, canton de Lorgues.

12Au milieu du XIIIe siècle, le domaine de Ruou a atteint son apogée et ne bouge plus guère, les donations s’arrêtant presque complètement après 1253. Sans doute faut-il invoquer, après P.-A. Sigal, l’appauvrissement des donateurs traditionnels, à savoir les coseigneurs des petites seigneuries locales, dont le morcellement est allé croissant. De même que la concurrence d’autres maisons ou établissements religieux : commanderie de Comps53 de l’Hôpital, prieuré de Villecroze dépendant de l’abbaye de Saint-Victor, prieurés de Montmajour tel Correns54 abbaye cistercienne du Thoronet. Sans oublier la possible concurrence d’autres maisons du Temple : Saint-Maurice (Régusse) sise au nord-ouest de Ruou et les maisons nouvelles de Peirasson au sud-ouest et Bras à l’ouest. Quoi qu’il en ait été, si nous nous fondons sur l’enquête de 1338 déjà citée, le domaine de la commanderie de Ruou aurait consisté en 3000 seterées de terre arable, 600 fosserées de vignes, 159 soucherées de prés55, sans compter les bois, garrigues et terres incultes. Autour de Ruou gravitaient huit maisons secondaires (ou annexes, ou membres), soit du nord au sud et d’ouest en est : Saint-Maimes, Lagnes, Salgues, Lorgues, Montfort, Astros, Vidauban et Roquebrune.

13En 1308, comme partout ailleurs en Provence, les Templiers de Ruou sont arrêtés et emprisonnés tandis que leurs biens sont confisqués.

Deuxième et troisième vies de Ruou (1308 à nos jours)

  • 56 Respectivement Arnaud de Faugères (1307-1310) et Guillaume de Mandagout (1295-1311).
  • 57 P.-A. Sigal a donné les équivalences suivantes : 600 hectares de terre labourable. 130 hectares de (...)
  • 58 D’après P.-A. Sigal. Mais Jean-Luc Bonnaud le signale comme baile de Draguignan en octobre 1310 et (...)
  • 59 II en reste des comptes pour trois années, du 6 janvier au 31 octobre 1310, puis du 1er novembre 13 (...)
  • 60 Futur grand maître de l’ordre des Hospitaliers de 1319 à sa mort, en 1346.
  • 61 Alpes-de-Haute-Provence. arr. Digne, canton de Riez.
  • 62 Dont le nom indique une origine, ancienne ou récente, languedocienne. Posquières est l’ancien nom d (...)

14Pour avoir été moins spectaculaire et moins tragique que dans le royaume de France, la fin de l’ordre du Temple en Provence n’en a pas moins été aussi soudaine et totale. Après l’arrestation des Templiers, leurs biens sont confisqués. Dans un premier temps, ils sont administrés par les archevêques d’Arles et d’Embrun56. Ils sont ensuite confiés à des administrateurs nommés par le roi de Sicile et comte de Provence, Robert57 d’Anjou. Pour les biens de la comman derie de Ruou, c’est le baile royal de Lorgues, Guillaume Hugonis58 qui est nommé « rector, gubernator et administrator ». Sa régie dura du 6 janvier 1310 au 24 janvier 131559 date à laquelle le temporel de la commanderie fut remis entre les mains d’Hélion de Villeneuve60 commandeur hospitalier de Puimoisson61. En cela, Ruou ne fit que suivre le sort le plus commun du temporel du Temple, dévolu à l’ordre de l’Hôpital. Quant aux Templiers eux-mêmes, certains d’entre eux rejoignirent l’ordre naguère concurrent. Lors de la visite de 1338 déjà mentionnée, il y avait à Ruou deux anciens templiers : Raimond d’Orange et Guillaume Posqueiras62.

  • 63 B. Beaucage, Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers..., p. 264 ; J.-A. Durb (...)
  • 64 Cette donate est l’une des cinq recensées en 1338 dans l’ensemble du grand prieuré de SaintGilles, (...)

15Au sein de l’Hôpital, Ruou demeure commanderie. En 1338, on y dénombre quinze frères (le commandeur, deux chevaliers, onze sergents et un chapelain) ainsi que dix donats63 dont une femme64. Son effectif place Ruou au huitème rang des trente-trois commanderies visitées, tandis que sa contribution (« responsion ») au trésor général de l’Ordre la met au neuvième rang.

  • 65 De la branche des Arcs de la famille de Villeneuve, petit-neveu d’Hélion cité ci-dessus (cf. n. 59)

16Les calamités naturelles et guerres de la seconde moitié du XIVe siècle entraînent le déclin de la commanderie. Ainsi Ruou est-elle sans doute attaquée par une bande de routiers vers 1360 et presque entièrement détruite. Le procèsverbal de visite de 1411 présente un tableau désolé. Partout les terres sont pour la plupart à l’abandon. Une partie des biens de la commanderie, celle située à Flayosc, est occupée par Antoine de Villeneuve, seigneur du castrum65. Pour ce qui est de la commanderie même, les bâtiments sont détruits et personne n’y habite. Quant aux huit maisons annexes énumérées ci-dessus, seules trois sont encore debout, dont Montfort. C’est d’ailleurs là qu’a été transféré le siège de la commanderie et où vivent les trois frères qui en font tout l’effectif.

  • 66 Bouches-du-Rhône, préfecture.

17Après 1411, les documents se font plus rares. La « responsion » de Ruou est encore fixée à 62 florins en 1429, mais la commanderie n’a pu payer ce qu’elle devait pour les deux années précédentes. Faute de pouvoir survivre de façon autonome, Ruou et ses possessions sont réunies, vers le milieu du XVe siècle, au domaine de la commanderie de Marseille66. Bâtiments et terres devaient encore rester un peu plus de trois siècles aux mains de l’Hôpital (désormais couramment appelé Ordre de Malte), jusqu’à ce que la Révolution mettre fin à son existence en France en 1791. Ruou devient alors un bien national parmi d’autres et va être vendu comme tel. L’ancienne commanderie n’est plus alors qu’un domaine agricole de belle ampleur (240 hectares).

  • 67 Alain Lameyre, Guide de la France templière, Paris, 1975, p. 382-385. On pourra voir aussi par exem (...)

18Il faut attendre le XXe siècle pour que Ruou renoue avec son passé templier. D’une part à travers les études universitaires ou érudites qui ont été citées au fil du texte et des notes. D’autre part, grâce, si l’on peut dire, à la vogue croissante d’un Temple rêvé et ésotérique. L’imaginaire qui s’est donné cours autour des lieux templiers, ou supposés tels, a parfois été fort échevelé. Pour en avoir un exemple provençal et même plus précisément varois, il suffira de se reporter aux lignes consacrées à Trigance dans le Guide de la France templière67.

  • 68 Lameyre, op. cit., s. v. « Villecroze », p. 404-405.

19Par comparaison, Ruou est un lieu presque sage. Certes, le gardien des lieux, Jean Pain, a donné à l’auteur des informations propres à susciter la curiosité des amateurs d’irrationnel. Pas de souterrains ou de tête du Baphomet. A peine un trésor caché, rappelé sans trop de conviction. Mais tout de même « l’image d’un squelette » et une « fontaine du paralytique »68. Pour ce qui est de la première, elle est liée à la chapelle de l’ancienne commanderie : « Lorsque l’on pénètre dans la chapelle de Ruou, le faible rayon de lumière qui éclaire les lieux projette votre ombre contre le mur arrondi du choeur. L’ombre qu’on a en face de soi n’est pas comme les autres. Elle ressemble à s’y tromper à l’image d’un squelette ». Quant à la seconde, il s’agit de la pièce d’eau qui se trouve à côté de la chapelle : « A quelques centimètres au-dessus du niveau, on distingue très nettement une ligne blanche. Ce n’est là qu’un effet d’optique consécutif au reflet du soleil dans l’eau ». Mais un homme aurait été paralysé (en 1970) pour l’avoir regardé trop longtemps.

  • 69 Il y eut notamment, en 1973, un reportage photographique dû à Gérard Bonnet : http ://www.

20Mais tout cela n’est rien à côté du véritable prodige de Ruou, les récoltes miraculeuses de légumes permises par la redécouverte d’un « vrai secret », celui du compost dit précisément « des Templiers ». Information extraordinaire qui filtra dans la presse locale, du Provençal à Nice-Matin en 1970 et fut médiatisée durant quelques années69. Sur les circonstances de cette redécouverte comme d’ailleurs sur les détails de la biographie de Jean Pain (1928-1981), les récits ne concordent guère. Certains présentent Pain comme l’inventeur pur et simple du procédé. D’autres parlent de redécouverte d’un procédé templier, sans concorder sur les circonstances.

  • 70 Ibid-, p. 405-406.
  • 71 http ://www.inti.be/ecotopie/compbrou.html.

21Le Guide de la France templière affirme avoir recueilli de la bouche même de Jean Pain la version suivante : c’est un habitant de Salernes, Marcel Bretineau, qui l’aurait convaincu de revenir aux pratiques des Templiers et lui aurait indiqué « les éléments de base d’une fumure organique tirée des broussailles »70. D’après un autre témoignage, il y aurait derrière tout cela la découverte, en 1969, « dans le grenier d’un curé de Trujillo (Espagne), [d’]un manuscrit du 12e siècle de la commanderie des Templiers d’Alcanegre » contenant « notamment la description de la fabrication de huit différents composts de broussailles (appelés vivus humus par les Templiers »). Cette mise au jour aurait été le fait, entre autres, de Laurent Dailliez. Ce dernier « curieux de voir la renaissance de cette pratique culturale apparemment disparue », aurait fait connaître cette description à Jean Pain71.

  • 72 A. Demurger, Jacques de Molay. Le crépuscule des Templiers, Paris, 2002, à la p. 81.
  • 73 Ses ouvrages les plus utiles demeurant sans doute d’une part La Règle des Templiers, Nice, 1978 ; d (...)
  • 74 Notamment Les Templiers. En Provence 1. [Texte] et 2. Atlas, Nice, 1977.
  • 75 Nice, 1981.

22Il serait fort aventuré de prétendre démêler le vrai du faux dans ces versions concurrentes sans avoir mené à bien une véritable enquête historique. Pour l’heure, cet imbroglio montre surtout que l’obscurité n’est pas l’apanage des faits médiévaux ! Je me bornerai à signaler que la dernière de ces versions amène sur le devant de la scène un personnage atypique, dont Alain Demurger a pu écrire « qu’il ne fa[llai]t jamais [le] rejeter malgré son art de brouiller toutes les pistes qui peuvent mener à ses sources »72. Ayant le plus souvent fait fi en effet des règles universitaires ou académiques, feu Laurent Dailliez a laissé une abondante production historique, dont une bonne partie consacrée aux Templiers73 et notamment à ceux de Provence74. On y trouve précisément un ouvrage intitulé : Les Templiers et l’agriculture ou les Composts templiers75.

23Quoi qu’il se soit passé sur ce point dans les années 1960-1970, Ruou est toujours aujourd’hui une propriété privée, son dernier changement de mains remontant à l’an 2000. La survie des vestiges n’apparaît pas menacée. Au contraire, la chapelle a reçu une nouvelle couverture de tuiles en 2008.

Fig. 14 : Les Templiers dans le diocèse de Fréjus (fonds de carte d’après G. Duby et al., Atlas historique. Provence. Comtat l’enaissin… Paris. 1969) © A. Venturini

Notes

1 J.-A. Durbec, « Les Templiers en Provence (La formation des commanderies et la répartition géographique de leurs biens) », Templiers et Hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes, Grenoble, 2001 (rééd. 2006), p. 57-147, à la p. 69 [recueil posthume d’articles et d’études ; l’article cité avait été publié dans Provence historique, t. IX, 1959, fascicules 35 et 37].

2 Soit « de Peitieus », francisé en « de Poitiers », nom de la famille du Valentinois dont devait sortir la célèbre Diane de Poitiers.

3 B. Guérard, Cartulaire de l’abbave de Saint-Victor de Marseille, t. II, Paris, 1857, n° 1102, p. 574-575. L’acte a été réédité dans : Marquis D’Albon, Cartulaire général de l’Ordre du Temple, 1119 ?-1150, Paris, 1913, n° II, p. 1-2.

4 Durbec, op. et loc. cit.

5 Aujourd’hui lieu-dit de la commune de Villecroze : Var, arr. Draguignan, canton de Salernes. Dans les notes qui suivent, le département n’est précisé que lorsqu’il ne s’agit pas du Var.

6 Direction générale qui n’exclut pas des retours en arrière.

7 J.-A. Durbec, « Les Templiers en Provence » cité, qui a affiné le tableau des commanderies dressé par Émile-Guillaume Léonard dans son Introduction au Cartulaire manuscrit du Temple (1150-1317) [...] suivie d’un Tableau des maisons françaises du Temple et de leurs précepteurs, Paris, 1930. Idem, « Les Templiers dans les diocèses de Fréjus, Toulon et Riez », Templiers et Hospitaliers en Provence et dans les Alpes-Maritimes, p. 149-205 [article d’abord publié dans le Bulletin de la Société d’Etudes scientifiques et archéologiques de Draguignan et du Var, t. VIII, 1963],

8 Vaucluse. arr. Avignon, canton de Valréas.

9 Vaucluse, arr. Carpentras, canton de Vaison-la-Romaine.

10 Bouches-du-Rhône, chef-lieu d’arrondissement,

11 Ruou et une partie de ses dépendances ne furent cependant pas les seules possessions templières sises dans le diocèse de Fréjus : il faut également citer Cogolin (arr. Draguignan, canton de Grimaud), annexe de la commanderie de Peirasson citée ci-après.

12 Arr. Brignoles, canton de Tavernes.

13 Vaucluse, arr. Avignon, chef-lieu de deux cantons. En fait, les Templiers eurent des possessions à Orange dès novembre 1136, d’abord rattachées à la maison de Richerenches.

14 Aujourd’hui Saint-Antonin-sur-Bayon : Bouches-du-Rhône, arr. Aix-en-Provence, canton de Trets.

15 Vaucluse, préfecture.

16 Aujourd’hui Aix-en-Provence : Bouches-du-Rhône, chef-lieu d’arrondissement. Selon Durbec, la commanderie d’Aix aurait cependant eu du mal à s’établir fermement avant le premier quart du XIIIe siècle.

17 Alpes-Maritimes, préfecture.

18 Arr. Toulon, chef-lieu de trois cantons.

19 La première donation dont ont bénéficié les Templiers date cependant du 17 juin 1156, l’archevêque d’Arles donnant à cette date au maître et aux frères du Temple de Provence une église sise au territoire d’Hyères.

20 Alpes-Maritimes, chef-lieu d’arrondissement.

21 Arr. Brignoles, canton de Barjols.

22 Alpes-Maritimes, arr. Grasse, canton d’Antibes-Biot.

23 Lieu-dit de la commune de Flassans-sur-lssole : arr. Brignoles, canton de Besse-sur-Issole.

24 Alpes-Maritimes, arr. Nice, canton de Puget-Théniers.

25 Durbec : voir les articles cités aux notes 1 et 7. P.-A. Sigal, « Une seigneurie ecclésiastique en Provence orientale au Moyen Âge : la commanderie de Ruou », Provence historique, t. XV, 1965, p. 126-146, [article résumant un diplôme d’études supérieures (D.E.S.), présenté en 1960 à la Faculté des Lettres d’Aix].

26 Arr. et canton de Draguignan.

27 Raymond Bérenger IV comme comte de Barcelone.

28 Salgues et Salguette sont aujourd’hui des lieux-dits de la commune de Saint-Antonin-du-Var, détachée d’Entrecasteaux en 1954.

29 Voir n. 5.

30 Arr. Draguignan, chef-lieu de canton.

31 Arr. Brignoles, canton de Cotignac. Cf. n. 28.

32 La somme a été payée en numéraire à concurrence de 3000 sous (150 livres). Pour les 1000 sous restants (50 livres), les Templiers ont remis aux vendeurs. R. et G. de Roubion. un poulain.

33 En fait, P.-A. Sigal a considéré cet acte et celui de 1195 dont il sera question plus bas (cf. n. 37) comme des donations-ventes, c’est-à-dire des « acquisitions spécifiées comme donations mais en échange desquelles la commanderie a payé une certaine somme en argent ou en nature et qui constituent des ventes déguisées ».

34 L’effectif de Ruou ne devait guère dépasser celui atteint en 1195 : on dénombre au total 16 frères en 1224, 15 en 1252, 9 en 1260 et 14 en 1284.

35 Fernand BENOIT éd., Recueil des actes des comtes de Provence de la Maison de Barcelone. Alphonse II et Raimond Bérenger V (1196-1245), t. II, Monaco-Paris, 1925, Alphonse II. 1196-1209, n° 12, p. 11-12. 11 est sans doute plus aventuré de faire de Ruou une des trois principales commanderies de la France entière : http ://commanderieduruou.free.fr/ruoul.html/.

36 Voir Edouard Baratier, Georges Duby et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin..., Paris, 1969, carte n° 86.

37 Donation-vente par Boniface de Castellane, seigneur de Salemes, contre un cheval ou 1000 sous raimondins (50 livres), d’un territoire confinant à Flayosc, Lorgues, Salgues, Salemes et Villecroze.

38 Aujourd’hui Moissac-Bellevue : arr. Brignoles. canton de Tavernes.

39 Arr. Draguignan, chef-lieu de canton.

40 Arr. Draguignan, canton de Callas.

41 Ancienne communauté médiévale, aujourd’hui sur la commune d’Ampus : arr. et canton de Draguignan.

42 Arr. Brignoles, canton d’Aups.

43 Ancienne communauté médiévale, aujourd’hui sur la commune de Trigance : an·. Draguignan, canton de Comps-sur-Artuby.

44 Benoît Beaucage, Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles, 1338 (Archives départementales des Bouches-du-Rltône, 56H 123), Aix-en-Provence et Marseille, 1982.

45 Chef-lieu d’arrondissement.

46 Aujourd’hui Montfort-sur-Argens : arr. Brignoles, canton de Cotignac.

47 Benoît, op. cit., Alphonse 11. 1196-1209, n° 57, p. 71-72.

48 Arr. Draguignan, canton du Luc.

49 Arr. Draguignan, canton du Muy.

50 Arr. Draguignan, canton de Lorgues.

51 Aujourd’hui Trans-en-Provence : arr. et canton de Draguignan.

52 Arr. Brignoles, canton de Cotignac.

53 Aujourd’hui Comps-sur-Artuby : arr. Draguignan, chef-lieu de canton.

54 Arr. Brignoles, canton de Cotignac.

55 Arr. Draguignan, canton de Lorgues.

56 Respectivement Arnaud de Faugères (1307-1310) et Guillaume de Mandagout (1295-1311).

57 P.-A. Sigal a donné les équivalences suivantes : 600 hectares de terre labourable. 130 hectares de vignes et 34 hectares de prés.

58 D’après P.-A. Sigal. Mais Jean-Luc Bonnaud le signale comme baile de Draguignan en octobre 1310 et octobre 1313 : Un Étal en Provence. Les officiers locaux du comte de Provence au XIV siècle (1309-1382), Rennes, 2007, Annexe II, Catalogue, n° 583.

59 II en reste des comptes pour trois années, du 6 janvier au 31 octobre 1310, puis du 1er novembre 1310 au 31 octobre 1311, enfin, après une interruption de deux ans, du 1er novembre 1313 au 31 octobre 1314 : voir respectivement Arch. dép. Bouches-du-Rhône, Β 156, 157 et 158.

60 Futur grand maître de l’ordre des Hospitaliers de 1319 à sa mort, en 1346.

61 Alpes-de-Haute-Provence. arr. Digne, canton de Riez.

62 Dont le nom indique une origine, ancienne ou récente, languedocienne. Posquières est l’ancien nom de Vauvert (Gard, arr. Nîmes, chef-lieu de canton).

63 B. Beaucage, Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers..., p. 264 ; J.-A. Durbec, Templiers et Hospitaliers en Provence..., p. 394.

64 Cette donate est l’une des cinq recensées en 1338 dans l’ensemble du grand prieuré de SaintGilles, pour 259 donats hommes (et 340 frères) : Damien Carraz, « Présences et dévotions féminines autour des commanderies du Bas-Rhône (ΧΙIe-ΧΙΙIe siècle) », Cahiers de Fanjeaux, 41, Les ordres religieux militaires dans le Midi (XIIe-XIVe siècle), Toulouse, 2006, p. 71-99, aux p. 82-83.

65 De la branche des Arcs de la famille de Villeneuve, petit-neveu d’Hélion cité ci-dessus (cf. n. 59).

66 Bouches-du-Rhône, préfecture.

67 Alain Lameyre, Guide de la France templière, Paris, 1975, p. 382-385. On pourra voir aussi par exemple, un ouvrage récent (2007) couvrant la zone entière du Verdon : Paul Amoros, Richard Buadès, Thierry Emmanuel Gamier, L’île des Veilleurs. Contre-enquête sur le mystère du Verdon et le trésor de l Ordre du Temple.

68 Lameyre, op. cit., s. v. « Villecroze », p. 404-405.

69 Il y eut notamment, en 1973, un reportage photographique dû à Gérard Bonnet : http ://www.

gerard-bonnet.com/phototheque/index.php7/category/1537/.

70 Ibid-, p. 405-406.

71 http ://www.inti.be/ecotopie/compbrou.html.

72 A. Demurger, Jacques de Molay. Le crépuscule des Templiers, Paris, 2002, à la p. 81.

73 Ses ouvrages les plus utiles demeurant sans doute d’une part La Règle des Templiers, Nice, 1978 ; d’autre part Règle et statuts de l’ordre du Temple, Paris, 1996 (2e éd. augmentée).

74 Notamment Les Templiers. En Provence 1. [Texte] et 2. Atlas, Nice, 1977.

75 Nice, 1981.

Table des illustrations

Légende Fig. 14 : Les Templiers dans le diocèse de Fréjus (fonds de carte d’après G. Duby et al., Atlas historique. Provence. Comtat l’enaissin… Paris. 1969) © A. Venturini
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7206/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

Auteur

Archives départementales de Corse-du-Sud, Ajaccio

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540