Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

Les institutions ecclésiastiques

Fréjus, ses évêques et les comtes angevins autour de 1300 : l’épiscopat de Jacques Duèze

Thierry Pécout

Texte intégral

  • 1 Son oncle Pierre, érudit ami de Peiresc, le précède au canonicat de Fréjus jusqu’en 1668. Joseph A (...)
  • 2 E. Albe, « Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy », Annales de SaintLouis des F (...)
  • 3 L’importance de ce corpus pour l’histoire du diocèse de Fréjus a été révélée par les travaux de H. (...)
  • 4 Gallia Christiana novissima [abrégé désormais en GCN], Avignon, col. 273-287 et GCN, 1, col. 224-2 (...)
  • 5 R. Busquet, « Les origines de la cour des comptes de Provence », Provincia, 2, 1922, p. 148-159 ; (...)

1Depuis que les premiers érudits ont tenté de donner au diocèse et à la ville de Fréjus une histoire étayée sur des documents, avec les travaux du chanoine Joseph Antelmy puis ceux du père J. Girardin1, l’épiscopat de Jacques Duèze n’a cessé d’attirer l’attention, et de s’appréhender en fonction de deux éléments qui paraissaient déterminants, placés chacun aux deux extrémités de sa carrière : l’origine quercynoise du successeur de Bertrand Comarque, et surtout son destin cardinalice et pontifical. On doit à la première approche les articles du chanoine Edmond Albe (1861-1926), par bien des aspects toujours essentiels, et dans lesquels l’historiographie n’a eu de cesse de puiser depuis, et à la seconde une certaine apologétique, marquée par un propos finaliste, attribuant nécessairement à l’épiscopat d’un futur pape un caractère d’exception2. A rebours, les historiens de la papauté ne se sont guère attardés sur ce moment de la vie de Jacques Duèze, le reléguant dans les marges sombres de ces périodes peu documentées sur lesquelles il n’y rien à dire. Pour ma part, ayant eu le plaisir de fréquenter les diocèses de haute Provence les moins informés, celui de Fréjus à l’époque de Jacques Duèze ne me paraît pas des plus mal lotis, pour peu que l’on appelle en renfort les registres de l’Archivio Segreto Vaticano3 et que l’on scrute celles des comtes de Provence et Forcalquier, à travers les dossiers déjà très amplement défrichés par le chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès4 complétés des judicieuses remarques du plus grand spécialiste de l’administration angevine en Provence, Raoul Busquet5.

2Car enfin, ce n’est pas au miroir de ses destinées futures qu’il est profitable de comparer Jacques Duèze, mais plutôt à ses collègues qui constituaient l’épiscopat provençal au crépuscule du XIIIe siècle. On comprendra mieux en quoi l’évêque Jacques Duèze n’a rien d’exceptionnel, et combien son exemple est précieux pour mieux appréhender les relations du pouvoir royal angevin avec les évêques, qui constituent sous Charles II l’un des plus solides et fidèles soutiens de la dynastie et de son appareil administratif.

  • 6 Aucune des sept vitœ médiévales du pape ne consacre plus de quelques lignes à la carrière antérieu (...)
  • 7 Mais cette relation peut tout aussi bien se placer à Orléans, comme le suggère Ε. M. Meijers, « La (...)
  • 8 Parmi de très nombreux travaux sur ce professeur : K. Bezemer, « Jacques de Revigny (d. 1296) and (...)
  • 9 Ch. Vulliez, Des écoles de IOrléanais à l’université d’Orléans, Xe– début XIVes., thèse d’Etat, Un (...)

3La carrière de Jacques Duèze avant son accession à l’épiscopat reste mal connue et tributaire d’une trame qui mérite d’être reconsidérée6. Avant tout, et avant même son statut de clerc, Jacques Duèze est un juriste, qui fait d’abord carrière au royaume de France, sous la protection des serviteurs du roi. Originaire du patriciat urbain de Cahors, sa famille n’accède à la noblesse qu’après 1316, lorsque Philippe V anoblit le frère de Jean XXII. Celui qui n’est encore que Jacques Duèze suit une formation de juriste jusqu’au grade de professeur dans les deux droits, qui est attesté seulement en septembre 1297. On place son premier apprentissage au studium des Prêcheurs de Cahors, avant un séjour à l’école d’Orléans que l’on ne sait dater mais qui paraît certain, puis un autre, qui l’est moins, à Paris, et un autre enfin, encore moins assuré, à Montpellier, où il aurait été l’élève de Bernard de Montfavet7. Quoi qu’il en soit, c’est son passage à Orléans qui a généré des liens qui se sont avérés déterminants pour le reste de sa carrière. En effet, il y a été probablement l’élève du civiliste Pierre de la Chapelle Taillefer, lui même formé par Jacques de Révigny (t 1296)8. Si Charles Vuilliez trouvait l’hypothèse « moins plausible », la suite de ce cursus nous la rend des plus recevables9. Il y fut aussi le condisciple de Bertrand de Got, le futur Clément V, et peut-être aussi de Bertrand de Montfavet, devenu cardinal en 1316. Quant à savoir s’il y a enseigné, rien ne permet de le préciser.

  • 10 É. Baluze, Vitae, 2, p. 106-111. Pierre de La Chapelle de Taillefer, est issu d’une famille de mil (...)
  • 11 H. Gilles, « Les moines juristes », Cahiers de Fanjeaux, 29, L’Église et le droit dans la Midi (XI (...)

4Il nous semble que c’est dans le sillage de Pierre de La Chapelle, que Jacques Duèze débute sa carrière de juriste10. Doté de la prévôté d’Eymoutiers (Haute-Vienne), chanoine de Notre-Dame de Paris vers 1278, Pierre œuvre au service de Philippe III puis de Philippe IV comme aumônier et clerc du roi, peut-être d’abord au Parlement de Paris, où il n’est cependant attesté qu’en 1290, et sûrement auprès de celui de Toulouse, où on le trouve dès 1287. En 1288, il y assiste comme assesseur le conseiller royal Bertrand de Montaigu, lors de ses sessions d’appel11. C’est la faveur royale qui lui vaut l’épiscopat à Carcassonne, le 19 mai 1291, date de la provision reçue de Nicolas IV, puis un transfert à Toulouse, le 25 octobre 1298. Son ascension se poursuit auprès du pape : cardinal du titre de San Vitale le 15 décembre 1305, puis de Palestrina en décembre 1306, il disparaît le 16 mai 1312.

  • 12 Ε. M. Meijers, « La première époque de l’enseignement du droit », p. 174-175. L’expression est con (...)
  • 13 Second testament de Robert d’Uzès (1296), OFP, passé à Carcassonne, au couvent des Prêcheurs, le 2 (...)

5La descente vers le Languedoc de juristes formés à Orléans, tel Pierre de La Chapelle, est à mettre en relation avec le premier essor de l’Université de Toulouse, à partir des années 1280, en « rejeton » de celle d’Orléans12. L’illustre aussi le parcours d’un Guillaume de Ferrières, doctor et juris professor à Toulouse en 1284-1289. Or, Jacques Duèze est un homme de confiance et un proche de l’évêque de Carcassonne. Il est attesté comme son officiai le 28 juillet 129313. On peut donc envisager qu’il a suivi son protecteur depuis Orléans jusque dans le Midi.

  • 14 On peut mentionner aussi Arnaud Nouvel (t 1317), oncle de Benoît XII, professeur dans les deux dro (...)
  • 15 II figure en seconde position parmi les prélats, avec le chancelier et le sénéchal. Processus cano (...)

6Depuis Carcassonne, la piste de Jacques Duèze nous conduit à Toulouse. On ignore les liens exacts entre l’évêque Pierre de La Chapelle et son nouveau collègue de Toulouse, Louis d’Anjou, promu le 30 décembre 1296. A minima, les relations institutionnelles entre les deux évêchés sont indéniables, et les exemples de carrière bénéficiales ou d’officiers attestent la circulation entre les deux diocèses, ne serait-ce que celui de Pierre de La Chapelle lui-même14. Indice plus probant encore, ce dernier figure parmi les exécuteurs testamentaires de Louis d’Anjou, le 19 août 129715. Quant à Jacques Duèze, c’est à Toulouse qu’il continue sa carrière de juriste et de juge. Il a peut-être enseigné à cette époque dans la jeune université de droit. C’est sans doute là qu’il noue des liens avec Guillaume et Pierre de Ferrières, qui feront carrière en Provence auprès du prince angevin.

  • 16 Processus canonizationis et legendœ variœ sancti Ludovici, témoin n° 10, p. 75-77.
  • 17 E. Pasztor, Per la storia di san Ludovico d’Angió (1274-1297), Rome, 1955. J. Paul, « Saint Louis (...)
  • 18 V. Verlaque, Saint Louis, prince royal, évêque de Toulouse, et la famille d’Anjou au XIIIes., d’ap (...)

7Dans le procès de canonisation de Louis d’Anjou, Jacques déclare le 26 février 1307, au couvent des Prêcheurs de Marseille, qu’il a été son official, son familier et un membre de sa maison (domesticus)16. Il est en effet attesté comme officiai et trésorier de l’évêque de Toulouse en mai 1297. Il l’accompagne durant ses déplacements : en juin, lors de son voyage en Catalogne, puis au retour, qui les conduit, par Perpignan, Montpellier et Tarascon, jusqu’au palais comtal de Brignoles. Entre les 8 et 19 août 1297, il est enfin aux côtés de Louis d’Anjou mourant. C’est donc à l’été 1297, et comme familier du fils de Charles II, qu’il parvient pour la première fois en Provence. Du reste, depuis longtemps n’est plus admise l’affirmation selon laquelle Jacques Duèze aurait été précepteur de Louis d’Anjou17 ce qui conduisait les commentateurs à lui créer une carrière provençale antérieure à 1297, sans aucune attestation documentaire à l’appui, afin de rendre possible une rencontre avec le souverain angevin18.

8À partir de l’été 1297, et hormis son séjour napolitain de 1308-1309, Jacques Duèze ne quittera plus la Provence. Après la mort de l’évêque de Toulouse, il poursuit sa carrière de spécialiste du droit dans l’administration angevine, où il bénéficie d’une rapide reconnaissance. Plusieurs facteurs ont sans doute joué en sa faveur. En premier lieu, ses liens passés avec le défunt fils du roi. Ensuite, ses relations avec Guillaume et Pierre de Ferrières, plausibles pour le premier, mais avérées pour le second, qui remontent vraisemblablement à son séjour toulousain. C’est désormais comme le collaborateur et protégé de Pierre de Ferrières que Jacques Duèze apparaît en effet. La place de celui-là auprès de Charles II, lui ouvre les portes de l’entourage princier.

  • 19 Avec des commentaires des Institutes, H. Gilles, « le traité de la coutume de Guillaume de Ferrièr (...)
  • 20 Sur sa prévôté, qu’il conserve après sa nomination comme cardinal : GCN, Marseille, col. 771-777. (...)
  • 21 Le 8 mars il est encore à Arles (GCN, Marseille, n° 1276), et le 27 juillet il est de retour à Aix
  • 22 Parmi les nominations du 18 septembre 1294, la quasi totalité des promus est proche du roi angevin (...)
  • 23 GCN, Marseille, n° 1276. Jean de Vemarcio ou Vemancio est prévôt de Forcalquier de 1290 à 1296, da (...)
  • 24 Guillaume de Ferrières est peut-être issu d’une famille toulousaine, et il a reçu sa formation jur (...)
  • 25 Toutefois, l’époque voit la charge de chancelier perdre de sa valeur au profit du lieutenant du lo (...)
  • 26 Pierre de Ferrières. nommé doyen du Puy peu avant le 13 février 1295 est professeur de droit civil (...)

9Guillaume de Ferrières, peut-être formé à l’université d’Orléans, est professeur de droit à Toulouse entre 1284 et 1289. On conserve de son activité plusieurs consultations juridiques et de courts extraits d’un traité sur la coutume19. Prévôt de Marseille depuis mai 1289, ordonné prêtre peu après, il est vice-chancelier du royaume de Sicile, sans doute dès le mois de mai 129020. Il assiste peut-être au conclave de Pérouse aux côtés de Charles II, les 21-29 mars 129421. Il est nommé cardinal prêtre du titre de Saint-Clément le 18 septembre 1294 par Célestin V, et consolide le parti angevin au Sacré Collège22. En février 1294, il paraît aux côtés de Jean de Vemarcio, prévôt de Forcalquier et trésorier des comtés23. Mais, alors qu’il avait mission de mener à bien les négociations de mariage entre Blanche d’Anjou avec Jacques II Aragon (1291-1327), son décès survenu à Perpignan le 7 septembre 1295 met un terme à sa carrière24. Il était probablement un proche parent de Pierre de Ferrières, peut-être son frère ou son oncle. Ce dernier est lui aussi professeur de droit civil à Toulouse, en 1288-1294. puis doyen du Puy en 1294. Conseiller de Charles II l’année suivante et vice-chancelier le 7 novembre 1295, il dirige la chancellerie au moins depuis avril 129625. Évêque de Lectoure en 1299, puis de Noyon en 1301, il obtient l’archevêché d’Arles en 1304. Il disparaît vers le début de l’année 130826. Jacques Duèze est assurément un proche de Pierre de chancelier vers 1294-1295.I. A. Trinci, « Il collegio cardinalizio di Celestino V », W. Capezzali dir., Celestino V e i suoi tempi : realtà spirituelle et realtà politico, L’Aquila, 1990, p. 19-34. S. Palraieri, La cancelleria del regno di Sicilia in età angioma, Naples, 2006, p. 168.

  • 27 M.-H. Jullien De Pommerol et J. Monfrin éd., Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté (...)
  • 28 Jacques Duèze le côtoie, il souscrit avec lui un arbitrage de Charles II le 12 avril 1298 :AD13, 1 (...)

10Ferrières, il lui succède comme doyen du Puy en 1300, puis comme chancelier, au moins depuis avril 1308, et il reçoit de lui des ouvrages de sa bibliothèque27. En revanche, on ne perçoit pas de relations étroites avec Guillaume Ebrardi, docteur en lois de Toulouse, clerc et familier de Charles II, et vice-chancelier entre 1301 et 1305, alors que ses origines quercynoises plaideraient en ce sens28.

  • 29 M. Hébert, « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et l’information administrative en (...)

11Enfin, ce sont les compétences professionnelles de Jacques Duèze qui ont indéniablement joué dans sa promotion. Il dispose du profil des conseillers de Charles II et de Robert, avec le grade de professeur de droit civil. Il dispose vraisemblablement de savoir-faire en matière de comptabilité, sans doute grâce à ses origines et à sa culture familiale. A Toulouse, il a déjà exercé comme trésorier de l’évêque. Pareil profil répond tout à fait aux évolutions administratives récentes, alors qu’achève de se mettre en place en Provence la Chambre des comptes, depuis l’ordonnance du 31 juillet 1297, avec ses rationaux, trésoriers, auditeurs et notaires29.

  • 30 AD13, 1G 1, fol. 50 et GCN, Avignon, n° 810. L’acte original est rédigé par un notaire de Périgueu (...)
  • 31 GCN, 1. Fréjus, Instr, col. 224-225.
  • 32 Saint-André, com. Montréal. Aude.
  • 33 Sur l’obtention de cette pension annuelle de 500 livres de petits tournois, on remarquera que Jacq (...)
  • 34 L Boniface VIII, n° 3437.

12Son statut de juriste auprès du prince commande sa carrière bénéficiale. Il reçoit à cette époque, grâce au soutien de Charles II, des gratifications, sous la forme de revenus bénéficiaux. Qualifié simplement de clerc jusqu’en 1298, ordonné prêtre avant janvier 1300, il a reçu un canonicat à Saint-Front de Périgueux, attesté le 12 avril 129830 mais on ne connaît ses autres bénéfices qu’à partir de la bulle de provision de janvier 130031. On sait alors qu’il avait obtenu aussi un canonicat à Albi, l’archiprêtré de Sarlat, une église paroissiale proche de Carcassonne32 ainsi qu’une rente de l’abbé de Cluny33. En outre, le 31 janvier 1300, il reçoit de Boniface VIII le décanat du Puy, après la désignation de Pierre de Ferrières au siège de Lectoure, et sur recommandation de Charles II34.

  • 35 AD 13, 1 H 183, n° 901 ; GCN, Avignon, n° 806.
  • 36 Bertrand Aimini, prévôt d’Avignon (1291-1304), n’est autre que le futur évêque d’Avignon (1304-131 (...)
  • 37 N. Valois, « Jacques Duèze, pape sous le nom de Jean XXII », Histoire littéraire de la France, 34, (...)
  • 38 Raymond Roux de Comps, chevalier, juge, puis viguier d’Aix jusqu’en 1299, juge mage entre 1281 et (...)
  • 39 AD13, Β 1087. La procédure se poursuit jusqu’en 1302 : GCN, Avignon, n° 809, 821-824.

13C’est ainsi dans l’administration royale que Jacques Duèze poursuit sa carrière. Attesté auprès de Charles II dès septembre 1297, il apparaît comme conseiller royal le 11 octobre, toujours avec sa titulature de professeur, ainsi que de clerc, familier et fidèle35. À ce titre, le 3 avril 1298, il assiste et remplace le chancelier Pierre de Ferrières, avec le prévôt d’Avignon Bertrand Aimini36 pour la collation des grades de l’école d’Avignon37. Le 8, il reçoit une commission royale avec le viguier d’Aix Raymond Roux de Comps38 pour enquêter sur les limites territoriales entre Arles et Tarascon d’un côté et les possessions des Baux d’Avellino de l’autre. La procédure avait été entamée par Guillaume de Ferrières, à l’époque où il était prévôt de Marseille39. Dans ces deux cas, il débute comme auxiliaire et continuateur des Ferrières. À cette époque, il réside surtout à Marseille et à Aix, à la suite de Charles II.

  • 40 AD13, Β 1368, fol. 72v et Β 1369, fol. 122/76. Le 12 septembre 1298, il paraît aussi aux côtés de (...)
  • 41 AD13, Β 262, fol.40bis et GCN, Avignon, n° 811.
  • 42 AD13, Β 1979, fol. 304, le 25 mai 1302, seule attestation à notre connaissance de son canonicat. L (...)
  • 43 AD13, B 1369, fol. 122/76. V.-L. Bourrilly et R. Busquet, La Provence au Moyen Âge. Histoire polit (...)
  • 44 AD13, Β 267, fol. 80.
  • 45 AD13, Β 424, le 9 mai 1304.

14En outre, il est l’un des premiers rationaux de la récente Chambre des comptes. Le 4 juin 1298, il est cité aux côtés du rational Pierre de Toulouse, et le 23 novembre il porte le titre de rational des comtés de Provence et de Forcalquier, en compagnie de l’évêque de Sisteron Pierre de Lamanon40. Le 9 juin, et jusqu’en juillet, il rédige des diplômes royaux comme lieutenant du chancelier41. Avant que l’office de rational ne soit confié au notaire de chancellerie Giovanni dell’Aqua di Ravello, on notera qu’il a été d’abord occupé par des ecclésiastiques. Pierre de Toulouse, chanoine de Saintes42 est un ancien auditeur des comptes, attesté en Provence à partir d’octobre 129743 et rational de 1298 jusqu’en décembre 130644 qualifié de clerc, familier et fidèle du roi45. Le noble Pierre de Lamanon (1304), prêcheur, est un fidèle de Charles II depuis sa captivité aragonaise. Il obtient l’évêché de Sisteron en 1292 et joue un rôle considérable dans les fondations royales et dynastiques de Saint-Maximin et de Notre-Dame de Nazareth. Il est attesté comme rational en 1298 seulement.

  • 46 Pour les diocèses provençaux, on repère ainsi les levées de décime de 1264-1267, de 1274-1282, 128 (...)
  • 47 Nous n’avons pu avoir accès à temps au travail inédit de Valérie Theis, Le gouvernement pontifical (...)

15Cela soulève la question des compétences comptables et gestionnaires des prélats et des chanoines en cette fin de XIIIe siècle : il semble que les comptes des chapitres et des évêchés aient connu un haut degré d’élaboration, sans doute face aux nécessités posées par la taxation qu’induit par la levée des décimes46. Valérie Theis s’est récemment penchée, à partir d’une documentation issue de l’évêché de Fréjus sur laquelle nous reviendrons, sur la genèse de méthodes comptables mises en œuvre ensuite à la Chambre apostolique sous Gasbert de Valle et son trésorier Adhémar Amiel47. Les diocèses provençaux semblent avoir disposé en cette fin de siècle de personnels et d’outils qui faisaient encore défaut aux organes centraux de l’Église romaine, qui recouraient encore aux services de marchands et de sociétés toscanes.

  • 48 Les limites apportées par le droit canon (Grégoire IX, Ne clerici, X. 3. 50) à l’immixtion des cle (...)

16Ainsi Jacques Duèze est-il attesté au conseil du roi Charles II dès octobre 1297, il y est qualifié de clerc, de familier et de professeur des deux droits. Il travaille auprès du chancelier Pierre de Ferrières qu’il lui arrive de remplacer. Il coopère avec l’évêque Pierre de Lamanon, dans les premiers temps de la Chambre des comptes, dans le second semestre 1298, et porte ponctuellement avec lui le titre de rational de Provence qu’arbore plus durablement un autre ecclésiastique, le chanoine de Saintes Pierre de Toulouse. Il se voit confier des commissions royales aux côtés de divers autres grands officiers. Devenu évêque, il continue à graviter dans l’entourage royal et succède à Pierre de Ferrières comme chancelier, vers avril 1308. Durant cette période, ont été déterminantes pour sa carrière les rencontres successives avec Pierre de La Chapelle, depuis Orléans jusqu’à Carcassonne puis Toulouse, avec Guillaume et Pierre de Ferrières, à Toulouse, puis en Provence pour le second, avec enfin Louis d’Anjou, qui l’introduit dans l’entourage royal. Son cursus est comparable à d’autres : favorisé par sa culture familiale, sa formation savante et ses compétences, avec son grade de docteur et professeur dans les deux droits, nourri de bénéfices ecclésiastiques d’abord modestes, destinés à lui assurer subsistance et statut, complété d’activités de consultation et de conseil auprès des puissants48.

  • 49 GCN, 1, Instr., n° 31, col. 225-228 ; L Boniface VIII, n° 5391, et 5426 pour le transfert de Bertr (...)
  • 50 II lègue alors ses Décrétales à son monastère, qui l’inscrit à son nécrologe et lui réserve un off (...)
  • 51 GCN, 1, col. 357-359. H. Espitalier, « Les évêques de Fréjus du ΧΙΙIe à la fin du XVIIIe siècle », (...)
  • 52 E. Albe, « Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy », Annales de Saint-Louis des (...)

17L’accession de Jacques Duèze à un siège épiscopal récompense donc avant tout un serviteur de l’État royal. L’épiscopat de Jacques Duèze à Fréjus prend place entre le 4 février 1300 et le 18 mars 131049. Ses origines quercynoises s’avèrent sans doute ici secondaires dans cette promotion. Depuis les publications d’Edmond Albe, on a pu les avancer comme élément déterminant de son élévation à Fréjus, siège occupé par Bertrand Comarque décédé le 19 décembre 129950. En fait, on connaît fort peu de choses sur ce dernier51. Ce bénédictin, issu du monastère de Villeneuve-lès-Avignon, prieur du Revest et évêque en 1280, a vraisemblablement gravité dans l’entourage du cardinal Bertrand de SaintMartin à ses débuts, ancien doyen du même monastère, et lui-même évêque de Fréjus (1248-1264) puis d’Avignon (1264-1266), archevêque d’Arles (1266-1273) et enfin cardinal (1277). Bertrand Comarque serait originaire du Quercy, et l’on constate que nombre de ses proches et parents bénéficient de la protection pontificale sous Jean XXII52.

  • 53 GCN, 1, n° 31, col. 225-228. Le 5 février 1300, présentation du résultat du suffrage à l’élu : GCN (...)

18Mais le chapitre de Fréjus, qui élit Jacques Duèze par voie de compromis, est-il alors dominé par un parti quercynois53 ? Cette élection est rien moins que simple, en vérité, et elle n’aboutit qu’après une vacance du siège d’un mois et demi. Le 3 février 1300, trois compromissaires sont désignés pour y procéder, l’archidiacre Boniface Dalmacii et les chanoines Audebert d’Esclapon et Jacques Gante/mi. C’est un échec, et l’archevêque d’Aix Rostaing de Noves (1283-1311) assigne alors une autre date pour une nouvelle élection. Le lendemain, en l’absence volontaire du prévôt, malgré la délégation des chanoines Alphant Raymundi et Guillaume Stephani envoyés auprès de lui, c’est l’archidiacre qui dirige la procédure. Trois compromissaires sont à nouveaux choisis, Alphant Raymundi, Guillaume Stephani et Rostaing Malisanguinis. L’élection peut ainsi avoir lieu et elle est ratifiée par le chapitre. Le 5 février, Guillaume Stephani et Rostaing Malisanguinis sont chargés d’en informer le nouvel élu. Il est probable qu’elle s’est soldée au détriment du prévôt et que la volonté royale s’est fait entendre à ses dépens.

  • 54 Pour les bénéfices majeurs, une première mesure générale apparaît indirectement à propos du diocès (...)
  • 55 GCN, 1, col. 353-355.
  • 56 LC Urbain IV, n° 516.
  • 57 En novembre 1265, il lui fait obtenir une dispense pontificale de résidence, alors qu’il était rec (...)
  • 58 Grimier Visconti, ancien official puis archidiacre d’Aix et vicaire général, est aussi le neveu de (...)
  • 59 LC Clément V. n° 809.
  • 60 II est chanoine de Lectoure (LC Clément V, n° 724, février 1306), de Fréjus (LC Clément V, n° 833, (...)
  • 61 L. Caillet, La papauté d’Avignon et l’Église de France : la politique bénéficiale du pape Jean XXI (...)

19Depuis le pontificat d’Innocent IV, le chapitre de Fréjus a connu déjà plusieurs interventions pontificales. Il est vrai que la jurisprudence depuis 1246 exclut toute élection qui ne serait pas approuvée par le pape ou son légat, dans la province d’Embrun tout d’abord, puis dans l’ensemble des trois provinces54. Le rôle du légat Zœn Tencarari sous Innocent IV, puis Alexandre IV, a été considérable, avant même la réserve générale de Licet ecclesiarum. Ainsi la prévôté de Fréjus est-elle occupée par Othon Fornari, attesté de 1244 à 1246, un cousin d’Innocent IV, puis par Guillaume Bardine (1253-1260), un chapelain pontifical devenu ensuite Mineur. Ainsi le siège épiscopal voit-il passer Bertrand de Saint-Martin (1248-1264), élu sous contrôle du pape, qui délègue à cette fin les évêques Foulque de Caille puis Henri de Suse55. En mars 1264, il est transféré au siège d’Avignon, à la suite d’un appel interjeté en cour de Rome par le chapitre, après une première élection contestée56. C’est lui qui favorise la carrière du prévôt de Fréjus Bertrand de Morzellis à ses débuts57. De même des réseaux de Visconti de Visconti, ancien archevêque d’Aix (1257-1273) et cardinal de Palestrina (1273-1276), qui sont aussi implantés à Fréjus : son neveu Bernard dit Cupalate, déjà chanoine d’Apt, est recommandé par l’archevêque Grimier Visconti (1273-1289) pour obtenir un canonicat à Fréjus en avril 127958. Enfin, ce diocèse est l’objet de grandes attentions de la part de la monarchie. Déjà, c’est du chapitre de Fréjus qu’est issu le principal collaborateur du comte Raymond Bérenger V, Romée de Villeneuve, tandis qu’un autre de ses conseillers. Gui de Solliès, est prévôt de la collégiale de Barjols entre 1228 et 1243. Puis le chapitre cathédral n’accueille-t-il pas aussi quelques protégés de la maison d’Anjou ? Gui de Méolans, chanoine attesté en 1306, est clerc et familier de Béatrice de Hongrie, l’épouse du dauphin Jean, et la petite-fille de Charles II59. Vital de Maynhauto, clerc et familier de Robert de Calabre, et également chapelain de Clément V, dispose, outre son canonicat, de plusieurs bénéfices60. Le prévôt de Barjols, Vassal de Saint-Georges (1299-1313), est conseiller de Charles II. Il est vrai que, dans la province d’Aix, le siège de Fréjus est celui qui est du meilleur rapport, après l’archidiocèse, et à égalité avec celui de Gap (fig. 12). Dans l’ensemble des trois provinces, y compris les diocèses du comté de Venaissin, il vient en sixième position61. Bien que dépourvu de grandes agglomérations, le diocèse est vaste, beaucoup plus peuplé que ceux de Gap ou d’Embrun, plus étendus mais très montagneux, et le domaine comtal y est fort bien implanté (fig. 11).

  • 62 LC Nicolas IV, n° 4244 (17 février 1291), entre autres.
  • 63 Th. Pécout, « Diplômes, diplomates et diplomatie : le registre du maître rational Jean de Revest, (...)
  • 64 LC Boniface VIII, n° 4868 (9 décembre 1302). Guillaume Agarini reçoit la prévôté de Guillaume de C (...)

20La situation de Jacques Duèze au sein de l’épiscopat des comtés de Provence et Forcalquier n’a rien alors d’exceptionnel. Les faveurs du prince pour ses conseillers et ses officiers ont également permis à nombre d’entre eux de coiffer la mitre. Pierre de Lamanon (1304) devient évêque de Sisteron en 1292 et Pierre de Ferrières, après un passage à Lectoure en 1301, archevêque d’Arles en 1304. Geoffroi de Lincel (t 1315), qui a débuté sa carrière comme chapelain du cardinal Visconti de Visconti, est canoniste, professeur, avocat royal, conseiller et familier depuis au moins 1289. Il obtient la même année le siège stratégique de Gap, dans les terres du Dauphin, mais sous le majus dominium du comte de Provence. En 1290-1291, il est d’ailleurs chargé de la levée de la décime dans les provinces de Tarentaise, d’Arles, d’Aix et d’Embrun62. D’autres ne parviennent cependant pas à l’épiscopat, mais cumulent les bénéfices en compensation. Ainsi de Guillaume Agarini, le premier procureur du roi en cour de Rome connu, entre 1296 et 1299, conseiller et familier, et dépêché au conclave de Pérouse entre mars et juillet 1294 pour représenter les intérêts de son maître63. Il est administrateur provisoire du diocèse de Grasse en 1298-1299, mais il échoue à l’élection épiscopale. Grâce à l’appui du roi, il reste cependant autorisé à recouvrer tous ses bénéfices antérieurs : le canonicat à Aix reçu en 1297, la prévôté d’Apt, la sacristie d’Aix attestée depuis octobre 1299. En décembre 1302, il échange ce dernier bénéfice contre la prévôté d’Aix64 et il disposait alors aussi d’une église de Roquebrune, d’un canonicat à Cavaillon. de l’église Sainte-Marie de Vallauris et d’un canonicat à Arras. Il est aussi chapelain de Clément V.

Fig. 11 : Le temporel de l’église cathédrale de Fréjus, fin XIIIe – fin XIVe s.

Fig. 12 : La décime de 1274-1279 dans le diocèse de Fréjus (ASV. Cam. Ap., Coll 15)

  • 65 RCA, 38, n° 742, p. 231 (c’est cependant sa seule initiale qui apparaît).
  • 66 Raymond de Morsellis, chanoine de Marseille (LC Clément V, n° 5993 ; GCN, Marseille, n° 385) reçoi (...)
  • 67 C’est sans doute lui qui apparaît derrière sa seule initiale en juillet 1292, à propos du subside (...)
  • 68 ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. 1 v-32v et Introitus et exitus 7, fol. 58-58v, dépos (...)
  • 69 François de Roquebrune a sans doute succédé au sacriste Bernard de Figanières, qui est collecteur (...)

21La structure du chapitre de Fréjus qui a porté Jacques Duèze à l’épiscopat est enfin fort significative. Il se compose alors de douze chanoines et du prévôt, seule dignité, des trois personnats (sacristie, précentorie, archidiaconat), et de neuf canonicats. Le prévôt est alors Bertrand de Morzellis, attesté entre 129265 et 1304, disparu sans doute en 1305. Il débute sa carrière en 1265 sous la protection de Bertrand de Saint-Martin. En février 1300, il a refusé de participer à l’élection épiscopale, faute sans doute d’y avoir les soutiens qu’il escomptait. Il est peut-être parent de Raymond de Morsellis, chanoine de Marseille en 130966. L’archidiacre est Boniface Dalmacii, signalé entre 1292 et 130367. C’est le maître d’œuvre de la procédure électorale de 1300. Mais, lorsqu’il se retrouve impliqué dans une sombre affaire de violence et de représailles contre des familiers et domestiques de l’évêque, ponctuée d’un assaut nocturne du palais épiscopal, le 13 novembre 1303, il subit comme principal inculpé un procès rigoureux, à l’issue duquel il est probablement évincé68. Le sacriste François de Roquebrune vient d’une famille locale, il disparaît sans doute vers 130269 et le précenteur est Guillaume Agarini, attesté depuis 1296, sans doute le principal relais de Charles II et soutien de Jacques Duèze au sein du chapitre.

  • 70 Le chanoine Audebert d’Esclapon, signalé entre 1300 et 1304, provient sans doute de la famille des (...)
  • 71 Alphant Raymundi est attesté comme chanoine entre 1299 et 1304. En novembre 1299, il est collecteu (...)
  • 72 Guillaume Stephani est originaire d’une famille de Lambesc, il a exercé comme juge de l’archevêque (...)
  • 73 Rostaing Malisanguinis est le neveu de Bertrand Malisanguinis. abbé de Montmajour (1298-1316) et i (...)
  • 74 À son décès survenu au début de juillet 1319, il cumulait ainsi un canonicat à Fréjus, un autre à (...)
  • 75 Le miles Michel de Cocharello est châtelain de Saint-Auban et familier du roi en janvier 1294 (RCA (...)
  • 76 Vassal de Saint-Georges est attesté comme prévôt en octobre 1299. date à laquelle il résigne le ca (...)
  • 77 BNF, ms lat. 9237, fol. 27 (19 octobre 1306). On lui connaît un procureur en août 1307, Doatus Alo (...)

22Parmi les chanoines, se distinguent les compromissaires successifs désignés par leurs collègues. Le premier groupe se compose de l’archidiacre, d’Audebert d’Esclapon et de Jacques Gantelmi70. Le second, d’Alphant Raymund71 de Guillaume Stephani72 et de Rostaing Malisanguinis73. Les autres chanoines sont beaucoup moins bien documentés, mais semblent appartenir à la noblesse locale : Raymond de Villeneuve, sans doute membre d’un rameau de cette puissante famille, Hugues Ricauvi, peut-être du lignage des seigneurs de Bargemon, dont on sait qu’il cumulait à sa mort de nombreux bénéfices74 et Montolieu Ricauvi, parent probable du précédent. Quant à Robert de Cocharel/o, il pourrait provenir d’une famille noble locale, proche de Charles II75. Bien qu’il n’ait pas voix au chapitre cathédral, on peut sans doute adjoindre aux partisans du nouvel évêque, Vassal de Saint-Georges (f 1313), prévôt de la collégiale de Barjols depuis 1299, professeur de droit civil et chapelain du cardinal Francesco Caetani, neveu de Boniface VIII, dont l’influence a sans doute aussi joué en faveur de Jacques Duèze76. Il est lui aussi conseiller et familier de Charles II, et reçoit en octobre 1306 une commission royale pour enquêter en Provence sur les oppressions et dommages subis du fait des officiers royaux77.

  • 78 LC Jean XXII, n° 8926 et 8960. Lors de son accession à l’épiscopat. sa prévôté de Fréjus est confi (...)
  • 79 LC Jean XXII, n° 5507, 7246-7247.
  • 80 LC Jean XXII, n° 8313-8315.
  • 81 C’est Noël Valois, « Jacques Duèze, pape sous le nom de Jean XXII », p. 397, n. 5, qui a attiré l’ (...)
  • 82 Arnaud de Via est attesté comme chanoine et précenteur de Fréjus à cette date : LC Jean XXII, n° 1 (...)

23L’arrivée de Jacques Duèze provoque de notables changements de rapports de force au sein du chapitre de Fréjus. Le nouvel évêque place en premier lieu sous son contrôle les dignité et personnats du chapitre. La prévôté est ainsi confiée en 1306 à Raymond Robaudi (f 1323), qui la conserve jusqu’en 1313. Officiai en 1295 puis archidiacre de Riez en 1304, il fait une belle carrière bénéficiale : évêque de Marseille le 1er janvier 1313, il devient archevêque d’Embrun en 131978. C’est aussi un homme de confiance de Robert d’Anjou : il est envoyé comme nonce en 1310 et 1311, au sujet du versement du cens dû par le roi de Naples à l’Église romaine79. En 1312, il est procureur d’Enguerrand Stella, élu de Capoue et chancelier du roi80. L’archidiaconé est tenue par les neveux de Jacques Duèze. entre 1304 et 131181. C’est aussi Jacques de Via qui reçoit la précentorie le 28 janvier 1304, jusqu’à ce que son frère Arnaud lui succède en 131682. Quant à la sacristie, on a vu qu’elle était aux mains de Guillaume Agarini.

  • 83 ASV, Cam. apost., Introitus et exilus 4, fol. 97 et 87v. Guillaume de Cadonio, est vicaire général (...)
  • 84 Lors des sentences prononcées à propos de Gap : AD 13, Β 412.
  • 85 En 1309, Raymond Fabri, alors clerc et familier du roi Robert, succède à Jacques Duèze à son canon (...)
  • 86 LC Clément V, n° 7408 et 7556 en 1311. LC Clément V, n° 6381, 9303.
  • 87 ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. I6v, mars 1304. Nous pensons qu’il s’agit de Barcelo (...)
  • 88 Ils sont attestés en novembre 1303, AS3V, Cam. apost.. Introitus et exitus 7, fol. 58. Hugues de B (...)
  • 89 LC App. Clément V. n° 10387, 10384, 10398.
  • 90 LC Clément V, n° 9647.
  • 91 LC Jean XXII, n° 18.
  • 92 V. Theis, « La réforme comptable de la Chambre apostolique et ses acteurs au début du XIVe siècle  (...)
  • 93 La première occurrence comme clavaire date du 16 janvier 1307 (ASV, Cam. apost., Introitus et exit (...)
  • 94 Avec ses notaires, il rédige une série de registres de comptabilité pour son évêque : Cam. apost., (...)
  • 95 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 235 (janvier 1308). ASV, Cam. apost.. Introitus et exitus 6, fol (...)
  • 96 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 225v (mars 1309). ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. (...)
  • 97 ASV, Instr. Mise. 290, alors attesté comme official de Cavaillon en novembre 1299 et collecteur de (...)
  • 98 LC Jean XXII, n° 6792. M. Aurell, les actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, 2004 (...)
  • 99 II est official en 1301, 1302, 1305, 1306 et 1307.
  • 100 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 209v, 212, 225v ; AD13, 1 H 206, n° 1022 (12 juin 1308) ; LC App (...)

24Jacques Duèze s’entoure en outre d’une familia composée de proches parents et de personnes de confiance recrutées sur place. Le miles Pierre de Via, son neveu, est baile et viguier de Fréjus entre 1301 et 1309. Il est assisté par des vice-bailes, Guillaume de Ponte en 1302, et Raynald de Ponte, de novembre 1301 à octobre 1302, qui est qualifié aussi à’administrator domus episcopi83. Raymond Fabri, socius de l’évêque et déjà à ses côtés en septembre 130084 est vicaire de Figanières85. Est-ce le même individu qui devient trésorier du pape en 1311, chapelain et chanoine de Sisteron en 131986. Jacques Gaufridi, médecin de Barcilonia, est socius lui aussi en 1303-130487. S’y adjoignent des familiers de la cour épiscopale, Hugues de Broveses, Raynald de LU mis et Jean Massacariusu88. Enfin, le chapitre de Barjols constitue aussi un gisement bénéficiai pour les proches de l’évêque. Jean de Trian, son neveu, y reçoit ainsi un canonicat : prieur de Lorgues en 1307 puis de Séranon en 130889 il devient prévôt de Barjols en septembre 1313, grâce à l’appui de son oncle devenu cardinal de Porto, avant qu’Arnaud de Via ne lui succède en 131690. Hugues de Collobrières, neveu du prévôt d’Aix Guillaume, est chanoine de Baqols, et en septembre 1316 on lui prête une « longue familiarias » avec le pape, lorsqu’il reçoit une expectative de canonicat à Fréjus91. Adhémar Amelii, dont la carrière a été retracée par Valérie Theis, est originaire de la région d’Albi92 Clavaire de l’évêque de Fréjus en 1307-1309, et peut-être dès 1305, il reçoit le priorat de Valmoissine le 2 juin 1313, outre plusieurs autres églises93. Trésorier du pape dans le Comté de Venaissin. il est le principal artisan de la constitution de la Chambre apostolique et de la mise en œuvre des outils de comptabilité, sous les ordres du camérier Gasbert de Valle. Déjà chanoine d’Albi en 1316, il devient évêque de Marseille en 1323, et disparaît en 133394. Enfin, les juges de l’évêque, qu’il s’agisse de l’official ou du juge temporel, sont des hommes de confiance qui vont connaître une belle ascension bénéficiai sous le pontificat de leur protecteur : Galhard Saumate (t 1323), vicaire général en janvier 1308, est official entre 1307 et 130995 il obtient successivement les sièges de Riez et de Maguelonne en 1317 et l’archevêché d’Arles l’année suivante ; Bertrand du Pouget exerce à son tour en 1309 à cet office, il devient cardinal prêtre en décembre 131696. Quant à Armand de Vernone (t 1324), juge épiscopal dès mars 1300 et officiai en juillet 1301, cet ancien juge des appels de la cour temporelle de Cavaillon est qualifié de familier du pape en 1316, lors de l’obtention d’une expectative de canonicat à Viviers97 où il est archidiacre avant d’être pourvu de l’évêché de Digne en juillet 131898. Il est transféré à Nîmes où il décède en 1324. Ne semble avoir eu de carrière limitée au seul diocèse de Fréjus que Guillaume de Cadonio, chanoine, juge temporel de l’évêque en novembre et décembre 1301, mais aussi official à plusieurs reprises entre 1301 et 130799 et vicaire général en 1308 et 1309100.

  • 101 Sans compter le siège d’Avignon confié à Jacques de Via : Pierre Gantelmi occupe le siège de Riez (...)

25Le chapitre de Fréjus, tout comme l’entourage de l’évêque et sa familia, connaissent un profond renouvellement. Cela concerne deux groupes d’individus : ceux que Jacques emmène avec lui, sa famille essentiellement, et ceux qu’il a connus en Provence, plus récemment, et qui procèdent aussi de milieux locaux. Jacques Duèze crée donc à Fréjus un groupe de serviteurs dévoués et d’origines diverses. Il génère avec eux des liens nouveaux, dont la parenté n’est qu’un élément parmi d’autres, tant la familiaritas et la faveur bénéficiale, qui la récompense et l’entretient, y jouent le rôle principal. La protection du prince et la bienveillance du pape Clément V, permettent à Jacques Duèze de disposer pour sa familia de très nombreux bénéfices dans son diocèse. La carrière cardinalice, puis l’accession au pontificat du Cahorsin donnent un nouvel élan à celles de ses protégés, et le diocèse de Fréjus tend à devenir la matrice de l’Église de Provence : au début du pontificat de Jean XXII, cinq évêques et trois cardinaux sont issus de ce milieu privilégié101.

26Pour Jacques Duèze, le gouvernement du diocèse de Fréjus doit se conduire de front avec sa participation aux affaires du prince, dont il ne cesse d’être un proche collaborateur, avant même son accession à la chancellerie. Et il lui faut tout d’abord mener des activités pour lesquelles il n’a aucune expérience : le soin des âmes. Jusqu’ici, aucun de ses bénéfices ecclésiastiques n’a nécessité la moindre résidence. Il est probable qu’il n’a jamais mis les pieds à Sarlat et que son église paroissiale du diocèse de Carcassonne ne l’a guère préoccupé. Seule l’expérience acquise en ce dernier lieu puis à Toulouse a pu l’aider, et encore s’agit-il de celle d’un juge et non d’un pasteur.

  • 102 Elle est intégrée au Liber Institutionum ecclesie Forojuliensis, un recueil postérieur à son épisc (...)
  • 103 R. Boyer, « Statuts synodaux de Fréjus au XIVe siècle », Bulletin philologique et historique du Co (...)
  • 104 ASV, Instr. Misc. 5270, qui juxtapose dépenses dues aux visites des églises du diocèse, reconnaiss (...)
  • 105 ASV, Instr. Mise. 5270, fol. 4v et 6v (Jean Cabassole), 5 (Pierre de Ferrières), 6 (le prieur), 6v (...)
  • 106 Processus canonizationis et legendœ varice sancti Ludovici, p. 116 pour le prieur, p. 20 pour l’ar (...)
  • 107 L’évêque de Fréjus y dispose d’ailleurs d’une résidence, attestée en 1304 : AD13, 2 G, n° 416bis.
  • 108 Il est dit « cardinal de Naples ».

27Au demeurant, son activité pastorale n’a pas laissé beaucoup de traces. L’ordonnance liturgique qu’il promulgue le 2 mai 1308 est tardive, et ne concerne que les solennités de la cathédrale102. On ne lui connaît pas de nouveaux statuts synodaux, et aucun ne nous est parvenu pour ce diocèse entre 1266 et 1336103. C’est sa visite pastorale de 1306 qui est la mieux connue, grâce à un compte de dépenses104. Et cette visite n’est qu’en partie celle du pasteur. L’évêque effectue en fait un voyage qui le mène à l’extérieur de son diocèse, jusqu’à Marseille, où il demeure du 28 octobre au 11 novembre, dînant successivement avec Jean Cabassole, le juge mage de Provence, le 29 octobre et le 6 novembre, Pierre de Ferrières, le chancelier, le 1er novembre, puis avec le prieur des Prêcheurs de la ville, Aymeric de Nanis, le 5, et l’archidiacre de Marseille, Jean Blanchi, à moins que cela ne soit celui d’Aix, Guillaume Ebrardi105. Ce sont là de hautes personnalités de l’administration angevine, à l’exception du prieur, et qui toutes déposent, à partir de février 1307, au procès de canonisation de Louis d’Anjou106. Le passage de Jacques Duèze à Aix, au retour, a sans doute aussi revêtu un caratère politique107. Pendant ses déplacements, grâce à ses nonces, il reste en contact avec Jacques Ardoyni, le procureur fiscal du roi, qui œuvre à la Chambre des comptes d’Aix, le chancelier Pierre de Ferrières, et un cardinal non identifié108.

  • 109 L’affaire serait donc différente dans sa forme de celle qui touche l’évêque d’Avignon Bertrand Aim (...)
  • 110 LC App. Clément V, n° 10387.
  • 111 GCN, 1, Instr., n° 32.
  • 112 Registre angevin 77, disparu, cité par L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile,(...)
  • 113 AD13, 1 H 198, n° 981, 11 septembre 1306. Charles Il invite les officiers royaux de la viguerie de (...)
  • 114 II est cité aux côtés de Bertrand et Jean Badati et de Raymond Robaudi.
  • 115 AD13, 1 H 202, n° 1003-1005.

28Aussi ténue soit son activité de pasteur, c’est pourtant dans sa fonction d’administrateur et de pacificateur de son diocèse que Jacques Duèze a suscité les plus violentes hostilités. Le suggère une tentative d’attentat contre sa personne, survenue sans doute vers 1305-1306, celle de son viguier Pierre de Via et celle de ses familiers, ce qui ressemble à un guet-apens en rase campagne109. Mais l’on dispose à ce propos de quelques rares jalons. En novembre 1307, une procédure de l’official de Fréjus Galhard de Saumate touche un certain Bertrand Ricardi, prêtre de Roquebrune110. Le 30 septembre 1308, le roi s’adresse au sénéchal, au sujet des prisonniers conjurés contre Jacques Duèze111. Le 12 février 1309, le sénéchal reçoit du roi l’ordre de maintenir en prison les complices d’un certain Bertrand de Aguleriis112. Les localités évoqués sont concernées par un conflit durable qui oppose depuis 1304 au moins le prieur de Sainte-Marie de Palayson, le moine Adhémar de Grignan, à la communauté, au commandeur des Hospitaliers de Comps et aux coseigneurs de Roquebrune, au sujet du partage des droits seigneuriaux, tasques, bans et autres113. On sait en outre que l’un des conjurés, Bertrand de Aguleriis, est un parerius de Palayson114. Jacques Duèze, aux côtés du jurisperitus Geoffroi de Forti, saisis par Pierre de Ferrières, a rendu le 18 novembre 1304 une sentence arbitrale plutôt favorable au prieur du lieu, dépendance de Saint-Victor de Marseille115. Elle est confirmée par le sénéchal de Provence, qui en informe les officiers de la cour de Draguignan et le baile de Palayson le 2 décembre 1304. L’accord est en outre confirmé par le roi le 17 octobre 1307. Il s’agirait donc de représailles d’un parti mécontent de la sentence rendue par l’évêque en faveur des moines victorins, ce qui différencie encore cette affaire de l’attentat avignonnais, qui met en jeu des rivalités de pouvoir au sein du chapitre.

  • 116 AD13,B 1087 (32 folios). Le 8 avril 1298, le roi commet Raymond Roux, viguier d’Aix, et Jacques Du (...)
  • 117 AD13,B412,B 1373, fol. 24-27v et B 1097. Charles 11 confirme la décision le 4 novembre 1300, B 137 (...)
  • 118 AD13, B 1373, fol. 31 v-32.
  • 119 AD13, B 434. Voir aussi la lettre de commission de Philippe IV à l’évêque de Nevers, du 31 août 13 (...)
  • 120 AD13, B 434, B 432 et GCN, Orange, n° 236.

29C’est du reste en professionnel du droit que Jacques Duèze apparaît dans notre documentation. Plusieurs consultations et arbitrages ponctuent son épiscopat, dont la plupart demeurent inabouties, faute de temps. En premier lieu, il doit poursuivre une procédure engagée en 1298 et portant sur les limites des terres de Bertrand de Baux, comte d’Avellino, contestées par les communautés de Tarascon et d’Arles. L’affaire s’étale du 8 avril 1298 au 2 mai 1302, et Jacques Duèze doit finalement l’abandonner à son collègue116. C’est qu’entretemps, il a dû s’attacher aux conflits de juridiction pendants entre son collègue Geoffroi de Lincel, évêque de Gap, et le dauphin Jean, une affaire délicate et éminemment politique. À Sisteron, le 5 septembre 1300, il prononce ainsi, à propos du territoire de Montalquier. une sentence arbitrale avec l’archevêque d’Embrun Guillaume de Mandagout117. Dans le prolongement de cette action, les pouvoirs seigneuriaux de l’évêque de Gap sont aussi l’objet d’un règlement du sénéchal, auquel assiste Jacques Duèze alors chancelier, les 15 novembre et 15 décembre 1309 à Aix118. Ensuite, le roi soumet à l’évêque de Fréjus le problème des limites occidentales de la Provence, le long d’un Rhône divaguant entre ses iscles mouvantes. Le 30 novembre 1307, Charles II commet Jacques Duèze, tandis que le roi de France Philippe IV avait pour sa part désigné Jean de Savigny, évêque de Nevers (1295-1314), et les deux commissaires présentent leurs lettres respectives le 9 décembre à Beaucaire119. Mais le 23 avril 1308, Charles II délègue l’évêque d’Orange Guillaume, afin de remplacer celui de Fréjus désormais retenu par sa charge de chancelier, et sur le point de partir dans le Regno120.

  • 121 AD13, Β 424, et copies Β 2, fol. 296-298 (c. 1332), AM Lorgues, CC2 ; analyse d’É. Barbier, L’abba (...)
  • 122 AD13, Β 426. La communauté de Lorgues a délégué deux syndics le 3 décembre 1304, et le monastère d (...)
  • 123 AD13, 1 H 198, n° 983. Guillaume, moine de Saint-Victor et prieur de Sainte-Marie du Luc, Guillaum (...)

30Les affaires concernant le seul diocèse de Fréjus sont relativement rares. Le procureur fiscal Jacques Ardoyni conclut un accord avec l’abbé du Thoronet à propos des juridictions exercées par les moines sur Lorgues, le 6 avril 1304, auquel Jacques Duèze n’assiste pas121. En revanche, il est saisi pour arbitrer à propos des fouages, le 8 novembre suivant122. En juin 1306. le voici prononçant une sentence arbitrale à propos de la dîme du Luc, conflit pendant depuis juin123.

  • 124 AD13, Β 265, fol. 175v et GCN, Arles, n° 1427.
  • 125 AD13, 1 H 201. n° 997 (vidimus de 1370), et GCN, Avignon, n° 833.
  • 126 AD13, Β 437.
  • 127 G. Giordanengo, « Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence (1246-1343) », L’État angevin (...)
  • 128 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 42-71 : compte du 29 septembre 1308 au 1er mai 1309. Ainsi de Pi (...)
  • 129 AM Marseille, AA 72, n° 3.

31Jacques Duèze est avant tout un homme politique. Dès avant son accession à l’oflice de chancelier, il gravite dans les milieux dirigeant la Provence angevine. Il entretient sans doute une correspondance beaucoup plus nourrie que les rares témoins qui sont parvenus jusqu’à nous : le 26 décembre 1306, Pierre de Ferrières s’adresse à lui pour les negociis de Lombardie et les affaires du Piémont124 puis le 6 juin 1307, à propos du subside destiné à l’acquisition du Montferrat, et demandé par le roi à tous les prélats125. Sa fonction de chancelier est attestée à partir du 22 mars 1308126. Cependant, son activité à cet office et comme conseiller royal paraît beaucoup plus limitée que celle de Pierre de Ferrières. On ne peut lui attribuer la rédaction d’aucun statut ou ordonnance127. Dans le cadre de ses fonctions, il effectue un court et unique séjour à la cour de Naples. Lors de son voyage napolitain, sa suite comporte d’ailleurs un certain nombre de serviteurs issus de son entourage fréjussien128. A la fin du mois d’avril 1308, il est en partance. Il est rentré au plus tard le 18 juillet 1309, date à laquelle il paraît à Marseille aux côtés du roi Robert129. Le 3 août, il assiste sans doute à son sacre à Avignon, et s’y trouve quoi qu’il en soit le 26.

32Fort complexe en vérité que l’évêque de Provence vers 1300, bien plus encore que ce qui fonde son office pastoral dans le droit canonique : ordre, enseignement, juridiction et correction. Autant d’aspects de son pouvoir qui, du reste, ont subi de profondes recompositions au XIIIe siècle. La fonction épiscopale, l’ordinaire, tend à se réduire à ses seuls aspects juridictionnels. En Provence, il n’y a pas contradiction entre la fidélité à un prince vassal du pape, et à ce dernier, surtout sous les pontificats de Célestin V et Boniface VIII. Et c’est donc au sein de l’édifice monarchique que l’évêque retrouve un certain équilibre entre ce qu’il est, un savant technicien du droit pour l’Église et pour le prince ; ce qu’il doit être, un pasteur, aussi bien en tant qu’évêque, que comme inspirateur d’une législation visant à corriger le peuple chrétien ; et ce qu’il voudrait rester, un puissant dans l’Église et le siècle. Aussi pour un bon tiers de l’épiscopat, au tournant du XIVe siècle, l’officium episcopi est-il l’aboutissement d’une carrière bénéficiale, entamée parce qu’il s’agit de trouver des ressources dignes et régulières aux spécialistes du droit que le prince recrute, et qui peut quelquefois prendre un essor considérable, sous la protection du souverain angevin auquel le pape prête toujours une oreille attentive. Si les premiers cardinaux de Provence, tels Henri de Suse, Visconti de Visconti, Bertrand de Saint-Martin ou Bernard de Languissel, sont avant tout de grands prélats dont la fidélité à la papauté se trouve récompensée, la génération suivante, avec Guillaume de Ferrières, puis Jacques Duèze, et peut-être aussi Pierre de Ferrières s’il avait vécu, est surtout constituée de grands dignitaires de l’administration angevine, à l’exception d’Arnaud de Faugières. C’est là le premier ressort de l’ascension de Jacques Duèze. Et le second sera tout simplement son exceptionnelle longévité.

Fig. 13 : le sceau de Jacques Duèze, évêque de Fréjus. navette de cire rouge et cordelette de chanvre. 49 x 26,7 mm. Le sceau combine deux représentations attestées dans les sceaux épiscopaux depuis le début du siècle précédent, Γ évêque bénissant et la Vierge Église à Γ enfant Jésus : a-S(igillum) Jacobi Dei gratia/epi(scopus) Forojuliensis ; premier registre : évêque mitré, revêtu de l’aube et de la chasuble, tenant une crosse à droite et bénissant à gauche, sur champ de clayonnage losangé et surmonté de trois arceaux ; deuxième registre : Vierge couronnée en majesté surmontée d’un croissant de lune à gauche et d’une étoile à droite, à l’enfant sur son genou gauche, siégeant devant un autel portant deux candélabres, et devant le sanctuaire d’une église de style gothique figurée par deux colonnes munies de chapiteaux et portant un arc flanqué de deux pinacles fleurdelisés et une toiture à trois clochetons (AD13, Β 412, 5 septembre 1300). b-contre-sceau, + S(anctus) Raphael + archangeles ; un ange nimbé, debout, aux ailes déployées, tenant un phylactère, encadré au sol par deux rinceaux, cl. A. Lassus. © AD13

Notes

1 Son oncle Pierre, érudit ami de Peiresc, le précède au canonicat de Fréjus jusqu’en 1668. Joseph Antelmy, né en 1648 dans une famille d’avocats originaire de Trigance, est chanoine de Fréjus jusqu’en 1682, officiai en 1674, après des études à Lyon et à Paris. Il est l’auteur vers 1671-1676 d’une Description historique du diocèse de Fréjus complétée par le curé Girardin au XVIIIe siècle et éditée par J. B. Disdier en 1872 ; et d’un De initiis ecclesiœ Forojuliensis dissertatio historica, chronologica, critica profano-sacra, Aix, 1680, seul ouvrage paru de son vivant. Il s’agit des deux premiers volumes d’une vaste histoire du diocèse qu’il projetait. Il reste, après 1682 et jusqu’en 1690, prieur de Saint-Tropez et de Grimaud. Chargé d’une mission de conciliation à Pamiers, il y devient vicaire général et official. Il rentre en Provence en 1697 et y meurt le 20 juin. À sa suite, son frère Charles-Léonce Antelmy est chanoine à partir de 1682, prévôt de Fréjus en 1702, puis évêque de Grasse en 1726. J. Antelmy, Description du diocèse de Fréjus [manuscrit de 1676], J.-B. Disdier éd. 1872, trad. C. Maignant, Annales du Sud-Est varois, 18, 1995. J. Antelmy. De initiis ecclesiœ Forojuliensis, Aix-en-Provence. 1680. J. Girardin, Histoire de la ville et de l’Église de Fréjus, Paris, 1729. H. Espitalier, « Les évêques de Fréjus du XIIIe à la fin du XVIIIe siècle », Bulletin de la société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan, 20, 1894-1895, p. 321-450 ; et du même, « Les prévôts du chapitre de Fréjus », Bulletin de la société d’études de Draguignan et du Var, 25, 1904-1905, p. 75-96.

2 E. Albe, « Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy », Annales de SaintLouis des Français, 6, 1901-1902, p. 341-396, et 7, 1902-1903, p. 91-135, 141-234, 287-336 et 441-491 ; idem, « Prélats originaires du Quercy. Diocèses de France », Annales de Saint-Louis des Français, 9, 1904-1905, p. 221-245 et 10, 1905-1906, p. 139-211. R. Berenguier, « Un évêque de Fréjus devenu pape », Bulletin de la société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan et du Var, n. s. 34, 1989-1990, p. 35-42.

3 L’importance de ce corpus pour l’histoire du diocèse de Fréjus a été révélée par les travaux de H. Bresc, « Justice et société à Fayence et dans le ressort de l’évêque de Fréjus en 1300-1301 », Annales du Sud-Est varois, 8, 1983, p. 7-26 ; idem, « L’espace du castrum médiéval dans le domaine de l’évêque de Fréjus », Le Village, Actes des Journées d’histoire régionale, MouansSartoux, mars 1984, Mouans-Sartoux, 1985, p. 101-117.

4 Gallia Christiana novissima [abrégé désormais en GCN], Avignon, col. 273-287 et GCN, 1, col. 224-228, qui fournissent l’essentiel des pièces évoquant Jacques Duèze avant son cardinalat.

5 R. Busquet, « Les origines de la cour des comptes de Provence », Provincia, 2, 1922, p. 148-159 ; V.-L. Bourrilly et R. Busquet, La Provence au Moyen Age. Histoire politique, l’Église, les institutions, Marseille, 1924, p. 301. C’est lui, à la suite de Noël Valois, qui a repéré le clerc Jacques Duèze parmi les premiers rationaux de Provence en 1298.

6 Aucune des sept vitœ médiévales du pape ne consacre plus de quelques lignes à la carrière antérieure de Jacques Duèze et la plupart la passent sous silence : E. Baluze, Vitœ paparum Avenionensium, hoc est historia pontificum romanorum qui in Gallia sederunt ah anno Christi MCCCV usque ad annum MCCCXIV, G. Mollat éd., 1, Paris, 1916, p. 107-194, et 2, 1927 pour les notes. La meilleure présentation reste celle proposée par N. Valois, « Jacques Duèze, pape sous le nom de Jean XXII », Histoire littéraire de la France, 34, Paris, 1915, p. 391-630. Le travail de J. Weakland, « John XXII before his pontificate, 1244-1316 : Jacques Duèse and his family », Archivum histories pontificœ, 10, 1972, p. 161-185, n’apporte rien de plus.

7 Mais cette relation peut tout aussi bien se placer à Orléans, comme le suggère Ε. M. Meijers, « La première époque de l’enseignement du droit à l’université de Toulouse (1280-1330) », R. Feenstra, H. F. W. D. Fischer éd., Études d’histoire du droit, 3, Le droit romain au Moyen Age, Leyde, 1959, p. 167-208, et ici p. 194. Sur le cardinal : E. Albe, Le cardinal de Montfavès de CastelnauMontratier, Cahors, 1904.

8 Parmi de très nombreux travaux sur ce professeur : K. Bezemer, « Jacques de Revigny (d. 1296) and his ratio motiva. A view on law making and legislation that turned into its opposite », L. Waelkens dir., Aspecten van het Middeleeuwse Romeinse Recht, Bruxelles, 2008, p. 67-79 ; idem, « L’enseignement du droit à Orléans avant 1306 », M. Pertue dir., L’Université d’Orléans, 1306-2006 : Regards croisés sur une histoire singulière. Actes du Colloque d’Orléans 10 octobre 2006, Orléans, 2008, p. 19-24.

9 Ch. Vulliez, Des écoles de IOrléanais à l’université d’Orléans, Xe – début XIVe s., thèse d’Etat, Université de Paris X, 1994, n° 64, p. 1383-1385, et n° 110, p. 1417-1419.

10 É. Baluze, Vitae, 2, p. 106-111. Pierre de La Chapelle de Taillefer, est issu d’une famille de milites limousins. D’abord prévôt d’Eymoutiers, au diocèse de Limoges, professeur de droit civil à Orléans en 1290, il enseigne peut-être alors à Bertrand de Got. Chanoine de Paris, il obtient l’épiscopat de Carcassonne le 15 mai 1291, avant d’être transféré à Toulouse le 25 octobre 1298 par Boniface VIII. Cardinal prêtre du titre de Sant Apollinare le 15 décembre 1305, il devient cardinal de Préneste en décembre 1306. Il est mort le 16 mai 1312. Une remise à jour de sa carrière est en cours d’élaboration, dans le cadre d’un volume sur le diocèse de Carcassonne, pour la collection des Fasti Ecclesiœ gallicanœ, par Janine Mathieu, que je remercie pour ses indications. F. Sœtermeer, s. v. « La Chapelle, Pierre de », P. Arabeyre, J.-L. Halpérin, J. Krynen, Dictionnaire historique des juristes français, XIIe-XXe siècle, Paris, 2007, p. 448.

11 H. Gilles, « Les moines juristes », Cahiers de Fanjeaux, 29, L’Église et le droit dans la Midi (XIIIe-XIVe s.), Toulouse, 1994, p. 84.

12 Ε. M. Meijers, « La première époque de l’enseignement du droit », p. 174-175. L’expression est contestée par Henri Gilles, « L’enseignement du droit en Languedoc au XIIIe siècle », Cahiers de Fanjeaux, 5, Les Universités du Languedoc au XIII siècle, Toulouse, 1970, p. 204-229.

13 Second testament de Robert d’Uzès (1296), OFP, passé à Carcassonne, au couvent des Prêcheurs, le 28 juillet 1293, aux lendemains de sa profession de foi lors du chapitre provincial : Archives des ducs d’Uzès, château d’Uzès (Gard), 265 AP 56 (caissette 8, testaments et codicilles) GCN, Avignon, n° 804, col. 273 (extrait) ; S. d’Huart, Lechartrierd’Uzès, inventaire, Paris, 1968, p. 57 et éd. P. Amargier, « Robert d’Uzès revisité », Cahiers de Fanjeaux, 27, Fin du monde et signes des Temps (fin XIIPdébut XVe s.), Toulouse, 1992, p. 45-47 : « in presencia et testimonio [...] Jachobi Dueza officialis Carcassone ». P. Amargier, La parole rêvée. Essai sur la vie et l’œuvre de Robert d’Uzès O.P. (1263-1296), Aix-en-Provence, 1982, p. 19, qui fait à tort de Jacques Duèze un archidiacre de Carcassonne. J. Bignami-Odier, « Les visions de Robert d’Uzès O. P. (t 1296) », Archivum fratrumpraedicatorum, 25, 1955, p. 262.

14 On peut mentionner aussi Arnaud Nouvel (t 1317), oncle de Benoît XII, professeur dans les deux droits à Toulouse, puis official dans les années 1270, qui devient ensuite cistercien, vicechancelier de l’Église romaine et cardinal en 1310.

15 II figure en seconde position parmi les prélats, avec le chancelier et le sénéchal. Processus canonizationis et legendœ varice sancti Ludovici O. F. M. episcopi Tolosani, Analecta franciscana..., 7, Quaracchi-Florence, 1951, p. 454.

16 Processus canonizationis et legendœ variœ sancti Ludovici, témoin n° 10, p. 75-77.

17 E. Pasztor, Per la storia di san Ludovico d’Angió (1274-1297), Rome, 1955. J. Paul, « Saint Louis d’Anjou, franciscain et évêque de Toulouse (1274-1297) », Cahiers de Fanjeaux, 7, Les évêques, les clercs et le roi (1250-1300), Toulouse, 1972, p. 59-90. B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société, Paris, 1962, p. 121-122, reprend pourtant encore ce lieu commun.

18 V. Verlaque, Saint Louis, prince royal, évêque de Toulouse, et la famille d’Anjou au XIIIe s., d’après des documents inédits, Paris, 1885, p. 34-36, l’avait déjà réfuté. De même, E. Baluze, Vitœ, 2, p. 180, n. 4, où Guillaume Mollat assimile magister à conseiller, et non à précepteur.

19 Avec des commentaires des Institutes, H. Gilles, « le traité de la coutume de Guillaume de Ferrières », H. Gilles, Université de Toulouse et enseignement du droit, XIIIe-XVIe s., Paris, 1992, p. 127-138.

20 Sur sa prévôté, qu’il conserve après sa nomination comme cardinal : GCN, Marseille, col. 771-777. Lorsqu’il est pourvu de la prévôté et d’un canonicat à Marseille, juste après la nomination d’Hugues de Mataplana au siège de Saragosse le 14 mai 1289, il n’est encore que simple clerc tonsuré, et doit obtenir une dispense pontificale pour percevoir les fruits de ses bénéfices, en s’engageant à se faire ordonner prêtre d’ici une année (11 août 1291, GCN, Marseille, n° 1272). Il porte le titre de conseiller et familier du roi depuis 1290 au moins, ainsi que ponctuellement celui de clerc du roi, et de chapelain du pape Nicolas IV. Il accomplit en Provence de nombreuses missions : en août 1290, il est chargé d’enquêter sur le droit de percevoir à Albaron cinq sous sur le sel qui transite sur le Rhône, ainsi que sur un nemus tenu en fief mais disputé par le roi de France (R. Filangieri et al., I registri della cancelleria angioina ricostruiti, Naples, 1950 sqq. [abrégé RCA], 32, n° 545, p. 245). Le même mois, il reçoit une commission royale pour enquêter au sujet des aliénations et des usurpations des droits royaux et réintégrer ces possessions, en négociant et concluant les conventions nécessaires, en compagnie de Jean de Vemarcio, le trésorier, et de Jean de Triscastris, le chambellan (RCA, 32, n° 546, p. 246 ; n° 555, p. 252 ; n° 38, p. 277 ; n° 40, p. 278, au sujet du financement de ses dépenses). Le 24 novembre 1290, il est commis par le roi au sujet des biens situés à Nans, saisis à la suite d’un achat opéré par Saint-Victor de Marseille, et fait procéder à une enquête par le notaire de la cour de Brignoles (AD 13, Β 1077, 10 folios ; GCN, Marseille, n 1269) ; le 25 novembre, c’est afin d’enquêter sur les biens de mainmorte, suite à l’ordonnance royale d’avril 1289, qu’il saisit le baile de Barcelonnette (AD13, Β 1078, 53 folios ; GCN, Marseille, n° 1270). Il bénéficie pour ses services des largesses du prince : Charles II lui concède 100 livres coronats annuelles de rente viagère sur la gabelle de Berre, le 30 avril 1292 (RCA, 38, n° 557, p. 149 et RCA, 41, n° 132, p. 55), ainsi qu’une pension de 100 autres livres sur les cavalcades des castra des Mées et de Colmars, dans la baillie de Digne, le 18 novembre 1293 (RCA, 45, n° 48, p. 159). En outre, le roi accorde des exemptions fiscales pour les biens du chapitre de Marseille, en considération pour son prévôt : le 28 avril 1292, il concède au castrum d’Allauch l’immunité pour les focagia (GCN, Marseille, n° 1274 ; RCA, 44, n° 555, p. 748), et le 30 août 1292, il libère le chapitre du subside dû pour la guerre de Sicile (RCA, 40, n° 121, p. 151). Il incite les récalcitrants à respecter l’autorité et les droits du chapitre, tel Hugues de Baux, fils de Bertrand, qui rechignait à rendre hommage pour le castrum de Gémenos, 1er mai 1292 (RCA, 38, n° 609, p. 172). Le roi confirme en outre à la prévôté ses droits sur la ville haute de Marseille, qu’usurpaient les officiers royaux, le 19 février 1294 (GCN, Marseille, n° 1275). Guillaume de Ferrières est encore attesté jusqu’en juillet 1294 dans les registres angevins (RCA, 49, n° 99, p. 59 ; RCA, 49, n° 181, p. 101 ; RCA, 47, n° 580, p. 207 ; RCA, 47, n° 722, p. 248).

21 Le 8 mars il est encore à Arles (GCN, Marseille, n° 1276), et le 27 juillet il est de retour à Aix.

22 Parmi les nominations du 18 septembre 1294, la quasi totalité des promus est proche du roi angevin. Le cardinal Latino Malabranca (OFP), neveu de Nicolas III, doyen du Sacré Collège est rallié par Charles II, mais il décède dès août 1294. Guglielmo Longhi (1319), créé cardinal diacre par Célestin IV le 18 septembre à l’instigation de Charles II, devient quant à lui son

23 GCN, Marseille, n° 1276. Jean de Vemarcio ou Vemancio est prévôt de Forcalquier de 1290 à 1296, date de sa mort, trésorier du royaume de Sicile, et de Provence depuis 1289 au moins ; il est conseiller et familier de Charles 11.

24 Guillaume de Ferrières est peut-être issu d’une famille toulousaine, et il a reçu sa formation juridique à Orléans, selon E. Meijers, « La première époque de l’enseignement du droit », ce à quoi s’oppose Henri Gilles qui propose l’hypothèse de Bologne. Guillaume professe à Toulouse en 1284-1289, et il dispose dès cette époque d’une longue expérience professionnelle et savante. On conserve son traité sur la coutume, leçon extraordinaire de 1285-1286 sur les Institutes, ainsi que des consultations juridiques, et de nombreux traités et gloses. C’est le premier docteur toulousain dont une partie de l’œuvre nous soit parvenue. Il est spécialiste du droit municipal, des relations entre justice royale et justice seigneuriale, des questions fiscales et de la procédure. C’est la protection de Charles II qui lui vaut ses bénéfices : la prévôté de Marseille en 1289, que Jacques Gantelmi, déjà chanoine de Marseille, obtient à sa mort. Y. Dossat, « L’Université de Toulouse, Raymond VII, les Capitouls et le roi », Cahiers de Fanjeaux, 5, Les Universités du Languedoc au XIIIe siècle, Toulouse, 1970, p. 75-76 ; L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile sous Charles Ier et Charles II d’Anjou, Paris 1891, p. 240. G. Giordanengo, s. v. « Ferrières, Guillaume de », P. Arabeyre, J.-L. Halpérin, Krynen J., Dictionnaire historique des juristes français, ΧΙIe XXe siècle, Paris, 2007, p. 327.

25 Toutefois, l’époque voit la charge de chancelier perdre de sa valeur au profit du lieutenant du logothète, mais l’activité de Pierre de Ferrières en Provence est loin d’être négligeable. S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia in età angioina, Naples, 2006, p. 167-168. Sur les chanceliers et vice-chanceliers de Charles II : A. Kiesewetter, « La cancelleria angioina », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international...RomeNaples, novembre 1995, Paris-Rome, 1998, p. 383-384.

26 Pierre de Ferrières. nommé doyen du Puy peu avant le 13 février 1295 est professeur de droit civil, il dispose de bénéfices dans les diocèses du Puy et de Viviers, des canonicats à Auch et Lyon. Il est ordonné prêtre en juin 1295, par le cardinal de Porto Matteo de Aquasparta, OFM (1291-1302) (L Boniface VIII, n° 18 et 221). Sa première mention comme chancelier date du 3 octobre 1298 (L Boniface VIII n° 2789) et, le 12 octobre 1299, il reçoit du pape la faculté de conférer les bénéfices, même en cas de cumul, qui ont appartenu à Raymond Ottoboni, clerc et médecin de Charles II. Le 23 décembre 1299, il est nommé évêque de Lectoure, grâce à l’intervention de Boniface VIII dans l’élection du chapitre (L Boniface VIII, n° 3289), et en février suivant il réorganise le temporel suite aux aliénations de son prédécesseur (L Boniface VIII, n° 3439). Son décanat du Puy est confié à Jacques Duéze le 31 janvier 1300 (L Boniface VIII, n° 3437), tandis que le 31 mai 1301 il reçoit une dispense de résidence, ainsi que la faculté de conférer des bénéfices à ses clercs (L Boniface VIII, n° 4080). Le 22 décembre 1301, il est transféré à Noyon (L Boniface VIII, n° 4260), puis le 23 août 1303 il est élu par voie de scrutin à l’archevêché d’Arles dont il prend possession en 1304. En mars 1305, il est vicaire général de Charles II dans le royaume de Sicile (J.-P. Papon, Histoire générale de Provence, 3, Paris, 1784, p. XLIX). Le 20 mars 1304. il reçoit une commission royale pour élaborer de nouveaux statuts administratifs, qui sont présentés devant une assemblée délibérative le 8 novembre, promulgués et expédiés aux officiers locaux le 12 novembre à Aix. Il élabore également des statuts sur l’usure et le notariat en 1306. Enfin, il exerce de nombreuses missions diplomatiques, auprès de Mainfroi marquis de Saluzzo en septembre 1305 et de Gênes en 1307 (J.-P. Papon, ibidem). Recteur de l’université de Naples, il disparaît entre la fin de l’année 1307 et le début 1308 : le 30 janvier 1308 n. st., il était déjà décédé, comme l’indique la provision de son successeur Arnaud de Faugères, et une allusion d’une lettre de Clément VI (AD13, 1 H 203, n° 1008), et le 30 novembre 1307, Jacques Duèze n’occupe pas encore l’office de chancelier (AD13, Β 434). J. H. Albanès le fait mourir le 8 novembre 1307, mais il ne cite pas de source (GCN, Arles, col. 583). L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile, p. 251-252. Y. Dossat, « L’Université de Toulouse, Raymond VII, les Capitouls et le roi », p. 75-76. G. Giordanengo, s. v. « Ferrières, Pierre de », P. Arabeyre, J.-L. Flalpérin, J. Krynen, Dictionnaire historique des juristes français, XIIe-XXe siècle, Paris, 2007, p. 327-328.

27 M.-H. Jullien De Pommerol et J. Monfrin éd., Bibliothèques ecclésiastiques au temps de la papauté d’Avignon, 2, Inventaires de prélats et de clercs français. Édition, Paris, 2001, 300.8.

28 Jacques Duèze le côtoie, il souscrit avec lui un arbitrage de Charles II le 12 avril 1298 :AD13, 1G 1, fol. 50. Guillaume Ebrardi, docteur en droit civil, reçoit avec l’appui de Charles II un canonicat à Aix, le 28 septembre 1305, et dispose à cette date de nombreux autres bénéfices dans les diocèses de Rodez, Albi, Cahors et Toulouse (LC Clément V, n° 851). Il est juge des appels de la Grande cour en 1302, vice-chancelier en 1301-1307, et décède à Naples le 6 septembre 1312. Y. Dossat, « L’Université de Toulouse, Raymond VII, les Capitouls et le roi », p. 75-76. M. Desachy, Fasti Ecclesiœ Gallicanœ, 6, Diocèse de Rodez, Turnhout, 2002, p. 162. S. Palmieri, La cancelleria del regno di Sicilia in età angioina, Naples, 2006, p. 169, n. 304.

29 M. Hébert, « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et l’information administrative en Provence sous les premiers Angevins », C. K. Boudreau, K. Fianu, C. Gauvard et M. Hébert dir., Information et société en Occident à la fin du Moyen Age, Paris, 2004, p. 41-56.

30 AD13, 1G 1, fol. 50 et GCN, Avignon, n° 810. L’acte original est rédigé par un notaire de Périgueux, le clerc Pierre Fabri. S’agit-il déjà d’un proche de Jacques Duèze ? Un Raymond Fabri gravite du reste dans son entourage en 1300.

31 GCN, 1. Fréjus, Instr, col. 224-225.

32 Saint-André, com. Montréal. Aude.

33 Sur l’obtention de cette pension annuelle de 500 livres de petits tournois, on remarquera que Jacques Duèze participe avec Pierre de Ferrières à l’élaboration des conventions réorganisant l’exercice des justices temporelles du prieuré clunisien de Valensole, le 17 février 1298, qui voient Charles II abandonner à l’abbé Bertrand du Colombier le merum imperium et toutes juridictions ainsi que les premiers appels, saufs les cas royaux. Nous pensons que la rente est le prix de ses services. AD13, Β 1484, fol. 1-6, le 17 février 1298 ; l’acte est donné à Aix par Pierre de Ferrières, doyen du Puy, chancelier, en l’absence du protonotaire, en présence du clerc Jacques Dueza, professeur dans les deux droits, des milites Sergio Seginulffo, maréchal et chambellan, de la famille des comtes de Caserte et de Telese, de maître Raynaud Cugneto de Barjolo. tous conseillers royaux, et frère Bertrand, prieur de Saint-Geniès.

34 L Boniface VIII, n° 3437.

35 AD 13, 1 H 183, n° 901 ; GCN, Avignon, n° 806.

36 Bertrand Aimini, prévôt d’Avignon (1291-1304), n’est autre que le futur évêque d’Avignon (1304-1310) avec lequel Jacques Duèze échangera son siège de Fréjus.

37 N. Valois, « Jacques Duèze, pape sous le nom de Jean XXII », Histoire littéraire de la France, 34, Paris, 1915, p. 395, n. 5.

38 Raymond Roux de Comps, chevalier, juge, puis viguier d’Aix jusqu’en 1299, juge mage entre 1281 et 1288 : F. Cortez, Les grands officiers, p. 146-150.

39 AD13, Β 1087. La procédure se poursuit jusqu’en 1302 : GCN, Avignon, n° 809, 821-824.

40 AD13, Β 1368, fol. 72v et Β 1369, fol. 122/76. Le 12 septembre 1298, il paraît aussi aux côtés de Pierre de Lamanon et de Pierre de Toulouse : AD13, Β 1369, fol. 163v-164.

41 AD13, Β 262, fol.40bis et GCN, Avignon, n° 811.

42 AD13, Β 1979, fol. 304, le 25 mai 1302, seule attestation à notre connaissance de son canonicat. L’évêque de Saintes est alors Gui de Neuville (1296-1312).

43 AD13, B 1369, fol. 122/76. V.-L. Bourrilly et R. Busquet, La Provence au Moyen Âge. Histoire politique, l’Église, les institutions, Marseille, 1924, p. 301.

44 AD13, Β 267, fol. 80.

45 AD13, Β 424, le 9 mai 1304.

46 Pour les diocèses provençaux, on repère ainsi les levées de décime de 1264-1267, de 1274-1282, 1284-1286, 1288. 1289-1291.

47 Nous n’avons pu avoir accès à temps au travail inédit de Valérie Theis, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (v. 1270 – v. 1350), doctorat d’histoire, Université de Lyon II, 2005 (dactylographié), où l’on trouvera nombre d’éléments sur les individus ici évoqués et leur carrière auprès de Jacques Duèze, notamment après 1310. V. Theis, « La réforme comptable de la Chambre apostolique et ses acteurs au début du XIVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 118-2, 2006, p. 169-182. Voir aussi les pistes suggérées par F. Piola Caselli, « L’evoluzione della contabilità camerale nel periodo avignonese », Aux origines de l’Étal moderne, le fonctionnement administratif de la papauté d’Avignon, Paris, 1990, p. 411 – 437. Sur les registres de la Chambre apostolique : S. Weiss, Rechnungswesen und Buchhaltung des Avignoneser Papsttums (1316-1378). Eine Quellenkunde, Hanovre, 2003.

48 Les limites apportées par le droit canon (Grégoire IX, Ne clerici, X. 3. 50) à l’immixtion des clercs dans les affaires du siècle, en particulier la justice et la fonction d’avocat, ont connu durant le siècle de profondes mutations. Des adaptations ont été formulées par Hostiensis et Guillaume Durant, tous deux évêques, pour en réduire la portée : ainsi pour le premier le prélat peut siéger au conseil du prince (Lectura in quinque libros decretalium, 1,37, 1, n° 1, 2 et 12 : ainsi que 3, 50, 5), tandis que le second propose une série d’exceptions (Speculum judiciale, 1,4, De advocato ; éd. Bâle, 1575, reprint Aalen, 1975, p. 259-282). H. Gilles, « Le clergé méridional entre le roi et l’Église », Cahiers de Fartjeaux, 7, Les évêques, les clercs et le roi, 1250-1300, Toulouse, 1972, p. 393-417, et ici p. 407-408. Toutefois ces limites ont induit deux palliatifs : le recours à la grâce et aux dispenses pontificales, notamment de résidence et pour étude ; le recul du moment d’obtention des ordres majeurs. Ainsi Guillaume de Ferrières n’est ordonné prêtre qu’au moment de l’obtention de la prévôté de Marseille, vers mai 1289. Enfin, Boniface VIII, à la suite de Clément IV, revient sur l’interdiction faite aux titulaires de bénéfices d’apprendre et d’enseigner les lois (VI 3. 24. 1 : Ne clerici vel monachi, réitérant l’interdiction d’audire lois et médecine, sauf pour ceux qui détiennent des églises paroissiales, c’est-à-dire ceux qui ont des chapelles sous leur juridiction, où sont institués des vicaires perpétuels ; avec rappel d’Honorius III, qui l’interdit pour les clercs détenant un personnat, archidiaconat, décanat, sacristie, prévôté, précentorie et autres ; ou encore de Clément IV, l’autorisant seulement à ceux qui détiennent des églises paroissiales sans chapelles sous leur juridiction, c’est-à-dire qui ne sont pas prêtres.

49 GCN, 1, Instr., n° 31, col. 225-228 ; L Boniface VIII, n° 5391, et 5426 pour le transfert de Bertrand Aimini.

50 II lègue alors ses Décrétales à son monastère, qui l’inscrit à son nécrologe et lui réserve un office de même rang que celui des abbés. J. Besse, « Quelques antiquités bénédictines », Revue Mabillon, 1909-1910, p. 249 (nécrologe de Saint-André de Villeneuve, au 16 des calendes de décembre).

51 GCN, 1, col. 357-359. H. Espitalier, « Les évêques de Fréjus du ΧΙΙIe à la fin du XVIIIe siècle », Bulletin de la société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan, 20, 1894-1895, p. 360-362. Bertrand obtient du roi le 16 mai 1292 la confirmation de tous les privilèges concédés à son Église sous Alphonse II et Raymond Bérenger V, depuis 1203, en un diplôme scellé de la bulle d’or royale (RCA, 49, n° 27, p. 76) : 12 novembre 1203 (RACP, n° 26), début novembre 1208 (RACP, n° 61), 24 août 1224 (RACP, n° 80), octobre 1228, 19 août 1235 (RACP, n° 237), 2 octobre 1236 (RACP, n° 260), 25-31 mars 1225 (RACP, n° 88). Ils concernent l’exercice des justices, la gabelle du sel, les acquisitions faites ou à venir par l’évêque, et l’échange de plusieurs castra. Le diplôme est confirmé en 1296. L’évêque Bertrand assiste aux conciles provinciaux de Riez en 1286 et d’Aix en 1296. Bertrand Comarque avait été commis avec le sénéchal Alphant de Soleriis, au sujet de l’achat de Pertuis par le roi à Bertrand de Baux, comte d’Avellino, évoqué le 4 avril 1294, mais la maladie l’oblige à se retirer (RCA, 49, n° 204, p. 112). L’une de ses dernières interventions connues est une sentence arbitrale à laquelle il participe et qui est postérieure au 31 août 1298, entre le précepteur du Temple de Saint-Maurice et le seigneur de La Verdière, Emmanuel de Vintimille (AD13, Β 1243, fol. 48-48v et 58v-59, la sentence est évoquée mais non datée).

52 E. Albe, « Autour de Jean XXII. Jean XXII et les familles du Quercy », Annales de Saint-Louis des Français, 6, 1901-1902, p. 390-393.

53 GCN, 1, n° 31, col. 225-228. Le 5 février 1300, présentation du résultat du suffrage à l’élu : GCN, Avignon, n° 816, col. 275.

54 Pour les bénéfices majeurs, une première mesure générale apparaît indirectement à propos du diocèse de Glandèves et de la province d’Embrun, le 20 septembre 1246 (datée entre mai et septembre 1246 ; L’Innocent IV, n° 2104). Il s’agissait de contrôler les vacances et de rappeler la nécessité de l’autorisation pontificale pour les élections des chapitres cathédraux. En décembre 1246, la mesure est élargie. Le 10 novembre 1256, Alexandre IV incite son légat, l’évêque d’Avignon Zœn Tencarari, à veiller à ce que les bénéfices ne tombent pas entre des mains hérétiques. M. Bégou-Davia, L’interventionnisme bénéficiai de la papauté au XIIIe siècle. Les aspects juridiques, Paris-Rome, 1997, p. 366 et 382.

55 GCN, 1, col. 353-355.

56 LC Urbain IV, n° 516.

57 En novembre 1265, il lui fait obtenir une dispense pontificale de résidence, alors qu’il était recteur de Ramatuelle. LC Clément IV, n° 182.

58 Grimier Visconti, ancien official puis archidiacre d’Aix et vicaire général, est aussi le neveu de Visconti de Visconti. LC Nicolas III, n° 479.

59 LC Clément V. n° 809.

60 II est chanoine de Lectoure (LC Clément V, n° 724, février 1306), de Fréjus (LC Clément V, n° 833, 4 mars 1306), et dispose au même moment de l’archidiaconat de Riez et des revenus d’une église dans ce diocèse. Il est attesté comme chapelain du pape en février 1311 (LC Clément V, n° 6531).

61 L. Caillet, La papauté d’Avignon et l’Église de France : la politique bénéficiale du pape Jean XXII en France (1316-1334), Paris, 1975 : Aix et Embrun (7200 florins), Arles (6000), Avignon (5500), Carpentras (4500) et Fréjus (4200). Le diocèse de Fréjus comporte en effet quelques beaux gisements de bénéfices : le monastère cistercien du Thoronet, la Chartreuse de La Verne, le modeste monastère de Saint-Pierre en Démuèyes (Limosiis), trois collégiales (Barjols, Valmoissine, Pignans), les églises de Lorgues, de Draguignan, des Arcs, de la Lauzade, deux commanderies d’ordres militaires (Ruou pour le Temple et Comps pour les Hospitaliers), de gros prieurés de Saint-Victor de Marseille (Le Muy, Palayson, Le Luc), ainsi que des prieurés de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, de Lérins et de Montmajour.

62 LC Nicolas IV, n° 4244 (17 février 1291), entre autres.

63 Th. Pécout, « Diplômes, diplomates et diplomatie : le registre du maître rational Jean de Revest, procureur de la reine Jeanne in Romana Curia, 1343-1347 », La diplomatie des États angevins aux XIIIe et XIVe siècles, colloque international de Szeged, Visegrad et Budapest, 13-16 septembre

64 LC Boniface VIII, n° 4868 (9 décembre 1302). Guillaume Agarini reçoit la prévôté de Guillaume de Collobrières, dont le neveu Hugues (f 1330) obtient en échange la sacristie de Fréjus. Ce dernier est alors aussi curé de Varages depuis 1294, chanoine de Fréjus et de Barjols, et il poursuit son ascension dans le chapitre d’Aix après 1302 en recevant la prévôté en 1322. Après la mort de Guillaume Agarini, son église rurale de Vallauris revient au chanoine de Barjols Guillaume Spoli (10 mars 1319, LC Jean XXII, n° 9049).

65 RCA, 38, n° 742, p. 231 (c’est cependant sa seule initiale qui apparaît).

66 Raymond de Morsellis, chanoine de Marseille (LC Clément V, n° 5993 ; GCN, Marseille, n° 385) reçoit une expectative de canonicat à Aix en 1316 (LC Jean XXII, n° 879), il est mort avant juillet 1323 (LC Jean XXII, n° 17783).

67 C’est sans doute lui qui apparaît derrière sa seule initiale en juillet 1292, à propos du subside versé à Charles II : RCA, 38, n° 742, p. 231.11 est impliqué au premier chef dans une attaque et un siège nocturnes du palais épiscopal, le 13 novembre 1303, en représailles à une agression commise par un familier de l’évêque contre Boniface de Roumoules (à cette occasion, ce sont tous ses réseaux d’alliance qui sont concernés : familles et clercs de Castellane, de Roumoules, entre autres) ; le 6 décembre il est toujours qualifié d’archidiacre, mais les dépositions de janvier 1304 le disent « olim » ou « tunc archidiaconus » (ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 7, fol. 58 ; Introitus et exitus 6, fol. 1-14). C’est Arnaud de Via qui lui succède dès le 2 janvier au moins. L’évêque réorganise alors pour son neveu les revenus de l’archidiaconat (GCN, Avignon, col. 280-281). Boniface était sans doute originaire de la région de Castellane, où il compte des cousins et parents (ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. 10). II dispose d’ailleurs d’un écuyer qui provient de Blieux, Jacques Trenoni, en 1303 (ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. 23v-24).

68 ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. 1 v-32v et Introitus et exitus 7, fol. 58-58v, dépositions des témoins, entre le 17 décembre 1303 et le 27 avril 1304, et celle de Boniface Dalmacii, Introitus et exitus 6, fol. 19-20v.

69 François de Roquebrune a sans doute succédé au sacriste Bernard de Figanières, qui est collecteur des décimes en 1274-1279 et teste le 11 octobre 1299(GCN, 1,col.358).

70 Le chanoine Audebert d’Esclapon, signalé entre 1300 et 1304, provient sans doute de la famille des coseigneurs d’Esclapon, Flayosc, Mons, Pibresson, un rameau des Villeneuve Tourrettes. En septembre 1303, il est l’objet d’une dénonciation pour relations charnelles avec une certaine Dulcia (ASV, Cam. apost., Coll. 104, fol. 37). Jacques Gantelmi est chanoine de Marseille en 1295, archidiacre du Razès (diocèse de Narbonne) en 1298 ; il succède à Guillaume de Ferrières à la prévôté de Marseille en 1295-1296, de laquelle il est évincé au profit d’un proche de Boniface VIII (GCN, Marseille, col. 777-782 et LC, n° 1915). Il procède d’une vieille famille attestée à Aix et provenant peut-être de Tarascon. Son frère Raymond est archidiacre d’Aix (1307), son autre frère Pierre (t 1317), qui le suit à Marseille comme procureur en 1295, est aussi chanoine à Fréjus en 1300, avant d’accéder à la prévôté de Forcalquier (1300-1306), et il cumule des canonicats à Aix, Béziers, Sisteron et Riez. Il accède à ce dentier siège épiscopal en 1306.

71 Alphant Raymundi est attesté comme chanoine entre 1299 et 1304. En novembre 1299, il est collecteur de la décime dans le diocèse et délègue à cet effet le prêtre Jean Clemente (ASV, lnstr. Mise. 290). Prévôt de Grasse vers 1305-1306 (LC app. Clément V, n° 10361), il a été également prévôt de Fréjus à une date indéterminée. En juin 1308, il est placé en résidence surveillée à la Chartreuse de La Verne pour s’être montré « illicenciatus » (LC app. Clément V, n° 10401). A sa mort survenue avant novembre 1322, on apprend qu’il a été condamné à la prison perpétuelle pour ses « démérites », gracié par le pape et retourné à l’état laïc avant sa mort ; la chartreuse de Bonpas reçoit ses biens.

72 Guillaume Stephani est originaire d’une famille de Lambesc, il a exercé comme juge de l’archevêque d’Aix en 1296, puis comme official en 1302-1303, et reçoit un canonicat à Barjols. En avril 1301, il assiste au règlement des juridictions conclu entre l’évêque de Fréjus et l’archidiacre. Il est signalé comme chanoine de Fréjus en 1300. En 1316, il devient doyen de Gap, puis évêque en 1318, tandis que son frère, notaire apostolique, est évêque de Riez en 1319-1320.

73 Rostaing Malisanguinis est le neveu de Bertrand Malisanguinis. abbé de Montmajour (1298-1316) et il bénéficie de la protection du cardinal de Santa Maria Nova, Raymond de Got (1305-1310), neveu de Clément V. Juge épiscopal en 1300-1301 à Fréjus, il obtient un canonicat à Carpentras en février 1306 (LC Clément V, n° 820), et en 1309 un bénéfice sous expectative dans le diocèse de Fréjus (LC Clément V, n° 833), puis l’officialité de ce même diocèse en 1319 (LC Clément V, n° 902). Le 8 juin 1327, il reçoit la prévôté de Fréjus, et lorsqu’il décède en octobre 1330, il est aussi chanoine de Forcalquier et de Riez (LC Jean XXII, n° 51123, 51318 et 51472).

74 À son décès survenu au début de juillet 1319, il cumulait ainsi un canonicat à Fréjus, un autre à Barjols, la précentorie d’Aix, deux églises dans ce dernier diocèse et l’hôpital de SainteMarthe à Marseille (LC Jean XXII, n° 9710, 9826, 9941-9943, 10027, 10036, entre juillet et septembre 1319).

75 Le miles Michel de Cocharello est châtelain de Saint-Auban et familier du roi en janvier 1294 (RCA, 49, n° 35, p. 24) ; il est viguier de Grasse en 1302 (AD 13, Β 417 ; J.-L. Bonnaud, n° 366). Jean de Cocharello, familier du roi, est châtelain de Brégançon en 1293-1294 (RCA, 49, n° 17, p. 13 ; n° 96, p. 58). Pierre de Cocharello est bouteiller du roi la même année (RCA, 49, n° 168, p. 94). Raynald Cozarello est valet et familier du roi et dépêché en Lombardie pour une mission de confiance le 21 juin 1292 (RCA, 44, n° 594, p. 768).

76 Vassal de Saint-Georges est attesté comme prévôt en octobre 1299. date à laquelle il résigne le canonicat et archipresbytérat de Clermont (L Boniface VIII, n° 3241). 11 était alors familier et chapelain du cardinal Francesco Caetani, neveu de Boniface VIII, et se trouvait encore au Latran en 1300 : T. Bœspflug, La curie au temps de Boniface VIII. Étude prosopographique, Rome, 2005, n° 1125. En novembre 1300. est évoquée la succession du défunt prévôt Loffrid Monacus, qui a dû immédiatement précéder Vassal (L Boniface VIII, n° 3924). Ce dernier est encore signalé en août 1307 (BnF, ms lat. 9237, fol. 28-29). À sa mort en 1313, c’est Jean de Trian qui lui succède à la prévôté de Barjols.

77 BNF, ms lat. 9237, fol. 27 (19 octobre 1306). On lui connaît un procureur en août 1307, Doatus Alomanni, un domicellus de Sestayrolio, au diocèse d’Albi.

78 LC Jean XXII, n° 8926 et 8960. Lors de son accession à l’épiscopat. sa prévôté de Fréjus est confiée à Pierre de Gœlens, chapelain et familier du pape, disposant aussi de nombreux bénéfices en Rhénanie (LC Jean XXII, n » 2448, 3053, 3170,6131,9027, entre 1308 et 1312). En 1323, un homonyme obtient une expectative de canonicat à Riez : LC Jean XXII, n° 17528.

79 LC Jean XXII, n° 5507, 7246-7247.

80 LC Jean XXII, n° 8313-8315.

81 C’est Noël Valois, « Jacques Duèze, pape sous le nom de Jean XXII », p. 397, n. 5, qui a attiré l’attention sur les incohérences d’une tradition érudite, relayée par J. H. Albanès, qui faisait d’Arnaud l’archidiacre et de Jacques le précenteur. En fait, ils semblent l’avoir été alternativement. Arnaud de Via est attesté comme archidiacre de Fréjus entre janvier 1304 et 1311 ; Jacques de Via occupe aussi cette fonction où il est signalé en septembre 1310 et en mars 1311 (LC Jean XXII, n° 6144 et 6726). C’est François Andree, médecin personnel du roi Robert, qui leur succède en 1311, suivi par Guillaume de Balaeto en 1311-1322. Ce dernier, originaire du diocèse de Sarlat, chapelain pontifical, mort à la fin de novembre 1322 à Naples, devient nonce en Angleterre en 1313 et en 1316, dans le royaume de Naples et surtout recteur de la cité de Bénévent en 1322. Signe de ses liens étroits avec le souverain angevin, en 1308-1310, alors chanoine de Saint-Astier de Périgueux, il est collecteur des décimes dans le royaume de Naples (Naples et Calabre : M. Inguanez, L. Mattei-Cerasoli, P. Sella, Rationes decimarum ltaliae nei secoli XIII e XIV. Campania, Cité du Vatican, 1942, p. 275 ; D. Vendola, Rationes decimarum ltaliae nei secoli XIII e XIV. Apulia, Lucania, Calabria, Cité du Vatican, 1939, p. 255).

82 Arnaud de Via est attesté comme chanoine et précenteur de Fréjus à cette date : LC Jean XXII, n° 13, 1256, 1255, 251. Il devient cardinal de Saint-Eustache en 1317.

83 ASV, Cam. apost., Introitus et exilus 4, fol. 97 et 87v. Guillaume de Cadonio, est vicaire général del’évêque, signalé dès juin 1308(AD13, 1 FI 206, n° 1022) et en juillet 1309(ASV, Cam. apost., Coll. 104, fol. 212). Dans l’ensemble de ses possessions, l’évêque de Fréjus entretient de nombreux autres bailes, comme l’atteste l’enquête royale de mai-juillet 1309 dans la viguerie de Draguignan (AD13, Β 1096, 98 folios) : à Baudron (auj. corn. Châteaudouble, Raymond Ronegatus), Bagnols (Pierre Dalmacii), Montauroux (Hugues Scoferius), Villepey (Foulque Broceus), Puget (Bérenger Gatinus), Saint-Raphaël (Pierre Gilius), voir fig. 11.

84 Lors des sentences prononcées à propos de Gap : AD 13, Β 412.

85 En 1309, Raymond Fabri, alors clerc et familier du roi Robert, succède à Jacques Duèze à son canonicat de Saint-Front de Périgueux : LC Jean XXII, n° 4533. On rencontre Pierre puis Jean Fabri, comme chanoines de Fréjus en 1316 : LC Jean XXII, n° 1406.

86 LC Clément V, n° 7408 et 7556 en 1311. LC Clément V, n° 6381, 9303.

87 ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. I6v, mars 1304. Nous pensons qu’il s’agit de Barcelone, plutôt que de Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence).

88 Ils sont attestés en novembre 1303, AS3V, Cam. apost.. Introitus et exitus 7, fol. 58. Hugues de Broveses, dont le nom est déjà attesté en 1277 parmi des clercs de Chàteaudouble (ASV, Cam. apost.. Coll. 15, fol. 111), dispose en 1317 de l’église de Malignon.

89 LC App. Clément V. n° 10387, 10384, 10398.

90 LC Clément V, n° 9647.

91 LC Jean XXII, n° 18.

92 V. Theis, « La réforme comptable de la Chambre apostolique et ses acteurs au début du XIVe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 118-2, p. 169-182.

93 La première occurrence comme clavaire date du 16 janvier 1307 (ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 9. fol. 34), il est aussi qualifié de « clavaire et vice-official » fin juillet 1309 (ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. 112). Prieuré de Valmoissine (en fait une collégiale) : LC Clément V. n° 9289, 2 juin 1313 ; Adhémar Amieli dispose alors des églises Saint-Maximin et Saint-Pierre à Avignon, de celle des Arcs dans le diocèse de Fréjus.

94 Avec ses notaires, il rédige une série de registres de comptabilité pour son évêque : Cam. apost., Introitus et exitus 9, comptabilité des mouvements en argent et en céréales ; Coll. 278, compte des recettes des lods et trézains ; comptes transcrits par lui et transmis à Pierre de Via, entre le 21 mai 1308 et le 25 mai 1309 (Introitus et exitus 11) ; comptes des condamnations des juges épiscopaux et de l’official (Introitus et exitus 4, Introitus et exitus 6 et Coll. 104) ; le registre Introitus et exitus 11 est une mise au propre des comptes mensuels.

95 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 235 (janvier 1308). ASV, Cam. apost.. Introitus et exitus 6, fol. 43v et 112 (octobre 1307 et juillet 1309).

96 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 225v (mars 1309). ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 6, fol. 112 (juillet 1309). Sur sa carrière postérieure, P. Jugie, « Un Quercynois à la cour pontificale d’Avignon : le cardinal Bertrand du Pouget (v. 1280-1352) », Cahiers de Fanjeaux, 26, La papauté d’Avignon et le Languedoc (1316-1342), Toulouse, 1991, p. 69-96.

97 ASV, Instr. Mise. 290, alors attesté comme official de Cavaillon en novembre 1299 et collecteur de la décime dans son diocèse ; LC Jean XXII, n° 102 (1316). ASV, Cam. apost., Introitus et exitus 4, fol. llv et 34v pour 1300 et 1301. Sur sa carrière, V. Theis, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (v. 1270 – v. 1350), doctorat d’histoire, Université de Lyon II, 2005 (dactylographié), p. 710-711.

98 LC Jean XXII, n° 6792. M. Aurell, les actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, 2004, n° 627.

99 II est official en 1301, 1302, 1305, 1306 et 1307.

100 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 209v, 212, 225v ; AD13, 1 H 206, n° 1022 (12 juin 1308) ; LC App. Clément V, n° 10416 (octobre 1308). On trouve un Cadonio au diocèse de Sarlat et un autre à celui de Bayonne. Un Pierre de Cadonio (Cadouin) est attesté comme juge temporel de l’évêque d’Avignon, J. Chiffoleau, La comptabilité de l’Au-delà, les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Age, Rome, 1980, p. 300. Voir la contribution d’Henri Bresc dans le présent volume.

101 Sans compter le siège d’Avignon confié à Jacques de Via : Pierre Gantelmi occupe le siège de Riez (1304-1317), Jacques Gantelmi celui de Sisteron (1304-1310), Armand de Vernone celui de Digne (1318-1324), Raymond Robaudi ceux de Marseille (1313-1319) puis d’Embrun (1319-1323), Galhard Saumate ceux de Riez puis d’Arles (1318-1323). Pour les cardinaux : Arnaud et Jacques de Via, Bertrand du Pouget.

102 Elle est intégrée au Liber Institutionum ecclesie Forojuliensis, un recueil postérieur à son épiscopat. Cet ordinaire, conservé aux archives de l’évêché de Fréjus (Toulon), est aussi dénommé Directoire de l’évêché de Fréjus, et composé avant 1382, sans que l’on puisse s’avancer plus avant dans sa datation, selon V. Saxer, « Liber institutionum seu directorium Ecclesie Forojuliensis », Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1715) du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1958, Paris, 1959, p. 147-154 ; idem, « Les manuscrits de l’évêché de Fréjus », Scriptorium, 17-1, 1963, p. 14-17.

103 R. Boyer, « Statuts synodaux de Fréjus au XIVe siècle », Bulletin philologique et historique du Comité des travaux historiques et scientifiques (jusqu’en 1715), 1958, Paris, 1959, p. 75-80. Le Liber Synodalis concerne la seule église de Fayence, et il rapporte les seuls statuts de Pierre de Sampson, de 1252. AD83, 1 J 321, fol. 2-39, Liber synodalis Ecclesiœ Forojuliensis, composé en octobre 1313 pour Jacques Bérenger, chapelain de Fayence.

104 ASV, Instr. Misc. 5270, qui juxtapose dépenses dues aux visites des églises du diocèse, reconnaissances des tenanciers, entre le 23 octobre et le 13 décembre 1306, et dépenses de déplacements, notamment les frais de bouche de l’évêque, au sein de son diocèse, mais aussi à Marseille où il réside du 28 octobre au 11 novembre.

105 ASV, Instr. Mise. 5270, fol. 4v et 6v (Jean Cabassole), 5 (Pierre de Ferrières), 6 (le prieur), 6v (l’archidiacre).

106 Processus canonizationis et legendœ varice sancti Ludovici, p. 116 pour le prieur, p. 20 pour l’archidiacre d’Aix. Je remercie Damien Ruiz pour l’identification de ce prieur du couvent de Marseille.

107 L’évêque de Fréjus y dispose d’ailleurs d’une résidence, attestée en 1304 : AD13, 2 G, n° 416bis.

108 Il est dit « cardinal de Naples ».

109 L’affaire serait donc différente dans sa forme de celle qui touche l’évêque d’Avignon Bertrand Aimini en 1305, où ce sont ses chanoines qui tentent de l’empoisonner, événement suivi de représailles violentes à Noves. Bertand Aimini, d’une famille avignonnaise, sacriste en 1291, prévôt vers 1295, est élu évêque en 1300, peu après le moi de mai. Il subit une tentative d’assassinat perpétrée par un groupe de chanoines à Pâques 1305, et la procédure se poursuit jusqu’en août. L.-H. Labande, « Un complot de chanoines d’Avignon contre leur évêque (1305) », Annales d’Avignon et du Comtat Venaissin, 1913, p. 129-144, ici p. 129-130. M. Hébert, « Un règlement de comptes à Noves en 1305 », Avignon au Moyen Âge. Textes et documents, Avignon, 1988, p. 59-66.

110 LC App. Clément V, n° 10387.

111 GCN, 1, Instr., n° 32.

112 Registre angevin 77, disparu, cité par L. Cadier, Essai sur l’administration du royaume de Sicile, p. 252, n. 2.

113 AD13, 1 H 198, n° 981, 11 septembre 1306. Charles Il invite les officiers royaux de la viguerie de Draguignan à agir, suite à la supplique du prieur confronté à l’agitation des habitants de Roquebrune-sur-Argens qui s’opposent à lui.

114 II est cité aux côtés de Bertrand et Jean Badati et de Raymond Robaudi.

115 AD13, 1 H 202, n° 1003-1005.

116 AD13,B 1087 (32 folios). Le 8 avril 1298, le roi commet Raymond Roux, viguier d’Aix, et Jacques Duèze, alors clerc et professeur dans les deux droits (GCN, Avignon, n° 809). Le 11 avril 1302, alors que Raymond Roux est devenu entretemps juge mage, les deux commissaires lancent enfin la procédure d’enquête par une preconizatio (B 1087, fol. 1 ; GCN, n° 821-822). Le 14 avril, ils procèdent au recueil des dépositions (B 1087, fol. 5 ; GCN, n° 823). Enfin, le 2 mai 1302, Jacques Duèze délègue ses pouvoirs à son collègue pour retourner aux negociis de son diocèse (B 1087, fol.9bis ; GCN. n° 824).

117 AD13,B412,B 1373, fol. 24-27v et B 1097. Charles 11 confirme la décision le 4 novembre 1300, B 1373, fol. 24v-28.

118 AD13, B 1373, fol. 31 v-32.

119 AD13, B 434. Voir aussi la lettre de commission de Philippe IV à l’évêque de Nevers, du 31 août 1307 : AD13, B416.

120 AD13, B 434, B 432 et GCN, Orange, n° 236.

121 AD13, Β 424, et copies Β 2, fol. 296-298 (c. 1332), AM Lorgues, CC2 ; analyse d’É. Barbier, L’abbaye cistercienne du Thoronel au Moyen Age. Son origine, son territoire, ses possessions, Marguerittes, 1994, p. 298-299. Les juridictions sont exercées en indivis par le roi et l’abbé, et les revenus de justice sont partagés.

122 AD13, Β 426. La communauté de Lorgues a délégué deux syndics le 3 décembre 1304, et le monastère du Thoronet le moine Guillaume Grossi le 18 novembre 1303. Selon la sentence arbitrale de l’évêque, chaque habitant devra 12 deniers de fouage à la Saint-Michel, au roi et à l’abbé.

123 AD13, 1 H 198, n° 983. Guillaume, moine de Saint-Victor et prieur de Sainte-Marie du Luc, Guillaume Petri, chanoine de Pignans et prieur de Saint-Pierre du Luc, et Hugues Petri, chanoine de Pignans, s’opposent à la communauté. Le 4 octobre 1305, l’arbitrage de l’évêque est sollicité par les parties. La communauté a désigné le 19 juin 1306 ses procureurs, et la sentence est prononcée le 22.

124 AD13, Β 265, fol. 175v et GCN, Arles, n° 1427.

125 AD13, 1 H 201. n° 997 (vidimus de 1370), et GCN, Avignon, n° 833.

126 AD13, Β 437.

127 G. Giordanengo, « Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence (1246-1343) », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle. Actes du colloque international... Rome-Naples, novembre 1995, Paris-Rome, 1998, p. 74-75. Jacques Duèze ne paraît avoir eu aucune part dans les statuts promulgués alors. En 1308, paraît une ordonnance sur le droit pénal ; le 25 mai 1310, des statuts de réforme administrative et des officiers, touchant en particulier le sénéchalat ; le 2 juin, un statut sur la résidence à Aix des juges supérieurs et du sénéchal ; le 18 juin 1310, sur l’organisation de la chancellerie du sénéchal.

128 ASV, Cam. apost.. Coll. 104, fol. 42-71 : compte du 29 septembre 1308 au 1er mai 1309. Ainsi de Pierre de Favas et de Pierre de Bargemon, déjà attestés comme serviteurs en février 1306 (ASV, 1nstr. Mise. 5270, fol. 12v-13, 17), de Hugues de Flayosc, du palefrenier Bertrand de Seillans, et de Pierre de Nissa, valet d’écurie. Etienne de Roda, signalé aussi dès 1306 (ASV, Instr. Mise. 5270, fol. 15v), et Galhard de Palazols, viennent vraisemblablement du Languedoc.

129 AM Marseille, AA 72, n° 3.

Table des illustrations

Légende Fig. 11 : Le temporel de l’église cathédrale de Fréjus, fin XIIIe – fin XIVe s.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 12 : La décime de 1274-1279 dans le diocèse de Fréjus (ASV. Cam. Ap., Coll 15)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7205/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 13 : le sceau de Jacques Duèze, évêque de Fréjus. navette de cire rouge et cordelette de chanvre. 49 x 26,7 mm. Le sceau combine deux représentations attestées dans les sceaux épiscopaux depuis le début du siècle précédent, Γ évêque bénissant et la Vierge Église à Γ enfant Jésus : a-S(igillum) Jacobi Dei gratia/epi(scopus) Forojuliensis ; premier registre : évêque mitré, revêtu de l’aube et de la chasuble, tenant une crosse à droite et bénissant à gauche, sur champ de clayonnage losangé et surmonté de trois arceaux ; deuxième registre : Vierge couronnée en majesté surmontée d’un croissant de lune à gauche et d’une étoile à droite, à l’enfant sur son genou gauche, siégeant devant un autel portant deux candélabres, et devant le sanctuaire d’une église de style gothique figurée par deux colonnes munies de chapiteaux et portant un arc flanqué de deux pinacles fleurdelisés et une toiture à trois clochetons (AD13, Β 412, 5 septembre 1300). b-contre-sceau, + S(anctus) Raphael + archangeles ; un ange nimbé, debout, aux ailes déployées, tenant un phylactère, encadré au sol par deux rinceaux, cl. A. Lassus. © AD13
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7205/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I, Institut universitaire de France

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540