Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

Les institutions ecclésiastiques

Les évêques de Fréjus sous la papauté d’Avignon

Noël Coulet

Texte intégral

  • 1 Gallia Christiana novissima, 1, Province d’Aix, Montbéliard, 1899, col. 361-374. On ne trouvera ri (...)

1La personnalité et l’action des évêques qui ont succédé à Jacques Duèze durant le temps de la papauté d’Avignon sont très mal connus. La série G des archives départementales du Var ne fournit aucun document pour notre propos. L’essentiel de la documentation doit être tiré des archives du Vatican, mises à profit de façon remarquable par le chanoine Albanès, dont les notices de la Gallia Christiana novissima nourrissent l’essentiel de mon propos1. Je vais rapidement brosser, dans une première partie, un portrait d’ensemble de ce personnel épiscopal, et, dans une seconde partie, je m’attacherai à celui de ces prélats que nous connaissons le mieux, grâce à des documents personnels, Guillaume de Rouffilhac.

Vue d’ensemble

2Onze évêques se sont succédés sur le siège de Fréjus de 1310 à 1385. Autant qu’à Aix et à Marseille dans la même période, soit une durée moyenne de l’épiscopat de sept ans. Un seul évêque, Barthélémy Grassi, a siégé plus de vingt ans (22). Deux ont été évêques pendant plus de dix ans (12 et 15). La majorité de ces ministères est d’assez courte durée : moins de dix ans et même, pour six d’entre eux, moins de cinq ans. La peste de 1348 joue son rôle dans cette brièveté : Pierre Alamani est emporté au bout de deux ans d’épiscopat et Pierre du Port profite, cette même année 1348, des vacances qui se multiplient pour obtenir de rejoindre son Italie natale.

3Tous ces évêques tiennent leur siège d’une nomination pontificale. L’installation des papes à Avignon marque un tournant dans l’histoire de l’accession à épiscopat. Désormais les évêques ne sont plus élus par leur chapitre mais nommés par le pape. Jacques Duèze est le dernier évêque de Fréjus élu par les chanoines, au terme d’ailleurs d’une procédure compliquée. En Provence quelques évêques sont encore élus dans les vingt premières années du XIVe siècle, tels Jacques Gantelme à Sisteron en 1305 ou Bernard Bot à Apt en 1319. Lorsqu’en 1335 le chapitre cathédral de Marseille élit Jean Gasc, le pape Benoit XII casse l’élection pour le nommer ensuite, ce qui manifeste bien que désormais la désignation des évêques revient au pape.

  • 2 Albanès conserve la forme latine Amici, mais les autres historiens qui parlent de lui donnent cett (...)

4Pour la majorité des évêques considérés, leur accession au siège de Fréjus est leur première nomination sur un siège épiscopal. Quatre d’entre eux sont déjà évêques et sont transférés à Fréjus. C’est le cas du successeur de Jacques Duèze, Bertrand d’Aimini, évêque d’Avignon, qui cède sa place au futur Jean XXII et vient le remplacer à Fréjus. C’est le cas de Guillaume Lamy2 antérieurement évêque d’Apt, puis de Chartres où il ne résidait d’ailleurs pas. De même, Pierre Artaud a été auparavant évêque d’Albe, dans le Piémont, puis de Sisteron. De même aussi Raymond Draconis, précédemment évêque de Toulon.

5Les sept autres évêques nommés directement à Fréjus ont tous derrière eux une carrière ecclésiastique assez longue et sont titulaires de bénéfices qu’ils conservent souvent après leur nomination. Guillaume d’Aubussac, par exemple, évêque de 1343 à 1346, a été précédemment chanoine de Bourges, de Rouen, de Sens, de Chichester et de Paris.

  • 3 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société. Paris, 1962, p. 221

6Cette carrière bénéficiale tient pour beaucoup à leur proximité avec le souverain pontife. Barthélémy Grassi, évêque de 1318 à 1340, est attaché personnellement à Jacques Duèze bien avant qu’il ne devienne Jean XXII. Dès que ce pape est élu il est nommé chanoine de Chartres. Jean d’Arpadelle qui lui succède est lui aussi un familier de Jean XXII qui lui confère la prévôté du chapitre de Mirepoix lorsqu’il crée un évêché dans cette ville. Guillaume d’Aubussac qui lui succède en 1343 est depuis longtemps un fidèle du cardinal Pierre Roger qui, une fois, devenu le pape Clément VI en 1342, en fait aussitôt son trésorier. Il partage cette charge avec un autre prélat et continue à exercer son office jusqu’en 1344, un an après sa nomination à Fréjus3. Pierre Alamani, qui le remplace en 1346, est lui aussi un fidèle serviteur de Clément VI qui le récompense par un canonicat à Paris avant de l’élever à Fréjus. Guillaume Lamy qui lui succède en 1349 vient également de l’entourage de Clément VI qui a fait 86 de lui son légat à Naples en 1345 puis à Paris en 1347 et lui manifeste sa faveur en le faisant en même temps évêque de Fréjus et patriarche de Jérusalem. Il cumule cette dignité sans responsabilité pastorale et son épiscopat. Guillaume de Rouffilhac, dont nous reparlerons plus en détail, est apparenté à Innocent VI.

  • 4 É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne reine de Naples, comtesse de Provence, t. II, Paris, 1932, p. 40 (...)

7En raison notamment de cette proximité avec le pouvoir pontifical, la plupart de ces prélats détiennent lors de leur nomination une expérience politique et administrative. Barthélémy Grassi chapelain du pape Jean XXII a été auditeur des causes du palais apostolique. Ce même pape a envoyé Jean d’Arpadelle en mission diplomatique auprès du roi de France Charles IV. C’est une mission encore plus importante que Clément VI a confié à Guillaume Lamy, son légat à Naples, qui est chargé de rétablir la concorde entre la reine Jeanne et son mari André, puis de préparer leur couronnement4. Guillaume de Rouffilhac est, lorsqu’il est pourvu de Fréjus, recteur du Comtat Venaissin, dirigeant l’administration et la défense de cette possession du pape et il le reste quelques mois après sa nomination.

  • 5 G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350-vers 1450), thèse Un (...)

8Avignon est ainsi à l’arrière plan de la carrière de ces prélats. Mais pour plusieurs, comme l’exemple précédent l’indique, ils restent attachés à la cour pontificale après leur nomination. On sait, par la datation des lettres que l’on a conservées de lui, que Barthélémy Grassi ne s’est pas beaucoup éloigné d’Avignon tant que son protecteur Jean XXII était en vie. Jean d’Arpadelle, son successeur, ne réside pas davantage à Fréjus et, d’ailleurs, un an après son élévation sur ce siège, il est nommé recteur du Comtat Venaissin. une fonction qu’il exerce effectivement comme le montre l’inspection qu’il effectue des fortifications de ce territoire en 13425. Guillaume d’Aubussac a certainement été retenu à Avignon par les besoins de la trésorerie la première année de son épiscopat. Trois ans après sa nomination, Raymond Draconis, confesseur du pape Urbain V, est dans la compagnie du souverain pontife lorsqu’il quitte Avignon pour se rendre à Rome en 1367, et on sait qu’il était toujours dans la ville éternelle en 1369.

  • 6 B. Guillemain, op. cit., p. 349.

9La place qu’ils occupent dans l’administration pontificale laisse penser que ces prélats ont reçu une formation universitaire mais elle n’est attestée que pour trois d’entre eux, Raymond Draconis, un religieux mendiant de l’ordre des augustins, maître en théologie, Guillaume de Rouffilhac, qualifié de jurisperitus, titre qui implique la possession d’une licence en droit et Pierre Alamani, docteur en l’un et l’autre droit. Il est vraisemblable que Barthélémy Grassi, comme tous les auditeurs de Rote6 était licencié en droit. Guillaume d’Aubussac, protonotaire apostolique, a certainement aussi reçu une formation juridique.

  • 7 La rubrique des statuts qu’il donna en 1303 à l’université d’Avignon le désigne comme citoyen de T (...)
  • 8 Cf. J. H. Albanès, Jean Artaudi, dominicain, prieur de Saint Maximin, évêque de Marseille, Marseil (...)

10Leur origine géographique est un peu mieux connue que leur passé universitaire. On la connaît pour une petite moitié d’entre eux. Deux seulement sont provençaux. Bertrand Aymini est originaire de Tarascon7 et Pierre Artaud, dominicain, est sans doute parent de Jean Artaud, évêque de Marseille8 et, comme lui, doit être rattaché à la famille noble des Lamanon. Le cas de Fréjus n’a rien d’anonnal dans l’épiscopat provençal de cette période. Les évêques originaires du comté sont peu nombreux à cette époque. On en compte deux à Marseille, un à Aix, aucun à Arles. Ce sont les pays du sud du royaume de France qui dominent, surtout les régions dont les papes sont originaires : le Quercy de Jean XXII avec Guillaume de Rouffilhac, le Limousin de Clément VI et Innocent VI avec Guillaume Lamy, vraisemblablement de Limoges, et Pierre Alamani, de Clermont, et le Languedoc avec Bertrand de Villemus. Un seul Italien occupe le siège de Fréjus, mais de façon fugitive : Pierre du Port, pourvu dans l’hiver 1348 est transféré dès le mois de décembre à Viterbe, avant de devenir, deux ans après, archevêque de Bénévent, cité dont il était originaire.

11Il est presque le seul à être parti de Fréjus pour un autre diocèse, avec Raymond Draconis, transféré à Pamiers. Cette stabilité contraste avec la situation des évêchés provençaux moins bien dotés comme Riez, Gap et surtout Apt où la moitié des évêques de la période poursuivent leur carrière dans un autre diocèse. Aucun évêque n’a alors quitté Fréjus pour revêtir la pourpre cardinalice, à la différence d’Arles qui a donné un cardinal et Aix deux. Neuf de ces prélats sont donc morts évêques de Fréjus, ce qui ne veut pas dire toujours à Fréjus, car Guillaume d’Aubussac est décédé à Avignon où ses devoirs à la cour pontificale le retenaient. Deux au moins sont enterrés dans leur ville épiscopale ou au voisinage : Guillaume de Rouffilhac dans la cathédrale et Bertrand de Villemus, que l’on dit reposer dans l’église de Fayence, affirmation que je n’ai pas pu vérifier. Mais la dépouille de Guillaume Lamy est transportée à Limoges pour y être ensevelie dans la ville dont il est sans doute originaire.

  • 9 P. Leclercq et D. Le Blévec, « Une sainte cartusienne : Roseline de Villeneuve », Cahiers de Fanje (...)

12Si l’on parvient à dessiner les contours d’un milieu, les informations sur l’action pastorale de ces prélats sont bien pauvres. Nous avons quelques indications pour Guillaume de Rouffilhac qui visite son diocèse peu après sa nomination et surtout pour Barthélémy Grassi qui donne de nouveaux statuts à son chapitre en 1336. Ce même prélat a été chargé par une bulle de Jean XXII en 1328 de remettre de l’ordre dans le monastère du Thoronet, mais on ne sait rien de la manière dont il s’est acquitté de cette mission. La tradition veut qu’il ait procédé à l’élévation des reliques de sainte Roseline, mais le dossier hagiographique de cette sainte cartusienne est, on le sait, d’une grande fragilité9. Il reste finalement à son actif, outre les statuts capitulaires, une disposition de son testament qui montre son attachement à Fréjus. par laquelle il lègue 1000 florins pour aider à marier les filles pauvres des villages de son diocèse.

Gros plan : Guillaume de Rouffilhac

  • 10 Je reprends ici l’essentiel de mon article « Le livre de raison de Guillaume de Rouffilhac (1354-1 (...)

13Je m’attarderai dans une seconde partie sur la figure de l’évêque le mieux connu, Guillaume de Rouffilhac qui occupe le siège de 1361 à 136410.

  • 11 G. Butaud. op. cit., p. 713.

14Il convient tout d’abord de lui rendre son identité, car il est souvent nommé Guillaume de Ruffec, à la suite d’Albanès, généralement mieux avisé. Ce n’est pas un Saintongeais, mais un Quercynois. Rouffilhac est une localité du département du Lot située dans le nord du Quercy, non loin du Limousin. Pays d’origine de Jean XXII. le Quercy a fourni de nombreux évêques, grâce à la protection de ce pape, puis des cardinaux qu’il a nommés. Dans les diocèses voisins d’Arles et d’Aix, un tiers des évêques nommés entre 1305 et 1378 sont des Quercynois. Guillaume de Rouffilhac a sans doute bénéficié d’une autre protection, celle du pape limousin Innocent VI. son grand-oncle. En effet son père. Bertrand, avait épousé Valérie Aubert, nièce de ce pape11.

15Les Rouffilhac sont une vieille famille noble. On la connaît depuis le XIIe siècle par une donation inscrite dans le cartulaire de Cluny. On trouve des Rouffilhac parmi les bienfaiteurs du grand monastère limousin d’Obazine. Cette famille est très ramifiée et il faut, pour s’y retrouver, les désigner par un surnom toponymique fondé sur leur résidence. Guillaume appartient à la lignée des Rouffilhac de Pinsac. Son père, Bertrand, porte toujours le titre de chevalier, miles, que les autres branches ont abandonné. Mais ce titre ne doit pas trop faire illusion. Il s’agit de petits seigneurs de village.

16Guillaume a commencé sa carrière ecclésiastique sous Jean XXII et il ne fait aucun doute qu’il doit ses premiers bénéfices à la protection de ce pape. Il est chanoine de Limoges en 1324. On sait qu’il est en 1331 official du diocèse de Limoges. L’official est l’auxiliaire de l’évêque chargé de présider son tribunal, l’officialité ; mais on ne sait pas depuis quelle date il exerce cette fonction. Il est chanoine de Tours en 1342 et d’Albi en 1352. En 1354 il est prévôt de la collégiale Saint-Étienne d’Eymoutiers dans le Limousin.

  • 12 Sur les attributions du recteur voir G. Butaud, op. cit., p. 379-382.

17Il fait en même temps carrière dans l’administration pontificale. En 1330 il est nommé collecteur pontifical dans les diocèses de Limoges et de Tulle où il a la charge de percevoir les revenus de la fiscalité pontificale. En mai 1353, il est l’un des trois réformateurs du Comtat Venaissin désignés pour remplacer le recteur Hugues de la Roche. Les deux autres sont un évêque catalan et un juriste. Cette magistrature collégiale est de courte durée. En janvier 1354, Guillaume devient seul recteur du Comtat. Il a, à ce titre, la direction de l’administration, des finances, de la justice et de la défense de ce territoire12. Il réside à Carpentras, capitale du Comtat. Il conserve ces fonctions huit ans, jusqu’en décembre 1362. Pendant quelques mois il cumule cet office de recteur du Comtat avec le gouvernement du diocèse de Fréjus dont il a été nommé évêque à la fin août 1361.

18Il est préparé à cette carrière administrative par la formation juridique qu’il a reçue, sans doute à l’Université de Cahors. : c’est ce que laisse penser la mention jurisperitus de Cahors accolée à son nom dans une bulle de 1360. Ce titre suppose qu’il a obtenu la licence. Sa bibliothèque, dont l’inventaire nous est parvenu, reflète cette culture juridique de civiliste et de canoniste. Elle ne traduit pas un intérêt particulier pour la théologie : seul un recueil de sermons figure à côté de manuscrits liturgiques. On n’y trouve ni bible ni livre de théologie.

  • 13 ASV, Coll. 106.

19Nous le connaissons mieux que tous les autres évêques qui ont occupé ce siège parce qu’il a laissé un livre de raison tenu de 1354 à 1361, dans lequel figure cet inventaire de sa bibliothèque. Un livre de raison est d’abord un livre de compte. On y trouve des comptes domestiques. Apparaissent ainsi les recettes et dépenses personnelles de Guillaume, les libéralités qu’il fait au profit de ses neveux, les gages qu’il verse à ses serviteurs, les aumônes qu’il fait à des religieux mendiants, ses achats de vin, froment, livres, draps et fourrures, les frais de procédure d’un procès qu’il soutient en Quercy, les sommes que lui verse le procureur qui gère ses revenus en Limousin et les dépenses effectuées pour ces bénéfices. Il y enregistre aussi les prêts qu’il consent, par exemple, en 1358, 500 florins à Guillaume Roger, vicomte de Turenne, qui lui remet en gage de nombreuses pièces de vaisselle d’argent. Il inscrit également les dépenses qu’il fait au titre de sa fonction de recteur du comtat, tels que des achats d’armes. Un livre de raison ce peut être aussi, et ici c’est le cas, un livre de mémoire dans lequel l’auteur inscrit, mêlées à ses dépenses et ses recettes, des notations personnelles : événements dont il souhaite garder la trace ou documents personnels tels que, ici, l’inventaire de sa bibliothèque ou l’arbre généalogique de sa lignée. Ce registre a été saisi, avec les biens du prélat, après le décès de Guillaume par le collecteur exerçant le droit de dépouille du pape. Il est resté longtemps aux Archives vaticanes dans le fond des collecteurs13 non identifié, mêlé à d’autres livres de comptes de l’évêché, jusqu’à ce que, par hasard, je découvre son originalité au début des années 1970.

  • 14 Ce dessin est reproduit dans mon article cité supra p. 75.

20La mémoire de Guillaume de Rouffilhac est d’abord une mémoire familiale. Il dessine sur une feuille de ce livre de raison un arbre généalogique de sa famille : genealogia generis mei de Roffilhacol14. Ce dessin est forcément postérieur au mois de décembre 1359 au cours duquel l’évêque apprend la naissance de Bertrand, son petit-neveu, le dernier né de la famille qui figure au bas du croquis. Peut-être cette naissance est-elle l’occasion qui a inspiré cette figuration. Cette représentation de sa race, son genus, comme il l’écrit, est très simplifiée. Il ne retient qu’un nom par génération. Un nom masculin. Le livre de raison permet pourtant de penser qu’il avait une soeur, mariée à Raymond de Massaut, un noble de la même région du Quercy. Visiblement, ce qui l’intéresse lorsqu’il trace cette figure est la transmission du nom : il ne se représente pas à côté de son frère Bertrand et il omet les deux frères de son neveu Guillaume. Il a le souci d’individualiser les différents personnages. Il met en évidence le qualificatif nobiliaire qu’ils détiennent, miles (chevalier) ou domicellus (damoiseau). Le titre chevaleresque se maintient plus longtemps dans sa branche que dans celle issue de Hugues. Conformément à une évolution générale de la noblesse, vers 1330 ces fils de nobles cessent de se faire armer chevalier et portent seulement le titre de domicellus ou d’armiger (écuyer). Guillaume ne remonte pas en amont de son arrière-grand-père, Géraud I, qui vivait sans doute dans la première moitié du XIIIe siècle. La profondeur de champ généalogique est de trois générations et de, au maximum, un siècle. C’est ce que l’on constate dans la majorité des généalogies connues.

21Cette famille tient une grande place dans le livre de raison de l’évêque. Il fait à son neveu Guillaume, écuyer, qui sera son héritier, de nombreux dons, plus de 1300 florins au total entre 1356 et 1359. Il finance les études à l’université de Montpellier de son autre neveu, le clerc Arnaud de Massaut. fils de sa soeur, et intervient auprès du pape pour lui obtenir une prébende de chanoine au chapitre de Bourges.

  • 15 Elle est reproduite dans mon article cité supra p. 83-85.

22Ce n’est pas seulement de sa famille et du présent qu’il veut garder mémoire. Il inscrit aussi dans son livre de raison, sous le titre « Mémorial de divers faits ». des événements dont il veut garder la trace. Ce mémorial s’ouvre avec l’arrivée à Avignon du messager qui apporte la nouvelle de la défaite du roi de France à la bataille de Poitiers en septembre 1356. Cette mention est suivie de l’évocation du grand scandale survenu à Paris du fait du prévôt des marchands Etienne Marcel. C’est sur cette page que je suis tombé lorsque j’ai ouvert ce registre et c’est cette découverte qui a stimulé mon intérêt. Cette petite chronique est alimentée par les nouvelles qui circulent à Avignon15. Elle mêle la petite histoire, l’histoire du Comtat et les événements survenus à la cour pontificale. Après son installation à Fréjus, ce sont encore les nouvelles de la cour pontificale que Guillaume inscrit dans son registre : la mort d’Innocent VI et l’intronisation d’Urbain V à la fin de 1361 et le décès de plusieurs cardinaux en 1363. Le diocèse de Fréjus et la Provence sont presque absents de ces notations annalistiques.

  • 16 Sur cet itinéraire cf. N. Coulet, « Deux itinéraires de visite pastorale en Provence au XIVe siècl (...)
  • 17 Fouillée en 1987, elle n’a livré aucun mobilier, cf. R. Boyer et M.-M. Gauthier, « La tombe de Lou (...)

23Guillaume de Rouffilhac se borne à mentionner la date de son arrivée dans son nouveau siège épiscopal, un séjour à Draguignan aux Rameaux 1363 et les décès d’un chanoine et d’un serviteur. Dans le même temps, il continue à noter les événements marquants de la cour d’Avignon. Le seul reflet de son activité épiscopale est l’itinéraire, qu’il consigne dans le registre, de la visite pastorale de son diocèse qu’il entreprend très vite après avoir pris possession de son siège, en 1362, de la même manière que son contemporain Guillaume Sudre, pourvu du siège de Marseille en 1361, fait sa première tournée de visites au début de l’année suivante16. Dans le courant du printemps et de l’été 1362 il parcourt ainsi presque tout le diocèse à l’exception de la région située au nord-est. Cette visite est le seul acte pastoral que nous connaissons de lui. Elle précède de peu son décès, survenu le 3 novembre 1364. Guillaume de Rouffilhac est enseveli dans le choeur de la cathédrale de Fréjus où l’on peut encore voir sa dalle funéraire17.

24Les successeurs de Jacques Duèze, issus pour la plupart de l’entourage des papes et fortement impliqués dans la vie de la cour pontificale, le gouvernement du Comtat Venaissin ou les organes centraux de l’administration de l’Église, ne jouent aucun rôle politique dans l’État angevin.

Notes

1 Gallia Christiana novissima, 1, Province d’Aix, Montbéliard, 1899, col. 361-374. On ne trouvera rien de plus dans H. Espitalier, « Les évêques de Fréjus du XIIIe à la fin du XVIIIe siècle », Bulletin de la Société d’études de Draguignan, 1895. Albanès ne tient pas compte des registres de comptes conservés aux archives du Vatican dans le fonds des collecteurs qui restent assez largement à exploiter.

2 Albanès conserve la forme latine Amici, mais les autres historiens qui parlent de lui donnent cette forme française, cf. F. Arbellot, Étude biographique sur Guillaume Lamy, patriarche de Jérusalem, Limoges, 1882.

3 B. Guillemain, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376). Étude d’une société. Paris, 1962, p. 221

4 É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne reine de Naples, comtesse de Provence, t. II, Paris, 1932, p. 408, 431,461,488, 493,508,511.

5 G. Butaud, Guerre et vie publique en Comtat Venaissin et à Avignon (vers 1350-vers 1450), thèse Université de Nice, 2001, p. 381.

6 B. Guillemain, op. cit., p. 349.

7 La rubrique des statuts qu’il donna en 1303 à l’université d’Avignon le désigne comme citoyen de Tarascon. M. Fournier, Statuts et privilèges des universités françaises, t. III, Paris, 1892, p. 308.

8 Cf. J. H. Albanès, Jean Artaudi, dominicain, prieur de Saint Maximin, évêque de Marseille, Marseille, 1878.

9 P. Leclercq et D. Le Blévec, « Une sainte cartusienne : Roseline de Villeneuve », Cahiers de Fanjeaux, 23, 1988, p. 55-76.

10 Je reprends ici l’essentiel de mon article « Le livre de raison de Guillaume de Rouffilhac (1354-1364) dans Genèse et débuts du Grand Schisme d’Occident. Paris, 1980, p. 73-88.

11 G. Butaud. op. cit., p. 713.

12 Sur les attributions du recteur voir G. Butaud, op. cit., p. 379-382.

13 ASV, Coll. 106.

14 Ce dessin est reproduit dans mon article cité supra p. 75.

15 Elle est reproduite dans mon article cité supra p. 83-85.

16 Sur cet itinéraire cf. N. Coulet, « Deux itinéraires de visite pastorale en Provence au XIVe siècle ». Revue d’Histoire de l’Eglise de France, 1978, p. 65-78. Sur Guillaume Sudre, cf. P. Amargier, « L’église de Marseille de 1362 à 1394 » dans Genèse et débuts, op. cit., p. 89-95.

17 Fouillée en 1987, elle n’a livré aucun mobilier, cf. R. Boyer et M.-M. Gauthier, « La tombe de Louis de Boulhac, évêque de Fréjus (1385-1405) », Provence historique, 42, 1992, p. 279.

Auteur

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540