Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

L'emprise seigneuriale

L’habitat castral au bas Moyen Âge en Provence

Élisabeth Sauze

Texte intégral

  • 1 É. Sauze, Inventaire des castra du département du Var, Rapports de prospection, années 2000 à 2003 (...)

1On s’interroge depuis longtemps sur les formes de l’habitat provençal à travers les termes qui les désignent dans les sources écrites médiévales. Les chartes antérieures au XIIIe siècle utilisent de manière si peu différenciée les mots castrum et villa qu’il est impossible, a priori, de leur attribuer une signification correspondant à leur étymologie et de démêler, dans chaque cas, ce qui est fortifié de ce qui ne l’est pas. De nombreux habitats apparaissent, en effet, dans les textes alternativement ou simultanément qualifiés par les deux termes et plusieurs sites castraux repérés au cours de l’enquête menée, ces dernières années, sur le phénomène castrai dans le département du Var figurent dans les chartes sous l’appellation villa ou locus1. A partir du XIIIe siècle, les choses paraissent se simplifier. Les listes de localités dressées par l’administration comtale distinguent avec un certain soin divers types d’habitat. Y voit-on plus clair pour autant ? Je me propose ici de réexaminer en détail ce vocabulaire et d’en préciser la valeur à la lumière des découvertes effectuées sur le terrain.

L’apport des textes

  • 2 F. Benoît, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone, Alphonse (...)
  • 3 J.-H. Albanès, Gallia Christiana Novissima, 1.I, Province d’Aix, Montbéliard, 1899, Instrumenta, co (...)
  • 4 A. Venturini, « Episcopatus et bajulia. Note sur l’évolution des circonscriptions administratives c (...)
  • 5 É. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), (...)

2Les sources sont bien connues. La plus ancienne, partielle, figure dans les statuts des baillies de Fréjus et de Senez, édictés par Raimond Bérenger V en 1235 et 123 7/123 82. La seconde a été datée du début du XIIIe siècle par son éditeur, le chanoine Joseph-Hyacinthe Albanès3 mais située plus précisément par Alain Venturini entre 1232 et 12444. La troisième sert de cadre à l’enquête sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en 1252, complétée en 1278 pour la baillie de Castellane absente des précédents états5. Il existe plusieurs listes ultérieures, encore inédites. Je n’utiliserai ici que celles de l’enquête de 1332/1333 (Leopardi), en cours de publication, pour les baillies du Luc et d’Hyères, dont on m’a confié la transcription.

  • 6 É. Baratier, ibid., par exemple n° 147 (in castro de Villanova [...] tota villa est domini comitis) (...)

3Un premier constat : au-delà de son apparente précision, le vocabulaire reste très flou. En annonçant la liste des localités redevables des cavalcades, les statuts de Fréjus de 1235 et de Senez de 1237/1238 utilisent en guise de générique l’expression castrum vel villa. L’énumération elle-même qualifie expressément de castrum moins de la moitié des habitats, les autres sont désignés par leur seul nom, sauf deux cas de regroupement au sein d’entités territoriales, les vallées de Fox-Amphoux et d’Ampus. Les listes d’environ 1232-1244 appliquent le qualificatif castrum à une écrasante majorité de sites, dont elles ne distinguent que quatre civitates (Aix, Nice, Vence et Antibes), un burgus (Riez), cinq villae (Saint-Maximin, La Celle, Brignoles, Saint-Estève de Rians et Grasse) et douze bastides, plus seize villages sans qualification et les îles du littoral, dont le mode d’habitat n’est pas détaillé. Dans l’enquête de 1252 apparaissent comme villa Grasse, Saint-Cassien, Cabasse, Le Muy, Tourrettes, Saint-Raphaël, La Lausade et Espeluque-de-Carcès dans la baillie de Fréjus, La Valette, Sainte-Anastasie. Barjols, Le Val, Garéoult, SaintMaximin, Brignoles et Saint-Zacharie dans la baillie de Saint-Maximin, Pavie dans celle d’Aix, Barcelonnette, Seyne, Digne dans celle de Digne, Tarascon, Le Thor, Avignon, Thouzon, Jonquerettes et Germignargues dans celle d’Avignon, Arles, Trinquetaille et Mouriès dans celle d’Arles, Senez. Ont droit à une double qualification castrum seu/et villa Lantosque dans la baillie de Nice, Pignans et la Garde-Freinet dans la baillie de Fréjus, Moustiers dans la baillie de Digne et Caumont dans celle d’Avignon. Le mot villa désigne visiblement toute espèce d’agglomération, puisqu’on le trouve à plusieurs reprises appliqué à des castra6. Sur une dizaine d’occurrences du terme bastida, deux sont des noms de lieu assortis du qualificatif castrum. Burgus est réservé aux faubourgs urbains de Brignoles, Digne, Castellane, Arles et Avignon, mais désigne aussi la partie basse du village de Mézel, sous le castrum superius. Tout le reste porte le qualificatif de castrum, employé comme générique même pour des ensembles de localités par ailleurs qualifiées de villa. Dans l’enquête de 1278 sur la baillie de Castellane, tous les habitats, même dépourvus de fortification (Saint-Julien, Castellet-de-la-Robine) sont appelés castrum, sauf le burgus de Castellane et la villa de Senez. Quant à l’enquête de 1332-1333, elle ne connaît que le mot castrum. À cette date, tout chef-lieu de seigneurie et de communauté a droit à cette appellation. Le mot villa ne s’applique qu’à l’agglomération urbaine ou villageoise ou, éventuellement, à des écarts. Peut-on, pour expliquer cet emploi exclusif, imaginer que les anciennes villae sont toutes, désormais, pourvues de fortifications ?

4Il faut donc, en ce qui concerne l’étude morphologique de l’habitat, prendre avec précaution des données aussi imprécises et de surcroît incomplètes. Pour examiner le seul exemple de la baillie de Fréjus, sur 107 habitats répertoriés, 62 figurent dans la liste de 1235, 102 dans celle d’environ 1232-1244, 82 dans celle de 1252. Cinquante-huit localités seulement apparaissent dans les trois listes, 23 dans deux listes, 26 dans une seule. Les désertions, connues ou soupçonnables, et les exemptions (seigneuries ecclésiastiques, surtout en 1235) ne rendent pas compte de toutes les lacunes. Comment expliquer l’absence de Tourrettes et de Palaison vers 1232-1244, de Gassin. Brovès et Vins en 1252 ? Que faut-il penser du silence général au sujet de Régusse, dont l’église est mentionnée en 1274 ?

L’apport de l’archéologie

  • 7 Cette pratique est attestée par les textes. En 1388, le seigneur de la Bastide-des-Jourdans (Vauclu (...)

5L’examen des sites et des vestiges permet de compléter et de corriger le témoignage des sources écrites. Les prospections, effectuées de manière presque exhaustive dans le département du Var et plus ponctuellement dans les départements de Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence, le montrent. Gardons-nous de croire, cependant, que l’étude de terrain apporte toutes les solutions. Quand ils sont encore occupés, les habitats ont subi des transformations, souvent assez importantes pour faire disparaître toute trace de la structure initiale. Les sites désertés n’offrent pas toujours une meilleure visibilité. Ils ont souffert de l’érosion, particulièrement intense sur les sommets où ils sont perchés, et ont servi, pendant longtemps, de carrière de matériaux7. En plus d’un endroit, surtout dans les zones de montagne, il ne reste rien de visible. La fouille elle-même a ses limites. Les indications chronologiques, d’ailleurs très approximatives, qu’elle nous fournit remontent généralement à la dernière période d’occupation et ne nous éclairent sur les origines de l’habitat qu’en cas d’abandon très précoce. A titre d’exemple, le matériel trouvé à Forcalqueiret, castrum mentionné dans le premier quart du XIe siècle, date pour l’essentiel du début du XVIIe siècle, sauf quelques tessons de céramique attribués au XIIIe siècle.

6À partir de ces deux sources d’information, tentons maintenant de dresser un bilan de l’habitat provençal au bas Moyen Âge. Un bas Moyen Âge entendu au sens très large, incluant le XIIIe siècle et même, éventuellement, tant sont incertaines les datations, les dernières décennies du XIIe siècle. On me pardonnera, je l’espère, cette entorse aux cadres chronologiques habituels. Par rapport aux débuts du phénomène castrai (Ve siècle) et à son plein développement (IXe-Xe siècle), la période ainsi définie, celle de l’achèvement, apparaît bien comme « tardive ».

Habitats anciens (fig. 2)

  • 8 Abbatiales : La Celle, Saint-Zacharie ; collégiales : Barjols, Pignans ; prieurales : Cabasse, Carn (...)

7L’habitat castrai – habitat perché, donc fortifié, composé, selon une définition de l’époque, d’un château et d’une agglomération, le plus souvent accompagnés d’une église – prédomine largement. À l’orée du XIIIe siècle, on en compte sur le territoire de l’actuel département du Var (151 communes) au moins 198, à côté de deux cités épiscopales et de 18 villae. Ces dernières, bâties en terrain plat ou peu accidenté, sont toutes groupées autour de l’église (abbatiale, collégiale ou prieurale), dont elles dépendent et qui, dans près de la moitié des cas, leur a donné son nom8. Dans ce lot de villae, la plus ancienne (Lorgues) apparaît en 986, la plus récente (Sanary) en 1113. On connaît mal la morphologie de Toulon à cette époque. Fréjus juxtapose deux agglomérations : au nord la ville épiscopale, serrée autour de la cathédrale et accostée à l’est d’un petit faubourg ; au sud, sur la butte Saint-Antoine, le castrum vicomtal.

  • 9 Vingt et un d’entre eux ne sont mentionnés par aucun texte et nous ne connaissons pas leur nom, sau (...)

8Les 198 castra recensés ne sont plus tous vivants en 1200. La désertion paraît certaine et déjà ancienne (antérieure au XIIe siècle) pour 38 d’entre eux, établissements de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge, parfois installés sur des sites de l’Âge du fer, comme Saint-Probace à Tourves, Salemes Vieilles à Salemes, Βurn is à Roquebrune, ou créations éphémères du premier Moyen Âge, comme l’impressionnante roque d’Aups à Plan-d’Aups9. L’importante densité d’habitats (quinze) de cette dernière catégorie, trouvée dans le massif des Maures, a peut-être un rapport avec l’épisode sarrasin (occupation et reconquête). D’autres abandons ont eu lieu dans le courant du XIIe siècle. On le sait avec certitude pour les onze plus récents, signalés dans les listes d’environ 1232-1244, et pour de rares cas datés par un texte, comme Rougiers-1. On le suppose pour une trentaine d’autres, au vu de leurs vestiges.

Habitats nouveaux (fig. 2)

9Dans le même espace territorial du département du Var, les listes de la première moitié du XIIIe siècle et quelques autres documents font apparaître 64 nouvelles localités. Le chiffre est important et représenterait un accroissement soudain de 32,3 % du corpus. Ce serait sans compter avec les lacunes documentaires des XIe et XIIe siècles, qui occultent sans doute une partie des habitats anciens. Essayons de faire le tri à l’aide des toponymes employés pour les désigner

Fig. 2 : Carte d’ensemble des habitats castraux du département du Var (dessin Françoise Laurier, Centre Archéologique du Var).

Toponymes romans : les bastides

  • 10 Le nombre ne peut en être fixé avec exactitude. Le fichier du Centre archéologique du Var en recens (...)

10Un premier lot se dégage, dont le nom utilise un terme que les actes antérieurs ignorent : les bastides. Celles, du moins, qui ont donné naissance à une agglomération, car il en a existé beaucoup d’autres qui sont demeurées isolées10. Les listes d’environ 1232-1244 en dénombrent quatre :

  • Bastida Peregrini (Bastida Prepositi en 1252) = La Bastidonne, commune de Barjols ; site peu accidenté, ruines informes.

  • Bastida de Pngeto = La Tour-de-Faucon, commune de Puget-Ville ; belle tour à éperon, entourée d’une enceinte, le village n’est plus visible.

  • Bastida de Ponteves = Sainte-Catherine, commune de Pontevès ; ruines du château, de l’église et du village.

  • Bastida Sclaponi = La Bastide-d’Esclapon, commune de la Bastide ; ruines importantes du château, du village fortifié et de l’église au nord-est du village actuel, bâti à l’époque moderne (fig. 3).

11Une cinquième apparaît en 1252 :

12- Bastida de Soleses = Soleils, ruines imposantes du château et du village au lieu-dit Rocher de la Forteresse, commune du Bourguet (fig. 4) ; a-t-elle été omise vers 1232-1244 ou créée dans l’intervalle ?

Toponymes romans : cas certains

13Viennent ensuite 35 localités dont le nom dérive d’appellatifs romans déjà connus et employés à l’époque antérieure. Les quatre premières sont certainement des créations tardives :

  • La Garde-Freinet : appellation forgée sur le dérivé gardia, est déclarée de fondation récente dans l’enquête de 1252, ce que confirment les fouilles effectuées dans les années 1970 (fig. 5).

  • La Valette : dans la plaine du Gapeau, au pied du castrum de Tourris, peut-être formée autour d’un prieuré rural plus ancien ; il s’agit là d’une villa entourée, on ne sait à quelle date, d’un mur d’enceinte.

  • Château-Royal (commune de Carnoules) : son nom suggère une création contemporaine du seul comte de Provence paré du titre royal, Alphonse II (1166-1196).

  • Pennafort (commune de Callas) : il s’agit bien là d’une fondation nouvelle, qui a repris le nom d’un castrum plus ancien assis sur le sommet d’une colline proche.

Toponymes romans : cas probables

14Appartiennent probablement au même groupe les 19 suivantes : -Amphoux (commune de Fox-Amphoux) : satellite de Fox, sur un relief de faible amplitude ; le nom de baptême Anfos paraît inusité en Provence avant la seconde moitié du XIIe siècle.

  • Aurier (commune d’Hyères, lieu-dit Saint-Estève) ; petit castrum sur une crête dominant un pont ; son nom paraît dériver de l’ancien provençal aura = vent.

  • Boisset (commune de Saint-Julien-le-Montagnier) : le nom est tiré de l’ancien provençal bois = buis, avec le suffixe collectif- et, et du site peu accidenté, proche de la route qui relie Saint-Julien à Vinon.

  • Châteauvert : le qualificatif vert, qui ne traduit pas ici la couleur, mais la force, se retrouve dans le nom de Puyvert (Vaucluse), fondation du début du XIIIe siècle.

  • Fabrègues (commune d’Aups) : le nom (ancien provençal fabrega = forge) et le relief peu élevé signalent une fondation tardive.

    • 11 J.-P. Brun. Carte archéologique de la Gaule, Le Var, Paris, 1999.1.I, p. 464.

    Fenouillet (commune d’Hyères) ; tiré de l’ancien provençal fenolh = fenouil, ce toponyme a probablement été donné au petit établissement installé, dans la première moitié du XIIIe siècle, sur le site d’un grand habitat perché de l’Âge du fer et de l’Antiquité tardive dont on ignore le nom11.

  • Pourcieux : établissement récent à vocation agricole (ancien provençalporcil = étable à porcs), perché sur un monticule de la haute vallée de l’Arc.

    • 12 Peut-être la colline qui fait face à l’ouest au village de La Verdière. La construction de la chape (...)

    Puget (commune de la Verdière) : les deux castra homonymes situés dans le département apparaissent l’un au Xe, l’autre au XIe siècle ; mais ce diminutif de puei continue à être utilisé jusqu’au XIIIe siècle, par exemple à Puget-surDurance (Vaucluse) ; on pourrait donc avoir ici une création tardive ; le site n’a pas été localisé avec certitude12.

  • Le Revest (aujourd’hui Le Revest-les-Eaux) : habitat lié à un défrichement, sur le territoire de l’ancien castrum de Tourris ; sans doute tardif, bien que son homonyme situé aujourd’hui dans la commune de Sainte-Maxime apparaisse au XIe siècle.

  • Le Revest-Notre-Dame (commune d’Esparron) : cité à partir de 1177, très proche d’Esparron. perché sur une colline qui domine directement la route de Rians et la chapelle Notre-Dame.

  • La Roquette (commune de La Crau), La Roquette (commune du Muy) et La Roquette d’Oraison (commune de Montmeyan) seraient, comme La Roquette (commune de Cabasse), mentionnée en 1161, des créations de la seconde moitié du XIIe siècle ; tous ces établissements ont en commun une position marginale (respectivement par rapport à Hyères, Le Muy, Montmeyan et Cabasse), sur un itinéraire secondaire et un site de faible altitude.

    • 13 J.-P. Brun, op. cit., t. I, p. 388-392.

    Saint-Estève (commune d’Evenos) : les fouilles pratiquées sur ce site spectaculaire, perché dans les gorges du Destel, ont révélé la réoccupation, probablement au XIIIe siècle, d’un habitat de l’Âge du fer et de l’Antiquité tardive13.

  • Sainte-Marguerite (commune de La Garde) : petit établissement côtier éphémère, mentionné à partir de 1212.

  • Seaux (commune de Saint-Maximin : sur un relief peu accusé, en marge de la haute vallée de l’Argens ; son nom paraît dérivé de sega = haie.

  • Tournon (commune de Montauroux) : le nom, de l’ancien provençal lorn = butte, colline ronde, et les vestiges suggèrent, comme pour Tournefort (commune de Rognes, Bouches-du-Rhône), une création tardive.

  • Velnasque (commune de Tourrettes) : ce petit castrum a pris, de la vallée qu’il domine, son nom composé de val et de l’adjectif masca, au sens mal connu (sombre ?).

15Il convient encore d’ajouter au corpus deux localités dont les noms n’apparaissent pas dans les textes – probablement parce qu’elles n’ont eu qu’une brève existence et n’ont jamais reçu le statut de chef-lieu-, mais que leurs caractères morphologiques apparentent à des bastides :

  • Châteauneuf (commune de Vinon) : les vestiges, sur une crête peu élevée entre la vallée du Verdon et celle d’un petit affluent, dominent la route qui relie Vinon à Cadarache et à Saint-Paul-lès-Durance.

    • 14 Cet édifice, très remanié, conserve des restes d’élévations avec marques de tâcherons que Y. Codou,(...)

    Saint-Biaise (commune de La Martre) : ce petit habitat, perché sur un rocher au-dessus d’un pont (probablement médiéval) sur l’Artuby, accompagnait la chapelle du même nom14.

Toponymes romans : cas incertains

16Seraient en revanche plus anciens :

  • Arquinaut (commune de Tourtour) : le nom de baptême Erchinoaldus n’est pas mentionné dans les sources provençales ; son emploi remonterait au haut Moyen Âge.

  • Aurafrège (commune de Gréoux-les-Bains, mais au sud du Verdon) : cette motte découverte par Daniel Mouton appartient évidemment à l’époque précédente.

  • Cap-Roux (commune de Saint-Raphaël) : ce site rupestre, perché sur une croupe du versant nord du massif du Cap-Roux, doit son nom actuel, la Sainte-Baume, à sa reconversion en ermitage avant le milieu du XVIIe siècle ; les vestiges sont bien ceux d’un petit castrum, qui jalonnait une ancienne voie de traversée de l’Estérel.

    • 15 É. Sauze, « Les limites du désert de la Verne », in J. Charles-Gaffiot, La chartreuse de la Verne, (...)

    Castel-Nègre (commune du Lavandou) : perché sur un piton au-dessus de l’anse de Cavalière, ce castrum était déjà désert depuis assez longtemps pour que son nom, conservé par le cap contigu, ne figure pas dans la charte qui mentionne le site en 119215.

  • Châteauvieux : probablement contemporain de son homonyme de Signes, mentionné à partir de 1198 mais de création beaucoup plus ancienne et rebaptisé après le déplacement de Signes sur son site actuel.

  • Estelle (commune de Trigance) : dérivé de l’ancien provençal estel = rocher, récif, le toponyme décrit bien le site, où l’on voit encore des ruines ; l’habitat serait plutôt ancien, si on considère que son homonyme des Hautes-Alpes, Etoile-Saint-Cyrice, est mentionné en 1075.

    • 16 Idem.

    Fauguières (commune de Collobrières) : toponyme d’après un collectif de l’ancien provençal feuga = fougère ; installé sur une partie d’un habitat perché de l’Âge du fer, ce petit habitat était déjà abandonné au moment où il apparaît, en 1205, dans le cartulaire de la chartreuse de la Verne16.

  • La Garde (commune de Figanières) : haut perché au-dessus des gorges de l’Artuby, serait plutôt de la même génération que son homonyme proche de Toulon, mentionné au XIe siècle.

    • 17 B. Guérard éd., Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, n° 383 ; H. Moris et (...)

    Pibresson (commune de Tourrettes) : ce type de toponyme, formé d’un descriptif (ancien provençal puei) et d’un anthroponyme sans organe de liaison, ne paraît plus usité au XIIe siècle ; le nom de baptême, assez rare, Briccio ou Bricius se rencontre dans les chartes des Xe et XIe siècles, porté notamment par un propriétaire de Besse vers 1070 et un chanoine de Fréjus entre 1044 et 109117.

  • Raynier (commune d’Ampus) : Rainerius, attesté comme nom de baptême aux XIe et XIIe siècles, ne reste plus ensuite que comme patronyme.

  • Saint-Estève (commune de Rians) : ancien habitat perché protohistorique et tardo-antique, mentionné vers 1232-1244 comme désert et désigné du nom de la chapelle Saint-Estève, située assez loin en contrebas, auquel le site devait appartenir.

Toponymies latins et prélatins : cas probables

17Le troisième lot comprend 18 castra dont les noms perpétuent des formations latines (trois) ou prélatines (quinze). Tous ne sont pas aussi anciens que leur nom pourrait le laisser supposer :

    • 18 J.-P. Brun, op. cit., t. I, p. 258, signale du matériel de cette époque au lieu-dit Brégançon, près (...)

    Brégançon (commune de Bormes-les-Mimosas) : sur ce petit îlot, aujourd’hui rattaché au rivage par une digue, subsiste un vestige du mur d’enceinte de l’ancien village ; l’îlot tire peut-être son nom d’un habitat de l’Âge du fer situé à l’intérieur du massif18 l’insécurité permanente du littoral durant les premiers siècles du Moyen Âge plaide en faveur d’une création tardive.

  • Dragon (commune de Draguignan) : le toponyme reproduit, semble-t-il, un nom de baptême tardo-antique – peut-être le même qui a servi à dénommer Draguignan – usité jusqu’au XIe siècle ; mais l’établissement, perché sur un piton surplombant la route de Comps, ressemble à une bastide ; les sondages effectués sur le site n’ont, comme d’habitude, révélé que la dernière période d’occupation.

    • 19 Arch, de l’évêché de Toulon, Cartulaire de l’évêché de Fréjus, fol. 120-136, état des droits de l’é (...)
    • 20 Y. Codou, op. cit., t. II, p. 225.

    Estérel (commune de Fréjus) : au coeur du massif du même nom, les ruines d’une petite église romane, de cabanes en pierre sèche et des traces d’aménagements (escalier) sur le piton rocheux voisin témoignent de l’existence de ce petit habitat dont l’abandon est antérieur à la première mention en 140119. L’identification proposée par Yann Codou avec le Saint-Jean qui sert de titre en 1131 à un seigneur de la Napoule est très fragile20. Le site ressemble plutôt à une bastide qui aurait eu pour mission de protéger un terroir de culture très isolé et le chemin, ancêtre de la Nationale 7, qui traversait le massif.

  • Régusse : on pourrait croire à une création moderne en voyant le site peu accidenté et le plan presque orthogonal du village ; mais le territoire environnant a très peu de relief et la dénivelée d’une vingtaine de mètres offerte par ce bord de plateau, le long du chemin reliant Aups à Quinson, a dû sembler suffisante pour un castrum. Il reste quelques fragments du mur d’enceinte et une maison médiévale. Une fondation du XIIIe siècle est ici probable.

Toponymes latins et prélatins : cas incertains

    • 21 J.-P. Brun, op. cit., t. I, p. 228.

    Artignosc : son nom aurait été transféré de l’habitat perché de l’Âge du fer, réoccupé à la fin de l’Antiquité, aujourd’hui appelé Peyro Baroun21 d’abord au site médiéval dit Saint-Estève, puis au village actuel, qui ne paraît guère antérieur au XVIe siècle. Le castrum d’Artignosc, mentionné pour la première fois dans la liste de c. 1232-1244 n’a probablement pas attendu une date aussi tardive pour succéder à son homonyme tardo-antique.

    • 22 J.-P. Brun, ibid., t. Il, p. 858.

    Astros (commune de Vidauban) : l’établissement templier signalé au XIIIe siècle s’est installé sur le site d’un habitat de l’Âge du fer et de l’Antiquité tardive22 dont il a gardé le nom.

  • Avaye (commune de Mons) : rien ne prouve que le toponyme Avaisct cité dans le Polyptyque de Wadalde (813/814) désignait l’habitat castrai dont les ruines surplombent la source de la Siagnole ; l’altitude et la morphologie du site suggèrent néanmoins une fondation ancienne.

  • Brenon : les ruines du village fortifié, partiellement habité jusqu’en 1935, se déploient en éventail sous le piton rocheux qui devait porter le château ; le site, suspendu au-dessus de trois vallées très encaissées, pourrait être celui de l’habitat de l’Âge du fer qui a reçu le nom, peut-être gaulois, de Brenon ; la fondation du castrum paraît bien antérieure au XIIIe siècle.

    • 23 J.-P. Brun, Ibid., t.I, p. 405.

    Candumy (commune de Flassans-sur-Issole) : cet habitat conserve le nom d’un habitat de l’Âge du fer dont les vestiges ont été retrouvés à proximité23 ; malgré son apparition tardive dans les textes (1188), il remonterait plutôt au début du Moyen Âge.

    • 24 J.-P. Brun, Ibid., t. II, p. 592.

    Coutelas (commune de Régusse) : installé sur le site d’un habitat perché de l’Âge du fer24 dont il perpétue le nom, ce castrum a très probablement été créé au début du Moyen Âge.

  • Estusse (commune de Saint-Zacharie) : le toponyme paraît formé sur le même radical qu’Astros ; le site, une croupe du versant sud du mont Aurélien, contrôle le chemin qui traverse le massif entre Saint-Zacharie et Trets ; l’habitat était abandonné au moment de sa première mention, vers 1232-1244.

  • Lagnes (commune d’Ampus) : le castrum n’a pas été retrouvé ; il devait être assez proche de la ferme, encore visible, construite par les Templiers de Ruou, dont l’installation fut peut-être responsable de la désertion du village ; il ne saurait donc être question ici d’une création du XIIIe siècle.

  • Malignon (commune de Seillans) : le toponyme vient peut-être de la montagne aujourd’hui dite la Pigne, où ont été découverts deux habitats perchés de l’Âge du fer ; dans les ruines du castrum, on voit les restes de deux églises successives, la seconde visiblement construite assez tard (XIVe siècle ?) avec les pierres de la première. Celle-ci, victime d’un glissement de terrain ou d’un tremblement de terre, pourrait avoir été construite au XIIe siècle (appareil très soigné, travée droite précédant l’abside).

  • La Martre : il n’est pas prouvé, mais il n’est pas impossible que le castrum ait succédé à un habitat perché de l’Âge du fer sur le piton isolé qu’il occupe, de 1065 m. d’altitude. L’existence, à faible distance, d’un petit habitat de type bastide (Saint-Biaise) suggère une origine plus ancienne pour le castrum.

  • Savard (commune de Saint-Zacharie) : ce nom de baptême d’origine germanique n’est pas attesté dans la région ; son emploi pour désigner le petit castrum, aux vestiges très réduits, qui couronne une colline à l’est de Saint-Zacharie remonterait au début du Moyen Âge ; mentionné en 1177, l’habitat est déclaré désert vers 1232-1244.

  • Tanneron : il reste peu de vestiges visibles du castrum sur le sommet, fortement nivelé, qui surplombe l’actuel village, mais suffisamment pour y reconnaître un site de type oppidum, probablement implanté sur un habitat de l’Âge du fer.

  • Taurenne (commune de Tourtour) : le toponyme n’apparaît qu’en 1497, avec le château aujourd’hui connu sous ce nom, longtemps après l’abandon du castrum, peut-être déjà effectif au milieu du XIIIe siècle ; les ruines, très arasées, ont sans doute servi de carrière de pierre.

    • 25 Ce nom lui vient du prieuré Saint-Biaise, auquel il appartenait alors.

    Verceil (commune de Figanières) : un habitat perché de l’Âge du fer, aux murs en gros blocs posés sur chant, a servi d’assise à ce castrum déjà abandonné lorsqu’il apparaît dans la liste d’environ 1232-1244 sous l’appellation de castrum quondam Sancti Blasii25

Bilan

  • 26 L’apparition de noms nouveaux dans les textes ne correspond plus à des créations, mais corrige les (...)

18L’examen détaillé oblige donc à réduire sensiblement – de 64 à 34, soit 13 % du corpus total – le nombre des villages de la dernière génération. L’accroissement réalisé dans la période 1150-1250 serait donc de 17 %, chiffre qui témoigne d’un dynamisme remarquable. Passé le milieu du XIIIe siècle, cependant, on ne crée plus aucun castrum. Les agglomérations nouvelles – des écarts, dont certains remplaceront ultérieurement leur chef-lieu – recherchent désormais le confort des coteaux ou des pieds de pente ensoleillés, proches des routes, des cultures et des points d’eau26 quitte à pallier l’absence de défenses naturelles par la construction de fortifications.

Désertions

  • 27 Ceux, en particulier, de G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var), contribution à l’ (...)

19De nombreux travaux ont déjà mis en lumière les désertions qui ont affecté l’habitat castrai au bas Moyen Âge27. Je me contenterai ici de préciser l’ampleur et la chronologie du phénomène. Des 260 castra recensés dans le Var, 79 (30 %) seulement sont encore vivants aujourd’hui et ce taux élevé ne concerne pas seulement les zones montagneuses, mais l’ensemble du territoire considéré. Les abandons ont touché tout particulièrement les créations tardives : des 34 villages énumérés ci-dessus, 30 ont disparu avant la fin du Moyen-âge, dont 26 définitivement. Toutes les périodes ont connu leur lot d’échecs :

Avant 1000

2

XIe siècle

6

XIIe siècle

38

XIIIe siècle

33

XIVe siècle

32

XVe siècle

33

XVIe-XVIIIe siècle

11

XIXe-XXe siècle

2

20Fournis par la documentation disponible, ces nombres doivent être relativisés. Beaucoup d’abandons n’apparaissent dans les textes que longtemps après leur survenue. Les données des XIIe et XIIIe siècles sont sans doute surestimées. L’impact de la crise économique et démographique amorcée par la grande peste de 1348 paraît, en définitive, moins important qu’on ne l’a cru. D’autant que certains des habitats considérés comme désertés ont, en fait, été simplement déplacés.

Déplacements

21L’étude du département du Var révèle 42 cas assurés de déplacement d’un habitat, transporté avec son nom d’un site vers un autre. On ne tient pas compte ici des déperchements qui ont fait glisser les agglomérations du sommet vers le pied de la pente sans discontinuité du tissu bâti (par exemple Hyères ou Le Luc). L’époque moderne a vu 32 villages changer d’emplacement, le plus souvent par émigration progressive de la population et du chef-lieu d’un site perché à un site de plaine ou de fond de vallée (par exemple Forcalqueiret, Flassans. Le Beausset), parfois par création d’un nouveau village plus ou moins longtemps après l’abandon de l’ancien (par exemple Vidauban ou Cavalaire).

22Les déplacements médiévaux sont moins nombreux, mais aussi moins connus. Trois des dix cas repérés ont eu lieu avant le XIe siècle, probablement pour Artignosc, certainement pour Salernes et Vinon. Une charte de 1098, qui évoque à la fois l’église Saint-Priest du vieux castrum et l’église Notre-Dame à construire, nous fournit un point de repère pour Vérignon. La mention de Châteauvieux en 1198 donne le terminus ante quern du déplacement de Signes sur son site actuel. La construction du second village de Rougiers a eu lieu après l’incendie du premier vers 1150. On peut encore placer dans la même période, entre 1150 et 1250, quatre autres déplacements : Aups, dont le monastère attire les habitants au détriment du castrum de Saint-Marc ; Pontevès, auparavant perché sur les deux sommets du petit Bessillon (fig. 6) ; Pennafort, déjà cité ; La Garde-Freinet (la liste de 1252 signale le castrum et une villa qui correspond sans doute au village actuel installé sur le col).

  • 28 Archives privées (Aix-en-Provence), Visites pastorales du diocèse d’Aix, 1340-1358, fol. 14v-15v. L (...)

23Bien que nettement plus tardive, la descente de la Roquebrussanne a valeur d’exemple par le récit que nous en donne la visite pastorale du 27 novembre 1340. L’archevêque Armand de Narcès constate alors que plus des deux tiers des paroissiens ont fixé leur demeure dans la vallée, loin du castrum où est restée l’église. Beaucoup d’entre eux, arguant de leur faiblesse ou de leurs occupations et de la difficulté du chemin, s’abstiennent d’assister aux offices des dimanches et des jours de fête. Des femmes, qui montaient faire baptiser leurs nouveau-nés, les ont ondoyés à une fontaine ou un ruisseau, de peur qu’ils ne meurent en chemin. On ne trouve plus de volontaires pour transporter jusqu’au cimetière les défunts, qu’on fait porter comme des sacs à dos de bête. Trop souvent, le curé, qui réside en haut, refuse de descendre visiter les malades et les mourants. Pour mettre fin au scandale, à la demande des habitants, le prélat autorise la communauté à faire construire dans le bourg inférieur une nouvelle église paroissiale, dont il donne la description28 Ce texte confirme ce que l’on pouvait pressentir des raisons majeures des déperchements et des déplacements d’habitat : l’inconfort et la difficulté d’accès des sites castraux, éloignés des terroirs de culture et des chemins.

24On ne sera pas surpris de ne plus trouver de déplacement de village après 1340 et jusqu’au XVIe siècle.

Variations régionales

25Pour finir, il reste à mesurer l’exemplarité du département du Var en examinant deux échantillons pris dans les départements de Vaucluse et des Alpes-deHaute-Provence.

  • 29 Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Pays d’Aigues. Cantons de C (...)
  • 30 Ce pourcentage est peut-être surestimé. L’enquête a omis au moins un site castrai tardo-antique (le (...)

26Dans les 23 communes du Pays d’Aigues (département de Vaucluse, cantons de Cadenet et de Pertuis), versant sud du massif du Lubéron, ont été comptés 30 castra, 21 mentionnés avant 1200, 9 après29. Les créations tardives, particulièrement nombreuses, représentent 42,8 % du total30. La désertion a touché, entre le début du XIIIe et le milieu du XVe siècle, huit villages, cinq anciens et trois nouveaux. Six autres ont été déplacés, tous à l’époque moderne. Pour une densité de sites moindre, la stabilité s’avère meilleure.

27Les 12 communes étudiées dans les Alpes-de-Haute-Provence, quatre dans la haute vallée du Verdon, cinq dans la vallée de l’Asse et trois dans la haute vallée du Var. contiennent 25 castra — chiffre peut-être un peu sous-estimé en raison du vide documentaire et des ravages de l’érosion dans cette zone de moyenne montagne. Les créations tardives paraissent peu nombreuses (six, soit 25 %) : La Bâtie-sur-Jabron (commune de Peyroules), Dauphin (commune de Saint-Lions), Puy-Saint-Pons (commune de Barrême), Mousteiret-d’Aups (commune de Peyroules) et Mousteiretde-Sausses (commune de Castellet-lès-Sausses). Pour un taux de désertion très proche de celui du Var, le taux de déplacement atteint le double. Quatre villages actuels seulement occupent encore leur site d’origine, tous les autres ont été abandonnés ou remplacés, à date plus ou moins ancienne. Le bourg de Barrême, au pied du piton qui portait le caslrum, pourrait remonter au ΧΙΙIe siècle.

28La première migration de Demandolx (fig. 7) a dû se produire au XIVe siècle (première moitié ?) si l’on en juge par l’architecture du château et de l’église paroissiale. Du précédent castrum subsistent quelques modestes vestiges sur la pointe des aiguilles rocheuses qui dominent le village, lui-même abandonné au XVIIe siècle pour le hameau de Saint-Michel qui sert aujourd’hui de chef-lieu.

29Le village actuel de Braux ressemble, de loin, à un habitat moderne (fig. 8). Il s’agit pourtant d’une création médiévale, que l’on peut situer dans la deuxième moitié du XIVe siècle. De plan concentrique, l’agglomération possédait encore au XVIIe siècle des restes de fortifications. Au centre, sur le point le plus élevé du mamelon, l’église de style roman (agrandie et remaniée aux XVIIe et XIXe siècles) avoisine un espace vide qui a probablement contenu la résidence seigneuriale avant d’être converti en cimetière. Les pierres de taille à bossage plat, trouvées en remploi dans un écart assez proche, pourraient provenir de cet édifice détruit. Quant au Braux, dont le nom apparaît dans une charte du cartulaire de Lérins datée de 1147, il faut le chercher à 1300 mètres plus au nord, sur un piton de 1337 mètres d’altitude appelé le Castel (fig. 9). Après l’abandon de ce site (fin XIIe-débutXIIIe siècle ?), le territoire, annexé à Saint-Benoît, retrouva son autonomie avant 1400.

30À l’inverse, on serait tenté de croire médiéval le village de Sausses (fig. 10), tant il présente les caractères d’un habitat castrai avec ses maisons serrées sous le château. L’ensemble n’est pourtant pas antérieur au XVIe siècle et portait encore au début du XIXe siècle le nom d’Entrevaux. Le castrum, mentionné en 1042, couronnait probablement le piton qui domine à l’est le village. Ce sommet, d’où la vue s’étend sur la vallée du Var, a malheureusement servi de carrière de gypse.

Fig. 3 : La Bastide- d’Esciapon (Var. commune de la Bastide). Vue d’ensemble prise du sud-ouest (cl. Élisabeth Sauze)

Fig. 4 : La Bastide-de-Soleils (Var, commune du Bourguet). Vue d’ensemble prise du nord-ouest (cl Alexel Laurent)

Fig. 5 : La Garde-Freinet (Var). Vue d’ensemble prise du nord, montrant en enfilade le castrum de La Garde, le village actuel et le castrum de Miravaux (cl. Laurent Boudinot)

Fig. 6 : Pontevès (Var). Le Petit Bessillon, premier site castral : sur le sommet de gauche le château, sur celui de droite le village et l’église (cl. Élisabeth Sauze)

Fig. 7 : Demandolx (Alpes-de-Haute-Provence). Le site castral de Ville, vu du sud (cl. Élisabeth Sauze)

Fig. 8 Braux (Alpes-de-Haute-Provence). Le village, vu du sud (cl. Élisabeth Sauze)

Fig. 9 : Braux (Alpes-de-Haute-Provence). Le piton de Castel (au second plan au centre), premier site castral de Braux (cl. Élisabeth Sauze)

Fig. 10 : Sausses (Alpes-de-Haute-Provence). Le village actuel, vu de l’ouest. Le site castral est sur le sommet à l’arrière-plan (cl. Élisabeth Sauze)

Notes

1 É. Sauze, Inventaire des castra du département du Var, Rapports de prospection, années 2000 à 2003 (résumés dans Bilan scientifique du S.R.A. de Provence-Alpes-Côte d’Azur, des mêmes années).

2 F. Benoît, Recueil des actes des comtes de Provence appartenant à la maison de Barcelone, Alphonse II et Raimond Bérenger V (1196-1245), Monaco-Paris, 1925, p. 328-332 (Fréjus), et 363-365 (Senez).

3 J.-H. Albanès, Gallia Christiana Novissima, 1.I, Province d’Aix, Montbéliard, 1899, Instrumenta, col. 22-24, 205-206, 283-284, 376-677 ; t. II, Évêché de Marseille, Valence, 1899, col. 96 ; t. V, Évèché de Toulon, Valence, 1911, col. 68-69.

4 A. Venturini, « Episcopatus et bajulia. Note sur l’évolution des circonscriptions administratives comtales au XIIIe siècle : le cas de la Provence orientale », in Territoires, seigneuries, communes : les limites des territoires en Provence, Actes des 3e journées d’histoire de l’espace provençal, Mouans-Sartoux, 19, 30 avril 1986, 1987. p. 61-140.

5 É. Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969.

6 É. Baratier, ibid., par exemple n° 147 (in castro de Villanova [...] tota villa est domini comitis), n° 97 (in Castro de Ysia [...] ante villam), n°866bis (in castro de Mirendol [...] juxta villam).

7 Cette pratique est attestée par les textes. En 1388, le seigneur de la Bastide-des-Jourdans (Vaucluse) se plaint que les habitants du lieu démolissent, pour en récupérer les matériaux, les maisons qu’ils avaient construites dans la basse-cour du château à l’époque où le village n’avait pas de fortifications (Arch. dép. des Bouches-du-Rhône, 305 Ε 286) ; trois procès-verbaux rédigés en 1772 et 1773 attestent la démolition volontaire des vestiges du château d’Esclans (Var). dont on voit aujourd’hui des éléments remployés dans la bastide seigneuriale édifiée en contrebas du castrum (É. Sauze, « La ruine du castrum d’Esclans, la Motte », Revue du Centre archéologique du Var, 2006, Toulon. 2007, p. 180-199). Sur le site de Caulon (commune de Rougiers, Var), un cône d’éboulis marque l’emplacement d’où l’on faisait tomber les pierres sur le chemin en contrebas.

8 Abbatiales : La Celle, Saint-Zacharie ; collégiales : Barjols, Pignans ; prieurales : Cabasse, Carnoules, La Farlède, Garéoult, Lorgues, Le Muy, Saint-Antonin, Sainte-Anastasie, SaintMaximin, Saint-Paul-en-Forêt, Les Salles, Sanary, Tavernes, Le Val.

9 Vingt et un d’entre eux ne sont mentionnés par aucun texte et nous ne connaissons pas leur nom, sauf dans quatre cas où le toponyme a été conservé : Artignosc-1, Cavalaire, Castel-Boubon (commune de Comps) et Entreverges (commune de Rougon).

10 Le nombre ne peut en être fixé avec exactitude. Le fichier du Centre archéologique du Var en recense une douzaine, dont plusieurs ont été visitées lors de la prospection, mais une enquête approfondie en révèlerait sans doute d’autres.

11 J.-P. Brun. Carte archéologique de la Gaule, Le Var, Paris, 1999.1.I, p. 464.

12 Peut-être la colline qui fait face à l’ouest au village de La Verdière. La construction de la chapelle et de l’ermitage Notre-Dame de la Salette aurait effacé toute trace de l’ancien habitat.

13 J.-P. Brun, op. cit., t. I, p. 388-392.

14 Cet édifice, très remanié, conserve des restes d’élévations avec marques de tâcherons que Y. Codou, L’Église, les hommes et le terroir dans le diocèse de Fréjus, Xe-XIIe siècles, thèse, Université de Provence, 1997, t. Il, p. 249, date du XIIe siècle ; mais les moellons qui portent lesdites marques pourraient être en remploi.

15 É. Sauze, « Les limites du désert de la Verne », in J. Charles-Gaffiot, La chartreuse de la Verne, trésors dispersés, Cogolin, 1998, p. 141-155.

16 Idem.

17 B. Guérard éd., Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, Paris, 1857, n° 383 ; H. Moris et E. Blanc éd., Cartulaire de l abbaye Saint-Honorat de Lérins, Paris, 1883, n° X et LU.

18 J.-P. Brun, op. cit., t. I, p. 258, signale du matériel de cette époque au lieu-dit Brégançon, près du col de Gratteloup.

19 Arch, de l’évêché de Toulon, Cartulaire de l’évêché de Fréjus, fol. 120-136, état des droits de l’évêché dressé le 20 février 1401. Il n’est question à cette date que d’un territoire.

20 Y. Codou, op. cit., t. II, p. 225.

21 J.-P. Brun, op. cit., t. I, p. 228.

22 J.-P. Brun, ibid., t. Il, p. 858.

23 J.-P. Brun, Ibid., t.I, p. 405.

24 J.-P. Brun, Ibid., t. II, p. 592.

25 Ce nom lui vient du prieuré Saint-Biaise, auquel il appartenait alors.

26 L’apparition de noms nouveaux dans les textes ne correspond plus à des créations, mais corrige les lacunes de la documentation précédente. Par exemple Cabrières-d’Aigues, dans une zone exclue, en tant que douaire des comtesses de Provence, des listes du XIIIe siècle, n’était pas connu avant le premier tiers du XIVe siècle jusqu’à la découverte d’un document inédit qui atteste son existence en 1271.

27 Ceux, en particulier, de G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var), contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris-Val bonne. 1980. p. 11 – 20 ; idem, « Archéologie et villages désertés en Provence, résultats des fouilles ». in Villages désertés et histoire économique, XIe-XVIIIe siècle, Paris, 1965, p. 287-301.

28 Archives privées (Aix-en-Provence), Visites pastorales du diocèse d’Aix, 1340-1358, fol. 14v-15v. L’église décrite correspond exactement à l’actuelle paroisse de la Roquebrussanne, moins les agrandissements (collatéraux et voûte de la nef) réalisés au XVIe ou au XVIIe siècle.

29 Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Pays d’Aigues. Cantons de Cadenet et de Pertuis (Vaucluse), Paris, 1981 (coll. Inventaires topogyaphiques, 12), 717 p.

30 Ce pourcentage est peut-être surestimé. L’enquête a omis au moins un site castrai tardo-antique (le Castellar, à Cadenet) et peut-être 4 autres, dont il faudrait chercher les vestiges à Cadenet, Lourmarin, Vaugines et Mirabeau.

Table des illustrations

Légende Fig. 2 : Carte d’ensemble des habitats castraux du département du Var (dessin Françoise Laurier, Centre Archéologique du Var).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 3 : La Bastide- d’Esciapon (Var. commune de la Bastide). Vue d’ensemble prise du sud-ouest (cl. Élisabeth Sauze)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 4 : La Bastide-de-Soleils (Var, commune du Bourguet). Vue d’ensemble prise du nord-ouest (cl Alexel Laurent)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 5 : La Garde-Freinet (Var). Vue d’ensemble prise du nord, montrant en enfilade le castrum de La Garde, le village actuel et le castrum de Miravaux (cl. Laurent Boudinot)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 6 : Pontevès (Var). Le Petit Bessillon, premier site castral : sur le sommet de gauche le château, sur celui de droite le village et l’église (cl. Élisabeth Sauze)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Fig. 7 : Demandolx (Alpes-de-Haute-Provence). Le site castral de Ville, vu du sud (cl. Élisabeth Sauze)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 8 Braux (Alpes-de-Haute-Provence). Le village, vu du sud (cl. Élisabeth Sauze)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 9 : Braux (Alpes-de-Haute-Provence). Le piton de Castel (au second plan au centre), premier site castral de Braux (cl. Élisabeth Sauze)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 10 : Sausses (Alpes-de-Haute-Provence). Le village actuel, vu de l’ouest. Le site castral est sur le sommet à l’arrière-plan (cl. Élisabeth Sauze)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7198/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Auteur

DRAC PACA

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540