Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

L'emprise seigneuriale

Le Mousteiret, une coseigneurie conflictuelle entre l’abbaye de Lérins et la famille de Castellane (XIIIe – XIVe siècle)

Germain Butaud

Texte intégral

  • 1 Cette appellation a été choisie par É. Baratier, G. Duby et E. Hildesheimer éd.. Atlas historique. (...)

1Le Mousteiret désigne aujourd’hui un écart de la commune de Peyroules, au sud du département des Alpes-de-Haute-Provence. La forme du toponyme remonte à l’époque moderne et se retrouve dans les cartes de la Provence de l’Ancien Régime. Au Moyen Âge, il s’agissait d’un petit village appelé dans les sources latines Mosterium/Monasterium de Alpibus ou Mosterium Alpium, que l’on pourrait traduire par Moutier-d’Aups1.

  • 2 Archives départementales des Alpes-Maritimes (désormais AD06), H 3, fol. 127-157. Signalons, toutef (...)
  • 3 AD06, H 10 bis, fol. 107v-108. Nous aurons souvent l’occasion de citer cet inventaire, car celui de (...)
  • 4 Cf. J.-H. Albanès éd., Gallia Christiana novissima, Province d’Aix, Montbéliard, 1895, Instrumenta, (...)
  • 5 é. Baratier, G. Duby Et E. Hildesheimer, Op. Cit., Carte N° 75.
  • 6 J.-h. Albanès, Op. Cit., Col. 205-206. Pour La Datation, Voir A. Venturini, « Episcopatus Et Bajuli (...)

2Un tel toponyme, composé, a favorisé les confusions. En 1640, lors de l’opération de cotation et d’inventaire des archives de Lérins, les documents concernant le prieuré du Mousteiret ont ainsi été dispersés dans le « fardeau 150 », correspondant à l’important prieuré de Moustiers-Sainte-Marie2. Dans un second inventaire, fait vers 1680, les documents que nous allons présenter ont heureusement été attribués au Mousteiret3. Une autre erreur est d’interpréter le toponyme comme s’il désignait non pas un village, mais un monastère situé à Aups4. Les cartes modernes sont enfin trompeuses quant au diocèse dont faisait partie Le Mousteiret. En Les Reprenant, l’atlas historique de Provence localise le village dans le diocèse de Senez, au même titre que Peyroules5. Mais le premier document qui mentionne Le Mousteiret le situe dans le diocèse de Fréjus. Il s’agit de la liste des localités provençales dressée vers 1232-12446. Cela est confirmé par les documents du fonds de Lérins. Le Mousteiret éTait donc la localité la plus septentrionale du diocèse de Fréjus, qui s’étendait probablement Jusqu’à la crête de la Blachette.

3Du point de vue seigneurial, Le Mousteiret partageait le sort de Peyroules en faisant partie du patrimoine de la puissante famille des Castellane. Mais la présence d’un prieuré de Lérins compliquait la situation, car l’abbaye ne cessa de revendiquer un pouvoir judiciaire dans le village. Le Mousteiret était une coseigneurie où l’équilibre des pouvoirs était incertain. Y avait-il une hiérarchie entre les deux seigneurs ? Quels étaient leurs droits respectifs sur les habitants ?

4Ces Questions étaient l’objet de débats persistants, si bien que le conflit entre les deux coseigneurs est à l’origine de l’essentiel de la documentation qui nous est parvenue. Or, Celle-ci n’est pas négligeable. Il est ainsi possible de faire sortir de l’oubli ce minuscule village du diocèse de Fréjus et de voir, avec un exemple concret, comment le pouvoir seigneurial était discuté et partagé, comment les niveaux de justice se superposaient ou se juxtaposaient. Nous allons suivre les étapes du conflit, d’abord en exposant les problèmes liés à la naissance du Mousteiret, puis en examinant la poursuite des litiges jusqu’à la Peste noire, avant de terminer avec le procès le plus richement documenté, qui occupe les années 1370.

Les origines du Mousteiret, les ambiguïtés initiales d’une coseigneurie

  • 7 Ce prieuré se situe à l’est du territoire actuel de Peyroules.
  • 8 L’absence de ces localités du cartulaire de Lérins milite pour une donation postérieure à 1156-1158 (...)

5La documentation ne permet pas de connaître l’origine du pouvoir de l’abbaye de Lérins au mousteiret. Ce n’est pas un cas unique car le même constat peut se faire pour les prieurés voisins de Saint-Jean-de-la-Foux7. D’angles et de Saint-Julien-du-Verdon, qui ne sont documentés qu’à partir du milieu du XIIIe Siècle. Comme les Castellane étaient le lignage dominant de cette région, il convient de supposer une donation, ou plusieurs donations, de leur part en faveur de Lérins, que l’on daterait a priori de la fin du XIIe siècle ou du début XIIIe siècle8.

  • 9 La localisation des maisons autour de l’église et de la maison claustrale est garantie par la tenue (...)
  • 10 La Bastide de Jabron est signalée pour la première fois en 1278 : Ε Baratier éd.. Enquêtes sur les (...)

6Les vestiges de l’église Notre-Dame du Mousteiret, repérés par Élisabeth Sauze, intégrés dans une ferme, incitent à y voir un édifice de qualité du XIIe siècle. Cette église a progressivement polarisé un habitat qui regroupait quelques maisons9 mais elle n’était pas protégé par un rempart en 1278. Une forteresse est mentionnée à cette époque, que l’on situerait plutôt à quelque distance, sur un site de hauteur, à l’extrémité orientale de la crête de la Blachette, où il demeure un abri troglodytique, fermé d’un mur. Le Mousteiret fait partie de la dernière vague de l’incastellamento, marquée dans cette micro-région par l’apparition, à l’ouest de Peyroules, de la Bastide-de-Jabron10.

  • 11 Pour toutes les informations généalogiques sur les Castellane, ici et par la suite, nous renvoyons (...)

7Au milieu du XIIIe siècle, trois frères représentaient la famille Castellane : Boniface de Castellane, qualifié aussi de seigneur de Riez du fait de sa mère Agnès Spada, Boniface de Gaubert et Hugues des Baux, seigneur d’Allemagneen-Provence (attesté de 1252 à 1311) qui n’intéresse pas notre propos (fig. 1)11.

  • 12 M. Aurell, La vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au XIIIe siècle, Paris, 1989, (...)

8Le premier est un personnage célèbre dans l’histoire de la Provence, connu pour ses poèmes et sa rébellion ouverte contre Charles d’Anjou en 1261-126212. Le comte de Provence mena une expédition militaire pour le soumettre. Après avoir exprimé une dernière fois son dépit devant la lâcheté des Provençaux face à l’ordre nouveau, Boniface quitta la Provence et se réfugia à la cour du roi d’Aragon, où il est attesté pour la dernière fois en 1265. Le comte de Provence profita de sa victoire en annexant ses possessions, ce qui donna naissance à la baillie de Castellane.

  • 13 On sait, par ailleurs, que d’autres documents ajoutent à la définition du merum imperium l’adultère (...)
  • 14 H. Moris éd., Cartulaire de l’abbaye de Lérins, Paris, 1905, t. II, p. 172-175.

9Parmi les actes de Boniface de Castellane, il a lieu d’évoquer deux transactions, conservées en original, qu’il conclut avec l’abbaye de Lérins au sujet de la villa ou tenement de Saint-Julien-du-Verdon. Par une sentence arbitrale du 16 juillet 1255 rendue par l’évêque de Senez, Boniface eut confirmation de l’exercice du merum imperium, ce qui est explicité comme le pouvoir déjuger l’homicide, les mutilations, les effusions de sang13. Le prieur ne pouvait juger que les autres affaires. Au cas où Boniface condamnerait à la confiscation de biens immeubles, si ces biens étaient tenus du prieur, celui-ci les récupérerait14.

  • 15 H. Moris, ibid., p. 175-177.

10La transaction entérine donc une hiérarchie seigneuriale. Le seigneur majeur était Boniface de Castellane, le seigneur mineur le prieur. Le 25 mars 1256, Boniface donna en fief au prieur de Saint-Julien un affar ou casamentum situé dans le territoire de Castillon en échange d’une albergue annuelle avec huit chevaux, mais il libérait aussi les hommes de l’église de nombreuses charges15.

  • 16 L.-H. Labande, « Bullaire de l’Abbaye de Lérins. Essai de reconstitution (VIe-ΧΙΙIe siècle », Annal (...)

11Le frère de Boniface de Castellane, Boniface de Gaubert (attesté entre 1236 et 1278) était à cette époque seigneur de Peyroules et du Mousteiret. Il apparaît comme tel dans un acte de 1253 des archives de Lérins, qui n’a pas été conservé, mais dont nous connaissons deux analyses du XVIIe siècle. Il s’agit de la plus ancienne attestation des droits de Lérins au Mousteiret. Il est d’autant plus important qu’il permet de compléter la bulle d’Alexandre IV, confirmant les possessions lériniennes, en date du 13 mai 1259. Cette bulle mentionne de l’ordre de soixante-quatorze lieux où était implanté le monastère de Lérins, dont Vergons, Angles, Saint-Julien et Saint-Jean-de-la-Foux, mais elle ignore Le Mousteiret16. Il y a là une lacune manifeste, et incompréhensible, au vu des droits de Lérins sur place.

  • 17 AD06, H 10 bis, fol. 107v ; H 3, fol. 136-137. Voir aussi l’analyse de H. Moris, L’abbaye de Lérins (...)

12Le 7 novembre 1253, dans le cloître du prieuré Saint-Honorat de Grasse, deux arbitres, Bertrand Carbonnel, juriste, et Guillaume Garde, tranchèrent le litige qui concernait la juridiction et Γ albergue au Mousteiret, les terres de Pellane (territoire de La Martre) et le droit de dépaissance de l’abbé de Lérins à Peyroules. La haute justice appartiendrait à Boniface, mais les procès criminels seraient jugés avec le consentement du prieur, qui aurait le tiers des amendes et des confiscations. Le prieur aurait la moyenne et basse justice, excepté les cas d’effusion de sang. Les habitants devaient héberger Boniface de Gaubert, hors de la maison claustrale, trois fois par an avec huit chevaux, et quatre fois par an avec six chevaux. Boniface devait restituer au prieur la moitié des terres de Pellane et des Collettes (le Coulet ?)17.

  • 18 É. Baratier, Enquêtes..., op. cit.. p. 426-427.

13L’enquête de 1278 accompagnant la création de la baillie comtale de Castellane constitue le jalon documentaire suivant. Le village de Peyroules comportait alors vingt-cinq feux auxquels s’ajoutaient les dix feux de la Bastide de Jabron. Les témoins interrogés pensaient que leur seigneur, Boniface de Gaubert, détenait dans les deux villages le merum imperium18.

  • 19 Ces témoins sont Raymond et Bertrand Lambert et Raymond Ferragut.
  • 20 É. Baratier, Enquêtes..., op. cit., p. 427.
  • 21 Requisitus qui est dominus dicti castri. dicunt quod dominus Bo. de Galberto et dominus abbas predi (...)

14Au sujet du Mousteiret, qui ne comportait que douze feux, les témoins indiquent que les habitants devaient contribuer à la réfection de la forteresse villageoise (ad reffectionem fortalicie dicti castri) et pouvaient être réquisitionnés pour construire un rempart (ad claudendum castrum)19. Cela implique l’absence d’une enceinte, car pour Peyroules et d’autres localités on indique clairement la « réfection des remparts » (ad reffectionem barriorum)20. L’abbé de Lérins dont dépendait le prieuré est bien considéré comme un seigneur, à côté de Boniface de Gaubert21. Tous deux étaient vassaux du roi de Sicile-comte de Provence. Quant au merum imperium, les témoins ne se souvenaient pas de cas permettant de savoir s’il appartenait au comte de Provence.

  • 22 É. Baratier, Enquêtes..., op. cit., p. 427-429.
  • 23 AD06. H 10 bis. fol. 105v (13 septembre et 23 novembre 1277) ; cf. H. Moris. L’abbaye..., op. cit..(...)
  • 24 À ce propos, un acte perdu de 1287 signale ses terres « du plan du Mostairet joignant la condamine (...)

15Le fait que le prieur du Mousteiret en soit aussi le coseigneur est un cas de figure relativement rare parmi les dépendances de Lérins. Pour les villages de Vergons et d’Angles, appartenant aux Castellane et comportant également un prieuré lérinien, les seuls seigneurs étaient laïques en 127822. A Ampus, selon un accord de 1277, les deux coseigneurs de la famille de Villeneuve avaient la haute justice et l’abbaye seulement la directe23. Nous avons vu qu’à Saint-Julien, en 1255, la hiérarchie des seigneurs était clairement établie : un Castellane seigneur majeur avec merum imperium, et un prieur avec la basse justice. L’originalité du cas du Mousteiret est que le partage se faisait au plus haut niveau du pouvoir seigneurial. L’abbaye de Lérins, outre la seigneurie foncière24, exerçait le mixtum imperium, mais également une partie du merum imperium puisqu’elle en percevait le tiers des amendes. A défaut de trouver un modus vivendi. le coseigneur laïque devenait un rival plutôt qu’un copartageant.

Les litiges du temps de Raymond Geoffroi de Castellane et jusqu’à la Peste noire

  • 25 Archives nationales, 107 AP 39 (long rouleau de parchemin, 7 janvier 1301).

16Boniface de Gaubert, qui décéda peu après 1278, eut deux fils qui lui succédèrent : Raymond Geoffroi, connu depuis 1270, et Réforciat. Ce dernier n’est pas évoqué dans la documentation sur Le Mousteiret. Il laissa, en 1301, un héritier, Réforciadet, sous la tutelle de son frère. Raymond Geoffroi, pour ne pas léser son neveu, fit dresser un inventaire très précis de ses biens et de ses droits dans diverses localités, allant jusqu’à détailler les chartes conservées dans le château de Salernes25.

  • 26 AD06, H 10 bis, fol. 107v.
  • 27 Idem
  • 28 Idem. L’analyse contient bien le mot « fornage », mais on peut se demander s’il ne s’agit pas plutô (...)
  • 29 AD06, H 3, fol. 141 ; H 10 bis, fol 107v.
  • 30 AD06, H 10 bis, fol. 107v.
  • 31 AD06, H 887, copie sur un cahier de huit folios ; cf. H 3. fol. 140.

17Au sujet du Mousteiret, Raymond Geoffroi fit le choix de la violence. Ainsi, par lettres du 12 juillet 1300, le sénéchal de Provence ordonna-t-il au baile de Castellane, Guillaume d’Auriac, de protéger les religieux de Lérins résidant au Mousteiret ainsi que leurs biens contre ses exactions26. Le 18 novembre 1300, c’était au tour du prieur de sommer les habitants du Mousteiret de lui faire hommage, ce qui pourrait indiquer là aussi des pressions exercées sur eux par le seigneur de Peyroules. Ils ne le firent que le 7 août 130227. Entre-temps, d’autres événements étaient survenus. Le 2 février 1301, Pierre Guisol, baile du Mousteiret pour le prieur Raymond de Albariis, et Raymond Faragot firent appel contre une ordonnance du baile comtal de Castellane, selon laquelle ils devaient payer le fournage, ce qui était contraire aux Statuts de Fréjus de Raimond Bérenger V28. Le 12 mai 1301, l’abbé Gaucelin (1295-1309) et le chapitre de Lérins désavouèrent l’hommage autrefois prêté à Raymond Geoffroi de Castellane par l’abbé Pierre (1271-1295), car contraire au droit du monastère29. En dépit de cet acte de défiance, le 4 juin 1301, le prieur Raymond de Albariis et Raymond Geoffroi s’entendirent pour soumettre leur litige à des arbitres30. La sentence arbitrale fut prononcée le 28 septembre 130231. Ce document contient les articles des deux parties qui furent présentés aux arbitres : Raymond Ruffi de Comps, chevalier, et frère Montréal de Flayosc, commandeur de la maison de l’hôpital de Saint-Jean de Comps.

18Raymond Geoffroi était représenté par un procureur, Jean Rancinel, de Draguignan. Sa pétition affirme qu’il avait, comme ses ancêtres, le majus dominium et le mixtum imperium au Mousteiret. Il revendiquait à ce titre l’importante succession d’un habitant, Guillaume Garnier, mort sans héritiers, dont il fait la liste précise des biens. Outre quarante-huit ovins, trois boeufs et une ânesse, ainsi que des réserves de céréales, Guillaume Garnier ne possédait pas moins, seul ou en association avec d’autres villageois, de douze terres et de neuf prés, dont la pétition détaille la localisation.

19Le prieur dressa pour sa part une longue liste de griefs, au sein desquels la succession de Guillaume Garnier ne constituait qu’un élément. Selon lui, Raymond Geoffroi de Castellane avait profité d’une vacance du prieuré pour exiger des censitaires du prieur, en usant de force et en capturant leur bétail, le versement de soixante sous par an au nom de la cavalcade. Cela dura douze ans et le prieur demandait la restitution de cet argent. Il s’agit donc d’une tentative d’imposer une « mauvaise coutume » qui était avantageuse, car la cavalcade était un droit seigneurial de plus en plus monopolisé par le comte de Provence. C’était un élément important du majus dominium. En cherchant à l’imposer, Raymond Geoffroi renforçait sa stature de seigneur majeur du Mousteiret.

20D’autres exactions participaient à ce travail de sape contre les droits seigneuriaux du prieur. Ainsi Raymond Geoffroi faisait-il faire des criées publiques ou imposait-il des peines pour des affaires qui relevaient du prieur. Il s’empara aussi d’une femme qui devait être jugée par ce dernier et l’emprisonna. Ses familiers firent plusieurs prises contre le prieur. Ils se saisirent d’un âne lui appartenant et le gardèrent plus d’un an. De même, ils prirent quatre de ses boeufs de labour, qui se trouvaient dans le cimetière, et les conduisirent à Peyroules, où ils furent gardés douze jours. Un boeuf, estimé à soixante sous, fut tué dans l’affaire. En une autre occasion, des hommes armés entrèrent dans l’église et s’emparèrent de froment et d’orge. Une autre fois, des membres de la familia du prieur, venant de la route de Soleilhas, furent arrêtés avec leurs quatre animaux chargés de récoltes et retenus prisonniers quelques jours. A cela s’ajoutaient les dégâts provoqués par le troupeau de porcs de Raymond Geoffroi, qui dévastèrent les champs et un défens du prieur. Pour ce qui est des biens de Guillaume Garnier, le foin coupé dans un de ses prés, alors qu’il revenait à l’église, fut spolié par le seigneur laïque, soit une perte de dix-huit charretées. Raymond Geoffroi fit également main basse sur quarante-neuf (sic) ovins dont il profita pendant plus d’un an. Dernier point, le prieur avait vendu un pâturage à des hommes qui le revendirent. Raymond Geoffroi tombant sur l’un des vendeurs, à Peyroules, le fit prisonnier pour lui extorquer de l’argent.

21La sentence arbitrale fut franchement favorable au prieur. Pour ce qui est des droits seigneuriaux de Raymond Geoffroi, les arbitres se déclarèrent incompétents. Mais ils lui enjoignirent de ne plus perturber le prieur dans son exercice du mixtum imperium ou juridiction simple. Alice détenue dans la prison de Raymond Geoffroi et coupable d’adultère, commis dans l’église de Mousteiret, devait être remise dans le délai d’un mois au prieur, qui voyait donc ses droits de justice confirmés. Comme Guillaume Garnier lui avait prêté serment de fidélité pour ses terres, la succession lui revenait comme seigneur utile, étant sauf le majus dominium de Raymond Geoffroi. En conséquence, le seigneur laïque devait dédommager le prieur pour le foin saisi, et pour le bénéfice tiré des quarante-neuf ovins pendant un an et demi. Le blé volé dans la maison claustrale, soit deux setiers, devait lui être restitué. Le prieur recevrait aussi une compensation pour la perte d’un boeuf de labour, après estimation par deux prud’hommes, et pour les dégâts faits à son défens. Raymond Geoffroi était enfin condamné à payer quarante-cinq livres.

22Cette sentence de 1302 révèle donc dans le détail les tensions quotidiennes entre les deux coseigneurs. Elle tranche d’une façon qui peut surprendre. Au prieur, on reconnaît la seigneurie utile et le mixtum imperium, mais cela est suffisant pour récupérer les terres d’un paysan mort sans héritier. Un adultère aggravé, car commis dans une église, entre également dans ses compétences, quand il aurait pu être considéré comme un cas de merum imperium. La seigneurie majeure des Castellane au Mousteiret était fragilisée.

  • 32 AD06, H 10 bis, fol. 107v.
  • 33 Les deux analyses sont contradictoires quant au millésime, AD06, H 10 bis, fol 107v ; H 3, fol. 140
  • 34 AD06, H 10 bis, fol. 107v (17 mai 1311).
  • 35 Idem (3 avril 1312).
  • 36 É. Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, Paris, 1961, p. 17 et 18 (graphique (...)
  • 37 É. Baratier. ibid., p. 156.

23Le seigneur de Peyroules n’accepta donc pas la sentence. Le 26 juin 1304, le prieur signala ainsi au baile de Castellane la prise de foin, de blé et de bétail par Raymond Geoffroi de Castellane32. Ce dernier, le 13 octobre 1304(ou 1305), fit appel de la sentence arbitrale de 1302, mais les commissaires d’Aix rejetèrent son appel et le condamnèrent aux dépens33. Son décès ne mit pas fin au litige. En 1311, le prieur dut solliciter le juge des premières appellations d’Aix-en-Provence, pour qu’il contraigne ses héritiers à exécuter l’arbitrage de 130234. De fait, on ordonna ensuite au juge de Castellane, Arnaud Collet, de le faire appliquer35. On ignore si cela fut suivi d’effet. Les documents des archives comtales révèlent par ailleurs qu’en dépit de ces troubles le village était en train de se développer. En 1304, un cahier de perception (cazernet) de queste, conservé pour la baillie de Castellane, indique que Le Mousteiret comptait vingt-deux feux de queste, contre à peine douze en 1278. Par comparaison (les chiffres de Peyroules ne sont pas connus), il y avait deux cent soixante-deux feux de queste à Castellane, vingt-huit à Esclapon et vingt-cinq pour la Bastide-d’Esclapon36. Mais la population diminua ensuite. En 1319, Le Mousteiret comptait dix-huit feux de cavalcade, tandis qu’il y en avait quinze à La Bastide-de-Jabron et quarante-huit à Peyroules37.

  • 38 Son frère cadet, Boniface le Jeune, était seigneur de Salernes.
  • 39 AD06, H 10 bis, fol. 108.
  • 40 Idem (17 avril 1324).
  • 41 Idem

24Le prieur était à cette époque Guillaume Clary qui. de nouveau, dut affronter l’hostilité de son coseigneur, en l’occurrence le fils aîné de Raymond Geoffroi, Boniface de Castellane le Vieux, seigneur de Fox-Amphoux et de Peyroules38. Le 19 août 1322, il s’opposa à des criées publiques faites à l’instigation de son rival et interdit aux habitants, sous peine de cent sous d’amende, d’aller fouler les blés de celui-ci, sinon avec ses propres juments39. Deux ans plus tard, on sait qu’une enquête fut menée au sujet de l’exercice de la justice, sans plus d’informations40. Le 14 avril 1325, Guillaume Clary reçut l’hommage de ses sujets41.

  • 42 Idem (10 septembre 1328) ; AD06, H 3, fol. 147v (13 novembre 1328).

25En 1328, il procéda à l’inventaire des biens de son prieuré, soit une maison, cinquante-trois jardins, deux prés, un four et un moulin proche du territoire de Séranon. Il fit ensuite condamner par son juge à une amende de cent sous chacun des villageois qui avait rendu hommage au seigneur de Peyroules42.

  • 43 II s’agit du baile Gilles Gilles et de Durand Lambert.
  • 44 Ce passage de l’enquête de Leopardo da Foligno est conservé dans le dossier sur Le Mousteiret (AD06 (...)

26La tension entre les deux coseigneurs est bien perceptible dans les déclarations des deux habitants43. du Mousteiret faite à l’enquêteur général Leopardo da Foligno, le 6 juillet 1333, à Castellane. Ils affirmèrent que la cour comtale avait dans leur village le majus dominium et les regalia, ainsi que le fouage pour les cas habituels. Au sujet du merum imperium, ils ne savaient que penser car ils n’avaient pas vu de cas. Mais Boniface de Castellane avait pris une initiative pour affirmer son droit et accaparer la haute justice : quatre ou cinq ans auparavant, il avait érigé des fourches patibulaires sur le territoire du Mousteiret. pour bien montrer qu’il en était le seul seigneur majeur. Le prieur pour sa part ne reconnaissait pas tenir sa terre sous la seigneurie de Boniface, mais uniquement de la cour comtale, et il contestait l’érection de ces fourches patibulaires44.

  • 45 AD06, H 3, fol. 118v ; H 10 bis, fol. 108.
  • 46 AD06, H 887.

27Peu de temps après, Guillaume Clary échangea son prieuré avec Raymond Jaucerand. prieur de Briançonnet, ce qui fut ratifié par l’abbé et par le chapitre le 11 septembre 133345. Par chance, nous connaissons l’activité judiciaire au Mousteiret du temps de ce nouveau prieur, grâce à un cahier original des sentences de sa cour46. Comme il est de coutume pour les petits villages, la justice était rendue par un juge extérieur qui regroupait les affaires.

  • 47 Pour la carrière de cet homme de loi, cf. J.-L. Bonnaud, Un État en Provence. Rennes, 2007, Annexe (...)

28La première session présidée par Hugues Blanc, un juriste grassois47 date du 3 juin 1336. La principale affaire fut un cas d’adultère. Raymonde, femme de Pascal Giraud de Soleilhas, mais vivant au Mousteiret, fut reconnue coupable d’avoir commis plusieurs fois l’adultère avec Pierre de Roca et fut condamnée à dix livres coronats d’amende. Forte somme, car l’on ne trouve ensuite que des amendes exprimées en sous et l’on se souvient que, en 1302, un boeuf était estimé à soixante sous. À la suite de cette affaire, il y eut une criée interdisant à quiconque d’accueillir dans le castrum ou d’aider les « femmes viles », en particulier ladite Raymonde, sous peine d’une amende de dix livres. Trois femmes (dont une qui hébergea trois jours Raymonde) furent condamnées, pour avoir enfreint cette interdiction, à des amendes de vingt-quatre et trente sous, à deux reprises.

  • 48 Parmi elle figurent Huguette Lambert qui avait déjà été condamnée pour avoir aidé la femme adultère

29Deux délits d’injures furent sanctionnés par des amendes de dix sous, et de vingt sous dans le cas de Bertrand Lambert qui avait dit à Pierre Plumel que sa fille Alice était une prostituée, comme ses amies et ses soeurs... Dix sous d’amende furent requis pour n’avoir pas versé au prieur Raymond Jaucerand, qui est bien dit seigneur du lieu, une hémine de froment. Enfin, deux femmes furent condamnées à payer vingt sous pour avoir volé, l’hiver précédent, une chape, après avoir escaladé un mur48. Au total, le juge rendit neuf condamnations, concernant huit personnes, dont cinq femmes.

  • 49 Isnard Carante fut ensuite juge d’Aix en 1344-1345, cf J.-L. Bonnaud, op. cit., Annexe II, n° 315.

30La seconde session n’eut lieu que deux ans plus tard, le 13 juillet 1338, présidée par Isnard Carante, là encore un juriste grassois49. On apprend, avant toute chose, que le prieur nomma ce jour un crieur public qui proclama dans tout le village la tenue de la session judiciaire, dans la maison claustrale, et qui convoqua en particulier Durand Lambert (l’un des trois témoins de l’enquête de 1333). On trouve la condamnation d’un habitant de Séranon pour insulte et violence sur un villageois (quinze sous), puis une autre condamnation du même individu pour menace en présence du prieur (dix sous). Autre affaire, Pierre de Roca, qui en 1336 avait commis l’adultère, est cette fois jugé avec Durand Lambert, pour une bagarre. Il avait donné un coup à la tête de Durand qui prit deux pierres et lui en lança une. Les amendes se montent respectivement à quinze sous et à dix sous.

31La dernière affaire est moins anecdotique. Elle concerne une interdiction, sous peine de cinquante livres, de transférer une affaire de la cour du prieur à une autre, entendons celle du seigneur laïque. Or, Durand Lambert et Pierre Bonnet étaient précisément allés trouver le seigneur de Peyroules et avaient obtenu un jugement favorable. La cour les condamna chacun à une peine de trente sous.

32Après 1338, c’est le procès des années 1370, entre le prieur Jacques Arnaud et le fils de Boniface de Castellane le Vieux, appelé du même nom, qui nous informe sur Le Mousteiret. On y apprend qu’il y eut une vacance du prieuré en 1347 et que, à cause de la Peste noire, cette absence de prieur se prolongea en 1348, 1349 et 1350. La peste, comme pour tous les petits villages, représente un tournant. Mais la surprise est de voir que ce lieu, sans doute très fragile, fut néanmoins âprement disputé.

La bataille juridique entre le prieur Jacques Arnaud et Boniface de Castellane, seigneur de Fox-Amphoux

  • 50 Ces documents sont conservés dans une même liasse. AD06. H 887.

33En effet, le dossier documentaire est riche pour ce procès, puisque nous disposant de huit documents50 : deux libelles présentés par le prieur, une de ses suppliques, un libelle de Boniface de Castellane. Il s’y ajoute deux documents à charge contre le prieur et deux pièces produites par les auditeurs du sacré palais.

34Toutes les étapes de la procédure ne peuvent cependant pas être déterminées, car des documents sont dépourvus de date et il manque incontestablement des pièces. Le procès, qui devint une véritable bataille juridique, semble débuter en décembre 1369, ou début 1370, à Avignon devant l’Audience du sacré palais, appelée aussi tribunal de la Rote. Il s’agit du plus important tribunal de la cour pontificale, tenu par une dizaine d’auditeurs, qui s’occupait principalement des litiges concernant les bénéfices ecclésiastiques. Dans notre cas. le prieur Jacques Arnaud, représenté par son procureur Durand de Rognonas, se plaignit d’avoir été spolié de son prieuré. L’affaire fut confiée à l’auditeur Jean Robinel.

35Mais Boniface de Castellane était un noble de premier plan. Il avait été quelques mois sénéchal de Provence, en 1350, et était chambellan de la reine Jeanne. Dans les documents, il est gratifié du qualificatif de puissant ou de magnifique, et il se définit comme seigneur de Fox-Amphoux. C’était un personnage capable de se défendre. Sa réplique fut de demander la nullité de la procédure sous le motif que, au moment d’ester, Jacques Arnaud était sous le coup d’une excommunication majeure. Il en fournit des preuves, en s’adressant à la cour de l’official de Fréjus. Mais la procédure continua cependant, avec un nouvel auditeur. Hugues Fabre, le premier juge étant décédé.

  • 51 AD06, H 10 bis, fol. 108 ; H 3, fol. 141. Cf. H. Moris. L’abbaye..., op. cit., p. 159.

36Chacune des deux parties rédigea alors des articles qui devaient être soumis à des témoins par l’official de Grasse, selon une commission en date du 4 juin 1372. Les témoins ne purent être interrogés dans les deux mois prescrits, d’où une supplique du prieur pour obtenir la poursuite du procès en dépit de l’action de Boniface. Nous retrouvons le procès en 1376 quand l’affaire fut transmise, à la demande de Boniface, à André Terreni, docteur en décret et auditeur. Finalement, une sentence fut rendue le 27 août 1377, qui reconnaissait l’occupation des terres, le vol de blé et même les pressions sur les villageois menacés de mort. Boniface de Castellane fut condamné à la restitution des biens usurpés et à payer 105 florins. Cette sentence lui fut signifiée, le 2 septembre, par Guillaume de Chanac, cardinal-prêtre de Saint-Vital, qui lui demanda de la respecter et de ne plus inquiéter le prieur, sous peine d’excommunication51.

37Mais l’affaire n’en resta pas là. Nouveau rebondissement, à la fin octobre et dans les premiers jours de novembre 1378, à la demande de Boniface de Castellane, des témoins furent interrogés à Draguignan à propos de deux actes de violences commis par Jacques Arnaud. L’objectif était de le faire excommunier. Nous ignorons l’issue de cette procédure, mais au fil des pièces plusieurs facettes du conflit apparaissent, sur le fond – le partage des droits-, mais aussi sur les individus.

38Commençons par la question de fond. Dans sa première pétition, Jacques Arnaud niait tout pouvoir seigneurial à son adversaire. Au Mousteiret, le prieur détenait la simplex jurisdictio et le mixtum imperium, les pâturages et les cens avec les droits liés à la directe. Depuis plus de cent ans, les prieurs tenaient leur seigneurie comme fief noble et franc des comtes de Provence. Ceux-ci exerçaient le dominium et merum imperium, ainsi que le mixtum imperium, étant saufs les droits du prieur. S’il apparaît que Jacques Arnaud, ou l’un de ces prédécesseurs, avait fait reconnaissance pour le castrum à Boniface de Castellane ou à ses ancêtres, c’était par l’effet de la contrainte, de façon indue, et au préjudice et sans l’accord de l’abbé de Lérins. Seuls les comtes de Provence devaient recevoir l’hommage du prieur.

39La mise en cause des Castellane est donc radicale. Jacques Arnaud fait comme si les Castellane n’avaient jamais existé au Mousteiret et comme si leur pouvoir n’était qu’usurpation sur les droits supérieurs des comtes de Provence. Mais il doit admettre que des hommages avaient pu se prêter autrefois aux Castellane.

40Pour la partie adverse, le castrum ou villa du Mousteiret avait bien une église ou prieuré qui dépendait du monastère de Lérins, mais, de mémoire d’hommes, Boniface et ses ancêtres en étaient seigneurs et avaient la seigneurie majeure, le merum et mixtum imperium sur le castrum et sur le territoire. Le prieur actuel, comme ses prédécesseurs, ne tenait le village que sous la reconnaissance du majus dominium et de la senhoria des Castellane, selon l’hommage lige, le serment de fidélité et le baiser de paix. Cette situation de dépendance féodale était patente, car le prieur devait verser chaque année à la Noël un cens de douze livres coronats et à la Toussaint cent setiers de blés (soit cinquante setiers de froment et cinquante setiers d’orge).

41Les positions étaient donc irréconciliables. Dans les deux cas, aucun acte écrit n’est utilisé et seule la renommée publique est évoquée. Chacune des parties décrit les manquements ou abus de la partie adverse. Du côté de Boniface de Castellane, l’argument essentiel tourne autour des cens non versés et la pétition fait l’historique des lacunes et estime les sommes manquantes. C’est ce qui nous permet de connaître la vacance du prieuré de 1347 à 1350, soit un arriéré de quatre vingts florins et quatre cents setiers de blé. Ensuite Raymond Jaucerand devint prieur (nous avons vu qu’il l’était déjà avant la peste) et le resta trois ans, mais il ne paya que la moitié du cens en argent et en céréales. Boniface de Castellane réclame de plus quatorze ans d’arriéré, en particulier pour les années où Jacques Arnaud était prieur. 11 précise que, en 1368 et en 1369. Jacques Arnaud concéda au camérier de Lérins. à l’époque Jean de Nice, qui était désormais prieur de Saint-Honorat de Grasse, les revenus du prieuré du Mousteiret, car il devait lui verser un cens annuel.

42Du côté du prieur, la seconde pétition cherche avant tout à présenter Boniface comme un noble rapace qui avait spolié l’église et réduit le prieur à la mendicité. Boniface de Castellane est défini comme un homme puissant, vindicatif, méchant qui avait l’habitude de menacer et de terroriser le prieur par ses hommes. C’était connu dans tout le diocèse de Fréjus. Jacques Arnaud indique que cela faisait six ans qu’il était légitime prieur et il en reçut au départ pacifiquement les revenus. Mais depuis quatre ans, Boniface par les armes, par la force et par ses sbires s’était emparé de cinquante quintaux de foin, de quarante setiers de froment et de deux cents setiers de blé, pris aux réserves du prieuré et aux fachiers, donc aux paysans dépendant du prieur. Depuis trois ans, enfin, tous les revenus du prieuré étaient confisqués par la force. Cela représentait en moyenne une perte annuelle de six cents bons florins. Pour illustrer ces abus, il est précisé qu’une année Boniface avait fait crier dans le village qu’aucun paysan ne devait cultiver la terre du prieur sans son autorisation. Boniface avait aussi brisé les portes des maisons, de l’église et du prieuré, s’emparant des serrures et des chaînes. Le résultat était que Jacques Arnaud était totalement spolié de son prieuré et avait dû fuir.

43Jacques Arnaud n’apparaît cependant pas uniquement comme une victime. Comme nous l’avons dit, quand il entama son procès contre Boniface de Castellane, il était lui-même excommunié. La raison en était qu’il n’avait pas payé la décime triennale décidée par Urbain V. Il était loin d’être le seul dans ce cas, puisque l’on retrouve comme défaillants, dans les lettres du collecteur apostolique pour les provinces d’Arles et d’Aix, les prieurs de Gratemoine, de Saint-Tropez, de Spéluque, l’abbé du Thoronet, les chanoines de Pignans... La procédure d’excommunication fut signifiée le 15 novembre 1369 par le collecteur apostolique à tous les prêtres du diocèse de Fréjus. Elle fut exécutée au Mousteiret le 14 février 1370. Boniface fit ensuite lire et publier les deux lettres ordonnant l’excommunication devant la cour épiscopale de l’évêque de Fréjus, qui siégeait alors de façon habituelle à Flayosc, le 5 mars 1370 et le 20 février 1371.

44Au-delà de cette affaire fiscale, Jacques Arnaud est présenté comme un prieur « négligent, paresseux, indolent », quasiment inutile pour l’administration spirituelle et temporelle du Mousteiret. Selon Boniface, il n’y avait célébré aucune messe depuis qu’il en était prieur. Pire, l’église même tombait en ruine, à tel point que Boniface voyant le lieu dépérir et les habitants proches de partir avait dépensé, en 1370, trente florins et plus pour les réparations. A l’inverse, le prieur avait récupéré les portes du prieuré et la chaîne qui fermait la grande porte, et les avait vendues à Draguignan...

45Cette image de prieur indigne comporte sans doute une part de vérité. En 1378 en tout cas, Jacques Arnaud apparaît sous un jour peu favorable, prompt à donner des coups de poing. Boniface de Castellane cherchait alors à le faire excommunier pour des actes de violences commis à Draguignan. Cinq témoins oculaires furent interrogés le 30 octobre et le 2 novembre 1378 et confirmèrent les faits qui remontaient à deux ou trois mois. Jacques Arnaud avait donné un coup violent sous l’effet de la colère à Louis Motet, mercier, devant sa boutique. Ce qui aggravait l’affaire était le statut de clerc mineur de la victime : Louis Motet, fils de Bertrand, de Brignoles, avait reçu sa première tonsure à la Noël, selon un acte du 3 juin 1359 écrit par le prêtre de Brignoles. L’autre scène s’était déroulée dans le cimetière. Geoffroi Bonanati parlait avec une certaine Marguerite de Naples, qui venait d’être engagée par Jacques Arnaud comme paysanne pour sa vigne. Le prieur survint et Bonanati lui demanda pourquoi il avait recruté Marguerite qui n’était qu’une enfant. Le moine se vexa et le traita de ribaud avant de lui donner un coup à la tête.

46L’exemple du Mousteiret peut d’abord être considéré comme un cas d’école pour observer les problèmes liés à une coseigneurie partagée entre laïcs et ecclésiastiques. A l’origine, il y a sans doute les ambiguïtés liées à une seigneurie foncière monastique, qui en arrive à contrôler quelques familles paysannes et à exercer une partie du pouvoir juridictionnel, empiétant ainsi sur les droits de la famille donatrice. Comme si le village était né à l’improviste, écartelé entre deux seigneurs. Le statut féodal du prieur est également controversé. De vassal des Castellane, comme ce fut la situation d’origine, il voulut se définir comme vassal du comte de Provence, posture qui remettait directement en cause le statut de son rival laïque. La malléabilité du vocabulaire juridique accentuait les incertitudes. Si le comte exerçait une partie du merum imperium et que le prieur avait une conception large du mixtum imperium, que restait-t-il alors du ressort du coseigneur majeur ? Les violences, mesurées, des Castellane étaient une réponse à cette situation, car elles pouvaient permettre de façonner la coutume et de « remettre à sa place », si l’on peut dire, le prieur. Mais celui-ci avait les moyens de se défendre en justice, tout comme son adversaire. Le résultat fut une véritable bataille juridique, séculaire, scandée par des arbitrages, des sentences comtales et pontificales ; bataille disproportionnée par rapport à la taille du Mousteiret. Entre 1370 et 1378, cette affaire impliqua l’officialité de Fréjus, plusieurs auditeurs du tribunal de la Rote, un cardinal même, et bien sûr les indispensables procureurs et hommes de lois pour fourbir les arguments des deux camps. On investit ainsi dans un lourd procès alors que, pourtant, la localité était en voie d’abandon.

47Pour l’histoire des prieurés lériniens, l’exemple du Mousteiret est révélateur de l’accumulation des difficultés. Outre les pressions des seigneurs laïques, le village dut affronter les effets de la peste, plus sensible encore pour une communauté de cette taille, et une vacance prolongée du prieuré entre 1347 et 1350. Mais la crise avait aussi des raisons internes : le prieuré fut affaibli par le paiement des décimes pontificales, et celui d’un cens annuel au camérier de Lérins. Surtout, dans ce contexte difficile, on saisit que la personnalité des prieurs jouait un rôle crucial dans le destin des bénéfices. Jacques Arnaud fut un moine persécuté, certes, mais il semble aussi défaillant. On a l’image d’un prieur qui abandonne son prieuré, le pille si l’on croit son adversaire, gagne petit en vendant les chaînes de la maison claustrale...

  • 52 É. Baratier., La démographie..., op. cit., p. 157.
  • 53 H. Moris, L’abbaye.... op. cit., p. 115.

48En guise d’épilogue, il convient de signaler la désertion du Mousteiret, qui est attestée en 1471, époque à laquelle la Bastide-de-Jabron était aussi abandonnée et où Peyroules n’avait plus que douze feux52. Cet abandon devait être déjà ancien de plusieurs décennies. Le prieuré lérinien perdura cependant. Il fut rattaché en 1453 au prieuré de Gratemoine, dans le territoire voisin de Séranon53. Le repeuplement du territoire du Mousteiret, au cours du XVIe siècle, favorisa cette église jusqu’au XVIIIe siècle. Après la Révolution, elle fut désaffectée et transformée en ferme.

Fig. 1 : Généalogie simplifiée de la famille de Castellane

Notes

1 Cette appellation a été choisie par É. Baratier, G. Duby et E. Hildesheimer éd.. Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, Principauté de Monaco, principauté d’Orange, comté de Nice, Paris, 1969. p. 186 et 189.

2 Archives départementales des Alpes-Maritimes (désormais AD06), H 3, fol. 127-157. Signalons, toutefois, que le prieuré Notre-Dame du Mousteiret apparaît dans une addition au « fardeau 44 » concernant Saint-Jean de Roquestéron, à propos d’un acte de 1536, analysé de façon incomplète (AD06, H 2, fol. 114v).

3 AD06, H 10 bis, fol. 107v-108. Nous aurons souvent l’occasion de citer cet inventaire, car celui de 1640 est en mauvais état et semble incomplet.

4 Cf. J.-H. Albanès éd., Gallia Christiana novissima, Province d’Aix, Montbéliard, 1895, Instrumenta, Col. 206 (Item Monasterium De Alps). La Confusion Est Facilitée Car L’on Trouve De La Même Façon, Dans La Liste. Le Thoronet (Item Monasterium De Toroneto).

5 é. Baratier, G. Duby Et E. Hildesheimer, Op. Cit., Carte N° 75.

6 J.-h. Albanès, Op. Cit., Col. 205-206. Pour La Datation, Voir A. Venturini, « Episcopatus Et Bajulia. Note Sur L’évolution Des Circonscriptions Administratives Comtales Au XIIIe Siècle : Le Cas De La Provence Orientale », In Territoires, Seigneuries, Communes : Les Limites Des Territoires En Provence. Actes Des 3es Journées D’histoire De L’espace Provençal, 19-20 Avril 1986, Mouanssartoux, 1987, P. 61-140 (Ici P. 61 Et 77 N. 4).

7 Ce prieuré se situe à l’est du territoire actuel de Peyroules.

8 L’absence de ces localités du cartulaire de Lérins milite pour une donation postérieure à 1156-1158, quand fut compilé le cartulaire. Mais on ne peut pas être catégorique car l’on sait par ailleurs que le cartulariste a omis de copier certaines chartes.

9 La localisation des maisons autour de l’église et de la maison claustrale est garantie par la tenue d’actes juridiques in Castro predicto in claustra (AD06, H 887. cahier des condamnations de 1336-1338, fol. 3 et 4).

10 La Bastide de Jabron est signalée pour la première fois en 1278 : Ε Baratier éd.. Enquêtes sur les droits et revenus de Charles d’Anjou en Provence, Paris, 1969, p. 426-427.

11 Pour toutes les informations généalogiques sur les Castellane, ici et par la suite, nous renvoyons à la généalogie très complète dressée par T. Pécout Une société rurale du MIIe au XVe siècle en haute Provence : les hommes, la terre et le pouvoir dans le pays de Riez, thèse, Université de Provence. 1998, p. 1269-1277. surtout p. 1271-1272.

12 M. Aurell, La vielle et l’épée. Troubadours et politique en Provence au XIIIe siècle, Paris, 1989, p. 178-202.

13 On sait, par ailleurs, que d’autres documents ajoutent à la définition du merum imperium l’adultère, le vol, le rapt, le sacrilège, l’incendie, les violences sur les routes et les vols de bétail.

14 H. Moris éd., Cartulaire de l’abbaye de Lérins, Paris, 1905, t. II, p. 172-175.

15 H. Moris, ibid., p. 175-177.

16 L.-H. Labande, « Bullaire de l’Abbaye de Lérins. Essai de reconstitution (VIe-ΧΙΙIe siècle », Annales de la Société des Lettres, sciences et arts des Alpes-Maritimes, t. 24, 1922-1923, p. 115-198 (ici n° 77, p. 173-182).

17 AD06, H 10 bis, fol. 107v ; H 3, fol. 136-137. Voir aussi l’analyse de H. Moris, L’abbaye de Lérins, histoire et monuments, Paris, 1909, p. 158.

18 É. Baratier, Enquêtes..., op. cit.. p. 426-427.

19 Ces témoins sont Raymond et Bertrand Lambert et Raymond Ferragut.

20 É. Baratier, Enquêtes..., op. cit., p. 427.

21 Requisitus qui est dominus dicti castri. dicunt quod dominus Bo. de Galberto et dominus abbas predictus.

22 É. Baratier, Enquêtes..., op. cit., p. 427-429.

23 AD06. H 10 bis. fol. 105v (13 septembre et 23 novembre 1277) ; cf. H. Moris. L’abbaye..., op. cit.. p. 113.

24 À ce propos, un acte perdu de 1287 signale ses terres « du plan du Mostairet joignant la condamine de l’église dudit lieu » (AD06, H 10 bis, fol. 107v).

25 Archives nationales, 107 AP 39 (long rouleau de parchemin, 7 janvier 1301).

26 AD06, H 10 bis, fol. 107v.

27 Idem

28 Idem. L’analyse contient bien le mot « fornage », mais on peut se demander s’il ne s’agit pas plutôt du « fouage ».

29 AD06, H 3, fol. 141 ; H 10 bis, fol 107v.

30 AD06, H 10 bis, fol. 107v.

31 AD06, H 887, copie sur un cahier de huit folios ; cf. H 3. fol. 140.

32 AD06, H 10 bis, fol. 107v.

33 Les deux analyses sont contradictoires quant au millésime, AD06, H 10 bis, fol 107v ; H 3, fol. 140.

34 AD06, H 10 bis, fol. 107v (17 mai 1311).

35 Idem (3 avril 1312).

36 É. Baratier, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, Paris, 1961, p. 17 et 18 (graphique).

37 É. Baratier. ibid., p. 156.

38 Son frère cadet, Boniface le Jeune, était seigneur de Salernes.

39 AD06, H 10 bis, fol. 108.

40 Idem (17 avril 1324).

41 Idem

42 Idem (10 septembre 1328) ; AD06, H 3, fol. 147v (13 novembre 1328).

43 II s’agit du baile Gilles Gilles et de Durand Lambert.

44 Ce passage de l’enquête de Leopardo da Foligno est conservé dans le dossier sur Le Mousteiret (AD06, H 887) par une copie, d’une écriture de la fin du XVe siècle, faite par le secrétaire et archivaire Jean de Julhanis, qui comprend aussi un extrait d’une enquête conduite en 1390. L’original de l’enquête de Leopardo pour la baillie de Castellane occupe le registre AD13, Β 1049. fol. 126v.

45 AD06, H 3, fol. 118v ; H 10 bis, fol. 108.

46 AD06, H 887.

47 Pour la carrière de cet homme de loi, cf. J.-L. Bonnaud, Un État en Provence. Rennes, 2007, Annexe II. n° 233, et T. Pécout et al. éd.. L’enquête de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333), Paris, 2008 (Collection des documents inédits d’histoire de la France, 45), p. 59, n. 12.

48 Parmi elle figurent Huguette Lambert qui avait déjà été condamnée pour avoir aidé la femme adultère.

49 Isnard Carante fut ensuite juge d’Aix en 1344-1345, cf J.-L. Bonnaud, op. cit., Annexe II, n° 315.

50 Ces documents sont conservés dans une même liasse. AD06. H 887.

51 AD06, H 10 bis, fol. 108 ; H 3, fol. 141. Cf. H. Moris. L’abbaye..., op. cit., p. 159.

52 É. Baratier., La démographie..., op. cit., p. 157.

53 H. Moris, L’abbaye.... op. cit., p. 115.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Généalogie simplifiée de la famille de Castellane
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7196/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k

Auteur

UMR Cépam, Université de Nice-Sophia Antipolis

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540