Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Provence et Fréjus sous la première maison d'Anjou

 | 
Jean-Paul Boyer
, 
Thierry Pécout

L'emprise seigneuriale

Introduction

Jean-Paul Boyer et Thierry Pécout

Texte intégral

Fit autem unum ex multis.
(Thomas d’Aquin, Summa contra gentiles, IV, 35)

1Les actes du colloque des 4 et 5 octobre 2008, dédié à la Provence et à Fréjus sous la première maison d’Anjou (donc entre 1246 et 1382), réunissent des enquêtes dispersées dans l’espace. Elles abordent des problématiques variées. L’ensemble a pourtant sa logique ou, mieux, sa nécessité, eu égard au milieu et à la période considérés.

  • 1 Glorios Dieus don totz bens ha creysensa, vs. 188-194. éd. S. Pellegrini, Il « Pianto » anonimo pro (...)

2Un beau planh pour le décès du roi Robert, survenu à Naples le 20 janvier 1343, introduit cette exigence1. Son analyse seconde l’intelligence même du présent recueil. La complainte se disait adressée à la Provence, dont elle usait de la langue. En conséquence, elle proposait une représentation du pays. Telle strophe la résumait, en exposant la destination du chant :

Conplansa, vay senes tota bestensa
Per los pays. De’levant al ponent
Per Proensa passa premierament.
Dedins Nissa tu t’en vay comensar.
Tro la Verge-Sancta-Maria-la-mar
Per Masselha passaras e per Arle :
Tro aqui s’estent lo poder del rey Carie.
(Complainte, va sans aucun retard par les pays. Du levant au ponant, passe
d’abord par la Provence. Commence dans Nice. Tu traverseras, par Marseille
et par Arles, jusqu’à la Vierge de Sainte-Marie-de-la-Mer. Jusqu’ici s’étend
la puissance du roi Charles.)

3Le passage décrivait une contrée dont l’unité additionnait les diversités. Le sens de ces vers, comme de l’entière complainte, se comprend exactement par la provenance et par les raisons du texte. Déterminer son origine et ses mobiles requiert quelque sagacité, puisqu’il demeure anonyme. Toutefois, les fins qui guidaient l’auteur se révèlent par certains conseils prêtés au roi agonisant. André de Hongrie, donné pour son successeur, en bénéficiait :

A son heres preguet mot caramens
Que los Bausenx ames totz coralmens,
Lo com Novel e los autres trastos,
Cel de Velli e totz sos valedors.
(Il pria très chèrement son héritier d’aimer cordialement tous les Baux, le
Comte nouveau et tous les autres, celui d’Avellino et toute sa suite.)

  • 2 É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, comtesse de Provence, t. I, MonacoParis. 19 (...)

4Un troubadour qui s’exprimait ainsi ne pouvait que servir la puissante famille provençale des Baux. Il appartenait manifestement à l’entourage du « Comte nouveau », de Bertrand III des Baux de Berre (+ 1350), comte d’Andria et de Montescaglioso, beau-frère de Robert. Indice supplémentaire, le personnage était conseiller et protecteur d’André2. De fait, la complainte supportait ce dernier dans sa prétention à régner, quand il n’était que l’époux de Jeanne, petite-fille de Robert et héritière effective du trône. Le planh peut donc se situer dans l’arc de temps qui va de la disparition de Robert jusqu’aux suites de l’assassinat d’André, le 18 septembre 1345. Ses propos convenaient, en effet, tant aux intérêts de ce prince que de ses partisans. Les précisions données dans le chant invitent, il est vrai, à ne pas reculer sa composition beaucoup après la mort de Robert. Quoi qu’il en soit, il s’inscrivait dans un contexte brûlant.

  • 3 Pour Silvio Pellegrini (op. cit., p. 16-18), le planh ne peut avoir été composé qu’en Provence. Ent (...)

5Par ses enjeux et par son évident commanditaire – Bertrand III-, le planh se conçut très probablement à la cour3. A tout le moins, il reflétait une réflexion politique aiguisée, venue de haut. Cela ne contrariait pas l’intention d’atteindre le public provençal : outre les hommes transplantés dans l’entourage royal, autant ou plus ceux demeurés au pays, ainsi qu’il était déclaré. Les Baux voyaient dans les Provençaux un soutien naturel à leurs desseins et à la grandeur de leur famille.

6La complainte achève ici de prendre sa valeur, dans l’image d’eux-mêmes qu’elle renvoyait aux auditeurs espérés. Elle flattait, avec perspicacité, leur personnalité, leurs idéaux et leurs forces. Or, le premier trait remarquable était bien la prise en compte d’une société politique, au sens large, comme réalité multiple.

7Il y avait la haute noblesse, incarnée par les Baux. Le parcours, que la complainte effectuait au travers de la Provence, mettait pour sa part les communautés d’habitants en relief, dans l’individualité de chacune. Confirmant le poids et la vivace identité des villes, le chant s’arrêtait spécialement sur le cas de Marseille. Ses citoyens en corps méritaient le plus de considération. Robert recommandait au Dauphin, par amour de lui, los Masselhes, car son bons e lyals (les Marseillais, car ils sont vaillants et loyaux). Il s’expliquait : Per mi an suffert trebals e grans dolors/ ; en Cisilia son agutz coraios/e malpagat (ils ont souffert pour moi fatigues et grandes douleurs ; ils ont été courageux en Sicile, et mal payés).

8L’éloge et l’appel au Dauphin concernaient, simultanément, la totalité des Provençaux. Ailleurs, le roi moribond priait André de Hongrie de gouverner la Provence selon les mérites de ses habitants, coma levais que son e ses engan (comme loyaux et sans tromperie qu’ils sont). Il précisait : Si mestier tifazial, serian premiers con son agut tot dya (si tu en avais besoin, ils seraient les premiers [à t’aider], comme toujours). L’unité ne paraissait pas moins forte que les particularismes, mais parce qu’elle s’enorgueillissait des mêmes vertus.

9Dans les deux cas, le courage et la loyauté se vérifiaient dans la fidélité à la dynastie. Cet attachement légitimait les deux faces d’un monde provençal hétérogène et homogène. Cette constance se nourrissait certes de la bonté du roi pour ses sujets provençaux. Robert amava los trastotz en bona fe (les aimait tous de bonne foi). Il avertissait son successeur, pour sa gouverne : Paga los ben (paye les bien). Mais la sollicitude manifestait l’empathie profonde qui rangeait un peuple sous son prince.

10Dans la dernière strophe, le troubadour prévoyait une étape ultime pour son chant : A sant Loys, ver cors sans de Masselha/, conplancha, vay an gran devocion (va complainte jusqu’à saint Louis, vrai corps saint de Marseille, avec grande dévotion). Le texte évoquait ici Louis évêque (+ 1297), canonisé en 1317. dont les reliques se conservaient chez les franciscains de la ville. Orgueil particulier du grand port, le personnage suscitait encore un culte fervent dans toute la Provence. Il exprimait l’union qui se cimentait autour des Angevins, car le saint était le propre frère de Robert. Ainsi convainquait-il de l’excellence de sa famille. Le planh rappelait précisément la piété de Robert : En sa vida [...] estava/pensant en Dieu an gran affection (dans sa vie, il méditait en Dieu avec ferveur). Son dévouement à l’Église se remémorait pareillement : De la Gleya es agut son sirvent (il a été le serviteur de l’Église). Le monarque, comme roi de Sicile, était vassal du Saint-Siège et chef des guelfes. Implicitement, les Provençaux partageaient sa dévotion et son zèle, d’autant qu’en combattant pour leur maître ils défendaient la papauté. À travers le régime angevin, les différences se transcendaient dans une proximité spirituelle.

11Elle soudait la cohérence devenue intangible d’un pays pluriel. Selon les conceptions duplanh, l’entité provençale ne pouvait précéder l’ère angevine. La complainte, quand elle définissait le pays comme lo poder del rey Carie, trahissait le sentiment d’un tournant avec le gouvernement de Charles Ier, de 1246 à 1285. Elle datait la mutation du début de la nouvelle maison comtale. Les correctifs nécessaires n’interdisent pas de reconnaître la perspicacité du regard porté sur la contrée.

12Le Moyen Âge provençal se distingua, sur le temps long, par le poids puis par la résistance des pouvoirs locaux. Au succès de la seigneurie, irrésistible au XIe siècle, se combinait au XIIe siècle l’émergence puis l’affirmation des consulats. Le phénomène marquait le départ d’une diffusion des communes ou des organisations municipales. Par plus d’un trait, surtout par la vigueur des communautés, la Provence suivait les traces de l’Italie du Centre et du Nord. Ceci n’empêchait pas la genèse assez précoce, sous les comtes catalans, d’une robuste principauté. Elle était solide sur la fin du XIIe siècle. À ce moment, la dialectique ou la coexistence de la dissociation et du rassemblement s’imposaient.

13Néanmoins, la collaboration entre centre et périphéries, dans un rapport relativement équilibré, aboutit avec la première maison d’Anjou-Sicile. La société ainsi rénovée s’élaborait avec le fondateur de la dynastie. Au vrai, Charles Ier édifiait avant tout une forme rudimentaire d’État. Il soumettait la Provence à son autorité en préservant l’héritage catalan et en s’inspirant de la tradition capétienne. De fait, frère de Saint Louis, il venait d’un pays bien administré pour l’époque. Il ajoutait bientôt l’expérience du royaume de Sicile, que Frédéric II avait discipliné. Rappelons que le pape investissait Charles, en 1265, dudit royaume. De la sorte encore, l’idéologie angevine, basée sur l’élection divine de la dynastie et sur le service de l’Église, s’épanouissait. Elle rendait Charles puis ses descendants plus sûrs de leurs droits. D’un autre côté, cependant, elle aidait à rallier les composantes autonomes du microcosme provençal. Malgré tout, Charles Ier ne les nivelait pas et encore moins ses successeurs. Le premier Angevin redéfinissait les relations avec les aristocraties, mais sans les écraser. S’il supprimait les anciennes communes, il permettait une nouvelle saison de la vie et des institutions municipales. Ce mode d’organisation se généralisait, pour se parfaire au XIVe siècle.

14Les communautés atteignaient certes un apogée dans la seconde moitié de ce siècle, quand les crises menaçaient le gouvernement central. L’administration glissait alors, en bonne part, aux mains des pouvoirs locaux. Les réunions des trois états servaient et manifestaient cette conjoncture. La situation ne signifiait pourtant pas un retour en arrière. Les villes et les assemblées d’états, où elles tenaient le premier rôle, défendaient un semblant d’autorité publique. Elles soutenaient ce qui approchait d’une nation provençale, consciente d’elle-même. Il y avait une continuité avec le système favorisé par les Angevins, voire son achèvement. Il devait cette réussite à un caractère autant culturel que politique.

15Ainsi ancré, le modèle marquerait profondément la suite des temps. La société provençale, pour sa cohésion même, trouva un support durable dans la vitalité de ses structures élémentaires. La constatation ne conduit pas à croire en la permanence des choses. Elle invite à reconnaître au régime angevin sa pleine importance historique.

  • 4 Voir en particulier M. Hébert. « La cristallisation d’une identité : les états de Provence, 1347-13 (...)

16Son antinomie harmonieuse, si l’oxymoron est permis, retient depuis quelques années l’attention. Plusieurs travaux évoquent les origines du phénomène, le considèrent dans son ensemble ou dans son aboutissement4. Ils n’ont pas épuisé la question. Ils ont lancé le débat. La nature du problème induit que sa solution progressera par la multiplication d’études ponctuelles. Au demeurant, il est assez apparu que la Provence était terre d’élection de la « micro-histoire ». La démarche ne prend toutefois sa vraie valeur que mise à la disposition de sujets larges, telle précisément la monarchie de Provence-Sicile.

17Les exigences méthodologiques et les attentes, qui viennent de se définir, ont inspiré le congrès de Fréjus. Elles demeurent évidemment le fil conducteur du recueil qui en résulte. Ses onze contributions adaptent leurs limites chronologiques au thème de chacune, mais elles incluent le contexte de la monarchie angevine comme point de mire collectif. Elles proposent des recherches originales et approfondies sur des objets précis et concrets, mais ne se confinent pas dans une science sans horizon. Elles se veulent exemplaires à l’échelle de la Provence, voire au-delà. Elles se retrouvent également sur la question de l’encadrement immédiat des hommes. Les articles publiés se font enfin complémentaires les uns des autres.

18Au total, l’ouvrage envisage les structures de l’habitat, l’administration du territoire, l’idéologie municipale, mais encore la seigneurie et l’organisation ecclésiastique. Ces deux derniers points bénéficient d’une attention plus soutenue que d’ordinaire, pour la période angevine. Non sans raison, les communautés retiennent souvent presque toute l’attention. Le présent livre, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, rééquilibre la perspective en faveur de l’Église et des seigneurs. A ce titre, Fréjus et sa région conviennent pour centre de gravité des essais proposés. Fréjus, en particulier, offre un remarquable exemple de seigneurie épiscopale.

  • 5 Bertrand Carbonel, Rocin, cen ves m’aves faih penedir, vs. 9-16, éd. et trad. G. Contini, « Sept po (...)

19La priorité dont bénéficie l’espace fréjussien procède aussi d’une prometteuse expérience, quant aux opportunités qui s’ouvrent à l’érudition provençale. Son enracinement dans les profondeurs du pays peut rencontrer les attentes des campanilismi, entendus dans un sens positif. Comme une parfaite démonstration, le congrès de Fréjus et ses résultats découlent de l’initiative et de la mobilisation des sociétés savantes de la ville et de sa municipalité. Qu’elles soient remerciées, avec une chaleur particulière pour Mme Françoise Cauwell. Adjointe à la Culture et au Patrimoine de la mairie, et pour M. Bernard Pradeau, Président de la Société d’histoire de Fréjus et de sa région et de l’association Connaissance du patrimoine. Les organisateurs ne se sont pas enfermés dans l’esprit de clocher. Ils ont volontiers soutenu l’insertion de leur petite patrie dans l’ensemble provençal. De toutes les façons, leur exemple mériterait d’inspirer une plus grande cité à qui il conviendrait d’adresser la réplique de son cheval au troubadour Bertrand Carbonel de Marseille, selon une tenson fictive : Amicx [...], vieu ses ordi, e mostr’o ben m’orina5 (Ami [...], je vis sans orge, et mon urine le montre bien).

  • 6 M. Aurell, J.-P. Boyer, N. Coulet, op. cit.

20Toutefois, la réussite de l’entreprise demandait l’appui concurrent des institutions de recherche et d’enseignement supérieur. Il fallait qu’elles se départissent d’une indifférence aux attentes du public ou d’un dédain pour le local et le provincial. Nous savons gré de leur aide à L’UMR Telemme et à son directeur, M. Jean-Marie Guillon. Ils adhèrent aux techniques de la « microhistoire ». Ils soutiennent avec enthousiasme l’érudition provençale. Ils la jugent nécessaire à la grande histoire. Ils la considèrent comme un devoir des universitaires de la région, membres d’une communauté vivante. Nous adressons d’aussi sincères remerciements aux Publications de l’Université de Provence et à tout leur personnel. Avec le présent ouvrage, ils continuent un engagement illustré en 2005 par la parution d’une Provence au Moyen Age, qui après de longues décennies faisait enfin un bilan des acquis6.

Notes

1 Glorios Dieus don totz bens ha creysensa, vs. 188-194. éd. S. Pellegrini, Il « Pianto » anonimo provenzale per Roberto d’Angiô, Turin, 1934, p. 30-38.

2 É.-G. Léonard, Histoire de Jeanne Ire, reine de Naples, comtesse de Provence, t. I, MonacoParis. 1932, p. 337-338.

3 Pour Silvio Pellegrini (op. cit., p. 16-18), le planh ne peut avoir été composé qu’en Provence. Entre autres, seule une grande distance expliquerait l’énorme erreur sur le testament de Robert, qui assurait la couronne à Jeanne et non à son époux. La preuve ne tient pas. La complainte dépeint un choix effectué par le roi sur son lit de mort. En filigrane se dessine une réplique contre qui opposait à André les dispositions écrites du défunt, savoir l’argument d’une correction in extremis des décisions antérieures. L’opinion que Robert, à sa dernière heure, avait désigné André pour roi. en même temps que Jeanne pour reine, courait dans le royaume de SicileNaples au milieu du XIVe siècle : Domenico da Gravina, Chronicon de rebus in Apulia gestis, éd. A. Sorbelli, Città di Castello, 1903 (Rerum Italicarum Scriptores, nuova edizione, t. XII-3). p. 7, 1. 34-42 et 8, I. 1-4. La même conviction se rencontre chez Giovanni Villani, Nuova cronica, lib. XIII, cap. 10. éd. G. Porta, t. III, Parme, 1991, p. 319,1. 7-15.

4 Voir en particulier M. Hébert. « La cristallisation d’une identité : les états de Provence, 1347-1360 ». in C. Dolan, Événements, identité et histoire, Sillery (Québec), 1991. p. 151-164 ; M. Hébert, Regeste des états de Provence. 1347-1480, Paris, 2007 (Collection de documents inédits sur l’histoire de France, série in 8°. vol. XXXVII) ; T. Pécout, L’invention de la Provence. Raymond Bérenger V, Paris, 2004 ; M. Aurell, J.-P. Boyer et N. Coulet, La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2005.

5 Bertrand Carbonel, Rocin, cen ves m’aves faih penedir, vs. 9-16, éd. et trad. G. Contini, « Sept poésies lyriques du troubadour Bertran Carbonel de Marseille », Annales du Midi, t. 49, 1937, p. 130 et 132.

6 M. Aurell, J.-P. Boyer, N. Coulet, op. cit.

Auteurs

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I

UMR Telemme, Université d’Aix-Marseille I

© Presses universitaires de Provence, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540