Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parlement de Provence

 | 
Amis de la Méjane

Les jésuites et le Parlement d’Aix au XVIIIe siècle

Philippe Lécrivain

Texte intégral

1Avoir demandé à un historien jésuite de présenter l’expulsion de son Ordre par le Parlement d’Aix ne manque pas de piquant et c’est finalement avec un réel plaisir intellectuel que je relève ce défi. Il est vrai qu’aujourd’hui, pour reprendre une expression de Furet, ce sujet s’est bien « refroidi ». Nous disposons par ailleurs d’études sérieuses qui nous permettent, pour traiter cette question, de suivre des chemins mieux balisés. Me fondant, essentiellement, sur les archives dont j’ai disposé à Paris, je montrerai tout d’abord les difficultés de la Compagnie à comprendre la société nouvelle. Je mettrai ensuite en place la scène conceptuelle du procès. Enfin, je raconterai comment, en Provence, s’est accompli le passage à l’acte.

Les inadaptations de la Compagnie de Jésus

2Quand les jésuites sont reçus en France au XVIe siècle, non sans difficultés, leur pensée comme leur action sont novatrices. Deux siècles plus tard, après avoir remporté d’incontestables succès et gagné la confiance des Rois, ils semblent moins à l’aise dans la société où ils connaissent désormais une forte concurrence.

La présence de la Compagnie en Provence

  • 1 Status Assistantiae Galliae Societatis Jesu 1762-1768. Paris, 1899.

3En 1761, dans le ressort du Parlement, il y a 99 jésuites qui relèvent de la province de Lyon. À Aix, Marseille et Arles, ils tiennent trois collèges et deux pensionnats. À Apt, ils dirigent le séminaire diocésain et à Toulon, le séminaire royal. À Marseille encore, ils habitent les résidences de Sainte-Croix et Saint-Régis. À Fréjus enfin, depuis 1758, ils ont accepté d’enseigner les lettres dans leur résidence1.

4La Compagnie, qui est alors apostoliquement vigoureuse et en croissance légère mais constante, ne se rend pas compte vraiment des transformations de la société. En effet, si, en discutant avec les Philosophes, elle montre qu’elle a déjà un pied dans la modernité, elle ne perçoit pas, en revanche, la fragilité de ses assises institutionnelles. Ainsi, si ses collèges ont pleinement réussi jadis, ils ne sont plus vraiment adaptés au siècle nouveau alors que l’État-Nation cherche à prendre en main l’enseignement. Il ne semble pas qu’ait été élaboré dans la Compagnie un projet de réforme institutionnelle. Ceci explique, pour une part, les tensions qui existent en Provence entre les jésuites et les oratoriens ou les doctrinaires, plus modernes.

  • 2 A. DEMOUSTIER. « Essai sur la signification de la suppression de l’Ordre », Ignace de Loyola, un h (...)

5Un second point, souligné par A. Demoustier, est aussi important : celui des soubassements financiers qui se dérobent alors2. Le fonctionnement des collèges – et donc de tous les apostolats qui en dépendaient – reposait sur l’attribution de bénéfices sans responsabilité directe de gestion. Mais, au XVIIIe siècle, on tend à rassembler sous une même personne la propriété et la gestion. C’est la fin du système bénéficiaire et c’est le début des difficultés financières de la Compagnie qui, au même moment, voit les municipalités, elles-mêmes en faillite, chercher à mettre la main sur ses biens.

  • 3 Annales du Collège Royal Bourbon d’Aix, depuis les premières démarches de sa fondation jusqu’au 7 (...)

6Les Annales, rédigées par les recteurs du Collège royal de Bourbon illustrent ce qui vient d’être dit3. À la veille de leur expulsion, l’endettement des jésuites à Aix et à Toulon dépasse 80 000 livres et ailleurs la situation n’est guère meilleure. En réalité, dans chacune des six villes où elle est implantée, la Compagnie a rencontré au long du siècle bien des difficultés. À Toulon, en 1716, elle n’obtient pas la prévôté de Pignans ; à Apt, elle perd, en 1728, le prieuré de Viens, tandis qu’à Arles et à Marseille, ce sont les revenus annuels et les subventions qui tarissent. C’est dans cette pénurie qu’il faut situer, en 1746, l’affaire du canal de la Durance et, en 1747, celle de l’expropriation des Bernardines de Marseille.

7Par ailleurs, bien des tensions entre les jésuites, les oratoriens et les doctrinaires sont à considérer sous l’angle économique. Un collège, pour vivre, doit avoir des élèves or les nombres ne sont pas extensibles et la concurrence est de plus en plus dure. Ceci explique, pour une part, la fermeture en 1732 des deux pensionnats d’Aix et la réouverture de celui des jésuites en 1752. Enfin, sans parler pour le moment de toute sa portée symbolique, la faillite La Valette doit, elle aussi, être considérée comme un exemple patent de l’inadaptation de la Compagnie aux nouvelles données de l’économie. À Marseille, comme à Paris, l’assaut est donné sur le principe de la « solidarité » financière. Or, les magistrats savent qu’en droit strict, dans la Compagnie, chaque maison est financièrement autonome et qu’en tant que corps celle-ci ne peut être propriétaire. Mais ils savent aussi que, dans les faits, cette structure juridique n’est pas appliquée. La maladresse insigne des jésuites a été certes de s’en remettre au Parlement, mais aussi de ne pas faire droit aux faits.

Deux crises hautement symboliques

8Si l’économie a joué un grand rôle au XVIIIe siècle, une autre transformation ne doit pas être oubliée, celles des imaginaires. Deux évènements, où la Compagnie fut partie prenante sans en mesurer tous les enjeux, peuvent aider à saisir la révolution en cours : la peste de 1720 et l’affaire Girard en 1730.

9Nous n’avons pas à raconter dans le détail l’épidémie qui ravagea la Basse-Provence durant deux ans. Rappelons cependant qu’à Marseille, à l’exception d’un seul, tous les jésuites furent atteints, dont le P. Millet. À Aix, dix-huit d’entre eux se dévouèrent pareillement et furent rejoints par des confrères venus de la France entière. À Arles et à Toulon aussi, d’autres furent victimes du fléau. Mais à vrai dire, ces chiffres importent moins que la compréhension du salut qu’ils impliquent et que partage Mgr de Belsunce. Dans cette terrible crise, ce dernier se détache en même temps que le chevalier Roze et le commandant de Sinety.

10En réalité, ce sont ces trois personnages qui assurent la gestion symbolique de la « mort noire ». Le premier le fait selon les principes de la pastorale baroque et met en avant, dans ses sermons, « l’ire divine », les seconds incarnent la nouvelle culture médicale en mettant en place des cordons sanitaires. Dans un cas, on prêche l’intervention de Dieu dans l’histoire des hommes, dans l’autre, on souligne au contraire son absence.

  • 4 G. FABRE, « La peste en l’absence de Dieu ? Images votives et représentations du mal lors de la pe (...)

11Prenant à son compte cette hypothèse, G. Fabre la vérifie dans l’iconographie en constatant que la peste ne fut pas « montrée » sur les ex-voto. Il en conclut : À propos d’un événement singulier, « il nous importait de montrer comment bascule une vision du monde (...) Que le code de la piété baroque, alors à son apogée, soit écarté de l’image religieuse, qu’il soit inapte à donner de la peste une représentation interprétative recevable par les fidèles, cela est bien le symptôme d’une mutation dans l’imaginaire du mal et d’un état général de déréliction4. » Sans poursuivre cette démonstration, remarquons que ce qui est noté ici atteint au plus profond la pastorale ultramontaine et, spécialement, les missions que les jésuites donnèrent en Provence jusqu’à leur expulsion.

  • 5 Ainsi, L’entrée triomphante du Père Girard aux enfers suivie de son retour sur la Terre. Les ides (...)

12Bien qu’elle n’ait jamais été évoquée dans les réquisitoires des années 1760, l’affaire Girard affecta profondément la Compagnie de Jésus, non seulement à Toulon et à Aix, mais dans tout le royaume où circulèrent bientôt une multitude de libelles5. Au point de départ, il s’agit d’une relation difficile entre un jésuite pour le moins imprudent et une de ses dirigées, Catherine Cadière, exaltée à l’extrême. Conseillée par ses frères, un dominicain et un prêtre séculier, et, bientôt, par un carme, devenu son directeur, cette jeune femme s’adresse bientôt à l’Official et à la Sénéchaussée, accusant le P. Girard de l’avoir violentée. Déboutée, elle fait appel et, finalement, le jésuite est accusé « de sorcellerie, de quiétisme, d’inceste spirituel et d’avortement ». L’opinion se divise violemment. Au Parlement, la peine de mort est requise ; le P. Girard est acquitté. Peu après, la Chambre des Enquêtes et celle de la Tourelle sont blâmées d’avoir fait pression en faveur de la jeune femme qui fut, comme ses frères, invitée à quitter la Provence.

13Pour être comprise vraiment, sinon dans ses faits du moins dans ses effets, cette crise doit être replacée dans son contexte. Le royaume connaît alors une grande effervescence. Nous sommes au lendemain de la destruction de Port-Royal : la bulle Unigenitus est publiée, la voie du compromis est rejetée, les Nouvelles ecclésiastiques sont fondées, les librairies clandestines battent leur plein. Dans les milieux jansénistes, ce sont les grandes heures des miracles et des convulsions à Paris, comme en Provence où Mgr de Belsunce dénonce l’influence des frères Pâris, la circulation des récits de crucifixion et, en 1731, félicite l’archevêque de Paris d’avoir condamné les convulsions.

  • 6 C. MAIRE, De La cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle. Gallimard, (...)

14Selon C. Maire, les années 1728-1732, c’est-à-dire celles du procès Girard, sont des « années-laboratoires6 ». S’élabore alors le clivage symbolique entre le Roi et la Nation – nous y reviendrons – et la présentation du Parlement comme « figure » de Port-Royal et des jésuites comme la « figure » adverse. Sont réveillés aussi les démons anciens de la Ligue et de la Fronde. Dans leur relecture du passé, les jansénistes dissimulent les faits qui accusent les Parlements pour mieux « construire » la culpabilité des jésuites. Leur habileté va être d’orchestrer à leur profit et de canaliser dans leur sens la « mémoire » du public. Selon cette logique « figuriste », le P. Girard est une illustration parfaite de ce que l’on dénonce. Mais il faudra une trentaine d’années pour que cette manière d’interpréter l’histoire prenne toute son ampleur.

Des escarmouches avant la grande offensive

15Ne pouvant évoquer toutes les escarmouches auxquels se livrent les deux camps en Provence, nous n’en retiendrons que quelques-unes. À Toulon, sous l’épiscopat de Joly de Choin, (1737-1759), les jésuites ont à supporter de nombreuses vexations. À l’inverse, à Marseille, ce sont les oratoriens qui subissent un sort analogue et c’est aux jésuites que l’évêque confie l’enseignement de la théologie et l’animation des Conférences ecclésiastiques. Mais, en 1753, le Parlement d’Aix condamne plusieurs thèses soutenues par les jésuites. Mgr de Belsunce fait appel à Paris contre l’Avocat général Leblanc de Castillon – que nous retrouverons bientôt – et gagne le procès.

  • 7 P. ARDOIN, Le jansénisme en Basse Provence au XVIIIe siècle. La bulle Unigenitus dans les diocèses (...)
  • 8 Op. cit., t. 3, p. 153-156.

16Au cours de ces mêmes années, le ressort du Parlement est agité par les affaires de refus de sacrements, comme l’a bien montré P. Ardoin7. Ici les jésuites ne sont pas en première ligne mais on les soupçonne d’en être les inspirateurs. Ainsi, dans l’affaire de M. de Saint-Michel, en 1753, il est intéressant de noter que tous les protagonistes, opposés ou favorables à la Compagnie, sont en présence, MM. Leblanc de Castillon et Ripert de Montclar, MM. Boyer d’Eguilles et de Montvallon. Mais les positions des uns et des autres sont loin d’être aussi tranchées qu’elles le seront bientôt. Elles le seront davantage lors de la mort de Mme de Charleval, très janséniste, bien qu’elle soit la mère de l’évêque d’Agde et d’un Président au Parlement, tous deux tenant de la position adverse. Quoi qu’il en soit, le recteur du collège note, dans les Annales, qu’il y eut moins d’affluence que par le passé au carême prêché au Parlement en 1755 par le P. Masson et, en 1756, par le P. Cornuti8.

17Les esprits s’échauffent en Provence et l’influence des jésuites sur les parlementaires s’atténue. Les jansénistes multiplient les libelles. Mais quand survient en 1757 l’attentat de Damiens contre le souverain, c’est l’embrasement de toutes les animosités traditionnelles contre la Compagnie. Désormais, selon les historiens jansénistes, la réalité a rejoint la figure.

Le « grand procès » mis en situation

  • 9 Mémoire sur les demandes formées contre le général et la Société des jésuites au sujet des engagem (...)
  • 10 D. VAN KLEY, The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits. New Haven. 1975.

18Sitôt présentée devant le Parlement de Paris, l’affaire La Valette s’efface devant une autre : la remise en cause de l’existence même de la Compagnie9. C’est bien ce qu’escompte Chauvelin, en exigeant, le 17 avril 1761, l’examen des Constitutions de la Compagnie et leur dépôt au greffe. Mais, derrière ce conseiller-clerc, selon D. Van Kley, c’est Louis Adrien Le Paige, un confident du prince de Conti, qui mène le jeu en janséniste fervent10.

L’ombre portée d’une éminence grise

  • 11 C. MAIRE, op. cit., p. 495 sq.
  • 12 Editorial de l’année 1759, Nouvelles ecclésiastiques ou mémoires pour servir l’histoire de la Cons (...)

19Quand s’ouvre le procès des jésuites, Le Paige est déjà bien connu pour ses Lettres historiques sur les fonctions essentielles du parlement et sa Lettre sur les lits de justice, publiées entre 1753 et175611 Deux ans plus tard, il est à Rome espérant obtenir du pape une nouvelle paix poulies « appelants » mais la mort de Benoît XIV ruine ses espérances et c’est tout naturellement qu’il fait sien le nouveau mot d’ordre que lancent les Nouvelles ecclésiastiques, au lendemain du coup de force de Pombal au Portugal12 : il faut détruire les jésuites !

  • 13 ROUSSEL DE LA TOUR, aidé par MINARD et GOUJET. Extraits des Assertions..., Paris. 1762 (Bibliothèq (...)

20Assisté par Coudrette, Roussel de la Tour et bien d’autres, Le Paige se met au travail pour réactualiser le vieux fonds anti-jésuite. Certains s’y exercent déjà et le conseiller L’Averdy peut présenter au Roi le 28 mars 1762 une énorme compilation réalisée en trois mois, les Extraits des Assertions dangereuses et pernicieuses en tout genre que les soi-disant jésuites ont, dans tous les temps et persévéremment, soutenues, enseignées et publiées clans leurs livres, avec l’approbation de leurs supérieurs et généraux13. Ce texte, véritable machine de guerre, fut utilisé par le Parlement de Provence mais l’apport de Le Paige et de ses amis est différent : leur force est de présenter le « procès criminel et de religion et d’Etat qui s’instruit contre les jésuites depuis deux cents ans », en lui donnant une interprétation réfléchie.

  • 14 C. MAIRE, op. cit., p. 505.

21Selon C. Maire, la démarche de Le Paige est, cependant, moins originale qu’il n’y paraît dans la mesure où « il se borne à transférer à l’intérieur de l’État le schéma de la guerre intestine entre les jansénistes et les jésuites à l’intérieur de l’Église », conformément à l’inspiration qu’il puise dans les écrit figuristes de la crise parlementaire de 1728-173214. Dans cette perspective, on comprend toute l’importance de l’ouvrage qu’il publie avec Coudrette en 1761, Histoire générale de la naissance et des progrès de la Compagnie de Jésus et analyse de ses constitutions et privilèges. Ces quatre volumes peuvent être considérés comme la toile de fond des réquisitoires parlementaires prononcés contre les jésuites.

  • 15 Id., p. 506.

22À la différence de Pascal, Le Paige ne s’en prend pas spécialement au laxisme moral de la Compagnie ; il ne se limite pas non plus à ses théories régicides ; c’est le principe politique inhérent à ses Constitutions qu’il veut mettre au jour. Avec habileté, il entend dépasser les griefs habituels : « La Compagnie n’est ni à la solde de l’Espagne ni même à celle du pape, car c’est elle-même qui aspire à la monarchie universelle15. » Les jésuites sont certes un danger pour les rois, mais tout autant pour les simples citoyens. Leur laxisme, « qui flatte l’orgueil et l’esprit de domination », relève en réalité d’une intention despotique. Et c’est là la pointe de l’argumentation de Le Paige : le despotisme est l’essence même de la Compagnie, dont les membres sont totalement asservis au Général. Or, quand le despotisme est toléré quelque part, il risque de s’infiltrer partout.

23Sans hésiter, l’avocat janséniste érige ses intuitions en système pour mieux les placer au cœur d’un dispositif plus large.

L’opposition de deux « constitutionnalismes »

24La démonstration est complexe et parfois contradictoire, mais il est aisé de comprendre pourquoi elle a tant séduit les parlementaires. Tout d’abord, fait remarquer C. Maire, il y a, chez Le Paige, le désir de « sauver l’unité essentielle de la monarchie organique contre la dissociation du chef et du corps qu’introduit l’État absolutiste ». Cette requête fondamentale posée, deux options s’esquissent : celle du Parlement dont la charge est de restaurer un authentique lien de réciprocité entre le Monarque et la Nation, et celle à laquelle aspire la Compagnie qui est de supprimer ces deux pôles pour mieux instituer sa domination universelle.

  • 16 Id., p. 507.

25Pour affiner cette opposition entre le Parlement et la Compagnie, Le Paige commente. « La bonne forme de société est celle qui assure une unité organique entre le roi, l’âme, et le corps politique, composés de plusieurs membres différents qui tous conspirent à l’union de l’État. » A l’opposé, les jésuites entendent « devenir eux-mêmes l’âme de la machine, s’emparer de tous les ressorts et les mouvoir à leur gré16 ». En d’autres termes, la Compagnie veut « être tout » : le souverain, la magistrature, la famille, la religion et même l’art. Nous sommes au cœur de la démonstration de Le Paige. À l’unité dissolvante que proposent les jésuites, il oppose les partages que revendiquent les parlementaires.

26Le Paige ne va pas cependant jusqu’au bout de sa logique. Si, pour combattre « l’indistinction » jésuite, il installe le Parlement dans une position de représentant, c’est pour aussitôt la lui refuser au nom de son unité nécessaire avec le Roi. Mais, laissons cela pour souligner la nouveauté de son argumentation contre les jésuites. Il ne s’agit plus, pour lui, d’évoquer leurs doctrines laxistes ou régicides, mais de faire l’anatomie de leur système politique et d’en montrer la force destructrice. Par ailleurs, il y une autre visée dans cette démonstration. En effet, dans la critique radicale du despotisme universel de la Compagnie visant la conscience du plus petit sujet comme l’âme du chef, ne peut-on pas trouver aussi une dénonciation implicite du principe absolutiste ? Ceci n’était pas pour déplaire aux parlementaires.

27Peu nous importe pour l’instant, contentons-nous de mesurer le génie de Le Paige qui non seulement dressa la scène d’un grand procès, mais en donna aussi la clé.

Des « comptes rendus » très inspirés

  • 17 Arrêt de la Cour du Parlement. Extrait des registres du Parlement, 6 août, 1761. Bibliothèque. Cen (...)
  • 18 Cité par C. MAIRE, op. cit., p. 509.

28Chauvelin avait obtenu du Parlement de Paris un examen des Constitutions de la Compagnie mais, le 7 juillet 1761, Orner de Joly se contente de proposer quelques réformes gallicanes. Dès le lendemain, à l’instigation de Le Paige, il revient à la charge et dénonce avec force le danger politique que représentent les jésuites pour la paix de l’État et la vie du monarque. Il obtient gain de cause, des commissaires sont nommés et, le 6 août 1761, L’Averdy, qui devient à cette époque l’un des principaux correspondants de l’avocat janséniste, dicte l’arrêt par lequel le Parlement de Paris déclare que la Compagnie n’est « ni recevable ni réformable17 ». Mais alors que, comme on le verra, Lamoignon et le gouvernement cherchent à temporiser, les magistrats parisiens, poussés par Le Paige, veulent aller plus loin. En mars 1762, ils rédigent un projet d’édit dénonçant la Compagnie comme l’exemple par excellence du despotisme dans l’Église et l’État. Ce texte inédit contient l’essentiel des Comptes rendus des Constitutions18.

  • 19 Cité par J. EGRET, « Le procès des jésuites devant les Parlements de France (1761-1770) », Revue h (...)
  • 20 C. MAIRE, op. cit., p. 508.

29Il ne faudrait pas cependant conclure de ce qui précède à l’unanimité des Parlements. Certains gardèrent leur autonomie, ce qui fera dire en 1766 à L’Averdy : « Les classes ? Est-il possible qu’on soutienne ce système tout de bon ? Voilà un plaisant corps, tout un que celui dont une classe qui est Besançon, a fait l’apologie des jésuites dans une remontrance19. » Si, dans l’affaire des jésuites, l’importance de Le Paige et de ses amis a été considérable, il ne serait pas juste de les voir tirant toutes les ficelles. Comme l’a écrit C. Maire, leur apport a été de donner une grille de lecture des Constitutions de la Compagnie, mais suffisamment souple pour que chaque magistrat puisse conduire d’une manière personnelle sa propre réflexion20.

  • 21 J.P.F. RIPERT DE MONTCLAR. Compte rendu des Constitutions des jésuites, 1763, p. 42, Bibliothèque, (...)

30Ces nuances posées, on peut dire que les Parlements participent de la même démarche en s’attachant à une analyse des aspects juridique et politique des textes de la Compagnie. Ce ne sont jamais les jésuites en tant que personnes qui sont visés mais le « régime » dont ils sont eux-mêmes les prisonniers. C’est ce que rappellent clairement La Chalotais à Rennes et Dudon à Bordeaux. Quant à Ripert de Montclar, à Aix, il ne cessera de dire qu’il lui importe peu d’entendre ou non les jésuites puisqu’au terme, ils ne sont pas partie dans le procès. Pour les uns et les autres, il s’agit de les aider à « briser leurs chaînes » et à « rentrer sous l’empire des lois ». Pour cela, reprend le Procureur général du Roi au Parlement de Provence, il importe de leur faire comprendre que la Compagnie est une véritable « maladie dans l’État21 ».

31Leurs explications, qui se ramènent à présenter le Père général comme le « despote le plus absolu qui ait jamais existé », buttent parfois sur des contradictions. Ainsi Ripert de Montclar, après avoir concédé que le dépôt de la doctrine est dans le « corps entier », est-il obligé, pour se tirer d’affaire, de montrer que le Général, à l’inverse du Parlement, en est « l’interprète suprême et non l’arbitre ». Quoi qu’il en soit, à Aix comme à Paris, on pense que le mal est trop grand, que sa cause est trop profondément ancrée dans des principes qui ruinent tout à la fois l’État, la Nation et la Patrie. La Compagnie est « irréformable », il faut donc la détruire.

La destruction de La Compagnie en Provence

32Au Parlement d’Aix, on ne fut pas en reste dans l’affaire des jésuites, on la traita même peut-être avec plus de violence qu’ailleurs car, les deux camps étaient presque à part égale. La majorité était conduite par l’Avocat général Leblanc de Castillon et le Procureur général Ripert de Castillon, tandis que la minorité l’était par le Président d’Éguilles et les conseillers Montvallon. Alors que les premiers sont très sensibles à tout ce qui se dit à Paris dans les milieux jansénistes, les seconds mettent un grand espoir dans les édits royaux de mars 1762, demandant de suspendre les débats et proposant de « réformer » la Compagnie de Jésus. Mais ces textes viennent trop tard, l’institut a déjà été supprimé définitivement par le Parlement de Rouen et, le 6 avril 1762, le sera provisoirement par celui de Paris.

Les premiers arrêts du Parlement d’Aix

33Sans donner suite aux démarches des jésuites près des Consuls d’Arles et de Marseille, le Parlement d’Aix a déjà ouvert le procès. Le 6 mars, Castillon a demandé le dépôt au Greffe d’un exemplaire des Constitutions, selon l’édition de Prague de 1757. Malgré l’opposition de leurs amis, les jésuites s’exécutent le 9 mars. Peu après, le 15, l’édit royal sur la réforme de la Compagnie est communiqué aux Chambres par l’Avocat général qui, sans s’opposer à son enregistrement, demande qu’on ne le discute qu’après avoir examiné les Constitutions. La Cour opine en ce sens et s’ajourne au 27 avril, puis au 25 mai, pour lui laisser le temps de travailler.

34Mais, en l’absence de Castillon, c’est Montclar, le Procureur général, qui prononce le réquisitoire le 28 mai et les 3 et 4 juin. Trois points retiennent son attention : les doctrines morales et politiques des jésuites qui cherchent à gouverner les hommes tels qu’ils sont et non tels qu’ils devraient être, la nullité de leurs titres d’établissements en Provence et, enfin, la nature de leur « régime ». Montclar évoque alors le besoin que les jésuites ont toujours eu de « semer des alarmes pour persuader aux simples qu’ils sont nécessaires » ; puis, avant de montrer dans leurs privilèges un « amas monstrueux » d’abus, il explique que leurs Constitutions n’ont d’autre but que de servir la grandeur de la Compagnie et le despotisme de son Général.

35Avant de laisser sur le bureau les deux volumes des Constitutions et le recueil des Assertions, le Procureur général requiert que, jusqu’à l’arrêt définitif, soit suspendu le droit d’émettre des vœux et de recevoir des novices, que soient fermées les congrégations et que soit retiré à un Général étranger le pouvoir d’instruire la jeunesse. Les jésuites demandent alors à être entendus, avant tout jugement même provisoire, mais leur demande n’est pas reçue et l’on remet le débat sur le fond au lendemain. Le 5 juin, deux partis sont donc en présence et les voix se comptent sur une question préalable : doit-on débattre de l’édit royal sur la réforme de la Compagnie avant de délibérer sur son Institut, ses Constitutions et ses doctrines ?

  • 22 Arrest de la Cour de Parlement de Provence du 5 juin 1762, Extrait des registres du Parlement. Bib (...)

36La majorité ayant tranché par la négative, les amis des jésuites essaient de temporiser allant, avec Montvallon père, jusqu’à reprocher à Montclar les inexactitudes de son réquisitoire. Toutes ces démarches sont vaines et l’arrêt est voté par 29 voix contre 27. La Cour interdit aux jésuites d’enseigner, suspend toute entrée au noviciat, déclare illégitime toute congrégation et annonce que les biens de la Compagnie seront mis sous séquestre22. Dès le 7 juin, l’opposition, conduite par d’Éguilles et Montvallon, adresse une lettre au Chancelier. Mais, apprenant que ce dernier n’a pas l’intention de répondre, les adversaires des jésuites reprennent immédiatement l’avantage.

  • 23 Extraits des registres du Parlement de Provence du 19 juin 1762, Bibliothèque, Centre Sèvres, Pari (...)

37Les premiers inventaires des maisons des jésuites n’ayant rien donné, on ordonne, tant aux Commissaires de la Cour qu’aux Juges royaux, de questionner partout où besoin serait et d’élargir les enquêtes aux congrégations. Devant le peu de succès de ces démarches, les parlementaires décident, le 19 juin, d’exclure des débats relatifs à la Compagnie ceux des leurs qui appartiennent à la Congrégation des Messieurs du Collège d’Aix et désignent d’autres Commissaires pour préparer l’arrêt définitif par un nouvel examen des Constitutions, de la morale et de la doctrine des jésuites23. Cette issue semble désormais inéluctable et les tergiversations des Cours des Aides et des Comptes à propos du collège d’Aix n’y font rien.

  • 24 Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 57038.

38À la fin du mois de juin, demande est faite aux Juges royaux d’intensifier leurs investigations, condamnation est portée contre une Relation de ce qui s’est passé à Aix dans l’affaire des jésuites24, en même temps que, le 30, s’ouvre un procès en mercuriale contre Montvallon, père. Mais c’en est trop pour l’opposition.

Le Roi pris à témoin et son retournement

  • 25 Mémoires du Président d’Éguilles sur le Parlement d’Aix et les jésuites adressés à Sa Majesté le R (...)

39Au mois d’août 1762, le Président d’Éguilles et l’abbé de Mon vallon rencontrent à Versailles le Chancelier et, à Paris, Saint-Florentin. Intéressé, celui-ci demande que le récit qui lui a été fait soit mis par écrit et c’est ce texte qui est remis au Roi. Dans ce Mémoire, de graves accusations sont portées qui débordent l’affaire des jésuites, on y dénonce, en particulier, « ce malheureux esprit de corps, cette conscience d’être les classes d’un Parlement unique, conseil essentiel de la nation25. ». Le 25 septembre, d’Éguilles rentre triomphant à Aix, muni d’une lettre de Lamoignon demandant de surseoir aux arrêts des 5 et 30 juin.

40Apprenant que l’opposition menace de faire scission, la majorité refuse de débattre de la lettre du Chancelier. Finalement elle accepte de le faire, mais en l’absence des parlementaires congréganistes, ce qui permet à Castillon de la réfuter immédiatement. Entre-temps, contre l’avis du Procureur général, le Parlement a accepté que les jésuites présentent leur défense et, à cette fin, leur a assigné des avocats et des conseils. Mais, dans la Compagnie, le P. Ricci à Rome et le P. Garnier à Lyon hésitent sur la conduite à tenir. Ayant perdu toutes leurs illusions sur la magistrature, ils préfèrent le recours au Roi et les atermoiements juridiques pour empêcher le jugement provisoire de devenir définitif.

41Les voyages à la Cour se multiplient. D’Éguilles y présente son second Mémoire. En réponse, le 22 octobre 1762, Lamoignon écrit au Parlement d’Aix que, le Roi désirant prendre connaissances des arrêts de juin et d’octobre, il convient de surseoir à leur exécution. Cette lettre est enregistrée mais Montclar décide d’envoyer Galiffet et une représentation à Paris afin de ne pas y laisser seul d’Éguilles qui y déjà reparti. Malheureusement pour ce dernier, le Roi a changé d’avis et fait dire aux envoyés du Procureur général qu’il est satisfait de la fidélité de son Parlement et que les Mémoires du Président d’Éguilles n’ont pas fait d’impression sur lui. Désormais, tous les efforts de la minorité seront vains.

42Avant qu’ils n’aient été édités, par une indélicatesse de l’imprimeur du Parlement de Paris, les Mémoires confidentiels sont connus à Aix. Sous la pression de la majorité, onze opposants les renient. Le 17 décembre 1762, Montclar requiert que ces textes soient lacérés et brûlés et demande aux autres Parlements de faire pareillement au nom de la solidarité des classes. Neuf Cours s’exécutèrent dans les trois mois suivants. Mais, depuis le mois de janvier, l’affaire avait été reprise à Aix. Les jésuites, invités une nouvelle fois à présenter leur défense, persistent à ne pas vouloir le faire : « Nous ne pouvons, disent-ils, faire autrement que d’obéir au Provincial qui seul est partie. » Montclar ne voit dans cette attitude qu’un « jeu indécent » mais cela lui importe peu et dès le 4 janvier, il commence son réquisitoire qu’il poursuit le 11 et le 12 du même mois.

La suppression des jésuites et ses lendemains

  • 26 Plaidoyer de M. de Ripert de Monclar, Procureur général du Roi au Parlement de Provence, dans l’af (...)

43Le Procureur montre tout d’abord que l’Institut de la Compagnie s’oppose aux Libertés Gallicanes et à l’autorité des Evêques. Il analyse ensuite les moyens que la Compagnie utilise pour son recrutement et sa propagation. Il étudie enfin comment, organisée en monarchie dont le centre est à Rome, et ayant des « colonies » un peu partout, elle est dangereuse pour les États. Au terme de son discours, Montclar, après avoir rappelé que le mal qui naîtra de la suppression de la Compagnie n’est pas aussi grand qu’on le dit, requiert que les jésuites vident leurs maisons dans les huit jours à dater de la signification de l’arrêt26. Prolongeant ce réquisitoire, le rapport des Commissaires et leur compte-rendu occupent les séances des 15, 22 et 24 janvier. On y retrouve les mêmes propos sur le despotisme du Général, sur « l’empire » de la Compagnie, sur sa morale relâchée et sur sa « doctrine meurtrière ».

  • 27 Arrest du Parlement de Provence. Au sujet de l’édit donné à Versailles au mois de mars 1762, conce (...)
  • 28 Arrest du Parlement de Provence qui juge l’appel comme d’abus interjetté par M. le Procureur génér (...)

44Les jésuites d’Aix, mal à l’aise avec l’attentisme de leurs supérieurs, expriment le désir de se défendre. La Cour passe outre mais, avant de prononcer son jugement, elle souhaite que le Procureur général donne ses conclusions sur l’édit royal de mars 1762 au sujet d’une réforme de la Compagnie. Les jésuites sont irréformables par essence, répond Montclar qui supplie le Roi d’agir auprès du pape « pour la suppression et l’extinction totale d’un Ordre reconnu pernicieux à la religion et à l’humanité en général27 ». La Cour opine en ce sens le 28 janvier 1763. Elle révoque son édit de 1621 qui avait permis aux jésuites de s’établir à Aix, les exclut à perpétuité de son ressort et leur ordonne de vider toutes leurs maisons sous les dix jours28. Ce même jour, un autre arrêt décide de laisser leurs biens à l’administration des gardiens et séquestres qui s’en occupaient déjà.

  • 29 Extrait des registres des arrestés et arrests du Parlement de Provence du 17 mai 1764, Bibliothèqu (...)

45Mais le Parlement d’Aix avait encore bien des questions à résoudre. Dès le 29 janvier 1763, il avait condamné 27 « livres jésuitiques » ; mais ce n’était là qu’un commencement et bien d’autres libelles subirent un même sort. Le 17 mai, il ouvre un procès en mercuriale contre ceux des siens qui s’étaient opposés à ses décisions. Le Président d’Éguilles est banni de France à perpétuité, l’abbé de Montvalon de Provence pendant vingt ans, quant aux autres ils sont interdits pour un temps ou invités à donner leur démission29. Ces condamnations assurées, restait à résoudre la situation des jésuites supprimés. On a certes pourvu à leur subsistance pour un temps, mais il faut s’assurer qu’ils ne cherchent point à se rétablir.

  • 30 J. BREMOND, « Le collège d’Aix », in P. DELATTRE, Les établissements jésuites en France depuis qua (...)

46Le 18 janvier 1764, le Procureur général défend aux jésuites de séjourner à Aix et à Marseille, s’ils ne jurent « de n’entretenir aucune correspondance avec le Général et les Supérieurs, et de tenir pour impie la doctrine qui compromet la sûreté de la personne des Rois ». Cette mesure est diversement appréciée, ainsi que l’écrit à Montclar le Président de Brosses : « Voilà le dernier coup porté aux jésuites et je ne doute pas que leurs cabales et leurs intrigues ne leur aient mérité ce nouveau traitement. Mais beaucoup de gens sans partialité trouvent (et je ne sais s’ils se trompent) que la forme de cet arrêt est despotique et le traitement cruel30... »

  • 31 Edit du roi concernant la Société des jésuites. Donné à Versailles au mois de novembre 1764. Bibli (...)

47Jugeant la condition des jésuites trop diverse, le Roi établit le 17 novembre 1764 une loi générale pour la France entière. Suivant la majorité des Parlements, il prescrit « qu’à l’avenir la Société des jésuites n’ait plus lieu dans notre Royaume, Pays, Terres et Seigneuries de notre obéissance31 ». Mais, répondant aux scrupules d’une autre majorité, il permet à ceux qui étaient dans ladite Société de rester ou de revenir dans le royaume, sans prêter aucun serment et aux seules conditions d’y vivre en simples « particuliers », de s’y comporter en « bons et fidèles sujets » et d’y être soumis à l’autorité spirituelle des évêques. À Aix, on enregistra cet édit mais en imposant aux jésuites du ressort une résidence surveillée dans le diocèse de leur naissance et en leur interdisant les villes d’Aix et de Marseille.

  • 32 Arrest du Parlement du 5 mars 1765. Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, C. 43/345, 12.

48Le 5 mars 1765, quand paraît la Bulle de Clément XIII Pascendi Domini Gregis, qui confirmait la Compagnie, Montclar s’enflamme à nouveau : « Il n’est plus possible de garder dans le royaume, ces esclaves d’un Général ennemi irréconciliable de la France, ces hommes fâcheux et remuant qu’on ne peut contenir que par les lois32. » Mais il veut plus, il dénonce la liberté dont jouit la Compagnie en Avignon et dans le Comtat Venaissin, devenus « l’asile et l’arsenal des jésuites pour infester les pays limitrophes ». Le 11 juin, Rochechouart investit ces territoires qui ne seront rendus au pape qu’en 1773. Ce fut le prix de l’extinction totale de la Compagnie.

  • 33 Arrest du Parlement du 30 mai 1767. Bibliothèque, Centre Sèvres. Paris, C. 43/395. 3.

49Deux ans plus tard, la pragmatique du roi Charles III d’Espagne, bannissant les jésuites de toute l’étendue de son empire, réveille les passions en France. Le Parlement d’Aix s’autorise de cet acte, le 30 mai 1767, pour astreindre les jésuites de son ressort à l’obligation de l’ancien serment, sous peine d’expulsion immédiate : « Est-il donc (...) quelque sûreté pour les États policés (...), explique alors Montclar, tant que résideront ou pourront entrer dans le sein de ces États des hommes (...) capables de tout le dévouement servile, exclusif, volontaire et persévérant à l’Institut le plus pernicieux, à l’enseignement le plus abominable ?33 » Ce même jour, on demande au Roi « d’interposer ses offices auprès du Saint-Siège pour procurer l’extinction totale de cet Ordre pernicieux, et sa puissance souveraine pour destruction des Etablissements qui subsistaient encore dans le Comté d’Avignon et le Comtat Venaissin ».

  • 34 Cité par J. BRÉMOND, op. cit., col. 86.
  • 35 Édit du Roi concernant les Ecclésiastiques qui ont été ci-devant dans la Société des jésuites. Don (...)

50En cette même année 1767, les Conseils royaux préparent un édit demandant d’expulser du Royaume tous les jésuites. Sur ce projet qui n’eut pas de suite, Louis XV écrit : « Je n’aime point cordialement les jésuites, mais toutes les hérésies les ont toujours détestés : ce qui est leur triomphe. Je n’en dis pas plus. Pour la paix de mon royaume, si je les renvoie contre mon gré, du moins ne veux-je pas qu’on croie que j’ai adhéré à tout ce que les parlements ont fait et dit contre eux34. » La réforme judiciaire du Chancelier Maupeou, en 1771, met un point final aux tracasseries éprouvées encore par les jésuites à Aix et dans quelques autres Cours souveraines. Mais le gouvernement royal fait plus. En 1773, un mois après leur suppression par le pape, certains d’entre eux bénéficient d’une augmentation de pension et, quatre ans plus tard un nouvel édit royal confirma leur droit de vivre en France individuellement, sous l’autorité spirituelle des ordinaires. Il ne leur était interdit que d’exercer les fonctions de supérieurs de séminaires et de régents de collèges ou de posséder des bénéfices à charge d’âmes, ailleurs que dans les campagnes35.

  • 36 J. CORDARA. édité par G. ALBERTOTTI, Padoue, 1925.
  • 37 Sur la destruction des jésuites par un auteur désintéressé. Paris, 1765.
  • 38 Cité par M. COTTRET, Jansénisme et Lumières. Pour un autre XVIIIe. Albin Michel, 1998, p. 141.

51Quelques années plus tard, on écrivit cette histoire. Il y eut le Julii Cordarae De Suppressione Societatis Jesu Comentarii qui donna le point de vue de la Compagnie de Jésus36, il y eut aussi le livre de d’Alembert, Sur la destruction des jésuites en France37, qui propose celui des Lumières. Mais enfin qu’en fut-il ? Triomphe janséniste ? Faux pas philosophique ? Concluons avec le sourire de Voltaire et son assurance incertaine : « C’est beaucoup, mes frères, pour la consolation du genre humain, que les jésuites, ces grands prédicateurs de l’intolérance, eussent été chassés de Chine et des Indes, du Portugal et de l’Espagne, de Naples et du Mexique, et surtout de la France, qu’ils avaient si longtemps troublée ; mais enfin ce ne sont que des victimes sacrifiées à la haine publique. Elles ne l’ont point été à la raison universelle38. »

Notes

1 Status Assistantiae Galliae Societatis Jesu 1762-1768. Paris, 1899.

2 A. DEMOUSTIER. « Essai sur la signification de la suppression de l’Ordre », Ignace de Loyola, un héritage, un chemin. L’Arbalétière, Lyon, 1990, p. 29-34.

3 Annales du Collège Royal Bourbon d’Aix, depuis les premières démarches de sa fondation jusqu’au 7 ventose an III, époque de sa suppression. Manuscrits et documents originaux publiés et annotés par E. Méchin., Marseille, 1890.

4 G. FABRE, « La peste en l’absence de Dieu ? Images votives et représentations du mal lors de la peste provençale de 1720. », Archives de Sciences sociales des Religions, 73 (1991), p. 158.

5 Ainsi, L’entrée triomphante du Père Girard aux enfers suivie de son retour sur la Terre. Les ides d’octobre 1731. Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 57 194.

6 C. MAIRE, De La cause de Dieu à la cause de la nation. Le jansénisme au XVIIIe siècle. Gallimard, 1998. p. 388-390.

7 P. ARDOIN, Le jansénisme en Basse Provence au XVIIIe siècle. La bulle Unigenitus dans les diocèses d’Aix, d’Arles, de Marseille, de Fréjus et de Toulon, (713-1789), 2 tomes, Marseille, 1936.

8 Op. cit., t. 3, p. 153-156.

9 Mémoire sur les demandes formées contre le général et la Société des jésuites au sujet des engagements qu’elle a contractés par le ministère du P. de Lavalette. Paris, 1761, Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 57056/2.

10 D. VAN KLEY, The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits. New Haven. 1975.

11 C. MAIRE, op. cit., p. 495 sq.

12 Editorial de l’année 1759, Nouvelles ecclésiastiques ou mémoires pour servir l’histoire de la Constitution Unigenitus, Bibliothèque. Centre Sèvres. Paris. 56712.

13 ROUSSEL DE LA TOUR, aidé par MINARD et GOUJET. Extraits des Assertions..., Paris. 1762 (Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, Cf. Réponse au livre intitulé, Extraits des Assertions..., T. 1-4, Paris, 1763 (Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 55315).

14 C. MAIRE, op. cit., p. 505.

15 Id., p. 506.

16 Id., p. 507.

17 Arrêt de la Cour du Parlement. Extrait des registres du Parlement, 6 août, 1761. Bibliothèque. Centre Sèvres. Paris, 55 577/6.

18 Cité par C. MAIRE, op. cit., p. 509.

19 Cité par J. EGRET, « Le procès des jésuites devant les Parlements de France (1761-1770) », Revue historique, CCIV (1950), p. 24.

20 C. MAIRE, op. cit., p. 508.

21 J.P.F. RIPERT DE MONTCLAR. Compte rendu des Constitutions des jésuites, 1763, p. 42, Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 57053/3.

22 Arrest de la Cour de Parlement de Provence du 5 juin 1762, Extrait des registres du Parlement. Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 55576/6.

23 Extraits des registres du Parlement de Provence du 19 juin 1762, Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, C. 43/246.

24 Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 57038.

25 Mémoires du Président d’Éguilles sur le Parlement d’Aix et les jésuites adressés à Sa Majesté le Roi Louis XV, édités par P. CARAYON, S.J., Poitiers, 1867, p. 146.

26 Plaidoyer de M. de Ripert de Monclar, Procureur général du Roi au Parlement de Provence, dans l’affaire des soi-disans jésuites. 1763. Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 57038.

27 Arrest du Parlement de Provence. Au sujet de l’édit donné à Versailles au mois de mars 1762, concernant les ci-devant se disons jésuites. Du 28 janvier 1763, Bibliothèque. Centre Sèvres. Paris. C 43/130. 6.

28 Arrest du Parlement de Provence qui juge l’appel comme d’abus interjetté par M. le Procureur général, des Bulles, Brefs, Constitutions et autres règlements de la Société se disant de Jésus ; fait défenses aux soi-disans jésuites et à tous autres, de porter l’habit de ladite Société, de vivre sous l’obéissance au Général et aux Constitutions de ladite Société et d’entretenir aucune correspondance directe ou indirecte avec le Général et les Supérieurs de cette Société, ou autres par eux proposés ; enjoint aux soi-disans jésuites de vuider les Maisons de ladite société ; leur fait défense de vivre en commun, réservant d’accorder à chacun d’eux les pensions alimentaires nécessaires, etc. Du 28 janvier 1763. Extrait des registres du Parlement. Bibliothèque. Centre Sèvres, Paris, 37038.

29 Extrait des registres des arrestés et arrests du Parlement de Provence du 17 mai 1764, Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris. C 43/248,3.

30 J. BREMOND, « Le collège d’Aix », in P. DELATTRE, Les établissements jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien-Wetteren, t. 1, 1940, col. 85.

31 Edit du roi concernant la Société des jésuites. Donné à Versailles au mois de novembre 1764. Bibliothèque, Centre Sèvres. Paris, 56920/2.

32 Arrest du Parlement du 5 mars 1765. Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, C. 43/345, 12.

33 Arrest du Parlement du 30 mai 1767. Bibliothèque, Centre Sèvres. Paris, C. 43/395. 3.

34 Cité par J. BRÉMOND, op. cit., col. 86.

35 Édit du Roi concernant les Ecclésiastiques qui ont été ci-devant dans la Société des jésuites. Donné à Versailles le 7 juin 1777. Bibliothèque, Centre Sèvres, Paris, 56920/2.

36 J. CORDARA. édité par G. ALBERTOTTI, Padoue, 1925.

37 Sur la destruction des jésuites par un auteur désintéressé. Paris, 1765.

38 Cité par M. COTTRET, Jansénisme et Lumières. Pour un autre XVIIIe. Albin Michel, 1998, p. 141.

Auteur

S.j. Facultés jésuites de Paris

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540