Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parlement de Provence

 | 
Amis de la Méjane

Les portraits gravés des membres du Parlement d’Aix

Martine Vasselin

Texte intégral

  • 1 Le fonds des portraits gravés de la bibliothèque Méjanes est classé alphabétiquement par noms des (...)

1L’étude dont nous présentons ici les résultats ne porte pas sur les modèles de ces portraits, l’histoire des membres du Parlement, mais sur les images gravées que nous en conservons, envisagées du point de vue de l’histoire de la gravure, de l’histoire du goût pour le portrait et de l’histoire des significations que revêtent les représentations iconographiques. Le corpus des portraits examinés s’élève à une centaine de pièces conservées dans le fonds ancien de la bibliothèque Méjanes à Aix. Bien que certains de ces portraits aient été soit recensés, soit cités, soit utilisés pour illustrer divers travaux, ils n’ont pas été pris en compte dans leur ensemble en tant que témoignage historique global d’une pratique de commande et que manifestations de l’image que les parlementaires ont voulu offrir d’eux-mêmes et de leur fonction à leurs contemporains1.

  • 2 Voir le mémoire de maîtrise de Gaëlle NEUSER, Le portrait peint et dessiné en Provence au temps de (...)
  • 3 Voir le mémoire de maîtrise d’Emmanuelle MACÉ. Les collections de peintures des parlementaires aix (...)

2Dans quel contexte s’inscrit cette production de portraits gravés ? Dans celui d’une relative abondance des portraits aristocratiques en Provence aux XVIIe et XVIIIe siècles, portraits dus pour la grande majorité d’entre eux à des peintres et graveurs aixois ou durablement établis à Aix : les membres de la Cour des comptes, les gentilshommes, les représentants du roi, les dignitaires ecclésiastiques provençaux se sont fréquemment prêtés à des portraits peints et/ou gravés durant cette époque. Le musée Granet conserve divers portraits peints de membres du Parlement, dont trois datant du XVIIIe siècle : celui de Michel d’Albert, président en 1767, par Claude Arnulphy, celui de Joseph François de Gallice, doyen en 1761, par Jacques Aubert et celui de François de Cormis, avocat décédé en 1734, par François Joubert2. Certains portraits de parlementaires sont mentionnés dans leurs inventaires après décès comme celui de Vincent Boyer d’Éguilles, conseiller au Parlement, peint par Le Grand en 1658 et gravé par J. Coelemans à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle dans la collection de Jean-Baptiste Boyer d’Éguilles, ou les trois portraits du conseiller Joseph Paul de Ricard dont un attribué à « Vanloo » dans son inventaire de 1741-42, le portrait « à demi-grandeur de Joseph Edouard de Coriolis dans son inventaire d’octobre 1755 ou encore « un petit tableau représentant un président de la famille » dans l’inventaire des Thomassin Saint-Paul de 17823. Certaines familles aristocratiques comme les Valbelle ou les diverses branches de la famille de Thomassin semblent avoir jugé important de multiplier leur image par le biais de l’estampe.

  • 4 Marie-Claude LÉONELLI, dans le catalogue de l’exposition La peinture en Provence au XVIe siècle. C (...)

3Préalablement au fait d’aborder les portraits gravés, il est nécessaire d’évoquer brièvement les principales entreprises de portraits peints de ces parlementaires dans la mesure où ce sont parfois ces œuvres qui leur ont servi de modèles. La plus ancienne œuvre peinte liée à l’institution est le retable du Parlement d’Aix, conservé aujourd’hui en l’église du Saint-Esprit. Ce triptyque fut commandé en 1520 et complété en 1525 et il renfermerait, selon la tradition des historiens d’Aix de l’époque moderne, une quinzaine de portraits des premiers membres du Parlement4. Si l’on compare le portrait de Gervais Beaumont, premier président de 1509 à 1529, gravé en 1724 par Cundier, avec l’apôtre le plus éminent dans le panneau central de l’Assomption (qui devrait être saint Pierre mais qui apparaît là plus jeune que dans l’iconographie usuelle, imberbe et vêtu de rouge et non de bleu et de jaune), on retrouve le même nez busqué et fortement saillant, les mêmes yeux proéminents et les mêmes rides fortement marquées autour de la bouche ; il est probable que l’on ait indiqué au graveur de s’inspirer de cette image peinte comme d’un témoignage authentique de la physionomie du premier président. De même, on peut noter une ressemblance entre le roi mage le plus éminent et le plus âgé, agenouillé devant l’enfant Jésus auquel il offre un précieux coffret, dans le panneau latéral de l’Épiphanie, et le portrait gravé d’Accurse Maynier d’Oppède, reçu premier président en 1507 et qui se retira deux ans plus tard : un front fuyant, un long nez plongeant, une bouche entourée de sillons profonds, des yeux cernés, un air mélancolique.

  • 5 Voir J. BOYER, op. cit., p. 119-120.

4Sous Louis XIII, et sans doute vers 1612-14, le peintre brugeois Louis Finson, influencé par la vision ténébriste du Caravage, a peint à Aix les portraits de membres du Parlement : Pierre-Joseph de Haitze cite dans ses Curiosités de la ville d’Aix en 1679, 45 portraits des présidents et conseillers conservés dans la chambre de la Tournelle, qui sont mentionnés ultérieurement, avant d’être détruits en 17925. Les repères chronologiques donnés par De Haitze « du temps de l’illustre premier président Du Vair », c’est-à-dire entre 1600 et 1616, correspond aux séjours aixois du peintre. La gravure de Jacques Cundier en 1724 représentant Guillaume du Vair comporte donc logiquement la lettre « L. Finsonius pinxit », le graveur s’étant référé à cette effigie peinte un siècle plus tôt. Pour d’autres contemporains, on peut supposer une même origine des modèles utilisés par le graveur, même si la lettre de l’estampe ne le mentionne pas ; ainsi pour Artus Prunier (premier président reçu par commission en 1591) ou Marc-Antoine d’Escalis (reçu premier président en 1616). La lettre du portrait de Jean-Etienne de Thomassin, premier avocat général au Parlement en 1600, gravé par Jacques Coelemans avec un siècle de décalage porte aussi « L. Finsonius pinxit ».

  • 6 Voir J. BOYER. op. cit., p. 114-116, qui cite une note manuscrite du XVIIIe siècle attribuant l’in (...)

5Enfin la troisième commande collective fut passée au peintre aixois Laurent Fauchier, en 1671-72, d’un décor peint pour la Grand-Chambre du Parlement, qui aurait inclus 66 portraits de magistrats assis, en robe rouge, dans un cadre illusionniste, commande redoublée de celle du portrait individuel de chacun d’entre eux. Inachevé à la mort du peintre en 1672, ce travail n’eut pas de suite, mais individuellement certains portraits servirent de modèles à des estampes rétrospectives, celles du premier président Henry de Forbin Maynier baron d’Oppède (« L. Fauchier pinxit ») et d’autres où le nom du peintre n’est pas mentionné, Jean de Mesgrigny (Cundier, 1724) et Joseph du Bernet (Cundier, 1724). Le portrait, peint par Fauchier, de Charles de Grimaldi-Régusse, servit aussi de base à un frontispice de thèse gravé en 1672 par Jacques Cundier avec référence au nom du peintre6. Parallèlement à ces commandes collectives spécifiques émanant du corps du Parlement, nombre de commandes familiales ou individuelles ont été passées à des peintres à l’époque moderne, le modèle, membre du Parlement, revêtant ou non le costume et les insignes de sa charge et choisissant parfois de se faire représenter dans un certain cadre domestique entouré d’accessoires plus personnels. Nous en examinerons quelques traductions dans la gravure du XVIIIe siècle.

  • 7 Ce portrait gravé par Robert « Nantueil » diffère du modèle usuel par le fait que le modèle pose s (...)
  • 8 Jean BOYER. op. cit., n’a retrouvé la trace que d’un Michel Frosne actif à Aix vers le milieu du X (...)

6Qu’en est-il de ce corpus de gravures d’après les membres du Parlement ? Nous possédons donc environ une centaine de pièces concernant des personnes ayant siégé au Parlement de Provence entre 1501 (Michel Riccio, premier président chronologiquement) et 1790 (Le Blanc de Castillon). Quels en furent les modèles ? Plusieurs personnes ayant fait l’objet de divers portraits gravés, leur nombre s’élève à 89 individus différents. Parmi eux, 27 premiers présidents, 28 présidents, 26 conseillers, 4 procureurs généraux et 4 avocats généraux. On note donc la sur-représentation des premiers présidents et des présidents par rapport au reste du corps. Les noms des peintres inscrits dans les estampes sont au nombre de 17. Le peintre le plus fréquemment reproduit est Joseph Cellony d’Aix (1663-1731), auteur de 14 portraits peints ou dessinés ayant servi de prototypes essentiellement à deux graveurs, Jacques Cundier et Jacques Coelemans, ses contemporains. Viennent, ensuite Jean-Claude Cundier (1680-1718) avec 6 portraits peints, Louis Finson (1580-vers 1617) avec 5 portraits reconnus ou attribués, de même que Laurent Fauchier (1643-1672) avec 4 portraits et Jean-Baptiste Van Loo (1684-1745) avec 4 portraits. Le peintre Jean Daret (1613/1615-1668) servit une fois de référence, pour le portrait de Jean de Mesgrigny7 ; de même que les Aixois Bernardin Mimault (1580-1652) pour l’effigie de Jean-Baptiste de Ricard, Bouys (dates inconnues) pour Balthasar de Bézieux, René Vialy (vers 1680-1770) pour Jean-Baptiste Bruny d’Entrecasteaux, Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783) pour André Elzéar d’Arbaud-Jouques. Un certain « H.P.Frosne » est mentionné à propos des portraits des deux premiers Premiers Présidents Michel Riccio et Antoine Mulet8. D’autres graveurs se sont appuyés sur des portraits réalisés par des artistes extérieurs à la ville et à la province : Joseph-Siffrein Duplessis pour le portrait de Jean-François Le Blanc de Castillon, Pierre Mignard (1612-1695) pour celui de Louis Decormis et celui de Joseph-Anne de Valbelle et son frère Nicolas (1606-1668) pour celui d’Elie Laisné. Le portrait de Pierre Arnoul, conseiller d’honneur au Parlement et intendant des galères et de la Marine du Levant, par Nicolas de Largillierre, a servi de modèle à une gravure de J. Cundier, en 1727, et les portraits des deux Cardin Le Bret par Hyacinthe Rigaud, aux gravures de Cundier, en 1724, et à divers frontispices de thèses, dédiées à ces personnages, gravées par Cundier et par Coelemans.

  • 9 Roger-Armand WEIGERT fait état de ces difficultés d’identification dans l’Inventaire du fonds fran (...)
  • 10 Les notices concernant Honoré Coussin dans R.-A. WEIGERT. Inventaire du fonds français. Graveurs d (...)
  • 11 Marcel ROUX, Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIIe siècle, t. XII, Paris, 1973, p. 379 (...)

7Les noms des graveurs indiqués par la lettre des estampes sont au nombre de 9, dont 34 exécutées par Jacques Cundier, nom qui recouvre peut-être deux ou trois personnes de la même famille9, 20 par Jacques Coelemans, buriniste d’origine anversoise établi à Aix, 4 par Honoré Coussin (1698-1779)10 et 2 par Barthélémy Lantelme (1753-après 1789) qui se dit « graveur du Parlement » et nous a laissé les portraits de Jules François Paul de Fauris de Saint-Vincens et de Jean-François Le Blanc de Castillon11. Ces planches peuvent exister en plusieurs états ou être reprises avec variantes, notamment dans les dimensions, pour des frontispices de thèse. C’est la raison pour laquelle il est délicat d’en donner le nombre exact.

  • 12 Sur l’estampe représentant Louis du Chaîne : « L. Gaultier incidit 1615 » et
    « La doulce gravité su (...)

8Qu’en est-il de la chronologie de ces pièces ? Les plus anciennes sont les deux portraits gravés par Léonard Gaultier (Mayence, vers 1561 ? – Paris, vers 1630 ?), maître parisien fécond et notoire : celui de Louis du Chaîne, second président, en 1615, et celui de François Estienne, président, en 1618. Ces deux planches de petit format sont exécutées au burin dans sa manière souple et virtuose et inaugurent une forme de présentation durable : les modèles sont vus en buste dans un médaillon ovale dont la bordure porte les noms, titres et qualités. Louis du Chaîne a revêtu le manteau et collet d’hermine, il est nu-tête et les mains sont absentes ; au bas de la planche un quatrain fait son éloge. François Estienne tient un livre et pose la main droite sur son mortier ; il porte la barrette et le manteau fourré, des fleurettes occupent les écoinçons du médaillon et les deux vers au bas sont autant un éloge du graveur que de son modèle12.

  • 13 La planche n’est pas connue de R.-A. WEIGERT, Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIe sièc (...)

9C’est des années 1660-66 que doit dater le portrait de François d’Aymar, baron de Chateaurenard, conseiller au Parlement de Provence en 1637, signé « Gérard Audran sculp. Lugdu. ». Né à Lyon en 1642, Gérard Audran, fils de graveur, exécuta ses premières planches dans sa ville natale en 1660 avant de partir pour Rome en 1666 et de devenir l’interprète des décors peints de Raphaël et des Bolonais, puis de Le Brun à son retour à Paris. Dans ce portrait son talent est encore médiocre, notamment dans le dessin et le rendu des volumes et des plans. Le conseiller est vêtu de la robe et du rabat, porte perruque et présente un visage peu expressif ; le médaillon est ceint d’un tore de lauriers et ses armoiries figurent au bas dans un autre médaillon13. Certains personnages comme Balthasar de Bézieux, second président aux Enquêtes reçu en 1693 a fait l’objet d’un portrait anonyme, en médaillon sur piédestal où figure un éloge de ses qualités et de ses écrits (sa Nouvelle Compilation des Arrêts du Parlement de Provence), le comparant à l’image même de Thémis, et d’une seconde gravure par Honoré Coussin dérivant du même prototype peint, ici attribué à Bouys, accompagnée d’un éloge comparable : « Contemplare virum, virtus respirat in ore, etc. ». Vers la fin du XVIIIe siècle, l’ovale est enfin abandonné dans les deux portraits gravés de Le Blanc de Castillon par Etienne Beisson d’après J.S. Duplessis et par Barthélémy Lantelme : une austère bordure rectangulaire à moulures plates surmontée une table d’attente portant l’inscription, flanquée de triglyphes. Le goût Louis XVI s’y manifeste aussi dans la perruque beaucoup plus simple, le fond uni et le fauteuil à simple dossier incurvé.

10Du point de vue technique, l’immense majorité des estampes ont été gravées au burin, dans une manière fine et soignée, ménageant de subtils effets de clair-obscur et de rendu de textures, comme les étoffes et fourrures, obtenus par des tailles en pleins et déliés, incurvées pour caractériser les contours et les reliefs, des pointillés et coups de bec, des hachures croisées et sur-croisées. Les estampes d’Honoré Coussin sont exécutées en manière noire, technique appréciée par les graveurs anglais et qui connut un succès limité en France au XVIIIe siècle. Si cette technique, utilisant des brunissoirs et racloirs donne, à l’impression, un aspect doux et velouté propre à transcrire le moelleux et le continuum chromatique d’une peinture, les amateurs et professionnels français lui reprochaient son manque de netteté et son aspect trop sombre. Le métier des principaux graveurs aixois, les Cundier et Coelemans, est le métier précis et assez virtuose, varié selon les matières à contrefaire, mis au point par les graveurs flamands du cercle de Rubens comme Soutman ou Vorsterman et développé à Paris dans le demi-siècle suivant par le groupe des graveurs flamands et français, reçus à l’Académie royale, travaillant aux Gobelins dans le cercle de Charles Le Brun, tels Gilles Rousselet, Gérard Edelinck ou Gérard Audran. Cundier et Coelemans n’ont pas hésité à reprendre constamment les mêmes procédés pour décrire les boucles des cheveux, les iris et les points de lumière dans les yeux, définir les plans du visage et graduer les valeurs lumineuses des vêtements et des fonds au point que leurs planches seraient aisément confondues si elles n’étaient pas signées. Leurs commanditaires ont été apparemment satisfaits de ce métier adéquat et rôdé, dont le refus de variation et d’innovation faisait écho à leur désir de poser dans le même costume de leur charge, dans des attitudes traditionnelles et de constituer ainsi les éléments d’une galerie d’effigies homogène traversant les générations et les modes éphémères.

11Car si l’on observe les caractéristiques formelles de la grande majorité de ces portraits, on est frappé par la monotonie du cadrage en buste court sans les mains, de la pose de trois-quarts, le visage légèrement plus tourné vers le spectateur, et de la mise en page en un médaillon posé sur un piédestal timbré de l’écu armorié. Seules changent selon les époques les coiffures, les cheveux au naturel remplacés à partir du règne de Louis XIV par d’amples perruques, ainsi que le port de la barbiche ou de la moustache en croc affectionné dans la première moitié du XVIIe siècle, pour s’effacer ensuite. De même, les fraises à la mode Henri IV, puis les rabats empesés de l’époque Louis XIII cèdent la place ensuite au collet de fourrure drapé autour du cou. Les dimensions des planches sont presque standardisées. Cette présentation concerne la majorité des portraits, et Coelemans et Cundier en ont produit une cinquantaine d’exemples sous le règne de Louis XIV et sous la Régence. L’ensemble le plus significatif est le recueil rétrospectif des « Portraits des premiers présidents du Parlement de Provence » réalisé en 1724 par Jacques Cundier, précédé d’un frontispice allégorique associant des enfants incarnant la Justice et la Prudence accompagnés respectivement du glaive et de la balance et du miroir et du serpent. Il est dédié à « Monseigneur Lebret, comte de Selles, seigneur de Pantin et autres lieux, premier président et intendant et commandant en Provence ». De Michel Riccio aux deux Lebret père et fils, ce sont vingt portraits de même composition comportant quelques lignes de texte gravées qui nous renseignent sur les origines géographiques, la titulature et les charges et les dates biographiques des modèles. Au centre du rebord de pierre servant de support à l’œil-de-bœuf fictif du portrait, les armoiries, elles aussi enserrées dans un médaillon sont présentées couronnées du mortier et sur fond du manteau d’hermine.

  • 14 Balthasar de CLAPIERS-COLLONGUES augmentée par le marquis de Boisgelin, Chronologie des officiers (...)

12Quelques images sont des portraits entourés d’emblèmes en médailles et de figures et objets allégoriques. La planche anonyme (retouchée à l’encre) qui représente Honoré d’Agut, reçu en 1597 au Parlement comme conseiller-clerc, selon Clapiers-Collongues14, cerne le portrait – buste d’un cartouche baroque comportant deux protomés de sphinges, deux torses féminins à la nudité quelque peu provocatrice qui contraste avec la mine austère du magistrat, et des génies enfants porteurs d’une palme et d’une branche de laurier, tandis qu’un feston de fruits est suspendu aux cuirs enroulés. Plus original le portrait gravé de Jean de Gaillard, « pourvu d’un office de président à mortier l’an 1642 » selon la lettre de l’estampe, sans noms d’artistes : deux oiseaux de proie fantastiques se disputent et renversent son blason couronné

13Le troisième ensemble regroupe les images de thèses : les portraits de membres influents du Parlement dominent le frontispice de ces thèses et précèdent la dédicace et le résumé des propositions essentielles de ces travaux universitaires. Les gravures se composent de plusieurs planches et seul le portrait et le nom des dédicataires figurent sur les exemplaires réunis à la bibliothèque Méjanes. « J. Ganteaume » a ainsi demandé à Jacques Cundier le portrait en médaillon d’Arnoul Marin, premier président, en 1674, et son protecteur se profile dans un œil-de-bœuf bordé de quatre putti dont deux sont munis des attributs de la Justice (balance) et de la Prudence (serpent et miroir) et qui tiennent des médailles emblématiques dont les tituli latins figurent au pourtour. Le mortier se pare du motto « JUSTITIAE MIHI PRIMUS HONOS », le manteau doublé d’hermine de « ET REGI ET THEMIDI ». Les deux autres sont des allusions à la soumission au roi et à la vigilance : la lune tirant son éclat du soleil (CLARIOR INDE MICO) et le coq levé en même temps que le soleil (TIBI NOCTE DIEQUE). D’autres parlementaires se sont vu dédier des thèses comme le président à mortier Antoine d’Albert du Chaîne, par Pierre Piston « clericus regiensis » : entourant l’effigie gravée par J. Coelemans d’après Joseph Cellony, une draperie et son blason flanqué de deux oiseaux encapuchonnés. Ces mêmes oiseaux se retrouvent sur les frontispices des thèses offertes au président Pierre de Coriolis (par Laurent Gensollen, par Cellony et Coelemans en 1706) ou au second président François Boyer de Foresta (Cellony gravé par Coelemans en 1728). Les motifs ornementaux et allégoriques sont riches dans l’image de la thèse offerte à Charles de Grimaldi-Régusse, gravée en 1672 par J. Cundier d’après Laurent Fauchier : le blason est tenu par deux lévriers dressés, de part et d’autre, deux médaillons renferment la scène de la visite de la reine de Saba à Salomon, paradigme de la reconnaissance de la sagesse par le pouvoir, et l’image d’un magistrat en grande robe tenant la balance trônant sous la figure allégorique d’une Justice supra-terrestre et d’un enfant muni d’un faisceau de licteur. Le frère Marc Antoine, chevalier carmélite de Marseille, a dédié sa thèse au président Jean-Baptiste Joseph de Coriolis d’Espinouse et fait orner les écoinçons autour du portrait de quatre médailles-emblèmes : un navire qui par la sûreté de sa conduite s’apprête à déjouer les traverses et périls (ADVERSOS RECTORE FALLO), un oiseau revenant nourrir sa progéniture au nid (QUOS PABULATUR EDIDIT), la confiance dans la protection et la grâce divines exprimés par un nid dans un arbre non touché par la foudre et par de florissantes plantes de lys et de roses.

14Mais c’est un encadrement à caractère simplement décoratif qui enrichit la thèse dédiée au premier président Cardin Lebret (J. Coelemans d’après Hyacinthe Rigaud, 1717) par F.-X. de Lambert et Léon Ménard du collège des Jésuites d’Aix, la fiction d’un grand rideau drapé et soulevé pour laisser voir la figure du dédicataire et d’enfants jouant avec les glands de passementerie, le même encadrement se retrouvant dans le frontispice d’une thèse offerte à Guillaume de Vintimille du Luc archevêque d’Aix. Le président à mortier Côme Maximilien de Valbelle reçoit l’hommage d’une thèse de trois théologiens ; en gravant son portrait, en 1723, Jacques Cundier s’amuse à décrire le relief de son menton par une taille unique en spirale, reprenant en miniature un effet de virtuosité cher au buriniste Claude Mellan au siècle précédent.

15La quatrième et dernière série est restreinte numériquement et tardive : il s’agit d’images de parlementaires qui privilégient dans leur portrait des éléments de définition plus personnels et privés et se font représenter dans un intérieur, entourés d’objets de leur prédilection. Neuf ans après l’original peint par H. Rigaud, Jacques Coelemans grave en 1697 un portrait de Jean-Baptiste Boyer d’Eguilles, conseiller au Parlement. Ce dernier pose debout, vu à mi-corps, accoudé sur un bloc de pierre moulurée, un grand rideau drapé meublant un angle supérieur. Le conseiller pointe l’index vers le bas, l’autre main pendant noblement « en présentoir » ; une agitation baroque s’empare de sa cape froissée, de sa chemise dégrafée, de sa grande perruque, du ciel chargé de nuages au-dessus d’un paysage d’arbres et de collines. Joseph Vanloo a gravé d’après Dandré-Bardon le portrait de André Elzéar d’Arbaud-Jouques, président à mortier. L’image se distingue de tous les portraits examinés jusqu’ici par son cadrage qui montre le modèle quasi en pied, assis dans un fauteuil, un doigt glissé entre les pages d’un livre posé sur sa cuisse et la main gauche reposant sur l’accotoir du fauteuil ; à gauche une colonne est noblement drapée, une table dont la ceinture est ornée d’un bronze affectant un masque féminin, porte un encrier et d’autres instruments d’écriture. Sous cette table est placé un coq dans lequel il faut peut-être voir un emblème de l’activité matinale et de la vigilance, qui contraste avec le faste et la désinvolture élégante de la composition et de la pose. La gravure en manière noire de Coussin d’après Jean-Baptiste Vanloo figure le conseiller Sextius d’Arlatan à mi-corps une main gantée tenant la manchette de l’autre gant et désignant une table-secrétaire aux garnitures de bronze abondantes et galbées, chargée d’un livre, d’un porte-mine, d’une clochette. Le modèle est drapé dans une ample robe dégageant ses manchettes de dentelle, un rideau de brocart enlace le fût d’une colonne et une statue de femme drapée se profile dans une niche. Les mêmes peintre et graveur sont à l’origine du portrait de Joseph-Paul de Ricard, conseiller et doyen du Parlement, qui pose dans un intérieur orné de pilastres cannelés ioniques, assis entre une table de travail et une pile de livres montant du sol. Le parlementaire tient un carton à dessins et un porte-mine, s’apprêtant peut-être à reproduire la statuette de l’Hercule Farnèse posée sur la table. Son manteau l’environne d’un drapé surabondant et un rideau ne manque pas de s’enrouler à la base d’une colonne. Dans ces images sont évidemment privilégiés la richesse personnelle, les goûts artistiques et les curiosités intellectuelles au détriment de la position professionnelle. Nous quittons l’image corporative stéréotypée pour d’autres catégories de poncifs, ceux du portrait aristocratique d’apparat des règnes de Louis XIV et de Louis XV.

16Comment peut-on évaluer cette production ? On a relevé la coexistence de commandes collectives, corporatives, de commandes familiales, d’initiatives propres aux modèles eux-mêmes et de réutilisations de portraits peints, sans doute prêtés par les parlementaires, afin d’en tirer leur effigie pour orner le frontispice de thèses qui leur sont dédiées. On a constaté également la prévalence des officiers détenant les charges les plus élevées au Parlement et celle des familles nobles les plus puissantes et étendues. On a observé que cette production est le fait d’un petit nombre de graveurs aixois qui ont surtout pratiqué ce genre dans le premier tiers du XVIIIe siècle en exploitant sans scrupule une formule technique et formelle stéréotypée qui, selon l’évidence, répondait parfaitement aux attentes de leur clientèle, diffusant pour les contemporains et la postérité une image protocolaire des parlementaires, conformiste et soucieuse de continuité. On a pu constater aussi quelques variations sur le thème, le goût de l’emblème, de l’image parlante et savante, chez certains magistrats du XVIIe siècle, et l’adhésion à la culture des Lumières par l’exhibition des livres et des œuvres d’art, chez leurs successeurs du XVIIIe siècle. On n’insistera donc que sur un point : l’importance, ressentie et mise à profit par les parlementaires, des possibilités de multiplication et de circulation de leur image par le biais de l’estampe. Sous le règne de Louis XIV et sous la Régence, se manifeste le souci de constituer une galerie de portraits de prédécesseurs illustres, en s’appuyant sur les effigies anciennes comme celles du retable du Parlement, celles de Finson ou de Fauchier, prédécesseurs tous désormais présentés selon la même formule, tels les maillons ininterrompus d’une institution stable et pérenne et, parallèlement, les membres vivants du Parlement se plient volontiers au même modèle pour leurs propres images et se prêtent parfois publiquement, par leurs portraits tutélaires, au jeu mutuel de révérence et de protection qu’implique le patronage des thèses. Durant les deux tiers suivants du XVIIIe siècle, d’une part, les portraits gravés se raréfient, d’autre part, ils se personnalisent comme si le caractère propre et le statut social particulier de chacun importait plus que son appartenance au corps du Parlement. De façon significative, la technique de ces gravures, notamment par le recours à la manière noire, devient plus picturale et illusionniste, jouant la séduction et la douceur. La galerie des portraits gravés des parlementaires aixois reproduit l’évolution générale de la gravure du début du XVIIe siècle à la fin du siècle suivant, qui part d’une manière graphique stylisant les formes, accompagnée de poses et de vêtements empesés, pour aboutir à une manière « sfumata », visant l’imitation de la peinture, d’abord par le clair-obscur et les effets de textures, puis par le remplacement des tailles par des plages graduées d’ombre et de lumière, cette douceur accentuant l’aspect mondain, la superficialité rococo d’images de faste aristocratique.

Léonard GAULTIER (Mayence, vers 1561-Paris, vers 1630), François Estienne, président au Parlement, gravure au burin, 1618. Fonds bibliothèque Méjanes

Anonyme, Honoré d’Agut, reçu comme conseiller en 1597, gravure retouchée à la plume, la lettre disant : « Peintre si tu veux correctement dépeindre Agut il te faut te référer au vrai visage de la vertu. ». Fonds bibliothèque Méjanes

Jacques CUNDIER. Guillaume du Vair, premier président de 1599 à 1616, gravure au burin d’après un portrait peint par Louis Finson, planche du Recueil des portraits des premiers présidents du Parlement de Provence, édité en 1724. Fonds bibliothèque Méjanes

Jacques CUNDIER, Henry de Forbin-Maynier, premier président de 1655 à 1671, gravure au burin d’après un portrait peint par Laurent Fauchier, planche du Recueil des portraits des premiers présidents, 1724. Fonds bibliothèque Méjanes

Jacques CUNDIER, Pierre Cardin Le Bret, premier président de 1690 à 1704, gravure au burin d’après un portrait peint par Hyacinthe RIGAUD, planche du Recueil des portraits des premiers présidents, 1724. Fonds bibliothèque Méjanes

Barthélémy LANTELME (Aix, 1753-après 1792), Jules-François Faillis de Saint Vincent, reçu second président en 1776, d’après un dessin du même. Fonds bibliothèque Méjanes

Étienne BEISSON (Aix, 1759-Paris, 1820), Jean-François Le Blanc de Castillon, procureur général en 1775, gravure au burin d’après un portrait peint par Joseph-Siffrein Duplessis, 1790. Fonds bibliothèque Méjanes

Notes

1 Le fonds des portraits gravés de la bibliothèque Méjanes est classé alphabétiquement par noms des modèles et les effigies des parlementaires y sont mêlées à toutes sortes d’estampes de souverains, papes et hommes illustres européens. La première série (portefeuilles bruns) regroupe les gravures de petit et moyen format, la seconde (portefeuilles verts) des estampes de moyen et grand format. Des recoupements peuvent exister entre les deux séries. À ce classement s’ajoute le recueil factice des vingt premiers présidents du Parlement, composé de vingt planches gravées quasiment toutes de façon rétrospective, en 1724 par Jacques Cundier.
Le fonds du musée Arbaud comporte sensiblement les mêmes pièces et sera étudié ultérieurement.
M. Jean BOYER a dressé plusieurs listes de portraits gravés d’après les dessins ou tableaux de peintres aixois dans son ouvrage sur « La peinture et la gravure à Aix-en-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (1530-1790) », extrait de la Gazette des Beaux-Arts, juillet-août-septembre 1971.

2 Voir le mémoire de maîtrise de Gaëlle NEUSER, Le portrait peint et dessiné en Provence au temps des Lumières (1715-1789), Université de Provence. Département d’histoire de l’art, sous ma direction, 1998.

3 Voir le mémoire de maîtrise d’Emmanuelle MACÉ. Les collections de peintures des parlementaires aixois au XVIIIe siècle. Université de Provence. Département d’histoire de l’art, sous ma direction, 1992.

4 Marie-Claude LÉONELLI, dans le catalogue de l’exposition La peinture en Provence au XVIe siècle. Centre de la Vieille Charité, Marseille, éd. Rivages et Musées de Marseille, 1987, p. 71-76, rappelle cette tradition rapportée par Pierre-Joseph de Haitze (« on a comme consacré eux et leur mémoire en la représentation des douze apôtres qu’on voit au tableau de l’autel de la chapelle du Parlement dont les têtes ont été prises des portraits de douze premiers officiers »). L’auteur pense que les cinq apôtres à gauche du tombeau vide de Marie dans la scène de l’Assomption, panneau central et principal, seraient Gervais de Beaumont, premier président au moment de la commande du retable, ainsi que les quatre conseillers clercs, et que les sept visages sur la droite seraient ceux des conseillers laïcs avec le visage ajouté de Jean Maynier d’Oppède élu en 1522 pour compléter le nombre de douze conseillers. Mais il ne lui est pas possible de préciser davantage les identités pour cette scène comme pour les panneaux figurant la Pentecôte et l’Epiphanie où elle pressent également des portraits de divers commanditaires en raison de visages particularisés.

5 Voir J. BOYER, op. cit., p. 119-120.

6 Voir J. BOYER. op. cit., p. 114-116, qui cite une note manuscrite du XVIIIe siècle attribuant l’invention des deux portraits de premiers présidents gravés par Cundier en 1724 où le nom de Fauchier n’est pas présent à ce dernier.

7 Ce portrait gravé par Robert « Nantueil » diffère du modèle usuel par le fait que le modèle pose sa main droite sur son mortier placé au premier plan, créant un effet de profondeur en accord avec le goût du peintre pour les effets d’illusion spatiale. Le portrait peint de magistrat inconnu du Parlement conservé au musée des Beaux-arts de Marseille (voir le catalogue de l’exposition La peinture en Provence au XVIIe siècle, Palais Longchamp, éditions Jeanne Laffitte, Marseille, 1978, notice par Pierre ROSENBERG, p. 38), ne présente pas de ressemblance physionomique avec Jean de Mesgrigny, mais bien plus avec une gravure anonyme de Christophe de Fauris, avocat général au Parlement de Provence en 1645 : même forme du visage, même nez aux larges narines, mêmes sourcils horizontaux, mêmes paupières lourdes et lèvre inférieure charnue, mêmes coiffure plate à frange, moustache et petit bouc sur le menton, même costume.

8 Jean BOYER. op. cit., n’a retrouvé la trace que d’un Michel Frosne actif à Aix vers le milieu du XVIIe siècle, p. 121.

9 Roger-Armand WEIGERT fait état de ces difficultés d’identification dans l’Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIe siècle, t. III, Paris, 1954, p. 226 sq., de même que Marcel ROUX, dans l’Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIIe siècle, t. V, Paris, 1946, p. 413 sq. Depuis lors, Jean BOYER a recherché de nouveaux documents sur les vies et activités de la famille Cundier à Aix publiés dans son article « Une dynastie de graveurs aixois : les Cundier », Provence historique, t. XVII, fasc. 69. juillet 1967. Jacques I est né en 1645 et est mort après 1700 ; son fils Jacques II a vécu de 1684 à 1740 et son cousin Jacques III, fils de Jean-Claude peintre et graveur, de 1694 à 1732. Pour notre part, en examinant de près les divers portraits gravés signés « J. Cundier », nous n’avons pas décelé de différence de technique et de style, les procédés étant d’une répétitivité totale.

10 Les notices concernant Honoré Coussin dans R.-A. WEIGERT. Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIe siècle, t. III, Paris, 19545, p. 197 (et reprises en partie par M. ROUX dans l’Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIIe siècle, t. V, p. 336, sont embarrassées. Selon ces auteurs, il serait marchand bourgeois bijoutier de la ville d’Aix et graveur en manière noire comme son père Antoine ; mais ils parlent de deux praticiens homonymes dont l’un aurait été un imitateur des eaux-fortes de Rembrandt et aurait gravé aussi des plans d’Aix et des ornements d’après Bernard Toro et l’autre aurait pratiqué la gravure en manière noire.

11 Marcel ROUX, Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIIe siècle, t. XII, Paris, 1973, p. 379 sq. Lantelme est reçu en 1775 dans la communauté des peintres et sculpteurs d’Aix.

12 Sur l’estampe représentant Louis du Chaîne : « L. Gaultier incidit 1615 » et
« La doulce gravité sur cette face emprainte
Donne dedans les cœurs tant d’amour et de crainte
Que pour voir quel éstoit de Themis le vray traict
C’est assez que d’avoir bien depeinct ce pourtraict. » ; 164 x 110 mm. au coup de planche.
Sous le portrait de François Estienne : « L. Gaultier incidit 1618 » et
« Ostupet arte suis natura expressa figuris
Quid si efficta sacrae mentis imago foret ? » ; 180 x 120 mm.
Ces deux portraits ne sont pas cités dans l’Inventaire du fonds français du XVIe siècle, t. I, Paris. 1932, par André LINZELER, où sont présentés 72 portraits dont celui de Christophe de Thou, premier président du Parlement de Paris et nombre de portraits de la famille royale, des Guise et des Condé.

13 La planche n’est pas connue de R.-A. WEIGERT, Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIe siècle, vol. 1, Paris, B.N., 1939, p. 124 sq., qui ne cite que quinze portraits gravés par Gérard Audran parmi lesquels celui du chancelier Pierre Séguier.

14 Balthasar de CLAPIERS-COLLONGUES augmentée par le marquis de Boisgelin, Chronologie des officiers des cours souveraines de Provence, Aix-en-Provence. 1904.

Table des illustrations

Légende Léonard GAULTIER (Mayence, vers 1561-Paris, vers 1630), François Estienne, président au Parlement, gravure au burin, 1618. Fonds bibliothèque Méjanes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Anonyme, Honoré d’Agut, reçu comme conseiller en 1597, gravure retouchée à la plume, la lettre disant : « Peintre si tu veux correctement dépeindre Agut il te faut te référer au vrai visage de la vertu. ». Fonds bibliothèque Méjanes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7161/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Jacques CUNDIER. Guillaume du Vair, premier président de 1599 à 1616, gravure au burin d’après un portrait peint par Louis Finson, planche du Recueil des portraits des premiers présidents du Parlement de Provence, édité en 1724. Fonds bibliothèque Méjanes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7161/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende Jacques CUNDIER, Henry de Forbin-Maynier, premier président de 1655 à 1671, gravure au burin d’après un portrait peint par Laurent Fauchier, planche du Recueil des portraits des premiers présidents, 1724. Fonds bibliothèque Méjanes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7161/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Jacques CUNDIER, Pierre Cardin Le Bret, premier président de 1690 à 1704, gravure au burin d’après un portrait peint par Hyacinthe RIGAUD, planche du Recueil des portraits des premiers présidents, 1724. Fonds bibliothèque Méjanes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7161/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Barthélémy LANTELME (Aix, 1753-après 1792), Jules-François Faillis de Saint Vincent, reçu second président en 1776, d’après un dessin du même. Fonds bibliothèque Méjanes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7161/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende Étienne BEISSON (Aix, 1759-Paris, 1820), Jean-François Le Blanc de Castillon, procureur général en 1775, gravure au burin d’après un portrait peint par Joseph-Siffrein Duplessis, 1790. Fonds bibliothèque Méjanes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7161/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

Auteur

UMR Telemme, CNRS – Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540