Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parlement de Provence

 | 
Amis de la Méjane

Lectures parlementaires aixoises au XVIIIe siècle

Gilles Éboli

Texte intégral

  • 1 Un exemplaire est disponible dans la salle Peiresc de la Méjanes sous la cote 070.544.9 EBO.

1J’ai donc commis, il y a vingt ans, et c’est la raison de ma présence à cette tribune, un travail sur le livre, intitulé : Les David, imprimeurs-libraires à Aix-en-Provence au XVIIIe siècle1. Cette thèse pour le diplôme d’archiviste-paléographe soutenue en 1984 avait pour première intention de présenter quelques belles sources d’histoire du livre. En effet, les archives d’imprimeurs-libraires, rares pour l’Ancien Régime, sont d’autant plus précieuses qu’elles offrent un poste d’observation original de la vie du livre. Ainsi, les registres de vente de livres tenus par les David permettent, pour les années 1730 et 1850, de cerner les lectures aixoises au plus près.

2Dans un premier temps, j’ai pensé réutiliser pour le présent colloque les résultats de cet ancien travail, en centrant mon propos sur les parlementaires aixois. Puis, dans un deuxième temps, l’occasion s’est présentée de faire connaître d’autres belles sources de la Méjanes tout en poussant plus loin sur un point plus précis et disons plus insolite mon enquête chartiste.

3L’occasion, c’est l’existence dans les fonds de manuscrits, toujours de la Méjanes mais en cours de traitement, d’un ensemble de données relatives à la famille Laurens de Peyrolles : deux mètres et demi de rayonnages contenant surtout, c’est aujourd’hui l’essentiel, le livre de comptes de la présidente de Peyrolles pour les années 1776-1787.

4En lui-même, ce document n’a rien d’exceptionnel. D’autres registres semblables existent pour d’autres périodes ; en revanche, relié à d’autres sources, il apporte un éclairage précieux sur un personnage disparu il y a plus de deux siècles. De multiples approches permettent aujourd’hui encore de cerner Madame de Peyrolles. Son château, son hôtel aixois par exemple donnent à eux-seuls une idée de sa dimension sociale. Je m’attacherai à un aspect très particulier : ses lectures de 1785 à 1791, telles que les archives des David, dont elle fut cliente, et son registre de comptes nous les restituent.

5En contrepoint, j’ai suivi, dans le registre David toujours, les lectures d’une autre présidente, bien connue elle-aussi et de premier plan : Madame d’Espinouse. Il m’a semblé en effet après les conclusions définitives de Monique Cubbels sur les bibliothèques parlementaires qu’une autre approche d’ensemble serait vaine voire vaniteuse et qu’il valait mieux pour mes faibles ressources me contenter de vous présenter en toute simplicité deux dames, parlementaires naturellement, à leurs lectures pré-révolutionnaires.

6Par ailleurs, il m’a semblé encore qu’à l’heure de la parité, il serait bon de laisser un moment ces Messieurs d’Aix en observant à leur tour deux de ces Dames.

  • 2 M. 1795 (1661).

7Le registre de ventes tenu par les David, en fait par leur neveu Toussaint Bernard Emeric-David, premier maire d’Aix, de 1785 à 1792, enregistre les achats à crédit de livres par leurs clients provençaux2. Une fois l’achat réglé, le nom du client, le titre du livre et la somme due sont biffés et la transaction réglée.

8Marie-Marguerite de Laurens de Brue, veuve depuis 1776 du président à mortier Pierre de Laurens de Peyrolles, son cousin qu’elle avait épousé en 1752, est âgée d’une cinquantaine d’années lorsqu’elle apparaît dans ce registre pour la première fois le 8 février 1785 (pour la dernière le 1er septembre 1791). Elle y apparaît sous les mentions de « Madame de Peyrolles » ou, plus révélateur, « la Présidente de Peyrolles ». Pendant ces sept années, 81 transactions sont enregistrées en 50 visites, plus soutenues pour les années 87-88 et 89, concernant pratiquement toutes des livres, mis à part une estampe et des frais de reliure. Ces 81 transactions correspondent à 73 titres sur lesquels nous avons formellement identifié 55 ouvrages ; 14 autres sont classables par leur titre, 4 sont restés écartés. Au total, Madame de Peyrolles dépense pour ce type d’achats 995 livres. On peut se demander si ces 995 livres rendent compte de tous ses achats de livres. Le recours au registre de dépenses montre que ce n’est qu’exceptionnellement que Madame de Peyrolles règle ses achats comptant et on peut considérer en croisant les sources que la présidente se pourvoit en livres essentiellement chez David et « à tempérament » (6 mois).

9Autre question : que représentent ces 995 livres dans le budget de Madame de Peyrolles ? Plutôt que de tenter un équivalent franc (ou euro !) de la livre pré-révolutionnaire, je préfère lister avec leur prix un certain nombre de postes contenus dans le registre des comptes. Au hasard :

« Février 1987 : étrennes au facteur de la poste »

6

« Le 10 à Jaubert peintre pour l’ouvrage qu’il a fait dans mes cabinets à Aix »

150

« Blanchissage et raccommodage de bas »

6

« Pour de l’indienne bleu pour mon sofa à la turque »

30

«  Mars 1987 : le 14,70 livres de café pour 40

« À Madame de St Estève pour acier et perles pour mes bracelets »

33

« Le 18 à Manon servante pour 6 mois moins 12 jours »

36 livres 12 sous

« Le 21 au portier, gages pour 1 an »

120

« 4 paires de bas de soie »

36

« Juin 1987 : au curé de la Madeleine pour la soupe des pauvres »

12

« Une année de gages de la femme de chambre »

120

10Les exemples peuvent être multipliés à loisir mais soyons brefs : en sept ans, Madame de Peyrolles dépense plus pour ses livres que pour un portier ou une femme de chambre ; recensée sur les 4 années 86 - 87-88-89, cette dépense atteint même le double d’un salaire. Notons que l’achat le plus cher est effectué le 5 janvier 1786 : 186 livres sont alors réservées aux oeuvres de Jean-Jacques Rousseau « ed. de Genève in 8° 30 volumes veau à l’anglaise avec les figures ». Relevons enfin pour n’y plus revenir que les achats concernent des volumes parfois reliés, parfois brochés ; dans ce dernier cas, la reliure, courante, est confiée à Albaye, relieur attitré des David (1 livre la reliure d’un in 8°, 12 sous pour un in 12, à l’anglaise).

  • 3 Nous n’en donnerons pas ici le catalogue. Nous avons utilisé pour identification les instruments d (...)

11Venons-en aux lectures proprement dites3. Le petit nombre de titres ne rend pas très pertinente une classification du type Brunet et, répétonsle, nous ne sommes pas ici en présence d’une totalité dissécable telle que l’offrent les inventaires de bibliothèques : le document présent n’offre qu’une vue partielle, en quelque sorte fugitive, un instantané ; il présente en revanche des aspects beaucoup plus vivants, presque intimes d’actes de lectures non pas reçues ou héritées mais voulues, décidées et payées. On devine ce qui est dévoré, ce qui va simplement orner, en étudiant les fréquences d’achats dans un domaine ou les sommes investies. Rentrons en conséquence dans le vif du sujet en dessinant le profil de lectrice de Madame de Peyrolles.

12Notons tout d’abord que, selon nos actuels critères, Madame de Peyrolles est une bonne lectrice et même une « grosse » lectrice. 56 volumes consommés en 87, 64 en 88, 54 en 89 : Madame de Peyrolles lit plus d’un volume par semaine. Deuxième constatation en forme de paradoxe apparent : Madame de Peyrolles consomme essentiellement de la « fiction » et de la « vie pratique », de l’évasion et du quotidien, des romans et des «  leçons de choses », et ce de façon quasi exclusive.

13Passons d’entrée sur les titres isolés : difficile de tirer des conclusions bien fermes de l’achat du Traité de l’administration du comté de Provence de l’abbé de Coriolis (1787, 24 livres), de l’acquisition des volumes de la Galerie du Palais Royal (12 livres le volume, 14 volumes acquis) ou de ce qui reste la dernière visite de la présidente chez David avec la Bible de Sacy avec estampes grand in 4° pour 27 livres. Voir ici en pleine période révolutionnaire un dernier investissement janséniste serait tout autant pousser le document que voir dans cet unique achat en religion l’effet d’une déchristianisation avancée. Cependant, l’absence quasi totale dans ce secteur ne plaide pas pour une dévotion forcenée.

14Il est bien sûr plus aisé de réfléchir sur les présences, et la très large prépondérance des romans est significative : sur 69 titres classables, 37 relèvent de cette catégorie, soit plus de 53 %. En y ajoutant avec les voyages (6 titres) et les mémoires (3 titres) l’évasion géographique ou historique, on arrive même au chiffre de 66,6 % soit les 2/3 des titres, pour les livres transportant notre lectrice dans un ailleurs romanesque, spatial ou temporel.

  • 4 Nous utilisons les mots-clefs de la Bibliographie du genre romanesque français (op. cit.).

15Précisons les choses : une grande cohérence apparaît en effet à l’intérieur même des romans en examinant les mots-clefs4 attribuables aux différents titres achetés. Sur un corpus d’une trentaine de romans analysables, le mot-clef « Angleterre » revient 15 fois, «  sensibilité » 13 fois (dont 2 occurrences pour « sensibilité effrénée »), « roman moralisateur » 6 fois. Difficile de résister ici au plaisir de citer quelques titres significatifs : Lolotte et Fanfan ou les aventures de deux enfants abandonnés dans une île déserte rédigées et publiées sur des manuscrits anglais (« aventures romanesques : naufrages, île déserte, enfants élevés dans la nature ; sensibilité effrénée »), Le Fils naturel, Clara et Emmeline, par Miss H... (« Lettres, Angleterre, intrigues sentimentales, malheurs, sensibilité »), Justine d’Arancy ou la vertu calomniée, Georgina, Emmelina ou l’orpheline du château, Cécilia ou mémoires d’une héritière, Louisa ou la chaumière, Zélie dans le désert...

16La liste de ces apparentes bluettes peut être allongée à loisir mais au risque de faire passer Madame de Peyrolles pour une midinette aux lectures trop faciles. On ne comprendrait pas alors la présence du Voyage sentimental de Sterne, satirique et fantaisiste ni de Retif de la Bretonne, bien présent avec le Paysan perverti, les Françaises ou les Parisiennes. Ne concluons pas à l’inverse à une présidente caustique et d’un goût littéraire aigü voire prémonitoire. Avançons peut-être que Madame de Peyrolles aime les lectures d’évasion, au premier rang desquelles les romans, au premier rang desquels les romans « branchés », c’est-à-dire anglais, sensibles et moralisateurs. « Branchés » : il est clair que Madame de Peyrolles tout en acquérant à l’occasion de grands corpus romanesques bien établis, se précipite sur les dernières nouveautés : sur 37 titres assimilables à la catégorie, seuls 7 dénotent un écart d’un an ou plus entre date d’édition et date d’achat. On aimerait ici connaître bien évidemment ce qui oriente la présidente dans ses choix : lecture des journaux (l’abonnement aux seules Gazette de France, Affiches de Paris et Bibliothèque physico-économique ne plaide guère en faveur de cet argument), conseil du libraire, d’ami ? Le mystère ici demeure, même si on observe à plusieurs reprises Madame de Peyrolles et Madame d’Espinouse acheter le même titre à quelques jours d’intervalle. Pour les voyages, Madame de Peyrolles découvre les mers australes avec Kerguelen, la Grèce avec Guys, la Barbarie avec l’abbé Poiret, l’Amérique avec Dixon, les îles Pelew avec Wilson, la Palestine avec l’abbé Martin. L’exotisme est à l’ordre du jour, avec toujours un écart faible entre année d’édition et année d’achat mais ici un investissement élevé : 90 livres. Le voyage a un prix, conséquent, comme les mémoires d’ailleurs. 30 livres pour la première édition des Mémoires de Saint-Simon, 15 livres pour celles du baron de Trenck.

17Autre versant « considérable » de lectures de Madame de Peyrolles, les livres que je qualifierai de « vie pratique » : il suffit ici d’évoquer les titres : Destruction des animaux, Ecole du fruitier, École du potager, Insectes nuisibles à l’homme. Médecine des animaux, Catalogues des plantes vivaces, Choix de médicaments, Dictionnaire des postes, Propriétés du café, Traité de la distillation, Comptes faits, Jardinier fleuriste, Albert moderne, Catalogue des arbres et arbustes...

18Au total, une quinzaine de titres sur 69, soit un peu plus de 21 %. Financièrement bien sûr, l’investissement est moins important puisqu’il s’agit ici pour l’essentiel de modestes manuels, peu onéreux. Quelles conclusions tirer de ce petit ensemble ? Veuve depuis 1776, à la tête d’une grande fortune, d’un hôtel à Aix, d’un château et de terres à Peyrolles, d’une importante domesticité, Madame de Peyrolles, comme elle tient ses comptes, s’appuie sur la documentation existante pour gérer son verger, ses bêtes, ses vignes. Difficile de discerner, avec l’abonnement à la Bibliothèque physico-économique, une vocation physiocrate : plutôt un bon sens très pratique qui vient équilibrer les départs aux îles Pelew ou les moments passés aux côtés des orphelins du château et autres Georgina anglomanes.

19Mais les Lumières, mais la Révolution ? C’est avec perplexité qu’on a considéré l’achat ultime de la Bible de Saci. Que dire de l’acquisition en 1785, 1786, 1787 des grands Corpus de Buffon et Jean-Jacques Rousseau, des oeuvres posthumes de Montesquieu ? Un autre titre, non identifié, concernant Rousseau, marque un intérêt pour l’auteur, mais plutôt l’auteur sensible de la Nouvelle Héloïse que le philosophe politique du Contrat social, semble-t-il.

20Car de fait, Madame de Peyrolles, si au fait des dernières nouveautés parisiennes en matière de roman, si bien documentée sur les voyages lointains ou son proche potager, semble totalement déconnectée des affaires politiques du jour, du moins dans ses achats de livres.

21Et c’est ici l’exemple de Madame d’Espinouse qui vient étayer notre propos. Nous n’utiliserons, par manque de temps, ses lectures qu’en comparaison de Madame de Peyrolles. Ce sont donc bien, quand elles existent, les différences que nous soulignerons. Angélique Louise Thérèse de Montcalm, née le 30 août 1737 (elle a donc tout comme la présidente de Peyrolles une cinquantaine d’années) est la troisième épouse du président à mortier François Charles Xavier de Coriolis, marquis d’Espinouse qui disparaît en 1786. C’est la fille du fameux marquis de Montcalm. Première différence : à l’aune du document, Madame d’Espinouse, lit deux fois moins que Madame de Peyrolles : 38 achats de 1785 à 1792, soit moins de la moitié ; en terme d’investissement, l’écart est considérable : 196 livres seulement à mettre en face des 995 livres précédentes, c’est cinq fois moins. De façon significative, l’achat le plus fort, en l’occurrence les 34 premiers volumes in 8° des Contes de fées de Cuchet, du 4 janvier 1787, est rendu : il coutait 112 livres 8 sous.

22Mais peut-être Madame d’Espinouse se fournit-elle ailleurs ? Dans tous les cas, les équilibres internes de classement sont tout à fait différents. Si les romans restent prépondérants avec 13 occurrences sur 36, ils sont désormais nettement talonnés par l’histoire avec 9 occurrences, le rayon vie pratique descendant à 2 titres seulement tandis qu’apparaissent 2 titres de poésie et de théâtre, tout à l’heure absents. La politique enfin, comme la religion, font une apparition qu’il faut commenter.

23Mais notons tout d’abord que les romans et l’histoire de Madame d’Espinouse ne sont pas ceux de Madame de Peyrolles. Anglomanie et sensibilité effrenée disparaissent, ou sont moins présents. Les mots-clefs « ton léger » voire « ton satirique » (Les imprudences de la jeunesse) apparaissent, comme la présence marquée de romans historiques, et plus précisemment chevaleresques (Education et plaisantes aventures de Charles le Bon, Romans de chevalerie de Tressan). Quelques achats, peut-être conseillés de l’une à l’autre, se croisent : Madame d’Espinouse achète Emmeline ou l’orpheline du château 10 jours après Mme de Peyrolles ; pour Georgina, c’est l’inverse en octobre et novembre 1988 ; mais pour Miss Indiana d’Amby, les chemins divergent : en décembre Madame d’Espinouse rend le livre à David.

24Faiblement représentée chez Madame de Peyrolles, l’histoire talonne le roman chez Madame d’Espinouse. Pas de conclusions à tirer des Révolutions romaines de l’abbé de Vertot, inépuisable best-seller ; en revanche, les Mémoires de Madame de Motteville, celles de Madame de Gourville, les Lettres de Madame et les Mémoires de Saint Simon traduisent un intérêt marqué pour le Grand Siècle (avec les Maximes de La Rochefoucault). Cet intérêt est sans doute à rapprocher d’achats comme La France chevaleresque et chapitrale ou l’État militaire ; avec la lecture de romans chevaleresques, on a l’impression d’une cohérence, bien différente de la trilogie « Angleterre, sensibilité, exotisme » de Madame de Peyrolles ; sans parler de conscience de classe, on peut avancer que certaines lectures de Madame d’Espinouse sont étroitement liées à son état, plus en tout cas que chez Madame de Peyrolles.

25Ces lectures d’« état » expliquent peut-être l’achat des Lettres sur l’Italie du président Dupaty ? Dans tous les cas Madame d’Espinouse, consciente de son état, l’est aussi des événements qui agitent son époque : l’achat du Mariage de Figaro de Beaumarchais reste difficile à analyser ; en revanche celui du Mémoire de Calonne, acheté en 1788 dès sa parution comme le Mariage de Figaro, prouve que la présidente veut se documenter sur la situation politique du pays.

26Les autres achats dans les autres secteurs : les Études de la nature de Bernardin de Saint-Pierre, l’Avis au peuple sur sa santé de Tissot, l’Agronome d’Alletz dessinent le profil d’une lectrice non pas dévoreuse comme Madame de Peyrolles mais bien solide, choisissant les bons titres de l’actualité, sans plus. Achevons ce tableau par deux achats particuliers : un Dictionnaire des femmes illustres, puisque nos deux sujets d’étude sont des femmes et, en mars 1788, un petit in-18 à 1 livre 4 sous : Épîtres et évangiles, peut-être plus révélateurs que la grande Bible de Sacy de Madame de Peyrolles à 27 livres avec figures.

27Terminons sur ce rapprochement pour souligner une dernière fois la fragilité de toute interprétation définitive dans ce domaine : la Bible de Sacy n’a peut-être plus quitté Madame de Peyrolles, Madame d’Espinousse a peut-être oublié le jour même son petit achat d’Épîtres et évangiles, aussi convient-il bien de parler, dans un cas comme dans l’autre, d’éclairage partiel, à rapprocher, pour aller plus avant dans l’interprétation, d’autres environnements fournis par le livre de comptes, le château, l’hôtel aixois. Dans leur banalité pourtant, tellement actuelle, ces esquisses ont un accent de vérité qu’il conviendrait de voir vérifié par des spécialistes. Je rends ainsi pour finir la politesse aux chercheurs qui m’ont invité en espérant les avoir alléchés sur ces quelques sources conservées par la bibliothèque Méjanes.

Notes

1 Un exemplaire est disponible dans la salle Peiresc de la Méjanes sous la cote 070.544.9 EBO.

2 M. 1795 (1661).

3 Nous n’en donnerons pas ici le catalogue. Nous avons utilisé pour identification les instruments de travail suivants :
Laffont, Robert, Le nouveau dictionnaire des auteurs/Laffont Robert, Bompiani Valentino-Paris : Laffont, 1994. – 3 volumes. – (Bouquins).
Bibliographie du genre romanesque français : 1751-1800/Angus Martin, Vivienne G. Milne, Richard Fraustchi. – Londres : Mansell ; Paris : France Expansion, 1977. – 528 p. ; 28 cm.
Bibliographie universelle ancienne et moderne,... Nouvelle édition, publiée sous la direction de M. Michaud. – Paris : A. Thoisnier Desplaces. Michaud, 1843 – s.d. – 45 volumes ; in 4°.
La France littéraire..., par J.-M. Quérard. Paris : F. Didot père et fils. – 10 volumes ; in 8°.

4 Nous utilisons les mots-clefs de la Bibliographie du genre romanesque français (op. cit.).

Auteur

Cité du livre-Aix-en-Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540