Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parlement de Provence

 | 
Amis de la Méjane

Messieurs du Parlement, la religion et la mort (XVIIe-XVIIIe siècles)

Régis Bertrand

Texte intégral

  • 1 Voir Prosper CABASSE, Essais historiques sur le parlement de Provence (...), Paris, Bihan-Delafore (...)
  • 2 Analysée par P.-Albert ROBERT, Les remontrances et arrêtés du Parlement de Provence au XVIIIe sièc (...)
  • 3 Voir en dernier lieu la mise au point de Michel VOVELLE dans Maurice AGULHON dir. Histoire de Toul (...)
  • 4 Signalons en complément que les ms 256 (641) et 257 de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence (...)
  • 5 Monique CUBELLS, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle. Paris. Maloi (...)

1J’examinerai ici des aspects de la participation des membres du parlement d’Aix à la vie religieuse de la capitale de la Provence aux XVIIe et XVIIIe siècle. Je n’évoquerai donc pas la part prise par la cour souveraine elle-même dans la querelle janséniste1 ou dans l’affirmation du gallicanisme2, ni les deux grands procès à connotations politiques et religieuses à la fois qu’elle a eu à connaître, l’affaire Girard-Cadière3 et l’affaire Lavalette – d’autant que cette dernière doit faire l’objet de la communication du P. Lécrivain. Je ne reviendrai pas enfin sur des aspects longuement étudiés par Monique Cubells dans sa thèse, tels que l’entrée des membres des familles de parlementaires dans le premier ordre au XVIIIe siècle4 ou les testaments de Messieurs d’Aix ou bien encore l’adhésion de certains d’entre eux au jansénisme5.

2La compagnie de Messieurs du parlement a, en tant que corps constitué, participé à des cérémonies religieuses publiques et elle en a organisé ou réglé elle-même. Certains membres du parlement ou leur famille ont également contribué à la vie religieuse par la fondation des maisons conventuelles et charitables. Je m’efforcerai aussi de cerner un autre aspect de la présence aixoise de ces familles de robe, leurs lieux de sépulture et leurs tombeaux.

La compagnie et les cérémonies religieuses aixoises

  • 6 J’utilise ici le « Cérémonial du parlement de Provence » du conseiller Esmivy de Moissac annoté pa (...)
  • 7 Pierre-Joseph de HAITZE, Histoire de la ville d’Aix, capitale de la Provence, Aix, Makaire, 1889, (...)

3Les sorties publiques d’un corps constitué et sa présence à des cérémonies constituent sous l’Ancien Régime bien davantage qu’un simple enjeu de visibilité sociale : la place qu’il peut y tenir et les honneurs qu’il y reçoit ou qu’il y consent manifestent son rang et sa dignité dans une société hiérarchisée où Messieurs du parlement détiennent une délégation directe du pouvoir souverain. La compagnie a progressivement fixé un protocole minutieux, en fonction des précédents consignés dans ses registres et de quelques règles générales6. Selon un distinguo fondamental, Messieurs paraissaient dans la rue soit « en tourbe », in turmis (ce qui correspond à une simple marche informelle, non hiérarchisée), soit en corps (dans ce cas, marche processionnelle de la compagnie en rangs et selon le rang). Messieurs parurent en tourbe aux obsèques du cardinal Jérôme Grimaldi en 1685, le prélat ne s’étant pas fait recevoir officier d’honneur de la compagnie. En revanche, ils participèrent en corps à celle de son successeur, Daniel de Cosnac, en 17087.

4En cas de sortie en corps, la maréchaussée précède la compagnie du parlement et les huissiers ouvrent et ferment sa marche. Viennent ensuite les présidents à la file puis les conseillers, ces derniers marchant deux à deux selon l’ordre d’ancienneté, puis les gens du roi (le parquet), les greffiers en chef et les secrétaires. La cour est suivie des officiers du siège (la sénéchaussée d’Aix) précédés par leurs huissiers et sergents. Trois degrés de solennisation croissante existent : le premier est le port par Messieurs du parlement de la robe ordinaire noire, le second celui du port de la robe rouge, qui a pour conséquence que les huissiers du parlement et de la sénéchaussée sont en robe, les sergents de la sénéchaussée en manteaux et que le premier huissier du parlement porte la masse et est coiffé du bonnet de drap d’or fourré d’hermine. Pour les occasions de sorties les plus solennelles, la Fête-Dieu, l’Assomption et le Te Deum, les trésoriers généraux de France participent à la procession et à la cérémonie ; ils précédent alors les officiers de la sénéchaussée.

5Messieurs de la cour des Comptes, aides et finances, éternels rivaux de ceux du parlement, ne marchent jamais avec ces derniers. Par arrêt du conseil du 8 février 1666, Louis XIV avait réservé aux officiers des Comptes six églises : le sanctuaire paroissial de la Madeleine et les églises conventuelles des Grands-Augustins, des Observantins, des Augustins déchaussés, des Trinitaires et enfin celle des Chartreux. Cette répartition était très avantageuse pour le parlement, qui se voyait explicitement reconnaître le droit d’assister « à toutes les cérémonies, offices ou processions, qui se feraient dans l’église de Saint-Sauveur », la cathédrale, et à celles de sanctuaires prestigieux tels que Saint-Jean-de-Malte ou l’église « des Jacobins » (les Prêcheurs). À la cathédrale, Messieurs allaient en tourbe aux offices de la semaine sainte ; ils assistaient en robe rouge à la « procession des chapes » et à la grand messe lors des quatre fêtes principales de l’année, Pâques, la Pentecôte, Toussaint et la Noël. Aux Prêcheurs, l’église située près du Palais, la compagnie faisait prêcher le carême et le prédicateur devait s’adresser à eux au début de son sermon ; devant l’église Saint-Jean, la compagnie avait le privilège d’allumer le feu de la Saint Jean d’été ; elle recevait ensuite dans l’église la bénédiction du Saint-Sacrement.

  • 8 B. M., Aix, ms 957 (899), p. 9-31 (pour la Fête-Dieu. p. 14-19), voir aussi [GRÉGOIRE], Explicatio (...)

6Le même règlement royal de 1666 avait fixé les quatre processions annuelles (dites « ordinaires ») auxquelles la compagnie assistait en corps. Deux en habit ordinaire. La Saint Sébastien, le 20 janvier, vieille cérémonie antipesteuse que la compagnie prit en charge en 1650 « en action de grâce de la suppression du Semestre ». L’année précédente à la même date en effet, le comte d’Alais, gouverneur de Provence, confronté à l’émeute née d’une rumeur au moment où la procession sortait de la ville, avait promis l’abolition du Parlement semestre. L’autre procession en habits ordinaires est celle des Rogations. Deux processions solennelles ont déjà été signalées, la Fête-Dieu et Notre-Dame d’Août (l’Assomption, fête du vœu de Louis XIII, instituée en 1638). En comparaison, la cour des Comptes assistait à la procession de la « petite Fête-Dieu » (sa clôture), de saint Louis et de saint Mitre. Un arrêt du Conseil pris le 30 novembre 1683 à la suite d’une nouveau conflit entre Messieurs du parlement et les gens des Comptes avait réglé le cas des processions extraordinaires, de celles du jubilé, des canonisations ou des processions ordonnées en cas de nécessité publique : le parlement assisterait en corps à l’ouverture de la cérémonie et la cour des Comptes à sa clôture8.

  • 9 B. M., Aix, ms 957 (899), p. 32. Voir aussi Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désorma (...)

7Enfin Messieurs allaient en corps et en robe rouge assister à la cathédrale au Te Deum lorsque le roi ordonnait de le faire chanter. Ils s’y trouvaient dans le chœur en face de Messieurs des Comptes – ces derniers devaient en présence du parlement n’être qu’en robe noire de satin ; les trésoriers généraux de France s’établissaient dans la chapelle Saint-Mitre. Le corps du parlement avait le privilège de passer par la grande porte et celui des Comptes par le portail roman du Corpus Domini9.

  • 10 Le 22 février 1716, la grand chambre délègue deux commissaires pour faire placer dans la nouvelle (...)
  • 11 Pascal JULIEN, « Droit au chœur : conflits de préséance entre archevêques et parlements à Aix-en-P (...)
  • 12 B. M., Aix, ms 957 (899), p. 39 (et passim). Autres exemples de conflits suscités par ce droit de (...)

8La marque de la prééminence de la compagnie est qu’elle occupe dans les églises où elle va en corps un banc qui lui est réservé10. Dans les sanctuaires dotés d’un chœur canonial ou conventuel, Messieurs s’établissent dans les « formes » (stalles) : c’est le cas à Saint-Sauveur11 comme à Saint-Jean-de-Malte. Dans cette dernière église, ils se placent dans les bancs des chevaliers, aujourd’hui disparus. En 1677, le chevalier de Calissane refusa d’y céder sa place. Il fut décrété de prise de corps, déféré devant les chambres assemblées, «  blâmé et réprimandé » et menacé d’une amende de 1 000 lt en cas de récidive12.

9Les cérémonies funèbres constituent l’autre grande occasion de sortie publique. Pour les obsèques des présidents à mortier et du doyen, la compagnie offre 24 torches de cire jaune aux armes du roi.

  • 13 B. M., Aix ms 957 (899), p. 50, L. WOLFF, op. cit., p. 198.

« Le cadavre du défunt est revêtu de sa robe rouge et de son manteau d’hermine. Il a son mortier sur la poitrine et son bonnet sur la tête, laquelle est appuyée sur un volume du digeste et il a celui du code sous les pieds. On repose le cadavre sous le perron du palais et on y chante un de Profundis ; de là on va encore dans l’église Saint-Sauveur et on le repose encore au milieu du chœur pour y chanter une absoute et ensuite le convoy se rend à l’église où se doit faire l’inhumation et l’on y fait un service »13.

10La compagnie ne donne que 12 torches pour les conseillers et «  on ne repose pas le cercueil devant le palais ». Elle se borne à envoyer une députation aux obsèques des greffiers. La compagnie assiste « en tourbe » aux obsèques des épouses des Messieurs car elles « participent aux honneurs de leur mari ». La compagnie assiste enfin aux obsèques ou au service de ceux qui ont séance chez elle : le gouverneur ou le lieutenant général, l’archevêque.

Grands robins et réforme catholique

  • 14 Anne-Caroline RICARD. « La confrérie des pénitents bleus de Saint-Joachim d’Aix-en-Provence (1645- (...)

11Membres d’une élite sociale et culturelle, Messieurs du parlement et leurs familles ont aidé à l’implantation de couvents des « ordres les plus réformés » masculins et féminins, ainsi qu’à la fondation d’établissements et œuvres charitables. Le fait s’observe à Aix comme en d’autres sièges et l’on peut parfois se demander si la protection ou du moins l’adhésion qui pouvait être assez formelle d’un ou de quelques membres des cours souveraines n’étaient pas une des conditions de la réussite du projet d’une de ces institutions. Pour citer un exemple, les pénitents bleus de Saint-Joachim, créés en 1645 par le chanoine Mathieu Arnaud et trois avocats, deux marchands, deux bourgeois, eurent initialement quelques difficultés avec les gens du roi. Elles furent résolues par des lettres patentes obtenues en 1653, qui approuvaient leur fondation et son projet charitable. L’association s’était en effet vouée à l’assistance et l’enterrement « pour Dieu » des suppliciés. Pour mener à bien cette œuvre, elle obtint que le second président du parlement soit es-qualité son protecteur. Mais il n’était nullement tenu d’être reçu pénitent. Les sept parlementaires qui portèrent ce titre – le dernier fut Fauris de Saint-Vincens père – n’ont joué aucun rôle dans la confrérie dont aucun ne paraît avoir été membre14.

12En revanche, quelques parlementaires ou leurs proches sont intervenus de façon décisive en faveur de l’implantation aixoise d’ordres religieux, au point de mériter le titre de premier fondateur de leur couvent. Dans cette floraison au XVIIe siècle de nouvelles maisons régulières que l’Aixois Henri Bremond a naguère appelée « l’invasion mystique », les parlementaires tiennent un rôle dont aucun autre corps n’offre l’équivalent.

  • 15 Jean-Scholastique PITTON, Annales de la sainte église d’Aix, Lyon, 1668. p. 270-271. Également, id (...)

13Ainsi pour les Chartreux. Lorsque Jean-Scholastique Pitton évoque leur installation en 1624, il écrit : « la ville d’Aix sera éternellement redevable à Jean-André d’Aymar, conseiller au parlement, qui le premier les a fondés et lui a procuré le bien d’avoir des religieux de cet ordre »15. Le conseiller d’Eymar de Montsalier (1561-1624), surnommé l’ermite « à cause qu’il ne voulut jamais se marier » et qu’il « vécut plus en solitaire qu’en homme du monde », avait prescrit dans son testament :

  • 16 Transcription du testament, A.D., 17 H 1 ; voir également 17 H 2.

« Je veux et entends que la finance de mon estat de conseiller de parlement qui sera de vingt mille escus sy la Paulette dure soit mise sur de bonnes communautés pour de l’argent en provenant en faire bastir une maison et esglise de Pères chartreux dedans ou dehors ceste ville d’Aix afin qu’ils prient Dieu pour moy et pour tous les miens »16.

  • 17 Marc DUBOIS. «  Le monastère des Chartreux d’Aix-en-Provence », Provincia, t. VIII, 1928, p. 61-10 (...)

14Cette charge estimée à 60 000 lt fut vendue après sa mort pour 54 000 lt à l’avocat au parlement Jean Roux de Gaubert. Les Chartreux ne semblent avoir reçu après transaction avec les héritiers que 48 000 lt qui furent partiellement placés en rentes, l’autre partie servant à acquérir un domaine où l’on pensa d’abord établir le monastère, d’où ce nom de «  Petite Chartreuse » que porte encore aujourd’hui le quartier où il se trouvait17.

  • 18 Ce dernier a également joué un rôle net dans l’installation des Jésuites au collège d’Aix en 1621. (...)
  • 19 Son épitaphe fut retrouvée au cours du XIXe siècle et encastrée en 1853 dans le tombeau des Forbin (...)

15Plus significative encore est la double fondation d’Aymare de Castellane-la Verdière, seconde épouse du premier président Vincent-Anne de Forbin-Maynier d’Oppède18. La présidente d’Oppède eut l’initiative en 1625 de l’introduction à Aix du Carmel déchaussé de la réforme espagnole de Thérèse d’Avila. Deux de ses filles y prirent le voile et elle se retira auprès d’elles ; elle y fut enterrée en 164919. Elle joua également un rôle décisif dans l’installation en 1637 des Carmes déchaux réformés par Jean de la Croix, alors que le conseil de ville hésitait à autoriser la création en ces temps difficiles d’une nouvelle communauté vivant d’aumônes, d’autant qu’un couvent de Grands-Carmes existait dans la ville depuis le Moyen Âge. Pierre-Joseph de Haitze assure :

  • 20 P.-J. de HAITZE, Histoire..., op. cit., t. IV, p. 286-288.

« Aymare de Castellane, baronne d’Oppède, veuve du premier président, très affectionnée à ces religieux, voulut faire cesser ce prétexte en les logeant dans sa maison. Ensuite, aidés du crédit et de la faveur des amis de cette dame, qui à cause de son génie et de sa naissance en avait bon nombre, ils poursuivirent leur pointe. »20

  • 21 Abbé E. MARBOT, Catalogue historial des sanctuaires et établissements religieux d’Aix, Aix, 1913. (...)
  • 22 P-J. de HAITZE, Histoire..., op. cit., t. IV, p. 316. Le cœur d’Henri d’Oppède fut déposé à sa mor (...)

16Haitze ajoute que parmi ces amis, « se trouva le conseiller de Valbelle et le premier président [Henri d’Oppède, fils du précédent] qui avait deux sœurs dans cet ordre ; ils firent rendre arrêt le dernier jour pour l’enregistration de leurs lettres »21. Aymare de Castellane prit aussi une part déterminante aux commencements de l’Œuvre de la Propagation de la foi, créée par Gaspard de Simiane-Lacoste en 1638 : elle « y consacra la donative d’une maison et l’obligation, qu’elle imposa sur ses biens, de quatre charges de blé annuellement »22.

  • 23 E. MARBOT, op. cit., Pas de fonds aux A.D.

17Les Bernardines, moniales cisterciennes réformées, furent également établies à Aix en 1639 grâce à Philippine de Rousset, veuve du président Gabriel d’Estienne de Saint-Jean ; elle les établit dans sa propre maison et fit bientôt profession avec une de ses filles ; elle allait devenir la seconde supérieure de la communauté23.

  • 24 Claude-Alain SARRE. «  Ursulines provençales et comtadines. Comment vivre sa soumission, 1592-1792 (...)

18La seconde maison d’Ursulines fut fondé en 1666 par le conseiller Jacques d’André, ce qui valut à ses religieuses d’être couramment appelées les « Andrettes ». Le conseiller d’André achèta douze places à bâtir dans l’agrandissement d’Aix, payées comptant 3 229 lt, il s’engagea à réaliser « à sa perfection la construction d’un monastère avec tous les appartements nécessaires pour vingt à vingt-quatre religieuses » et sa chapelle, à meubler l’ensemble, à placer les premières dots sur les villes d’Aix et Marseille, à verser une pension annuelle de 300 lt aussi longtemps qu’il le faudrait. Il consentit aussi à sa fille, qui y prit le voile, une dot exceptionnelle de 4 500 lt. Il « ne prétend(it) en échange d’être remboursé que de la somme de trois mille escus (9 000 lt) lorsque le monastère sera(it) en estat de le pouvoir payer sans incommodité, le reste étant donné par don et gratuit ». La chronique du couvent reconnaît que les religieuses, « après Dieu, doivent tout à M. d’André »24.

  • 25 A. D. dépôt d’Aix, XXI H – E 39, acte d’achat du terrain le 26 février 1641, qui fournit la liste (...)
  • 26 Selon E. MARBOT. op. cit., A. D. dépôt d’Aix, XXIX H – A 3, lettres patentes de septembre 1674. en (...)
  • 27 P.-J. de HAITZE. Histoire..., op. cit., t. V, p. 399-401. Sur ses rapports personnels avec le Carm (...)
  • 28 A. D. dépôt d’Aix, XXVIII H – Al, p. 5-6. P.-J. de HAITZE, Histoire..., op. cit., t. VI, p. 183-18 (...)
  • 29 Sans doute la femme du président Jean-Augustin de Foresta, marquis de la Roquette, ou celle du fil (...)
  • 30 E. MARBOT, op. cit., A. D. dépôt d’Aix, XXIV H – A 1 (bref historique rédigé vers 1756, lettres pa (...)

19L’action des parlementaires est aussi notable en matière de création de ces hôpitaux spécialisés et ces œuvres charitables qui se multiplient aux XVIIe et XVIIIe siècles dans les villes. L’on ne trouve certes aucun parlementaire dans le petit groupe d’Aixois pieux qui installe en 1641 la Charité25 ; en revanche, la cour aurait eu l’initiative en 1640 de la fondation du Refuge d’Aix, destiné à recevoir les femmes condamnées pour crimes ou pour inconduite26. L’on trouve Jacques d’André parmi les fondateurs en 1657 de l’Hôpital du Petit Bethléem, dit des Enfants rouges, inspiré par la dévotion à l’Enfant Jésus promue par Marguerite du Saint-Sacrement, la Carmélite de Beaune, que diffusait alors à Aix son confesseur, le père Parisot27. L’on compte en 1680 cinq parlementaires et six femmes de parlementaires parmi les quarante-cinq fondateurs de l’hôpital de la Pureté, où le corps du parlement est le mieux représenté parmi ceux des officiers28. L’Œuvre des Filles de service d’Aix fut fondée en 1698 par la présidente de la Roquette ; il s’agissait d’un bureau de placement, confié par la fondatrice au tiers-ordre de saint Dominique29. L’hôpital des Incurables d’Aix fut créé par le procureur général André de la Garde, décédé en 1728, qui légua 18 000 lt pour le fonder sur le modèle de celui de Marseille et en confia la gestion aux recteurs de l’Hôpital Saint-Jacques30.

Tombes et tombeaux de Messieurs d’Aix

  • 31 L’ouvrage de CLAPIERS-COLLONGUES et BOISGELIN, Chronologie des officiers des cours souveraines de (...)
  • 32 Michel VOVELLE. Piété baroque et déchristianisation, les attitudes devant la mort en Provence au X (...)
  • 33 Le conseiller Marc-Antoine d’Albert-Roquevaux, janséniste connu, fit élection de sépulture au cime (...)
  • 34 CLAPIERS-COLLONGUES et BOISGELIN, op. cit., en citent 9 au XVIIe siècle et 22 entre 1700 et 1776.

20Une autre forme de présence – plus discrète, il est vrai – de Messieurs du parlement dans la vie religieuse aixoise est constituée par leur tombes et tombeaux. En l’absence d’un relevé systématique des lieux de sépulture aixois d’Ancien Régime, les recherches généalogiques de B. de Clapiers-Collongues31, celles de M. Vovelle et de M. Cubells sur les testaments des membres du parlement permettent de dégager quelques conclusions32. La première est le nombre infime des inhumations au cimetière, demandées par le défunt lui-même : le procureur général André de la Garde, le fondateur de l’hôpital des Incurables, fut significativement enseveli parmi les pauvres au cimetière de l’hôpital le 17 juin 1728. Furent inhumés au cimetière de la Madeleine les conseillers Pierre Ricard de Saint-Albin (1748), Jules-François de Meyronnet-Saint-Marc (1759) et Joseph-Philippe de Meyronnet-Châteauneuf (1765)33. Non moins exceptionnelle est l’inhumation dans une chapelle de confrérie aixoise, qui n’est le fait que des conseillers de Gras chez les pénitents noirs. Un faible nombre d’officiers a été enterré dans un sanctuaire d’une autre ville provençale où était leur tombeau de famille (ainsi les conseillers de Cadenet-Charleval chez les Trinitaires de Lambesc) ou bien dans l’église paroissiale ou la chapelle de leur seigneurie34. Ce dernier cas peut correspondre soit à un décès sur place (ainsi les conseillers de Suffren-Saint-Cannat et Donadei de Saint-Laurent, morts en 1737 et 1748 dans leur fief, y sont ensevelis dans le tombeau de la chapelle seigneuriale), soit à la volonté d’être inhumé dans un caveau seigneurial devenu tombe de famille : c’est le cas par exemple pour la branche des Raphélis qui héritèrent de la seigneurie de Grambois par mariage avec une Tertulle et s’y firent inhumer, ou de celle des Thomassin qui posséda au XVIIe siècle le fief de Peynier.

  • 35 François ROUX-ALPHÉRAN, Les rues d’Aix ou recherches historiques sur l’ancienne capitale de la Pro (...)
  • 36 CLAPIERS-COLLONGUES et BOISGELIN, op. cit., n’en signalent aucune aux Trinitaires d’Aix, aux Servi (...)
  • 37 Celui du P. Forat. B. M. Aix. ms 279 (RA 28). Cf. Régis BERTRAND et Geneviève GALLIANO, « Les cave (...)

21Une forte majorité de Messieurs a été enterrée dans les églises paroissiales et conventuelles d’Aix (295 inhumations d’officiers sur les 340 dont le lieu d’inhumation est connu entre le XVIe siècle et 1776, date de l’interdiction d’inhumer dans les églises). Un grand nombre d’entre eux semblent avoir possédé un caveau dans un sanctuaire de la ville, si l’on en juge par les listes de tombes d’« anciennes familles » dressées au XIXe siècle par l’érudit François Roux-Alphéran, sans doute d’après le dépouillement des actes paroissiaux 35. La confrontation de ces listes et des mentions de lieux de sépulture procurées par B. de Clapiers-Collongues ne met en évidence aucun sanctuaire qui aurait particulièrement attiré les parlementaires, lesquels ont comme les autres notables aixois sinon provençaux privilégié la cathédrale (au moins 47 inhumations d’officiers) et dans une bien moindre mesure la seconde paroisse (la Madeleine, 19 inhumations) et surtout les vastes églises conventuelles établies dès le Moyen Âge par les ordres mendiants masculins, du moins celles des Observantins (56 inhumations), Prêcheurs (39), Grands-Carmes (29), Cordeliers (23). L’appui de certaines de leurs familles à l’implantation des ordres réformés se traduit aussi par des inhumations d’officiers aux Minimes (20, mais il s’agit aussi d’un lieu de pèlerinage local, Notre-Dame-de-la-Seds), à l’Oratoire (10), aux Récollets et aux Augustins réformés (9)36. L’exemple de l’église des Prêcheurs, bien documenté par un manuscrit rédigé vers 1760, suggère que les parlementaires y avaient en général obtenu un caveau relativement proche du maître-autel ou placé à proximité immédiate d’un autel privilégié ou particulièrement chargé de fondations de messes37.

  • 38 Parmi les exemples les plus tardifs de concessions de chapelles déjà existantes figurent celle de (...)
  • 39 Jean BOYER, L’architecture religieuse de l’époque classique à Aix, Aix. Publications de l’Universi (...)

22Une minorité de familles de Messieurs du parlement possédait une chapelle funéraire dans un sanctuaire aixois – mais les notables locaux ont dû ici comme dans les autres villes provençales affronter la forte concurrence des confréries de dévotion pour s’approprier ces espaces latéraux38. Cette chapelle avait parfois été léguée par des membres de leur famille qui n’étaient pas de robe – c’est le cas de la plus connue, celle des d’Estienne de Saint-Jean à Saint-Sauveur, fondée en 1576-1578 par le chanoine André d’Estienne, bien avant qu’un de ses neveux n’achète un office. En général cependant, la détention de ces chapelles traduisait quelque lien spirituel avec un ordre religieux : ainsi l’avocat général Jean-Etienne de Thomassin-Saint-Paul (1565-1631) joua un rôle important dans l’établissement des Augustins réformés de Saint-Pierre et se fit enterrer dans une chapelle latérale de leur église, qu’il avait fait construire. Chez les Capucins (aujourd’hui chapelle de l’hôpital), la chapelle de la Transfiguration fut construite en 1642 par le conseiller Alexandre de Thomassin d’Ainac qui y fut enseveli en 1644 ; il avait également offert la statue de Saint François d’Assise « œuvre d’un grand sculpteur génois ». Le conseiller Jean de Tisaty de Sannes fit construire en 1658 une chapelle symétrique. Enfin la voûte de la nef, peut-être entièrement refaite à la fin du XVIIe siècle, porte les armes du président Claude de Milan-Forbin. Aux Minimes, la chapelle de l’Assomption avait été fondée en 1574-1575 par le président Guillaume du Chaîne et celle de Saint François de Paule en 1627 par la conseillère de Laurens39.

  • 40 Reproduite en frontispice de J. de DURANTI-LA CALADE, La sépulture de Peiresc dans l’église Sainte (...)

23La grande majorité des parlementaires aixois a été inhumée dans des tombes, c’est-à-dire des caveaux que parfois rien ne signalait ni n’identifiait, ou sinon un numéro d’ordre sur la dalle d’ouverture ou des marques d’appropriation discrètes, constituées par les armoiries avant tout. Ces dernières pouvaient être gravées sur la dalle du caveau ou sur une lame encastrée dans le sol de la chapelle, et s’ils étaient juspatrons d’une chapelle funéraire, sculptées à la clef de voûte ou sur la porte, peintes aussi sur le tableau du retable de cette chapelle. L’indication du patronyme pouvait quelquefois les accompagner. Ainsi pour les Fabri de Peiresc : une lame de marbre blanc est scellée dans le pavement de leur chapelle, celle du Saint-Nom de Jésus, aux Prêcheurs ; les 9/10èmes de sa surface sont occupés par la gravure en creux des armes familiales, timbrées d’un cimier, et on lit sur la bande inférieure : « Fabritioru(m) tumulus » ([ici est] le tombeau des Fabri)40.

  • 41 B. M. Aix. ms 860 (1014) « Recueil des inscriptions d’Aix par le p. Moulin, Cordelier, relevées en (...)
  • 42 R. BERTRAND, « Tombeaux, épitaphes et prétentions nobiliaires dans la Provence d’Ancien Régime », (...)
  • 43 Saint-Sauveur, Espagnet, 1607. La Madeleine, les premiers présidents Gervais de Beaumont, 1529 ; P (...)
  • 44 Le prix fait du second a été publié : Joseph BILLIOUD, « Un sculpteur marseillais nomade, Antoine (...)
  • 45 L’on trouvera dans R. BERTRAND, « Tombeaux,... », art. cit., l’exemple de l’épitaphe latine (dispa (...)
  • 46 Aujourd’hui au Musée Granet d’Aix, Fernand BENOÎT, Sarcophages paléochrétiens d’Arles et de Marsei (...)
  • 47 Hors d’Aix, il convient surtout de mentionner l’exceptionnel tombeau pseudo-médiéval que l’avocat (...)

24Cinquante-deux au moins des quatre-vingt-sept tombeaux répertoriés dans les églises d’Aix au milieu du XVIIIe siècle par un Cordelier, le père Moulin, correspondaient à des nobles ou des individus d’apparence noble41. Dix étaient médiévaux, treize dataient du XVIe siècle, quatorze du XVIIe, douze du XVIIIe siècle, et trois étaient dépourvus d’indications de date42. Seize de ces derniers tombeaux portaient une inscription faisant explicitement référence à la mémoire d’un officier du parlement contre quatre à un officier des Comptes ; trois remontaient au XVIe, sept au XVIIe, cinq au XVIIIe siècle, le dernier n’étant pas daté43. Ceux des présidents J.-B. de Thomassin-Saint-Paul chez les Augustins réformés et Auguste de Thomas-la Garde (1741) dans l’église des Grands-Carmes semblent avoir été des monuments assez importants44 ; les épitaphes du doyen Antoine de Gautier (1669), dans celle des Prêcheurs, et du conseiller Jean-François de Gaufridi (1689), aux Cordeliers, étaient surmontées du buste de ces magistrats45. Le tombeau du président à mortier François de Pérussis (mort en 1587) à l’Observance était constitué par un sarcophage antique représentant le passage de la mer rouge qu’il avait fait venir d’Arles46. Les autres semblent s’être réduits à l’inscription et son encadrement47.

  • 48 Pour le XVIIIe siècle, je ne puis que renvoyer à M. CUBELLS, La Provence..., op. cit.
  • 49 Je ne sais comment Maurice RAIMBAULT a pu conclure dans Paul MASSON éd.. Les Bouches-du-Rhône, enc (...)
  • 50 [Antoine de] RUFFI, La vie de M. le chevalier de la Coste. Aix, Ch. David, 1659.
  • 51 Je remercie A. Talion de m’avoir communiqué le résultat de ses recherches (Alain TALLON, La compag (...)

25Le portrait du groupe parlementaire que l’on vient d’esquisser révèle l’ampleur des recherches prosopographiques qui restent à mener, du moins pour le XVIIe siècle48. Je soulignerai néanmoins les difficultés de cette étude. Ainsi, nous n’avons qu’une faible connaissance de la Compagnie secrète du Très-Saint-Sacrement d’Aix, dont les archives n’ont pas été retrouvées49. L’identité d’onze seulement de ses membres nous est connue, grâce à des allusions émanant des papiers d’autres compagnies, douze si l’on ajoute le chevalier Gaspard de Simiane-Lacoste, fils d’un conseiller en la cour des comptes, qui œuvra de façon déterminante à la fois à Aix et Marseille50. Ont fait partie à coup sûr de la compagnie le président aux enquêtes Jacques de Gallifet, seigneur du Thoronet, identifié grâce à une mention d’un procès-verbal de la compagnie de Grenoble à la date du 22 juillet 1655, et Orcin, greffier criminel du parlement, mort en août 165051. Ce que l’on sait du recrutement de la Compagnie en d’autre sièges mieux documentés laisse penser que les membres du parlement y furent sans doute à Aix bien plus nombreux.

  • 52 abbé Henri BREMOND, La Provence mystique au XVIIe siècle. Antoine Yvan et Madeleine Martin, Paris, (...)

26L’on évitera aussi de généraliser la piété des membres du parlement aux temps des hautes eaux de la Réforme catholique, d’autant que certains des aspects qui sont ici abordés peuvent relever d’un catholicisme de convention soucieux du rang social aussi bien que d’une foi profondément vécue. J’évoquerai un cas de convictions fort tièdes. Un mémoire relatant la fondation de l’ordre aixois de la Miséricorde relate la conversion in extremis d’un « avocat général du roi en sa cour de parlement », dont est dressé un portrait peu amène : il y avait «  dix ans qu’il ne s’était confessé », « il était si fâcheux et de mauvaise humeur qu’il faisait peine à tout le monde (...) en un mot, c’était un grand pécheur et très obstiné ». Il connaissait néanmoins suffisamment mère Madeleine Martin, fondatrice de la Miséricorde, pour que, se sentant atteint d’une « maladie mortelle », il demande à sa communauté de « pri(er) pour sa santé qu’il voulait ravoir ». Sur les instances de mère Martin, il accepte de recevoir un prêtre à son lit de mort et « f(a)it une confession de trois heures et davantage »52.

27La place des parlementaires dans la vie religieuses aixoise est sans équivalent pour une autre compagnie d’officiers ou un autre corps constitué de la ville ; ils cumulent à la fois le statut d’un ordre privilégié et la prééminence qui y est due aux grands officiers de la royauté. La part que certains d’entre eux ont prise au développement des ordres réformés ou des hôpitaux est aussi nette ; les dons et legs prévus dans leurs testaments permettent de surcroît d’en prendre toute la mesure. L’on soulignera enfin que le petit corpus des épitaphes fournit l’esquisse d’une illustration du corps à travers l’éloge de quelques-uns de ses membres dont aucune autre institution de la ville n’offre l’équivalent.

  • 53 Maurice GRESSET, Gens de justice à Besançon, 1674-1789, Paris, C.T.H.S., 1978, t. II, p. 549. Fran (...)
  • 54 La publication très progressive de Emile RAUNIER éd., Épitaphier du Vieux-Paris, Paris, impr. nat. (...)

28S’agit-il d’une spécificité aixoise ? L’état de la bibliographie ne rend pas facile la comparaison avec d’autres sièges53. À Besançon, où le parlement de Franche-Comté est transféré en 1678, le président Le Febvre se déclare dans son testament fondateur des Bénédictines et est enterré en 1709 dans la chapelle qu’il possède dans leur église ; d’autres parlementaires acquièrent une chapelle ou la font construire ; un seul fait élection de sépulture au cimetière. Les libéralités et legs des grandes robes du parlement de Paris en faveur des œuvres hospitalières et charitables sont nombreuses, en particulier dans le cas de familles telles que les Séguier ou les Lamoignon. La très relative discrétion des sépultures des parlementaires aixois pourrait être proche de celle de leurs équivalents bisontins. Apparemment aucun de leurs tombeaux ne pouvait être comparé aux mausolées des parlementaires de Dijon encore visibles à Saint-Bénigne par exemple, ou bien à ceux de certains magistrats parisiens54.

Notes

1 Voir Prosper CABASSE, Essais historiques sur le parlement de Provence (...), Paris, Bihan-Delaforest, 1826, vol. et surtout abbé Paul ARDOUIN, Le Jansénisme en Basse-Provence au XVIIIe siècle. La bulle Unigenitus dans les diocèses d’Aix, d’Arles, de Marseille, de Fréjus et de Toulon (1713-1789), Marseille, Impr. Saint-Lazare. 1936, 2 vol.

2 Analysée par P.-Albert ROBERT, Les remontrances et arrêtés du Parlement de Provence au XVIIIe siècle, 1715-1790. Paris, A. Rousseau, 1912, chap. IV, p. 427-497.

3 Voir en dernier lieu la mise au point de Michel VOVELLE dans Maurice AGULHON dir. Histoire de Toulon, Toulouse, Privat, 1980, p. 134-138. L’importante littérature qu’elle a suscitée est en partie cataloguée dans A.-Jacques PARES. Le procès Girard-Cadière. Bibliographie anecdotique, Marseille, I.H.P., 1928.

4 Signalons en complément que les ms 256 (641) et 257 de la Bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence (désormais citée B.M., Aix). par le p. Bicais, « Notice sur les Provençaux qui ont été élevés à l’épiscopat », précisent les membres du parlement et leurs enfants devenus évêques aux XVIe (un) et XVIIe siècles (quatre).

5 Monique CUBELLS, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle. Paris. Maloine, 1984. condensé de «Structure de groupe et rapports sociaux au XVIIIe siècle. Les parlementaires d’Aix-en-Provence». thèse. Aix. Univ. de Provence. 1980. 5 vol.

6 J’utilise ici le « Cérémonial du parlement de Provence » du conseiller Esmivy de Moissac annoté par le président Fauris de Saint-Vincens, B. M.. Aix, ms 957 (899), p. 1-42. Louis WOLFF, Le parlement de Provence au XVIIIe siècle. Organisation et procédure, Aix, 1920. fournit p. 198-206 quelques indications complémentaires et des mentions de ces cérémonies dans les délibérations de la compagnie.

7 Pierre-Joseph de HAITZE, Histoire de la ville d’Aix, capitale de la Provence, Aix, Makaire, 1889, t. VI, pp. 2.10 et 487. Brève mention dans B. M., Aix, ms 957 (899), p. 64.

8 B. M., Aix, ms 957 (899), p. 9-31 (pour la Fête-Dieu. p. 14-19), voir aussi [GRÉGOIRE], Explication des cérémonies de la Fête-Dieu d’Aix-en-Provence, Aix, David, 1777.

9 B. M., Aix, ms 957 (899), p. 32. Voir aussi Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais citées A. D.) 2 G 1873.

10 Le 22 février 1716, la grand chambre délègue deux commissaires pour faire placer dans la nouvelle église du Saint-Esprit « le banc destiné à la compagnie ». B. M., Aix, ms 957 (899). p. 26.

11 Pascal JULIEN, « Droit au chœur : conflits de préséance entre archevêques et parlements à Aix-en-Provence et Toulouse au XVIIe siècle », Rives nordméditerranéennes.2e série, n° 6, 2000, p. 41-56.

12 B. M., Aix, ms 957 (899), p. 39 (et passim). Autres exemples de conflits suscités par ce droit de banc en 1656 : P.-J. de HAITZE. Histoire de la ville d’Aix, op. cit., t. V, p. 370-372.

13 B. M., Aix ms 957 (899), p. 50, L. WOLFF, op. cit., p. 198.

14 Anne-Caroline RICARD. « La confrérie des pénitents bleus de Saint-Joachim d’Aix-en-Provence (1645-vers 1901) ». mémoire de maîtrise, Aix, Université de Provence. 1995. t. I, p. 43-45. Source : Aix. Bibl. du Musée Arbaud, MQ 853. Sur la participation des parlementaires à ces confréries, M. CUBELLS, «  Pénitents et francs-maçons à Aix au XVIIIe siècle : structures de sociabilité et hiérarchies sociales », dans Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, Public, de l’Université de Rouen, 1987, 621-630.

15 Jean-Scholastique PITTON, Annales de la sainte église d’Aix, Lyon, 1668. p. 270-271. Également, idem. Histoire de la ville d’Aix, Aix, 1666. p. 348.

16 Transcription du testament, A.D., 17 H 1 ; voir également 17 H 2.

17 Marc DUBOIS. «  Le monastère des Chartreux d’Aix-en-Provence », Provincia, t. VIII, 1928, p. 61-106. P. AMARGIER, R. BERTRAND, A. GIRARD, D. LE BLÉVEC, Chartreuses de Provence, Aix, Édisud, 1988, p. 57-58.

18 Ce dernier a également joué un rôle net dans l’installation des Jésuites au collège d’Aix en 1621. Edouard MÉCHIN, Annales du collège royal Bourbon d’Aix, Marseille, 1890,t. I. p. 14-18.

19 Son épitaphe fut retrouvée au cours du XIXe siècle et encastrée en 1853 dans le tombeau des Forbin d’Oppède au cimetière Saint-Pierre d’Aix, où elle est toujours visible.

20 P.-J. de HAITZE, Histoire..., op. cit., t. IV, p. 286-288.

21 Abbé E. MARBOT, Catalogue historial des sanctuaires et établissements religieux d’Aix, Aix, 1913. Peu de documents aux A. D., 14 H (Carmes déchaussés) et 67 H (Carmélites).

22 P-J. de HAITZE, Histoire..., op. cit., t. IV, p. 316. Le cœur d’Henri d’Oppède fut déposé à sa mort en 1671 dans la chapelle du couvent (ibid., p. 88-89, avec erreur de lecture du manuscrit : son corps fut en fait inhumé à Oppède).

23 E. MARBOT, op. cit., Pas de fonds aux A.D.

24 Claude-Alain SARRE. «  Ursulines provençales et comtadines. Comment vivre sa soumission, 1592-1792 », thèse dactyl., Aix. Univ. de Provence, 1995. t. I, p. 98-99.

25 A. D. dépôt d’Aix, XXI H – E 39, acte d’achat du terrain le 26 février 1641, qui fournit la liste de dix des premiers recteurs, quelques autres apparaissant dans les actes suivants. Le premier est Jacques d’André, trésorier de France (il s’agit d’un parent du fondateur des Andrettes) ; l’on trouve mention de nobles, d’avocats, marchands, bourgeois. La présence du chevalier de Malte G. de Simiane-la Coste et de François de Beaumont, écuyer (cité en seconde position) suggère qu’il s’agit d’une création de la Compagnie secrète du Très-Saint-Sacrement (voir infra). En revanche des parlementaires en seront recteurs (Cissie C. FA1RCH1LDS. Poverty and Charity in Aix-en-Provence, 1640-1789, Baltimore, J. Hopkins University Press, 1976, p. 38-43).

26 Selon E. MARBOT. op. cit., A. D. dépôt d’Aix, XXIX H – A 3, lettres patentes de septembre 1674. enregistrées en février 1688 seulement, précisant que la cour, à la demande du procureur général, avait autorisé son ouverture «  par provisions ». P.-J. de HAITZE. Histoire..., op. cit., t. IV, pp. 357-359 ne dit rien de semblable et signale la part que prit à cette fondation G. de Simiane-la Coste.

27 P.-J. de HAITZE. Histoire..., op. cit., t. V, p. 399-401. Sur ses rapports personnels avec le Carmel de Beaune, sœur Marie-Françoise GRIVOT. Marguerite du Saint-Sacrement. Correspondance, Saint-Apollinaire, éd. Forelle, t. II, 1999, lettre 589, p. 991-993, t. III, lettre 666, p. 1145-1148.

28 A. D. dépôt d’Aix, XXVIII H – Al, p. 5-6. P.-J. de HAITZE, Histoire..., op. cit., t. VI, p. 183-186.

29 Sans doute la femme du président Jean-Augustin de Foresta, marquis de la Roquette, ou celle du fils et successeur de ce dernier. E. MARBOT. op. cit. et A. D. 150 H 4 (état des finances à la fondation).

30 E. MARBOT, op. cit., A. D. dépôt d’Aix, XXIV H – A 1 (bref historique rédigé vers 1756, lettres patentes d’avril 1734) et E 5 (extraits des testaments du fondateur, p. 17 et 43).

31 L’ouvrage de CLAPIERS-COLLONGUES et BOISGELIN, Chronologie des officiers des cours souveraines de Provence, Aix, 1904, précise le lieu de sépulture de 340 parlementaires morts en Provence (65 % du total). 45 sont morts ailleurs. La sépulture de 141 n’est pas indiquée. Il servira, faute de mieux, de source pour les quelques considérations qui suivent.

32 Michel VOVELLE. Piété baroque et déchristianisation, les attitudes devant la mort en Provence au XVIIIe siècle. Paris Pion, 1973, passim et M. CUBELLS, La Provence..., op. cit., p. 357-372.

33 Le conseiller Marc-Antoine d’Albert-Roquevaux, janséniste connu, fit élection de sépulture au cimetière de l’hôpital par ses testaments de 1720, 1736 et 1737 ; il vécut les dernières années de sa vie dans la maison des Oratoriens et opta dans son dernier testament, en 1751 pour leur église. M. CUBELLS, La Provence..., op. cit., p. 369-370.

34 CLAPIERS-COLLONGUES et BOISGELIN, op. cit., en citent 9 au XVIIe siècle et 22 entre 1700 et 1776.

35 François ROUX-ALPHÉRAN, Les rues d’Aix ou recherches historiques sur l’ancienne capitale de la Provence, Aix, 1846, 2 vol. passim. Ces remarques ont été rassemblées par Jean-Paul COSTE, « La ville d’Aix en 1695, structure urbaine et société », thèse ronéotée. Aix, Université de Provence, 1970, p. 1061, note 120.

36 CLAPIERS-COLLONGUES et BOISGELIN, op. cit., n’en signalent aucune aux Trinitaires d’Aix, aux Servites, très peu aux Augustins (8, des XVIe-XVIIe s.), une seule dans la nouvelle paroisse du Saint-Esprit, aucune dans celle de Saint-Jean-Baptiste du Faubourg. Seuls les Maliverny eurent leur tombeau de famille dans une chapelle de religieuses (celle des Clarisses). Le conseiller Gaspard de Venel et sa femme Madeleine de Gaillard, bienfaiteurs de la Visitation, y furent inhumés.

37 Celui du P. Forat. B. M. Aix. ms 279 (RA 28). Cf. Régis BERTRAND et Geneviève GALLIANO, « Les caveaux de l’église des Prêcheurs d’Aix », Bulletin archéologique de Provence, n° 17, 1987, p. 1-10.

38 Parmi les exemples les plus tardifs de concessions de chapelles déjà existantes figurent celle de Saint-Mître à Saint-Sauveur en faveur du conseiller Jean de Montaud en 1715 (A. D. 2 G 493 f° 478 v°) et une chapelle des Grands-Carmes d’Aix concédée aux deux branches de la famille Barrigue en 1717 (M. CUBELLS, « Structure de groupe... », op. cit., t. IV, p. 882-883).

39 Jean BOYER, L’architecture religieuse de l’époque classique à Aix, Aix. Publications de l’Université de Provence, 1974 et « La peinture et la gravure à Aix-en-Provence aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles », Gazette des Beaux-Arts, 113 a., n° 1230-1232. 1971, p. 1-187.

40 Reproduite en frontispice de J. de DURANTI-LA CALADE, La sépulture de Peiresc dans l’église Sainte-Madeleine d’Aix, notes et recherches, Aix, 1893. L’érudit Nicolas de Peiresc (1580-1637) ayant été inhumé dans ce caveau, le président Fauris de Saint-Vincens père lui dédia en 1777 dans le chœur de l’église un monument commémoratif qui y est encore visible.

41 B. M. Aix. ms 860 (1014) « Recueil des inscriptions d’Aix par le p. Moulin, Cordelier, relevées en 1750 ». Ce cahier est relié dans un manuscrit de Fauris Saint-Vincens fils où l’on trouve également des relevés d’épitaphes.

42 R. BERTRAND, « Tombeaux, épitaphes et prétentions nobiliaires dans la Provence d’Ancien Régime », dans Chantai GRELL et Arnaud RAMIÈRE DE FORTANIER éd., Le second ordre : l’idéal nobiliaire du XVIe au XIXe siècle. Hommage à Ellery Schalk, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 335-345.

43 Saint-Sauveur, Espagnet, 1607. La Madeleine, les premiers présidents Gervais de Beaumont, 1529 ; Pierre Cardin Lebret, 1710 et Cardin Lebret, 1734. Augustins réformés, J.-B. de Thomassin-Saint-Paul, 1703. Capucins, L. de Thomassin-Mazaugues. 1712. Grands-Carmes, A. de Thomas-la Garde (1741). Carmes déchaux, H. de Forbin-Maynier d’Oppède (cœur), 1671. Cordeliers, J.-F. de Gaufridi, 1689. Minimes, J. de Gaufridi, président du parlement « semestre », 1684. Observance, le premier président Thomas de Cuissinier. 1531 ; François de Pérussis, 1587 ; Tributti de Sainte-Marguerite, s. d. Prêcheurs, Louis et Claude Arnaud de Rousset. conseillers au parlement et aux comptes, 1654 ; Antoine de Gautier, 1669. Second monastère des Ursulines, Jacques d’André (cœur), 1677.

44 Le prix fait du second a été publié : Joseph BILLIOUD, « Un sculpteur marseillais nomade, Antoine Duparc », Bulletin officiel du Comité du Vieux-Marseille, n° 51-52, 1936, p. 181 (dessin) et n° 53,1937, p. 16.

45 L’on trouvera dans R. BERTRAND, « Tombeaux,... », art. cit., l’exemple de l’épitaphe latine (disparue) de ce dernier.

46 Aujourd’hui au Musée Granet d’Aix, Fernand BENOÎT, Sarcophages paléochrétiens d’Arles et de Marseille, Paris, CNRS, 1954, N° 62, p. 55.

47 Hors d’Aix, il convient surtout de mentionner l’exceptionnel tombeau pseudo-médiéval que l’avocat général Gaspard de Gueidan fit placer à la mémoire d’un prétendu ancêtre dans la chapelle Sainte-Elisabeth des Observantins de Reillanne qu’il avait acquise en 1737. Étude de Joseph BILLIOUD dans « Une famille provençale, les Gueidan », Arts et Livres de Provence, n° 29, 1956, p. 87-92. R. BERTRAND, « Tombeaux... », art. cit. Le gisant, les deux bas-reliefs et la maquette sont au Musée Granet d’Aix.

48 Pour le XVIIIe siècle, je ne puis que renvoyer à M. CUBELLS, La Provence..., op. cit.

49 Je ne sais comment Maurice RAIMBAULT a pu conclure dans Paul MASSON éd.. Les Bouches-du-Rhône, encyclopédie départementale, Marseille, A. D., 1921. t. III, p. 638 que « l’action de la compagnie du Saint-Sacrement, pour qui tient le fil conducteur, est très sensible dans la série des arrêts d’état du parlement de Provence ».

50 [Antoine de] RUFFI, La vie de M. le chevalier de la Coste. Aix, Ch. David, 1659.

51 Je remercie A. Talion de m’avoir communiqué le résultat de ses recherches (Alain TALLON, La compagnie du Saint-Sacrement, Paris, Cerf, 1990). Autres membres connus (j’ajoute quelques prénoms, grâce à A. D. dépôt d’Aix XXI H-E 39, livre de la Charité, à la fondation de laquelle la compagnie semble avoir pris part) : [Paul] Ailhaud, prêtre, directeur de la compagnie en septembre 1639, Antelmy, son secrétaire et [François de] Beaumont, son supérieur à la même date (ce dernier mort en octobre 1648), Brunei, laïc, mort à la fin de 1657, Coste (de), lieutenant particulier du bailliage d’Aix, mort en juin 1652, Faucon (de), membre de la compagnie d’Aix demandant à être admis dans celle de Grenoble en mai 1659, Mimata (de), chanoine, Ricori, prêtre, mort en décembre 1655 et Ricoux, prêtre, mort en septembre 1651. M. RAIMBAULT. op. cit., mentionne avec quelques-uns de ces noms celui du prévôt du chapitre Marchier. Sur Jacques de Gallifet, Catherine MARTIN, Les compagnies de la Propagation de la Foi (1632-1685). Paris, Grenoble, Aix, Lyon, Montpellier, Genève, Droz, 2000, p. 263-264.

52 abbé Henri BREMOND, La Provence mystique au XVIIe siècle. Antoine Yvan et Madeleine Martin, Paris, Plon-Nourrit, 1908, p. 274-276 ; le manuscrit indique que la femme de cet avocat général mort vers 1640 se prénommait Esther, ce qui permet d’identifier Pierre des Porcellets de Maillane, reçu en sa charge le 10 octobre 1632, décédé le 6 février 1644, époux d’Esther de Meyran d’Ubaye (CLAPIERSCOLLONGUES et BOISGELIN, op. cit., p. 163).

53 Maurice GRESSET, Gens de justice à Besançon, 1674-1789, Paris, C.T.H.S., 1978, t. II, p. 549. François BLUCHE, Les magistrats du parlement de Paris au XVIIe siècle, Paris, Economica, 2e éd., 1986, p. 198-201. Denis RICHET. De la réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier, 1991, p. 212 (pour les Séguier).

54 La publication très progressive de Emile RAUNIER éd., Épitaphier du Vieux-Paris, Paris, impr. nat., depuis 1890, permet de connaître une partie de ces derniers.

Auteur

UMR Telemme, CNRS – Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540