Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Parlement de Provence

 | 
Amis de la Méjane

Carrières de plume. Parcours et stratégies familiales des parlementaires d’Aix au XVIe siècle

Wolfgang Kaiser

Texte intégral

  • 1 M. CUBELLS, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, 1984 (vers (...)
  • 2 On n’a rien de comparable, pour l’époque moderne, à F. CORTEZ, Les grands officiers royaux en Prov (...)
  • 3 W. KAISER, « Die Somati : Familienkonflikte und Konkurrenzkämpfe unter provenzalischen Parlementai (...)

1Qui sont ces « Messieurs d’Aix », qui sont les magistrats du Parlement de Provence au XVIe siècle ? Et comment sont-ils arrivés dans cette position sociale ? Constituent-ils un groupe à part parmi les privilégiés, ou peut-on les intégrer dans les classifications sociales traditionnelles ? Le lecteur ne trouvera ici que des réponses très partielles à ces questions. Les Parlementaires d’Aix du XVIe siècle sont toujours mal connus. Il n’y a pas d’étude comparable à celle de Monique Cubells pour le XVIIIe siècle1, et on manque même d’instruments de travail fiables2. Ce qui suit, est donc basé essentiellement sur des sondages et des études de cas que nous avons eu occasion de mener3.

2Les questions évoquées ont été posées et débattues déjà par les contemporains. D’un côté, on y trouve la polémique contre les offices vénaux et leur rôle de savonnette sociale et contre l’usurpation de la noblesse où les magistrats agissent en connivence avec leurs parents et alliés, contrevenant aux prescriptions juridiques :

  • 4 Cf. l’œuvre satirique d’E. TABOURET. Les Bigarrures du seigneur des accords, Rouen. 1595, pp. 33-3 (...)

« ... les luges les premiers se moqueront au bout de compte & les declareront Gentilshommes pour ce qu’eux mesmes auront parens de mesme farine & et seront aises de se preparer par la un degré pour usurper quelque jour.»4

3De l’autre côté, on y voit apparaître la revendication, de la part des juristes et officiers, de former un « quatrième état » à côté de la noblesse et de faire éclater le tiers-état en deux groupes, la magistrature et les représentants des villes :

  • 5 M. de MONTAIGNE, Essais I : 23, dans : Œuvres complètes, éd. Thibaudet/Rat, Paris, 1962, p. 116-11 (...)

« Qu’est-il plus farouche que de voir une nation, où par legitime coustume la charge de juger se vende, et les jugemens soyent à purs deniers contans, et où legitimement la justice soit refusée à qui n’a dequoy la payer, et aye cette marchandise si grand credit, qu’il se face en une police un quatriesme estat, de gens manians les procès, pour le joindre aux trois anciens, de l’Église, de la Noblesse et du Peuple ? lequel estat, ayant la charge des loix et souveraine authorité des biens et des vies, face à un corps à part de celuy de la noblesse »5.

  • 6 R. DESCIMON, « Modernité et archaïsme de l’État monarchique : le parlement de Paris saisi par la v (...)
  • 7 R. DESCIMON. « La vénalité des offices et la construction de l’État dans la France moderne. Des pr (...)
  • 8 4 000 officiers en 1 515 dont 1 450 magistrats ; en 1665, 46 000 officiers dont 8 600 magistrats R (...)

4Si cette revendication ne rencontrera pas d’écho positif, elle révèle une prétention et perception de groupe fondées sur une culture juridique et un capital immatériel spécifiques, les études. Emprunter ce chemin de la réussite sociale, l’acquisition d’un office comme tremplin social exigeait cependant des investissements importants, à la fois en capital et en temps. Le terme investissement n’est ici pas déplacé puisqu’il faut rappeler que si la vénalité des offices était en Europe moderne un moyen pour résoudre un problème de crédit de l’« État », les gages, pensions et épices liés à la charge et son exercice étaient considérés comme le remboursement de la créance et le rendement du capital investi6. Selon des estimations récentes, cette rentabilité de l’office vénal (assimilé à la rente viagère) aurait tourné au XVIe siècle autour de 10 %, pour être ramenée, au premier XVIIe siècle, au niveau de la rente constituée (de 6,25 % à 5 %). Elle est donc assez élevée au XVIe siècle et très supérieure à la rente foncière roturière (5 %)7. Cela explique, avec la croissance rapide du nombre de charges8, la niée sur les offices.

5À défaut des beaux chiffres dont on dispose pour les siècles suivants, on peut au moins citer un exemple provençal de ces négociations autour du prix de l’office, au temps de la Ligue catholique. Le fils du lieutenant aux soumissions à Marseille, François (III) Somati, s’efforce à Paris, en 1590, d’acheter l’office de son beau-frère décédé, conseiller à la Cour des Comptes :

  • 9 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD BdR), XIV E 254, lettre de François (I (...)

« ... par vosdictes letres vous me faictes entendre le décès de feu Monsieur le conseillier Geoffroy, mon beau-frère... Quand à son estat pour l’avoir par commission. il est du tout impossible car, encore que Monseigneur de Mayenne et Messieurs du conseil de l’union eussent à coustume provoir aux offices et charges des absens retiréz avecques l’enemy ou suyvant leur party, toutesfois les vacquans par mort ont tousiours entré en taxe aux parties casuelles tellement si tost qu’on sceut novelles du trespas dudit Sieur Geoffroy. Son estat fust mis en taxe à deux mil escus, partie de laquelle finance fust donnée à Monsieur de Bray qui est le premier secrétaire d’Estat au lieu et place de Monsieur de Villeroy qui a le despartement de Provence. J’en ay vollu composer par le traicté de quelque mien amy mays ceux à qui la finance dudict estat est accordée, ne l’ont vollu laisser à moings que de dix-huict cens escus... Je m’estoit efforcé et leur avoit fait offrir ses cens escus, scavoir content six cens et les restant à honestes payes annuelles... mays ils n’ont vollu rien abattre de ladite somme et s’ils vouloient mil escus contans lors de l’expédition des letres et le reste dans un an. »9

6Le fait qu’on était dans le même camp politico-religieux, celui de la Ligue ou Sainte Union, ne changeait apparemment rien aux modalités de telles transactions. Mais viser un office rentable, c’était aussi un investissement lourd, en ce qui concerne les études nécessaires puisqu’on exigeait un doctorat en droit et des connaissances approfondies (mises à l’épreuve devant les futurs collègues) d’un conseiller au Parlement. Sur ce plan, on voit se déployer des véritables « placements » des fils et une « planification » des carrières de plume.

Stratégies familiales

  • 10 N.-Z. DAVIS, « Ghosts. Kin. and Progeny : Some Features of Family Life in Early Modern France », D (...)
  • 11 Étude classique : E. LE ROY LADURIE, « Structures familiales et coutumes d’héritage en France au X (...)

7Dans cette optique, on a parlé de stratégies familiales et de leur essor en France au XVe-XVIe siècles10. C’est-à-dire d’une volonté consciente de projeter le destin familial dans l’avenir, une projection consciente qui dépasse le souci de préserver le patrimoine pérennisé dans les différents systèmes d’héritage11. On saisit ce souci familial à travers des sources diverses, livres de raison, documents autobiographiques, clauses testamentaires très détaillées.

  • 12 C. MAUREL, « Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au XVe siècle : autour de (...)
  • 13 L.-H. LABANDE, Les Doria en France, Paris. 1899.

8On peut dire qu’une stratégie de diversification, en plaçant sa progéniture ou les descendants d’une branche familiale dans des positions prometteuses (Église, administration du prince, grand commerce, armée, etc.) n’est pas vraiment une nouveauté, on rencontre de telles stratégies aussi bien dans la fulgurante ascension des Forbin dans la noblesse provençale12, mais aussi dans les stratégies d’immigration de familles de l’aristocratie des affaires italienne, tel les Doria de Gênes qui s’installent en France au XVe siècle, répartis dans plusieurs villes, branches et secteurs13.

  • 14 Évoqué dans les dossiers de Belleguise (1667-1669), AD BdR B 1357 p. 1114-1115.
  • 15 Il aura sa lettre de doctorat en 1568, AD BdR B 1357, p.1114-1115.

9Or, on trouve chez les parlementaires aixois du XVIe siècle aussi des stratégies étroitement ciblées sur les études de droit et des offices de justice, c’est-à-dire des stratégies d’avancement personnel et d’ascension sociale. Ces « Messieurs d’Aix » planifiaient des carrières de plume. Prenons un exemple. Le conseiller au Parlement, Honoré de Tributiis, d’une famille de Savone en Ligurie, récemment installée en Provence dont le père Simon fut pourvu à la création du Parlement, d’un des douze offices de conseiller14, institue en 1558 son fils Melchion comme héritier universel sous condition qu’il fasse des études, devienne docteur à l’âge de 24 ans et, après, « continue tousjours son estude ez lettres sans jamais laisser de porter la robbe longue et bonnet carré comme docteur »15.

  • 16 Multiples exemples chez C. DOLAN-LECLERC, Entre Tours et Clochers. Les gens d’église à Aix-en-Prov (...)
  • 17 AD BdR, Aix, IV B 22 fol. 95v-100r (testament d’Honoré de Tributiis, 12 juillet 1558).
  • 18 AD BdR, Aix, IV B 22 fol. 95v.

10Même prescription pour son deuxième fils légitime François. Cependant, son père envisage pour lui une éventuelle carrière dans l’Église (legs de 1 000 écus, réduits à 400 écus, s’il a « revenu de l’église »). En fait, il s’agit d’une stratégie fréquente : on faisait tonsurer par précaution des fils, pourvu qu’ils aient la possibilité de permuter d’un office de conseiller-clerc dans celui d’un conseiller laïc16. Le troisième fils bâtard, Charles, sera légitimé, et son père lui paie des études, minutieusement prescrites : à l’âge de 15 ou 16 ans, il doit « aller estudier à Thoulouze durant le temps et space de trois ans et aussi en Ytalie et [dans] quelquez bonne et fameuse université durant le temps d’autres trois ans »17. Il recevra une pension annuelle de 50 écus y compris pour les livres dont il aura besoin, et 500 écus lui seront payés après son doctorat qu’il doit avoir fait « dans son eage de 24 ans pour le plus tard mais bien plus tost s’il peult »18.

  • 19 AD BdR B 1357 p. 1114-1115.
  • 20 AD BdR B 1357 p. 1114-1115 ; p. 1104-1105 (Panisse) : noble Claude de Panisse, citoyen de la ville (...)
  • 21 CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 66.

11Mais cet exemple démontre en même temps les limites d’une telle planification. Melchion reçoit bien, comme prévu dirait-on, le 24 octobre 1572 des lettres de provision de l’office de conseiller au Parlement19. Il s’agit de la charge de son beau-frère Claude de Panisse (Melchion avait épousé, en 1568, Anne de Panisse, fille de Claude père20 ; des lettres de provision sous condition que Claude de Panisse vive encore 40 jours. Or, celui-ci vient de mourir le 18 octobre 1572. L’office passera à Boniface Pellicot, de Marseille, qui deviendra président à mortier. Melchion se retire dans son château de Sainte-Marguerite où il meurt... en 162921.

12Cette forte concentration sur des carrières juridiques reflète une dynamique institutionnelle, les « crues d’offices », dans laquelle on met son espoir, pour un nombre limité de fils, il est vrai. Mais elle traduit peut-être aussi un manque d’alternatives, c’est-à-dire un enracinement encore relativement faible dans les groupes dominants de la société provençale.

13Plus de vingt ans plus tard, en 1580 et 1581, François d’Ulme ou de Lorme, avocat général et catholique zélé, s’occupe dans son testament de l’avenir de ses 7 fils (plus un fils ingrat de sa première femme ainsi que plusieurs filles). Un fils hérite du tiers de la seigneurie et d’une pension, deux autres auront des pensions et seront destinés « au devin service ». Les espoirs de promotion se focalisent sur les autres, in crescendo : deux fils doivent « estudier et faire profession de lettres » et de jurisprudence. Un autre fils, Jacques, est désigné à une position sociale plus élevée : il doit continuer « ses études de bonnes lettres et jurisprudence » et prendre « en mariage la gentilfemme que ladite Damoyselle de Pontevès [sa mère]... luy conseillera » – on préconise, par l’intermédiaire des Pontevès, une alliance dans la noblesse provençale. Rêve classique, somme toute.

14Or, c’est dans le dernier fils Charles que cumulent les rêves de son père. Il doit monter à Paris. Son père lui lègue sa maison à Aix :

  • 22 AD BdR. Aix. IV B 32 fol. 430v (testament du 14 septembre 1580, corrigé le 14 mars 1581).

« exhortant tant que je puis ledit Charles, mon filz, de suyvre ses estudes et se mettre en la postulation au Parlement de Paris et quitter à tel de ses fraires qu’il vouldra sondit legat... il pourra acquérir par sa voye de la vertu et lettres mesmes de jurisprudence plus grand patrymoyne que je ne me suys acquiert... et s’il l’abandonoyt, ce seroyt à mon grand regret et desplaisir, l’ayant destiné à vivre et dresser maison... audit Paris et se marier honorablement sellon sa qualyté »22.

  • 23 Cf. W. KAISER, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée : les “nobles marchands” de Mar (...)

15Bref, pour ces juristes du Parlement d’Aix, « les Indes » ne sont pas le commerce de Levant, comme pour Laurent Arvieux, consul d’Alep issu d’une noble famille marseillaise appauvrie, et son « conseil de famille » au XVIIe siècle23. « Les Indes » des juristes, c’est Paris, à défaut un Parlement de province.

Parcours, parentés, alliances

16Jetons un coup d’œil sur la « génération dans l’office » un bon demi-siècle après la création du Parlement, plus précisément vers 1560, à l’aube d’une rupture majeure, les guerres de religion. La croissance institutionnelle à la suite des importantes réformes de justice – l’édit de Joinville (1535) et l’édit de Crémieu (1537), pour Marseille – qui ont profité au Parlement, se traduit dans des « crues d’offices » de 1543 et 1554.

  • 24 CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 3.
  • 25 Ibid., p. 6.

17Par rapport au moment de sa création, le Parlement avait au milieu du XVIe siècle, presque triplé ses effectifs. En 1560, le nombre des officiers s’élève à 4 présidents (un premier président et des présidents à mortier), 36 conseillers, 2 avocats généraux, 2 procureurs généraux, plus 2 avocats aux pauvres et les greffiers24. Des 46 officiers en 1560, la moitié est entrée au Parlement grâce à des « crues d’offices » (10 en 1543, 12 en 1554), ce qui donne un des schémas explicatifs des litiges internes, entre les « vieux » et les « jeunes »25.

18Les trois quarts (34) de ces magistrats sont les premiers dans un office au Parlement, sept y suivent leur père, les autres « héritent » la charge d’un aïeul maternel, voire se trouvent investis, dans un cas heureux, de l’office du premier mari de l’épouse. Est-ce qu’ils restent dans la magistrature ? 32 familles sont présentes au Parlement pendant au moins une à deux générations, un tiers (14) crée une « dynastie » avec au moins trois générations dans l’office (dont les Coriolis, avec 7 générations et plus). Or, il semble que c’est dans la seconde moitié du XVIe siècle, malgré les effets de rupture des guerres de religion pour certaines familles (sur lesquelles nous reviendrons) qu’on voit débuter réellement la pérennisation familiale dans l’office.

  • 26 AD BdR B 1337, p. 1554-1557, 1602-1603.
  • 27 Jean-Augustin de Foresta (marié avec Anne d’Albertas, fille d’Amiel, seigneur de Villecroze) ; reç (...)
  • 28 François de Pérussis baron de Lauris (érigée en baronnie en 1552), né à Avignon, conseiller en 154 (...)
  • 29 Simon Tributiis. seigneur de Sainte-Marguerite, ambassadeur à Gênes ; en 1486 viguier de Forcalqui (...)
  • 30 Ibid., p. 4. Claude Panisse reçoit des lettres de naturalité en 1555, ibid., p. 52.

19Si l’on regarde leurs origines géographiques, on retrouve l’image assez classique de la Provence-carrefour, terre de migrations. Des 33 officiers sur lesquelles on a pu trouver des renseignements, sept sont d’origine « italienne » (Arcussia de Capri26, Foresta de Gènes27, Panisse et Pérussis de Toscane28, Salomon de Sicile, Sacco et Tributiis de Savone en Ligurie29). Origines étrangères déjà lointaines parfois, comme pour les Arcussia (installés en Provence depuis le XIVe siècle), pour les autres plus récentes : ils s’installent en Provence à partir du début du XVIe siècle et, comme aubains, ils demandent des lettres de naturalité (les offices étant en principe réservés aux Provençaux)30. Sept autres familles arrivent d’autres régions de la France (les Genas, Bompar, Rabasse par exemple du Dauphiné) ou de tous les horizons de la Provence – ils s’y installent au cours du XVe et au début du XVIe siècle. Il n’y a que cinq familles qui sont originaires d’Aix ou Marseille, plus précisément installées depuis le XIVe siècle dans la région. Cela changera bientôt, le recrutement deviendra nettement plus régional (ce qui n’exclut pas qu’il peut s’agir de familles depuis peu installées en Provence).

  • 31 François, seigneur d’Eguilles (qui revient à son père François de Françoise Mayaud. sa femme, dame (...)

20Ce sont donc certes des « hommes nouveaux », par rapport aux « indigènes » sédentaires, mais ce sont en même temps des juristes déjà rôdés au service du prince, en partie attirés en Provence par la création du Parlement. Son personnel, s’il ne vient pas du service comtal, ne se recrute pas ex nihilo mais chez les voisins : les « viviers » sont le comtat Vénaissin d’où arrivent les Perussis, Panisse, Tributiis, mais aussi Genas (originaire du Dauphiné, installé depuis le XVe siècle dans le comtat Venaissin31) ou la Savoie d’où arrivent les Foresta qui ont été dans le service du duc en qualité de chambellan et de gouverneur de Nice.

  • 32 Ibid., p. 2.

21On a dit que les parlementaires d’Aix au XVIe siècle, c’était la « roture savante »32. Peut-être, mais déjà bien préparé, voire agrégée à la noblesse provençale, elle aussi en grande partie d’origine récente (six familles au XVe siècle ; six familles nobles depuis le XIVe siècle tout de même) ; treize familles sont anoblies au XVIe siècle par l’exercice de charges royales. La vraie « roture », voire des origines plus humbles (« nourriguiers ») ne se trouve guère plus parmi eux (cinq familles). Le passage du comptoir, voire du grenier ou de l’étable, au palais de justice se fait à travers plusieurs, au moins deux, générations. Si l’on peut entrevoir une conscience de groupe sur le plan culturel, de la formation juridique, force est de constater que ces magistrats, s’ils ne sont pas issus de familles nobles ou agrégées à la noblesse, font tout pour se lier le plus rapidement et au plus haut niveaux avec la noblesse ancienne. Aucun désir n’est décelable de s’établir sur le plan social comme un « quatrième état ».

  • 33 François Somati, père : Etienne, notaire à Marseille), originaire de Salon. 1519 procureur général (...)

22On peut évoquer comme un exemple presque anodin l’ascension sociale des Somati, partis de Salon-de-Provence. Etienne de Somati devient notaire à Marseille, puis notaire apostolique ; son fils « grimpe » les échelles et devient procureur, puis conseiller-clerc au Parlement dans les années 1530, charge permutée en charge laïque. Son cousin Amant, actif dans le commerce en gros à Marseille, acquiert une honorabilité certaine et deviendra non seulement second consul de Marseille mais aussi gentilhomme de la chambre du roi, grâce au passage de Charles IX à Marseille, à l’occasion de son « tour de France ». Le fils de François (I), Honoré Somati, suit son père dans l’office de conseiller au Parlement. La famille y reste pendant deux générations et disparaîtra de cette scène provinciale à la mort d’Honoré Somati, doyen et président du Parlement ligueur33.

  • 34 A. de ROCHAS. Cinq siècles d’une famille de savants alpins : les de Pene, Grenoble, 1900 (Musée Ar (...)
  • 35 FLEURY-VINDRY, p. 42.
  • 36 R. BUSQUET, Histoire des institutions, p. 73.

23Or, il y a au moins un de ces véritables « selfmademen » dont le XVIe siècle aurait eu le secret : André Pena (né avant 1526, à Moustiers – mort à 1591). Originaire des Basses-Alpes (les Penon, Penne, Pena), il aurait fait ses premières études à la maison, faute de moyens, avant de fréquenter, après la maîtrise, les universités françaises et italiennes (Padoue)34. Après avoir été juge des soumissions à Digne, il fut reçu dans une charge créée en 155635. Savant philologue et helléniste, il fut « l’honneur de la cour » au milieu du XVIe siècle36. Selon l’historien Gaufridi,

  • 37 J.-F. GAUFRIDI. Histoire de Provence, Aix-en-Provence. 1694, 2 vol., vol. 1, p. 516 ; W. Kaiser, « (...)

« les conseillers des enquêtes se levaient pour l’entendre opiner, afin de ne rien perdre des choses qu’il avait coutume de dire. En effet, dans les questions de droit il épuisait si fort les matières qu’il ne laissait rien à ceux qui venaient après lui ; ils n’avaient plus en partage que l’admiration d’une doctrine si profonde et si consommée »37.

24Ses frères étaient encore plus célèbres : Jean de Penne (né en 1528), disciple de Pierre de la Ramée, fut appelé sur une chaire de mathématiques au collège royal, Pierre Pena devint médecin secret d’Henri III.

  • 38 AD BdR, Aix, B 3650.

25André Pena fait figure d’exception aussi sur un autre plan : il appartient en 1560 à la minorité (huit de trente-six conseillers qui font une déclaration) qui, dans une enquête royale sur les parentés, alliances et partialités dans la cour, déclare n’avoir « aucun parens ne allié ». L’enquête donne l’image d’un tissu très dense, aux maillons étroits qui lient les parlementaires en 1560 : deux frères, un oncle et un neveu, six beaux-frères, Si l’on compte des parentés éloignés (cousinage au 2e degré), neuf conseillers ont des parentés avec une famille, onze avec deux familles, quatre avec trois et quatre familles au Parlement respectivement38.

  • 39 W. KAISER, « Les parlementaires » p. 8, chiffres basées sur : CLAPIERS-COLLONGUES. Chronologies : (...)

26Or, c’est surtout le reflet d’une intégration réussie dans la noblesse provençale et des alliances avec l’aristocratie des affaires à Marseille, en voie d’agrégation à la noblesse (d’un échantillon de quarante-neuf mariages de parlementaires, vingt-quatre sont conclus avec des « nobles », quinze dans la grande robe, quatre avec des grandes familles marseillaises)39.

27On peut citer encore une fois notre témoin lucide. En 1560, on a l’impression d’un groupe compact et étroitement lié, bien intégré dans les groupes dominants de la société provençale. André Pena en rend compte :

« L’opinion que le populaire semble avoyr conceu que ez causes et matières féodales où s’aggist des droits seigneuriaux, une partie desdits Sieurs, mesmes ceux qui ont places, fiefs et jurisdictions pour avoyr ou vraisemblablement espérer semblables procès et différens contre leurs subjects et emphythéotes jugent (ce qu’il ne croyt) favorablement à l’avantaige de tels droictz. Au moyen de quoy par son syndic avoyt, quelques ans y a (come il a entendu) obtenu dudit Seigneur portant inhibition aux Seigneurs Présidens et conseillers de la qualité susdite de conoistre et juger de telles matières. »

  • 40 AD BdR. Aix, B 3650, opinion d’André Pena.

28Mais, poursuit-il, les parentés les plus importantes, ce ne sont pas celles au sein même du Parlement, ce sont « celles qu’ils ont hors de ladite Cour avec les plus grosses maisons de ce pais, qui ont le plus de procès, soyt demandant ou défendant »40.

29Or, à ce moment-là, les distances prudemment prises par André Pena ne laissent pas seulement entrevoir des fissures au sein de ce groupe de juristes. La discussion a lieu déjà dans un autre contexte où s’ouvre un clivage majeur, le conflit religieux. Il interrompt cette tranquille histoire d’ascensions sociales. Des carrières longuement préparées s’arrêtent brusquement, l’épée s’associe à, voire remplace, la plume.

Continuité et ruptures

  • 41 Honoré Somati, François de Genas, Charles de Châteauneuf, Jean Salomon, André Pena. Jean Ferrier, (...)
  • 42 Cf. par exemple les déclarations des conseillers dans une enquête de 1562 sur les liens qu’ils ont (...)

30Il n’est pas nécessaire de souligner ici le rôle joué par le Parlement dans la lutte contre toutes hérésies. Or, il se trouve qu’il compte en son sein, vers 1560, une dixaine de protestants41. Et les idées nouvelles trouvent un écho dans les familles et parentés élargies des parlementaires ainsi que dans le milieu des juristes autour de la cour42. Les persécutions sanglantes finissent à Aix là où se trouve le prêche et un pin où on pend les hérétiques présumés – dans le jardin du conseiller au parlement déjà évoqué, François de Genas, près de la porte Saint-Jean où fut bâti le couvent des Carmélites.

  • 43 AD BdR, Aix, B 3648 fol. 1041 r (séance du 24 mai 1563).

31C’est grâce aux interventions royales que les conseillers réformés n’échappent pas seulement à la contrainte de jurer un serment de vivre catholiquement « à ce qu’ils ne soient massacrez », comme dit un conseiller catholique zélé, Guillaume Chaine, dans la séance du 24 mai 156343, mais retrouvent leur siège. Ce ne sont cependant que des interludes temporaires : suspension du Parlement en 1563, remplacé par des commissaires, puis rétabli en 1564 ; création d’une « chambre neutre » en 1567 pour l’exécution de l’édit d’Amboise, supprimée de fait par la seconde guerre (1567-1568).

  • 44 Die Matrikel der Universität Basel, éd. H. G. Wackernagel, vol. 2, 1532/33-1600/01, Bâle, 1956, pp (...)

32À plusieurs reprises, les Parlementaires protestants empruntent le chemin de l’exil et se réfugient à Lausanne et à Genève. André Pena, la fine fleur du Parlement aixois, s’inscrit même à l’université de Bâle où il se trouve, en 1568-1569, dans une illustre compagnie : Pierre de la Ramée, Tycho Brahe, l’astronome danois, les frères François et Pierre Pithou qui publient à Bâle chez l’éditeur-imprimeur lucquois Pietro Perna, le richissime marchand Marco Perez, réfugié d’Anvers et cheville ouvrière du réseau calviniste européen44.

  • 45 CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 60.
  • 46 AD BdR B 1358, p. 3298-3202.
  • 47 1572 privé de son office, rétabli en 1580, il devient doyen de la cour (né en 1510 à Avignon). Il (...)
  • 48 Ibid., 57,70.

33À partir de 1567 au plus tard, la pression de l’abjuration se fait donc sentir, si l’on veut garder l’office et ses biens : après 1572, s’il y a encore des protestants, ce sont des crypto-ou des anciens protestants, tel André Pena, qu’on verra siéger dans la « chambre extraite » (chambre mixte pour juger les litiges entre catholiques et protestants) de 1579 et158545. André Pena est d’ailleurs un des rares ex-protestants qui se tient au Parlement, après l’abjuration, et est rétabli dans son office en 1576 – sans pour autant réussir de transmettre son office à son beau-fils Jacques de Jullianis, avocat à la cour46. D’autres réformés quittent Aix. François de Genas vend sa charge et se retire à Nîmes47, Charles de Châteauneuf résigne son office à son beau-fils Jean-Louis de Laidet et devient président de la chambre de l’édit à Grenoble48. Il y a là tout un ensemble de parcours et de stratégies qui s’arrêtent brusquement.

  • 49 Cf. sur le réseau des protestants provençaux W. KAISER, « Entre persécution et cœxistence tacite : (...)
  • 50 CLAPIERS-COLLONGUES. Chronologie, p. 64.

34Il y a cependant des contre-exemples qui démontrent, si l’on veut, la prime qu’on peut espérer avoir en contre-partie d’une certaine persévérance. François Guérin, originaire de Brignoles, reçoit en mai 1571 des lettres de provision de l’office de conseiller mais il n’est pas reçu par le Parlement (farouchement catholique) puisqu’il est un des leader des protestants à Aix et en Provence (il sera remplacé par Christophe Blancard, reçu en septembre 1572)49. Il avait été lieutenant particulier en la Sénéchaussée d’Aix et privé de son office en vertu de l’édit de pacification50.

  • 51 Ibid., p. 2 (mort à Aix. 1625).
  • 52 Ibid., p. 173.

35Or, ce sera son fils Alexandre qui prend le relais. Il sera, lui, reçu conseiller par le Parlement anti-ligueur, en octobre 1590, et deux fois député à Henri IV51. Son fils Pierre sera par ailleurs reçu procureur général en 161552. Il y a donc des possibilités de reconversion du protestant en royaliste, mais aussi du ligueur zélé en royaliste.

En guise de conclusion

  • 53 Cf. W. KAISER, « Le passé refaçonné. Mémoire et oubli dans les histoires de Marseille, de Robert R (...)

36Dans tous les cas de figure, la modération se paie le mieux. Le Parlement ligueur très zélé est aussi le premier à reconnaître, en janvier 1594, Henri de Navarre comme Henri IV. C’est ainsi que se bâtissent les dynasties parlementaires, peut-être ? A voir, par exemple, à travers l’épreuve de la Fronde. Les perdants, par ailleurs, disparaissent seulement de l’avant-scène. On les retrouve dans des offices municipaux, voire ressurgir en qualité d’historien de leur ville comme les descendants du notaire, secrétaire-archiviste marseillais et l’ancien ligueur Robert Ruffi53.

  • 54 Le premier président Artus Prunier, reçu à Sisteron en 1590. ne vient jamais à Aix. 11 sera premie (...)

37D’autres carrières de plumes ou plutôt des projets familiaux vont sombrer dans les troubles de religion. Retourner souvent sa veste, n’a pas pénalisé Honoré Somati, conseiller protestant devenu « Razat » dans les années 1570 et plus tard un des ligueurs les plus zélés. Il remplacera même Hubert de Vins à la tête de l’armée de la Sainte Union et deviendra le doyen et président du Parlement ligueur à Aix. Ainsi il est confronté au chef du Parlement royaliste à Pertuis, le président à mortier Louis de Coriolis, surnommé « jambe de bois » à cause des services militaires rendus au roi avant d’échanger l’épée pour la plume et la robe longue54.

  • 55 AD BdR B 1357. p. 2406-2409 : doctorat à Aix de François II, le 19 avril 1552 ; le 16 mars 1554, l (...)
  • 56 F. de MARIN de C., « La Tour Sommati », La Provence artistique et pittoresque, 3e année, n° 89, le (...)

38La carrière en pirouettes de ce personnage troublant qu’est Honoré Somati, gâche cependant les projets de ses parents proches, celui que le lieutenant aux soumissions à Marseille, François Somati (II) avait prévu pour son fils55. On s’était brouillé, en outre, au sujet du patrimoine familial, surtout de la Tour de Séon au nord de Marseille (défigurée aujourd’hui par le centre commercial baptisé, par euphémisme, « Grand Littoral »)56, que Honoré Somati avait en partie affermée à des vendeurs d’appâts de pêche à Mourepiane. Un litige familial qui anéantit des stratégies soigneusement ficelées, un engagement de trop d’Honoré Somati dans les luttes politico-religieuses du second XVIe siècle ou peut-être sa mort trop précoce pour se réconcilier avec Henri de Navarre, ultime pirouette – et voilà ce qui compromet des projets qui visent haut. Une leçon banale, somme toute.

  • 57 M. CUBELLS, « À propos des usurpations de noblesse en Provence, sous l’Ancien Régime », Provence H (...)

39Les « Messieurs d’Aix » – la roture savante ? Le constat vaut pour les perdants, peut-être. Ceux qui réussissent, effacent rapidement les traces de leur passé, et il faut le travail patient de l’historien (historienne en l’occurrence) plus que celui des commissaires royaux au XVIIe siècle à la recherche de faux nobles, pour les reconstituer57. Mais il reste au moins encore une trace visible qui devrait signaler, en l’occurrence, aux Marseillais le destin malheureux des Somati à Aix : le port Saumaty. Avec son marché en gros, il devrait rappeler en même temps aux Aixois que le Parlement pouvait sentir au XVIe siècle encore, un peu, le poisson.

Notes

1 M. CUBELLS, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, 1984 (version abrégée de la thèse de 1980). Pour le XVIe siècle voir R. BUSQUET, Précis de l’histoire du Parlement de Provence, Marseille, 1919, repris dans : Encyclopédie des Bouches-du-Rhône, sous la dir. de P. MASSON, t. III, Marseille, 1920 ; L. WOLFF, La vie des parlementaires provençaux au XVIe siècle, Marseille, 1924 ; G. GANGNEUX, « Le Parlement d’Aix et les parlementaires d’Aix au XVIe siècle », Information historique, 3, 1955, p. 94-101.

2 On n’a rien de comparable, pour l’époque moderne, à F. CORTEZ, Les grands officiers royaux en Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1921. FLEURY-VINDRY, Les parlementaires français au XVIe siècle, t. 1 : Aix, Grenoble, Paris, s.d„ et surtout B. de CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie des officiers des cours souveraines de Provence, annotée et augmentée par le marquis de Boisgelin, Aix-en-Provence, 1904, sont à manier avec beaucoup de prudence.

3 W. KAISER, « Die Somati : Familienkonflikte und Konkurrenzkämpfe unter provenzalischen Parlementaires während der Religionskriege », Francia, 12, 1984, p. 245-269, article basé sur « Les parlementaires provençaux au temps des guerres de religion », mémoire de maîtrise (sous la dir. de M. Vovelle), Aix-en-Provence, 1983.

4 Cf. l’œuvre satirique d’E. TABOURET. Les Bigarrures du seigneur des accords, Rouen. 1595, pp. 33-37, cité d’après G. HUPPERT, Les Bourgeois Gentilshommes, Chicago-Londres, 1977. p. 185.

5 M. de MONTAIGNE, Essais I : 23, dans : Œuvres complètes, éd. Thibaudet/Rat, Paris, 1962, p. 116-117.

6 R. DESCIMON, « Modernité et archaïsme de l’État monarchique : le parlement de Paris saisi par la vénalité, XVIe siècle », dans : L’État moderne : genèse, sous la dir. de J.-Ph. GENET, Paris, 1990. p. 147-161. L’étude classique, pour la France, est évidemment celle de R. MOUSNIER, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, 1971 (1ère éd. 1945).

7 R. DESCIMON. « La vénalité des offices et la construction de l’État dans la France moderne. Des problèmes de la représentation symbolique aux problèmes du coût social du pouvoir », dans : Les Figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, 16è-19è siècle, sous la dir. de J. REVEL, J.-F. SCHAUB et B. VINCENT, Paris, 1997. p. 77-93, ici p.89-90.

8 4 000 officiers en 1 515 dont 1 450 magistrats ; en 1665, 46 000 officiers dont 8 600 magistrats R. DESCIMON et C. JOUHAUD, La France du premier XVIIe siècle, 1594-1661, Paris, 1996, p. 18 (chiffres de l’équipe de Roland Mousnier).

9 Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais AD BdR), XIV E 254, lettre de François (III) Somati (Paris, le 29 mars 1590).

10 N.-Z. DAVIS, « Ghosts. Kin. and Progeny : Some Features of Family Life in Early Modern France », Daedalus, printemps 1977, p. 87-114. Cf. déjà C. de RIBBE, Une famille au XVIe siècle. Paris, 1867 (livre de raison de Jeanne de Laurens).

11 Étude classique : E. LE ROY LADURIE, « Structures familiales et coutumes d’héritage en France au XVIe siècle : système de la coutume », Annales ESC 27, 1972, p. 825-846.

12 C. MAUREL, « Structures familiales et solidarités lignagères à Marseille au XVe siècle : autour de l’ascension sociale des Forbin », Annales ESC, no 3, mai-juin 1986, p. 657-681,

13 L.-H. LABANDE, Les Doria en France, Paris. 1899.

14 Évoqué dans les dossiers de Belleguise (1667-1669), AD BdR B 1357 p. 1114-1115.

15 Il aura sa lettre de doctorat en 1568, AD BdR B 1357, p.1114-1115.

16 Multiples exemples chez C. DOLAN-LECLERC, Entre Tours et Clochers. Les gens d’église à Aix-en-Provence au XVe siècle, Sherwood/Aix, 1981, p. 318, 337, 344, 348 note 78 ; W. KAISER, « Les parlementaires », p. 75.

17 AD BdR, Aix, IV B 22 fol. 95v-100r (testament d’Honoré de Tributiis, 12 juillet 1558).

18 AD BdR, Aix, IV B 22 fol. 95v.

19 AD BdR B 1357 p. 1114-1115.

20 AD BdR B 1357 p. 1114-1115 ; p. 1104-1105 (Panisse) : noble Claude de Panisse, citoyen de la ville d’Avignon, résident en la ville de Tarascon ; lettres de doctorat pour noble Claude de Panisse, fils de Jean, viguier d’Avignon. 22 juin 1542 ; lettres patentes, provision de l’office de conseiller au parlement de Provence, 3 mars 1542, à noble Claude de Panisse (26 septembre 1543) ; Procuration de Claude à son frère Pierre, conseiller du roi et président de la cour des aides de Montpellier.

21 CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 66.

22 AD BdR. Aix. IV B 32 fol. 430v (testament du 14 septembre 1580, corrigé le 14 mars 1581).

23 Cf. W. KAISER, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée : les “nobles marchands” de Marseille, XVIe-XVIIe siècles », dans : C.GRELL et A. RAMIÈRE DE FORTANIER (éd.), Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, 1999, p. 264-273.

24 CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 3.

25 Ibid., p. 6.

26 AD BdR B 1337, p. 1554-1557, 1602-1603.

27 Jean-Augustin de Foresta (marié avec Anne d’Albertas, fille d’Amiel, seigneur de Villecroze) ; reçu en 1543 conseiller dans une charge créée ; président à mortier en 1554, premier président en 1558, AD BdR, B 1358, p. 3858-3861 (selon CLAPIERS-COLLONGUES. Chronologie, p. 6, en 1557). En 1605 : « Certiffication originalle de la Republicque de Gene en Latin sur le pargemin qui justiffie que les Encetres de feu magnifique Seigneur jean pol de foresta sont escrits dans le Livre de noblesse de La Republique de Gene... ». 14 mai 1605.

28 François de Pérussis baron de Lauris (érigée en baronnie en 1552), né à Avignon, conseiller en 1543, président à mortier en 1558, CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 13.

29 Simon Tributiis. seigneur de Sainte-Marguerite, ambassadeur à Gênes ; en 1486 viguier de Forcalquier, puis procureur général des États du comtat Venaissin ; en 1502 reçu conseiller ; son fils : Honoré, cf. ci-dessus. CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 44, 49.

30 Ibid., p. 4. Claude Panisse reçoit des lettres de naturalité en 1555, ibid., p. 52.

31 François, seigneur d’Eguilles (qui revient à son père François de Françoise Mayaud. sa femme, dame d’Eguilles ; son père avait acquis l’arrière-fief en 1505, R. Busquet, Les fonds, vol. 2.1), en 1543 reçu conseiller-clerc, ibid., p. 52.

32 Ibid., p. 2.

33 François Somati, père : Etienne, notaire à Marseille), originaire de Salon. 1519 procureur général (ibid., p. 170), conseiller-clerc en 1533, conseiller-laïc en 1541, mort en 1559, ibid., p. 49. Son fils Honoré lui succède en 1552 dans l’office de conseiller, ibid., p. 54.

34 A. de ROCHAS. Cinq siècles d’une famille de savants alpins : les de Pene, Grenoble, 1900 (Musée Arbaud, Aix-en-Provence, 3103 A 1) ; basé sur l’Armoriai d’Hozier aux Archives Nationales.

35 FLEURY-VINDRY, p. 42.

36 R. BUSQUET, Histoire des institutions, p. 73.

37 J.-F. GAUFRIDI. Histoire de Provence, Aix-en-Provence. 1694, 2 vol., vol. 1, p. 516 ; W. Kaiser, « Les parlementaires », p. 62.

38 AD BdR, Aix, B 3650.

39 W. KAISER, « Les parlementaires » p. 8, chiffres basées sur : CLAPIERS-COLLONGUES. Chronologies : FLEURY-VINDRY, op. cit. : F.-P. BLANC. Origine des familles maintenues dans le second ordre sous le règne de Louis XIV. Dictionnaire généalogique, Aix-en-Provence, 1971.

40 AD BdR. Aix, B 3650, opinion d’André Pena.

41 Honoré Somati, François de Genas, Charles de Châteauneuf, Jean Salomon, André Pena. Jean Ferrier, Martin Mouton, Jean d’Arcussia ; l’avocat général Jean Puget, et l’avocat aux pauvres, Gaspard Paul, W. KAISER, « Les parlementaires », p. 45.

42 Cf. par exemple les déclarations des conseillers dans une enquête de 1562 sur les liens qu’ils ont avec des protestants. AD BdR, Aix, B 3648 fol. 689v ; W. KAISER, « Les parlementaires », p. 54, sq.

43 AD BdR, Aix, B 3648 fol. 1041 r (séance du 24 mai 1563).

44 Die Matrikel der Universität Basel, éd. H. G. Wackernagel, vol. 2, 1532/33-1600/01, Bâle, 1956, pp. 176, 179, 182, 183 (rectorat de Simon Sulzer, 1er mai 1568 – 30 avril 1569 : « Andreas Pena Aquensis – 6 β »). Pena et d’autres officiers du parlement d’Aix sont enregistrés en 1569 à Lausanne, E. ARNAUD. Histoire des Protestants de Provence, du comtat Venaissin et de la principauté d’Orange, Paris. 1884, réimpr. Genève, 1979, 2 vol., vol. 1. p. 559. Cf. W. KAISER, « ‘Les étranges fantaisies des Welsch’. La communauté réformée de langue française à Bâle entre ressentiments xénophobes et solidarité religieuse (XVIe-XVIIe siècle) », dans : G. AUDISIO (sous la dir.). Religion et Identité, Aix-en-Provence, 1998, p. 77-87.

45 CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 60.

46 AD BdR B 1358, p. 3298-3202.

47 1572 privé de son office, rétabli en 1580, il devient doyen de la cour (né en 1510 à Avignon). Il vend sa charge et se retire à Nîmes où il meurt en 1587, CLAPIERS-COLLONGUES. Chronologie, p. 52.

48 Ibid., 57,70.

49 Cf. sur le réseau des protestants provençaux W. KAISER, « Entre persécution et cœxistence tacite : les protestants à Marseille au XVIe siècle », dans : Provence historique, fasc. 197, juillet-août-septembre 1999, p. 577-598.

50 CLAPIERS-COLLONGUES. Chronologie, p. 64.

51 Ibid., p. 2 (mort à Aix. 1625).

52 Ibid., p. 173.

53 Cf. W. KAISER, « Le passé refaçonné. Mémoire et oubli dans les histoires de Marseille, de Robert Ruffi à Louis-Antoine de Ruffi », Provence Historique, fasc. 193 (juillet-septembre 1998), p. 279-292.

54 Le premier président Artus Prunier, reçu à Sisteron en 1590. ne vient jamais à Aix. 11 sera premier président du parlement de Grenoble en 1603, CLAPIERS-COLLONGUES, Chronologie, p. 7. Pour Coriolis, ibid., p. 13-14.

55 AD BdR B 1357. p. 2406-2409 : doctorat à Aix de François II, le 19 avril 1552 ; le 16 mars 1554, lettres de promotion de la charge du lieutenant du sénéchal aux soumissions. Passeport du roi à François Somaty. « gentilhomme », demeurant à Marseille.

56 F. de MARIN de C., « La Tour Sommati », La Provence artistique et pittoresque, 3e année, n° 89, le 11 février 1883, p. 46 sq.

57 M. CUBELLS, « À propos des usurpations de noblesse en Provence, sous l’Ancien Régime », Provence Historique, 20. 1970, p. 224-301.

Auteur

UMR Telemme, CNRS – Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540