Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Résumé des communications en français et en anglais

Traduction de Jacques Tourrel

Texte intégral

Le témoignage et ses acteurs à travers l’enquête

1Laure Verdon,

2Témoins et témoignages à travers les sources inquisitoires.
Bilan historiographique

3On assiste, depuis les années 1980, à un phénomène de « retour au droit » qui affecte toutes les sciences humaines et ouvre le champ juridique aux historiens. Chez les médiévistes, ceci s’est traduit par un nouveau regard porté sur l’histoire politique, les discours, les institutions, les acteurs qui produisent les normes ; en un mot sur l’histoire du pouvoir et, plus précisément, sur ce qui définit la souveraineté. L’intérêt porté à l’histoire de la justice et des formes de la coercition du pouvoir s’inscrit dans ce schéma : ce champ d’étude est, en effet, lié d’une part à l’observation de l’institution judiciaire, ses fonctions, ses modes de fonctionnement et, plus généralement, à la violence et son rôle dans la société médiévale. D’autre part, il s’attache aussi à l’étude des rapports entretenus entre l’État, le droit et les sujets, au rôle de la justice dans la définition de la chose publique et à l’établissement de la norme. C’est le domaine des procédures judiciaires qui a le premier fait une place à la source que sont les témoignages. Il offre un terrain privilégié d’observation de l’élaboration de la loi et du rapprochement objectif qui s’opère entre droit canon et droit romain à partir du XIIe siècle, accompagnant la mise en place de la réforme grégorienne. L’Inquisitio, pour l’Église, est en effet posée comme une enquête de vérité qui doit être atteinte par le raisonnement dialectique. Cette idée va être reprise par les pouvoirs laïques à travers la procédure inquisitoire d’office qui va servir, à partir du milieu du XIIIe siècle, à juger les crimes politiques ou de lèse-majesté. Si le témoignage peut, ainsi, de façon préliminaire servir à établir la fama de l’accusé et suffire à lancer un procès, il est aussi une véritable confession, qui doit être validée par la prestation d’un serment et le recours, durant le cours de la déposition du témoin, aux cinq sens pour accréditer les dires rapportés. Mais avouer c’est aussi « créer » ou rendre explicite une situation juridique de domination dont les normes sont fixées. Dès l’époque mérovingienne, l’enquête sert à régler des litiges en matière fiscale et à prouver les droits de l’autorité publique en ce domaine. Elle devient, plus tard, le moyen de répondre à une requête formulée par les sujets et de mieux gouverner en étant informé. L’information, faisant suite à la dénonciation ou à la plainte, devient ainsi l’un des devoirs des sujets envers le pouvoir au bas Moyen Âge, une forme aussi de « dialogue » entre le Prince et ceux qui lui sont soumis. Il existe également quantité d’enquêtes judiciaires qui concernent l’exercice du pouvoir seigneurial et répondent aux mêmes étapes établies par la procédure romano-canonique. Le témoignage est, par le rituel qui l’encadre, aveu de domination, mais il s’accompagne toujours d’une légitimation de celle-ci qui lui est intrinsèque. Le constat d’un recours de plus en plus fréquent, à partir du XIIIe siècle, aux juristes et au droit place le pouvoir seigneurial sur le même plan que l’État souverain, qui n’apparaît plus qu’en termes idéologiques seulement en opposition au premier, considéré comme moins archaïque et plus juste.

4Witness and testimony through inquisitional sources.
A historiographic appraisal

5Since the 1980s we have been witnessing in about all human sciences a get-back-to-law phenomenon which opens the door of the juridical field to historians. For the medievalists, this implies a new approach to political history, speeches, institutions, actors that set the standards; in a word to the history of power and, more precisely, to what sovereignty is made of. The new interest for the history of justice and authoritative forms of coercion is to be placed in this framework: this field of investigation is first linked to the judicial body, its roles, way of working and, more generally, to violence and its role in the medieval society. And secondly it endeavours to study relationships between the State, the law and the subjects, the role of justice in defining the res publica, and the setting of standards.

6The field of judicial proceedings was the first to give testimony its place as a source. The proceedings are a privileged field to observe how law was worked out and how canon law and Roman law got closer to each other from the 12 th century onwards, along with the deployment of the Gregorian reformation. For the Church the Inquisitio was meant to be a quest of the truth which was to be found through dialectical argument. The idea was to be picked up again by lay authorities through the matter of course inquisitional proceeding in order to judge political or lese-majesty crimes. If testimonies could be used to establish a preliminary fama of the accused and was sufficient to start the proceedings, it also could be seen as a genuine confession to be ratified by oath-taking and a resort to all five senses during the deposition to back up the statements. But an avowal “creates” or makes explicit a juridical situation of dominance the rules of which are set. Ever since Merovingian times, inquiries have been used to settle fiscal disputes and prove the rights of the public authority. Later on it became a way to answer petitions made by subjects and for the authority to get better information for better ruling. The judicial inquiry following a denunciation or a complaint became one of the duties of subjects towards the power in the Middle Ages, and also a “dialogue” of sorts between the Prince and his subjects. Moreover we have plenty of judicial inquiries about the exercise of seigniorial power that follow the same stages as in a roman-canonical proceeding. Testimony is, by the rituals surrounding it, a confession of dominance, but is always going along with a recognition of the latter which is intrinsic to it. From the 13 th century onward we note an increased number of appeals to jurists and recourses to law that put the seigniorial power on the same level as the sovereign State, which is only considered as an ideological reference in opposition to the former, now considered less outmoded and more equitable.

7Lucien Faggion,

8La preuve testimoniale à l’époque moderne

9Insuffisamment étudiés par les historiens modernistes et les juristes, le témoignage et ses acteurs peuvent livrer de nombreuses clefs de lecture sur les rapports intersubjectifs, les sensibilités collectives, les pratiques politiques, les multiples formes de contraintes morales – celles notamment mises en œuvre par l’Inquisition –, les sources de différends au sein de la communauté (urbaine ou rurale) et les pressions, quelles qu’elles soient. Eloignée de tout dogmatisme, la micro-histoire a sans doute le mieux contribué à exploiter de façon originale les informations fournies par les témoignages, et à dévoiler la vie des sociétés européennes à l’époque moderne. Les ouvrages consacrés à la preuve font ressortir la notion de l’équité et de l’ordre, avancée par les autorités officielles, les acteurs sociaux de la parole et les rapports de force existant entre le pouvoir central et le pouvoir local.

10Proof by testimony in Modern times

11Insufficiently investigated by modernist historians and jurists, the testimony and its actors may offer a lot of clues to interpersonal relationships, collective tendencies, political practices, the many forms of moral constraint – especially those used by the Inquisition –, the origin of disagreements within a urban or rural community, and any kind of pressures. Keeping clear of dogmatism, micro-history has made the best contribution to help exploit the information provided by testimonies, and to reveal European societal life in Modern times. Books about judicial proof underline the notions of equity and order brought forward by official authorities, the witnesses and the balance of power between central and local authorities.

12Laurent Albaret,

13Le témoignage dans les procès d’Inquisition en France méridionale au XIIIe siècle : l’exemple du manuscrit 609 de Toulouse

14Dans le cadre de l’inquisitio generalis dans le Midi de la France au XIIIe siècle, le manuscrit 609 de Toulouse apporte beaucoup à l’histoire de l’Inquisition médiévale méridionale. Ce document des archives du tribunal de Toulouse est un fragment d’une copie de l’enquête de deux inquisiteurs dominicains, Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre, durant les années 1245-1247 dans la région du Lauragais. Il s’intéresse à tout un pays, concerne une centaine de localités et rassemble environ 5 500 dépositions, ce qui donne en fait une réelle valeur au manuscrit et à cette enquête générale, permettant d’approcher avec précision l’importance du témoignage dans la pratique judiciaire.

15Testimony in the Inquisition’s lawsuits in 13 th century Southern France. The example manuscript 609 from Toulouse

16In the framework of inquisitio generalis in the 13 th century South of France, the manuscript 609 from Toulouse makes an important contribution to the history of medieval Inquisition in the South of France. This document from the Toulouse court’s archive is a fragment of a copy of an enquiry made by two Dominican inquisitors, Bernard de Caux and Jean de Saint-Pierre, in the years 1245 to 1247 across the Lauragais region. This enquiry deals with a entire “country”, concerns about a hundred places and gathers roughly 5 500 depositions, which gives the manuscript and this enquiry as a whole a genuine historical value, allowing us to approach very precisely the importance of testimony in the judiciary practice.

17Gabriel Audisio,

18Un Inquisiteur accusé : le poids des témoignages (Provence, 1533)

19Dans les annales judiciaires, la poursuite d’un inquisiteur reste un cas exceptionnel. Le dominicain Jean de Roma, nommé inquisiteur par l’évêque d’Apt, voyait en 1532 ses actions suspendues et une enquête ordonnée par François Ier.

20L’inquisiteur s’intéressait surtout aux vaudois du Luberon. Les deux commissaires chargés de l’enquête entendirent vingt-trois témoins, dont quatorze étaient soit certainement vaudois soit suspectés de l’être. Si leurs témoignages ne pouvaient être entachés de nullité, ils ne pouvaient ne pas l’être de partialité, ce dont les commissaires furent pleinement conscients.

21Il en résulta une série de recommandations accompagnées de toutes les pièces de la procédure. Sur le plan juridique, la conclusion principale fut la constatation d’abus de pouvoir exercé par l’inquisiteur en ayant fait transféré des sujets du roi en terre du pape. Mais les commissaires allèrent plus loin en alertant le roi sur l’importance de l’hérésie en Provence. Cette procédure marqua à la fois la dernière manifestation de l’inquisition médiévale et le début de la poursuite des hérétiques en Provence, prélude aux guerres de religion.

22An inquisitor being accused: the weight of testimonies (Provence, 1533)

23In the history of justice, legal proceedings against an inquisitor remain an exception. The Dominican Jean de Roma, appointed inquisitor by the bishop of Apt, had his lawsuits suspended in 1532 and was subjected to an inquiry by king François I.

24The Inquisitor de Roma was mainly interested by the Waldensians in the Luberon. The two superintendents in charge of the inquiry heard twenty-three witnesses, of which fourteen were either genuine or alleged Waldesians. If their testimonies could not be considered null and void, they certainly could not be unbiased, and the commissioners were well aware of that.

25The outcome was a series of recommendations with all the legal documents in support. On a judicial level, the main conclusion was the finding of abuse of power by the inquisitor who had ordered that subjects of the king be transferred to papal land. But the superintendents went further by warning the king on the real extent of the heresy in Provence. The proceedings were the last manifestation of the Medieval inquisition and at the same time marked the beginning of the prosecution of heretics in Provence, which was a prelude to the Wars of religion.

26Lucien Faggion,

27Témoins, nobles et crimes dans une communauté rurale de la Terre Ferme vénitienne en 1583

28Le procès instruit en 1583 par le Consulat de Vicence, tribunal local qui juge aussi bien au civil qu’au pénal, composé de douze nobles, puis par l’Avogaria di Comun, suprême magistrature d’appel de la République de Venise, permet de cerner le fonctionnement d’une société rurale de la Terre Ferme vénitienne – Trissino –, aux prises avec ses groupes de pouvoir et ses conflits. L’attention prêtée par la justice de Vicence, puis par celle de Venise, à cette localité située dans le nord-ouest de la province de Vicence contribue à cerner l’équilibre social rompu par les différents crimes commandités par le noble Lelio Trissino en 1581 et en 1583, la loi du silence étant enfin brisée grâce à l’instruction du procès et à l’audition de 35 témoins.

29Witnesses, noblemen and crimes in a rural community of the Venetian Terra Firma in 1583

30Investigations conducted in 1583 by the Consulate of Vicenza, a local court composed of twelve noblemen applying civil as well as criminal law, then by the Avogaria di Comun, a supreme court of appeal of the Venetian Republic, bring to light how a rural community of the Venetian Terra Firma – Trissino – worked, with power groups pitted against each other and their conflicts. The attention payed by both courts to this village localized in the north-west of the province of Vicenza helps us pinpoint how the social balance had been upset by several crimes the nobleman Lelio Trissino had financed in 1581 and 1583, because the investigation in progress and the hearing of 35 witnesses had finally broken the law of silence.

Les formes de l’aveu

31Laure Verdon,

32L’aveu à travers les études médiévales.
Bilan historiographique et pistes de recherche

33En latin médiéval, le verbe « avouer » – confiteri, son attribut – confessus – et son substantif – confessio – prennent généralement un sens spirituel et religieux. Dans le cadre des enquêtes, cependant, dont l’usage se développe durant la seconde moitié du XIIIe siècle pour toutes sortes d’objets, la parole des témoins prend la forme et le nom d’une confessio, et l’enquête se donne pour objet d’atteindre la « vérité ». L’enquête en tant que telle – c’est-à-dire le recours à la parole obtenue de témoins – devient une preuve en soi à partir de l’époque carolingienne. Cependant, l’aveu ne doit pas être considéré comme un élément spécifique de la procédure inquisitoire. Car l’aveu n’est jamais donné comme parole spontanée, il s’apparente toujours à une parole contrainte et contrôlée, qu’il convient à tout le moins de solliciter. L’aveu est aussi la parole forcée, arrachée par la Question, dont le processus résulte de la conjonction de deux facteurs : l’évolution des formes de la spiritualité à partir du XIIe siècle, d’une part, et, d’autre part, l’établissement de la procédure inquisitoriale, mise au point dès le début du XIIIe siècle. La confessio, judiciaire en particulier, ou celle qui correspond à la parole de témoins, peut s’entendre comme ce qui est « cru » par celui qui la professe et qui le fait sortir du domaine du mal. De même, dans le cadre d’une enquête, la procédure du credit/non credit vise à établir une vérité fondée sur la parole du témoin qui va accréditer ou non, apporter foi ou pas, au contenu de la question qui lui est posée et appuyer ses dires sur des preuves. Dès lors, l’aveu permet de garantir l’ordre social et politique, fondés précisément sur les notions d’équité et de justice entendue comme le respect de l’état de chaque ordre qui forme la société.

34Confession through medieval studies. A historiographic appraisal and research projects

35In medieval latin, the verb “to avow” – confiteri –, its predicate – confessus – and substantive – confessio – generally assume a spiritual and religious sense. In the framework of enquiries, however, whose usage was on the rise during the 13 th century about any kind of subjects, an assessment by a witness takes the form and name of confessio, and the enquiry’s purpose is to get to the truth. The enquiry as such – i. e. the recourse to assessments by witnesses – becomes a proof per se ever since Carolingian times. However, the confession should not be considered a specific element of the inquisitional proceeding. As a matter of fact confession is never to be taken for a spontaneous expression, it is always similar to a discourse under constraint and control, the judges should at least try to appeal to. Confession is also a forced speech, dragged out of somebody’s throat, by questioning which depends on two factors: an evolution of spiritual concepts since the 12 th century, and the implementation of the inquisitorial proceeding in the early 13 th century. Confessio, especially at court, or the kind corresponding to the word of witnesses, can be understood as what is “believed” by the witness who makes the statement in order to free himself from evil’s grip. And, in the framework of an inquiry, the purpose of the credit worthiness/unworthiness procedure is to establish a truth based on the witness’s word who is to back up or not, believe or not, the content of the question being asked him and base his words on proofs. Then, confession can assure the social and political order, which is precisely based on the notions of equity and justice, understood as the respect of the social orders composing a society.

36Lucien Faggion,

37L’aveu en justice à l’époque moderne

38La place essentielle détenue par l’aveu dans le droit et la société s’explique par la volonté du juge de trouver la preuve, qui autorise l’application d’une sanction que tous attendent, aussi bien les victimes que les prévenus et le corps social. Peu étudiée ces dernières années, la confession (confessio) demande pourtant une approche diversifiée se rapportant à la fois aux écrits des juristes et à ceux des historiens modernistes, attentifs aux champs du juridique, du social, de l’économique, du politique, du culturel qui contribuent à changer et à affiner les perspectives d’analyse. Une telle thématique engage l’ensemble des sciences sociales qui l’abordent en fonction de leurs propres traditions, de la sociologie à la médecine, du droit à l’histoire, de l’économie à la géographie et à la démographie.

39Confession in court in Modern times

40The essential role played by confession in law and society can be explained by the determination of the judge to find proof, which will lead to the enforcement of a penalty expected by everyone, victims, defendants and social body. Not very much investigated lately, the confession (confessio) requires a diversified approach referring to judiciary writers and to modernist historians keen on the judicial, social, economic, political, and cultural fields which will help fine-tune future analyses. Such a set of themes implies the contribution of all social sciences interested in the subject in their own traditional framework, from sociology to medicine, from law to history, from economics to geography and demography.

41Paulette L’Hermite-Leclercq,

42Mort, résurrection et aveu dans les exempla

43Dans la justice des hommes les rapports entre l’aveu et la vérité sont toujours incertains, fluctuants. Au tribunal de Dieu d’où émane la Justice en soi, les rapports entre juge et justiciable sont bouleversés. Le Juge sait tout parce qu’il est précisément « l’instance absolue de vérité ». Or un groupe d’exempla échappe à ce schéma, qui rassemble ceux auxquels le jugement divin accorde de ressusciter. La communication ne retient pas, en effet, les nombreux exempla mettant en scène des revenants qui quittent un instant leur résidence, pour aller informer les vivants que la parfaite et complète contrition est indispensable, non plus que ceux dans lesquels des messagers viennent faire savoir ce qu’il en est en réalité au ciel. Sont également écartés les exempla dans lesquels l’âme sort provisoirement du corps et se trouve avoir accès à l’au-delà. On ne retient donc que les cas où le jugement impose le retour sur terre pour re-vivre. Mais le salut est-il possible s’il n’y a pas d’aveu au prêtre, d’absolution et de satisfaction postérieure ? La réponse dominante est non sauf, justement, miracle et résurrection. La résurrection peut être accordée, en outre, si l’imposture du démon est flagrante, s’il essaie de conduire les âmes en enfer et n’agit pas à visage découvert. Le pécheur peut également avoir oublié des péchés, involontairement ou non. La résurrection permet alors l’aveu qui sauve. Il existe aussi un autre grand type d’exempla, beaucoup moins nombreux, où la mort est suivie de résurrection. Ici il s’agit pour le mort d’expier et si possible de réparer non les fautes envers soi-même mais envers autrui.

44Ces récits de résurrection ont la même finalité que les autres exempla évoquant les rapports entre l’au-delà et l’ici-bas. Mais notre corpus a ceci d’original qu’il impose l’idée que les hommes peuvent mourir au moins deux fois. Car ce qui est nouveau ici par rapport aux résurrections opérées dans la Bible ou dans la littérature hagiographique, c’est la fin en vue de laquelle elles sont accordées. Dieu n’octroie pas le retour sur terre pour que ces chanceux comblent des désirs profanes, son seul but est de permettre à une âme réincarnée d’accéder, après pénitence sur terre, à la joie éternelle. Mais cet octroi gracieux d’une nouvelle chance ne fait que retarder le jugement définitif.

45Death, resurrection and confession in the exempla

46In human justice the relations between confession and truth are always indistinct and fluctuating. At the court of God where real Justice comes from, the relations between judge and those to be tried are disrupted. The Judge knows everything just because he is the “absolute reference of truth”. A set of exempla, however, doesn’t fit in this framework regrouping those who by Divine Judgment are allowed to rise from the dead. As a matter of fact, the document rejects the many exempla in which ghosts are said to leave their dwelling place for a while and inform the living that a complete and sincere contrition is essential, as well as those featuring messengers who come back to reveal what heaven is really about. Equally turned down are the exempla in which the soul temporarily gets out of the body and manages to have access to the next world. The only exempla to be retained are cases in which the judgment imposes a return on earth in order to live again. But is salvation possible if there is no confession to a priest, no absolution and no later satisfaction? In most cases the answer is no, except precisely for a miracle and a resurrection. Moreover, resurrection may be granted if deception by the devil is obvious, if he tries to drive souls to hell and acts slyly. The sinner also may have forgotten some of his sins, unwittingly or not. Then resurrection allows a salvation-granting confession. There is another type of exempla, in which death is followed by resurrection. Here the dead person has to atone for and if possible compensate for the sins committed not toward his or her self but toward other people.

47Such narratives of resurrections serve the same purpose as the other exempla treating of relations between the beyond and this world. But the original feature of our corpus is that it imposes the idea that men may die at least twice. The new thing here, if we compare with resurrections in the Bible or in hagiographic literature, is the purpose for which resurrection is granted: God does not allow a return on earth to some lucky people just for them to fulfil profane wishes. God’s sole aim is to permit a reincarnated soul, after penance on earth, to have access to eternal happiness. Yet this gift of a second chance just delays the Last Judgment.

48Lucien Faggion,

49Un procès sous tension ? Société, vérité et justice à Venise au XVIe siècle

50En 1578, un procès est ouvert sur la demande d’une riche veuve vénitienne, Appolonia Collomba, spoliée de ses biens par un archidiacre de Vicence, Leonardo da Porto, noble issu d’un puissant lignage de la Terre Ferme, aidé par trois complices, dont deux sont originaires de l’aristocratie vicentine et liés aux da Porto : le célèbre avocat Prasildo dalla Volpe, le prêtre Battista Bonagente et, enfin, Elena dall’Oro, probablement une Vénitienne qui fréquente les cercles de pouvoirs de la ville de Vicence et le monde de la judicature de la capitale. Les informations livrées par la plaignante, les témoins et les prévenus, dont l’aveu figure comme la clef de voûte d’une partie de l’instruction, dépassent le cadre contextuel et élargissent les connaissances sur le monde vénitien et les sociétés urbaines du Dominio. La quête de l’aveu dévoile un univers multiforme, aux contours variables, dans lequel apparaissent les nombreux réseaux sociaux et politiques créés entre Venise et la vaste Terre Ferme.

51A tense lawsuit? Society, truth and justice in 16 th century Venice

52In 1578, a lawsuit was open at the request of a rich Venetian widow, Appolonia Collomba, who had been despoiled of her property by a Vicenza archdeacon, Leonardo da Porto, a nobleman from a powerful Terra Firma lineage, with the help of three accomplices, two of them being issued from the Vicenza aristocracy and related to the da Porto’s : the famous barrister Prasildo dalla Volpe, the priest Battista Bonagente and, third, Elena dall’Oro, probably a Venetian woman moving in Vicenza’s powerful circles and the judicial world of the capital. The information given by the plaintiff, the witnesses and the defendants, whose confession appears as the central piece of part of the investigation, go beyond the matter-of-fact context and widen our knowledge of the Venetian world and the urban societies of the Dominio. The quest for confession reveals a many-sided universe, with shifting borders, in which we see the interplay of many social and political networks built up between Venice and the vast Terra Firma.

53Giuliano Ferretti,

54Aveu, désaveu et représentations du ministère de Richelieu (1630-1648)

55L’objectif est d’analyser l’aveu impossible de deux cardinaux de l’Église de France sur des sujets de morale et de politique dans le premier XVIIe siècle. Authentique fiction, reposant sur deux lettres imaginaires publiées en 1631, qui oppose Alphonse de Richelieu, archevêque de Lyon, à Armand, principal ministre de Louis XIII, dont l’auteur est Mathieu de Morgues, brillant polémiste, farouche adversaire du cardinal, fervent défenseur de la reine mère, Marie de Médicis. Une telle confession permet à Mathieu de Morgues de rendre perceptibles les méfaits commis par Richelieu, une virulente dénonciation s’intégrant dans la lutte menée par le polémiste contre le gouvernement, après le départ de la reine mère à Bruxelles. Aussi l’intérêt de cette étude est-il d’appréhender les thèmes et les motivations ayant donné naissance à l’aveu et de rattacher celui-ci à la littérature clandestine d’opposition au gouvernement de Richelieu.

56Confession, retraction and representations of Richelieu’s Ministry (1630-1648)

57Our aim is to analyse the impossible confession of two cardinals of the French Church on moral and political subjects in the early 17 th century. An authentic fiction, based on two forged letters published in 1631, pitting against each other Alphonse de Richelieu, archbishop of Lyons, and Armand, Louis XIII’s chief minister, whose author was Mathieu de Morgues, a brilliant polemist, a fierce enemy of the Cardinal and a staunch defender of the Queen mother, Marie de Médicis. By such a confession Mathieu de Morgues makes the misdeeds committed by Richelieu clearly perceptible, the violent denunciation of the Cardinal being part of the polemist’s struggle against the government, after the Queen mother had left for Brussels. Therefore the interesting side of the study is to find out how the government worked, the themes and motivations that gave rise to the confession and to relate the polemical documents to the underground opposition literature to Richelieu’s government.

58Xavier Soldevila i Temporal,

59La « guerre emporitaine » à travers une enquête de 1346

60Un des conflits les plus graves qui marqua l’histoire de la Catalogne médiévale fut la lutte qui, pendant plus de deux siècles, opposa les rois d’Aragon à leurs puissants vassaux les comtes d’Empúries. Les premiers témoignages de ce conflit datent du début du XIIIe siècle. Pendant toute la durée de cet affrontement, tant les rois que les comtes essayèrent de se procurer, de gré ou de force, le concours des établissements ecclésiastiques et des petits seigneurs de l’Empúries. Cette communication a pour objet de présenter plus spécifiquement la déclaration sous la foi du serment prononcée en 1346 par Francesc, prieur de la communauté d’Augustins de Santa-Maria d’Ullà, énumérant les offenses provoquées pendant plusieurs années par les susdits comtes. Elle se place dans un contexte particulier : en 1345 fut créée une commission d’exécuteurs testamentaires chargée de réparer les outrages commis par les comtes d’Empúries Ponç Ug IV (mort en 1313) et Malgauli (mort en 1322). Cependant, les déclarations du prieur de Santa-Maria d’Ullà représentent plus un acte d’inimitié envers les comtes qu’un témoignage de réconciliation. Les outrages dénoncés portent sur quelques escarmouches, des actes de pure violence contre le monastère et ses biens, l’usage abusif du droit d’ost et chevauchée sur les terres du monastère, les destructions de maisons et ravages de terres placées sous l’autorité des chanoines d’Ullà. Ainsi, sous une forme stéréotypée, qui rappelle la procédure testimoniale suivie dans la rédaction des capbreus, on perçoit toute la violence du monde seigneurial médiéval.

61The “Empúries war” in an enquiry of 1346

62One of the most serious conflicts of Medieval Catalonia was the struggle that pitched against each other the kings of Aragon and their powerful vassals the counts of Empúries. The first testimonies of the conflict can be traced back to the early 13 th century. As long as the confrontation lasted, kings and counts alike tried to get, by force or consent, the aid of church authorities and minor lords of Empúries. The purpose of this paper is to present more precisely the declaration under oath made in 1346 by Francesc, prior of the Augustinian community of Santa-Maria d’Ullà, enumerating all the offences made during many years by the aforesaid counts. The declaration was made in a peculiar context: in 1345 a commission of executors was set up to atone for the offences by the counts of Empúries Ponç Ug IV († 1313) and Malguali († 1322). However, the statements of the prior of Santa-Maria d’Ullà are more a declaration of hostile feelings toward the counts than a pledge for reconciliation. The offences exposed are a few skirmishes, acts of utter violence against the monastery and its possessions, abuse of military authority and cavalcades on the monastery’s fields, houses being destroyed and lands under the authority of Ullà’s canons laid waste. Thus, in a stereotyped form, very similar to the testimonial proceedings followed in the redaction of capbreus, the violence of the seigniorial world can be perceived properly.

63Laure Verdon,

64Aveu et légitimation du pouvoir seigneurial
L’exemple des
capbreus du roi de Majorque (1292-1294)

65Le fonds de la Procuration royale des Archives départementales des Pyrénées orientales conserve une série de sept terriers – ou capbreus – rédigés à la demande du roi Jacques Ier entre 1292 et 1294, et concernant une partie des seigneuries foncières roussillonnaises du souverain. Un capbreu est l’équivalent d’un terrier : il s’agit d’un inventaire de rentes et de biens immeubles dressé sous la forme d’une enquête au cours de laquelle les tenanciers du seigneur concerné viennent déclarer leur tenure et leurs taxes. Ce type d’acte se généralise au XIVe siècle où il prend une forme exclusivement notariale. Les capbreus du roi de Majorque sont un modèle du genre, à replacer dans un contexte politique particulier, celui du royaume de Majorque dans les années 1290 et du conflit qui oppose alors Jacques Ier et son allié capétien Philippe IV au roi d’Aragon Alphonse III. Le conflit soldé par la paix proposée au printemps 1292, le souverain catalan marque alors sa volonté de reprendre en mains le contrôle des terres et des droits possédés en Roussillon. Le choix du terrier répond, ainsi, à des objectifs politiques : le soin apporté à la réalisation des documents et au respect des normes de la diplomatique incite à penser que le revenu fiscal des droits avoués importe sans doute moins que la reconnaissance et l’aveu de la seigneurie royale et la volonté de marquer une emprise forte aussi bien sur la terre que sur les hommes. La procédure suivie est de type inquisitoire et se rapproche, dans la forme et les objectifs poursuivis, d’une démarche judiciaire : il s’agit de faire dire « la vérité » au tenancier interrogé sur ses possessions ainsi que de garantir la validité juridique de l’acte par la présence de témoins représentant la communauté. Pour ce faire, il est nécessaire que le déclarant prête serment au début de son aveu, scène dont les miniatures des frontispices ont gardé la mémoire. L’une des particularités des capbreus du roi de Majorque est, cependant, d’avoir été réalisés sur la base d’aveux recueillis de façon très rapide, entre le 16 septembre 1292 et le 12 février 1294. La présence de témoins locaux ayant souscrits les aveux, la mention parfois de tenanciers absents (terrier de Millas) ainsi que la répartition chronologique des enquêtes invitent à penser que les tenanciers ne se sont pas déplacés jusqu’à Perpignan, mais que le procureur royal est venu sur place. Sans doute a-t-on également usé d’un formulaire stéréotypé, préparé à l’avance et complété après-coup par le notaire royal, sur la base des contrats emphytéotiques. Trois verbes sont employés dans les textes, dont deux en parfaits synonymes : confiteri, sous la forme confessus fuit, recognoscere et dicere. Dicere introduit une étape de plus dans le rituel et souligne aussi l’importance de la parole individuelle dans l’établissement de la relation seigneuriale, le rituel de la parole venant doubler le contenu de l’acte d’emphytéose. En sus des raisons fiscales, la motivation de la rédaction d’un capbreu réside dans la volonté d’affirmer une autorité seigneuriale sur un groupe humain et le territoire qu’il occupe. Une analyse attentive des actes permet, en outre, de préciser le mode de mise en valeur, voire de perception, par les villageois, de l’espace. L’aveu sous serment, étape préparatoire de la rédaction d’un terrier, possède des caractéristiques et une importance intrinsèques car son objectif est, en rendant manifeste par la parole le lien de soumission, de le fixer dans la mémoire collective. Le rituel public de l’enquête accentue ce rôle et contribue à le légitimer.

66Confession and legitimacy of the seigniorial power
Capbreus of the kings of Majorca provide an example (1292-1294)

67The collections of the Royal attorney in the departmental archive of Pyrénées orientales include a series of seven terriers – or capbreus – made at king James I’s demand between 1292 and 1294, and concerning part of his rural lordships in Roussillon. A capbreu is the equivalent of a terrier: it’s an inventory of private incomes and real estate possessions made as an enquiry for which the lord’s feudal tenants come forward to declare their tenure and taxes. This kind of deed came into general use in the 14 th century when it took an exclusive notarial form. The capbreus of the king of Majorca are model examples to be placed back in their peculiar political context, that of the kingdom of Majorca in the 1290s and the conflict opposing James I and his Capetian ally Philip IV to the king of Aragon Alfons III. As soon as the conflict was settled by a peace treaty in the spring of 1292, the Catalan sovereign expressed his will to reassert his control on the lands and rights he had in Roussillon. Choosing the terrier is coherent with political objectives: the special care taken in the realization of such documents and the respect for diplomatic standards encourage us to think that the tax revenue is probably less important than the recognition and admission of the royal lordship and the sovereign’s determination to hold sway over land and people alike.

68The proceeding being followed is of an inquisitorial kind and is very similar, in its shape and aims, to a judiciary approach: the objective is to have the tenants tell “the truth” on their possessions as well as warranting the judicial validity of the deed by witnesses representing the community. To do this, it’s necessary for the informant to take an oath just before his declaration, a scene of which frontispieces’ miniatures can give us a reminder. However, one of the characteristic features of the Majorcan capbreus is to have been made on the basis of quick declarations, between September 16 1292 and February 12 1294. Local witnesses having signed the declarations, occasional mentions of absent tenants (terrier of Millas) as well as the chronological repartition of enquiries lead us to think that the tenants did not show up personally in Perpignan, but that the Royal attorney did come on the spot. No doubt either that a stereotyped form has been used, completed afterwards by the notary royal, on the basis of emphytheotic leases. Three verbs are commonly used in the texts, two of them being perfect synonyms: confiteri, in the form of confessus fuit, recognoscere and dicere. Dicere leads to a further stage in the ritual and captures the importance of individual speech in the seigniorial relationship, the speech ritual being used to confirm the emphytheosis.

69Beyond the fiscal purpose, the redaction of a capbreu is motivated by the will to impose a seigniorial authority on a human community and the territory it lives on. A careful analysis of the deeds allows us to precise the mode of exploitation, and even perception, of their space by the villagers themselves. The declaration under oath, a preliminary step to the redaction of the terrier, shows important characteristics of its own, since its aim is, by uttering in words the act of submission, to settle it deep into the collective memory. The public rituals of the enquiry emphasize the process and help legitimize it.

70Thierry Pécout,

71Confessus fuit et recognovit in veritate se tenere.
L’aveu et ses enjeux dans les reconnaissances de tenanciers en Provence, XIII
e-XIVe siècle

72Après la présentation initiale que nous avions proposée dans « Les actes de reconnaissances provençaux des XIIIe-XIVe siècles : une source pour l’histoire du pouvoir seigneurial », Taviani H. et Carozzi C. (éd.), Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 271-312, et dans sa continuité, il s’agit ici de proposer l’étude d’un cas précis en examinant un registre de reconnaissances prêtées en faveur des héritiers du seigneur de Varages (Var), la famille des Oraison, en 1346. L’examen de la procédure de la reconnaissance, du travail d’élaboration du registre par le notaire, du rituel social qu’elle suppose et qu’une reconstitution de ses diverses phases permet d’appréhender, débouche sur le constat d’un discours d’ordre idéologique, sur une tentative de compréhension du système complexe de la coseigneurie, de la position et des ressources de l’aristocratie. Une édition critique d’une partie de ce registre est également proposée.

73Confessus fuit et recognovit in veritate se tenere.
Confession and its stakes in feudal tenants’acknowledgements in 13 th and 14 th century Provence

74After the presentation we had made in “Provençal acknowledgment deeds in the 13 th and 14 th centuries: a source for the history of seigniorial power”, Taviani H. and Carozzi C. (eds.) in The medievalist and his sources. Questions and methods, Aix-en-Provence, 2004, p. 271-312, and to follow the same line, we propose here to study a particular case in a record of acknowledgements of loans made to the heirs of the Lord of Varages, Var, the Oraison family, in 1346. An examination of the proceeding of recognition, the redaction of the record by the notary, the social rituals involved of which a reconstitution of some stages give us an idea, leads us to notice an ideological discourse, and make a tentative understanding of the complex system of co-lordship, the position and resources of the aristocracy. And also we propose a critical edition of part of this record.

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540