Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Les formes de l'aveu

Confessus fuit et recognovit in veritate se tenere

L’aveu et ses enjeux dans les reconnaissances de tenanciers en Provence, XIIIe-XIVe siècle

Thierry Pécout

Résumé

Après la présentation initiale que nous avions proposée dans « Les actes de reconnaissances provençaux des XIIIe-XIVe siècles : une source pour l’histoire du pouvoir seigneurial », Taviani H. et Carozzi C. (éd.), Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 271-312, et dans sa continuité, il s’agit ici de proposer l’étude d’un cas précis en examinant un registre de reconnaissances prêtées en faveur des héritiers du seigneur de Varages (Var), la famille des Oraison, en 1346. L’examen de la procédure de la reconnaissance, du travail d’élaboration du registre par le notaire, du rituel social qu’elle suppose et qu’une reconstitution de ses diverses phases permet d’appréhender, débouche sur le constat d’un discours d’ordre idéologique, sur une tentative de compréhension du système complexe de la coseigneurie, de la position et des ressources de l’aristocratie. Une édition critique d’une partie de ce registre est également proposée.

After the presentation we had made in “Provençal acknowledgment deeds in the 13 th and 14 th centuries: a source for the history of seigniorial power”, Taviani H. and Carozzi C. (eds.) in The medievalist and his sources. Questions and methods, Aix-en-Provence, 2004, p. 271-312, and to follow the same line, we propose here to study a particular case in a record of acknowledgements of loans made to the heirs of the Lord of Varages, Var, the Oraison family, in 1346. An examination of the proceeding of recognition, the redaction of the record by the notary, the social rituals involved of which a reconstitution of some stages give us an idea, leads us to notice an ideological discourse, and make a tentative understanding of the complex system of co-lordship, the position and resources of the aristocracy. And also we propose a critical edition of part of this record.

Texte intégral

  • 1 Fournier G., Essai sur les origines du terrier en Basse Auvergne, thèse de troisième cycle présenté (...)
  • 2 Pécout Th., « Les actes de reconnaissances provençaux des XIIIe-XIVe siècles : une source pour l’hi (...)

1La reconnaissance paraît fort répandue dans les seigneuries provençales, si l’on en juge par le nombre d’actes nous en ayant transmis la trace depuis le milieu du XIIIe siècle. Elle constitue, dans la perspective d’une réflexion sur l’aveu, un point d’observation fort pertinent, puisque celui-là y occupe une place centrale. Les actes de reconnaissance consignent en effet les déclarations de tenanciers avouant tenir d’un seigneur tel bien et lui devoir telle redevance à telle échéance. Cependant, cette documentation n’a pas suscité beaucoup de recherches, et l’on ne peut guère citer à ce propos que l’ample travail de Gabriel Fournier paru en 19621. Du reste, il m’a déjà été donné naguère de dresser un bilan historiographique sur cette question et je n’y reviendrai pas2.

2La plupart de ceux qui recourent à pareille source le font principalement dans la perspective d’une histoire de l’économie et de la société, de l’anthroponymie ou des représentations spatiales. L’acte de reconnaissance relève en effet de cette catégorie de livres fonciers et de listes de personnes concernant l’histoire de la seigneurie et de sa gestion. Mais il nous paraît bien davantage qu’une documentation comptable, et en examinant le rituel social que son formulaire et sa procédure recèlent, nous y retrouverons l’aveu et le rôle éminent qu’il joue dans la restauration et la perpétuation d’une hiérarchie sociale.

  • 3 Voir note précédente.

3Je n’insisterai pas sur le détail de la réflexion que nous avions menée à propos de la forme et de l’identification de ce genre de document3. Retenons qu’une reconnaissance consiste en une déclaration effectuée par des tenanciers et portant sur leurs tenures et censives, ainsi que sur les redevances versées à leurs seigneurs. Elle propose une identification des possesseurs, des terres et biens, leur localisation, leur statut juridique ou provenance (indivision, héritage, achat…), et les termes de l’échéance du versement. La terminologie désignant la reconnaissance demeure floue : celle-ci apparaît sous des appellations variées, insistant soit sur le contenu, soit sur la forme de ce livre foncier, comme en témoignent les termes de censier, terrier ou encore liève. En outre, elle se manifeste diversement : un acte isolé ou bien rassemblé en un recueil, un registre, quand elle ne se trouve pas insérée au sein d’une enquête domaniale générale ou particulière. Il s’agit ici de s’interroger sur sa structure et sa finalité. Cet acte qui restaure et perpétue le lien du tenancier à son seigneur, tout comme la procédure qui le sous-tend, revêt en effet une signification sociale propre.

  • 4 Pontal O. (éd.), Les statuts synodaux français du XIIIe siècle, 2, Les statuts de 1230 à 1260, Pari (...)
  • 5 A. D. des BdR, B 1019-1038, outre le volume concernant le comté de Vintimille et Val de Lantosque, (...)
  • 6 Fournier G., Essai sur les origines du terrier en Basse Auvergne, thèse de troisième cycle présenté (...)
  • 7 Voir le manuel destiné à la rédaction du terrier, dressé par le feudiste La Poix de Fréminville E. (...)

4C’est surtout après les années 1260 que l’on repère la présence de cette source dans les archives laïques et ecclésiastiques. L’usage de la reconnaissance paraît néanmoins déjà bien diffusé au milieu du siècle, au moins chez l’Église. En témoigne la législation canonique, qui préconise la reconnaissance dont l’intérêt indéniable pour la défense des temporels est reconnu, ainsi dans le synodal de Nîmes composé par Pierre de Sampson pour l’évêque Raymond Amaury dès 12524. Nous avions remarqué que, pour les périodes antérieures, le terme présent dans les inventaires d’archives désignait en fait une reconnaissance de dettes, des aveux d’hommages ou des baux emphytéotiques, et non pas un acte de reconnaissance stricto sensu. Cette dernière doit en effet se distinguer de l’aveu d’emphytéose qui constitue une investiture, en fondant un lien nouveau entre deux contractants soumis à des obligations réciproques. En revanche, l’acte de reconnaissance restaure le lien foncier et réactualise un lien coutumier. Par ailleurs, si l’enquête domaniale consiste en un même type d’opération de comptabilité et de localisation, si elle adopte une méthode similaire en procédant par déclaration de témoins jurés, sa forme en diffère. Elle ne retient dans sa rédaction qu’un sommaire final, évacuant notamment les éléments de la procédure de convocation des témoins. Il s’agit avant tout de récolter des informations sur des revenus et de les consigner. À partir de la fin du XIIIe siècle, la procédure d’enquête domaniale et administrative intègre et annexe les reconnaissances, c’est notamment le cas lors de l’enquête générale menée dans les comtés de Provence et de Forcalquier pour Charles II en 1297-12985. Enquête et reconnaissance finissent ainsi par s’articuler en un même procès d’établissement des droits comtaux. Enfin, pour constituer un même inventaire des censives que la reconnaissance, le terrier reste sans plus un document de gestion seigneuriale6. Il constitue un répertoire des cens et censives ne retenant que les informations finales, même s’il est élaboré sans doute à partir de reconnaissances préalables. D’ailleurs, les terriers ne sont pas intégrés aux procédures d’enquêtes domaniales. Ils constituent une documentation spécifique qui connaît sa propre histoire, en subissant une mise en forme rigoureuse et une normalisation entre les XVe et XVIIIe siècles7. Ils rassemblent ainsi sous forme de registre les lois et usages d’une seigneurie, la condition des personnes et des biens, et se voient authentiqués par le notaire qui les conserve et peut en délivrer une grosse. À partir du XVIIe siècle, le terrier ne peut d’ailleurs se dresser qu’à l’appui d’une lettre royale. Il est possible enfin d’en soutirer des extraits, les lièves de reconnaissances, plus faciles d’emploi, et susceptibles de corrections et de mises à jour. Enfin, si le cadastre offre pour sa part un état seigneurial complet pour une localité donnée, le compoix reste attaché à la définition de l’assiette fiscale de la taille réelle : leur finalité reste distincte de celle de la reconnaissance.

5Au demeurant, la différence essentielle avec tous ces types de documents consiste en ce que la reconnaissance, dans sa structure, place l’aveu en son cœur. Son formulaire, qui préserve les phases de la procédure d’inquisitio, tandis que les déclarants opèrent sub juramento et in veritate, confère à l’acte une indéniable solennité. La reconnaissance revêt la dimension d’un rituel social dont il est temps d’interroger la signification.

  • 8 Département du Var, canton de Barjols. La commune actuelle couvre une superficie de 3511 hectares.
  • 9 A. D. du Var (abrégé désormais en AdV), 4 E 86.
  • 10 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 71v, dette de huit florins restituée par André Martini à Charles d’Orais (...)
  • 11 Ainsi aux folios 4 et 10v mentionnant le terme « tasque », ou 41v par exemple.
  • 12 Une dernière reconnaissance du 4 décembre 1346, de Esmaniarda veuve de Pierre Durandi de Varages, e (...)
  • 13 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 71v.

6Pour éclairer ces considérations générales, nous proposons l’étude d’un recueil précis. Il s’agit du volume consignant les reconnaissances passées à Varages8, une localité de l’actuel département du Var, entre le 20 janvier et le 13 décembre 1346, en faveur des héritiers du seigneur Jacques d’Oraison. Le document se présente sous la forme d’un registre papier, se désignant lui-même comme un quaternus, de 75 folios, aujourd’hui conservé dans le fonds de la communauté de Varages9. Cela signifie-t-il que nous sommes en présence d’un registre initialement détenu par l’universitas castri médiévale ? Sans doute pas, car il comporte une mention des seigneurs du XVe siècle, au dos du cahier, une reconnaissance de dette en faveur de Charles d’Oraison datée du 10 novembre 141110 : il provient selon nous plus vraisemblablement des archives de ce lignage. Il constitue un beau travail de notaire, avec son écriture cursive régulière et sa mise en page soignée. Une même main a opéré des folios 1 à 68. Le registre s’organise ainsi autour de rubriques marginales, situés à gauche, correspondant aux noms des reconnaissants, tandis qu’à droite des déclarations, des récapitulatifs de redevances permettent une comptabilité rapide. Quelques-unes de ces dernières mentions marginales paraissent postérieures, remontant peut-être au XVe ou XVIe siècle11. Des ajouts complètent cet ensemble, entre les folios 68 et 70v. Ils datent de décembre 1346 et semblent procéder de la même main : seule l’encre en paraît plus pâle12. Ces mentions s’avèrent précieuses : elles indiquent que le registre a été confectionné et mis en ordre pour l’essentiel avant décembre 1346, sans doute peu après les premières reconnaissances de janvier et février. On décèle enfin quelques autres brèves mentions finales, celle d’un contrat de mariage le 5 mars 1349 n. st.13, qui peuvent renvoyer à diverses consultations et utilisations du document.

7Nous voilà donc en présence d’un registre de reconnaissances homogène, que nous proposons de lire de manière narrative, en nous efforçant de percer, à travers le formulaire notarial, acteurs, gestes et paroles de ce véritable rituel social.

  • 14 A. D. des BdR, B 8, fol. 116v-117. Sur les circonstances et les facteurs de la création de ce nouve (...)
  • 15 Correns, canton de Cotignac, Var. Devos J.-C., Édition critique du cartulaire de Correns, thèse de (...)
  • 16 Clouzot E. et Prou M. (éd.), Pouillés des provinces d’Aix, d’Arles et d’Embrun, Paris, 1923, p. 105 (...)
  • 17 A. D. des BdR, B 1046, fol. 4v. Ce volume de l’enquête générale et domaniale menée pour Robert d’An (...)

8Car ce recueil répond tout d’abord à une unité de lieu et de temps. Voici donc le castrum de Varages (formes Varaginis ou beaucoup plus fréquemment Varaginibus), au diocèse de Riez, dans la baillie de Barjols depuis l’érection de cette dernière en août 132214, et aujourd’hui dans le même canton. Il est dominé par plusieurs seigneurs. En premier lieu, le prieuré de Correns, situé plus au sud, et dépendant lui-même de l’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Montmajour, près d’Arles15. Dès le XIe siècle, ces moines disposent à Varages de plusieurs églises et, depuis le XIIIe siècle, principalement de Sainte-Marie16. On peut identifier leurs prélèvements casuels, mais leur domaine foncier, si tant est qu’il ait une quelconque importance au XIVe siècle, n’apparaît pas dans une documentation clairsemée. Le comte de Provence dispose aussi de nombreux droits. L’enquête générale menée dans la baillie en août 1333, montre qu’il détient toutes les justices et la connaissance des crimes, les cavalcades, albergue, queste, ainsi qu’un moulin. Mais le mixtum imperium appartient aux coseigneurs17.

  • 18 Oraison, canton des Mées, Alpes-de-Haute-Provence.
  • 19 Chaudon, Clumanc, canton de Barrême, Alpes-de-Haute-Provence.
  • 20 La Roquette, aujourd’hui commune de Montmeyan, canton de Tavernes, Var : on y observe encore les re (...)
  • 21 Pour toutes les mentions biographiques et généalogiques de la famille d’Oraison, je renvoie aux not (...)
  • 22 Papon J.-P., Histoire générale de la Provence, 3, Paris, 1784, p. 53.
  • 23 BnF, ms fr., 32603, fol. 96v.
  • 24 Fuveau, canton de Trets, Bouches-du-Rhône, acheté par Pierre en 1338 ; Lauris et Puyvert, canton de (...)
  • 25 Saint-Clair Baddeley W., Robert the Wise and his Heirs, Londres, 1897, p. 285 ; Léonard É.-G., La j (...)

9Parmi ces derniers, le défunt Jacques d’Oraison reste bien attesté. Sa famille est possessionnée dans la moyenne vallée de la Durance, à Oraison18, ainsi que dans les Préalpes de Digne, dans les localités de Clumanc et de Chaudon19. Un rameau dispose de droits à proximité de Varages depuis le milieu du XIIIe siècle : il contrôle ainsi la seigneurie péagère de La Roquette, près d’un point de franchissement du Verdon surveillé par le comte, Quinson20. Jacques, seigneur de Varages et de La Roquette, est régulièrement signalé à partir de 133321. Marié en 1312 à Laure de Roquemartine, il gravite dans l’entourage comtal et mène une carrière au sein de l’administration locale à la fin du règne de Robert d’Anjou. Il devient ainsi viguier de Marseille en 1335, fonction que d’autres membres de la famille ont occupé et occuperont après lui. Jacques d’Oraison est également attesté au royaume de Naples, il est présent aux côtés de Charles de Calabre en 132822 et porte le titre de stratigète du roi en 133323. Il teste en mars 1343 et meurt vraisemblablement peu après, assurément avant janvier 1346. Il est l’ami de Pierre de Cadenet, seigneur de cette localité, mais aussi de Lauris, Fuveau, Puyvert et Varages24. Ce haut personnage, justicier de la Terre de Labour en 1333 et bénéficiant de nombreuses rentes et possessions dans le Regno, devient chambellan du roi Robert, son conseiller, et accomplit pour lui plusieurs missions de confiance, comme lorsqu’il est dépêché auprès de l’hôtel d’André de Hongrie en 1333. En 1343, après avoir assisté le 27 janvier à la lecture et à la copie du testament de son maître au Castel Nuovo, le voilà procureur de la reine Jeanne en octobre, pour recevoir en son nom les hommages de la cité de Marseille, et il accomplit cette même année des séjours diplomatiques en Avignon et en Provence. Corégent de la cour de la Vicairie de Naples, il est nommé maître rational de Provence en 134425. Jacques devient son beau-père lorsque Pierre de Cadenet s’unit à Tiburge d’Oraison. Il se remarie avec Francesca de Santo Framonto à Naples et meurt après juillet 1351.

  • 26 Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 789-791, 797, 803-805, 823. Je sig (...)
  • 27 BnF, ms fr., 32603, fol. 96v. Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 801- (...)

10Avec les Oraison, nous sommes ainsi en présence d’un milieu homogène, issu d’une noblesse provençale ancienne, articulé en Provence par ses alliances matrimoniales avec des groupes familiaux d’envergure similaire, tels les Agoult, les Sabran, les Castellane dans un premier temps, puis les Cadenet et les Roquemartine. Au XIVe siècle, ce milieu contracte de nouvelles alliances avec des lignages installés plus récemment en Provence, à la faveur du développement de nouvelles institutions princières. Ainsi, la fille d’Elzéar, Burgue, s’allie au fils d’Arnaud de Trian, neveu de Jean XXII, possessionné depuis 1319 à proximité des biens des Oraison26. Ce réseau gravite dans l’entourage royal et constitue en ce début de règne de Jeanne un parti soucieux de ses intérêts aussi bien dans le Regno que dans le comté, exerçant des charges publiques et bénéficiant en retour de divers avantages. Il s’agit aussi sans nul doute de spécialistes de l’administration, voire des finances, disposant d’une formation juridique probable. Les Oraison semblent toutefois d’une envergure limitée : Jacques ne dote sa fille Philippa en 1343 qu’à hauteur de 1 500 florins, ce qui le distingue quelque peu de lignages comme les Agoult, les Castellane, les Sabran ou même les Blacas27. Si l’essentiel du pouvoir et de la fortune dont disposent Jacques et ses proches ne se résume nullement à la seigneurie de Varages, celle-ci en constitue néanmoins pour lui l’une des assises territoriales, domaniales et patrimoniales.

  • 28 Du Roure S., Les Anciennes familles de Provence, 2, Maison d’Albe : marquis de Roquemartine, Paris, (...)
  • 29 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 70.
  • 30 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 64v-65 : « Guillelmus Raynaudi de Mollegesio » : Mollégès, près d’Arles, (...)
  • 31 A. D. du Var, fol. 64v, le 17 février 1346. Guillaume Raynaudi de Mollégès, habitant Varages, prête (...)
  • 32 Sur les Castellane, Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 700-708.
  • 33 A. D. du Var, 11 B Varages (copie papier, XVIIe siècle), acte dressé le 4 avril 1364, et citant l’h (...)
  • 34 De même, d’autres reconnaissances sont passées à Varages en faveur de ses héritiers en 1386. Archiv (...)
  • 35 Clumanc, canton de Barrême, Alpes-de-Haute-Provence.

11Au début de l’année 1346, la famille est représentée par les héritiers de Jacques d’Oraison, désignés indifféremment dans le registre par le terme collectif d’« heredes ». En premier lieu, il s’agit de sa veuve, Laure d’Albe de Roquemartine, qui décède en 137228. Son procureur Guillaume Raynaudi veille localement sur ses intérêts d’usufruitière. Ce Guillaume est en effet un habitant de Varages, il apparaît parmi les reconnaissants, reçoit certaines déclarations dans sa propre maison en décembre 134629 et semble originaire de Provence rhodanienne30. Viennent ensuite les enfants de Jacques, représentés aussi par ce même Guillaume Raynaudi. Elzéar d’Oraison est le seul qui soit explicitement nommé dans le recueil, ainsi que son frère Bertrand qui n’agit qu’en qualité de témoin31. Seigneur de Varages et de La Roquette, Elzéar est en effet devenu chef du lignage au décès de son père. Il épouse Béatrice de Castellane Allemagne, un rameau d’une fort ancienne maison nobiliaire de Provence centrale, implantée depuis le XIIIe siècle à proximité de la cité épiscopale de Riez et au sud du diocèse32. En mars 1363, Elzéar prête hommage pour le quart de Varages et reconnaît le merum imperium comtal sur ses diverses possessions33 ; il dispose aussi dans les années 1370 de droits à Cadenet. Il exerce localement des charges publiques, soit au sein de communautés, en tant que cominal de Digne en 1364, ou bien pour l’administration comtale, comme viguier de Marseille en 1365. Il reçoit des reconnaissances à Varages en 1369, initialement conservées dans les archives des Forbin, fonds aujourd’hui malheureusement dispersé34. Il meurt vers 1381. Il a quatre frères : Jean, coseigneur de Clumanc35, attesté jusqu’en 1376, Baudet, qui seconde son frère aîné Elzéar à la viguerie de Marseille en 1366, Bertrand, viguier de Draguignan, décédé en 1363 et qui épouse Tiburge de Sabran, et enfin Raybaud qui succède à son frère à la viguerie de Draguignan. On lui connaît aussi cinq sœurs, Marguerite, Philippa, Claire, Alix et enfin Tiburge, l’épouse de Pierre de Cadenet. Ce dernier couple dispose d’une maison à Varages et y réside en 1346 : c’est là que seront prêtées les reconnaissances de janvier et février, celles de décembre étant passées chez Elzéar.

  • 36 A. D. des BdR, B 1046, fol. 4v.
  • 37 Sur les proclamations et criées publiques : Hébert M., « Voce preconia : note sur les criées publiq (...)
  • 38 A. D. du Var, 4 E 87, parchemin, le 12 février 1300 n. st., un acte de reconnaissance pour Simon Ar (...)

12Ce document obéit aussi à l’unité d’action. Au nom de ces héritiers, Guillaume Raynaudi adresse ainsi un mandement au baile seigneurial de Varages, Guillaume de Nans. Ce notaire, maître et discretus vir, est un notable local. En août 1333, il est l’un des probi viri qui déposent devant l’enquêteur royal Leopardo da Foligno au sujet des droits royaux dans la localité, aux côtés d’un chanoine de Barjols, d’un coseigneur, de Pierre Fornerii et d’un jurisconsulte36. Au début de l’année 1346, pour assurer la prise de possession des héritiers, il s’agit de faire prêter des reconnaissances en leur faveur, le notaire Augier Thomas étant chargé de les mettre en forme. C’est ainsi qu’est prononcée une præconizatio pour le 20 janvier 1346, citation à comparaître et convocation des habitants sous peine de confiscation de leur possessio. La formule est courante dans les reconnaissances, même si l’on rencontre aussi l’amende qui sanctionne le refus ou l’oubli de la prestation37. Mais ce passage peut parfois s’omettre dans l’acte final, comme le montrent les reconnaissances prêtées en février 1300 dans la localité voisine de La Verdière, qui ne consignent que les aveux proprement dits, sans protocole, ou bien encore les formules concises du registre de reconnaissances de l’évêque de Gap en 132138.

  • 39 Baratier É, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, Paris, 1961, p. 145-146.

13Ce sont ainsi cent quarante-deux personnes qui se rendent auprès du notaire afin de déclarer leurs possessions et les redevances afférentes, principalement entre le 20 janvier et le 19 février. Viennent deux ajouts postérieurs pour des reconnaissances effectuées les lundi 4 et mercredi 13 décembre suivants. Les déclarations sont allées bon train, le calendrier des reconnaissances comportant une première phase continue, du vendredi 20 au vendredi 27 janvier, sans interruption, et rassemblant jusqu’à une vingtaine de personnes par jour. Puis on enchaîne d’autres déclarations, le dimanche 29 janvier, le vendredi 17 et le dimanche 19 février. Dans cet ensemble, se distinguent ainsi cinquante-sept patronymes différents, au génitif masculin ou féminin, et se transmettant au fils ou à la fille. Trente et une déclarantes (environ 23 % du total) sont mentionnées seules ou bien en tant que « femme de », tandis que trois femmes sont représentées par leur mari ou beau-père, et qu’une autre apparaît aux côtés de son frère. Quasiment tous et toutes résident à Varages, quelques rares personnes seulement habitent Barjols et Tavernes, des localités toute proches. En comparaison du poids démographique probable du castrum et de son territoire, nous sommes en présence d’une proportion non négligeable de la population villageoise. En 1303-1304, on y dénombre en effet 75 feux de queste et 80 en 1315-131639. Si on leur adjoint environ 25 % de feux non contribuables, on obtient une localité regroupant un peu moins d’une centaine de feux, ce qui peut donner une population de l’ordre de quatre cents habitants. Les déclarants représentent dont plus du tiers de la population du village, et sans doute presque chaque foyer est concerné par une ou plusieurs reconnaissances.

14Chaque déclarant vient le plus souvent en famille. On peut raisonnablement supposer que l’ordre de consignation des déclarations correspond à l’ordre chronologique de ces dernières, ce que semble suggérer la mise en page particulière du registre. Ainsi, après la mention de l’année et la notification, viennent les reconnaissances organisées par le scribe selon deux principes. Soit divers paragraphes se succèdent, introduits par le nom du déclarant puis par des item, le plus souvent à propos de membres d’une même famille ; soit chaque nom de déclarant est précédé d’un protocole avec la mention de l’année, du jour, sous forme abrégée ensuite pour le même jour. Sans doute cette double mise en page traduit-elle des sortes de sessions de reconnaissances : on fait comparaître devant le notaire soit un groupe de personnes, soit des personnes isolées.

  • 40 Celle-ci est à rapprocher de celle de l’aveu d’hommage, qui paraît antérieurement attestée. Ainsi, (...)

15Chacun reconnaît en son nom, ou bien par procuration dont nous n’avons pas de trace écrite. Mais les actes de procuration devaient être rares. Le plus souvent en effet, nous sommes en présence de représentations morales – l’aîné pour le puîné, le père pour le fils, le mari pour la femme –, qui devaient faire foi d’elles-mêmes. On se présente ainsi devant le notaire, dans la maison de Pierre de Cadenet, pour effectuer la déclaration. L’aveu, que l’on peut quelquefois doubler d’un serment, est oral, comme le suggère l’expression systématiquement utilisée « confessus fuit et recognovit », mais il est transcrit selon une formule stéréotypée40 :

Confessus fuit et recognovit se tenere sub dictis dominio et senhoria dictorum heredum quondam Jacobi de Auraysono, possessiones et res subscriptas, cum eorum juribus et pertinenciis, sitas in castro et territorio de Varaginibus…

16Le détail des possessions est ensuite donné et consigné, ce qui pose d’ailleurs problème au notaire Augier Thomas pour certains termes de toponymie locale, tel cet Heulapeyratea qui connaît plusieurs variantes, ou bien un « post castrum » à l’évidence latinisé. La nature du bien est précisée (vigne, terre, pré, maison, casal, moulin, paroir…), tout comme sa localisation avec la mention de microtoponymes et de confronts, et les redevances annuelles, dues le 29 septembre, à la Saint Michel, quelquefois en nature, mais le plus souvent en argent.

17Le procureur des héritiers, Guillaume Raynaudi, ordonne alors la rédaction d’un instrumentum publicum de ces déclarations, autrement dit leur mise en forme. Elle est ponctuée par la mention de l’actum, du lieu et des témoins, le plus souvent des habitants ou même d’autres reconnaissants. Cela suppose sans doute que le notaire Augier Thomas prenne en notes les déclarations sur un brouillard. Il rédige ensuite une brève. Mais l’élaboration précise du registre pose une série de problèmes non résolus. Le registre dont on dispose est-il en définitive une copie ou une expédition d’un document conservé par le notaire, ou est-ce plus probablement l’unique résultat de la mise en forme notariale ? Chaque déclaration donne-t-elle lieu à un acte écrit indépendant dont on connaît par ailleurs beaucoup d’exemples ? Le registre serait alors une mise en forme plus commode, proche d’une brève. Ou bien, hypothèse toutefois peu plausible selon nous, les notaires travaillent-ils selon deux formes, rédigeant des actes indépendants et des registres ?

  • 41 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 2v-4v.
  • 42 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 11v-12.
  • 43 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 28-29v.
  • 44 Duby G., « La seigneurie et l’économie paysanne dans les Alpes du sud en 1338 », dans Études Rurale (...)

18C’est ainsi un échantillon de la société villageoise et de ses hiérarchies qui se profile. Mais nous n’insisterons pas sur cet aspect qui ne recoupe que secondairement le présent propos. Le plus souvent, les tenanciers déclarent quelques biens, en moyenne cinq, des terres, des vignes, des prés, des maisons, ou des ferrages et casalia, parfois des moulins et paroirs. Une dizaine de personnes se détachent nettement du lot. Ainsi ce Pierre Berengarii, notaire de Varages, qui dispose de deux maisons, trois ferrages, quatre vignes et une part d’une autre, un casal, deux prés, huit terres. Sept de ces possessions seulement sont grevées de redevances, au total une tasque, une charge d’orge, six pites et vingt-deux deniers. Tout le reste est « franc et libre »41. Sans doute un parent, le prêtre Bertrand Berengarii, qui dispose d’un défens proche de celui de Pierre, possède en outre une maison, un ferrage, un pré, une vigne et deux terres42. Guillaume Audeberti déclare pour sa part sept terres, un défens, une part de moulin, cinq vignes, deux parts de tasques, deux prés, un jardin, tandis que son épouse Hélène avoue neuf terres, une maison, un casal, deux prés, deux ferrages, un défens, deux parts de moulins, une part d’hospitium et un jardin, dont la grande majorité est libre de redevances43. Bérenger Autrandi enfin, reconnaît tenir un casal, trois jardins, six terres, cinq vignes, un bois de pin, deux défens, une ferrage, une granica, deux parts de moulins, une part de lesde, outre les deux près de sa femme Huga. Il est exempt de fournage. Il ne doit pour l’ensemble que trente et un deniers, trois charges d’avoine et d’orge, et deux pites. C’est peu de choses au regard du salaire quotidien d’un moissonneur, une douzaine de deniers, ou d’un faucheur, qui gagne le double à la fin des années 1330 en Provence centrale44.

  • 45 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 60, Pierre Montanatii les doit pour une maison ; les redevances les plus (...)
  • 46 Elle paraît avoisiner le vingtième dans la communauté voisine de Montmeyan et la Roquette en novemb (...)
  • 47 Stouff L., « Une enquête économique en Provence au XIVe siècle », dans Le Moyen Âge, 23, 1968, p. 5 (...)

19En général, parmi les redevances se dénombrent quantité de prestations monétaires, en moyenne quelques deniers, mais dont le montant varie d’une demi pite à quatre sous et sept deniers coronats45. Les versements en nature portent sur les céréales, l’orge et le blé avant tout, et très marginalement le méteil (mescolura), le seigle et les raisins, ou de rares volailles à propos de jardins ou de maisons notamment ; ils concernent aussi les terres à tasque, dont le montant n’est pas précisé46. De très nombreuses tenures se trouvent libres et franches. Certains, qui ne paraissent pas appartenir à une quelconque noblesse, si l’on en juge par l’absence de titulature, disposent eux-mêmes du dominium et senhoria sur quelques biens : ils doivent aux coseigneurs des droits de mutation. Au total, mais sans dénombrer le produit des tasques, des droits de mutation et quelques prélèvements marginaux, l’ensemble des redevances monétaires rapporte aux coseigneurs un peu plus de 72 sous, auxquels s’ajoutent une vingtaine de charges (poniaderia, la pougnadiero ou le picotin à l’époque moderne) d’orge, une cinquantaine de blé et un peu plus d’une quarantaine indifférenciées. Cet apport en céréales, de l’ordre d’un peu moins de 250 litres ou 185 kilogrammes, pour peu qu’il soit commercialisable, n’est sans doute pas négligeable pour le revenu seigneurial, en période de forte tension sur les prix de vente47.

  • 48 Poppe D., Économie et société d’un bourg provençal au XIVe siècle : Reillanne en Haute-Provence, Wr (...)

20La contrainte seigneuriale n’apparaît guère pesante à Varages, seigneurie apparemment bien intégrée dans les échanges monétarisées, communauté hiérarchisée et inégalitaire, peuplée densément de tenanciers aux allures d’exploitants libres, dont certains possèdent ad feudum francum48. L’aveu de tous rappelle cependant le lien immémorial qui les attache à leurs seigneurs, et souligne que, s’il passe par la terre et son exploitation, par la médiation de la transaction monétaire, il ne se limite pas à la sphère du foncier, mais détermine une condition, un ordre coutumier indépassable et un lien hiérarchique qui confine presque à un ordonnancement politique à l’échelle locale.

  • 49 Sur les malaservi de Castellane en 1341 et le problème de la dépendance : Samaran C.-O., « Note sur (...)
  • 50 Mais les récriminations de la communauté ne portent pas alors sur les redevances foncières ni sur l (...)

21De ce registre émane en définitive comme une impression de consensus social, ce qui dès lors confère à ce type de document une dimension idéologique : voilà toute une collectivité qui défile devant son seigneur pour reconnaître ce que chacun lui doit. Rien n’y transparaît des tensions et ruptures qui peuvent marquer les relations à l’égard du dominus, hormis la fraude et sa répression auxquelles la præconizatio fait une brève allusion. Sans doute qu’en 1346 la société rurale connaît encore un certain équilibre, et à Varages nous ne sommes pas en présence de communautés où règne une forte dépendance : rien de commun ici avec ces malaservi ou ces plebei rencontrés en haute Provence49. Mais la reconnaissance n’est guère plus disserte, alors que d’autres documents, insistant il est vrai sur les autres droits et prélèvements seigneuriaux, constituent autant de signes de tensions accumulées, que ce soit de la part de particuliers ou des universitates castri. L’atteste aussi la réflexion polémique menée par des juristes tels le Dracénois Pierre Antiboul († av. 1357), dans son traité De muneribus, à propos des injustifiables immunités et privilèges de noblesse. Et les difficultés économiques de la deuxième moitié du siècle modifieront considérablement pareil équilibre. Alors, la reconnaissance pourra s’inscrire aussi dans un effort plus large de reprise en main du lien seigneurial, sous la forme d’une « réaction seigneuriale » attachée à réactiver monopoles, signes ostensibles de supériorité ou de dépendance, comme la mainmorte, à l’image de ce qu’observe Henri Bresc aux Arcs en 1366 à propos de la seigneurie des Villeneuve50.

  • 51 Pécout Th., « Les mutations du pouvoir seigneurial en haute Provence sous les premiers comtes angev (...)

22La prestation de la reconnaissance formule un rituel social centré sur l’aveu. Non pas l’aveu comme parole libératoire, qui reconnaît la faute, le crime et la transgression de l’ordre. Mais l’aveu comme parole instaurant et restaurant un lien fondé sur un échange matériel, foncier, – ce qui le rend juridiquement assez proche de la reconnaissance de dette –, en l’occurrence un statut, ou plus précisément une hiérarchie. En outre, l’exemple que nous avons analysé apparente la reconnaissance à un rituel de prise de possession à la suite d’une succession. On peut discuter de l’intérêt économique de la prestation de reconnaissance. Elle nécessite sans doute pour son élaboration des dépenses importantes, vraisemblablement justifiées par la volonté de préserver la rente seigneuriale. Cet aspect est indéniable, mais il ne nous paraît pas central. Ce qui est en jeu ici, c’est un ordre social que la reconnaissance rappelle périodiquement, car il est susceptible de sombrer facilement dans l’oubli, du fait de l’injure du temps, certes, mais aussi de la place occupée par la coseigneurie dans l’univers du castrum provençal, système complexe au possible, qui rend confuse toute espèce d’appartenance et de lien hiérarchique51. En cela, dans ce même effort de restauration et de perpétuation de l’ordre social, l’aveu de reconnaissance rejoint-il pleinement l’aveu judiciaire.

Reconnaissances à Varages pour la famille d’Oraison 20 janvier-13 décembre 1346

23Registre dressé par le notaire Augier Thomas pour les reconnaissances passées à Varages (canton de Barjols, Var), entre le 20 janvier et le 19 février 1346 n. st. – avec deux compléments les 4 et 13 décembre 1346.

24Reconnaissances prêtées par les habitants de Varages, et d’autres de Barjols et de Tavernes, en faveur des héritiers de feu Jacques d’Oraison, par mandement adressé au notaire et baile de Varages Guillaume de Nans par Guillaume Raynaudi, procureur de la veuve Laure d’Albe, usufruitière des biens, et des héritiers de Jacques. 142 déclarants se présentent successivement. Les reconnaissances sont passées dans la maison de Pierre de Cadenet, miles, gendre de Jacques d’Oraison et époux de Tiburge, devant témoins, celles de décembre 1346 chez Elzéar d’Oraison et chez Guillaume Raynaudi.

  • 52 Rolland H., Monnaies des comtes de Provence, XIIe-XVe siècles, Paris, 1956, p. 140-143.

25Écriture cursive régulière et soignée du folio 1 au folio 68, une seule rédaction, une seule main, rubriques marginales (noms des déclarants, récapitulatifs partiels de redevances). Ajouts des 4 et 13 décembre 1346, folios 68-70v : même main, encre différente. Mentions aux folios 71v (10 novembre 1411), 72v (5 mars 1349 n. st.), 74v (4 décembre 1346) et 75 (12 novembre 1411). Le registre utilise comme unité monétaire le denier coronat reforciat et ses subdivisions du quart (pite) et de la moitié (obole), tels qu’ils ont été définis en mai 1330 puis en 133952.

Archives départementales du Var, 4 E 86, registre papier relié, original, 75 folios

26[fol. 1]

27Quaternus continens recognitiones serviciorum, tascharum et aliorum quorumque censuum, possessionum castri de Varaginibus, que tenentur sub dominio et senhoria heredum quondam egregii et potentis viri domini Jacobi de Auraysono militis, compositus et scriptus per me Augerium Thomassum notarium voce petitionis publice per castrum de Varaginibus divulgata anno Domini millesimo tricentesimo quadragesimo quinto, die X° mensis januarii, XIIIIe indictionis.

  • 53 Sans doute plutôt Fabri.

28Anno Domini millesimo tricentesimo quadragesimo quinto, die XX° mensis januarii, notum sit cunctis tam presentibus et futuris quod discretus vir magister Guillelmus de Nantis bajulus et notarius de Varaginibus pro dominis dicti loci ad postulationis instantiam et requisitionem Guillelmi Raynaudi procuratoris hegregie et potentis domine Laure Albe ususfructuarie bonorum et hereditatis quondam egregii et potentis viri domini Jacobi de Auraysono militis dicti loci domini et condomini de Varaginibus, ususque fructuarie bonorum hereditatis dicti quondam domini Jacobi ad tempus, percepit et immixit Bertrando Frabri53 nuncio et procuratori proprio dicti loci presenti et audienti quatenus per castrum de Varaginibus et in locis consuetis more solito prout infra et facta dicta preconizatione faciat debitam relationem.

29Mandamentum est dominorum de Varaginibus et eorum bajuli quod omnis persona dicti castri de Varaginibus ejuscumque conditionis constet que teneat et possideat possessiones sub dominio et senhoria heredum domini Jacobi de Auraysano quondam militis domini dicti loci et condomini de Varaginibus, quod illas recognoscet Guillelmo Raynaudi procuratori dictorum heredum cum debito servicio et consueto sub pena amissionis possessionis.

30Cum nuncius hyens et paulopost rediens, dictam preconizationem fussissime per dictum castrum et in locis consuetis prout ipse commandatus, de quibus omnibus dictus procurator petiit sibi fieri publicum instrumentum. Actum Varaginibus in domo domini Petri de Cadeneto, testes fuerunt vocati et rogati magister Petrus Berengarii notarius, Raymundus Audeberti Dytternis dicti loci.

31[fol. 1v]

32Anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo quinto, die XXo mensis januarii, notum sit cunctis presentibus et futuris quod dominus Jacobus Durandi presbiter de Varaginibus, suo nomine et voce ac nomine domini Hugonis Duranti equidem presbiteri ad ipsius procuratoris instantiam confessus fuit publice et recognovit nomine suo et quo supra tenere sub dictis dominio et senhoria dictorum heredum quondam domini Jacobi de Auraysono possessiones et res subscriptas cum eorum juribus et pertinenciis sitas in castro et territorio de Varaginibus.

  • 54 Église Saint-Pothin, au sud du village actuel.

33In primis quamdam vineam sitam in territorio de Varaginibus loco dicto post Castrum prope ecclesiam Sancti Fotini54, confrontatam ab una parte cum vinea Guillelmi Rebolli et cum vinea heredum quondam Hugonis Vincentii vel de Artiga et cum vinea Durandi Selloni pro qua servit et servire confitetur suo et quo supra nomine dictis heredibus anno quolibet in festo sancti Michaelis dimidiam poniaderiam ordei.

  • 55 La Verdière, canton de Rians, Var.
  • 56 Ici Michaellis, partout ailleurs Michaelis.

34Idem suo et quo supra nomine quamdam terram sitam in dicto territorio loco dicto Allapeytea que confrontatur ab una parte cum territorio seu partita territorii de castri de Verderia55 et cum terra heredum Raymundi Berengarii quondam dicti loci de Varaginibus, pro qua servit et servire confitetur anno quolibet dictis heredibus in festo sancti Michaelis56 tres obolos.

35[fol. 2]

36Anno et die quibus supra, Stephanus Durandi dicti loci de Varaginibus ad instantiam dicti procuratoris quo supra nomine stipulanti, confessus fuit tenere sub dictis dominio et senhoria dictorum heredum possessiones subscriptas cum eorum juribus et pertinenciis sitas in castro et territorio de Varaginibus.

37In primis quamdam terram sitam in dicto territorio de Varaginibus loco dicto Henlapeyratea confrontatam ab una parte cum terra predictorum dominorum Jacobi et Hugonis Durandi et cum terra Berengarii Astraudi pro qua servit anno quolibet dictis heredibus in dicto festo sancti Michaelis obolum.

38De quibus omnibus dictus Guillelmus Raynaudi procurator et procuratorio nomine dictorum heredum petiit sibi fieri publicum instrumentum.

39Actum Varaginibus in domo domini Petri de Cadaneto militis condomini dicti loci, testes fuerunt vocati et rogati Petrus Vidalis, Fulco Montannatii, dicti loci.

  • 57 Molégès, canton d’Orgon, Bouches-du-Rhône.

40Anno et die quibus supra, notum sit cunctis presentibus et futuris quod subscripti homines de Varaginibus ad postulationis instantiam et requisitionem Guillelmi Raynaudi de Mologesio57 habitatoris dicti loci de Varaginibus, confessi fuerunt publice et recognoverunt tenere sub dominio et senhoria heredum quondam domini Jacobi de Auraysono militis dicti loci domini et condomini de Varaginibus, pro suo nomine quo supra stipulanti possessiones subscriptas cum eorum juribus et pertinenciis sitas in territorio de Varaginibus.

41[fol. 2v]

  • 58 Barjols, ch. l. de canton, Var.

42Item Johannes Fornerii dicti loci de Varaginibus confessus fuit tenere in veritate sub dominio et senhoria dictorum heredum quamdam vineam sitam in dicto territorio loco dicto in Podio de Jannuario que confrontatur ab una parte cum vinea Raymundi Airudi et cum camino quo itur Barjolium58, et cum vinea Hugonis Portanerii de qua confitetur servire anno quolibet in festo sancti Michaelis unam poniaderiam ordei.

  • 59 domo répété.

43Item Johannes Arnaudi de Varaginibus confessus fuit tenere sub dictis dominio et senhoria heredum predictorum quamdam domum sitam in castro predicto de Varaginibus confrontatam ab una parte cum domo59 Petri Giperii et cum domo Guillelmi Rostangi ex parte altera, pro qua servit et servire confitetur anno quolibet in festo Sancti Michaelis dictis heredibus unam quarteriam ordei.

44Item magister Petrus Berengarii notarius de Varaginibus confessus fuit tenere sub dictis dominio et senhoria dictorum heredum quamdam domum cum suis juribus et pertinenciis sitam in castro predicto de Varaginibus confrontatam ab una parte cum domo heredum quondam Guillelmi Berengarii et cum domo alia ipsius magistri Petri pro qua servit et servire confitetur anno quolibet in festo sancti Michaelis dictis heredibus sex denarios.

45Idem quamdam domum sitam in dicto loco de Varaginibus confrontatam ab una parte cum domo Guillelmi Raynaudi et cum domo Hugonis Rostangi pro qua servit et servire confitetur anno quolibet in festo sancti Michaelis dictis heredibus tres denarios.

46[…]

47[fol. 40v]

  • 60 La localisation à Oraison est manifestement erronée, compte tenu de la suite.

48Anno die et indictione quibus supra [26 janvier 1346] notum sit cunctis presentibus et futuris quod subscripte persone castri de Varaginibus ad postulationis instantiam dicti procuratoris quo supra nomine stipulanti confessi fuerunt et publice recognoverunt tenere possidere sub dictis dominio et senhoria possessiones subscriptas sitas in castro et territorio de Auraysono60.

  • 61 Erreur probable du scribe qui écrit Grombranni mais se corrige dans la mention marginale.

49In primis Doysolina uxor (quondam) Guillelmi Gombranni61 de Varaginibus ad ipsius procuratoris instantiam confessa fuit et recognovit tenere possidere sub dictis dominio et senhoria quamdam domum sitam in dicto castro de Varaginibus confrontatam ab una parte cum domo Ayceline Rostannesse et cum domo alia ipsius recognoscentis ex parte altera.

  • 62 ortum est répété.

50Idem quemdam ortum62 situm in dicto territorio loco dicto ad Libram confrontatum ab una parte cum orto Guillelme Poterie et cum orto ejus sororis ex parte altera.

51Idem quamdam vineam sitam in dicto territorio loco dicto Hermmanal confrontatam ab una parte cum vinea Elene Rostannesse et cum vinea nobilis Blaquerie Cornuti ex parte altera.

52Idem sextam partem quam recepit in quodam molandino et quodam paratorio simul contiguis sitis in riperia molandinorum castri de Varaginibus vocato Molandino Claustrorum confrontatis ab una parte cum molandino de Ponte et cum orto ipsius recognoscentis ex parte altera.

53Idem quemdam ortum situm in dicto territorio loco dicto super Tunetum confrontatum ab una parte cum orto Hugonis Saturnini et cum molandino Claustrorum ex parte altera, pro quo servit pictam.

54Idem quamdam granicam sitam in dicto territorio loco dicto ad Collam confrontatam ab una parte cum granica Petri Bertrandi et cum granica Elene Rostannesse ex parte altera, pro qua servit anno quolibet in festo sancti Michaelis obolum.

55[fol. 41]

56Idem etiam sextam decimam partem quam recepit in quibusdam molandino et paratorio de Ponte situato in riperia molandinorum de Varaginibus confrontatis ab una parte cum molandino vocato Claustrorum et cum molandino vocato Blanconeto ex parte altera.

57Idem quamdam ferraginem sitam in dicto territorio loco dicto Allafos confrontatam ab una parte cum ferragine Isnardi (be) Rebolli quondam et cum ferragine Guillelmi Rostangi ex parte altera.

58Idem quoddam pratum situm in dicto territorio loco dicto ad Prata confrontatum ab una parte cum prato Raymundi Fontisnove et cum prato heredum quondam Petri Ginaterii ex parte altera.

59Idem quamdam terram sitam in dicto territorio loco dicto ad Rosetum confrontatam ab una parte cum terra Hugonis Saturnini et cum terra Elene Rostannesse ejus sororis ex parte altera.

60Idem quamdam terram sitam in dicto territorio loco dicto ad Derotallum confrontatam ab una parte cum terra Durandi Lilianterii et cum terra Berengarii (morina) Montannatii ex parte altera.

61Idem quamdam aliam terram sitam in dicto territorio loco dicto in Cumba de Laurentio confrontatam ab una parte cum vinea Bertrandi Danielli et cum terra heredum quondam Guillelmi Stopharii ex parte altera.

62Idem quamdam vineam sitam in dicto territorio loco dicto post Castrum confrontatam ab una parte cum vinea Guillelmi Blanque et cum terra Elene Rostannesse ejus sororis ex parte altera.

63[fol. 41v]

64Idem quamdam terram sitam in dicto territorio loco dicto ad Caminum Dellastellas confrontatam ab una parte cum terra heredum quondam Guillelmi Moynerii et cum terra quondam Jacobi Rebolli ex parte altera.

65Idem quoddam pratum situm in dicto territorio loco dicto ad Lonam Dellamorta confrontatum ab una parte cum riali et cum vinea Hugonis Guitardi ex parte altera.

66Idem quoddam pratum situm in dicto territorio loco dicto in Podio Januari confrontatum ab una parte cum deffenso Berengarii Ruffi et cum deffenso Elene Rostannesse ex parte altera.

67Idem quoddam casale situm in dicto territorio de Varaginibus confrontatum ab una parte cum domo heredum Guillelmi Dodoni quondam et juxta domum Guillelmi Raynoardi ex parte altera.

  • 63 possessionibus est répété.
  • 64 Ce lectus désigne-t-il un droit sur les funérailles concernant le lit du défunt et son legs à une é (...)

68Pro quibus possessionibus63 supradictis que servicium non nominant particulare, confessa fuit dicta Doysolina Rostanessa servire anno quolibet heredibus quondam domini Jacobi de Auraysono scilicet quinque denarios refforciatos et obolum et septem poniaderias annone et ordei pro medietate et medietatem unius lecti64 quem facere tenetur anno quolibet quandocumque fuit requisita per heredes predictos vel alterum nomine ipsorum.

69Qua recepit salvo jure commissionis ut supra.

70De quibus omnibus dictus procurator petiit sibi fieri publicum instrumentum. Actum ut supra testes Petrus Adhemarii, Stephanus Durandi, Hugo Portanerii.

71[…]

72[fol. 67v]

  • 65 Sans doute Auriac, commune de Brue-Auriac, canton de Barjols, Var.

73Anno et die quibus supra [19 février 1346] notum sit cunctis presentibus et futuris quod Raynaudus de Auriaco65 de Varaginibus ad postulationis instantiam et requisitionem Guillelmi Raynaudi (de) procuratoris nobilis et potentis viri Alsiasii de Auraysono filii et heredis quondam domini Jacobi de Auraysono militis dicti loci domini et condomini de Varaginibus, confessus fuit publice et in veritate suo juramento prius prestato se tenere possidere sub dominio et senhoria dicti nobilis Alsiasii heredis predicti res subscriptas cum eorum juribus et pertinenciis sitas in territorio castri de Varaginibus.

  • 66 Vintimille. Les Vintimille sont possessionnés dans le territoire voisin de La Verdière à la suite d (...)
  • 67 Pour senhoriam.

74In primis dominium et senhoriam et servicium quos recepit in quodam casali Petri et Bertrandi Giperii fratrum de Varaginibus sito in castro de Varaginibus confrontato ab una parte cum stabulo domini Henrici de Vintimilio66 et juxta domum dictorum fratrum ex parte altera, quam sennoriam67 et dominium si venderentur per ipsum Raynaudum, laudarentur per dictum nobilem Alsiasium.

  • 68 Ce nom est ajouté.

75Idem dominium et senhoriam et servicium quos recepit in quibusdam vinea et terra simul contiguis <Petri Stopharii>68 sitis in dicto territorio loco dicto ad Rummal confrontatis ab una parte cum vinea dicti Petri Stopharii et cum Riali de Redonello, quam sennoriam et servicium si venderentur per ipsum Raynaudum, laudarentur per dictum nobilem Alsiasium heredem memoratum.

76[fol. 68]

  • 69 Tavernes, ch.-1. de canton, Var.

77Quam recognitionem dictus procurator recepit salvo jure commissionis citationis servicii non soluti vel aliter qualiscumque, de quibus petiit sibi fieri publicum instrumentum. Actum Varaginibus in loco predicto testes fuerunt vocati et rogati Johannes Martini, Raymundus Bernardi de Tabernis69.

78Anno Domini millesimo CCCXLVI die IIII° mensis decembri XVe indictionis, notum sit cunctis presentibus et futuris quod subscripte personne castri de (Auraysono) Varaginibus ad postulationis instantiam procuratoris supradicti confesse fuerunt tenere et tenere velle et possidere sub dominio et senhoria predictorum possessiones et res subscriptas cum eorum juribus et pertinenciis sitas in territorio et castro de Varaginibus.

79In primis Biatrix Ponteria confessa fuit publice et in veritate recognovit se tenere, possidere, tenere et possidere velle sub dominio et senhoria predictis quamdam terram sitam in Podio Dausam que confontatur ab una parte cum terra Petri Brunerii et cum terra Johannis Barranne ex altera, pro qua servit et servire tenetur anno quolibet dicto nobili Alsiasio in festo sancti Michaelis VI (I) II denarios.

80[fol. 68v]

81Anno et die quibus supra Raymunda relicta quondam Raymundi Arnaudi dicti loci nomine Hugeti filii sui et dicti quondam magistri Raymundi, confessa fuit tenere sub dictis dominio et senhoria quamdam domum sitam in castro de Varaginibus in carreria recta, que confrontatur ab una parte cum domo Raymundi Berengarii et cum domo Raymundi Arnaudi ex parte altera et cum domo Bertrandi Lorenqui ex altera pro qua servit anno quolibet dicto termino tres denarios.

82De quibus omnibus dictus procurator petiit sibi fieri publicum instrumentum. Actum Varaginibus in domo dicti nobilis Alsiasii, testes fuerunt vocati et rogati Guillelmus Arnaudi de Varaginibus, Jacobus Massoti de Auraysono.

83Anno Domini millesimo CCCXLVIo, die XIIIo mensis decembri XVe indictionis, notum sit cunctis presentibus et futuris quod Hugo Raynoardi de Tabernis confessus fuit ad instantiam predicti procuratoris se tenere, possidere, tenere et possidere velle sub dictis dominio et senhoria (quamdam) mediedatem domus sit (am) e in castro de Varaginibus confrontate ab una parte cum domo uxoris Petri Guintardi et cum domo Jacobi Rostangui quondam, de qua confitetur servire annis singulis in festo sancti Michaelis (unam quarteriam ordei) medietatem unius quarterie ordei.

84Idem quamdam terram sitam in dicto territorio loco dicto Podio Delram confrontatam ab una parte cum terra Johannis Martini et cum terra Raymundi et Guillelmi Moynerii ex parte altera de qua facit tascham.

85[fol. 70]

86Anno, die et indictione quibus supra, notum sit cunctis presentibus et futuris quod Petrus Salvati de Varaginibus nomine Hugonis Salvati ejus fratris ad ipsius procuratoris instantiam et requisitionem confessus fuit et in veritate solempniter nomine quo supra recognovit tenere sub dictis dominio et senhoria quoddam casale situm in castro de Varaginibus ad Vinegultum confrontatum ab una parte cum domo Hugonis Montannatii et cum casale Raymundi Salvati ex parte altera de quo servit anno quolibet in festo sancti Michaelis heredibus predictis quondam domini Jacobi de Auraysono novem denarios.

87Idem quamdam vineam sitam in dicto territorio loco dicto ad Gurgum Maurelli confrontatam ab una parte cum vinea Petri Salvati et cum vinea Hugonis Guitardi ex parte altera, francham et si venderetur laudarent dicti heredes et laudimiam haberent.

  • 70 Tavernes, ch.-1. de canton, Var.
  • 71 Montmeyan, canton de Tavernes, Var.

88Idem nomine quo supra (confrontatam ab una parte cum) quamdam terram sitam in dicto territorio loco dicto de Heulanellaneda confrontatam cum territorio de Tabernis70 et cum camino quo itur ad Monte Meianum71 ex parte altera, francham prout vineam predictam.

89Nichil aliud servit.

90Quam recepit ut supra dictus procurator de quibus omnibus petiit sibi fieri publicum instrumentum. Actum Varaginibus in domo Guillelmi Raynaudi eo fuerunt vocati et rogati Johannes Martini et Raymundus Guerra de Varaginibus.

91ACVM = Actes concernant les vicomtes de Marseille, Gerin-Ricard E. de et Isnard É (éd.), Monaco-Paris, 1926.

92CB = Chartes de Notre-Dame de Bertaud, Guillaume P. (éd.), Gap-Paris, 1888.

93COC = Chartes de l’ordre de Chalais, Roman d’Amat J. -C. (éd.), Ligugé-Paris, 1923.

94ERC = Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Baratier É (éd.), Paris, 1969.

95RACP = Recueil des actes des comtes de Provence (1196-1245), Benoit F. (éd.), Monaco-Paris, 1925.

96RCA = I registri della cancellaria angioina ricostruiti, Filangieri R. et al. (éd.), Naples, 1950 sq.

1

Roman J., Obituaire du chapitre de Saint-Mary de Forcalquier (1074-1593), Digne, 1887, p. 23, décédé un 13 avril.

2

A. D. des BdR, B 278 et ACVM, n° 234 : hommage au comte.

3

Teste en 1185.

4

RACP, n° 56.

5

BnF, fr., 32603, fol. 93. Ce tome provient de l’ensemble resté manuscrit, fonds français, 32601-32603, le Nobiliaire de Provence, par Dominique Robert, 1693, organisé par noms de famille classée alphabétiquement. On voit mal ce que l’érudit veut ici désigner par le terme de « vicaire », si ce n’est un viguier de Forcalquier. Imbert est témoin d’un échange entre le comte et l’archevêque d’Aix. Cette référence ne concerne pas le Guillaume ci-contre.

6

Adha, H 2 : COC, 1, n° 88.

7

Adha, H 2 : COC, 1, n° 88.

8

Adha, H 2 : COC, 1, n° 88.

9

RACP, n° 199. Il est évoqué mais non présent.

10

BnF, fr., 32603, fol. 93.

11

Adahp, AC Digne, E DEP, BB.

12

A. D. des BdR, 56 H 5316, 22 avril 1248. Il s’agit probablement de la Delphine de Puimichel évoquée en 1271, BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

13

A. D. des BdR, 56 H 4666.

14

BnF, fr., 32603, fol. 93. 56 H 4666 : Guillaume semble mort avant cette date où ses fils transigent avec l’Hôpital de Manosque.

15

BnF, fr., 32603, fol. 93.

16

BnF, fr., 32603, fol. 96v. Après s’être remariée avec Guillaume de Signes-Évenos, elle teste en 1308.

17

A. D. des BdR, 56 H 5316, 22 avril 1248.

18

A. D. du Var, 1 H 7 bis, 23 juillet 1252 : exemption de péage accordée aux Chartreux de Montrieux. ERC 1, n° 351 : achat de droits à Varages.

19

A. D. des BdR, B 88, fol. 619v et Leclerc de Juigne de Lassigny E. de, Généalogie de la maison de Castellane, Première partie : des origines à la perte de Castellane (987-1262), Lyon, 1912, p. 89-96.

20

BnF, fr., 32603, fol. 93.

21

BnF, fr., 32603, fol. 93. Sa veuve règle une affaire pendante entre elle et ses fils d’une part, et la commanderie des Hospitaliers de Saint-Maurice de l’autre et concernant des droits accordés par une Delphine de Puimichel et ses fils Jacques et Raybaud. Cette Delphine est probablement celle qui est citée en 1248. La lecture de Robert de Briançon est peut-être erronée.

22

BnF, fr., 32603, fol. 93.

23

A. D. des BdR, B 363, traduit par Baratier É., Documents de l’histoire de la Provence, Toulouse, 1971, p. 76-80 ; accord entre les cinq coseigneurs d’Oraison et la communauté, 1265.

24

A. D. des BdR, B 88, fol. 629.

25

BnF, fr., 32603, fol. 93.

26

CB, n° 66. Il est improbable que ce Guillaume, oncle de Raymonet en 1250 soit le frère de Jacques d’Oraison, nous pensons qu’il s’agit plutôt de son beau-frère. Son épouse Béatrice, citée dans cet acte, est-elle une fille de Delphine d’Oraison ?

27

Raybaud A., Inventaire général et raisonné des titres de la commanderie de Saint-Jean de Marseille et ses membres et dépendances, 1701, A. D. des BdR, 56 H 21, fol. 243-252. On remarque en outre la présence d’un Jacques d’Oraison aux côtés de Charles Ier lors des campagnes pour la conquête du royaume de Sicile. Cf. Pollastri S., « La noblesse provençale dans le royaume de Sicile (1265-1282) », dans Annales du Midi, 100, 1988, p. 432, sans référence de source.

28

BnF, fr., 32603, fol. 93. 56 H 4666.

29

BnF, fr., 32603, fol. 93.

30

Raubaud A., Inventaire…, 56 H 21, fol. 243-252.

31

A. D. des BdR, B 88, fol. 630.

32

BnF, fr., 32603, fol. 93. 56 H 4666.

33

BnF, fr., 32603, fol. 93. Il reçoit de son oncle Jacques des biens à Oraison, Paillerols et Puimichel.

34

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Différend avec son oncle Jacques.

35

BnF, fr., 32603, fol. 93.

36

RCA, 8, n° 730, p. 245. Marié à une certaine Huguette, ce Jacques aurait pu tout autant être identifié avec le précédent, mais les notes supra nous incitent à penser qu’il s’agit du même individu mentionné après 1292, époque probable de la mort du Jacques précédent.

37

Boüard A. de, Actes et lettres de Charles Ier roi de Sicile concernant la France (1257-1284), Paris, 1926, n° 657.

38

BnF, fr., 32603, fol. 93, accord concernant son mariage.

39

RCA, 27/1, n° 295, p. 48 ; RCA, 27/1, n° 109, p. 112. Un Jacques « de Aurione » (sic) est mentionné en RCA, 27/1, n° 228, p. 164. RCA, 27/1, n° 780, p. 367. RCA, 27/2, n° 205, p. 403 rapporte un Jacques de « Arraxone » (sic).

40

RCA, 10, n° 505, p. 125.

41

CB, n° 66. Raymonetus d’Aurayson est témoin d’une donation consentie par Guillaume de Moustiers-Ventavon à Notre-Dame de Bertaud. Il est qualifié de fils de Jacques d’Oraison et de nepos de Guillaume de Moustiers-Ventavon. Il est improbable que ce terme doive se traduire ici par « petit-fils ». L’époux de Delphine, la mère de Jacques, devait être déjà décédé en 1248 puisqu’il n’est même pas cité.

42

A. D. des BdR, B 1501. Un R. d’Oraison reçoit 50 livres du sénéchal Pierre de Voisins pour sa participation aux opérations militaires en Lombardie.

43

BnF, fr., 32603, fol. 93.

44

Nicollet F.-N., « Renseignements et documents tirés des archives de la cathédrale de Gap et de la Métropole d’Embrun au XVIIe siècle », dans Annales des Alpes, 9, 1905-1906, p. 81. Doit-on rétablir Foulques de Pontevès ?

45

Un viguier de Marseille porte ce nom en 1299 : Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale en Provence au XIVe siècle : catalogue et étude des carrières, thèse de doctorat présentée à l’université de Montréal, 1996, n° 795, p. 515 ; et de nouveau en 1302 : GCN, Marseille, Valence, 1899, col. 950.

46

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Á cette date Jacques et Raymond sont mineurs et placés sous la tutelle de leur mère qui est veuve.

47

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Il hérite des possessions de son oncle Jacques. Ibid., inventaire des biens de son oncle effectué en 1304 par Tiburge de Sabran.

48

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

49

Elle teste à cette date, BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

50

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

51

A. D. des BdR, B 1112, fol. 20. BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. : acte cité dans un document de 1354 et où Rostaing de Sabran a négocié avec Jacques d’Oraison le mariage de Tiburge.

52

GCN, Marseille, col. 950. Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale…, n° 795, p. 515.

53

Bib. Inguimbertine, Carpentras (désormais BI), Ms. n° 1850, fol. 67-69. Ce volume issu du fonds Peiresc contient une généalogie des Oraison à partir du XVe siècle (fol. 65) et généalogie des Cadenet-Oraison (fol. 67-69). Ce Jacques d’Oraison est, d’après Peiresc, un compagnon de Pierre de Cadenet († 1351), chambellan du roi Robert et maître rational (Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 1921, p. 224-225).

54

A. D. des BdR, 56 H 4720, 10 août 1341. En fait, on ignore l’origine exacte des liens avec les seigneurs de La Roquette.

55

Il teste en mars 1343 : BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. ; A. D. du Var, 4 E 86 : cahier de reconnaissances passées en faveur de ses héritiers par la communauté de Varages. Ils ne sont pas nommés, à l’exception d’Elzéar, mais ce sont évidemment les enfants de Jacques cités ci-dessous.

56

D’après Peiresc, Jacques aurait eu une seule fille mariée à Pierre de Cadenet et mère de Robert de Cadenet, décédé avant 1369. BI, Ms. n° 1850, fol. 69.

57

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

58

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

59

Lieutenant de son frère Elzéar, viguier de Marseille : Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale…, n° 794, p. 515.

60

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

61

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

62

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

63

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

64

A. D. des BdR, B 558.

65

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

66

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

67

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

68

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Son mariage a été négocié à cette date entre Jacques d’Oraison et Rostaing de Sabran. Ibid. : une quittance pour le versement de la dot est attestée en 1354.

69

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

70

Viguier de Draguignan, il remplace son frère Bertrand à son décès : Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale…, n° 793 et 796, p. 514-515.

71

Il est maître rational en 1344-1351, date de son décès : Cortez F., Les grands officiers…, p. 224-225.

72

BI, Ms. n° 1850, fol. 69. Il est tuteur de son neveu Perret en 1369, d’après Peiresc.

73

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Il est coseigneur de Riez en 1372, Adahp, E 166/206.

74

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

75

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

76

Il est viguier de Draguignan à sa mort, survenue entre le 12 juin et le 30 septembre. Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale…, n° 793, p. 514.

77

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

78

A. D. du Var, 4 E 86.

79

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

80

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

81

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

82

A. D. du Var, 4 E 86.

83

A. D. des BdR, B 1139, fol. 39v. Il acquiert contre 500 florins le merum imperium sur Oraison.

84

Son rôle durant la guerre contre les hommes d’Arnaud de Cervole a été signalé par Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale…, n° 794, p. 515. Voir, pour les années 1357 et 1361, Léonard É. G.,, 3, p. 335, note 1, et 450. En 1358, il est commissaire aux fortifications pour la communauté de Riez : Adahp, E 166/206.

85

A. D. des BdR, B 1139, fol. 39v.

86

A. D. du Var, 11 B, Varages (copie papier du XVIIe siècle). Il est coseigneur d’un quart de Varages et reconnaît à la reine Jeanne le merum imperium sur Oraison, La Roquette et Varages. Il est cominal de Digne à cette date : Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale…, n° 794, p. 515.

87

Il est viguier de Marseille en 1365 et 1366 : Bonnaud J.-L., Les agents locaux de l’administration royale…, n° 794, p. 515. Son frère Baudet l’assiste comme lieutenant en 1366.

88

Reconnaissances à Varages, Archives des Forbin, aujourd’hui perdues.

89

BI, Ms. n° 1850, fol. 69.

90

BnF, fr., 32605, fol. 251v. Ce tome rassemble des Mélanges sur la noblesse et l’histoire de Provence, XVIIe siècle, par D. Robert et N. Peiresc. Elzéar d’Oraison est aussi seigneur de Cadenet.

91

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Le Bertrand évoqué est plus vraisemblablement celui-ci que l’un des fils de Jacques d’Oraison ci-dessus.

92

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Fille naturelle.

93

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

94

BnF, fr., 32605, fol. 252.

95

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq. Robert de Briançon le qualifie de neveu de Jacques d’Oraison. Il s’agit plus vraisemblablement de son petit-fils.

96

Adahp, 1 E 112 et 113 pour toutes ces dates. Jacques est coseigneur de Clumanc et seigneur de Chaudon ; il reçoit des reconnaissances à Clumanc en janvier 1392 n. st. et à Chaudon en mars 1394 n. st. Il est sans doute fils de Jean ci-dessus, coseigneur de Clumanc, et peut-être frère de Bertrand ci-contre.

97

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

98

Adahp, 1 E 112 et 113 pour ces deux dates et 1375. En décembre 1394, Bertrand reçoit des hommages liges pour des biens à Clumanc.

99

Cité par Forbin d’Oppède M.-P., Monographie de la terre et du château de La Verdière et des familles qui l’ont successivement possédé sans interruption du Xe au XIXe siècle, Marseille, 1880, p. 35, note 1.

100

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

101

BI, Ms. n° 1850, fol. 69.

102

BnF, fr., 32603, fol. 93 sq.

103

BnF, fr., 32605, fol. 251 v. Pierre est seigneur de Cadenet, Puivert, Beaumont, Varages et Bézaudun. Elzéar d’Oraison est son seul héritier en 1374.

104

BI, Ms n° 1850, fol. 69 et Forbin d’Oppède M.-P., Monographie…, p. 35, note 1.

Notes

1 Fournier G., Essai sur les origines du terrier en Basse Auvergne, thèse de troisième cycle présentée à l’université de Paris, 1962 (dactylographié). Plus récemment, voir aussi Laffont P.-Y., Châteaux, pouvoirs et habitats en Vivarais, Xe-XIIIe siècles, Thèse de doctorat d’histoire de l’art et archéologie présentée à l’université de Lyon II, 1998. Les actes de reconnaissances sont souvent intégrés dans une réflexion portant sur la dépendance et les hommages serviles, alors qu’ils concernent souvent aussi les tenanciers libres, comme chez Chomel V., « “Francs” et “Rustiques” dans la seigneurie dauphinoise au temps des affranchissements », dans Bulletin philologique et historique du comité des travaux historiques. Actes du 90e congrès national des sociétés savantes tenu à Nice, 1965, Paris, 1968, p. 285-308.

2 Pécout Th., « Les actes de reconnaissances provençaux des XIIIe-XIVe siècles : une source pour l’histoire du pouvoir seigneurial », dans H. Taviani et C. Carozzi, Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, PUP, Aix-en-Provence, 2004, p. 271-312.

3 Voir note précédente.

4 Pontal O. (éd.), Les statuts synodaux français du XIIIe siècle, 2, Les statuts de 1230 à 1260, Paris, 1983, § 101, De recognitionibus, p. 351 : que les rectores « faciant fieri recognitiones et publica instrumenta » pour les biens placés « sub dominio et jurisdictione ecclesiarum ». Voir aussi Decretum Grat., C. 12, q. 2, c. 64 (Fr. 707-708), sur la nécessité d’attester sa conditio.

5 A. D. des BdR, B 1019-1038, outre le volume concernant le comté de Vintimille et Val de Lantosque, aux A. D. des Alpes-Maritimes, NI Paesi, Mazzo 14/2 (1er cahier). Bautier R.-H. et Sornay J., Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, I, Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la maison de Savoie, 1, Archives des principautés territoriales et archives seigneuriales, Paris, 1968, p. 36-37. Les lettres de commission adressées par le roi Robert au lieutenant du sénéchal Raynaud de Lecto, le 5 juillet et le 28 octobre 1297, désignent aux enquêteurs leur mission et énumèrent l’ensemble des circonscriptions à visiter dans les comtés provençaux.
Brochier G., Barcelonnette, la ville et le territoire d’après les enquêtes comtales de 1291 et 1297, Diplôme d’études supérieures d’histoire présenté à l’université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence, 1970 (dactylographié) [portant sur le volume B 1026, folios 1-120] ; Brochier G., « Le terroir de Barcelonnette à la fin du XIIIe siècle », dans Provence historique, 21, 1971, p. 299-315. Venturini A., Enquêtes générales de Charles II et Léopard de Fulginet (parties concernant la Viguerie de Nice) : textes annotés et précédés d’une introduction, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1977 (dactylographié) ; du même, Évolution des structures administratives, économiques et sociales de la viguerie de Nice (mi XIIIe -mi XIVe siècles) à travers les enquêtes générales de Charles Ier d’Anjou (1252), Charles II (1298) et Léopard de Fulginet (1333), thèse de l’École nationale des chartes, Paris, 1980 (dactylographié). Martin C., Saint-Rémy de Provence d’après les enquêtes comtales de Charles II d’Anjou et de Robert d’Anjou (1299-1332). Édition et commentaires, Diplôme d’études supérieures d’histoire présenté à l’université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence, 1974 (dactylographié) ; de la même, « Saint-Rémy de Provence d’après les enquêtes comtales de Charles II et de Robert Ier d’Anjou (1299-1332) », dans Études vauclusiennes, 16, 1976, p. 23-29 ; Martin C., « Le terroir de Saint-Rémy aux XIIIe et XIVe siècles d’après les enquêtes comtales de Charles II et de Robert Ier d’Anjou », dans Provence historique, 27, 1977, p. 25-37 ; Portier Martin Chr., Les enquêtes domaniales des comtes de Provence Charles Ier, Charles II et Robert d’Anjou (milieu XIIIe -début XIVe s.). Présentation d’une source, apports et limites, Diplôme d’Études Approfondies présenté à l’université d’Aix-Marseille I, Aix-en-Provence, 1987 (dactylographié).

6 Fournier G., Essai sur les origines du terrier en Basse Auvergne, thèse de troisième cycle présentée à l’université de Paris, 1962 (dactylographié).

7 Voir le manuel destiné à la rédaction du terrier, dressé par le feudiste La Poix de Fréminville E. de, Traité de jurisprudence sur l’origine et le gouvernement des communes ou communaux des habitans des paroisses et seigneuries, Paris, 1763.

8 Département du Var, canton de Barjols. La commune actuelle couvre une superficie de 3511 hectares.

9 A. D. du Var (abrégé désormais en AdV), 4 E 86.

10 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 71v, dette de huit florins restituée par André Martini à Charles d’Oraison. Le folio 75 et dernier comporte aussi une mention du 12 novembre 1411 d’un certain Jean Coqui.

11 Ainsi aux folios 4 et 10v mentionnant le terme « tasque », ou 41v par exemple.

12 Une dernière reconnaissance du 4 décembre 1346, de Esmaniarda veuve de Pierre Durandi de Varages, et rappelant une transaction, se trouve isolée au folio 74v.

13 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 71v.

14 A. D. des BdR, B 8, fol. 116v-117. Sur les circonstances et les facteurs de la création de ce nouveau ressort administratif, voir Pécout Th., Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence : les hommes, la terre et le pouvoir dans le pays de Riez, doctorat présenté à l’université d’Aix-Marseille I, 1998 (dactylographié), p. 865-868.

15 Correns, canton de Cotignac, Var. Devos J.-C., Édition critique du cartulaire de Correns, thèse de l’École nationale des chartes, Paris, 1953 (dactylographié) ; Colin M.-G., « Le temporel du prieuré de Notre-Dame de Correns : mise en place, caractères, évolution, XIe-début XIIIe siècle », dans Provence Historique, 1983, p. 243-266.

16 Clouzot E. et Prou M. (éd.), Pouillés des provinces d’Aix, d’Arles et d’Embrun, Paris, 1923, p. 105. Pécout Th., Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 192-198.

17 A. D. des BdR, B 1046, fol. 4v. Ce volume de l’enquête générale et domaniale menée pour Robert d’Anjou dans la baillie de Barjols est en cours d’édition, sous la responsabilité de Francine Michaud, de l’université de Calgary (Alberta, Canada).

18 Oraison, canton des Mées, Alpes-de-Haute-Provence.

19 Chaudon, Clumanc, canton de Barrême, Alpes-de-Haute-Provence.

20 La Roquette, aujourd’hui commune de Montmeyan, canton de Tavernes, Var : on y observe encore les restes du château seigneurial. Quinson, canton de Riez, Alpes-de-Haute-Provence.

21 Pour toutes les mentions biographiques et généalogiques de la famille d’Oraison, je renvoie aux notes du tableau de parenté reproduit en annexe, ainsi qu’à ma thèse, Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 729-733.

22 Papon J.-P., Histoire générale de la Provence, 3, Paris, 1784, p. 53.

23 BnF, ms fr., 32603, fol. 96v.

24 Fuveau, canton de Trets, Bouches-du-Rhône, acheté par Pierre en 1338 ; Lauris et Puyvert, canton de Cadenet, Vaucluse.

25 Saint-Clair Baddeley W., Robert the Wise and his Heirs, Londres, 1897, p. 285 ; Léonard É.-G., La jeunesse de Jeanne Ière, reine de Naples et comtesse de Provence, 1, Monaco-Paris, 1932, p. 151 et 162. Envoyé une première fois auprès du pape Clément VI, il est aussi chargé d’une mission diplomatique infructueuse auprès du dauphin en juin 1343, Léonard É.-G., La jeunesse…, p. 272-276 ; procureur de la reine auprès de Clément VI afin d’éviter l’administration du Regno par un légat en octobre de la même année, ibid., p. 297 et 299 et 322, puis de nouveau en 1344, ibid., p. 342 et 347. Pour l’hommage de la cité de Marseille, désignation de Pierre de Cadenet avec le sénéchal Hugues de Baux comte d’Avellino, le comte de Mileto Ruggiero de San Severino et le comte d’Ariano Guillaume de Sabran : A. D. des BdR, B 176, fol. 105-105v. Pierre de Cadenet est possessionné à Castiglione et Collefegato, près de Rieti, et à Antrodoco ; il est châtelain d’Introdacqua et de Borgo à la suite d’une concession du roi Robert en 1331 et en 1341 (ibid., p. 272, note 1) ; il bénéficie en outre de rentes diverses et d’exemptions sur ses seigneuries de Cadenet et Puyvert, Léonard É.-G., La jeunesse de Jeanne Ière …, 2, p. 55 en 1345 et 1346. Il est surtout corégent de la cour de la Vicairie jusqu’en octobre 1348, date à laquelle il se voit retirer cet office malgré l’appui du pape, et maître rational depuis 1344, ibid., 2, p. 69. Cortez F., Les grands officiers royaux de Provence au Moyen Âge, Paris-Aix-en-Provence, 1921, p. 224.

26 Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 789-791, 797, 803-805, 823. Je signale aussi Augier É., Arnaud de Trian et son temps, premier vicomte de Tallard, Gap, 2002.

27 BnF, ms fr., 32603, fol. 96v. Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 801-803.

28 Du Roure S., Les Anciennes familles de Provence, 2, Maison d’Albe : marquis de Roquemartine, Paris, 1906. Roquemartine se trouve dans la commune d’Eyguières, chef-lieu de canton, Bouches-du-Rhône.

29 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 70.

30 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 64v-65 : « Guillelmus Raynaudi de Mollegesio » : Mollégès, près d’Arles, canton d’Orgon, Bouches-du-Rhône. Il dispose à Varages de deux maisons, d’une vigne et d’une terre, pour lesquelles il verse 21 deniers et une obole, et une charge et demie d’orge et d’annone.

31 A. D. du Var, fol. 64v, le 17 février 1346. Guillaume Raynaudi de Mollégès, habitant Varages, prête alors ses propres reconnaissances, à la réquisition d’Elzéar, en faveur de l’ensemble des héritiers de Jacques d’Oraison ; Bertrand d’Oraison figure parmi les témoins, fol. 65. Le 19 février suivant, c’est également à la réquisition d’Elzéar que Raynaud d’Auriac fait sa déclaration, fol. 67v.

32 Sur les Castellane, Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 700-708.

33 A. D. du Var, 11 B Varages (copie papier, XVIIe siècle), acte dressé le 4 avril 1364, et citant l’hommage au sénéchal Foulques d’Agoult du 20 mars 1363 pour Varages, Oraison, La Roquette.

34 De même, d’autres reconnaissances sont passées à Varages en faveur de ses héritiers en 1386. Archives du château de la Verdière, aujourd’hui perdues.

35 Clumanc, canton de Barrême, Alpes-de-Haute-Provence.

36 A. D. des BdR, B 1046, fol. 4v.

37 Sur les proclamations et criées publiques : Hébert M., « Voce preconia : note sur les criées publiques en Provence à la fin du Moyen Âge », dans É. Mornet, F. Morenzoni et D. Millioud, Milieux naturels, espaces sociaux : études offertes à Robert Delort, Paris, 1997, p. 689-701.

38 A. D. du Var, 4 E 87, parchemin, le 12 février 1300 n. st., un acte de reconnaissance pour Simon Aragoni, scutifer de La Verdière, par quelques habitants. Exemple de reconnaissance, introduites seulement par la formule :
« Item anno et die quibus supra, Arnulphus Malias dicti loci recognovit in veritate et confessus fuit se tenere et velle tenere sub dominio et segnoria… ». A. D. des Hautes-Alpes, G 1114 (58 folios, parchemin) : Liber recognitionum castri Bastide Veteris (La Bâtie-Vieille, canton de Gap, Hautes-Alpes). Registre de reconnaissances prêtées du 1er au 10 août 1321 en faveur de l’évêque Guillaume d’Étienne (avec un complément le 8 octobre aux folios 57-58).
[fol. 1] « Anno Domini M° CCCXXI° die prima mensis augusti quarte indictionis. Notum sit cunctis presentibus et futuris quod infrascripti homines et persone, facta preconizatione in castro Bastide Veteris dyocesis Vapincensis ex parte curie reverendi in Christo patris domini Guillelmi Dei gratia episcopi Vapincensis et de mandato Petri Stephani dicti Chandolerii ibidem bajuli ac mei Johannis Arnaudi dicti domini episcopi notarii, quod quecumque persona habens, tenens seu possidens domum, pratum, terram, vineam vel aliam rem seu possessionem quamcumque in castro et territorio dicto loco de Bastida Veteris, infra tempus ad hoc prefixum recognitionem facere deberet coram me dicto notario de eisdem et de servico seu censu quod prestare tenetur sub pena amissionis rerum que sub predicti domini episcopi segnoria et dominio tenerentur, venerunt et recognitionem seu recognitiones fecerunt de rebus seu possessionibus infrascriptis et de serviciis, censibus seu pensionibus ipsis que et quas pro rebus seu possessionibus eisdem dicto domino episcopo et ecclesie Vapincensi prestare, facere et servire tenentur prout in eorum confessionibus et recognitionibus particulariter inferius continetur.
Primo Giraudus et Jacobus Bontosi fratres filii quondam Jacobi Bontosi de Bastida Veteris prestato juramento super recognitione sua fideliter et cum veritate facienda, fuerunt confessi et recognoverunt ad interrogationem nobilis Berengarii Stephani castellani ejusdem loci et procuratoris reverendi in Christo patris domini Guillelmi Dei gratia episcopi Vapincensis domini dicti loci, se tenere in emphiteosim sub dominio et segnoria predictis quamdam vineam et ortum in dicto castro…
 ».
Ce registre a donné lieu à un travail universitaire : Cotterel P., Un village hautalpin au XIVe siècle : la Bâtie-Vieille d’après les reconnaissances faites à l’évêque de Gap en 1321, mémoire de maîtrise, Aix-Marseille I, 1991, et sa transcription du folio 1, p. 153.

39 Baratier É, La démographie provençale du XIIIe au XVIe siècle, Paris, 1961, p. 145-146.

40 Celle-ci est à rapprocher de celle de l’aveu d’hommage, qui paraît antérieurement attestée. Ainsi, à propos de Rainaud Porcelet prêtant hommage à l’évêque d’Avignon en mars 1241 : « confiteor et in veritate recognosco vobis domino Zoen, Avinionensi electo, me tenere et possidere pro vobis et successoribus vestris in feudum castrum de Becodejunio… ». Aurell M., Actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, 2001, n° 375, p. 290-291.

41 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 2v-4v.

42 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 11v-12.

43 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 28-29v.

44 Duby G., « La seigneurie et l’économie paysanne dans les Alpes du sud en 1338 », dans Études Rurales, 1961, p. 5-36.

45 A. D. du Var, 4 E 86, fol. 60, Pierre Montanatii les doit pour une maison ; les redevances les plus élevées frappent des habitations, comme au folio 47, deux sous et quatre deniers, pour plusieurs maisons et un jardin contigus à Varages, de Pierre Audeberti ; deux sous encore, pour un hospitium au folio 55v.

46 Elle paraît avoisiner le vingtième dans la communauté voisine de Montmeyan et la Roquette en novembre 1344 : le commandeur de l’Hôpital de Saint-Maurice et Bras, Isnard du Bar, fait alors consigner des reconnaissances par le frère Bertrand Rebolli de Puimoisson et le notaire Jean Maurelli de Montmeyan. Neuf tenanciers reconnaissent tenir dix terres pour lesquelles ils doivent une tasque qui semble du vingtième, un seul seulement y ajoutant un cens d’une obole à Noël. Ces terres situées dans des zones du territoire du castrum de La Roquette sont difficilement identifiables, à l’exception d’un toponyme, Saint-Maxime, qui renvoie à une zone située sur la rive gauche du Verdon, en aval de Quinson. Ces pièces de terres confrontent toutes d’autres terres ou des prés et semblent se situer en marge du terroir, sur le plateau calcaire de Malassoque aujourd’hui couvert par un peuplement de chênes blancs. A. D. des BdR, 56 H 4717.

47 Stouff L., « Une enquête économique en Provence au XIVe siècle », dans Le Moyen Âge, 23, 1968, p. 507-542, qui constate une situation de cherté des blés et de disette dans la région de Draguignan pour 1346-1347.
Il est difficile d’évaluer le volume des prélèvements en céréales opérés en 1346 à Varages ; la charge ou picotin mentionné par le registre, la poniaderia, est une subdivision du panal et de la quartière ou carterée. À la fin du XVIIIe siècle à Barjols, le panal donnait 16,4 litres, la quartière 8,2, et la « pougnadière » ou picotin, 2,05. L’Hermite-Leclercq P., Le monachisme féminin dans la société de son temps, le monastère de La Celle, XIe-début XVIe, Paris, 1989, p. 329-333 ; Charbonnier P. (dir.), Les anciennes mesures locales du Midi méditerranéen d’après les tables de conversion, Clermont-Ferrand, 1994, p. 246. Je remercie Mme Élisabeth Sauze pour ses précieuses remarques.

48 Poppe D., Économie et société d’un bourg provençal au XIVe siècle : Reillanne en Haute-Provence, Wroclaw-Varsovie, 1980, p. 81-82.

49 Sur les malaservi de Castellane en 1341 et le problème de la dépendance : Samaran C.-O., « Note sur la dépendance personnelle en Haute-Provence au XIVe siècle », dans Annales du Midi, 1957, p. 229-230 ; Baratier É., Enquête sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence, 1252, Paris, 1969, p. 72-74. Duby G., « La seigneurie et l’économie paysanne dans les Alpes du sud en 1338 », dans Études Rurales, 1961, p. 5-36. Dans la seigneurie d’Entrevennes et du Castellet (Alpes-de-Haute-Provence) en 1332, des plebei en majorité voisinent avec les vassali, des tenanciers libres, A. D. des BdR, B 1113 (24 fol.) et B 491 : enquête par le juge royal de Digne sur les revenus de la terre de Valbonnette, à Entrevennes, et Le Castellet en novembre 1332 et prise de possession à la suite d’un achat ; voir à ce sujet Coulet N., Affaires d’argent et affaires de famille en Haute-Provence au XIVe siècle. Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi, Rome, 1992, p. 9-14.

50 Mais les récriminations de la communauté ne portent pas alors sur les redevances foncières ni sur la nécessité de prêter reconnaissance, elles insistent sur des éléments plus récents et touchant aux juridictions et ban exercés par le seigneur. Bresc H., « La servitude au cœur de la réaction féodale : Les Arcs, 1366 », dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 112, 2, 2000, p. 633-641. Sur Pierre Antiboul, avocat, originaire de Draguignan : Gouron A., « Doctrine médiévale et justice fiscale : Pierre Antiboul et son Tractatus de muneribus », dans La science du droit dans le Midi de la France au Moyen Âge, Londres, 1984, article X (initialement dans Analecta Cracoviensia, 7, 1975, p. 309-321).

51 Pécout Th., « Les mutations du pouvoir seigneurial en haute Provence sous les premiers comtes angevins, vers 1260-début du XIVe siècle », dans Coulet N. et Matz J.-M. (éd.), La noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, colloque international d’Angers-Saumur, juin 1998, Paris, 2000, p. 71-87 ; « Noblesse provençale et pouvoir comtal : l’exemple du pays de Riez (Alpes-de-Haute-Provence), XIIe-début du XIVe siècle », dans Aspects du pouvoir seigneurial de la Catalogne à l’Italie (IXe-XIVe s.), Rives Nord Méditerranéennes, 7, 2001, p. 37-56 (article également en ligne : http://rives. revues.org/document79.html) ; « La coseigneurie au seuil du XIVe siècle en Provence : un postulat revisité », à paraître dans les Cahiers du CÉPAM, contribution à la recherche menée au sein de l’UMR CÉPAM de l’université de Nice-Sophia Antipolis, qui, à l’initiative de Germain Butaud, a pris pour objet d’étude la coseigneurie depuis 2004.

52 Rolland H., Monnaies des comtes de Provence, XIIe-XVe siècles, Paris, 1956, p. 140-143.

53 Sans doute plutôt Fabri.

54 Église Saint-Pothin, au sud du village actuel.

55 La Verdière, canton de Rians, Var.

56 Ici Michaellis, partout ailleurs Michaelis.

57 Molégès, canton d’Orgon, Bouches-du-Rhône.

58 Barjols, ch. l. de canton, Var.

59 domo répété.

60 La localisation à Oraison est manifestement erronée, compte tenu de la suite.

61 Erreur probable du scribe qui écrit Grombranni mais se corrige dans la mention marginale.

62 ortum est répété.

63 possessionibus est répété.

64 Ce lectus désigne-t-il un droit sur les funérailles concernant le lit du défunt et son legs à une église ou bien, plus vraisembalement ici pour un seigneur laïc, un droit de gîte ? Le premier usage est bien attesté en Provence orientale au milieu du XVe siècle selon Jean-Paul Boyer, Hommes et communautés du haut pays niçois médiéval. La Vésubie (XIIIe-XVe siècle), Nice, 1990, p. 283. Je remercie amicalement l’auteur de ses précieuses remarques à ce sujet.

65 Sans doute Auriac, commune de Brue-Auriac, canton de Barjols, Var.

66 Vintimille. Les Vintimille sont possessionnés dans le territoire voisin de La Verdière à la suite d’une concession comtale, depuis les années 1250. Pécout Th., Une société rurale du XIIe au XIVe siècle en haute Provence…, p. 717-719.

67 Pour senhoriam.

68 Ce nom est ajouté.

69 Tavernes, ch.-1. de canton, Var.

70 Tavernes, ch.-1. de canton, Var.

71 Montmeyan, canton de Tavernes, Var.

Auteur

Maître de conférences en Histoire médiévale, Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540