Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Les formes de l'aveu

La « guerre emporitaine » à travers une enquête de 1346

Xavier Soldevila I Temporal

Résumé

Un des conflits les plus graves qui marqua l’histoire de la Catalogne médiévale fut la lutte qui, pendant plus de deux siècles, opposa les rois d’Aragon à leurs puissants vassaux les comtes d’Empúries. Les premiers témoignages de ce conflit datent du début du XIIIe siècle. Pendant toute la durée de cet affrontement, tant les rois que les comtes essayèrent de se procurer, de gré ou de force, le concours des établissements ecclésiastiques et des petits seigneurs de l’Empúries. Cette communication a pour objet de présenter plus spécifiquement la déclaration sous la foi du serment prononcée en 1346 par Francesc, prieur de la communauté d’Augustins de Santa-Maria d’Ullà, énumérant les offenses provoquées pendant plusieurs années par les susdits comtes. Elle se place dans un contexte particulier : en 1345 fut créée une commission d’exécuteurs testamentaires chargée de réparer les outrages commis par les comtes d’Empúries Ponç Ug IV (mort en 1313) et Malgauli (mort en 1322). Cependant, les déclarations du prieur de Santa-Maria d’Ullà représentent plus un acte d’inimitié envers les comtes qu’un témoignage de réconciliation. Les outrages dénoncés portent sur quelques escarmouches, des actes de pure violence contre le monastère et ses biens, l’usage abusif du droit d’ost et chevauchée sur les terres du monastère, les destructions de maisons et ravages de terres placées sous l’autorité des chanoines d’Ullà. Ainsi, sous une forme stéréotypée, qui rappelle la procédure testimoniale suivie dans la rédaction des capbreus, on perçoit toute la violence du monde seigneurial médiéval.

One of the most serious conflicts of Medieval Catalonia was the struggle that pitched against each other the kings of Aragon and their powerful vassals the counts of Empúries. The first testimonies of the conflict can be traced back to the early 13 th century. As long as the confrontation lasted, kings and counts alike tried to get, by force or consent, the aid of church authorities and minor lords of Empúries. The purpose of this paper is to present more precisely the declaration under oath made in 1346 by Francesc, prior of the Augustinian community of Santa-Maria d’Ullà, enumerating all the offences made during many years by the aforesaid counts. The declaration was made in a peculiar context : in 1345 a commission of executors was set up to atone for the offences by the counts of Empúries Ponç Ug IV († 1313) and Malguali († 1322). However, the statements of the prior of Santa-Maria d’Ullà are more a declaration of hostile feelings toward the counts than a pledge for reconciliation. The offences exposed are a few skirmishes, acts of utter violence against the monastery and its possessions, abuse of military authority and cavalcades on the monastery’s fields, houses being destroyed and lands under the authority of Ullà’s canons laid waste. Thus, in a stereotyped form, very similar to the testimonial proceedings followed in the redaction of capbreus, the violence of the seigniorial world can be perceived properly.

Texte intégral

  • 1 Malgré son importance et sa durée il n’y a que quelques travaux concernant ce conflit. On peut cite (...)

1Un des conflits les plus graves qui marqua l’histoire de la Catalogne médiévale fut la lutte qui, pendant plus de deux siècles, opposa les rois d’Aragon à l’un de leurs plus puissants vassaux : les comtes d’Empúries, seigneurs de zones étendues dans l’évêché de Gérone, sur le littoral nord-est de la Catalogne. Ce conflit connut tour à tour des phases d’affrontement aigu et des phases d’alliance et même de collaboration entre ces deux pouvoirs. Pendant les périodes les plus dramatiques, la lutte pouvait prendre diverses formes, des batailles rangées et sièges acharnés jusqu’aux intrigues diplomatiques, en passant par l’érection de châteaux et places fortes pour s’intimider réciproquement. Quoi qu’il en fut, l’affrontement bouleversa pendant des décennies les terres de l’Empuries, région qui devint le cadre le plus habituel de cette « guerre emporitaine »1.

2Les premiers témoignages de ce conflit datent du début du XIIIe siècle ; il ne trouvera un achèvement qu’aux dernières années du siècle suivant, avec la victoire définitive de la monarchie catalane. Pendant toute la durée de cet affrontement, tant les rois que les comtes essayèrent de se procurer le concours des petits seigneurs de l’Empúries. Ainsi, les seigneurs de la ville de Verges devinrent les vassaux fidèles des comtes, tandis que les évêques de Gérone étaient les plus solides alliés des monarques. Et s’allier avec l’un des concurrents avait pour conséquence inévitable de se brouiller avec l’autre et de risquer de souffrir de représailles. Cette communication a pour objet de présenter l’un de ces témoignages : il s’agit du document que, sous la forme d’une déclaration sous la foi du serment, présenta Francesc, le prieur du monastère de Sainte-Marie d’Ullà, une petite communauté d’Augustins. Ce texte énumère les offenses provoquées pendant plusieurs années par les susdits comtes d’Empúries.

  • 2 Arxiu Històric Municipal de Castelló d’Empúries (AHMCE), document 1934 (2-XI-1356) et Arxiu Diocesà (...)

3Le monastère de Sainte-Marie d’Ullà avait été fondé vers le premier tiers du XIIe siècle et fut très tôt occupé par des chanoines soumis à la règle augustinienne. Très tôt aussi, il fut favorisé par plusieurs donations de droits seigneuriaux et de terres situées dans la région de l’Empúries. Pendant les premières années du XIVe siècle, un des moments les plus graves de la « guerre emporitaine », son temporel s’étendait sur Bellcaire d’Empúries, Fontanilles, Llabià et Casavells. Il est difficile de dire quand et pour quelles raisons éclata l’inimitié entre le monastère d’Ullà et les comtes d’Empúries. En fait, nous ne manquons pas, au contraire, de témoignages d’accords et de pactes de paix. En 1256, par exemple, le comte Ponç Ug donna à la communauté le droit de recevoir chaque années dix « saumades » – ancienne mesure catalane – de sel provenant des salines comtales de Castelló d’Empúries, et en 1326, la communauté accepta un nouveau chanoine, fils d’un baille comtal, sur injonction de la comtesse2. Malgré tout, il semble que la proximité des possessions des chanoines d’Ullà avec l’Empúries, leur relative faiblesse et, surtout, leurs bonnes relations avec les évêques – relations qui devaient faire pencher le monastère dans l’orbite anti-emporitaine – aient été déterminants pour expliquer les conflits avec les comtes d’Empúries.

  • 3 ADG, Lletres episcopals, vol. U9 (3-XI-1345) et vol. U10 (28-IX-1346).

4La déclaration étudiée dans cette communication est datée de juin de 1346. Elle se situe dans un contexte particulièrement tendu mais aussi intéressant. La « guerre emporitaine » semblait s’être terminée en 1325, lorsque, après la mort sans descendance des derniers comtes d’Empúries, le comté était passé aux fils cadets du roi. D’abord à l’« infant » Pere puis, à partir de 1341, à l’« infant » Ramon Berenguer. Les premières actions politiques des nouveaux comtes étaient vouées à régler d’anciennes disputes avec des seigneurs voisins et, jusqu’à ce moment, ennemis. Ainsi, fut créée une « marmessoria », ou commission d’exécuteurs testamentaires, destinée à garantir le repos des âmes des défunts comtes – Ponç Ug IV et son fils Malgaulí, morts respectivement en 1313 et 1322 – en réparant les outrages qu’ils avaient pu commettre. Les plaintes du prieur d’Ullà furent, justement, redigées par les officiers chargés de reccueillir les informations pour cette commission. Les intérêts seigneuriaux des nouveaux comtes, surtout ceux de Ramon Berenguer, se heurtèrent cependant très tôt à ceux des nobles de la région, et quelques « passions » de la « guerre emporitiane » s’éveillèrent à nouveau. Pendant les années 1345 et 1346, plusieurs documents montrent que les conflits entre le comte et le monastère d’Ullà atteignirent un haut niveau de gravité. En 1345, le comte avait forcé les habitants de Llabià et Casavells à sceller les mesures utilisées pour le blé, le vin et la viande avec des sceaux comtaux, et l’évêque de Gérone dénonça cette contrainte comme étant contraire aux droits du monastère d’Ullà. L’année suivante, le comte avait fair bâtir dans le même lieu de Llabià un barrage sur le fleuve Ter qui provoqua l’innondation des terres des vassaux du monastère3. Dans ces conditions, on peut bien deviner que les déclarations du prieur, datées de l’année 1346, constituent plus un acte d’inimitié envers les comtes d’Empúries qu’un témoignage de réconciliation.

Le texte

  • 4 Par exemple « Primerament d. en Bernat Vidal VII versanes de les quals les IIII versanes afronten a (...)

5La déclaration de Francesc, prieur de Sainte-Marie d’Ullà, fut adressée aux exécuteurs testamentaires des comtes défunts et s’effectua devant Pere de Pujol, notaire de la ville de Castelló d’Empúries. Ceci explique qu’aujourd’hui elle se trouve conservée au dépôt de l’Arxiu Històric de Girona (AHG ; il s’agit des archives municipales de Gérone), dans les fonds notariaux de Castelló d’Empúries, registre numero 2033. Son corps est formé par onze pages dans lesquelles on énumère plusieurs outrages attribués aux comtes Ponç Ug IV et Malgaulí. Le texte est redigé en latin, mais il est évident que les paroles du prieur ont été prononcées en catalan, car le texte de quelques déclarations est commencé en catalan puis, après quelques mots, on passe au latin4. Un seul modèle se répète pour l’exposé des dix offenses. En premier lieu, le prieur explique les actions commises par les comtes et leurs officiers, souvent avec toute sorte de détails mais sans en donner jamais la date. En second lieu, on demande aux exécuteurs testamentaires des comtes de faire justice et de réparer les outrages en soulignant que les âmes des comtes se trouvent en danger de salut du fait des injures faites au monastère (in foro anime). En dernier lieu, le prieur évalue la quantité d’argent que le monastère a perdu à la suite des violences comtales et demande complète réparation.

Les outrages

6Suivant, donc, ce modèle, le prieur présente ses plaintes aux exécuteurs testamentaires comtaux. On pourrait les énumérer mais cela serait un peu fastidieux et il vaut mieux les regrouper par catégories.

7Ainsi, en premier lieu, il convient de souligner quelques conflits relativement peu importants et concernant diverses affaires. Le comte Ponç Ug, par exemple, avait fait abattre quatre oliviers sur lesquels le monastère percevait chaque année une « mitgera » d’huile. Le prieur estima le montant du préjudice subi à la forte somme de 1 000 sous. À Ullastret, le même comte avait saisi, injustement selon le prieur, la moitié de l’argent dû par les heritiers d’un homme qui mourut « eixorc », c’est-à-dire sans fils légitime et, donc, soumis de ce fait à la « mauvaise coutume » de l’eixorquia (qui est une taxe servile en Catalogne). Le même comte semble s’être également moqué d’un chanoine du monastère à l’occasion d’une visite à une petite église sur laquelle le prieur exerçait un droit de patronnage.

8Suit, dans les plaintes du prieur, l’énumération d’actes de pure violence physique contre le monastère et ses biens. Il y en a deux principalement. Le prieur denonce le fait que les serviteurs du comte se rendirent au monastère en l’absence du prieur et exigèrent un repas des chanoines. Il semble que la coutume d’offrir un repas dans l’année au comte existait, certes, raconta le prieur, mais ce repas avait été déjà offert un mois plus tôt et rien n’était donc prêt pour accueillir les serviteurs du comte. Ceux-ci, irrités, cassèrent les portes du cellier, égorgèrent les poules et les coqs des chanoines et tentèrent d’aller vendre au marché le matelas et les draps du lit du prieur. Seule l’offre, faite par un chanoine, de donner 60 sous aux cavaliers évita cet outrage. Mais les violences ne s’arrêtèrent pas là. Quelque temps après, le même comte Malgaulí se rendit avec sa suite à une grange, appelée Montallar, que le monastère possédait dans le village de Fontanilles ; là, ils volèrent le blé qui y était déposé, plus de cent œufs et egorgèrent quarante-cinq poules pour les manger.

9Le troisième groupe d’outrages commis par les comtes concerne les droits appellés de juridiction, et plus particulièrement le droit de mobiliser les hommes pour aller à la guerre. Le comte affirma qu’il possédait ce droit – dit d’« host i cavalcada », c’est-à-dire l’ost et chevauchée – sur les hommes de Casavells mais le prieur s’y opposa. À deux reprises, le comte essaya de mobiliser les habitants de ce village, mais le prieur leur interdit de le suivre. Le comte Malgaulí saisit alors des gages sur les biens des gens du village et les empêcha d’utiliser les pâturages du village comtal d’Ullastret. Le prieur dut racheter les gages pour un prix de 400 sous versés au comte, et les habitants de Casavells payèrent une amende de 100 sous au même comte. Le prieur réclame dans sa plainte ses 400 sous aux exécuteurs testamentaires.

10La dernière plainte du prieur dénonce les occupations illicites et destructions opérées par les comtes de terres et maisons qui étaient placées sous l’autorité du monastère et desquelles celui-ci recevait rentes et droits. Cet outrage était, sans doute, perçu comme le plus grave, non seulement par le montant des pertes subies par le monastère mais aussi par son caractère irrévocable. En fait, les offenses dénoncées par le prieur doivent être rapprochées de l’un des projets les plus ambitieux et importants menés par la politique comtale : il s’agit de la création et la fortification d’une ville nouvelle, Bellcaire d’Empúries. La ville neuve comtale devait s’élever en face des villes voisines et rivales d’Ullà, siège du pouvoir episcopal, et de Torroella de Montgrí, siège du toujours plus puissant pouvoir royal. La décision des comtes d’Empúries était cohérente avec la géo-stratégie du Moyen Âge : les villes – et surtout, les villes fortifiées – étaient l’avant-garde des pouvoirs politiques. Pendant la « guerre emporitaine », on asiste à plusieurs épisodes de cette « guerre des fortifications ». Ainsi, en 1272, l’évêque avait-il demandé au comte des garanties de ne pas être attaqué depuis l’église fortifiée de Sant Iscle ; en 1294, le roi commença la construction du château de Montgrí ; enfin en 1295, l’évêque voulut fortifier ses possessions de Corçà, Parlavà et Ultramort et en 1303, le comte fit fortifier Castell d’Empúries.

  • 5 La plainte précise que les faits dénoncés datent de « a XXXV annis citra » AHG, Notarial, Castelló (...)

11Il est difficle de savoir avec exactitude si, avant les premières années du XIVe siècle, moment où, selon toute vraisemblance, le comte initia la construction de Bellcaire d’Empúries5, il existait quelque noyau de peuplement plus ancien dans ce lieu, mais il est certain que dans son entourage immédiat existaient deux petits hameaux de maisons plus ou moins proches – Bedenga et Morer – et que ces deux hameaux étaient placés sous l’autorité du monastère d’Ullà. Le conflit, donc, était inévitable.

12Les plaintes du prieur sont claires : le comte occupa plusieurs possessions du monastère et y fit édifier un total de quinze maisons et quelques portiques près de l’abattoir de Bellcaire d’Empúries. Mais l’outrage le plus frappant fut la destruction de sept maisons à Morer – cinq étaient placées sous la seigneurie du prieur et deux du domaine épiscopal – et sept de plus à Bedenga – dont deux étaient soumises au prieur – et le transfert forcé de leurs habitants vers la nouvelle ville comtale. La construction de la neuve ville de Bellcaire d’Empúries entraîna aussi l’édification de moulins et le creusement d’un canal pour les fournir en eau. Le canal, qui prenait les eaux du fleuve Ter au lieu-dit Jafre, selon le prieur, innonda vingt-cinq terres d’une superficie totale de cent-deux “vessanes”. Dans la déclaration, aucun outrage ne se trouve plus valorisé que tout ce bouleversement, non seulement des droits seigneuriaux du monastère mais du paysage même du pays, et le prieur estima ses pertes à 6 000 sous et à cinquante « mitgeres » de blé par année.

Conclusion

13La lecture des plaintes dénoncées par le prieur du monastère d’Ullà contre les comtes d’Empúries est, logiquement, d’un grand interêt pour l’étude de ce long conflit appelé la « guerre emporitaine », mais au delà de cet interêt immédiat, on peut formuler quelques conclusions plus étendues.

14En premier lieu, on doit souligner l’importance de la parole et du symbolisme religieux dans les documents médiévaux. Les déclarations du prieur d’Ullà de 1346 sont motivées non seulement « in foro anime », pour le repos de l’âme des comtes, mais se présentent aussi sous la forme d’une confession. À plusieurs reprises, les plaintes du prieur évoquent clairement le langage des « capbreus » ou terriers catalans médiévaux. On utilise les mêmes formules et on dénombre les terres et maisons détruits par les comtes en indiquant leurs limites comme pourrait le faire le déclarant d’un terrier.

15En second lieu, et finalement, on est frappé par le contenu des déclarations. Un contenu qui, peut-être paradoxalement, s’éloigne des conventions des terriers. Dans les « capbreus » en effet, on dénombre les droits des seigneurs, mais en de rares occasions on peut deviner les tensions cachées derrière ces formules stéréotypées. Dans les déclarations de 1346, les tensions sont présentées, au contraire, de manière brutale : on y apprend l’extension que pouvait revêtir l’autorité seigneuriale. Les seigneurs du Moyen Âge non seulement percevaient dîmes et champarts, mais ils avaient aussi le pouvoir de détruire et de créer des villes et de modifier, par là même, le paysage de toute une région. Ce paradoxe est, peut-être, la caractéristique la plus remarquable des déclarations du prieur d’Ullà. Ainsi, sous une forme stéreotypée qui rappelle la procédure suivie dans la rédaction des capbreus, on perçoit toute la violence et la brutalité qui pouvait exister dans la société du Moyen Âge.

Notes

1 Malgré son importance et sa durée il n’y a que quelques travaux concernant ce conflit. On peut citer le travail, déjà classique, de Sobrqués S., Els barons de Catalunya. Història de Catalunya. Biografies catalanes, vol. 3, Barcelona, 1980 et Soldevila X., « La guerra emporitana al Baix Empordà », dans Enfrotaments civils, postguerres i reconstruccions, Lleida, 2003.

2 Arxiu Històric Municipal de Castelló d’Empúries (AHMCE), document 1934 (2-XI-1356) et Arxiu Diocesà de Girona (ADG), Lletres episcopals, vol. U2 (4-IV-1326).

3 ADG, Lletres episcopals, vol. U9 (3-XI-1345) et vol. U10 (28-IX-1346).

4 Par exemple « Primerament d. en Bernat Vidal VII versanes de les quals les IIII versanes afronten ab oriente in Servian ab occidente in Salamon e les altres romanens tres ab Oriente in Rego Molendinorum » AHG, Notarial, Castelló d’Empúries, vol. 2033, fol. 6r.

5 La plainte précise que les faits dénoncés datent de « a XXXV annis citra » AHG, Notarial, Castelló d’Empúries, vol. 2033, 3v mais cette allusion est la seule référence chronologique de toute la déclaration.

Auteur

Docteur en Histoire médiévale, Université de Gérone

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540