Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Les formes de l'aveu

Aveu, désaveu et représentations du ministère de Richelieu (1630-1648)

Giuliano Ferretti

Résumé

L’objectif est d’analyser l’aveu impossible de deux cardinaux de l’Église de France sur des sujets de morale et de politique dans le premier XVIIe siècle. Authentique fiction, reposant sur deux lettres imaginaires publiées en 1631, qui oppose Alphonse de Richelieu, archevêque de Lyon, à Armand, principal ministre de Louis XIII, dont l’auteur est Mathieu de Morgues, brillant polémiste, farouche adversaire du cardinal, fervent défenseur de la reine mère, Marie de Médicis. Une telle confession permet à Mathieu de Morgues de rendre perceptibles les méfaits commis par Richelieu, une virulente dénonciation s’intégrant dans la lutte menée par le polémiste contre le gouvernement, après le départ de la reine mère à Bruxelles. Aussi l’intérêt de cette étude est-il d’appréhender les thèmes et les motivations ayant donné naissance à l’aveu et de rattacher celui-ci à la littérature clandestine d’opposition au gouvernement de Richelieu.

Our aim is to analyse the impossible confession of two cardinals of the French Church on moral and political subjects in the early 17 th century. An authentic fiction, based on two forged letters published in 1631, pitting against each other Alphonse de Richelieu, archbishop of Lyons, and Armand, Louis XIII’s chief minister, whose author was Mathieu de Morgues, a brilliant polemist, a fierce enemy of the Cardinal and a staunch defender of the Queen mother, Marie de Médicis. By such a confession Mathieu de Morgues makes the misdeeds committed by Richelieu clearly perceptible, the violent denunciation of the Cardinal being part of the polemist’s struggle against the government, after the Queen mother had left for Brussels. Therefore the interesting side of the study is to find out how the government worked, the themes and motivations that gave rise to the confession and to relate the polemical documents to the underground opposition literature to Richelieu’s government.

Texte intégral

  • 1 [Mathieu de Morgues], Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy très chrestien Louis (...)

1Le thème de l’étude est celui de l’aveu impossible de deux cardinaux de l’Église de France, et pas des moindres, sur des matières de morale et de politique au XVIIe siècle. Cette fiction, créée par deux lettres imaginaires publiées en 1631, met en scène deux frères, l’aîné Alphonse de Richelieu, archevêque de Lyon, et son cadet Armand, principal ministre du roi Louis XIII. La première est intitulée : Lettre de Monsieur le Cardinal de Lyon à Monsieur le Cardinal de Richelieu son frère, et la deuxième : Réponse de Monsieur le Cardinal de Richelieu à la lettre de Monsieur le cardinal de Lyon son frère1.

  • 2 Sur cet auteur, trop souvent malmené par une historiographie trop encline à suivre l’interprétation (...)
  • 3 Fagniez G., « L’opinion publique et la polémique au temps de Richelieu, à propos d’une publication (...)

2L’auteur véritable de cet échange épistolaire supposé est Mathieu de Morgues, polémiste de race, ennemi juré du Premier ministre et défenseur des intérêts de la reine mère Marie de Médicis, évincée du pouvoir par Richelieu, lors de la journée des Dupes en novembre 16302. Cet aveu imaginaire des crimes du cardinal ministre s’inscrit dans la lutte que l’auteur avait engagée contre le gouvernement au lendemain de la sortie du royaume de la reine mère, qui s’était réfugiée à Bruxelles pour mener une opposition sans merci à son ancienne créature, devenue maintenant la deuxième personnalité du royaume après le roi. Mathieu de Morgues, inspiré par sa protectrice, se proposait de discréditer la politique du gouvernement en montrant que la France était dirigée par un tyran affreux qui avait été capable d’emprisonner la volonté du roi, grâce à la magie trompeuse de sa parole, la seule à pouvoir approcher l’oreille du souverain, à qui elle insufflait les plans d’une puissance destructrice pour le roi et le pays. En d’autres termes, Morgues voulait dénoncer la politique abusive du cardinal, dénoncer son « mauvais » gouvernement et appeler les esprits libres à se révolter contre le ministre. La campagne menée depuis Bruxelles était habile, puisqu’elle agitait des thèmes chers à une partie de l’opinion française, notamment au monde catholique modéré et à celui de la robe3. Cependant, la position de la reine mère et de Mathieu de Morgues comportait un point faible qui la discréditait en même temps qu’elle la faisait apprécier par sa dénonciation du gouvernement autoritaire de Richelieu. Elle s’appuyait en effet sur l’alliance stratégique avec l’Espagne, rivale historique de la France et puissance militaire ennemie sur l’échiquier européen de la guerre de Trente ans. Bien qu’en 1631 le conflit entre la France et l’Espagne fût encore indirect, leur hostilité était de plus en plus manifeste, notamment en France où la propagande officielle martelait l’opinion publique, afin de la préparer à l’idée d’un affrontement ouvert avec les Habsbourg, comme cela ne manqua pas d’arriver en 1635, lorsque Richelieu déclara la guerre à l’Espagne.

3On peut se demander quel est l’intérêt d’étudier des documents provenant d’un courant historique rejeté en marge de l’histoire de France depuis le XVIIe siècle. À mon avis, il y a deux bonnes raisons de le faire : la première est que l’histoire de la monarchie absolue entre le XVIe et le XVIIIe siècles paraît imprégnée d’une vision téléologique inspirée par les auteurs du Grand siècle, qui a été reprise et divulguée aux XIXe et XXe siècles par les historiens français pour des raisons patriotiques. La deuxième est que l’histoire officielle de la France monarchique a occulté volontairement les courants d’opposition qui l’ont combattue ouvertement au XVIIe siècle et dont les deux lettres fictives des frères Richelieu constituent une illustration exemplaire.

4Je me propose ici d’analyser la forme et le contenu de l’aveu impossible de deux cardinaux, afin d’en saisir le fonctionnement, les thèmes et les motivations profondes que je voudrais ensuite relier à la tendance générale de la littérature clandestine d’opposition du gouvernement du cardinal ministre.

  • 4 Fumaroli M., « Genèse de l’épistolographie classique : rhétorique humaniste de la lettre, de Pétrar (...)

5Quelles sont d’abord les questions formelles pour parer aux pièges d’une fiction dont les règles étaient bien connues par les lecteurs de l’époque ? Les deux missives (envoi et réponse) sont courtes, simples et incisives. Dans leur forme élémentaire, elles constituent une correspondance, un dialogue entre deux personnages qui s’écrivent dans un style familier. Celui-ci est un genre codifié depuis l’Antiquité et repris à la Renaissance à travers des auteurs célèbres, tels Cicéron (Ad familiares) et Erasmus (De Ratione conscribendi epistolas liber), que le XVIIe siècle a formalisé dans l’Institutio epistolica de Juste Lipse. Selon cette tradition, ce genre de lettre est un dialogue à distance entre amis, qui exprime la convergence d’idées dans le partage de la parole, car le mot conversatio veut dire se retourner ensemble vers un objet commun. Or, la conversation dans le monde devient au XVIIe siècle une conversation civile, c’est-à-dire une convergence de l’esprit qui se réalise dans la recherche d’une vérité qui réunit et qui réconcilie4.

6Dans notre exemple, il est clair que l’auteur de ces lettres veut créer un espace commun entre les protagonistes et les lecteurs au centre duquel une parole libérée des contraintes publiques et institutionnelles peut s’exprimer grâce à l’intimité existant entre les intéressés. La fiction créée est double, d’une part celle du dialogue-aveu et, d’autre part, celle d’un espace privé, qui est en réalité public, car c’est la France même qui est conviée sur ce théâtre intime, afin de pouvoir connaître les « vraies » actions du cardinal ministre. Cela est à la fois contradictoire et exacte, parce que cet espace privé exposé au regard du monde est une invention qui permet au public de juger Richelieu et son gouvernement à partir d’une représentation qui correspond au point de vue de l’opposition.

  • 5 Voir Quintilien, Institution oratoire, Livre III, 8, 49-58.
  • 6 Aristote, Rhétorique, 1358 a 37, 1391 b 29 et 1392 a 5. Voir aussi Cicéron, De oratore, II, 336 ; i (...)
  • 7 Quintilien, Institution oratoire, Livre III, 8, 58-63.

7Le deuxième aspect formel concerne le jugement que le lecteur est appelé à porter sur le Ministre par le genre de texte utilisé. L’impossible aveu dont il est question ici se fait par le biais d’une prosopopée (évocation de personnages), qui est un exercice rhétorique connu et difficile, car il exige un double effort : celui de persuader le lecteur (par une topique argumentative articulée) et celui de restituer le personnage qui parle. La différence par rapport à un discours qui s’adresse à un public pour « suadere », pour le convaincre, est que l’auteur y prend un masque, celui des personnages qu’il fait parler, en l’occurrence les deux frères. En rhétorique, cela arrive fréquemment dans certaines controverses historiques, où l’on fait plaider des personnages bien individualisés devant une assemblée du peuple5. Cet exercice relève de l’éloquence délibérative, qui repose, selon Cicéron et Quintilien, sur l’honneur, sur l’honnête et sur l’utile, des normes auxquelles doivent répondre (respecter) les personnages publics et les institutions. Le raisonnement fondé sur les points traités doit ainsi précéder la délibération finale qui est le propre d’un groupe ou d’un individu. Ici Mathieu de Morgues érige le lectorat français, l’opinion publique, en juge ayant à statuer sur l’objet présenté (les deux cardinaux, le gouvernement) en vue de préparer l’avenir du royaume. Selon Aristote, lorsqu’il s’agit de persuader et de dissuader, il y a lieu de considérer d’abord trois points que nous retrouvons dans le texte de Morgues : l’objet de la délibération (les Richelieu), ceux qui délibèrent (le public) et celui qui conseille (l’auteur Morgues)6. Nous sommes donc en présence d’une controverse politique qui vise à convaincre le pays et le roi qu’il est utile de changer le gouvernement. J’ajouterai encore que ce texte répond aux règles de l’éloquence délibérative par un style simple qui doit inspirer la bonne foi et la prudence7, que Morgues oppose à la mauvaise foi et à l’ambition irresponsable du Premier ministre.

8Cette double identification nous permet de fixer ceci : le dialogue-communion des deux prélats se parlant dans l’espace privé de leur cabinet ou de leur sacristie crée un sentiment de vérité qui est renforcé par un moule rhétorique faisant appel aux sentiments de justice et d’honnêteté du public. En inscrivant ses arguments dans cette forme, l’auteur obtient un mélange astucieux de fiction et de vérité dans lequel entrent en jeu son talent, ainsi que les sentiments diffus de l’opinion publique.

9Cependant, la prosopopée du ministre ne sera efficace que si la topique des arguments développés s’inscrit harmonieusement dans la forme choisie, car l’enjeu est de rendre cette fiction vraisemblable et de la transformer en une arme redoutable de la lutte politique.

10Quel est l’argumentaire lancé contre Richelieu ? Les deux lettres répondent au modèle chrétien de l’aîné qui, par devoir de religion, invite son cadet à renoncer à la folie de la libido dominandi, qui l’affecte, pour revenir à son statut d’homme par la voie du repentir, de la pénitence et de la miséricorde de Dieu.

11Dans son exorde, le cardinal Alphonse annonce déjà le mal que l’action politique de Richelieu produit dans le monde :

  • 8 « Lettre de Monsieur le cardinal de Lyon à Monsieur le cardinal de Richelieu son frère », in Pièces (...)

Monsieur mon frère, après vous avoir si souvent representé les divers effets de la fortune, et les malheurs des ambitieux, je désespère de votre salut, puisque mes advis vous ont esté jusques à présent inutiles8.

12Cela faisant, il blâme une conduite peu chrétienne et même infamante pour un cardinal de l’Église et ministre du roi :

  • 9 Il fait allusion à la nomination au cardinalat que Richelieu obtint grâce au soutien de Marie de Mé (...)
  • 10 « Lettre de Monsieur le cardinal de Lyon », op. cit., p. 56-57.

L’or et l’argent que vous tenez dans les meilleures places du Royaume, vos garnisons, vos gardes et vostre audace signalée ne sont que sur une base de fange […]. La haine universelle du peuple et vostre imprudence mesme vous anéantirons au moindre coup de la fortune […]. Deffaites-vous, ie vous prie, de ces visions de Chevalier errant, ne faictes plus le capitan Matamore et […] possedez la dignité que vous tenez de la faveur, et non de vostre mérite […]. Vous avez eu peu de raison d’emprisonner la Reine Mere, pour recompense de vostre bonnet9 […]. Vous avez esté depuis peu déclaré Gouverneur de Bretagne […] contre les sentiments de Monsieur [Gaston d’Orléans] que vous heurtez volontiers pour tesmoigner vostre zele au service de sa Majesté10.

13L’honneur, l’honnêteté et l’utile apparaissent déjà compromis par ces avertissements et cette simple invitation à mener une vie sainte, éloignée des pratiques quotidiennes de son puissant frère.

14À l’ambition démesurée et à la volonté de grandeur d’Armand, qui ne souffre d’aucun obstacle à celle-ci, Alphonse oppose sa recherche personnelle de l’humilité, du devoir et de la religion chrétienne :

  • 11 Ibid.

Dès mon enfance i’ay cherché ma grandeur dans l’humilité, vous au contraire, mettant sous les pieds le devoir et la religion, n’avez pas eu des moindres presomptions que Lucifer. Et d’autant que ie me suis toujours soubmis au pouvoir de mes superieurs, vous-vous estes eslevé par orgueil au dessus de tous les hommes. Ie sçay avec quelle impatience vous souffrez la iuste censure de vos actions et la cruauté que vous exercez contre ceux qui refusent de se prosterner devant vostre souveraine faveur11.

15Une telle opposition semble nier la phratrie naturelle dont il sont issus et pousse Alphonse à dénoncer son frère comme étant le monstre et l’Antéchrist qui aurait mis la division partout, dans la famille royale, en persécutant la mère et le frère du roi, et dans la chrétienté en soulevant les catholiques contre les catholiques :

  • 12 Ibid., p. 58.

Il faut que ie vous advertisse encore, que vous passez pour l’Ante-Christ, et l’on dit que de son temps, et par sa suggestion, l’enfant se doit souslever contre la mere, le frere contre le frere, les Royaumes contre les Royaumes, avec peste, guerre et famine. Qui peut nier que cette prophetie ne soit accomplie en vous, et que vous ne soyez le monstre abominable dont nous sommes menacez à la fin du monde. Ceux qui voyent clairement dans vos desseins, et penetrent vos intentions, croyent asseurement que vous avez ensorcelé le Roy, et que voulant bastir une fortune sur les ruines de ses affaires, et de son Estat, l’esloignement de Monsieur, et la prison de la Reine Mere, sont des moyens nécessaires pour y parvenir12.

  • 13 Sur ce courant voir Lim S.-H., La Pensée politique des « Bons catholiques » dans la première moitié (...)

16Ces critiques correspondent à l’ensemble des thèmes agités par les courants d’opposition dans les années 1630, dont Morgues se fait ici le champion attitré, en tant que serviteur de la reine mère. Les divisions internes que le ministre aurait volontairement créées dans le royaume pour se hisser au sommet de l’État, en poussant l’héritier du trône à l’exil et en emprisonnant Marie de Médicis à Compiègne en 1631, ont ici la fonction d’annoncer les divisions internationales que la politique de Richelieu entretenait à l’égard de l’Espagne. Le soutien financier de la France à la cause des Hollandais et des princes allemands, dans leur révolte contre les Habsbourg, est aux yeux de Morgues l’étape préparatoire d’une guerre générale et ouverte entre les deux puissances rivales. Quoique cette vision soit annoncée de façon dramatique, elle ne manque pas de réalisme, car elle montre ouvertement que l’intervention de la France dans la guerre de Trente ans était dictée par ses ambitions politiques. En d’autres termes, la lettre de l’archevêque de Lyon traduit, sur le plan de la fiction, le point de vue du courant catholique, hostile à la guerre contre les Habsbourg et favorable à une recherche de l’équilibre entre les grandes puissances continentales13 que Richelieu et le roi repoussaient au nom de la politique de puissance qu’ils menaient de commun accord.

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 59.
  • 16 Ibid., p. 59-60.

17Aussi existe-t-il une sorte de complémentarité entre la dénonciation d’une politique honnie par une partie du royaume et le comportement moral du cardinal ministre. Alphonse reproche à ce dernier d’être athée et libertin, car celui qui divise les chrétiens en Europe et qui s’allie avec les protestants pour combattre des princes catholiques ne peut nullement se réclamer des principes de la religion que son statut de cardinal de l’Église devrait lui inspirer. Son réalisme politique, sa recherche de l’utilité et de l’intérêt personnel font de lui, par définition, un « impie » et un « athée »14 : « vous ayant toujours connu fort libertin, ie sçay que vous n’avez de religion que ce qu’il en faut pour piper le Roy, et satisfaire à vostre vanité »15. Il lui reproche également d’avoir accumulé une fortune immense, de disposer des principales places du royaume, de contrôler la plupart des garnisons, de mener un train de vie royal, de faire publier une généalogie imaginaire dans laquelle il prétendrait descendre des rois de France (celle de Louis le Gros par les femmes), alors que, dit Alphonse, « tous le monde » sait bien que « nos ancêtres ont usé de papier et de plume » ; enfin, il lui adresse le reproche terrible de vouloir instituer une souveraineté « imaginaire » et impossible, car la haine universelle que le peuple nourrit à l’égard de sa politique violente le renverserait tôt ou tard16. En effet, les grandes richesses accumulées durant des années et la faveur du roi qu’il aurait par ailleurs « ensorcelé » ne pourraient pas le protéger contre le déferlement d’une violence que le ministre aurait lui-même suscitée.

  • 17 Ibid., p. 60.

18Le portrait esquissé par Alphonse n’est autre que celui d’un affreux tyran d’exercice, aspirant à l’impossible absolu de la force, dont la vanité le rend fou et méprisable. Or, loin de satisfaire à la prière quelque peu rude de son aîné : « Chassez, chassez mon frere tant de foles vanitez, qui vous embarassent l’esprit, revenez à vous, faites penitence, esperez en la misericorde de Dieu »17, le cadet-ministre répond avec l’assurance et l’orgueil que l’on doit s’attendre de son personnage.

  • 18 Ibid., p. 61. Morgues dénonce ici la politique d’acquisition de prébendes menée par Richelieu. Il n (...)
  • 19 « Réponse de Monsieur le Cardinal de Richelieu », op. cit., p. 65.
  • 20 Ibid., p. 65.
  • 21 Ibid., p. 64-65.
  • 22 Ibid., p. 65.

19Ainsi, au lieu de se repentir, le Richelieu de la « Réponse » dévoile la mauvaise foi de son frère et dénonce à son tour leur nature commune d’êtres corrompus par le pouvoir qu’Alphonse voudrait stigmatiser chez son frère. Celui-ci lui rappelle qu’en dépit de ses vœux de pauvreté et d’humilité chrétienne, il a bien accepté les nombreuses prébendes ecclésiastiques et civiles, deux archevêchés, trois ou quatre abbayes, autant de prieurés « que nous avons joliment escroquée ensemble – dit crûment le Premier ministre – parce que nous n’avions pas assez de benefices par la mort de hommes, il a fallu ravir ceux des vivants, comme j’ai fait Conches, la Chaise-Dieu, S. Riquier, et autres que mes petites industries, et un peu d’argent nous ont acquis »18. Par cela, le personnage que la « Réponse » de Morgues met en scène dévoile, non sans naïveté et humour, le commun appétit de richesse des deux frères cardinaux. Il reconnaît aussi que son ambition démesurée lui cause des souffrances intérieures et que la nuit il se réveille en sursaut en appelant au secours, de peur que les démons l’emportent ; mais ce trouble de bon chrétien est vite maîtrisé en se persuadant, dit-il, « qu’il n’y a point, ny de chastiemens pour les mauvaises actions, ny de recompenses pour les bonnes »19. S’il reconnaît franchement son arrogance – « vous perdez vostre temps en me preschant la penitence »20, ainsi que ses dérèglements d’esprit provenant de sa bile jaune (nature colérique et violente), il n’oublie pas de rappeler à son frère aîné, qu’il souffre lui aussi de troubles mélancoliques, provenant de la bile noire (folie dépressive). Cela prouverait qu’ils ont la même origine et qu’ils agissent de concert dans le monde21. Pour le reste, il refuse de penser à Dieu et au salut de son âme, auxquels il préfère une morale mondaine, athée et parfaitement cynique qu’il veut pratiquer sans modération22.

  • 23 Ibid., p. 64.

20Dans le jeu complexe de négations et d’aveux inavouables, il écrit « confidemment » à son frère, car celui-ci serait « secret et discret ». Il reconnaît qu’il ne fait point de confession, parce que « i’aurais trop de choses à dire »23, mais au cours de son aveu-récit, il finit par révéler l’innommable crime de lèse-majesté qu’il cache dans son cœur : l’aspiration à la royauté. Allant au-delà de ce que son frère n’osait même pas lui reprocher, la prosopopée du ministre avoue et déclare en public que les grandes richesses, les charges et les places d’armes qu’il accumule lui serviraient un jour à ruiner son maître, à renverser la loi salique et à en prendre enfin la place. Au bout de cette confession impossible, le lecteur ne rencontre plus la figure du prélat chrétien, mais celle de l’homme de guerre, du grand Capitaine, du Matamore dont se réclame ouvertement la fiction du ministre. Ainsi, à la place de la douceur chrétienne, la prosopopée de Richelieu exalte la violence et au lieu de la Religion, il déclare sa foi en la Fortune, dont il se veut le prêtre et le magicien, pour avoir su trouver les moyens de faire prospérer ses affaires et d’arrêter la roue au faîte de sa propre gloire.

  • 24 Ibid., p. 66.

21Pour compléter ce portrait sombre, Morgues n’oublie pas de faire avouer à Richelieu sa pratique de la magie, afin de retourner contre lui les accusations que celui-ci avait portées contre la reine mère pour la discréditer aux yeux du roi. Ce dernier crime est avoué de la façon la plus nette : « Ie consulte tous les iours des Magiciens, Devins et Astrologues, qui me promettent des merveilles… »24.

  • 25 « Lettre de Monsieur le cardinal de Lyon », op. cit., p. 58-59.
  • 26 « Réponse de Monsieur le Cardinal de Richelieu », op. cit., p. 61-63, 65.

22Le dialogue entre les deux frères est émaillé de formules éclairantes ; d’une part, nous trouvons des « il faut que je vous advertisse », « qui peut nier que », « À la vérité, ces soupçons »25 ; d’autre part, nous rencontrons des « Vous avez oublié que », « Je sais bien que », « Ne me représentez point que », « Vous montrez bien que », « il faut avouer que »26. Ces nombreux énoncés, qui rythment le récit de Morgues, visent à créer un effet de vérité ou de vraisemblable qui pousse le public à précipiter les deux prélats dans une même condamnation. Leur discours, loin d’être différent, se révèle proche et dévoile l’intime connivence qui préside à leurs comportements. Grâce à leurs aveux, à leurs reproches et à leurs réactions réciproques – évidemment feintes et imaginaires –, ils montrent que chez eux l’ordre de la parole n’est plus régi par la morale chrétienne ni par la prudence politique, mais par l’hypocrisie, la folie, l’ambition, la convoitise et la libido dominandi. Mauvais prêtres et piètres pasteurs d’âmes, les deux Richelieu apparaissent discrédités dans l’ordre de la morale publique qui préside aux destins de la Cité. Dans l’ordre politique, c’est le cardinal ministre qui manque des qualités essentielles pour donner forme aux promesses du bon gouvernement : la prudence et la mesure dans l’utilisation de la force, dont il recherche au contraire l’expression absolue.

  • 27 [Mathieu de Morgues], Le Catholicon françois ou Plainctes de deux chasteaux rapportées par Renaudot (...)

23On voit le résultat auquel on parvient : le masque pris par l’auteur pour restituer la figure et l’action des deux prélats, ministres de Dieu et du roi, aboutit au dévoilement d’une vérité que leur politique cacherait derrière un discours aussi faux que trompeur. Le masque fait tomber le masque et la fiction devient la mesure d’une vérité que la violence politique rend inaudible. La fiction, devenue une figure heuristique, permet de dire et de faire la seule vraie politique, du moins celle que prône l’opposition. Comme le dit Morgues dans l’un de ses pamphlets au vitriol lancé contre le gouvernement : « La vérité ne peut se dire maintenant que dans l’obscurité »27.

  • 28 Voir les ouvrages contenus dans les éditions des recueils de Morgues : Pièces curieuses pour la déf (...)
  • 29 [Mathieu de Morgues], Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy, op. cit., t. I, p. (...)

24Il est par ailleurs intéressant de constater que les deux lettres fictives des Richelieu furent publiées dans les recueils de Morgues à côté d’autres lettres historiques, celles-ci bien réelles, que les protagonistes des luttes contemporaines diffusaient massivement dans le public28. C’est le cas de « La lettre de la Reine mère du Roy à Messieurs du Parlement de Paris », publiée à la suite des deux textes que j’ai présentés29. La missive de Marie de Médicis contribue par son contenu critique à l’égard du cardinal, ainsi que par sa collocation typographique, à rendre vraisemblable les aveux impossibles des Richelieu.

  • 30 Voir Thuau E., Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, A. Colin, 1966.
  • 31 S. l., s. d., 1632 et 1635. Publié également dans le recueil de Mathieu de Morgues, Diverses pièces (...)
  • 32 S. l., s. d., 1635. Publié aussi dans Diverses pièces pour la défense de la Royne mère du Roy, op. (...)
  • 33 S. l., 1643. Paru aussi dans Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy, op. cit., t. (...)
  • 34 S. l. [Paris], 1632. Publié aussi dans Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy, op (...)
  • 35 [Mathieu de Morgues], Le Catholicon françois, op. cit., p. 152-153.
  • 36 Cité par Thuau E., Raison d’État, op. cit., p. 176.
  • 37 Voir Richelieu, Lettres, éd. Avenel, Paris, Impr. Impériale, 1856, t. II, p. 552-553 ; idem, Mémoir (...)
  • 38 Je n’ai pas pu retrouver le titre de ce libelle, mais il est évident, sinon probable, que les auteu (...)
  • 39 « Arrest de mort contre Jean Barbotin, Balthasar Boullaye et Jean Maniveau, auteurs d’un libelle co (...)

25L’utilisation du masque pour démasquer, de la fiction pour obtenir la vérité était un procédé courant dans une culture politique qui était dominée par le secret et que le culte de Tacite renforçait30. Morgues a bien utilisé ce registre dans les nombreuses attaques qu’il a porté contre le gouvernement. Des titres comme Le génie démasqué du cardinal de Richelieu31, La Vérité défendue. Ensemble de quelques observations sur la conduite… de Richelieu32, Les deux faces de la vie et de la mort de Marie de Medicis […] discours funèbre33, L’esprit bienheureux du mareschal de Marillac, à l’esprit malheureux du cardinal de Richelieu34 disaient bien au public où se situaient pour certains la vérité de la France et l’opprobre d’une « tyrannie » qui faisait gémir la population sous l’oppression du gouvernement en place. Richelieu était d’ailleurs très sensible à cette rhétorique du masque et aux opinions hétérodoxes que celle-ci libérait à travers son jeu. Durant son ministère, il avait soumis l’opinion publique à un contrôle sévère ; son mécénat illustre avait non seulement l’objectif de protéger et soutenir les Muses en France, mais aussi celui d’organiser une pensée officielle favorable au gouvernement. Dans le Catholicon français (1636), Mathieu de Morgues, qui avait travaillé avec le ministre durant les années 1620 (au temps de leur appartenance au groupe de la reine mère), nous a montré la détermination du cardinal à pourchasser les libelles clandestins et à faire condamner leurs auteurs35. Le contrôle de la pensée était en effet accompagné par des lois et des actions exemplaires. L’arrêt du conseil d’État du 2 novembre 1627 défendait, par exemple, « de composer, traiter, ni disputer des propositions concernant le pouvoir et l’autorité souveraine de sa Majesté, et des autres rois et souverains, sans expresse permission du Roi, par ses lettres patentes à peine d’être puni comme séditieux et perturbateur du repos public ». Richelieu voulait aussi réglementer les almanachs, sous prétexte que leurs rédacteurs, « au lieu de demeurer dans les bornes du devoir, y employaient plusieurs choses inutiles et sans fondemens certains, qui ne pouvaient pas servir qu’à embarrasser les esprits faibles qui y ont quelque croyance ». La déclaration du 20 janvier 1628 interdit de mettre autre chose dans les almanachs que « les lunaisons, éclipses et diverses dispositions et tempérament de l’air »36. Ceux qui ne respectaient pas les dispositions du roi furent poursuivis durement. La Bastille, la potence et la hache furent les derniers arguments destinés à faire taire les plumes rebelles qui tâchaient de faire entendre leur voix sur les affaires du temps. En 1627, deux imprimeurs d’Angers, Le Rondin et Le Venant, furent condamnés par le Châtelet de Paris à être pendus et étranglés pour avoir « donné mémoires, participé et contribué à la composition d’un libelle diffamatoire », la célèbre Lettre de la cordonnière de la royne mère à M. de Baradas (1627), qui critiquait le gouvernement et le roi37. En 1628, trois imprimeurs de Loches, Jean Barbotin, Balthasar Boullaye et Jean Maniveau, auteurs d’un libelle contre Richelieu, dans lequel ils auraient « tasché d’obscurcir le lustre et grandeur de la maison de l’illustrissime Cardinal de Richelieu » (critique de la généalogie royale du ministre38 ?), furent condamnés eux aussi à être pendus et étranglés39.

26La mise en scène d’une parole libérée des poncifs d’une pensée autoritaire, qui présentait le tout puissant cardinal sous les couleurs sombres d’un tyran, fou et téméraire, était ressentie par une partie de l’opinion publique comme une expérience cathartique. Les opuscules nombreux que Morgues écrivait contre le cardinal, avec l’habilité consommée d’un polémiste de race, rencontraient la faveur du lectorat français contemporain qui était peu favorable à la continuation d’une guerre de conquête aux lourdes conséquences sociales et économiques. Vers la fin des années 1630, les ambitions conquérantes de la monarchie absolue de Louis XIII suscitaient de plus en plus de résistances en France. Ce n’est donc pas étonnant que la littérature clandestine de cette période ait souvent utilisé la figure de la prosopopée pour aborder la politique de Richelieu. La discréditer et l’affaiblir pour arriver à un changement de régime était le but de la plupart des écrivains d’opposition. Si nous jetons un coup d’œil sur cette littérature politique, notamment celle de la décennie qui suivit la mort du ministre, nous en trouvons des traces importantes.

  • 40 Dans la préface au volume réunissant les meilleurs vers de Billaut, Les chevilles de Me Adam menuis (...)
  • 41 Billaut A., « Prosopopée sur la mort de M. Le Cardinal de Richelieu », « Recueil de pièces pour ser (...)
  • 42 « Prosopopée de Richelieu », Paris, BnF, Fonds français, 22568, f° 157.
  • 43 « Prosopopée de Richelieu », ibid., f° 157v°-158.

27Regardons de plus près ces ouvrages. Quelques auteurs, proche du gouvernement, composèrent des prosopopées en vers qui mettaient en scène un Richelieu détaillant ses exploits et exaltant sa propre gloire, ainsi que celle de la monarchie. C’est le cas notamment d’Adam Billaut, un menuisier autodidacte qui était entré dans la clientèle du ministre grâce à des compositions poétiques, qui plurent autant au destinataire qu’aux savants de cette époque, tel l’abbé de Marolles, qui célébra le génie de Billaut40. Celui-ci composa une délicate Prosopopée sur la mort de Mr. Le Cardinal de Richelieu, en 1643, qui fut remarquée par sa justesse. Le ministre était commémoré avec mesure ; l’éloge de sa politique n’était pas compromis par les excès d’une flatterie sans bornes. Son personnage chantait avec justesse ces vers : « J’ay planté des lauriers qui seront tousjours verts / Le bruit de nos exploits a fait trembler la terre/Et mes fameux conseils ont brisé comme verre / Les orgueilleux desseins de cent peuples divers41 […] ». Dans la même période, deux autres auteurs anonymes rédigèrent des compositions analogues, sans que leur contenu n’atteigne la qualité et la finesse des vers de Billaut. Elles présentent leur Richelieu avec la flagornerie des courtisans : « Je suis ce merveilleux et puissant Cardinal, / Qui triomphay de tout hormis de la Nature […]42 » ou « Ornez de diamants une grande chapelle, / Faites à mon heros un tombeau d’or vermeil : / Et comme l’Univers n’a rien veu de pareil […]43 ». Quoique ces deux compositions aient joué un rôle assez important dans la vulgate de Richelieu après sa mort, notamment en 1643, lors de la succession de Mazarin au gouvernement, elles apparaissent peu significatives d’un point de vue poétique.

  • 44 Plusieurs exemplaires conservées dans les fonds manuscrits. Voir Paris, BnF, Fonds français, 19146, (...)
  • 45 Ibid.

28Les écrivains d’opposition rédigèrent aussi des prosopopées, une quinzaine44, dans lesquelles ils faisaient « avouer » au ministre tant détesté ses fautes nombreuses, ses violences répétées et sa soif de pouvoir. Si je ne craignais pas de faire une erreur, en reprenant le point de vue de tant d’écrivains anonymes, qui voyaient en Richelieu le roi et dans celui-ci son commis, je pourrais dire que le personnage qui ressort de ces prosopopées est une sorte de King Lear shakespearien qui se montre dans la force d’une nature pervertie par le mal politique et moral. Mais au-delà de ces formules, ces fictions nous offrent le spectacle d’un aveu répété que d’aucuns auraient souhaité entendre du vrai cardinal. Or, cette confession de 1642-1643 est très proche de celle que Morgues avait fait prononcer au ministre en 1631. À quelques détails près, les « crimes » reconnus par le ministre sont les mêmes. Si on les considère de façon synthétique, on constate que le Richelieu de ces compositions possède une ambition et un orgueil démesurés (« J’avois les desseins du plus grand des Cesars », « Je voulust rendre immortel mon renom »), une volonté de puissance aussi illimitée (« Je maltratois les Roys, je mesprisois les Dieux »), un cynisme qui ne recule pas devant l’élimination physique de ses opposants (« À tous ceux qui vouloient chastier mes forfaits/j’allois par le poison achever desormais »), une cruauté légendaire (« Plus cruel cent fois qu’il ne fut jamais Tibere »), et l’âme du grand capitaine conquérant (« j’aborrois la paix et j’aimois les armes »). Il aurait porté aussi la division en France et en Europe (« J’ay fait regner le filz, j’ai fait bannir la Mere ; j’ay troublé l’Europe et mis tout en larmes »). En d’autres termes, c’est un tyran triomphant qui a pillé les richesses de la France et enchaîné la Fortune à son char. Comme il convient à la figure du favori maudit, il s’apprêtait à renverser l’État et à prendre la place du roi, lorsque la mort le foudroya (« Que ne me reste t’il plus sinon d’estre Roy Et de voir en mes jours ma teste couronnée ? », « Attendant les moyens d’un horrible attentat je me faisois Roy si je ne fusse mort »45). Seule la puissance divine a pu mettre un terme à l’expansion d’un pouvoir abusif, lui accordant cependant de mourir dans son lit sans subir la juste fureur du peuple.

  • 46 Lire Ferretti G., « Autour de la bibliothèque du Roi : la littérature clandestine d’opposition sous (...)

29La proximité entre la version de Morgues en 1631 et celles des écrivains anonymes de la décennie suivante suggère l’existence d’une continuité d’idées et de thèmes élaborés par une opinion clandestine durant cette période. Les clivages traditionnels entre dévots et politiques qui recoupaient l’antagonisme entre Français et Espagnols dans les années 1630 furent modifiés par l’expérience de la guerre. Celle-ci eut l’effet de recomposer l’opposition dans un front plus large comprenant les dévots et tous ceux qui étaient maintenant hostiles à la poursuite de la guerre et au gouvernement qui la soutenait46. La violence que cette saison terrible engendrait dans les comportements collectifs était probablement à la base des « aveux » du chef du gouvernement. En effet, entre celui-ci et les « crimes » que la société civile lui attribuait, il y avait un lien direct, l’aveu étant ici une fonction de la guerre, une reconnaissance de responsabilité, certes sur le plan de la fiction, dans les destructions, les révoltes et les répressions sanglantes que le choix de mener une guerre contre les Habsbourg avait provoqué dans la société française. Le vraisemblable n’est donc pas à rechercher dans l’exactitude des faits avoués par la prosopopée du ministre, mais dans la volonté réelle de celui-ci de mener une guerre offensive en Europe aux conséquences humaines incalculables. L’aveu des « crimes » est l’envers spéculaire des attentes et des espérances de renouveau que la société civile des années 1640 exprimait par ces compositions en vers et en prose.

30S’il n’y a pas de vérité dans cet aveu impossible, sa fonction heuristique se rattache à la recherche d’un apaisement que la paix ou la mort (décrétée par le Ciel, selon la pensée chrétienne de cette époque) pouvait apporter aux protagonistes de ces luttes terribles. Que la recherche de l’apaisement ait été à la base de cette expérience, on le lit encore dans une des plus belles prosopopées du cardinal, mis en musique et largement diffusée auprès de la population dans les années de la Régence. Cette prosopopée du ministre réconcilie les partisans du pouvoir absolu et ceux de la paix en Europe. Je voudrais la proposer ici et suggérer que la mort, les aveux et le repentir de Richelieu, plongé dans la fiction de l’enfer, traduit encore une fois les besoins collectifs de paix et de prospérité que la monarchie française n’était pas prête de résoudre à la veille de la guerre civile de la Fronde.

Prosopopée du cardinal de Richelieu, chantée sur l’Air du Confiteor

Tous ces flambeaux qui sur ma tombe
Reluisent apres mon trespas
Ne sauroient m’esclairer la bas
Ny empescher que je ne tombe
In tenebras interiores ubi est fletus et stridor dentis.

A quoy cette pompe funebre
Je ne suis plus cette Eminent
Et que me servent maintenant
Tant de messes que l’on celebre
Non est qui requirat animam meam.

Vos chants sont des chants de cigale
Qui font un inutile bruit
Et ne produisent que le fruit
D’un infame Heliogabale
Justo Dei Judicio condemnatum sum.

J’ai vescu d’une estrange mode
Beaucoup de François sont tesmoings
Que j’ay fait verser pour le moins
Autant de sang que fit Herodes
Sanguinis iste super nos et super filios nostros

Oh que mon sort est deplorable !
Maudite soit l’ambition
J’entens à ma confusion
Donner l’arrest irrevocable
Vindemiavit me Dominus in die furoris sui.

Vous parens que l’honneur aveugle
Detestant mon adversité
Restituez par charité
Le sang que j’ay tiré du peuple
Non remittitur debitum nisi restituatur ablatum.
[…]

  • 47 Le terme de prosopopée se trouve dans plusieurs versions de ce texte. Il fut publié aussi sous le t (...)

Prestres cessez vos chants steriles
Et retournez en vos maisons
Dieu n’entend point vos oraisons
Vos prieres sont inutiles
Quia in inferno nulla est redemptio47.

Notes

1 [Mathieu de Morgues], Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy très chrestien Louis XIII, [Paris], Iouxte la copie imprimée à Anvers, [1631 et 1643], t. I, p. 55-60 [lettre d’Alphonse à son frère], 61-66 [réponse du ministre]. Sur l’activité éditoriale de Morgues et sa lutte politique voir : Bailey D., « Les pamphlets de Mathieu de Morgues (1582-1670), Bibliographie des ouvrages disponibles dans les bibliothèques parisiennes et certaines bibliothèques des États-Unis », Revue française d’histoire du livre, 18 (1978), p. 41-86 ; idem, « Les recueils de Mathieu de Morgues : une bibliographie des collections dans les bibliothèques de Paris », Revue française d’histoire du livre, 33 (1981), p. 553-560 ; idem, Writers against the Cardinal : a study of pamphlets wich attacked the person and policies of cardinal Richelieu during the decade 1630-1640, Ann Arbor University microfilms, 1973, 2 vol.

2 Sur cet auteur, trop souvent malmené par une historiographie trop encline à suivre l’interprétation officielle de la monarchie absolue, voir : Perroud C., Essai sur la vie et les œuvres de Mathieu de Morgues, Le Puy, 1865 ; Fagniez G., « Mathieu de Morgues et le procès de Richelieu », Revue des deux mondes, t. 162, décembre 1900, p. 550-586 ; Henrard, « Mathieu de Morgues et la maison Plantin », Bulletin de l’Académie royale des sciences, Bruxelles, 1880, passim ; Lim S.-H., « Mathieu de Morgues, Bon Français ou Bon catholique ? », Dix-septième siècle, 210 (2001), p. 655-672.

3 Fagniez G., « L’opinion publique et la polémique au temps de Richelieu, à propos d’une publication récente », Revue des questions historiques, t. 60 (1896), p. 442-484 ; idem, « L’opinion publique et la presse politique sous Louis XIII, 1624-1626 », Revue d’histoire diplomatique, t. 14 (1900), p. 352-401 ; Deloche M., Autour de la plume du cardinal de Richelieu, Paris, 1920 ; Duccini H., Faire voir, faire croire, l’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

4 Fumaroli M., « Genèse de l’épistolographie classique : rhétorique humaniste de la lettre, de Pétrarque à Juste Lipse », Actes du colloque de la Société d’Histoire littéraire de la France, organisé par B. Bray (1977), Revue d’Histoire littéraire de la France, 78 (1978), p. 883-900 ; idem, La conversation, dans Trois institutions littéraires, p. 130 ; Schmitz, La théorie de l’art épistolaire et de la conversation, Bray et Strosetzki, Art de la lettre, art de la conversation, à l’époque classique en France. Actes du colloque de Wolfenbüttel, octobre 1991, Paris, Klincksieck, 1995, p. 20-21.

5 Voir Quintilien, Institution oratoire, Livre III, 8, 49-58.

6 Aristote, Rhétorique, 1358 a 37, 1391 b 29 et 1392 a 5. Voir aussi Cicéron, De oratore, II, 336 ; idem, Partitions oratoires, 83.

7 Quintilien, Institution oratoire, Livre III, 8, 58-63.

8 « Lettre de Monsieur le cardinal de Lyon à Monsieur le cardinal de Richelieu son frère », in Pièces curieuses, op. cit., p. 55.

9 Il fait allusion à la nomination au cardinalat que Richelieu obtint grâce au soutien de Marie de Médicis, son ancienne protectrice.

10 « Lettre de Monsieur le cardinal de Lyon », op. cit., p. 56-57.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 58.

13 Sur ce courant voir Lim S.-H., La Pensée politique des « Bons catholiques » dans la première moitié du XVIIe siècle (1592-1642), Thèse Paris IV-La Sorbonne, 1998.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 59.

16 Ibid., p. 59-60.

17 Ibid., p. 60.

18 Ibid., p. 61. Morgues dénonce ici la politique d’acquisition de prébendes menée par Richelieu. Il ne dit pas que si le ministre a pu concentrer entre ses mains autant de titres, cela a été grâce au soutien délibéré du roi. Cette amplification est obtenue par le postulat, ci-dessus évoqué, que Louis XIII était « ensorcelé » par la parole de son ministre, qui le tenait comme prisonnier de sa propre volonté. Voir, au sujet de cette accumulation de charges, Bergin J., Pouvoir et fortune de Richelieu, Paris, R. Laffont, 1987, p. 182-219.

19 « Réponse de Monsieur le Cardinal de Richelieu », op. cit., p. 65.

20 Ibid., p. 65.

21 Ibid., p. 64-65.

22 Ibid., p. 65.

23 Ibid., p. 64.

24 Ibid., p. 66.

25 « Lettre de Monsieur le cardinal de Lyon », op. cit., p. 58-59.

26 « Réponse de Monsieur le Cardinal de Richelieu », op. cit., p. 61-63, 65.

27 [Mathieu de Morgues], Le Catholicon françois ou Plainctes de deux chasteaux rapportées par Renaudot, maistre du Bureau d’adresse, s. l., 1636, p. 6.

28 Voir les ouvrages contenus dans les éditions des recueils de Morgues : Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy, op. cit., passim ; ibid., 1636 ; Diverses pièces pour la defense de la royne mere…, s. l., s. d. ; ibid., s. l., 1637 [et 1644], 5 vol.

29 [Mathieu de Morgues], Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy, op. cit., t. I, p. 67-80.

30 Voir Thuau E., Raison d’État et pensée politique à l’époque de Richelieu, Paris, A. Colin, 1966.

31 S. l., s. d., 1632 et 1635. Publié également dans le recueil de Mathieu de Morgues, Diverses pièces pour la defense de la Royne mere du Roy, s. l., 1643, p. 457-465.

32 S. l., s. d., 1635. Publié aussi dans Diverses pièces pour la défense de la Royne mère du Roy, op. cit., p. 511-609.

33 S. l., 1643. Paru aussi dans Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy, op. cit., t. II, dernière pièce, pagination à part.

34 S. l. [Paris], 1632. Publié aussi dans Pièces curieuses pour la défense de la Royne mère du Roy, op. cit., t. II, p. 81-112, numérotation à part en fin de volume.

35 [Mathieu de Morgues], Le Catholicon françois, op. cit., p. 152-153.

36 Cité par Thuau E., Raison d’État, op. cit., p. 176.

37 Voir Richelieu, Lettres, éd. Avenel, Paris, Impr. Impériale, 1856, t. II, p. 552-553 ; idem, Mémoires, éd. Société de l’histoire de France, Paris, t. II, 1910, p. 408 ; Thuau E., Raison d’État, op. cit., p. 176. Malgré la répression du gouvernement, cet ouvrage eut une abondante circulation manuscrite et imprimée. Le P. Lelong le considère l’un des trois qui donnèrent le plus de chagrin à Richelieu. Il fut attribué au marquis de Soret et à Urbain Grandier (Jacques Le Long, Bibliothèque Historique de la France, éd. de 1719, p. 712-713). C’est pour cela que Morgues lui fit une place d’honneur dans l’un de ses recueils contre la politique du gouvernement. Voir Pièces curieuses, op. cit., t. I, p. 54-63 (numérotation à part).

38 Je n’ai pas pu retrouver le titre de ce libelle, mais il est évident, sinon probable, que les auteurs ont critiqué les prétentions de Richelieu de descendre d’une branche collatérale de la maison royale des Dreux. Comme nous l’avons vu, Morgues lui reproche cette invention dans la lettre imaginaire que lui adresse son frère Alphonse. Sur cette question, tout à fait réelle, Ferretti G., « Élite et peuple à Paris, 1642-1650. La naissance de l’historiographie sur Richelieu », Nouvelles de la République des Lettres, I (1997), p. 103-130.

39 « Arrest de mort contre Jean Barbotin, Balthasar Boullaye et Jean Maniveau, auteurs d’un libelle contre Richelieu, 3 janvier 1628 », Dupuy P., « Recueil de pièces concernant le règne de Louis XIII, 1625-1629 », Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais : BnF], f° 225-226v°.

40 Dans la préface au volume réunissant les meilleurs vers de Billaut, Les chevilles de Me Adam menuisier de Nevers, Paris, Toussainct Quinet, 1644, p. 3-5 non numérotées, l’abbé de Marolles fait un bel éloge du talent de cet autodidacte en écrivant que « l’envie mêmes avec ses dents de serpent, auroit peine à treuver de quoy mordre, tant ils [ses vers] son achevés ; en cela semblables à ces marbres, qui resistent d’autant plus aux injures des temps, qu’ils sont extremement polis ». Et à lui de conclure : « L’autheur de celui-cy [livre] n’a-t-il pas merité au sujet de ses Vers l’estime et la bien-veillance […] de tous les Grands du Royaume, et nommément de Monseigneur le Duc d’Orléans, qui l’a honnoré d’une pension, et l’a mis sur l’estat de sa Maison ? ».

41 Billaut A., « Prosopopée sur la mort de M. Le Cardinal de Richelieu », « Recueil de pièces pour servir à l’histoire de France sous Richelieu », BnF, Fonds français, 23067, f° 20. Ce volume fait partie de la série dite Jardin de plaisance, en 10 volumes de Louis Polle. Cette composition eut une bonne circulation manuscrite, comme le témoignent les versions conservées à la BnF. Voir ibid., Fonds français 23993, f° 58, 149v°, 247 ; Fonds français 19146, f° 40 ; ibid., Nouvelles acquisitions françaises 6874, f° 132. Ce sonnet en forme de prosopopée fut publié par l’auteur dans un volume réunissant ses meilleures poésies : Les chevilles de Me Adam, op. cit., p. 173.

42 « Prosopopée de Richelieu », Paris, BnF, Fonds français, 22568, f° 157.

43 « Prosopopée de Richelieu », ibid., f° 157v°-158.

44 Plusieurs exemplaires conservées dans les fonds manuscrits. Voir Paris, BnF, Fonds français, 19146, f° 33, 36, 55, 85, 170-171 ; 23067, f° 140v°-141 ; 23350, f° 32v° ; 23993, f° 2v°, 11-12, 46, 93, 117-118v°, 211v°, 147, 168v°-169v°, 209, 232v°-234 ; 24321, f° 107, 108-109v° ; ibid., Nouvelles acquisitions françaises, 6874, f° 72v°-73, 123, 146-148v°, 153-154, 158-159v° ; ibid., Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3852, f° 85v° ; ibid., Bibliothèque historique de la ville de Paris, ms. 564, f° 314v°-315 ; ibid., Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 1135, f° 69-72 ; Versailles, Bibliothèque municipale, ms. L. 241, f° 95.

45 Ibid.

46 Lire Ferretti G., « Autour de la bibliothèque du Roi : la littérature clandestine d’opposition sous la régence d’Anne d’Autriche », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. XXVI, 2000, p. 45-52 ; idem, « Littérature clandestine et lutte politique. L’héritage de Richelieu au temps de Mazarin (1643-1661) », L. Bély (dir.), L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’Esprit, Paris, PUF, 2000, p. 469-485.

47 Le terme de prosopopée se trouve dans plusieurs versions de ce texte. Il fut publié aussi sous le titre Le Confiteor du Cardinal de Richelieu, dans le Breviere du cardinal, s. l., s. d. [1643], p. 4-5, Paris, BnF, Ye 1155. Il existe un nombre important de versions manuscrites, dont plusieurs sont accompagnées d’une notation musicale. Tout au long du XVIIe et du XVIIIe siècles, le timbre du « Confiteor » fut adapté à de nouveaux textes. Pour plus d’informations sur cette prosopopée musicale et la chanson politique dans la première moitié du XVIIe siècle, Ferretti G., Chansons et lutte politique au temps de Richelieu, Actes du colloque sur l’Air de cour, Versailles, 9-11 octobre 2003, Versailles, P. Mardaga, p. 43-65, notamment p. 55-56.

Auteur

Professeur en Histoire moderne, Université de Grenoble II

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540