Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Les formes de l'aveu

Un procès sous tension ? Société, vérité et justice à Venise au XVIe siècle

Lucien Faggion

Résumé

En 1578, un procès est ouvert sur la demande d’une riche veuve vénitienne, Appolonia Collomba, spoliée de ses biens par un archidiacre de Vicence, Leonardo da Porto, noble issu d’un puissant lignage de la Terre Ferme, aidé par trois complices, dont deux sont originaires de l’aristocratie vicentine et liés aux da Porto : le célèbre avocat Prasildo dalla Volpe, le prêtre Battista Bonagente et, enfin, Elena dall’Oro, probablement une Vénitienne qui fréquente les cercles de pouvoirs de la ville de Vicence et le monde de la judicature de la capitale. Les informations livrées par la plaignante, les témoins et les prévenus, dont l’aveu figure comme la clef de voûte d’une partie de l’instruction, dépassent le cadre contextuel et élargissent les connaissances sur le monde vénitien et les sociétés urbaines du Dominio. La quête de l’aveu dévoile un univers multiforme, aux contours variables, dans lequel apparaissent les nombreux réseaux sociaux et politiques créés entre Venise et la vaste Terre Ferme.

In 1578, a lawsuit was open at the request of a rich Venetian widow, Appolonia Collomba, who had been despoiled of her property by a Vicenza archdeacon, Leonardo da Porto, a nobleman from a powerful Terra Firma lineage, with the help of three accomplices, two of them being issued from the Vicenza aristocracy and related to the da Porto’s : the famous barrister Prasildo dalla Volpe, the priest Battista Bonagente and, third, Elena dall’Oro, probably a Venetian woman moving in Vicenza’s powerful circles and the judicial world of the capital. The information given by the plaintiff, the witnesses and the defendants, whose confession appears as the central piece of part of the investigation, go beyond the matter-of-fact context and widen our knowledge of the Venetian world and the urban societies of the Dominio. The quest for confession reveals a many-sided universe, with shifting borders, in which we see the interplay of many social and political networks built up between Venice and the vast Terra Firma.

Texte intégral

  • 1 Archivio di Stato de Venise [désormais : Arch. Stato de Venise], Avogaria di Comun [désormais : Av. (...)
  • 2 Sur le Collège des Juges de Vicence, Faggion L., Les Seigneurs du droit dans la République de Venis (...)
  • 3 Cozzi G., « La politica del diritto nella Repubblica di Venezia », G. Cozzi (éd.), Stato, società e (...)

1L’affaire instruite à Venise en 1578 recèle des logiques liées au procès lui-même, qui impliquent des acteurs dont les codes de comportement ne s’expliquent que par les enjeux sociaux et politiques divisant les classes dirigeantes citadines de la Terre Ferme1. La pertinence des informations livrées dépasse le cadre contextuel mis en lumière par les témoignages et les interrogatoires recueillis par le juge, et élargit les connaissances sur l’univers vénitien et les sociétés du Stato da Terra. Au-delà des rapports de force et des rivalités exprimés, même discrètement, par certains protagonistes, l’aveu tant recherché et extorqué par l’homme de loi aux principaux acteurs, qu’ils soient auteurs du méfait ou probables complices, permet également d’appréhender un monde multiforme, aux contours variables, où sont mis en évidence les innombrables réseaux sociaux et politiques tissés entre la capitale, Venise, et la vaste Terre Ferme, constituée au cours des premières décennies du XVe siècle, marquée par ses propres traditions culturelles, ses noblesses, imbues de leurs droits et de leur passé illustre, ses professionnels du droit, souvent réunis dans des Collèges, ainsi que ses notaires, nombreux dans le Dominio et à Venise2. Le psychodrame dévoilé par cette plainte n’est pas réductible à un simple case study, ni même à un cas exceptionnel, en dépit des inévitables contingences particulières composant l’arrière-fond des événements, mais il rend compte de l’existence de puissants cercles de pouvoirs et des codes de conduite d’une brillante société minée par des conflits nobiliaires d’une rare virulence, qui défraient souvent les recteurs, issus du patriciat, élus pour diriger les principales villes de la Terre Ferme3.

Entre récit autobiographique et confession

2En août 1578, une riche veuve de Venise, Appolonia Collomba, ayant été emprisonnée, sur instance de la famille de son défunt époux, décide, une fois libérée, de recourir à l’Avogaria di Comun, suprême magistrature d’appel de la République, composée de trois patriciens, auxquels s’adressent tous les sujets, quel que soit leur statut social. La plainte concerne une affaire de falsità, une fraude ou une tromperie, des vols, des actes sacrilèges, un homicide et un empoisonnement : ces différents crimes ont ponctué l’existence jadis paisible de Collomba et composent la trame sur laquelle est conçue l’enquête, la prise de témoignages et les interrogatoires. Des informations importantes sont livrées et élaborent un récit autobiographique de la plaignante. Tout commence en 1569, lorsque Francesco Boni, son riche époux, décède, plaçant Appolonia à la tête d’un héritage immense, dont la préoccupation est de le préserver. En 1572, elle convole en secondes noces avec le marchand Angelo Cesari, également très fortuné. Mais celui-ci décède à son tour, en 1576, lors de l’épidémie de peste qui sévit à Venise. Les biens de son deuxième mari soulève d’inextricables difficultés, nées d’une rumeur diffusée aux dépens de Collomba soupçonnée de vouloir tout s’approprier, à l’insu des Cesari. C’est dans un tel contexte qu’elle entre en contact avec des personnes qui expliquent la demande formulée en 1578 à l’Avogaria di Comun. Les litiges qui se profilent et la situation de veuve, jugée difficile, instable, la privant de soutiens précieux, l’incitent à accepter le secours du neveu de son défunt mari, Annibale dalla Niova, lequel lui fait connaître Elena dall’Oro, femme de pouvoir, au contact avec le monde de la judicature, toujours affairée, dit-on, à porter assistance aux femmes nécessiteuses et abandonnées. En l’absence probable de parenté, Appolonia accepte un tel patronage, une décision lourde de conséquences. Elena dall’Oro la persuade de prendre un avocat, célèbre à Venise comme en Terre Ferme, le noble vicentin Prasildo dalla Volpe à qui elle confie, non sans difficulté, tous ses papiers. Puis l’avocat l’encourage à conclure un mariage, afin d’obtenir l’aide dont elle dit manquer. Ce prétendant indispensable, aux relations nombreuses dans la capitale, est le comte Leonardo da Porto, écarté de l’héritage paternel, archidiacre à Vicence, détenteur de bénéfices en Terre Ferme et d’un prieuré en France, dont le statut, pourtant, ne le satisfait pas. Le mariage, comme l’appel au service de Prasildo dalla Volpe, sont censés assurer à Collomba tous les appuis nécessaires pour faire face à la parenté d’Angelo Cesari. Sur la promesse exprimée de renoncer à ses bénéfices, le comte Leonardo, préoccupé par l’argent, accepte la possibilité d’une union matrimoniale, grâce à l’intercession de ses trois amis, l’avocat dalla Volpe, le prêtre Battista Bonagente et Elena dall’Oro. En dépit des réticences de Collomba, le mariage est finalement conclu, mais il est faux. La fortune colossale de celle-ci est ainsi subtilisée, et deux meurtres sont commis. Enfin, aux prises avec la parenté des Cesari, elle se trouve emprisonnée en 1577 pour s’être prétendument accaparée des biens de son second mari. Une fois libérée, la Vénitienne spoliée cherche à obtenir réparation grâce à l’intervention de l’avocat Lucillo Cereda, un noble originaire de Vicence. Son récit, écrit fort vraisemblablement sous la dictée de Cereda, se confond avec celui du juge qui doit s’assurer de la validité des faits avancés et châtier les responsables.

  • 4 Macchi O., « Le fait d’avouer comme récit et comme événement dans l’enquête criminelle », R. Dulong (...)

3L’aveu recherché dans le procès pénal peut être considéré comme l’élément de base des preuves, la fameuse regina probationum, mais il est néanmoins difficile à obtenir. Les différentes versions des faits présentés par les divers acteurs poursuivis sont censées restituer le contexte – du moins, un certain contexte qu’il convient d’appréhender –, afin que le juge puisse accéder à la vérité, en cernant le déroulement des événements et en dégageant la réelle responsabilité prise par chaque protagoniste incriminé par Collomba. Grâce aux multiples requêtes soumises par la plaignante à l’Avogaria di Comun, l’enquête fondée sur les témoignages et les interrogatoires permet d’aboutir à l’établissement d’une peine et à la reconnaissance publique du vrai coupable, l’instigateur et l’acteur du délit en tant que tel4. Le procès semble se développer comme une intrigue de la conviction, laquelle repose sur certains éléments tenus pour fiables, qu’il convient néanmoins de vérifier avec soin, et sur le degré d’incertitude à prononcer sur telle ou telle information fournie par les acteurs-prévenus appelés à comparaître devant le juge. L’analyse de la parole tend à mettre au jour les mécanismes de validation des griefs exposés, à rendre perceptible la « politique de l’expérience », laquelle est durement vécue par Appolonia Collomba qui réussit, grâce aux conseils de Cereda, à émailler son récit d’indices d’expérience. À cette approche s’ajoute celle de la structure des histoires, lesquelles peuvent se recouper, se contredire ou apporter des éléments nouveaux en mesure de mieux cerner les relations intersubjectives à Venise dans la seconde moitié du XVIe siècle. Il s’agit donc d’une dynamique narrative tout comme d’un emboîtement de discours produits, sollicités et résolus par la justice : l’attention est prêtée sur la « permutation des significations » vérifiable dans et par des discours aussi nombreux que particuliers, s’insérant dans des contextes sociaux et politiques précis, de la capitale à la Terre Ferme. La parole de la plaignante, celle des acteurs du méfait et des témoins rend ainsi compte de réalités multiples, souvent confondues, juxtaposées, nécessitant d’inévitables regards croisés et complémentaires.

4La tâche de l’Avogaria di Comun est facilitée par les nombreuses informations étayées par la plaignante, aidée de son avocat, qui livre, étape après étape, au fur et à mesure de la progression de l’instruction, de l’audition des témoins et des interrogatoires, les faits censés clarifier la situation dans laquelle elle se trouve, le nom de ses adversaires et celui de tous ceux susceptibles de faire aboutir à la résolution du procès. L’aveu réclamé, la vérité recherchée, la parole sollicitée, constituent les récits sur lesquels se fonde le juge lors de l’enquête.

5Les déclarations que les prévenus sont amenés à faire se trouvent thématisées dans les rapports de reconnaissance ou de refus des faits reprochés : elles structurent les discours dans leur qualité d’événement. Les récits régulateurs auxquels sont astreints de répondre les protagonistes sont finalement ceux présentés par la plaignante. Les réponses données, quel que soit le degré de spontanéité, de réticence ou de refus des personnes interrogées, sont mises en perspective les unes par rapport aux autres, les déclarations tout comme les témoignages soumis à un examen attentif du juge. Le travail de juxtaposition et d’emboîtement des différents récits crée une trame narrative qui permet au juge de corroborer les affirmations d’Appolonia Collomba.

Plainte, rites juridiques, factions

  • 5 Priori L., Prattica criminale secondo il rito delle leggi della Serenissima Republica di Venetia, V (...)

6Le système juridique qui existe à Venise explique la nature du procès, sa formation, son déroulement, ses logiques internes. À la réalité de la Terre Ferme, versée dans le culte du droit commun, s’oppose le droit vénitien, marqué par le refus du technicisme juridique, le recours au pragmatisme et à l’arbitrium, confondant ainsi l’application de la loi, fondée sur le concept d’équité, et les réponses de nature politique5.

  • 6 Priori L., op. cit., chapitre « Dell’assentia de’ rei », p. 55-67.
  • 7 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8.
  • 8 Une telle absence a raison de sa culpabilité, selon la justice vénitienne, et selon la plainte, les (...)

7Rédigée grâce à Cereda, la plainte est composée de 47 articles que le juge avogador Marco Venier chargé de l’instruction est appelé à suivre, afin de recomposer la trame de cette histoire de manipulation mentale et de confondre les responsables, presque tous originaires du Dominio, liés à la prestigieuse famille da Porto, l’une des deux redoutables factions nobles qui divisent la ville de Vicence depuis les années 1530, opposée aux puissants Capra, dont fait partie l’habile homme de loi Cereda : le comte Leonardo da Porto, archidiacre, principal accusé, seul protagoniste absent, lié sans doute aux derniers Valois, ayant fui les terres de la République pour le royaume de France où il possède un bénéfice ecclésiastique, fuite qui correspond à une tacite confession du délit selon la justice6, jugé dès lors en contumace7 ; le prêtre Battista Bonagente, noble vicentin ; l’un des plus célèbres ténors du barreau vénitien au XVIe siècle, l’avocat Prasildo dalla Volpe, également issu de l’aristocratie de Vicence, membre du puissant Collège des Juges local et beau-frère de Leonardo ; enfin, Elena dall’Oro, aux origines sociales obscures, toujours aux côtés de la famille da Porto. L’enquête conduite par l’Avogaria di Comun peut faire ressortir les stratégies mises en œuvre par les prévenus, ceux du moins qui se sont présentés à la justice, au nombre de trois : Elena dall’Oro, Battista Bonagente et Prasildo dalla Volpe. Principal acteur des méfaits dont se plaint Appolonia Collomba, intéressé par l’argent, Leonardo da Porto est pris par la justice en 1581, mais parvient néanmoins à s’échapper des geôles de Vicence, dans des conditions douteuses et rocambolesques, grâce à l’existence de puissants réseaux sociaux et de clientèles dont profite sa Maison8.

8Le système probatoire conçu par les juristes du droit commun se caractérise par la recherche de la vérité au sein de laquelle une importance particulière est accordée aux preuves, une représentation directe du fait (notorium, confession, témoignage, déposition concorde de deux témoins, preuve écrite), par rapport à celles qui renvoient seulement à une forme médiatisée (présomptions, indices, conjectures). Dans le cadre de la connaissance judiciaire, il est dès lors possible de former deux groupes de preuves fondées sur des bases différentes du point de vue ontologique : d’un côté, les preuves directes, considérées comme la pleine manifestation de la vérité ; de l’autre, les preuves indirectes qui ne représentent qu’une fraction de l’expression de la vérité.

  • 9 Dezza E., Accusa e inquisizione dal diritto comune ai codici moderni, Milan, Giuffrè, 1989 ; Buganz (...)
  • 10 Cozzi G., « La difesa degli imputati nei processi celebrati col rito del Consiglio dei X », L. Berl (...)
  • 11 Priori L., op. cit., p. 1-11.

9À Venise, il existe d’une part le rite accusatoire, qui tend pourtant à disparaître en Italie et dans le reste de l’Europe ; d’autre part, le rite inquisitoire, à la procédure secrète et accélérée, qui s’affirme et tend à être utilisé comme un véritable instrument de pouvoir dans le courant du XVIe siècle, accordant aux magistrats dotés de cet outil une autorité exceptionnelle, dont profite une partie du patriciat, les oligarques9. Le Conseil des Dix, expression du principe de l’autorité, se caractérise par le rite inquisitoire, alors que l’Avogaria di Comun et la Quarantia utilisent le rite accusatoire, qui instruit une affaire publiquement, accorde la possibilité aux parties impliquées de dresser une liste des témoins à charge et à décharge, ainsi que de pouvoir objecter contre des accusations avancées10. Ce système offre des garanties d’équité au plaignant et à l’accusé, qui ont tous deux le droit d’accuser et de se défendre, en fonction des pièces ajoutées au dossier. Le procès assumé par l’Avogaria di Comun, sur demande de la veuve dépossédée, n’est possible que si la plaignante accepte de prouver la véracité de ses allégations. À l’origine, cette plainte, appelée « querelle », doit être produite par écrit par la personne s’estimant offensée, soit de sa propre main, soit de celle d’un notaire. Mais, au cours du XVIe siècle, c’est le juge qui prend l’initiative d’instruire une cause ex officio, que celle-ci soit ou non le résultat d’une dénonciation11.

  • 12 Ibid., p. 29-36.

10Une fois les indices rassemblés, fondés sur deux témoignages, jugés suffisants à instruire un procès, les personnes responsables du délit, qui n’ont pas pu être saisies par la justice, sont citées à comparaître : elles doivent se présenter, afin que le juge puisse connaître la vérité des faits reprochés ou, du moins, parvenir à une certaine connaissance des événements et s’assurer de la culpabilité des prévenus, en scrutant l’expression du visage, l’aspect, la contenance, la qualité et la parole de ceux-ci12. Après avoir répondu à la citation, les présumés coupables sont mis en prison, tenus à l’écart, afin qu’ils n’obtiennent aucune information de l’extérieur. En présence du juge, un notaire est tenu de rédiger le costituto de plano, interrogatoire auquel est soumis chaque prévenu, fondé sur les indices fournis par la plaignante et sur les questions posées par celui qui est instruit de l’affaire, sans que celui-ci ne puisse cependant utiliser des subterfuges. L’homme de loi doit se limiter aux faits et aux circonstances. Aucune copie des indices ne peut être livrée, sinon après la formation du costituto de plano et les défenses.

  • 13 Povolo C., L’intrigo dell’Onore, op. cit., passim ; Faggion L., « Disordini in una famiglia dell’ar (...)
  • 14 Voir les études récentes sur l’économie vicentine et les marchands : Demo E., « La produzione seric (...)
  • 15 Sur la noblesse et ses dissensions, Povolo C., op. cit., passim ; Faggion L., Les Seigneurs du droi (...)
  • 16 Ainsi, Bernardino Lippomano rapporte, dès le début de la lecture de sa relation, qu’il a trouvé « q (...)

11Le contexte social et politique, mis en lumière en 1578, peut contribuer à dévoiler les tensions qui marquent les aristocraties du Dominio depuis les années 1530, et dont les cercles de solidarités et d’alliances s’étendent à la capitale. Vicence est en effet déchirée par de profondes dissensions qui finissent souvent en règlements de compte d’une violence parfois extrême13. Les da Porto sont en rivalité déclarée avec les Capra, à la tête de réseaux de connaissances puissants, à la recherche des honneurs et des pouvoirs locaux. Fiers de leur ancienneté, préconisant une politique traditionnelle, favorable au prestige et à la pureté du lignage, les da Porto essaient de contrôler la compétition politique, les clientèles, ainsi que les pouvoirs locaux, et entraînent dans leur sillage de nombreuses familles de l’aristocratie. Quant aux Capra, attentifs au talent et à la fortune, ouverts aux familles émergentes, enrichies dans le commerce, dont les profits sont immenses14, ils ne sont pas en reste, puisqu’ils ont également formé une faction, afin de contrer les prétentions de leurs adversaires. L’antagonisme est violent, irréversible, mobilisant à la fois l’énergie des recteurs et l’attention de la classe dirigeante de Venise qui cherche à intervenir et à briser la logique de la violence caractérisant les aristocraties de la Terre Ferme15. Il n’est pas étonnant que le podestat Bernardino Lippomano, au terme de son mandat à Vicence, présente au Sénat, le 28 octobre 1578, une image en contraste de la ville, certes peuplée de personnes dévouées à l’État, mais marquée également par d’innombrables altercations que la confirmation de la loi de 1502, sur les bannis, dont le nombre pléthorique ne peut qu’inquiéter les autorités officielles, s’avère, selon lui, nécessaire16. Or le procès de falsità, instruit par l’Avogaria, s’intègre dans un contexte de conflits intenses et réguliers qui modifient profondément la vie sociale et politique des villes du Dominio, ainsi que l’attitude de leurs noblesses, et sert les intérêts de l’une des factions de Vicence, celle des puissants Capra, qui peuvent dès lors opérer des règlements de compte contre le groupe adversaire. Ami et fidèle de cette Maison, le juriste Lucillo Cereda parvient à utiliser les voies légales pour faire front au groupe dirigé par les da Porto, retenus pour responsables de l’assassinat d’un membre de sa propre famille. Les bruits qui n’ont pas manqué de circuler à Venise dès l’emprisonnement d’Appolonia Collomba survenu en 1577, bruits selon lesquels une riche Vénitienne avait été emprisonnée et spoliée de ses biens par un membre de la faction ennemie, ont dû parvenir à l’avocat qui a saisi l’occasion pour présenter ses services à la veuve, une fois libérée, afin de combattre, à travers la personne de Leonardo da Porto, l’ensemble de cette redoutable famille. Néanmoins, la volonté de rendre justice à un tort commis ne suffit pas à enclencher le processus de réparation. Il faut aussi pouvoir compter sur les cercles de pouvoirs de la capitale et amener une partie du patriciat à intervenir. Les liens tissés par les élites de la Terre Ferme avec la classe dirigeante de Venise rendent dès lors manifeste l’étendue des échanges établis entre ces deux univers que tout oppose, la culture comme le droit. Mais comment ? En choisissant la solution la plus « vénitienne », garant de l’équilibre politique et de l’équité sociale, fondée sur le champ institutionnel et juridique, sur la promulgation souhaitée d’une loi qui permette de reprendre le procès instruit en 1577, afin de lui donner une autre suite destinée à porter atteinte à l’intégrité de certains membres de la Maison da Porto. L’affaire prend alors une tournure résolument politique, dont les répercussions sont ressenties à Vicence même, espace des principaux protagonistes du psychodrame. Les Capra et leurs hommes de loi dévoués, tels Lucillo Cereda, sont parvenus à se faire entendre à Venise. Ainsi, le 26 septembre 1578, une loi ayant trait à la manipulation mentale, qualifiée de falsità, est promulguée, une aubaine sans doute inattendue pour Collomba, mais méditée, préparée, provoquée par les rivaux des da Porto qui veulent les frapper au cœur de l’État.

Aveux, réseaux et conflits : des prévenus dans l’œil du cyclone

12L’instauration des rapports entre le juge et les trois prévenus ne manquent pas de soulever une interaction constante et variable entre différentes sources d’informations, propices au travail d’élucidation du membre de l’Avogaria, lequel dispose des plaintes et des requêtes de Collomba, ainsi que des témoignages. Suivant une pratique aguerrie, le juge ne livre aucune information, mais suscite des réponses qui doivent le conduire au jugement, motivé par sa propre conviction. Le nombre d’interrogatoires ne peut que changer d’un prévenu à l’autre : Elena dall’Oro en a subi douze, alors que Prasildo dalla Volpe en a connu huit et le prêtre Battista Bonagente, neuf. Les récits livrés se distinguent, se complètent, éclairent les logiques comportementales de chaque acteur du procès. D’Elena dall’Oro, la créature des da Porto, attachée au monde de l’aristocratie vicentine et à celui de la judicature, à l’avocat et au prêtre, des nobles intégrés dans l’une des deux puissantes factions de Vicence, au rang élevé, jouissant de privilèges, des discours et des statuts sociaux, économiques et juridiques établissent une claire démarcation du rôle assigné à chacun, traduisent des niveaux de perception différents, et rendent perceptibles les liens du sang et de l’amitié, le dévouement et la fidélité aux da Porto, au centre des conflits urbains au XVIe siècle.

13Aux images parfois singulières et biaisées de la réalité, données par chaque prévenu lors des interrogatoires, entrecoupés par l’audition d’une multitude de témoins et par de nouvelles informations fournies par la veuve à la justice, par l’entremise de Cereda, s’ajoutent les rapports instaurés par le juge avec ceux qui sont retenus dans les geôles de Venise. Le membre de l’Avogaria ne se contente pas de suivre à la lettre les allégations avancées par la plaignante Collomba, il paraît également gagné par l’intime conviction, et ne se laisse pas induire en erreur par les réponses qui lui sont données. Il arrive souvent qu’il insiste auprès des prévenus, les exhorte à dire enfin la vérité et à ne pas esquiver les questions posées, ne manquant pas de relever, par exemple, les incohérences, les contradictions, les inévitables silences d’Elena dall’Oro ou de l’avocat et du prêtre. Parfois, il se fonde sur le bon sens, leur fait comprendre que le propos n’est pas vraisemblable et leur demande de faire un effort, lorsqu’ils prétendent avoir une mémoire défaillante.

14Le nombre de déposants, à charge et à décharge, s’élève à 86. Ceux de la défense, désignés par les trois prévenus, sont 36, écoutés entre le 8 et le 18 février 1580 : vingt-sept sont sollicités par l’avocat, trois par le prêtre et deux par Elena. Les quatre restants, déjà appelés lors de la phase d’accusation, sont cités par des témoins de la défense.

  • 17 Priori L., op. cit., passim.
  • 18 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 17 mai 1579, f° 35r°.
  • 19 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, f° 44.
  • 20 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, f° 56v°.
  • 21 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, f° 72r° : « come halo nome questi cugnadi de messer P (...)

15Elena dall’Oro est la première à être entendue par le juge avogador Marco Venier, le 17 mai 1579. Les questions sont formulées avec prudence. Comme le veut la coutume à Venise, selon les informations livrées par le chancelier Lorenzo Priori dans la Prattica criminale, le juge ne doit fournir aucune information et demande pour quelles raisons la prévenue est entre les mains de la justice17. La réponse s’avère négative, malgré la deuxième question qui l’invite à en chercher le motif : « vous ne pourriez pas l’imaginer ? ». Attentif, le juge ne manque pas de relever les incohérences du discours tenu par Elena dall’Oro, notamment au sujet de la somme versée pour la libérer de son bannissement (« qui a payé ? »), à propos de laquelle elle prétend avoir acheté sa libération, mais ne sait pas, en revanche, comment elle l’a financée ! D’où l’étonnement du juge18 face à Elena, qui se rétracte et dit ne pas avoir voulu dire cela : « ils » l’ont libérée, ce qui interpelle davantage Venier, soucieux de connaître l’existence d’un groupe de complices qu’il faut mettre au jour et démanteler. Le nom de l’avocat Prasildo dalla Volpe est cité, et l’intérêt se porte maintenant sur la participation effective de ce noble à la libération d’Elena, soulignant l’existence de liens établis entre celle-ci et des personnages puissants désireux de la protéger. Mais le travail de l’Avogaria ne se limite pas aux interrogatoires des prévenus, car l’enquête se poursuit dans la ville même de Venise. Ainsi le 18 mai, deux informations supplémentaires enrichissent le dossier déjà épais du juge : une recherche avait été entreprise, dans la paroisse de santa Lucia, chez le patricien Federico Michiel, qui avait hébergé Elena dall’Oro, afin de trouver l’objet de valeur qui avait été la monnaie d’échange pour sa libération. Puis, l’un des gardiens de la chambre des Seigneurs de Nuit, magistrature chargée de la répression des délits dans la capitale, Antonio Rovesa, déclare que, au cours de la nuit du 17 mai, un « grand avocat » – Prasildo dalla Volpe – était venu lui parler, afin de savoir si Elena était détenue dans les geôles. Dalla Volpe avait informé la détenue qu’il lui accordait ses services et, lorsqu’ils se virent, elle se jeta dans ses bras… La perquisition conduite dans la chambre où avait logé Elena a permis de découvrir des lettres, dont certaines provenaient de la main du comte Leonardo ; d’autres, de nobles de Vicence, tels le juge collégial Camillo Chiericati, Lodovico, Orazio et Andrea Pagello. Les papiers soulignent l’ampleur du réseau nobiliaire avec lequel la prévenue est en contact. D’où la prudence de celle-ci, expression de la peur, alors que le juge l’encourage à parler et à ne témoigner d’aucun respect pour quiconque, lui assurant qu’elle ne coure pas de danger. Mais elle ne cède pas. L’inquiétude provient des lettres découvertes et des correspondants d’Elena : sait-elle lire ? Elle prétend le savoir à peine, à l’étonnement de Venier qui se refuse de la croire, puisque Leonardo da Porto lui avait demandé, dans une de ses lettres, de l’excuser auprès de Collomba. Les documents découverts chez elle montrent également la part importante qu’elle a dû jouer dans les affaires de justice, car elle possède le bannissement prononcé contre Lodovico da Porto par le Conseil des Dix le 21 octobre 1577, à Montecchio Maggiore, à l’ouest de la province de Vicence, ainsi que le procès instruit par les Seigneurs de Nuit contre Collomba sur instance des héritiers d’Angelo Cesari, et l’inventaire des biens de son défunt mari19 ! Elena dall’Oro assume les traits d’une intermédiaire, fonction que la veuve avait déjà signalée à la justice, de Leonardo da Porto, de qui elle se sentait son obligée, car elle avait été son hôte, et d’Appolonia, à la recherche d’un prétendant. Néanmoins, le discours tenu tend à minimiser la part jouée par Elena, transformée en simple médiatrice au rôle de conseil aussi bien auprès de la riche Vénitienne que du comte Leonardo da Porto20. L’attention du juge est retenu par les papiers que Collomba ne manque pas de leur remettre, papiers du reste sollicités à son propre avocat Cereda, dès que des informations nouvelles sont recueillies par la justice. Il est probable que les divers interrogatoires subis et la prise de dépositions poussent la prévenue à reconsidérer le discours à tenir en justice : c’est ainsi que, le 29 mai, elle décide de parler au juge, dans l’intention de tout dévoiler, déclarant qu’elle se sent menacée par les da Porto, Leonardo, Iseppo et les autres qui sont nombreux21. À cette occasion, elle évoque l’entretien qu’elle avait eu, autrefois, avec son avocat, le patricien Marco Querini, qui l’avait invitée à fuir, car une telle famille, à coup sûr, la ferait mourir.

16Présentée comme une intrigante au service des da Porto, fréquentant le monde de la judicature, attirée par l’argent, cupide, cherchant à imposer l’image d’une médiatrice, Elena dall’Oro se contente de répondre par l’affirmative ou la négative aux questions posées, évite de livrer des détails supplémentaires susceptibles d’être accablants et de dévoiler son éventuelle complicité, joue sur la vraisemblance, en suivant les questions sans fournir d’informations liées au contexte. Son cercle de connaissances s’étend à Venise, au patriciat et aux marchands, mais également à la Terre Ferme, en particulier à Vicence, d’où proviennent ses trois amis impliqués. Elle rend compte, peu à peu, d’abord avec réticence, puis avec une relative liberté, de l’autorité de la Maison da Porto qui paraît intégrée dans certains réseaux de pouvoirs de la capitale et se fait craindre par de nombreux membres de la classe dirigeante. Prasildo dalla Volpe, ainsi que Battista Bonagente, sont des proches de la famille da Porto. Le noble homme de loi est lié par voie matrimoniale à cette puissante Maison et le prêtre vit auprès d’eux depuis une quarantaine d’années. Si l’avocat, fin connaisseur de la machine judiciaire, n’expose pas les dessous de l’affaire, Bonagente, quant à lui, ne manque pas de dévoiler l’origine de ce litige qui compromet des membres de la haute société de Vicence, en déclarant que ce sont les rivalités et la haine inexpiable opposant les da Porto aux Capra qui permettent de comprendre le déclenchement de l’instruction pénale, dans laquelle, par avocats interposés, liés à l’une ou à l’autre faction citadine, les prévenus tout comme leurs alliés sont poursuivis. L’incrimination s’explique, selon le prêtre, par les agissements secrets menés par ses farouches ennemis qui ont trouvé, grâce à Collomba, l’occasion rêvée de se venger.

  • 22 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, « proclama » de citation à comparaître du 6 juin 1579 (...)
  • 23 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 8 janvier 1580, f° 146v°.
  • 24 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 4 janvier 1580, f° 133v°.
  • 25 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 4 janvier 1580, f° 134r°.
  • 26 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 4 janvier 1580, f° 134v° : « mosso [Prasildo dalla Vo (...)
  • 27 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 16 janvier 1580, f° 16v°-17r°. Mais un deuxième bille (...)

17Une fois publiée la peine de bannissement prononcée contre Leonardo da Porto, l’affaire devient suffisamment grave pour que les complices, réels ou supposés, se mobilisent et évitent d’esquiver l’autorité judiciaire, afin d’écarter tout soupçon compromettant22. Aussi l’avocat dalla Volpe et le prêtre Battista Bonagente se présentent-ils aux prisons de Venise déjà le 7 juin, informés de la tournure des événements, et désireux de répondre ouvertement aux griefs dont ils sont soupçonnés. L’avocat se justifie de l’accusation de complicité dont il est rendu coupable. Tout ce qu’il a pu faire l’a été au nom de la bonté et de la charité, pour l’honneur de son beau-frère Leonardo da Porto et le danger dans lequel il risquait de tomber. C’est dans l’espace professionnel que Prasildo dalla Volpe tend à évoluer, les engagements pris étant fondés sur l’exercice de son métier et les liens entretenus avec sa parenté et ses amis, motivés par sa seule bonté23. Il avait pourtant cherché à conseiller Collomba, établie dans la paroisse de san Moise, avec d’autres confrères, Filippo Terzo, Alessandro Balbi, Angelo Dolce, ainsi qu’Angelo Barbon et Foscolo Foscolo24. Il fut ensuite sollicité directement par son beau-frère, qui lui écrivit de Vicence une lettre par laquelle il lui demandait de prendre sous sa protection la veuve, et de s’engager comme s’il s’agissait de sa propre personne25. Les sentiments bienveillants sont évoqués dans l’intention d’expliquer qu’il a cherché également à faire libérer Elena dall’Oro, tombée sous le coup d’une inculpation des Cesari, en lui versant la somme nécessaire qui lui permit d’être libérée, au nom du « zèle de l’honneur » de Leonardo et de « toute la cause »26. L’ambiguïté d’une telle action est toutefois soulignée par Marco Venier, mais dalla Volpe insiste en avançant qu’il avait agi de la sorte comme si elle avait été sa sœur, sans vouloir nuire à quiconque. Comme les autres prévenus, l’avocat était enfermé dans les geôles, afin de le priver de tout contact avec l’extérieur et de favoriser le travail de l’avogador en quête de vérité. Or, un billet écrit par dalla Volpe durant son incarcération dévoile l’existence de réseaux de connaissances. De crainte d’être découvert, l’avocat demande à un proche que les informations ne lui soient plus livrées dans une bassine et il s’ingénie à trouver un autre procédé, afin de savoir qui est appelé à déposer à l’occasion de ce procès27. Dans l’intention d’être régulièrement informé du nom des déposants, il suffit qu’un ami s’approche des gardiens de la prison et le salue au nom de ceux qui, en réalité, sont auditionnés ! Dalla Volpe, en outre, a le droit de demander que des témoins comparaissent en sa faveur, à l’instar du prêtre et d’Elena dall’Oro. Ainsi, dès le 8 février 1580, les témoins à décharge sont entendus et permettent de mesurer la part réelle jouée par les trois prévenus dans l’affaire instruite sur demande de Collomba.

18Dans le cadre des interrogatoires auxquels sont soumis le prêtre et l’avocat, le discours du juge est analogue à celui qu’a connu Elena dall’Oro. Il est vrai que Prasildo dalla Volpe, expert des normes juridiques, sait qu’il convient de ne pas éviter la citation à comparaître en justice et se présente donc spontanément pour faire état de son innocence, mais Marco Venier ne manque pas de l’interroger à huit reprises, l’invitant à ne pas esquiver les questions posées. Le critère de la vraisemblance et de l’invraisemblance est naturellement retenu dans l’évaluation des faits exposés. Jouant à la fois sur la ruse, la bonne foi, l’honnêteté, l’innocence, Battista Bonagente avance qu’il s’est présenté à la justice séculière, alors qu’il ne dépend que de l’autorité ecclésiastique. Ainsi est mise en avant une défense à variable multiple qui dépend du rang détenu par chaque protagoniste auditionné par l’avogador.

  • 28 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 3 novembre 1579, f° 94v°-95r°.
  • 29 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 3 novembre 1579, f° 95v°.
  • 30 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 5 novembre 1579, f° 102v°-103r°. Aussi Battista Bonag (...)
  • 31 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 5 novembre 1579, f° 103r°. Il affirme ainsi que « cos (...)

19Prêtre de l’église paroissiale de san Lorenzo, à San Pietro in Gù, localité située à une quinzaine de kilomètres à l’est de la ville de Vicence, Bonagente figure comme l’intendant de la famille da Porto, chargé des dépenses, du gouvernement de la maison et des affaires de Muzio da Porto tout comme des treize hommes qui sont sous son autorité. Les accusations de complicité sont réfutées et passent pour des calomnies créées par leurs ennemis de toujours : les Capra, détenteurs de biens fonciers à San Pietro in Gù, adversaires résolus des da Porto, œuvrent contre lui, en raison des antagonismes ayant opposé son neveu Francesco, un ami de Muzio da Porto, à Guido Capra, qui l’aurait toujours injustement persécuté28. Bonagente prétend avoir élevé dès son plus jeune âge le comte Leonardo, poursuivi par la justice, avec lequel il entretient une grande complicité que le juge cherche à mettre en lumière, afin de mieux mesurer la participation du prêtre aux agissements de Leonardo29. Bonagente savait que la veuve connaissait des difficultés importantes, puisque Iseppo da Porto lui avait fait lire les pièces du procès intenté par les Cesari, la famille de son défunt mari. Grâce à l’intercession de l’avocat Lucillo Cereda, les Capra auraient induit Appolonia Collomba à porter des accusations compromettantes sur le prêtre. Homme très âgé, d’une santé fragile, il se plaint des multiples difficultés dans lesquelles il se trouve, dues aussi bien à Collomba qu’à Elena dall’Oro, femmes d’après lui de mauvaises mœurs, qui lui vouent une haine profonde30. Il ne manque pas d’indiquer qu’Elena, qui avait vécu dans la maison de Leonardo da Porto, dans la paroisse de sant’Angelo, était connue des Vicentins et rendait des services à nombre d’entre eux auprès de l’Avogaria31.

20Aucun des prévenus n’a été retenu complice du délit commis contre Appolonia Collomba : Elena dall’Oro, Prasildo dalla Volpe et Battista Bonagente ont ainsi été libérés par la justice, au terme de l’enquête menée par l’Avogaria di Comun, fondée sur les requêtes de la plaignante, les témoignages et les interrogatoires. Seul Leonardo da Porto sort entaché par l’affaire rendue publique par la veuve. Ce procès, qui a duré deux ans et a nécessité l’audition de 86 témoins, permet de faire ressortir l’interaction entre le juge et les prévenus, de construire une image sociale de chaque détenu lors des interrogatoires auxquels ils sont soumis, de traduire les enjeux à la fois politiques et sociaux caractérisant la société vénitienne et celle de la Terre Ferme dans le dernier tiers du XVIe siècle. Les récits de la plaignante comme ceux des différents prévenus contribuent à varier les champs d’observation, à donner une identité à chaque acteur saisi durant ce bref mais révélateur et décisif instant qu’est le procès criminel. La spécificité du rite accusatoire autorise une lecture particulière des dynamiques déployées par les protagonistes de ce psychodrame. Aidée de son avocat soucieux de combattre la faction da Porto, Collomba apporte au juge des éléments destinés à châtier les coupables et à lui restituer la fortune dont elle s’est trouvée privée. Les prévenus, quant à eux, traduisent les violentes dissensions qui déchirent le Dominio, dont les ramifications s’étendent à la capitale, impliquant une partie de la classe dirigeante et les hommes de loi.

Notes

1 Archivio di Stato de Venise [désormais : Arch. Stato de Venise], Avogaria di Comun [désormais : Av. Co.], Miscellanea penale [désormais : M. p.], 397.8, procès Leonardo da Porto.

2 Sur le Collège des Juges de Vicence, Faggion L., Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530-1730 env.), Genève, Slatkine, 1998.

3 Cozzi G., « La politica del diritto nella Repubblica di Venezia », G. Cozzi (éd.), Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (sec. XV-XVIII), Rome, Jouvence, 1980, tome 1, p. 17-152 ; Povolo C., « La conflittualità nobiliare in Italia nella seconda metà del Cinquecento. Il caso della Repubblica di Venezia. Alcune ipotesi e possibili interpretazioni », Atti dell’Istituto Veneto di Scienze, Lettere ed Arti, – classe di scienze, lettere ed arti, t. 151 (1992-1993), p. 89-139 ; idem, « Centro e periferia nella Repubblica di Venezia », G. Chittolini, A. Molho, P. Schiera (éd.), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, Il Mulino, 1994, p. 207-221 ; idem, L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, Cierre, 1997, passim.

4 Macchi O., « Le fait d’avouer comme récit et comme événement dans l’enquête criminelle », R. Dulong, L’aveu. Histoire, sociologie, philosophie, Paris, PUF, 2001, p. 181-221 ; Duffe B.-M., « La sollicitation de l’altérité », R. Dulong, op. cit., p. 257-268.

5 Priori L., Prattica criminale secondo il rito delle leggi della Serenissima Republica di Venetia, Venise, Antonio Pinelli, 1622, passim. L’ouvrage est émaillé de considérations sur l’arbitraire du juge, l’arbitrium, dont la valeur est politique et sert d’instrument pour la classe dirigeante vénitienne, un « arbitraire » qu’il ne convient pas d’assimiler à la connotation péjorative née au XVIIIe siècle, en Italie comme dans le reste de l’Europe.

6 Priori L., op. cit., chapitre « Dell’assentia de’ rei », p. 55-67.

7 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8.

8 Une telle absence a raison de sa culpabilité, selon la justice vénitienne, et selon la plainte, les témoignages, les informations recueillies par les membres de l’Avogaria di Comun, lesquels sont appelés à prononcer la sentence. Ainsi, le chancelier vénitien Lorenzo Priori, fin connaisseur de la justice de la République, ayant assumé des charges en Terre Ferme, aux côtés des recteurs, indique dans la Prattica criminale, dont la rédaction date de la fin du XVIe siècle, mais publiée seulement en 1622 : « Quando non si potesse havere il reo nelle prigioni et, proclamato, ne anco egli si presentasse, ma restasse assente et contumace, con tutto che per general consuetudine et prattica, mentre che vi siano inditii sufficienti a transmettere la citatione, si potria bandire diffinitivamente con pena della vita, attento che li assenti et contumaci si hanno per la forma de i statuti per confessi et convinti senz’altre legitime prove non ostante la loro contumacia. Nondimeno per le leggi imperiali et civili l’assentia sola non è bastante di condannare diffinitivamente, ma solamente a confiscargli i beni, potendo quelli ricuperare, presentandosi nel termine di un’anno, il qual’anno passato, i beni restano confiscati, et dopo la confiscatione de’beni è anco in potere del reo di presentarsi, per purgare le cose contra di se opposte sopra il delitto. Ma nel Stato di questo Serenissimo Dominio, confrontandosi pure in certo modo con dette leggi, si osserva in prattica che restando il reo contumace convinto però in processo del delitto per testimonii, o per inditii prossimi al fatto, di modo che il giudice con buona conscienza per dette prove, o inditii prossimi congionti con la contumacia, la quale è una tacita confessione del delitto, possa condannare il reo alla diffinitiva, può esser punito alla detta diffinitiva, et tanto maggiormente quanto che per la forma del Statuto s’havessero i rei assenti per confessi », ibid., « Dell’assentia de’rei », p. 55.

9 Dezza E., Accusa e inquisizione dal diritto comune ai codici moderni, Milan, Giuffrè, 1989 ; Buganza G., Le complessità dell’ordine. Il processo penale veneziano e le ragioni del principe tra diritto, società e destino, Venise, Marsilio, 1998 ; Cozzi G., « La politica del diritto nella Repubblica di Venezia », G. Cozzi (éd.), Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (sec. XV-XVIII), Rome, Jouvence, 1980, t. 1, p. 17-152 ; Povolo C., « Aspetti e problemi dell’amministrazione della giustizia penale nella Repubblica di Venezia, secoli XVI-XVII », G. Cozzi (éd.), op. cit., t. 1, p. 155-258 ; idem, L’intrigo dell’Onore, op. cit., passim.

10 Cozzi G., « La difesa degli imputati nei processi celebrati col rito del Consiglio dei X », L. Berlinguer, F. Colao (éd.), Crimine, giustizia e società veneta in età moderna, Milan, Giuffrè, 1989, p. 1-87.

11 Priori L., op. cit., p. 1-11.

12 Ibid., p. 29-36.

13 Povolo C., L’intrigo dell’Onore, op. cit., passim ; Faggion L., « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda metà del ‘500 », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304.

14 Voir les études récentes sur l’économie vicentine et les marchands : Demo E., « La produzione serica a Verona e Vicenza tra Quattro e Cinquecento », L. Molà, R. C. Mueller, C. Zanier (éd.), La seta in Italia dal Medioevo al Seicento. Dal baco al drappo, Venise, Marsilio, 2000, p. 305-333 ; idem, L’» anima della città ». L’industria tessile a Verona e Vicenza (1400-1550), Milan, Unicopli, 2001 ; Fontana G. L. (éd.), L’industria vicentina dal Medioevo a oggi, Vicence, Cleup, 2004 ; Lanaro P. (éd.), La pratica dello scambio. Sistemi di fieri, mercanti e città in Europa (1400-1700), Venise, Marsilio, 2003 ; Panciera W., L’arte matrice. I lanifici della Repubblica di Venezia nei secoli XVII e XVIII, Trévise, Canova, 1996 ; Vianello F., Seta fine e panni grossi. Manifatture e commerci nel Vicentino, 1570-1700, Milan, Franco Angeli, 2004.

15 Sur la noblesse et ses dissensions, Povolo C., op. cit., passim ; Faggion L., Les Seigneurs du droit, op. cit., passim ; idem, « Disordini… », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304.

16 Ainsi, Bernardino Lippomano rapporte, dès le début de la lecture de sa relation, qu’il a trouvé « quella sua Città [à la République] et popolo suoi fedelissimi et devotissimi, ma quei cittadini pieni di risse et questioni, stando sempre su le armi, et il rimedio di scacciarli i bravi con pena della vita iusta la parte [loi] dell’Eccelso suo Consiglio di Dieci, è stato molto frutuoso per esserne partiti in numero copioso ; ma credo che a metter del tutto il freno per li tanti delitti sarebbe il confirmar de novo la parte dell’Eccellentissimo Senato 1502 12 di maggio, che un bandito, una volta assolto, non si potesse più assolver se da novo per altri delitti fosse bandito, salvo che per via di gratia ». Relazioni dei rettori veneti in Terraferma, tome VII : Podestaria e Capitanato di Vicenza, Milan, Giuffrè, 1976, p. 63.

17 Priori L., op. cit., passim.

18 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 17 mai 1579, f° 35r°.

19 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, f° 44.

20 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, f° 56v°.

21 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, f° 72r° : « come halo nome questi cugnadi de messer Presildo [dalla Volpe] ? Respondit dir el conte Lunardo et il conte Iseppo et altri che i sono molti ».

22 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, « proclama » de citation à comparaître du 6 juin 1579 adressé à Leonardo da Porto, Prasildo dalla Volpe et Battista Bonagente, f° 74v° ; précédemment, « proclama » d’accusation du 27 mai 1579, f° 67-68r° ; le 31 mai, il est également affiché à Vicence, f° 69-70. Enfin, le 7 juin, Prasildo dalla Volpe se présente devant la justice de Venise (f° 75r°). Le 10 juin, Leonardo da Porto est banni de la République, f° 76r°.

23 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 8 janvier 1580, f° 146v°.

24 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 4 janvier 1580, f° 133v°.

25 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 4 janvier 1580, f° 134r°.

26 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 4 janvier 1580, f° 134v° : « mosso [Prasildo dalla Volpe] dal zello dell’honor de detto mio cognato et de tutta la causa mi risolsi de farli [à Elena dall’Oro] el presento scritto de ducati dusento per sola bonta et senza alcun mio interesse ».

27 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 16 janvier 1580, f° 16v°-17r°. Mais un deuxième billet est subtilisé par le gardien de la prison, le 3 février 1580, et témoigne de l’importance que l’avocat accorde aux témoins devant se présenter à l’Avogaria, f° 41v°-42r°.

28 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 3 novembre 1579, f° 94v°-95r°.

29 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 3 novembre 1579, f° 95v°.

30 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 5 novembre 1579, f° 102v°-103r°. Aussi Battista Bonagente n’hésite-t-il pas à déclarer qu’Elena était une « delle sufficiente ruffiane di questa terra ».

31 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 397.8, 5 novembre 1579, f° 103r°. Il affirme ainsi que « costei [Elena dall’Oro] è dona conosciutta da tutti li vesentini in specie et che faceva profession di haver delli amici et vedeva che ogni tratto faceva qualche servicio qui all’Avogaria et altrove a vesentini et ad altri ».

Auteur

Maître de conférences en Histoire moderne, Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540