Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Le témoignage et ses acteurs à travers l'enquête

Témoins, nobles et crimes dans une communauté rurale de la Terre Ferme vénitienne en 1583

Lucien Faggion

Résumé

Le procès instruit en 1583 par le Consulat de Vicence, tribunal local qui juge aussi bien au civil qu’au pénal, composé de douze nobles, puis par l’Avogaria di Comun, suprême magistrature d’appel de la République de Venise, permet de cerner le fonctionnement d’une société rurale de la Terre Ferme vénitienne – Trissino –, aux prises avec ses groupes de pouvoir et ses conflits. L’attention prêtée par la justice de Vicence, puis par celle de Venise, à cette localité située dans le nord-ouest de la province de Vicence contribue à cerner l’équilibre social rompu par les différents crimes commandités par le noble Lelio Trissino en 1581 et en 1583, la loi du silence étant enfin brisée grâce à l’instruction du procès et à l’audition de 35 témoins.

Investigations conducted in 1583 by the Consulate of Vicenza, a local court composed of twelve noblemen applying civil as well as criminal law, then by the Avogaria di Comun, a supreme court of appeal of the Venetian Republic, bring to light how a rural community of the Venetian Terra Firma – Trissino – worked, with power groups pitted against each other and their conflicts. The attention payed by both courts to this village localized in the north-west of the province of Vicenza helps us pinpoint how the social balance had been upset by several crimes the nobleman Lelio Trissino had financed in 1581 and 1583, because the investigation in progress and the hearing of 35 witnesses had finally broken the law of silence.

Texte intégral

  • 1 Dès 1404, date de l’entrée de Vicence dans le domaine vénitien, le Consulat s’est vu reconnaître pa (...)
  • 2 Archivio di Stato de Venise [désormais : Arch. Stato de Venise], Avogaria di Comun [désormais : Av. (...)
  • 3 Faggion L., « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda metà (...)

1Instruit d’abord par le Consulat de Vicence, tribunal civil et pénal, composé de douze membres issus de l’aristocratie1, puis par l’Avogaria di Comun, suprême magistrature d’appel de la République de Venise, le procès criminel de 1583 permet de saisir le fonctionnement d’une société rurale de la Terre Ferme, Trissino, aux prises avec ses groupes de pouvoir et ses tensions2. Le regard que la justice de Vicence, puis celle de la capitale, porte subitement sur cette localité, composée de près de 2 500 habitants en 1580, située à l’entrée de la vallée de l’Agno, à une trentaine de kilomètres du chef-lieu provincial, contiguë au territoire de Vérone, contribue à cerner une réalité singulière, dont l’équilibre social et les hiérarchies se trouvent, même provisoirement, remis en question, et la loi du silence enfin brisée. La réalité des enjeux dévoilés par les témoignages ne se limite pas au contexte villageois, mais à d’autres espaces sociaux et politiques qui s’intègrent peu à peu dans la vie locale et défont sans doute, même temporairement, le système des solidarités traditionnelles, les jeux de clientèles, et soulèvent la question des rapports interpersonnels dans le monde des campagnes, ceux existant entre les élites locales et l’aristocratie traditionnelle, en l’occurrence la famille Trissino, au centre de ce procès, dont rendent compte justement les témoignages entre mai et juin 1583. Divisés en deux colonnelli – les Miglioranza et les Panensacco –, les Trissino connaissent dès les années 1530 des conflits d’une rare intensité qui se terminent en meurtre, à partir du dernier tiers du XVIe siècle3. Quant aux Panensacco, ils sont également impliqués dans de graves tensions à partir de 1540 : la branche de Matteo Trissino, qui a eu trois fils, Lelio, Leonida et Giovan Battista, attire, dès le mois de mai 1583, l’attention des autorités officielles.

Une communauté soudée par des liens de parenté et de voisinage

  • 4 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 8v°. Selon la loi vénitienne, le decano est te (...)
  • 5 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71. Il s’agit de Giovanni Lovato, originaire de Durlo (...)
  • 6 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 31r °.
  • 7 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 34. Giovanni Lovato ne manque pas d’insister s (...)

2Le matin du 9 mai 1583, un cordonnier du nom de Giovanmaria Bertola, au service de Lelio Trissino, est retrouvé mort, le corps en sang, sur les terres du village. Une fois le meurtre connu, la machine judiciaire se met en marche, la classe dirigeante de Vicence et son Consulat en sont informés par le decano, chef de la commune, Gasparino Tonegati4. Les autorités citadines envoient un juge et ses adjoints à Trissino. Cependant, l’affaire prend une tournure particulière, car Giovanni Lovato, originaire de la localité de Durlo, située dans le nord de la vallée de l’Agno, vivant depuis six ans à Trissino, décide de faire remettre au juge chargé de l’instruction des lettres éclairant un autre homicide resté irrésolu, également commis dans le village en décembre 15815. La mort de Bertola donne ainsi à ce dossier une dimension singulière et s’inscrit dans les profondes divergences qui enveniment la vie de la Maison Trissino : Leonida Trissino, frère de Lelio, avait été, en 1581, assassiné, sans motif apparent par Giovanmaria Bertola, Nicolò et Tomaso Tibiolo6. Les protagonistes de cette nouvelle affaire sont deux paysans, Iseppo Calaura et son fils Leonardo, considérés comme les sicaires (bravi) de Lelio, le noble soupçonné, cités à comparaître en justice le 27 mai, et les témoins, au nombre de 35, qui racontent plus ou moins facilement ce qui se passe dans le village depuis quelques années. Le thème de l’héritage laissé par Matteo Trissino à ses trois fils, la question des enfants illégitimes, de l’honneur et de la pureté du lignage constituent une partie de la trame ; l’autre partie s’appuie sur les villageois eux-mêmes, en quête de vérité et de justice, à la recherche d’une éventuelle émancipation de la tutelle nobiliaire par les groupes émergents, phénomène perceptible dans de nombreuses localités de la Terre Ferme dès le milieu du XVIe siècle, avec la formation des Corps Territoriaux destinés à faire front à la noblesse locale et à devenir des interlocuteurs privilégiés de la capitale. De tels meurtres contribuent à rendre manifeste ce que cachent ces actes pour les consuls, notamment pour le noble Fabrizio Pagello, chargé de telles affaires, si nombreuses à l’époque, contraint ainsi de quitter le chef-lieu provincial et de se rendre à Trissino, afin de recueillir des informations sur les faits, le contexte et les responsables. Les villageois, quant à eux, vivaient dans la peur depuis longtemps et pressentaient le pire, car les rumeurs d’intimidations et de représailles violentes voulues par Lelio Trissino s’étaient diffusées dans les foyers7.

  • 8 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 10r °.
  • 9 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 11r °.
  • 10 Ainsi se trouve établi, par Giovanni Lovato, le profil de l’un des assassins recherchés. Ce témoin (...)
  • 11 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 11r °. Franceschina dépose que le cordonnier é (...)
  • 12 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 29v°.
  • 13 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 40v°.
  • 14 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 43.
  • 15 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 17v°.
  • 16 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 57v°-58.
  • 17 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 4-7.

3Le procès de 1583 fait comparaître des témoins unis par les liens de la famille, de la parenté, de l’amitié, du voisinage. Sur 35 déposants, cinq font partie des notabilités locales, les autres travaillant la terre ou étant au service des Trissino, notamment en qualité de domestique ou de laboureur. Francesco Brisigelli habite, par exemple, chez sa sœur, la veuve Paola Bertola8 ; Franceschina est l’épouse de feu Francesco Bertola, dont le cordonnier tué est son germano9, et dont l’un des criminels, Iseppo Calaura, déjà soupçonné et emprisonné pour la mort d’Antonio Bertazzo10, est son beau-frère, car il avait épousé la sœur de son époux Francesco11. Giovanni Lovato, grâce à qui la vérité éclate, malgré les précautions prises, est le compère (barba) de Giovan Battista de Giuliani, cité à comparaître en justice, et le gendre d’Antonio Bisazza, notable local12. Bartolomeo Castellani, surnommé « Turcho », époux de Franceschina, sœur de Giovanmaria Bertola, est l’ami de Lovato13. L’entourage des Bisazza, famille en vue de la communauté, est très sollicité, puisque sont entendus Iseppo Bisazza, appelé « della Longa », de feu Francesco14, compère du défunt cordonnier ; Anna, fille d’Antonio ; Nicola, fils de feu Nicola. D’autres membres appartiennent également aux notabilités locales, gestionnaires des affaires publiques et de la tutelle du territoire : le decano Gasparino Tonegati, ainsi que Marcantonio Trevisan, qualifié de providus15. Des Trissino, seul Giordano, cousin germain de Lelio, est entendu par le juge16. Le cercle est somme toute relativement restreint et ne paraît pas impliquer l’ensemble du village, sans doute trop préoccupé à ne pas se compromettre face à la Casa Trissino. L’enquête met en lumière une réalité complexe, soigneusement occultée par les familles, mais le double crime permet à certains villageois de livrer des informations, probablement soucieux de faire face aux élites traditionnelles, en soutenant peut-être de façon discrète les témoins qui, pour la plupart, ne peuvent vivre que de leur travail. L’enquête se concentre d’abord sur les personnes ayant découvert le corps de Giovanmaria Bertola : son épouse Paola, l’entourage familial et les voisins17. Les dépositions font ressortir des liens d’amitiés qui reposent aussi sur la parenté charnelle et spirituelle, sanctionnée par le respect dû à la hiérarchie au sein de la communauté. Aussi Antonio Guardafesta est-il apparenté à la famille Calaura, dont deux membres sont impliqués en mai 1583, unie à son tour aux Bertola, non seulement par les liens du mariage, mais aussi par ceux du parrainage. La plupart des déposants se montrent souvent peu loquaces, volontairement imprécis, même réticents à l’idée de révéler ce que le juge attend : la vérité sur les événements tragiques de 1581 et de 1583. Les réponses données reposent sur des rumeurs ou sur l’ignorance des liens que pouvait avoir noué Giovanmaria Bertola avec ses complices, avec la famille Trissino, notamment Leonida et Lelio, ainsi qu’avec d’autres membres de cette Maison.

  • 18 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 7v°. Giovanni Lovato évoque aussi la rumeur, s (...)
  • 19 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 7v°-9.
  • 20 Giovan Battista Trissino a fait enregistrer son testament le 3 mars 1572, mais la date de son décès (...)
  • 21 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 4r °-7v°, 21, 24r °.
  • 22 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 29v°. Les Trissino de Castelgomberto, de la br (...)
  • 23 Faggion L., « Disordini… », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304. Arch. Stato de Venise, Av. Co., M (...)
  • 24 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, déposition de Giovan Battista de Giuliani, dont l (...)
  • 25 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 30v°-36.

4Prudent, le decano, personnage clef de la localité avant le syndic général de la commune et les conseillers, le premier à être entendu en justice, parvient à livrer des informations censées mieux faire connaître au juge les difficultés existant chez les Trissino. Membre des groupes émergents, Gasparino Tonegati préfère, à l’instar de la plupart des témoins, se fonder sur des rumeurs18, selon lesquelles Giovanmaria a été tué, car le rôle tenu par lui en 1581 est devenu trop embarrassant et compromettant pour Lelio, le commanditaire du meurtre, qui a craint que le cordonnier, après s’être confié à son épouse Paola, ne divulgue finalement la vérité et ne le confonde en justice19. Un tel bruit s’est répandu après l’homicide, entre le 9 et le 10 mai, lors du déplacement que Tonegati a effectué à Vicence pour avertir les autorités, parvenant à orienter l’attention du juge sur l’ensemble de la famille Trissino, en particulier sur Lelio, ainsi que sur les fils de son frère Giovan Battista, appelé communément Battista, décédé de mort naturelle avant le mois de décembre 158120. Quoique protégée à Vicence, Paola Bertola, au service de Caterina Trissino pendant vingt-six ans, sait ce qui s’est passé, mais a peur de parler21. Elle parvient toutefois à signaler l’existence de liens affectifs très forts entre les Panensacco et une branche des Trissino, du colonnello Miglioranza, qui demeure à Castelgomberto, localité située au nord de la vallée, à quelques kilomètres seulement du village, sans donner de noms et évoque également la présence de nombreux paysans ou bravi reçus chez Lelio22. Elle n’a pas oublié que celui-ci lui a proféré des menaces, en insistant que même le riche et puissant Ciro Trissino, grand rival des autres lignages de la Maison, a été assassiné en 1576, ainsi que d’autres, allusion probable à la mort violente de Giulio Cesare Trissino en 158323. Un des témoins majeurs de ce procès, Giovanni Lovato, préfère se rendre à Vicence pour répondre aux questions du juge, ce qu’il fait le 20 mai, où il peut disposer d’un logis chez Antonio Trissino ou chez Camillo dall’Ava, lequel est un personnage influent résidant à Trissino, critiqué par Lelio qui le considère comme un ennemi redoutable24. Lovato révèle que le village savait que Leonida avait été tué sur ordre de son frère, quelques jours à peine avant la disparition du cordonnier qui s’apprêtait à tout dévoiler. Par crainte de se faire tuer, personne n’a osé parler, maintenant ainsi le silence sur cette série d’homicides25.

  • 26 Les Bressan tout comme les Bisazza comptent des notaires dans leurs rangs.
  • 27 Arch. Stato de Vicence, A. No., notaire A. Michelin, registre 8338, f° 50r° (acte de paix). La date (...)

5Le rôle éminent de médiateur est également assumé par les familles émergentes, qui dominent la convicinia, l’assemblée villageoise, d’où une probable rivalité entre deux groupes puissants, deux sources de pouvoirs : les notabilités, riches, cautionnées par les notaires, et les nobles. Il n’est sans doute pas innocent que le decano, malgré les multiples précautions dont il sait faire preuve durant la déposition, livre des informations qui sont accablantes pour Lelio. Des familles émergentes, telles les Bressan et les Bisazza, font partie du cercle de décision de la communauté26. De même, les notaires, issus des notabilités, figurent comme des personnages clés, élevés par l’aristocratie à cette profession, vivant sous leur patronage, soucieux de reconnaissance politique et sociale. Dotés de droits importants, influents, ces praticiens du droit civil forment des relais entre les campagnes et la ville, les notables et les élites urbaines au XVIe siècle, gèrent à leur tour les clientèles rurales, essaient de contrôler le système des alliances et de parenté, résolvent les différends, parviennent à atténuer les tensions et à jouer un rôle de médiateur et d’arbitre, que les familles en conflit reconnaissent d’emblée, comme c’est le cas le 27 décembre 1581 où, à l’occasion d’une dispute survenue entre quelques villageois, le noble Benedetto Bassan, un ami des Trissino, le prêtre Nicolò Bisazza et Cristoforo Frigo, membres des élites locales, réussissent à imposer une paix qui est finalement acceptée par les deux parties en conflit27. Ils tissent également des liens avec le monde urbain, l’aristocratie et les riches marchands qui font appel à leurs compétences. Les clientèles se modifient dès lors, s’inscrivent dans un espace plus large, intégrées dans les cercles de pouvoirs citadins, mais fidèles à leurs patrons d’origine. La formation de nouveaux réseaux tend cependant à affaiblir ceux qui existaient auparavant et à créer des alliances avec d’autres groupes influents, présents à Vicence et à Venise.

  • 28 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, Iseppo Calaura, fils de Bernardo, marchand et hab (...)
  • 29 Les notaires sont régulièrement sollicités pour engager des procureurs au service de la communauté (...)
  • 30 Fornasa S., « L’uomo, la terra e l’anima. Storia di famiglie, vita economica e dimensione religiosa (...)
  • 31 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 53v°-56.
  • 32 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 36, 49r °, 53v°-56.

6Une dépendance bafouée par le procès ? Plusieurs témoins sont au service des Trissino, notamment de Lelio, ou sont alors leurs locataires, ce qui ne peut qu’augmenter les risques de représailles et de vengeance pour ceux souhaitant parler et n’ayant pas d’autres moyens de subsistance que le travail de la terre ou la domesticité. Tel est le cas d’Iseppo Calauria et de ses fils qui travaillent pour Lelio, et vivent également dans la maison de ce noble, ou de Marcantonio Trevisan, négociant des fils de Francesco Trissino et résidant chez eux. D’autres habitent près de leurs demeures, comme le cardeur Nicola Pedrazzi, établi non loin de la cour de Lelio et de feu Leonida, ou Camillo dall’Ava28. En dépit de ces liens de nature économique, resserrés par une forte proximité qui laisse supposer l’exercice d’un contrôle assez prononcé par les Trissino sur une partie de la communauté, les témoins bénéficient probablement du soutien occulte des notabilités locales qui dominent les assemblées villageoises : le decano, quelques familles en vue, d’autres que les déposants ne citent pas, mais qui ont dû agir auprès d’eux, d’autant plus que les conflits avec les Trissino ne sont pas rares durant ces années29. Au milieu du XVIe siècle, près des trois-quarts du territoire sont entre les mains des villageois, la part prédominante étant prise par les petits propriétaires terriens, alors que le reste revient aux nobles et aux citadins de Vicence, sans doute un indice d’une relative aisance et autonomie des habitants de la communauté30. Les points de désaccord qui risquent d’envenimer les rapports entretenus entre les membres du village et la famille noble peuvent surgir, par exemple, lors de la location de terres, du renouvellement des baux de locations, des droits anciens de la commune, de la nomination du decano, quoique la communauté ait réussi à proposer à l’illustre lignage le nom des représentants qu’elle souhaite avoir. L’émancipation semble relative, car les Trissino, même s’ils doivent tenir compte des statuts villageois, disposent néanmoins d’une autorité considérable aussi bien dans les campagnes du Vicentin que dans le chef-lieu, de relations à Vicence comme à Venise, et parviennent probablement à s’appuyer sur une partie des notabilités locales, notamment sur certains notaires, qui leur doivent peut-être le droit de pratiquer ce métier. Il est préférable de souligner l’existence d’un écart – économique et social – créé au sein de la communauté et de la formation, ainsi que de la consolidation, d’une élite restreinte, détentrice des rouages de la vie villageoise, ayant réussi à accaparer certaines fonctions importantes, telles que celles de decano, de syndic général, de conseiller. Cependant, le soutien caché offert probablement à plusieurs témoins entendus prouve qu’une forme de résistance est apparue contre les Trissino, une attitude sans doute motivée par la solidarité, des intérêts économiques communs et un besoin de justice, après l’assassinat du cordonnier qui prive une famille de ses revenus. Même avec une relative réticence, la communauté s’affirme face aux Trissino. L’action d’Aquilina, fille de Francesco Guardafesta31, qui doit veiller au maintien de la fille de son amant Leonida, les propos prudents de Tonegati, ainsi que plusieurs dépositions contre Lelio, rendent compte d’un changement d’attitude à l’égard de l’aristocratie32. Le seuil de tolérance a donc été brisé et les villageois demandent réparation et justice.

Les interprètes des divisions d’une famille noble

7Pièces indispensables de la procédure juridique, les témoignages et les interrogatoires auxquels sont soumis certains membres de la communauté, l’épouse du cordonnier assassiné, ainsi que Lelio Trissino, une fois cité à comparaître en justice, dévoilent les rapports de force, les rivalités, les querelles de familles, l’existence de clientèles et de patronage au sein même du village : d’une part, à l’intérieur de la famille Trissino, avec ses multiples branches, ses profondes contradictions et ses prétentions en termes de pouvoir politique, de pureté de la Maison et de richesse ; d’autre part, entre les Trissino et les villageois, qui connaissent leurs propres hiérarchies.

  • 33 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 4r °.

8Le procès donne en conséquence l’occasion à certains, des notables en mal de reconnaissance sociale, qui vivent dans un rapport de domination plus ou moins prononcé, de prendre la parole, du moins pour tous ceux qui jouissent d’un statut économique enviable au sein de la communauté. Aussi les dépositions sont-elles reçues chez un notable du village, Antonio Bisazza, chez lequel s’est installé le consul33.

  • 34 Povolo C., op. cit., passim.

9Les témoignages recueillis rendent perceptibles les tensions existant au sein d’une prestigieuse famille de l’aristocratie du Dominio déchirée par des rivalités incessantes ne parvenant que rarement à trouver un apaisement. La voie ultime est donc l’homicide qui jette stupeur et consternation auprès des autorités vénitiennes et de l’aristocratie vicentine. Même si la vérité tarde à être divulguée, les dépositions du procès de 1583 et les actes notariés permettent d’entrevoir un certain nombre de dissensions relatives, par exemple, à un héritage à partager entre les Trissino, mais ne livrent pas forcément d’informations suffisantes sur le degré d’inimitié réel et le seuil de tolérance qui n’aurait plus été respecté, un seuil de tolérance grâce auquel l’harmonie familiale et le système de clientèles étaient les garants de la préservation de la paix. Cependant, la rupture de l’équilibre social se trouve révélée par l’acte criminel, indice exprimant les divergences profondes existant chez les Trissino tout comme les difficultés que traverse une partie des noblesses du Stato da Terra, minée par la vengeance, appelée à gérer ses propres clientèles dans l’arrière-pays34.

  • 35 Faggion L., op. cit., passim.
  • 36 Le testament de Giovan Battista Trissino expose déjà les éléments de tensions centrés sur l’héritag (...)
  • 37 Le deuxième enfant, un garçon, est décédé avant l’instruction de mai 1583.
  • 38 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 56v°.
  • 39 Arch. Stato de Vicence, A. No., A. Michelin, registre 8338, 15.07.1582, f° 95v°-96. L’instrument do (...)

10Dès la formation de l’État régional au début du XVe siècle, Venise a reconnu les statuts et les privilèges des principales villes de la Terre Ferme. Les tribunaux citadins, le Consulat et le Collège des Juges sont contrôlés par l’aristocratie locale et donnent à la criminalité nobiliaire, à la faida, une solution juridiquement acceptée et cautionnée par les statuts locaux, légitimant la notion de l’honneur et la recherche d’une paix conclue entre les familles. Le Collège des Juges de Vicence permet ainsi aux nobles de jouer un rôle de médiation et de recomposition dans le strict cadre des procédures judiciaires, autorisant les parties en conflit à trouver une solution retenue satisfaisante pour tous35. Les Trissino se fondent sur le principe de la réparation selon des procédés approuvés par les lois municipales, le Consulat et le Collège des Juges citadins, lesquels instaurent un nouvel équilibre rompu par l’homicide, mais désavoué par la classe dirigeante vénitienne attentive à briser une telle logique de la réciprocité, d’où un affaiblissement de l’autorité nobiliaire traditionnelle au profit des groupes émergents des campagnes. Les liens du sang sont bafoués au nom des intérêts économiques et de la pureté du lignage, tel est du moins le cas entre Leonida, âgé d’une quarantaine d’années, appelé à gérer un jour le patrimoine familial, et Lelio Trissino36. Le meurtre de Leonida met ainsi au jour les rivalités existant entre celui-ci et son frère Lelio pour l’héritage : Lelio n’est pas favorable au mariage que Leonida souhaite conclure avec Aquilina, sa domestique, avec laquelle il a vécu pendant plus de neuf ans et avec qui il a déjà eu deux enfants37. Choqué par l’éventualité d’une telle union, Lelio, cupide et sensible à la question de l’honneur du lignage, est opposé à ce que des enfants naturels puissent un jour revendiquer l’héritage, ce qui explique l’exaspération à laquelle il est parvenu et le choix pris en décembre 158138. Soucieux de la préservation des biens familiaux et du status social, Lelio a même préféré congédier sa servante et concubine, Anna Bisazza, en juillet 1582, en lui accordant une dot, alors qu’elle avait vécu avec lui pendant dix années, et épouser, en février 1583, une des filles du noble Benedetto Bassan, famille traditionnellement liée aux Trissino39.

  • 40 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 44v°.
  • 41 Faggion L., « Disordini… », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304.
  • 42 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, déposition de Bartolomeo Castellani, 22.05.1583, (...)
  • 43 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 48v°.
  • 44 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 43r °.

11La vengeance se fonde sur l’idée d’une parité à rétablir entre les parties en litige. La ritualisation de la faida qui domine le système de la vengeance tend à lier les Trissino dans un modèle de réciprocité censé réaliser une réconciliation et une paix, ce qui s’est produit, avant décembre 1581, entre les frères Leonida et Lelio, en dispute au sujet de l’héritage. Lelio s’était en effet opposé à ce que Leonida soit le tuteur des enfants de leur défunt frère Giovan Battista, car il craignait de perdre une part importante des biens convoités. Les rivalités opposant divers membres de la famille Trissino dans le courant du XVIe siècle au sein du colonnello des Miglioranza, entre la lignée appelée « dal Vello d’Oro » et les autres branches collatérales, sont également très fortes. L’héritage de Ciro Trissino « dal Vello d’Oro », cédé par son père l’humaniste Giangiorgio, soulève envie et violents rapports de force, formation de groupes antagonistes au sein des Miglioranza, affronts et, enfin, homicides perpétrés par des membres de la Casa. Ciro est assassiné dans sa demeure de Cornedo en 1576 ; ensuite, son fils Marcantonio tue en 1583, à Vicence, Giulio Cesare qu’il tient pour responsable de la mort de son père. Enfin, après le procès de l’Avogaria de 1583, l’épouse et le nouveau-né de Pompeo, frère aîné de Marcantonio, meurent sous les coups de Ranuccio Trissino en décembre 1588, soutenu et protégé par la parenté, notamment par Sartorio Trissino, lequel fut cependant disculpé en 1589. Ami de Lelio, Sartorio dévoile l’existence de liens tissés entre les deux colonnelli, les Miglioranza et les Panensacco40. De telles solidarités se trouvent toutefois menacées par l’émergence de groupes fortunés et dynamiques dans le monde rural41. L’assassinat de Leonida a profondément affecté les Trissino, brisant les traditionnels équilibres familiaux, malgré l’existence de tensions déjà vives entre plusieurs membres. Ainsi Marco Trissino déteste son neveu Lelio et refuse de le voir, car il le soupçonne d’avoir commandité le meurtre de Leonida42. Quelques jours avant l’homicide de 1583, Lelio s’était même réjoui du décès de son oncle43. La noble Margarita, veuve de Giovan Battista, a décidé, après l’assassinat de Giovanmaria Bertola, de quitter aussitôt le village44. Les Trissino vivent désormais dans la crainte, l’indignation et la réprobation des actes commis par un des leurs, certains se montrant favorables à ce que les autorités officielles puissent apporter une régulation réparatrice.

L’intervention pacificatrice : entre ruse et nécessité

12Les témoignages font également ressortir les moyens mis en œuvre par Lelio en justice pour arriver à ses fins et se disculper. L’appel à une instance externe à la famille et aux magistratures de la ville de Vicence prouve que la solution aux difficultés rencontrées par les proches des victimes a changé de nature. Les plaignants ne s’adressent plus aux élites urbaines traditionnelles, mais à l’État vénitien qui impose sa propre logique aux conflits divisant les familles. Les réponses de Venise sont autant de coups portés contre le pouvoir nobiliaire, fortement remis en question par les règlements de compte meurtriers.

  • 45 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 30v°-36, 53v°-56.

13Le Consulat de Vicence permet à l’aristocratie de maintenir un fort contrôle sur sa propre clientèle et de freiner les ingérences que la classe dirigeante vénitienne ne se prive pas de faire de façon marquée dans la seconde moitié du XVIe siècle, notamment grâce au Conseil des Dix. Lorsque Leonida est retrouvé mort, en décembre 1581, près de son domicile, à Trissino, le Consulat décide d’ouvrir une enquête, mais l’affaire n’aboutit pas, parce que les Trissino ont de nombreux amis, disposent d’une puissante clientèle dans les conseils citadins et le Consulat. Lelio a cherché à solliciter les magistratures judiciaires de Venise, afin d’écarter, a-t-il avancé, tout soupçon sur l’origine du crime. Il demande, au début de l’année 1582, que l’enquête soit confiée à l’Avogaria di Comun, mais il n’y eut aucune suite. Selon certains témoins – Giovanni Lovato et Aquilina45 –, Lelio a réussi à empêcher que la vérité ne soit découverte. Il prétend avoir préféré l’intervention de l’Avogaria di Comun ou, alors à défaut, celle du podestat vénitien, à l’autorité du Consulat de Vicence qui, pourtant, défend et se fait le porte-parole des intérêts de la noblesse traditionnelle, tandis que l’Avogaria permet de rompre les liens de parenté tout comme les systèmes de clientèles et de solidarités, en mesure de s’opposer cependant aux intérêts du noble vicentin. Toutefois, ce sont probablement les avantages offerts par l’Avogaria à l’avoir incité à faire appel à cette magistrature : publicité du discours des personnes appelées à déposer, possibilité pour le prévenu de proposer sa propre liste de témoins, ainsi que de réfuter les allégations de la partie adverse.

  • 46 Voir dans le présent ouvrage ma contribution intitulée « Un procès sous tensions ? Société, vérité (...)

14Ruse, stratégie, instrumentalisation de la machine judiciaire, mais aussi, vraisemblablement, nécessité imposée par les profondes rivalités opposant les familles de l’aristocratie de Vicence, divisées par les deux factions que sont les Capra et les da Porto, telle paraît avoir été l’attitude de Lelio Trissino après 1581. À ce jeu variable des alliances, le Consulat a sans doute été composé, en décembre 1581, de nobles opposés à Lelio. Fabrizio Pagello, le consul chargé de l’enquête en 1583, a fait probablement partie de la faction rivale, des redoutés da Porto, soucieux de nuire à leurs ennemis46. Les enjeux pour les pouvoirs et pour faire accepter la défense de Lelio à Vicence doivent toutefois être grands, car les Trissino, ceux appartenant au colonnello des Miglioranza, comptent dans la seconde moitié du XVIe siècle deux juges prêts à sauvegarder les intérêts et la réputation du lignage, dont le fameux juge collégial Pietro Francesco Trissino, éminence grise de la famille, sans doute aux côtés de Lelio, du moins en faveur de Ranuccio, ce qui lui valut de sérieux soupçons de la part des autorités officielles, puis la reconnaissance de sa non participation au double crime de 1588. Les alliances et le système de clientèles solides et étendus dont bénéficient les Trissino à Vicence paraissent en tout cas accréditer l’idée selon laquelle Lelio a tout à gagner si le procès est instruit par le Consulat. Or il semble d’abord avoir su jouer sur la pression psychologique, la crainte qu’il soulève auprès des villageois, devenus le temps d’une instruction des témoins embarrassants, mais réticents à déposer. Il a su ensuite compter sur son réseau de fidèles et d’amis aussi bien à Vicence qu’à Venise, où il est parvenu, grâce à son avocat, le patricien Marco Querini, à faire que l’Avogaria intervienne, alors qu’elle avait refusé dans un premier temps, jugeant le recours formulé peut-être douteux. Ainsi, de l’assassinat de Leonida à celui de Bertola l’affaire ne connaît pas de suite particulière, car Lelio a réussi à bloquer la situation et a pensé ainsi s’emparer sans difficulté de l’héritage.

  • 47 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 36r °, 53v°-54r, 66. Il convient de souligner (...)

15Les agissements de Lelio à Venise soulignent que l’autorité des aristocraties de la Terre Ferme dépend désormais des alliances et des rapports de dépendance conclus avec le patriciat, grâce au système de clientèle et au patronage obtenus auprès de certains groupes de pouvoirs de la capitale. Néanmoins, des résistances surgissent, révélatrices des changements survenus au sein de la communauté, auprès de ceux qui ont été soit menacés, soit lésés par les meurtres. L’assassinat du cordonnier constitue l’élément détonateur contre les pensées et les actions criminelles de Lelio. La concubine de Leonida, ainsi que des membres de la famille Trissino, prennent enfin la résolution de réclamer l’intervention des autorités vénitiennes, sans passer par le Consulat, toujours favorable à la logique nobiliaire traditionnelle. Homicide, menaces, pressions psychologiques ont convaincu certains villageois, à la tête desquels des notables, que la situation est devenue inacceptable. Paola, l’épouse du cordonnier tué, et Aquilina, qui aurait dû convoler avec son amant Leonida, ont été inquiétées par des amis de Lelio, ainsi que par ce dernier, pour les dissuader de divulguer la vérité. Le noble se trouve désormais, à son tour, menacé par le recours d’Aquilina, soutenue par plusieurs membres Trissino, qui fait rédiger une procuration par le notaire Bartolomeo Pellizzari, actif dans le hameau de Selva da Trissino, remise à un citoyen vénitien, Girolamo Brogliano, avocat travaillant à Venise, afin que la lumière soit faite sur l’assassinat de Leonida. La belle-sœur de Lelio, Margarita, veuve de Giovan Battista Trissino, et son oncle Marco, tous deux aux côtés d’Aquilina47, ont cherché à obtenir une lettre d’impunité et une rançon, procédé pratiqué par la justice vénitienne pour venir à bout de la criminalité toujours importante dans le Dominio et favoriser les témoins à participer à la répression. Le pouvoir des lignages de l’aristocratie connaît dès lors une sérieuse remise en question, voire un profond remaniement interne, plongeant les élites dans une crise violente. Rongée par les dissensions, une partie de la noblesse a compris qu’elle ne peut trouver désormais de solutions que grâce à l’intervention réparatrice de Venise. Les valeurs traditionnelles des classes dirigeantes urbaines sont alors examinées et rediscutées par le patriciat vénitien, qui fait intervenir ses propres magistratures judiciaires, l’Avogaria di Comun ou le redouté Conseil des Dix, qui délégitiment leur autorité politique au sein du monde local, où les réseaux de clientèles s’affaiblissent.

16Le procès de 1583, dont l’issue a été rendue possible grâce à l’intervention de l’Avogaria di Comun, aux témoignages recueillis, à l’attitude des acteurs, a finalement permis de dévoiler un changement dans les rapports établis entre les villageois et une puissante Maison de la noblesse, remise en question par l’autorité judiciaire de Venise, nouveau gestionnaire de l’honneur aristocratique, ainsi que dans les rapports entre les sujets de la Terre Ferme et la capitale. Il traduit la cassure existant au sein de la famille Trissino, auprès de plusieurs de leurs membres qui n’hésitent pas à soutenir Aquilina. Une telle affaire rend également perceptible l’usage qui est fait de la justice. Instrumentalisée, la machine judiciaire vénitienne – le Consulat, expression du pouvoir de la noblesse locale, évité au profit de l’Avogaria di Comun, garant de l’équité – sert les intérêts de chaque sujet, préoccupé par la préservation du rang détenu et le désir de justice, faisant fi des anciens procédés de régulation sociale. Les liens se sont modifiés aussi bien à l’intérieur d’une partie de l’aristocratie, incapable de conserver une certaine cohésion, qu’auprès des villageois, désireux de faire recours à Venise, afin de briser les rapports de force et les logiques de pouvoir des classes dirigeantes citadines. Les notabilités rurales, ainsi que les noblesses dynamiques du Dominio, ont compris qu’il faut désormais s’intégrer dans les cercles de pouvoirs de la capitale.

Notes

1 Dès 1404, date de l’entrée de Vicence dans le domaine vénitien, le Consulat s’est vu reconnaître par la classe dirigeante de la lagune ses prérogatives et privilèges. Ainsi douze consuls président le tribunal, en présence du recteur, dont l’autorité n’est pas étendue, du moins à Vicence : choisis par voie élective au sein du Petit Conseil citadin, huit sont des consuls milites, sans formation juridique spécifique, et quatre autres, appelés juges consuls, sont issus du Collège des Juges. Povolo C., « Aspetti e problemi dell’amministrazione della giustizia penale nella Repubblica di Venezia, secoli XVI-XVII », Cozzi G. (éd.), Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (sec. XVI-XVIII), Rome, Jouvence, 1980, tome 1, p. 155-258 ; idem, L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, Cierre, 1997 ; Faggion L., Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530-1730 env.), Genève, Slatkine, 1998.

2 Archivio di Stato de Venise [désormais : Arch. Stato de Venise], Avogaria di Comun [désormais : Av. Co.], Miscellanea penale [désormais : M. p.], 4221 P 71.

3 Faggion L., « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda metà del ‘500 », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304.

4 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 8v°. Selon la loi vénitienne, le decano est tenu de « portar la denoncia » à Vicence, siège politique et judiciaire du territoire.

5 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71. Il s’agit de Giovanni Lovato, originaire de Durlo, pourtant au service de certains membres de la Maison Trissino, qui juge nécessaire de dévoiler ce qu’il a appris sur les meurtres commis en décembre 1581 et en mai 1583. Il remet ainsi à Antonio Bisazza, notable villageois, des lettres destinées au juge chargé de l’instruction de l’affaire, lettres écrites par Iseppo Bisazza, dit « della Longa », qui habite aussi dans le village, dans la contrée de la « bosa ». Déposition du 20 mai 1583, f° 30v°-36. Iseppo Bisazza est ensuite entendu par le juge, f° 43.

6 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 31r °.

7 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 34. Giovanni Lovato ne manque pas d’insister sur la rumeur qui circulait dans toute la communauté villageoise. Tous savaient ce qui s’était passé, mais personne n’osait parler. Il avait même été divulgué que Leonardo Calaura avait été l’instigateur du piège tendu à Leonida Trissino, en décembre 1581, afin de lui faire quitter son domicile.

8 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 10r °.

9 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 11r °.

10 Ainsi se trouve établi, par Giovanni Lovato, le profil de l’un des assassins recherchés. Ce témoin indique que « fu altre volte in prigione per la morte d’Antonio Bertazzo che non credo siano du anni et fu relassado pro nunc », Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 36v°.

11 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 11r °. Franceschina dépose que le cordonnier était son « germano » et que, durant l’entreprise meurtrière, il y avait eu avec lui « Lunardo fiol de Iseppo Calaura mio nepote […] qual Iseppo è mio cugnato che ha una sorella de mio marito [Francesco Bertola] per molgie che ha nome Catherina ».

12 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 29v°.

13 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 40v°.

14 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 43.

15 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 17v°.

16 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 57v°-58.

17 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 4-7.

18 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 7v°. Giovanni Lovato évoque aussi la rumeur, selon laquelle tous savaient ce qui s’était réellement passé à Trissino, f° 34.

19 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 7v°-9.

20 Giovan Battista Trissino a fait enregistrer son testament le 3 mars 1572, mais la date de son décès, qui n’est pas connue, est antérieure au premier crime perpétré en 1581. Archivio di Stato de Vicence [désormais : Arch. Stato de Vicence], Archivio Notarile [désormais : A. No.], A. Michelin, registre 8336, f° 108v°-109.

21 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 4r °-7v°, 21, 24r °.

22 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 29v°. Les Trissino de Castelgomberto, de la branche des Miglioranza, fréquentent ainsi ceux du village Trissino.

23 Faggion L., « Disordini… », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304. Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 40r °. Bartolomeo Castellani, dit le « Turcho », révèle ainsi que Lelio menaça Paola Bertola et lui dit « che fu sta amazzato anche il Magnifico Cyro Trissino et alli altri a parole simili ».

24 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, déposition de Giovan Battista de Giuliani, dont le compère est Giovanni Lovato : celui-ci préférait se rendre à Vicence, puis à Venise. Il avait dû être hébergé chez Antonio Trissino, fils de Paola, ou chez Camillo dall’ Ava, un fidèle d’Antonio, f° 29v°. Voir également la déposition de Lovato lui-même, f° 30v°-36.

25 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 30v°-36.

26 Les Bressan tout comme les Bisazza comptent des notaires dans leurs rangs.

27 Arch. Stato de Vicence, A. No., notaire A. Michelin, registre 8338, f° 50r° (acte de paix). La date de l’enregistrement de l’acte est le 27 décembre 1581, et non 1582, comme l’indique pourtant le document.

28 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, Iseppo Calaura, fils de Bernardo, marchand et habitant au-dessus de la place des Trissino, chez Lelio Trissino, f° 16v° ; Bernardino Pedrazzi vit près de la maison d’Alvise Trissino, en bas de l’église de sant’ Andrea, f° 17-19r° ; Marcantonio Trevisan, originaire de Quargnenta, petite localité au nord de Trissino, également qualifié de berger des frères de Sartorio et d’Odorico Trissino, fils de feu Francesco, f° 17v°. Quant à Camillo dall’Ava, dont les liens avec certains membres de la famille Trissino paraissent importants, il figure comme locataire d’Antonio Trissino et de ses frères, fils de Paola, veuve de Cristoforo Trissino, f° 14v°.

29 Les notaires sont régulièrement sollicités pour engager des procureurs au service de la communauté qui doivent la défendre des prétentions de la famille Trissino.

30 Fornasa S., « L’uomo, la terra e l’anima. Storia di famiglie, vita economica e dimensione religiosa a Castelgomberto in età moderna », S. Fornasa, S. Zamperetti (éd.), Castelgomberto. Storia di una comunità rurale dal Medioevo all’Ottocento, Castelgomberto, 1999, p. 148-186.

31 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 53v°-56.

32 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 36, 49r °, 53v°-56.

33 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 4r °.

34 Povolo C., op. cit., passim.

35 Faggion L., op. cit., passim.

36 Le testament de Giovan Battista Trissino expose déjà les éléments de tensions centrés sur l’héritage. Dans cet acte enregistré en mars 1572 à Trissino, le testateur ne manque pas d’insister sur la pureté du lignage et sur les biens familiaux qui ne peuvent échoir à celui qui aurait conclu un mariage avec une femme non noble. Arch. Stato de Vicence, A. No., A. Michelin, reg. 8336, f° 108v°-109.

37 Le deuxième enfant, un garçon, est décédé avant l’instruction de mai 1583.

38 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 56v°.

39 Arch. Stato de Vicence, A. No., A. Michelin, registre 8338, 15.07.1582, f° 95v°-96. L’instrument dotal est enregistré chez Lelio Trissino. Anna Bisazza, fille d’Antonio, épouse ainsi en février 1583, au cours de la même période que son maître Lelio Trissino, Giovan Battista de Giuliani. Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., f° 9v°, 43v°-50.

40 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 44v°.

41 Faggion L., « Disordini… », Acta Histriae, 10 (2002), p. 285-304.

42 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, déposition de Bartolomeo Castellani, 22.05.1583, f° 38v°.

43 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 48v°.

44 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 43r °.

45 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 30v°-36, 53v°-56.

46 Voir dans le présent ouvrage ma contribution intitulée « Un procès sous tensions ? Société, vérité et justice à Venise au XVIe siècle ».

47 Arch. Stato de Venise, Av. Co., M. p., 4221 P 71, f° 36r °, 53v°-54r, 66. Il convient de souligner que la situation est loin d’être simple pour Aquilina Guardafesta qui est contrainte, le 8 mars 1584, à demander au notaire Antonio Michelin une procuration par laquelle elle peut affronter en justice, avec le soutien de Giuseppe Trissino, aussi bien Lelio Trissino que Margarita, veuve de Giovan Battista Trissino. Arch. Stato de Vicence, A. No., A. Michelin, registre 8338, f° 19r °.

Auteur

Maître de conférences en Histoire moderne, Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540