Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Le témoignage et ses acteurs à travers l'enquête

Un inquisiteur accusé : le poids des témoignages (Provence, 1533)

Gabriel Audisio

Résumé

Dans les annales judiciaires, la poursuite d’un inquisiteur reste un cas exceptionnel. Le dominicain Jean de Roma, nommé inquisiteur par l’évêque d’Apt, voyait en 1532 ses actions suspendues et une enquête ordonnée par François Ier.
L’inquisiteur s’intéressait surtout aux vaudois du Luberon. Les deux commissaires chargés de l’enquête entendirent vingt-trois témoins, dont quatorze étaient soit certainement vaudois soit suspectés de l’être. Si leurs témoignages ne pouvaient être entachés de nullité, ils ne pouvaient ne pas l’être de partialité, ce dont les commissaires furent pleinement conscients.
Il en résulta une série de recommandations accompagnées de toutes les pièces de la procédure. Sur le plan juridique, la conclusion principale fut la constatation d’abus de pouvoir exercé par l’inquisiteur en ayant fait transféré des sujets du roi en terre du pape. Mais les commissaires allèrent plus loin en alertant le roi sur l’importance de l’hérésie en Provence. Cette procédure marqua à la fois la dernière manifestation de l’inquisition médiévale et le début de la poursuite des hérétiques en Provence, prélude aux guerres de religion.

In the history of justice, legal proceedings against an inquisitor remain an exception. The Dominican Jean de Roma, appointed inquisitor by the bishop of Apt, had his lawsuits suspended in 1532 and was subjected to an inquiry by king François I.
The Inquisitor de Roma was mainly interested by the Waldensians in the Luberon. The two superintendents in charge of the inquiry heard twenty-three witnesses, of which fourteen were either genuine or alleged Waldesians. If their testimonies could not be considered null and void, they certainly could not be unbiased, and the commissioners were well aware of that.
The outcome was a series of recommendations with all the legal documents in support. On a judicial level, the main conclusion was the finding of abuse of power by the inquisitor who had ordered that subjects of the king be transferred to papal land. But the superintendents went further by warning the king on the real extent of the heresy in Provence. The proceedings were the last manifestation of the Medieval inquisition and at the same time marked the beginning of the prosecution of heretics in Provence, which was a prelude to the Wars of religion.

Texte intégral

1Le 8 avril 1533, se réunissaient dans l’archevêché d’Aix-en-Provence Antoine Filhol, archevêque élu d’Aix, le président du parlement de Provence, Barthélemy de Chassanée et Honorat d’Oraison, chevalier, conseiller au Parlement, seigneur d’Oraison et de Cadenet pour délibérer sur la manière de mener à bien la mission que leur confiait François Ier par lettres patentes datées du 12 février. Tous trois étaient nommés commissaires pour enquêter sur les agissements de « un religieux de l’ordre de saint Dominique nommé frère Jehan de Rome » qui se dit inquisiteur en Provence. Faire le procès d’un inquisiteur, sans être exceptionnel, n’était pas banal. L’enquête devait porter sur deux points : vérifier d’une part à quel titre et au nom de quelle autorité le dominicain procédait et, d’autre part, si les abus qui avaient été signalés au roi étaient réels. En attendant le résultat de la mission, ordre leur était donné de faire suspendre les procédures.

2Le contexte donne une valeur particulière à cet épisode, pour trois raisons : d’abord, il s’agit d’une inquisition encore médiévale, quelques années avant la création de l’Inquisition romaine en 1542 ; ensuite, parce que nous retrouvons ici cette vigilance royale sur ses prérogatives, la justice veillant jalousement à ce que la justice ecclésiastique n’empiète pas sur son domaine ; enfin, les procédures du dominicain révélèrent officiellement l’existence de la dissidence vaudoise dans le Luberon.

3Après avoir rappelé rapidement ce contexte, je voudrais considérer les témoignages qui furent rassemblés et qui, en l’occurrence, constituaient un cas très particulier et délicat, pour finalement en prendre la mesure et en mesurer les effets.

L’hérésie en Provence en 1532

  • 1 Le seul cas signalé par les sources se situe à Pertuis en avril 1490 où sont explicitement mentionn (...)
  • 2 Aubenas R., La sorcière et l’inquisiteur. Épisode de l’Inquisition en Provence, 1439, Aix-en-Proven (...)

4Si l’on en croit les sources judiciaires diverses, tant civiles que religieuses, la Provence aurait été jusque là à peu près exempte d’hérétiques au XVe et XVIe siècle1, si l’on excepte quelques procès en sorcellerie, d’ailleurs rares2. Brusquement à partir de 1532, suite à une demande d’enquête expresse du roi par une lettre aux évêques du 7 juillet 1531 et aux procédures d’un inquisiteur zélé, Jean de Roma, dans le diocèse d’Apt, non seulement des hérétiques sont trouvés, mais c’est tout un réseau d’une dissidence ancienne, massive et organisée qui se révèle avec la présence vaudoise en Luberon.

  • 3 Les territoires pontificaux insérés dans le royaume de France comprenaient deux ensembles distincts (...)
  • 4 A. N., J 851, n° 2, f° 47-48 : « Johannes Nicolaus Dei et apostolice sedis gratia episcopus aptensi (...)

5Sur le siège épiscopal d’Apt depuis 1524 environ, Jean Nicolaï avait été promu lieutenant général du Comtat venaissin en 1527, sous la légation de François de Clermont3. Par lettre du 15 novembre 1530, l’évêque instituait Jean de Roma inquisiteur en son diocèse « contre tous et chacun blasphémateurs, ceux qui vivent en concubinage, hérétiques, usuriers ou sorciers »4. À compter de cette commission datée de 1528, l’inquisiteur traque les vaudois et luthériens et devient, en quelque sorte, spécialisé en cette tâche.

  • 5 A. N., J 851, n° 2, f° 48.
  • 6 Arch. privées. Document aimablement communiqué par le docteur L. Beltrando.

6Par un rescrit du 17 mai 1532, expédié du parlement d’Aix, Claude de Savoie, comte de Tende, lieutenant général du roi en Provence, commandait à tous les officiers, nobles et sujets de prêter aide et mainforte à l’inquisiteur5. Cet ordre se précisa le 17 mars 1533 : il enjoignait au sieur de Cental, seigneur de La Tour d’Aigues et de sa vallée, notamment de Cabrières-d’Aigues et d’autres villages peuplés de nombreux vaudois, de venir en aide à « l’inquisiteur de saincte foy cathollicque »6.

  • 7 Annexe du 17 mai 1532 : A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 48.
  • 8 Petit livré intitulé « Informationes sumpte in civitate aptensi et aliis locis diocesis… ibi sunt i (...)

7Ainsi, nommé inquisiteur en novembre 1530, le dominicain obtint seulement le 17 mai 1532 du gouverneur de Provence, Claude de Tende, le pouvoir d’exercer sa fonction7. Sans doute le religieux a-t-il passé l’année précédente, durant laquelle nous n’avons aucune information à son sujet, à prendre ses marques, à préparer son « inquisition ». En tout cas en 1532, il commençait à recevoir à Apt les dépositions contre une habitante de cette ville, Catherine Castagne. À cette occasion, trente-quatre personnes allèrent le trouver, entre le 20 mai et le 4 juillet de cette année, pour livrer ce que le droit canon nomme des « révélations », c’est-à-dire des dépositions spontanées. Les témoins n’avaient donc pas été convoqués. Toutefois l’inquisiteur avait sans doute lancé son inquisition en faisant le tour des paroisses du diocèse, à commencer par la ville d’Apt, siège du diocèse et, suivant la coutume, avait certainement invité les paroissiens à dénoncer les suspects d’hérésie8. Catherine ne se trouva pas la seule inculpée ; plusieurs autres furent dénoncés par ailleurs, car l’on sait qu’aux environs de Pâques, fête qui en 1532 tomba le 31 mars, plusieurs suspects d’hérésie se trouvaient dans les prisons d’Apt. Ce premier train de procédures rondement menées aboutit à faire inculper ou du moins soupçonner dix-sept individus ou familles de diverses paroisses du diocèse d’Apt, mais aussi au sud du Luberon dans le diocèse d’Aix, comme Cabrières-d’Aigues et Villelaure. Le 18 juin 1532, Jean de Roma obtenait de nouvelles lettres du gouverneur :

  • 9 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 52.

Le comte de Tende, grand sénéchal et gouverneur royal de Provence… par délibération de la cour de Parlement, mandons aux prélats, à toutes personnes ecclésiastiques, barons, nobles, bourgeois, syndics des villes et des bourgs et à tous autres… de prêter aides et main-forte à Me Jean de Roma, professeur d’écriture sainte et inquisiteur de l’hérétique perversité et de saisir au corps et mettre en prison les hérétiques sous peine de confiscation de corps et de biens9.

8Ainsi, comme il convenait, l’inquisiteur pouvait se mettre à l’œuvre, puisqu’il disposait à la fois d’une délégation du pouvoir ecclésiastique par l’évêque d’Apt et de l’appui du pouvoir temporel, en Comtat par le même évêque également vice-légat et, en Provence, par le gouverneur, représentant du roi pour les affaires de police, conforté par l’approbation du Parlement, organe suprême de la justice royale dans la province. L’inquisition pouvait commencer. Et elle commença de fait : en réalité, Jean de Roma fut le véritable « inventeur » des vaudois de Provence et du Comtat ou, en tout cas, l’un des révélateurs.

  • 10 Audisio G., Les vaudois du Luberon. Une minorité en Provence, Mérindol, AEVHL, 1984.

9Or, la question qui se pose, mais qu’il n’y a pas lieu de présenter ici, est celle-ci : comment expliquer que ces vaudois, « hérétiques » notoires et appartenant à une dissidence depuis longtemps répertoriée, n’aient pas été inquiétés plus tôt, sachant qu’ils étaient dans le pays depuis trente, quarante, voire cinquante ans, comme j’ai pu le montrer par ailleurs à partir des actes notariés10 ? En tout cas le fait est indéniable, l’inquisiteur avait bien découvert une zone entière peuplée d’hérétiques.

  • 11 Abbé Guillaume, Sentence de réhabilitation des vaudois des Alpes françaises. Paris, 27 février 1509 (...)

10Pourtant, suite à ces procédures et sans que nous sachions comment, des plaintes étaient parvenues au roi. Elles laissent supposer que les vaudois avaient quelque relais puissant à la cour même du roi de France, ce qui ne laisse pas d’être surprenant de la part d’une population totalement paysanne. Il y avait d’ailleurs eu un précédent quand, à la suite des poursuites qu’ils avaient subies dans le Dauphiné en 1487-1488, ils avaient obtenu de Louis XII en 1509 une sentence de réhabilitation11.

11Ainsi le président du parlement de Provence avait reçu des lettres patentes du roi le nommant commissaire, avec l’archevêque d’Aix et Honorat d’Oraison, pour enquêter sur les agissements de Jean de Roma.

L’enquête

  • 12 A. N., Paris, J 581, n° 2 ; environ 300 folios, comprenant plusieurs documents, chacun ayant son fo (...)

12La commission royale précisait les articles sur lesquels le roi entendait être informé ; numérotés de I à XXVII. La réunion des trois commissaires, tenue le 8 avril 1532 dans le palais de l’archevêché, initiait une procédure dont nous avons l’ensemble des pièces, constituant un gros dossier adressé au roi, ce qui lui vaut sans doute d’avoir été conservé et de nous être parvenu12.

  • 13 Ibid., f° 7v°.

13Les questions posées par le roi et auxquelles il demande qu’il soit fait réponse commencent par celle-ci, à vrai dire fondamentale, à propos de l’inquisiteur dominicain : « en vertu de quoi il procède au pays de Provence » (article 1)13. Je résume ici les articles suivants, s’agissant toujours de Jean de Roma :

142 – Il a dit publiquement que si le roi le contredisait ou soutenait une seule erreur, il lui ferait perdre son royaume ;

153 – Il a dit qu’il n’obéirait ni au roi, ni aux seigneurs, ni au Parlement ;

164 – Il a dit en chaire que, si ceux qu’il accuserait ne voulaient pas avouer, il achèterait des bottines, les remplirait de graisse, les leur ferait chausser et les chaufferait tellement qu’ils ne chausseraient plus de mules aux pieds ;

175 – A interdit à toute personne, sous peine d’excommunication, d’apporter aide ou conseil aux accusés ;

186 – A levé une bande de mauvais garçons qu’il paye pour aller piller, de jour comme de nuit, les maisons des bonnes gens où ils ont rompu coffres et arches, enlevé les serrures, emporté or, argent, blé, vin, farine, draps, robes, bonnets, chausses, vaisselle, bœufs, vaches et autre bétail ;

197 – A saisi plusieurs hommes qui ne purent sortir de ses mains que moyennant grosse rançon ;

208 – A fait citer Guillaume, le forgeron de Cabrières. Devant son refus d’avouer ce que l’inquisiteur voulait, il lui a fait bouillir les pieds dans des bottines emplies de graisse pendant cinq ou six heures jusqu’à ce que le pauvre homme ait avoué tout ce qu’il voulait ;

219 – A fait prendre Michelot Marro de Cabrières et a fait brûler jusqu’à sept fagots sous ses pieds exigeant qu’il avoue être en erreur, devant dire que Jésus n’était pas né de Marie Vierge, qu’il n’y a point de purgatoire et que le pape n’a pas plus de puissance qu’un autre. Le pauvre homme finit par avouer ce qu’il n’avait jamais pensé et resta « gâté » d’un pied sans espoir de guérison ;

2210 – Pour 37 jours de vacations, il refusa les 25 écus que le dit Marro lui envoya, mais il lui fit prendre 40 saumées de blé, représentant 80 écus ; en outre a attribué au procureur fiscal de Cavaillon 27 écus, à Me Prépositi, notaire de Cavaillon, 4 écus et au vicaire 5 écus ;

2311 – A fait emprisonner Jean Ginoux et lui fit brûler les pieds lui demandant de dire que Lucifer a mené Notre Dame sept ans par le monde et qu’il avait engendré Jésus-Christ ; il finit par avouer et est resté estropié, ne pouvant plus se tenir sur ses pieds ; est mort en prison, protestant jusqu’à la fin que c’est par force qu’on lui avait extorqué ces aveux ;

2412 – Il condamna Georges Serre à 18 écus ; comme il ne pouvait payer, il fut déclaré hérétique et brûlé ;

2513 – Une femme simple d’esprit, Jeanne Bosc, se trouva enceinte ; l’inquisiteur lui fit avouer que Marie avait fauté, ce qu’il interpréta comme s’agissant de la Vierge Marie, alors qu’elle parlait de Marie Madeleine ; elle fut condamnée et brûlée ;

2614 – Il fit prendre Guillaume Pancette, de Murs, qui était accusé d’avoir, en son jeune âge, couvert de fiente la bouche d’une statue de la Vierge ; il lui fit chauffer les pieds jusqu’à ce qu’il avoue ; puis le condamna comme hérétique à être brûlé ;

2715 – De Roma est de mauvaise vie ; il se prend de vin et un jour il vomit en pleine chaire à Lagnes ;

2816 – A voulu forcer une chambrière dans la maison épiscopale ;

2917 – A déclaré que le 1er chapitre de l’évangile de saint Jean était hérétique ;

3018 – Il soutient un prêtre, Jean Guilhem, avare et usurier, vicaire de Roussillon, qui renchérit sur les blés et qui, par vengeance, accusa nombre de bonnes gens, parce qu’ils avaient réussi à le faire chasser de la cure ;

3119 – Quand un homme tombe entre ses mains, il ne peut lui échapper qu’en reconnaissant être en erreur, sinon il est déclaré hérétique ;

3220 – S’il a condamné quelqu’un à quelque somme et si le condamné ne peut payer, il le menace de le déclarer hérétique ;

3321 – Il a détenu longtemps en prison Pierre, Barthélemy et Antoine Sambuc, puis les a rançonnés à 52 écus ;

3422 – A fait citer Poncet Martin de Roussillon, l’a tenu en prison pendant 5 semaines ; le menaça de lui brûler les pieds comme à son oncle Marro et le fit avouer ; le condamna à 24 florins pour ses vacations, 16 florins pour ses dépenses, 10 écus pour son notaire Antoine Mangon et 100 écus pour l’amende ; en outre lui demanda 18 écus ;

3523 – Le seigneur de Buoux et les gens de l’inquisiteur ont pris à Michel Seguin : 4 bœufs, 6 bovins, grande quantité de blé, etc. ;

3624 – Sans le faire citer, ont pris à Antoine Long un âne et une ânesse, saumées d’avoine, un pourceau, etc. ;

3725 – Pour les 15 jours qu’il l’avait détenu en prison, de Roma a condamné Georges Astier, gendre d’Antoine Long, à 50 florins ;

3826 – Michel Serre d’Apt a été mis à l’arrêt et il dut payer 20 écus au juge Mayran, une saumée de blé à Elzéar Citran, 3 écus au vicaire, 1 écu et 4 émines de blé au notaire Mangon, 1 écu à frère Étienne qui demeure avec de Roma, 1 écu au procureur fiscal ;

3927 – Il a fait prendre Jean Michel, de Gargas donc terre du roi, et l’a fait transporter dans les prisons de Cavaillon, terre du pape, où il est encore avec d’autres Provençaux.

40Tels sont les éventuels chefs d’accusation établis contre l’inquisiteur Jean de Roma. Dès lors la mécanique judiciaire se met en branle, dont témoignent la multitude des pièces, qui sont autant de copies, constituant le dossier du procès.

41Il n’est pas de notre propos ici d’entrer dans le détail de cette procédure, mais de se limiter à l’examen des témoignages qui sont produits. Or la situation était particulièrement délicate. C’est que, s’il appartenait aux commissaires de confirmer ou d’infirmer les faits reprochés à l’inquisiteur, il leur fallait trouver des témoins ; là gisait la difficulté. Qui oserait charger un inquisiteur sans risquer de paraître, par le fait même, « hérétique » ? Il convient donc d’abord d’admirer le courage, ou la naïveté, de ces gens qui, comme nous le verrons, étant pour la plupart des paysans, témoignèrent en justice contre une puissance établie. Fallait-il qu’ils fussent exaspérés et à bout !

42Examinons ces 23 témoins qui vinrent déposer devant les commissaires sur les 27 articles de l’enquête ou, tout au moins, sur certains d’entre eux. Le tableau suivant, outre les nom et prénom, donne les qualités des témoins : le lieu d’habitation, le capital qu’ils déclarent posséder (en florins ou en écus, selon un rapport qui pouvait être de 1 écu pour 4 florins), la profession, éventuellement l’origine :

Témoins ayant déposé dans l’enquête sur l’inquisiteur Jean de Roma

Témoins ayant déposé dans l’enquête sur l’inquisiteur Jean de Roma
  • 14 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 157v°.

43Une analyse rapide nous permet de constater quelques faits. D’abord, à l’exception d’un seul qui est le curé de Cuges, tous les témoins résident dans la zone du Luberon nord, ce qui s’explique aisément, puisque c’est à partir d’Apt que Jean de Roma exerçait sa fonction inquisitoriale et que c’est précisément sur elle que porte l’enquête. Pour trois d’entre eux le métier n’est pas précisé, mais nous pouvons le trouver dans d’autres sources. Antoine Long et Antoine Masse sont connus par ailleurs, notamment par des actes notariés, pour être paysans ; quant à Perrin Gaudin, dit « fils de famille », nous savons que son père était également « laboureur ». Sur les 23 témoins, 11 sont agriculteurs, 4 artisans, 4 prêtres, 3 notaires et 1 hôtelier. Nous pouvons toutefois examiner de plus près l’identité de ces témoins. Dix-sept d’entre eux habitent un village connu pour abriter des vaudois : Roussillon (7), Murs (3), Bonnieux (3), Buoux (2), Les Beaumettes (1) et Gordes (1) ; sur les 13 qui sont, eux-mêmes ou leurs parents, des immigrés, 8 proviennent du Piémont et, pour 7 d’entre eux, d’une localité repérée comme « vaudoise » ou abritant des vaudois : Perosa Argentina, Demonte, Cuneo, Bobbio Pellice, Villar Pellice, Bernezzo ; enfin, à considérer les patronymes, sachant que les vaudois se mariaient entre eux et perpétuaient ainsi un stock patronymique homogène et significatif, 13 portent un nom « vaudois ». À considérer seulement les quatre caractères qui deviennent ainsi des indices d’appartenance vaudoise (métier de la terre, patronyme, lieu d’origine, lieu d’habitation) nous pouvons considérer que 8 témoins, sur les 23, sont suspects d’hérésie vaudoise. D’ailleurs tous les 8 furent par ailleurs inculpés, poursuivis ou même condamnés pour hérésie. Six autres peuvent être ajoutés, car connus par ailleurs : la famille Brante est vaudoise ; plusieurs de ses membres furent condamnés et certains se réfugièrent à Genève. Les Cochet, originaires de Chambéry, et les Meyssonier, pour n’être pas vaudois, n’en rallièrent pas moins la Réforme, plusieurs se retrouvant réfugiés à Genève dans les années 1550 ; quant aux Gaudin, Peyron et Masse, ils appartiennent sans aucun doute à la dissidence vaudoise. Enfin, les témoins, en réponse à des questions précises, indiquent s’ils sont parents de ceux que de Roma a poursuivis, s’ils sont partie prenante en l’affaire et s’ils ont été eux-mêmes ou leurs parents suspectés d’hérésie. Nous apprenons que cinq d’entre eux furent concernés directement ou non par les poursuites de l’inquisiteur. D’ailleurs deux d’entre, Amiel Favatier et Suffren Carbonel, se trouvaient à Aix, lors de leur déposition, retenus pour un procès en hérésie dont ils étaient accusés auprès du Parlement. Ainsi, à la fin de son interrogatoire, les commissaires demandent à Amiel Favatier, s’il est venu à Aix exprès pour témoigner, « dict que non car il est en l’arrest de la ville par auctorité de la cour à cause de quelque inquisition que la dite court luy faict concernant la matière des vauldoys »14. Au total, 14 témoins sur les 23 paraissent suspects dans ces dépositions contre l’inquisiteur. C’est donc le recoupement des témoignages qui, ici plus qu’ailleurs, encore que ce soit le fondement même de la procédure, devait établir la réalité des faits.

  • 15 Ibid., f° 89v°.

44Le dossier indique clairement comment les commissaires ont procédé. Chaque témoin n’est pas interrogé sur l’ensemble des articles, mais seulement sur quelques-uns, sélectionnés au préalable selon un choix dont le principe nous échappe mais qui dut être opéré lors de l’enquête préalable. Le procès-verbal l’indique clairement à la fin de chaque examen, par une formule qui revient régulièrement ; ainsi, par exemple, pour Jacques Brente : « Sur les autres (articles) n’a été interrogé suivant l’étiquette »15. Prenons, parmi les autres, le cas d’Antoine Long. Voici le début de sa déposition, telle qu’écrite par le greffier :

  • 16 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 157v°-158.

Anthoine Long de Rossilhon, aagé de cinquante ans ou environ, soy disant posséder deux centz escus, tesmoing produict sur le I, III, IIII, V, VI, VII, VIII, XI, XVI, XVII, XIX, XXIIII articles ; après le serement par luy faict comme dessus ès sainctz évangiles de Dieu de dire vérité, a dict comme sensuyt :
Sur le premier article dict n’en sçavoir hors du contenu au dit article sinon pour ouyr dire mais ne sçait à qui16.

45Il ne s’agit donc pas de questions « ouvertes », mais strictement limitées à l’enquête. Tel est le contexte, telle est la procédure. Voyons les résultats.

Les résultats

46Le tableau produit en annexe donne une vision synthétique de l’ensemble des dépositions. Nous pouvons voir ainsi, à l’aide de la dernière colonne, que les articles les mieux informés sont les numéros 3, 4, 5, 6 avec 13 occurrences chacun, puis 9 avec 11 occurrences et les 7, 14 et 21 avec 10. Nous pouvons leur adjoindre les 11, 15, 20, 22 et 25 avec 8 occurrences, ainsi que les 12 et 24 avec 7. Nous reportant au contenu des articles présenté plus haut, nous constatons qu’ils se rapportent aux agissements et abus commis par l’inquisiteur dans l’exercice de ses fonctions : de fait les témoins qui attestent ces faits sont des paysans propriétaires, habitants des villages vaudois, directement ou non concernés et, de plus, soupçonnés d’être vaudois, donc hérétiques, ce que le tableau indique à la deuxième ligne par la lettre V (vaudois) ou S (suspect), soit 14 des 23 témoins. Ils sont évidemment à même d’être les mieux informés, en même temps que les plus enclins à « charger » l’inquisiteur dont eux ou leurs proches ont eu à pâtir. Ce sont eux qui confirment le plus d’articles susceptibles de constituer autant de chefs d’accusation contre l’inquisiteur. À cet égard le tableau annexe, par le total indiqué à la dernière ligne, montre clairement que les témoins suspects d’hérésie atteignent les records dans les dénonciations : 11 d’entre eux confirment de 10 à 19 articles ; seuls trois d’entre eux ne témoignent que sur 1 à 5 articles. A contrario, les 9 autres, non suspects d’hérésie, dont les quatre prêtres et les trois notaires, confirment seulement de 0 à 4 articles. Il est à noter que les cinq derniers témoins ne retiennent contre l’inquisiteur qu’un seul article ou même aucun pour l’ancien curé de Roussillon, Guillaume Falque, qui fut chassé de sa paroisse et reconnaît avoir dénoncé Amiel Favatier à de Roma ; parmi eux deux prêtres et deux notaires.

47Ainsi un partage assez net, parmi les témoins, se lit entre ceux qui portent les plus lourdes accusations, mais qui sont eux-mêmes ou leurs proches victimes de l’inquisiteur et suspects d’hérésie et les autres qui, hors de toute suspicion, chargent peu le dominicain. Il importe dès lors d’isoler les faits reprochés à Jean de Roma par ces derniers, car ils sont d’autant plus fiables. L’article le plus confirmé est le n° 4, par lequel l’inquisiteur aurait menacé de faire chauffer les pieds de ceux qui ne voudraient pas avouer : 5 des 8 témoins non suspects. Viennent ensuite le 5 (3 fois : « interdiction d’apporter aide ou conseil aux prévenus »), le 6 (2 fois : « pillages »), et les 9 (« a brûlé les pieds de Marro »), 11 (« a brûlé les pieds de Ginoux »), 15 (« s’enivre » ; « a vomi en chaire »), 18 (« a soutenu l’ancien curé de Roussillon »), 20 (« a menacé de déclarer hérétique qui ne peut payer »), et 24 (« a pillé la maison de Seguin »), chacun avec une seule occurrence. Autant dire que ces témoignages à charge, s’ajoutant à ceux des « vaudois » ou suspects d’hérésie, prennent un poids particulier. Il reste que, déduction faite de ces 9 articles qui se trouveraient ainsi confirmés, silence de leur part sur les 17 autres.

48Il est donc particulièrement intéressant pour nous de connaître la conclusion qui fut apportée à l’affaire et quelle position la commission royale adopta en bouclant le dossier. Autrement dit, quel crédit les commissaires ont-ils accordé aux divers témoignages qu’ils avaient recueillis ? En réalité ce qui retint le plus l’attention des commissaires ne furent pas tant les éventuelles exactions ou cruautés de l’inquisiteur que les violations du droit concernant en particulier les prérogatives des Provençaux. Le dernier article portait sur le cas d’un certain Jean Michel qui, résidant à Gargas, relevait donc de la justice royale et que pourtant Jean de Roma avait fait saisir et transporter dans les prisons de Cavaillon, en Comtat donc relevant du pape. C’était là aller contre la souveraineté royale. L’enquête révéla que trois Provençaux se trouvaient encore dans les prisons épiscopales de Cavaillon : les deux frères Jean et Thomas Robert alias Gros de Gordes, ainsi que Marguerite Serre femme d’Antoine Vian de Goult. Une série de démarches sont entreprises par les commissaires auprès des autorités de Cavaillon et du Comtat pour les faire libérer ; l’affaire traînait notamment parce que les détenus devaient, pour les frais du procès et de la prison, en tout 266 florins, somme exigée pour leur libération. C’est ce point de droit de justice international qui irrita et inquiéta le plus les représentants royaux.

49Nous connaissons le rapport que finalement la commission adressa au roi, mettant ainsi fin à l’enquête qui lui avait été confiée. Il s’intitule : « S’ensuyt l’adviz de nos commissaires » et commence ainsi :

  • 17 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 163.

En ensuyvant la teneur des dites lettres de commission à nous susdits commissaires d’envoyer avec les informations faictes entre (sic) le dit de Roma nostre adviz au roy nostre sire, nous disons par nostre adviz que, tant ayant esgard ausdites informations par nous faictes que aussi ayant veu et entendu plusieurs aultres choses contenues en plusieurs procès faicts le dit de Roma, que, ayant eu plusieurs advertissemens de la secte des vauldoys inculpés et chargés de plusieurs articles sentans hérésies et ayans esté dampnéz anciennement et dès long temps contre les Poures de Lyon, que l’on doibt avoir esgard èz choses s’ensuyvant…17

50Suivent 22 articles, d’ailleurs non numérotés. Les 9 premiers sont un ensemble de considérations sur l’hérésie vaudoise en Provence, le danger qu’elle représente et les moyens pour la combattre. À partir de l’article 10, les commissaires répondent plus précisément à ce qui leur était demandé :

  • 18 Ibid., f° 165.

Item et quant aux abus du dit de Roma, l’on pourra veoir quelz abus il a commis en ayant toutesfoys en considération que la pluspart des témoyncs examinés contre luy sont fort suspectz comme ou estant de ceulx qui sont passéz par ses mains ou de leurs parans ou de ceulx qui poursyuvent l’affaire18.

51Puis suivent une série de précisions et de recommandations : que l’on mette des gens d’Église pour informer sur les gens qui ont été condamnés et exécutés, qui sont encore détenus ou qui sont en sursis à cause de la suspension de l’action inquisitoriale ; que leurs biens et les amendes versées soient mis sous séquestre ; que l’inquisiteur tient son pouvoir du feu évêque d’Apt avec annexe et provision du Parlement ; qu’il a extrait du pays de Provence plusieurs personnes pour les transférer en terre du pape « qu’est contre les privilèges du pays et l’auctorité du roy » ; qu’il refuse de les rendre sauf à payer les frais et les amendes ; qu’il nous a adressé trois « avertissemens », nous priant de les joindre au dossier.

  • 19 Audisio G., Le barbe et l’inquisiteur…, Édisud, Aix-en-Provence, 1979, p. 34-35.

52Telle est la conclusion apportée par les trois commissaires provençaux à l’enquête royale et signée par eux. Cette procédure est à placer dans la longue rivalité entre justice royale et justice ecclésiastique, dont « l’appel comme d’abus » constituait le principal ressort, puisqu’il permettait de faire appel auprès du Parlement d’une sentence d’un tribunal ecclésiastique. En tout cas, les commissaires d’Aix dépassèrent franchement leur mission en alertant le roi sur le danger hérétique en Provence, tout en signalant le caractère partial des témoignages. Pour autant qu’on le sache, quel fut le résultat de leur enquête ? La suspension de l’inquisition constitua sans aucun doute un soulagement pour la population vaudoise du Luberon et Jean de Roma n’eut probablement pas l’occasion de reprendre son activité : l’évêque d’Apt avait disparu et lui-même mourut sans doute cette même année 1533 dans le couvent des dominicains d’Avignon19. Nous n’avons plus d’exemple ensuite d’inquisition de type médiéval en Provence. Et, comme l’Inquisition romaine créée en 1542 ne fut jamais reçue en France, nous pouvons considérer que l’enquête sur Jean de Roma sonna le glas de l’Inquisition, quelle que soit sa forme, sinon dans le royaume de France, en tout cas en Provence. Pourtant l’action de l’inquisiteur se poursuivit après sa mort. De fait il avait découvert la présence hérétique en Provence, officiellement ignorée jusque là, et les poursuites, malgré quelques répits, ne devaient plus cesser jusqu’aux guerres de religion, puisque j’ai pu relever à partir de diverses sources, dont les registres du parlement d’Aix, plus de 2000 Provençaux ou Comtadins poursuivis pour hérésie entre 1532 et 1560. Les tribunaux civils prirent ainsi le relais dans la poursuite du crime d’hérésie, qualifié de « crime de lèse majesté divine et humaine ».

Bilan des témoignages contre Jean de Roma (avril-mai 1533)

Bilan des témoignages contre Jean de Roma (avril-mai 1533)

Notes

1 Le seul cas signalé par les sources se situe à Pertuis en avril 1490 où sont explicitement mentionnés les dépenses pour la nourriture de « los vaudesse » emprisonnés (A. C. Pertuis, BB 1, f° 92v°).

2 Aubenas R., La sorcière et l’inquisiteur. Épisode de l’Inquisition en Provence, 1439, Aix-en-Provence, La Pensée Universitaire, 1956 ; j’ai également trouvé trace de quelques cas : une « sortilega » exécutée à Apt en 1489 (A. D. des BdR, B 1700, f° 522) ; deux « mascas » emprisonnées à Pertuis en 1490 (A. C. Pertuis, BB 1, f° 91v°) ; un procès en sorcellerie à Saint-Maximin en 1515 (Comptes du trésorier 1427-1565, f° 114, publié par F. Cortez).

3 Les territoires pontificaux insérés dans le royaume de France comprenaient deux ensembles distincts : Avignon, administré par un légat, assisté d’un vice-légat ; le Comtat, doté d’un recteur. Le titre de lieutenant-général attribué ici à Jean Nicolaï semble être utilisé au lieu de « vice-légat », car c’est ce dernier en revanche qui lui est attribué dans le bréviaire de 1532, dont ce prélat fut à l’origine et qu’il fit imprimer à Lyon.

4 A. N., J 851, n° 2, f° 47-48 : « Johannes Nicolaus Dei et apostolice sedis gratia episcopus aptensis… te, Johannem prefatum…, prospeximus inquisitorem heretice pravitatis… contra omnes et singulos blasphematores, concubinatores, hereticos, usurarios vel sortilegos infra nostre legationis limites… ».

5 A. N., J 851, n° 2, f° 48.

6 Arch. privées. Document aimablement communiqué par le docteur L. Beltrando.

7 Annexe du 17 mai 1532 : A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 48.

8 Petit livré intitulé « Informationes sumpte in civitate aptensi et aliis locis diocesis… ibi sunt inveniuntur revelationes contra Katharinam Castagne », Musée Arbaud, Aix-en-Provence, Ms Q 755.

9 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 52.

10 Audisio G., Les vaudois du Luberon. Une minorité en Provence, Mérindol, AEVHL, 1984.

11 Abbé Guillaume, Sentence de réhabilitation des vaudois des Alpes françaises. Paris, 27 février 1509, Bulletin d’histoire et de philologie, 1891, n° 4, p. 248-265.

12 A. N., Paris, J 581, n° 2 ; environ 300 folios, comprenant plusieurs documents, chacun ayant son foliotage propre.

13 Ibid., f° 7v°.

14 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 157v°.

15 Ibid., f° 89v°.

16 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 157v°-158.

17 A. N., Paris, J 851, n° 2, f° 163.

18 Ibid., f° 165.

19 Audisio G., Le barbe et l’inquisiteur…, Édisud, Aix-en-Provence, 1979, p. 34-35.

Table des illustrations

Titre Témoins ayant déposé dans l’enquête sur l’inquisiteur Jean de Roma
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7128/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Bilan des témoignages contre Jean de Roma (avril-mai 1533)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7128/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

Professeur émérite en Histoire moderne, Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540