Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Le témoignage et ses acteurs à travers l'enquête

Le témoignage dans les procès d’Inquisition en France méridionale au XIIIe siècle : l’exemple du manuscrit 609 de Toulouse

Laurent Albaret

Résumé

Dans le cadre de l’inquisitio generalis dans le Midi de la France au XIIIe siècle, le manuscrit 609 de Toulouse apporte beaucoup à l’histoire de l’Inquisition médiévale méridionale. Ce document des archives du tribunal de Toulouse est un fragment d’une copie de l’enquête de deux inquisiteurs dominicains, Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre, durant les années 1245-1247 dans la région du Lauragais. Il s’intéresse à tout un pays, concerne une centaine de localités et rassemble environ 5 500 dépositions, ce qui donne en fait une réelle valeur au manuscrit et à cette enquête générale, permettant d’approcher avec précision l’importance du témoignage dans la pratique judiciaire.

In the framework of inquisitio generalis in the 13 th century South of France, the manuscript 609 from Toulouse makes an important contribution to the history of medieval Inquisition in the South of France. This document from the Toulouse court’s archive is a fragment of a copy of an enquiry made by two Dominican inquisitors, Bernard de Caux and Jean de Saint-Pierre, in the years 1245 to 1247 across the Lauragais region. This enquiry deals with a entire “country”, concerns about a hundred places and gathers roughly 5 500 depositions, which gives the manuscript and this enquiry as a whole a genuine historical value, allowing us to approach very precisely the importance of testimony in the judiciary practice.

Texte intégral

  • 1 Ce texte est un large extrait de ma communication, Albaret L., « Les enquêtes inquisitoriales au XI (...)
  • 2 Peu d’historiens ont abordé ce document dans son intégralité. On peut retenir principalement Molini (...)
  • 3 Sur l’Inquisition médiévale dans le Midi de la France et sur son organisation, je renvoie à des pub (...)

1Dans le cadre de l’inquisitio generalis dans le Midi de la France au XIIIe siècle1, un document encore inédit, le manuscrit 609 de Toulouse, apporte beaucoup à la valeur du témoignage dans la pratique judiciaire de l’Inquisition médiévale méridionale2. L’aire géographique concernée est le pays dit « de Languedoc », le Midi de la France qui, au XIIIe siècle, est en partie sous le contrôle du comte Raymond VI de Toulouse. Ce territoire, considéré comme « gangrené par l’hérésie » selon les dires du pape Innocent III, a connu la croisade contre les Albigeois (1209-1229) puis les décisions conciliaires antihérétiques de Toulouse (novembre 1229). Depuis les années 1233-1234, encouragée par son successeur Grégoire IX, la présence d’une répression institutionnalisée s’y est progressivement établie, connue sous le nom d’Inquisition3. Le document en question, le manuscrit 609 de la Bibliothèque d’Étude et du Patrimoine de Toulouse (anciennement Bibliothèque Municipale), est daté du XIIIe siècle et provient des archives du tribunal de l’Inquisition de Toulouse, présentant un extrait de l’enquête sur le grand nombre de deux inquisiteurs dominicains, Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre, durant les années 1245-1247 dans la région du Lauragais, entre Toulouse et Carcassonne.

Quelques considérations sur le manuscrit 609 de Toulouse

  • 4 Ce titre (daté d’autour 1260) est explicite : hic sunt duo volumina confessionum, de libris fratris (...)
  • 5 Albaret L., « L’inquisition de Toulouse. Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-Thibéry (1236-1242), (...)

2Le manuscrit 609 est non seulement une des rares sources inquisitoriales d’importance pour la période dans le Midi de la France mais aussi un témoignage capital sur l’enquête générale en train de se construire juridiquement en ce milieu du XIIIe siècle. Il est par ailleurs capital par ses apports sur le témoignage devant les juges de l’Inquisition, vu le nombre important de déposants concernés par la dite enquête. Mis en réserve depuis les années 1980-1985 en raison de son état de détérioration, le 609 est un volume in-4°, de 291 mn x 236 mn, sur papier de coton sans filigrane, et non sur parchemin, support de moindre solidité peut-être à l’origine de la détérioration accélérée du document. Un titre sur une bande de vélin – insérée dans le manuscrit – informe que le document en question est une copie, exécutée sur ordre de Guillaume Bernard de Dax et Renaud de Chartres4. Ces deux inquisiteurs ont exercé au tribunal de Toulouse et ont succédé vers 1255 à Bernard de Caux, le commanditaire du document, après la suspension de l’activité inquisitoriale dominicaine entre 1250 et 1255. Cette copie, réalisée par un notaire inconnu, de peu postérieure à l’original et que l’on date autour des années 1260, est motivée tout d’abord par une raison événementielle, qui est l’assassinat de deux inquisiteurs de Toulouse, Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-Thibéry, en Avignonet en 1242, assassinat qui avait entraîné la perte des registres de l’Inquisition5. Une deuxième raison pratique en découle, celle d’avoir des doubles des registres de l’Inquisition en cas de perte, car ces registres sont la mémoire organisée de l’inquisiteur. Enfin, une raison plus officielle s’exprime dans la décision du chapitre provincial de Narbonne de 1243 qui interdit le transport des registres de l’Inquisition d’un tribunal à un autre et qui implique par conséquent leur copie.

  • 6 La même description peut être menée pour les volumes d’actes inquisitoriaux des XIIIe et XIVe siècl (...)

3Le contenu du manuscrit 609 de Toulouse peut paraître, de prime abord, hétéroclite, ce qui a rebuté un certain nombre d’historiens par le passé. Ce sentiment vient en fait de ce que l’on ne dispose que de deux livres – les livres IV et V. Les dépositions qu’ils contiennent sont en général regroupées par localités, les dépositions recueillies pour un hameau suivant celles de la paroisse auxquelles elles appartiennent. Mais leur succession n’obéit cependant pas toujours à des critères rigoureux. En 1260, le copiste a voulu rassembler par zone géographique les dépositions des villages, provoquant un remaniement maladroit mais de toute évidence involontaire6. Des dépositions d’une localité sont alors coupées par l’ensemble d’une autre, des dépositions d’une même localité se retrouvent séparées entre les deux livres originaux qui composent le 609, ou bien des localités, objets de nombreux interrogatoires, sont fractionnées dans la totalité du manuscrit sans raison apparente. À l’origine, il est fort probable que les registres aient été composés d’actes enregistrés dans l’ordre de leur rédaction, en lien avec la date d’audition du déposant, au jour le jour, sans tenir compte de l’origine géographique. Les inquisiteurs recevant près d’une centaine de témoignages certains jours pour plusieurs localités, les dépositions d’un même village étaient alors éparpillées sur plusieurs volumes. Ce désordre, en raison de la multitude des dépositions, a sans doute poussé à l’organisation d’une copie probablement remaniée en 1260, organisée paroisse par paroisse.

L’enquête et les producteurs de l’enquête dans le manuscrit 609

  • 7 Les historiens de l’Inquisition qui ont tenté de comptabiliser les dépositions du manuscrit 609 obt (...)
  • 8 Dossat Y., « L’inquisiteur Bernard de Caux et l’Agenais », Annales du Midi, 63 (1951), p. 75-79. La (...)
  • 9 Wakefield W.-L., « Friar Ferrer, inquisition at Caunes, and escapes from prison at Carcassonne », C (...)

4Dans les années 1245-1247, les inquisiteurs pontificaux déclenchent une enquête générale qui concerne probablement tout le diocèse de Toulouse. Le manuscrit 609 ne renferme cependant que les interrogatoires des habitants du Lauragais, mais aussi de territoires à l’Est et au Nord de ce pays, de la Montagne noire, du pays castrais et de quelques localités de la vallée de l’Agout jusqu’à Lavaur, dans le pays du Vielmorès. Cet acte de la pratique ne se limite donc pas à une localité et ses environs. Il s’intéresse à tout un pays, concerne une centaine de localités et, ce qui fait son importance pour la description de l’enquête, il rassemble environ 5 500 dépositions7. Il semble évident que cette enquête générale s’inscrit tout à fait dans la continuité des précédentes actions inquisitoriales qui se sont déroulées entre 1241 et 1245, menées par Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-Thibéry, Ferrer, mais aussi Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre, notamment en Agenais8. Les méthodes, et notamment l’appel au témoignage, sont institutionnalisées durant ces premières années d’activité de l’Inquisition dans le Toulousain. Ainsi, lors de son enquête itinérante entre 1242 et 1244, Ferrer fait comparaître plus de 700 suspects et recense les noms de plus de 3 000 personnes, utilisant pour la première fois des dissidents convertis comme dénonciateurs9.

  • 10 Dossat Y., « Une figure d’inquisiteur : Bernard de Caux », Cahiers de Fanjeaux, 6, Le Credo, la Mor (...)

5En 1245, Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre sont donc à la tête du tribunal de Toulouse. Originaire de la cité d’Agen, Bernard de Caux est un inquisiteur reconnu (vir sanctus nous affirme l’historien Bernard Gui), notamment par ses prédications antérieures dans l’Agenais10. Dans les témoignages de 1245, il est généralement le seul à être cité comme inquisiteur lorsqu’il est témoin ou lorsqu’il reçoit les dépositions, mais son absence lors des aveux est rare, surtout lorsque les dépositions sont abondantes et renseignent sur la dissidence. Le second inquisiteur qui apparaît dans les interrogatoires est Jean de Saint-Pierre. On ne dispose que de peu d’informations sur sa vie. Dominicain originaire de Bordeaux, il est mentionné comme étant le socius de Bernard de Caux jusqu’en 1250, date à laquelle il devient prieur de Bordeaux. Mentionnés parfois parmi les témoins, les notaires sont chargés de recueillir par écrit les interrogatoires, lisent ensuite aux déposants leurs aveux en vue d’une confirmation. Deux notaires, Pierre Aribert et Pierre Fresapa, sont présents durant l’enquête de Bernard de Caux. Présentés comme « notaires publics de l’Inquisition », ces deux personnages sont secondés dans leur tâche par trois scribes aux rôles secondaires et épisodiques.

Les dépositions dans le manuscrit 609

  • 11 Le terme « déposant » que j’utilise pour ceux que l’inquisiteur appelle testis iuratus est volontai (...)
  • 12 Molinier C., Inquisition, p. 163-195.
  • 13 Douais C., Les hérétiques du comté de Toulouse dans la première moitié du XIIIe siècle, p. 161-163  (...)

6Le nombre de déposants11 donne en fait sa réelle valeur au manuscrit et à l’enquête générale déclenchée en Lauragais. Les historiens ont de suite souligné cet aspect, même si leur approche des dépositions était loin d’être systématique. En 1880, Charles Molinier est le premier à poser l’hypothèse12 que cette enquête sur le grand nombre, portant sur une centaine de localités, doit approximativement rassembler entre 8 000 et 10 000 interrogatoires. D’autres auteurs vont aborder par la suite ce manuscrit, mais, à l’exception de Célestin Douais au début du XXe siècle et de la thèse d’Yves Dossat en 1959, peu d’historiens étudient réellement le détail de ce document13. Dans sa totalité, selon les hypothèses des historiens de la dissidence, cette enquête de masse aurait concerné près de 25 000 habitants du Lauragais si l’on fait une projection en tenant compte des livres disparus et de leur lien avec l’enquête. D’ores et déjà, ce sont plus de 15 000 noms, d’absents, de morts ou de clandestins qui sont cités dans les deux volumes conservés. Quant aux localités concernées, leur nombre est à la hauteur des dépositions recensées. La répartition des actes est cependant inégale, des localités sont en effet davantage représentées que d’autres : Le Mas-Saintes-Puelles compte ainsi 412 déposants, Montesquieu, 305 déposants, ou Auriac-sur-Vendinelle, 303 déposants. Pour une petite dizaine de villages, Saint-Martin-Lalande, Avignonet, Baziège, Laurac, Labécède, Saint-Félix, Saint-Paul-Cap-de-Joux, Cambon, Fanjeaux ou encore Plaigne, le nombre de déposants oscille entre 100 et 200. Plus de la moitié des localités citées dans le manuscrit ne compte pas plus de 40 à 50 déposants, alors que certains lieux ont été des repères de la dissidence avant la croisade contre les Albigeois comme Lavaur, Bram ou Lavelanet.

  • 14 Le problème de la dissidence est abordé lors de trois conciles dans les années 1230-1240 : le conci (...)
  • 15 Le Directoire à l’usage des inquisiteurs du canoniste catalan Raymond de Peñafort (Dictionnaire de (...)

7Chaque déposition débute par la date de l’enregistrement de l’acte – ce dernier étant au passé et non au présent – ou par une référence chronologique classique à l’interrogatoire précédent (anno et die predictis ou anno et die quibus supra), mais ne comporte aucune indication de lieu pour les actes de 1245. Le déposant témoigne individuellement (testis iuratus dixit) et doit répondre à une série de questions préétablies que le notaire n’a pas retenu dans la déposition. Le questionnaire vise surtout à qualifier les fautores de l’hérésie, en distinguant les cellatores, occultatores, receptatores ou encore defensores. Cette pratique, que l’on observe déjà dans des interrogatoires antérieurs menés par Ferrier ou Bernard de Caux en Agenais, est en lien étroit avec les Instructions aux inquisiteurs mises en forme par le concile de Narbonne de 1243 qui précise la procédure et la jurisprudence14. Elle rejoint de fait le discours d’Alain de Lille ou le Directorium de 1242 de l’inquisiteur Raymond de Peñafort15 qui concilie discipline, pastorale et répression éventuelle, pratique qui semble être un modèle pour Bernard de Caux. La déposition se termine par une liste de témoins (testes) puis par le nom de l’inquisiteur qui a procédé à l’interrogatoire, voire par le nom du notaire qui a rédigé le document. Le second type d’acte, moins courant dans le manuscrit, est la confirmation d’aveux, archivée par le greffier à la suite de la déposition correspondante et faite dans les années antérieures entre 1242 et 1245. Elle est provoquée par des faits nouveaux qui autorisent une nouvelle comparution du déposant devant l’inquisiteur, conformément aux décisions de Narbonne. La rigidité administrative est en définitive la règle. Il n’est pas ici question d’interroger le déposant sur le détail de ses croyances ; elles sont connues par la polémique, seules les pratiques sont identifiées. L’ensemble est mécanique, se limite à des informations de police nécessaires à l’enquête de Bernard de Caux.

Les déposants et les témoins dans le manuscrit 609

8Les déposants viennent pour la plupart du Lauragais et plus de la moitié sont originaires de villages. Près de 2000 d’entre eux sont de la plaine de Castelnaudary, de la Montagne noire. Environ 650 arrivent du nord du diocèse toulousain. Plusieurs constats peuvent être faits à la lecture du document.

9Plus on s’éloigne de Toulouse et du Lauragais, moins les dépositions sont longues et abondantes en informations sur la dissidence, n’évoquant que peu de salutationes ou d’hereticationes. Ainsi, à Viviers-lès-Montagnes et à Montesquieu en pays castrais, les déposants disent tous qu’ils n’ont justement rien à dire ; la situation est presque identique à Cambon-lès-Lavaur (148 sur 165), Hautpoul (54 sur 55). Dans les localités de Verdun, Villemagne, Saïx, Guitalens, Saint-Paul-Cap-de-Joux, Labécède, les déposants affirment tous ou presque ne pas avoir eu affaire à la dissidence et ne pas connaître d’« hérétiques », du moins les personnes qui ont été arrêtées et considérées comme telles par les inquisiteurs. En revanche, à la frontière entre le Lauragais et la plaine de Castelnaudary, (Saint-Julia, Les Cassès, Baraigne, Villeneuve-la-Comptal, Mireval, Laurac, Fanjeaux) ainsi que dans le Nord (Lavaur, Maurens), les déposants avouent souvent leur lien ou leur proximité avec la dissidence.

  • 16 Wakefield W.-L., « Inquisitors assistants. Witness to confessions in Manuscript 609 », Heresis, 20, (...)
  • 17 On peut relire avec quelque précaution G. Semkov, « Le contexte socio-économique du catharisme au M (...)
  • 18 Pour cette localité, on compte 251 dépositions dont un certain nombre de la famille des Mir, petite (...)

10La valeur des dépositions varie d’un village à l’autre, d’un déposant à l’autre, voire même selon que le déposant est un homme ou une femme. Les hommes déposent pour les deux tiers, dépositions souvent plus abondantes que celles des femmes. Si certains confessent des liens avec les boni homines, beaucoup disent avoir renoncé à la dissidence depuis plusieurs années, ne l’avoir croisée que momentanément, ou ne l’avoir jamais connue16. Les femmes affirment le plus souvent qu’elles n’ont rien à dire à l’inquisiteur et au tribunal. Il faut être néanmoins prudent sur les propos tenus par les déposants qui, malgré la crainte que leur inspire une déposition devant l’inquisiteur, peuvent tenter de dissimuler. Cette attitude se rencontre souvent pour des localités marquées comme étant des repères de la dissidence. Quant à l’appartenance sociale des hommes et des femmes qui déposent et confessent leurs croyances dissidentes, il est délicat de tenter une sociologie en raison du manque d’informations. Les mentions de titres sont en effet trop aléatoires (dominus, miles), les métiers et les charges ecclésiastiques sont rarement notés, les liens de parenté sont trop limités ou abrégés. Ainsi, pour le manuscrit 609, ne connaît-on véritablement la situation sociale que de moins de la moitié des déposants, limitant ainsi l’étude sociologique de la dissidence, et plus de 75 % des déposants ne sont connus que par la mention de leurs noms. Des exceptions existent, concernant des localités particulièrement bien représentées par leur nombre de dépositions, comme Le Mas-Saintes-Puelles17 ou encore Saint-Martin-Lalande18.

11Dans la majorité des cas, une déposition du 609 s’achève par l’énoncé d’une liste de témoins nommés, dont certains possèdent des fonctions précisées, liées à l’activité du tribunal, assesseurs, témoins d’office, conseillers ou notaires. Le nombre de témoins varie de un à sept selon les dépositions, la moyenne étant de quatre. Sur la totalité du manuscrit, ce sont près de 180 témoins que l’on retrouve et dont la majeure partie appartient au clergé paroissial. Si l’on fait exception des notaires – régulièrement pris comme témoins (67 fois pour Pierre Aribert et 54 fois pour Pierre Fresapa) –, près de 20 prêtres et archiprêtres, assimilés à des « témoins sélectionnés » voire des assistants de l’Inquisition, apparaissent comme témoins. Parmi eux, on peut citer Arnaud Auriol, le prieur de Saint-Sernin, présent 157 jours comme témoin, l’ayant été à trois reprises par le passé et 45 fois dans les sentences qui seront prononcées en 1246-1247, ou Arnaud Cerda, curé de Saint-Paul-Cap-de-Joux, déjà témoin par le passé en 1243-1245, présent 61 jours comme témoin. Si l’on fait quelques statistiques parmi ces « témoins sélectionnés », tous ont été présents au moins 12 jours, cinq ont été présents moins de 30 jours, onze ont été présents entre 30 et 60 jours, quatre ont été présents plus de 60 jours. La présence et la succession des témoins ne semblent obéir qu’à une logique du quotidien, à la disponibilité de tel ou tel personnage. Les plus nombreux sont les curés de paroisse, mais rien ne permet de dire que la présence de tel ou tel témoin est préparée. On peut cependant noter qu’assez souvent, le déposant est interrogé en ayant parmi les témoins cités le curé de sa localité. L’idée de rapprochement avec les témoins synodaux et les enquêtes pastorales mériterait aussi que l’on porte une attention particulière à cette étude des témoins. Certaines constantes apparaissent cependant dans le manuscrit 609, comme la présence systématique du curé de la paroisse parmi les témoins lorsque le déposant subit son premier interrogatoire, et qu’il n’y a jamais eu de précédent, ou que la déposition fait aveu de lien avec la dissidence, et que l’inquisiteur n’est pas présent. À noter que les membres d’une même famille interrogés par l’inquisiteur déposent généralement devant le même groupe de témoins.

L’enquête et les témoins dans le temps et dans l’espace

  • 19 Du 1er mai 1245 au 17 juillet 1245, les dépositions proviennent pour partie d’habitants originaires (...)

12Au vu du contenu du 609 et du nombre de dépositions, l’activité de l’enquête fut étendue sur un long moment que l’on peut schématiser en trois vagues de comparutions19 avec, en pointillé, des dépositions marginales inexpliquées. La cartographie des localités concernées est cependant délicate à représenter, certains villages, comme Saint-Martin-Lalande, ayant eu des habitants interrogés sur les trois périodes.

  • 20 On rencontre une situation semblable au tribunal d’Inquisition de Carcassonne. Cf. Paul J., « Le re (...)
  • 21 Sur la place du sermo generalis et son importance, Merlo G. G., « Il sermo generalis dell’inquisito (...)
  • 22 Hypothèse confirmée par la mention non fuit confessus tempore gratie (fol. 31r) en marge d’une dépo (...)
  • 23 On trouve aussi une autre allusion au fol. 2v, venit coram eis non citatus, mais aussi en marge hic (...)
  • 24 Sont interrogés des vieillards, une femme enceinte ainsi qu’un aveugle (fol. 165v, Willelmus Ramund (...)

13Malgré cet étalement dans le temps sur près de 16 mois, dont 9 mois et demi de travail effectif selon les calculs d’Yves Dossat, l’enquête partielle de Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre apparaît, certains jours, exceptionnellement chargée. Ainsi, près de 250 interrogatoires sont datés du 5 juillet 1245, posant la question de l’organisation pratique des tribunaux. Contrairement à ce que beaucoup d’historiens ont affirmé, il semble peu réaliste que ces interrogatoires aient eu lieu le même jour mais il est probable que leur enregistrement par le greffier de l’Inquisition se soit simplement fait à la même date20. Par ailleurs, au vu du nombre d’interrogatoires, on peut se poser la question de la citation à comparaître ou plutôt de l’absence de citation des déposants, aucune allusion n’étant faite dans les interrogatoires. Aucune mention ne permet par ailleurs de dire s’il y a eu sermo generalis suivi de citations lancées dans les localités du Lauragais21. L’hypothèse de dépositions spontanées durant le tempus gratiae, afin de bénéficier des immunités qui y sont attachées, peut être aussi intéressante pour cette enquête22. L’affluence au tribunal de l’Inquisition s’expliquerait ainsi, mais la mention en exergue des dépositions spontanées dans le 609 (gratis venit et non citatus)23 met quelque peu en doute cette démonstration. De plus, même si elle n’est pas mentionnée dans le 609, la citation – dans ce cas probablement orale et faite par les curés – reste obligatoire et n’épargne ni les malades ni les invalides24. Selon l’ordo processus, le chapelain de la paroisse est chargé de convoquer tous les habitants en âge de répondre aux questions des inquisiteurs ; ils doivent se présenter à une date fixée et en un lieu donné.

  • 25 Tanon L., Histoire des tribunaux de l’Inquisition en France, Paris, Larose et Forcel, 1893, p. 54 e (...)
  • 26 Devic C., Vaissete J. (dir.), Histoire Générale du Languedoc, III, 1. XXV, p. 410-411.
  • 27 Les enquêtes de Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre entraînent la convocation de plusieurs cent (...)

14Ces considérations nous amènent à nous interroger sur la localisation du tribunal et de l’organisation sur le terrain de l’enquête générale en 1245, si enquête sur le terrain il y a. Vers 1880, en réalisant la liste des localités qu’il insère dans le manuscrit 609, l’archiviste Baudouin laissait supposer que les habitants avaient été interrogés dans leurs villages, visités par les inquisiteurs. En 1893, Louis Tanon corroborait cette idée, considérant le 609 comme « le résultat d’une enquête générale s’étendant sur cent six localités, villes, bourgs et hameaux du Languedoc »25. Ces propos furent repris à tort par les historiens contemporains. Toute tentative de cartographie d’une tournée improbable des inquisiteurs est en effet impossible, sans faire parcourir à ces derniers plusieurs dizaines de kilomètres quotidiens tout en assurant un nombre conséquent d’interrogatoires. Au vu du nombre des dépositions sur une centaine de localités, deux hypothèses sont possibles. On peut admettre que la totalité des dépositions est faite dans un seul lieu géographique, étant donné la présence quotidienne de certains témoins, de l’inquisiteur en personne, de la comparution journalière d’habitants de localités différentes et parfois très éloignées les unes des autres. Ce lieu ne peut être alors que Toulouse, siège principal du tribunal de l’Inquisition. On peut aussi envisager la mise en place de lieux de convocation secondaires dans le pays du Lauragais comme ce fut le cas dans les enquêtes inquisitoriales antérieures à celle-ci que l’on connaît par des sources de seconde main. Ce choix amènerait les populations environnantes vers un centre urbain où les inquisiteurs installeraient provisoirement leur tribunal. Cette hypothèse répondrait par ailleurs aux volontés des légats et du pape, comme le rappelle l’archevêque de Vienne en 1237. Ce dernier préconise les enquêtes dans le pays et non sur citation au siège du tribunal, en raison des plaintes des populations fatiguées de se déplacer sans cesse26. L’absence d’indication d’un lieu précis en 1245 semble confirmer cette proposition, les mentions apud Tholosam apparaissant seulement dans la majorité des actes de 1246 du manuscrit 609. Des probables comparutions au cloître de Saint-Sernin de Toulouse, en raison de la présence quasi régulière comme témoin du prieur Arnaud Auriol et par la mention apud Sanctum Saturninum dans plusieurs dépositions, seraient probables, en raison de la commodité et de la sécurité du lieu. L’Inquisition acquiert d’ailleurs à cette époque une maison devant Saint-Sernin, lieu destiné à leur servir de prison27. En 1246, les inquisiteurs ne se déplacent dès lors plus dans un pays qui leur est hostile, l’enceinte qui enferme l’église Saint-Sernin, la collaboration du prieur et des chanoines – qui participent comme témoins à l’enquête – limite le risque d’attentat contre leurs personnes. Les trajets faits par certains déposants – près de 70 à 80 kilomètres pour les habitants de Fanjeaux ou d’Hautpoul – paraissent cependant exagérés pour les populations villageoises.

La valeur des dépositions

  • 28 Wakefield W.-L., « Heretics and inquisitors : the case of Le Mas-Saintes-Puelles », Catholic Histor (...)

15Dans le déroulement de leur enquête et à la lecture des dépositions, les deux inquisiteurs ne semblent avoir qu’un objectif : interroger un nombre important d’individus, déjà connus ou non par l’Inquisition, sur un large territoire à la réputation de havre pour les dissidents. La démarche n’est en aucune façon de faire une typologie de la dissidence ou une analyse fine de ses contenus théologiques. La volonté première de Bernard de Caux est de « faire du quantitatif », de mener une enquête de repérage. Elle ne remet pas pour autant en cause la valeur des dépositions. Bien que la place faite au récit soit très limitée, que les interrogatoires ne soient pas aussi sophistiqués que ceux menés par Jacques Fournier quelques décennies plus tard, les citations et les dépositions systématiques de tous les habitants d’une même localité permettent de repérer une dissidence probable ou non dans la localité, par des qualifications simples et bien établies. À la lecture de cette enquête, les historiens de la dissidence comme ceux de l’Inquisition, espérant trouver de l’inédit sur l’hérésie, ont souvent été déçus. Charles Molinier note que « la moitié au moins » des déposants ne donnent aucune information aux inquisiteurs. Dans son étude concernant Le Mas-Saintes-Puelles, Walter L. Wakefield conclut que 9 déposants sur 10 « n’ont rien à dire »28. Il semble en réalité que près de 75 % des confessions soient vides de toute adhésion à la dissidence, témoignant d’une orthodoxie parfaite, peut-être feinte de la part des personnes interrogées. Sur 5 500 déposants, près de 4 100 déclarent ainsi n’avoir « jamais vu, ni cru, ni adoré d’hérétique » – c’est-à-dire de gens arrêtés par l’Inquisition ou désignés comme tels – et n’avoir jamais écouté leurs prédications ou avoir eu de contacts avec eux. Dans certains villages, la totalité des déposants rejettent tout lien avec la dissidence. Quelques actes sont vagues ou témoignent de la présence de dissidents dans tel ou tel village ou telle ou telle habitation, mais le déposant ne les a pas approchés et encore moins « adorés », pour reprendre une terminologie péjorative de l’Église. Ajoutées aux précédentes, ces dépositions hésitantes font que plus de 80 % des interrogatoires sur la totalité du manuscrit constatent l’absence de lien avec l’hérétique et la non connaissance de celui-ci par le déposant. Une dizaine de personnes affirment même clairement – par provocation ou en toute sincérité ? – ne pas connaître la présence d’une dissidence religieuse dans leur région…

  • 29 14 dépositions de femmes sur 31 pour Mas-Saintes-Puelles viennent de femmes dont le mari s’est déjà (...)
  • 30 En marge de l’attitude du déposant, la reconstitution de la parole par le greffier pose problème et (...)

16Les dépositions rapportant des informations sur les dissidents ou les rapports avec ces derniers (18,5 %) sont cependant instructives et importantes quantitativement en folios – jusqu’à quatre ou cinq folios. Elles ont fait à elles seules la renommée historique, mais aussi mythique du manuscrit 609. On peut ainsi constater que plusieurs localités sont fortement marquées, comme Fanjeaux où, dans 95 % des cas, le déposant avoue avoir aidé ou adoré des dissidents. Pour des lieux comme Saint-Julia, Les Cassès, Villeneuve-la-Comptal, 70 % de dépositions confirment des faits de dissidence rapportés dans les enquêtes précédentes de Guillaume Arnaud ou de Ferrer dans les années 1240. Pour ces cas, on rencontre surtout des déposants concernés et précédemment marqués comme « hérétiques » qui ne font que rappeler leur premier interrogatoire, précisant leur temps d’adhésion à la dissidence et depuis combien de temps ils ont rejeté les mauvaises croyances. L’objectif logique des inquisiteurs est clair : vérifier s’il y a eu retour à la dissidence, sicut canis rediens ad vomitum. En ces années 1245-1246, on rencontre aussi des « primo-déposants » qui reconnaissent une croyance timide dans la dissidence, une rencontre fortuite avec un dissident, formulent une dénonciation. On rencontre des femmes qui ne font que reprendre les dires de leurs maris déjà entendus par l’Inquisition dans le passé, confirmant ou infirmant la culpabilité de l’époux29. En définitive, on peut certes légitimement s’interroger sur l’attitude de ces déposants et l’authenticité de leurs propos devant les inquisiteurs. Combien cachent la vérité de leurs rapports avec les dissidents ? Combien oublient des faits récents ou anciens liés à la dissidence ou à une précédente enquête ? Dans la paroisse de Saint-Martin-Lalande, quinze déposants avouent ainsi ouvertement devant Bernard de Caux qu’ils ont menti à Guillaume Arnaud lors de l’enquête de 1241-1242. Combien mentent à l’inquisiteur lors de cette nouvelle enquête30 ?

  • 31 Ms 9992, BnF, Paris, C. Douais (éd.), Documents, II, p. 1-89.
  • 32 Dossat Y., « Remarques sur les pénalités de l’Inquisition toulousaine en 1246 », Bulletin Philologi (...)
  • 33 P. Cabirou propose ce rapprochement entre le 609 et la collection Doat pour la famille des Mir (ann (...)

17Comme toute enquête inquisitoriale, cette collecte de témoignages et de dépositions eut des suites que l’on connaît aujourd’hui partiellement. Une source complémentaire, le manuscrit 9992 de la BnF31, nous renseigne sur des sentences publiques prononcées par Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre à la suite de leur enquête de 1245-1247. Ces sentences – probablement incomplètes et datées de 1246 à 1248 – contiennent quelque 200 condamnations, 23 à la prison et 184 à des pénitences mineures. On constate que les localités les plus touchées par les pénalités de l’Inquisition sont Laurac (27 condamnations), Fanjeaux (25 condamnations) et Saint-Martin-Lalande (19 condamnations)32. Le rapprochement avec les interrogatoires du 609 reste néanmoins délicat, car il manque des livres à l’enquête et des problèmes d’interprétation demeurent. Quant au manuscrit 9992, rien ne permet d’affirmer qu’il a été conservé dans sa totalité. Le complément pratique avec les sources inquisitoriales de la collection Doat33 peut permettre une étude sociologique sur des localités précises mais malheureusement pas une vue d’ensemble sur le Lauragais.

  • 34 Douais C., Documents, I, p. 153.

18In fine, on peut avancer sans se tromper que Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre ont voulu, par cette enquête, compléter les résultats acquis par leurs prédécesseurs. On a donc véritablement affaire à une « enquête sur l’état religieux d’un pays » (Célestin Douais)34, à une réactualisation des fiches de l’Inquisition par un quadrillage du territoire sur un large périmètre et, dans un même temps, à une reconstitution partielle d’archives, d’une mémoire du tribunal toulousain en partie perdue lors des assassinats d’Avignonet. L’aspect policier des recherches et des interrogatoires est une réalité, au vu du nombre mais aussi de l’aire géographique concernée. L’enquête de Bernard de Caux et de Jean de Saint-Pierre se veut être une occupation réelle du terrain par l’orthodoxie, entraînant par les témoignages reçus individuellement la désunion des populations d’une même localité, la dénonciation des protecteurs de la dissidence ou des dissidents eux-mêmes, provoquant aussi leur clandestinité et leur marginalisation. Si ces actes de la pratique restent pour l’historien une source essentielle, il est fort probable que l’inquisiteur du XIIIe siècle ne trouve dans ces témoignages que peu d’éléments nouveaux sur la place tenue par l’hérésie et son contenu doctrinal dans le Lauragais. Et si l’on analyse les dépositions de cette enquête générale, on ne peut qu’y voir la présence d’une solide orthodoxie face à une dissidence religieuse diffuse, contestataire, bien peu organisée et faiblement hiérarchisée.

Déposition dans le manuscrit 609 de Toulouse (fol 176v-177r).
Photographie L. Albaret, avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque d’étude et du Patrimoine de Toulouse

La région du Lauragais au milieu du XIIIe siècle
Carte adaptée de E. Griffe, Le Languedoc cathare de la Croisade, Paris, 1973, p.273

Notes

1 Ce texte est un large extrait de ma communication, Albaret L., « Les enquêtes inquisitoriales au XIIIe siècle dans le Midi de la France ou la pratique de l’enquête sur le grand nombre », L’enquête au Moyen Âge, colloque international organisé par l’École Française de Rome, l’université Paris-I, l’EHESS et l’université Lyon II – 29-31 janvier 2004, volume à paraître au premier semestre 2007. Je tiens à remercier Laure Verdon qui, à la suite de mon intervention à Rome, m’a invité à Aix-en-Provence pour cette journée d’étude autour du témoignage.

2 Peu d’historiens ont abordé ce document dans son intégralité. On peut retenir principalement Molinier C., L’Inquisition dans le Midi de la France au XIIIe siècle et au XIVe siècle [noté désormais Inquisition], Paris, imprimerie de P. Privat, 1880 ; Dossat Y., Les crises de l’Inquisition toulousaine au XIIIe siècle (1233-1273) [désormais noté Crises], Bordeaux, imprimerie Bière, 1959. Une transcription imparfaite mais utile a été réalisée par J. Duvernoy (document inédit déposé au Centre d’Études Cathares de Carcassonne, 1992). Une approche partielle a été proposée par Pegg M., « Questions About Questions : Toulouse 609 and the Great Inquisition of 1245-6 », C. Bruschi, P. Biller (éd.), Texts and the repression of medieval heresy, York, York University Press, 2002, p. 111-125.

3 Sur l’Inquisition médiévale dans le Midi de la France et sur son organisation, je renvoie à des publications récentes ; Biget J.-L., « Origines et développement de l’Inquisition en Languedoc (1229-1329) », Revue du Gévaudan, des Causses et des Cévennes, 8 (1999), p. 5-29 ; ibid., « L’Inquisition en Languedoc 1229-1329 », L’Inquisizione. Atti del Simposio internazionale (1998), Città del Vaticano, 2004, p. 41-94 ; Albaret L., « Inquisitio heretice pravitatis. L’Inquisition dominicaine dans le Midi de la France aux XIIIe et XIVe siècles ou la première Inquisition pontificale », praedicatores, Inquisitores I. The Dominicans and the mediaeval Inquisition. Acts of the 1st International Seminar on the Dominicans and the Inquisition, Rome, 2004, p. 420-446.

4 Ce titre (daté d’autour 1260) est explicite : hic sunt duo volumina confessionum, de libris fratris Bernardi de Caucio transcripta, scilicet de Lauragesio et multis aliis locis dyocesis Tholosanae, per fratres Guillelmum Bernardi et Reginaldum de Carnoto inquisitores. Guillaume Bernard [de Dax ?] est inquisiteur pontifical à Toulouse de mai 1257 à août 1263, avant de devenir prieur du couvent de Toulouse, avec Rainaud ou Renaud de Chartres qui est attesté comme inquisiteur de Toulouse dès 1255. Peu d’informations sont connues sur ces deux personnages. Cf. Albaret L. (dir.), Les inquisiteurs. Portraits de défenseurs de la foi en Languedoc XIIIe-XIVe siècles) [désormais noté Les inquisiteurs], Toulouse, 2001, p. 24-25, 164.

5 Albaret L., « L’inquisition de Toulouse. Guillaume Arnaud et Étienne de Saint-Thibéry (1236-1242), la vengeance populaire », Les inquisiteurs, p. 59-66.

6 La même description peut être menée pour les volumes d’actes inquisitoriaux des XIIIe et XIVe siècles, collationnés en 1669-1670 par la mission Doat en Languedoc, puis remaniés, reliés et classés lors de leur archivage à Paris par Étienne Baluze, qui était employé à la Bibliothèque Royale. Cf. Albaret L., Recherche sur l’Inquisition dans le Midi de la France d’après la collection Doat, mémoire de DEA inédit, A. Vauchez (dir.), université Paris X-Nanterre, 1995-1996, 299 p., vol. I, p. 18-23.

7 Les historiens de l’Inquisition qui ont tenté de comptabiliser les dépositions du manuscrit 609 obtiennent des résultats entre 5400 et 5500. Le décompte personnel que nous avons fait est de 5 480 dépositions. Par commodité, on prendra ce chiffre de 5 500.

8 Dossat Y., « L’inquisiteur Bernard de Caux et l’Agenais », Annales du Midi, 63 (1951), p. 75-79. La présence de ces inquisiteurs est attestée dans la cité d’Agen du 30 novembre 1243 au 10 mars 1244, puis à Cahors à partir du 18 mai 1244 et jusqu’au 28 février 1245, et enfin à Montauban le 17 mars 1245 (Doat 22, fol. 1-74).

9 Wakefield W.-L., « Friar Ferrer, inquisition at Caunes, and escapes from prison at Carcassonne », Catholic Historical Review, LVIII (1972), p. 220-237 ; ibid., « Friar Ferrier, inquisitor », Heresis, 7 (1986), p. 33-41.

10 Dossat Y., « Une figure d’inquisiteur : Bernard de Caux », Cahiers de Fanjeaux, 6, Le Credo, la Morale et l’Inquisition, Toulouse, 1971, p. 253-272.

11 Le terme « déposant » que j’utilise pour ceux que l’inquisiteur appelle testis iuratus est volontaire bien qu’impropre, afin de différencier ceux qui sont interrogés de ceux qui sont présents à titre de témoins dans les actes de la pratique.

12 Molinier C., Inquisition, p. 163-195.

13 Douais C., Les hérétiques du comté de Toulouse dans la première moitié du XIIIe siècle, p. 161-163 ; ibid., Documents pour servir à l’histoire de l’Inquisition dans le Languedoc [désormais noté Documents], Paris, 1900, I, p. 153-155 ; Dossat Y., Crises, p. 60-86.

14 Le problème de la dissidence est abordé lors de trois conciles dans les années 1230-1240 : le concile de Narbonne de 1227, qui s’intéresse à des problèmes de discipline, celui de 1243 qui construit les règles de l’Inquisition et de sa pratique et celui de Béziers de 1246 qui reprend et complète les précédentes décisions, liées à la discipline et à l’Inquisition. Cf. Gaudemet J., Aspects de la législation conciliaire narbonnaise au milieu du XIIIe siècle, dans Narbonne, archéologie et histoire, Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Montpellier, 1973, p. 149-156.

15 Le Directoire à l’usage des inquisiteurs du canoniste catalan Raymond de Peñafort (Dictionnaire de Théologie Catholique, 13, c. 1805-1823) est considéré comme le premier manuel de procédure construit pour un but pratique pour les inquisiteurs ; cf. Douais C., L’Inquisition, ses origines, sa procédure, Paris, 1906, p. 275-288.

16 Wakefield W.-L., « Inquisitors assistants. Witness to confessions in Manuscript 609 », Heresis, 20, 1993, p. 225 : « In a decade and a half the inquisitors had gone well on the way to accomplishing their task in Le Mas ».

17 On peut relire avec quelque précaution G. Semkov, « Le contexte socio-économique du catharisme au Mas-Saintes-Puelles dans la première moitié du XIIIe siècle », Heresis, 2, 1984, p. 35-52.

18 Pour cette localité, on compte 251 dépositions dont un certain nombre de la famille des Mir, petite aristocratie du Lauragais, impliquée ou proche de la dissidence. Cf. Cabirou P., « Un lignage cathare en Lauragais : les Mir, chevaliers de Laurac, seigneurs de Saint-Martin-Lalande », Les voies de l’hérésie. Le groupe aristocratique en Languedoc XIe-XIIIe siècle, Carcassonne, 2001 (collection Heresis, 8), 2, p. 89-147.

19 Du 1er mai 1245 au 17 juillet 1245, les dépositions proviennent pour partie d’habitants originaires de l’ouest de la zone d’enquête, pour partie des habitants venus des gros bourgs, délivrant des dépositions liées en majorité à la dissidence. Du 23 octobre 1245 au 31 décembre 1245, les inquisiteurs poursuivent les interrogatoires des habitants de bourgs plus lointains comme Hautpoul, Maurens-Sconpont, Lasbordes, Cazalrenoux, Gaja-la-Selve, Generville, Vitbran. L’année 1246 (24-31 janvier, 6 février-24 mars, 1er mai-1er août) où les dépositions sont en général courtes, sur les localités de Verdun, Villemagne, Plaigne, Blazens, Bellecombe.

20 On rencontre une situation semblable au tribunal d’Inquisition de Carcassonne. Cf. Paul J., « Le registre du greffier de l’Inquisition de Carcassonne ou quelques jours d’activité intense (12-17 mars 1250) », C. Carozzi, H. Taviani-Carozzi (dir.), Le médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 109-129.

21 Sur la place du sermo generalis et son importance, Merlo G. G., « Il sermo generalis dell’inquisitore : una sacra rappresentazione anomala », M. Benedetti, G. G. Merlo, A. Piazza (dir.), Vite di eretici e storie di frati, Milan, 1998, p. 203-220.

22 Hypothèse confirmée par la mention non fuit confessus tempore gratie (fol. 31r) en marge d’une déposition.

23 On trouve aussi une autre allusion au fol. 2v, venit coram eis non citatus, mais aussi en marge hic venit citatus (fol. 210r).

24 Sont interrogés des vieillards, une femme enceinte ainsi qu’un aveugle (fol. 165v, Willelmus Ramundi de Lagasca […] cecus).

25 Tanon L., Histoire des tribunaux de l’Inquisition en France, Paris, Larose et Forcel, 1893, p. 54 et sq.

26 Devic C., Vaissete J. (dir.), Histoire Générale du Languedoc, III, 1. XXV, p. 410-411.

27 Les enquêtes de Bernard de Caux et Jean de Saint-Pierre entraînent la convocation de plusieurs centaines de personnes à Toulouse. Les inquisiteurs sont obligés d’acquérir, par manque de place, une maison près de Saint-Sernin, ad opus carcerum. Cf. Albaret L., Lanoix-Christen I., « Le prix de l’hérésie. Essai de synthèse sur le financement de l’Inquisition dans le Midi de la France (XIIIe-XIVe siècle) », Heresis, 40, 2004, p. 41-67.

28 Wakefield W.-L., « Heretics and inquisitors : the case of Le Mas-Saintes-Puelles », Catholic Historical Review, 1983, p. 210.

29 14 dépositions de femmes sur 31 pour Mas-Saintes-Puelles viennent de femmes dont le mari s’est déjà confessé par le passé.

30 En marge de l’attitude du déposant, la reconstitution de la parole par le greffier pose problème et mériterait d’être étudiée. Pour des registres du XIVe siècle, cf. Albaret L., « L’anticléricalisme dans les registres d’Inquisition de Toulouse et de Carcassonne au début du XIVe siècle », Cahiers de Fanjeaux, 38, L’anticléricalisme en France méridionale (milieu XIIe-XIVe siècle), Toulouse, 2003, p. 447-470.

31 Ms 9992, BnF, Paris, C. Douais (éd.), Documents, II, p. 1-89.

32 Dossat Y., « Remarques sur les pénalités de l’Inquisition toulousaine en 1246 », Bulletin Philologique et Historique, 1948-1950, Paris, 1952, p. 49-53.

33 P. Cabirou propose ce rapprochement entre le 609 et la collection Doat pour la famille des Mir (annexe 3, p. 136-147). La partialité de Doat nous amène cependant à émettre des réserves quant à l'exhaustivité des informations et des conclusions que l’on peut en tirer.

34 Douais C., Documents, I, p. 153.

Table des illustrations

Légende Déposition dans le manuscrit 609 de Toulouse (fol 176v-177r).Photographie L. Albaret, avec l’aimable autorisation de la Bibliothèque d’étude et du Patrimoine de Toulouse
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende La région du Lauragais au milieu du XIIIe siècleCarte adaptée de E. Griffe, Le Languedoc cathare de la Croisade, Paris, 1973, p.273
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 507k

Auteur

ATER en Histoire médiévale, Université d’Artois

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540