Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quête de soi, quête de vérité

 | 
Lucien Faggion
, 
Laure Verdon

Préface

Lucien Faggion et Laure Verdon

Texte intégral

Qu’est-ce donc que la vérité ? Une armée mobile de métaphores, de métonymies, d’anthropomorphismes, bref une somme de corrélations humaines qui ont été poétiquement et rhétoriquement amplifiées, transposées, enjolivées, et qui, après un long usage, semblent à un peuple stables, canoniques et obligatoires : les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont, des métaphores qui ont été usées et vidées de leur force sensible, des pièces de monnaie dont l’effigie s’est effacée et qui ne comptent plus comme monnaie mais comme métal.
Nous ne savons toujours pas d’où vient l’instinct de vérité.
Nietzsche, Vérité et mensonge au sens extra-moral [1873]

1Les deux journées d’études organisées en 2004 et en 2005, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence, dans le cadre de l’UMR Telemme (groupe de recherche « Acteurs, institutions et formes du pouvoir, XIe-XVIIe siècles » du programme « Pouvoirs et sociétés en Europe méridionale du Moyen Âge à nos jours ») ont cherché à prendre en compte deux composantes essentielles de la recherche de la vérité préconisée par le juge, dans une affaire civile, pénale ou administrative : d’abord, le témoignage et ses acteurs à travers l’enquête (mars 2004) ; puis, les formes de l’aveu (mars 2005).

2Source de réflexion depuis plusieurs années auprès des historiens et des juristes, l’analyse du témoignage et de ses acteurs permet d’établir une échelle des valeurs temporelles (XIe-XVIIe siècle), dans laquelle se trouve exprimée la dimension à la fois diachronique (saisie des changements dans le temps) et synchronique (perception du discours dans le contexte lui-même). La déposition rend ainsi compte de la complexité des articulations politiques, sociales et, même, économiques de la parole tenue par les témoins sur la famille, la parenté, le voisinage, les réseaux de clientèles et les multiples formes de pouvoir auxquels ils sont confrontés lors de l’instruction d’un procès, qu’il soit civil ou pénal. Une telle attention prêtée aux acteurs du discours, source de vérité, que la justice doit pourtant utiliser avec circonspection, tend ensuite à valoriser la confrontation des différents types de sources (exempla, sources judiciaires, hagiographie, enquêtes…), les divers champs de perception de l’aveu et ses formes (croyances, justices, administrations), la codification et les procédures ritualisées que réclame toute quête de vérité.

3Cette recherche inlassable, poursuivie par la justice, réclamée par les plaignants, au nom de la vérité et de l’équité, a retenu l’attention des chercheurs qui ont participé à ces deux rencontres scientifiques à Aix-en-Provence. Les contributions, dont l’ouvrage respecte l’ordre dans lequel elles ont été présentées lors de ces journées, ont mis au jour la parole sollicitée par les instances de pouvoir officielles ou administratives, voire politiques, lorsque les acteurs développent un argumentaire, critique ou élogieux, se rapportant à l’État et aux affaires publiques. L’attention prêtée à la vérité fait ressortir l’écart existant entre la norme, dictée par le droit, cautionnée par les autorités, et la pratique, qui répond à une attente à la fois politique, sociale, religieuse et culturelle. L’État figure comme une instance réparatrice des maux occasionnés par autrui, valeur de paix et d’harmonie sociale demandée par les populations rurales et urbaines. La pacification ainsi restaurée dans le corps social, grâce à la parole, donnée librement ou extorquée, livre une réponse aussi bien morale que sociale, vise au maintien de l’ordre, garant des valeurs de la communauté du Moyen Âge à l’époque moderne. Une telle quête de la vérité peut prendre une autre dimension plus intime, par laquelle l’individu, quel que soit son statut, se révèle à lui-même et aux autres.

Auteurs

Maître de conférences en Histoire moderne, Université de Provence

Maître de conférences en Histoire médiévale, Université de Provence   

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540