Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Annexes

Lettres de Michel Vovelle au ministre de l'Éducation nationale et de la Recherche, les 30 décembre 1999 et 14 avril 2000

Michel Vovelle

Texte intégral

Lettre du professeur Vovelle à Monsieur le ministre Claude Allègre, 30 décembre 1999

1Michel Vovelle

2professeur émérite à l’Université de Paris I

3À Monsieur le ministre de l’Éducation Nationale

4Aix-en-Provence, le 30/12/1999

5Monsieur le ministre,

6Je me permets de m’adresser respectueusement, en votre personne, au président du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques. Je suis membre de cette institution depuis plus de vingt ans, au titre de la Commission d’Histoire de la Révolution française, que j’ai présidée de 1986 à 1996, et dont j’ai été élu alors président d’honneur.

7Je suis amené aujourd’hui à vous présenter ma démission de cette position honorifique sur la base de faits graves sur le plan des principes, et qui méritent, je crois, malgré l’abondance et la lourdeur de vos préoccupations, de retenir votre attention.

8La Commission centrale du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques avait invité ses différentes Sections et Commissions constitutives à se pencher sur leur histoire dans le but louable de contribuer à une synthèse générale sur cette institution. À ce titre, la Commission d’Histoire de la Révolution française a chargé sa secrétaire générale, le professeur Christine Peyrard, de rédiger à partir de nos archives et de toutes autres sources documentaires l’histoire de la Commission jusqu’en 1980, et m’a confié en tant qu’avant-dernier président en exercice le soin d’évoquer la dernière période qui fut celle de la commémoration du Bicentenaire de la Révolution.

9J’ai rempli cette mission en historien, engagé certes, sur un sujet qui ne tolère pas la tiédeur, mais avec le souci de la vérité et de la précision, appuyé sur la mémoire directe des événements, constamment étayée du recours aux procès-verbaux de la Commission, votés à chaque réunion et contresignés par le représentant du Comité et de l’autorité centrale de tutelle. J’ai eu le privilège de pouvoir compléter cette information par les apports d’une correspondance échangée entre mon collègue Claude Mazauric et le regretté doyen Godechot. mon prédécesseur à la tête de la Commission durant les années 1983 à 1986 : précieux document mis en annexe à la disposition des chercheurs.

10Il y eut durant ces années des débats parfois vifs entre la Commission unanime, attachée à défendre non point ses privilèges (le terme n’est pas adapté à notre tradition républicaine), mais son héritage, celui d’une instance créée en 1903 à l’initiative de Jean Jaurès, et la Commission centrale, voire le ministère de tutelle. De ces débats, parfois polémiques comme d’autres incidents d’une certaine importance, le respect que je dois à la vérité ne m’a pas permis de faire l’économie.

11Cette franchise qui est – disait-on en 1793 – « le propre d’un vrai républicain » n’a pas été appréciée par la commission des Publications, puis par la Commission centrale qui, s’étant assurées de la caution de l’autorité de tutelle, ont décidé de censurer complètement mon texte et le dossier documentaire constitué par le professeur Mazauric à partir de la correspondance du doyen Godechot.

12Les propositions de transaction proposées par l’actuel président de la Commission Jaurès, le professeur Jean Bart, qui avait accepté ces textes sans réticences, estimant en juriste qu’ils ne comportaient aucune allégation calomnieuse, mais qui offrait cependant d’en discuter les termes, en donnant éventuellement la parole aux parties concernées, ont été rejetées. L’argument invoqué a été le caractère polémique de l’écrit, la citation de noms propres des protagonistes et l’implication de l’autorité de tutelle.

13La Commission Jaurès à laquelle le professeur Jean Bart a rapporté cette décision dans sa séance du 8 décembre 1999 a voté à l’unanimité le texte suivant : « La Commission d’Histoire de la Révolution française, prenant acte de la décision de la Commission des publications du CTHS relative au numéro 2 (1999) du Bulletin d’Histoire de la Révolution française, refuse la proposition d’une édition tronquée du dossier proposé, établi à sa demande par des membres de la Commission ; proteste contre l’acte de censure commis à leur égard ; reconnaît aux auteurs du dossier la liberté de publier leurs contributions in extenso chez l’éditeur de leur choix ». En remerciant mes collègues de cette prise de position sans ambiguïté, je me tourne vers vous, Monsieur le Ministre, pour attirer votre attention sur une décision clairement désignée pour ce qu’elle est : une censure, sur un texte dont, par ailleurs, on n’entreprend pas de discuter la véracité.

14Placé en position d’accusé, je n’ai pour me défendre d’autre argument que la réponse du peintre David au duc de Wellington, venu le visiter à Bruxelles dans les années 1820 : « Je n’écris que l’Histoire ». J’ai la naïveté de croire que toute vérité, fut-elle amère, est non seulement bonne à dire, mais se doit d’être portée à la connaissance du public. Je suis prêt à compléter par des références infrapaginales aux procès-verbaux officiels les affirmations du texte que j’ai soumis et à en discuter avec les représentants de la Commission centrale, qui n’a pas émis le vœu de m’entendre, et de même avec les représentants du ministère.

15En historien, il me semble étrange de voir invoquer le fait que Commission centrale ou ministère soient impliqués dans le débat, et s’il m’est permis une référence personnelle, j’y retrouve l’écho – à plus de trente ans de distance – de la remarque ébahie de l’employé des contributions directes auquel je venais me plaindre de me voir réclamer – majorée de 10 % – une somme qui m’avait été restituée comme trop perçue deux mois plus tôt : « Mais, Monsieur, votre lettre ne passera pas, elle comporte des critiques contre l’administration ».

16Au demeurant, j’ai la conviction d’être resté dans mon texte très réservé, ne produisant pas plusieurs documents qui trouveront peut-être place en annexe dans une publication, s’il faut l’envisager, dans d’autres colonnes que celles du Bulletin.

17Les conflits auxquels je fais allusion sont, pour la plupart, de notoriété publique. Toute une littérature a déjà abondamment évoqué les débats auxquels la période de la Commémoration du Bicentenaire a donné lieu : je n’en citerai pour exemple que le gros ouvrage de l’historien Steve Kaplan, Adieu 89, qui ne prend pas de précautions pour en détailler avec verve les aspects, les protagonistes et les arrière-plans. Mais Steve Kaplan est américain et, à ce titre, jouit d’une liberté d’expression qui place l’historiographie d’Outre-Atlantique en position privilégiée pour traiter de l’histoire immédiate de la France dans les dernières décennies.

18Il existe en France des institutions, comme l’Institut d’Histoire du Temps Présent, qui s’attachent sans entraves à rassembler et à rendre publics les éléments des débats les plus contemporains. Le texte que j’ai proposé s’inscrit dans une semblable perspective et je regrette qu’une instance comme le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques ait décidé, pour sa part, d’imposer le silence dans ses publications à un texte, fut-il critique.

19Il aurait été élégant qu’elle accepte cette entorse à une pensée unique, fût-ce en prenant ses distances par un en-tête ou une réponse, fixant ce qui appartient à la responsabilité de l’auteur et qui constitue, en tout état de cause, un document historique. Mais il y a plus qu’une inélégance : de la part d’historiens et de scientifiques dont l’objectif doit être la manifestation de la vérité, une conduite qui sincèrement m’afflige et m’impose – en démissionnant du titre de président d’honneur de la Commission Jaurès – de prendre mes distances à l’égard d’une institution qui ne saurait retrouver un bain de jouvence, ni un prestige accru en enrichissant sa titulature en « Commission de Censure des Travaux Historiques et Scientifiques ».

20C’est à d’autres valeurs que je me réfère, et à une tradition aussi, qui de Jaurès à Mathiez, à Georges Lefebvre, Albert Soboul et Jacques Godechot – personnages que l’on se plaît parfois à dire irascibles – n’a jamais transigé sur les principes. Polémique ? Sans doute, comme le fut Alphonse Aulard, premier détenteur de la chaire d’Histoire de la Révolution française que j’ai eu l’honneur d’occuper à mon tour à la Sorbonne de 1983 à 1993, et qu’il reconnaissait avec une franchise peut-être d’un autre âge lorsqu’il écrivait : « Pour le peuple dont nous sommes, et pour la science que nous servons ».

21Je déplore qu’on ait voulu imposer le silence aux échos de cette voix, peut-être avait-elle encore sa place dans la France de l’an 2000.

22Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mon respectueux dévouement.

Lettre du professeur Vovelle à Monsieur le ministre Jack Lang, 14 avril 2000

23Michel Vovelle

24professeur émérite à l’Université de Paris I

25À Monsieur le ministre de l’Éducation Nationale

26Aix-en-Provence, le 14/04/2000

27Monsieur le ministre,

28Je me permets de m’adresser personnellement à vous en souvenir de la confiance que vous avez bien voulu me témoigner à maintes reprises durant les années de la commémoration du Bicentenaire de la Révolution en me confiant des missions que j’ai tenté d’assumer dans des conditions souvent difficiles, en me montrant « à la hauteur des circonstances » comme on disait en l’an II, soit au service d’un idéal républicain qui nous est commun.

29La lettre que j’ai adressée à votre prédécesseur le 30/12/99 – sans obtenir fût-ce un accusé de réception de ses services – lui était adressé en tant que président du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques. C’est à ce titre, également, que je me permets de vous en envoyer copie pour le cas où elle se serait égarée. Si je me permets cette démarche – sachant, par ailleurs, l’ampleur des problèmes généraux qui vous incombent – c’est que l’objet, je crois, n’en est pas futile puisqu’il s’agit d’un acte de censure opéré, avec la caution du ministère, par les instances du CTHS, sur un texte rédigé à leur demande, mais dont le contenu n’a pas paru politiquement correct.

30J’y évoquais, sans rien cacher de la vérité historique, les difficultés rencontrées par la Commission Jaurès que je présidais durant la période du Bicentenaire, notamment entre 1986 et 1988, et les combats menées pour la survie de cette institution, avant, pendant et après.

31J’ai peine à croire que la sanction qui m’a été infligée, puis le silence de l’autorité à réception de ma correspondance, soit lié au fait que ce récit jetait un éclairage rétrospectif inopportun, alors même que le ministère préparait l’arrêté publié le 11 février 2000, portant réorganisation du CTHS et dont les articles mettent une touche finale au problème en supprimant la Commission d’Histoire de la Révolution française, créée en 1903 à l’initiative de Jaurès et active depuis lors. Objectif de modernisation, certes, et d’homogénéisation dit-on qui, en insérant la Révolution française dans un « package » – du XVIe siècle à 1848...– noie définitivement l’importun écueil de la décennie 1789-99, ce curiosum, ou exception française d’une Révolution que l’on a dite « terminée ».

32Si je prête aux adversaires obstinés qui ont finalement eu gain de cause en brûlant, sinon la perruque, du moins la barbiche de Jaurès, une intention maligne, il me semble évident que telle procédure aurait dû, dans le cas contraire, s’accompagner d’un minimum de consultation ou de concertation. Qu’on ne l’ait pas souhaité et que, pour assurer la consigne du silence sur la porté de cette mesure, elle se soit accompagnée d’un acte de censure qui déshonore des chercheurs et des historiens, n’est pas glorieux.

33Il est évident que la coïncidence de ces faits avec l’admirable publication menée actuellement par Madeleine Rébérioux des œuvres de Jaurès, et d’autres initiatives comme l’inauguration officielle de la route touristique Jaurès, fait un peu désordre. Je me réjouis sincèrement de ces manifestations, mais j’ai la naïveté de croire que les historiens de la Commission Jaurès pourraient encore rendre, par leurs travaux poursuivis, un service aussi appréciable pour la mémoire du grand tribun que les tours-opérateurs dont je ne conteste pas, au demeurant, l’utilité.

34C’est, donc, juste à temps, sans le savoir, que j’ai donné ma démission de président d’honneur de la Commission Jaurès, avant qu’elle ne soit proclamée défunte. L’opinion et l’histoire jugeront.

35Le CTHS, création de Salvandy et Guizot, se régénère en supprimant l’importun appendice ajouté par Jaurès en 1903 : il eut pu éviter, pour ce faire, une censure qui rappelle plutôt Villèle ou Polignac.

36J’ai souhaité vous rappeler l’importance et les enjeux de ce dossier, persuadé qu’ils ne vous échapperont pas, et je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de mon respectueux dévouement ».

Auteur

Professeur émérite à l’Université de Paris I

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540