Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Annexes

Déclaration de Jacques Godechot, président de la Commission d’Histoire de la Révolution

Séance du 7 novembre 1986

Texte intégral

1Mes chers collègues et amis,

2Je regrette beaucoup de ne pouvoir être parmi vous aujourd’hui afin de vous confirmer ma démission de président de la Commission d’Histoire de la Révolution. Mais mon cardiologue m’a vivement déconseillé toute fatigue, donc tout voyage à Paris. Aussi je charge notre secrétaire, Claude Petitfrère, de vous lire cette déclaration qui contient la substance de ce que je vous aurais dit si j’avais pu faire le voyage de Paris.

3Je vous renouvelle la démission que je vous avais annoncée lors de la réunion du 24 janvier dernier et que j’avais déjà confirmée par téléphone au matin de la réunion du 20 juin, à laquelle je n’avais pu assister.

4Cette démission, je la donne non seulement en raison de mon état de santé, mais aussi, comme je vous l’avais dit en janvier, à cause de mon âge : j’aurai 80 ans le 3 janvier prochain. C’est l’âge de la retraite des cardinaux. Il est bon qu’un jeune me succède à la tête de la Commission.

5Certes, pourrait-on m’objecter, mes deux derniers prédécesseurs dans les fonctions de président, Georges Lefebvre et Julien Cain, ont conservé la présidence jusqu’à leur mort. Mais je considère que cela n’a pas été une bonne chose. Il faut plus que jamais que le président soit jeune et actif, qu’il puisse se déplacer facilement.

6J’ai été élu président, puis nommé par le ministre, les 17 et 27 novembre 1975, à la mort de Julien Cain ; il y a donc onze ans. Depuis cette époque, la Commission a publié 15 volumes, soit plus d’un volume par an, et 6 Bulletins, soit en moyenne un tous les deux ans. Ces publications constituent la mission essentielle que lui avait confiée Jean Jaurès. Elle a aussi participé régulièrement aux congrès annuels des Sociétés savantes de France et organisé des réunions semestrielles qui, sous l’impulsion d’Albert Soboul, ont été, depuis 1978, jumelées avec son séminaire du samedi, et tenues à la bibliothèque Lavisse, à la Sorbonne, ce qui a assuré aux auteurs de communications une large audience. Ces communications ont d’ailleurs été, ensuite, toutes publiées dans le Bulletin.

7Toutefois, c’est le Congrès annuel des Sociétés savantes, organisé par le CTHS, qui a posé à notre Commission des problèmes et l’a obligé à modifier, le 28 mars 1983, son titre et son champ d’action. En effet, aux congrès des Sociétés savantes étaient présentées chaque année des communications sur l’histoire économique et sociale de la Révolution et d’autres sur l’histoire politique, militaire, religieuse, institutionnelle de cette même période. Les premières étaient évidemment développées devant les délégués de notre Commission. Mais où placer les autres ? Tantôt, on les rattachait à la Section d’histoire moderne, tantôt à celle d’histoire contemporaine, ou à celle d’histoire religieuse. Une Section unique d’histoire de la Révolution s’imposait.

8Par ailleurs, sous l’impulsion de M. Joseph Goy, chargé depuis 1981, de diriger la Recherche au ministère de l’Éducation nationale, le CTHS, créé en 1883 (sic), a été réformé et doté de nouveaux statuts. La Commission d’Histoire de la Révolution, fondée par Jean Jaurès en 1903, était rattachée, mais par des liens très lâches, au CTHS. En fait, sous la présidence de Julien Cain, elle dépendait directement du ministère qui lui attribuait des crédits, souvent importants. Désormais, les crédits de publication sont répartis selon des règles précises, par la Commission des publications du CTHS entre ses six sections (Histoire médiévale, Histoire moderne, Archéologie, Géographie, Sciences, Histoire des Sciences) et ses quatre commissions (Afrique du Nord, Préhistoire, Ethnologie, Révolution française). Il est indispensable que le président de la Commission d’Histoire de la Révolution – ou son représentant – assiste aux réunions de cette Commission des publications. Obtenir les crédits de publication nécessaires est vital pour notre Commission. Or commission des publications se réunit, à Paris, trois ou quatre fois par an, et je n’ai pu y siéger qu’une fois. Claude Mazauric m’a d’ailleurs très efficacement remplacé lors des autres réunions.

9Enfin de notre Commission dépendent des comités provinciaux institués en 1904. En 1939, Pierre Caron dénombrait 19 comités départementaux actifs, c’est-à-dire ayant publié des documents ou des études (Alpes-Maritimes, Calvados, Côte-d’Or, Creuse, Eure, Haute-Garonne, Gers, Ille-et-Vilaine, Indre-et-Loire, Moselle, Orne, Puy-de-Dôme, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Sarthe, Seine-Inférieure, Seine-et-Oise, Tarn-et-Garonne, Vosges et Yonne). Depuis la guerre de 1939-1945, le nombre des comités départementaux actifs s’est réduit, certains se sont transformés après la création des régions, en comités régionaux. En 1977, Marc Bouloiseau énumérait deux comités départementaux (Alpes-Maritimes et Pyrénées-Orientales) et six comités régionaux (Provence, Midi-Pyrénées, Bourgogne, Pays de la Loire, Haute-Normandie). Depuis cette époque, deux nouveaux comités se sont créés, l’un à Montpellier pour le Languedoc, l’autre à Parthenay pour les Deux-Sèvres. Au total. 26 départements sont couverts par notre réseau, donc plus qu’en 1939. À la suite de ces divers changements, il a été nécessaire de doter notre Commission de statuts, car elle n’en possédait pas. Ces statuts devaient être en harmonie avec les nouveaux statuts du CTHS. décrétés le 28 mars 1983. Ils ont été élaborés au cours des réunions de la Commission en 1985 et approuvés par la Commission centrale du CTHS, le 10 décembre 1985. Ils seront publiés dans notre Bulletin.

10Ainsi, en onze ans, notre Commission a accompli un travail important. Elle a, je crois, les moyens de continuer à vivre : statuts précis, crédits assurés. Alors que la Commission du Bicentenaire de la Révolution disparaîtra nécessairement après la commémoration de ce grand événement, la Commission Jaurès doit survivre et s’adapter au IIIe millénaire.

11Vous allez donc devoir proposer au ministre un nouveau président, car tous les membres de la Commission sont nommés par arrêté ministériel, sur proposition transmise par la Commission centrale du CTHS.

12Je ne voudrais pas avoir une influence sur votre décision, mais je rappelle que les précédents présidents ont été tantôt des hommes politiques qui étaient aussi des historiens (Jaurès, Barthou, Herriot), tantôt des historiens qui n’étaient pas des militants politiques (Georges Lefebvre et moi-même) et de 1959 à 1975 un historien qui était Directeur général des bibliothèques de France, Julien Cain. Trois catégories, donc, dans lesquelles on peut choisir. Je suis certain que votre choix sera bon et qu’il assurera pour de longues années la vie de la Commission d’Histoire de la Révolution.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540