Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Héritages

Un héritage hors de France : les institutions culturelles italiennes et la Révolution française

Texte intégral

  • 1 M. Vovelle, II triennio rivoluzionario italiano visto dalla Francia 1796/1799, Napoli, Guida, 1999 (...)

1En présentant son recueil d’études sur le triennio républicain italien vu par la France, Michel Vovelle a récemment observé : « En se mobilisant hier pour célébrer 1789, les chercheurs italiens ont fait la démonstration éclatante que le souvenir de la “grande Révolution” loin d’être un privilège franco-français, appartient à leur patrimoine national autant, et même un peu plus, qu’à celui du reste de l’humanité. Au “hit parade” (si l’on me passe l’expression) des rencontres scientifiques organisées dans l’ensemble du monde entre 1983 et 1993, l’Italie est arrivée bonne première après la France avec 78 congrès, colloques ou tables rondes, sur 540, soit près du sixième du total, loin devant les États Unis qui frôlent la cinquantaine »1.

  • 2 Pour un bilan, cf. P. Garcia. Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une (...)

2Institutions culturelles publiques et privées, Universités, académies, mais aussi institutions de gouvernement locales (municipalités, provinces, régions) furent les protagonistes de ce foisonnement d’initiatives (colloques, conférences, éditions), qui loin de provoquer, comme il est en partie arrivé en France après l’explosion de 19892, un sens d’encombrement et d’épuisement, s’est poursuivi tout le long de la décennie suivante, grâce au bicentenaire des républiques italiennes du triennio 1796-1799. Certes, les « célébrations » italiennes, dès 1988-1989, ont abordé plutôt les changements provoqués par la Révolution française en Italie et l’histoire des « Républiques-sœurs » que la Révolution en France : mais ceci ne fait que souligner encore plus la force des liens entre histoire italienne et histoire française à l’époque révolutionnaire et le tournant fondamental marqué par cette époque dans l’histoire de l’Europe.

  • 3 Un premier bilan est amorcé par Michel Vovelle lui-même dans son II triennio rivoluzionario italia (...)
  • 4 Par exemple, 1796-1797 Da Montenotte a Campoformio : la rapida marcia di Napoleone Bonaparte, Roma (...)
  • 5 Sur le cas romain voir par exemple La rivoluzione nello Stato della Chiesa 1789-1799, a cura di Lu (...)
  • 6 Parmi les nombreux colloques organisés pour le bicentenaire de 1799 je me limite à rappeler Napoli (...)

3Il est peut-être encore tôt pour un bilan des initiatives prises à l’occasion du bicentenaire du triennio3 : mais on peut déjà observer un certain déséquilibre entre les initiatives de l’Italie du Nord, liées d’un côté à la Campagne d’Italie, aux triomphes napoléoniens et à leurs images, à la commémoration de Campoformio et de la chute de Venise4 ; et celles de l’Italie du Centre et du Sud, où les conséquences de la révolution dans l’État de l’Église5 et dans le Royaume de Naples ont été abordées sur une plus longue durée et où la République napolitaine surtout s’est imposée au centre de l’attention, grâce aussi à la création d’un Comité ministériel pour la célébration du bicentenaire, présidé par le maire de la ville6.

  • 7 Pour un bilan cf. A.M. Rao, Mito e storia della Repubblica napoletana, in La Repubblica napoletana (...)
  • 8 B. Croce, La rivoluzione napoletana del 1799. Biografie – Racconti – Ricerche, Bari, Laterza, 1968 (...)

4On connaît les raisons de l’emphase posée sur le cas de cette République : la renommée européenne des Lumières napolitaines, et la symbiose entre culture et politique symboliquement représentée par Mario Pagano ; la dureté de la répression de la part du gouvernement Bourbon restauré ; la force particulière des contrastes entre les patriotes et les Français d’un côté et, de l’autre côté, les populations de la capitale et des provinces qui s’insurgèrent contre les républicains et remplirent les rangs de l’armée dite « sanfédiste » recrutée par le cardinal Fabrizio Ruffo7. Tout ceci fit de la République napolitaine non seulement un objet de réflexion politique mais aussi un cas littéraire, dont l’œuvre de Dumas offre l’exemple le plus connu et encombrant. Mais on retrouve aussi, en particulier dans l’interprétation des événements napolitains proposée par Benedetto Croce8, une raison autre et plus imposante de cet intérêt : le rôle joué par les patriotes méridionaux dans les origines du Risorgimento italien, grâce à l’élaboration du projet d’unification politique de la péninsule, qu’ils soutinrent avec une vigueur particulière dans le cadre du mouvement unitaire italien.

  • 9 Sur l’hostilité à la Révolution française d’une large partie de la culture italienne du XIXe siècl (...)
  • 10 On peut rappeler à ce sujet l’article de Ettore Rota. « Nazionalismo e storicismo. Rapporti di pen (...)

5Le cas de Naples nous fournit ainsi une clef importante de lecture des rapports entre l’historiographie et la culture italiennes et la Révolution française : à savoir, la Révolution française comme moment fondateur du Risorgimento italien et, en même temps, comme modèle d’action politique pour les révolutions nationales. Ce lien, nié par la plupart des protagonistes mêmes du mouvement unitaire au XIXe siècle9, fut longtemps contesté par l’historiographie nationaliste, mais sans empêcher, au contraire, son intérêt pour l’histoire de la Révolution, tout en poursuivant le but d’affirmer l’originalité de la voie nationale italienne par rapport à la France. Ce courant nationaliste n’était pas monolithique dans son interprétation des « origines » du Risorgimento italien : d’un côté on en recherchait les bases économiques dans le développement autonome de la bourgeoisie italienne (en particulier dans le Nord de l’Italie) au XVIIIe siècle ; de l’autre côté, on opposait la philosophie « historiciste » italienne, de Vico à Cuoco, à une pensée française considérée abstraite et anti-historique10.

  • 11 G. Maranini. Classe e Stato nella rivoluzione francese. Cf. G.C. Jocteau, « Giuseppe Maranini ». L (...)

6Même pendant le fascisme, le contrôle sur les institutions historiques exercé par la Giunta centrale degli studi storici (Commission centrale des études historiques), créée en 1934, n’impliqua pas une vision unitaire du Risorgimento italien ni un refus radical de la Révolution française, comme le prouvent la traduction de la Révolution française d’Albert Mathiez, publiée en 1933 à Milan par l’éditeur Corticelli, et le volumineux volume de Giuseppe Maranini, paru en 1935 dans la collection d’études fascistes de la Faculté des Sciences politiques de l’Université de Perugia11.

  • 12 Ainsi G Volpe, « Storici del Risorgimento a Congresso (Roma 1932) », dans Editcazione fasciste, 10 (...)
  • 13 Voir M. Baioni, « Fascismo e Risorgimento », op. cit.
  • 14 Cf. G. Talamo, « Alberto Maria Ghisalberti », Rassegna storica del Risorgimento, LXXXVII, 2000, p. (...)

7En ce qui concerne plus directement les rapports Révolution française-Risorgimento italien, pour Giovanni Gentile et Gioacchino Volpe la nation italienne s’était formée à travers un long cheminement qui trouvait dans le XVIIIe siècle son moment décisif, ce qui « allégeait » le Risorgimento « de sa servitude idéale de la Révolution française, que plusieurs considéraient encore comme le fiat lux de la nouvelle conscience italienne du XIXe siècle »12. Mais, pour le premier, l’unification italienne était le résultat d’un mouvement spirituel qu’il voyait incarné par Mazzini et perfectionné par le fascisme ; tandis que Volpe soulignait l’ensemble des transformations économiques, sociales et politiques qui avaient conduit à l’unification italienne. D’autres encore, en particulier Cesare Maria de Vecchi di Val Cismon, président de la Société nationale pour l’histoire du Risorgimento à partir de 1933 et de la Commission centrale des études historiques en 1935, donnaient une version strictement étatiste de ce mouvement, vu comme l’œuvre dynastique des Savoie et de la force de l’État13, tandis que Alberto Maria Ghisalberti, secrétaire de rédaction de la Rassegna storica del Risorgimento et secrétaire général de la Société présidée par de Vecchi, plus proche de Volpe dans son interprétation, repoussait cette vision du Risorgimento comme simple réalisation d’un État unitaire imposé d’en haut14.

  • 15 Cf. A. Casali, Storici italiani, op. cit., p. 158-160.
  • 16 C. Zaghi. Bonaparte e il Direttorio dopo Campofonnio. Il problema italiano nella diplomazia europe (...)
  • 17 Cf. Il contributo dell’Université di Pisa e della Scuola Normale Superiore alla lotta antifascista (...)
  • 18 Cf. G. Miccoli, Delio Cantimori. La ricerca di una nuova critica storiografica, Torino, Einaudi. 1 (...)
  • 19 A. Omodeo. L’età del Risorgimento italiano, quatrième édition, réédité pour l’Istituto italiano di (...)

8Surtout la Nuova rivista storica dirigée par Gino Luzzatto, isolée et attaquée par les autres revues historiques tombées sous le contrôle des institutions fascistes, avec les écrits de Corrado Barbagallo, Baldo Peroni, Aldo Ferrari, Guido Mondolfo, défendait ouvertement le lien entre Révolution française et Risorgimento italien15, ainsi que la revue presque clandestine Nuovi problemi di politico storia ed economia, dans laquelle Carlo Zaghi put publier pendant les années Trente ses nombreuses études sur la diplomatie du Directoire et sur les Républiques Cispadane et Cisalpine, études qui furent ensuite recueillis dans ses volumes publiés après la guerre16. L’École normale de Pise, grâce en particulier à l’enseignement de Luigi Russo, était un important foyer de formation de jeunes historiens, de Cantimori à Saitta, qui dans les années Quarante montra ses premiers fruits dans les études sur la période révolutionnaire17. Sans oublier la revue de divulgation historique promue par Federico Chabod et Carlo Morandi, Popoli, dans laquelle Delio Cantimori publia en 1941 son article sur Babeuf18 et surtout, l’ouvrage d’Adolfo Omodeo, paru pour la première fois en 1925 et réédité en 1931, 1938 et 1942, qui considérait « la Révolution française et l’œuvre de rénovation et réorganisation de Napoléon » comme « des moments essentiels de l’histoire du Risorgimento » et leur consacrait une grande partie de ses chapitres19.

  • 20 Je me limite à renvoyer à la table ronde entre Franco Delia Peruta, Mario Isnenghi, Simonetta Sold (...)
  • 21 Cf. P. Craveri, «Gli appunti inediti dei corsi universitari di Antonio Labriola sulla Rivoluzione (...)
  • 22 Sur sa genèse, voir la préface de Franco Venturi dans G. Salvemini, La Rivoluzione francese (1788- (...)
  • 23 A. Galante Garrone, Gilbert Romme. Storia di un rivoluzionario, Prefazione di Georges Lefebvre, To (...)
  • 24 F. Venturi, Jean Jaurès e altri storici della Rivoluzione francese, Torino, Einaudi, 1948.
  • 25 À rappeler aussi la traduction faite par Alessandro Galante Garrone d’E. Quinet, La rivoluzione, T (...)

9La Révolution française a donc constamment attiré l’attention de la culture politique et de l’historiographie italiennes, soit pour la refuser, soit et surtout comme antécédent – et comme moteur – de la voie italienne au renversement de l’ancien régime et à la réalisation de l’unité nationale. Ce débat, après une phase de relatif silence, a été récemment relancé par les polémiques politiques et idéologiques actuelles liées aux revendications sécessionnistes des soutenants de la « Lega »20. La Révolution française a en même temps constitué un laboratoire inépuisable pour toute réflexion historiographique sur la révolution comme moyen de changement politique et sur les origines de la démocratie moderne. Il suffit de rappeler les cours de philosophie de l’histoire dédiés à la Révolution française par Antonio Labriola à l’Université de Rome en 1888-1889, en 1897-1898 et 1898-189921 ; et la Révolution française de Gaetano Salvemini : un ouvrage qu’il avait été sollicité d’écrire par son maître Pasquale Villari en 1890, profondément ancré dans les questions brûlantes soulevées en Italie et en Europe par la crise politique de la fin du XIXe siècle, publié pour la première fois en 1905 et plusieurs fois corrigé et réédité jusqu’en 195422. Ou, encore, l’ouvrage de Galante Garrone sur Gilbert Romme (1959), sollicité par l’ami Georges Lefebvre23, et celui de Franco Venturi sur l’historiographie de la Révolution, para en 1948, fruit des recherches conduites en France pendant son exil24. On retrouve là un intérêt directement lié à la résistance contre le fascisme et à la politique éditoriale adoptée dans l’après guerre par la maison Einaudi, à laquelle Franco Venturi suggérait de traduire les ouvrages de Georges Lefebvre et d’Albert Mathiez25.

  • 26 Ainsi Venturi dans une lettre à Giorgio Agosti, in « Franco Venturi : lettere da Mosca (1947-1948) (...)
  • 27 «Sai che è morto Georges Lefebvre? Veramente un’epoca degli studi francesi si chiude. Da lontano s (...)

10Sur le sens radicalement politique que ces recherches sur la « grande révolution » – une véritable « indigestion »26 – avaient eu pour toute une génération qui s’était battue contre le fascisme, on peut lire ce passage d’une lettre de Venturi à Leo Valiani du 13 septembre 1959, qui commentait ainsi la mort de Lefebvre : « C’est vraiment la fin d’une époque des études françaises. On voit de loin comment, malgré toutes les différences, Lefebvre était encore lié à la grande tradition, commencée au début du XIXe siècle, des historiens de la Révolution française. À présent les études internationales, qui sont pourtant justes, et les études d’histoire sociale et économique, qui sont pourtant nécessaires, s’éloignent de la vision d’une Grande Révolution française »27.

  • 28 A. Galante Garrone. Buonarroti e Babeuf, Torino, Einaudi, 1948 ; D. Cantimori, Utopisti e rifornia (...)
  • 29 Sur ces tendances historiographiques je me permets de renvoyer à A. M. Rao, « La révolution frança (...)
  • 30 Par exemple, A. Soboul, « Napoléon et l’Italie ou “la révolution manquée” », dans Les pays sous do (...)

11Malgré les préoccupations exprimées par Franco Venturi, le lien entre Révolution française et Risorgimento italien s’est imposé au centre des études surtout à partir de la moitié du XXe siècle. Ce n’est qu’après la deuxième guerre mondiale que l’étude du triennio fut posée d’une façon nouvelle, grâce aux études de Galante Garrone, de Delio Cantimori, d’Armando Saitta28. Certes, le débat sur le jacobinisme italien fut alors marqué par une conception monolithique de la révolution française, vue comme modèle de révolution « active » et triomphante à laquelle il fallait comparer les expériences « passives » et défaillantes des autres pays29. Il fut aussi profondément marqué par les thèses d’Antonio Gramsci sur les « origines du Risorgimento italien », qui avaient le mérite de tirer de l’oubli le jacobinisme italien, mais le considéraient plutôt comme une catégorie politique et comme une clef interprétative de longue durée, que comme phénomène historique précis dans son contexte concret : c’était la thèse du Risorgimento comme « révolution manquée », qui eut son écho dans l’historiographie française elle-même30.

  • 31 Cf. R. Morghen, «L’opéra delle Deputazioni e Società di Storia Patria per la formazione della cosc (...)
  • 32 Sur lequel M. Baioni. La « religione della patria ». Musei e istituti del culto risorgimentale (18 (...)
  • 33 Cf. M. Baioni, « Fascismo e Risorgimento », op. cit., p. 65 et suivantes; S. Soldani. «Risorgiment (...)
  • 34 Rassegna storica del Risorgimento, Indice per autori e per materie 1914-1963, a cura di Giovanna B (...)
  • 35 Dans la traduction éditée par Gastone Manacorda.
  • 36 Seul Godechot avait déjà paru dans la revue de l’Institut pour l’ouvrage écrit avec Georges Bourgi (...)

12Il est difficile d’envisager un rôle direct des institutions historiques italiennes dans les études sur la Révolution française. L’Istituto storico italiano, fondé en 1883, privilégia nettement l’histoire du Moyen âge. Les députations et les sociétés de « storia patria », elles aussi crées dans les dernières décennies du XIXe siècle, coordonnaient et stimulaient l’activité érudite des chercheurs locaux, qui s’intéressaient surtout de l’histoire ancienne et médiévale, des « libres » communes italiennes du Moyen âge, dans la recherche d’une identité historique locale des différentes provinces des anciens états italiens qui désormais faisaient partie d’un État unitaire31. La Société nationale pour l’histoire du Risorgimento, fondée en 1907 et transformée en 1935 en l’Institut pour l’histoire du Risorgimento italien, et l’Institut historique italien pour l’âge moderne et contemporain, créé en 1934 sur la base du préexistant Comité national pour l’histoire du Risorgimento32, sont les deux institutions qui par leur nature et leurs fonctions auraient dû trouver dans la période révolutionnaire un des pôles les plus importants de leur activité de promotion des études et publication de sources. Mais, comme on l’a vu, pendant le fascisme, et en particulier sous la direction de Vecchi, l’Institut pour l’histoire du Risorgimento privilégia les études sur le Royaume de Sardaigne, sur l’économie italienne au XVIIIe siècle, du rôle de l’Église et des catholiques dans la construction de l’État italien33. Il suffit de consulter l’index de la revue de l’Institut, la Rassegna storica del Risorgimento, des années 1914-196334 : sur à peu près 1870 titres (articles, glanes, comptes rendus etc.), moins d’une centaine portent sur l’Italie révolutionnaire et napoléonienne, dont une quarantaine situé après 1946, signe de la nouvelle saison d’études qui s’ouvrit après le fascisme et la guerre. Même en ce qui concerne les comptes rendus d’ouvrages sur la Révolution française, il faut attendre les traductions italiennes des années Cinquante pour trouver les noms de Jean Jaurès35, Georges Lefebvre, Albert Mathiez, Jacques Godechot36.

  • 37 Cf. A. Saitta, «Gli Istituti italiani nazionali di ricerca storica», Critica storica, XXII, 1985, (...)
  • 38 Cf. M. Leonardi, « Armando Saitta e la Rivoluzione francese. Note complementari », ibid., p. 667-6 (...)
  • 39 Gli agenti civili delta Francia rivolitzionaria in Italia, Serie II (1795-1799), vol. I (2 novembr (...)
  • 40 Giornale de’ patrioti d’Italia, a cura di Paola Zanoli, Roma, Istituto storico italiano per l’età (...)
  • 41 R. Pozzi, Hippolyte Taine. Scienze umane e politico nell’Ottocento, Venezia, Marsilio, 1993.

13Les institutions, évidemment, sont faites par les hommes. Et c’est surtout la personnalité d’Armando Saitta à la présidence de l’Institut historique italien pour l’âge moderne et contemporain, à partir de 197337, qui explique l’élan des études révolutionnaires au sein de l’Institut et de son école et le foisonnement d’initiatives sur la Révolution française à l’occasion du bicentenaire. Élève de Carlo Morandi et de Delio Cantimori, Saitta consacra une grande partie de ses études à la période révolutionnaire, en France et en Italie : les Constituantes et les constitutions françaises, Filippo Buonarroti, Babeuf, furent ses thèmes majeurs de recherche dès les années Quarante-Cinquante, à côté d’une dense activité de promotion éditoriale chez l’éditeur Laterza, grâce à laquelle furent publiées, en traduction italienne, les contributions de Richard Cobb, Georges Rudé et Albert Soboul sur les sans-culottes et les paysans (1958), les leçons sur le mouvement populaire tenues par Albert Soboul à l’Université de Pise (1959), le Napoléon de Georges Lefebvre (1960) et, en français, les Paysans du Nord (1959)38. Il coopéra aussi avec Victor Daline et Albert Soboul à la publication de l’Inventaire des manuscrits et des textes imprimés de Babeuf. On doit à ses élèves Mario Leonardi la publication du recueil de documents des agents civils français en Italie39, à Vittorio Criscuolo et Paola Zanoli la publication des journaux de la République Cisalpine40, à Regina Pozzi l’étude sur Hippolyte Taine41.

  • 42 Dont les Actes furent publiés dans l’Annuario dell’Istituto storico italiano per l’età moderna e c (...)
  • 43 La storia della storiografia europea sulla Rivoluzione francese, op. cit., 3 vol.
  • 44 W. Markov. J.-R. Suratteau, « Les contributions d’Armando Saitta à l’histoire de la Révolution fra (...)

14Ami d’Albert Soboul, Jean-René Suratteau, Claude Mazauric, Jacques Godechot, Michel Vovelle et, en Allemagne, de Walter Markov, organisateur inlassable, Saitta, dans les années 1970, dédia plusieurs colloques à l’Italie « jacobine et napoléonienne »42. Tout en poursuivant la publication des collections préexistantes de sources et mémoires de l’Institut sur les relations diplomatiques, sur les nonciatures, sur l’histoire de l’Italie, il ouvrit une troisième section de la collection « Italie et Europe », sur le « bicentenaire de la Révolution française » et organisa en 1989, en collaboration avec l’Association des historiens européens, le grand colloque sur l’historiographie européenne de la révolution43. Il faut rappeler encore le rôle qu’il joua dans les institutions françaises elles-mêmes : membre du Comité directeur de la Société des études robespierristes en 1960, il en devint vice-président en 1971, et en 1985 il devint vice-président de la Commission internationale d’histoire de la Révolution française, dont il avait été membre dès sa création, en 197644. L’Institut d’histoire de la Révolution française à la Sorbonne a été en même temps le point de repère constant des chercheurs italiens qui ont abordé l’étude de la période à partir des années 1970 : Haim Burstin, Angela Groppi, Paolo Viola, moi-même, nous y avons tous trouvé non seulement des livres et des suggestions de recherches mais un accueil chaleureux.

  • 45 A. Saitta, «Gli Istituti italiani nazionali di ricerca storica», op. cit., p. 308.
  • 46 Cf. Gli istituti culturali tra passato e futuro. Aici. Associazione delle Istituzioni culturali it (...)
  • 47 À la Fondazione Luigi Firpo, en collaboration avec le Département d’histoire de l’Université de Tu (...)

15Il est certes excessif d’affirmer, comme le faisait Armando Saitta en 1985, qu’en Italie « le mieux de la recherche historique est développé par les institutions externes à l’Université »45 : une affirmation qui lui était dictée surtout par les entraves bureaucratiques rencontrées par les chercheurs, mais qui est démentie par les faits et, en particulier en ce qui concerne notre sujet, par les nombreux colloques et études produits par les Universités italiennes à l’occasion du bicentenaire de la Révolution et du triennio. Il est vrai, toutefois, que d’autres institutions culturelles, d’origine privée, ont joué et jouent aussi un rôle important dans les études révolutionnaires en Italie, grâce à leurs bibliothèques et à leurs initiatives éditoriales, malgré les difficultés financières et d’organisation souvent rencontrées dans leurs rapports avec les gouvernements et le pouvoir public46 : entre autres, la Fondazione Giangiacomo Feltrinelli de Milan, la Fondazione Istituto Gramsci, la Fondazione Lelio e Lisli Basso-Issoco et l’Istituto Fuigi Sturzo de Rome, la Fondazione Fuigi Einaudi et la Fondazione Luigi Firpo de Turin47, l’Istituto Italiano per gli studi filosofici et l’Istituto Italiano per gli Studi storici de Naples, l’Istituto per le ricerche di storia sociale e di storia religiosa de Vicenza.

  • 48 La Rivoluzione francese (1787-1799), Repertorio del le fonti archivistiche e delle fonti a stampa (...)
  • 49 Cf. Archivi biblioteca attività scientifica. Una guida, Milano, Fondazione Giangiacomo Feltrinelli (...)
  • 50 Cf. La Fondazione Istituto Gramsci. Cinquant’anni di cultura, politico e storia, Firenze, Pineider (...)
  • 51 C’est le cas du Colloque cité, La rivoluzione nello Stato della Chiesa. D’autres institutions anim (...)
  • 52 Cf. L’Istituto Italiano per gli Studi Storici nei suoi primi cinquant’anni 1946-1996, a cura di Ma (...)
  • 53 Voir en particulier le catalogue Celebrazioni della rivoluzione napoletana del 1799, Napoli. Istit (...)
  • 54 Il serait trop long de les énumérer toutes. Je me limite à rappeler les Actes des colloques organi (...)

16En particulier, on doit à la Fondazione Basso – dont la bibliothèque est dotée d’importants fonds révolutionnaires – l’initiative de la publication d’un répertoire des sources pour l’histoire de la Révolution française existantes en Italie qui s’impose comme instrument fondamental de travail pour tous les chercheurs, non seulement italiens48. Fa Fondazione Feltrinelli, elle aussi dotée d’une bibliothèque qui vante un nombre significatif de textes révolutionnaires49, et la Fondazione Istituto Gramsci, tout en ayant assumé pour mission la promotion des études sur le mouvement ouvrier et syndical et sur les partis politiques italiens, ont montré une attention constante à la Révolution française, comme le prouve par ailleurs la revue de l’Istituto Gramsci, Studi storici50. De même, l’étude des partis et des institutions politiques est parmi les objectifs de l’Istituto Fuigi Sturzo, fondé en 1951 et présidé depuis 1979 par Gabrieie De Rosa, ayant égard particulièrement à l’histoire du mouvement catholique italien et européen. Mais il n’a pas ignoré l’étude de la Révolution française, en particulier dans ses rapports avec l’État de l’Église51. L’Istituto italiano per gli studi storici, fondé par Benedetto Croce en 1946, en accueillant dans les années 1970 les cours d’Albert Soboul, a joué un rôle fondamental dans la promotion des études révolutionnaires en Italie52. L’Istituto italiano per gli studi filosofici doit à la passion pour la République napolitaine de son fondateur, Gerardo Marotta, une attention constante à la période révolutionnaire, à laquelle il a dédié des colloques, des expositions, des publications nombreuses53. Encore faudrait-il évoquer les nombreuses initiatives des Archives et des Bibliothèques publiques, qui ont elles aussi participé aux célébrations du bicentenaire par des expositions, publications de sources, colloques54.

17Comme en France, donc, en Italie aussi l’étude de la Révolution française, en elle-même et dans ses rapports avec le Risorgimento italien, a été longtemps marquée par la force du lien entre recherche historique et passion politique. Un lien qui, loin d’en empêcher une vision critique, a stimulé l’examen et la recherche érudite. Pendant les dernières décennies, les changements politiques et historiographiques en ont fait un objet en quelque sorte « refroidi ». Certes, la démocratie « découverte » par la Révolution est désormais réalisée, au moins dans une partie du monde, ainsi que d’autres « promesses d’avenir » qu’elle avait annoncées : par exemple, une Europe unifiée dans la défense des principes démocratiques. Mais elle nous a appris que la démocratie est un processus en construction continue, ce qui explique aussi l’élargissement des intérêts historiographiques plus récents à toute la décennie 1789-1799 et à l’époque napoléonienne. De ce point de vue, la Révolution française n’est pas terminée et offre toujours un énorme chantier d’études pour les historiens du monde entier.

Notes

1 M. Vovelle, II triennio rivoluzionario italiano visto dalla Francia 1796/1799, Napoli, Guida, 1999, p. 8. La citation est tirée du texte original français. Voir à présent M. Vovelle, Les Républiques-sœurs sous le regard de la Grande Nation, 1795-1803. De L’Italie aux portes de l’Empire ottoman, l’impact du modèle républicain français, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 38. On retrouve un bilan partiel de ces rencontres dans Les colloques du bicentenaire. Répertoire des rencontres scientifiques nationales et internationales présenté par Michel Vovelle avec la collaboration de Danielle Le Monnier, Paris, La Découverte-Institut d’Histoire de la Révolution française. Société des Études Robespierristes, 1991. Pour un bilan des études italiennes autour du bicentenaire, cf. F. DIAZ, « Gli studi sulla rivoluzione francese », dans Un decennio di storiografia italiana sul secolo XVIII, Atti del Convegno organizzato dalla Società italiana di studi sul secolo XVIII e dall’Istituto Italiano per gli studi Filosofici con il patrocinio dell’Istituto della Enciclopedia Italiana (Vico Equense, 24-27 ottobre 1990), a cura di Alberto Postigliola, Napoli. L’Officina tipografica, 1995, p. 213-232.

2 Pour un bilan, cf. P. Garcia. Le Bicentenaire de la Révolution française. Pratiques sociales d’une commémoration. Préface de Michel Vovelle, Paris, CNRS Éditions, 2000.

3 Un premier bilan est amorcé par Michel Vovelle lui-même dans son II triennio rivoluzionario italiano, op. cit. Pour l’état des études voir le n.° 313 des Annales historiques de la Révolution française, juillet-septembre 1998, dédié à « L’Italie du triennio révolutionnaire 1796-1799 ». Parmi les initiatives nationales à signaler le Colloque Universalismo e nazionalità nell’esperienza del giacobinismo italiano. Rome, 21-23 octobre 1999.

4 Par exemple, 1796-1797 Da Montenotte a Campoformio : la rapida marcia di Napoleone Bonaparte, Roma. Museo Napoleonico 4 febbraio 1997-27 aprile 1997, Roma, “L’Erma” di Bretschneider, 1997 ; Napoleone Bonaparte. La campagna d’Italia, a cura di Lauro Rossi. Roma. Manziana. 1997 : 1797 Bonaparte a Verona, a cura di Gian Paolo Marchi e Paola Marini. Venezia, Marsilio. 1997 ; Al tocco di campana generate 1797-1997. Bicentenario délla caduta del governo veneto e insorgenze nelle Valli Sabbia e Trompia. Atti del Convegno, Nozza di Vestone 10 maggio 1997, a cura di Alberto Rizzi, Brescia, Fondazione Civiltà Bresciana, 1997 ; L’Europa scopre Napoleone 1793-1804. Congresso Internazionale Napoleonico (Cittadella di Alessandria. 21-26 giugno 1997), a cura di Vittorio Scotti Douglas. Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1999. 2 vol. Voir aussi les initiatives françaises : La liberté en Italie (1796-1797), Actes du colloque organisé par le Centre d’Études d’Histoire de la Défense, Le Souvenir Napoléonien, 59. 1996 : Paul Barbe. Roland Bernecker (éd.). Les intellectuels européens et la campagne d’Italie 1796-1798, Colloque international 7 et 8 mars 1997, Université de Nantes, Munster, Nodus Publikationen, 1999.

5 Sur le cas romain voir par exemple La rivoluzione nello Stato della Chiesa 1789-1799, a cura di Luigi Fiorani, Pisa-Roma. Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 1997 : D. Armando. M. Cattaneo. M.P. Donato. Una rivoluzione difficile. La Repubblica romana del 1798-1799, Pisa-Roma, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, 2000 ; Roma negli anni di influenza e dominio francese, a cura di Ph. Boutry. F. Pitocco, C.M. Travaglini, Napoli, Edizioni scientifiche italiane, 2000 ; Centralismo e particolarismo : l’esperienza della Repubblica romana (1798-1799), Rome. 14-16 avril 1999 (Actes à paraître).

6 Parmi les nombreux colloques organisés pour le bicentenaire de 1799 je me limite à rappeler Napoli 1799. Fra storia e storiografia, Naples 21-24 janvier 1999 ; La parabola della democrazia. Esperienza e memoria del 1799 in Europa, Potenza, 17-19 mai 1999 ; “Patrioti” e “insorgenti” in provincia : il 1799 in Terra di Bari e Basilicata, Altamura-Matera, 14-16 octobre 1999 ; Novantanove in idea : linguaggi miti memorie, Salerno-Amalfi, 15-18 décembre 1999.

7 Pour un bilan cf. A.M. Rao, Mito e storia della Repubblica napoletana, in La Repubblica napoletana del Novantanove. Memoria e mito, Napoli, Gaetano Macchiaroli. 1999, p. 39-65. Sur les « insorgenze » voir à présent le volume Folle controrivoluzionarie. Le insorgenze popolari nell’Italia giacobina e napoléonien, a cura di Anna Maria Rao, Roma, Carocci, 1999.

8 B. Croce, La rivoluzione napoletana del 1799. Biografie – Racconti – Ricerche, Bari, Laterza, 1968 (I éd. 1887-1896). Cet ouvrage a été récemment réimprimé par Bibliopolis, Napoli, 1998, en deux éditions, qui reproduisent le texte de 1948 : l’une dans le cadre de l’édition nationale des œuvres de Benedetto Croce, l’autre, avec une présentation de Fulvio Tessitore, dans le cadre des célébrations du bicentenaire de 1799 de l’Université de Naples “Federico II”.

9 Sur l’hostilité à la Révolution française d’une large partie de la culture italienne du XIXe siècle, mise en relief particulièrement par le centenaire de la révolution, cf. C. Vivanti, « Le polemiche sulla Rivoluzione francese in Italia negli anni intorno al primo centenario ». La storia della storiografia europea sulla Rivoluzione francese (Relazioni Congresso maggio 1989). Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea. 1990, II. p. 435-458 ; A. Saitta, « La storiografia italiana sulla Rivoluzione francese : echi e silenzi ». ibid., p. 491 et suivantes : L. GuercI. « Alessandro Manzoni e il 1789 », Mentalità e cultura politico nella svolta del 1789. a cura di Paolo Viola, Studi settecenteschi, 10. Napoli. Bibliopolis, 1987, p. 229-253 ; G. Spadolini. L’Italia e la Rivoluzione francese net primo centenario dell’ 89, Firenze, Le Monnier, 1989.

10 On peut rappeler à ce sujet l’article de Ettore Rota. « Nazionalismo e storicismo. Rapporti di pensiero tra Italia e Francia avanti e dopo la Rivoluzione francese », publié dans les premiers numéros de la Nuova rivista storica, en 1917-1918, I, p. 21-55. 294-338 ; II. p. 190-208. 523-553. Voir à ce sujet A. Casali. Storici italiani fra le due guerre. La “Nuova Rivista Storica” (1917-1943), Napoli. Guida, 1980. p. 32-33. Voir aussi les positions de Giovanni Gentile présentées par M.L. Cicalese, « Giovanni Gentile e la Rivoluzione francese », La storia della storiografia europea, op. cit., II, p. 459-489.

11 G. Maranini. Classe e Stato nella rivoluzione francese. Cf. G.C. Jocteau, « Giuseppe Maranini ». L’albero della Rivoluzione. Le interpretazioni della Rivoluzione francese, a cura di B. Bongiovanni e L. Guerci, Torino, Einaudi, 1989, p. 435-440. Sur les prises de position à l’égard de la révolution française de la part de représentants du régime fasciste ou d’auteurs fascistes, cf. L. Guerci. « Immagini di Robespierre nell’Italia del Novecento ». Images de Robespierre, Actes du Colloque international de Naples, 27-29 septembre 1993, Textes réunis par Jean Ehrard avec le concours d’Antoinette Ehrard et de Florence Devillez, Istituto italiano per gli studi filosofici, Centre de recherches révolutionnaires et romantiques (Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand), Napoli, Vivarium, 1996, p. 427-454.

12 Ainsi G Volpe, « Storici del Risorgimento a Congresso (Roma 1932) », dans Editcazione fasciste, 10, 1932, p. 405, cité par M. Baioni, « Fascismo e Risorgimento. L’Istituto per la storia del Risorgimento italiano », Passato e présente, XV, 1997, p. 53.

13 Voir M. Baioni, « Fascismo e Risorgimento », op. cit.

14 Cf. G. Talamo, « Alberto Maria Ghisalberti », Rassegna storica del Risorgimento, LXXXVII, 2000, p. 5-20.

15 Cf. A. Casali, Storici italiani, op. cit., p. 158-160.

16 C. Zaghi. Bonaparte e il Direttorio dopo Campofonnio. Il problema italiano nella diplomazia europea: 1797-1798, Napoli. Edizioni scientifiche italiane, 1956; La Rivoluzione francese e l’Italia. Studi e ricerche, Napoli, Cymba, 1966. Sur l’œuvre de Zaghi je me permets de renvoyer à mon «Carlo Zaghi e il giacobinismo italiano», présenté au Colloque pour les quatre-vingt-dix ans de Carlo Zaghi organisé par l’Istituto Universitario Orientale et l’Istituto italiano per gli studi filosofici. Italia giacobina e napoléonien, Naples. 9-10 novembre 2000.

17 Cf. Il contributo dell’Université di Pisa e della Scuola Normale Superiore alla lotta antifascista ed alla guerra di liberazione, Pisa. Giardini, 1989; P. Simoncelli, Cantimori, Gentile e la Normale di Pisa, Milano, Franco Angeli, 1994.

18 Cf. G. Miccoli, Delio Cantimori. La ricerca di una nuova critica storiografica, Torino, Einaudi. 1970. p. 181.

19 A. Omodeo. L’età del Risorgimento italiano, quatrième édition, réédité pour l’Istituto italiano di studi filosofici par Vivarium, Napoli. 1996.

20 Je me limite à renvoyer à la table ronde entre Franco Delia Peruta, Mario Isnenghi, Simonetta Soldani, a cura di Paul Ginsborg. « Risorgimento in discussione », publiée dans la revue d’histoire contemporaine Passato e présente, 1997. p. 15-43.

21 Cf. P. Craveri, «Gli appunti inediti dei corsi universitari di Antonio Labriola sulla Rivoluzione francese». Archivio storico per le province napoletane, CX, 1992, p. 331-350; L. Dal Pane, Antonio Labriola nella politico e nella cultura italiana, Torino, Einaudi, 1975; 1. Cervelli, «Antonio Labriola», L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 338-342.

22 Sur sa genèse, voir la préface de Franco Venturi dans G. Salvemini, La Rivoluzione francese (1788-1792), Milano, Feltrinelli. 1962, p. V-XV. Voir aussi M.L. Salvadori, Gaetano Salvemini, Torino, Einaudi, 1963 ; N. Tranfaglia, « Gaetano Salvemini », L’albero della rivoluzione, op. cit., p. 563-567.

23 A. Galante Garrone, Gilbert Romme. Storia di un rivoluzionario, Prefazione di Georges Lefebvre, Torino, Einaudi, 1959.

24 F. Venturi, Jean Jaurès e altri storici della Rivoluzione francese, Torino, Einaudi, 1948.

25 À rappeler aussi la traduction faite par Alessandro Galante Garrone d’E. Quinet, La rivoluzione, Torino, Einaudi, 1953, 2 vol. Venturi lui-même traduisait, avec Paolo Serini, A. Mathiez, Carovita e lotte sociali sotto il Terrore, Torino, Einaudi, 1949 et Aldo Garosci, son compagnon d’exil en France et dans le mouvement « Giustizia e libertà », éditait G Lefebvre, La Grande paura del 1789, Torino, Einaudi, 1953. Sur l’activité politique et culturelle de Franco Venturi voir à présent Il coraggio della ragione. Franco Venturi intellettuale e storico cosmopolita, a cura di Luciano Guerci e Giuseppe Ricuperati, Torino, Fondazione Luigi Einaudi, 1998. Sur la maison d’édition Einaudi, voir L. Mangoni, Pensare i libri. La casa éditrice Einaudi dagli anni trenta agli anni sessanta, Torino, Bollati Boringhieri, 1999.

26 Ainsi Venturi dans une lettre à Giorgio Agosti, in « Franco Venturi : lettere da Mosca (1947-1948) », a cura di Aldo Agosti e Giovanni De Luna, in Passato e présente, XIII, 1995, p. 108-109, citée par E. Cinnella, « Franco Venturi storico del populismo russo », Il coraggio della ragione, op. cit., p. 311.

27 «Sai che è morto Georges Lefebvre? Veramente un’epoca degli studi francesi si chiude. Da lontano si vede come, malgrado tutte le differenze, Lefebvre fosse ancora legato alla grande tradizione, cominciata all’inizio dell’ottocento, degli storici della Rivoluzione Francese. Ora gli studi internazionali. per quanto giusti. e quelli di storia sociale ed economica. per quanto necessari, si allontanano dalla visione d’una grande rivoluzione francese». Cf. Leo Valiani. F. Venturi, Lettere 1943-1979, a cura di Edoardo Tortarolo. Introduzione di Giorgio Vaccarino, Firenze, La Nuova Italia. 1999, p. 293.

28 A. Galante Garrone. Buonarroti e Babeuf, Torino, Einaudi, 1948 ; D. Cantimori, Utopisti e riforniatori italiani (1794-1847). Ricerche storiche, Firenze, Sansoni. 1943; Giacobini italiani, vol. I, a cura di D. Cantimori. Bari. Laterza, 1956, vol. II. a cura di D. Cantimori e R. De Felice, Bari, Laterza, 1964; A. Saitta, Filippo Buonarroti. Contributo alla storia della sua vita e del suo pensiero, 2 vol., Roma, Edizioni di Storia e Letteratura. 1950-1951 (2e éd. 1972).

29 Sur ces tendances historiographiques je me permets de renvoyer à A. M. Rao, « La révolution française et l’émigration politique. Les réfugiés italiens en 1799 », Annales historiques de la Révolution française, n° 240, 1980, p. 226-231 : Id., « Sociologia e politica del giacobinismo : il caso napoletano », dans Prospettive settanta, I, 1979, p. 212-215 ; Id., « Giacobini e giacobinismo nella cultura méridionale italiana del primo Ottocento », Lectures, 24. 1989, 1, 1789 e dopo, p. 201-219 ; Id., « El jacobinismo italiano (1796-1799) », dans L. Roura I Aulinas, I. Castells (eds.). Revolución y democracia. El jacobinismo europeo, Madrid, Ediciones del Orto. 1995, p. 139-164 ; id., « L’expérience révolutionnaire italienne », Annales historiques de la Révolution française, n.° 313, 1998. p. 387-407. Voir aussi A. De Francesco. « Aux origines du mouvement démocratique italien : quelques perspectives de recherche d’après l’exemple de la période révolutionnaire. 1796-1801 ». Annales historiques de la Révolution française, n.° 308. avril-juin 1997. p. 333-348. Plus en général, sur la « question du jacobinisme italien », cf. I. Tognarini. Giacobinismo, rivoluzione. Risorgimento. Una messa a punto storiografica, Firenze. La Nuova Italia, 1977 ; C. Zaghi. « Il giacobinismo e il regime napoleonico in Italia », dans La storia. I grandi problemi dal Medioevo aU’Età contemporanea, a cura di Nicola Tranfaglia e Massimo Firpo. vol. V, L’età moderna, 3, Stati e società, Torino. Utet. 1986. p. 735-793 ; F. Perfetti, « Introduzione. Il giacobinismo italiano nella storiografia », dans R. De Felice. Il triennio giacobino in Italia (1796-1799), Roma, Bonacci, 1990, p. 7-56 ; A.M. Rao, « Martiri o “mestatori” : i i giacobini italiani », Quando San Secondo diventò giacobino. Asti e la Repubblica del luglio 1797, a cura di Giuseppe Ricuperati, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1999, p. 365-381.

30 Par exemple, A. Soboul, « Napoléon et l’Italie ou “la révolution manquée” », dans Les pays sous domination française (1799-1814), Paris, Centre de Documentation historique, 1968, p. 78-91 et Id., « L’Italie jacobine et napoléonienne ou “la révolution agraire manquée” », Atti del Colloquio internazionale sulla storia dell’Italia giacobina e napoleonica (Roma, 25-27 marzo 1974), Annuario dell’lstituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, XXIII-XXIV, 1971-1972, Roma, 1975, p. 45-63.

31 Cf. R. Morghen, «L’opéra delle Deputazioni e Società di Storia Patria per la formazione della coscienza unitaria», dans Il movimento unitario nelle regioni d’Italia, Atti del Convegno delle Deputazioni e Società di Storia Patria, Roma. 10-12 dicembre 1961, Bari, Laterza, 1961; E. Nasalli Rocca, «Le Deputazioni e le Società storiche in Italia», dans «Studium», Roma, 1962 ; E. Pontieri, «B. Croce e la Società Napoletana di Storia Patria», Studi storici in memoria di Benedetto Croce, Società napoletana di storia patria, Napoli, L’arte tipografica, 1955, p. 3-20; Id., «Nella ricorrenza del primo centenario dela Società Napoletana di Storia Patria», Archivio storico per le province napoletane, quarta serie, XV, 1977, p. 9-30; G. Marinangeli, «Intorno alla fondazione della «Società Storica Abruzzese»: 1888», Bullettino della Deputazione Abruzzese di Storia Patria, LXXVII 1987, p. 5-53; Id., «Dalla “Società Storica Abruzzese” alla “Deputazione Abruzzese di Storia Patria”», ibid., numéro spécial du Centenaire 1889-1989, L’Aquila, 1993, p. 73-135.

32 Sur lequel M. Baioni. La « religione della patria ». Musei e istituti del culto risorgimentale (1884-1918), Treviso, Pagus. 1994.

33 Cf. M. Baioni, « Fascismo e Risorgimento », op. cit., p. 65 et suivantes; S. Soldani. «Risorgimento», Il mondo contemporaneo, 1, Storia d’Italia, t. 3, Firenze, La Nuova Italia. 1978.

34 Rassegna storica del Risorgimento, Indice per autori e per materie 1914-1963, a cura di Giovanna Bernau e Ada Guatelli. Roma. Istituto per la storia del Risorgimento italiano. 1968.

35 Dans la traduction éditée par Gastone Manacorda.

36 Seul Godechot avait déjà paru dans la revue de l’Institut pour l’ouvrage écrit avec Georges Bourgin. L’Italie et Napoléon, dont le compte rendu (de Marino Ciravegna) fut publié dans l’année XXIII. 1936. p. 1717-1719. La revue publia aussi l’article de J. Godechot, « Démographie et économie dans les origines du Risorgimento », dans l’année XLIV, 1957, p. 382-389.

37 Cf. A. Saitta, «Gli Istituti italiani nazionali di ricerca storica», Critica storica, XXII, 1985, p. 309-317: Id., «L’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea», Speculum mundi. Roma centro intemazionale di ricerche umanistiche. Unione intemazionale degli Istituti di arclteologia, storia e storia dell’arte in Roma, introduzione di Massimo Pallottino, a cura di Paolo Vian. Roma, Presidenza del Consiglio dei ministri. Dipartimento per l’informazione e l’editoria, 1992, p. 656-660. Sur l’œuvre de Saitta, voir M. Leonardi, «Armando Saitta», Annales historiques de la Révolution française, n. 286. 1991, p. 568-569; et les essais publiés dans la revue qu’il avait fondée, Critica storica, XXVIII, 1991, n. 4, Omaggio ad Armando Saitta, en particulier V. Criscuolo, «La genesi dell’opera storica di Armando Saitta», p. 587-658 et sa bibliographie réunie par M. Leonardi, p. 729-756.

38 Cf. M. Leonardi, « Armando Saitta e la Rivoluzione francese. Note complementari », ibid., p. 667-676. C’est le même éditeur Laterza qui publie en 1962 la traduction de La Grande nation de Jacques Godechot.

39 Gli agenti civili delta Francia rivolitzionaria in Italia, Serie II (1795-1799), vol. I (2 novembre 1795-26 marzo 1796), a cura di Mario Francesco Leonardi, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1996. On doit à Mario Leonardi aussi la traduction des essais d’Albert Soboul sur Meslier et sur d’autres aspects de la révolution, publiés sous le titre Feudalesimo e stato rivoluzionario. I problemi della rivoluzione francese, Napoli, Guida, 1973.

40 Giornale de’ patrioti d’Italia, a cura di Paola Zanoli, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1988-1990, 3 vol.; Termometro politico della Lombardia, a cura di Vittorio Criscuolo, Roma, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1989-1996, 4 vol.

41 R. Pozzi, Hippolyte Taine. Scienze umane e politico nell’Ottocento, Venezia, Marsilio, 1993.

42 Dont les Actes furent publiés dans l’Annuario dell’Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, vol. XXIII-XXIV, 1971-1972 («Colloquio internazionale sulla storia dell’Italia giacobina e napoleonica», 25-27 mars 1974), XXXI-XXXII, 1979-1980 et XXXIII-XXXIV, 1981-1982 («Colloquio internazionale su Le trasformazioni delle campagne nell’età napoleonica: la terra, le persone, la produzione», 12-14 octobre 1978).

43 La storia della storiografia europea sulla Rivoluzione francese, op. cit., 3 vol.

44 W. Markov. J.-R. Suratteau, « Les contributions d’Armando Saitta à l’histoire de la Révolution française vues par un historien allemand et par un historien français », dans Critica storica, XXVIII. 1991, n. 4. p. 659-666.

45 A. Saitta, «Gli Istituti italiani nazionali di ricerca storica», op. cit., p. 308.

46 Cf. Gli istituti culturali tra passato e futuro. Aici. Associazione delle Istituzioni culturali italiane, Soveria Mannelli (Catanzaro), Rubbettino, 1998 ; « Le Fondazioni culturali in Italia. Origini storiche e prmi sviluppi istituzionali » », a cura di Giuliana Gemelli. Società e storia. XXIII, 2000.

47 À la Fondazione Luigi Firpo, en collaboration avec le Département d’histoire de l’Université de Turin, par l’initiative de Luciano Guerci, on doit l’organisation de la journée d’études La rivoluzionefrancese in Italia : l’esperienza politico del triennio 1796-1799, Turin, 28 mai 1999.

48 La Rivoluzione francese (1787-1799), Repertorio del le fonti archivistiche e delle fonti a stampa conservate in Italia e nella Città del Vaticano, Ufficio centrale per i beni archivistici. École française de Rome, Fondazione Lelio e Lisli Basso, Pubblicazioni degli Archivi di Stato, Sussidi, 4, Roma, Ministero per i beni culutrali e mabientali. Ufficio centrale per i beni archivistici, 1991 : 1, Le fonti archivistiche, a cura di Paola Carucci e Raffaele Santoro ; II, Le fonti a stampa, a cura di Angela Groppi. Sur Lelio Basso et son engagement politique et culturel, voir à présent le volume Lelio Basso e le culture dei diritti, Roma, Carocci, 2000.

49 Cf. Archivi biblioteca attività scientifica. Una guida, Milano, Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, 1997 ; La Rivoluzione francese alla Fondazione Feltrinelli, a cura di Edoardo Tortarolo, Milano, Feltrinelli, 1989. À rappeler le Colloque Liberia e cittadinanza sociale. I due ’89: dalla Rivoluzione francese alla Seconda Intemazionale, Cortona, 27-28 aprile 1989. La Fondazione a aussi publié l’édition fac-similée de la Decade cisalpina. Giornale filosofico-politico-letterario (1798), Milano, Feltrinelli, 1997.

50 Cf. La Fondazione Istituto Gramsci. Cinquant’anni di cultura, politico e storia, Firenze, Pineider, 2000; Il “lavoro culturelle”. Franco Ferri direttore della Biblioteca Feltrinelli e del l’Istituto Gramsci, a cura di Fiamma Lussanna e Albertina Vittoria, Roma, Carocci, 2000. Parmi les colloques organisés par l’Institut Gramsci on peut rappeler Gramsci et le jacobinisme, en collaboration avec l’Institut italien de culture, la Maison des Sciences de l’homme et l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 11 janvier 1988 ; Il concetto di rivoluzione. Scienza storia epistemologia, en collaboration avec l’Istituto della Enciclopedia italiana, Roma, 26-28 juin 1989; Teorie e filosofie delict materia dall’llluminismo alla Rivoluzione francese, en collaboration avec la Faculté de Magistero de l’Université de Cagliari et la Société italienne des études sur le XVIIIe siècle, Cagliari, 14-16 mars 1990.

51 C’est le cas du Colloque cité, La rivoluzione nello Stato della Chiesa. D’autres institutions animées par Gabrieie De Rosa ont aussi promu de nombreux colloques sur le Triennio italien : l’Istituto per le ricerche di storia sociale e religiosa de Vicenza et l’Associazione per la storia sociale del Mezzogiorno e dell’area mediterranea de Potenza. On doit au premier l’organisation des colloques dont les Actes ont été publiés sous les titres Vita religiosa e cultura in Lombardia e ne ! Veneto nell’età napoléonica, a cura di Gabrieie De Rosa et Filiberto Agostini et Veneto e Lombardia tra rivoluzione giacobina ed età napoléonica. Economia, territorio, istituzioni, a cura di Giovanni Luigi Fontana e Antonio Lazzarini. Roma-Bari, Laterza, 1990 et 1993. Et au deuxième. Il Mezzogiorno e la Basilicata fra l’età giacobina e il deeennio francese, Atti del Convegno di Maratea. 8-10 giugno 1990, a cura di Antonio Cestaro et Antonio Lerra, Venosa, Osanna, 1992 : L’età rivoluzionaria e napoléonica in Lombardia, nel Veneto e nel Mezzogiorno : un’analisi comparata, Atti del Convegno di Maratea. 15-17 ottobre 1996, a cura di Antonio Cestaro, Osanna. Venosa, 1999 ; La rivoluzione napoletana del 1799 nelle province in relatione alle vicende storiche dell’Italia giacobina e napoléonica (1799-1815), Associazione per la storia sociale del Mezzogiorno e dell’area mediterranea. Maratea. 15-17 novembre (Actes à paraître).

52 Cf. L’Istituto Italiano per gli Studi Storici nei suoi primi cinquant’anni 1946-1996, a cura di Marta Herling. Napoli, nella sede dell’Istituto. 1996.

53 Voir en particulier le catalogue Celebrazioni della rivoluzione napoletana del 1799, Napoli. Istituto italiano per gli studi filosofici, s.d.

54 Il serait trop long de les énumérer toutes. Je me limite à rappeler les Actes des colloques organisés par les Archives d’État de Turin Dal trono all’albero della libertà. Trasformazioni e continuité istituzionali nei territori del Regno di Sardegna dall’antico regime all’eté rivoluzionaria. Atti del convegno Torino 11-13 settembre 1989, 2 vol., et All’ombra dell’aquila impériale. Trasformazioni e continuité istituzionali nei territori sabaudi in età napoléonica (1802-1814), Atti del convegno Torino 15-18 ottobre 1990, 2 vol., Roma. Ministero per i beni culturali e ambientali. Ufficio centrale per i beni archivistici. 1991 et 1994 ; l’important catalogue Una nazione da rigenerare. Catalogo delle edizioni italiane 1789-1799, a cura di Valeria Cremona. Rosanna De Longis, Lauro Rossi. Biblioteca di Storia moderna e contemporanea, Istituto Italiano per gli studi filosofici, Fonti e documenti del triennio giaçobino, II, Napoli, Vivarium, 1993 : l’exposition organisée par les Archives d’État, la Bibliothèque nationale et la Società di Storia patria de Naples, dont j’ai déjà cité le catalogue, La Repubblica napoletana del Novantanove. Memoria e mito.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540