Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Héritages

Un héritage patrimonial : la maison de Saint-Just à Blérancourt

Texte intégral

1La maison de Saint-Just à Blérancourt (Aisne) où le Conventionnel a passé l’essentiel de sa courte existence (de l’âge de neuf ans jusqu’à son départ pour la Convention à vingt-cinq) a toujours conservé son souvenir. D’abord par sa sœur Louise qui y vécut jusqu’au milieu du XIXe siècle et par ses petits neveux qui occupèrent la demeure jusqu’au début du XXe.

  • 1 Gaston Lenotre, Vieilles maisons, vieux papiers, Paris, 1941, p. 324.

2Malgré la réputation sulfureuse de son hôte, elle a fait l’objet d’une particulière attention dans l’histoire. Gaston Lenotre l’a visitée et décrite dans un article publié en 19141. Une plaque a été apposée sur sa façade lors des travaux de reconstruction qui ont suivi la première guerre mondiale et un premier projet de restauration et de réhabilitation avait été élaboré en 1939, à l’occasion du cent-cinquantenaire de la Révolution, mais très vite l’heure n’a plus été aux préoccupations de sauvegarde du patrimoine...

  • 2 Albert Olivier, Saint-Just et la force des choses, Paris, 1954.
  • 3 Michel Vovelle. Les Jacobins, de Robespierre à Chevènement, Paris, La Découverte, 1999, p. 153.

3Une nouvelle opportunité se présente dans les années 1950-70, moment où l’air du temps hausse le mythe de Saint-Just à un niveau élevé. Le Conventionnel est en effet récupéré comme un héros éponyme de la Résistance, représentatif de ces jeunes gens soucieux de reconstruire un monde plus juste après l’épreuve. Albert Ollivier propose sa biographie : Saint-Just et la force des choses2 qui tend à l’exonérer des éclaboussures de la Terreur en en rejetant la responsabilité sur Robespierre et André Malraux écrit une vibrante préface dans laquelle il compare, mutatis mutandis, Saint-Just à de Gaulle, la République du premier étant la France du second. Par la suite, Ollivier devient directeur de l’ORTF et Malraux ministre de la Culture, ce qui dote leur compétence des moyens d’entreprendre. C’est dans ce contexte qu’avec un peu de recul, dans la décennie suivante, la télévision produit une série d’émissions historiques dont le principe est de faire revivre une figure du passé choisie par un homme politique en fonction. Serez-vous étonnés d’apprendre que Michel Debré, ancien premier ministre du Général, choisit Saint-Just et que le réalisateur Pierre Cardinal présente en 1974 son : Saint-Just et la force des choses démarqué du livre d’Ollivier ? Vous comprendrez qu’on est entre gaullistes et qu’il y a alors volonté de mettre en valeur le côté indépendance nationale, le renforcement de l’Exécutif, l’interventionnisme d’État propre au jacobinisme, même s’il s’agit d’un jacobinisme autoproclamé comme dirait Michel Vovelle3.

4Ce qui nous intéresse, pour en revenir plus directement à notre sujet, c’est que le film de Cardinal est tourné en partie à Blérancourt avec des figurants du village dont certains, plus par réflexe d’anciens combattants que par conviction, embrasseront nos préoccupations et soutiendront nos efforts.

  • 4 Pierre Derocle. Saint-Just, ses idées politiques et sociales. Éditions Sociales.
  • 5 Saint-Just, Discours et rapports présentés par A. Soboul, Éditions Sociales, Paris, 1957.

5L’impulsion vient pourtant de l’Université et particulièrement d’Albert Soboul qui avait depuis longtemps été attiré par la personnalité de Saint-Just. Avant la guerre, déjà, il avait réfléchi à ses idées et leur avait consacré sous un pseudonyme un petit livre4 dont il reprit en grande partie la teneur dans la présentation des Discours et rapports5. Alors titulaire de la chaire d’Histoire de la Révolution française à la Sorbonne, régnant sur le séminaire de l’Institut d’histoire de la Révolution autant que sur le Comité des travaux historiques et scientifiques, Soboul délègue à Hélène Leduc la mission de démêler l’écheveau de cette affaire à Blérancourt.

6Comme d’autres avant elle et comme ses successeurs, Hélène Leduc rencontre trois obstacles : la réticence des pouvoirs publics – et d’une large partie de l’opinion qui vote – à pérenniser le souvenir d’un « terroriste », d’un « guillotineur », l’impécuniosité du village de Blérancourt (1 300 habitants) plus soucieux du remblaiement et de l’entretien des chemins vicinaux ou des éclairages publics que de la réhabilitation d’un monument historique, la résistance habile et obstinée du fermier propriétaire de la maison qui l’utilise comme une dépendance – à un moment donné elle sert même de poulailler – réputée indispensable à son entreprise et qui considère l’éventuel épanouissement d’un monument public à proximité de sa ferme comme une gêne.

7Hélène Leduc parviendra bien à se concilier l’appui bienveillant de la Préfecture et du Conseil Général, mais se heurtera à l’opposition souple et madrée du propriétaire : celui-ci demande l’échange de la maison avec un hangar qu’il faudrait construire sur un terrain qui, manifestement, ne sera jamais disponible. C’est au moment où l’affaire s’enlise que je m’y trouve mêlé par hasard : alors que je donnais une communication à la Société historique de Compiègne sur le canton de Bléranconrt avant et au début de la Révolution, Soboul, présent, qui souhaitait depuis longtemps une recherche sur la jeunesse de Saint-Just me demande de faire une thèse avec lui et, peu après, me charge du dossier de la maison.

8Il est grand temps : la pierre tendre des murs se délite, la toiture est crevée en plusieurs endroits, le mur de clôture n’existe plus qu’à l’état de vestige et l’une des cheminées vient de s’effondrer.

L’Association

  • 6 G. Dessoubrie est décédé’ le 28 janvier 2002. Une plaque apposée dans la maison rappellera son act (...)

9L’entreprise commence par la constitution d’une association de sauvegarde lors de la réunion du 30 septembre 1985 en présence de 22 personnes parmi lesquelles une dizaine nourrit l’espoir d’être missionnée pour les travaux de restauration et disparaîtra discrètement avec le temps, généralement à l’ouverture des enveloppes contenant les soumissions cachetées... L’élément le plus positif est la présence du maire de Blérancourt Gaston Dessoubrie, peu disert, calme mais déterminé, ouvert à une politique municipale culturelle et aux suggestions qui lui sont faites, ne se formalisant pas qu’elles lui soient proposées clés en main. L’histoire devra retenir que Blérancourt lui doit d’avoir sauvé la maison de Saint-Just6.

  • 7 Ce premier projet prévoyait l’organisation d’un musée Saint-Just dans les combles aménagés, d’une (...)

10Dès 1986 l’association devient une force de propositions. Ses représentants et ceux de la municipalité effectueront toutes les démarches auprès des autorités publiques conjointement et en bonne entente. Ils s’accordent sur la mise au point d’un projet muséographique qui servira de soutien à toutes les formalités administratives7. Persuadés après d’interminables palabres que le propriétaire camoufle derrière une bonne volonté apparente sa détermination à temporiser, ils décident d’entreprendre une procédure d’expropriation en dépit du caractère long et impopulaire d’une telle mesure.

11Ces années de patience ne sont pas des années d’inactivité pour l’association. Celle-ci contribue aussitôt à l’élaboration du dossier de demande d’inscription à l’inventaire supplémentaire (qui sera obtenue en janvier 1987). Elle est dotée d’un comité d’honneur international prestigieux, constitué pour l’essentiel à partir du carnet d’adresses de Michel Vovelle et elle édite une première plaquette consacrée au patrimoine architectural de Blérancourt pour mieux justifier la place complémentaire que viendrait y prendre la maison de Saint-Just. Elle demande au ministère des PTT l’émission d’un timbre-poste à l’effigie de Saint-Just (qui sera obtenue en 1991), en attendant elle met en service pour quatre ans une flamme d’oblitération postale avec les mentions « 1789-1989 bicentenaire de la Révolution, maison de Saint-Just, Blérancourt », mais le point d’orgue de cette animation sera en 1989 l’organisation du colloque « grandes figures de la Révolution en Picardie ».

  • 8 M. Vovelle qui courait le monde à cette époque au service de la mission du bicentenaire nous avait (...)

12Ce colloque a été un grand succès pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’aucun département n’est aussi riche que l’Aisne en personnalités révolutionnaires de premier plan (Condorcet, Saint-Just, Desmoulins, Fouquier-Tinville, Babeuf...) et parce que nous avions pu rassembler une bonne équipe d’intervenants qui comptait notamment Michel Vovelle et Robert Badinter8 dans ses rangs.

13Du coup le succès prit un tour populaire. Le second jour nous avions 700 personnes sous le chapiteau. Beaucoup de visiteurs venus de Paris tournèrent autour de la maison et c’est alors que la fermière sortit de sa cour et dit : « Donnez-nous dix millions et la maison est à vous ». Ne croyez pas qu’elle venait d’être touchée par l’émotion ambiante ou par la grâce révolutionnaire. Elle savait que la procédure d’expropriation arrivait à son terme et que les domaines avaient évalué la ruine à 65 000 francs. Elle sortait d’un long conflit de trois ans avec une confortable plus-value qui allait faire office de baume dans les relations futures. Bref tout le monde était content ; la commune signait l’acte d’achat ; la restauration allait pouvoir commencer.

  • 9 La réalité n’est pas si simple. La commune bénéficiaire d’une telle subvention devait en reverser (...)

14L’architecte mandaté, un ancien architecte des bâtiments de France, avait soumis un projet dont le coût s’élevait à 2 200 000,00 francs. Selon la procédure normale la répartition de la charge financière était la suivante : la DRAC, antenne régionale de l’État, contribuait pour 20 % et le Département pour 10 %. Théoriquement la Région n’avait pas de ligne budgétaire pour ce genre d’opération. Heureusement, depuis peu, elle acceptait de soutenir certains projets, via un syndicat de communes, à hauteur de 30 %9. Vous voyez néanmoins que dans le meilleur des cas la commune se trouvait confrontée à la perspective d’une dépense qui dépassait ses moyens. On sortait d’un problème de propriété pour retomber dans des difficultés financières non moins épineuses.

15Pourtant une première tranche d’un million de francs de travaux, portant sur le gros œuvre, est réalisée à 90 % et payée. Mais la commune a dû débourser quelques 400 000 francs s’ajoutant aux 100 000 francs d’achat de la maison, ce qui provoque une fronde au sein du conseil municipal où le maire est mis en difficulté à la fois par des adversaires idéologiques hostiles à l’opération et par le lobbie des footballeurs qui réclame davantage de moyens pour l’aménagement du stade et l’entretien des équipes.

  • 10 Cette somme correspondait au complément du montant total des subventions pour cette tranche afin q (...)

16Nous sollicitons alors le président du Conseil Général Paul Girod qui propose de faire allouer une subvention de 300 000 francs dès lors que le projet intègre l’aménagement d’une bibliothèque et par ailleurs l’association lance une souscription nationale qui lui permettra d’intervenir en partenaire financier. Dans une convention du 20 janvier 94, elle propose de faire un don de 140 000,00 francs10 à la commune, à charge pour celle-ci de garantir le caractère strictement culturel des futures activités de la maison.

  • 11 Arguant qu’entre 1989 et 1994 la part de la DRAC dans ce genre d’opération était passée de 20 à 30 (...)
  • 12 À noter que les grilles du mur de clôture ont été fabriquées par une section technique du collège (...)

17La deuxième tranche de travaux, portant sur l’aménagement intérieur de la maison, peut alors être réalisée au cours de l’année 1994. Restera l’aménagement des abords avec son mur de clôture correspondant à une dépense d’un peu plus de 200 000,00 francs. L’association multipliera les démarches et finira par obtenir une dotation du fonds européen11 permettant d’en finir au printemps 199612.

18Parallèlement, l’association n’a jamais perdu de vue le caractère culturel de sa véritable vocation. Dès qu’elle l’a pu elle a acheté et éventuellement présenté et édité les œuvres de Saint-Just qui étaient restées inconnues.

  • 13 Présenté et édité dans les Annales Historiques de la Révolution Française. n° 284, p. 233-241.
  • 14 Intégralement édité, présenté et commenté dans les Annales Historiques de la Révolution Française.(...)

19Ainsi, en 1990 elle achète pour 22 854 francs un texte autographe inédit du jeune Saint-Just, la raison à la morne13. En 1991 elle acquiert pour 58 779 francs un exceptionnel discours autographe inédit et jamais prononcé par le jeune conventionnel14. En 1996, elle achète pour 11 086 francs un document de 17 pages in-folio, signé notamment par Saint-Just, sur l’organisation de la Belgique occupée après Fleurus.

  • 15 Actes du colloque de Blérancourt, un volume de 258 pages encore disponible à l’association et à la (...)
  • 16 Ce titre n’est pas spécialement un clin d’œil aux travaux de Jacques Godechot, mais s’explique par (...)

20Par ailleurs il ne se passe guère d’année sans qu’elle propose une grande manifestation de printemps. Après le colloque et l’édition des Actes15, elle organise en 1991 une oblitération anticipée du timbre SaintJust à Blérancourt et présente pour l’occasion une exposition philatélique sur le thème révolution américaine et révolution française16.

  • 17 Une très belle plaquette en couleur, disponible à l’Association et à la Maison, a été consacrée à (...)

21En 1994 elle commémore la bataille de Fleurus, prête son concours scientifique et technique à l’exposition inaugurée à Tokyo le 14 juillet et aux manifestations de Decize le 15 octobre, tandis que l’année suivante est consacrée à la préparation de l’inauguration du printemps 1996 avec l’installation, notamment, d’une exposition permanente sur Saint-Just. Cette manifestation du 23 juin 1996 ouvrait au public, en permanence et gratuitement, le musée Saint-Just17.

22La maison est propriété de la commune qui en assume les frais d’entretien et de fonctionnement. Association et municipalité se sont toujours accordées pour lui donner une destination culturelle et s’en partagent l’espace de 300 m2 7 environ sur 2 niveaux.

23L’office de tourisme, la bibliothèque municipale, un club informatique y ont trouvé accueil, tandis que quatre des cinq pièces du rez-de-chaussée sont réservées à un centre d’étude et de réflexion sur la Révolution française, animé par l’association. L’intérêt d’une telle concentration est d’accroître le potentiel d’accueil (quatre emplois) et de favoriser le passage.

  • 18 Conférence illustrée d’extraits de films prononcée par Raymond Lefevre, auteur notamment de Cinéma (...)

24L’association s’est efforcée de donner un caractère didactique à l’exposition Saint-Just ; elle tient à la disposition du public scolaire et des professeurs un matériel pédagogique permettant de la mieux découvrir. Parallèlement, elle s’efforce de maintenir la tradition d’une grande manifestation annuelle : en 1997, exposition Saint-Just reçoit Robespierre chez lui ; en 1998, exposition Esclavage : d’une abolition à l’autre et conférence, cinéma et Révolution18 ; en 1999, exposition Saint-Just inspirateur de l’artiste contemporain, avec une rétrospective Ariane Schmider et conférence Saint-Just vu par le cinéma18 ; en 2000 une conférence de Jean-Paul Bertaud, Napoléon héritier de la Révolution ? et l’exposition la Révolution dans l’Aisne.

25Mais quatre années de fonctionnement sont aussi révélatrices des limites du bénévolat. Les perspectives de réaliser à moyen terme un centre de pédagogie et de réflexion passent par un partenariat avec les pouvoirs publics. C’est dans cet esprit que nous avons adressé un mémoire au président du Conseil Général pour inviter son assemblée à réfléchir sur l’argumentation suivante : La Révolution française est une rupture-clé dans l’histoire qui dépasse le cadre de notre pays comme l’ont bien montré les manifestations de commémoration de 1989.

26Il n’y a pas de lieu mieux approprié que la terre picarde pour symboliser les grands courants d’idées qui ont agité la Révolution avec notamment Condorcet (libéralisme), Saint-Just (dirigisme de guerre), Babeuf (pensée communiste).

27Nous disposons de 300m2 dans une authentique demeure ; celle de Saint-Just à Blérancourt.

28Élargissons la palette d’un très riche ensemble patrimonial en faisant de cette maison un musée départemental de la Révolution.

29Si cet appel n’a pas reçu une réponse propre à satisfaire nos attentes, il a semble-t-il inspiré à l’assemblée départementale le projet de réaliser une « route des Révolutionnaires » dont la conception intégrera, nous l’espérons, les forces de propositions dont notre association est porteuse et dans lequel la maison de Saint-Just, ouverte gratuitement au public depuis 1996, pourra prioritairement s’insérer. Il est important que cette maison ait été sauvée et il est souhaitable qu’elle soit pour longtemps une active référence à l’histoire de l’an II.

Notes

1 Gaston Lenotre, Vieilles maisons, vieux papiers, Paris, 1941, p. 324.

2 Albert Olivier, Saint-Just et la force des choses, Paris, 1954.

3 Michel Vovelle. Les Jacobins, de Robespierre à Chevènement, Paris, La Découverte, 1999, p. 153.

4 Pierre Derocle. Saint-Just, ses idées politiques et sociales. Éditions Sociales.

5 Saint-Just, Discours et rapports présentés par A. Soboul, Éditions Sociales, Paris, 1957.

6 G. Dessoubrie est décédé’ le 28 janvier 2002. Une plaque apposée dans la maison rappellera son action déterminante.

7 Ce premier projet prévoyait l’organisation d’un musée Saint-Just dans les combles aménagés, d’une bibliothèque municipale dans deux pièces du rez-de-chaussée et d’une reconstitution de l’espace de vie d’une famille bourgeoise du XVIIIe siècle, comme les Saint-Just, dans les trois autres.

8 M. Vovelle qui courait le monde à cette époque au service de la mission du bicentenaire nous avait fait l’amitié de nous consacrer deux journées pour présider nos débats. R. Badinter. alors président du Conseil Constitutionnel, qui souhaitait intégrer dans une réédition de sa biographie de Condorcet (E. et R. Badinter, Condorcet, un intellectuel en politique, nouvelle édition, Fayard 1988) le résultat de nos recherches avant leur publication (B. Vinot. « Condorcet et sa terre natale » Colloque Condorcet. Paris, 1989. p. 411-424 et AHRF n° 275, p. 1-15) avait accepté de présenter une communication au colloque que nous organisions et dont les actes ont été publiés en 1990.

9 La réalité n’est pas si simple. La commune bénéficiaire d’une telle subvention devait en reverser 16 % au syndicat de commune pour frais de fonctionnement ! In fine cette rétrocession ne se fera pas.

10 Cette somme correspondait au complément du montant total des subventions pour cette tranche afin que la commune n’ait rien à débourser.

11 Arguant qu’entre 1989 et 1994 la part de la DRAC dans ce genre d’opération était passée de 20 à 30 %, l’association avait demandé que le programme puisse bénéficier de cette mesure a posteriori. Le ministre de la Culture et son titulaire Jacques Toubon n’avaient pas été insensibles à cette demande, ce qui peut expliquer la bienveillante décision du fond européen.

12 À noter que les grilles du mur de clôture ont été fabriquées par une section technique du collège Victor Hugo de Chauny.

13 Présenté et édité dans les Annales Historiques de la Révolution Française. n° 284, p. 233-241.

14 Intégralement édité, présenté et commenté dans les Annales Historiques de la Révolution Française. n° 307, p 1-16.

15 Actes du colloque de Blérancourt, un volume de 258 pages encore disponible à l’association et à la maison. 150 F.

16 Ce titre n’est pas spécialement un clin d’œil aux travaux de Jacques Godechot, mais s’explique par la présence dans les vestiges du château de Blérancourt du Musée National de la Coopération Franco-américaine qui draine un public spécifique.

17 Une très belle plaquette en couleur, disponible à l’Association et à la Maison, a été consacrée à l’événement, à l’organisation du musée et au patrimoine de Blérancourt.

18 Conférence illustrée d’extraits de films prononcée par Raymond Lefevre, auteur notamment de Cinéma et Révolution, éditions EDILIG, 1988.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540