Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Vie et mort de la « Commission Jaurès »

Une longue période de débats et de combats (1983-2000)

Texte intégral

1La mort d’Albert Soboul, à l’automne 1982, peut être retenue comme charnière symbolique dans l’histoire de la commission Jaurès. Son autorité avait été grande sur le réseau que constituaient l’Institut d’Histoire de la Révolution française, la Société des Études Robespierristes, la Commission internationale d’Histoire de la Révolution, la Commission d’Histoire économique et sociale de la Révolution française enfin, même s’il lui fallait composer avec des personnalités comme celles de Jacques Godechot ou Ernest Labrousse qui, il est vrai, lui cédaient le pas, eu égard à sa position et à l’énergie manifestée dans la défense de l’héritage de la Révolution.

2Elle s’inscrit, toutefois, dans un contexte qui déborde du cadre d’une influence personnelle, et que l’on peut définir à partir de deux pulsions contradictoires, auxquelles l’institution créée par Jaurès va être soumise. La première, inscrite dans ce que P. Vilar définirait sans doute comme la « moyennement longue durée », est la tendance, accentuée d’une décennie à l’autre, des institutions directrices à restreindre l’influence d’un courant – historiographique, idéologique, mémoriel... – qui, comme hier, plus qu’hier, dérange. Au temps où triomphent la longue durée et la récusation de l’événement « pathétique » (Braudel), la place octroyée à la décennie singulière de 1789 à 1799 apparaît disproportionnée, incongrue. La tentation est forte de faire rentrer dans le rang le bataillon des jacobins ralliés sous la bannière de Jaurès, et au sein du CTHS de s’attaquer à des privilèges comme à une autonomie que l’on juge désuète. Les réformes institutionnelles menées de 1982 à 1983, dans le cadre de l’organisation de la recherche et de l’enseignement supérieur, vont dans ce sens.

3Mais, parallèlement, une sollicitation apparemment puissante naît de l’approche du rendez-vous séculaire de la célébration du second centenaire de 1789, ou à tout le moins d’une commémoration à laquelle il semble que la collectivité française ne saurait se dérober. Les grandes manœuvres autour de cette commémoration ont débuté dès 1981, quand l’installation d’un gouvernement de gauche a modifié, pour la première fois depuis des années, les conditions de la vie politique. Associé ou non à d’autres projets (le rêve, un temps, d’une exposition universelle à Paris en 1989), le chantier de la commémoration a suscité dans les instances étatiques (Enseignement, Recherche, Culture) la mise en place de structures progressivement étoffées – la Mission du Bicentenaire, sous la direction successive de Michel Baroin, d’Edgar Faure, de Jean-Noël Jeanneney, élément central, mais fragile de par sa situation stratégique même au cœur des affrontements politiques.

4La Commission de recherche scientifique du Bicentenaire – créée en 1982 par le ministre de la Recherche, Jean-Pierre Chevènement, présidée par Ernest Labrousse, que les fatigues de l’âge amenèrent à me transmettre le flambeau dans les années suivantes – du fait de sa vocation même, plus circonscrite, eut pu sembler devoir échapper aux turbulences politiques : on sait qu’elle fut, au contraire, au cœur du débat idéologique qui a marqué ces années, affrontant, pour faire simple, l’historiographie de tradition jacobine, héritière de Jaurès, via Mathiez, Lefebvre et Soboul, et dont je fus, à la suite de mon élection à la Sorbonne en 1983 pour diriger l’Institut d’Histoire de la Révolution, le représentant désigné – nolens, volens-, et le courant de l’historiographie dite critique, brillamment représenté par François Furet, Mona Ozouf... dont l’influence, relayée par la presse et les médias, fut grande d’entrée. Le débat n’échappa pas à une polémique, parfois sans élégance, inaugurée à vrai dire depuis des années, par la dénonciation d’Albert Soboul comme représentant de la « vulgate » ou du « catéchisme républicain ».

5Dans ce contexte, sur lequel il ne nous appartient pas de nous appesantir, quelle pouvait être la place de la Commission Jaurès ? Positionnée, comme on dit, par sa tradition même dans le camp « jacobin », avait-elle la force de devenir l’organe fédérateur des initiatives commémoratives dans le domaine scientifique ? J’en doutais pour ma part, et c’est dans cette conviction que, dans le rapport exploratoire qui m’avait été confié par le ministre de la Recherche en 1982, j’opinais pour la mise en place d’une structure ad hoc, dont la commission de recherche créée dans le cadre du CNRS fut la concrétisation. Du secrétariat général à la présidence, comme je l’ai signalé, j’ai été amené à y prendre une responsabilité importante, bien que sans cesse contestée de l’extérieur. Mais aussi, il m’est revenu d’assumer également la présidence de la Commission internationale d’Histoire de la Révolution quand Jacques Godechot a décidé de s’en retirer (1988), la coprésidence collective de la Société d’Études Robespierristes (soit également le secrétariat de rédaction des Annales historiques de la Révolution française), et durant trois ans la présidence de la Société d’Histoire moderne et contemporaine ; à cela s’ajoutera en 1986 la présidence de la Commission Jaurès. Cumul sans doute excessif, et à coup sûr écrasant, et dont j’assume rétrospectivement la responsabilité, expression du sentiment de la nécessité d’une impulsion unique, quoique très respectueuse de la collégialité et des pratiques démocratiques, comme attachée à un devoir de réserve et de respect du pluralisme dans ces instances.

6Pour en revenir – à l’issue de ce qui n’est pas une digression, mais bien la définition du champ d’opérations de cette conjoncture – aux destinées de la Commission Jaurès, durant la décennie, et un peu plus, qui débute en 1983, il importe de distinguer au moins deux, et peut-être trois séquences.

La préparation du Bicentenaire de 1789

7Entre 1983 et 1986, la présidence est assurée par le doyen Godechot, avec rigueur et pugnacité, face à une tentative directe de l’autorité de tutelle de lui faire perdre son autonomie. C’est néanmoins dans un cadre réformé, sur la base d’un compromis en défense, que je prends la présidence en 1986, devant aux conditions de la transition institutionnelle en cours d’assurer deux mandats de 4 ans successifs – soit, avec les délais de passation des pouvoirs près de 10 ans en fait (juin 1986-mai 1996). Continuité qui ne saurait masquer les inflexions sensibles, liées tant à la dynamique propre de la célébration du Bicentenaire – montée en puissance jusqu’en 1989, puis décrue brutale – qu’aux inflexions politiques (gouvernement de la gauche, 1981-1986, suivi de l’alternance entre 1986 et 1988, du retour de la gauche de 1988 à 1993... et encore de la droite à cette date).

8La séquence qui va du début de 1983 (réunion de la Commission du 10 janvier) à juin 1986, correspondant à la présidence de Jacques Godechot, est dominée par les épisodes de l’offensive menée par les responsables du ministère et de l’administration centrale, relayée par des instances du CTHS – notamment la Section d’Histoire moderne et contemporaine – pour réduire dans le cadre d’une réforme globale du CTHS, les « privilèges » de la Commission.

9En janvier 1983, elle rejette unanimement, à l’initiative d’Ernest Labrousse, un projet de réforme qui programme la perte de son autonomie. Elle doit cependant se plier aux nouveaux statuts promulgués le 28 mars 1983, concédant un changement de son intitulé, qui devient Commission d’Histoire de la Révolution française, mais avec spécification « fondée par Jaurès en 1903 » ; mais tant sur la gestion de ses publications que sur son autonomie financière, ou sa capacité à régir un réseau de comités régionaux ou départementaux, elle reste encore intransigeante.

10Le 25 janvier 1985, le doyen Godechot présente un contre-projet de statuts que la Commission vote unanimement. Document intéressant, qui débute par un historique de la Commission depuis ses origines jusqu’en 1914, puis en 1940, évoquant sa réorganisation en 1959 sous le titre de Commission d’Histoire économique et sociale, officialisé en septembre 1973. On prend acte des décisions de mars 1983, mais on objecte « toutefois, il apparaît que la Commission fonctionne selon des traditions ». Et on les rappelle : autonomie dans le financement comme dans la définition du programme quinquennal pour les Congrès des sociétés savantes. Un nouveau pas est fait cependant dans les concessions : pour se conformer aux nouvelles normes qui régissent le CTHS, la Sous-commission permanente prend le titre de Bureau, associant membres de droit et membres cooptés (22) sous réserve de nomination par arrêté ministériel, cependant que la Commission conserve un nombre indéterminé de membres, et s’ouvre largement à 21 nouveaux promus, qui renforcent les 12 membres en place.

11Le projet Godechot n’a pas été accepté par la Commission centrale du CTHS qui a pressé la Commission de revoir sa copie (séance du 14 juin 1985). Celle-ci tente de négocier et délègue à cette fin Claude Mazauric, représentant le doyen Godechot, pour défendre le front le plus sensible, en l’occurrence le privilège de percevoir le produit de la vente de ses publications et collections depuis 1903. Enjeu d’autant plus important que cette rentrée représente alors – estime-t-il – plus de 50 % de celles du CTHS, toutes sections confondues. On tente là encore de transiger, en acceptant que ce privilège soit limité aux revenus des ouvrages publiés de 1903 à 1983, rentrant ensuite dans le droit commun.

12Ce n’est pas assez pour la Commission centrale, et pour le représentant du ministère Joseph Goy qui, le 10 décembre 1985, malgré l’argumentation en défense de Claude Mazauric, impose sa volonté à la Commission Jaurès : elle capitule le 24 janvier 1986. Les actes des Congrès portant sur la période révolutionnaire seront publiés sous couvert de la section d’Histoire moderne, et le reste des publications, financé par une subvention établie par répartition globale entre les sections et les commissions.

13Ce conflit de plus de trois ans, dans lequel le doyen Godechot a investi beaucoup d’énergie se conclut, donc, sur la défaite de la Commission qui, le 20 mai 1986, procède au renouvellement de son bureau suivant les normes désormais en vigueur.

14Mais se focaliser sur ce point risque de sous-estimer les autres aspects de l’activité de la Commission durant cette période. Son fonctionnement reste fidèle aux traditions adoptées du temps d’Albert Soboul : Michel Vovelle qui dirige à partir de cette date l’Institut d’Histoire de la Révolution française accueille dans la salle de lecture les réunions de bureau bisannuelles, en janvier et en juin, suivies le jour même ou le lendemain d’une assemblée générale, généralement associée à un séminaire, qui permet d’entendre une communication ; ainsi, François Lebrun, en juin 1985, y parle-t-il de la guerre de Vendée dans la bibliothèque Lavisse, et le 8 novembre 1986 une table ronde se tient, en présence de l’auteur, sur le livre de Timothy Tackett sur le serment constitutionnel. L’évolution du fonctionnement de la Commission, transféré en d’autres lieux, contraindra à renoncer à cette pratique appréciée, illustration de la symbiose entre l’Institut et la Commission. Le doyen Godechot compensait par une attention vigilante son éloigneraient à Toulouse, fidèlement secondé par le secrétaire Claude Petitfrère, et délégant comme on l’a vu à Claude Mazauric le soin de négociations délicates avec la Commission centrale et avec celle des publications.

15Durant ces années, la Commission, consciente de la nécessité d’élargir son assise, s’est profondément renouvelée. Au lendemain de la mort de Soboul, Jean-René Suratteau en avait été élu vice-président (janvier 1983). En janvier 1985, le bureau avait doublé ses effectifs, portés de 11 à 22 membres par la cooptation de chercheurs en pleine activité : Bergeron, Bertaud, Chagny, Marita Gilli, Péronnet, Pertué, Roche, Trénard, Woronoff, Bart... Utile initiative pour compenser l’absentéisme d’une partie des cadres traditionnels, touchés par le vieillissement. Même procédure avait été appliquée au recrutement de la Commission dans son plénum par l’adjonction aux 12 membres qui la composaient de 31 nouveaux venus, la plupart jeunes et représentatifs du souci d’ouverture à des corps (archives : F. Hildesheimer, Playoust...) ou à des disciplines (histoire de l’art : P. Bordes, littérature : Bamy...), sans oublier encore les représentants de l’érudition locale (Legrand). Cette réactivation portait ses fruits : les comités locaux, très inégalement implantés, manifestaient un réel dynamisme en certains sites, sous l’impulsion de personnalités : le doyen Godechot à Toulouse, Michel Péronnet à Montpellier, Claude Petitfrère dans l’Ouest.

16Ce dynamisme a trouvé durant ces années son expression dans les Congrès annuels des Sociétés savantes, comme dans les publications. On ne saurait énumérer tous les premiers ; signalons, toutefois, celui de Montpellier en 1985, et ceux de Poitiers et de Lyon en 1986 et 87, pour l’inflexion qui s’y manifeste, tant à la demande des instances centrales, que par une évolution spontanée. Dans l’établissement chaque année du programme associant à des thèmes généraux stables et reconduits sur plusieurs années, des questions spécifiques adaptées au site du Congrès, ou répondant à une thématique nouvelle, la spécialisation de ces rencontres oriente vers de véritables colloques, ainsi à Poitiers sur le thème « Fédérés, fédérations, fédéralisme », ou à Lyon sur « Révolution et Contre-Révolution dans le Sud-Est ».

17Tenant ainsi sa place dans les débats que la marche ascendante de la préparation du bicentenaire a suscités, la Commission portait aussi tous ses efforts sur une politique de publications : attentive à la production annuelle d’un Bulletin, dont on déplore chroniquement la sortie tardive, mais plus encore avec ce qui devient une de ses raisons d’être, la publication de thèses de doctorat dont le nombre croissant impose une liste d’attente et des choix difficiles : mais les travaux de Taillefer sur la franc-maçonnerie toulousaine, de Clère sur les paysans de la Haute-Marne, de Naudin sur Moulins, de Luc sur le régime seigneurial et son abolition dans le Centre-Ouest, ont été suivis de ceux de Claude Petitfrère sur les Blancs et les Bleus d’Anjou. La spécialisation croissante des congrès annuels a permis de son côté de rassembler en ouvrages collectifs les communications présentées : ainsi pour le volume sur « le fédéralisme jacobin », fruit de la rencontre de Poitiers en 1986. Tout ceci n’allait pas sans problèmes, par la modestie des crédits alloués désormais dans le cadre de la section d’Histoire moderne. Le souci de rentabilisation de ces volumes a conduit à voir avec suspicion les volumes traditionnels de varia où s’exprimait la diversité des contributions locales, marginalisant tendanciellement l’apport des érudits locaux.

18Surtout, il faut bien convenir que la Commission, si judicieux que fut le choix de publier des thèses nouvelles, n’était plus en mesure d’assumer une vocation traditionnelle dont ses projets de statut réitéraient en vain l’importance : celle de la publication de sources documentaires, de grandes séries comparables à celles dont les lendemains du premier centenaire avaient vu la floraison. Les espoirs avaient été grands d’une manne céleste, matérialisant la prise de conscience par les pouvoirs publics de l’intérêt de ces monumentales productions. Le bicentenaire, sur ce plan, a manqué à sa vocation, et ce problème déborde le cas de la Commission Jaurès. Les crédits – il y en eut – ont été dévolus, non pas même à la Commission scientifique du CNRS à laquelle cette attribution fut refusée, mais à la structure ad hoc de la Librairie du Bicentenaire qui, elle-même, n’a pas disposé de dotations suffisantes pour soutenir de telles initiatives, à quelques notables exceptions près (L’Atlas historique de la Révolution...) Jean-René Suratteau avait rêvé de voir la Commission ouvrir le chantier de la publication des « Actes du Directoire exécutif » : cela resta un vœu pieux, alors même que, par ailleurs, les Archives parlementaires publiées par l’Institut d’Histoire de la Révolution française poursuivaient courageusement, mais péniblement leur carrière.

19Si l’on tente de faire un premier point, ou un état des lieux, en 1986 – tournant dans cette histoire – (même si nous avons été amené à outrepasser ponctuellement cette date), il est précieux de se référer à la contribution qu’apporte Claude Mazauric à notre publication, et aux documents inédits qu’il présente sous la forme de sa correspondance avec le doyen Godechot entre 1983 et 1986. Leur dialogue confiant et amical rend compte de leur activité, comme il illustre l’atmosphère d’une époque, les préoccupations du président de la Commission, confronté aux modifications des structures et les négociations menées. Précieuse, aussi, est l’évaluation globale que porte Claude Mazauric, dans son optimisme mesuré. Pour lui – et on peut partager son appréciation – la Commission a réussi à sauvegarder, non point son indépendance jalouse d’antan, mais du moins son autonomie relative, son pouvoir d’initiative dans l’organisation des Congrès et la formulation des programmes, comme sa capacité de financement. Entre 1983 et 1986, d’un texte officiel à l’autre, le « statut particulier » de la Commission a été reconnu et c’est à ce titre que ce compromis lui apparaît positif : on doit en être reconnaissant à ceux qui l’ont défendu. Reste à voir la façon dont il a fonctionné.

20En application des nouveaux textes, le renouvellement du bureau de la Commission a été opéré le 20 mai 1986. Le 20 juin suivant, sous la présidence de Claude Petitfrère représentant le doyen Godechot souffrant, Michel Vovelle donnait lecture d’une lettre par laquelle ce dernier présentait sa démission, en raison des fatigues de l’âge et de l’éloignement. En rendant à son œuvre un hommage mérité, la Commission fixait à l’automne l’élection de son successeur, qui me porta à la présidence le 7 novembre 1986.

21Cette responsabilité m’échut dans un contexte difficile. À cette date, l’approche de la commémoration du Bicentenaire avait, d’ores et déjà, mobilisé, en France du moins, l’opinion – point simplement des spécialistes, mais de la classe politique et des médias, dans un débat ouvert, et volontiers polémique. Il en résultait des conséquences à la fois positives et négatives. Positives, l’appel d’air et l’espoir de soutiens financiers ou institutionnels renforcés, alors même que se mettait en place la Mission du Bicentenaire, sous la présidence fugitive de Michel Baroin, puis d’Edgar Faure. Négatives, le climat instauré depuis mars 1986 par l’alternance politique et le régime de la première cohabitation. Catalogué jacobin bon teint, voire de couleur un peu trop prononcée, président contesté, même si ma fonction ne fut finalement pas remise en cause à la Commission scientifique du CNRS, mon élection par mes pairs à la tête de la Commission Jaurès n’était point sans doute sans risques pour son image de marque.

22Toutefois, lorsqu’on aborde dans la séance du 20 juin 1986, pour la première fois, la perspective du Congrès national des Sociétés savantes de 1989 – rendez-vous majeur – la Commission centrale du CTHS avait décidé, par dérogation, de confier à la Commission Jaurès l’organisation de cette rencontre, et j’en fus désigné comme le président virtuel. Mission fut donnée ce jour à Mme François, secrétaire générale du CTHS, d’en explorer les possibilités d’implantation, à Paris ou à Versailles éventuellement. Cette perspective ne reçut pas l’assentiment du pouvoir alors en place. Chargées de découvrir « le vice de forme » qui permit de régler « le cas Vovelle » (témoignages oraux recueillis ultérieurement), les autorités du CTFIS ont répondu à sa demande. Le 8 décembre 1986. la Commission centrale du CTHS coprésidée par MM. Caron, chef de la Mission scientifique du Ministère, et Varloot, directeur du DBMIST, entendit la communication du premier, aux termes de laquelle l’article 25 des statuts du CTHS étant formel, seules les sections et non les commissions étaient habilitées à présider le Congrès national. Point question de dérogation, le tour de rôle appelait à ce poste la section d’Histoire des Sciences. Monsieur Caron, en proposant comme thème la vie scientifique des Lumières au XIXe siècle, estimait que ce thème pouvait s’inscrire « en complémentarité avec les travaux qu’anime Monsieur Vovelle ». Celui-ci ne pouvait alors que reconnaître qu’il y aurait, d’évidence, en 1989 nombre d’autres manifestations, rappelant du moins qu’il y a un siècle toutes les sociétés savantes, et a fortiori le Comité se seraient mobilisés autour du thème commémoratif. Le 27 juin 1987, la Commission centrale du CTHS dans sa séance d’organisation des congrès à venir confiait celle du Congrès de Paris à un comité d’organisation présidée par Jean Favier, directeur des Archives de France, assisté des professeurs Samuel, Taton, Bautier, vice-présidents, Jean Dhombres assurant le secrétariat. La présence d’un représentant au moins de la Commission Jaurès n’avait pas été jugée opportune.

23La Commission Jaurès n’en a pas moins, dans sa partie, déployé entre 1987 et 1988 une activité soutenue pour la préparation du Congrès de Strasbourg en 1988, où elle ajouta aux problèmes généraux de son programme une ouverture sur les problèmes rhénans et européens, l’impact de la Révolution en Allemagne et en Europe centrale, les faits de guerre. De même n’a-t-elle pas négligé sa participation propre au Congrès de Paris, proposant une réflexion sur le concept d’Ancien régime, et une autre, notamment, sur la Révolution et l’Instruction publique.

24Elle a tenu, cependant, dans sa séance du 6 octobre 1987 à exprimer sa position sur la marginalisation dont elle avait été victime en 1989, lorsque le CNAM dans un geste de bonne volonté a sollicité son soutien pour la préparation de l’exposition prévue. Une déclaration solennelle a été votée le 15 décembre 1988, dont les termes méritent d’être reproduits intégralement :

« La Commission d’Histoire de la Révolution française créée par Jaurès en 1903, longtemps rattachée directement au Ministère, a organisé et poussé la recherche dans le domaine de l’histoire économique et sociale de la Révolution.
La Commission croit pouvoir prétendre que son action reste aujourd’hui encore ample et efficace.
Avant son rattachement au CTHS, la Commission avait constitué un fonds d’ouvrages qui lui assurait de solides bénéfices et qui demeure parmi ceux qui alimentent le mieux le CTHS. La liste jointe des derniers ouvrages publiés démontre que le dynamisme de la Commission s’est maintenu.
Comme Monsieur le Doyen Jacques Godechot le signalait en 1986 en confiant sa charge à la Commission et à son nouveau président, M. le professeur Michel Vovelle, directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, la Commission pouvait, en outre, faire état d’un nombre grandissant de comités provinciaux : 26 en 1987.
À la veille du Bicentenaire de la Révolution, la Commission pouvait attendre une multiplication des moyens mis à sa disposition et espérer une reconnaissance par le CTHS de la place qu’elle occupe dans la recherche française et internationale. Elle avait demandé que son président, par dérogation assume la présidence du Congrès de Paris de 1989. D’abord pris en compte, ce projet a par la suite été rejeté dans des conditions sur lesquelles nous nous interdirons d’épiloguer et la Commission se trouve reléguée à une place qui ne lui semble pas devoir être la sienne en 1989. La Commission, dans son Conseil d’Administration du 6 octobre 1987 a exprimé, à l’unanimité de ses membres, sa désapprobation devant les mesures de défiance dont elle a été l’objet.
Constatant que le Bicentenaire ainsi préparé ne sera pas respectueux de la mémoire de Jaurès, le Conseil d’Administration, réuni le mardi 29 novembre 1988 à la Sorbonne, a mandaté à l’unanimité son président pour renouveler au CTHS sa désapprobation et pour en faire part au Ministère de tutelle.
Pour la Commission, le 15 décembre 1988, le président Michel Vovelle »

25Elle n’en a pas pour autant pratiqué une politique d’abstention, acceptant (23 janvier 1988) de participer dans le cadre du CTHS à la préparation de l’opération « 89 avant première ». Elle avait, de même, écrit à Mme François, secrétaire général, pour formuler le souhait d’associer la Commission à l’élaboration des thèmes du Congrès Mondial des Historiens de juillet 1989, aux côtés de la Commission du CNRS et de la Commission Internationale d’Histoire de la Révolution. À défaut d’une participation officielle, nombre de ses membres ont activement contribué à cette manifestation dont on peut dire, avec le recul du temps, qu’elle a par son succès éclatant sauvé l’honneur de la commémoration scientifique officielle de la Révolution.

La Commission Jaurès du Bicentenaire à la fin du XXe siècle

26Passées les turbulences des années du Bicentenaire, et jusqu’à la fin de 1995 où s’achèvera la chronique que j’ai acceptée de présenter – soit à l’issue de mon mandat de président, renouvelé pour quatre ans en 1991 – il peut sembler que l’activité de la Commission se déroule suivant un rythme plus paisible, conditionné toutefois non seulement par sa dynamique propre, mais par l’évolution des structures et de la politique du CTHS, notamment à l’égard des Commissions comme la notre.

27L’existence de la Commission Jaurès n’est pas remise en cause, même si l’on s’étonne parfois périodiquement de cette enclave de dix années pas comme les autres dans la continuité de longue durée de la période moderne et contemporaine. L’activité et le dynamisme de cette structure, son aptitude à s’adapter aux conditions nouvelles de la tenue des Congrès, comme de l’activité éditoriale, est la meilleure justification de cette présence. Un test comme celui de la participation fournie et sans défaillance aux Congrès annuels en porte témoignage, et l’on a pu aussi relever qu’entre 1990 et 1994 les ouvrages de notre Commission, avec 21 % des rentrées éditoriales, assumaient une place plus qu’honorable dans l’ensemble de la production du CTHS.

28Les Congrès annuels des Sciences Historiques – Avignon (1990), Chambéry (1991), Clermont (1992), Pau (1993), Amiens (1994), Aix (1995) – ont rythmé cette activité, avec des temps forts comme Avignon, prolongeant la mobilisation des chercheurs dans les années précédentes sur le thème des affrontements politiques dans le Midi, et bien sûr Aix-en-Provence, cas de figure exceptionnel puisque, revenant sur la politique appliquée en 1989, il a été décidé en haut lieu que les Commissions étaient désormais habilitées à assurer, à leur tour de rôle, la présidence du Congrès annuel, et que notre Commission a été la première à en bénéficier. Ce qui mérite, dans ce parcours trop souvent heurté, l’expression de notre gratitude.

29Nous reviendrons sur le rendez-vous de 1995, mais ce qu’il convient de relever comme la tendance générale de nos Congrès est l’accentuation, durant ces années, en conformité avec la politique du CTHS, du choix de thèmes, voire d’un thème, destiné à conférer à ces rencontres une plus grande homogénéité. La Commission Jaurès a tenu à conserver dans son programme annuel un certain nombre de questions spécifiques à sa période et propres à répondre à la continuité des recherches des chercheurs locaux. Mais elle a de plus en plus mis l’accent sur les questions générales, en synchronisme avec le programme des Congrès. Ainsi, sans entrer dans le détail, à Amiens en 1994 a-t-elle focalisé la recherche sur les problèmes de la guerre et de la frontière, à Pau, avec moins de succès, tenté de faire aborder la question de la famille méridionale... Cela ne va pas sans difficultés, qui ne sont point spécifiques à notre Commission, posant le problème des « varia », et de l’ajustement de la demande locale à une sollicitation collective. Le bilan reste positif, et l’on voudra pour preuve du contact maintenu avec les chercheurs locaux, l’activité soutenue de certains comités régionaux, il est vrai bénéficiant de la reprise de dynamisme des années du bicentenaire : on citera pour l’exemple, l’activité développée dans le Languedoc, à l’initiative de Michel Peronnet, ou dans l’Ouest à celle de Claude Petitfrère.

30L’évolution de la tenue de notre participation aux Congrès est en rapport direct avec celle des publications, dans la mesure où elle a modifié profondément celle des actes des Congrès, dans le sens où elle leur donne une unité thématique, plus propre à assurer la diffusion de véritables ouvrages collectifs. Cette politique est évidemment conditionnée par les contraintes d’une attribution annuelle, limitée à deux ouvrages pour la Commission Jaurès – encore a-t-elle dû batailler, suivant sa tradition, pour que ce rythme soit respecté. Le bilan reste plus qu’estimable si je récapitule la dizaine de titres paras entre 1990 et 1995, dont le détail rend compte des axes de notre production.

31En premier lieu les actes des Congrès, publiés en 1991, en 1992 sous le thème fédérateur de l’histoire politique révolutionnaire revisitée. De même, en 1995, ont été regroupés, sous le titre « Chantiers de l’histoire institutionnelle, politique et culturelle de la Révolution », des contributions présentées aux Congrès de Clermont-Ferrand (1992) et de Pau (1993). Dans une autre perspective, les contributions présentées au Congrès d’Amiens (1994) sur le thème de la guerre ont été associées à celles de la Section d’Histoire moderne et contemporaine.

32L’illustration la plus représentative de ce nouveau cours est fournie par l’ouvrage suscité par le Congrès d’Aix-en-Provence en 1995, sur le thème de la République en l’an III. L’occasion était, on l’a rappelé, exceptionnelle, puisque la Commission s’y trouvait investie d’une responsabilité inédite : et l’on ne se plaindra pas que l’opportunité différée d’une commémoration ne soit advenue que pour célébrer la république de thermidor, puisque ce fut l’occasion d’une mobilisation exceptionnelle, dont j’ai rendu compte dans la courte préface à l’édition des actes, que je me permets d’insérer ici, à titre d’illustration :

« Du 23 au 29 octobre 1995, le 120e Congrès National des Sciences Historiques et Scientifiques qui s’est tenue à Aix-en-Provence a été présidé, en fonction du tour de rôle qui confie cette responsabilité aux différentes sections et commissions par le professeur Michel Vovelle, professeur émérite à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), alors à la tête de la Commission d’Histoire de la Révolution Française, connue sous le diminutif de « Commission Jaurès » qui renvoie à ses origines.
Ce fut une occasion pour les spécialistes de cette période historique d’une importante concentration, puisque 53 communications ont été présentées au cours de cette semaine, dont 48 autour du thème proposé, à titre de colloque, par la Commission, sur le thème « Contre-Révolution et Anti-Révolution : l’an III, réaction et terreur blanche ». La question s’imposait dans le cadre du cycle des commémorations d’un Bicentenaire, dont les développements scientifiques n’ont pas pris fin, on s’en doute, avec les célébrations officielles, poursuivant l’examen des étapes de la décennie révolutionnaire.
En abordant, dans le cadre d’un tour d’horizon très large les problèmes de l’après-Thermidor, à la lumière des recherches et des problématiques les plus récentes, les chercheurs ont approfondi la signification nationale de ce tournant à l’intérieur de la Révolution, ils en ont exploré largement les illustrations à travers l’espace régional, où s’inscrivent, notamment dans le Midi, les retombées les plus spectaculaires. Tour d’horizon et état des questions ouvertes font, nous l’espérons, de cette publication un apport significatif, marquant le réveil des études sur la période thermidorienne et directoriale, trop souvent délaissées.
La recherche universitaire s’est mobilisée massivement à travers la France, au service de cette confrontation : 26 professeurs, maîtres de conférence et chargés de cours des Universités, avec le soutien apprécié de collègues étrangers – anglais, belge, russe – en témoignent. Mais de nombreux chercheurs, enseignants ou doctorants, ont apporté le fruit de leurs études en cours, et des érudits ont manifesté par leur présence la vitalité d’un champ de prospectives, dont la productivité est plus soutenue que jamais, enrichissant les territoires couverts par les activités du CTHS d’une composante irremplaçable ».

33À côté des actes des Congrès, la Commission maintient sa vocation de publier généralement à partir des thèses de doctorat, des ouvrages historiques auxquels elle offre la chance d’une sortie éditoriale que leur niveau d’érudition rendrait parfois difficile dans le circuit commercial. Il n’y a que l’embarras du choix, en raison de la multiplication de ces recherches de haut niveau. Après la sortie en 1990 de la thèse de Guy Lemarchand sur la fin du féodalisme dans le pays de Caux, la Commission a publié en 1993 le premier volume de l’œuvre monumentale de Catherine Duprat sur la philanthropie parisienne de 1770 à 1848, sous le titre « Le temps des philanthropes ». La Commission unanime a profondément regretté que la Commission des publications ait refusé de faire exception à sa règle, imposant un maximum de pages, pour un travail qui fait date, et dont les ventes ont d’ailleurs caracolé en tête des chiffres de diffusion des éditions du CTHS. Mais l’auteur n’a pas été en peine de trouver un autre éditeur pour la suite : une belle occasion perdue pour le CTHS. Passant sur ce déboire regrettable, nous signalerons l’approche très nouvelle de la thèse d’Eric Wauters, « Une presse de province » qui introduit à partir de l’exemple normand à une connaissance des réseaux à partir desquels se forme l’opinion. Catherine Kawa a, elle aussi, fait œuvre novatrice dans son étude du personnel du ministère de l’Intérieur à l’époque révolutionnaire, chantier jusqu’alors peu prospecté, cependant qu’Antoine Casanova a livré sur la société corse une somme, associant l’approche ethnographique et l’histoire. D’autres thèses sont en voie de publication, parfois imminente.

34On regrette inévitablement que la place réservée aux thèses, quel que soit leur apport méthodologique, ne permette guère de faire place à des ouvrages de problématique générale, ou simplement à ces inventaires, répertoires ou recueils de documents qui, il y a un siècle, mais encore plus récemment, constituaient une des vocations des publications de la Commission. À cet égard, la publication en 1991 de l’utile « Inventaire des enquêtes administratives de l’époque révolutionnaire », fruit d’un travail de maîtrise remarquable fait figure d’exception. Mais notre Commission a fait bon accueil au projet collectif, à l’initiative de Bernard Gainot et Serge Aberdam, d’un essai introductif à l’étude des élections et des pratiques électorales sous la Révolution, autre chantier de pointe dans l’historiographie actuelle.

35Pourquoi faut-il qu’à ce bilan s’adjoigne une touche négative, voire franchement désagréable, puisqu’elle a illustré l’impossibilité actuelle du CTHS à assumer l’héritage des grandes collections de textes et de documents de l’époque positiviste, dans la tradition d’Alphonse Aulard ? La mode en est passée, dira-t-on, même s’ils conservent leur valeur de références irremplaçables. Mais plus encore, les ressources de nos organismes institutionnels ne sont plus en mesure d’affronter les devis considérables de telles entreprises. Lorsque, dans les années du bicentenaire, j’ai pris la responsabilité au nom de l’Institut d’Histoire de la Révolution, de négocier aux prix des pires difficultés l’édition des deux volumes de « Supplément aux Actes du Comité de Salut Public », fruit de dizaines d’années de travail de Marc Bouloiseau, c’est avec une claire conscience de la témérité de ce pari. Le devis de 900 000 francs a été couvert par les subventions de la Mission Edgar Faure, par la Librairie du Bicentenaire, le CNRS et (modestement) de l’Institut qui en a assuré l’édition aux presses de l’Imprimerie nationale. À ce titre, cet ouvrage paru en 1993 ne devrait pas figurer dans cette recension, si le CTHS ne l’avait alors revendiqué comme sa propriété au titre de la continuité de la série des « Documents inédits de l’Histoire de France ». Il y eut contestation, dans le détail de laquelle j’aurai la discrétion de ne pas vouloir entrer, pour ne retenir que la conclusion, heureuse à défaut d’être morale, que l’ouvrage aujourd’hui complété d’un Index – dont la confection n’a pas évité à l’auteur de douloureuses avanies à la veille de sa mort – est aujourd’hui à la disposition des spécialistes.

36Pour notre Commission, comme pour d’autres, la publication d’un Bulletin a posé, durant ces années, un problème constant – même si nous avons pu y procéder en 1992 et 1994, mais en déduction de notre attribution globale, et surtout pour une diffusion qui reste fort médiocre. La Commission en a décidé la publication bisannuelle, ce qui altère sa valeur de chronique des activités, elle s’est orientée vers la perspective d’y publier des articles de méthodologie, de prospection de sources et de territoires nouveaux : à ce titre, la présentation par B. Bodinier d’un programme de traitement informatique des données relatives à la vente des biens nationaux avait valeur d’exemple. C’est le moyen, peut-être, de trouver un créneau, à côté des revues périodiques spécialisées, susceptible de faire survivre cet instrument de travail et de communication.

37Dans cette présentation des activités de la Commission jusqu’en 1995 à partir de ses œuvres, qui prend parfois allure de plaidoyer, mais nous l’espérons démonstratif, en faveur d’un dynamisme soutenu, on pourrait regretter de n’avoir pas vu évoquer les réunions, les échanges, les conflits éventuellement, bien qu’à mon avis ils aient été rares, mais peut-être les ai-je oubliés. La défense obstinée des positions de la Commission ne signifie nullement attachement à une tradition et un héritage désuet puisqu’on aura pu constater à ce bilan combien les choses ont changé, pour s’adapter aux réalités nouvelles. Elle pourrait conduire à exagérer les tensions et les récriminations à l’égard de l’échelon central, arbitrées courtoisement par Madame François qui le représente. Tout ceci n’a rien que de très naturel. La Commission s’est renouvelée, des membres plus jeunes prennent le relais. Je dois dire ma reconnaissance à tous, mais tout particulièrement à Jean-Paul Bertaud qui a assuré avec un dévouement exemplaire la tâche de secrétaire de la Commission.

38J’ai transmis, après avoir bénéficié d’une longévité exceptionnelle, mes fonctions à mon collègue et ami Jean Bart en 1996 dans des conditions d’une cocasserie, somme toute bien banale. Il avait été convenu, lors du Congrès d’Aix-en-Provence à l’automne 1995, que le renouvellement du bureau (le président, un vice-président et le secrétaire) se ferait lors de la réunion suivante, en février 1996. L’omission de ce point de l’ordre du jour sur la convocation a amené, pour la bonne règle, à reporter l’élection au 4 avril. Et c’est alors seulement que le vote a porté Jean Bart à la présidence, Monique Cubells à la vice-présidence, Christine Peyrard devenant secrétaire. Au 31 mai, dans l’attente de la ratification officielle, j’ai encore assuré la présidence, mais le 4 septembre mon successeur a bien voulu la prendre bien qu’il ne fut pas encore intronisé officiellement – ce fut chose faite, en octobre, lors du Congrès de Nice.

  • 1 Le rédacteur de ces pages assume la pleine et entière responsabilité d’un nouveau développement.

39Promu président d’honneur sur sa proposition, il me reste à souhaiter bon courage et persévérance à ceux qui maintiennent vivante la Commission Jaurès1.

La fin de la Commission Jaurès (décembre 1999-juin 2000)

40Le manuscrit de cette monographie collective de la Commission Jaurès, remis au début de l’été 1999, devait être publié à l’automne de cette même année : il n’en a rien été, car il a été l’objet d’une censure de la part des autorités supérieures – CTHS et ministère de l’Éducation nationale. Cet épisode, en décembre 1999, s’est rapidement éclairé par la découverte que cette mesure prenait place dans le cadre plus large de la préparation par le ministère d’un arrêté, publié par le Journal Ojficiel du 19 février 2000. Cet arrêté a promulgué de nouveaux statuts du CTHS, portant suppression de toutes les Commissions, avec mention spéciale pour la Commission d’Histoire de la Révolution française, invitée à se réunir dans le cadre d’une « Section d’Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions » avec les historiens modernistes de la Section d’Histoire moderne et contemporaine.

41Il est évident que, dans ce contexte, le rappel rétrospectif des débats et combats de la Commission Jaurès par ses historiographes, ignorants de ce qui se préparait en haut lieu, était devenu tout à fait inopportun ; ce qui explique, sinon justifie, une mesure tout à fait inhabituelle de la part d’autorités et de responsables dont la vocation semble être, au contraire, la production de textes et de documents.

42Me voici donc contraint, bien malgré moi, de reprendre la plume pour une tâche que personne d’autre ne revendique : celle de narrer brièvement non seulement l’incident (la censure), mais surtout l’événement, à savoir la fin de la Commission Jaurès. Je le fais avec le double scrupule d’être à la fois partie prenante dans le débat – pour le texte incriminé – et, en même temps, désormais extérieur au fonctionnement et aux débats de la Commission – suite à ma démission du CTHS. Ce qui m’impose, plus que jamais, de m’appuyer sur des textes précis (correspondances personnelles, procès-verbaux des séances), quitte à citer amplement.

43C’est lors d’une réunion, le 8 décembre 1999, que la Commission d’Histoire de la Révolution française a été informée par son président, Jean Bart, des raisons du retard de la publication du manuscrit, envoyé pour publication le 3 juillet. Bien qu’il ait donné pour sa part un avis favorable à cette publication, en tant que responsable et que juriste, elle s’était heurtée à l’opposition des organes centraux du CTHS et des organes de tutelle du ministère, alléguant le caractère polémique de certains articles (ceux de M. Vovelle et de C. Mazauric) et la mise en cause nominale de personnes du ministère. Le CTHS, refusant tout autre compromis, n’acceptait la publication que de la première partie du manuscrit rédigée par Christine Peyrard.

44À l’issue d’une vive discussion, la Commission Jaurès a voté à l’unanimité le texte suivant :

« La Commission d’Histoire de la Révolution française, prenant acte de la décision de la Commission des publications du CTHS relative au numéro 2 (1999) du Bulletin d’Histoire de la Révolution française, refuse la proposition d’une édition tronquée du dossier proposé, établi à sa demande par des membres de la Commission ; proteste contre l’acte de censure commis à leur égard ; reconnaît aux auteurs du dossier la liberté de publier leurs contributions in extenso chez l’éditeur de leur choix ».

45Informé par lettre du président Jean Bart de cette situation, malgré ses efforts de conciliation, en date du 12 décembre 1999, j’ai pour ma part adressé le 30 décembre au ministère de l’Éducation nationale, alors Monsieur Claude Allègre, président ès-qualité du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, une lettre pour lui annoncer ma démission, à titre de protestation, du titre de président d’honneur de la Commission d’Histoire de la Révolution française et, surtout, pour lui demander de reconsidérer une mesure de censure que je considérais comme scandaleuse. Cette lettre (reproduite en annexe) n’a jamais reçu de réponse.

46L’accession aux responsabilités de ministre de l’Éducation nationale de Monsieur Jack Lang, plus enclin me semblait-il à prêter une oreille attentive, ne serait-ce qu’en raison des services que j’ai rendus lors de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française, m’a incité à lui écrire pour plaider non plus réparation d’un acte de censure peu digne d’être relevé, mais la cause de la mémoire de Jaurès, à travers la Commission scientifique fondée à son initiative. Pas plus que la précédente, cette lettre du 14 avril 2000 n’a reçu de réponse.

47À dire vrai, le problème essentiel était désormais celui des derniers combats de la Commission, avant sa disparition. L’annonce officielle de la réforme imposée sans concertation par l’arrêté ministériel a été faite le 10 mars 2000 par le président Jean Bart qui, tout en faisant part de son émotion, a estimé nécessaire de se plier aux nouvelles normes de la 5e section du CTHS, la « Section d’Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions ». Cette annonce a été suivie d’un débat très vif, à l’issue duquel un texte en deux volets a été soumis en deux votes à la Commission :

48– 1er vote sur le texte suivant :

« Réunie le 10 mars 2000, la Commission d’Histoire de la Révolution française, créée par Jean Jaurès en 1903, placée devant le fait accompli de sa disparition par intégration dans la section, définie par les articles 4 et 9 de l’arrêté ministériel du 11 février 2000, réformant le Comité des travaux historiques et scientifiques, proteste contre le diktat qui lui est imposé, sans avoir été précédé de la moindre consultation de notre Commission dans la Commission plénière ».

49Ce texte a été adopté à l’unanimité, moins une abstention.

50– 2e vote sur les points 2, 3 et 4 de la motion :

« constate que la décision prise va à rencontre de l’esprit comme de la conclusion des délibérations qui avaient conduit en 1986 à préserver la spécificité de la Commission d’Histoire de la Révolution française au sein du CTHS ; remarque que l’amalgame prévu de l’histoire moderne (dans toute son ampleur), de la Révolution française et des révolutions (lesquelles ?) auquel conduit l’article 4 de l’arrêté du 11 février soulève plus d’apories qu’elle ne permet d’ouvrir des perspectives réelles au travail scientifique ; demande l’ouverture de discussions préparatoires à une nouvelle rédaction des articles 4 et 9 de l’arrêté du 11 février. »

51Ce texte a été adopté avec 16 voix, 1 contre et 1 abstention.

52Le texte de la protestation a été précédée d’une sorte de préambule, ainsi rédigé à l’intention des médias et de l’opinion publique :

« La Commission d’Histoire de la Révolution française a été créée par Jean Jaurès pour assurer à la Révolution française la place fondamentale qu’elle mérite dans la conscience nationale, au sein du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques), organisme public rattaché au ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie. Cette Commission permettait un échange fructueux entre la recherche universitaire et les réseaux denses des sociétés savantes.
La fusion par arrêté ministériel du 11 février 2000, dans une structure élargie (XVIe – XIXe siècles) risque d’entraîner la dilution de la portée fondatrice de la Révolution. Les membres de la Commission tiennent donc à vous communiquer la protestation adressée à Monsieur le ministre qui vient de décider cette fusion, en espérant que vous voudrez bien la publier : (suit le texte de la motion) ».

  • 2 L’Humanité, du 15 mars 2000.

53La secrétaire de la Commission avait reçu mission de diffuser cette motion auprès de personnalités présumées sensibles à la valeur emblématique de l’héritage jauréssien (PS et PCF) auxquelles elle a été adressée avec une lettre d’accompagnement. Une seule réponse a été reçue de la part de Monsieur François Hollande, secrétaire du parti socialiste, affirmant un soutien qui ne semble pas avoir eu de suites pratiques. Dans la presse, seul le journal l’Humanité, a réservé un article à cette information2. D’évidence, il faut convenir du faible écho rencontré dans la classe politique et les médias par cette annonce.

54Pour le reste, les membres de ce qui fut la Commission Jaurès ont entrepris de se mettre en conformité avec leur nouveau statut : une réunion commune avec les historiens modernistes qui sont leurs nouveaux collègues a eu lieu le 5 juin 2000 pour tenter d’aménager, dans les limites du nouveau règlement, la marge d’autonomie qui peut être conservée par les différentes composantes et le partage des responsabilités dans son bureau. Une nouvelle séquence s’ouvre, dans laquelle il n’est pas de notre propos de nous aventurer.

55Adieu Jaurès !

56Un cycle séculaire s’achève avec l’histoire d’une institution qui a reflété un moment de l’historiographie révolutionnaire et de la sensibilité collective.

57En faisant rentrer l’histoire de la Révolution française dans le cadre englobant de la civilisation du monde moderne et de l’ère des Révolutions lui a-t-on réservé un champ d’expansion nouveau ou a-t-on voulu mettre fin à « l’exception française » ?

58Chacun reste maître de son appréciation sur ce point, et l’avenir le dira.

Notes

1 Le rédacteur de ces pages assume la pleine et entière responsabilité d’un nouveau développement.

2 L’Humanité, du 15 mars 2000.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540